Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2020S’engager dans un atelier-théâtre...Faire entendre des voix muettes. ...

2020
S’engager dans un atelier-théâtre. À la recherche du sens de l’expérience

Faire entendre des voix muettes. Un engagement corporel en présence et sa mise en commun politique et critique

Discussion de l’ouvrage de Rachel Brahy, S’engager dans un atelier-théâtre. À la recherche du sens de l’expérience, Mons, Éditions du Cerisier, 2019
Laurent Thévenot

Notes de la rédaction

Le Grand résumé de l’ouvrage par son auteure est accessible à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/15481 et la discussion par Bertrand Ravon à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/15482

Texte intégral

1L'objet de recherche dont Rachel Brahy nous offre ici le Grand résumé après sa publication en livre (Brahy, 2019) serait sans doute resté non identifié dans une définition classique de la sociologie, ou plutôt divisé dans plusieurs « sociologie de », du théâtre ou des politiques publiques. La thèse de l'auteure se fractionnerait alors en autant de spécialités selon qu'elle traite du théâtre action comme politique culturelle (première section du résumé), ou de pratiques théâtrales du corps utilisés hors des spectacles traditionnels. Or l'intérêt de la démarche et de ses apports tient, à l'inverse, à une approche renouvelée de la mise en commun et de sa politique qui s'étend de la redéfinition du sujet jusqu'aux mesures institutionnelles. Renouveau que réclament les bouleversements du commun dans notre contemporain. À l'opposé du fractionnement des sciences sociales, Jean-Louis Genard et Fabrizio Cantelli ont dessiné un mouvement d'ensemble qui redessine le social à partir d'une problématique de capacité et de vulnérabilité (Cantelli & Genard, 2007, Genard & Cantelli, 2008) dont Rachel Brahy s'inspire à juste titre. Avec une orientation compatible quoique distincte, j'intégrerai l'objet de Rachel Brahy dans un mouvement de « grande décentration » (Thévenot, 2020b&c) qui affecte aujourd'hui le social et l'humain par la considération de leurs dépendances au regard de ce qui les maintient, que Jean-Louis Genard a abordé à partir du « déclin de l'exception humaine » (Genard, 2020). C'est depuis cette décentration que j'adresserai deux commentaires-questions au texte de Rachel Brahy. Ils suivent le plan de son Grand résumé : l'un porte sur l'analyse qu'elle propose d'une dépendance constitutive de l'humain, en présence ; l'autre sur l'horizon politique dans lequel un pareil engagement peut trouver place.

Dépendances de l'humain résonnant en présence

  • 1 Pour une analyse comparée, ample et approfondie de cette « société active » dans plusieurs pays eur (...)
  • 2 Pour une subtile analyse de ces destructions collatérales de l'intime familier résultant de politiq (...)

2Loin d'être marginaux, les ateliers-théâtres étudiés par Rachel Brahy sont révélateurs du mouvement d'ensemble mentionné plus haut. Ils s'inscrivent dans des politiques sociales dominées à l'échelle européenne – et même au-delà – par le modèle de « l'activation » qui met en avant les capacités, tout en s'adressant prioritairement à des populations dites vulnérables 1. Au regard de l'analyse des régimes d'engagement (Thévenot, 2006) sur laquelle Rachel Brahy prend appui, ces politiques d'activation reposent principalement – et aux dépens de la pluralité des engagements humains – sur le régime de l'engagement en plan individuel et du genre de responsabilité et d'autonomie qu'il implique, saisi dans un projet et le plus souvent réduit encore à des objectifs mesurables. Je ne pense pas que l'on puisse écrire, comme le fait Rachel Brahy, que ces politiques d'activation tablent explicitement sur l'engagement familier parce qu'elles n'en comprennent pas le cadre, à la différence de celui du plan. En revanche – et je la rejoindrai alors – elles affectent souvent gravement ce familier, par des conséquences de fait insupportables (Breviglieri, 2009) sur l'intime 2. Or Rachel Brahy nous montre que le dispositif de ces ateliers-théâtre favorise chez les participants un genre d'engagement tout différent du plan. Une tension en résulte, à l'intérieur de ce volet des politiques du nouvel État social activé. En pratique, ce « théâtre-action » va en sens opposé de « l'activation » cependant que l'arrêté belge le régissant s'est infléchi récemment en substituant à la visée de « connaissance critique » et d'« expressions collectives » « l'implication active » de « personnes », comme le souligne Rachel Brahy. Un des importants apports de sa recherche tient à sa caractérisation, à partir de ses observations, d'un régime d'engagement occupant une place importante dans le dispositif qu'elle a étudié. Méthodiquement, elle nous démontre qu'il ne s'agit ni du régime du plan ni d'un régime public de justification, ni encore d'un des autres régimes du proche identifiés jusqu'à présent, celui de la familiarité (Thévenot, 1994) ou celui de l'exploration (Auray, 2011).

