Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2021L'activité physique comme objet d...Reconfigurations du mouvement spo...

2021
L'activité physique comme objet de santé publique

Reconfigurations du mouvement sportif français face aux injonctions normatives du « sport-santé ». Le cas du « basket santé »

Re-configurations of the french sports movement faced with the normative injunctions of « health through sport ». The case of « Health Basketball »
Clément Perrier

Résumés

Peu étudiée par la littérature existante, l’émergence du « sport-santé » dans les fédérations sportives entraîne des reconfigurations du mouvement sportif français. Les clubs développant de nouvelles activités physiques à visée de santé deviennent progressivement des opérateurs locaux de la santé publique. À l’aide de 26 entretiens semi-directifs et d’une observation participante de 24 mois, nous analysons le cas d’une ligue régionale de basketball mettant en place le « basket-santé ». En examinant la commande, la réception et les résistances locales aux injonctions normatives de ce programme fédéral qui rencontre un accueil très variable selon les acteurs, nous interrogeons la façon dont les normes de santé et les normes sportives entrent en tension et modifient le modèle en place.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les Activités physiques et sportives (APS) ont, depuis les années 2000, été intégrées dans un nombre croissant de politiques publiques françaises liées à la santé, qui ont abouti en 2012 au plan « Sport-santé-bien-être ». La loi de modernisation du système de santé français du 26 janvier 2016, très peu étudiée jusqu’alors, poursuit cette dynamique institutionnelle en inscrivant l’activité physique comme facteur de santé dans le cadre légal. L’article 144 stipule notamment que le médecin traitant peut prescrire « une activité physique adaptée à la pathologie, aux capacités physiques et au risque médical » de ses patients en Affection de longue durée (ALD) (JORF n°0022, 2016). Il semble émaner de ces politiques une « pensée » selon laquelle l’activité physique constituerait un moyen de prévenir les différents risques sanitaires contemporains, mais aussi d’engager les individus dans des pratiques régulières d’entretien de soi, en les responsabilisant vis-à-vis de leur bien-être et de leur santé. Cette inscription récente et nouvelle des APS dans les politiques de santé a été analysée en tant que révélatrice d’un gouvernement spécifique des corps (Honta, 2016) dans un processus de « sanitarisation du social » (Fassin, 2000). La littérature existante s’intéresse particulièrement aux dispositifs locaux, à leur gouvernance ou à leur fonctionnement (Gasparini & Knobé, 2015 ; Honta, 2016 ; Honta & Haschar-Noé, 2011 ; Marsault, 2016) et beaucoup moins aux dynamiques du mouvement sportif engagées parallèlement. Pourtant, comme l’ont montré les travaux d’Yves Moralès, le « sport-santé », à savoir l’utilisation du sport ou d’une activité physique à des fins de santé ou de bien-être, s’est développé historiquement dans les différents mouvements fédéraux de la gymnastique hygiénique, notamment au sein de la Fédération française d’éducation physique et de gymnastique volontaire (FFEPGV) (Moralès et al., 2006 ; Moralès et al., 2018). Les fédérations affinitaires et multisports auraient construit des pratiques innovantes pour la mise en activité des corps à des fins de santé en prévention primaire, construisant par là même des normes de santé distinctes de celles compétitives du mouvement sportif délégataire.

  • 1 Selon le Ministère des Sports (2014), le sport-santé recouvre « la pratique d’activités physiques o (...)

2Or, comme nous le préciserons davantage, suite ou face à l’émergence de cette dynamique, à la fois sportive et institutionnelle, un nouveau type de relation a vu le jour entre l’État et ses partenaires associatifs. De nombreuses fédérations sportives sont ainsi devenues des prestataires privilégiés dans la lutte contre la sédentarité érigée en « problème public » (Radel, 2012) et ont ainsi intégré à leur tour une pratique dite de « sport-santé » à leur offre 1. La définition fait débat, notamment sur la distinction à opérer entre le sport, l’activité physique et l’Activité physique adaptée (Perrin, 2016 ; Toussaint, 2008), mais les acteurs du mouvement sportif se réunissent derrière l’injonction au mouvement pour les individus. Plus encore, ils revendiquent le droit d’accueillir les patients en ALD ayant une ordonnance dans le cadre de la prévention secondaire et tertiaire des pathologies, s’inscrivant dès lors dans des normes de soin. Historiquement délégataires, pour nombre d’entre elles, d’une mission de service public pour l’organisation des compétitions, les fédérations deviendraient dans ce cadre un nouvel acteur de la santé publique, potentiellement inclus dans le parcours de soin des malades chroniques et porteurs de messages de santé. Elles s’approprieraient et diffuseraient des normes de santé ou de soin au sein de l’environnement sportif et s’attribueraient dès lors un nouveau rôle social, en tension avec les missions traditionnelles du mouvement sportif. Saisir cette évolution nécessite d’appréhender les discours et leur co-construction par les acteurs dispensateurs de l’activité physique dans les clubs, au contact des promoteurs de la pratique (salariés et élus fédéraux). Comment les activités de « sport-santé » sont-elles alors construites ? Surtout, dans quelle mesure les acteurs résistent-ils ou s’emparent-ils de cette mutation qui reconfigure les normes sportives en vigueur ? Telles sont les questions auxquelles tente de répondre cet article à travers l’étude d’un cas.

