Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2020La Transparence : objet social, d...La question de la transparence da...

2020
La Transparence : objet social, discursif et médiatique

La question de la transparence dans le discours médiatique lors des élections présidentielles en Algérie : entre défiance et méfiance

The question of transparency in the media discourse during the presidential elections in Algeria: Between mistrust and suspicion
Fateh Chemerik

Résumés

Le premier objectif de cette étude est de repérer le discours de la Haute instance indépendante de surveillance des élections en Algérie (HIISE) sur la transparence et d’examiner, ensuite, les productions textuelles et pratiques discursives de la presse algérienne sur la transparence de cette instance. Alliant analyse de discours et entretiens avec certains professionnels algériens de l’information médiatique, ce travail ambitionne de montrer pourquoi la question de transparence dans les élections, municipales, législatives et présidentielles en Algérie surgit souvent de manière négative dans les écrits de la presse de statut juridique privé. Ce questionnement nous invite à reprendre la problématique sur la conception « objectiviste » de l’information pour nous demander si le traitement journalistique de la question de transparence dans la presse algérienne s’inscrit dans un journalisme d’information ou relève d’un travail de construction ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Bernard Delforce et Jacques Noyer soulignent qu’aucun acteur, journaliste compris, n’opère dans un (...)

1Le premier objectif de cette étude est de repérer le discours de la Haute instance indépendante de surveillance des élections en Algérie (HIISE) sur la transparence et d’examiner, ensuite, le discours de la presse algérienne sur la transparence de cette instance. Suivant Andrea Catellani, Audrey Crucifix, Christine Hambursin et Thierry Libaert, nous abordons cette notion en tant qu’objet de discours (communication sur la transparence) et processus (la transparence de la communication) (Catellani, Crucifix, Hambursin & Libaert, 2015, pp. 7-17). Alliant analyse de discours et entretiens avec certains professionnels algériens de l’information médiatique, ce travail a pour ambition de montrer pourquoi la question de la transparence dans les élections présidentielles en Algérie surgit souvent de manière négative dans les écrits de la presse de statut juridique privé. Ce questionnement nous invite à reprendre la problématique sur la conception « objectiviste » de l’information. Nous tentons donc de situer la couverture médiatique des élections présidentielles en nous demandant si le traitement journalistique de la question de la transparence dans la presse francophone algérienne, que nous nommons PFA, s’inscrit dans un journalisme d’information ou s’il relève d’un travail de construction 1.

  • 2 Nous considérons cette vision, très répandue dans les années 1920 aux États-Unis, comme un idéal ty (...)
  • 3 En donnant les pleins pouvoirs aux juges, l’idée devient polémique. Elle montre plus de despotisme (...)

2Sans vouloir entrer dans le débat sur l’épaisseur et la complexité de la notion de la « transparence », nous reprenons deux célèbres aphorismes en droit, rapportés par Xavier Magnon, sur la portée attribuée, en général, à la transparence (Magnon, 2015, p. 15). Celui du juge Louis Brandeis, « la transparence est réputée être le meilleur des désinfectants ». Elle se présente comme une « idéologie » permettant une politique « idéale » pour se débarrasser de la corruption et responsabiliser les institutions publiques afin d’aller vers une démocratie originale 2. Le second aphorisme est tiré de la pensée de Jeremy Bentham, « plus nous sommes strictement surveillés, mieux nous nous comportons » 3. Pierre Rosanvallon inscrit cette dernière valeur dans un milieu où il est possible d’assister à « une montée en puissance du peuple-juge » et à une « surveillance du pouvoir par la société » (Rosanvallon, 2006, pp. 22-38). Est-ce le cas de la société algérienne ?

3Nous partons, ici, de l’idée que les médias peuvent jouer un rôle important dans l’espace public permettant aux citoyens de se tenir au courant des agissements de leurs gouvernants. L’intérêt de cette question permet de comprendre quel rôle joue la PFA dans une conjoncture marquée par un large mouvement de contestation et suivie par l’annulation des élections présidentielles et la démission « forcée » du président Abdelaziz Bouteflika. Afin de comprendre le cas algérien et de saisir les pratiques info-communicationnelles des acteurs médiatiques algériens sur le discours de la HIISE et sur leurs propres productions discursives, il convient de structurer cette étude en deux temps.

4Le premier temps de ce travail est consacré à la HIISE. Nous abordons ici le contexte de sa création, la désignation polémique de ses membres et la délimitation « étroite » de ses missions dans la constitution algérienne. Nous jugeons également utile, dans cette première partie d’analyse, d’évoquer le discours d’Abedelwahab Derbal depuis sa nomination à la tête de la HIISE, le 5 novembre 2016, jusqu’à la dissolution « illégale » de son instance, le 11 mars 2019. Notons que la HIISE n’a pas de site Internet. Elle communique par le biais de son président via des conférences de presse. C’est justement le travail de « reformulation » journalistique des déclarations du président de cette instance de surveillance, Abedelwahab Derbal, qui est intéressant à décortiquer dans cette étape de recherche. Nous supposons que les pratiques langagières présentes dans les propos des journalistes et dans leurs productions textuelles relèvent d’un processus de démarcation par rapport aux déclarations et missions de la HIISE, voire de l’existence même de cette instance.

