Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2020De l’observation à la production ...Le doctorat cifre à la croisée du...

2020
De l’observation à la production des connaissances. Les médiations dans la recherche en sciences sociales

Le doctorat cifre à la croisée du monde académique et de l’action publique : quand l’intermédiation transforme la recherche

The CIFRE doctorate at the crossroads of the academic world and public action: when intermediation transforms research
Mathilde Renault Tinacci

Résumés

Initialement pensées pour le secteur industriel et pour la recherche en sciences dites « dures », les CIFRE (Conventions industrielles de formation par la recherche) en France sont de plus en plus nombreuses en sciences sociales dans les administrations publiques ou les associations. Le dispositif CIFRE permet à ces organisations de bénéficier d’une aide de l’État pour recruter de jeunes doctorant·e·s. Si, de manière générale, la CIFRE questionne la posture du·de la doctorant·e et l’exploitation des résultats, ces interrogations sont d’autant plus présentes dans des organisations publiques où ce·cette dernier·e contribue à l’action publique. Constatant le manque d’espaces de réflexions (Berry, 2000) sur ces questions, cet article se propose de développer un regard réflexif sur la place de « médiateur » du·de la chercheur·e doctorant·e dans une recherche appliquée en sociologie. Nous nous intéressons également à la médiation d’un dispositif tripartite CIFRE sur le déroulement de la thèse. Nous souhaitons interroger les effets de cette double médiation à la fois sur la modélisation de l’objet de recherche, le déploiement méthodologique, la production des savoirs académiques, mais aussi sur la construction d’une posture de recherche-action du·de la chercheur·e.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La recherche interventionnelle en sciences sociales (contributive, partenariale, participative) suscite dans le monde académique contemporain un regain d’intérêt (Gibbons, 1994 ; Heinich, 2002). Ce caractère interventionnel peut être caractérisé par la transformation ou la résolution d’un problème social concret par le biais d’une production de connaissance résultant de ce processus de transformation. Les sociologues sont, dans ce cadre, de plus en plus mobilisés pour leur expertise, leur conseil, leur capacité à comprendre et à mettre à distance le monde social dans les politiques publiques. Ces pratiques peuvent être perçues dans l’espace académique comme moins légitimes, dotées d’une scientificité moindre en raison de leur plus grande porosité à la société civile, aux savoirs expérientiels. Ce rapport entre production de savoir académique et action publique est ici abordé sous l’angle d’une analyse réflexive suivant une recherche sur l’évolution des formes d’engagement en association, recherche appliquée en thèse CIFRE (Conventions industrielles de formation par la recherche) dans une grande administration territoriale française. Le dispositif CIFRE permet à des entreprises, des organismes publics ou des associations de bénéficier d’une aide de l’État pour recruter de jeunes doctorant·e·s sur un développement et une compétence scientifique pertinente pour la structure employeuse. La réalisation de la thèse s’est effectuée au sein d’une direction municipale, « Support de la vie démocratique territoriale », qui regroupe des services œuvrant pour la mise en place des politiques de soutien à la vie associative, de la démocratie participative, ainsi que de soutien aux mairies d'arrondissements.

2Constatant le manque d’espaces d’échanges et de réflexions (Berry, 2000) sur ces questions pour les doctorant.e.s CIFRE en SHS, il s’agit ici de discuter à la fois de la posture du·de la chercheur·e doctorant·e, qui se tient à la croisée des mondes académiques et de l’action publique, mais aussi les effets d’un tel croisement sur l’accès au terrain et le maintien du dispositif méthodologique. Finalement, quels sont les effets d’une recherche appliquée en CIFRE en sociologie des associations sur la production de connaissances ?

3Pour mieux y répondre, nous mobiliserons le concept de médiation. Ce dernier nous permet de qualifier ce qui fait lien entre plusieurs territoires sociaux autrement distincts. La médiation engage une réciprocité d’un·e acteur·trice avec l’autre, le façonnage de l’un·e par l’autre au moyen d’une entité tierce engagée dans l’action. La sociologie de la traduction (Akrich, Callon & Latour, 2006) propose en ce sens d’interpréter la dynamique de transformation mutuelle des objets et pratiques humaines au moyen de leur médiation : les technologies de communication en sont une illustration. Elles annexent progressivement l’ensemble des activités humaines en organisant les mondes sociaux et les cadres de perception du réel. L’activité sociale n’est donc pas directe, mais toujours médiée, ici par la technique. Dans cette perspective, la médiation est donc un processus continu et fondamentalement actif. La médiation, dans le cadre de notre recherche appliquée, peut être ainsi entendue de deux manières :

4- premièrement, en ce que le·la chercheur·e doctorant·e apparaît lui-même ou elle-même comme le tiers médiateur, à la fois entre le monde académique et le monde de l’action publique, mais aussi entre le monde académique et la société civile organisée. Le·la chercheur·e est convoqué·e pour résoudre un problème concret lié (à des degrés divers) à son objet de recherche. Il·elle doit donc traduire les demandes, objectifs et pratiques de ces mondes et ce faisant tend à les modifier dans un but de collaboration.

5- deuxièmement, le dispositif CIFRE constitue une figure de médiation par ses incidences sur la production de connaissance, car en retour les requêtes émises par les différents acteurs et actrices (académiques, décideurs, techniciens, associatifs) l’interpellent et sont susceptibles de modifier les cadres de la recherche. La médiation constitue dès lors le processus par lequel un tiers extérieur (institutions, décideurs, financeurs ou leurs interrelations) intervient directement ou indirectement sur la production de la connaissance scientifique.

