Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSPremiers textes2021Domesticité, exploitation économi...

2021

Domesticité, exploitation économique et maltraitance : cas des travailleuses domestiques à Dakar

Domesticity, economic exploitation and abuse: the case of domestic workers in Dakar
Ismaïla Sene

Résumés

Au Sénégal, la fréquence des faits divers mettant en exergue les conditions d’exercice du travail domestique contraste avec l’attention marginale que la réflexion scientifique accorde à la question de la domesticité. C’est dans ce contexte que cette étude est mobilisée pour apporter un éclairage scientifique sur la question de la domesticité au Sénégal et notamment à Dakar. Ainsi, grâce à une méthodologie exclusivement qualitative basée sur la conduite d’entretiens semi-directifs et la méthode des récits de vie, l’étude met en évidence les situations d’exploitation économique et de maltraitance auxquelles sont confrontées les travailleuses domestiques ; situations qui remettent en question le caractère décent de l’emploi domestique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1D’une manière générale dans le monde francophone, depuis les travaux pionniers des années 1970, les domestiques étaient restés en marge des problématiques de l'histoire du travail et de l'histoire des femmes (Piette, 2000).

2Au Sénégal, la forte proportion de femmes domestiques invite à inscrire la question de la domesticité au cœur des préoccupations scientifiques de la sociologie du travail et des problématiques de genre. En effet, dans un contexte marqué par l’insuffisance des opportunités d’emploi et l’absence de qualification professionnelle, certaines femmes, notamment celles provenant du milieu rural, choisissent d’exercer le métier de domestique (Gassama, 2005) qui constitue pour elles l’un des seuls moyens de gagner leur vie dignement et d’acquérir une indépendance financière (Auvergnon, 2013). Néanmoins, comme le soutient Samuel Grumiau (2007), les conditions d’exercice de ce métier laissent souvent entrevoir plusieurs formes d’abus (exploitation, maltraitance, surcharge de travail, etc.) qui remettent en question son caractère décent. Pourtant, cette problématique n’a attiré l’attention que de rares spécialistes du genre et du travail au Sénégal. C’est pour cette raison que notre étude se propose de faire un examen critique des conditions d’exercice du métier de domestique au Sénégal et particulièrement à Dakar où une forte proportion de femmes provenant du monde rural assure des services domestiques.

3Grâce à une méthodologie qualitative basée sur la conduite d’entretiens semi-directifs et la méthode des récits de vie, nous avons pu constater que les faits d’exploitation économique (surcharge de travail, salaires dérisoires, absence de repos hebdomadaires et de congés) et des cas de maltraitance (violences verbales, physiques, psychologiques, sexuelles) remettent en cause le caractère décent du travail domestique à Dakar.

Les conditions de la domesticité : un regard centré sur la problématique du travail décent

  • 1 Organisation internationale du travail.

4L’émergence de la domesticité comme un objet des sciences sociales a été soutenue par l’apparition d’une littérature qui s’est attachée à montrer que le travail domestique s’exerce dans un espace de « non droit » qui laisse les employés, le plus souvent des femmes, à la merci de l’exploitation et de la maltraitance. Les auteurs qui alimentent cette littérature se placent bien évidemment sur le terrain de la qualité des emplois à partir de la problématique développée par l’OIT 1 sur le travail décent. Celui-ci désigne, selon cette perspective, « l’activité qui assure liberté, sécurité, dignité et équité à qui le réalise, en fonction des critères individuels et collectifs de l’être humain concerné » (Bonnechère, 2008). Il repose sur quatre piliers que sont : l’emploi, la protection sociale, les droits des travailleurs et le dialogue social (Ghai, 2003).

5Parmi les pionniers de la pensée européenne sur la domesticité, Pierre Guiral et Guy Thuillier ont démontré que les domestiques sont victimes de séries de malheurs et de maltraitances qui creusent, peu à peu, le fossé entre leur monde et celui des ouvriers (Guiral & Thuillier, 1978). En effet, comme le dit Luc Demaret : « dans beaucoup de pays, les travailleurs domestiques sont pris au piège dans des situations de travail forcé et, très souvent, ils sont empêchés de quitter la maison des employeurs par des menaces ou des violences » (Demaret, 2007, p. 2). Selon Valérie Piette, cette situation s’observe notamment chez les femmes domestiques lesquelles, objet de séduction pour les uns et souffre-douleur pour les autres, n'ont souvent pas d'autres alternatives que la ruse pour échapper à l'emprise de leurs maîtres au risque de sombrer dans l'enfer des grossesses illégitimes ou des infanticides (Piette, 2000).

