Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2021L'activité physique comme objet d...Des arbitrages éthiques face aux ...

2021
L'activité physique comme objet de santé publique

Des arbitrages éthiques face aux injonctions à la pratique physique parmi des familles populaires dans des quartiers pauvres en Europe

Ethical trade-offs in the face of physical practice injunctions among working-class families in poor neighborhoods in Europe
Sandrine Knobé, Gilles Vieille Marchiset, Monica Aceti et Elke Grimminger-Seidensticker

Résumés

Dans un contexte de lutte contre l’obésité, chaque individu est appelé à s’engager dans un style de vie sain. Notre recherche (www.apsapa.eu) s’est appliquée à comprendre les modes d’appropriation de ces injonctions normatives dans les milieux populaires urbains en Europe. À partir d’une comparaison de quatre programmes nationaux de promotion de la santé (France, Allemagne, Suisse, Italie), des entretiens collectifs avec des enfants (n=167) et des entretiens avec des parents (n=35) de six quartiers reconnus comme pauvres ont été effectués, puis traités par le logiciel MAXQDA. Dans cette contribution, nous présentons quatre « figures de mères » idéales-typiques mises en évidence par l’analyse et précisons les arbitrages éthiques réalisés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Attestés par de nombreuses données épidémiologiques, les bénéfices pour la santé d’une pratique régulière d’activité physique à intensité modérée sont incontestables (INSERM, 2008 ; Lee et al., 2012). La forte prévalence du surpoids et de l’obésité – qualifiée « d’épidémie » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS, 2004, 2006, 2013) – renforce le rôle central accordé à l’activité physique. Or, cette prévalence concerne inégalement l’ensemble de la population et la littérature épidémiologique et sociologique montre un lien fort entre obésité et précarité. La prévalence de l’obésité est d’autant plus élevée que le statut socio-économique est faible (Saint Pol, 2010 ; Pisarick et al., 2017), surtout pour les femmes. Chez les hommes cette prévalence apparait « bimodale » (Poulain, 2009), c’est-à-dire forte en bas, surtout lorsqu’il s’agit d’obésité sévère, mais aussi en haut de l'échelle sociale où l’obésité est valorisée en lien avec une position économique élevée. Quelques travaux ont également porté sur les transmissions familiales dans les classes moyennes ou aisées (Mennesson et al., 2016), ainsi que dans les milieux populaires (Vieille Marchiset & Gasparini, 2010). Mais contrairement aux études sur l'alimentation (Poulain, 2009 ; Régnier & Masullo, 2009), les usages socialement différenciés des pratiques physiques et sportives en lien avec la santé ont peu été développés en France depuis l'article pionnier de Luc Boltanski (1971) ou les travaux plus récents mettant en regard pratiques sportives et représentations et connaissances sur la santé (Perrin et al., 2002).

  • 1 Geneviève Cresson désigne par cette expression le travail fait à la maison au quotidien pour mainte (...)
  • 2 Le santéisme (healthism) se réfère à une médicalisation de la vie, associée à la responsabilisation (...)

2Les politiques publiques de santé diffusent dans l’espace public des messages de prévention en vue de lutter contre la sédentarité (Peretti-Watel & Moatti, 2009 ; Aceti & Vieille Marchiset, 2014) et les maladies chroniques associées, tout en déléguant aux familles la responsabilité du soin domestique de santé 1 (Cresson, 1998). L’incitation à la pratique d’activité physique cherche ainsi à prévenir certains risques sanitaires et plus largement à engager les individus dans des pratiques régulières d’entretien de soi en les responsabilisant vis-à-vis de leur bien-être et de leur santé (Quéval, 2008). Cette injonction à l’activité physique au nom de la santé renvoie à des mécanismes normatifs (Canguilhem, 1966). Des normes santéistes 2 sont diffusées par le biais des institutions et de leurs acteurs – notamment par l’intermédiaire de programmes ou d’actions de prévention spécifiques. Ces dispositifs contribuent à des formes d’entreprises de gouvernement des corps (Fassin & Memmi, 2004 ; Génolini & Clément, 2010 ; Rail, 2012) en valorisant l’image d’un corps uniforme (Guenter, 2012) où le gras est stigmatisé (Vigarello, 2010). Ces démarches de prévention se confrontent à celles des usagers, notamment les plus vulnérables (Vieille Marchiset et al., 2014). Des tensions peuvent exister entre injonctions normatives et pratiques effectives avec des adaptations ou des compromis entre des conduites présentées comme conformes aux principes de prévention sanitaire et des pratiques des milieux populaires (comme l’appétence pour une nourriture plus calorique perçue comme nécessaire à l’engagement corporel demandé par les activités de travail par exemple). En termes d’activité physique, des compromis s’observent dans le choix des pratiques par exemple – c’est le cas de la marche pour les mères de classes populaires – qui ne contrevient pas à leur rôle de « bonne mère », à l’inverse des pratiques de restriction alimentaire préconisées dans un souci de contrôle du poids (Martin-Criado, 2015). Ces mères mobilisent des ressources relationnelles et informationnelles propres dans un système de contraintes à la fois environnementales et culturelles. Elles tentent de s’adapter en fonction de leurs propres dispositions pour faire face à ces nouvelles normes santéistes. Notre ambition ici est d’apporter des éléments d’analyse relatifs à ces dynamiques d’individus aux prises avec des dispositifs de normalisation corporelle, en interrogeant les modèles de mise en mouvement des corps (Vieille Marchiset, 2019). Nous présentons dans un premier temps notre questionnement de recherche ainsi que la méthodologie de recueil des données empiriques, puis les résultats d'analyse par typologie idéale-typique qui permettent de discuter des modalités d’arbitrages éducatifs et éthiques identifiées chez les mères de famille notamment.