6Cette double médiation oblige enfin le·la chercheur·e à une réflexivité épistémologique importante et attentive ainsi qu’à un recul critique nécessaire à la déconstruction de la subjectivité (Mabi & Prothais, 2015). Cette lecture réflexive peut dès lors être déclinée en trois axes : la valeur du savoir scientifique produit un dispositif hybride, les modalités d’utilisation de la connaissance scientifique dans les politiques publiques et enfin le poids sur le·la doctorant·e, à la fois jeune chercheur·e et jeune professionnel·le, de ces deux phénomènes.

7Précisons que le caractère « appliqué » voire « interventionnel » de la recherche, n’a pas été planifié en amont, mais bien a posteriori. Cette dimension, si elle constitue un atout certain pour la recherche, a davantage été subie lors de la réalisation de la thèse. Le statut et la relation à la collectivité ont ainsi fortement joué sur la construction même du cadre de la recherche, l’accès au terrain ou encore sur les matériaux recueillis. Ses effets sur le plan scientifique comme sur les publics concernés (l’administration, les associations, objet de l’étude) n’ont ainsi pas été anticipés. En dernier lieu, il faut relever le manque de formation dans le parcours initial et doctoral en matière de recherche interventionnelle et ses implications.

Être chercheure doctorante en position de tiers médiateur : enjeux de posture et de traduction

  • 1 Nous retiendrons ici la définition donnée par Gérald Gaglio : « ligne de conduite, nécessitant d’ét (...)

8La posture 1 de la chercheure doctorante au sein de l’institution constitue dans ma réflexion une grille de lecture pour mieux comprendre la manière dont l’objet de la recherche est médié et donc façonné par un cadre organisationnel et politique et un ensemble de perceptions quant aux rôles du « sociologue en formation » (Gaglio, 2008). Pour mieux comprendre ce qui a initié cette réflexion, revenons sur le parcours qui m’a menée jusqu'à cette thèse CIFRE.

Un parcours ambigu : le délicat passage du salariat au doctorat

  • 2 La recherche de connaissance sur le monde associatif est depuis seulement une dizaine d’années l’ob (...)

9Lors d'un master de sociologie appliquée, qui forme des chargés d'études en communication-marketing et dont la formation est basée sur des enseignements aussi bien théoriques (sociologie de la modernité, des objets) qu’opérationnels (statistiques, aisance orale), j'ai réalisé un apprentissage dans cette administration territoriale française afin de « jeter les bases d'un observatoire de la vie associative ». Il s’agissait d’une création de poste de chargé.e d’études 2, ayant vocation à parfaire la connaissance de la collectivité sur un secteur – le monde associatif – dont elle peinait à suivre les évolutions, mais qu’elle doit pourtant soutenir et accompagner. Lorsque cet apprentissage s'est terminé, j’ai été embauchée sous la forme de deux contrats courts consécutifs afin de terminer l'ensemble des enquêtes initiées et supervisées. Si l’observatoire de la vie associative avait été pensé initialement comme une démarche d’étude statistique durable par la précédente mandature, le manque de budget dédié à la connaissance de la vie associative à ce moment n’a pas permis de le prolonger. Le baromètre, enquête itérative socio-économique, aurait dû être reproduit dès 2017. Cela n’a pas été le cas. Lorsque j'ai cherché à entamer un parcours doctoral de sociologie politique portant sur les associations, ma hiérarchie administrative de l'époque s'est proposée de financer cette thèse par un dispositif CIFRE. Le plus délicat ici a été de passer d’un statut de salariée avec fiche de poste et hiérarchie, à une position de chercheure en institution, par définition plus autonome et plus en recul.

10Dans cette recherche CIFRE, plus particulièrement tournée vers les questions d’engagement et de citoyenneté, la Ville était particulièrement intéressée par des éléments heuristiques concernant les nouvelles modalités d’engagement en vue d’améliorer et d’adapter le fonctionnement des Maisons des associations du territoire et d’en tirer des enseignements en termes de politiques publiques. Enfin, l’analyse des complémentarités ou non entre démocratie participative instituée et formes autonomes de participation portées par les collectifs d’habitants ou les associations constituait une autre piste à explorer pour une collectivité qui tente d’innover dans ses dispositifs de démocratie participative (Renault-Tinacci, 2017). L’embauche d’une doctorante-chercheure lui permettait par ailleurs une légitimité plus importante, assurée par le statut académique, notamment dans la diffusion des connaissances sur le monde associatif. Pour la collectivité, ce travail de recherche de thèse s’est inscrit directement dans la continuité des travaux antérieurs de l’Observatoire de la Vie associative. Les documents qui en sont issus ont fait l’objet d’une large diffusion 3.

Les spécificités des thèses CIFRE en sciences humaines et sociales

11Le dispositif CIFRE permet à une entreprise, une association ou une collectivité de bénéficier d'une aide financière étatique pour l'embauche sur trois ans d'un·e jeune chercheur·e dont les travaux de recherches conduiront (a priori) à la soutenance d'une thèse en vue de l'obtention du grade de docteur·e. Près de 27 000 doctorant·e·s 4 ont bénéficié du dispositif CIFRE depuis sa création en 1981. Le sujet est généralement coconstruit entre l'entreprise et le·la doctorant·e et parfois proposé comme une fiche de poste. Il est demandé toutefois à l'entreprise de ne faire travailler le·la doctorant·e que sur des sujets liés et potentiellement exploitables pour la recherche en cours. La CIFRE est pensée généralement sur une division égalitaire du temps de travail entre le laboratoire et le financeur de la recherche. La plus grande difficulté qui émerge de cette organisation est sans doute celle de faire tenir ensemble des exigences et des emplois du temps opposés (Hellec, 2014). Pour ma part, dans les faits, lors des seize premiers mois, l’ensemble des 35 heures par semaine est consacré exclusivement aux activités du financeur. L’enquête se déroule donc en fin de journée ou encore le week-end. La situation sera régularisée au cours de la deuxième année.

