Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSPremiers textes2020Comment se fait l’incorporation ?...

2020

Comment se fait l’incorporation ? Brèves considérations

How does the incorporation work? Brief considérations
Tony Orival

Résumés

Les sociologues se sont manifestement plus intéressés à (1) ce qui s’incorpore et (2) ce que fait l’incorporation qu’à (3) comment elle se fait. Cet article, à la fois théorique, de synthèse et pluridisciplinaire, entend donc apporter des éléments de réponse à la question suivante : comment se fait l’incorporation ? Sans être exhaustif, ce travail présente cinq piliers essentiels (agir, imiter, contre-imiter, répéter et mémoriser) sur lesquels se fonde ce processus.

Haut de page

Texte intégral

1« On ne peut décrire vraiment la relation entre les agents et le monde qu’à condition de placer en son centre le corps et le processus d’incorporation ». Voilà donc ce qu’écrit Pierre Bourdieu dans Les Méditations pascaliennes (Bourdieu, 1997, p. 121). Mais qu’est-ce au juste que l’incorporation ? Que désigne ce processus ? Comment se réalise-t-il ? Ces quelques questions se posent d’emblée à quiconque rencontre cette notion.

2Peut-être un premier élément de réponse consiste-t-il à noter que le terme incorporation renvoie à une « dimension » essentielle de la socialisation : « la socialisation est en effet une "incorporation" ou "somatisation" des structures du monde social », explique Muriel Darmon ; elle inscrit « sur et dans le corps » les « conditions matérielles d’existence de chaque famille », « les rapports au monde représenté », « les expériences sociales » réalisées (Darmon, 2016, p. 18). Aussi peut-elle « être définie de manière générale comme le processus à travers lequel le "social", c’est-à-dire très exactement les normes, les contraintes et les hiérarchies sociales, s’inscrit dans les corps des individus, au sens propre comme figuré » (Court, 2016, p. 321). Mais comment les chercheurs traitent-ils ou se saisissent-ils de cette notion ?

3Sans doute ici conviendra-t-on que les sociologues se sont intéressés à la « "nature" de ce qui s’incorpore » (Faure, 1999, p. 77). Là, la liste de ce qui s’incorpore paraît assez longue : conditions matérielles et immatérielles d’existence ; « habitudes corporelles, gestuelles, sensori-motrices », mais aussi « délibératives, rationnelles ou calculatrices » (Lahire, 2018) ; rapports à l’espace, au corps, au sport, aux autres et au monde ; inscription dans le corps des inégalités économiques et sociales (Court, 2017 ; Lahire, 2019), etc.

4Probablement admettra-t-on aussi que les travaux en sociologie ont porté leur attention sur les effets de l’incorporation. Que l’on pense à Marcel Mauss : ne notait-t-il pas déjà, dans ses deux articles pionniers sur l’incorporation – « L’expression obligatoire des sentiments » (1921) et « Les techniques du corps » (1936) – que le corps et ses expressions sont socialement construits ? À Luc Boltanski, qui nous montre combien les rapports au corps et à la consommation médicale diffèrent selon la classe sociale d’appartenance (Boltanski, 1971). À Pierre Bourdieu, avec sa notion d’hexis corporelle (Bourdieu, 1977), cette « manière durable de se tenir, de parler, de marcher », socialement située du fait qu’elle est associée à la position sociale de l’individu et à sa trajectoire (Bourdieu, 1980, p. 117).

5Mais ce qui frappe, ou interroge tout du moins, c’est semble-t-il que l’on se soit jusqu’ici plus intéressé à (1) ce qui s’incorpore et à (2) ce que fait l’incorporation, qu’à (3) comment elle se fait. Quels processus lui sont sous-jacents et la rendent possibles ? Cette question des modalités concrètes de l’incorporation est rarement systématisée dans les recherches sociologiques. Que l’on en juge ici aux articles et aux chapitres de livres scientifiques, peu nombreux, qui tentent de faire comprendre un peu plus avant cette notion en la délimitant dans un périmètre de sens et de travaux sur le sujet (Darmon, 2016 ; Court, 2016 ; Faure, 2011 et 2000). L’intention de cet article, théorique, de synthèse et pluridisciplinaire, est donc de rassembler et de systématiser ces réflexions sur l’incorporation (présentes mais disséminées et souvent situées à la marge de travaux de corpus théoriques et disciplinaires différents) et de l’éclairer en dégageant quelques-uns des processus qui lui sont sous-jacents. Agir, imiter, contre-imiter, répéter, mémoriser : sans qu’ils soient exhaustifs, l’incorporation se fonde à nos yeux sur ces cinq piliers essentiels.