Les familles populaires face aux injonctions normatives en matière de santé

3Les études montrent que la probabilité qu’un enfant obèse le reste à l’adolescence est d’environ 55 % et que 70 % des adolescents obèses le sont encore passé l’âge de 30 ans (Simmonds et al., 2016). L'obésité infantile est, comme déjà mentionnée, plus forte dans les groupes sociaux défavorisés (Poulain, 2009 ; DREES & Santé publique France, 2017). Les principales causes de l'augmentation de l'obésité infantile sont attribuées à un changement de régime alimentaire avec une consommation accrue d'aliments énergétiques riches en graisses et en sucres, mais pauvres en vitamines, minéraux et autres micronutriments sains, ainsi qu'à une tendance à la diminution de l'activité physique avec moins de 50 % des enfants de 9 à 16 ans qui pratiquent les 60 minutes d'activités physiques quotidiennes préconisées par les autorités sanitaires (Deguilhem & Juanico, 2016 ; ONAPS, 2016 ; Esen, 2017). Les parents sont alors encouragés par les discours de prévention de l'obésité ou des actions de promotion de la santé à considérer la surcharge pondérale de leur enfant comme un « problème » face auquel l’activité physique est vivement conseillée. Au cours de l’enfance, la famille joue un rôle important d’accompagnement ou d’incitation aux différentes pratiques de loisirs (Octobre & Jauneau, 2008). En matière d’activité physique, l’influence des parents semble s’accentuer lorsqu’ils connaissent les recommandations de santé publique et les potentiels bienfaits de l’activité physique et qu’ils soutiennent leurs enfants dans leur activité (Trost et al., 2013). Dans ce cas, la relation parent-enfant pourrait encourager des stratégies de prévention primaire ou secondaire de lutte contre le surpoids et l’obésité infantile ciblant la famille dans son ensemble, c’est-à-dire en agissant aussi bien sur l’enfant que sur ses parents (Skouteris, 2012). Mais ces études ne s’intéressent pas spécifiquement aux milieux populaires et ne prennent que peu en compte les différenciations sociales.

4Or les recommandations de santé publique sont en décalage avec les usages sociaux et les représentations tant du corps que de l’activité physique ou du sport des familles populaires, introduisant l’idée d’un écart entre les normes corporelles légitimes et les pratiques effectives. Comme cela a été fait pour la lutte contre la consommation de tabac, il est nécessaire d’analyser les logiques sociales des pratiques que les campagnes de prévention sanitaire occultent généralement (Constance & Peretti-Watel, 2010). Cette confrontation de normes corporelles amène les familles populaires à effectuer des « arbitrages éthiques » (Massé, 2003) face aux dispositifs normatifs de promotion de la santé par les activités physiques. Autrement dit, les normes défendues sont reliées à des considérations éthiques, à savoir « le lieu (l’espace) d’une discussion critique, et d’un arbitrage entre des principes (ou valeurs) pouvant être invoqués pour justifier telle ou telle conduite en matière de santé » (Ibid, p. 15).

5Contre l’idée d’un homo medicus (Pinell, 1992 ; Peretti-Watel & Moatti, 2009) – c’est-à-dire un individu exemplaire qui respecterait de manière rationnelle et précise les prescriptions médico-sanitaires et sportives – notre étude cherche à questionner la réception sociale de ces normes de santé publique. Au regard des recommandations véhiculées dans les programmes nationaux, sachant que diverses déclinaisons locales s'y ajoutent, comment réagissent les familles que nous avons rencontrées ? Tiennent-elles compte des recommandations dans leurs pratiques quotidiennes ? Cherchent-elles à se conformer aux conseils salutaires de santé ? S'en éloignent-elles ? Notre recherche tente d’appréhender les différentes modalités d’arbitrage des dilemmes existant entre d’un côté des recommandations de santé publique et de l’autre, les pratiques physiques quotidiennes, mais aussi les normes de santé défendues par les parents.

Méthode

  • 3 Ce sont surtout des mères, plus disponibles et plus souvent en charge des questions relatives à la (...)
  • 4 En Italie, nous n’avons recueilli qu’un entretien collectif avec les parents et n’avons pas pu cons (...)