  • 3 Je comprends bien que Rachel Brahy entend « présence » dans un sens plus fort mais il n'a guère cou (...)

3Il me semble que les riches caractérisations que Rachel Brahy nous livre de cet engagement ne sont pas pleinement traduites par la dénomination qu'elle propose (« en présence », alors que les autres régimes du proche impliquent aussi la présence 3), ou par certains des traits figurant dans le tableau comparatif tels que « expérience » (trop large, même dans la définition qu'en retient John Dewey), ou « éprouver (en convergence) » pour caractériser le pouvoir engagé alors que l'éprouvant est rencontré par chaque régime d'engagement de même qu'une possible convergence lorsque l'engagement est rendu mutuel. En revanche, à partir de ses observations, Rachel Brahy nous livre un tableau précis. La spatialité de l'engagement ne repose pas sur un entour familier mais s'ouvre au-delà, par une attention corporelle qui mobilise le toucher et l'ouïe davantage que la vue, dans une disponibilité sensible à l'écoute de l'environnement autant que dans la réponse apportée à sa sollicitation. Rachel Brahy parle de « perméabilité », de « porosité ». Elle remarque que ce rapport ne se laisse pas saisir dans l'opposition courante entre actif et passif – ce qui est aussi le cas de l'engagement familier. La temporalité est orientée vers le présent plutôt que vers un passé ou un avenir, mais non le présent instantané de la rupture créée par la nouveauté, qui prévaut dans l'engagement exploratoire. Rachel Brahy souligne aussi l'importance du rythme, qui requiert une présence relativement continuée pour vibrer à ce rythme, ce qu'elle appelle « installation ». Le tableau est ainsi résumé par elle : « l’installation dans le présent, l’invitation au rapprochement des corps, l’harmonisation des rythmes et la mise en résonance d’états émotionnels ». Cette « harmonisation des rythmes » et « mise en résonance » émue ainsi que l'« ampleur » – je préfèrerais amplification de façon à prolonger les connotations sonores de la résonnance – caractérisent le bien propre à cet engagement.

  • 4 Un doute excessif peut faire sortir de l'engagement et du jeu, ce qui amène alors à travailler (ave (...)

4Il ne fait pas de doute que ce bien de la résonnance diffère de l'aise du familier. Je remarquerai à ce propos que l'engagement familier ne se réduit pas aux routines que mentionne Rachel Brahy. La routine correspond à la face de l'engagement dans laquelle on « ferme les yeux » en se reposant sur les repères acquis, sur les formes constituées, par opposition à celle dans laquelle on « ouvre les yeux » dans le doute inquiet de l'engagement (Thévenot, 2006, 2011). Il serait d'ailleurs intéressant de réfléchir aux deux faces de ce régime de résonnance en présence. Il me semble que l'on pourrait désigner la face des « yeux fermés » par le terme « rite » entendu – un peu comme « routine » – dans une acception courante relativement dépréciative – voire pathologique en psychologie – et non dans le sens plein d'un rituel éprouvant. Impliqué dans les expériences religieuses et esthétiques – mais pas seulement – l'engagement examiné par Rachel Brahy comporte aussi une face « yeux ouverts » que l'on voit bien dans l'ouverture inquiète sans laquelle le rituel anthropologique ou l'expérience esthétique n'en sont pas 4.