6Selon Asha D’Souza, ces diverses situations affectent plus fréquemment les femmes immigrées qui exercent le métier de domestique (D’Souza, 2010). Pour lui, ces dernières sont confrontées à des conditions de travail marquées par une charge de travail disproportionnée par rapport aux salaires octroyés, l’absence d’une protection sociale et des services d’assurance maladie ou encore le manque de prestations de maternité ou de pension de retraite. Elles sont également victimes de mauvaises conditions de vie, notamment dans les domiciles de leurs employeurs où elles vivent dans des conditions de logement et de restauration carrément contraires à la dignité. Ces domestiques immigrées sont aussi exposées aux violences psychologiques (menaces, insultes, humiliations, etc.), mais aussi physiques (gifles, tirage ou coupage des cheveux, coups divers, brûlures au fer ou à l’eau chaude, etc.) qui émanent essentiellement de l’employeur ou des membres de sa famille tout en étant, parfois, surexposées aux harcèlements sexuels et aux viols. Philippe Auvergnon ajoute à cette situation d’autres séries de maltraitances qui s’expriment, selon lui, par des insultes, des humiliations, des privations de nourriture, des menaces, sans oublier la confiscation des documents d’identité et du permis de travail ou de séjour, la modification unilatérale du contrat ou encore l’ingérence dans la vie privée. Il évoque également le flou et « l’extensibilité » qui caractérisent les horaires de travail de ces dernières sans que soient payées des heures supplémentaires et sans que soient accordés des repos compensateurs et encore moins des congés (Auvergnon, 2013). D’après Samuel Grumiau, cette vulnérabilité s’accroit inévitablement lorsque les travailleuses domestiques se retrouvent seules à la maison avec des employeurs qui les harcèlent sexuellement, surtout si elles sont migrantes et/ou qu’elles vivent chez ces derniers (Grumiau, 2007).

7Emboitant le pas à ces auteurs, John Lindsay estime que dans le contexte asiatique les domestiques sont soumises aux pires conditions de travail, en ce sens que la majorité d’entre elles est à la tâche 16 à 19 heures par jour sans bénéficier de jours de repos régulier ni de vacances rémunérées encore moins d’une couverture sociale (assurance médicale et retraite). En outre, « près de la moitié d’entre elles sont fréquemment victimes de mauvais traitements au niveau tant mental que physique et l’on estime qu’un quart de ces femmes est l’objet d’avances sexuelles – qui n’excluent pas le viol – de la part du maître de maison ou de tout autre homme du foyer » (Lindsay, 2007, p. 77). Selon cette analyse, les travailleuses domestiques comptent parmi les personnes les plus vulnérables à l’exploitation et parmi celles qui sont les moins bien protégées par le droit du travail.

8S’intéressant particulièrement au contexte latino-américain, María Elena Valenzuela et Marta Rangel soutiennent que cette vulnérabilité persistante s’explique par la faible protection juridique dont disposent les travailleurs domestiques au premier rang desquels figurent les femmes domestiques. Pour ces auteures, cette situation est la conséquence du mépris dont sont victimes les domestiques au regard des dispositions prévues dans les législations en ce sens que le travail domestique est régi par un régime juridique spécial qui donne notamment aux femmes qui l’exercent moins de droits que les autres catégories de travailleurs. Cette position repose sur l’idée selon laquelle le service domestique est confiné dans un secteur où le niveau de rémunération et de protection sociale est le plus bas et où la qualité même de l’emploi est des plus médiocres (Valenzuela & Rangel, 2007) .

  • 2 Bureau international du travail.

9En Afrique où la domesticité demeure un objet insuffisamment documenté (Pilon et al., 2019), le travail domestique est également exercé par des personnes exposées à diverses formes de vulnérabilité en ce sens que « l’ombre portée de l’esclavage plane souvent sur les situations de domesticités » (Jacquemin & Tisseau, 2019, p. 24). En effet, « quels que soient le lieu ou l’époque considérés, le travail domestique est plus que souvent réalisé par des personnes – hommes, femmes, de tous âges – exposées à diverses formes de vulnérabilité. Ce qui nous semble ressortir comme invariant, c’est l’absence de reconnaissance claire et inconditionnelle – par les employeur.e.s, par la société et parfois par les domestiques mêmes – que s’exerce là un "vrai" travail offrant aujourd’hui la possibilité d’obtenir un statut – protégé – de travailleur·e » (Ibid.). Selon une étude du BIT 2 (2013), cette vulnérabilité réside, en partie, sur les longues heures de travail (plus de 62 à 63 heures par semaine), particulièrement chez les domestiques logées par leurs employeurs.

10Au regard de tous ces arguments, on voit qu’à l’échelle internationale et africaine, la domesticité rime, en partie, avec la souffrance et l’exploitation dont sont victimes les travailleurs domestiques, notamment les femmes qui occupent l’écrasante majorité de la population domestique.

11On constate, sur la base de ces réflexions, que les travailleuses domestiques constituent un personnel qui, exerçant en milieu strictement privé, n’attire pas les regards et reste confiné au secteur informel, échappant ainsi à toute règle et à toute organisation. Cette situation semble donc favoriser la vulnérabilité et l’invisibilité récurrente de ces travailleuses ainsi qu’une forme de paternalisme susceptible de les infantiliser.