Une méthodologie spécifique

3La spécificité de cette recherche repose avant tout sur le mode de recueil des données et d’accès aux acteurs. Nous présentons ici un terrain qui porte sur le « basket-santé », une activité physique mise en place par la Fédération française de basketball (FFBB) depuis 2014 qui consiste à accueillir, entre autres, des publics vieillissants ou atteints d’affections de longue durée au sein des clubs. Élu en juin 2016 dans une Ligue régionale à la présidence de la commission « basket-santé » nouvellement créée pour développer l’activité, après proposition du Président de la structure, l’enquêteur a été pendant deux ans impliqué intimement sur son objet de recherche. Basketteur « connu » dans la région et travaillant dans le cadre d’une thèse de doctorat sur l’activité physique dans les politiques de santé, il est lui-même socialisé à la fois aux mondes du sport et aux nouvelles problématiques de santé, parcouru par le double système de normes qu’il cherche à observer. La démarche est d’ailleurs entièrement construite sur l’engagement du chercheur puisqu’elle s’appuie « sur l’implication directe de l’enquêteur » (Cefaï, 2010, p. 7).

4Le propos repose en particulier sur un carnet ethnographique rendant compte des nombreuses réunions (n=31), rencontres et discussions informelles tenues durant 24 mois, mais également sur des entretiens semi-directifs (n=26) avec sept dirigeants de fédérations sportives, six cadres techniques fédéraux, six employés du Ministère des Sports et six membres de la direction de la FFBB. Le poste d’élu permet une diffusion directe des connaissances acquises aux acteurs du champ ; il interroge également la posture réflexive du chercheur qui, de fait, interagit de manière forte avec son objet (Soulé, 2007). La prédominance de l’implication interactionnelle et intersubjective sur la prétention à l’observation objective, rendue difficile par la nécessité d’être simultanément participant et observateur (Lassiter, 2000), relate particulièrement bien la situation étudiée.

5Nous reprenons alors, pour caractériser cette participation observante (Soulé, 2007) la notion de « chercheur embarqué » proposée par Thomas Allam, Marion Gurruchaga et Julien O’Miel. Elle rappelle l’idée du recrutement d’un chercheur au côté des « profanes » dans l’espoir de pouvoir bénéficier de son « regard extérieur » et de ses préconisations expertes (Allam, Gurruchaga & O’Miel, 20T2). En l’espèce, il s’agit dans notre cas d’abandonner l’épistémologie wébérienne des sciences sociales, réclamant une neutralité axiologique et une démarche compréhensive que le rapport au terrain ne permet pas. Le chercheur se « désengage épistémologiquement » (Bourdieu, 2001) pour participer à la redéfinition sur le territoire d’une catégorie d’action, auprès des institutions et d’acteurs nombreux et variés issus du secteur public ou privé. C’est notamment ce qui permet l’accès à un ensemble de documents et de discussions, au cours desquels le chercheur peut poser des questions intimes ou traitant de sujets à risque sans avoir à franchir la barrière de la confiance (Beaud & Weber, 2017), en majorité déjà acquise. Cette entrée facilitée sur le terrain, parce qu’acquittée de l’apprentissage des codes inhérents au groupe (Favret-Saada, 1994), est bénéfique pour saisir l’évolution des discours et des choix normatifs inhérents au mouvement sportif sur le temps long. L’échelon régional, en tant que niveau intermédiaire, permet de rencontrer l’ensemble des acteurs impliqués, depuis les élus et les salariés de la fédération jusqu’aux pratiquants de clubs. Ce sont particulièrement les remarques et les commentaires informels adressés au chercheur, en tant qu’élu décisionnaire, qui permettent de comprendre au quotidien la construction des tensions ou des luttes, mais aussi la façon dont les nouvelles normes fédérales se confrontent aux actions en vigueur ainsi qu’aux envies et besoins des dirigeants de clubs. La posture du chercheur embarqué sur son terrain permet dans ce cas de saisir la construction d’une nouvelle norme sportive, intégrant des dimensions de santé.