Apprendre par corps en agissant

6« L’incorporation repose sur l’action ». Du moins est-ce ce que l’on peut lire dans un chapitre de livre judicieusement intitulé « Apprendre par corps : devenir des individus », de Sylvia Faure – sans pour autant que, dans celui-ci, en soient ni détaillées ni expliquées les raisons (Faure, 2011). Pourquoi en serait-il ainsi ? Certainement parce que, dès le plus jeune âge, les expériences sociales s’éprouvent par le corps, au contact de l’environnement et des autres ; et que ce même corps ne constitue pas moins que le point de départ et d’arrivée de l’incorporation. Néanmoins il n’y a pas une, mais plusieurs formes d’action sur lesquelles se fonde l’incorporation. Celles-ci se caractérisent peut-être moins par leurs spécificités que par leurs étroites relations : apprendre – par corps – se fonde aussi bien sur la découverte du corps que sur l’exploration de l’environnement ou la relation entre les deux.

7Les actions dirigées vers le corps peuvent d’abord s’inscrire dans une exploration au cours de laquelle le « schéma corporel » (Merleau-Ponty, 1945, p. 117) est susceptible de modification. Celui-ci évolue au cours d’actions qui consistent alors à prendre conscience, relativement et partiellement, de la géographie de son corps et de ses potentialités. Les travaux en psychologie du développement nous apprennent à ce point que le bébé entretient un rapport de curiosité avec son corps, qu’il découvre jusqu’à s’en être suffisamment accommodé. Cependant, bien que visiblement l’exploration de l’environnement domine ensuite, ces actions tournées vers le corps se poursuivent par d’autres voies ; ainsi le « sens kinesthésique », qui « permet de juger la chronologie, la force et l’extension de nos mouvements dans le sillage de cette information » (Gardner, 1997, p. 222), peut-il, par exemple, s’affiner par la socialisation sportive et professionnelle (Faure, 2000 ; Mennesson, 2005). Quant au « sens coenesthésique » – qui s’inscrit dans la continuité du « sens kinesthésique » de Howard Gardner – celui-ci s’acquiert et se développe par ce qui pourrait s’appeler des « dispositions de perception et d’évaluation » ou des « dispositions coenesthésiques » dans lesquelles le groupe de pairs joue un rôle déterminant. Cela se voit bien par exemple chez les fumeurs de marijuana d’Howard Becker lorsqu’au contact d’utilisateurs plus expérimentés les novices développent « une disposition » à fumer, non seulement par « l’apprentissage de la technique », mais encore par « la perception des effets » et du « goût » pour ces derniers (Becker, 1985). L’incorporation se fait alors avec le concours des pairs, dans la mesure où ils influencent à la fois les perceptions corporelles et leurs significations. C’est d’ailleurs cette même modalité de l’incorporation qui s’observe quand les coureurs apprennent peu à peu au cours de leur socialisation sportive à distinguer les « différents types d’effort » et « registres de fatigue » (Schotté, 2016, p. 210), que les footballeurs transforment leur « grille de perception corporelle » en déplaçant « le seuil de la douleur » (Rasera, 2016, p. 173), ou que les danseurs parviennent « à "résister" » à cette dernière en réinterprétant leurs sensations corporelles (Faure, 2011, p. 58). Or tout ceci participe de l’incorporation par la voie d’une inscription dans le corps des dispositions corporelles et cognitives, ou par celle de la transformation (Orival, 2020) voire de la conversion des corps (Darmon, 2003 et 2016 ; Vieille-Marchiset, 2019) – d’autant plus que « la force des dispositions incorporées et le pouvoir de la pratique de faire le corps » pose en fait « inséparablement la question de sa capacité à le défaire » (Darmon, 2011, pp. 71-72).

8Mais les actions dirigées vers le corps sont elles-mêmes indissociables de celles vers le milieu, du fait de leur étroite co-détermination. « Quoique Piaget n’ait pas mis lui-même ses travaux en relation avec l’intelligence corporelle [et plus largement l’incorporation], […] sa description du développement de l’intelligence sensorimotrice éclaire en réalité son origine » (Gardner, 1997, p. 232). L’incorporation est, en effet, dans sa perspective, intimement corrélée au développement des structures cognitives et affectives de l’enfant. Plus précisément, l’ontogenèse est interprétée par Jean Piaget sur le modèle d’une « théorie des stades » (le stade sensori-moteur, des opérations concrètes et, enfin, des opérations formelles) – (Piaget, 1947) qui permet de rendre compte des différentes assimilations, adaptations et restructurations internes effectuées au gré des échanges successifs avec l’environnement social, « à travers l’action incessante du sujet sur le milieu » (Bideaud, Houdé & Pedinielli, 2015, p. 42). Sur cette base, l’incorporation est un processus dynamique et se fonde sur l’articulation d’un mouvement où action, assimilation et accommodation sont finalement intimement liées.