12Dès lors, notre travail qui s’inscrit dans la continuité des réflexions précédemment abordées, se propose donc d’interroger, à la lumière de la problématique du travail décent promue par l’OIT, les conditions de travail des domestiques dans le contexte sénégalais et particulièrement à Dakar.

Contexte et problématique de la recherche

13Au Sénégal, la domesticité n’a pas fait l’objet d’un grand intérêt de la part des chercheurs qui s’intéressent aux problématiques du travail et du genre. Hormis les travaux d’Absa Gassama (2005) et de Latif Dramani (2015), la plupart des documents que nous avons trouvés sur la question sont des articles de presse et des publications des médias sociaux qui dénoncent les mauvaises conditions de travail des employées domestiques.

  • 3 Agence nationale de la statistique et de la démographie.

14Et pourtant, le travail domestique occupe une partie importante du travail salarié au Sénégal. Selon l’enquête nationale sur l’emploi au Sénégal (ENES) réalisée par l’ANSD 3 (2016), les activités spéciales de ménages constituent la branche d’activité qui emploie le plus de salariés au Sénégal (12,3%). Comme le démontre Absa Gassama (2005), les domestiques, généralement des femmes déscolarisées venues du milieu rural pour louer leur force sur le marché du travail en ville, constituent des appuis importants pour bon nombre de femmes qui comptent sur elles pour se libérer des tâches domestiques. Elles contribuent, de ce point de vue, au développement du pays et au bien-être de la société (Dramani, 2014).

15Malgré cet apport crucial à la vie des familles, il semble, tel que le suggèrent les informations relayées par la presse locale 4, que les conditions de travail de ces domestiques soient loin d’être reluisantes. En témoigne l’histoire d’une domestique tabassée, 1igotée et jetée du troisième étage par la fille de sa patronne qui se plaignait de la qualité de son service 5.

16Ainsi pour mieux comprendre cette problématique, presque invisible dans la littérature scientifique locale, il s’avère nécessaire d’orienter la réflexion sur les conditions de travail des domestiques au Sénégal et notamment à Dakar. Dès lors notre étude s’articule autour de la question ci-après : en quoi les conditions de travail des domestiques à Dakar les mettent-elles à la marge du travail décent ?

Méthodologie de l’étude
Le travail d’investigation a été effectué avec un corpus qualitatif constitué grâce à la méthode de la boule de neige. Cette méthode consiste, à travers un schéma de désignation successive, à ajouter à un noyau d’individus déjà interrogés d’autres individus désignés par les informateurs de départ (Beaud, 2016). L’usage de cette technique non probabiliste se justifie par l’absence d’une base de sondage du fait du manque des données statistiques sur les travailleurs et les travailleuses domestiques à Dakar. Grâce à cette démarche nous avons pu interroger, par le biais d’entretiens semi directifs, trente (30) travailleuses domestiques et six (06) employeurs. Neuf (09) autres travailleuses domestiques ont été interrogées grâce à la méthode des récits de vie. Ces enquêtes se sont notamment déroulées dans les quartiers des Parcelles Assainies, Fann et Médina à Dakar mais aussi dans la banlieue dakaroise (Guédiawaye et Pikine). Les domestiques interrogées proviennent toutes des régions de l’intérieur du pays. Par ailleurs, il faut préciser que dans notre démarche nous avons tenu compte des principes de la diversification et de la saturation empirique.

Exploitation économique et maltraitance : des réalités de la domesticité à Dakar

17Au regard de la trajectoire et du profil des domestiques interrogées (elles sont généralement peu ou non scolarisées et sans qualification professionnelle), on s’aperçoit que le métier de domestique se présente comme un « emploi faute de mieux » (Sall & Tine, 2015). En effet, ces domestiques disent avoir choisi ce métier du fait d’un manque de qualification et, surtout, de l’absence de meilleures opportunités d’emploi. Elles considèrent donc le travail domestique comme étant l’unique option pour sortir du chômage et de la précarité qu’il induit. Toutefois, dans l’exercice de ce métier, ces femmes sont confrontées à des formes d’exploitation économique et de maltraitance qui remettent en question le caractère décent de leur travail.

La question de l’exploitation économique des travailleuses domestiques

18La combinaison d’une faible rémunération et d’une surcharge de travail, en termes de tâches et d’horaires, est révélatrice de l’exploitation économique dont sont victimes les travailleuses domestiques à Dakar. L’analyse des conditions de travail de ces dernières permet de bien s’en rendre compte.

Une faible rémunération, un facteur de précarité économique

  • 6 Soit environ 84 €.

19Bien qu’il existe des lois régissant l’emploi au Sénégal, le marché du travail domestique semble échapper aux régulations officielles. Pour preuve, le niveau de rémunération du travail domestique est largement inférieur au seuil prévu par la législation en matière de travail. L’enquête effectuée auprès des travailleuses domestiques montre que le travail effectué par ces dernières est faiblement rémunéré. En effet, on constate, sur la base des données recueillies, que la faible rémunération est une réalité du travail domestique dans la mesure où 37 travailleuses domestiques sur 39 rencontrées perçoivent une rémunération mensuelle inférieure au salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) qui est passé à 55 000 F CFA en janvier 2019 6. La majeure partie de ces travailleuses reçoit un salaire compris entre 25 000 et 44 000 F CFA. Parmi celles-ci, une bonne partie reçoit un salaire inférieur à 35 000 F CFA.

