Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2021Penser l'architecture en sociologieL’internationalisation des archit...

2021
Penser l'architecture en sociologie

L’internationalisation des architectes : nouvelle lecture sociologique du groupe professionnel

Internationalization of architects: new sociological reading of the professional group
Laura Brown

Résumés

Conséquence de l’amplification des phénomènes de mondialisation de la fin du xxème siècle, la circulation internationale des professionnels de l’architecture devient une condition indissociable des représentations, des pratiques professionnelles et des parcours individuels. Cet article est fondé sur les résultats d’une recherche dédiée à l’internationalisation contemporaine des architectes (2013-2017). Il se consacre dans un premier temps aux représentations de l’international que se font les diplômés des écoles nationales supérieures d’architecture (ENSA) en France, puis expose dans un deuxième temps une typologie de profils d’architectes qui accèdent à des activités différenciées à l’étranger et décrit enfin une diversification des pratiques professionnelles à l’œuvre, accentuée par leur déploiement à l’international. Une enquête par questionnaire et des entretiens semi-directifs menés auprès de praticiens, d’étudiants et d’institutions sont les principaux supports d’analyse. Ils révèlent que les départs et les circulations sont principalement liés à des trajectoires de vie, à des volontés d’endosser un rôle social et à des besoins d’accomplissement personnel.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : l’internationalisation, une récente démocratisation

  • 1 À titre d’exemple, bien que le programme Erasmus soit en place dans les ENSA depuis 1990, le minist (...)

1L’internationalisation des professionnels de l’architecture, entendue comme « un long processus de renouvellement des relations et des échanges, parfois ou souvent tendus, entre des mouvements internationaux et des dynamiques nationales ou locales » (Bonnet, 1997), est restée peu étudiée jusqu’aux années 2000 1. Le phénomène n’était pas considéré comme un enjeu si fort qu’il puisse faire basculer le modèle professionnel vers d’autres caractéristiques (l’évolution de la commande française des marchés locaux semblait plus pertinente). Pour les sociologues, l’idée de mutation de la profession prédomine dans les années 1970, décennie qui voit se structurer la loi nationale sur l’architecture (3 janvier 1977). Ils décrivent une crise identitaire de la profession, liée à la diversification des activités de la construction : ingénierie, urbanisme, économie, programmation, entrent en concurrence avec les activités des architectes, jusqu’alors « maîtres de l’œuvre » (Marquart, 1970). Malgré une perte de responsabilité et de légitimité (Moulin, 1973), les architectes des années 1980 trouvent encore du travail en France. Les mandats présidentiels de François Mitterrand font rayonner la culture et l’architecture françaises à l’international en associant des noms de grands architectes étrangers à des commandes publiques françaises et en valorisant les jeunes talents français à l’international (Darrieus, 2019). Les Grands Travaux marquent une période d’euphorie de la commande et organisent, par des concours (Biau, 2003), la collaboration d’équipes étrangères et françaises sur le territoire national.

2Les effets de la construction européenne ont toutefois orienté le sociologue Bernard Haumont et son équipe à proposer une segmentation des professionnels de l’architecture en Europe (Haumont, 1997), puisque l’on passait de configurations nationales exclusives à des dynamiques transnationales régulées par l’Europe. La mondialisation (Lecler, 2013) était encore quasiment absente des réflexions. La guerre du Golfe des années 1990 signe alors le déclin des activités économiques et un contexte de crise du marché intérieur incite le ministère de tutelle de l’architecture à former un groupe de travail sur l’exportation des services des architectes français (Contenay, 1995). Des suites du rapport naissent des structures dédiées (associations humanitaires et d’entrepreneurs) et des moyens sont alloués pour mener une veille et un accompagnement des professionnels à l’international : à ce titre, l’Association des architectes français à l’export (AFEX) joue toujours aujourd’hui un rôle important.

  • 2 En 2014, 15% de diplômés en France sont installés à l’étranger, dont la moitié en Europe (Ministère (...)

