Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiersL'activité physique comme objet d...L’activité physique comme objet d...

L'activité physique comme objet de santé publique

L’activité physique comme objet de santé publique : fabrique, diffusion et réception des nouvelles normes de santé active

Introduction du Dossier
Physical Activity as a Public Health Issue: Making, Disseminating and Receiving New Active Health Standards. Introdcution to the file
Claire Perrin, Alex Dumas et Gilles Vieille Marchiset

Texte intégral

Sociologie du sport et émergence de l’activité physique

  • 1 Ainsi, les recherches en sociologie du sport se développent autour de questions aussi diverses que (...)

1La connaissance des pratiques physiques et du sport s’est révélée dans les années 1980 comme étant une « clé de la connaissance de la société » (Elias & Dunning, 1994). Une sociologie du sport s’est ainsi déployée à partir de la reconnaissance du sport comme un « fait social total » comme le définissait l’anthropologue Marcel Mauss (1922), c’est à dire en tant que phénomène « où s’expriment à la fois et d’un coup toutes les institutions » de la société (Defrance, 1995 ; Vieille Marchiset & Tatu, 2012). Si les recherches ont eu tendance à privilégier l’étude de l’institution sportive et des pratiques sportives compétitives ou de loisirs 1, la sociologie du sport a progressivement été confrontée au cours des trois dernières décennies à un renouvellement des questionnements par la construction sociale de nouvelles normes de santé active.

2L’étude des fonctions sanitaires du sport les appréhendait le plus souvent comme un bénéfice de la pratique, indépendamment de son mobile initial. Devenue un objet de santé publique pour lutter contre l’inactivité physique et la sédentarité d’une population confrontée aux maladies chroniques, l’activité physique (AP) à visée de santé s’est aujourd’hui introduite dans le monde du sport comme dans celui de la santé en imposant de nouvelles normes. L’activité physique est ici définie comme une pratique sociale qui mobilise le corps dans des situations multiples (supervisées ou libres), des organisations variées (sportives, sociales, sanitaires, médico-sociales, familiales etc.) et des visées diversifiées (utilitaires, hygiéniques, sanitaires, professionnelles, récréatives, sportives, etc.). Elle recouvre les pratiques de santé, de développement personnel, de transport actif, de travail, tout autant que de loisir et de sport. L’activité peut être étudiée selon plusieurs dimensions complémentaires : biomécaniques et physiologiques, cognitives et neurologiques, affectives et pulsionnelles, relationnelles et sociales, environnementales et écologiques, politiques et économiques.

  • 2 Au Canada, la kinésiologie est reconnue en vertu de la Loi sur les professions de la santé de la pr (...)

3Une revue de littérature récente (Perrin, 2019) met en lumière les travaux de sociologie du sport de langue française qui portent sur le développement de l’AP à visée de santé. Citons les recherches en sociologie politique qui s’intéressent au processus de construction de l’activité physique en tant qu’objet de l’action publique (Génolini & Clément, 2010 ; Radel & Morales, 2013 ; Perrier, 2016) ou celles qui étudient les mises en œuvre des politiques dans les territoires (Basson et al., 2013 ; Collinet & Delalandre, 2014 ; Honta 2016 ; Illivi & Honta, 2019 ; Vieille Marchiset, 2019). L’étude de l’émergence d’un nouveau groupe professionnel dénommé « enseignants en Activité Physique Adaptée » en France (Chantelat & Perrin, 2009 ; Perrin, 2016, 2019) et « kinésiologues » 2 au Canada révèle de nouveaux besoins d’intervention à l’interface des mondes du sport et de la santé.

4Du travail éducatif en phase de réadaptation (Cazal & Génolini, 2013, 2015) ou dans le parcours d’éducation thérapeutique (Perrier & Perrin, 2018) jusqu’à l’encadrement d’un sport-santé dans les collectivités locales et dans les associations (Gasparini, Knobe & Didierjean, 2015 ; Marsault, 2017), ces professionnels deviennent de véritables entrepreneurs de santé par les activités physiques auprès de personnes malades et/ou en situation de handicap. Ils tentent d’imposer leur expertise dans un champ devenu très concurrentiel (Perrin 2016, 2019) et qui est marqué par une logique gestionnaire (Ginsbourger & Terral, 2014 ; Favier-Ambrosini et Delalandre, 2018). Les travaux sur l’engagement des patients dans une carrière de pratiquants d’APA (Barth et al., 2014 ; Fuchs et al., 2014 ; Marcellini et al., 2016) soulignent que ce dernier ne va pas de soi pour les personnes atteintes d’une maladie chronique, qui sont souvent des personnes défavorisées socialement, eu égard au gradient social qui caractérise la plupart des maladies chroniques. Le processus d’étiquetage associé à des pathologies comme le VIH (Férez & Thomas, 2012) ou l’obésité (Marcellini et al., 2016) rend le travail de valorisation de l’AP dans le parcours de soins passionnant pour le sociologue (Duval et al., 2016). L’ensemble de ces travaux, comme ceux sur l’appropriation différenciée des normes de santé publique (Vieille Marchiset, 2019), mettent en évidence le rôle du groupe comme lieu de construction d’un ensemble de représentations, de normes et de règles et invite à pousser l’analyse de ces constructions sociales.

  • 3 Expertise collective Inserm (2019), Activité physique. Prévention et traitement des maladies chroni (...)