12Jusqu'en 2006, seule l'entreprise privée pouvait s'inscrire dans ce dispositif. Mais si elles ont été initialement pensées pour le secteur industriel et pour la recherche en sciences dites « dures », les CIFRE sont de plus en plus nombreuses en sciences sociales dans des administrations publiques ou des associations qui les mobilisent largement. Les CIFRE sont ainsi pour ces dernières un moyen de mieux comprendre les publics pour lesquels elles agissent, les contextes dans lesquels elles ancrent l’action publique. Leur mise en place juridique reste toutefois fortement associée aux principes des « sciences dures » avec la mention de propriété intellectuelle ou encore de brevet. Si, de manière générale, la CIFRE pose question quant à la posture du·de la doctorant·e et l’exploitation des résultats dans l’ensemble de ces structures, ces interrogations sont d’autant plus présentes dans des organisations publiques ou militantes où le·la doctorant.e côtoie directement et quotidiennement les enjeux politiques. Elles sont aussi particulièrement prégnantes dans les sciences sociales où les terrains d’enquête sont constitués d’hommes et de femmes qui sont nos collègues, nos partenaires, nos client·e·s, ou d’éventuel·le·s futur·e·s employeur·se·s : elle place le·la chercheur·e dans une position de juge de par sa position a priori surplombante.

Le positionnement du·de la chercheur·e en collectivité publique : une thèse entre deux mondes

13Il existe plusieurs façons d’être un·e chercheur·e doctorant·e en CIFRE. Si dans certains cas la recherche peut se faire en toute autonomie, détachée d’une fonction opérationnelle dans ladite structure et même dans une collectivité territoriale, le déroulement se fait sans heurt. Mais dans d’autres cas le positionnement du·de la chercheur·e est très complexe. De nombreux écrits (Berthelot, 2006 ; Morillon, 2008 ; Folis-Dulaurans, 2013 ; Hellec, 2014) soulignent ces difficultés qui ne sont pas une spécificité des collectivités publiques, mais résident dans la plupart des structures employeuses de CIFRE : on peut souligner les paradoxes naissant entre position académique et position de salarié en organisation (Berthelot, 2006 ; Folis-Dulaurans, 2013), ou encore les représentations qui pèsent sur le·la doctorant·e comme métonymie de l’univers de la recherche, ainsi que le détournement du travail de recherche réalisé par certains employeurs (Morillon, 2008). En effet, bien souvent, les doctorants en CIFRE se voient dotés de missions opérationnelles éloignées de leurs travaux de recherche (formation, gestion de projet, écriture de discours pour le personnel politique). La réflexion emprunte à l’ensemble de ces analyses, mais questionne par ailleurs la place de la production de connaissance scientifique dans l’action publique. Dans mon cas, ma vie professionnelle est alors tiraillée entre deux milieux distincts : politique/administratif et académique/universitaire. Ma posture relève donc d’une négociation continue, ou d’un ajustement entre deux mondes qui ne se comprennent pas, qui ne parlent pas le même langage, qui ne partagent pas les mêmes objectifs. Je joue donc un rôle de tiers médiateur dans lequel je transmets les informations et remonte les décisions et où j’anticipe les possibles incompréhensions et litiges, illustrant en ce sens la première catégorie de médiation présentée en introduction.

  • 5 « En prison, le travail du chercheur, et la neutralité scientifique que je souhaitais lui voir asso (...)

14Premièrement, il y a effectivement des distinctions dans les objectifs poursuivis. Alors que la recherche dont je me sentais proche au début de mon doctorat (Rostaing, 1997) 5 convoquait désintéressement et neutralité (imprégnation positiviste et légitimité de la recherche fondamentale), l’administration et l’environnement politique fréquentés y voyaient une fonction instrumentale/utilitaire à des fins de développement de politiques publiques ou de communication. J’imaginais en effet, à l’orée de mon travail doctoral, pouvoir me dégager des incidences exogènes, des interférences du social avec ma propre recherche, par mon seul statut de chercheure. La réalité empirique rencontrée lors de la thèse m’a finalement conduite vers d’autres perspectives théoriques et plus particulièrement le pragmatisme (Renault-Tinacci, 2019).

15Mais dans cet utilitarisme public, la question de la reconnaissance d'une expertise ou des savoirs produits a été paradoxale : elle a alterné ainsi entre légitimation des connaissances à des fins de communication politique (être la caution savante dans le cadre de diffusion ou de présentation de résultats d’étude voire même de décisions politiques) renforçant chez moi l’idée d’une science humaine experte et de la possibilité d’une extériorité radicale du·de la chercheur·e à son objet ; et entre un manque d’influence/écoute dans les orientations de politiques publiques internes, frustrant dès lors ma subjectivité politique.

16Deuxièmement, j’ai pu observer des dissemblances dans les barèmes cognitifs à mobiliser : la recherche produit des concepts visant à éclairer la réalité sociale, mais qui semblent très éloignés des attentes de clarifications de l’administration ou du personnel politique. Par exemple, il n’est nul besoin de comprendre ce qu’est l’individualisation des engagements pour la collectivité s’il n’est pas possible pour elle de mesurer finement le nombre de bénévoles associatifs actifs sur le territoire. En d’autres termes, il faut passer sans cesse de pratiques instrumentales préoccupées par des applications immédiates de la recherche (le devenir des Maisons des associations par exemple et l’écriture des notes d’aide à la décision publique), à la construction d’un développement théorique nécessaire à l’accouchement de la thèse, soit un grand écart intellectuel délicat à tenir pour une sociologue peu aguerrie à l’exercice.

17Troisièmement, les temporalités sont loin d’être équivalentes. Lorsque le politique est soumis à un programme de mandature, année après année, la recherche se fonde (a priori) sur le temps long – notamment en immersion – pour comprendre au mieux les phénomènes observés. Il s’agit alors de conjuguer rigueur scientifique et endurance quant à la pression de l’agenda politique.

