Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2020De l’observation à la production ...De la méthodologie aux méthodes d...

2020
De l’observation à la production des connaissances. Les médiations dans la recherche en sciences sociales

De la méthodologie aux méthodes de recherche (et non l’inverse)

Introduction au Dossier « De l’observation à la production des connaissances. Les médiations dans la recherche en sciences sociales »
From methodology to methods (and not the contrary). Introduction to te file « From observation to production of knowledge. Mediations in social sciences research »
Nathalie Mondain, Jean-Marc Larouche et Stéphanie Gaudet

Résumés

Les « données » sont souvent réduites aux informations recueillies durant la recherche alors qu'elles résultent de dynamiques relationnelles ayant contribué à les produire. Ce Dossier rassemble un échantillon des réflexions menées à ce sujet durant la 9ème Université d'été du RéDoc (Réseau international d'écoles doctorales en sociologie/sciences sociales de l'Association internationale des sociologues de langue française) qui s’est tenue à l'Université d'Ottawa en 2018. Les échanges ont porté sur les dynamiques des relations sociales qui orientent le processus de production de nouvelles connaissances à partir du concept de médiations sociales. Ce concept, qui renvoie tant aux rapports entre la personne observatrice et la personne observée qu’aux médiations qui jalonnent le processus de recherche de la conception de l'objet de recherche jusqu'à l'analyse des données en passant par le terrain d'enquête, permet de poser un regard critique sur la (re)production des connaissances et des discours.

Haut de page

Texte intégral

1Une question fondamentale et de plus en plus d’actualité pour nombre de chercheurs et chercheuses dans les disciplines des sciences sociales consiste à s’interroger sur les multiples dimensions liées à la production de connaissances tout en évitant de réduire ces enjeux à une discussion sur les méthodes pour la centrer sur la notion plus complexe de méthodologie. Howard S. Becker, dans son ouvrage Les Ficelles du métier, propose ainsi des pistes pour aider les chercheurs et chercheuses « à progresser lorsqu’ils [ou elles] sont confrontés à des problèmes de recherche concrets » (Becker, 2002, p. 25). Suivant cette perspective, il s’agit de réfléchir à la façon dont les expériences socialisatrices (personnelles, professionnelles) de ces personnes orientent leurs points de vue sur une forme particulière de la réalité sociale (qu’ils et elles vont étudier) et de considérer l’élaboration méthodologique comme partie intégrante du processus de théorisation (Lahire, 2012, 2007). En effet, lorsque la production de connaissances repose sur un travail empirique, ce dernier tend souvent à se résumer à une « collecte de données » dissociées de tout le processus conceptuel ayant conduit à la réalisation d’un terrain de recherche. Il en résulte une production de catégories de classification de la réalité sociale par des techniques diversifiées (enquête par questionnaire, entretiens qualitatifs, etc.) qui conduisent à la formation ou à la reproduction de représentations des groupes et faits sociaux. Or, si les données produites sont détachées du processus de théorisation sur lequel repose l’ensemble de la recherche, non seulement le terrain réalisé perd de son sens, mais ces représentations sociales finissent par être elles-mêmes détachées de la réalité sociale à laquelle elles se réfèrent. Le « terrain » de recherche constitue ainsi l’espace social par excellence dans lequel ces enjeux se matérialisent, accaparant ainsi une grande attention de la part des chercheurs et chercheuses au détriment parfois d’une réflexion méthodologique approfondie (Stavo-Debauge et al., 2017) que le concept de médiations sociales permet d’envisager quelle que soit la discipline concernée.

2Ce concept nous semble en effet particulièrement pertinent pour appréhender les processus de production de connaissances sociologiques en ce qu’il permet de nuancer et complexifier une notion mobilisée fréquemment sans qu’elle soit clairement explicitée, celle de contexte. Si, comme le rappelle Paul Sabourin, étymologiquement, le terme « contexte » signifie « qui est tissé avec », il ne permet, selon l’auteur, de conférer un sens aux éléments observés qu’une fois « "replacés" dans un ensemble spécifique c’est-à-dire local » (Sabourin, 1993, p. 69). Le concept de médiations sociales permet cette opération tout en allant plus loin puisqu’il fait apparaître les liens entre les dimensions épistémologique, éthique et méthodologique en considérant la démarche de recherche comme à la fois l’expression et la constitution de relations sociales existantes et nouvelles. Ainsi, les éléments observés ne peuvent se réduire à de simples « données brutes » correspondant aux informations recueillies auprès des participants et participantes impliqué.e.s dans la recherche. Ils prennent au contraire une tout autre dimension dans la mesure où l’on fait apparaître les dynamiques sociales liées à la fois aux expériences propres au chercheur ou à la chercheuse et à la situation d’enquête qui ont contribué à les produire. Une telle réflexion s’avère particulièrement pertinente dans le contexte actuel où des concepts à la mode tels que « révolution des données » ou « données massives » pénètrent toutes les sphères du monde académique sans que les enjeux méthodologiques liés à ces données soient pour autant bien maîtrisés par les étudiants et étudiantes ou par leurs mentors et mentores – superviseurs ou superviseuses, professeurs ou professeures, etc. (Ollion & Boelaert, 2015).