6Dans le cadre d’un programme de recherche international et comparatif (http://www.apsapa.eu/​), nous avons analysé les critères normatifs des programmes nationaux de promotion de l’activité physique (Aceti & Vieille Marchiset, 2014) puis questionné les discours, les représentations et les pratiques mises en œuvre par des familles de quartiers pauvres. Les données empiriques (cf. tableau 1) ont été recueillies dans quatre pays européens (Allemagne, France, Italie et Suisse) et analysées par des outils de standardisation permettant un comparatisme réflexif (Aceti et al., 2016) : des entretiens collectifs avec des enfants (N=167) croisés avec des entretiens de parents 3 (N=35). Ces données ont été analysées via le logiciel MAXQDA, qui permet de réunir, visualiser et analyser les matériaux par un codage thématique. Le partage des données a permis un travail d’élaboration collective des codes d’analyse. Initialement, ces entretiens ont été retranscrits dans la langue maternelle des interviewées (français, italien ou allemand) pour favoriser la sensitivity (Strauss & Corbin, 2004) dans les interprétations. Par la suite, ils ont fait l’objet d’une synthèse analytique dans le cadre de portraits relationnels 4 rédigés en français afin de partager, dans une langue commune, la pluralité des apports disciplinaires des membres de l’équipe de recherche. Dans le cadre d’une sociologie compréhensive, l’analyse présentée ici se focalise sur les entretiens effectués auprès des mères de famille.

Tableau 1 : Synthèse du recueil des données empiriques

Terrains

enfants

parents

F : Strasbourg

53

8

I : Naples

35

7

CH : Sion

37

9

CH : Fribourg

17

4

D : Freiburg im Breisgau

15

4

D : Bielefeld

10

3

Total

167

35


F : France ; I : Italie ; CH : Suisse ; D : Allemagne

Des dispositifs normatifs aux arbitrages éthiques

  • 5 Cette analyse a été réalisée avec les programmes nationaux développés dans chacun des pays au coura (...)

7Nous avons opté en premier lieu pour une focale « par le haut » en procédant à l’analyse 5 des discours et des images de programmes nationaux de promotion de la santé par les activités physiques, en France (Manger-bouger), en Italie (Guadagnare Salute), en Suisse (Poids corporel sain) et en Allemagne (In Form), afin de mettre à jour des points communs, des convergences et des spécificités nationales (cf. tableau 2). Ces programmes visent notamment l’intériorisation durable de comportements corporels qualifiés de bénéfiques pour la santé, comme a pu le montrer Antoine Radel pour la France (Radel, 2012). L’individu est appelé à être de plus en plus responsable de sa propre santé, tout en étant attentif à son environnement social.

Tableau 2 : Quatre programmes nationaux de promotion de la santé par les activités physiques

En 2013

France

Allemagne

Italie

Suisse

Thématique prioritaire

Alimentation et santé globale

Sport

Prévention des pathologies chroniques et surtout de l’obésité

Diététique et prévention de l’obésité

Place du sport

Secondaire

Prépondérant

Indirecte

Non

Rôle de l’AP quotidienne

Prépondérant

Secondaire

Prépondérant

Prépondérant

Intensité de pratique déterminée

Oui

Oui avec recommandations médicales et rationalisation

Modérée

Non déterminée

Ciblage des populations

Peu

Famille

Intergénérationnel

Enfants en surpoids

  • 6 Les mères rencontrées en Italie résidaient dans un quartier très particulier à la périphérie de Nap (...)

8Notre analyse porte ici plus spécifiquement sur la réception des principes normatifs véhiculés par des programmes nationaux, mais aussi déclinés localement dans le cadre d’actions spécifiques. Ainsi, c’est via les discours des mères que nous avons interrogé les rapports à la pratique d’activité physique dans une optique de santé. Plusieurs figures idéales-typiques au sens de Max Weber (1965) ont été identifiées (cf. tableau 3), en centrant l’analyse sur les conflits de valeurs (Massé, 2001) – notamment entre normes institutionnelles véhiculées dans les recommandations de santé publique et normes culturelles et familiales. La typologie proposée ci-après permet ainsi de décrire des processus d’arbitrage entre attentions à soi et aux autres en fonction des contraintes du travail domestique de santé et des ressources vécues au quotidien dans ces familles. La focale est mise sur l’individu qui, dans son contexte familial de vie, est amené à opérer des décisions ou à privilégier des pratiques en fonction d’un ensemble de ressources personnelles, culturelles ou relationnelles et de contraintes plus ou moins fortes dans la gestion de ses activités au quotidien. La dimension normative engendrée par la diffusion de recommandations sanitaires nous conduit à insister sur le caractère éthique des compromis adoptés. La typologie a été construite à partir des 23 entretiens menés avec des parents en France (F), Allemagne (D) et Suisse (CH). L’entretien collectif réalisé en Italie 6 ne répondait pas à des critères comparatifs et n'a pas pu être pris en compte dans les typologies. Également, six entretiens effectués avec des mères de statut professionnel de classe moyenne et même aisée ont été extraits de l’échantillon pour l’analyse.