18Quatrièmement – et de manière encore plus pragmatique – la communication entre le monde académique et l’administration n’est faite qu’au travers du·de la doctorant·e qui devient l’opérateur.trice du dialogue entre parties prenantes, complétant ainsi la panoplie du tiers médiateur. Les deux autres cosignataires de la convention CIFRE, à savoir le laboratoire et l’employeur, n’échangent jamais directement.

  • 6 Parce que mon analyse portait à la fois sur les salariés et les bénévoles il était préférable de pa (...)

19Par ces distinctions, je deviens une figure d’intermédiation entre recherche académique et monde de l’action publique : la traduction devient absolument nécessaire. De fait, la délicatesse de ce positionnement entraîne de réelles difficultés dans le passage d’une sphère professionnelle à une autre. Lorsque je communique dans les milieux académiques, on me reproche alors assez souvent la faiblesse de conceptualisation. Dans les arènes administratives, on me reproche mes trop grandes précautions scientifiques, mon attention à prendre un terme plutôt qu’un autre (implication et non pas engagement 6), ou mon éloignement « des objectifs opérationnels et des besoins concrets des établissements de soutien à la vie associative ».

20Enfin, les écarts sont grands entre les différents mondes, notamment du point de vue éthique (cohérence personnelle du·de la chercheur·e), mais aussi déontologique (normes et règles données par la profession). La démarche scientifique possède des arguments objectivables au regard du but qu’elle s’est elle-même fixée, de la communauté qui l’entoure, des règles et des normes dans les pratiques qui la déterminent même si elle fait en sciences sociales l’objet de réflexions controversées (Cefaï & Costey, 2009 ; Vassy & Keller, 2008). Mais l’administration et l’organisation politique de l’autre côté possèdent des arguments propres et qui peuvent tout autant être objectivables au regard des finalités. Le cas de la transformation des données rencontré au cours du parcours doctoral donne l’illustration de cette ambiguïté éthique et déontologique et de la difficulté de positionnement de la doctorante à cet égard :

  • 7 La ville soutient les associations par une politique de subventionnement, un dialogue avec certaine (...)

Le cas de la transformation de données
Il est délicat d’estimer ou de recenser le nombre d’associations actives sur un territoire ainsi que le nombre de bénévoles qui agissent dans ces structures en raison du caractère informel de l’associationnisme (tant sur le plan législatif qu’en raison de la comptabilité nationale qui en est faite). C’est l’une des tâches qui m’a été confiées. Il est en effet primordial de comprendre, pour un acteur public, le poids du secteur associatif sur un territoire donné. Pouvoir estimer le nombre d’associations actives sur un territoire permet en effet de jauger la dynamique démocratique, sociale et économique locale. Aux côtés d’économistes ou de cabinets d’études associatifs, il a été nécessaire d’extrapoler, de redresser ou de transmettre et interpréter ces données. Les chiffres que j’ai fait remonter à l’administration ou au personnel politique étaient sous la forme de fourchette, assortie de nuances quant à leur utilisation. Mais ces derniers ont non seulement été très vite utilisés sans lesdites pincettes, en exploitant surtout le haut de la fourchette. Ainsi, chaque année, ils ont subi une progression artificielle dont je ne maîtrisais ni l’évolution ni la communication. La rigueur des méthodes employées me semblait aller à l’encontre de ce grossissement artificiel de données. Pour autant, dans le cadre de la mandature, la posture inverse semblait tout aussi justifiable. Le but de cette évolution était bien entendu de montrer que le territoire de la recherche était un terreau démocratique et de contribution des citoyens à la vie de la cité important et que l’action de la Ville n’y était pas pour rien, tout comme la politique de soutien à l’égard des associations mise en place 7. Difficile, dans ce cadre de ne pas se sentir partagée.

21Au-delà du positionnement ambigu du·de la chercheur·e coincé·e entre exigences académiques (Berthelot, 2006) et intégration dans un milieu professionnel particulier, c’est ici plus directement la médiation du dispositif sur la production de connaissances scientifiques qu’il nous faut interroger.

La difficulté de tenir un « cap épistémologique » dans l’expérience de doctorat en CIFRE

De l’influence sur la construction de l’objet à l’amendement du dispositif méthodologique

22Le sujet de départ, déterminé avec le directeur de recherche, portait sur les associations et la citoyenneté : en effet, à la suite du mémoire de deuxième année de master et de ses résultats, émergent un certain nombre de questions relatives à la manière dont les associations favorisent ou non le développement d’une citoyenneté active désignée alors sous les termes « d’éducation à la citoyenneté ». Cette largesse plaît à l’équipe responsable du suivi du travail de recherche pour la collectivité publique. Ainsi la proposition d’un resserrement du terrain en intégrant exclusivement les associations de jeunes à la clôture de l’enquête exploratoire est refusée. En effet, le fait d’avoir un sujet déployé sur une population spécifique restreint le champ de connaissance et donc la capacité pour le personnel politique et l’administration à communiquer sur « le monde associatif du territoire en général ». C’est la démarche compréhensive inductive empruntée qui permettra finalement de construire tardivement un objet de recherche plus resserré. Mais c’est surtout sur le dispositif méthodologique de la recherche que l’environnement politique va peser, parce que mon agenda présentiel est contraint par les besoins du service et mon statut de salariée. Il n’est pas envisageable de choisir les méthodes les plus pertinentes pour l’objet de recherche. Ayant découvert l’immersion ethnographique, sur le modèle de Stéphane Beaud et de Florence Weber, il est souhaitable de réaliser une immersion prolongée dans les associations choisies (Beaud & Weber, 1998). Mais le souhait d’une présence a minima hebdomadaire rend impossible mon absence prolongée pour la collectivité. Le dispositif méthodologique sera donc adapté et basé sur une observation périphérique dans les associations du corpus : je les suis donc en soirée, le week-end, lors de leurs évènements, de leurs assemblées générales, lors des moments prévus de convivialité, mais jamais dans leur quotidienneté. Au final, ce sont douze associations qui seront suivies sur ce modèle. Un fait dommageable pour une chercheure qui souhaite analyser le politique dans son ordinarité.

