Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2020La Transparence : objet social, d...Injonction à la transparence dans...

2020
La Transparence : objet social, discursif et médiatique

Injonction à la transparence dans le fact-checking : de l’idéal de l’objectivité à une tentative de proximité

Imperative of transparency in fact-checking: from the objectivity ideal to a proximity attempt
Lorreine Petters

Résumés

Notre contribution examine la manière dont des médias en ligne brésiliens spécialisés dans le fact-checking mobilisent la transparence dans leurs productions discursives pendant la dernière élection présidentielle (2018). Elle s’inscrit dans une démarche pragmatique reposant sur deux registres méthodologiques (analyse de contenus et entretiens semi-directifs). Envisagée comme un acte discursif, la transparence est mobilisée pour cautionner l’idéal d’objectivité incarné par le fact-checking au sein du journalisme ainsi que pour marquer la prise en compte des lecteurs dans le processus de vérification. En même temps, la transparence permet de dissimuler certaines stratégies éditoriales sous le principe d’une démarche commune, imposée par des organismes certificateurs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Comme l’explique Laurent Bigot (2017), le fact-checking, tel qu’on le voit apparaitre en France et (...)

1Le fact-checking 1 est ici envisagé comme un ensemble de pratiques journalistiques consistant à vérifier ponctuellement la véracité des propos tenus par des responsables politiques, des personnes publiques ou encore, par extension, à décrypter des rumeurs circulant en ligne (technique aussi nommée « debunking » ou « chasse aux rumeurs »). En cela, le fact-checking se distingue de la vérification des faits et du croisement des sources lors que ceux-ci sont envisagés comme des tâches invisibles et systématiques réalisées en amont des publications journalistiques. Il devient une tâche spécialisée au sein des rédactions, effectuée après la diffusion des déclarations de personnes publiques par les médias ou une fois que des rumeurs sont déjà en train de circuler. Comme le rappellent Alexandre Joux et Inès Gil, le fact-checking gagne espace dans le paysage médiatique au tournant des années 2000, moment où les journalistes tentent de réaffirmer leur contribution sociale et symbolique, fragilisée entre autres facteurs par la multiplication d’acteurs diffusant en ligne des contenus en rapport avec l’actualité (Joux & Gil, 2019).

2En ce sens, le fact-checking est toujours accompagné d’un métadiscours visant à « […] rendre plus transparentes les méthodes de saisie du "réel" employées par les journalistes grâce à une pédagogie explicite à l’égard des pratiques professionnelles en œuvre, notamment par la mise en visibilité des sources et la manière de les mobiliser » (Ibid., p. 70). La création de l’International Fact-Checking Network (IFCN) en 2015, au sein du Poynter Institute aux États-Unis, a contribué à l’institutionnalisation de ce métadiscours autour de la vérification. Les initiatives souhaitant avoir la certification de l’IFCN doivent respecter cinq principes 2 qui encouragent la mise à disposition des sources employées et l’explication de la méthodologie mobilisée lors des vérifications. Les médias ou les services de vérification au sein des rédactions doivent également adopter une politique explicite en cas d’erreur, avoir un caractère non-partisan et exposer d’où viennent leurs revenus financiers. Notre objectif n’est pas ici d’interroger le processus de certification mis en œuvre par ce réseau, mais plutôt d’examiner la manière dont la transparence est mobilisée dans la production des discours des médias spécialisés dans le fact-checking.

3Quand on reprend la définition de la notion de transparence, on retrouve à la fois l’idée de laisser voir (de mettre en lumière quelque chose qui n’y était pas) et de clarté 3. La transparence est à la fois « la qualité d’une institution qui informe complètement sur son fonctionnement, ses pratiques » et « la qualité de ce qui est facilement compréhensible, intelligible ». En ce sens, la transparence doit permettre la circulation de l’information en même temps qu’elle définit des conditions nécessaires à sa compréhension, ce qui souligne son double caractère informationnel et communicationnel (Allard-Huver, 2017). La transparence n’est pas ici envisagée simplement comme une qualité des productions journalistiques mais plutôt comme un acte discursif mobilisé par les médias et leurs équipes de fact-checkeurs afin d’accomplir des stratégies symboliques : « on est en présence d’une communication totalement dépendante de l’action, à travers laquelle dire, c'est faire, et faire c'est dire ce que l'on fait » (Aïm, 2006, p. 34). En ce sens, le fait de donner à voir des aspects déterminés de la pratique journalistique tout en laissant dans l’obscurité certaines contraintes du travail de vérification est intrinsèque au fact-checking et corrobore l’objectif journalistique de produire une information « orientée vers la vérité » (Cornu, 1998).

4Pour l’analyse, on a sélectionné trois médias brésiliens spécialisés dans le fact-checking qui ont participé à la couverture de l’élection présidentielle au Brésil en 2018 : Lupa, Aos Fatos et Truco (de l’agence Pública). Non seulement ces trois médias étaient au moment de l’élection présidentielle membres de l’International Fact-checking Network (IFCN), mais ils figurent aussi sur la cartographie des médias indépendants brésiliens 4 qui relève d’initiatives en principe sans liens avec des conglomérats médiatiques privés.

  • 5 En tout, nous avons analysé 181 articles de vérification publiés et conservé uniquement ceux en lie (...)
  • 6 Le premier tour a eu lieu le dimanche 7 octobre et le deuxième tour le 28 octobre 2018.
  • 7 Les entretiens ont été réalisés par Skype pendant les mois d’avril et de mai 2019 auprès de deux jo (...)

5Notre démarche méthodologique s’est organisée en deux temps. Tout d’abord, nous avons procédé à une analyse discursive des publications issues de ces trois médias 5 pendant le mois d’octobre 2018, période entre les deux tours de l’élection présidentielle au Brésil 6. Le contexte électoral nous a semblé représentatif d’un enjeu politique crucial et polarisé pouvant motiver la production et la mise en circulation des contenus faux en lien avec la campagne électorale (comme on le verra, cela a été le cas au Brésil). Nous avons ensuite réalisé des entretiens semi-directifs avec quatre journalistes travaillant, ou ayant travaillé, au sein des médias analysés 7, afin d’examiner notamment la manière dont ces professionnels s’organisent en période électorale, perçoivent les injonctions à la transparence dans le cadre de leur quotidien et conçoivent les leviers et les limites de leur travail de vérification.

6On remarquera que dans le cas des médias étudiés la transparence – en tant qu’acte discursif – est intrinsèque aux pratiques du fact-checking et se révèle dans la quête de deux idéaux : celui de l’objectivité et celui de la proximité. On interrogera ces deux idéaux en mettant en exergue les limites de la transparence, tout en revenant, dans un premier moment, au contexte particulier de l’élection présidentielle au Brésil en 2018.

Les enjeux inédits de l’élection présidentielle en 2018 pour les fact-checkeurs

  • 8 Au Brésil, les premières initiatives de fact-checking ont démarré avec les rubriques Mentirômetro e (...)

7En tant que pratique renouvelée de la vérification journalistique s’appuyant notamment sur des déclarations du personnel politique, le fact-checking a été mobilisé au Brésil dans le cadre des projets ponctuels menés par des médias bien ancrés dans le paysage médiatique lors des élections présidentielles en 2010 8. Truco, site web consacré au fact-checking porté par Pública, agence en ligne de journalisme d’investigation, a été créé en 2014, année d’élection présidentielle. Aos Fatos et Lupa le suivent et ont été fondés en 2015, en faisant de la vérification leur activité à plein temps.