3Depuis la fin des années 1990, la part des étudiants faisant une partie de leur cursus à l’étranger s’accroît 2 et s’intensifie à mesure que le système de formation s’internationalise. Le programme Erasmus est sans doute le dispositif le plus remarquable en termes de socialisation à la vie à l’étranger (Ballatore, 2010). Les professionnels qui ont vécu l’expérience relatent tous un « avant » et un « après » Erasmus, le décrivent comme un événement marquant de leurs parcours. Dans les Écoles nationales supérieures d’architecture (ENSA), l’année d’échange en Europe est soutenue par une bourse de l’Union européenne. À partir de 1998, le processus de Bologne rapproche les systèmes d’études supérieures en Europe sur un rythme Licence-Master-Doctorat, poursuivant l’objectif de faciliter la mobilité des étudiants, des professeurs et des chercheurs (Erlich, 2012). Dès 2005, le programme Erasmus attire une majorité des effectifs étudiants et les échanges se répartissent sur l’ensemble des continents.

4Ainsi la « profession-corps » des architectes, à forte identité, issue d’une histoire ancienne (Dubar & Tripier, 2001) se renouvelle au contact avec d’autres contextes culturels, d’autres pratiques, d’autres professionnels. Si un mouvement général d’internationalisation se met en place via la formation et le partage de représentations collectives (première partie), tous les diplômés ne s’engagent pourtant pas dans des activités à l’international. Une socialisation différenciée (Dubar, 1998) s’observe selon les trajectoires individuelles (Martuccelli, 2012) et révèle une typologie de profils (deuxième partie). Finalement, l’internationalisation d’une partie des architectes participe à diversifier les activités professionnelles et à repenser le rôle social de l’architecte (troisième partie).

5L’enquête sociologique a consisté à interroger 70 acteurs : étudiants en architecture (dix), praticiens diplômés en France et qui exercent exclusivement ou non à l’étranger (50), institutions et associations dédiées à l’internationalisation des activités architecturales. Un questionnaire porté sur les trajectoires individuelles et les pratiques professionnelles (en France et à l’international) a été diffusé à l’ensemble des anciens diplômés des écoles et aux inscrits à l’Ordre des architectes en 2015 et a reçu 1700 réponses. Le questionnaire a permis de mieux expliquer les représentations des diplômés sur l’internationalisation des pratiques et de révéler des profils sociologiques sur celles et ceux qui internationalisent leurs parcours. Complémentaire aux entretiens semi-directifs, l’emploi des statistiques répond efficacement à la question de l’internationalisation des représentations, des parcours et des pratiques, en interrogeant plusieurs milliers d’individus à la fois sur leurs expériences personnelles et professionnelles ainsi que sur leurs caractéristiques sociales.

Un mouvement général d’internationalisation

6Les parcours d’études des futurs architectes sont résolument tournés vers l’international depuis la fin du xxème siècle, jalonnés d’expériences à l’étranger dès les premières années d’études. Les actions et les partenariats engagés avec d’autres pays se structurent au sein des établissements d’enseignement supérieur qui s’organisent pour mettre en œuvre des mobilités (commissions internationales, services dédiés, fonds budgétaires alloués…). Aussi, les représentations des futurs professionnels se construisent dans un environnement propice à l’internationalisation des pratiques. Une acculturation aux dispositifs d’exercice internationaux (concours, prix, expositions) s’opère dès la formation. Une fois le diplôme obtenu, les représentations sur les activités internationales d’architecture diffèrent selon le positionnement des individus et leur parcours individuel.

Parcours d’études internationaux

7Initiés ou non par leur environnement social et familial à voyager ou à s’ouvrir à d’autres cultures, les étudiants des ENSA sont immergés dans des conditions qui valorisent l’international comme un ensemble de compétences à acquérir et aussi comme un champ d’action. Les établissements français encouragent les étudiants à participer à des activités internationales et à séjourner sur de longues durées dans d’autres pays. Au cours de la formation, entre des moments de découvertes en France et dans de nombreux pays, ils apprennent des langues, participent à des actions pédagogiques mêlant l’apprentissage de la discipline et l’ouverture internationale. Ces pratiques sont complétées par des voyages réguliers à l’étranger à titre personnel, ou organisés dans le cadre pédagogique. Plusieurs dispositifs sont ainsi supports de l’internationalisation (figure 1).