20Cette faible rémunération de l’emploi domestique met les travailleuses domestiques dans une situation de précarité économique. Une précarité qui s’observe à travers les difficultés qu’éprouvent ces travailleuses à couvrir leurs besoins essentiels pour accéder à des conditions de vie décente. De même, la prise en charge des besoins de santé et des frais éducatifs de leurs enfants et/ou de leurs familles respectives constituent de véritables casse-têtes pour ces femmes malgré leur statut de travailleuses.

21L’exemple de F.F démontre cette situation :

  • 7 Environ 46 €.

« Je reçois 30 000 F par mois 7. Cet argent est très peu pour prendre en charge mes besoins et ceux de ma famille. J’ai deux enfants qui sont au village mais je ne suis pas en mesure de les prendre en charge. Si je paye le transport pour me rendre au travail, le logement et le diner, j’éprouve des difficultés même à acheter mes effets de toilettes. Tout ce que je gagne reste ici. […]. Je ne peux ni épargner ni envoyer de l’argent à mes enfants encore moins à mes parents. »

22Pour certaines domestiques, cette faible rémunération s’explique par le mépris de certains employeurs vis-à-vis des travailleuses domestiques. Une telle position repose sur le fait que ces dernières se perçoivent comme étant peu considérées par les personnes qu’elles servent. C’est ce qu’explique O. S. :

« Pour mon cas, je travaille chaque jour et je descends tard mais vu ce que je gagne, je considère que je suis exploitée par ma patronne. Elle ne se soucie en aucun moment de ma condition. Tout ce qui l’intéresse c’est que je vienne tôt pour lui permettre d’aller travailler et que je descende tard. La majorité des domestiques vivent la même situation. »

23Il faut dire que la faiblesse du dispositif de protection et de promotion de l’emploi domestique oblige les femmes qui exercent le métier de domestique à accepter les rémunérations proposées de peur de se faire concurrencer par d’autres. Cette faible rémunération du travail domestique constitue un véritable indicateur de l’exploitation économique dont sont victimes les femmes qui exercent cette profession. Ces dernières éprouvent, généralement, des difficultés à couvrir leurs besoins socio-économiques malgré le fait qu’elles exercent de manière régulière et durable un emploi qui contribue, manifestement, à l’épanouissement des ménages des employeurs lesquels, bien que conscients de l’enjeu de ce travail, ne démontrent aucune motivation à faire des efforts pour rémunérer de manière équitable le travail fourni par les domestiques.

24Les propos de cette patronne (N.B.) permettent de soutenir cette idée :

« Personnellement je sais que les bonnes sont braves. Mais je pense que ce qu’on leur paye n’est pas si insignifiant. Moi je paye 35.000 F à ma bonne. Tu penses que c’est minime peut-être mais il faut comprendre qu’elle mange chez moi et fait ses besoins ici toute la journée. Je lui fais même des cadeaux parfois. Nous aussi on a des charges qui nous empêchent de payer certains salaires. »

25Par ailleurs, compte tenu du caractère informel de l’emploi domestique, sa rémunération n’intègre aucun avantage supplémentaire. Ni la prise en charge médicale, ni la prime de transport encore moins les cotisations sociales ne sont assurées par l’employeur. Comme le démontre Absa Gassama (2005) cette absence de prise en charge sociale influe directement sur la reproduction et sur le travail des enfants qui prennent la relève en cas d’incapacité des parents pour améliorer le revenu de leurs familles suivant le modèle de solidarité familiale des communautés domestiques.

Une surcharge de travail non rémunérée

26À Dakar, l’une des caractéristiques de la domesticité est la surcharge de travail du personnel domestique. À l’image des constats effectués à l’échelle africaine (BIT, 2013) et dans d’autres régions du monde (Auvergnon, 2013 ; Valenzuela & Rangel, 2007 ; Lindsay, 2007) cette surcharge est relative à la prolongation des horaires du travail, à la multitude des tâches domestiques et à l’absence de repos hebdomadaires et de congés.