5L’expertise l’Inserm (2019) souligne d’ailleurs que les travaux en sociologie de l’AP sont encore peu nombreux et recommande le développement de recherches sur les modalités et finalités d’intégration de l’AP dans le parcours de soins, les pratiques professionnelles, l’expérience vécue des usagers, les politiques publiques et leurs impacts sur les inégalités sociales 3.

  • 4 Cette nouvelle perspective a émergé à l’occasion du colloque international organisé par le CR 35 «  (...)

6La proposition de ce Dossier pour la revue SociologieS a quant à lui pour vocation d’étudier la mise en tension normative provoquée dans les pratiques comme dans les institutions et les organisations, par l’introduction de normes de santé active, tant dans le monde de la santé que dans le monde du sport. La promotion de la santé par l’AP ouvre ainsi, du point de vue des trois coordinateurs du numéro, de nouvelles pistes de travail pour la sociologie du sport, en élargissant le regard aux pratiques physiques dans toutes leurs dimensions 4.

Des politiques internationales partagées entre démocratisation de la culture sportive et promotion de la santé par l’activité physique

7Pour objectiver le renouvellement des normes d’engagement du corps dans des pratiques physiques, intéressons-nous à l’évolution du positionnement de l’Organisation des Nations unies (ONU) sur la question du sport. Dès la fin des années 1970, la Charte internationale de l'éducation physique et du sport de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) déclare l’accès à l’éducation physique et au sport comme un droit fondamental pour tous. Le sport est ainsi reconnu par l’ONU comme un élément de la culture et sa promotion relève d’un argument de démocratisation. La diversité des APS offre des supports d’expression et de participation sociale à l’ensemble de la population tout en permettant d’accroître les possibilités humaines et de favoriser la santé. La charte de l’UNESCO se positionne ainsi en faveur d’une éducation physique de qualité, du développement du rôle et de la valeur du sport, ainsi que de son inclusion dans les politiques publiques. Les rôles des institutions sportives et scolaires sont ainsi mis en lumière au niveau international selon une approche congruente.

  • 5 Charte de l’éducation physique, de l’activité physique et du sport, UNESCO, 2015.
  • 6 C’est-à-dire sans référence à des pratiques sociales et en occultant les inégalités sociales.

8Il est particulièrement intéressant d’observer que la révision de cette charte en 2015 introduit, aux côtés des pratiques culturelles initiales 5, une notion générique pour nommer la mise en exercice du corps en toute apesanteur sociale 6 : celle d’« activité physique ». Loin d’être anecdotique, cette évolution de la charte de l’UNESCO semble intégrer le positionnement d’une autre organisation spécialisée de l’ONU : l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a progressivement consacré l’AP en tant que nouvelle norme de prévention et de soin. Le positionnement de cette organisation sanitaire n’est pas sans effet sur les appuis normatifs qui organisent la promotion de l’éducation physique et du sport aux différents niveaux d’échelle auxquels nous pouvons la saisir, à savoir les institutions, les organisations, les professions et les pratiques physiques et sportives (Perrin, 2014).

9Les travaux de Michel Foucault sur le biopouvoir ont en effet bien identifié le rôle clé du savoir biomédical dans l’institution des normes corporelles, la normalisation des pratiques et la régulation des populations. Comme il l’affirmait à l’occasion d’un entretien réalisé en 1976 :

« Nous devenons une société essentiellement fondée sur la norme… La norme devient le critère de partage des individus. Du moment que c’est une société de la norme qui est en train de se constituer, la médecine en tant qu’elle est la science par excellence du normal et du pathologique, va être la science reine » (Foucault, 2001, pp. 75-76).

  • 7 Norbert Elias analyse conjointement le processus de civilisation et le processus d’individuation. C (...)

10Si la charte de l’UNESCO reste, malgré l’introduction de la notion d’AP, centrée sur la culture et l’éducation en référence à des normes qualitatives, les documents normatifs de l’OMS tendent à privilégier des normes quantitatives dans une approche à dominante biomédicale au sein de laquelle l’AP correspond avant tout à une consommation d’énergie destinée à équilibrer les apports alimentaires. Il s’agit de lutter contre le surpoids et l’obésité, mais aussi de faire face à l’incidence des maladies chroniques très coûteuse pour la société. La nécessité d’un autocontrôle 7 de l’activité physique par les individus se construit alors dans une double tension entre d’une part la gestion par l’individu des risques pour sa santé et des coûts pour la société, et d’autre part la quête d’un bien-être tantôt pensé comme un droit pour tous et une responsabilité de chacun : « […] la lutte contre la sédentarité, construite socialement en nouvelle préoccupation sanitaire, s’érige en morale de l’exercice physique sous la pression de l’autorité médicale » (Génolini & Clément, 2010).

11La mise à l’agenda politique de l’activité physique dans le domaine de la santé publique mobilise d’anciens discours hygiénistes sur les bienfaits des pratiques physiques modérées et raisonnées, en les appuyant cette fois sur des données probantes dans la droite ligne de l’evidence-based medicine. De grandes revues médicales comme The Lancet (« Physical activity », 2012 ; « Physical activity: progress and challenges », 2016) participent au développement de l’idée d’une lutte nécessaire contre la sédentarité et l’inactivité physique, facteurs majeurs de risque pour la santé.

12L’Assemblée mondiale de la santé a adopté en 2004 une « Stratégie mondiale pour l’alimentation, l’exercice physique et la santé » (WHA57, 17) : elle incite les États membres à élaborer des politiques et plans d’action en matière d’exercices physiques bénéfiques pour la santé, de transports actifs et d’environnements physiques favorables en s’appuyant sur la production de repères quantitatifs à partir de données probantes. Les données normatives, sont en effet confrontées à la diversité des contextes nationaux et font l’objet de nécessaires adaptations (Aceti &Vieille Marchiset, 2014).