9Certes la position de Jean Piaget concernant la théorie des stades a depuis lors été révisée : l’individu ne les gravit pas un à un, de façon linéaire, mais s’affronte à des plateaux sans progression, voire à des retours transitoires ou plus durables en arrière, avant que les habiletés motrices et cognitives ne se stabilisent, ou ne se complexifient de nouveau (Houdé & Leroux, 2015). Mais l’explication de Jean Piaget suivant laquelle c’est par l’action que s’opèrent des ajustements du « modèle interne » et « du monde » (Dehaene, 2018, p. 255) demeure très actuelle. La première raison tient au fait que le corps est affecté par son contact avec l’environnement : c’est ce que défendent notamment les sociologues dispositionnalistes lorsqu’ils « tiennent compte du fait scientifique évident – tant du point de vue neuroscientifique que du point de vue sociologique – que constitue l’incorporation par les hommes des produits de leurs expériences sociales » (Lahire, 2013, p. 140). La deuxième raison tient à ce qu’il n’y a pas d’incorporation sans action : « de très nombreux résultats, dans les domaines les plus divers, suggèrent qu’un organisme passif n’apprend pas ou très peu. Apprendre efficacement, c’est refuser la passivité, s’engager, explorer, générer activement des hypothèses » (Dehaene, 2018, p. 243). Par-là, les dispositions corporelles et mentales – au sens de tendances à agir, à penser, à sentir de telle manière ou telle autre, en fonction des circonstances (Bourdieu E., 1998) – se forgent et se révisent. Et ainsi, l’action, par ce dialogue permanent du corps et de l’environnement – du corps au centre de la relation entre « les agents et le monde », dirait Pierre Bourdieu cité en introduction – constitue bien un des moteurs essentiels de l’incorporation.

Apprendre par corps en imitant

10Mais sans doute un autre des piliers essentiels de l’incorporation repose-t-il sur l’imitation. En effet, dès sa naissance, l’individu fait l’expérience d’être mis corporellement en relation de coexistence et d’interdépendance avec les autres (Elias, 1991) ; et l’imitation joue alors rapidement un rôle clé pour apprendre – par corps – des manières de penser, d’agir et de ressentir. L’Autre, à commencer par « l’autrui significatif » (Mead, 2006) que sont les parents, est pris comme un modèle à partir duquel une copie, plus ou moins fidèle, de postures, de gestes, de mimiques, de productions verbales, peut, volontairement ou involontairement, plus ou moins consciemment, s’opérer. Et cette imitation ne délivre « sa leçon qu’à partir du moment où elle est vraiment incorporée, où il y a "rejeu" par le copieur » (Kaufmann, 2000, p. 207).

11Gabriel Tarde ne s’y est pas trompé. Dès 1880, celui-ci réfléchit sur le sujet en s’interrogeant sur la part que recouvre l’imitation dans la genèse, le développement et la structuration de la vie sociale. Il le fait dans Les Lois de l’imitation. Certes le mot incorporation n’y apparaît pas. Mais l’imitation, définie comme « toute empreinte de photographie inter-spirituelle, pour ainsi dire qu’elle soit voulue ou non, passive ou active » (Tarde, 2001, p. 46), serait le « problème élémentaire et fondamental que la psychologie sociologique (qui commence là où la psychologie physiologique aboutit) doit s’efforcer de résoudre » (Ibid., p. 262). Ce sont les causes (le désir, l’invention, l’interpsychologie) et les conditions (l’imitation, la contre-imitation et l’adaptation) de la vie sociale qui l’intéressent (Milet, 1972). Mais, de toutes ces dernières, l’imitation est de loin la plus importante à ses yeux.

12S’il en va ainsi, c’est parce que la structuration corporelle et mentale de l’individu ne s’opère pas ex nihilo. Pour accéder au monde mental d’autrui et, en somme, s’approprier les manières de dire, de faire et de penser des autres, encore faut-il qu’il y ait une « action qui consiste dans une reproduction quasi-photographique d’un cliché cérébral par la plaque sensible d’un autre cerveau » (Tarde, 2001, p. 46), c’est-à-dire une imitation. Pour Gabriel Tarde, cette « action inter-cérébrale à distance » ne s’effectue pas que dans le seul face-à-face : des « courants » d’imitations traversent de part en part les cerveaux et les corps. Si bien que ce qui était hétérogène dans la vie sociale à tendance à devenir homogène, puisque les comportements et les idées, chemin faisant, se répliquent et se répètent. Ce qui se partage (les idées, les émotions, les gestes, les comportements) et s’inscrit dans les corps (sous la forme d’une « inscription corporelle ») dépend étroitement de la mécanique de l’imitation.

13Pourtant, si l’imitation est une modalité essentielle du processus de socialisation en général et de l’incorporation en particulier, est-ce à dire que les gestes, les émotions, les idées, telles qu’évoqués par Gabriel Tarde, s’imitent tous aussi vite et aussi facilement ? Rien n’est moins sûr. Car l’imitation, cette « électrisation psychologique par influence » (Tarde, 2001, p. 262), se révèle être particulièrement sensible aux émotions, plus encore qu’aux gestes ou aux idées. Cette sensibilité accrue et, si l’on ose dire, spontanée aux émotions d’autrui, n’a depuis lors pas été démentie. Elle s’inscrit même dans le processus normal de développement de l’individu. Dès les premiers jours de vie, des émotions peuvent être lues, discriminées et reproduites (Corraze, 1988). Cela tient au fait que l’émotion est ce qui est immédiatement visible par l’entremise du visage « où se cristallise le corps de la communication » (Le Breton, 1992, p. 106). Par un mécanisme en miroir, qui « modifie le corps », chacun recopie en soi l’émotion perçue chez l’autre (Damasio, 2010).

