Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSPremiers textes2021La vente de crédits de communicat...

2021

La vente de crédits de communication au croisement du travail par défaut et de la débrouille exploitée

Sale of telephone communication credits, between labor by default and exploitation of resourcefulness
Bengie Alcimé et Wilsot Louis

Résumés

L’expansion de la téléphonie mobile en Haïti au début du xxième siècle a donné naissance à une nouvelle catégorie de travail, la vente de crédits de communication. Elle est constituée par des milliers d’agent·e·s issu·e·s pour la grande majorité des populations les plus démunies. Ce travail est réalisé en dehors d’un quelconque contrat liant les agent·e·s aux compagnies de télécommunication. Les revenus sont faibles, ce qui place les individus sous le joug de l’incertain ; les risques associés ne sont pas pris en charge par les compagnies ; il y a une usure du corps constatée plus particulièrement chez les vendeuses et vendeurs ambulants. Cet article est une analyse de cette forme de travail qui procède d’une captation par le capitalisme numérique de la débrouille systémique qui régit la vie d’une bonne partie des populations du Sud global.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En 2006, le secteur des télécommunications en Haïti a connu un grand bouleversement avec l’arrivée d’un nouvel opérateur sur le marché, la compagnie de télécommunication Digicel. Fondée en 2001 par l’entrepreneur irlandais Denis O’Brien, cette compagnie a d’abord été implantée en Jamaïque avant d’étendre ses opérations dans plusieurs pays de la Caraïbe, de l’Amérique centrale et du Pacifique. Pour s’établir en Haïti, la Digicel a investi 260 millions USD, ce qui fut considéré comme l’investissement direct étranger le plus important dans le pays (Huet, 2010). Elle a reçu pour cela l'appui de la Banque mondiale, de certaines institutions hollandaises et canadiennes et de la Proparco, une filiale de l’Agence française de développement (BearingPoint & Fafo, 2010).

2Trois autres compagnies téléphoniques œuvraient sur le territoire lors de l’installation de la Digicel : l’opérateur historique Télécommunications d’Haïti S.A (Téléco) présent depuis 1927 ; Haïti Télécommunication S.A (Haitel) et Communication cellulaire S.A (Comcel) qui avaient commencé à opérer à partir de 1999 (Domond, 2009) et qui, en 2005, a changé de nom pour devenir Voilà. En dépit de leur présence, suivant l’étude de BearingPoint et Fafo susmentionnée, jusqu’en 2005 le taux de pénétration de la téléphonie mobile en Haïti était de 5%. Le prix élevé des terminaux et la facturation à la minute des appels émis et reçus avaient constitué pour la grande majorité de la population un obstacle à l’accès aux technologies de la communication.

  • 1 Global System for Mobile Communications
  • 2 Code division multiple access

3Le processus de privatisation des entreprises publiques a entraîné en 2010 l’achat de 60% des parts de la Téléco par Viettel, une entreprise vietnamienne. L’opérateur historique est alors devenu la Natcom dont l’État haïtien est actionnaire à 40%. En 2012, la Haitel fit faillite et la Digicel racheta la Comcel/Voilà. Ce qui a donné lieu à un duopole où la part du marché occupée par la Digicel est de l’ordre de 73,27 contre 26,73 pour la Natcom, suivant le Conseil national des télécommunications, l’organe régulateur du secteur en Haïti. Ce contexte a permis à la Digicel de bousculer le secteur jusqu’à en prendre quasiment le contrôle. Avec l’introduction de la facturation à la seconde et ce uniquement pour les appels sortants, la mise sur le marché de terminaux à des prix abordables pour les petites bourses, l’utilisation du système GSM 1 en lieu et place du système CDMA 2, Digicel a provoqué en peu de temps une croissance fulgurante de la téléphonie mobile en Haïti. Une croissance que BearingPoint et Fafo expliquent par trois facteurs : la compétitivité au niveau des prix, les innovations technologiques apportées et le niveau de couverture du réseau à l’échelle nationale. Ainsi, deux ans après son implantation, Digicel a permis au taux de pénétration de la téléphonie mobile de passer de 5% à 33 % et son réseau est parvenu à couvrir 95% de la population (Noel, 2013).

  • 3 Pap padap est une expression créole qui signifie rapide. Ce nom a été donné à ce service de la comp (...)
  • 4 La carte de recharge la moins chère coûtait 50 gourdes. Avec la recharge électronique, les consomma (...)

4Si Digicel a eu un fort impact sur l’économie haïtienne, notre intérêt se situe toutefois à un autre niveau. À ses débuts, à l’instar des autres opérateurs, cette compagnie avait proposé à sa clientèle des cartes de recharge prépayées pour s’approvisionner en crédits de communication. Cela étant dû pour une bonne part à la faible bancarisation des masses populaires et aux faiblesses en soi des banques qui n'offrent pas les services de prélèvement automatique pour payer les factures. Les cartes de recharge prépayées offraient cependant des options peu flexibles : la consommatrice/le consommateur était obligé de se procurer des crédits de communication suivant des plans d’achat limités et bien définis et ceci à partir d’un certain montant. Mais en 2008, Digicel a introduit la recharge électronique par transfert de crédits de communication d’un téléphone à un autre. Appelé rechaj pap padap 3, ce service permet à la clientèle de renflouer ses comptes sans le recours aux cartes à recharge et avec un minimum d’argent 4.