  • 9 Lupa affirme avoir eu un soutien financier de la maison d’édition Alvarenga, qui a elle-même été fo (...)
  • 10 Dans le cadre de cette contribution, les publics sont envisagés d’une manière large : en font parti (...)

8Aucun média analysé ne fait appel à des revenus publicitaires. Aos Fatos et Lupa commercialisent à d’autres médias brésiliens ou étrangers des contenus vérifiés et participent à des projets commandés et financés par des acteurs privés, y compris par Google et par Facebook 9. Truco est le seul à être entièrement financé par des donations de lecteurs et de fondations, ou encore par des actions de financement participatif. Il est aussi le seul à proposer l’intégralité des contenus publiés en licence creative commons et à avoir un statut à but non-lucratif. Lupa, Aos Fatos et Truco dépendent à des degrés différents des donations et du crowdfunding (les pourcentages de cette dépendance ne sont pas exposés par les médias eux-mêmes), ce qui leur impose également une recherche constante de visibilité et de crédibilité vis-à-vis des publics 10, qui sont leurs financeurs effectifs ou potentiels. Les contenus publiés sur leurs trois sites web sont accessibles gratuitement.

9La période électorale est cruciale pour ces médias en ce qui concerne les enjeux de visibilité de leur travail de vérification, d’audience et de financement. La définition elle-même du rôle du fact-checking élaborée par les journalistes interrogés se donne de manière située à partir d’une mise en relation avec d’autres pratiques journalistiques mais aussi avec des perceptions supposées des acteurs pris en compte dans le processus de vérification (publics électeurs, candidats et personnes publiques, pairs journalistes). En ce sens, le fact-checking en tant que pratique journalistique contribue à « faire en sorte que les individus prennent des décisions fondées sur des informations correctes, vraies [surtout en période électorale] » (P., Truco, notre traduction). En outre, « le fact-checking est une sorte de certification. Chez Lupa, on dit qu’on est presque un ISO 9000 (rires). Du coup, quand tu catégorises la prise de parole d’un politicien, cette catégorisation lui donne une sorte de certification » (N., Lupa, notre traduction). Le processus électoral peut ainsi servir à légitimer la pratique du fact-checking dans le paysage médiatique à la fois comme la manifestation d’une écoute exhaustive et d’une vérification quasi-systématique des déclarations politiques qui inhiberait la circulation des fausses informations, cautionnerait les données présentées par les candidats dans leurs programmes et contribuerait à la prise de décision associée au vote. La pertinence du fact-checking semble être d’autant plus justifiable en période électorale lorsque l’ensemble des acteurs du processus politique (candidats, partis, associations, ONG, entreprises, lobbies) produisent nombre de rapports et les mettent en circulation sur différents canaux (sites, réseaux socio-numériques), souvent sans intermédiation journalistique (Vauchez, 2019).

10L’élection présidentielle brésilienne en 2018 a représenté un défi inédit pour le fact-checking et pour la couverture journalistique dans son ensemble. Au niveau médiatique, elle a été marquée par un renforcement de la désintermédiation de la communication politique (Lardellier, 2015) ainsi que par une circulation inédite de fausses informations.

  • 11 Au Brésil, les candidats sont interdits d’acheter des espaces publicitaires mais ont du temps sur l (...)
  • 12 Payão F. (18 juin 2019), « "Eram campanhas para Bolsonaro", diz agência sobre disparos no WhatsApp  (...)
  • 13 « Bolsonaro diz que não vai a debates por medo de atentado », Terra, 19 octobre 2018. Disponible su (...)
  • 14 Encore lors du premier tour de l’élection, Jair Bolsonaro a concédé une interview à la chaîne télév (...)

11La campagne électorale du candidat du Parti social-chrétien (PSC) Jair Bolsonaro, qui a fini par remporter la dispute présidentielle avec 55% des voix au second tour contre Fernando Haddad du Parti des travailleurs (PT), est exemplaire de ce processus de désintermédiation, marqué par la concentration des efforts communicationnels sur Internet et par le renforcement de l’impression de proximité des rapports entre le candidat et ses sympathisants. Limité à huit secondes de propagande officielle à la télévision et à la radio 11, le candidat du PSC – et son équipe – a opté par un usage intensif des réseaux socio-numériques. Il a enchaîné des transmissions hebdomadaires en direct sur Facebook, a fait de Twitter sa tribune officielle et a embauché une agence de marketing digital afin de coordonner la diffusion des contenus communicationnels au sein des groupes de WhatsApp 12. On remarque encore que des électeurs, des militants et les équipes des candidats se sont emparés de WhatsApp pour la diffusion des contenus autour de la campagne électorale, celle-ci n’étant pas une exclusivité de la campagne de Jair Bolsonaro. Par ailleurs, pour la première fois depuis la fin de la dictature dans le pays, les électeurs sont allés au scrutin sans avoir vu une confrontation entre les deux candidats au second tour. En effet, Jair Bolsonaro a été blessé par un couteau lors d’un meeting qui a précédé le premier tour des élections et n’a participé à aucun débat télévisé depuis l’incident, absence justifiée d’abord par des recommandations médicales ensuite par le candidat lui-même exprimant « avoir peur d’un autre attentat » 13. Cela ne l’a pas pour autant empêché de concéder des interviews exclusives à des chaînes ouvertes de télévision brésiliennes, diffusées parfois au même créneau des débats 14.

  • 15 La circulation intense de fausses informations sur des profils ouverts dans les réseaux socio-numér (...)
  • 16 Rinaldi C. (23 novembre 2018), « Facebook e WhatsApp são os campeões de disseminação de Fake News » (...)
  • 17 « Facebook retira do ar rede de contas ligadas ao MBL antes das eleições », Estadão. Disponible sur (...)
  • 18 Une investigation est actuellement menée par le Tribunal supérieur de la justice brésilien (TSE) au (...)
  • 19 Valente J. (8 juillet 2018), « Redes sociais adotam medidas para combater fake news nas eleições », (...)

12En même temps, les Brésiliens ont connu un phénomène inédit et massif de circulation d’informations estimées comme fausses 15 non seulement sur des espaces publics en ligne mais aussi sur des messageries privées comme WhatsApp. Un sondage réalisé entre les deux tours de l’élection présidentielle par l’institut IBOPE montre que 90% des internautes pensent avoir reçu de fausses informations en ligne, essentiellement sur WhatsApp et sur Facebook 16. En ce sens, Facebook a mis en place un dispositif intitulé War Room mobilisant entre 20 et 30 personnes dans le siège de l’entreprise en Californie. En juillet 2018, Facebook avait déjà exclu 196 pages et 87 comptes au Brésil pour leur participation à ce que la plateforme a appelé « réseau de la désinformation » 17. En outre, en partenariat avec des équipes de fact-checking brésiliennes, les internautes ont eu droit à une notification à chaque fois qu’ils partageaient un contenu qui a été vérifié. WhatsApp a agi seulement entre les deux tours en annonçant que « des centaines de milliers de profils avaient été bannis », parmi eux celui de l’un des fils de Jair Bolsonaro 18. Ce blocage s’est fait à partir de requêtes algorithmiques identifiant des comportements suspicieux, basés sur des informations telles que le nombre de messages envoyés, la répétition de contenus et le nombre d’exclusions ou de blocages d’un profil par d’autres usagers. WhatsApp a également attribué à l’administrateur la possibilité d’interdire certains membres des groupes à envoyer des messages et à retourner aux groupes desquels ils ont été exclus. Google News a, quant à lui, proposé une étiquette pour les contenus vérifiés depuis 2017 et une colonne différenciée dont les articles ont été proposés en partenariat avec des sites de fact-checking. Cette démarche ne modifiait pas pour autant la hiérarchisation des contenus recherchés 19.