Question : Avez-vous participé à l’un de ces dispositifs pendant votre cursus d’étude en architecture ?

Question : Avez-vous participé à l’un de ces dispositifs pendant votre cursus d’étude en architecture ?
  • 3 Le workshop en architecture est un travail intensif coproduit par des équipes en un temps réduit. L (...)

8Les workshops 3, ou ateliers de projet, format pédagogique classique de la formation, attirent les étudiants : 55% ont participé à des ateliers organisés à l’étranger. Selon les destinations, transfrontalières ou plus lointaines, ils se déroulent sur plusieurs jours ou semaines. Ils peuvent être conçus avec peu de moyens logistiques et financiers. En fonction du montage institutionnel, les étudiants bénéficient d’une aide financière des écoles et, dans tous les cas, peuvent les faire valider pour leur cursus. Les workshops placent les étudiants en condition de travail avec des équipes étrangères et aident à confirmer ou non l’envie d’internationaliser leurs activités.

  • 4 Extraits d’entretiens menés auprès d’étudiants de l’école de Bordeaux en 2015.

9Format plus lourd et plus dense que les ateliers, la mobilité, financièrement aidée par l’Europe, est l’autre support phare. À partir des archives statistiques du ministère de tutelle, il est estimé qu’à partir de 2010, un étudiant sur deux accomplit une année de mobilité pendant son cursus de formation. Généralement réalisée après le cycle de Licence, l’année de mobilité est décrite par celles et ceux qui l’ont vécue comme « une soupape », « une année décisive dans le parcours », « une grande ouverture culturelle 4 ». Pour ceux qui anticipent un avenir professionnel à l’étranger, l’année de mobilité permet d’analyser les avantages mais aussi les risques d’un dépaysement prolongé.

10Contre toute attente au regard des statistiques ordinales, les femmes partent plus que les hommes (57% contre 43%) en mobilité. Cette tendance montre que les étudiantes s’emparent des dispositifs d’internationalisation pendant le cursus. Une fois diplômés et sur le marché du travail, un équilibre d’internationalisation des pratiques entre hommes et femmes s’observe. Comme nous le verrons en deuxième partie d’article, l’internationalisation des pratiques s’explique plus par l’âge (effet générationnel) que par le genre.

  • 5 Un score d’internationalisation a été calculé à partir des réponses au questionnaire. Le score conf (...)

11Enfin, un tiers des architectes a réalisé un stage à l’international, occasion de se tester en situation professionnelle dans un environnement étranger. La majorité des stagiaires a aussi vécu une année de mobilité étudiante. Ce temps est un moment privilégié pour se familiariser avec les conditions de vie locales et trouver un stage. La condition internationale s’impose dès la formation avec les dispositifs d’actions internationales et a des effets sur les carrières : plus les étudiants vivent d’expériences à l’étranger, plus ils y exercent 5.

12Les effets de l’internationalisation de la formation impulsent un nouveau cadre de socialisation professionnelle. Tantôt l’international attire, tantôt il est désiré comme un idéal à atteindre, tantôt il sert de miroir pour renforcer le choix de travailler en France. La formation socialise les étudiants à prendre le monde en référence dans leurs projets de conception et à voyager pour observer en direct les villes et les paysages étudiés. Ainsi n’est-il pas surprenant de découvrir que les représentations des diplômés au sujet de l’international comme voie de développement professionnelle sont positives.