5Avec les cartes de recharge prépayées et la recharge électronique en particulier, une nouvelle catégorie de travailleurs a alors émergé dans la société haïtienne : des vendeuses et vendeurs de crédits de communication. Issus pour la plupart des catégories pauvres de la population, ces personnes, appelées agent·e·s de recharge, devaient d’abord s’enregistrer auprès de la compagnie avant d'acheter en gros des crédits qu’elles/ils allaient ensuite revendre au détail à travers les rues.

6Cet article est une analyse du travail de ces agent·e·s que nous abordons à travers une double perspective : celle d’une économie de la débrouille qui fait système et celle de l’expansion du capitalisme numérique international. L’activité des vendeuses et vendeurs de crédits de communication peut être située dans ce qu’on appelle de manière large et imprécise le secteur informel. Même si les agent·e·s sont enregistré·e·s dans la base de données de l’entreprise, elles/ils ne sont pas pour autant ses employé·e·s et ne sont lié·e·s à elle par aucun contrat. Il y a une imbrication entre formel et informel que Bruno Lautier avait déjà notée dans ses travaux (Lautier, 2004) et qui contredit les approches tendant à diamétralement les opposer. Il n’en demeure pas moins que la dichotomie formel/informel nous enferme dans une posture légaliste qui ne correspond pas à la réalité du travail des vendeuses et des vendeurs de rue en Haïti.

7La notion de débrouille que nous avons choisi d’adopter nous semble plus appropriée car elle met davantage l’accent sur la finalité des activités des travailleuses et des travailleurs qui est la gestion de la survie. Livrées à elles-mêmes, les personnes précarisées se retrouvent dans une obligation de se débrouiller pour ne pas sombrer. La débrouille renvoie dans ces conditions à un ensemble de stratagèmes mobilisés par des individus pour survivre et « résister à l’écrasement » (MacGaffey, 1993, p. 144). Elle met en avant la capacité des individus à bricoler (de Certeau, 1990), à déployer une intelligence inventive dans une logique de survie. Les recherches sur les stratégies de débrouille (Omasombo, 1993 ; Villers, 2002 ; Châtel et Soulet, 2002 ; Fall, 2007 ; Ayimpam, 2014) mettent en évidence que ces manières de faire s’observent dans des contextes d’anomie sociale et de débâcles économiques.

8En Haïti, la période qui marque les recherches sur l’informel est concomitante avec l’application des politiques d’ajustement structurel qui amorce, dans les années 1980-1990, le désengagement de l’État, avec une politique de privatisation des entreprises publiques, l’ouverture des ports et la libéralisation des marchés. Le développement du secteur de la sous-traitance, l’obligation de produire pour l’exportation, la confiscation des terres des paysans qui les a poussés à un exode rural ont eu des conséquences néfastes sur l’économie. Les classes populaires marginalisées qui se sont constituées depuis le xixème siècle à travers les crises que connut le pays ont dû se débrouiller pour survivre, en développant des stratégies pour s'adapter au nouveau marché libre. C’est une partie de ces débrouillard·e·s que nous retrouvons dans la vente de crédits de communication suite à la percée du secteur des télécommunications en Haïti.

9Cette activité s’inscrit dans une débrouille qui fait système et l’expansion du capitalisme économique qui l’exploite. L’exploitation de la débrouille n’est toutefois pas une spécificité haïtienne. Depuis les années 1970 en Occident, le nouvel esprit du capitalisme a conduit entre autres à une externalisation du travail vers des espaces où il était possible de développer une main-d'œuvre bon marché (Castel, 1995 ; Boltanski & Chiapello, 2011 ; Cingolani, 2012). Et le capitalisme numérique, dont les technologies de l'information et la communication sont le fer de lance, a suivi cette même trajectoire, notamment avec la tâcheronnisation et l’exploitation des mines pour les composants des TIC (Fuchs, 2016 ; Casilli, 2019).

10Les entretiens avec les vendeuses et vendeurs de crédits de communication ont montré qu’elles/ils effectuent un travail qui, dans tous les cas, ne leur permet pas de répondre à leurs besoins essentiels. Il s’agit d’un travail par défaut, pour échapper à l’angoissante inactivité. Dans cette configuration, qu’est-ce que travailler veut dire ? S’il est courant de définir le travail comme un ensemble d’activités à vocation productive (Lallement, 2007 ; Vatin, 2014), on se rend compte que de telles approches se focalisent sur les finalités de la tâche et occultent l’activité des travailleuses et des travailleurs. Mais si on place le curseur du côté de ceux-ci, on peut aborder le travail comme étant « un élément de la réalisation de soi qui permet de gagner en satisfaction et en autonomie » (Flichy, 2017, p. 11). Mais le type de travail qui nous préoccupe ici ne garantit pas l’autonomie, voire la satisfaction. Comment comprendre dans ce cas que des individus continuent à réaliser une activité qui ne leur permet pas d’améliorer même modestement leur condition de vie ?