  • 8 Les premières recommandations mondiales distinguaient les temps de pratique pour les adultes (30 mi (...)
  • 9 Cet aspect est à relier à l’activisme dans notre société actuelle : « Être actif, jusqu’au burn-out(...)

13En 2018, l’OMS publie un Plan d’action mondial visant d’ici 2030 une réduction de 15% de la prévalence de l’inactivité physique des adultes et adolescents. Des groupes d’experts, issus de la médecine et des sciences du sport, ont été mis en place pour produire des recommandations sur la fréquence, la durée, le volume, en bref le dosage de l’AP pour deux grandes classes d’âge : les adultes et les enfants 8. Les moyens de communiquer les normes de santé se sont raffinés et optimisés ; les bonnes pratiques en matière d’AP sont mises à l’épreuve des faits par les chercheurs et professionnels 9.

  • 10 La formulation exacte est la suivante : « Déplacements brefs, dans la limite d'une heure quotidienn (...)
  • 11 Au Québec, des directives ont été émises par la Direction générale des aînés et des proches aidants (...)
  • 12 Voir par exemple Cabut S., « À l’Hôtel-Dieu, de l’AP pour les convalescents du Covid-19 », Le Monde(...)

14L’intégration sociale de ces nouvelles normes a été perceptible à l’occasion de la crise sanitaire provoquée par la pandémie de Covid-19. Les mesures de confinement ont mis en exergue de nouvelles sensibilités sociales aux effets délétères de l’inactivité physique et de la sédentarité, en rendant possible en France une sortie quotidienne d’une durée d’une heure pour faire de l’exercice 10. Les communications des acteurs de la santé publique comme du monde du sport se sont multipliées pour recommander, voire accompagner l’AP individuelle à domicile. Des dispositifs ont été mis en place pour tenter de limiter les effets du déconditionnement moteur, cognitif et social des personnes fragiles dans les divers types de résidences spécialisées 11, d’autres ont été proposés en soins de suite et de réadaptation post-Covid dans les structures hospitalières 12. Bien qu’ils ne soient pas généralisés sur l’ensemble des établissements et des territoires, les dispositifs de soins et de prévention proposés prennent appui sur la loi de prescription d’AP aux patients en affection de longue durée (ALD) et rendent compte de cette norme de santé par l’AP.

Activité physique et normes de santé active

15L’étude sociologique des pratiques d’AP puise ses influences d’un vaste corpus scientifique en sociologie du sport, du corps et de la santé. Les influences de Norbert Elias, Pierre Bourdieu et Michel Foucault se font encore aujourd’hui vivement ressentir en sociologie de langue française. Leurs travaux ont permis de mettre en évidence que les pratiques physiques ou sportives ne sont pas seulement un objet, mais une façon de dire et plus encore de penser le monde dans un système de relations qui engagent les normes corporelles. De ce fait, leurs travaux décrivent les dimensions politiques des pratiques physiques, par les processus de distinction sociale, de domination des classes populaires auxquels elles participent ou par leur contribution au gouvernement des corps via des pratiques qui deviennent de véritables entreprises disciplinaires en référence à des normes sociales historiquement situées. L’étude du développement des pratiques physiques donne accès non seulement au processus de civilisation, mais à celui d’individuation et de rationalisation.

16Dans cette perspective, les travaux actuels insistent sur le gouvernement des corps par le développement de techniques de soi, mais aussi par des dispositifs qui contribuent à des formes d’entreprises de contrôle et de surveillance (Génolini & Clément, 2010 ; Rail, 2012 ; Vieille Marchiset, 2019). Ils mettent en exergue la valorisation d’un corps uniforme (Guenter, 2012) et rationalisé, ainsi que la stigmatisation du gras (Vigarello, 1999). La théorie de l’étiquetage d’Howard Becker nous permet de comprendre comment les sédentaires et les inactifs deviennent socialement un groupe déviant par rapport à la norme de santé active : « les groupes sociaux créent la déviance en instituant des normes dont la transgression constitue la déviance, en appliquant ces normes à certains individus et en les étiquetant comme des déviants » (Becker, 1963). Ses travaux qui soulignent la dimension sociale du processus de construction de nouvelles normes de pratiques sont beaucoup mobilisés dans la littérature. D’autres focales mettent en relief l’expérience des acteurs dans la confrontation à ces nouvelles normes, en étudiant les conflits et arbitrages normatifs, les contournements et ajustements. Ainsi, les logiques de création et de diffusion de normes se confrontent à celles des usagers, notamment les plus vulnérables (Vieille Marchiset et al., 2014 ; Vieille Marchiset, 2019). Plusieurs postures semblent se différencier à l’instar des attitudes vis-à-vis des normes de pratique physique ou sportive (Perrin et al., 2002) ou des normes alimentaires, diffusées par la santé publique (Régnier & Masullo, 2009 ; Peretti-Wattel, 2009) : appropriations, indifférences et résistances sont à considérer dans les dynamiques institutionnelles à l’œuvre, l’âge et la position sociale venant influencer le rapport aux normes. La précarité minimise par exemple le poids des normes de santé au profit d’autres normes liées à la santé financière ou sociale (Smith & Dumas, 2019 ; Audet et al., 2017). Les acteurs semblent ainsi mobiliser des ressources relationnelles et informationnelles propres dans un système de contraintes à la fois environnementales et culturelles 13. Ils tentent de s’adapter en fonction de leurs propres dispositions pour faire face à ces nouvelles normes corporelles.