3Pour autant, la notion de médiations sociales ne se limite pas au rapport entre la personne observatrice et la personne observée dans la production de connaissances. Au-delà de la visée consistant à établir une connaissance du monde nouvelle ou renouvelée, la mise au jour des médiations sociales jalonnant le processus de recherche permet de rendre compte du rapport au monde des différents protagonistes à l’œuvre, fournissant ainsi une pluralité de « clés » d’interprétation du travail de recherche accompli, tant par les choix théoriques et méthodologiques opérés par le chercheur ou la chercheuse que par la mise en discours des expériences individuelles et collectives par les sujets de la recherche. Une telle démarche permet alors de rompre avec la dichotomisation fréquente entre savoirs « traditionnels » et savoirs « modernes » comme le démontre Paul Sabourin. Selon cet auteur, s’inspirant des travaux d’Hannah Arendt, le travail des chercheurs et chercheuses s’organise en fonction de plusieurs logiques sociales qui sont autant de « traces de processus de connaissances » pouvant précisément être appréhendées à partir du concept de médiation sociale (Sabourin, 2005, p. 120).

4C’est donc par l’analyse des différentes formes de médiations que les choix opérés dans la conception de l’objet de recherche pourront être objectivés. Il sera alors possible de faire ressortir les enjeux liés au découpage de la réalité en catégories préétablies ou construites, découpage revisité tout au long du « chemin » parcouru de l’observation jusqu’à la construction de données à analyser, à interpréter et à traduire sous forme de nouvelles connaissances. L’analyse des médiations nous permet ainsi de revenir sur l’univers normatif de production des discours, d’usage de certaines sources de données, de choix méthodologiques, ces normes s’inscrivant dans une temporalité et un espace social eux-mêmes changeants (De Munck et al., 1997 ; Sabourin, 1993). Une telle approche reste toutefois encore difficile à mettre en œuvre compte tenu de l’hégémonie persistante de la perspective positiviste dans le discours scientifique et son influence dans la modélisation de la recherche et du rapport au terrain (Gaudet & Robert, 2018).

5Suivant cette perspective, il s’agit donc de questionner à chaque étape de conceptualisation et de réalisation de sa recherche le sens à attribuer aux opérations de production et d’analyse des données, qu’elles soient originales (c’est-à-dire produites par le chercheur ou la chercheuse) ou secondaires (Ramognino, 1992 ; Vergès, 1993). Si ces préoccupations semblent particulièrement évidentes dans le domaine de l’analyse des données quantitatives – où la simple introduction d’une nouvelle variable peut rendre les relations avec d’autres variables significatives (ou non) – elles n’en sont pas moins réelles dans les études qualitatives. À ce titre nous renvoyons à l’ouvrage de Jean-Pierre Olivier de Sardan, La Rigueur du qualitatif (Olivier de Sardan, 2008), qui, loin de constituer un manuel de méthodes, pointe plutôt sur les multiples questionnements et choix que ces approches impliquent. Howard S. Becker quant à lui, dans Les Ficelles du métier (Becker, 1998), propose une approche réflexive et non linéaire du terrain, fondée sur un questionnement à la fois de nos propres représentations et de celles des acteurs et actrices auxquels les chercheurs et chercheuses sont confrontés, ces représentations influençant tant la sélection des cas pertinents que leur mise en relation. Ce faisant, ces auteurs nous renvoient à la question délicate de l’engagement du chercheur ou de la chercheuse dans la réalisation de ses terrains et dans la publication de ses résultats (Mondain & Sabourin, 2009 ; Cefaï et al., 2009 ; Fassin & Bensa, 2008 ; Bergier, 2001 ; Larouche, 2019).

  • 1 Le RéDoc tient une université annuellement depuis 2009 en des lieux différents de l’espace francoph (...)
  • 2 Suivant les termes de Paul Sabourin lors de sa conférence introductive de cette 9ème session.

6Ces enjeux ont présidé aux échanges et débats lors de la 9ème Université d’été du RéDoc (Réseau des écoles doctorales en sociologie/sciences sociales de l’AISLF) à Ottawa en 2018 et dont le thème fédérateur portait sur : De l’observation à la production des connaissances. Les médiations dans la recherche en sciences sociales 1. Ce thème visait à élargir le débat sur l’ensemble de ces dimensions qui constituent le processus de production de connaissances dans la recherche sociologique, l’objectif étant de favoriser chez les doctorants et doctorantes une réflexion approfondie sur la façon dont les méthodologies de recherche s’élaborent. Ceci nous conduit également à revenir sur ce que, en tant que chercheurs et chercheuses, nous transmettons comme savoir sociologique au travers des données que nous produisons et ce faisant, aux « formes de vie sociale » 2 que nous faisons apparaître à travers notre production scientifique.

7Dans le cadre de cette Université d’été du RéDoc, les médiations sociales ont été appréhendées selon cinq grandes dimensions caractérisant la recherche contemporaine en sciences sociales et qui ont structuré les débats et les activités durant l’université d’été. Nous les reprenons successivement dans les pages qui suivent en soulignant la contribution des conférenciers et conférencières ayant discuté ces enjeux au fil de l’université d’été. Nous enchaînerons avec la présentation des textes retenus pour ce Dossier.