Éléments de contexte

  • 2 C’est-à-dire en charge d’une mission de service public pour s’occuper exclusivement d’une activité (...)

6Depuis le milieu du xxème siècle, les fédérations affinitaires et multisports pensent et développent une activité sportive garante de santé et de bien-être, éloignée des schémas compétitifs. Cela étant, avant 2006 et la mise en place de l’« athlé-santé » par la Fédération française d’athlétisme, aucune fédération délégataire 2 ne proposait de pratique de santé dans son offre, permettant pourtant de « capter une clientèle nouvelle en diversifiant l’offre au-delà de la pratique compétitive traditionnelle » (Chaix & Chavinier-Réla, 2015, p. 25), dans un contexte de déclin généralisé de l’attrait pour la compétition.

7Dans le même temps, le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) a décidé 3 de créer un dictionnaire médical des pratiques sportives, publié sous le nom médicosport-santé. Ce document tente de classer les différentes formes de pratiques à visée de santé existantes au sein des fédérations membres, pour aider les médecins généralistes à prescrire une activité physique et à orienter les patients vers les clubs. Il fallait donc déterminer que, pour chaque pathologie, il faut pratiquer plutôt tel sport, avec des exercices, une intensité et des répétitions spécifiques. Il s’agit pour le mouvement sportif de disposer d’un outil censé produire les conditions de sécurité des patients et surtout, comme le rappelle un des dirigeants du CNOSF, de gagner des licenciés en conquérant un nouveau territoire : « Le médicosport doit aider les médecins à envoyer ces patients, tous ces gens qu’on ne touche pas aujourd’hui, vers les clubs du mouvement sportif ». Pour ce faire, et afin que de nombreux dispositifs voient le jour, une injonction particulièrement normative a été faite au mouvement sportif par le CNOSF : « Dans une société de plus en plus sédentaire, l’activité physique et sportive encadrée des jeunes, des adultes ou des séniors doit se développer au sein des associations sportives fédérales » 4.

8C’est dans le cadre de l’élaboration de ce document que la FFBB a confié pour mission à sa responsable des nouvelles pratiques de créer une offre « basket-santé » en 2012. N’étant pas formée spécifiquement à la question, elle a préparé seule le programme « à partir de [s]es intuitions d’ancienne basketteuse » plutôt que de compétences professionnelles. Pour valider scientifiquement le travail effectué, en particulier la sécurité des bénéficiaires et l’intérêt thérapeutique, treize experts médicaux et paramédicaux des principales pathologies chroniques ont été sollicités avec l’aide de la cellule médicale de la fédération. L’appui ponctuel de ces professionnels permet de recréer une forme d’expertise afin que la pratique puisse être inscrite dans le parcours de soin pour ses bénéfices de santé. La validation scientifique était également nécessaire pour que le programme soit intégré au médicosport-santé du CNOSF, après vérification de spécialistes de la Société française de médecine, de l’exercice et du sport (SFMES).

  • 5 Notons que pour ce niveau de pratique, la présence d’un professionnel de santé ou d’un enseignant e (...)

9Une formation fédérale de 40 heures à destination des bénévoles et des entraîneurs a alors été mise en place et permet à des non-professionnels d’animer des sessions de basket-santé dans les clubs. Il s’agit surtout sur un temps court de comprendre la mise en place, l’esprit et les règles de la pratique, très différentes du basketball traditionnel. En effet, le matériel a été modifié afin de limiter les blessures et de favoriser la réussite : des ballons spéciaux, beaucoup plus légers, et un panier très large et moins haut doivent être utilisés. Des fiches d’exercices ont également été créées et sont mises à disposition des formés. On remarque à la lecture de ces documents que les activités proposées sont essentiellement sans contact et individuelles, pour trois niveaux de pratique correspondant aux limitations des pratiquants : plus l’individu a des limitations fonctionnelles importantes et plus l’activité est individualisée et déstructurée par rapport à celle traditionnelle. Le basket-santé se rapprocherait, dans son niveau le plus limité corporellement, d’une forme de gymnastique d’entretien, cherchant avant tout la mise en mouvement du corps dans un objectif thérapeutique spécifique 5.