27En effet, contrairement aux dispositions de la législation sénégalaise qui prévoit, de manière générale, une durée hebdomadaire de 40 heures de travail par semaine (à raison de 8 heures de travail par jour), le personnel domestique que nous avons interrogé travaille entre 60 et 70 heures par semaine et près de 10 heures par jour. Obligées généralement de se présenter sur le lieu de travail vers 7 heures du matin, avant le départ de leurs employeurs pour le boulot, les travailleuses domestiques sont contraintes d’attendre le retour de ces derniers (vers 20 heures) pour se libérer de leur charge de travail. Cette « extensibilité » (Auvergnon, 2013) des horaires de travail s’explique souvent par l’importance des tâches confiées aux travailleuses domestiques. En effet, en plus de l’obligation d’assurer la toilette des enfants et de leur servir le petit déjeuner, les travailleuses domestiques sont également chargées de faire le marché, de préparer et de servir les repas, de laver les ustensiles de cuisine, de nettoyer le domicile (chambres, salons, véranda, toilettes, cuisines, cour ou devanture, portes et murs de la maison, etc.) parfois à plusieurs reprises, de laver les habits des enfants, de surveiller les enfants ainsi que le domicile de leurs patrons. Certaines d’entre elles associent ces tâches au convoiement des enfants vers leurs établissements respectifs et la récupération de ces derniers à la descente. Ainsi, elles sont souvent tenues pour responsable de tout ce qui peut arriver à ces enfants.

28L’enchaînement de ces différentes tâches oblige les travailleuses domestiques à finir tard leur journée et provoque souvent l’épuisement physique de ces femmes qui jouent pourtant un rôle fondamental dans l’épanouissement des familles de leurs employeurs.

29Cet état de fait s’observe à travers l’exemple de M.B.

  • 8 Retour chez soi.

« À la descente 8, je suis tellement abattue physiquement que je n’ai jamais le temps de faire autre chose le soir. Je pars directement me coucher parce que je dois me réveiller tôt pour aller au travail. Mes employeurs veulent que je sois au boulot avant qu’ils ne quittent la maison car je dois m’occuper des enfants et faire un tas de choses à la fois. Eux-mêmes quand ils sont là, dès que leurs enfants commencent à les fatiguer, ils les renvoient vers moi. C’est moi qui suis obligée de supporter les caprices des enfants, de les surveiller tout en m’occupant d’autres tâches. Après le déjeuner, je n’ai pas le temps de me reposer car les enfants sautent de gauche et droite et je suis obligée d’être attentive sinon je me ferais réprimander s’il leur arrive du mal. »

30La situation s’avère beaucoup plus délicate pour les domestiques qui dorment chez leurs employeurs. Ces dernières voient leurs tâches se prolonger jusque dans la nuit provoquant ainsi des horaires qui dépassent parfois 14 heures de travail par jour. Cette élasticité du temps de travail domestique, déjà mise en exergue dans un rapport du BIT (2013) et dans les travaux de Mélanie Jacquemin (2002), Dorte Thorsen (2012) ou encore Elsa Galerand et ses collègues (Galerand et al., 2015), peut être illustrée à travers l’exemple de M.L.F., une domestique qui loge chez ses employeurs :

« Je suis la première à me lever et la dernière à me coucher. De bonne heure je dois réveiller les enfants, les préparer et leur servir le petit déjeuner pour leur permettre d’aller à l’école. Après je m’occupe d’autres tâches. Le soir, en plus de préparer et de servir le diner, je dois coucher les enfants et les conduire même aux toilettes quand ils se réveillent la nuit. Je peux dire que je travaille presque 24 h sur 24 car même la nuit je suis au service de mes employeurs et de leurs enfants. »

31Les exemples cités plus haut démontrent que les conditions d’exercice du travail domestique sont assez délicates et reflètent une violation des droits fondamentaux des travailleuses domestiques. Ces dernières font face à une charge de travail assez lourde en termes d’horaires et de tâches. Étant généralement obligées de travailler le week-end, elles ne bénéficient que rarement de repos hebdomadaires (seulement six travailleuses sur 39 estiment bénéficier de repos hebdomadaires de manière régulière). Par ailleurs, elles bénéficient rarement de congés annuels et sont souvent obligées d’attendre les fêtes religieuses pour avoir quelques jours de repos. Et pendant ces fêtes, toute prolongation de la durée d’absence accordée par l’employeur entraine généralement un remplacement sans avertissement de la domestique.

32Ces différents arguments mettent en lumière des situations particulières qui façonnent l’emploi domestique à Dakar. Celui-ci se caractérise par la combinaison d’une faible rémunération et d’une surcharge de travail. Le salaire dérisoire offert aux travailleuses, l’absence de congés et de repos hebdomadaires, la multiplication des tâches domestiques et la prolongation des heures de travail au-delà des horaires règlementaires, sont autant de faits qui démontrent que la domesticité est un cadre d’exploitation des femmes. À ces situations, il faut ajouter, d’après les témoignages recueillis, les retards dans le paiement des salaires, les paiements irréguliers, les ponctions sur salaire (en cas d’absences, de petits matériels cassés ou de linge détérioré) et les diminutions de salaire de manière arbitraire ainsi que les ruptures abusives de contrats.

La maltraitance : une réalité de la domesticité

33Comme le soutiennent Manon Masse et Geneviève Petitpierre (Masse & Petitpierre, 2011), le terme maltraitance est principalement utilisé pour évoquer la présence de violence dans le cadre d’une relation caractérisée par une asymétrie des forces ou des statuts entre les acteurs en présence.