Représentations collectives de l’international

13Qu’ils aient ou non des expériences à l’étranger, l’échantillon enquêté par questionnaire est positif sur son avenir à l’international. Seuls 7% pensent que les architectes français n’ont pas d’avenir à l’international, ce qui laisse présager un développement potentiel des activités à l’étranger. Plus de la moitié estime avoir, en tant que diplômé en France, une bonne image à l’étranger (54%), facteur probablement incitatif pour s’aventurer en confiance hors de l’hexagone.

14Selon les trois-quarts des architectes interrogés, l’exercice à l’étranger reste le fait d’une minorité, souvent considérée comme l’élite professionnelle, à savoir les stars ou les grandes agences offensives à l’export, dont l’image est valorisée par des observateurs médiatiques. Aussi, plus de la moitié affirme que seules les grandes agences réussissent à l’étranger (55%). L’autre moitié se partage entre désaccord et neutralité. L’idée de se spécialiser dans un domaine de compétence pour réussir à l’étranger ne fait pas non plus l’unanimité : presque autant sont pour, contre, ou neutre. La question de l’export reste également entière : 30% jugent que la pratique de l’architecture française s’exporte bien, 20% indiquent le contraire ; et 50% ne se prononcent pas. Les pratiques internationales apparaissent donc aux architectes comme le fait d’une minorité. Leurs représentations nous permettent néanmoins d’anticiper leur démultiplication dans les années à venir sous la pression du nombre de petites structures présentes sur les mêmes marchés en France et de la diversification des activités d’architecture (Tapie, 2000).

15Le phénomène est accentué par la difficulté des diplômés à trouver du travail en France et la tendance à chercher alors un emploi au-delà des frontières. À la question : « La crise économique vous a-t-elle amené à infléchir votre stratégie commerciale vers l’international ? », 38% répondent « oui ». La crise encouragerait l’internationalisation selon plus d’un quart, et serait dans ce cas plutôt subie (figure 2).

16« L’émergence et la consolidation de marchés dans les zones de croissance », citée comme deuxième motif d’internationalisation, ouvre au contraire des voies d’internationalisation choisies. « L’évolution du système de formation » est désignée en troisième. En parallèle des marchés et des directives de l’Union européenne, l’enseignement supérieur a permis à des milliers d’étudiants de suivre le cursus d’études dans un pays de leur choix. Des motifs liés aux phénomènes de mondialisation arrivent en second rang : « l’accélération des échanges de services » et « le modèle anglo-saxon (Farnetti, 1997) » incitent moins les architectes à exercer à l’étranger. Enfin, le rôle des institutions arrive en dernier rang. Elles conditionnent et réglementent et sont en cela indispensables, mais ne sont pas les premiers éléments de motivations. La crise économique, les nouveaux marchés dans les zones de croissance et l’évolution du système de formation sont les facteurs qui encouragent le plus les répondants à travailler à l’international.

17Exercer à l’international semble plus intéressant qu’en France, où le travail n’est pas jugé rentable (72 % contre 8 % seulement qui le trouvent rentable) tandis qu’à l’étranger il serait plus lucratif. Exercer l’architecture à l’étranger donne l’occasion d’élargir des activités traditionnellement menées en France (65%). Un effet d’entraînement s’observe avec un nouveau réseau de partenaires, des accès à des missions dans des marchés de niche, une démarcation de la concurrence. Du point de vue de la production architecturale, il apparaît plus intéressant d’exercer à l’étranger qu’en France (70% contre 45%). Plus de rentabilité, de possibilités d’élargir les activités réalisées et aussi d’intérêt architectural, autant d’indices qui laissent entrevoir les avantages de l’international pour les architectes. Cela tient-il à des vertus singulières d’exercice ou à un jugement à l’aune de la situation française, plutôt critiquée ? Il serait retenu de l’exercice en France les contraintes, les limites et les difficultés et projeté à l’étranger plus de libertés.