Tensions, discours et mise en norme face à l’émergence de la pratique

Typologie d’acteurs et résistances face au changement

10Les acteurs de terrain, entraineurs et dirigeants de clubs ou de comités départementaux, ne comprennent pas forcément cette nouvelle activité. Nombre d’entre eux font part de leur doute et de leur gêne face à cette pratique qui « n’a rien à voir avec le basket ». Un dirigeant de comité départemental affirme : « on n’a déjà pas assez de temps et de moyens pour s’occuper de tous les championnats et ils veulent nous rajouter ça. C’est pas du basket ! ». D’autres expliquent également qu’ils n’ont pas assez de créneaux disponibles dans les salles, ou encore qu’ils ne veulent pas « sacrifier » des équipes compétitives pour mettre en place des sessions de basket-santé, éloignées de ce qu’ils connaissent et ce qu’ils ont envie de faire. Un président de club relate ainsi : « ça fait 40 ans que j’entraîne les gamins et que ce qu’on veut, au fond, c’est quand même gagner des matchs. On n’est pas à l’EPGV, le but c’est la compét’ ». Le basket-santé serait donc antinomique avec les attentes historiques de certains dirigeants et licenciés, imposant un nouveau système de normes non plus en lien avec la compétition et la progression collective, mais cherchant à préserver la santé et le bien-être individuel pour le plus grand nombre. On retrouve ici des résistances au changement qui parcourent le mouvement sportif lorsqu’il se sent instrumentalisé, également observées lorsque les associations sportives ont été amenés à composer avec les principes de la politique de la Ville par exemple (Gasparini & Vieille Marchiset, 2008 ; Callède, 2015).

  • 6 Comme l’explique ce dirigeant, plusieurs assurances complémentaires santé prennent en charge partie (...)
  • 7 CNDS, Note n° 2014-DEFIDEC-01, 16 janvier 2014, p. 2

11Nous pouvons dresser, à l’aide de ces verbatim et des postures prises durant les différentes rencontres, une mini-typologie représentative des postures des acteurs qui confrontent les « dirigeants de clubs », les « animateurs » et les « dirigeants haut placés ». Si les dirigeants de clubs sont majoritairement réfractaires à l’idée d’instaurer une pratique qu’ils ne maitrisent pas et très dissonante avec ce qu’ils connaissent, les dirigeants haut placés, à savoir dirigeants de ligue régionale et de la FFBB, sont pour leur part très convaincus des bénéfices que peut en tirer la fédération. En réponse à un président de club qui disait qu’il n’avait pas le temps d’instaurer le basket-santé au sein de sa structure, un président de ligue affirmait : « il faut bien vous rendre compte que le modèle des clubs n’est plus pérenne, on va vers moins d’aide de l’État. Il faut trouver des nouveaux licenciés et ces nouveaux licenciés, c’est le basket-santé. Parce que c’est les mutuelles et les entreprises qui vont payer » 6. En effet, en amenant le basket-santé dans les entreprises, la pratique devient un moyen de se rapprocher du secteur privé : contre rémunération, un entraineur va dispenser du basket-santé aux salariés et aider l’entreprise à avoir des collaborateurs en meilleure forme, donc théoriquement moins absents et plus productifs (Pierre & Diagana, 2015). De même, les collectivités territoriales recherchent des opérateurs locaux pour mettre en place l’activité physique à visée de santé et les subventions traditionnelles ont été réorientées pour partie, comme c’est le cas au niveau national. Par exemple, parmi les actions éligibles aux subventions du Conseil national pour le développement du sport (CNDS), on trouve depuis 2013 celles qui se proposent de « contribuer à la politique de santé publique » 7. C’est donc un nouveau marché qui s’ouvre pour la FFBB et qui permettrait d’assurer des rentrées d’argent garanties.

  • 8 Ce processus est d’ailleurs largement encouragé par le CNOSF, pour qui la diversification de l’offr (...)
  • 9 Sciences et techniques des activités physiques et sportives.

12« Les animateurs », enfin, sont ceux qui acceptent de mettre en place le basket-santé dans les clubs. Ils y trouvent un intérêt plus personnel : celui de diversifier les sources de financement, d’acquérir une nouvelle compétence à faire valoir ou de pérenniser/créer un poste 8. On trouve notamment des étudiants de la filière STAPS 9 APA-S (Activités physiques adaptées-santé) qui cherchent un territoire professionnel lors de stages ou de services civiques, de jeunes entraîneurs de basket ou encore des retraités de professions de santé qui voient dans la pratique un moyen de poursuivre une forme d’engagement social. C’est d’ailleurs ce qu’affirme la créatrice du basket-santé pour éluder la question des compétences : « il y a bien autour des clubs des jeunes enseignants en APA-S ou des professionnels de santé ». L’objectif serait ainsi de recenser ces acteurs et de les intégrer au fonctionnement quotidien des associations en utilisant leurs compétences de santé, impliquant une recomposition des forces en présence dans les clubs affiliés, ce qui n’est pas sans incidence sur la structure des associations. Un dirigeant de club explique ainsi : « C’est bien qu’il y ait des nouvelles personnes, pas seulement des gens du basket, mais bon… Quand on parle de basket, ils ramènent tout à la santé, on a l’impression que continuer à faire de la compétition, c’est le mal ! ». Les membres du club défendent à ce titre, suivant leur parcours et leur intérêt ou non pour la santé, des projets d’actions à mettre prioritairement en place qui s’éloignent, avant tout parce que les représentations du mouvement et de ce que devrait être le sport diffèrent largement.