5Tout cela nous amène, dans un second temps, à questionner en amont de leurs écrits textuels, les propos des journalistes algériens, pour voir en quoi ce processus de construction peut témoigner de toutes sortes d’enjeux. Le cadrage thématique du traitement consacré à la question de la HIISE pourrait conférer aux professionnels algériens de l’information médiatique une supposée position d’autolégitimation sociétale. Cette position trouverait sa source dans la réponse supposée aux attentes du lectorat, censé être critique envers la HIISE. Les enjeux politiques et idéologiques nous conduisent à poser les questions suivantes : la PFA peut-elle être considérée comme élément de contre-pouvoir ? Se présente-elle comme un moyen de contre-offensive envers le « système gouvernant » ? La réponse à ces questionnements nous conduit à suivre Roselyne Ringoot pour situer notre travail dans une démarche où « s’articulent des problématiques relevant de l’énonciation textuelle et de l’énonciation éditoriale » (Ringoot, 2004, p. 92).

6Même si nous faisons appel à des références pluridisciplinaires, notre champ de recherche s’inscrit en sciences de l’information et de la communication. Notre analyse n’est donc pas texto-centrée car elle prend en compte les jeux d’acteurs. Ainsi, comme le rappelle Bertrand Cabedoche, témoignant de la contribution de la sociologie du discours médiatique de Yves de La Haye (1985) et de Jean-Pierre Esquenazi (2002) aux SIC :

« L’information médiatisée y est moins à prendre en tant que somme de contenus qu’en tant que modes de relation, schéma de communication productive entre les groupes et les forces sociales, construit social révélateur d’un type de rapports de force entre différents acteurs sociaux et cela à tous les niveaux, micro, meso et macro » (Cabedoche (2016, p. 64).

7Nous cherchons alors à saisir les enjeux liés au discours de la HIISE et le discours médiatique sur la transparence, et de l’autre côté les enjeux qui se rattachent à la diffusion de ce discours.

  • 4 De grandes manifestations sont organisées chaque vendredi pour appeler au changement politique en A (...)

8Ce travail est tiré de notre communication à la journée d’étude consacrée aux « médias, discours et transparence », organisée le 4 avril 2019 par l’université de Tours. Notre analyse et enquête de terrain se sont poursuivies jusqu’au mois de juillet 2019. Cette étude prend donc en compte l’annulation, à deux reprises, des élections présidentielles du 18 avril et du 4 juillet. Cependant, même si nous abordons, brièvement, l’accession au pouvoir d’Abedelmadjid Tebboune en décembre 2019, notre grille d’analyse ne couvre pas la tenue de cette élection. Nous tenons à rappeler que cette recherche est effectuée durant une période singulière que traverse l’Algérie depuis le début du Hirak [mouvement], le 22 février 2019. Soulignons que les manifestants protestent d’abord contre un éventuel cinquième mandat présidentiel d’Abdelaziz Bouteflika, puis réclament la mise en place d'une Deuxième République. Ils contestent l’ingérence de l’armée dans les affaires politiques du pays depuis son indépendance. Malgré la démission forcée d’Abdelaziz Bouteflika le 2 avril, le report de deux élections présidentielles, puis l’élection d’Abedelmadjid Tebboune, les protestataires continuent d’exiger le départ de tout le système gouvernant en Algérie 4.

9L’analyse de discours constitue notre méthode principale sans pour autant écarter l’étude des jeux d’acteurs. Le choix de la période étudiée se focalise sur les dates des élections législatives (4 mai 2017), municipales (23 novembre 2017) et présidentielles (18 avril et 4 juillet 2019). Notre corpus consiste en 23 articles de presse parus dans les plus grands quotidiens francophones d’information générale Liberté et El Watan.

  • 5 Issad Rebrab a été condamné en décembre 2019 à dix-huit mois de prison, dont six fermes. Il a été p (...)

10La devise principale du quotidien Liberté est présentée sur le site Internet du journal comme un « quotidien libre » qui défend « les principes de démocratie, de justice et les idéaux de liberté et de la presse ». Le journal est la propriété de l’homme d’affaires Issad Rebrab, première fortune en Algérie. Ce dernier n’hésite pas à accuser le pouvoir algérien, en 2015, d’avoir bloqué ses investissements. En guise de sanction, le quotidien sera privé, dès 2016, de publicité étatique 5. Il n’est pas sans intérêt de souligner à ce propos que seule l’Agence nationale de l’édition et de la publicité (ANEP) est habilitée, en Algérie, à distribuer ce type de publicité aux journaux. Ceux qui ne sont pas « conformes » aux « critères officieux » associés à la « l’absence de critique » envers le pouvoir en place ne peuvent y prétendre. C’est le cas aussi d’El Watan, sans ressources publicitaires institutionnelles depuis 2015.