  • 20 Au sein des médias analysés, les équipes travaillant directement pour les élections présidentielles (...)

13De cette manière, les médias consacrés au fact-checking ont eu l’occasion de se faire connaître et de contribuer au débat public alimenté par la circulation des fake news tout en devant administrer la pression d’un fort nombre de rumeurs en circulation et la sélection des propos lors d’une campagne particulièrement polarisée au second tour, marquée par une confrontation entre la gauche modérée et la droite populiste que certains considèrent « radicale » (Mudde, 2016). Même si certains professionnels ont privilégié le télétravail, les équipes des médias analysés ont été renforcées par un ou deux membres minimum, qui ont été embauchés spécialement pour ces élections 20.

L’insoutenable objectivité, du maniement de données à la recherche de la neutralité

14Le fact-checking relève d’un maniement de données (Graves, 2016) et repose en partie sur des pratiques issues du data journalisme (Antheaume, 2016). Dans l’usage des data, on retrouve la promesse que l’information serait moins dépendante des relations asymétriques entre les journalistes et leurs sources (Parasie & Dagiral, 2013) dans la mesure où sont privilégiés le traitement de données statistiques et des méthodes d’exploitation de ces données qui se distingueraient de la confrontation de points de vue et du commentaire de l’actualité. En plus, les médias de fact-checking analysés proposent que les lecteurs consultent les sources utilisées pour la réalisation des vérifications à travers la mise à disposition d’hyperliens et n’emploient que des bases de données ouvertes. En ce sens, le fact-checking renforcerait l’idéal d’objectivité fondé sur un ancrage positiviste du journalisme afin d’apparaître non pas comme une interprétation du réel mais plutôt comme un instrument de décryptage du réel (Pélissier, 2002).

15Même si aucune des équipes n’a embauché un data scientist ou un professionnel avec des compétences en informatique pour la période électorale (les équipes ont rapporté qu’un journaliste ou un community manager avec plus de connaissances en programmation « bricolait » parfois un traitement automatisé de données), l’idéal d’objectivité est intégré par les fact-checkeurs dans leur manière d’expliquer le rôle des vérifications. Il peut être directement associé à l’usage de données : « Pour moi, le fact-checking est une manière de montrer que le journalisme demeure pertinent. Ce que l’on montre aux gens n’est pas un article d’opinion, n’est pas un commentaire, n’est pas une analyse subjective. Ce sont des données et les données sont là, tu peux les voir avec tes yeux » (P., Truco, notre traduction). Ou encore à l’exposition de la démarche de vérification dans son ensemble : « [le fact-checking], c’est une autre manière de présenter le contenu journalistique, en montrant davantage le processus, la manière dont les choses sont faites. Ça joue un rôle important pour rétablir la confiance, car c’est fait avec objectivité » (R., Aos Fatos, notre traduction). Cet idéal d’objectivité gagne un renfort sémiotique attestant de la recherche journalistique de la vérité, dans la mesure où les trois médias analysés proposent des étiquettes de classement des contenus vérifiés en allant du « vrai » au « faux », en passant par des variations comme « exagéré » ou « contradictoire ».

  • 21 Selon la Loi n° 12.527 du 18 novembre 2011 dite Loi d'accès à l'information, n'importe quel individ (...)
  • 22 Certains articles comportent plusieurs vérifications. De plus, on a pris en compte seulement les vé (...)

16Or, comme le souligne Farida Vis, ne serait-ce que le choix de ce qui doit être capté et valorisé en données consiste déjà en une interprétation du réel (Vis, 2013). Afin de préparer la période électorale, les fact-checkeurs des trois médias analysés ont essayé de collecter et d’organiser en amont des données qui leur semblaient utiles lors des campagnes électorales. Les différentes équipes ont anticipé leurs vérifications : elles ont créé des dossiers thématiques qui retraçaient la vie des candidats ; récupéré des études, des statistiques et des bases de données ; essayé de présumer les prises de parole de politiciens en lien avec leur inscription partisane et avec leur trajectoire politique ; listé des phrases déjà dites par les candidats ; et constitué des tableaux qui présentaient l’ensemble de données disponibles par thématique, comme l’éducation, la santé ou le chômage. Au Brésil, la Loi d’accès à l’information 21 permet à n’importe quel individu de solliciter des données publiques auprès des collectivités (municipalités, états de la fédération, ministères), mais les sollicitations prennent du temps à être traitées et certaines données ne sont pas disponibles car elles ne sont pas collectées par les organismes publics, d’où l’intérêt des fact-checkeurs d’anticiper leurs demandes. Les médias analysés ont également « monitoré » des profils ayant des traits idéologiques très marqués, susceptibles ainsi de diffuser des informations fausses ou inexactes. En ce sens, la vérification des propos de personnes publiques semble être plus facile à anticiper que celle des rumeurs circulant en ligne, pouvant être privilégiées par certains médias dans les moments les plus chargés de la période électorale. On remarque que chez Lupa, ont été comptabilisés 60 vérifications de rumeurs et 77 vérifications de propos publics dans la période entre les deux tours des élections, Aos Fatos a réalisé 39 vérifications de rumeurs et 48 des politiques alors que pour Truco ces chiffres étaient équilibrés, comptabilisant 21 vérifications de chaque modalité 22.

17Non seulement le choix de données permettant la vérification est anticipé et adapté aux contraintes retrouvées par les journalistes, mais la sélection des contenus vérifiés dépasse la logique du gate keeping en tant que détermination des faits méritant d’être portés à la connaissance des publics (White, 1950). Tout comme dans la pratique journalistique d’une manière plus large, ce choix essaie de répondre à la fois à des enjeux de crédibilité et de captation (Charaudeau, 2006).

18Très précisément, la sélection des contenus vérifiés réalisée par les médias analysés relève d’une logique d’engagement qui n’est pas explicitée ; la disposition des données étant parfois privilégiée au détriment de la contribution de l’information diffusée au débat public : « par exemple, un candidat à la mairie a affirmé un jour que la plupart des chanteurs brésiliens de gospel résidaient à Rio de Janeiro. On a vérifié cette information […]. Et après on s’est assis tous ensemble et on s’est dit "Pourquoi on l’a fait ? Personne ne va décider de son vote par rapport à cette information" […] » (P., Truco, notre traduction). Ou encore : « C’est très simple dans le travail de fact-checking de tomber dans le piège des phrases faciles à vérifier et qui ne servent à rien dans le processus. "Le Brésil a 17 000 Km de frontières" et alors ? » (N., Lupa, notre traduction). Afin d’éviter de tomber dans ce type de piège, les journalistes réalisent des réunions périodiques, au moins une fois par semaine, parfois quotidiennement pendant les élections afin de décider les affirmations qui doivent être vérifiées.