Des systèmes de normes en opposition

13Le système de normes, dans la construction du rapport au corps et à l’activité physique, étant dépendant du milieu social d’origine et de la formation (Bourdieu, 1979), le renouvellement sociodémographique des acteurs d’un club sportif implique une redéfinition des postures normatives et donc des choix opérés. Cela crée des tensions, à la fois entre les clubs et les représentants territoriaux de la fédération, mais également au sein des clubs où la décision est parfois plus imposée par les dirigeant.e.s qu’un choix collectif. Une entraîneure explique : « Ils ont mis ce truc en place […], mais honnêtement je sais même pas d’où ça vient. C’est le président de la Ligue qui a dû dire qu’il fallait le faire ». La volonté fédérale de créer une nouvelle pratique, portée sur le territoire par ses organes décentralisés afin d’assurer une pérennité économique, s’opposerait dès lors aux normes sportives en vigueur en prônant un nouveau rôle social du sport marqué par des injonctions sanitaires très éloignées du cadre historique.

  • 10 Indice de masse corporelle.

14Cela est d’autant plus vrai que les sessions basket-santé doivent être labellisées par la fédération, qui contrôle le diplôme de l’encadrant, la durée de la pratique et exige des mesures corporelles en début, milieu et fin de session pour chaque pratiquant (IMC 10, tour de taille, etc.). Le nom basket-santé ayant été déposé, chaque club doit, pour l’utiliser et recevoir les documents pratiques, se plier à ces règles. Une présidente de club indique : « quand je vois tout ce qu’il faut mesurer… on n’est pas un hôpital ! Nous on n’a pas de patients, mais des pratiquants, c’est extrêmement gênant de recenser ces informations ». Dans le même temps, un enseignant en APA-S affirme que « c’est assez simple, on nous demande juste quelques mesures de base, c’est très traditionnel ». Les normes en vigueur ne sont absolument pas les mêmes selon la formation d’origine et l’arrivée du basket-santé nécessiterait pour les clubs d’intégrer des dimensions sanitaires très distantes de leur cadre de représentations. Le fait de devoir labelliser la pratique est perçu comme une contrainte administrative supplémentaire, voire comme un contrôle fédéral sur l’activité du club. Un entraîneur « animateur » relate : « mes entrainements classiques, je les fais comme je veux. Là il faut rendre des comptes en permanence ». Pour les entraineurs, le modèle du sport-santé est contraire au modèle compétitif dans lequel ils évoluent : il faut passer de la progression technique et collective à l’accompagnement d’une personne présentant des fragilités. La posture, la relation aux pratiquants et le mode d’intervention doivent être radicalement différents, ce qui rebute la plupart des entraîneurs diplômés ayant une formation de préparation à la compétition.

Mise en place du « sport-santé » et enjeux de pouvoirs

15En réponse à la question posée lors d’une réunion à un dirigeant du CNOSF sur ce potentiel manque d’envie des acteurs du mouvement sportif, celui-ci répond : « Mais ils n’auront pas le choix, de toute façon soit ils feront du sport-santé soit… soit ils disparaitront, mais ils le feront parce qu’ils en sont conscients, y aura de moins en moins de pratiquants traditionnels avec l’essor des pratiques en dehors des fédérations ». C’est également ce qu’explique publiquement le président de la FFBB en s’adressant aux dirigeants de ligues régionales : « Jamais on ne vous obligera à mettre en place du basket citoyen, du basket-santé […]. Mais si par contre, dans quelques années, vos clubs sont en difficulté, faudra pas dire qu’on vous a pas prévenus ». Les clubs qui n’auraient pas trouvé les possibilités de compter sur des ressources propres ou alternatives suffisantes seraient ainsi aujourd’hui contraints de mettre en place des activités de santé pour pérenniser le basket fédéral. La conjoncture socio-économique imposerait selon les dirigeants d’intégrer de nouvelles pratiques, avant tout pour que la pratique traditionnelle perdure, ce qui suscite des résistances. Un président de club affirme, agacé : « Si on m’impose ça j’arrêterai. Vous pouvez me convaincre comme vous voulez, c’est pas ça qui me fait vibrer et je vais pas y consacrer du temps ». Un salarié de la FFBB répond quant à lui que cette mise en place est « nécessaire » et que l’ensemble du mouvement sportif, face aux mêmes difficultés structurelles, instaure depuis 2014 des activités de « sport-santé ». C’est aussi ce qui explique la rapidité avec laquelle la FFBB a développé le basket-santé : il fallait que l’activité soit en place avant les initiatives des autres fédérations pour répondre aux appels à projets et aux conventions d’objectifs des différents ministères et agences d’État et dès lors obtenir des subventions publiques plus conséquentes.