5La réduction de l'engagement familier à la face du routinier réduit son « intensité », notion que Rachel Brahy reprend du commentaire adressé par Jean-Louis Genard à l'Action au pluriel (Genard, 2011). Cet intéressant commentaire me semble mêler deux considérations. En premier lieu, la face « yeux fermés » est, par définition, moins intense que l'autre. Si, au lieu de se référer à la face du routinier répétitif du familier, on se tourne vers un moment de ses retrouvailles mal assurées, on y constatera l'intensité d'un attachement affectif fort dans la face inquiète. Jean-Louis Genard rejoint cette première considération en mettant face à face la simple adhésion au militantisme exigeant, ou la cohabitation habituée au coup de foudre amoureux, rabattant l'aise sur le routinier. Mais le point de Jean-Louis Genard porte aussi sur une seconde importante réduction d'intensité, celle de relations aux personnes en amour ou amitié. Dans l'engagement familier en commun, elles ne sont abordées qu'à partir de relations aux choses, sans oublier cependant que leur genèse est transitionnelle, dans un rapport au sein nourricier. Jean-Louis Genard a raison d'écrire que l'on ne peut réduire les rapports amicaux et amoureux à une mutualisation du familier quoique, j'ajouterai, ces rapports interpersonnels intenses comportent aussi une mutualisation familière.

6Rachel Brahy observe et définit l'engagement en présence en privilégiant également une relation à d'autres personnes, même si elle porte grande attention à la place d'objets et autres médiations dans ce rapport avec d'autres. Cependant, par choix stratégique de recherche, j'ai trouvé pertinent de commencer par une conceptualisation de l'engagement avec un environnement non humain, qui s'écarte d'une des significations courantes du terme. Dans une décentration de l'humain, que l'on pourrait dire « écologique au sens large » au regard de la définition courante du social aujourd'hui sérieusement ébranlée, il s'agit de considérer l'humain par ses dépendances, par ses attachements à l'environnement vivant ou non (Thévenot, 2020b&c). C'est à ce prix que l'on peut aborder la mise en commun et en différend dans ses exigences, ses difficultés et tensions internes, de plus loin que dans l'ordinaire des catégories des sciences sociales et politiques qui présupposent, explicitement ou non, ce commun. Je pense que cette stratégie peut aussi être suivie avec profit pour l'engagement considéré ici. Comme l'ont montré les recherches pionnières de Laura Centemeri sur la résonnance, prolongées par le programme mené avec Gildas Renou (Centemeri, 2015, Centemeri & Renou, 2014), ainsi que des observations antérieures de Olga Koveneva en Russie et de moi-même en Californie sur consonance, écoute, harmonie et attache à des sources, rivières, plantes et animaux dont l'écho ne peut être ressenti qu'en étant « en présence » (Thévenot, 2019a), il me semble possible et fécond de définir ce régime du proche à partir d'un rapport à l'environnement, pour mieux apprécier ensuite les demandes et complications de sa mise en commun.

7Ainsi le rythme, dont Rachel Brahy souligne l'importance, peut être déjà envisagé comme coordination avec soi-même, soutenue par le corps et ses battements et, au-delà, par un environnement avec lequel il entre en résonnance, avant que de considérer la délicate question d'une mise en commun qui n'écraserait pas les différences rythmiques. La coordination abordée à partir du rythme occupe une place importante dans l'enquête collective sur « La cohabitation et les formes du vivre ensemble incluant la figure du tiers » (Breviglieri & Conein, 2003) qui a fait ressortir l'aspiration à l'idiorythmie (aller à son propre rythme) en tension avec l'hétérorythmie des attendus de la cohabitation. Dans les sections qu'il a rédigées ainsi que dans sa thèse sur « La politique de la responsabilité » (Pattaroni, 2004), Luca Pattaroni tire profit, pour concevoir une « politique des rythmes », des considérations de Roland Barthes sur le rythme issues des notes de son cours 1976-1977 au Collège de France intitulé « Vivre ensemble » (Barthes, 2002 ; voir aussi Barthes, 2015). À partir de l'expérience de communautés religieuses, ce dernier s'interroge sur la possibilité que des idiorythmies soient « agglomérées » en « communautés d'idiorythmie ». Cette perspective ne prend cependant pas en considération l'engagement en résonnance ici considéré qui pourrait contribuer à une mise en commun pluriel de rythmes personnels, ce que Rachel Brahy observe dans certains moments des ateliers-théâtre. La mise en commun d'idiorythmies introduit à la partie suivante consacrée à des mises en commun politique et critique dans lesquels l'engagement considéré par Rachel Brahy trouve sa place.