19Le choix de vérifications est aussi justifié par l’impératif de la neutralité (Joux & Gil, 2019). La neutralité résiderait dans la représentation des différents points de vue portés par les candidats dans le cadre de la couverture médiatique. Les fact-checkeurs tiennent un tableau pour suivre le nombre de vérifications faites par candidat : « On essayait de donner une certaine équité. Les candidats qui étaient devant [dans les sondages] devraient avoir le même nombre de vérifications publiées » (P., Truco, notre traduction). Or, cela pose question non seulement car cette démarche favorise les vérifications des propos des candidats qui sont déjà plus visibles dans la course électorale, mais semble être particulièrement difficile à mettre en place dans des contextes électoraux envisagés comme polarisés où les propos plus extrêmes semblent plus facilement déformés : « On ne pouvait pas essayer de donner un faux équilibre. On donnerait l’impression que tout le monde dit des choses vraies et fausses dans la même proportion et ce n’est pas tout à fait comme ça » (B., Aos Fatos, notre traduction). En même temps, l’équilibre peut consister à présenter à la fois des affirmations vraies et fausses des candidats, pas forcément en nombre identique :

« On ne va jamais publier que des déclarations fausses ou erronées d’un candidat, par exemple, on publie toujours des déclarations vraies. Évidemment que le faux, le contradictoire […] sont plus intéressants du point de vue du discours, en termes d’information pour le lecteur, mais on sait que tout le monde qui se trompe dit aussi la vérité à des moments donnés » (N., Lupa, notre traduction).

  • 23 Dans la période analysée, Lupa a vérifié 46 prises de parole du candidat Jair Bolsonaro (dont onze (...)

20Le fait de publier des affirmations considérées comme vraies permet surtout d’attester du rôle de certification adossé par le fact-checking dans une tentative d’affirmer la pertinence du discours journalistique comme une intermédiation nécessaire dans l’organisation du débat public. Comme le rappellent Alexandre Joux et Inès Gil, le choix des informations à vérifier n’est jamais complètement neutre (Joux & Gil, 2019) parce qu’il relève – comme pour le journalisme d’investigation – d’une indignation morale (Ettema & Glasser, 1998) ; il exprime le souhait de contester un propos dans l’espace public. En ce sens, on remarque que Truco et Aos Fatos ont vérifié un nombre légèrement plus important d’affirmations du candidat du Parti des travailleurs, Fernando Haddad, entre les deux tours des élections, alors que les propos prononcés par Jair Bolsonaro ont été moins vérifiés mais proportionnellement plus souvent classés comme faux ou incorrects par les trois médias 23.

21Enfin, le besoin de donner de la visibilité aux contenus vérifiés et de capter des publics, lié aussi à des enjeux économiques, pousse les fact-checkeurs dans une urgence du traitement des vérifications qui leur permet de s’inscrire dans l’agenda partagé par d’autres médias d’information et dans la circulation des contenus sur les réseaux socio-numériques : « Le temps est très important. Si on perd la "vague" d’un tel sujet, on n’arrive pas à donner de la répercussion au démenti et ceci est l’un des défis de la vérification. Il s’agit d’un problème parfois difficile à résoudre » (R., Aos Fatos, notre traduction).

Stratégies éditoriales lors de l’élection, entre équilibre et urgence

22Ces différents aspects dans la sélection des contenus vérifiés – disposition de donnés, visée de neutralité, souhait de captation et d’inscription des vérifications dans l’agenda partagé par d’autres médias d’information – se conjuguent de manière particulièrement prononcée lors de la période électorale. Malgré un suivi très similaire des prises de parole des candidats, les stratégies éditoriales des trois médias analysés se distinguent. Lupa et Aos Fatos adoptent une stratégie que nous appelons évènementielle, qui profite notamment des prises de parole médiatiques des candidats à la présidentielle, comme les programmes de propagande électorale à la télévision et les interviews à forte audience, afin de sélectionner les énoncés qui devront être vérifiés. Ils portent une attention particulière aux déclarations faites par les candidats sur leurs pages officielles dans les réseaux socio-numériques. Ces deux médias ont également mis en place un dispositif de couverture en direct des débats présidentiels transmis à la télévision, afin de vérifier en temps réel les propos des candidats et de diffuser ces vérifications dans un premier moment dans leurs comptes sur les réseaux socio-numériques et, ensuite, sur leurs sites. La similitude stratégique dans la sélection des contenus vérifiés amène Lupa et Aos Fatos à couvrir les mêmes événements de campagne – déjà médiatisés par ailleurs – et, parfois, à vérifier les mêmes énoncés de personnes publiques (quatre vérifications des mêmes affirmations ont été réalisées). Truco propose plutôt une stratégie thématique rassemblant dans une même publication des énoncés des candidats prononcés à différents moments de la campagne, mais qui traitent d’un thème d’intérêt public (éducation, sécurité publique, économie). En ce qui concerne la vérification des rumeurs circulant en ligne, Truco conserve sa logique thématique, tandis qu’Aos Fatos et Lupa procèdent à des vérifications au fur et à mesure de la campagne électorale, en essayant de traiter les contenus qui circulent le plus et qui suscitent le plus d’engagement au moment de la vérification. Pour ce faire, ces médias utilisent des logiciels de veille qui permettent d’accompagner le nombre de partages d’un contenu en temps réel sur les réseaux socio-numériques et essaient, grâce à leurs community managers, d’analyser également les commentaires autour de ce contenu (ce contenu est-il vraiment pris au sérieux ? suscite-t-il des doutes chez les publics ?).

23Aos Fatos et Lupa font le choix de nourrir un agenda partagé avec d’autres médias et essaient de traiter au maximum des sujets qui sont déjà visibles et commentés, alors que Truco s’écarte pour sa part de cette stratégie en ne suivant pas le même timing dans la vérification et en adoptant son propre agenda. Cette différence dans leur stratégie éditoriale se manifeste également dans le nombre de vérifications réalisées pendant le mois d’octobre 2018 (Truco en a réalisé 42 en lien direct avec les présidentielles, alors que Lupa en a fait 138 et Aos Fatos 87), ainsi que dans l’approfondissement donné à la vérification dans chaque article.

  • 24 Le « kit gay » est la dénomination péjorative attribué à un kit pédagogique conçu par des organisat (...)
  • 25 Un rapport de la Direction des analyses des politiques publiques sous la responsabilité de la fonda (...)

24La série de fausses informations circulant lors de la campagne électorale à propos du « kit gay » 24 peut illustrer ce propos. La création de ce kit a été attribuée au candidat à la présidentielle issu du Parti des travailleurs, Fernando Haddad, lorsqu’il était le ministre de l’éducation en 2011 25. Les trois médias analysés ont bien identifié ces informations comme étant fausses, en le démontrant de manière plus ou moins similaire, c’est-à-dire en présentant des éléments du contexte de l’élaboration du kit : l’initiative du projet, son financement, les étapes de l’élaboration, l’identité des organismes qui ont créé le contenu, l’identité des experts qui devraient valider le contenu et en prouvant par-là que Fernando Haddad, en tant qu’ancien ministre de l’éducation, n’a été responsable ni de la commande de ce matériel ni de sa réalisation.