14Si l’incorporation repose donc entre autres sur l’imitation émotionnelle et plus largement sur l’apprentissage social des émotions, ce sont aussi les mouvements du corps d’autrui et ses actions qui sont reproduits (Wacquant, 2000) – même s’ils peuvent être simulés en soi et inhibés (Berthoz, 2020). Après les émotions, les mouvements seraient les plus faciles à imiter, plus que des « gestes, ou des postures, des actions ou des programmes d’action » ; car les premiers « impliquent le corps tout seul », tandis que les seconds « supposent de mettre en relation le corps avec l’environnement, souvent par l’intermédiaire d’objets », ce qui requiert généralement la planification (Nadel, 2016, p. 20). Si ces capacités d’imitation évoluent semble-t-il en lien étroit avec le développement des capacités motrices et de l’intelligence (Houdé, 2015), tout laisse à penser que ces imitations de savoir-être et savoir-faire ne s’effectuent pas au hasard. Sans doute sont-elles motivées par un intérêt, une prédiction de réussite ou le prestige d’autrui : « l’enfant, l’adulte, imite des actes qui ont réussi et qu'il a vu réussir par des personnes en qui il a confiance et qui ont autorité sur lui » (Mauss, 2013, p. 369).

Apprendre par corps en contre-imitant

15Mais si l’incorporation repose sur l’imitation, alors sans doute ce processus se fonde-t-il aussi sur son corollaire : la contre-imitation.

16Ce principe de contre-imitation se retrouve chez Gabriel Tarde. Pour lui, en effet, que « les gens qui s’aiment se copient entre eux […] rien de plus naturel. Mais, ce qui prouve bien la profondeur où descend l’action de l’imitation dans le cœur de l’homme, on voit partout les gens se singer, même en se combattant » (Tarde, 2001, p. 273). Autrement dit :

« les hommes se contre-imitent beaucoup, surtout quand ils n’ont ni la modestie d’imiter purement et simplement, ni la force d’inventer ; et, en se contre-imitant, c’est-à-dire en faisant, en disant tout l’opposé de ce qu’ils voient faire ou dire, aussi bien qu’en faisant ou disant précisément ce qu’on fait ou ce qu’on dit autour d’eux, ils vont s’assimilant de plus en plus » (Ibid., p. 49).

17La contre-imitation serait-elle par conséquent un puissant carburant de l’incorporation ?

18On peut en entrevoir pour partie le mécanisme dès lors que l’on porte son attention à l’apprentissage par observation – qualifié aussi d’« apprentissage vicariant » – cher à Albert Bandura. Cet apprentissage, qui se fait par corps, a en effet ceci de particulier d’être autant un apprentissage par imitation que par contre-imitation : en voyant et en reconnaissant les erreurs commises par autrui, l’observateur bénéficie d’un « raccourcissement du processus d’acquisition » et d’une augmentation des « chances de survie » qui « seraient minces si on ne pouvait apprendre qu’en subissant les conséquences de ses essais et erreurs » (Bandura, 1995, p. 20). Ainsi l’observateur peut-il sans doute tirer parti des retours sur erreur (Bronner, 2007) d’autrui et les contre-imiter.

19Mais ce n’est pas tout : cet apprentissage par observation et par contre-imitation peut en fait aussi avoir à son principe un véritable « dégoût pour le goût des autres », voire un certain « mépris de classe ». Pierre Bourdieu insiste en effet longuement sur ce point dans La Distinction lorsqu’il note que les goûts « s’affirment de manière tout négative, par le refus opposé à d’autres goûts : en matière de goût, plus que partout, toute détermination est négation ; et les goûts sont sans doute avant tout des dégoûts » (Bourdieu, 1979, pp. 59-60).

20Néanmoins, tout laisse à penser que la contre-imitation ne se résume ni à ce repérage d’erreurs auxquelles s’affronte autrui, ni à une aversion pour les goûts et les « styles de vie différents » (Ibid., p. 60). L’incorporation se fonde en réalité aussi, à nos yeux, sur l’apprentissage par corps de manières d’agir, de parler et de sentir, qui peuvent être différentes de celles en vigueur dans le milieu social d’origine. Cette modalité de la contre-imitation – sous-jacente au processus d’incorporation – n’est peut-être pas la plus fréquente. Mais sans doute s’observe-t-elle plus ostensiblement au travers de la figure du « transfuge de classe ». D’ailleurs, ne trouve-t-on pas trace de telle contre-imitation et incorporation chez Pierre Bourdieu, Richard Hoggart, ou encore Didier Eribon ?