11Cet article est le résultat d’une recherche conduite auprès des vendeuses et vendeurs de crédits de communication. Durant les années 2019 et 2020, nous avons interrogé 24 personnes sélectionnées de manière aléatoire et qui exercent cette activité dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Nous avons rencontré cinq femmes et dix-neuf hommes, âgés de 20 à 58 ans. Les personnes qui se consacrent à cette activité se retrouvent, en général, dans des situations diverses : vente ambulante, vente sur un stand, vente occasionnelle après le travail principal, vente de produits hétéroclites associés aux crédits de communication. Nous avons choisi de mener des entretiens avec celles et ceux dont cette activité est la seule ou l’une des activités principales. Notre méthodologie a consisté à sillonner les rues pour les observer et les interroger sur leur activité en situation de travail.

12Parmi nos enquêté·e·s, six personnes combinent la vente de crédits de communication avec la vente d’autres produits tels des boissons fraîches, tandis que les dix-huit autres n’ont que la recharge électronique comme activité. Sur les 24, huit seulement ont déclaré avoir une vie familiale, avec un conjoint ou une conjointe et/ou des enfants à charge. Dans l’ensemble, le niveau scolaire ne dépasse pas l’enseignement secondaire. La recharge électronique et la vente de produits au détail constituent l'essentiel de leurs revenus. Pour couvrir des dépenses liées au loyer, à la santé et à la scolarisation des enfants, elles ont très souvent recours à un membre de la famille qui vit en Haïti ou à l’étranger.

13Les deux opérateurs qui se partagent le secteur des télécommunications en Haïti ont recours à ces agent·e·s pour mettre à disposition des consommatrices et des consommateurs les crédits de communication. Nous avons fait le choix dans cet article de nous focaliser sur la Digicel, même si à certains endroits nous pouvons mentionner la Natcom. Nous avons fait ce choix parce que le service de la Digicel est le plus demandé et qu’il est le premier à l’avoir mis en œuvre.

14Nous avions tenu à croiser ces informations avec des données issues de la Digicel mais également de la Natcom. Nos démarches n’ont pas abouti à cause d’une rétention des informations de la part de ces deux entreprises. Les sites internet des opérateurs ne font pas état de la vente de crédits de communication et les rencontres sollicitées n’ont pas abouti. Nous avons tenté d’entrer en contact avec un responsable de la Digicel sur les réseaux sociaux mais il a objecté que les informations recherchées étaient confidentielles. Il nous a quand même indiqué que 100 000 vendeuses et vendeurs étaient répartis sur le territoire national et que la vente de crédits de communication représentait 90% du chiffre d'affaires de la compagnie. En l’absence de documents officiels, ces informations sont à considérer avec prudence.

15Comme nous l’avons mentionné, nous avons choisi d’analyser le travail des vendeuses et vendeurs de crédits de consommation au prisme d’une économie de la débrouille telle que proposée par Janet MacGaffey (1993) et Sylvie Ayimpam (2014). Dans le cheminement de notre analyse, nous commencerons par la description du processus pour devenir agent·e de recharge. Puis nous aborderons les solidarités communautaires et la pluriactivité qui accompagnent souvent la vente de crédits de communication. Nous explorerons par la suite la question de l’incertain comme mode de vie et l'entrepreneuriat de soi qui forment un cadre global dans lequel les travailleuses et les travailleurs déploient leur activité. Une activité qui, pour les agent·es ambulant·e·s en particulier, met en jeu leur corps, producteur de la force de travail. Et pour finir, nous montrerons que ce à quoi ce travail par défaut permet d’échapper, c’est l'insoutenable inactivité porteuse d’angoisse.

Être vendeuse ou vendeur de crédits de communication

16L’activité qui consiste à vendre des crédits de communication en les transférant d’un téléphone mobile à un autre est une innovation technologique récente qui ne demande aucune compétence particulière. Il suffit de savoir comment entrer un code et un numéro sur un téléphone pour effectuer la transaction. Elle se déploie dans une conjoncture mondiale où les technologies de l’information et de la communication sont au centre de la vie des individus.

17Les données disponibles ne permettent pas d’établir le profil socio-économique des vendeuses et vendeurs de crédit de communication. On peut cependant les classer en grossistes et détaillants. Les grossistes achètent en gros des crédits de communication pour les revendre aux détaillants.

18Les grossistes sont des agent·e·s autorisé·e·s qui doivent déjà posséder un business. Les compagnies exigent de leur part certains documents dont la patente, délivrée par la Direction générale des impôts. La patente est considérée par l’Institut haïtien de statistique et d’informatique (IHSI) comme l’un des documents à posséder, au côté de la tenue d’une comptabilité répondant aux normes fiscales, pour qu’une entreprise soit enregistrée et reconnue comme faisant partie du secteur formel.

19Les détaillants sont en grande partie des vendeuses et vendeurs de rue. Elles/ils peuvent se trouver à un point fixe ou déambuler dans les rues. On peut les classer en deux grands groupes : celles/ceux qui font de la vente de crédits de communication l’une de leurs activités principales, en la combinant avec d’autres activités de subsistance ou en la réalisant seule ; et celles/ceux pour qui elle est complètement secondaire, qui la font pour agrémenter leur activité principale. Dans les deux cas, la vente de crédits de communication s’inscrit, la plupart du temps, dans une pluriactivité.