Les médiations sociales dans la régulation de la recherche

8La définition d’un objet de recherche, conduisant à la définition d’une problématique particulière, s’inscrit dans un espace social complexe dessiné notamment par les différentes institutions (agences, conseils, fonds) qui régulent, structurent et financent des programmes de recherches dans la mouvance des transformations politiques, économiques et sociales contemporaines. Ces mécanismes conduisent à la constitution de représentations qui sont susceptibles d’influer tant les orientations et le financement des recherches à venir que les politiques relevant de différents domaines de la vie sociale. Ainsi, la définition des thématiques devant conduire à la constitution d’un objet de recherche résulte de diverses médiations sociales qui influent sur la démarche même de la recherche ainsi que sur le statut et l’usage des connaissances à produire (caution, légitimation, instrumentalisation).

  • 3 Ces questions ont été abordées lors de la table ronde animée par Jean-Marc Larouche, Stéphanie Gaud (...)

9Ceci s’est observé de manière exemplaire dans des pays comme la France ayant une tradition de financement public de la recherche où la liberté intellectuelle et académique restait centrale, ce qui se manifestait par un travail davantage collectif et où les ressources étaient redistribuées plus équitablement (Hubert & Louvel, 2012). Or, ces modèles ont progressivement laissé la place aux financements par projets, ouvrant la porte à la recherche par thématiques et contribuant, entre autres, au morcellement et à l’individualisation du travail intellectuel. L’opérationnalisation de ce type d’approche repose ainsi de plus en plus sur la définition de « priorités » ou, dans les termes du Conseil de recherche canadien pour les sciences humaines et sociales (CRSH), les « domaines des défis de demain », dans lesquelles les chercheurs et chercheuses sont enjoints à inscrire leurs projets. Cet enjeu a suscité de nombreux débats quant aux effets de ces nouvelles formes de recherche sur la profession de chercheur ou de chercheuse, notamment en sciences industrielles et technologiques (Jouvenet, 2011 ; Barrier, 2011), mais qu’en est-il dans le domaine des sciences sociales ? Cette question se pose d’autant plus que nombre d’institutions universitaires sont encouragées à définir leur « vision » pour un avenir à moyen et long terme, celle-ci reposant sur un ensemble de grands thèmes ou domaines dans lesquels chaque chercheur ou chercheuse est supposé se reconnaître et mener ses travaux. S’il ne s’agit pas de contester l’importance, voire la pertinence de certains de ces thèmes supposés fédérateurs, il y a toutefois lieu de s’interroger sur la façon dont ces orientations sont définies, formalisées. Selon quels processus, quelles médiations ? Et quelles en sont les implications en termes de réflexion théorique et d’approche méthodologique ? Ces questions sont particulièrement sensibles lorsque les domaines d’expertise des chercheurs et chercheuses s’inscrivent dans des relations complexes et souvent politiques alors que leur démarche se veut essentiellement scientifique ; tel est le cas, par exemple, de la recherche en sciences sociales francophone dans le contexte nord américain 3.

Partenariats institutionnels et collaborations dans la recherche : des formes de médiations diversifiées

  • 4 Ceci a été clairement démontré dans le panel animé dans cette même session par Jean-Alain Goudiaby, (...)

10L’une des conséquences de cette recherche par projet centrée sur des thèmes spécifiques réside dans la constitution de partenariats et de collaborations qui se pose aujourd’hui comme une nécessité, voire une injonction dont les contours restent à circonscrire (Soulière & Fontan, 2018). En effet, quelles pratiques implicites guident ces collaborations, que ce soit en termes de réseaux professionnels, dans quelle mesure sont-elles orientées par des stratégies de recherche, voire de carrière ? De plus, dans les domaines de recherche où les relations sont fortement inégales tant du point de vue de l’accès aux ressources que des processus de formation académique et professionnelle, on peut s’interroger sur les agendas plus ou moins implicites guidant la formation de partenariats. Ceci est observable dans le contexte des « partenariats Nord-Sud » appelés de leurs vœux par nombre d’institutions mais qui, sous couvert de collaborations d’égal à égal, ne font au final que reproduire les inégalités existantes (Ouattara & Ridde, 2013). Ces questions s’avèrent particulièrement saillantes dans le contexte des sociétés anciennement colonisées et sujettes aux rapports de domination mondialisés 4. L’analyse sous l’angle des médiations permet d’opérer un retour réflexif sur la façon dont les choix, décisions, orientations prises par les chercheurs et chercheuses impliqué.e.s se sont opérés et ce faisant de mettre en exergue la complexité des rapports entre les membres d’équipes « partenaires » et l’effet de ces dynamiques sur la production de connaissances.

  • 5 Marguerite Soulière et Sébastien Pesce, dans leur conférence-dialogue de la même session, sont reve (...)