11El Watan est connu par une tonalité particulièrement offensive et critique envers « la sphère » gouvernante en Algérie. Dans notre démarche empirique, nous nous sommes rapproché de deux journalistes de chaque journal pour des entretiens semi-directifs. Les quatre journalistes sont spécialisés dans les questions politiques. Les propos les plus en lien avec notre problématique directrice ont été regroupés en trois thèmes spécifiques : 1) regard sur la transparence et le métier de journaliste, 2) le travail de la HIISE lors des élections municipales, législatives et présidentielles, 3) le discours d’Abedelwahab Derbal depuis sa nomination en 2016 jusqu’à sa destitution en 2019.

  • 6 Nous n’ignorons pas la complexité du repérage de la fonction dominante d’un discours journalistique (...)

12Nous adoptons une perspective compréhensive en prenant en compte la temporalité du discours afin d’illustrer le cheminement thématique abordé par les journaux étudiés. Notre méthode de classification discursive ne s’appuie ainsi que sur le sens prédominant dans les articles analysés 6. Il s’agit d’observer la construction du récit à partir de trois logiques. La première est liée à la naissance de la HIISE. Nous avons constaté une posture accusatrice dans les écrits des journalistes envers le pouvoir dans six articles. Cette posture est confirmée par les acteurs médiatiques dans les entretiens qu’ils nous ont accordés. La seconde logique se rattache au discours de contestation, relevée dans quatre articles critiques envers la désignation d’Abedelwahab Derbal. Certains journalistes mettent en doute la sincérité de l’homme et de son entourage, d’autres remettent en question le principe même de cette nomination. La critique du discours d’Abedelwahab Derbal sur la transparence correspond à deux temporalités, celle qui précède les élections (sept articles) et celle qui leur succède (six articles). Cette critique prend la forme d’une posture de scandalisation suscitant l’indignation dans treize articles.

13Nous justifions ce choix de catégorisation par le fait que les articles étudiés et les discours analysés dans notre mini enquête de terrain ont comme point commun une construction critique.

La critique de la mise en place de la HIISE par l’adoption d’une posture accusatrice

14Pour comprendre le rôle de la HIISE, il est nécessaire d’expliquer le contexte de son développement. Créée à la suite de la révision constitutionnelle de 2016, la HIISE est une forme de réponse du gouvernement algérien à la demande de l’opposition qui réclame depuis 2014 des élections libres et sans fraude. Ainsi, la nouvelle constitution se dote de deux articles consacrés à la surveillance des élections.

15Dans l’article 193, il est mentionné que « les pouvoirs publics en charge de l'organisation des élections sont tenus de les entourer de transparence et d'impartialité ». C’est ici qu’apparaît pour la première fois le terme de « transparence ». Invités à se prononcer sur cet article, les journalistes interrogés qualifient la mise en place de la HIISE d’« aberration ». L’un de nos répondant rappelle que « dans la loi algérienne, il y a eu toujours à la veille des élections la création d’une commission de surveillance ». Pour notre enquêté, la différence avec la HIISE est que « cette fois-ci, les membres de la nouvelle instance sont désignés par le Président de la République et non pas composée de partis politiques ». Dans le même sillage, notre répondant de la rubrique politique à Liberté juge : « La création de cette instance ne peut en aucun cas être considérée comme une avancée démocratique. Sa mise sur pied répond principalement à une ruse et une manipulation du pouvoir ».

16Dans le second et dernier article de loi régissant les missions de la HIISE, il est clairement indiqué que l’instance veille « à la transparence et à la probité des élections présidentielles, législatives et locales et du référendum, depuis la convocation du corps électoral jusqu'à la proclamation des résultats provisoires du scrutin ». À ce sujet, nos répondants évoquent à l’unanimité « le rôle de façade » de cet organisme dans la surveillance des élections en Algérie. « Il fallait un habillage pour les élections et donner l’impression qu’elles se déroulent dans un cadre plus en moins accepté et acceptable, mais la réalité des choses est toujours la même » constate l’un de nos enquêtés à El Watan. À Liberté, l’un de nos répondants accuse le « système » d’utiliser la HIISE comme subterfuge afin de fermer le champ à toute initiative réclamant des élections transparentes : « Le pouvoir a créé cette instance pour tout verrouiller. Il a inscrit cela dans la Constitution de sorte à ne pas donner des marges de manœuvre à la création d’une autre instance plus libre, donc plus acceptable par tous ». Nous pouvons alors nous demander quelle est l’utilité de cette instance ? Pessimiste, un journaliste à El Watan nous déclare : « son rôle est vraiment limité et infime et ne sert absolument à rien ».

17La Constitution du 6 mars 2016 prévoit une composition à parité de magistrats proposés par le Conseil supérieur de la magistrature, nommés par le Président de la République, et de compétences indépendantes choisies parmi la société civile, désignées également par Abdelaziz Bouteflika. Conformément aux dispositions de la loi organique n°16-11 du 25 août 2016, relative à la HIISE, le Président de la République nomme en janvier 2017, 205 membres du conseil supérieur de la magistrature et 205 autres « compétences indépendantes » choisies parmi la société civile. L’un de nos répondants à El Watan commente : « Le conseil supérieur est lui-même désigné par Bouteflika et les membres de la société civile ont été choisis par rapport à leur allégeance au pouvoir. Ce sont des élus des associations, des syndicats et de l’administration publique ayant soutenu le quatrième mandat de Bouteflika en 2014 ».