  • 8 Titre de l’un des premiers documents de restitution de l’enquête « Pourquoi et comment s’implique-t (...)
  • 9 Objet de la deuxième publication réalisée par la collectivité sur l’enquête « Pourquoi et comment s (...)

23Mais le cadre institutionnel de la recherche aura d’autres incidences méthodologiques, notamment sur l’enquête quantitative. On observe ici la deuxième figure de médiation présentée en introduction. C’est là que se donne à voir la politique comme tabou. Le questionnaire, parce qu’il est envoyé via l’annuaire administratif associatif de la Mairie, passe à la lecture et à la validation non seulement des administratifs, mais aussi du cabinet politique de l’adjointe de la Maire, qui a dans ses attributions la vie associative. Aussi, la première limitation que va subir la construction du questionnaire est la suppression exhaustive des questions portant sur l’orientation politique des individus. Je ne peux mentionner ni leur positionnement sur l’échiquier politique (gauche, centre, droite), ni même une tendance politique générale (progressiste ou conservateur), ou recueillir les souhaits de participation pour les présidentielles à venir. Les élus de la Ville, ainsi que l’administration, ne souhaitent pas être accusés par l’opposition au conseil municipal d’utiliser des « semblants de questionnaire de recherche » à des fins de « sondage d’opinion » en vue des élections à venir. C’est aussi sur la base d’une régulation dite de réserve électorale avant les élections présidentielles que le calendrier méthodologique est modifié. De ce fait, alors que mon questionnaire devait être mis en ligne au début de l’année 2017, il ne le sera effectivement qu’à la fin des élections présidentielles, près de cinq mois après la date souhaitée. Le problème est que la période mai/juin/juillet, post-vacances scolaires, est connue pour être le moment de sortie de masse des sondages sur la vie associative. Ce travail de recherche se trouve donc concurrencé sur le territoire par deux autres enquêtes, redondantes aussi bien pour certaines questions (propriétés générales des associations : ressources, type de réseaux, secteur d’activité, public bénéficiaire) qu’en raison du canal qu’elle emprunte par la voie institutionnelle. L’échantillonnage, dont l’objectif était de 1 500 observations minimum, s’élève finalement à 816 individus et ce même après deux relances. Il a fallu accepter que ne figure par la suite dans la valorisation aucun des résultats ayant une dimension politique (au sens partisan), analysée au moyen des données du questionnaire. Ainsi, si l’on peut parler des ressorts de l’engagement 8, de la gouvernance associative 9, la collectivité refuse de communiquer sur la dernière partie de l’enquête qui analyse le rapport au politique des individus dans les associations : la publication prévue à ce sujet ne sera pas maquettée par les services de communication et ne sera donc pas diffusée.

24En définitive, tenir le cap épistémologique n’a pas été aisé. Les objectifs de neutralité, de transparence, l’organisation de la recherche ont ainsi sensiblement été modifiés pour répondre aux attentes de chacune des parties prenantes. Chaque orientation de la recherche a dû être négociée et les éventuelles adaptations intégrées au travail de recherche. C’est donc la façon même de produire de la recherche qui a été ajustée au contexte institutionnel. Mais la médiation du financement et du financeur sur la recherche n’a pas seulement été directe, elle a été aussi indirecte : la manière qu’avaient les enquêtés de me percevoir en qualité de chercheure transformait à la fois la relation d’enquête, mais aussi de facto les matériaux recueillis.

Le rôle du tiers médiateur dans la conduite méthodologique

25D’autres difficultés dans le parcours doctoral sont nées, cette fois, non pas de la relation avec l’employeur, ou de la position de tiers médiateur entre le monde académique et le monde de l’action publique, mais davantage de la relation avec mon terrain de recherche lui-même. En effet, ma position de chercheure-doctorante associée à la collectivité, faisait de moi l’interlocutrice parfaite, à la fois porte-parole et messagère du monde associatif susceptible de faire remonter des demandes sociales particulières aux officiels et aux décideurs de la Ville. En d’autres termes, j’occupais un rôle participatif et devenais actrice de mon objet de recherche, malgré moi. Dans cette partie, ce sont donc les effets de ce nouveau rôle participatif qui vont être interrogés et plus particulièrement en situation d’entretien semi-directif.

« L’espionne de la Mairie ou la difficile situation d’entretien »

26Les premiers contacts avec les enquêtés ont souvent été délicats. Il leur était difficile de savoir à quel titre je parlais et quelles étaient mes missions au sein de la collectivité. Pour autant, ils acceptaient l’entretien en raison de cette proximité avec les pouvoirs publics. Dans certains cas, j’ai pu être qualifiée « d’espionne de la Mairie », lorsque je tentais de solliciter un échange avec les dirigeants fondateurs d’association. Mais en dehors de l’accès au terrain, c’est sans doute la situation d’entretien qui a été marquée par cette posture ambivalente. Car le·la chercheur·e apparaît ici comme une métonymie de l’institution politico-administrative : il·elle paraît utile aux yeux des enquêté·es pour faire remonter des demandes sociales, des griefs ou une adhésion à la politique menée tout en étant rattaché·e à l’épure du·de la sachant·e ou de l’expert·e. On assiste ainsi à un détournement des rôles de l’enquêté·e et de l’enquêteur·trice, qu’il faut absolument ne pas perdre de vue lors de la réalisation ultérieure de l’analyse, mais aussi préalablement dès l’entretien.