11Si ces dispositifs sont encouragés en amont de la recherche, ils peuvent aussi se constituer au fil de la recherche, émergeant précisément du « terrain » et des relations nouées par le chercheur ou la chercheuse dans ce cadre, ce qui pose toutes sortes de défis éthiques et méthodologiques (Larouche, 2017). Cette dimension évolutive des partenariats conduit à s’interroger tout au long du processus de recherche sur la nature des relations entre chercheurs et chercheuses et les différents acteurs et actrices impliqué.e.s, plus particulièrement sur les rapports de pouvoir sous-jacents : recherche par, pour, sur ou avec (Soulière et al., 2020) 5 ? Quel statut conférer à ces partenariats, comment ces collaborations influent sur la construction de l’objet de recherche de même que sur les choix méthodologiques retenus ? Comment appréhender des situations d’enquête limitées à un réseau social spécifique excluant de ce fait des individus également concernés par les enjeux soulevés ? Ici encore, le recours à la notion de médiations sociales tant pour saisir les dynamiques relationnelles au sein de ces partenariats que pour replacer la formation de ceux-ci dans l’espace global de la recherche en sciences sociales s’avère très pertinent.

Les catégories d’analyse, expression des médiations mises en œuvre sur le terrain

12Ni l’observation, ni l’espace social dans lequel elle est localisée, ne constituent des « données » ou des « contextes » en soi (Sabourin, 1993). C’est au chercheur ou à la chercheuse de revenir de manière critique sur certaines catégories préétablies, par exemple l’âge, le sexe, le ménage, etc. en menant une opération de traduction de celles-ci dans une visée de connaissance de la réalité sociale (Mounin, 1963). Or cette opération de traduction, pour ne pas être passée sous silence, peut être objectivée comme médiation sociale, sans quoi on risquerait de contribuer à une forme d’administration de la population par l’usage de catégories de sens commun, souvent reprises voire développées à des fins politiques (Desrosières, 2010 ; Randall et al., 2011 ; Randall, 2015). Ceci est particulièrement bien illustré par les débats entourant les « variables ethniques » (Jugnot, 2014, 2016), mais peut aussi se discuter à partir d’autres variables, moins débattues mais dont l’interprétation aboutit à des situations fort problématiques. Par exemple la variable construite à partir des niveaux d’instruction atteints pour distinguer divers groupes sociaux, ou encore des individus dans des enquêtes sociales. Lorsqu’on se penche de manière critique sur le paradigme scolaire (Jacquemin & Schlemmer, 2011), les lacunes et imperfections de telles catégories apparaissent clairement, que ce soit pour expliquer l’échec scolaire (Lahire, 1995) ou pour appuyer les politiques internationales fondées sur le principe de l’Éducation pour tous.

  • 6 La question de la standardisation des données et la création d’indicateurs à des fins comparatives (...)

13Au-delà des débats purement techniques sur les variables ainsi créées et les indicateurs qui en découlent, œuvre de statisticiens et statisticiennes expert.e.s, ou encore des recherches ciblant explicitement certains groupes classés « vulnérables », « à risque », sur le fondement de tels indicateurs, c’est encore la question des médiations sociales en jeu qui se pose : que celles-ci soient appréhendées du point de vue de la construction des catégories, de l’usage et de l’interprétation qui en sont faits, chaque chercheur ou chercheuse se trouve face à la nécessité de questionner et se questionner face à ces catégories qui orientent et façonnent ses choix et ses analyses. Dans le contexte actuel favorisant fortement les analyses comparatives, ces questions sont centrales car elles renvoient aux problèmes soulevés par la standardisation des données opérée à des fins, justement, de comparaisons (Randall et al., 2011; Randall & Coast, 2015) 6.

La restitution des résultats, un processus de médiation entre les acteurs et actrices de la recherche

  • 7 Conférence Marta de Roca i Escoda lors de la session précitée.
  • 8 Comme le démontre Karine Gentelet dans sa conférence, toujours dans la même session, relayée par Br (...)

14La restitution, jusqu’à récemment encore perçue comme un « temps » localisé à la fin du processus de recherche, a été abondamment questionnée dans ses trois principales dimensions : quoi restituer, à qui et comment – quand et par quels canaux de communication (Bergier, 2000 ; Dayer et al., 2014 ; Mondain & Bologo, 2009) ? La restitution de résultats de recherche cumule des enjeux à la fois éthiques et méthodologiques renvoyant ainsi à la politique de l’enquête (Bosa, 2008) au sens d’une analyse critique de la situation de recherche, notamment ethnographique (Fassin & Bensa, 2008), mettant en exergue les relations établies entre les personnes enquêtrices et les personnes enquêtées. Dans une telle perspective, les temps alloués à une restitution permettent de revenir de manière réflexive sur les dynamiques d’un terrain de recherche sociologique 7 ; en outre, davantage qu’une restitution de résultats, ce retour sur différentes phases d’une recherche élargit le champ de compréhension aux savoirs issus des interactions entre ces personnes (Soulière et al., 2020). Ainsi, la restitution des résultats et des savoirs s’inscrit dans un espace social particulier, elle constitue l’expression d’un ensemble de médiations sociales dont la chercheuse ou le chercheur n’est pas l’actrice ou l’acteur central.e bien que primordial.e. Les chercheurs et chercheuses développant leurs travaux en milieu autochtone en ont fait l’expérience et l’apprentissage, ayant dû modifier leurs pratiques par l’intégration systématique d’une démarche de recherche collaborative et participative avec les peuples autochtones où la restitution constitue le maillon central du processus de recherche. Dans ce cas précis, c’est la communauté de chercheurs et chercheuses qui a dû s’adapter aux exigences des autorités autochtones faisant de la participation et de la restitution les conditions de réalisation des recherches dans leur milieu 8. Ceci soulève de manière exemplaire la question de la décolonisation des méthodologies qui est soulevée et concerne, outre les milieux autochtones (Smith, 1999) bien d’autres sociétés, africaines notamment (M’Bembe, 2006).