21Cela semble en effet le cas chez Pierre Bourdieu : lorsqu’il esquisse son auto-socio-analyse, revient sur sa trajectoire, évoque son « habitus clivé » (Bourdieu, 2004) ; dans l’Autobiographie d’un intellectuel issu des classes populaires, lorsque Richard Hoggart fait mention de l’influence socialisatrice et transformatrice de sa tante Ethel, qui fait tout ce qui est en son pouvoir pour lui éviter de suivre les manières d’être, de faire et de penser de son oncle Walter (Hoggart, 2013) ; dans Retour à Reims : revenant sur le décès de son père, Didier Eribon place ce dernier comme « celui qui incarnait tout ce que j’avais voulu quitter, tout ce avec quoi j’avais voulu rompre et qui, assurément, avait constitué pour moi une sorte de modèle social négatif », c’est-à-dire « un contre-repère dans le travail que j’avais accompli pour me créer moi-même » (Eribon, 2009, p. 17).

22En sorte que le travail d’incorporation, fondé sur la contre-imitation, consiste en pareil cas à « se transformer » pour « ne pas répéter les comportements de leur classe » (Jacquet, 2014, p. 11). Plus précisément, ce travail d’incorporation peut reposer sur des transformations ou conversions corporelles et langagières de soi – lesquelles peuvent s’apparenter à un « réapprentissage », comme l’expose Didier Eribon : « réapprendre à parler fut tout autant nécessaire : oublier les prononciations et les tournures de phrases fautives, les idiomatismes régionaux (ne plus dire qu’une pomme est "fière", mais qu’elle est "acide"), corriger l’accent du Nord-Est et l’accent populaire en même temps, acquérir un vocabulaire plus sophistiqué, construire des séquences grammaticales plus adéquates » (Eribon, 2009, p.108). Il s’agit alors bien souvent autant d’apprendre par corps de nouvelles manières d’agir et de sentir que de tenter d’enfouir le stigmate, ou de « mettre en veille » ou d’« inhiber » (Lahire, 2013, p. 109) des dispositions qui, parce que rattachées à la classe d’origine, sont vécues comme de véritables stigmates. En clair : de contre-imiter et donc d’exclure des possibilités de devenir. Mais pour incorporer, d’autres conditions ne doivent-elles pas être aussi réunies ?

Apprendre par corps en répétant

23En la matière, la répétition d’expériences sociales et d’apprentissage par corps formels ou informels et relativement analogues apparaît clairement comme un autre des leviers par lesquels l’incorporation se réalise.

24La sociologie de tradition dispositionnaliste insiste à plus d’un titre sur ce point. Par exemple, Pierre Bourdieu ne manque pas de comparer la formation des dispositions de l’habitus à une sorte d’entraînement où la répétition d’apprentissages participe d’une transformation durable du corps (Bourdieu, 1997). Cette métaphore de l’entraînement semble pertinente dans la mesure où s’entraîner, c’est en effet bien souvent répéter un même geste, jusqu’à ce que celui-ci devienne automatisé, ou presque, c’est-à-dire enregistré durablement par et dans le corps. Sans doute est-il alors ici justifié de parler, avec Martine Court, d’une incorporation « à la manière des techniques du corps » : « comme les gestes sportifs, les dispositions incorporées sont le produit d’un apprentissage pratique qui se fait par la répétition et sur le temps long » (Court, 2016, p. 326).

25Mais pour être précis : cette incorporation se réalise-t-elle par régularité ou par répétition ? La question mérite d’être posée : les sociologues dispositionnalistes semblent employer tantôt le terme de régularité, tantôt celui de répétition, sans toutefois toujours opérer de distinction nette entre ces notions. Si Pierre Bourdieu semble davantage fidèle à la première, on retrouve l’une et l’autre sous la plume de Bernard Lahire (2013 ; 2018). Si les deux termes se chevauchent sans doute en partie, on peut néanmoins penser que la régularité est une forme de répétition d’un genre particulier : elle renvoie, peut-on avancer, à un ensemble de répétitions qui acquièrent force de loi ou, pour être plus exact, de tendance réglée « sans être le produit de l’obéissance à des règles », pour reprendre ici une idée force de Pierre Bourdieu (1987, p. 81). En clair : c’est la confrontation répétée à une série d’expériences sensiblement analogues qui, par suite, a quelque chance de se manifester par des régularités corporelles et comportementales qui perdurent dans le temps. Une telle distinction apparaît utile, dans la mesure où l’on peut penser que l’incorporation se fonde aussi bien sur des régularités que sur des répétitions.

26À ce point, prenant « l’habitude d’insister, plus souvent que certains sociologues ne le croient, davantage sur les processus épigénétiques que sur les déterminants génétiques » (Bronner, 2010, p. 647), les chercheurs en neurosciences confirment que le corps, avec ses sens et son cerveau, est un fin détecteur non conscient des régularités de l’environnement social au sein duquel l’individu évolue (Dehaene, 2014). Ainsi les régularités sont-elles liées aux régularités du monde et aux régularités qu’éprouve le corps des individus dans ce monde, quand il en fait l’expérience, en particulier lorsqu’il est soumis à l’effet du milieu environnant et des autres. En outre, à un niveau qui affleure ou non davantage à la conscience, « la répétition est indispensable, afin que le cerveau automatise ses acquis. Et les déplace dans des comportements non conscients, en sorte qu’ils libèrent l’esprit pour d’autres activités de niveau supérieur » (Dehaene, 2019, p. 14). Régularité et répétition se conjugueraient donc bien dans le processus d’incorporation.