27Trois effets ou réflexes défensifs de mes enquêté·es face à cette ambivalence ont pu être relevés au cours de l’enquête qualitative : un effet d’héroïsme situationnel (se faire bien voir par l’enquêtrice), de plaidoyer (pour la cause associative ou de sa propre association et afin que l’enquêtrice puisse en faire part aux officiels de la collectivité) ou un effet de méfiance (le but de la recherche serait détourné à des fins politiques, l’enquêté·e s’assure de la sincérité et de l’objectivité de l’enquêtrice).

28Dans le cas de l’effet d’héroïsme situationnel, les réponses apportées s’enroulent autour d’un panel d’anecdotes visant à « remplir la réponse » sans prise de position réelle vis-à-vis du sujet : « Vous savez sans doute que l’association travaille avec Monsieur l’élu Untel et que nous avons rencontré la dernière fois Madame la Maire… ». Ce genre de récit au penchant « héroïque », nous montre que l’enquêté·e tente de fuir le débat, dans lequel il·elle est objet de recherche, pour instituer un contrôle de l’image de ce qu’il·elle est et du rôle social qui lui est donné via son association. La finalité peut être aussi instrumentale : il s’agit de rendre visible l’association et le travail accompli sur le territoire. Il est souvent advenu dans ce cas que plusieurs membres du bureau d’une association se présentent pour réaliser un entretien individuel. Le contrôle de l’entretien est ainsi plus aisé et permet un contrôle plus « démocratique » par les membres du discours porté sur l’association au cours de l’échange.

29Du côté de l’effet de plaidoyer, l’enquêté·e cherche à défendre soit directement son association, mettant en évidence des écueils dans le traitement de la structure par la collectivité (des subventions en baisse, des difficultés à trouver des locaux), soit la vie associative dans sa globalité en pointant les errances ou les manquements de la politique vie associative de la force publique territoriale (la rationalisation des maisons des associations de l’hypercentre par exemple). L’entretien de recherche devient ainsi le guichet unique pour construire un dialogue social avec la collectivité.

30Enfin, l’effet de méfiance est caractérisé par des relances successives de l’enquêté·e concernant l’objet de la recherche et son utilité ou possible instrumentalisation par les pouvoirs publics. Cet effet est d’autant plus présent lorsque l’enquêté·e est opposé·e politiquement à la mandature en place. Dans ces conditions, ce·cette dernier·ère souhaite être rassuré·e à maintes reprises sur la neutralité des résultats ou sur les modalités de diffusion de la recherche (« Serai-je prévenu.e ? Qui va prendre connaissance de mon entretien ? »).

31Alors, comment orienter l’entretien au mieux lorsque celui-ci tourne au plaidoyer pour la cause associative vis-à-vis de la Mairie ? Comment faire comprendre à l’enquêté·e sans heurter sa susceptibilité que le propos de l’étude n’est pas (exhaustivement) là ? Ainsi, il a été de bon usage de parvenir à déjouer certains types de réflexes défensifs liés à cette posture de tiers médiateurs.

  • 10 Et dont la ville n’était pas informée.

32J’ai souhaité m’inscrire dans une tradition compréhensive de l’entretien largement développée par François Dubet (2007) ou encore Jean-Claude Kaufmann (1996). Dans ce cadre, la difficulté était de tenir « un statut de fer » que mon rôle et les modalités de recrutement des enquêté·e·s avaient préalablement établi tout en contrevenant à la mise en place d’un lien de subordination inconscient entre enquêté·e et enquêtrice ou d’éviter que ne se rejoue cette métonymie de l’institution politico-administrative. L’échange débutait donc dans la plupart des cas par une mise à distance volontaire de mon statut à la Ville, dans laquelle il était nécessaire d’indiquer à la fois une réelle posture critique 10 (« je ne suis pas eux, je n’ai pas d’obligation politique et si j’en ai, il m’arrive de les condamner »), ainsi que mon intérêt et mon engagement existant pour les associations (notamment de défense de l’environnement favorisant les discussions avec des collectifs comme la « Conference Of Youth11 »). Cette affirmation permettait de signifier mon appartenance au monde associatif. Lorsqu’il s’agissait d’interroger un public plus jeune ou étudiant, l’échange était favorisé dans ce cadre par la proximité des statuts (notamment en tant que figure incitative pour développer les interrogations sur les perceptions de la jeunesse dans les représentations sociales, les interrogations existentielles des débuts de carrière ou encore la précarité étudiante). Ici encore, la figure Ville/administration/politique s’effaçait au profit d’une identité éphémère : celle de la doctorante précaire et/ou instrumentalisée.

33Cette technique permettait dès lors de me rapprocher du but de l’entretien compréhensif en essayant de faire sauter les ruptures hiérarchiques et la position surplombante du chercheur en situation d’échanges. Une fois l’identification parvenue, les digressions étaient fréquentes – parfois pertinentes pour l’objet de la recherche – mais nécessitaient bien souvent un recadrage de ma part en insistant sur la dimension délicate du travail à mener (notamment lors des focus groups). Nous avons pu remarquer par ailleurs que les « discussions sauvages » recueillies lors de nos observations ou encore les conversations post-entretiens ont souvent été enrichissantes pour l’ensemble de la recherche. En effet, c’est souvent hors des temps d’échanges formalisés que nos enquêté·e·s se sont livré·e·s, notamment pour commenter « en off » et de manière réflexive l’échange ou la scène qui venaient de se produire notamment lorsqu’il était question de la collectivité. Là encore ce phénomène doit être rattaché à l’importance du statut de l’enquêteur.trice au cours de la recherche: la partie formelle était dans bien des cas rattachée à des « ordres de mission » de la ville, quand les discussions ouvertes semblaient plus se rattacher au statut de « la doctorante qui rame ».