20Pour devenir détaillantes pour le compte de la Digicel, les personnes intéressées doivent se présenter à un bureau de la compagnie, munies d’un téléphone portable et d’une pièce d’identité pour être enregistrées. Une fois ces formalités accomplies, elles sont alors en mesure d’acheter des crédits de communication pour aller les revendre aux consommatrices et aux consommateurs. Ces agent·e·s, qui portent les couleurs de la compagnie, un kit constitué d’un gilet et d’une casquette rouges, ce qui les rend visibles pour les consommatrices et les consommateurs, ne sont pas lié·e·s à la compagnie par un quelconque contrat. Elles/ils ne perçoivent pas un salaire mais une commission de 7% sur les ventes réalisées. Le système est basé sur l’investissement individuel de chacun·e· où l'activité de vente est précédée par une activité d'achat et suivie de la rentabilité de cet achat, qui est un retour sur investissement.

21On constate que ce qui fait l'originalité de la vente de crédits de communication n’est pas en soi le produit vendu qui est certes nouveau. Ni même l’activité des vendeuses et vendeurs de rue qui est, par bien des points, similaire à celle d’autres vendeuses et vendeurs. Il s’agit plutôt de ce rapport de subordination entretenu avec la compagnie. Les vendeuses et vendeurs à la sauvette qu’on retrouve partout en Haïti n’entretiennent pas ce genre de rapport avec leurs fournisseurs. Elles/ils ont le libre choix de fixer leur prix qui va varier en fonction du marché. Or, pour les agent·e·s de recharge, le prix du produit et le montant de la commission sont fixés en amont par la compagnie. Elles/ils sont obligé·e·s de le respecter. Alors même que juridiquement, elles/ils ne sont pas attaché·e·s à l’entreprise.

22Nous avons posé que la recharge électronique était une alternative au manque de bancarisation des pauvres. Elle répond à une conjoncture économique où les produits de consommation sont vendus au détail pour répondre aux faibles moyens des petites bourses. Le passage des cartes de recharge prépayées à la recharge électronique correspond à ce même fractionnement de la marchandise en autant d’unités qu’il le faut pour susciter la consommation des individus à faibles revenus. Ce mode de consommation au détail, s’il répond au manque de moyens des pauvres, est en même temps un indicateur frappant d’un mode de vie axé sur l’ici et maintenant, sur ce qu’il faut pour gérer le quotidien. L’opérateur, en s’adaptant à ce système, s’est mis dans la continuité de ce qui existait déjà et n’a en ce sens ouvert la voie à aucune alternative.

Les ressorts de la solidarité au prisme de la précarité des travailleuses et des travailleurs

  • 5 La pou la est le nom donné à la recharge électronique par la compagnie Natcom. Pap padap et La pou (...)

23L’activité de revente de crédits de communication est incapable de se reproduire en dehors de la solidarité ou d’un cumul d'activités. Elle ne génère pas suffisamment de revenus pour que ceux et celles qui s’y adonnent arrivent à faire face aux dépenses de la vie courante. Il aurait fallu qu’elle donne la possibilité aux vendeuses et aux vendeurs de conserver le capital de départ tout en réinvestissant une partie des bénéfices tirés. Ce qui n’est pas le cas : « En dépit du fait que je sois célibataire et sans enfant, cela ne me permet pas vraiment de répondre à mes besoins. Je vends des boissons fraîches à côté. Si je ne vendais que du padap ou du la pou la 5 je ne pourrais pas vivre » (Paul, âgé de trente ans, vendeur de crédits de communication).

24La vente de crédits de communication, quand elle est effectuée comme activité principale, ne permet pas aux vendeuses et aux vendeurs de reproduire leur force de travail. En l’absence d’autres alternatives, c’est la solidarité qui les aide à tenir. Le cas de Jean, un autre vendeur de crédits de communication, illustre parfaitement ce point. Arborant ses deux gilets, rouge pour la Digicel et bleu pour la Natcom, Jean fait partie de ces milliers de gens qui sillonnent les rues de Port-au-Prince ainsi que des autres villes pour le compte de ces entreprises. Il effectue cette activité depuis que la Digicel a lancé ce système de recharge en Haïti. Onze ans plus tard, il continue à arpenter les rues à l'affût des consommatrices et des consommateurs qui ont besoin de renflouer leur compte. La revente des crédits électroniques est sa seule activité génératrice de revenus.

25À la question de savoir si son travail lui permet d’assurer sa subsistance, il répond par la négative. C’est quelque chose qu’il fait pour s’occuper, faute de mieux. Jean a le soutien d’une sœur qui vit dans un autre pays et qui lui envoie de temps à autre de l’argent. C’est ce qui lui permet de répondre à certains besoins et de payer son loyer. Il ne souhaite pas être totalement dépendant de sa famille. C’est pourquoi il ne laisse pas tomber la recharge électronique. Au moins, elle lui donne les moyens de se nourrir.

26Ce cas n’est pas exceptionnel. Il fait écho à la condition de nombreuses autres personnes qui se sont lancées dans la vente de crédits de communication. Dans certains cas, les capitaux de départ viennent d’un membre de la famille, d’un·e ami·e ou d’une autre activité de débrouille. Et comme cette activité n’est pas en mesure de s’autoreproduire, il faut de temps à autres introduire de nouveaux capitaux, donc avoir recours aux dons des proches ou aux bénéfices tirés de ces autres activités menées en parallèle.