17Ce dossier thématique de SociologieS a choisi de mettre l’accent sur la fabrique, la diffusion et la réception des normes de santé active dans les mondes du sport et de la santé avec l’ambition de participer à une compréhension sociologique de l’activité physique en tant que forme d’intervention contemporaine sur le corps dont les normes entrent en tension avec de l’encadrement traditionnel des APS.

Institution de normes et pluralisme

18Stephen Turner réinterroge le concept de normes sociales dans Explaining the Normative (Turner, 2010) : il expose plusieurs de ses traits distinctifs. À la différence de sa définition générique (règlement, code ou coutume), la notion de norme sociale renvoie distinctement à une condition d’obligation. Elle contraste avec l’indifférence. Elle est constituée d’une signification, d’une rationalité et d’actions qui seraient à la fois contraignantes et liantes dans une communauté. En soi, elle ne génère pas tant des pratiques qu’elle amplifie leur régulation et oriente la bonne manière de les adopter ; elle identifie des obligations envers soi-même et les autres, créant ainsi des relations de réciprocité. Selon Stephen Turner, plusieurs interrogations émergent de l’utilisation de la notion de la norme sociale comme centre d’intérêt. D’où provient et comment s’établit le pouvoir des normes sociales ? Pourquoi leur accorde-t-on une telle importance ? Comment interagissent-elles entre elles ? Comment les normes sont-elles interprétées, négociées, intériorisées ? Comment les valeurs des individus orientent-elles le choix de certaines normes plutôt que d’autres ? Pourquoi certaines normes sont acceptées et d’autres réfutées ? Pourquoi leur intériorisation est-elle socialement située ? Comment les institutions renforcent, reproduisent ou diminuent-elles la force de certaines normes au profit d’autres ? (Ibid.)

19Les textes de ce Dossier abordent plusieurs de ces questions, mais par le détour des activités physiques. L’injonction à l’activité physique au nom de la santé s’enracine dans des mécanismes normatifs, c’est-à-dire des processus « qui instituent des normes » (Canguilhem, 1966, p. 77) diffusées par le biais des institutions et de leurs acteurs. À la différence d’une approche typiquement durkheimienne (Durkheim, 1898), les normes ne sont ni cohérentes ni englobantes. Elles sont produites et adaptées par un processus d’appropriation, de négociation et de légitimation (Vieille Marchiset, 2013). La norme est alors, selon Nicole Ramognino : « le résultat d’une construction cognitive commune aux acteurs sociaux qui ont à interagir en situation et qui négocient la définition des évènements et des actions » (Ramognino (2007, p. 26).

20Dans la même optique, George Vigarello, dans sa postface de la réédition de son texte fondateur, Le Corps redressé (parue vingt-cinq ans plus tard), suggère l’importance de concevoir de nouveaux registres d’interrogation et d’outils conceptuels (Vigarello, 2004). En réponse aux sociétés démocratiques et pluralistes où coexistent de nombreux repères corporels, ses écrits s’affranchissent d’une lecture trop verticale (ou fonctionnaliste) du processus de normalisation corporelle, et propose un nouveau questionnement de l’axe prédominant « contrainte-liberté », pour y inclure d’autres modèles en phase avec les sociétés pluralistes portées par les questions de démocratie, de justice, d’égalité et de droits.

  • 14 Voir les débats entre l’universalisme et le particularisme dans le numéro thématique de Medicine, H (...)
  • 15 Ces idées ont été développées de manière plus exhaustive dans l’Antivieillissement. Vieillir à l’èr (...)

21Ces analyses sur la normativité varient en intensité et en forme selon la discipline, l’approche théorique et l’objet d’étude. Par exemple, en sociologie de la santé, les tendances au relativisme et au pluralisme normatif doivent composer avec l’argument plutôt fondamentaliste de la corporéité humaine qui prend appui sur les évidences biologiques ainsi que sur la fragilité physique et psychologique partagée par les êtres humains – qui demeure l’un des piliers des politiques de santé. Les tensions épistémologiques entre l’universalisme et le relativisme culturel ont été fréquemment abordées en sciences sociales (Turner & Dumas, 2013). Pour les uns, l’universalisme risque l’orthodoxie sanitaire, la pensée unique et la stigmatisation d’individus « hors normes », alors que pour les autres, le relativisme érode les dispositifs politiques, légaux et sociaux souvent mis en avant pour protéger les besoins fondamentaux 14. Dès 1967, les travaux de Peter Berger nous montraient que l’ordre normatif agissait comme un « dais sacré », soit un abri social pour gouverner la vie sociale et assurer la sécurité de l’individu. Il reprenait ainsi des éléments de l’anthropologie philosophique d’Arnold Gehlen (2010) qui décrivait l’être humain comme un « animal inachevé »  comme l’avait fait Friedrich Nietzche avant lui  devant construire des institutions sociales pour assurer sa survie 15. À plus petite échelle, si l’on s’en tient à ces représentations, les normes socio-sanitaires de l’AP participent elles aussi à l’édification de systèmes normatifs protecteurs. À bien des égards, ceux-ci renvoient à nos institutions de santé et de protection sociale qui réduisent notre vulnérabilité (Turner & Dumas, 2016). L’érosion des modèles dominants, les récentes remises en question de la légitimité des scientifiques par les mouvements populistes, l’idée convenue qu’il existe une multiplicité de « vérités » en santé, et la diffusion généralisée de conseils profanes sur les réseaux sociaux, revigorent certaines franges relativistes tout en entravant l’exercice d’institution de normes de santé. Dans ce contexte, les organisations chargées de promouvoir et maintenir la santé sont mises à mal par des mouvements sociaux de fonds et par la montée en puissance des technologies de communication. D’où la pertinence d’entreprendre, comme le suggérait Georges Vigarello, le travail de contextualiser et repenser en profondeur la normativité à l’œuvre en promotion de la santé par l’AP. Ces recherches, qui restent à mener en sociologie de l’activité physique, doivent pouvoir interroger les cadres normatifs de l’universalisation de l’AP en tant que pratique de santé, dans leurs rapports à l’autonomie de l’individu et à son libre-arbitre dans l’adoption ou non des lignes directrices instituées vers des fins sanitaires.