16L’enjeu est donc tout autant celui des concurrences entre fédérations, qui malgré des coopérations régulières veulent une position hégémonique dans le mouvement sportif, que celui du CNOSF qui envisage pour le mouvement sportif une position hégémonique dans le champ du sport-santé. Les logiques d’action sont imbriquées et, bien qu’ayant reçu une commande par le haut, la FFBB a trouvé dans le « sport-santé » des intérêts propres qu’elle tente de développer, dans un environnement très concurrentiel où les acteurs sont multiples et ont des intérêts divers, allant pour cela contre l’envie ou sans l’accord d’une grande partie des licenciés.

17Les activités physiques à visée de soin ou de santé accentuent à ce titre les scissions observées par Emmanuel Bayle entre les dirigeants nationaux et les clubs locaux dans la gouvernance du sport français (Bayle, 2010). Mises en place dans un contexte de croissance exponentielle des pathologies associées à la sédentarité, d’une action publique sanitaire renforcée et d’un contexte socio-économique sportif en déclin, elles amènent le mouvement fédéral à se reconfigurer. William Gasparini et Sandrine Knobé relèvent à ce titre que « de nombreuses structures associatives convertissent leur offre d’activités sportives en proposant un recyclage de dispositifs précédents centrés sur l’intégration sociale » (Gasparini & Knobé, 2015). Le « sport-santé » prendrait ainsi la relève des dispositifs municipaux du sport social en vigueur depuis la fin des années 1980, les municipalités ayant misé sur le « socio-sport » comme outil de cohésion sociale dans les quartiers populaires (Gasparini, 2008). Le « basket en liberté » par exemple, qui était voué à attirer dans le giron de la FFBB des pratiquants éloignés du cadre fédéral (Vieille Marchiset, 2003), s’est effacé progressivement au profit du basket-santé dans la politique fédérale. De même, ce programme, destiné à tous les publics sans distinction d’âge, de niveau ou de qualités athlétiques, poursuit la démarche d’inclusion instaurée depuis la fin des années 1990 dans les fédérations délégataires à partir du handicap (Bouttet, 2016).

Conclusion

18Après trois ans d’existence, on observe que les clubs n’accueillent que très peu de personnes en ALD, parce qu’ils « sen[tent] qu’il y a un risque » : rares sont ceux qui vont aussi loin que ce que propose la fédération pour les patients les plus fragiles. Ce sont plutôt des gens sans pathologie spécifique ou d’anciens basketteurs, qui gravitent autour du club, qui viennent pratiquer : des parents, qui cherchent un espace pendant que leurs enfants s’entrainent, ou des anciens, qui se retrouvent pour pratiquer à nouveau. Des partenariats émergent par contre, par exemple avec la CAMI Sport & Cancer, dans certains comités départementaux, avec des réseaux de santé ou avec des EHPAD, pour développer l’activité auprès de publics vulnérables en dehors des clubs. Des partenariats avec les filières APA-S des UFR STAPS voient également le jour et permettent la mise à disposition d’étudiants qualifiés pour organiser la pratique sur le territoire et encadrer les publics les plus fragiles.

19De surcroît, la mise en place du basket-santé en entreprise et les liens noués avec des mutuelles permettent pour la première fois d’envisager que le basket se développe et vive sur des fonds privés. Il s’agit bien, à travers cette recherche mercantile, non d’enrichir la fédération, mais de pérenniser l’avenir de la pratique traditionnelle en adaptant l’offre à l’environnement sociodémographique et aux commandes internes au mouvement sportif. En revanche, le dispositif légal de prescription d’activité physique en place depuis le 1er mars 2017 fonctionne peu pour l’instant, notamment parce que les médecins ne sont pas formés à prescrire. De même, la prise en charge financière des prescriptions d’activité physique par la sécurité sociale n’a pas été adoptée, freinant dès lors l’engagement des clubs qui voyaient dans cette potentielle manne publique un moyen de développement économique pérenne.