Le chercheur et la chercheuse, médiateur et médiatrice des savoirs

  • 9 Pour faire écho aux propos de Paul Sabourin dans sa conférence d’ouverture de la session du RéDoc.
  • 10 Tel qu’en fait état Jean De Munck dans sa conférence de clôture de la même session.

15Les chercheurs et les chercheuses jouent un rôle important tant dans le milieu académique que dans l’espace public dans la mesure où ils et elles sont appelé.e.s à mettre au jour les processus d’apprentissages socio-collectifs mobilisés et réactivés dans la production de connaissances 9 (Larouche, 2014). Cette tâche particulière est notamment réalisée par un travail de description de la réalité observée et des opérations de traduction que ces scientifiques sont amené.e.s à accomplir pour en produire des connaissances. En ce sens, l’écriture en sociologie résulte d’un ensemble de médiations indissociables de l’analyse des faits sociaux communiquée par les sociologues, pour autant qu’on les explicite (Hamel, 2012). De la sorte, la recherche atteint une visée émancipatrice puisque le statut « réel » des sujets apparait au grand jour, détaché des « étiquettes » de sens commun, au fond extérieures à l’espace social dont ils font partie 10. Ceci fait référence à la responsabilité du chercheur ou de la chercheuse, comme il en a été question durant les débats de la 9ème session du RéDoc autour de la restitution. En cela, Jean De Munck, dans son article qui conclut le Dossier, fait écho aux propos de Paul Sabourin. Tout en situant la notion de médiation dans l’œuvre de Charles Sanders Pierce, Jean De Munck démontre « en quoi la médiation est constitutive de la sociologie ». Partant de la médiation sémiotique de Charles S. Pierce, il situe la médiation au cœur de la connaissance scientifique par le travail d’objectivation des différentes étapes de la recherche (collecte de données, théorisation notamment) qui est opéré, mettant en relation les différentes propositions entre elles. Ceci permet de se dégager de l’idée d’intuition pour mettre de l’avant le fait que les matériaux de recherche constitués (les données) résultent de processus de connaissances cumulés, ce que Paul Sabourin, dans sa conférence d’ouverture, réfère à la description des « traces-inférences » des différents matériaux. Paul Sabourin et Jean De Munck proposent des voies différentes mais complémentaires pour suggérer le rôle émancipateur de la sociologie (ou plus généralement de la science pour Jean de Munck). Paul Sabourin propose de prendre en considération les processus sociocognitifs d’apprentissage tant chez les sujets de la recherche que chez les sociologues et l’effet médiateur de ces processus dans l’interprétation du réel. Jean De Munck insiste quant à lui sur la nécessité d’une théorisation du processus d’exploration du social : des pratiques d’enquête aux visées de la recherche en questionnant notamment le rapport entre la sociologie comme science et la société qui poursuit ses propres finalités dans une perspective de critique sociale. Ceci conduit à mettre en relation les différentes formes de médiations – internes au social, propres à la science et le rapport entre les deux – plutôt que de se limiter à leur seule description, ce qui nous ramène au rôle potentiellement transformateur de la sociologie.

Présentation des textes

16Outre le texte de Jean De Munck que nous venons d’évoquer, nous avons retenu trois textes provenant de trois doctorantes ayant participé à cette université d’été. Le point commun de ces trois articles réside dans la réflexion occasionnée par la proximité des auteures avec les individus et milieux qui constituent leur terrain de recherche, que ces relations soient antérieures à leur recherche, très proches (familiales, professionnelles) (Ghaliya N. Djelloul, Cécile Roaux) ou nouées dans le cadre de celle-ci (Mathilde Renault-Tinacci). Ceci les conduit notamment à la redéfinition des médiations sociales dans lesquelles elles s’inscrivent comme chercheuses.

17Le texte de Ghaliya N. Djelloul porte sur le passage de la mémoire de l’expérience à la mémoire dans l’expérience, ce qui n’est pas sans rappeler la transition réflexive de l’éthique de la recherche à l’éthique dans la recherche (Sabourin, 2009). Dans cette réflexion, l’auteure aborde la difficile question du retour à son milieu d’origine après une trajectoire migratoire complexe, et ce dans le cadre d’un terrain ethnographique qui tend à amplifier les dimensions relationnelles du rapport observant/observante-observé/observée. Comment appréhender un terrain en apparence familier mais auquel on est finalement devenu étranger ou étrangère ? Au travers d’une analyse fine des différentes formes de médiations entre elles, c’est-à-dire des multiples composantes de l’environnement qui fut celui de son enfance, mais qu’elle doit se réapproprier afin d’en refaire son « chez soi » après une longue absence, l’auteure fait appel à une « relocalisation de la mémoire collective en retrouvant une mémoire de l’expérience des "siens" ». Ce faisant, elle interpelle de nombreux chercheurs et chercheuses se trouvant dans des processus similaires – on pense entre autres, mais pas seulement, aux étudiantes et étudiants, aux chercheuses et chercheurs étrangers qui retournent dans leur milieu d’origine pour y mener leurs travaux. L’intérêt particulier du texte de Ghaliya Djelloul réside donc dans la prise en compte des multiples dimensions de sa personne, ses « moi » et comment ils se constituent au travers des relations sociales. La réflexivité met ainsi au jour les différents niveaux de médiations sociales qui vont donner sens au terrain et aux connaissances qui en émergeront.