22Analyser la façon dont ces différents modèles normatifs émergent, se diffusent et sont finalement mis en tension dans les usages ou dans les positionnements des acteurs, structure ainsi ce dossier thématique.

Entre le vital et le social

23Les sept textes qui constituent ce Dossier se proposent d’analyser cette question sociétale à la frontière du sportif, du sanitaire et du social. Il s’agit donc de mettre en évidence aussi bien les logiques institutionnelles que les dynamiques d’acteurs aux prises avec ces dispositifs de normalisation corporelle, en interrogeant les modèles de mise en mouvement des individus, mais aussi les effets produits sur les dispositifs existants et sur les institutions correspondantes. Les articles présentés interrogent autant les reconfigurations normatives en constante refonte dans les milieux sportifs et sanitaires, que la façon dont ces transformations sont reçues par les bénéficiaires. Les tensions normatives mises en lumière dans chacune des contributions semblent alors faire se rejouer les liens entre le vital et le social (Pociello, 2004) que nous avons identifiés dans les documents normatifs de l’ONU. Cette tension s’exerce entre une vision biomédicale d’un exercice individuel dosé pour obtenir un bénéfice de santé, et une vision sociale de pratiques culturelles dans une optique élargie de santé et de bien-être (Perrin, 2019).

24En centrant son observation sur l’émergence de l’AP dans les spécialités médicales de cardiologie et de diabétologie qu’elle a étudiées, Claire Perrin interroge la construction différenciée des normes d’intervention auprès des patients au sein même de la prise en charge médicale hospitalière ou en réseau de santé. Elle distingue des appuis normatifs très différents en référence aux travaux de Georges Canguilhem. Si le modèle de l’adaptation de l’organisme à l’exercice contrôlé vise à stimuler directement la normativité biologique de l’activité cardiaque, l’activité physique adaptée promue par les réseaux diabète révèle une option éducative basée sur le modèle de l’adaptativité qui vise le développement de la capacité auto-normative des patients.

25Clément Perrier observe les modalités d’appropriation et de résistance des acteurs du monde sportif face à une mutation en cours qui reconfigure les normes sportives en vigueur en faveur de normes de santé. En s’appuyant sur 26 entretiens semi-directifs et sur une observation participante de 24 mois, l’auteur analyse, en tant que chercheur embarqué, les relations au sein de la commission « basket-santé » dans une Ligue régionale. Il montre comment le « sport-santé » devient un nouveau levier de financement qui bouscule l’identité compétitive du mouvement sportif.

26À partir d’une enquête par questionnaires en Midi-Pyrénées (France), Jean-Paul Génolini, Céline Mathieu et Françoise Cayla questionnent les normes d’usage dans les pratiques d’activité physique adaptée en EHPAD (Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Les traitements statistiques multivariés mettent en avant une prise de distance par rapport à la médicalisation qui était revendiquée : l’approche en termes de thérapeutique non médicamenteuse laisse place le plus souvent à une activité récréative dans ces établissements médico-sociaux souvent en difficulté.

27Brice Favier-Ambrosini et Cécile Collinet explorent l’élaboration et l’application des normes dans la mise en œuvre des politiques sportives de santé au sein des réseaux Sport Santé Bien-être en France depuis 2012. À partir d’une étude des textes de présentation, des premiers bilans produits et d’entretiens avec des responsables régionaux, les auteurs analysent les outils de normalisation (labellisation, tests, carnets de suivi) comme révélateurs d’une structure contraignante et contrôlante participant au gouvernement des corps malades, mais soulignent en même temps leurs effets structurants sur la coordination du dispositif et son opérationnalité. Ils restent des outils précieux de légitimation d’un dispositif à la frontière du médical et du sportif.

28À partir d’une recherche européenne et comparative, Sandrine Knobé, Gilles Vieille Marchiset, Monica Aceti et Elke Grimminger-Seidensticker analysent la réception de plusieurs critères normatifs de quatre programmes nationaux de promotion d’activités physiques chez des mères de milieux populaires. En appréhendant une dynamique d’acteurs confrontée à des dispositifs de normalisation corporelle, ils développent une typologie idéaltypique qui met en évidence les arbitrages éthiques des mères, tout en exposant les contrastes entre leurs pratiques effectives et les injonctions normatives des programmes.

29Émilie Clark et Alex Dumas proposent ensuite une étude des jeux actifs à l’extérieur dans le contexte canadien. Par une analyse de discours de 21 mères des classes moyennes, ils identifient trois constructions discursives, celle de la maternité vécue, celle relevant de l’éducation à la santé et celle liée au développement psychosocial des enfants. En prenant appui sur le concept foucaldien de biopédagogies, les auteurs mettent en avant les tensions entre trois registres normatifs, liés au temps quotidien, aux risques encourus et à la limitation des écrans. Plus généralement, cette recherche pose la question des discours face à la figure construite de la « bonne mère » en Amérique du Nord.