  • 26 Marés C., Resende L., Afonso N. (31 octobre 2018), « Erros e acertos de Bolsonaro nas primeiras ent (...)
  • 27 Passarinho N. (25 mai 2011), « Dilma Rousseff manda suspender kit anti-homofobia, diz ministro », G (...)

25Toutefois, les journalistes de Aos Fatos et Truco ont opté pour apporter d’autres informations pouvant approfondir la réflexion autour de la question de l’homophobie dans des établissements scolaires : l’accès aux contenus du kit, permettant aux lecteurs eux-mêmes de se faire une idée de la pertinence de ces contenus ; la présentation des arguments d’autorité basés sur les avis publiés par des entités comme l’UNESCO et le Conseil fédéral de psychologie. Truco a encore présenté les différentes déclarations publiques de Fernando Haddad et de Jair Bolsonaro à ce sujet au long de leur parcours politique. Lupa 26 a pourtant diffusé des informations approximatives lors de la vérification de ces faits. Dans l’un des articles, il a été soutenu que le « kit gay » n’est jamais arrivé aux établissements scolaires brésiliens parce que la diffusion n’a pas été validée en 2011 par le Ministère de l’éducation. Or, Aos Fatos et Truco, ainsi que d’autres médias 27 rapportent que c’était la présidente de l’époque, Dilma Rousseff, qui a interdit la diffusion des kits, elle-même sous pression des députés fédéraux évangéliques, alors que Fernando Haddad, ministre de l’éducation en 2011, a déclaré être en faveur de la promotion des objectifs du projet École sans homophobie.

26En faisant le choix d’adopter son propre agenda, Truco minimise la pression associée à l’urgence de vérifier, ce qui permet à ses journalistes de débattre davantage au sein de la rédaction sur la sélection des contenus ainsi qu’autour du traitement qui leur est donné. Néanmoins, en procédant ainsi, le média met en danger la visibilité de ses vérifications publiées tardivement, ce qui invite à interroger sur la pertinence du travail réalisé : « Je dirais que c’était la grande faiblesse de notre travail, on n’a pas réussi à diffuser le message comme on aurait dû, dans le bon timing » (P., Truco, notre traduction). En revanche, en partageant un agenda similaire avec d’autres médias d’information, Aos Fatos et Lupa cherchent à contribuer à la construction de l’actualité, à conquérir des audiences et à solidifier leur modèle économique et sont pourtant plus sensibles à l’urgence dans le traitement des vérifications et à des pressions du marché.

La tentative de proximité, de la démarche pédagogique à l’effort phatique

27Envisagée en tant qu’acte discursif, la transparence encourage les médias de fact-checking analysés « […] à se présenter, se décrire, se montrer, se justifier, mais aussi à produire des genres discursifs qui ressortissent à la mise à disposition et à la mise en scène de cette mise à disposition » (Aïm, 2006, p. 35). Sont ainsi produits des discours de « mise à disposition » dont la démarche est non seulement pédagogique, lorsque le fact-checking est expliqué en tant que nouvelle modalité journalistique, mais aussi phatique au sens linguistique du terme, permettant aux fact-checkeurs de renouer un contact avec leurs lecteurs et de faciliter l’adhésion au travail de vérification.

  • 28 Fake ou News est un projet de Lupa en collaboration avec la chaîne télévisuelle Futura. La producti (...)

28On constate ainsi trois formes principales et non exhaustives de productions discursives sur leurs sites tentant d’accomplir à la fois des fonctions pédagogique et phatique. La première forme constatée est la mise à disposition de manuels et de supports pédagogiques. Chez Lupa cette démarche intègre son modèle d’affaires : les journalistes dispensent des formations et des conférences sur le fact-checking, tout en mettant à disposition certains supports pédagogiques sur son site, dans le cadre du projet Fake ou News 28. Aos Fatos nourrit une rubrique intitulée « manuels », dans laquelle sont publiés des conseils pour identifier plus facilement des canulars sur Internet, pour vérifier des informations douteuses ou encore des déclarations de personnes publiques. L’apparent encouragement des lecteurs à identifier les rumeurs circulant en ligne, voire à vérifier par eux-mêmes certains contenus, permet plutôt de légitimer le travail de vérification dans le paysage médiatique tout en renforçant l’intérêt social du fact-checking et, d’une manière plus ample, du journalisme : « Tout le monde ne comprend pas les coulisses politiques, et parfois on rend ça très abstrait. Du coup, je pense que le fact-checking revient un peu en arrière et montre ce qu’on fait… voilà, ça c’est la cuisine, ici tu vois les ingrédients, voici la recette. Tu peux même l’essayer chez toi ! » (R., Aos Fatos, notre traduction).

29On constate également la multiplication des « foires aux questions » où il s’agit d’expliquer le fact-checking à travers des questions portant sur des thèmes institutionnels ou encore d’essayer de minimiser les préjugés concernant les pratiques de vérification. Ces FAQ montrent aussi l’envie des médias analysés de se mettre à l’écoute de leurs publics, en apportant des réponses aux questions supposément posées par courriel. Cette envie est d’autant plus remarquable lorsque l’un des médias analysés, Lupa, a employé pendant la période électorale une ombudswoman, journaliste qui ne faisait pas partie de la rédaction du média, dont la mission a été de répondre aux courriels, d’en faire part à l’équipe de journalistes, ainsi que de rédiger des articles hebdomadaires qui faisaient le lien entre les remarques des lecteurs et les coulisses de la rédaction. Il ne s’agissait pas pour autant de décrire le quotidien de la rédaction, mais plutôt de montrer que les constats des lecteurs ont été entendus et valorisés, permettant aussi aux journalistes de questionner et d’affiner leur travail.

30Enfin, on retrouve des articles, notamment sur le site de Lupa, dans lesquels les journalistes se mettent en scène en parlant à la première personne et racontent des moments vécus au long de la campagne présidentielle. Dans l’un de ces articles, par exemple, une journaliste explique avoir dû laisser de côté sa vie familiale pendant la période électorale pour pouvoir couvrir l’agenda des candidats et se consacrer entièrement à la vérification de l’actualité politique. Aux limites du journal de bord, ce type d’article permet aux lecteurs d’attribuer un nom et un visage aux journalistes responsables du fact-checking tout en exposant les moyens que ces derniers mobilisent dans le but de réaliser leur travail. Eleni Mouratidou (2012) rappelle que les représentations des coulisses engendrent des systèmes réflexifs et de remise en question des pratiques sans pour autant permettre d’enlever complètement les enjeux intrinsèques à l’activité dévoilée. La transparence invite les journalistes à un ajustement constant, individuel et collectif, vis-à-vis de différentes variables professionnelles : organisationnelles (l’urgence, le degré de difficulté de la vérification, l’accessibilité aux sources), économiques (visibilité des vérifications réalisées, audiences conquises), éthiques et sociales (pertinence de la vérification réalisée comme une aide à la prise de décision en contexte électoral, légitimation du travail journalistique).

  • 29 En 2018, WhatsApp comptabilisait environ 120 millions d’utilisateurs au Brésil. Maillé P. (25 octob (...)