Tableau 3 : Synthèse des figures idéales-typiques mises en évidence

Figures idéales-typiques

Nombre de personnes

Rapport à l’activité physique

Mères impliquées, mais ambivalentes

5
(4-CH ; 1-F)

Ambivalence entre plaisir et contrainte

Mères dévouées au rôle domestique

5
(2-CH ; 2-F ; 1-D)

Nécessité pour la santé, surtout pour les enfants

Mères actives sous contraintes

3
(2-F ; 1-CH)

Obligation dans un cadre médical/thérapeutique

Mères débordées en manque de ressources

4
(D)

Absence de pratique personnelle et accompagnement des enfants

9Les quatre figures idéales-typiques mises en évidence différencient les mères selon la manière dont elles articulent, au quotidien, leurs compétences en santé, leurs rôles domestiques et leurs pratiques effectives. Les mères sont amenées continuellement à effectuer des arbitrages dans leurs propres pratiques tout autant que dans leurs postures éducatives à l’égard de leurs enfants, dont une des principales tensions sous-jacentes est celle repérable au sens large entre attention à soi ou aux autres.

  • 7 Les noms ont été changés par souci d’anonymat.

10Les « mères impliquées, mais ambivalentes » expriment par exemple leur souhait de tenir compte des recommandations de santé, tout en faisant part de leur ambivalence dans l'application des « bonnes pratiques ». Mme Mendez 7, aide-soignante âgée de 33 ans, d’origine portugaise et résidant en Suisse, se présente comme une mère de très « bonne volonté ». Elle évoque ses activités de loisirs plutôt ouvertes sur l’extérieur, mais souligne aussi ses difficultés à transformer son « corps-outil » – qu’elle perçoit comme un instrument dont il est nécessaire de préserver la santé i.e. la forme, mais également les formes en veillant à éviter une surcharge pondérale – et à transmettre les bonnes pratiques à sa fille ou dans sa famille. Elle déclare pourtant des pratiques de loisir et d’activité physique de santé qui se rapprochent des milieux favorisés (fitness, ski, marche en montagne, piscine). Elle explique aller au fitness pour contrer sa tendance « naturelle » : « parce que, comme j’ai une facilité à prendre du poids, je pourrais pas me permettre de pas en faire » et « donc c’est vrai que, en plus de ça, si j’aurais rien fait, je pense que je serais le triple, je pense, donc c’est vraiment une obligation. Déjà j’ai du plaisir à y aller, mais je sais parfaitement que même que j’aurais pas plaisir, je devrais toute façon y aller ». Dans la salle où elle pratique le fitness, elle utilise « plutôt les machines. Je fais du vélo, je fais du, du… parce qu’en fait, ça m’oblige. Une fois que j’y suis, je suis obligée de travailler. Tandis que si je me dis ici, voilà je vais prendre le vélo, je vais donner la priorité à d’autres choses » par exemple le jour de l’entretien où elle ne se rendra pas au fitness, car elle avait « aussi la lessive, toutes ces choses pour qu’après, la semaine, j’arrive à suivre le rythme normal ». Une forme d’ambivalence est clairement exprimée entre contrainte et plaisir. D’ailleurs, Mme Mendez emploiera dix-sept fois le mot « plaisir » au cours de l’entretien, terme qui s’oppose ici au cadre disciplinaire de la salle de fitness où il s’agit de « travailler » et de faire des efforts pour son corps et sa santé. La référence au plaisir apparaît dès lors comme une valeur fondamentale pour elle, mais très ambivalente, car souvent reliée aux contraintes, à une « obligation » et, de manière implicite, à un devoir de santé. L'arbitrage éthique est tendu entre des perceptions hédonistes et le travail ascétique qu'implique la discipline de la forme.

11Une deuxième figure idéale-typique concerne les « mères dévouées au rôle domestique » qui font également preuve de bonnes connaissances en matière de santé et consacrent l’essentiel de leurs activités à leurs enfants et à la gestion de la vie quotidienne pour l’ensemble de la famille. Contrairement à la figure précédente, l’activité physique n’est perçue ni comme une contrainte, ni comme une obligation personnelle, mais comme un élément clé de la santé des enfants. C’est le cas de Mme Berrami qui vit seule avec ses cinq enfants et ne travaille plus depuis quinze ans. Son emploi du temps est parfaitement rythmé par les activités des enfants. Lorsqu’ils sont à l’école, elle fait de l’aquagym, une fois par semaine, dans une piscine au centre-ville de Strasbourg dont l’accès est facilité par une connaissance qui y travaille. Elle marche aussi régulièrement, notamment pour se rendre à l’école. Elle ne semble pas mettre en lien ses activités physiques avec de quelconques effets ou bénéfices pour sa santé, ce qu’elle fait davantage lorsqu’il est question de ses enfants : « pour mes enfants, franchement, pour qu’ils soient en forme, faut qu’ils fassent du sport ! ». Selon elle, il est important qu’ils pratiquent des activités physiques et qu’ils aient une bonne hygiène de vie, mais surtout une alimentation équilibrée telle que prônée par les campagnes de prévention. Ses enfants pratiquent tous au minimum les activités sportives extra-scolaires proposées par la ville, ses fils pratiquant en plus du football en club. Elle va à la piscine avec ses filles durant les entraînements de football (une fois par semaine). Elle emmène régulièrement ses enfants dans des parcs de la ville, mais hors de son quartier d’habitation qu’elle juge néfaste pour la santé de ses enfants et qu’elle souhaiterait quitter : « mais franchement dit, je laisserais pas mes enfants jouer tous seuls ici ! Franchement ! Avec les scooters, les motos et les voitures ! Ça fait peur ! ». Ces « mères dévouées au rôle domestique » parviennent à consacrer du temps à des activités personnelles (par exemple des activités physiques de loisir), mais expriment leur volonté de s’occuper prioritairement de leurs enfants et de veiller à leur « bonne » santé en les incitant par exemple à pratiquer des activités physiques ou sportives. Les attentions à soi et aux autres s’équilibrent sans évocation de difficultés particulières.