30En se basant sur le concept de « dégagement » (Piette, 2013), Lisa Lefèvre et Christelle Marsault présentent une étude ethnographique du rapport aux normes sportives, corporelles et scolaires chez trois adolescents obèses dans le contexte de leurs cours d’éducation physique. Trois types de dégagement sont alors distingués : spatio-temporel, esthétique et temporel, en même temps que des espaces de liberté pour maintenir un engagement scolaire sont identifiés.

31Ces sept textes permettent mettent en lumière dans différents contextes la tension que nous avons identifiée au sein même des positionnements de l’ONU en faveur du développement du sport et de l’AP. Si l’OMS tend à promouvoir une quantité d’AP quelles qu’en soient les modalités, c’est avant tout une éducation physique de qualité et la démocratisation de la culture sportive qui sont promues par l’UNESCO. Ce double positionnement rend compte d’une tension entre le vital et le social qui traverse aujourd’hui la question de la promotion de la santé par l’AP. Elle est à l’origine de la dynamique contemporaine étudiée, qui transforme les institutions et les organisations, renouvèle les pratiques, fait émerger de nouvelles compétences professionnelles, en même temps qu’elle reconfigure les appuis normatifs.

32Au final, ce Dossier de la revue SociologieS propose une lecture des tensions entre différents registres normatifs d’activité physique à visée de santé : entre exercice physique et pratiques culturelles, entre prescription et éducation, entre prévention des maladies et développement des pouvoirs d’action et de participation. Il étudie les négociations à l’œuvre au niveau institutionnel comme des organisations, des professions et des pratiquants ou usagers. Ce prisme reliant dès lors normalisation et normativité dans l’étude de l’AP à visée de santé, peut jeter les bases d’une sociologie de l’activité physique élargissant les ambitions initiales de la sociologie du sport par l’établissement de relations fécondes avec la sociologie du corps, de la santé et la sociologie politique.

Haut de page

Bibliographie

Aceti M. & G. Vieille Marchiset (2014), « Sport-santé : quatre programmes nationaux à la loupe », Jurisport. Revue économique et juridique du sport, n° 140, pp. 41-44.

Audet M., Paris M., Garon S. & A. Dumas (2017), « Discours public de prévention et inégalités sociales de santé chez les aînés. Réflexions critiques et nouvelles perspectives en développement des communautés », Lien social et politiques, n° 78, pp. 254-273.

Barth N., Perrin C. & J. Camy (2014), « S’engager dans une pratique régulière d’activité physique lorsqu’on est atteint de Diabète de Type 2(DT2) : entre "trajectoire de maladie" et "carrière de pratiquant d’Activité Physique Adaptée (APA)" », Loisir et société, vol. 37, n° 2, pp. 224-240.

Basson J.-C., Haschar-Noe N. & I. Theis (2013), « Territorial Translation of the National Health and Nutrition Program in Midi-Pyrenees, France », Health Policy, n° 9, pp. 26-37.

Becker H. (1985 [1963]), Outsiders, Étude de la sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métaillé.

Becker H. (1960), « Notes on the Concept of Commitment », American Journal of Sociology, vol. 66, pp. 32-40.

Berger P. L. (1967), The Sacred Canopy, Garden City, NY, Doubleday Publishing.

Bourdieu P. (1980), « Comment peut-on être sportif ? », Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, pp. 173-195.

Canguilhem G. (1966), Le Normal et la pathologique, Paris, Presses universitaires de France.

Cazal J. & J.-P. Genolini (2013), « Prévenir le risque cardiovasculaire : le travail éducatif au cœur du dépistage », Sciences Sociales et Santé, vol. 31, n° 2, pp. 5-30.

Chantelat P. & C. Perrin (2009), « Les éducateurs médico-sportifs : une activité émergente inscrite dans le monde médical », dans Demazières D. & C. Gadea (dir.), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, Éditions La Découverte, pp. 252-262.

Collinet C. & J. Delalandre (2014), « L’injonction au bien-être dans les programmes de prévention du vieillissement », L’Année sociologique, vol. 64,  2, pp. 445-467.

Defrance J. (1995), Sociologie du sport, Paris, Éditions La Découverte.

Duval E., Ferez S., Thomas J. & L. Schuft (2016) « La construction de la valorisation de l’activité physique : le rôle des associations VIH », Santé publique, vol. 28, n° 1, Supplément, pp. 91-99.

Elias N. & E. Dunning (1994), Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Éditions Fayard.

Elias N. (1991), La Société des individus, Paris, Éditions Fayard.

Favier-ambrosini B. & J. delalandre (2018), « Les réseaux Sport Santé Bien-être : un gouvernement par le chiffre », Terrains & travaux, vol. 32, n° 1, pp. 81-106.


Ferez S. & J. Thomas (2012), Sport et VIH, un corps sous contrainte médicale, Paris, Éditions Tétraèdre.

Foucault M. (1994), « Les techniques de soi [5 oct. 1982] », Dits et écrits (1954-1988), Tome IV (1980-1988), Paris, Éditions Gallimard.

Foucault M. (2001 [1994]), Dits et écrits (1954-1988). Tome III (1976-1979), Paris, Éditions Gallimard.

Fuchs A., Perrin C. & F. Ohl (2014), « Using Sport to Cope with Cystic Fibrosis », Society and Leisure, vol. 37, pp. 189-204.