18À Liberté, l’un de nos enquêtés ajoute : « Les prérogatives de cette instance, dont les membres payés rubis sur ongle comme des fonctionnaires de l'administration, sont réduites au simple constat, de rapports et de discours ».

La critique de la désignation du président de la HIISE par l’adoption d’une posture contestatrice

19La nomination d’Abedelwahab Derbal à la tête de la HIISE est également sujette à polémique. Ancien député du parti d’opposition ENNAHDA avant de changer de camp et d’intégrer le gouvernement de Bouteflika, Abedelwahab Derbal ne fait pas l’unanimité au sein de la classe politique algérienne. Cela ne passe pas sous silence dans les deux journaux de notre corpus. Dans son édition du 1er janvier 2017, El Watan souligne que l’intronisation d’Abedelwahab Derbal et des autres membres à la HIISE « ne sont pas de nature à rassurer certains partis de l’opposition qui avaient déjà rejeté la désignation de Derbal, un proche du Président ». Soulignons que la loi algérienne mentionne que le président de cette Haute instance est choisi à l'issue de consultations avec la classe politique. L’État tente de mettre les formes en sollicitant l’avis des 70 partis politiques agréés pour la désignation d’Abedelwahab Derbal. Une procédure déguisée pour notre répondant à El Watan qui explique : « Les trois ou quatre grands partis de l’opposition ont refusé de faire partie de cette consultation, car ils ne reconnaissent même pas cette instance ». Le journaliste interrogé va encore plus loin en révélant : « ce n’est même pas le Président de la République qui a négocié avec les partis de l’alliance. On le sait, Bouteflika est inapte depuis son AVC en 2013, c’est le président du Conseil de la nation qui s’est réuni avec ces partis en leur proposant Derbal ». Il ressort de ces déclarations que la classe politique consultée n’est pas représentative de la société civile. Il convient de souligner que les partis politiques les plus connus ont tous refusé d’être associés aux consultations. Ils considèrent la HIISE comme une instance qui émane d’une Constitution non consensuelle.

  • 7 Lachimi Mohamed-Chérif, « Qui est Abdelwahab Derbal ? », Liberté, 11/10/2016.
  • 8 Amar Saidani et Bahaeddine T’liba sont contestés par la société civile. T’liba est arrêté le 16 oct (...)

20Le ton dans les productions textuelles de Liberté au sujet du choix d’Abedelwahab Derbal à la tête de la HIISE est plus acerbe. Dans son édition du 11 octobre 2016, Liberté 7 mentionne que le profil d’Abedelwahab Derbal « tranche singulièrement avec celui de l’actuel député milliardaire Bahaeddine T’liba dit Baha qui est également originaire d’Oued Souf au même titre d’ailleurs qu’Amar Saâdani [secrétaire général du parti de la majorité, FLN]. D’aucuns y voient actuellement un véritable lobby aux commandes ». Une critique à peine voilée qui associe Abedelwahab Derbal aux deux responsables contestés et accusés de corruption 8.

La critique du discours de président de la HIISE par l’adoption d’une posture de scandalisation

  • 9 Bourissa Chabane, « Dépenses durant les campagnes électorales. Abdelwahab Derbal : "Nous n’avons pa (...)

21Pour rendre compte des insuffisances liées au pouvoir de la HIISE, il est nécessaire de se pencher sur le discours de son premier responsable. En effet, Abedelwahab Derbal reconnaît lors des élections législatives que son organisme n’a pas les moyens de vérifier les dépenses durant les campagnes électorales. Il soulève des carences dans certains textes de loi, et appelle à l'assainissement du fichier électoral afin de ne pas fausser le taux de participation aux élections 9. L’un des journalistes de Liberté commente : « Il avait un rôle. Il l’a assuré et assumé, sinon il aurait démissionné s’il avait trouvé ses prérogatives en-deçà de la mission qui était la sienne ». Nous trouvons le même avis dans les dires d’un journaliste d’El Watan : « Ce sont juste des paroles, rien de concret sur le terrain ». Nous remarquons, ici, un manque de confiance envers les missions de la HIISE et une défiance à l’encontre des propos du président de cet organisme. Quant à l’assainissement du fichier électoral, nos répondants déclarent à l’unanimité que le blocage se situe au niveau administratif. Même si cela ne constitue pas une épine dorsale dans cette recherche, nous jugeons utile d’ouvrir la parenthèse pour expliquer le rôle de l’administration algérienne dans l’organisation des élections. Ce détour nous permettra de mieux comprendre les limites de la HIISE et les critiques journalistiques à son égard. En effet, malgré l’informatisation des listes électorales, beaucoup d’anomalies demeurent : « Il y a des centaines de milliers de décédés qui ne sont pas rayés des listes. On a des gens qui sont inscrits sur une liste à Alger parce qu’ils travaillent et résident à Alger et sont encore inscrits dans leurs anciennes wilayas [départements] », éclaire l’un des journalistes interviewés à El Watan. Même si tous les partis politiques ont le droit d’exiger le fichier électoral à la veille de chaque élection, cela ne résout pas le problème et ne garantit pas un scrutin transparent. Selon ces partis, l’administration leur fournit un fichier électoral différent du fichier d’état civil qu’ils ne peuvent consulter. « On ne veut pas assainir le fichier électoral, parce qu’on se donne un réservoir de voix pour le candidat du système » accuse notre répondant à El Watan. Les prérogatives de la HIISE, selon nos enquêtés, ne leur permettent pas de saisir le ministère de l’Intérieur pour résoudre cette situation et garantir la transparence des élections. Conscient de ses limites, Abedelwahab Derbal appelle en 2017 les journalistes à éviter la diffusion de rumeurs et à exercer leur profession dans le respect des règles déontologiques, afin de faire progresser l'action politique honnête. Il invite la presse et le citoyen à dénoncer tout dépassement ou fraude. « L’homme savait très bien qu’il y avait la fraude. La preuve est que des dizaines de preuves matérielles lui avaient été présentées lors des élections législatives et locales de 2017, mais il était incapable de régler ne serait-ce qu’un seul problème » rétorque l’un des journalistes de Liberté. De ceci découle que la HIISE ne pouvait jouer le rôle d’arbitre lors des élections. Au contraire, nos répondants l’accusent ouvertement d’avoir favorisé la fraude en soutenant le système Bouteflika. L’un des journalistes dénonce :