12Les « mères actives sous contraintes », autre figure idéale-typique, énoncent quant à elles les exigences d’une gestion du quotidien structurée par leur maladie ou celle d’un membre de la famille. L’activité physique est ainsi prescrite ou recommandée par le milieu médical dans une optique thérapeutique et apparait comme une contrainte. Mme Bessim, 41 ans, par exemple, souffre d’une maladie (dont elle ne donne que peu de détails), mais qui l’oblige à se rendre régulièrement chez son médecin traitant et l’incite à marcher quotidiennement, ce qu’elle dit faire par obligation : « j’ai pas le choix. Si j’ai le choix, je fais pas ». Elle associe la bonne santé à l’absence de maladie et considère que pour ses enfants il est important de faire des activités physiques, mais également d’être attentif à leur alimentation en veillant notamment à respecter les conseils nutritionnels des programmes de prévention : « si ils mangent bien, si ils ont les activités, si ils dorment à l’heure, alors ils sont en forme » et « si on bouge… on mange équilibré… on mange des légumes… on mange pas n’importe quoi, les conneries… on peut améliorer un peu pour la santé ». Ses quatre enfants pratiquent du football en club et vont régulièrement à la piscine. La santé constitue un enjeu important pour ces mères du fait des conséquences de pathologies avérées qui nécessitent des aménagements ou des attentions particulières pour elles-mêmes ou les membres de leur famille. La pratique d’activité physique est vécue pour ces mères comme une obligation indiquée pour prévenir les effets délétères de pathologies actuelles ou à venir, car « si [les enfants] ne sont pas malades, ils sont en forme ».

13Une dernière figure idéale-typique concerne les « mères débordées en manque de ressources ». Ces dernières déclarent être continuellement en difficulté dans la gestion des multiples contraintes du quotidien entre le travail, les enfants, les responsabilités familiales et la gestion des affaires domestiques. Leur manque de ressources tant au niveau temporel que financier, mais aussi en termes relationnels constitue de véritables obstacles à une pratique physique personnelle. Elles se « sacrifient » pour que leurs enfants puissent pratiquer des activités sportives régulièrement. Mme Jung par exemple, 42 ans, veuve et résidant en Allemagne, a peu de temps en semaine pour s’occuper de sa fille de 9 ans qui reste aux devoirs surveillés après l’école. Elle travaille en tant qu’employée commerciale et son discours laisse entendre une fatigue et un sentiment de mauvaise conscience. Financièrement, elle dépend de l’aide de ses parents avec qui la relation est difficile. Son discours sur la santé est quelque peu élémentaire et superficiel. Si Mme Jung tente de faire de son mieux, les barrières financières et temporelles au quotidien la contraignent fortement, l’amenant à culpabiliser dans son rôle de mère : « étant mère monoparentale, tu as principalement une mauvaise conscience que tu ne t´occupes pas assez, que tu ne fais pas assez, aussi à l´école que tu ne t´investis pas assez. Mais je ne peux pas être partout ». Ces mères se préoccupent de la santé de leurs enfants, mais sont épuisées (par leur activité professionnelle et leur travail domestique et éducatif) et estiment manquer de temps pour mener à bien l’ensemble de leurs tâches.

14L’ensemble des figures idéales-typiques montre que la réception des injonctions normatives concernant les activités physiques procède d’une constante négociation chez les individus entre les contraintes et les ressources propres qui les caractérisent, mais aussi entre des normes « légitimes » et celles de leur milieu social. Différentes normativités coexistent souvent, s’opposent parfois et incitent les individus à effectuer des arbitrages éthiques (Massé, 2003), à gérer des dilemmes forts entre les recommandations de santé, les besoins de loisirs, les impératifs scolaires, les principes familiaux, les valeurs de solidarité ou encore la pression temporelle. Ces tensions morales peuvent conduire à des formes de culpabilisation, plus particulièrement lorsque la conciliation entre les recommandations et les pratiques effectives s’avère difficile, voire impossible dans certaines situations. Les arbitrages s’effectuent en fonction des marges de manœuvre dont disposent les individus dans leurs situations propres, mais également en fonction de leurs dispositions socio-culturelles et de l’importance et de la légitimité accordées aux pratiques physiques de santé. Les mères opèrent des choix entre leurs diverses obligations (professionnelles, familiales, éducatives) et tentent de favoriser les activités de leurs enfants. Pour eux, elles essaient de respecter les principes de promotion de la santé qu’elles estiment importants, en les adaptant à leur mode de vie et à leur gestion du quotidien, tout en cherchant à réduire la tension perceptible entre attention à soi et aux autres.