18Dans le cas de Cécile Roaux, la question de la place de la chercheuse sur son terrain se pose également dans la mesure où la position professionnelle de celle-ci se confond avec son objet, celui-ci portant sur le pouvoir des directeurs et directrices d’école alors qu’elle-même est directrice d’école. Mêlant ainsi pratique et recherche au sein de son propre milieu professionnel, le défi classique en sciences sociales de la distanciation du chercheur ou de la chercheuse face à son objet s’en est trouvé exacerbé. Elle propose des pistes pour faire face à ces défis, notamment par une « triangulation des méthodes » posée comme méthodologie de recherche, médiatrice des relations sociales en jeu dans le milieu observé. Cette triangulation repose sur la combinaison de techniques d’enquête par questionnaire, d’entretiens qualitatifs et d’observation « intégrée » et permet de rendre compte des multiples médiations sociales à la fois dans le métier exercé par la chercheuse et dans son activité de recherche. Ce faisant, cet article pose des questions fondamentales à la fois sur le sens et les pratiques d’une recherche sociologique appliquée.

19Mathilde Renault-Tinacci se penche quant à elle sur les relations complexes entre recherche et politique lorsque le chercheur ou la chercheuse se trouve au sein d’organisations hautement politisées. Elle part de sa propre expérience, celle d’un engagement dans un dispositif académique et scientifique particulier mis en place en France : les thèses Cifre. Ce programme formalise une entente entre un organisme employeur et l’université où les compétences et les recherches produites par l’étudiant ou l’étudiante doivent bénéficier à l’organisme employeur. Le questionnement de l’auteure porte ainsi à la fois sur la production de savoirs dans le cadre d’un dispositif « hybride » et sur la mobilisation de ces savoirs par et pour le politique. Dans ce cas précis, l’auteure n’a pas nécessairement d’affinités avec l’employeur, elle n’a pas d’histoire avec l’organisation, mais elle a une obligation de résultats tout en devant satisfaire aux exigences académiques de son programme d’étude. Cette double « implication » rend la position du chercheur ou de la chercheuse parfois difficile, surtout lorsque les impératifs politiques de l’organisme employeur s’immiscent dans sa méthodologie. Cette expérience de recherche à la fois appliquée, mais également fondamentale, met en évidence les multiples médiations institutionnelles au-delà de celles se rapportant aux rapports chercheur/chercheuse-participants/participantes.

20Ces différentes contributions mettent ainsi en lumière divers registres où s’activent les médiations sociales dans un processus de recherche. À ce titre, on peut considérer que l’Université d’été du RéDoc 2018 a tenté de répondre à une préoccupation classique en sciences sociales, à savoir la définition d’une méthodologie générale par une proposition concrète ancrée dans les réalités empiriques contemporaines : celle de mobiliser la notion de médiations sociales pour mieux comprendre ces processus, ce qui permet de dépasser les seules considérations techniques de la recherche, trop réductrices dans l’appréhension de la réalité sociale. Or, cette description et analyse des médiations sociales, en mettant au jour les multiples dimensions relationnelles caractérisant les activités sociales de production de connaissance sociologique dans leur diversité et leurs particularités, permet d’ouvrir la voie à une recherche sociologique plus collaborative.

21Cette dernière suppose au fond de se libérer des cadres conventionnels souvent proposés aux apprentis chercheurs et apprenties chercheuses en sciences sociales sous forme de manuels méthodologiques. Comme nous y invitait Howard S. Becker, il s’agit de « se libérer des modes de pensées routiniers et confortables que la vie universitaire favorise et soutient en en faisant la manière "correcte" de faire les choses » (Becker, 2002, p. 29), c’est-à-dire opérer un retour à la fois critique et innovateur sur nos questionnements et pratiques de recherche. Une telle posture exige davantage de travail de la part des chercheurs et chercheuses qui sont en effet appelés à élargir l’univers des possibles en lien avec leur objet de recherche. Pour ce faire, la mobilisation du concept de médiations sociales s’avère particulièrement féconde tant du point de vue théorique que méthodologique, à condition, selon nous, qu’elle s’articule avec un effort de partage des points de vue entre chercheurs et chercheuses et de réelle mise en commun de leurs travaux. C’est d’ailleurs un peu l’objet des réflexions plus récentes de Bernard Lahire pointant sur les dangers inhérents à la situation actuelle d’hyperspécialisation des savoirs qui a conduit nombre de chercheurs et de chercheuses à s’isoler, se définir au travers de cadres spécifiques plutôt que de croiser leurs expériences passées avec leurs pratiques actuelles à la fois individuellement et collectivement (Lahire, 2012). Tout un défi auquel se trouve confrontée la sociologie en particulier.