27Cette solidarité des pauvres (Paugam, 2013) à laquelle les vendeuses et vendeurs de crédits de communication ont recours peut prendre d’autres formes en dehors d’un don d’argent. Il peut s’agir d’une colocation sans partage des frais de loyer. Le loyer est d’une manière générale un poids conséquent dans le budget des individus. Disposer gratuitement d’un coin pour dormir libère de ce fardeau, sans compter que la vie en commun apporte d’autres avantages, tels le partage de la nourriture.

28Il en ressort que ce capitalisme numérique, contrairement à ces promesses de début, participe à la précarisation d’individus déjà précaires. Il se nourrit de la solidarité des pauvres car il ne bénéficie pas uniquement du travail des vendeuses et vendeurs de crédits de communication mais aussi du travail de ceux qui viennent en aide à ces vendeuses et vendeurs. Ainsi, la captation de la débrouille des précaires s’accompagne d’une captation de la solidarité communautaire, une solidarité qui par ailleurs renforce la prédation puisqu’en soutenant ces travailleurs et travailleuses de la précarité, elle assure bien malgré elle la continuité de l’exploitation.

L’incertain comme mode de vie

29L’incapacité de la vente de crédits de communication à générer des bénéfices suffisant à assurer sa propre reproduction entraîne par ailleurs un cumul d’activités. Nous avons observé que la plupart des agent·e·s de recharge de crédits téléphoniques proposent la vente de divers produits : boissons fraîches, produits alimentaires, vêtements d’occasion, accessoires pour la téléphonie et bien d’autres encore. Dans certains cas, les combinaisons peuvent même étonner, tel l’employé de bureau qui, avant de se rendre au travail ou à la sortie, parcourt quelques kilomètres pour écouler ses crédits de communication. La pluriactivité découle dans ces cas d’un calcul économique visant à maximiser des profits qui, pour autant, ne sont pas suffisants pour améliorer les conditions de vie des travailleuses et des travailleurs. Elle ne leur donne pas les moyens suffisants pour sortir d’une temporalité de l’ordre du présentisme (Hartog, 2013) où le futur demeure incertain et menaçant. Il en résulte un vécu fluctuant, incontrôlable tant il dépend de conditions que les individus ne maîtrisent pas.

30Replacé à un niveau macro, cet incertain découle du contexte anomique où le désengagement de l’État est accompagné d’une injonction à se débrouiller pour s’en sortir. Il y a un écho entre cette débrouille systémique et une certaine idéologie néolibérale que nous ne pouvons ignorer, d’autant plus que la réflexion porte sur les TIC qui jouent un rôle prépondérant dans la globalisation. Dans les deux cas, les individus sont enjoints à l’autonomie, à se gouverner eux-mêmes et à ne compter que sur leurs propres capacités à prendre en main leur destinée (Laval, 2007 ; Abdelnour & Lambert, 2014 ; Dujarier, 2019). Or, cette injonction est corrélée à des attaques contre les protections sociales qui laissent les individus vulnérables face aux risques.

31S’agissant de la vente de crédits de communication, les vendeuses et vendeurs, dépourvus du statut d’employés, ne bénéficient d'aucune protection. La compagnie n’a pas de redevance envers eux alors même que leur activité les expose à plusieurs risques, notamment celui qui découle des actes de banditisme. En effet, certains se retrouvent parfois dans des situations où leur vie est menacée par des braquages. Ils sont alors forcés de renflouer le compte des braqueurs qui leur volent par la suite leur téléphone sans lequel ils n’ont plus d’activité.

32Un autre risque courant consiste à transférer par erreur des crédits à un autre numéro sans avoir la possibilité de les récupérer. Sur ce point, Marc, un vendeur ambulant, témoigne : « Les erreurs de transfert de crédits de communication, l'insécurité et même les erreurs informatiques des compagnies, c’est nous qui encaissons tout. Aucune loi pour nous protéger et les compagnies ne nous aident pas à récupérer les crédits de communication, pourtant elles le font pour les grossistes » (Marc, vendeur rencontré sur son lieu d’activité).

33Pour reprendre Marie-Anne Dujarier dans son étude sur les places de marché numériques, nous pouvons avancer que les agent·e·s de la recharge téléphonique exercent un travail « à la fois incertain, risqué, hors du droit du travail, mal rémunéré » (Dujarier, 2019, p. 70). Un travail ancré dans un présentisme qu’il ne révolutionne pas mais qu’il contribue à alimenter.

Faire quelque chose plutôt que rien : la figure de l’échappée

34En réponse à la question « pourquoi vous faites cette activité et non une autre ? », les vendeuses et vendeurs mettent en évidence le manque de travail et le besoin de faire quelque chose. En Haïti, l’absence d’activités est anxiogène et constitue une préoccupation à la fois pour les sans activités et pour les travailleuses et les travailleurs précaires qui sont constamment confrontés au risque de se retrouver sans travail. Dans ces conditions, il vaut mieux faire quelque chose, aussi improductif que cela soit, pour qu’il se passe quelque chose plutôt que rien (Bourdieu, 2003). En dépit de l’insatisfaction qu’elle procure, la vente des crédits de communication est préférable à l’absence totale d’activité.