15Hormis les typologies présentées, quelques cas de parents peu nombreux peuvent encore être mentionnés pour souligner la diversité des situations familiales. D'une part, deux mères résidant en Suisse sont de véritables expertes en santé familiale. L’implication de ces mères en matière de santé, de pratiques personnelles et de gestion de la famille dénote des compétences de santé importantes et mises en œuvre au quotidien. Ces mères semblent être en ascension sociale et avoir intégré les « bonnes pratiques » de façon quasi exemplaire tant elles soulignent la facilité à appliquer les recommandations de santé. D’autre part, quelques cas de « pères actifs » ont la particularité d’être sportifs ou de l’avoir été et de soutenir les activités sportives et de loisirs de leurs enfants. Le revenu que procure leur activité professionnelle permet de subvenir aux besoins de l’ensemble de la famille. Relevons d'emblée que ce sont les seuls pères qui ont accepté de nous rencontrer sur l'ensemble des parents et que leur faible nombre ne permet pas de construire un idéal-type, mais invite à des recherches approfondies avec ces derniers.

Conclusion

16Notre étude dans quatre pays européens a permis de mettre en évidence, parmi ces familles de milieux populaires et en particulier au travers des discours tenus par les mères, plusieurs modalités d’arbitrages éthiques entre injonctions normatives diffusées via les programmes nationaux de promotion de la santé par les activités physiques et pratiques effectives. Nos résultats révèlent des formes d’arbitrages identifiables à travers les discours et les pratiques au quotidien des familles, notamment dans leur rôle éducatif auprès de leurs enfants. Les figures idéales-typiques présentées montrent que, souvent, des tensions morales existent entre le choix du nécessaire et du légitime, ainsi qu'entre le temps pour soi et le temps pour les autres. Des ajustements s’effectuent dans ces familles populaires où les conflits de valeurs peuvent être importants du fait d’écarts normatifs conséquents parfois entre habitudes de vie et principes sanitaires. Leur compréhension, comme dans le cas du non-recours aux politiques sociales de manière plus générale (Warin, 2016), nécessite aussi une analyse du sens de ces normes et pratiques pour les individus. Ces significations sociales aident à mieux déchiffrer les arbitrages réalisés.

17En définitive, les programmes nationaux de promotion de la santé par les activités physiques sont appropriés de manière différente et à des degrés variables. Les recommandations, bien que connues, ne sont pas toujours appliquées de manière stricte. Souvent elles font l’objet d’adaptations de la part des mères de famille pour trouver un équilibre entre leurs propres pratiques physiques et sportives et celles de leurs enfants. Des arbitrages éthiques sont nécessaires, en particulier lorsque cet équilibre semble difficile à atteindre du fait de fortes contraintes domestiques (foyer monoparental par exemple). Des ambivalences sont également perceptibles chez certaines mères qui mettent en avant leur « bonne volonté » tout en laissant paraître leurs difficultés à mettre en pratique les recommandations qui, souvent dans les milieux populaires, pèsent comme des injonctions normatives.

18Ces premiers résultats nous encouragent à poursuivre les réflexions concernant les conditions et les formes de réception des normes de santé publique et notamment à approfondir les processus de transmission au sein des familles. Les discours et les pratiques des pères en particulier, comme mentionné, gagneraient à être spécifiquement explorés. Les particularités des territoires étudiés jusqu’à présent incitent à multiplier les lieux d’enquête. Ainsi, il sera également possible de réfléchir à des actions de promotion de la santé tenant compte des situations locales, tant d’un point de vue social qu’environnemental et à penser la promotion de la santé « par le bas » en tenant compte de la diffusion massive d’une nouvelle normativité du bonheur (Bruckner, 2000 ; Pawin, 2013), omniprésente aujourd’hui, y compris parmi les familles des quartiers pauvres de notre enquête.

Haut de page

Bibliographie

Aceti M., Knobé S., Grimminger E. & G. Vieille Marchiset (2016), « Précautions empiriques et consensus épistémologiques dans la comparaison européenne : une enquête qualitative sur la santé et les activités physiques dans des quartiers pauvres », Recherches Qualitatives, n° 20, pp. 531-546.

Aceti M. & G. Vieille Marchiset (2014), « Sport-santé : quatre programmes nationaux à la loupe », Jurisport. Revue économique et juridique du sport, n° 140, pp. 41-45.

Bruckner P. (2000), L'Euphorie perpétuelle : essai sur le devoir de bonheur, Paris, Éditions Grasset.

Canguilhem G. (1966), Le Normal et la pathologique, Paris, Presses universitaires de France.

Constance J. & P. Peretti-Watel (2010), « La cigarette du pauvre », Ethnologie française, vol. 40, n° 3, pp. 535-542.

Crawford R. (1980), « Healthism and the Medicalization of Everyday Life », International Journal of Health Services, vol. 3, n° 10, pp. 365-388.