Haut de page

Bibliographie

Barrier J. (2011), « La science en projets : financements sur projet, autonomie professionnelle et transformations du travail des chercheurs académiques », Sociologie du travail, vol. 53, n° 4, pp. 515-536

Becker H. S. (2002), Les Ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, Éditions la Découverte.

Bergier B. (2001), Repères pour une restitution des résultats de la recherche en sciences sociales, Paris, Éditions L’Harmattan.

Bosa B. (2008), « À l’épreuve des comités d’éthique. Des codes aux pratiques », dans Fassin D. & A. Bensa (dir.), Les Politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, Paris, Éditions La Découverte, pp. 205-225.

Cefaï D., Costey P., Gardella E., Gayet-Viaud C., Gonzalez P., Le Méner E. & C. Terzi (2009), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’École des Hautes études en Sciences Sociales.

Dayer C., Schurmans M.-N. & M. Charmillot (2014), La Restitution des savoirs. Un impensé des sciences sociales ?, Paris, Éditions L’Harmattan.

De Munck J., Verhoeven M. & P. Barré (1997), Les Mutations du rapport à la norme : un changement dans la modernité ?, Bruxelles, Éditions De Boeck Université.

Desrosières A. (2010), La Politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, Éditions La Découverte.

Fassin D. & A. Bensa (2008), Les Politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, Paris, Éditions La Découverte.

Gaudet S. & D. Robert (2018), L’Aventure de la recherche qualitative : du questionnement à l’écriture du rapport, Ottawa, Ontario, Presses de l’Université d’Ottawa.

Hamel J. (2012), « Sur le langage et l’écriture en sociologie. Brèves considérations théoriques et pratiques à partir de Bourdieu », International Review of Sociology, vol. 22, n° 2, pp. 365‑377.

Hubert M. & S. Louvel (2012), « Le financement sur projet : quelles conséquences sur le travail des chercheurs ? », Mouvements, vol. 3, n° 71, pp. 13-24 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-mouvements-2012-3-page-13.htm#.

Jacquemin M. & B. Schlemmer (2011), « Introduction : Les enfants hors l’école et le paradigme scolaire », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, n° 10, pp. 7-28 [En ligne] https://journals.openedition.org/cres/77

Jouvenet M. (2011), « Profession scientifique et instruments politiques : l’impact du financement "sur projet" dans les laboratoires de nanosciences », Sociologie du travail, vol. 53, n° 2, pp. 240.

Jugnot S. (2014), « Les statistiques ethniques outillent des politiques de quotas plutôt que la connaissance des discriminations : l’exemple canadien », Revue de l’IRES, vol. 4, n° 83, pp. 51-84 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-de-l-ires-2014-4-page-51.htm# .

Jugnot S. (2016), « Les débats français sur les statistiques "ethniques" : une histoire sans fin ? », Document de travail de l’IRES, n° 1.

Lahire B. (1995), Tableaux de familles. Heurs et malheurs scolaires en milieux populaires, Paris, Éditions Gallimard/Le Seuil.

Lahire B. (2007), L’Esprit sociologique, Paris, Éditions La Découverte/Poche.

Lahire B. (2012), Monde pluriel, Paris, Éditions du Seuil.

Larouche J.-M. (2014), « Savoir, éthique et politique : la figure trinitaire du sociologue comme médiateur dans l’espace public », dans Delchambre J.-P. (dir.), Le Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus. Hommage à Luc Van Campenhoudt, Bruxelles, Publications universitaires Saint-Louis, pp. 445-453.

Larouche J.-M. (2017), « Les temps de l’éthique en recherche collaborative », dans Fontan J.-M. (dir.), Actes du colloque étudiant sur la recherche partenariale, Chaire de recherche UQÀM sur la méthodologie et l’épistémologie de la recherche partenariale, pp. 7-15 [En ligne] https:www.chairerp.uqam.ca

Larouche J.-M. (2019), « Les sciences sociales et l’éthique en recherche en contexte canadien. Régulation imposée ou approche réflexive ? », Revue d’Anthropologie des Connaissances, vol. 13, n° 2, pp. 479-501.

Mbembe A. (2006), « Qu'est-ce que la pensée postcoloniale ? », Esprit, n° 12, pp. 117-133.

Mondain N. & P. Sabourin (2009), « De l’éthique de la recherche à l’éthique dans la recherche », Cahiers de recherches sociologiques, n° 48, pp. 5-12.

Mondain N. & E. Bologo (2009), « L’intentionnalité du chercheur dans ses pratiques de production des connaissances : les enjeux soulevés par la construction des données en démographie et santé en Afrique », Cahiers de recherche sociologique, n° 48, pp. 175-204.

Mounin G. (1963), Les Problèmes théoriques de la traduction, Paris, Éditions Gallimard.

Olivier de Sardan J.-P. (2008), La Rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Bruxelles, Éditions Academia Bruylant.

Ollion E. & J. Boelaert (2015), « Au-delà des Big Data. Les sciences sociales et la multiplication des données numériques », Sociologie, vol. 3, n° 6, pp. 295-310.