20L’exemple de la FFBB nous permet à ce titre de comprendre comment le « sport-santé » devient une opportunité pour créer de nouveaux leviers de financement : il ne s’agit plus seulement d’un objectif de santé publique, mais également d’un outil de vente. On constate cependant que cette pratique entre en conflit avec la pratique traditionnelle en tentant d’imposer de nouveaux mécanismes normatifs aux acteurs en place, qui deviendraient des relais locaux pour les messages de santé publique. Plus encore, ils seraient des prestataires de service dans la lutte contre la sédentarité en prenant en charge les patients en ALD et en faisant du club un opérateur privilégié de la santé. Ces injonctions normatives entraînent des résistances, notamment parce que les représentations qu’elles sous-tendent sont contraires au modèle et aux formations historiquement en place dans le mouvement sportif délégataire. À ce titre, la transition du sport de compétition unique vers le « sport-santé » est visible dans les programmes et les politiques fédérales, mais tarde à se mettre en place concrètement dans les clubs, se heurtant aux envies et aux besoins d’une large partie des dirigeants locaux d’une part, au système de normes en place surtout.

Haut de page

Bibliographie

Alam T., Gurruchaga M. & J. O’Miel (2012), « Science de la science de l’État  : la perturbation du chercheur embarqué comme impensé épistémologique », Sociétés contemporaines, vol. 87,n° 3, pp. 155-187 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-societes-contemporaines-2012-3-page-155.htm#

Bayle E. (2010), « La gouvernance des fédérations d’associations chargées d’une mission de service public  : le cas des fédérations sportives françaises », Politiques & Management Public, vol. 27, n° 1, pp. 121-142 [En ligne] https://journals.openedition.org/pmp/1992

Beaud S. & F. Weber (2017), Guide de l’enquête de terrain : produire et analyser des données ethnographiques, Paris, Éditions La Découverte.

Bourdieu P. (1979), La Distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu P. (2001), Science de la science et réflexivité : cours du Collège de France, 2000-2001, Paris, Éditions Raisons d’agir.

Bouttet F. (2016), « Inclusion as a Norm. Multi-scalar Influences on the Recognition of People with Disabilities in French National Sports Organizations », Loisir et Société/Society and Leisure, vol. 39, n° 2, pp. 274289.

Callède J.-P. (2015), « Les politiques du sport et leurs métamorphoses », Informations sociales, n° 187, 1, p. 14.

Cefaï D. (dir.) (2010), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Chaix P. & S. Chavinier-Réla (2015), « Évolution de la demande sociale de sport et remise en cause de la compétition », Reflets et perspectives de la vie économique, vol. LIV, n° 3, p. 85.

Davis J. C., Verhagen E., Bryan S., Liu-Ambrose T., Borland J., Buchner D., Hendriks M. R., Weiler R., Morrow J. R., Mechelen W. van, Blair S. N., Pratt M., Windt J., Tunaiji H. al-, Macri E., Khan K. M. & The EPIC Group (2014), « 2014 Consensus Statement from the first Economics of Physical Inactivity Consensus (EPIC) Conference (Vancouver) », British Journal of Sports Medicine, vol. 48, ,° 12, pp. 947-951.

Ding D., Lawson K. D., Kolbe-Alexander T. L., Finkelstein E. A., Katzmarzyk P. T., Mechelen W. van & M. Pratt (2016), « The Economic Burden of Physical Inactivity: A Global Analysis of Major Non-communicable Diseases », The Lancet, vol. 388, n° 10051, pp. 13111324.

Fassin D. (2000), « Entre politiques du vivant et politiques de la vie. Pour une anthropologie de la santé », Anthropologie et Sociétés, vol. 24, n° 1, p. 95.

Favret-Saada J. (1994), Les Mots, la mort, les sorts, Paris, Éditions Gallimard.

Gasparini W., 2008, « L’intégration par le sport. Genèse politique d’une croyance collective », Sociétés contemporaines, 69, 1, p. 7.

Gasparini W. & S. Knobé (2015), « Sport sur ordonnance  : l’expérience strasbourgeoise sous l’œil des sociologues », Informations sociales, n° 187, pp. 47-53.

Gasparini W. & G. Vieille Marchiset (2008), Le Sport dans les quartiers : pratiques sociales et politiques publiques, Paris, Presses universitaires de France.