Virtualités de mise en commun politique et critique

8L'un des apports de la recherche de Rachel Brahy tient à la mise en rapport, que permettent ses observations et analyses de théâtre-action, entre un art professionnel du théâtre et un art ordinaire de l'expression et de la participation au commun et au différend, qui assoit la politique par la délibération. Le célèbre théoricien et praticien brésilien du théâtre, Augusto Boal, inspirateur majeur du théâtre-action, a rapproché les arts et théories du théâtre des exigences politiques de la démocratie, plaçant au centre de son Théâtre des opprimés un parcours d'expression de « spect-acteurs » (Boal, 2008 [1979]). Il cherche à ce que, « par étape, [le spectateur] se libère de la condition de spectateur pour endosser celle d'acteur, cessant d'être objet pour devenir un sujet » et que le corps, son contrôle et son expression, soient au centre de ce parcours de découverte (Ibid., p. 102). Parce que son œuvre est sans doute la plus importante dans l'arrière-plan des ateliers-théâtre mais aussi parce qu'elle se déploie depuis des exercices et jeux de théâtre pratiqués dans les ateliers jusqu'à un commun politique participatif, critique et même législatif, elle nous servira d'appui pour nos commentaires de cette deuxième partie.

  • 5 « Le Joker prend la première personne par la main et lui fait faire le tour de la pièce, en s'arrêt (...)
  • 6 La grammaire d'affinités personnelles à des lieux-communs pluriels régit une mise en commun et en d (...)

9Rachel Brahy souligne que « l’appel aux expressions émotionnelles et leur mise en partage » sont des axes de travail dans les ateliers-théâtre. Elle cite le jeu du « Chant des sirènes » de Augusto Boal pour introduire la question d'un partage, d'une mise en commun réalisé à partir d'expressions émotionnelles. Dans son ouvrage de jeux pour acteurs et non acteurs, Augusto Boal présente ce jeu comme « très difficile et très délicat » (Boal, 2002 [1992], p. 125). Sa reprise dans l'atelier-théâtre suit d'abord strictement la consigne d’Augusto Boal : « Chaque acteur doit penser à une oppression qu'il a réellement vécue ou qu'il vit encore. Puis tout le monde ferme les yeux et se rassemble au milieu de la pièce. Celui qui veut commencer émet un son (un cri, un gémissement, un hurlement, une lamentation, etc.) qui doit être la traduction en son de l'oppression qu'il a en tête » (Ibid.). Le rôle du « Joker » est ensuite plus important dans les consignes d’Augusto Boal que n'est celui du comédien-animateur dans leur reprise par l'atelier-théâtre. Nous reviendrons plus loin sur ce « Joker » qui, élément majeur du dispositif d’Augusto Boal, est toujours impliqué dans la mise en commun politique et critique qui nous occupe dans cette partie. Ce qui n'est pas repris d’Augusto Boal dans la consigne recueillie par Rachel Brahy est l'intervention du Joker pour constituer, à partir des cris des participants, quatre expressions bien contrastées qu'il répartit aux quatre coins de la salle afin que tous s'en rapprochent par affinité – par résonnance 5. De fait, le Joker met en place une communication par affinités personnelles à ces quatre lieux-communs sonores et expressifs, créés délibérément par la consigne et l'intervention du Joker, à partir des expressions de participants 6. La consigne ultime demande que, dans chacun des cercles distincts constitués autour de chacun des quatre lieux-communs, les participants racontent l'oppression qu'ils avaient en tête. Conformément à la communication régie par la grammaire d'affinités personnelles à des lieux-commun pluriels, Augusto Boal observe : « Il n'y a rien de magique à ce que, à l'intérieur de chaque cercle, l'histoire porte presque toujours sur le même type d'oppression, sur le même thème » (Ibid.).

  • 7 Observons que l'empreinte des arts du théâtre (jeux de rôle, masque, etc.) sur les métiers et techn (...)