18L’international fait partie d’une culture commune et de l’apprentissage professionnel. Il libère de ce que certains décrivent comme une « chape de plomb », en référence à une activité seulement nationale, pour expérimenter en particulier des activités connexes à la discipline et surtout, pour vivre un projet professionnel personnel et ambitieux. En tant qu’horizon de pratique et centre d’intérêt, il est plus présent chez les jeunes architectes non-inscrits à l’Ordre et chez ceux qui ont des activités, pas nécessairement de maîtrise d’œuvre, orientés vers des pays étrangers.

Des profils différenciés vis-à-vis de l’international

19Se rapprocher de l’individu et de ses choix personnels, existentiels et professionnels, s’avère fondamental pour comprendre les motivations profondes à internationaliser les parcours et les carrières (Bertaux, 2010). Plusieurs facteurs expliquent un intérêt pour certains architectes à exercer dans d’autres pays. La socialisation à l’international peut débuter dès le plus jeune âge, dans des relations entretenues au sein des sphères sociales d’appartenance (familiales, scolaires, amicales). Elle peut s’amorcer dans les écoles d’architecture françaises, ouvertes sur le monde grâce à des conventions d’échanges bilatérales, multilatérales et de l’impulsion de l’Union européenne. Ou encore se construire progressivement, au fil des opportunités d’une carrière professionnelle.

  • 6 Les résultats et illustrations présentés sont extraits des résultats du questionnaire en ligne diff (...)

20Deux grands moments marquent l’internationalisation des parcours individuels : celui de la formation à l’architecture et celui des pratiques professionnelles 6. Le cursus d’apprentissage est rythmé par des expériences internationales : mobilités étudiantes de type Erasmus, workshops, stages et missions de bénévolat à l’étranger. Les étudiants les cumulent souvent : 70% des effectifs sont internationalisés dès le parcours de formation. L’internationalisation des pratiques professionnelles prend quant à elle plusieurs formes : ceux qui ont eu une pratique dans le passé, ceux qui ont une activité en cours et ceux qui exercent exclusivement à l’étranger : 30% des répondants ont des pratiques internationalisées.

21Population jeune (moins de 36 ans) et très majoritairement sans enfant, les internationalisés sont en début de carrière professionnelle. La structuration d’une famille apparaît comme un frein à l’activité internationale, car supposant un mode de vie en rupture (l’expatriation). Il faut donc y voir un effet d’âge, qui distingue « plus jeunes », réceptifs à l’international et « plus âgés », qui préfèrent un parcours national. Il est possible ainsi d’imaginer un cycle d’internationalisation, plus fréquent en début de carrière et moins en fin, sous l’effet de la donne familiale (Wagner, 2007a et b). Les non-inscrits à l’Ordre sont d’ailleurs deux fois plus internationalisés, indice de l’ouverture de pratiques à l’étranger à des profils plus diversifiés que ceux des maîtres d’œuvre installés en agence.

  • 7 Typologie réalisée à partir d’un tableau croisé qui se compose des variables recodées de l’« intern (...)

22Une typologie raisonnée 7 a fait apparaître plusieurs catégories de profils d’individus, rendues visibles en croisant les variables de « l’internationalisation dès la formation » et « l’internationalisation professionnelle ». Il se dégage quatre groupes, que nous proposons de nommer franco-centrés, empiristes, réceptifs et internationaux, symboles de postures multiples vis-à-vis de l’international (figure 3). Chaque catégorie est caractérisée successivement.

Les franco-centrés

23388 diplômés soit 22% des répondants à notre questionnaire sont « franco-centrés » : ils n’ont pas vécu d’expériences internationales pendant la formation à l’architecture et n’exercent pas d’activités professionnelles à l’étranger. En majorité des hommes (57%) de nationalité française (99%), ils sont les architectes les moins cosmopolites et les plus âgés par rapport au groupe de référence. Près de la moitié d’entre eux ont des enfants. Ils sont surtout issus de familles peu coutumières du métier d’architecte. Alors que de manière générale les architectes voyagent beaucoup, les franco-centrés sont ceux qui ont le moins visité de pays étrangers : « entre cinq et dix » contre « entre dix et vingt pays » pour la majorité. Ils voyagent principalement pour le loisir et la famille. Ces architectes n’ont réalisé ni mobilités étudiantes ni stages, ni participé à des ateliers pédagogiques à l’étranger pendant leur cursus, ce qui peut expliquer des difficultés à se projeter à l’étranger. Étant les plus âgés, ils n’ont certainement pas bénéficié des possibilités à une époque où les établissements étaient moins ouverts sur l’international.