34Sous ce regard, l’analyse des conditions d’exercice du travail domestique nous permet donc de noter des situations de maltraitance. Celles-ci se caractérisent par la diversité des formes de violences (physiques, verbales, psychologiques, sexuelles et même symboliques) subies par les travailleuses domestiques dans le cadre de cette relation déséquilibrée de travail.

Une forte proportion de violences sur les travailleuses domestiques

35L’enquête effectuée auprès des travailleuses domestiques montre que la violence, sous toutes ses formes, est bien présente dans l’espace de la domesticité. Sur un total de 39 domestiques interrogées, 32 estiment avoir subi au moins un acte de violence dans le cadre de la relation de travail. Près de la moitié de ces victimes (14 cas sur 32) subit des actes de violence au moins une fois par mois alors que près du tiers (9 cas sur 32) en subit chaque semaine. La combinaison de ces données respectives montre que plus des deux tiers des domestiques (28 cas sur 39) subissent de manière régulière des faits de violences dans leur espace de travail domestique.

36Cette situation démontre que la maltraitance est l’une des réalités de la domesticité à Dakar ; cela d’autant que les actes de violence en question sont orchestrés par des personnes qui détiennent une position d’autorité vis-à-vis des domestiques et qui bénéficient de leurs services. Il s’agit notamment des employeurs, de leurs conjoints, de leurs enfants ou de leurs parents et amis vivant ou fréquentant l’espace de travail (le domicile de l’employeur).

37La forme de violence la plus répandue est la violence verbale, elle touche 27 des 32 domestiques qui ont déclaré avoir subi des cas de violence. Cette forme de violence qui s’exprime par des injures, des propos déplacés, des commentaires blessants, des paroles sexistes, etc. affectent la majeure partie des travailleuses domestiques qui se sentent souvent méprisées et offensées par de tels propos.

38Toutefois, du côté des employeurs certaines paroles perçues comme violentes de la part des domestiques sont rarement considérées comme telles. En interrogeant ces employeurs, on se rend compte que la banalisation de l’insulte et de certains propos blessants pousse les auteurs de violences à dédramatiser leurs actes ou paroles.

39Pour K.G. (patronne) par exemple :

« Le fait de prononcer certains mots à l’endroit des domestiques n’a rien de méchant. Elles peuvent les percevoir comme dégradant ou comme relevant de l’abus mais l’intention n’est pas de les offenser […]. On sait que les cultures sont différentes. Parfois quand on n’est pas content de l’attitude ou du travail de son employé, on a le droit de l’exprimer. Même avec nos enfants c’est comme ça. »

40On peut donc comprendre, à travers cet extrait, que l’expression de la violence verbale est parfois la conséquence d’une forme de banalisation de propos lesquels, bien que régulièrement utilisés dans certains espaces sociaux, paraissent blessants pour certaines domestiques. D’ailleurs, c’est la perception du caractère blessant et offensant de ces propos qui en font des situations de violence.

41C’est ce qui ressort des propos d’une domestique (M.D.) :

« Ce que je ne peux pas comprendre c’est qu’on utilise des insultes et des propos offensants pour reprocher des choses à une personne. Le problème n’est pas d’avoir l’intention de faire mal ou non mais c’est le fait de prononcer des mots qui blessent. Malheureusement c’est ce que font beaucoup d’employeurs. Certaines patronnes n’ont aucun respect pour les bonnes. »

42Il apparait donc que c’est le ressenti de la victime, plus que l’intentionnalité de l’acte ou des propos, qui caractérise ici une situation de violence.

43Dans certains cas, cette violence des mots se combine, dans des proportions variées, avec d’autres formes de violences sexuelles, psychologiques, physiques ou même symboliques.

44Les violences sexuelles qui apparaissent comme la deuxième forme de violence la plus fréquente dans l’espace de travail domestique affectent plus de la moitié des travailleuses qui ont subi des actes de violence dans le cadre de leur travail. Généralement orchestrées par des hommes (les employeurs, leurs fils ou leurs proches parents), les violences sexuelles s’expriment, dans le cadre de la domesticité, par des chantages sexuels, des avances déplaisantes, des harcèlements ainsi que par des attouchements.

45À ces pratiques, il faut ajouter des faits et des tentatives de viol qui sont parfois notés. De tels actes sont parfois associés à des menaces, des dénigrements, des attitudes de mépris et de dévalorisation qui expriment, à leur tour, une forme de violence psychologique.

46Pour leur part, les violences physiques, bien que moins fréquentes que les autres formes de violences, se caractérisent par des cas de brutalités physiques, des coups ou des gifles dont les auteurs sont souvent des personnes vivant sous la tutelle des employeurs.

47La persistance de ces situations de violence nous rappelle les arguments développés, dans d’autres contextes, par des auteurs comme Pierre Guiral et Guy Thuillier, Valérie Piette, Asha D’Souza ou Luc Demaret (Guiral & Thuillier, 1978 ; Piette, 2000 ; D’Souza (2010 ; Demaret, 2017) et selon lesquels les travailleuses domestiques comptent parmi les personnes les plus vulnérables et parmi celles qui sont les plus exposées aux violences. Toutefois, face à toutes ces formes de violences subies, les victimes ne réagissent que mollement et souvent par crainte des représailles.