Conclusion : quels effets d’une double médiation sur une recherche appliquée ?

34L’inscription d’un·e chercheur·e doctorant·e en CIFRE dans une collectivité publique a des effets importants sur la recherche menée de manière générale et sur la production du savoir. La posture du·de la doctorant·e au croisement du milieu universitaire et de l’action publique, nous l’avons vu, peut être elle aussi délicate. La construction de l’objet et la méthodologie font l’objet de négociation ou d’adaptation entre les parties prenantes du CIFRE. Si le·la chercheur·e doctorant·e se trouve à l’intersection de deux milieux professionnels (académique et non académique), il·elle apparaît comme tiers médiateur dans la relation pouvoirs publics/société civile organisée au cours de l’enquête. Au cours de notre recherche, nous nous sommes aussi aperçus de l’influence de cette intermédiation sur nos enquêté·e·s, la relation d’enquête ou encore la transformation même des finalités de l’outil technique utilisé et plus particulièrement du questionnaire. Le·la doctorant·e-chercheur·e devient en ce cas une figure métonymique de la collectivité/Ville pour les associations rencontrées ou suivies.

35L’utilisation de la connaissance sociologique par l’administration ou le personnel politique, parfois à des fins de communication, contribue à exclure par certaines pratiques la rigueur scientifique ou encore l’éthique ou la déontologie du·de la chercheur·e, ce qui peut fragiliser par ailleurs son intégration (future) au sein des institutions académiques.

36Pour autant, il est nécessaire de souligner au sein de ce retour réflexif les conditions économiques et de contexte de travail satisfaisant pour produire ce type de savoir. Les précautions prises par l’administration ou le personnel politique ont finalement nourri la thèse et permis des découvertes originales qu’une personne extérieure à ces dispositifs n’aurait pas pu appréhender. C’est parce qu’il était possible de mobiliser les ressources de la ville (annuaire associatif, déploiement de solutions de mailing, relance facilitée, accès aux évènements avec les associations, accès aux informations sur la politique de soutien à la vie associative, utilisation des établissements de la collectivité pour être sur le terrain ou faire les entretiens, appui pour la communication sur le questionnaire) qu’il a été possible de toucher des associations très hétérogènes ne faisant pas forcément partie des mêmes réseaux et de fournir des éléments supplémentaires de compréhension et d’analyse pour comprendre les reconfigurations de l’espace public local entre associations, pouvoirs publics et mouvements sociaux (dimensions d’affichage apolitique des associations envers le politique et le regard porté à leur encontre par le politique et administratif).

37La collectivité de son côté a su trouver des compétences particulières dans des activités aussi diverses que la consolidation de rapports, la construction contextualisée des données pour la réforme des Maisons des associations, la rédaction de Notes sur la vie associative, la préparation d’enquêtes et un rôle de conseil à l’égard des agents opérationnels. Cela lui a surtout permis de communiquer grâce à une nouvelle enquête qui nourrira, comme l’a fait le baromètre, les débats sur la vie associative, le discours des politiques et fournira des éléments de références pour mieux comprendre les politiques publiques et les enjeux qu’elles soulèvent pour le monde associatif.

38Nous n’avons pas souhaité aborder au cours de cet article la dimension de restitution de l’enquête aux associations suivies ou qui ont participé à la recherche. Elle a pourtant constitué une difficulté importante à la fois dans la négociation de l’accès au terrain et sur les modalités de retours a posteriori. En effet, le rôle du·de la chercheur·e était sujet à confusion pour les associations : pour certaines, la recherche était assimilée au travail d’un cabinet de consultant ou alors à l’aide d’un agent technique de la collectivité territoriale. Ces fortes attentes ont bien souvent été l’occasion de déceptions et de frustrations lors des premiers retours du travail d’enquête. Du reste, les associations ont été finalement peu associées dans la réalisation de la recherche hormis dans leur participation aux entretiens ou par certaines discussions sauvages portant sur le protocole ou la diffusion des résultats.

39Finalement, cet article avait pour but de montrer que la thèse en CIFRE au sein des politiques publiques peut constituer un atout certain dans la réalisation de la recherche comme dans la formation en sociologie, à la condition toutefois qu’on veille aux équilibres des négociations entre parties prenantes de la recherche et que le·la doctorant·e renonce à une posture de recherche fondamentale. Les arrangements, les ajustements qui prévalent à la mise en place des contrats de collaboration CIFRE mériteraient toutefois d’être plus cadrés et les doctorants plus accompagnés et formés aux enjeux de la recherche interventionnelle. Un travail de formation des personnels encadrant les CIFRE à la fois sur le versant non académique, mais aussi académique, serait nécessaire. Les référents institutionnels devraient être en mesure de mieux mesurer les enjeux et finalités de milieux professionnels différents et ne pas laisser le·la jeune chercheur·e responsable de cette traduction. Ils pourraient en outre mobiliser des outils pour accompagner le·la doctorant·e dans la conceptualisation des modes de production des savoirs entre milieux universitaires, politiques publiques et publics citoyens. Enfin, l’absence de formation initiale ou doctorale sur les principes de la recherche interventionnelle ou participative dans les référentiels, les méthodes ou encore les finalités peut être source de difficultés supplémentaires. Une telle formation pourrait être organisée dès le démarrage de la thèse.

Haut de page

Bibliographie

Akrich M., Callon M. & B. Latour (dir.) (2006), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses des Mines.

Beaud S. & F. Weber (2015), Guide de l'enquête de terrain : produire et analyser des données ethnographiques, Paris, Éditions La Découverte.