24Ils sont les plus sceptiques sur l’avenir de la profession à l’international. Près des trois-quarts pensent que seules les grandes agences ont leurs chances à l’étranger. Plus que les autres, faute de pratique, ils restent neutres, notamment sur la rentabilité des affaires et l’accès au travail. Ils sont cependant près de la moitié à penser que l’architecte français doit se faire « l’ambassadeur » de la France au-delà des frontières (46%). Plus que les autres, ils considèrent important de représenter les savoir-faire français à l’international (63% le pensent) et ils sont ceux qui affectionnent le plus les activités relatives au patrimoine architectural (36%), un des domaines historiques d’expertise française. Ils rejettent plus que les autres les activités commerciales et de luxe (seulement 15% s’y intéressent). Ainsi, même s’ils n’agissent pas eux-mêmes sur les scènes internationales, ils nourrissent une vision de l’espace international de travail comme celui dans lequel la culture et les valeurs traditionnelles françaises doivent rayonner.

Les réceptifs

25840 diplômés, soit près de la moitié des répondants sont « réceptifs » : ils ont vécu des expériences internationales pendant leur formation, mais ne pratiquent pas d’activités professionnelles à l’étranger au moment où ils répondent au questionnaire. Ce sont plutôt des femmes (55%), jeunes (80% ont entre 25 et 36 ans), célibataires (60%) et les trois-quarts n’ont pas d’enfants. Près de 10% sont nés dans un pays étranger et 6% détiennent un diplôme étranger équivalent en France. Les réceptifs se situent dans la moyenne des voyages et des niveaux en langues vivantes du groupe de référence (31% ont un niveau élevé en anglais). Ils y ont été encouragés pendant les études, lors d’échanges de mobilités internationales : près de 60% ont vécu un échange de type Erasmus, dont 70% pour un an, et 20% pour une durée de plus d’un an. Plus des trois-quarts ont pris part à des workshops organisés par leurs écoles dans des universités partenaires et un tiers a réalisé au moins un stage à l’étranger.

26Les réceptifs sont les plus précaires financièrement, avec seulement 5% d’effectifs situés dans la partie haute des salaires : 83% ont gagné moins de 30 000 euros net avant impôts dans l’année 2014. Ils sont plus souvent au chômage (9%) et plus d’un tiers exprime vouloir infléchir sa stratégie commerciale vers l’international en raison de la crise économique du marché intérieur. Un tiers anticipe une apparition des activités internationales dans l’année 2016 (30%). Les réceptifs sont les moins inscrits à l’Ordre des architectes (29% inscrits), plus fréquemment salariés (43%), 41% exercent à titre individuel ou en tant qu’associé. Ces données entrent en résonnance avec la dynamique sociodémographique de la profession : les femmes (majoritaires chez les réceptifs) occupent plus de postes de salariés que les hommes et sont moins inscrites à l’Ordre (Chadoin & Evette, 2010) et moins bien rémunérées.

27Les réceptifs se positionnent comme des généralistes du métier, ceux qui exercent le moins d’activités de maîtrise d’œuvre (68% la pratiquent) et jugent inutile d’être spécialisé dans un domaine de pointe pour réussir à l’étranger. Ils sont les plus nombreux à penser que le soutien de l’État n’est pas très important dans la réussite des architectes à l’étranger et il ne leur semble pas décisif non plus que les entreprises disposent de capitaux financiers élevés pour réussir. Les réceptifs semblent vivre dans une certaine précarité, tels des individus sans encore trop de responsabilités financières et familiales, ils sont en tous les cas ouverts sur le monde et ses potentialités.