27À suivre Emmanuel Bourdieu, ces répétitions se déclinent cependant sous deux formes : « la répétition de maintenance » et « la répétition constructive » (Bourdieu E., 1998). La première « ne fait que préserver de l’oubli, dans la mesure où elle saisit l’information à un niveau de structuration ou d’"encodage" très faible (à la limite, sans encodage du tout) et ne modifie pas ce dernier ». Elle « ne sert qu’à la maintenance des dispositions déjà acquises ; elle ne permet ni leur acquisition, ni leur révision, en fonction de circonstances nouvelles » (Ibid., p. 95). La seconde, en revanche, « rend possible l’acquisition d’un savoir ou d’un savoir-faire nouveau ». Il semblerait donc que certaines dispositions soient incorporées « par la seule répétition du comportement qu’elles régissent », tandis que d’autres requièrent en plus « un travail de structuration des données sur lesquelles elles se fondent » (Ibid., p. 17).

Apprendre par corps en mémorisant

28Mais tout porte à avancer que les émotions, les odeurs, les lieux, bref tout ce qui caractérise la multiplicité et la richesse de l’environnement et aussi, plus largement, les manières d’être, de faire, de dire, de penser, ne peuvent s’incorporer qu’à la condition suivante : la conservation du passé. Si les sociologues n’y accordent certes pas tous la même importance (Orival, 2020), ils reconnaissent généralement néanmoins aux individus leur capacité, sous certaines conditions, d’enregistrer en soi, consciemment ou non, des informations par mémorisation. Parce que le corps est un instrument, une sonde qui sent et capte la polyphonie du social, ces informations collectées et sédimentées sont multifactorielles et multi-sensorielles. Elles mobilisent tout le corps : informations gustatives, visuelles, spatiales, olfactives, sonores, kinesthésiques et proprioceptives (Berthoz, 1997).

29Les situations, les évènements, les rencontres avec les autres, les gestes, les émotions, tout ce qui fait que nous éprouvons – par corps – le monde se succède et s’enregistre dans le corps, tantôt de façon intermittente, fugace et éphémère, tantôt de façon permanente et immuable, ou presque. Cette réalité sociale composite ne s’enregistre pas dans le corps par l’entremise d’une mémoire, mais plutôt par une sorte de mosaïque de types de mémoires différentes et interconnectées entre elles (Chapoutier, 2006). Capacité pour l’essentiel acquise, modelée et modulée sous l’effet des interactions (Lledo & Vincent, 2012), la mémoire, dans le processus d’incorporation, n’est donc pas une, mais plurielle. À ce point, un premier moyen d’éclairer cette pluralité est de distinguer trois types de mémoire qui diffèrent par leur durée de rétention.

30De quels types de mémoire s’agit-il ? Pour employer le vocable des psychologues, il s’agit de la « mémoire à court terme », de la « mémoire de travail » et de celle « à long terme » (Petit, 2006). Le premier type de mémoire permet de retenir sur un court laps de temps des informations dont nous avons directement besoin. Ce sont des « traces mnésiques » qui ne s’impriment pas durablement dans le corps, mais « juste le temps nécessaire à leur utilisation »  (Karli, 2011, pp. 26-27). Ce type de mémoire est utile à « l’intégration temporelle nécessaire à la cohésion de nos actions » (Ibid). La mémoire de travail se distingue en partie de la mémoire à court terme en ce qu’elle ne se limite pas au traitement de l’information : en plus du traitement temporaire de l’information, cette mémoire « peut comporter des informations nouvelles (perceptions) et des connaissances à long terme réactivées » (Dortier, 2009, pp. 231-232). Quant à elle, la « mémoire à long terme » laisse inscrites dans le corps des « traces mnésiques » plus profondes, avec « des capacités de stockage beaucoup plus étendues » et une « récupération plus lente des informations » (Karli, 2011, p. 27).

31Mais Maurice Halbwachs apporte des précisions utiles sur la mémoire et son rôle fondamental dans l’incorporation. Il note ce point, essentiel : la mémoire est sociale. Si elle l’est, c’est parce qu’elle est indissociable des relations et des contextes, ou mieux, des cadres sociaux par et au travers desquels elle est activée (Halbwachs, 1994). Aussi ce qui a été mémorisé peut-il être rappelé sous sa forme objectivée (la trace du passé sous une forme écrite, l’évocation des souvenirs dans une conversation, etc.) au contact des autres : c’est la « mémoire souvenir » (Lahire, 2018, p. 156) ; ou bien agir dans le présent, selon les circonstances, sans être nécessairement « représentée » : c’est la mémoire à l’état incorporé – la « mémoire du corps » ou la « mémoire sans souvenir », selon le mot d’Henri Bergson (Ibid.). Ces deux types de mémoires sont essentiels à l’incorporation en ce que l’un et l’autre participent à sédimenter dans le corps les expériences socialisatrices (trans)formatrices.