Cefaï D. & P. Costey (2009), « Codifier l'engagement ethnographique ? Remarques sur le consentement éclairé, les codes d'éthique et les comités d'éthique », La vie des idées, n° 18 [En ligne] https://laviedesidees.fr/Codifier-l-engagement.html

Foli O. & M. Dulaurans (2013), « Tenir le cap épistémologique en thèse Cifre. Ajustements nécessaires et connaissances produites en contexte », Études de communication, n° 40, pp. 59-76 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-etudes-de-communication-2013-1-page-59.htm.

Gaglio G. (2008), « En quoi une thèse CIFRE en sociologie forme au métier de sociologue ? Une hypothèse pour ouvrir le débat », Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie, n° 3 [En ligne] http://journals.openedition.org/socio-logos/2093

Gibbons M. (dir.). (1994), The New Production of Knowledge: The Dynamics of Science and Research in Contemporary Societies, Londres, Sage Publications.

Heinich N. (2002), « Pour une neutralité engagée », Questions de communication, n° 2, pp. 117‐127.

Hellec F. (2014), « Le rapport au terrain dans une thèse CIFRE. Du désenchantement à la distanciation », Sociologies pratiques, n° 28, pp. 101-109 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-sociologies-pratiques-2014-1-page-101.htm

Hennion A. (1993), La Passion musicale. Une sociologie de la médiation, Paris, Éditions Métailié.

Kaufmann J.-C. (1996), L’entretien compréhensif, Paris, Éditions Nathan.

Mabi A. & D. Prothais (2015), « Les chercheurs "embarqués" dans les procédures de démocratie électronique. Comment construire une posture de recherche-action ? », Actes du Colloque « Chercheur.e.s et acteur.e.s de la participation. Liaisons dangereuses et relations fructueuses » [En ligne] https://www.participation-etdemocratie.fr/system/files/colloque_gis_prodp_cm_v2.pdf

Piriou O. (1999), « La sociologie, métier ou profession ou quand les sociologues prennent position sur l’exercice de la sociologie », L’Homme et la société, vol. 1, n° 131, pp. 23-42.

Renault-Tinacci M. (2017), « Le budget participatif de la ville de Paris : repenser la place des associations dans les dispositifs de participation institutionnelle », Septième congrès triennal de l’association francophone de science politique, Mons, Association belge francophone de science politique.

Renault-Tinacci M. (2018), Enquête « Pourquoi et comment s’implique-t-on dans une association à Paris ? », Paris, Mairie de Paris/CERLIS-CNRS [En ligne] http://www.cerlis.eu/portfolio-view/les-ressorts-de-lengagement-associatif-parisien/

Renault-Tinacci M. (2019), « Recensions : Joëlle Zask, Introduction à John Dewey (2015) et Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation (2011) », Pragmata, n° 2, pp. 630-657 [En ligne] https://revuepragmata.files.wordpress.com/2020/01/pragmata-2019-2-version-finale.pdf

Rostaing C. (1997), La Relation carcérale. Identités et rapports sociaux dans les prisons de femmes, Paris, Presses universitaires de France.

Van Campenhoudt L. (1994), « Recherche sociologique, éthique et politique », dans Van Campenhoudt L. (dir), Variations sur l’éthique. Hommage à Jacques Dahin, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, pp. 659-691.

Vassy C. & R. Keller (2008), « Faut-il contrôler les aspects éthiques de la recherche en sciences sociales, et comment ? », Mouvements, n° 55-56, pp. 128-141 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-mouvements-2008-3-page-128.htm

Haut de page

Notes

1 Nous retiendrons ici la définition donnée par Gérald Gaglio : « ligne de conduite, nécessitant d’établir une frontière entre ce que l’on peut/doit faire et ce que l’on considère hors/dans son activité professionnelle dans un milieu social où la sociologie est marginalisée » (Gaglio, 2008).

2 La recherche de connaissance sur le monde associatif est depuis seulement une dizaine d’années l’objet de politiques publiques nouvelles et de prise de conscience de la nécessité non seulement de soutien, mais aussi de compréhension du secteur pour les collectivités territoriales et l’État.

3 http://www.cerlis.eu/portfolio-view/les-ressorts-de-lengagement-associatif-parisien/

4 http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid22130/les-cifre.html

5 « En prison, le travail du chercheur, et la neutralité scientifique que je souhaitais lui voir associée, est souvent entré en contradiction avec certains de mes engagements personnels » (Rostaing, 1997, p. 21).

6 Parce que mon analyse portait à la fois sur les salariés et les bénévoles il était préférable de parler d’implication.

7 La ville soutient les associations par une politique de subventionnement, un dialogue avec certaines d’entre elles et, depuis 2001, par un réseau de 20 Maisons des associations, que complète le Carrefour des associations parisiennes (CAP). Au cours des dernières années, les Maisons des associations parisiennes ont entamé un processus pour devenir des Maisons de la vie associative et citoyenne (MVAC). « D’hôtels associatifs », réservés aux activités administratives des associations et leur proposant des services logistiques, elles sont peu à peu devenues des lieux de vies, se sont peu à peu ouvertes officieusement à de nouveaux publics tels que les habitants ou les collectifs.

8 Titre de l’un des premiers documents de restitution de l’enquête « Pourquoi et comment s’implique-t-on dans une association à Paris ? ».

9 Objet de la deuxième publication réalisée par la collectivité sur l’enquête « Pourquoi et comment s’implique-t-on dans une association à Paris ? ».

10 Et dont la ville n’était pas informée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Renault Tinacci, « Le doctorat cifre à la croisée du monde académique et de l’action publique : quand l’intermédiation transforme la recherche »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 13 octobre 2020, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/14831 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.14831

Haut de page

Auteur

Mathilde Renault Tinacci

Docteure en sociologie du CERLIS-CNRS/Université Paris Descartes. Chargée d'études et de recherche vie associative à l'INJEP, Paris (France) - mathilde.renault-tinacci@jeunesse-sports.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search