Attitudes et réactions des domestiques face aux violences subies

48Les travailleuses domestiques victimes de violences perçoivent celles-ci comme étant injustes. Cependant, leurs réactions face aux faits et actes de violence s’avèrent assez timides.

49Dans plusieurs situations, la peur de perdre le travail et de se retrouver au chômage est la principale raison évoquée pour ne pas dénoncer de manière vigoureuse les violences subies ou pour ne pas tenter une voie de recours judiciaire. Ceci, dans la mesure où certaines domestiques qui ont fait recours à une telle option ont été victimes de renvoi.

50C’est l’argument développé par plusieurs domestiques dont M.N qui a été victime d’avances et de harcèlements sexuels :

« Personnellement, j’ai été victime de ces pratiques mais je garde ma dignité et je rejette toute avance. Si j’en parle au sein de la famille c’est sûr que je vais perdre mon travail. C’est pourquoi je préfère ne rien dire tout en restant méfiante. Plusieurs domestiques ont subi ces choses mais elles ne peuvent pas en parler à haute voix car elles risquent de perdre leur boulot ou même d’être traitées de garces. Il y en a beaucoup qui ont vécu cette expérience. »

51Les propos de cette femme confirment l’idée que les travailleuses domestiques sont livrées à elles-mêmes. Craignant de perdre leur emploi, elles sont pour la plupart sans défense et sans option de recours du fait de la crainte des représailles.

52Chez certaines, l’option d’un recours judiciaire est remise en cause par le fait qu’elles n’accordent pas suffisamment de crédit aux procédures judiciaires. C’est le cas de A.S. quand elle estime que : « Aller en justice c’est même plus risqué. Ce sera ta parole contre sa parole et dans ce pays celui qui a les moyens a plus de chances de gagner. Une amie à moi a été victime de ça mais finalement c’est elle qui a été accusée de mentir et de vouloir faire du chantage à son patron. »

53On s’aperçoit donc que la crainte d’une contre-accusation, de la diabolisation et de la perte de l’emploi pousse certaines domestiques à intégrer les faits de violence comme étant des risques du métier. Ce faisant, elles deviennent des objets de séduction et des souffre-douleur (Piette, 2000) sans défense. D’autres, en revanche, sont obligées de rompre unilatéralement leur relation de travail sans préavis. C’est donc pour cette raison qu’Absa Gassama trouve dans les départs fréquents de domestiques des motifs stratégiques qui relèvent parfois d’une volonté de fuir certaines situations de violence comme le harcèlement sexuel (Gassama, 2005).

Conclusion

54Au Sénégal, la fréquence des faits divers relatifs aux conditions d’exercice du travail domestique et l’insuffisance de la littérature scientifique sur la question ont motivé la conduite de cette recherche. Ainsi les informations que nous avons pu recueillir à propos de la lourdeur des charges de travail, le rallongement de la durée de travail, l’absence de congés et de repos hebdomadaires, les salaires dérisoires ainsi que la fréquence des faits de violence exercés sur les domestiques dans leur espace de travail, etc., nous ont permis de constater que les travailleuses domestiques sont confrontées, de manière récurrente, à l’exploitation économique et à la maltraitance.

55Toutefois, ces diverses formes de vulnérabilité qui affectent les travailleuses domestiques à Dakar ne sont pas une particularité sénégalaise. Car la littérature exploitée, tout au long de ce travail, a permis de se rendre compte qu’en Afrique et dans d’autres régions du monde, la domesticité rime généralement avec des situations d’exploitation économique et de maltraitance. En effet, comme le suggère Samuel Grumiau, il ne se passe pas une semaine, depuis des années, sans que des médias, des syndicats, des organisations internationales telles que le BIT, des organisations non gouvernementales ne publient des rapports ou reportages sur les exploitations et la maltraitance dont sont victimes les travailleuses domestiques de par le monde (Grumiau, 2007).

56En définitive, cette étude apporte un éclairage sur une question bien préoccupante mais peu documentée par la littérature scientifique sénégalaise. Elle constitue donc un apport que l’on souhaite décisif à la production des connaissances sur la problématique du travail tout en offrant l’occasion d’enrichir les travaux sur la problématique du genre au Sénégal.

Haut de page

Bibliographie

ANSD (2016), Enquête nationale sur l’emploi au Sénégal 2015 [En ligne] http://www.ansd.sn/ressources/rapports/Rapport_Enquete%20Nationale%20Emploi%20au%20Senegal%20ENES-2015.pdf

Auvergnon P. (2013), « Le travail domestique sur le chemin du travail décent ? » [En ligne] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00908660/file/Travail-domestique-Ph-Auvergnon.pdf

Beaud J.-P. (2016), « L’échantillonnage », dans Gautier B. & L. Bourgeois (dir.), Recherche sociale : de la problématique à la collecte des données, Québec, PUQ, 6ème édition, pp. 251-283.