32Cependant, si l’incorporation se fonde visiblement sur la mémorisation pour stocker les expériences aussi bien individuelles que collectives, deux points méritent d’être soulignés. Le premier est que, quel que soit le type de mémoire sur laquelle se fonde l’incorporation, la mémoire n’est pas infaillible. Par exemple, elle peut s’altérer et, comme on l’a indiqué plus haut, provoquer un « affaiblissement » de ce qui est incorporé ; ou être aux prises d’une « interférence proactive », c’est-à-dire d’une « interférence entre des souvenirs récents et d’autres plus anciens liés au même sujet, mais qui ne sont plus pertinents » (Berthoz, 2020, p. 264). Le deuxième est que ce processus d’incorporation repose même – et paradoxalement en apparence – sur l’oubli. C’est à nos yeux ce que suggèrent les travaux les plus avancés en sciences cognitives, qui pointent que le corps, avec son cerveau, est capable de « faire le ménage » dans ce qui a été incorporé pour s’ouvrir à la nouveauté (Ibid). Ainsi l’incorporation ne se réalise-t-elle pas sans mémorisation et sans oubli.

En guise de conclusion

33Le point de départ de cet article reposait sur le constat que les sociologues se sont moins intéressés à comment se fait l’incorporation qu’à la nature de ce qui s’incorpore et aux effets de ce processus. Aussi a-t-on souhaité orienter ce travail autour d’une question centrale : quels processus lui sont sous-jacents et le rendent possible ? L’intérêt d’avoir tenté ici d’y répondre relève de trois ordres : il permet d’abord de proposer une réflexion sur comment se fait l’incorporation en faisant l’effort de réunir et d’organiser en un seul et même endroit ce qui se retrouve à l’état épars et non systématique dans des travaux de disciplines et de courants théoriques différents ; ensuite de montrer que la notion d’incorporation est scientifiquement étayée, confirmée aussi bien par des travaux sociologiques que par ceux issus des sciences cognitives ; enfin de mettre ce processus sous la loupe du sociologue afin d’en comprendre le fonctionnement et de saisir aussi clairement que possible sur quoi il repose. À ce point, on a vu que l’incorporation ne ressemble pas à un puzzle composé d’une mais de cinq pièces : agir, imiter, contre-imiter, répéter, mémoriser, voilà donc les cinq piliers essentiels sur lesquels se fonde l’incorporation. Outre sans doute l’intérêt pédagogique de mieux saisir les ressorts d’un tel processus, gageons que l’identification de ces piliers ouvre la voie à de nouveaux travaux de recherche empiriques – idéalement focalisés sur toutes ces dimensions afin de les mettre en regard et de les penser relationnellement et non substantiellement – afin d’illustrer, étendre et au besoin réviser notre connaissance du processus d’incorporation du social.

Haut de page

Bibliographie

Bandura A. (1995), L’Apprentissage social, Paris/Bruxelles, Éditions Mardaga.

Becker H. (1985), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métailié.

Berthoz A. (1997), Le Sens du mouvement, Paris, Éditions Odile Jacob.

Berthoz A. (2020), L’Inhibition créatrice, Paris, Éditions Odile Jacob.

Bideau J., Houde O. & J.-L. Pedinielli (2015), L’Homme en développement, Paris, Presses universitaires de France.

Boltanski L. (1971), « Les usages sociaux du corps », Annales, Histoire, Sciences sociales, vol. 26, n° 1, pp. 205-233 [En ligne] DOI: https://doi.org/10.3406/ahess.1971.422470

Bourdieu E. (1998), Savoir faire. Contribution à une théorie dispositionnelle de l’action, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. (1977), « Remarques provisoires sur la perception sociale du corps », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 14, pp. 51-54.

Bourdieu P. (1980), Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu P. (1997), Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. (2004), Esquisse pour une autoanalyse, Paris, Éditions Raisons d’agir.

Bronner G. (2007), L’Empire de l’erreur. Éléments de sociologie cognitive, Paris, Presses universitaires de France.

Bronner G. (2010), « Cerveau et socialisation. Quelques éléments de discussion », Revue française de sociologie, vol. 51, pp. 645-666.

Chapoutier G. (2006), Biologie de la mémoire, Paris, Éditions Odile Jacob.

Corraze J. (1988), Les Communications non-verbales, Paris, Presses universitaires de France.

Court M. (2016), « Incorporation », dans Rennes J. (dir.), Encyclopédie critique du genre. Corps, sexualité, rapports sociaux, Paris, Éditions La Découverte, pp. 321-330.

Court M. (2017), Sociologie des enfants, Paris, Éditions La Découverte.

Damasio A. (2010), L’Autre moi-même. Les nouvelles cartes du cerveau, de la conscience et des émotions, Paris, Éditions Odile Jacob.

Darmon M. (2003), Devenir anorexique. Une approche sociologique, Paris, Éditions La Découverte.