Cresson G. (1998), Le Travail domestique de santé, Paris, Éditions L’Harmattan.

Deguilhem P. & R. Juanico (2016), Promouvoir l’activité physique et sportive pour tous et tout au long de la vie : des enjeux partagés dans et hors de l’école, Rapport au Premier ministre Manuel Valls, septembre, 196p.

Druhle M. & F. Sicot (dir.) (2011), La Santé à cœur ouvert. Sociologie du bien-être, de la maladie et du soin, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Équipe de surveillance et d’épidémiologie nutritionnelle (ESEN) (2017), Étude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition (Esteban) 2014-2016. Volet nutrition. Chapitre Activité physique et sédentarité, Saint-Maurice, Santé publique France.

Génolini J.-P. & J.-P. Clément (2010), « Lutte contre la sédentarité : l’incorporation d’une nouvelle morale de l’effort », Sciences sociales et sport, n° 3, pp. 133-156.

Guenter S. (2012), « Fitness als Inklusionsprämisse? Eine Diskursanalyse zur Problematisierung adipöser Kinder- und Jugendkörper in sportwissenschaftlichen Gesundheitsdiskursen », Forum Qualitative Social Research (FQS).

Institut national de la santé et de la recherche médicale (2008), Activité physique. Contextes et effets sur la santé, Paris, Inserm.

Lee I. M., Shiroma E. J., Lobelo F., Puska P., Blair S. N. et al. (2012), « Effect of Physical Inactivity on Major Non-communicable Diseases Worldwide: An Analysis of Burden of Disease and Life Expectancy », Lancet, n° 380, pp. 219-229.

Martín-Criado E. (2015), « L’ambivalence du contrôle du poids chez les mères de famille des classes populaires », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 208, pp. 74-87.

Massé R. (2001), « Analyse anthropologique et éthique des conflits de valeurs en promotion de la santé », dans Fournier C., Ferron C., Tessier S., Sandrin Berthon B. & B. Roussile (dir), Éducation pour la santé et éthique, Paris, Éditions du Comité français pour l'éducation à la santé, pp. 25-51.

Massé R. (2003), Éthique et santé publique. Enjeux, valeurs et normativité, Laval, Presses de l'Université Laval.

Observation nationale de l’activité physique et de la sédentarité (2016), Activité physique et sédentarité de l’enfant et adolescent. Premier état des lieux en France, ONAPS.

Octobre S. & Y. Jauneau (2008), « Tels parents, tels enfants ? Une approche de la transmission culturelle », Revue française de sociologie, n° 4, pp. 695-722.

Organisation mondiale de la santé (2004), Recommandations mondiales en matière d’activité physique pour la santé, OMS [En ligne] http://www.who.int/dietphysicalactivity/publications/9789241599979/fr.

Organisation mondiale de la santé (2006), Charte européenne sur la lutte contre l’obésité. Conférence ministérielle européenne de l’OMS sur la lutte contre l’obésité, Istanbul (Turquie), 16 novembre 2006, Copenhague, Bureau régional de l’OMS pour l’Europe.

Organisation mondiale de la santé (2013), Promotion de l’activité physique chez les groupes socialement défavorisés : principes d’action. Synthèse, Copenhague, Bureau régional de l’OMS pour l’Europe.

Pawin R. (2013), Histoire du bonheur en France de 1945 à nos jours, Paris, Éditions Robert Laffont.

Peretti-Watel P. & J.-P. Moati (2009), Le Principe de prévention. Le culte de la santé et ses dérives, Paris, Éditions du Seuil.

Perrin C., Ferron C., Gueguen R. & J.-P. Deschamps (2002), « Lifestyle Patterns Concerning Sports and Physical Activity, and Perceptions of Health », Sozial- und Präventivmedizin, n° 47, pp. 162-171.

Pinell P. (1992), Naissance d’un fléau. Histoire de la lutte contre le cancer (1890-1940), Paris, Éditions Métailié.

Pisarik J., Rochereau T. & N. Célant (2017), « État de santé des Français et facteurs de risque. Premiers résultats de l’Enquête santé européenne. Enquête santé et protection sociale 2014 », Questions d’économie de la santé, n° 223 [En ligne] http://www.irdes.fr/recherche/questions-d-economie-de-la-sante/223-etat-de-sante-des-francais-et-facteurs-de-risque.pdf

Poulain J.-P. (2009), Sociologie de l’obésité, Paris, Presses universitaires de France.

Quéval I. (2008), Le Corps aujourd’hui, Paris, Éditions Gallimard.

Radel A. (2012), 50 ans de campagnes d’éducation pour la santé. L’exemple de la lutte contre la sédentarité et de la promotion des modes de vie actifs (1960-2010), Thèse en STAPS, Université Toulouse 3.

Rail G. (2012), « The Birth of the Obesity Clinic: Confessions of the Flesh, Biopedagogies and Physical Culture », Sociology of Sport Journal, n° 29, pp. 227-253.

Romeyer H. (2015), « Le bien-être en normes : les programmes nationaux nutrition santé », Questions de communication, vol. 27, n° 1, pp. 41-61.