Gasparini W., Knobe S. & R. Didierjean (2015), « Physical Activity on Medical Prescription: A Qualitative Study of Factors Influencing Take-up and Adherence in Chronically Ill Patients », Health Education Journal, vol. 74, n° 6, pp. 720-731.

Gehlen A. (2010), Essai d’anthropologie philosophique, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Genolini J.-P. & J.-P. Clément (2010), « Lutte contre la sédentarité : l’incorporation d’une nouvelle morale de l’effort », Sciences sociales et sport, n° 3, pp. 133-156.

Ginsbourger T. & P. Terral (2014), « Dynamiques "d’humanisation" puis de "managérialisation" d’un projet d’activité physique sur un site de lutte contre le cancer », SociologieS [En ligne] http://sociologies.revues.org/4790.

Guenter S. (2012), « Fitness als Inklusionsprämisse? Eine Diskursanalyse zur Problematisierung adipöser Kinder- und Jugendkörper in sportwissenschaftlichen Gesundheitsdiskursen », Forum: Qualitative Social Research (FQS).

Honta M. (2016), « The State and Management of Risks Linked to Physical Inactivity in France. An Analysis of the Implementation of the "Sport, Health and Well-being" Plan », International Journal of Sport Policy and Politics, vol. 8, n° 4, pp. 577-591.

Illivi F. & M. Honta (2019), Bougez ! La fabrique locale de la lutte contre la sédentarité : sociologie politique de l'État en action, Paris, Éditions L’Harmattan.

Marcellini A., Perrera E., Rodhain A. & S. Ferez (2016), « Rapport au corps et engagement dans les activités physiques chez les personnes en situation d’obésité », Santé publique, vol. 28, n° 1, supplément, pp. 117-125.

Mauss M. (2007 [1922]), Essai sur le don, Paris, Presses universitaires de France.

Marsault C. (2017), « Le sport-santé, un objet médical, social ou sportif ? Le dispositif strasbourgeois "sport-santé sur ordonnance" comme objet politique transversal », Sciences sociales et sport, vol. 1, n° 10, pp. 21-49.

Peretti-Watel P. & J.-P. Moati (2009), Le Principe de prévention. Le culte de la santé et ses dérives, Paris, Éditions du Seuil.

Perrier C. (2016) « Vers une sociologie politique du sport-santé ? Interdisciplinarité et méthodes de travail face à l'émergence du sport sur ordonnance en France », Sociétés en mouvement, sociologie en changement, Congrès d’Association internationale de sociologie de langue française, juillet, Montréal, Canada [En ligne] halshs-01727775

Perrin C. (2014), « Obésité et logiques d’intervention : entre institutions, organisations et professions », dans Marcellini A. & V. Fortier (dir.), L’Obésité en question. Analyse transdisciplinaire d’une épidémie, Bordeaux, Éditions Les Études Hospitalières, pp. 223-237.

Perrin C. (2016), « Construction du territoire professionnel de l’enseignant en APA dans le monde médical », Santé Publique, vol. 28,  1, pp. 141-151.

Perrin C. (2019), « Logiques et modalités d’intervention en Activité Physique auprès des malades chroniques : approches sociologiques », Expertise Inserm « Activité Physique. Prévention et traitement des maladies chroniques », Paris, Éditions de l’Inserm, pp. 49-100.

Perrin C., Ferron C., Gueguen R. et al. (2002), « Lifestyle Patterns Concerning Sports and Physical Activity, and Perceptions of Health », Sozial- und Praventivmedizin, vol. 47, pp. 162-71.

Piercy K. L., Troiano R. P., Ballard R. M. et al. (2018), « The Physical Activity Guidelines for Americans », Journal of the American Medical Association, vol. 320, n° 19, pp. 2020-2028.

Pociello C. (dir) (2004), Entre le Social et le vital. L’éducation physique et sportive sous tensions (XVIIIème-XXème siècle), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Radel A. & Y. Morales (2013), « Une éducation sanitaire "par corps". Analyse de deux campagnes de lutte contre la sédentarité (1980 et 2001-2012) », Carrefours de l'éducation, n° 35, pp. 217-234.

Rail G. (2012), « The Birth of the Obesity Clinic: Confessions of the Flesh, Biopedagogies and Physical Culture », Sociology of Sport Journal, vol. 29, pp. 227-253.

Ramognino N. (2007), « Normes sociales, normativités individuelle et collective, normativité de l’action », Langage et société, n° 19, pp. 13-41 [En ligne] https://www.cairn.info/journal-langage-et-societe-2007-1-page-13.htm#

Régnier F. & A. Masullo (2009), « Obésité, goûts et consommation. Intégration des normes d'alimentation et appartenance sociale », Revue française de sociologie, vol. 50, n° 4, pp. 747-773.

Smith A. & A. Dumas (2019), « Class-based Masculinity, Cardiovascular Health and Rehabilitation », Sociology of health and illness, vol. 41, n° 2, pp. 303-324.

Turner S. (2010), Explaining the Normative, Cambridge, Polity Press.

Turner B. S. & A. Dumas (2013), « Vulnerability, Diversity and Scarcity: On Universal Rights », Medicine, Health Care and Philosophy, vol16, n° 4, pp. 663-670.

Turner B. S. & A. Dumas (2016), L’Antivieillissement. Vieillir à l’ère des nouvelles biotechnologies, Québec, Presses de l’Université Laval.