10Le lieu-commun, tel qu'il est ici artificiellement constitué à partir d'un lieu, d'un corps et de son cri expressif, permet la constitution de quatre communautés différentes (assemblées aux quatre coins de la même salle) plutôt que d'un commun pluriel qui demanderait de composer avec les différences en tant que différends. Quelle politique et critique s'en suivraient ? Dans la dernière partie de son résumé, RachelBrahy suggère que, en favorisant l'engagement en présence, le dispositif de l’atelier-théâtre « répond, en creux, à ces pressions [de l'État social actif] planificatrices » par « l’ouverture d’un espace d’engagement libéré d’un format "normalisé" de coordination » et des politiques sociales d'activation dans lesquelles « l’intime semble être la contrepartie offerte par l’usager pour la prise en charge ». Il me semble cependant que des expériences réelles de constructions politiques et critiques édifiées en prenant appui sur un engagement de résonnance en présence nous montrent qu'à lui seul – et même lorsque la mise en commun est facilitée par des lieux-communs – il ne soutient pas une critique et une politique pluraliste favorable à des changements démocratiques. Des recherches en Europe de l'Est mettent en évidence des dispositions de plaintes-protestations autour de lieux-communs multiples mis ensemble à partir d'une occupation durable du lieu-commun plus englobant que constitue une place commune, à Kaliningrad en Russie (Clement, 2015) et à Kiev en Ukraine, Maïdan (Zhuravlev, 2018). L'ampleur de la mobilisation et sa politisation sont indéniables mais les deux mouvements achoppent sur le passage à des décisions politiques et donc à des représentations publiques impliquant d'autres régimes d'engagement et grammaires du commun pluriel, conduisant finalement en Ukraine à un populisme instrumenté par un oligarque. Et si nous revenons aux expériences nourries d'arts du théâtre qu'étudie Rachel Brahy, nous pouvons remarquer qu’Augusto Boal prend soin d'ajouter à l'engagement que Rachel Brahy repère dans le « Chant des sirènes » d'autres pièces de son dispositif impliquant d'autres régimes d'engagement, de façon à parvenir à une critique publique et à des décisions politiques. Si il met en avant dans son « théâtre-image » la « sculpture » des corps en un groupe de « statues » produisant des « images » (scènes fixes) qui permettent une communication rigoureusement non verbale par ces lieux-communs, il y adjoint une pièce majeure qu'il désigne par « Joker » et définit comme « l'exact opposé de celle du protagoniste » et comme le « contemporain et voisin du spectateur » (Boal, 2008 [1979], pp. 152, 158). Le Joker a encore d'autres fonctions mais, sans entrer dans le détail, ce « maître de cérémonie » « omniscient, polymorphe et doté d'ubiquité » permet « l'abstraction universalisante de l'autre » en intervenant, voire en arrêtant l'action, comme « exégète » pour une « lecture » des scènes jouées. Cette pièce polymorphe du dispositif n'a pas son pareil dans la politique institutionnelle de représentation démocratique. En revanche, abondent des versions intégrées dans le management et le coaching contemporains, autant de modes de « gouvernance » s'écartant de l'autorité légitime du représentant 7.

11Il faut aussi ajouter que, dans le cadre de son « théâtre législatif » (Boal, 1998 [1992]), Augusto Boal a su porter son dispositif de théâtre-forum non seulement jusqu'au moment délibératif (bouleusis) critique de la politique, mais même jusqu'au moment décisionnel (prohairesis) ultérieur, en le poussant jusqu'à la proposition de lois dont certaines ont été effectivement votées. Puisque les arts du théâtre créés par Augusto Boal ont été mis en œuvre dans une mise en commun politique allant jusqu'à la législation, il vient à l'esprit de comparer cette implication politique d'arts de prendre part avec le dispositif de « budget participatif » qui, également développé au Brésil, est devenu un modèle mondial de politique faisant entendre des voix muettes pour les prendre en compte dans des décisions municipales. La comparaison a, de fait, été entreprise par Gianpaolo Baiocchi (Baiocchi 2006), spécialiste de cette expérience brésilienne (Baiocchi, 2005) et plus largement de la démocratie participative (Baiocchi & Ganuza, 2016). Gianpaolo Baiocchi souligne que les deux mouvements, qui envisagent la discussion critique comme processus pédagogique ouvert à tous, ont une racine commune dans la pédagogie participative de Paulo Freire (Freire, 2000 [1970]), le second s'étant développé à la faveur d'éducation populaire, de luttes urbaines et d'expérimentations du Parti des travailleurs. À la différence d'une orientation libérale sur la participation aujourd'hui conjuguée avec une politique d'activation, les deux mouvements sont orientés vers une conscientisation critique favorable à une solidarité accrue et une transformation sociale, orientation de grandeur civique qui s'écarte de la grammaire libérale.