Saint Pol (de) T. (2008), « Obésité et milieux sociaux en France : les inégalités augmentent », Bulletin épidémiologique hebdomadaire, n° 20, pp. 175-179.

Saint Pol (de) T. (2010), Le Corps désirable. Hommes et femmes face à leurs poids, Paris, Presses universitaires de France.

Simmonds M., Llewellyn A., Owen C. G. & N. Woolacott (2016), « Predicting Adult Obesity from Childhood Obesity: A Systematic Review and Meta-analysis », Obesity Reviews, vol. 17, n° 2, pp. 95-107.

Skouteris H., McCabe M., Ricciardelli L. A., Milgrom J., Baur L. A., Aksan N. & D. Dell’Aquila (2012), « Parent-child Interactions and Obesity Prevention: A Systematic Review of the Literature », Early Child Development and Care, n° 2, pp. 153-174.

Strauss A. & J. Corbin (2004 [1990]), Les Fondements de la recherche qualitative. Techniques et procédures de développement de la théorie enracinée, Fribourg, Academic Press Fribourg.

Trost S. G., McDonald S. & A. Cohen (2013), « Measurement of General and Specific Approaches to Physical Activity Parenting: A Systematic Review », Childhood Obesity, 9 (SUPPL.1), pp. S40-S50.

Vieille Marchiset G. (2019), La Conversion des corps. Bouger pour être sain, Paris, Éditions L’Harmattan.

Vieille Marchiset G. & W. Gasparini (2010), « Les loisirs sportifs dans les quartiers populaires : modalités de pratique et rapports au corps », STAPS. International journal of sport sciences and physical education, n° 87, pp. 93-107.

Vieille Marchiset G., Knobé S., Didierjean R., Aceti M., Digennaro S. & E. Grimminger (2014), « Corps en mouvement, corps en santé. Regard socio-anthropologique sur des enfants des quartiers pauvres en Europe », L’Observatoire. Revue internationale du travail social, n° 80, pp. 9-13.

Vigarello G. (2010), Les Métamorphoses du gras. Histoire de l'obésité, Paris, Éditions Seuil.

Warin P. (2016), Le Non-recours aux politiques sociales, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Weber M. (1965 [1904-1917]), Essais sur la théorie de la science, Paris, Éditions Plon.

Haut de page

Notes

1 Geneviève Cresson désigne par cette expression le travail fait à la maison au quotidien pour maintenir la santé, ce qu'elle désigne aussi comme le travail sanitaire profane. Ce dernier est majoritairement assumé par les femmes dans le contexte de la famille.

2 Le santéisme (healthism) se réfère à une médicalisation de la vie, associée à la responsabilisation et à la perfectibilité de l’individu dans un marché de la santé en plein développement (Crawford, 1980). Ces normes santéistes définissent les styles de vie jugés « sains » mettant en exergue des pratiques à prohiber (consommation de tabac par exemple) ou à favoriser (activité physique par exemple) (Druhle & Sicot, 2011 ; Romeyer, 2015).

3 Ce sont surtout des mères, plus disponibles et plus souvent en charge des questions relatives à la santé, qui ont été interviewées.

4 En Italie, nous n’avons recueilli qu’un entretien collectif avec les parents et n’avons pas pu construire de portraits individuels. Cet entretien collectif a donné lieu à un compte-rendu analytique des principaux thèmes.

5 Cette analyse a été réalisée avec les programmes nationaux développés dans chacun des pays au courant de l’année 2013. Ces programmes évoluent régulièrement, changent parfois d’intitulé et proposent de nouvelles campagnes de prévention.

6 Les mères rencontrées en Italie résidaient dans un quartier très particulier à la périphérie de Naples. L’environnement de vie est insidieusement pollué par la toxicité des déchets enterrés illicitement par la camorra. Ces mères tentent dès lors de protéger leurs enfants des conséquences sanitaires morbides de cet environnement, notamment par des pratiques de santé hygiéniste (se laver les mains) ou un confinement dans des espaces clos (appartement, église ou shopping center), où l’activité physique reste secondaire.

7 Les noms ont été changés par souci d’anonymat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Knobé, Gilles Vieille Marchiset, Monica Aceti et Elke Grimminger-Seidensticker, « Des arbitrages éthiques face aux injonctions à la pratique physique parmi des familles populaires dans des quartiers pauvres en Europe »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 02 février 2021, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/15872 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.15872

Haut de page

Auteurs

Sandrine Knobé

UR 1342- Université de Strasbourg, France - knobe@unistra.fr

Gilles Vieille Marchiset

UR 1342- Université de Strasbourg, France - vieillemarchiset@unistra.fr

Articles du même auteur

Monica Aceti

Collaboratrice scientifique à l’Institut de recherches cliniques de l’Université de Bâle et chercheuse associée à l’Institut de recherches sociologiques de l’Université de Genève, Suisse - monica.aceti@unibas.ch

Elke Grimminger-Seidensticker

Technische Universität Dortmund, Allemagne - elke.grimminger@tu-dortmund.de

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search