31L’emploi de WhatsApp dans la stratégie de campagne des candidats ainsi que son utilisation massive par les Brésiliens 29 a amené les fact-checkeurs à adopter cette messagerie dans leur quotidien de travail dans une tentative d’établir un canal d’échange plus direct avec les publics et un canal de diffusion des vérifications également utilisé dans la circulation des rumeurs. Les trois médias analysés avaient un profil sur WhatsApp afin de collecter des rumeurs et des demandes de vérification auprès des lecteurs. En utilisant la fonctionnalité WhatsApp Business, Aos Fatos a également créé un compte sur cette messagerie afin de diffuser ses vérifications ayant exprimé le souhait de s’y abonner, y compris pendant les débats et les interviews en direct de candidats lors de la campagne.

32Au-delà de ces démarches de partenariat essayant d’accroitre la portée des vérifications avec des plateformes comme Facebook et Google ou encore avec d’autres médias, Aos Fatos et Lupa ont développé des chatbots, le premier sur Twitter (appelé Fatma) et le second sur Messenger, messagerie intégrée à Facebook (nommé Lupo). Bien que les contenus diffusés par ces chatbots aient été similaires aux vérifications disponibles sur les sites des médias, les interactions entre les internautes et les robots forgent une sorte de conversation qui permet, même de manière simulée, la « […] réactivation du code commun dans une connivence conviviale » (Jacques, 1985, p. 117). Grâce aux chatbots, les lecteurs avaient accès aux vérifications à partir de leurs questions, de manière interactive, ou encore comme une alerte quand ils allaient partager un contenu faux ou incorrect sur Twitter ; les vérifications s’inscrivant ainsi dans les pratiques de navigation des internautes.

  • 30 « Erros e acertos de Bolsonaro nas primeiras entrevistas como presidente eleito ». Lupa, 15 octobre (...)

33« Qui vérifie les fact-checkeurs ? Vous » 30. Enfin, les lecteurs se sont vus attribuer le rôle d’arbitre du travail des fact-checkeurs dans la mesure où les médias leur donnent accès aux sources d’information utilisées par les journalistes et les encouragent à consulter des manuels pédagogiques qui expliquent pas à pas la méthodologie de vérification. En responsabilisant les publics, les journalistes accentuent la fonction phatique de leurs productions tout en rassurant les lecteurs, en leur donnant une place supposément active dans la production journalistique. Le fact-checking est de cette manière directement fondée sur une logique de proximité qui nourrit l’espoir de renouer de nouvelles relations avec les publics et d’une certaine manière de donner une nouvelle vie au journalisme : « On vérifie une information que la personne a vue sur WhatsApp, qu’elle a entendue d’un candidat à la télé, cela rapproche aussi… c’est un journalisme moins éloigné, fondé sur ce qu’attend le public, sur ce qu’il veut » (P., Truco, notre traduction).

Conclusion

34Que fait la transparence au fact-checking ? Vérifier consiste à démontrer, à donner à voir, à apporter des preuves ; la transparence pouvant être envisagée comme un élément intrinsèque du processus de vérification sans lequel celui-ci ne peut avoir lieu. La transparence mobilisée par les fact-checkeurs fonctionne comme un métadiscours. Elle est « commissive » (Searle, 1972), dans le sens où elle essaie de montrer que les journalistes s'engagent dans une démarche d’objectivité et de proximité envers leurs publics. Elle tente aussi d’être « déclarative » (Ibid.) lorsqu’elle envisage un ajustement double entre le discours et le monde : le fact-checking fondé sur la transparence viendrait non seulement s’ajuster à la réalité sociale, en rendre compte ; mais aussi la transformer. Une transformation d’abord remarquée – ou en tout cas souhaitée – dans le comportement des personnes publiques qui peuvent revoir leurs propos suite aux vérifications :

« Ciro Gomes [candidat aux présidentielles qui a été classé troisième dans la course électorale] a parfois persisté à dire des informations erronées. Il disait que deux sur huit cas d’homicide au Brésil étaient traités par la justice, mais cette donnée-là n’existait pas. On a fait cette vérification et, à un moment donné, il a arrêté de dire cette information et cela a été une victoire pour nous » (R., Aos Fatos, notre traduction).

35La transformation peut aussi avoir lieu chez les publics qui, attentifs aux consignes de fact-checking diffusées par ces médias, partageraient moins souvent des rumeurs ou consulteraient davantage les vérifications réalisées.

  • 31 À la fin de l’année 2018, l’agence Pública a décidé d’arrêter le projet de fact-checking Truco, afi (...)

36Les trois médias de fact-checking analysés affirment employer les mêmes étapes de vérification et utiliser des critères similaires pour la sélection des contenus qui sont vérifiés. Pourtant, tous trois adoptent des stratégies éditoriales légèrement différentes en période électorale, de différenciation ou de suivi de l’agenda proposé par les principaux médias d’information, ce qui leur permet également de se montrer plus ou moins performants sur le plan économique 31. En plus, ces médias se veulent à l’écoute des publics et à leur service réaffirmant l’intérêt social du journalisme. La mise en discours de la transparence permet donc de dissimuler certaines des stratégies éditoriales et d’atténuer en façade les pressions inhérentes au fonctionnement actuel des médias analysés, comme l’urgence et la conquête d’audiences, sans les effacer du quotidien des professionnels.

Haut de page

Bibliographie

Aïm O. (2006), « La transparence rendue visible. Médiations informatiques de l'écriture », Communication et langages, n° 147, pp. 31-45.

Allard-Huver F., « Transparence », Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. Mis en ligne le 22 septembre 2017. Dernière modification le 08 juillet 2020. Disponible sur : http://publictionnaire.huma-num.fr/notice/transparence [consulté le 14 juillet 2020].

Antheaume A. (2016), Le Journalisme numérique, Paris, Presses de Sciences Po.

Bigot L. (2017), « Le fact-checking ou la réinvention d’une pratique de vérification », Communication & langages, vol. 2, n° 192, pp. 131-156.

Borba F. & Figueiredo M. (2014), « Quanto vale o voto da TV? », Insight Inteligência, vol. 64, n° 1, pp. 101-114.

Cervi E. U. (2010), « Financiamento de campanha e desempenho eleitoral no Brasil: análise das contribuições de pessoas jurídicas, físicas e partidos políticos às eleições de 2008 nas capitais de estado », Revista Brasileira de Ciência Política, vol. 2, n° 4, pp. 135-167.

Chareadeau P. (2006), « Discours journalistique et positionnements énonciatifs. Frontières et dérives », Semen, n° 22 [En ligne] http://www.patrick-charaudeau.com/Discours-journalistique-et.html [consulté le 29 juin 2020].

Cornu D. (1998), « Journalisme et la vérité », Autres temps, vol. 58, n° 1, pp. 13-27.

Ettema J. S. & T. L. Glasser (1998), Custodians of Conscience. Investigative Journalism and Public Virtue, New York, Columbia University Press.

Graves L. (2016), Deciding What’s True: The Rise of Political Fact-checking in American Journalism, New York, Columbia University Press.

Jacques F. (1985), L’Espace logique de l'interlocution, Paris, Presses universitaires de France.