« Derbal a été reçu par les ambassadeurs de l’Union européenne à Alger juste avant les élections municipales de 2017. Il leur a dit que les Algériens n’ont rien à voir avec ce que vous appelez "révolutions arabes". Les Algériens ne sont pas pour un changement politique. Les Algériens sont d’accord avec les proches du Président de la République. Ils sont d’accord avec les partis qui sont au pouvoir ».

22Il convient de souligner que ces accusions gravissimes ont été publiées dans l’édition du 5 avril 2017 du journal sans qu’Abedelwahab Derbal démente cette information. « Avec cette réunion, on a la preuve qu’il n’est ni autonome, ni neutre, ni indépendant. Il y a un parti pris flagrant » ajoute notre enquêté. À Liberté, le constat est identique. La mission de la HIISE est « de légitimer une fraude massive au profit des partis du pouvoir », insiste notre enquêté au sein du journal. La partialité de cet organisme est comparée à la passivité des autres organismes invités à suivre le processus des élections en Algérie. « Le travail de la HIISE est comme celui des observateurs africains, arabes, européens ou onusiens qui ne servent qu'à donner du crédit à des hold-up électoraux » estime le journaliste de Liberté.

23Si nous nous contentons de l’analyse du déclaratif des acteurs médiatiques en considérant, à l’instar de Françoise Bernard, que la notion de transparence au niveau politique est « souvent présentée comme une solution à des situations de crise de confiance » (Bernard, 2015, p. 20), nous pouvons dire que les réponses recueillies auprès des journalistes algériens s’inscrivent dans une vision critique. Cette dernière est marquée par un manque de confiance dans les personnes et institutions étatiques proclamant la transparence. Pour les journalistes algériens de la presse francophone, la transparence dans le discours de la HIISE et dans les lois gouvernementales n’est exprimée que dans le but d’ombrer les procédures et les actions suspectes du pouvoir en place. La création de la HIISE et la désignation de ses membres semblent donc moins dictées par le besoin de mettre en place une instance impartiale, dirigée par des personnes sincères, que par une volonté d’améliorer, sur la forme, l’image de l’Algérie à l’extérieur et de légitimer, sur le fond, des intentions douteuses du gouvernement. Nous arrivons donc à la même conclusion qu’Isaac Nahon-Serfaty pour avancer que la notion de transparence se mesure toujours en contraste avec le degré d’opacité de l’action institutionnelle (Nahon-Serfaty, 2015). Avec la mise en place de la HIISE, le régime algérien crée une illusion de transparence qui n’échappe pas à la critique de la PFA.

La construction du récit de façon critique et négative

24Si par contre, nous nous rapportons uniquement aux déclaratifs des journalistes sur la définition de la transparence dans leurs propres pratiques d’écritures, la transparence peut-elle alors prendre les atours d’une valeur communicationnelle, celle de la sincérité et de l’objectivité qui manquaient, par exemple, à la HIISE ? Sans revenir sur le débat autour de la vision constructiviste en opposition à celle du positivisme entre Gilles Gauthier et Bernard Delforce, ce qui est intéressant pour notre travail est la place qu’occupe l’objectivité dans le travail journalistique. Bernard Delforce la considère comme « chimérique », car l’activité journalistique « n’est pas innocente », et le journaliste ne peut être « simple témoin-médiateur » (Delforce, 1996, pp. 18-24). Patrick Champagne questionne autrement le sens donné aux mots en s’interrogeant : « Pourquoi les médias parlent-ils de certaines choses plutôt que d’autres et en certains termes plutôt que d’autres ? » (Champagne, 1996, p. 10). De ce fait, les médias en général et la presse en particulier dont les journaux algériens, « doivent sélectionner et faire nécessairement des choix » (Ibid.).