Les empiristes

2867 diplômés, soit 4% des répondants sont « empiristes » : ils n’ont pas vécu d’expériences internationales dès les études, mais exercent des activités à l’étranger. Ce sont davantage des hommes (66%), sont les plus âgés (42% a plus de 50 ans) et ont le plus d’enfants – la moitié a un ou deux enfants. 12% sont nés dans un pays étranger. Plus que les autres, ils indiquent « l’entourage familial » comme important facteur de réussite à l’international (63%). Plus que les autres aussi – et certainement en raison de leur âge – ils valorisent l’ancienneté dans le métier pour réussir à l’étranger (65%). Certains ont reçu une éducation similaire avec des parents internationalisés dans leur travail (14% avaient des parents architectes, dont un tiers parmi eux exerçait à l’étranger). Ils font partie des architectes les plus voyageurs, qui se déplacent principalement pour le travail et qui, s’ils comprennent et se font comprendre, ne sont pas les meilleurs en langues vivantes.

29Les empiristes sont les plus positifs sur l’avenir des architectes français à l’international (80% anticipent un avenir favorable). Plus de la moitié prévoit une augmentation des activités à l’étranger (56%) ou une stabilité (37%). Pour eux, mieux vaut être spécialisé dans un secteur de pointe pour exercer à l’étranger (80%). Ils sont d’ailleurs ceux qui disposent le plus de diplômes complémentaires (40%) tels qu’urbaniste, ingénieur, architecte des bâtiments de France. Trois-quarts d’entre eux exercent cependant le cœur du métier traditionnel des architectes, soit des activités de maîtrise d’œuvre. 60% ont eu des activités à l’étranger dans le passé et qui ont pris fin ; 42% ont une activité en cours et étudient la possibilité de nouvelles activités ; enfin 16% exercent exclusivement à l’international.

30Ils pensent que la pratique de l’architecture française s’exporte bien (45%) et qu’exercer à l’étranger permet d’élargir ses activités (70%). Ainsi, pour les empiristes, spécialisation et diversification des activités ne semblent pas antinomiques. Ils sont experts à l’international dans certains domaines (urbanisme, ingénierie, patrimoine), tout en pratiquant des activités courantes d’architecture en France. Ils indiquent que le soutien de l’État français compte dans le succès des agences à l’international (43%). Ils sont les plus inscrits à l’Ordre (64%), les moins salariés (23%) et 70% exercent à titre individuel ou associé. Effet de ce soutien public ou non, ce groupe est le moins touché par le chômage (3%).

Les internationaux

31403 diplômés, soit 24% des répondants sont « internationaux » : leurs parcours sont imprégnés par de multiples expériences internationales. Leurs effectifs sont les plus cosmopolites : 17% sont nés dans un pays étranger. Ils sont le groupe le plus féminin, avec 53,3% de femmes, jeunes (seulement un quart de plus de 37 ans), avec peu d’enfants (70% n’en a aucun et 23% un à deux). Ils sont les plus issus de familles d’architectes (18% ont un parent du métier). Les internationaux voyagent à une fréquence deux fois plus élevée que les autres, aussi bien à titre individuel qu’à titre professionnel, près de la moitié a visité entre dix et vingt pays et plus de 25% ont visité plus de vingt pays.

  • 8 L’année de césure est un dispositif qui permet de suspendre la formation pendant une année d’étude. (...)

32Leurs études ont été marquées par différentes expériences vécues à l’étranger : 73% ont réalisé une mobilité étudiante internationale, dont 55% pour un an et 35% pour plus d’un an. 63% ont été stagiaires à l’étranger et 72% ont participé à des workshops. Par rapport aux autres, plus du double détient un diplôme étranger équivalent en France (22%). Pour améliorer la formation, les internationaux sont favorables à la mise en œuvre d’une année de césure 8 (77%). Les architectes internationaux sont donc intégrés dès les études à des échanges sur le monde, ils se lient d’amitié avec des étrangers, apprennent les langues avec eux, mais aussi en voyageant, invités à leur rendre visite, aussi disposent-ils d’un fort capital social international.