35Certain·e·s vendeuses et vendeurs estiment que s’ils ne devaient compter que sur la vente de crédits de communication, ils ne pourraient pas survivre. Cette activité leur permet juste de se nourrir tant bien que mal tous les jours. Elles/ils se disent exploité·e·s par les opérateurs qui augmentent leur chiffre d’affaires alors que pour elles et eux, les retombées économiques sont quasiment nulles. La frustration exprimée montre bien qu’elles/ils sont remplis d’affects négatifs. Certain·e·s affirment qu’en aucun cas elles/ils ne recommanderaient cette activité à d’autres personnes.

36Il y a une distance avec les compagnies qui se manifeste clairement par une absence de loyauté envers l’une ou l’autre. En effet, si entre la Digicel et la Natcom il existe une forte concurrence, cela n'empêche pas pour autant les vendeuses et les vendeurs de porter la livrée des deux compagnies et de vendre leurs produits en même temps. Porter sur soi la marque d’une entreprise n’équivaut donc pas pour eux à une subordination. Entre une entreprise qui est dans la logique de la maximisation du profit et des individus qui sont dans une activité occupationnelle faute de mieux, les intérêts divergent sensiblement. D’autant plus que les vendeuses et vendeurs ont le sentiment d’être exploité·e·s, de travailler au profit d’autres personnes et d’être, ainsi qu’un vendeur l’a exprimé, dans un chômage déguisé.

37Deux traits principaux ressortent de la manière dont les vendeuses et les vendeurs considèrent leur activité. Il s’agit d’un travail par défaut et qui est de l’ordre de l’échappée. Le travail par défaut, c’est ce travail effectué parce qu’on n’a pas le choix, qu’il n’existe quasiment pas d’autres alternatives dans un pays avec un taux de chômage élevé, où une bonne part des actifs sont dans le secteur de la débrouille.

38La seconde caractéristique de la vente de crédits de communication est qu’elle permet d’échapper à l’inactivité. L’échappée se présente comme une fuite, la recherche d’un coin pour se mettre à l’abri. Mais comme le note Patrick Cingolani, l’échappée est toujours en limite et rappelle constamment ce dont elle est le bord (Cingolani, 2016). Il en va ainsi pour les vendeuses et vendeurs qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts, qui risquent de ne pas trouver de capitaux frais à injecter dans la vente des crédits de communication. Le cas des agent·e·s confronté·e·s à la honte est aussi une manifestation de cette caractéristique de l’échappée : « Après mes études, j’ai perdu mon père et je n'avais pas d’autre possibilité que de les vendre [les crédits de communication] pour faire de petites économies. Je suis humilié dans mon quartier. C’est pour cela que je quitte chez moi parfois dès 6 heures le matin pour rentrer vers 10 heures le soir » nous a confié un vendeur. Une autre estime que cette activité ne convient pas à son niveau d’éducation : « Je n'ai pas travaillé pour ça [devenir vendeuse de crédits de communication]. Après quatre ans d’études en sciences infirmières, parfois je suis timide, surtout quand sur mon chemin, je rencontre des camarades de ma promotion. Ça ne me fait pas du bien ».

39Ces extraits d’entretiens révèlent un sentiment de honte. Nous le retrouvons chez celles et ceux qui ont avancé dans leurs études mais qui n’ont pas trouvé un travail adéquat. Et pour y faire face, les stratégies varient. On peut voir que chez un vendeur, elle consiste à se soustraire du regard des habitants de son quartier en laissant très tôt son domicile pour ne revenir que tard dans la soirée. Pour d’autres, il s’agit de donner un autre sens à l'activité. Dans plusieurs entretiens, des agent·e·s ont évoqué qu’ils ou elles vendaient des crédits de communication pour « s’amuser », « se distraire », « faire du sport ». Cette conception ludique du travail est une façon pour elles et eux de mieux supporter les contraintes physiques que la vente de rue représente mais également une manière de conjurer la honte et donner du sens à l’activité.

40En somme, nous sommes en présence d’une situation où le sens du travail n’est pas dans une amélioration des conditions de vie mais plutôt dans ce qu’il permet d’échapper à l’inactivité. Le sens n’est pas porté vers les possibilités, donc vers le futur, mais de préférence vers la fuite d’une réalité mortifère, vers son échappée.

Corps marketing, corps vitrine

41Avec Karl Marx, nous avions découvert que dans le rapport de production du capitalisme industriel, les travailleuses et travailleurs n’avaient que leur force de travail à vendre. Cette conception a connu bien des révisions et le développement des sociétés de service a montré que cette relation entre employeur et employé n’est pas totalement applicable. Les employeurs invitent de plus en plus les travailleuses et les travailleurs à mobiliser leur corps, leurs émotions, leurs pensées pour répondre aux objectifs fixés (Dujarier, 2012). Ce n’est plus seulement la force de travail, comprise comme les facultés physiques et intellectuelles mobilisées pour accomplir la tâche, qui est utilisée dans le processus de production, mais aussi la personnalité, la créativité, les émotions des travailleuses et des travailleurs.