  • 10 La HIISE est composé de 410 membres et doit surveiller 58.000 bureaux de vote.

25Quand Abedelwahab Derbal avance à propos des élections municipales, que le rôle de son organisme « s’achève avec la fermeture des bureaux de vote : ce qui se passe après – dépouillement et signature des PV – ne relève pas de [ses] prérogatives », ces propos lourds de sens ont été employés, par le journal, de façon à alimenter les incertitudes sur les possibles dépassements et fraudes lors des élections présidentielles de 2019. Il en va de même lorsque le premier responsable de la HIISE avoue que sa structure manque de moyens pour assurer sa mission 10. « C’est faux. Il botte en touche quand il dit ça, car ce n’est pas une question de moyens. Il y a suffisamment d’argent en Algérie et il y a des compétences humaines dans tous les domaines », lâche l’un de nos répondants à El Watan.

26« Le langage ne peut être neutre » souligne Bernard Delforce car son fonctionnement normal « rend pratiquement impossible de décrire sans "éclairer", en positif ou en négatif, ce qu’on décrit… » (Delforce, 1996, p. 21) . Conscient des contraintes pesant sur la nature de leur métier, l’un des journalistes à Liberté confirme :

« Comme dans tous les domaines de la vie, le métier de journaliste n’a pas atteint la perfection. Je ne peux pas évoquer la transparence dans ce métier dans l’absolu. En ce qui me concerne, j’essaie d’être le plus honnête possible. Mais j’avoue que tout est relatif et suivant les situations, il est parfois nécessaire de s’adapter aux réalités ».

27Son collègue pense que la transparence « ne peut être réduite au fait de donner telle ou telle information ». Le traitement médiatique consacré à la HIISE « pourrait être dans une certaine mesure assimilé à un manquement à la transparence ». Il s’agit selon notre enquêté de « répondre à des orientations politiques, économiques ou sociales telles que définies par la ligne éditoriale du journal ».

28Ainsi, le discours médiatique, comme le résume Bernard Cabedoche, ne se présente plus comme la traduction du « réel », mais « comme le résultat de tout un jeu croisé de co-constructions entre de multiples instances d’énonciation et d’influence » (Cabedoche, 2020, p. 13). Il faut lui adjoindre les nombreux lieux d’exercices, tels que les lieux de production, de circulation et d’interprétation des informations, mentionnés par Patrick Charaudeau (1997).

Le militantisme comme vecteur des orientations éditoriales

29Cependant, si nous partons de la suggestion que le travail sur l’identité éditoriale « vise à cerner la personnalité du journal à partir des combinaisons des éléments constitutifs de l’énonciation journalistique » (Ringoot, 2014, p. 101), il serait donc utile de rappeler que le jeu de langage employé par la presse francophone algérienne ressemble à l’aggressive journalism. Ce type de journalisme, né aux États-Unis, vise, selon Arnaud Mercier (2003, p.69), à « re-légitimer les journalistes en manifestant qu’ils ne sont pas dupes des stratégies de communication politique » (Mercier, 2003, p. 69). Les productions textuelles des journaux algériens se déploient également selon la loi de la proximité. Considérée par Roselyne Ringoot comme « un "réflexe" journalistique », cette loi de proximité se situe « entre l’impératif professionnel qui consiste à rendre l’information accessible au lecteur et l’impératif éditorial qui consiste à créer une communauté » (Ringoot, 2004, p. 109). Afin de créer une communauté de lecteurs, les deux journaux de notre corpus adoptent une stratégie basée sur la critique et le militantisme.

30L’un des journalistes à Liberté confirme : « notre métier permet non seulement d’informer les gens, mais surtout de servir d’intermédiaire entre tous les acteurs sociaux et, enfin, de lancer l’alerte sur les dépassements que pourraient faire les décideurs ». Un autre journaliste dans la rédaction d’El Watan définit : « être un journaliste en Algérie, c’est être au service des plus faibles. Donc, on fait un travail de militantisme au profit des couches les plus défavorisées face à un pouvoir corrompu ». Tous ces éléments dans le discours des journalistes permettent de comprendre ce qui est en jeu : la démocratie en Algérie n’existerait pas sans un engagement d’une presse libre.

31Nous ne prétendons pas avoir résumé tous les composants essentiels de l’identité éditoriale de chaque publication, car cela dépend de plusieurs autres paramètres tels que l’étude des stratégies de pénétration du marché. Au-delà des contraintes économiques et des pressions étatiques dont nos répondants nous ont fait part, l’essence de l’identité éditoriale de leurs journaux réside dans leur aspiration à être des journaux « indépendants, une sorte de contre-pouvoir ». Une façon de faire privilégiant la critique et traduisant une appartenance à une presse d’opinion. L’identité éditoriale laisse également apparaitre au niveau de ses titres, de ses unes et de ses articles, une prise de position qui milite pour une nouvelle Algérie. Les journalistes interviewés affichent un manque de confiance envers le système Bouteflika et le gouvernement actuel. Ils le considèrent comme un prolongement de l’ancien régime.