Ouattara F. & V. Ridde (2013). « Expériences connues, vécues… mais rarement écrites : à propos des relations de partenariat Nord-Sud », Nouvelles pratiques sociales, vol. 25, n° 2, pp. 231-246.

Ramognino N. (1992), « L'observation, un résumé de la "réalité" : de quelques problèmes épistémologiques du recueil et du traitement des données », Current sociology, n° 1, pp. 55-75.

Randall S. (2015), « Where Have All the Nomads Gone? Fifty Years of Statistical and Demographic Invisibilities of African Mobile Pastoralists », Pastoralism: Research, Policy and Practice, n° 5, p. 22.

Randall S., Coast E. & T. Leone (2011), « Cultural Constructions of a Critical Demographic Concept: The Survey Household », Population Studies, vol. 65, n° 2, pp. 217-229.

Sabourin P. (1993), « La régionalisation du social : une approche de l'étude de cas en sociologie », Sociologie et sociétés, vol. 25, n° 2, pp. 69-91.

Sabourin P. (2005), « Médiateurs et médiations sociales constitutives de l’épistémè de la connaissance économique au Québec dans la première moitié du xxème siècle », Sociologie et sociétés, n° 372, pp. 119-152.

Sabourin P. (2009), « Une éthique de la connaissance sociologique? », Cahiers de recherches sociologiques, n° 48, pp. 69-91

Smith L. T. (1999), Decolonizing Methodologies. Research and Indigenous Peoples, London, Zed Books Ltd, University of Otago Press.

Soulière M., Monceau G., Fortuna C. M., Mondain N., Santana da Silva S. & A. Pilotti (2020), « Comprendre le parcours du devenir parent. Regard sur une démarche de recherche collaborative et qualitative à l’international », Enjeux et société, vol. 7, n° 1, pp. 64-91.

Soulière M. & J.-M. Fontan (2018), « Les recherches conjointes : un fait socio-anthropologique contemporain », Recherches sociographiques, vol. 59, n° 1-2, pp. 15-24 [En ligne] https://www.erudit.org/fr/revues/rs/2018-v59-n1-2-rs03975/1051423ar.pdf

Stavo-Debauge J., Roca i Escoda M. & C. Hummel (2017), « Enquêter. Rater. Enquêter encore. Rater encore. Rater mieux », SociologieS, La recherche en actes, Penser les ratés de terrain [En ligne] http://journals.openedition.org/sociologies/6084

Vergès P. (1993), « Traitement des données à facettes », Sociologie et sociétés, vol. 25, n° 2, pp. 37-46 [En ligne] https://www.erudit.org/fr/revues/socsoc/1993-v25-n2-socsoc86/001824ar/

Haut de page

Notes

1 Le RéDoc tient une université annuellement depuis 2009 en des lieux différents de l’espace francophone. En 2018, elle a eu lieu à la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Ottawa, l’École d’études sociologiques et anthropologiques ayant coordonné les activités. Le programme et les résumés des conférences évoqués dans cette introduction sont disponibles ici : https://sites.grenadine.uqam.ca/sites/redoc/fr/redoc2018-ottawa

2 Suivant les termes de Paul Sabourin lors de sa conférence introductive de cette 9ème session.

3 Ces questions ont été abordées lors de la table ronde animée par Jean-Marc Larouche, Stéphanie Gaudet et Mireille McLaughlin lors de la 9ème session du RéDoc .

4 Ceci a été clairement démontré dans le panel animé dans cette même session par Jean-Alain Goudiaby, Rokhaya Cissé et Fatima Ait Ben Lmadani sur la gestion de la recherche en Afrique.

5 Marguerite Soulière et Sébastien Pesce, dans leur conférence-dialogue de la même session, sont revenus, entre autres, sur des démarches de recherche innovantes et où la réflexivité est centrale.

6 La question de la standardisation des données et la création d’indicateurs à des fins comparatives a été discuté lors de la conférence-dialogue de Sara Randall et Loes Knaapen lors de la 9ème session du RéDoc.

7 Conférence Marta de Roca i Escoda lors de la session précitée.

8 Comme le démontre Karine Gentelet dans sa conférence, toujours dans la même session, relayée par Brieg Capitaine dans le panel sur les enjeux de la recherche en milieu autochtone.

9 Pour faire écho aux propos de Paul Sabourin dans sa conférence d’ouverture de la session du RéDoc.

10 Tel qu’en fait état Jean De Munck dans sa conférence de clôture de la même session.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Mondain, Jean-Marc Larouche et Stéphanie Gaudet, « De la méthodologie aux méthodes de recherche (et non l’inverse) »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 13 octobre 2020, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/14646 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.14646

Haut de page

Auteurs

Nathalie Mondain

Professeure agrégée, École d’études sociologiques et anthropologiques, Université d’Ottawa, ONT. (Canada) - nmondain@uottawa.ca

Jean-Marc Larouche

Professeur titulaire, président du RéDoc/AISLF, département de sociologie, UQÀM, Montréal, Qc. (Canada) - larouche.jean-marc@uqam.ca

Articles du même auteur

Stéphanie Gaudet

Professeure titulaire, École d’études sociologiques et anthropologiques, Université d’Ottawa, ONT. (Canada) - stephanie.gaudet@uottawa.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search