42Il n’en demeure pas moins que l’activité de recharge électronique par les vendeuses et vendeurs de rue repose en grande partie sur les capacités physiques de celles et ceux qui s’y adonnent. Le travail de ces personnes engage fondamentalement leur corps, ceci à deux niveaux. Le premier est le corps en tant que producteur de l’énergie qui permet aux vendeuses et vendeurs de circuler dans les rues. Il faut une bonne endurance pour parcourir des kilomètres d’un lieu à un autre et ceci pour certains, du lever du soleil jusqu’à son coucher.

43Jonas, vendeur ambulant le dit clairement : c’est un travail qui fatigue beaucoup. Et Féquière, un autre vendeur, insiste sur la pénibilité de la marche sous le soleil qui use le corps et qui provoque même une décoloration des gilets portés par les vendeuses et les vendeurs. Mackenson, jeune homme de 20 ans qui, quand il ne va pas à l’école, vend des crédits de communication, nous explique : « Cela a beaucoup d’effets sur moi. Parfois, j’ai mal aux pieds, j’ai mal à la tête. Quand je vais me coucher, je prends des comprimés pour la migraine. À cause du soleil, je suis obligé d’utiliser une casquette ».

44La pénibilité du travail se ressent dans le corps qui s’use à la tâche. La marche sous le soleil dans le cas des vendeuses et vendeurs ambulants a forcément des conséquences sur la santé de ces travailleuses et travailleurs. Mais dans une société de débrouille, ces considérations ne font pas débat et cela fait l’affaire des opérateurs qui peuvent passer par ces personnes en quête d'activités pour distribuer l’accès à l’information et à la communication.

45Le deuxième niveau dans lequel le corps est engagé par les compagnies de téléphonie mobile est celui du marketing. Pour vendre des crédits de communication, il faut être visible pour les consommatrices et consommateurs qui doivent facilement repérer les vendeuses et les vendeurs. C’est pourquoi les deux opérateurs qui évoluent sur le territoire haïtien et qui font de la recharge électronique fournissent aux vendeuses et aux vendeurs des gilets et des casquettes à leur effigie. Cette « tenue de travail » qui rend visible ces agent·e·s agit aussi comme outil de marketing posé directement sur le corps. Celui-ci devient en ce sens un corps marketing, corps vitrine qui expose la compagnie pour laquelle la livrée est portée. Un corps visible mais pourtant invisibilisé par ces outils de reconnaissance car, quand le regard se pose sur la vendeuse ou le vendeur, ce qui est perçu ce n’est pas un individu mais plutôt l’accès à un service.

46Ce qui est donc accaparé par les opérateurs de téléphonie mobile, ce n’est pas seulement la force de travail des vendeuses et des vendeurs mais aussi leur corps, producteur de cette force de travail et objectivé dans une perspective de marketing. Dans ce capitalisme numérique, ce qui compte c’est nombre de clics que les doigts peuvent produire, combien de pas une vendeuse ou un vendeur ambulant peut effectuer, car chaque clic pour entrer un numéro, chaque pas pour aller à la rencontre d’une consommatrice et d’un consommateur est un gain pour l’entreprise.

Conclusion

47La vente de crédits de communication exercée par les détaillants dans la région métropolitaine de Port-au-Prince répond à la nécessité d’échapper à l’inactivité. Elle est un travail par défaut, effectué faute de mieux. Déployée dans le secteur de la débrouille, elle donne à voir en amont une multinationale qui fait fructifier son capital par le travail de personnes qu’elle ne paie pas, qui ne sont soumises à aucun régime de protection sociale. De son côté, l’État s’associe à cette entreprise et se vante de créer des opportunités d’emploi et de réduire le chômage. Et pris par la nécessité de se débrouiller tous les jours pour survivre, ces travailleuses et travailleurs n’ont plus le temps de se préoccuper du désengagement de cet État qui n’a rien à craindre, du moins en apparence, des tensions que pourrait soulever le manque d’occupation de milliers de personnes. En contournant de la sorte les risques de mobilisations populaires, l’État exerce un contrôle social sur les individus tout en les maintenant dans la précarité.

48Ces populations pour lesquelles les expressions telles que la sécurité au travail, les avantages sociaux, la retraite, ne sont pas applicables, sont dans la recherche d’une activité afin d’occuper leur quotidien. Si elles estiment se faire exploiter, elles n’ont pas de recours. À l’ère du capitalisme numérique, il semblerait que le système de débrouille déployé dans des pays du Sud global soit une mine pour l’accumulation capitaliste qui peut s’adapter à lui et le tourner à son avantage.

Haut de page

Bibliographie

Abdelnour S. & A. Lambert (2014), « "L'entreprise de soi", un nouveau mode de gestion politique des classes populaires. Analyse croisée de l'accession à la propriété et de l'auto-emploi (1977-2012) », Genèses, n° 95, pp. 27-48.

Ayimpam S. (2014), Économie de la débrouille à Kinshasa. Informalité, commerce et réseaux sociaux, Paris, Éditions Karthala.

BearingPoint-Proparco/AFD - FAFO (2010), « Étude d’impact sur l’entrée d’un nouvel opérateur mobile en Haïti », Rapport de recherche, Haïti.