  • 11 Officiellement, c’est le président intérimaire Abdelkader Bensalah qui gouvernait le pays.

32Même s’il ne constitue pas le nœud focal de cette recherche, nous jugeons complémentaire d’ouvrir la parenthèse pour mentionner le rôle d’accompagnateurs, des deux journaux, du mouvement populaire du 22 février 2019. L’annulation des élections présidentielles du 18 avril et la dissolution de la HIISE ont été largement salués par la PFA. Par ailleurs, la période transitoire menée « officieusement » 11 par le Chef d’État-major a été âprement critiquée. Dans son discours du 20 mai 2019, Gaïd Salah mentionne la création d’une nouvelle instance de surveillance des élections qui ne figure pas dans la constitution. Une atteinte à la loi qui rend sceptiques les quatre journalistes interviewés. L’un des journalistes à Liberté lance avec amertume : « La tenue de cette élection est synonyme de l’avortement de cette révolution populaire, puisqu’elle permettra de reproduire le système actuel avec de nouvelles figures ». Du côté d’El Watan, le constat est plus pessimiste sur l’avenir du Hirak et sur la situation de l’Algérie :

« Le Chef d’État-major refuse d’aller vers une période de transition qui est pourtant une revendication du mouvement. El Watan n’a pas d’avis en tant que journal, mais il traite tous les avis contraires à la tenue de ce rendez-vous qui ne fera, en réalité, que prolonger la crise, car les Algériens ne voteront pas et le système ne changera pas comme exigé par le mouvement ».

33Rappelons que les élections présidentielles du 04 juillet ont été reportées faute de candidats au 12 décembre 2019. Malgré un taux d’abstention de 39,93% et des anomalies signalées par la PFA lors de cette opération de vote, l’ancien ministre d’Abdelaziz Bouteflika, Abdelmadjid Tebboune, a été élu Président de la République.

Conclusion

34Nous n’allons pas prétendre à l’exhaustivité, ni avancer que nous avons épuisé la question de l’identité éditoriale des deux journaux étudiés. Cependant, il ressort de cet examen, sans doute sommaire, que le projet de la PFA tel qu’il se donne à lire publiquement et tel qu’il est défini par ses journalistes, durant la période étudiée de 2016 à 2019, est synonyme d’un journalisme d’engagement. Cet engagement critique ne s’effectue pas sans un travail de construction. « Une construction évidente », selon nos enquêtés, au regard de l’opacité du pouvoir bouteflikéen et de l’illusion de garantir la transparence des élections.

35Plus que la question de la transparence, c’est le manque de confiance envers le système gouvernant en Algérie qui est le moteur de cette critique. L’interprétation subjective dans la critique des actions gouvernementales conforte l’idée que « le fait brut n’est pas l’origine du travail journalistique, il en est le résultat » (Delforce, 1996, p. 21).

36Reste à savoir si la critique et la construction découlent d’une pratique courante dans les écrits journalistiques de la PFA sur d’autres sujets d’actualité et sur d’autres actions du nouveau gouvernement algérien. Ce dernier a procédé par l’arrestation de certains journalistes, à la fermeture de plusieurs sites électroniques et la suspension de quelques médias. Certains médias sont instrumentalisés. D’autres préfèrent être en connivence avec ce même pouvoir pour bénéficier de la rente publicitaire. Il convient donc de souligner que la relation tendue, complexe et ambiguë entre les médias algériens et le pouvoir ne favorise pas la liberté d’expression et la transparence.

37Pour achever cette tentative de synthèse sur les pistes de recherches envisageables, nous pouvons élargir la perspective à la question de transparence. Sans prétendre poser les jalons définitoires du travail sur le concept, nous pensons que si la transparence dans la communication institutionnelle peut-être opaque et relève, au moins en partie, d’une perspective utopique, le discours médiatique sur la transparence, lié à des orientations éditoriales, ne saurait, lui aussi, se parer d’une objectivité absolue.

Haut de page

Bibliographie

Bernard F. (2015), « Questionner "la transparence" dans le cadre de la théorie de l’influence en psychologie et en communication : le cas de la communication environnementale », dans Catellani A., Crucifix A., Hambursin C. & T. Libaert, La Communication transparente. L’impératif de la transparence dans le discours des organisations, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain.

Cabedoche B. (2016), « Communication internationale et enjeux scientifiques : un état de la recherche à la naissance des sciences de l’information-communication en France », Les Enjeux de l’information et de la communication, vol. 17, n° 2, pp. 55-81.

Cabedoche B. (2020), « Vers la constitution d’un espace public sociétal et médiatique », dans Pangop A. & L. Jumbo, Médias, élections et (re) construction identitaire dans l’espace public, Louvain-la-Neuve, Éditions Academia L’Harmattan.

Catellani A., Crucifix A., Hambursin C. & T. Libaert (2015), La Communication transparente. L’impératif de la transparence dans le discours des organisations, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain.