* *

*

12On ne réduit pas la portée de la recherche de Rachel Brahy et de ses résultats en soulignant que les spécificités des ateliers-théâtre marquent son enquête et son analyse d'un engagement en présence. On entend plutôt la situer parmi une variété d'autres recherches qui soulèvent des interrogations comparables et dont les résultats cumulés contribuent à préciser les caractères d'un régime d'engagement distinct de la justification, du plan, du familier ou de l'exploration, ainsi que l'implication d'un tel régime dans des mises en commun politique et critique.

13Aussi je terminerai par un rapprochement avec une enquête récente sur une politique de prévention de submersion marine et sur les vives réactions critiques qu'elle a suscitées. Pour résumer, il s'agit d'un Plan national de prévention mis en œuvre dans la baie du Mont Saint Michel, avec l'appareil étatique de consultation et d'enquête publique que l'on connaît bien, au plus loin des procédures et réflexions critiques sur la participation évoquées plus haut à partir d’Augusto Boal et des budgets participatifs. Or le Plan est lourd de restrictions majeures sur l'habitat et les activités professionnelles dans la zone impliquée. Le résultat politique est assez catastrophique. Il témoigne de l'échec de la « communication » avec le public, qui a été jusqu'à faire fondre en larmes une solide habitante de très longue date, humiliée de n'avoir pas saisi les explications en raison de leur format (Thévenot 2019b). De telles oppressions confortent le genre de rejet des normes étatiques et européennes, de l'État en général et du politique, qui conforte aujourd'hui des réactions populistes de grande ampleur et leur éventuelle instrumentation autoritaire. L'échec tient notamment à ce que le principal équipement de protection des habitants, une digue ancestrale, n'a été qualifiée que techniquement dans le Plan, sans considération de sa place dans la communauté et de la pluralité des engagements dans lesquels elle est prise. Cette position aurait dû être mise à profit pour concevoir une dynamique d'expression des voix plurielles de la communauté qui place la digue au centre du dispositif participatif et de ses arts, place qu'elle occupe déjà de fait en tant que lieu-commun. L'observation montre en effet que la digue se prête à une intense communication de la part des habitants qui l'investissent au plus profond d'eux-mêmes et de leurs dépendances avec le monde environnant. Lieu d'intense émotion dans la résonnance aux trois éléments en infinis mouvements (ciel nuageux et venteux, rumeur de mer agitée et grève herbue ondulant), résonnance qui se met en commun en présence de voisins, connaissances ou personnes de passage. On reconnaît une qualité spéciale d'intimité aux rencontres qui s'y déroulent dont témoigne une expression du parler local gallo, « pa’ d’sur la digue », évoquant à la fois le lieu-commun cher et ce qui s'y passe de si intime et émouvant. Des voix muettes s'y font entendre, en présence.

Haut de page

Bibliographie

Auray N. (2011), « Les technologies de l’information et le régime exploratoire », dans Van Andel P. & D. Boursier (dir.), La Sérendipité dans les arts, les sciences et la décision, Paris, Éditions Hermann, pp. 329-343.

Baiocchi G. (2005), Militants and Citizens: The Politics of Participatory Democracy in Porto Alegre, Stanford, CA, Stanford University Press.

Baiocchi G. (2006), « Performing Democracy in the Streets. Participatory Budgeting and Legislative Theatre in Brazil », dans Cohen-Cruz J. & M. Schutzman (dir.), A Boal Companion. Dialogues on Theatre and Cultural Politics, New York & London, Routledge Publishing, pp. 78-87.

Baiocchi G. & E. Ganuza (2016), Popular Democracy. The Paradox of Participation, Stanford, Stanford University Press.

Barthes R. (2002), Roland Barthes au Collège de France, 1977-1980, textes réunis par N. Léger, IMEC.

Barthes R. (2015), Vivre ensemble, Cours et séminaires au Collège de France (1976-1977), Paris, Éditions du Seuil.

Boal A. (1998 [1992]), Legislative Theatre. Using Performance to Make Politics, London and New York, Routledge Publishing (translated by Adrian Jackson).

Boal A. (2002 [1992]), Games for Actors and Non-actors, London and New York, Routledge Publishing (translated by Adrian Jackson).

Boal A. (2008 [1979]), Theatre of the Oppressed, London, Pluto Press (trans. by Charles A. and Maria-Odilia Leal McBride and Emily Fryer).