Boltanski L. & È Chiapello (2011), Le Nouvel esprit su capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

Bouffartigue P. (2016), « Quelles bases objectives pour les résistances et les mobilisations de travailleurs précaires ou/et informels ? », dans Calderon J.-A., Demailly L. & S. Muller (dir), Aux Marges du travail, Toulouse, Éditions Octares.

Bourdieu P. (2003), Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil.

Casilli A. (2019), En Attendant les robots. Enquête sur le travail du clic, Paris, Éditions du Seuil.

Castel R. (1995), Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Éditions Gallimard.

Certeau de M. (1990), L’Invention du quotidien. 1. Art de faire, Paris, Éditions Gallimard.

Châtel v. & M.-H. Soulet (2002), Faire face et s’en sortir, Fribourg, Éditions Universitaires Fribourg.

Cingolani P. (2016), « L’échappée, figures du dehors et de l’ailleurs dans les pratiques et les imaginaires sociaux », dans Brogan U. et al. (dir), L’Échappée. Travaux en cours, 8èmes Rencontres Doctorales Paris Diderot « La pluridisciplinarité à l’œuvre » [En ligne] https://ed131.u-paris.fr/file/9957/download?token=CWhzpPQZ

Cingolani P. (2005), La Précarité, Paris, Presses universitaires de France.

Cingolani P. (2012), Un Travail sans limites. Subordination, tensions, résistances, Toulouse, Éditions Érès.

Domond G. (2009), Les Technologies de l’information et de la communication (TIC) pour le développement d’Haïti, Port-au-Prince, Éditions Imprimeur II.

Dujarier M.-A. (2012), L’idéal au travail, Paris, Presses universitaires de France.

Dujarier M.-A. (2019), « Le sens de l’entrepreneuriat de soi sur les places de marché numériques de bricolage », Nouvelle Revue de Psychosociologie, n° 27, pp. 65-77.

Fall A. S. (2007), Bricoler pour survivre : perception de la pauvreté dans l’agglomération urbaine de Dakar, Paris, Éditions Karthala.

Flichy p. (2017), Les Nouvelles frontières du travail à l'ère du numérique, Paris, Éditions du Seuil.

Fuchs C. (2016), « Digital Labor and Imperialism », Monthly Review, vol. 67, n° 8 [En ligne] https://monthlyreview.org/2016/01/01/digital-labor-and-imperialism/

Hartog F. (2013), Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil.

Huet J.-M. et al. (2010), « La téléphonie mobile facteur de développement ? », L'Expansion Management Review, vol. 2, n° 137, pp. 118-127.

Lautier B. (2004), L'Économie informelle dans le tiers monde, Paris, Éditions La Découverte.

Laval C. (2007), L’Homme économique. Essai sur les racines du néolibéralisme, Paris, Éditions Gallimard.

MacGaffey J. (1993), « On se débrouille : réflexions sur la deuxième économie au Zaïre », dans Omasombo J. T. (dir.), Le Zaïre à l'épreuve de l’histoire immédiate, Paris, Éditions Karthala.

Noel J.-M. R. (2013), L’Évolution des technologies de l’information en Haïti. Entre l’indécision politique et le flou juridique, Port-au-Prince, Éditions de l’Université d’État d’Haïti.

Omasombo J. T. (dir.) (1993), Le Zaïre à l'épreuve de l’histoire immédiate, Paris, Éditions Karthala.

Paugam S. (2013), Les Formes élémentaires de la pauvreté, Paris, Presses universitaires de France.

Portes A. & K. Hoffmann (2003), « Latin America Class Structures: Their Composition and Change During the Neoliberal Era », Latin American Research Review, vol. 38, n° 1, pp. 41-82.

Vatin F. (2014), Le Travail. Activité productive et ordre social, Paris, Presses universitaires de Paris Ouest.

Villers G., Jewsiewicki B. & L. Monnier (dir.) (2002), Manières de vivre. Économie de la « débrouille » dans les villes du Congo/Zaïre, Paris, Éditions L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Global System for Mobile Communications

2 Code division multiple access

3 Pap padap est une expression créole qui signifie rapide. Ce nom a été donné à ce service de la compagnie pour mettre l’emphase sur sa rapidité.

4 La carte de recharge la moins chère coûtait 50 gourdes. Avec la recharge électronique, les consommateurs peuvent maintenant renflouer leur compte à partir de 10 gourdes (autour de sa moyenne de 0.00968 HTG pour 1 €, le cours du gourde haïtien a varié en 2020 de 45,58 % entre son plus bas du 18/08/2020 à 0.00746 € et son plus haut du 29/10/2020 à 0.01372 €).

5 La pou la est le nom donné à la recharge électronique par la compagnie Natcom. Pap padap et La pou la signifie « instantané ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bengie Alcimé et Wilsot Louis, « La vente de crédits de communication au croisement du travail par défaut et de la débrouille exploitée »SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 02 février 2021, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/16327 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.16327

Haut de page

Auteurs

Bengie Alcimé

Doctorant, laboratoire changement social et politique, (LCSP) université de Paris, France - benalcime@gmail.com

Wilsot Louis

Doctorant, laboratoire changement social et politique, (LCSP) université de Paris, France - wilsotlouis@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search