Champagne P. (1996), « Le traitement médiatique des malaises sociaux », Les Cahiers du journalisme, n° 2, pp. 8-16.

Charaudeau P. (1997), Le Discours d’information médiatique : la construction du miroir social, Paris, Éditions Nathan.

Delforce B. (1996), « La responsabilité sociale des journalistes : donner du sens », Les Cahiers du journalisme, n° 2, pp. 16-32.

Delforce B. & J. Noyer (1999), « Pour une approche interdisciplinaire des phénomènes de médiatisation : constructivisme et discursivité sociale », Études de communication, n° 22, pp. 13-40.

Esquenazi J.-P. (2002), L’Écriture de l’actualité : pour une sociologie du discours médiatique, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Gauthier G. (2005), « Le constructivisme : un point de vue intenable sur le journalisme », Questions de communication, n° 7, pp. 121-146.

Gauthier G. (2010), « Le journalisme de communication : expression de conviction et moralisme », Les Cahiers du journalisme, n° 21, pp. 254-273.

La haye de Y. (1985), Journalisme, mode d’emploi. Des manières d’écrire l’actualité, Paris, Éditions L’Harmattan.

Magnon X. (2015), « Morale et politique : quelles places pour le droit ? », dans Mathieu B. & M. Verpeaux, Transparence et vie publique, Paris, Éditions Dalloz, pp. 15-32.

Mercier A. (2003), « Le rôle des journalistes en démocratie », dans Maigret É., Les Notices de la documentation française, pp. 67-72.

Nahon-Serfaty I. (2015), « Transparence et opacité au Venézuela sous Chavez : le mythe grotesque au cœur de la communauté institutionnelle », dans Catellani A., Crucifix A., Hambursin C. & T. Libaert (2015), La Communication transparente. L’impératif de la transparence dans le discours des organisations, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, pp. 195-206.

Ringoot R. (2004), « Discours journalistique : analyser le discours de presse au prisme de la ligne éditoriale », dans Ringoot R. & P.-R. Demontrond, L’Analyse de discours, Rennes, Éditions Apogée, pp. 87-115.

Ringoot R. (2014), Analyser le discours de presse, Paris, Éditions Armand Colin.

Rosanvallon P. (2006), La Contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Éditions du Seuil.

Haut de page

Notes

1 Bernard Delforce et Jacques Noyer soulignent qu’aucun acteur, journaliste compris, n’opère dans un désert de sens (Delforce & Noyer, 1999). Résumant le travail des deux auteurs, Bertrand Cabedoche ajoute que les significations qui apparaissent « naturelles » et « objectives » aux journalistes ne sont jamais « que celles auxquelles, avec les autres acteurs sociaux, ils se sont progressivement habitués à considérer comme telles, depuis leurs propres cercles d’appartenance » (Cabedoche, 2020, p. 13).

2 Nous considérons cette vision, très répandue dans les années 1920 aux États-Unis, comme un idéal type difficilement réalisable.

3 En donnant les pleins pouvoirs aux juges, l’idée devient polémique. Elle montre plus de despotisme qu’une liberté d’action individuelle et collective.

4 De grandes manifestations sont organisées chaque vendredi pour appeler au changement politique en Algérie. Ces manifestations sont suspendues à cause de la crise sanitaire liée au Covid-19.

5 Issad Rebrab a été condamné en décembre 2019 à dix-huit mois de prison, dont six fermes. Il a été poursuivi pour infractions fiscales, bancaires et douanières. Le journal voit en cette affaire une manœuvre délibérément orchestrée par l’ancien régime.

6 Nous n’ignorons pas la complexité du repérage de la fonction dominante d’un discours journalistique, jouant sur plusieurs fonctions du langage. Mais, même s’il n’existe pas un discours purement sémantique, la préservation de l’ordre chronologique dans le repérage de noyaux de signification permet de mieux mettre en exergue l’historicité du discours.

7 Lachimi Mohamed-Chérif, « Qui est Abdelwahab Derbal ? », Liberté, 11/10/2016.

8 Amar Saidani et Bahaeddine T’liba sont contestés par la société civile. T’liba est arrêté le 16 octobre 2019 pour blanchiment d’argent et financement occulte de partis politiques. Saâdani se serait exilé en France, selon la PFA, pour fuir les poursuites judiciaires auxquelles il devait répondre.

9 Bourissa Chabane, « Dépenses durant les campagnes électorales. Abdelwahab Derbal : "Nous n’avons pas les moyens de vérifier" », Liberté, 11/10/2017.

10 La HIISE est composé de 410 membres et doit surveiller 58.000 bureaux de vote.

11 Officiellement, c’est le président intérimaire Abdelkader Bensalah qui gouvernait le pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fateh Chemerik, « La question de la transparence dans le discours médiatique lors des élections présidentielles en Algérie : entre défiance et méfiance »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 13 octobre 2020, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/15492 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.15492

Haut de page

Auteur

Fateh Chemerik

Docteur en sciences de l’information et de la communication, GRESEC, Université de Grenoble Alpes (France) - fateh.chemerik@univ-grenoble-alpes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search