Joux A. & I. Gil (2019), « Entre transparence des sources et entre-soi : une critique du fact-checking du débat de l’entre-deux tours de la présidentielle française de 2017 », Études de communication, vol. 2, n° 53, pp. 67-84.

Lardellier P. (2015), « Que sont les rites politiques devenus. Quelques perspectives anthropologiques sur la déritualisation politique à l’ère des réseaux sociaux », Les Cahiers du numérique, vol. 11, n° 4, pp. 11-24.

Mouratidou E. (2012), « Making of, coulisses, backstage et réflexivité latente. Entre mythe et transparence », dans Letawe C., Mouratidou E. & V. Stiénon (dir.), Étendues de la réflexivité, Liège, Presses universitaires de Liège, pp. 105-124.

Mudde C. (2016), The Populist Radical Right: A Reader, London, Routledge Publishing.

Parasie S. & E. Dagiral (2013), « Des journalistes enfin libérés de leurs sources ? Promesse et réalité du "journalisme de données" », Sur le journalisme, vol. 2, n° 1 [En ligne] http://surlejournalisme.com/rev [consulté le 28 mai 2020].

Pélissier N. (2002), « La plume dans la toile : l’identité des journalistes à l’épreuve des réseaux numériques », MédiaMorphoses, Institut national de l’audiovisuel, n° 4 [En ligne] http://hdl.handle.net/2042/22399 [consulté le 28 mai 2019].

Searle J. H. (1972), Les Actes de langage. Essai de philosophie du langage, Paris, Éditions Hermann.

Vauchez Y. (2019), « Les mythes professionnels des fact-checkeurs. Un journalisme de données au service de la vérité », Politiques de communication, vol. 1, n° 12, pp. 21-44.

Vis F. (2013). « A Critical Reflection on Big Data: Considering APIs, Researchers and Tools as Data Makers », First Monday, vol. 10, n° 18 [En ligne] https://doi.org/10.5210/fm.v18i10.4878 [consulté le 29 juin 2020].

White D. (1950), « The "Gate Keeper": A Case Study in the Selection of News », Journalism Quarterly, vol. 27, n° 4, pp. 383-390.

Haut de page

Notes

1 Comme l’explique Laurent Bigot (2017), le fact-checking, tel qu’on le voit apparaitre en France et un peu partout dans le monde à partir des années 2000, revisite largement une autre version plus ancienne née aux États-Unis dans les années 1920, lorsque le magazine Time recrutait, à ses débuts, les premiers fact-checkeurs de la presse magazine américaine, bientôt suivi par The New Yorker, puis par l’ensemble des titres. Parmi leurs missions, on retrouve la vérification des noms, dates, chiffres et faits avant la publication des articles.

2 Les principes de l’IFCN sont disponibles sur https://ifcncodeofprinciples.poynter.org [consulté le 2 avril 2019].

3 Trésor de la langue française informatisé. Disponible sur : http://atilf.atilf.fr [consulté le 14 juillet 2020].

4 La cartographie du journalisme indépendant est disponible sur : https://apublica.org/mapa-do-jornalismo/ [consulté le 2 avril 2019].

5 En tout, nous avons analysé 181 articles de vérification publiés et conservé uniquement ceux en lien avec les élections présidentielles (d’autres élections avaient lieu en même temps au Brésil : députés fédéraux et régionaux, sénateurs et dirigeants des états composant la Fédération). Nous avons également examiné des textes institutionnels des sites web des médias étudiés qui expliquent et justifient la démarche du fact-checking.

6 Le premier tour a eu lieu le dimanche 7 octobre et le deuxième tour le 28 octobre 2018.

7 Les entretiens ont été réalisés par Skype pendant les mois d’avril et de mai 2019 auprès de deux journalistes, une rédactrice en chef et un analyste de médias sociaux. Nous avons souhaité réaliser des entretiens auprès d’autres professionnels mais les directions de certains médias étudiés, prétextant vouloir protéger des informations stratégiques, ont interdit notre échange avec leurs professionnels.

8 Au Brésil, les premières initiatives de fact-checking ont démarré avec les rubriques Mentirômetro et Promessômetro du quotidien Folha de São Paulo en 2010.

9 Lupa affirme avoir eu un soutien financier de la maison d’édition Alvarenga, qui a elle-même été fondée par un banquier et possède d’autres médias d’information. Les liens entre les contenus produits par ces deux médias et le financement privé qu’ils reçoivent ne sont donc pas explicités.

10 Dans le cadre de cette contribution, les publics sont envisagés d’une manière large : en font partie les lecteurs réguliers, occasionnels et potentiels des médias analysés, ainsi que leurs partenaires institutionnels. Peu d’études de réception du fact-checking ont été réalisées au Brésil. Dans le cadre de son mémoire de fin d’étude en Sciences de l’information et de la communication, Denise Becker a réalisé un sondage, à partir d’une approche quantitative, afin de déterminer le profil des lecteurs de fact-checking pendant les élections présidentielles. Selon elle, il s’agit des lecteurs qui affirment s’intéresser déjà à la politique et suivre l’actualité en lisant des médias d’information, ayant un bon niveau de scolarité et habitant notamment dans les régions sud et sud-est du pays. Source : « Estudo inédito aponta perfil e hábitos digitais de leitores de fact-checking », Congresso em Foco, 25 novembre 2018. Disponible sur : https://congressoemfoco.elav.tmp.br/midia/estudo-inedito-aponta-perfil-e-habitos-digitais-de-leitores-de-fact-checking/ [consulté le 02 juin 2019].

11 Au Brésil, les candidats sont interdits d’acheter des espaces publicitaires mais ont du temps sur les chaînes de télévision et de radios ouvertes pour présenter leur programme. Ce temps est calculé en se basant sur le nombre de sièges du parti du candidat élus au Congrès national. Historiquement, cet espace médiatique représente un enjeu important d’information aux citoyens (Cervi, 2010) jusqu’au point où les partis investissent des colligations partisanes afin de pouvoir cumuler plus de temps sur les antennes (Borba & Figueiredo, 2014).

12 Payão F. (18 juin 2019), « "Eram campanhas para Bolsonaro", diz agência sobre disparos no WhatsApp », TecMundo. Disponible sur : https://www.tecmundo.com.br/seguranca/142730-campanhas-bolsonaro-diz-agencia-disparos-whatsapp.htm [consulté le 12 juillet 2020].

13 « Bolsonaro diz que não vai a debates por medo de atentado », Terra, 19 octobre 2018. Disponible sur : https://www.terra.com.br/noticias/brasil/bolsonaro-justifica-ausencia-em-debate-por-temer-seguranca,d976283389fdc08515372681dcb02c180domjqfn.html [consulté le 12 juillet 2020].

14 Encore lors du premier tour de l’élection, Jair Bolsonaro a concédé une interview à la chaîne télévisée Record, dirigée par Edir Macedo fondateur de l’église évangélique Universal Reino de Deus, en même temps qu’un débat télévisuel avait lieu sur Globo, la principale chaîne ouverte commerciale du pays. Disponible sur : https://telepadi.folha.uol.com.br/bolsonaro-na-record-alcancou-13-da-audiencia-debate-na-globo [consulté le 12 juillet 2020].