Vieille Marchiset G. (2013), « La fabrique des normes corporelles. L’exemple de la promotion de la santé par les activités physiques », APSAPA Europe, Documentations [En ligne] http://apsapa.eu/la-fabrication-des-normes-corporelles-l-exemple

Vieille Marchiset G. (2019), La Conversion des corps. Bouger pour être sain, Paris, Éditions L’Harmattan.

Vieille Marchiset G. & A. Tatu-Colasseau (2012), Sociologie(s) du sport. Approches francophones et circulation des savoirs, Paris, Éditions L’Harmattan.

Vieille Marchiset G., Knobé S., Didierjean R., Aceti M., Digennaro S. & E. Grimminger (2014), « Corps en mouvement, corps en santé. Regard socio-anthropologique sur des enfants des quartiers pauvres en Europe », L’Observatoire. Revue internationale du travail social, n° 80, pp. 9-13.

Vigarello G. (1993), Le Sain et le malsain. Santé et mieux être depuis le Moyen-Âge, Paris, Éditions du Seuil.

Vigarello G. (2004), Le Corps redressé, Paris, Éditions Armand Colin.

Vigarello G. (2013), Les Métamorphoses du gras. Histoire de l'obésité, Éditions Points.

Haut de page

Notes

1 Ainsi, les recherches en sociologie du sport se développent autour de questions aussi diverses que la genèse de l’institution sportive moderne et ses dynamiques contemporaines aux niveaux nationaux et internationaux, les politiques du sport, les fonctions sociales du sport, les cultures sportives, la structuration des populations sportives et ses évolutions, l’espace des sports relativement à l’espace social, le travail et les professions liés au sport, les organisations sportives, les problèmes sociaux liés au sport : inégalités sociales, violences, dopage, tricheries, abus de pouvoir, etc.

2 Au Canada, la kinésiologie est reconnue en vertu de la Loi sur les professions de la santé de la province de l’Ontario depuis 2007.

3 Expertise collective Inserm (2019), Activité physique. Prévention et traitement des maladies chroniques. Synthèse et recommandations, pp. 99-102

4 Cette nouvelle perspective a émergé à l’occasion du colloque international organisé par le CR 35 « Sociologie du sport » de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) en novembre 2018 à Lyon. Elle a débouché sur la création en mars 2019 de l’Institut de recherche collaborative sur l’AP et la promotion de la santé (ReCAPPS). Adresse du site de l’association : https://institut-recapps.com

5 Charte de l’éducation physique, de l’activité physique et du sport, UNESCO, 2015.

6 C’est-à-dire sans référence à des pratiques sociales et en occultant les inégalités sociales.

7 Norbert Elias analyse conjointement le processus de civilisation et le processus d’individuation. Ce dernier se caractérise par l’intériorisation de contraintes externes par les sujets, donc d’un autocontrôle individuel qui renforce la conscience de soi et permet, potentiellement, le développement d’une individualité, hors du groupe (Elias, 1991).

8 Les premières recommandations mondiales distinguaient les temps de pratique pour les adultes (30 minutes par jour) et pour les enfants (60 minutes par jour). Les recommandations révisées de l’American Medical Association insistent maintenant sur des normes de pratique d’AP adaptées (temps, fréquence, type et intensité) selon le groupe d’âge (enfants d’âge préscolaire/scolaire, adolescents, adultes et personnes âgées), la situation de grossesse et la condition physique d’un individu (Piercy et al., 2018).

9 Cet aspect est à relier à l’activisme dans notre société actuelle : « Être actif, jusqu’au burn-out (Ehrenberg, 2018 : 67), est ainsi devenu une norme de socialisation contre ce qui serait la passivité économique, sinon l’apathie » écrit Bernard Andrieu (2019). Les corps semblent devoir être maintenus « dans un énergétisme et un volontarisme qui devraient être constants ».

10 La formulation exacte est la suivante : « Déplacements brefs, dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile, liés soit à l'activité physique individuelle des personnes, à l'exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d'autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie ».

11 Au Québec, des directives ont été émises par la Direction générale des aînés et des proches aidants (DGAPA, 2020)

12 Voir par exemple Cabut S., « À l’Hôtel-Dieu, de l’AP pour les convalescents du Covid-19 », Le Monde, 13 août 2020 ; Cabut S., Santi P., « L’activité physique, un outil thérapeutique aussi contre le Covid-19 », Le Monde, 9 juin 2020.

13 Voir www.apsapa.eu

14 Voir les débats entre l’universalisme et le particularisme dans le numéro thématique de Medicine, Health Care and Philosophy, 2013, vol. 16.

15 Ces idées ont été développées de manière plus exhaustive dans l’Antivieillissement. Vieillir à l’ère des nouvelles biotechnologies, Presses de l’Université Laval (Turner & Dumas, 2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Perrin, Alex Dumas et Gilles Vieille Marchiset, « L’activité physique comme objet de santé publique : fabrique, diffusion et réception des nouvelles normes de santé active », SociologieS [En ligne], Dossiers, L'activité physique comme objet de santé publique, mis en ligne le 02 février 2021, consulté le 11 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/15612

Haut de page

Auteurs

Claire Perrin

Laboratoire sur les Vulnérabilités et l’Innovation dans le Sport (L-ViS, EA7428), Université Lyon 1 (France) - claire.perrin@univ-lyon1.fr

Articles du même auteur

Alex Dumas

Université d’Ottawa, ONT (Canada) - adumas@uottawa.ca

Articles du même auteur

Gilles Vieille Marchiset

E3S-UR1342 Sport et sciences sociales, Université de Strasbourg (France) - vieillemarchiset@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search