Darmon M. (2011), « Sociologie de la conversion : socialisation et transformations individuelles », dans Burton-Jeangros C. & C. Maeder, Identité et transformation des modes de vie, Zurich, Éditions Seismo, pp. 64-84.

Darmon M. (2016), La Socialisation, Paris, Éditions Armand Colin.

Dehaene S. (2014), Le Code de la conscience, Paris, Éditions Odile Jacob.

Dehaene S. (2018), Apprendre ! Les talents du cerveau, le défi des machines, Paris, Éditions Odile Jacob.

Dehaene S. (2019), La Science au service de l’école, Paris, Éditions Odile Jacob.

Dortier J.-F. (2009), Les Humains. Mode d’emploi, Auxerre, Éditions Sciences Humaines.

Elias N. (1991), La Société des individus, Paris, Éditions Fayard.

Éribon D. (2009), Retour à Reims, Paris, Éditions Fayard.

Faure S. (2011), « "Apprendre par corps" : devenir des individus », dans Huet B. & N. Gal-Petitfaux (dir.), L’Expérience corporelle, Paris, Éditions EP&S, pp. 45-59.

Faure S. (1999), « Les processus d’incorporation et d’appropriation des savoir faire du danseur », Éducation et Sociétés, n° 4/2, pp. 75-90.

Faure S. (2000), Apprendre par corps. Socio-anthropologie des techniques de danse, Paris, Éditions La Dispute.

Gardner H. (1997), Les Formes de l’intelligence, Paris, Éditions Odile Jacob.

Jacquet C. (2014), Les Transclasses ou la non-reproduction, Paris, Presses universitaires de France.

Halbwachs M. (1994), Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Éditions Albin Michel.

Hoggart R. (2013), 33 Newport Street. Autobiographie d’un intellectuel issu des classes populaires anglaises, Paris, Éditions du Seuil.

Houde O. & G. Leroux (2015), Psychologie du développement cognitif, Paris, Presses universitaires de France.

Karli P. (2011), Le Besoin de l’autre. Une approche interdisciplinaire de la relation à l’autre, Paris, Éditions Odile Jacob.

Kaufmann J.-C. (2000), Corps de femmes, regards d’hommes. Sociologie des seins nus, Paris, Éditions Nathan.

Lahire B. (2012), Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Paris, Éditions du Seuil.

Lahire B. (2013), Dans les plis singuliers du social, Paris, Éditions La Découverte.

Lahire B. (2018), L’Interprétation sociologique des rêves, Paris, Éditions La Découverte.

Lahire B. (2019), Enfances de classe, Paris, Éditions du Seuil.

Le Breton D. (1992), Des Visages, Paris, Éditions Métailié.

Lledo P.-M. & J.-D. Vincent (2012), Le Cerveau sur mesure, Paris, Éditions Odile Jacob.

Mauss M. (1921), « L’expression obligatoire des sentiments », Journal de psychologie, n° 18.

Mauss M. (1936), « Les techniques du corps », Journal de psychologie, n° 32.

Mauss M. (2013), Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France.

Mead G. H. (2006), L’Esprit, le soi et la société, Paris, Presses universitaires de France.

Mennesson C. (2005), Être une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et construction du genre, Paris, Éditions L’Harmattan.

Merleau-Ponty M. (1945), Phénoménologie de la perception, Paris, Éditions Gallimard.

Milet J. (1972), « Gabriel Tarde et la psychologie sociale », Revue française de sociologie, n°13/4, pp. 472-484.

Nadel J. (2016), Imiter pour grandir, Paris, Éditions Dunod.

Orival T. (2020), « Des enseignants du secondaire aux prises avec des transformations corporelles et langagières transcontextuelles et socialement situées », Thèse de doctorat, Université du Mans et Université de Montréal.

Petit L. (2006), La Mémoire, Paris, Presses universitaires de France.

Piaget J. (1947), La Psychologie de l’intelligence, Paris, Éditions Armand Colin.

Rasera F. (2016), Des Footballeurs au travail : au cœur d’un club professionnel, Marseille, Éditions Agone.

Schotté M. (2016), « Les possibles corporels : supports biologiques, déterminations sociales », Revue européenne des sciences sociales, vol. 1, n° 54, pp. 201-220.

Tarde G. (2001), Les Lois de l’imitation, Paris, Éditions Les empêcheurs de penser en rond.

Vieille-Marchiset G. (2019), La Conversion des corps. Bouger pour être sain, Paris, Éditions L’Harmattan.

Wacquant L. (2000), Corps et âme. Carnets ethnographiques d'un apprenti-boxeur, Marseille, Éditions Agone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tony Orival, « Comment se fait l’incorporation ? Brèves considérations »SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 13 octobre 2020, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/14599 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.14599

Haut de page

Auteur

Tony Orival

Docteur en sociologie, Université du Mans (France) et Université de Montréal (Qc., Canada) - Chercheur post-doctoral au laboratoire "Sport et sciences sociales" (E3S - UR 1342, Strasbourg (France) - tony.orival@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search