15 La circulation intense de fausses informations sur des profils ouverts dans les réseaux socio-numériques ainsi que dans les messageries privées de WhatsApp a conduit l’OEA (Organisation des États américains) à classer les élections brésiliennes de 2018 comme étant un « cas sans précédent » en ce qui concerne les fake news. Jubé A. (25 octobre 2018), « Brasil é 1º caso de fake news maciça para influenciar votos, diz OEA », Valor Econômico. Disponible sur : http://bit.ly/2Uq375e [consulté le 28 mai 2019].

16 Rinaldi C. (23 novembre 2018), « Facebook e WhatsApp são os campeões de disseminação de Fake News », Olhar Digital. Disponible sur : https://olhardigital.com.br/noticia/facebook-e-whatsapp-sao-os-campeoes-de-disseminacao-de-fake-news/80104 [consulté le 12 juillet 2020].

17 « Facebook retira do ar rede de contas ligadas ao MBL antes das eleições », Estadão. Disponible sur : https://cutt.ly/jpQi5V2 [consulté le 12 juillet 2020].

18 Une investigation est actuellement menée par le Tribunal supérieur de la justice brésilien (TSE) autour de la diffusion massive des fake news lors de l'élection présidentielle de 2018, ayant comme l'un des suspects de cette diffusion la liste électorale ayant en tête Jair Bolsonaro et par son vice-président Hamilton Mourão.

19 Valente J. (8 juillet 2018), « Redes sociais adotam medidas para combater fake news nas eleições », Agência Brasil. Disponible sur : https://agenciabrasil.ebc.com.br/politica/noticia/2018-07/redes-sociais-adotam-medidas-para-combater-fake-news-nas-eleicoes [consulté le 27 juillet 2020].

20 Au sein des médias analysés, les équipes travaillant directement pour les élections présidentielles sont composées de cinq à dix membres.

21 Selon la Loi n° 12.527 du 18 novembre 2011 dite Loi d'accès à l'information, n'importe quel individu peut solliciter des données produites et stockées par des institutions publiques via une plateforme mise à disposition par le gouvernement brésilien. Disponible sur : https://www.gov.br/acessoainformacao/pt-br [consulté le 31 juillet 2020].

22 Certains articles comportent plusieurs vérifications. De plus, on a pris en compte seulement les vérifications en rapport avec les élections présidentielles et on n'a pas comptabilisé des republications de vérifications réalisées antérieurement à la période entre les deux tours, du 7 au 28 octobre 2018.

23 Dans la période analysée, Lupa a vérifié 46 prises de parole du candidat Jair Bolsonaro (dont onze vraies) et 29 du candidat Fernando Haddad (dont neuf vraies). Deux autres vérifications ont été réalisées en rapport avec le candidat du PSL et avec son vice-président. Aos Fatos a vérifié 23 citations de Jair Bolsonaro (dont six vraies) et 25 de Fernando Haddad (dont dix vraies). Truco a vérifié huit citations de Jair Bolsonaro (aucune n’a été classée comme « vraie ») et neuf de Fernando Haddad (dont deux vraies). Quatre autres vérifications ont été réalisées, dont deux en lien avec la liste de Jair Bolsonaro et deux autres associées aux gouvernements passés menés par des politiciens issus du Parti des travailleurs (Lula - 2003-2011 et Dilma Rousseff - 2011-2016).

24 Le « kit gay » est la dénomination péjorative attribué à un kit pédagogique conçu par des organisations de défense de la population LGBT dans une convention signée avec le FNDE (Fonds national de développement de l'éducation, sous la direction du Ministère de l’éducation brésilien), dans le cadre du projet intitulé École sans homophobie (en portugais : Escola Sem Homofobia). Bien que ce kit pédagogique n’ait pas été distribué aux établissements scolaires (il a été conçu notamment pour un travail dans les collèges et dans des lycées), son objectif déclaré était de minimiser les préjugés concernant l’orientation sexuelle des individus. Source : « Cahier Escola sem Homofobia », Association brésilienne des gays, lesbiennes, transsexuels et transsexuelles (ABGLT), Disponible sur : https://nova-escola-producao.s3.amazonaws.com/bGjtqbyAxV88KSj5FGExAhHNjzPvYs2V8ZuQd3TMGj2hHeySJ6cuAr5ggvfw/escola-sem-homofobia-mec.pdf [consulté le 3 février 2019].

25 Un rapport de la Direction des analyses des politiques publiques sous la responsabilité de la fondation Getulio Vargas a constaté que le « kit gay » a été l’une de fausses informations les plus commentées sur Facebook, Twitter et Youtube au Brésil avec un million de publications. Source : Rapport « Fraudes nas urnas e kit gay tem maior impacto que outras notícias falsas em Twitter, Facebook e Youtube », FGV DAPP, 1er novembre 2018. Disponible sur : https://observa2018.com.br/posts/fraude-nas-urnas-e-kit-gay-tem-maior-impacto-que-outras-noticias-falsas-em-twitter-facebook-e-youtube [consulté le 3 février 2019].

26 Marés C., Resende L., Afonso N. (31 octobre 2018), « Erros e acertos de Bolsonaro nas primeiras entrevistas como presidente eleito », Lupa. Disponible sur : https://piaui.folha.uol.com.br/lupa/2018/10/31/bolsonaro-primeiras-entrevistas/ [consulté le 3 février 2019].

27 Passarinho N. (25 mai 2011), « Dilma Rousseff manda suspender kit anti-homofobia, diz ministro », G1. Disponible sur : https://oglobo.globo.com/politica/apos-pressao-de-religiosos-dilma-suspende-producao-de-kit-anti-homofobia-2766070 [consulté le 3 février 2019].

28 Fake ou News est un projet de Lupa en collaboration avec la chaîne télévisuelle Futura. La production des contenus et les événements réalisés dans le cadre de ce projet visent notamment à sensibiliser des publics jeunes aux fausses informations qui circulent sur Internet. Disponible sur : http://www.futura.org.br/fake-ou-news-iniciativa-sera-lancada-dia-26/ [consulté le 19 mai 2019].

29 En 2018, WhatsApp comptabilisait environ 120 millions d’utilisateurs au Brésil. Maillé P. (25 octobre 2018), « Présidentielle au Brésil : WhatsApp au cœur d’une campagne de désinformation », Usbek & Rica. Disponible sur : https://usbeketrica.com/article/bresil-whatsapp-desinformation-presidentielle [consulté le 12 août 2020].

30 « Erros e acertos de Bolsonaro nas primeiras entrevistas como presidente eleito ». Lupa, 15 octobre 2015. Disponible sur : https://piaui.folha.uol.com.br/lupa/2015/10/15/como-posso-contribuir/ [consulté le 04 mars 2018].

31 À la fin de l’année 2018, l’agence Pública a décidé d’arrêter le projet de fact-checking Truco, afin de privilégier des projets en journalisme d’investigation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lorreine Petters, « Injonction à la transparence dans le fact-checking : de l’idéal de l’objectivité à une tentative de proximité »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 13 octobre 2020, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/14951 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.14951

Haut de page

Auteur

Lorreine Petters

Docteure en Sciences de l'Information et de la Communication, Ingénieure de recherche dans le cadre du projet ESADICAS, université de Rouen Normandie. Membre du CIM - Communication, Information et Médias, Université Sorbonne Nouvelle, Paris (France) - lorreine.petters@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search