Brahy R. (2014), « L’engagement en présence : l’atelier de théâtre-action comme support à une participation sociale et politique ? », numéro spécial « La participation sociale et politique au quotidien » sous la direction de Marc Breviglieri et Stéphanie Gaudet, Lien social et Politiques, n° 71, pp. 31-49.

Brahy R. (2019), S’Engager dans un atelier-théâtre, À la recherche du sens de l’expérience, Mons (Belgique), Éditions du Cerisier.

Breviglieri M. (2009), « L’insupportable. L’excès de proximité, l’atteinte à l’autonomie et le sentiment de violation du privé », dans Breviglieri M., Lafaye C. & D. Trom (dir.), Compétences critiques et sens de la justice, Paris, Éditions Economica, pp. 125-149.

Breviglieri M. & B. Conein (dir.) (2003), « Cohabiter. Les formes du vivre ensemble incluant la figure du tiers », rapport de l'action financée par le programme Habitat et vie urbaine (PUCA), Groupe de sociologie politique et morale [En ligne] http://www.urbanisme-puca.gouv.fr/IMG/pdf/rapport-cohabiter-explorations-sociologique.pdf

Cantelli F. & J.-L. Genard (dir.) (2007), Action publique et subjectivité, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence.

Centemeri L. (2015), « Entre expertises et émotions. Les conflits relatifs à l’extension de l’aéroport de Milan Malpensa », dans Traïni C. (dir.), Émotions et expertises, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 127-146.

Centemeri L. & G. Renou (2014), « Incapacité de raisonner et capacité de résonance. Premiers jalons d'une exploration sociologique », communication à la journée « L’incapacité dans la philosophie et dans les sciences sociales », Fonds Ricœur/EHESS, 16 avril 2014.

Clement K. (2015), « From "Local" to "Political": The Kaliningrad Mass Protest Movement of 2009-2010 in Russia », dans Jacobsson K. (dir.), Urban Grassroots Movements in Central and Eastern Europe, Farnham, UK, Ashgate Publishing, pp. 163-193.

Freire P. (2000 [1970]), Pedagogy of the Oppressed (trans. by Myriam Bergman Ramos, foreword by Donaldo Macedo), New York, Bloomsbury Publishing.

Genard J.-L. (2007), « Capacités et capacitation : une nouvelle orientation des politiques publiques ? », dans Cantelli F. & J.-L. Genard (dir.), Action publique et subjectivité, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, pp. 41-64.

Genard J.-L. (2011), « Investiguer le pluralisme de l’agir », SociologieS [En ligne] http://sociologies.revues.org/3574

Genard J.-L. (2020), « Un bouleversement radical de nos repères anthropologiques et des conditions de la moralité : le déclin ou la fin de l’exception humaine ? », SociologieS, Dossiers, La société morale [En ligne] http://journals.openedition.org/sociologies/13202

Genard J.-L. & F. Cantelli (2008), « Êtres capables et compétents : lecture anthropologique et pistes pragmatiques », SociologieS [En ligne] http://sociologies.revues.org/index1943.html

Hansen M. P. (2017), Trying the Unemployed. Justification and Critique, Emancipation and Coercion towards the “Active Society”. A Study of Contemporary Reforms in France and Denmark, Copenhagen, Copenhagen Business School.

Nielsen M. H. (2015), « Acting on Welfare State Retrenchment. Between the Private and the Public », International Journal of Sociology and Social Policy, vol. 35, n° 11/12, pp. 756-771.

Pattaroni L. (2004), Politique de la responsabilité. Promesses et limites d'un monde fondé sur l'autonomie, thèse de doctorat de sociologie sous la cotutelle de Jean Kellerhals et de Laurent Thévenot, Genève, Université de Genève - Paris, EHESS.

Stavo-Debauge J. (2012), « Le concept de "hantises" : de Derrida à Ricœur (et retour) », Études Ricœuriennes, vol. 3, n° 2, pp. 128-148.

Thévenot L. (1994), « Le régime de familiarité ; des choses en personnes », Genèses, n° 17, pp. 72-101.

Thévenot L. (2006), L'Action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement, Paris, Éditions La Découverte.

Thévenot L. (2011), « Pouvoirs en question. La sociologie des régimes d’engagement », SociologieS [En ligne] http://sociologies.revues.org/index3572.html

Thévenot L. (2019a), « Des arts de prendre part : théâtre et politique », postface à Brahy R. (avec la collaboration de Paul Biot), S’engager dans un atelier-théâtre. À la recehrche du sens de l’expérience, Cuesmes (Mons), Belgique, Éditions du Cerisier, pp. 203-224.