Honta M. (2016), « The State and Management of Partnership Arrangements in France: An Analysis of the Implementation of the "Sport, Health and Well-being" Plan », International Journal of Sport Policy and Politics, vol. 8, n° 4, pp. 577591.

Honta M. & N. Haschar-Noé (2011), « Les politiques préventives de santé publique à l’épreuve de la territorialisation  : l’introuvable gouvernance régionale du Programme national nutrition santé en Aquitaine », Sciences sociales et santé, vol. 29, n° 4, p. 33.

Lassiter L. E. (2000), « Authoritative Texts, Collaborative Ethnography, and Native American Studies », American Indian Quarterly, vol. 24, n° 4, pp. 601-614.

Marsault C. (2016), « "Sport sur ordonnance ", une mise à distance de la médecine  : le dispositif strasbourgeois vu par ses éducateurs », Santé Publique, S1, HS, p. 163.

Moralès Y., Saint-Martin J., Travaillot Y. & P.-A. Lebecq (2006), « Gymnastique volontaire et pratiques d’entretien physique : fragments d’histoire culturelle d’une fédération sportive française (1970–1985) », Modern & Contemporary France, vol. 14, n° 4, pp. 481-497.

Morales Y., Saint-Martin J., Travaillot Y. & P.-A. Lebecq (2018), « Les Fédérations sportives face aux défis du vieillissement (FFEPGV : 1990-2017) », Gérontologie et société, vol. 40, n° 2, p. 51.

Perrin C. (2016), « Construction du territoire professionnel de l’enseignant en Activité Physique Adaptée dans le monde médical », Santé Publique, S1, HS, p. 141.

Pierre J. & S. Diagana (2015), Le Sport en entreprise : enjeux de sociétés, Paris, Éditions Economica.

Radel A. (2012), 50 ans de campagnes d’éducation pour la santé : l’exemple de la lutte contre la sédentarité et de la promotion des modes de vie actifs (1960-2010), Thèse de 3ème cycle de sociologie, université Toulouse 3.

Soule B. (2007), « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales », Recherches Qualitatives, vol. 27, n° 1, pp. 127‑140.

Toussaint J.-F. (2008), « Retrouver sa liberté de mouvement - PNAPS : plan national de prévention par l’activité physique et sportive », Rapport d’expertise, Paris, France.

Vielle Marchiset G. (2003), Sports de rue et pouvoirs sportifs : conflits et changements dans l’espace local, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises.

Haut de page

Notes

1 Selon le Ministère des Sports (2014), le sport-santé recouvre « la pratique d’activités physiques ou sportives qui contribuent au bien-être et à la santé du pratiquant conformément à la définition de la santé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) : physique, psychologique et sociale » (disponible à l’URL http://www.sports.gouv.fr/pratiques-sportives/sante-bien-etre/Le-Pole-Ressources-national-Sport-et-Sante-11176/article/Pourquoi-promouvoir-la-sante-par-le-sport).

2 C’est-à-dire en charge d’une mission de service public pour s’occuper exclusivement d’une activité sportive spécifique sur le territoire français.

3 Lors de l’assemblée générale du 28 avril 2011.

4 http://franceolympique.com/art/1422

5 Notons que pour ce niveau de pratique, la présence d’un professionnel de santé ou d’un enseignant en APA-S issu de la filière STAPS est obligatoire.

6 Comme l’explique ce dirigeant, plusieurs assurances complémentaires santé prennent en charge partiellement les coûts de l’activité physique, étant entendu qu’un patient en ALD (Affection de longue durée) pratiquant une activité physique régulière dépenserait 350 euros de moins par an en frais médicaux et serait absent entre trois et six jours de moins au travail par an (Davis et al., 2014 ; Ding et al., 2016).

7 CNDS, Note n° 2014-DEFIDEC-01, 16 janvier 2014, p. 2

8 Ce processus est d’ailleurs largement encouragé par le CNOSF, pour qui la diversification de l’offre de pratique doit être un levier important de la stabilisation des emplois. Voir notamment : https://crdla-sport.franceolympique.com/cnar/leviers/files/Leviers_de_developpement_associations_sportives_def.pdf

9 Sciences et techniques des activités physiques et sportives.

10 Indice de masse corporelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Perrier, « Reconfigurations du mouvement sportif français face aux injonctions normatives du « sport-santé ». Le cas du « basket santé » »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 02 février 2021, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/15701 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.15701

Haut de page

Auteur

Clément Perrier

L-VIS – Université Lyon 1 – Sciences Po Grenoble (France) - clement.perrier@iepg.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search