BIT (2013), « Les travailleurs domestiques en Afrique : une vue d’ensemble », Forum de partage des connaissances, Dar es Salaam, Tanzanie, 28-30 mai 2013 [En ligne] https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---africa/documents/meetingdocument/wcms_213686.pdf .

Bonnechère M. (2008), « Travail décent et modernisation du droit du travail », Travail et Emploi, n° 113, pp. 91-101.

Demaret L. (2007), « Un travail décent pour les travailleurs domestiques : vers une convention internationale », dans Grumiau S. (dir.), « Un travail décent pour les travailleurs domestiques », Éducation ouvrière, n° 148-149, pp. 1-8 [En ligne] https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---ed_dialogue/---actrav/documents/publication/wcms_112466.pdf.

Dramani L. (2014), « Travail domestique au Sénégal : 30% du PIB à valoriser », Centre de recherche en économie et finance appliquée de Thiès (CREFAT), Policy Brief n°2 [En ligne] https://crefat.univ-thies.sn/img/uploads/1426184434crefat.pdf

D’Souza A. (2010), Le Travail domestique sur la voie du travail décent. Rétrospective de l’action de l’OIT, BIT, Document de Travail 2 [En ligne] https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---dgreports/---gender/documents/publication/wcms_142906.pdf.

Galerand E. et al. (2015), Travail domestique et exploitation : le cas des travailleuses domestiques philippines au Canada (PAFR), Rapport de recherche, UQÀM [En ligne] https://www.mcgill.ca/lldrl/files/lldrl/15.01.09_rapport_fr_vu2.5.11_0.pdf

Gassama A. (2005), « Les marchés du travail domestique au Sénégal », Innovation, vol. 22, n°2, pp. 171-184 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-innovations-2005-2-page-171.htm.

Ghai D. (2003), « Travail décent : concept et indicateurs », Revue internationale du travail, vol. 142, n° 2 [En ligne] https://www.ilo.org/public/french/revue/download/pdf/ghai.pdf

Grumiau S. (2007), « Les réalités du travail domestique », Éducation ouvrière, vol. 3-4, n° 148, pp. 9-17.

Guiral P. & G. Thuillier (1978), La Vie quotidienne des domestiques en France au XIXème siècle, Paris, Éditions Hachette.

Jacquemin M. (2002), « Travail domestique et travail des enfants, le cas d’Abidjan (Côte d'Ivoire) », Tiers Monde, vol. XLIII, n° 170, pp. 307-326.

Jacquemin M. & V. Tisseau (2019), « Le balai comme objet politique. Regards sur les domesticités en Afrique », dans Jacquemin M. & V. Tisseau (dir.), Politiser le travail domestique, Paris, Éditions Karthala, Série Politique africaine n° 154, pp. 5-27.

Lindsay J. (2007), « Syndicaliser le personnel domestique en Asie : une œuvre de longue haleine », dans Grumiau S. (dir), « Un travail décent pour les travailleurs domestiques », Éducation ouvrière, n° 148-149, pp. 77-80 [En ligne] https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---ed_dialogue/---actrav/documents/publication/wcms_112466.pdf

Masse M. & G. Petitpierre (2011), La Maltraitance en institution. Les représentations comme moyen de prévention, Open Edition book [En ligne] https://books.openedition.org/ies/187 .

Piette V. (2000), Domestiques et servantes. Des vies sous condition. Essai sur le travail domestique en Belgique au XIXème siècle, Bruxelles, Éditions de l’Académie royale de Belgique.

Pilon M. et al. (2019), « Essai de mesure et d’analyse de la présence de domestiques dans les ménages en Afrique subsaharienne », dans Jacquemin M. & V. Tisseau (dir.), Politiser le travail domestique, Karthala, Série Politique africaine n° 154, pp. 121-143.

Sall A. & B. Tine (2015), « Les trajectoires d’emploi des jeunes au Sénégal : entre "emploi faute de mieux" et projet professionnel », Série de documents de recherche du Consortium pour la Recherche économique et sociale (CRES), Dakar.

Thorsen D. (2012), Child Domestic Workers. Evidence from West and Central Africa, UNICEF [En ligne] http://sro.sussex.ac.uk/id/eprint/43303/1/Briefing_paper_No_1_-_child_domestic_workers.pdf.

Valenzuela M. E. & M. Rangel (2007), « Travailleuses domestiques en Amérique latine : les laissées-pour-compte du travail décent », dans Grumiau S. (dir.), « Un travail décent pour les travailleurs domestiques », Éducation ouvrière n° 148-149, pp. 67-73 [En ligne] https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---ed_dialogue/---actrav/documents/publication/wcms_112466.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ismaïla Sene, « Domesticité, exploitation économique et maltraitance : cas des travailleuses domestiques à Dakar »SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 03 juin 2021, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/16835 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.16835

Haut de page

Auteur

Ismaïla Sene

Laboratoire de Recherche en Sciences économiques et sociales (LARSES) - Université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ), Sénégal - is.boursen01@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search