Thévenot L. (2019b), « Endiguer les transes d'un péril prochain. La transition d'un Plan de prévention de submersion et la vague de réactions locales contre l'État », dans Padovani F. & Lysaniuk B. (dir.), Les Gestions des transitions. Anticiper, subir, réagir, planifier, Paris, Éditions L'Harmattan, pp. 31-66.

Thévenot L. (2020a), « How does Politics Take Closeness into Account? », International Journal of Politics, Culture, and Society, vol. 33, n° 2, pp. 221-250.

Thévenot L. (2020b&c), « La grande décentration », « I. Loin de la société, tout contre l'étrangeté », Revue du Mauss, n° 56 ; « II. Humain par ses dépendances, ensemble, gouverné sans cité », Journal du Mauss [En ligne] http://www.journaldumauss.net/

Thévenot L. (2020d), « Une aventure de la liberté, d'Ouest en Est : le Don Giovanni de Mozart selon Dmitri Tcherniakov », à paraître dans Jurgenson L. & I. Podoroga, Les Concepts en déplacement, Eur’Orbem Paris Sorbonne Éditions (à paraître).

Thévenot L. & N. Kareva (2018), « Le pain merveilleux de l'hospitalité. Malentendus éclairant les constructions du commun », SociologieS, dossier « Hospitalités » [En ligne] https://journals.openedition.org/sociologies/6933

Zhuravlev O. (2018), Microsociology of Big Events: The Dynamics of Eventful Solidarities in « For Fair Elections » and Euromaidan Protest Movements, Doctoral dissertation, Florence, European University Institute.

Haut de page

Notes

1 Pour une analyse comparée, ample et approfondie de cette « société active » dans plusieurs pays européens, voir : Hansen, 2017.

2 Pour une subtile analyse de ces destructions collatérales de l'intime familier résultant de politiques d'activation, voir : Nielsen, 2015.

3 Je comprends bien que Rachel Brahy entend « présence » dans un sens plus fort mais il n'a guère cours que dans les domaines religieux ou spirituel alors que l'engagement en vue n'y est pas réservé.

4 Un doute excessif peut faire sortir de l'engagement et du jeu, ce qui amène alors à travailler (avec l’aide du comédien-animateur) « l’ampleur » afin « d'augmenter les moments et l’intensité de l’affection », la hantise (Stavo-Debauge, 2012) des participants étant de rester des insensibles, inaffectés par l'environnement (Brahy, 2014).

5 « Le Joker prend la première personne par la main et lui fait faire le tour de la pièce, en s'arrêtant finalement dans un coin. Même chose pour la deuxième personne, qui a commencé un son différent. Trois ou quatre autres personnes suivent, chacune à sa manière, avec leur propre appel. Il est important que le Joker choisisse des sons très différents pour habiter les quatre coins de la pièce. Ensuite, les quatre se mettent à émettre leurs cris ensemble. Ceux qui restent au milieu écoutent les quatre et chacun choisit le son qui convient le mieux à sa propre oppression ; quatre groupes se forment » (Ibid.).

6 La grammaire d'affinités personnelles à des lieux-communs pluriels régit une mise en commun et en différend à partir d'investissements intimes de lieux-communs (au sens propre, non celui de « cliché » superficiel qui marque, à l'inverse, l'échec de cette communication) et se montre plus hospitalière que les autres aux régimes du proche. Voir : Thévenot & Kareva 2018, Thévenot 2020a.

7 Observons que l'empreinte des arts du théâtre (jeux de rôle, masque, etc.) sur les métiers et techniques de management et de coaching ont pris une telle importance qu'on les voit aujourd'hui faire retour dans les mises en scène de théâtre – souvent pour dénoncer le pouvoir insidieux de l'animateur – selon une figure de théâtre dans le théâtre au troisième degré. Sur ce point, voir : Thévenot 2020d (à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Thévenot, « Faire entendre des voix muettes. Un engagement corporel en présence et sa mise en commun politique et critique »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 13 octobre 2020, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/15483 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.15483

Haut de page

Auteur

Laurent Thévenot

Directeur d'études honoraire, Centre Georg Simmel (Ehess-Cnrs), Paris (France) - thevenot@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search