33En connaissance de cause car ils y travaillent le plus, les internationaux sont les plus nombreux à penser que le travail est intéressant à l’étranger (80%), qu’il enrichit la culture architecturale (90%) et ils y sont plus accomplis (45%). Un quart exerce exclusivement à l’international (26%) ; ils ont le plus d’activités internationales en cours (44%) et en ont eu le plus dans le passé (61%). Ils sont peu inscrits à l’Ordre des architectes (30%), la plupart exerce à titre individuel ou associé (43%), en tant que salarié (42%) et ils comportent le plus de fonctionnaires (6%). Les internationaux sont les plus touchés par la crise de 2008 : 56% déclarent avoir infléchi leur stratégie commerciale vers l’international en raison de la crise économique. Ils sont pourtant ceux qui anticipent le plus d’augmentation des activités à venir dans l’année 2016 (34%).

34Ces profils types dévoilent donc la structure de la profession vis-à-vis d’un exercice à l’étranger : les franco-centrés (22%) logiquement centrés sur le pays de formation, d’exercice et de vie ; les réceptifs (50%) attentifs à la cause internationale comme le sont beaucoup d’architectes, immergés dans une vision universelle de l’architecture ; les empiristes (4%), peu nombreux, réactifs aux opportunités de travail et de collaboration à l’étranger ; les internationaux (24%) exerçant à l’étranger. Ces derniers révèlent des potentiels – biographie personnelle, formation, centres d’intérêts – de pratiques internationales. En l’occurrence, l’international ne se réduit pas à une stratégie économique d’exportation d’activités mais se comprend en référence à des processus originaux de socialisation personnelle et professionnelle.

L’international : terrain d’exercice pour de nouvelles pratiques professionnelles

L’accès récent aux marchés

35La réalité de l’exercice à l’international est récente : trois-quarts des internationalisés le font depuis moins de cinq ans (figure 4). La pratique est donc loin d’être installée et régulière. La moitié des internationalisés privilégie l’étranger en y consacrant une grande partie de son temps (53%) et en réalisant entre 75 et 100% du chiffre d’affaire (51%). L’étranger devient alors l’espace de la pratique dominante, bonifiant la balance entre l’investissement du temps et le niveau de rémunération.

36L’accès au premier travail à l’international se fait par des commandes directes liées au réseau et au démarchage personnel (77%). Ce mode d’entrée est caractéristique des pratiques libérales, qui reposent sur le bouche-à-oreille, sur la confiance et les relations. Il s’agit en l’occurrence moins d’une stratégie commerciale et de management que d’opportunités individuelles, liées à un capital personnel et professionnel. Les concours internationaux et les réseaux professionnels associatifs, institutionnels, d’entreprises constituent une deuxième modalité d’accès et arrivent très loin derrière (14%). Un carnet de clientèle et de partenaires est nécessaire pour former des « professionnels alliés », ainsi qu’une veille sur les concours et les appels d’offres en cours et à venir. Une associée d’agence parisienne témoigne en ce sens : « Une rencontre avec un médecin qui veut construire un hôpital au Vietnam a donné lieu à une commande directe, puis un partenariat local nous a amené à construire ensuite un hôtel, puis d’autres... De là nous sommes allés dans le monde entier : Oman, Cambodge, Porto-Rico, Angola ».

37Le principal mode d’exercice à l’étranger est le partenariat avec une équipe de maîtrise d’œuvre locale (71%). L’association rassure le client et correspond à un mode d’exercice largement diffusé en France. Une dirigeante d’agence à filiale associe sa définition de « terrain d’action international » au mode d’exercice collaboratif entre équipes étrangères :

« L’international est un espace partagé qui ne cherche pas à être uniforme, parce qu’on n’est plus dans le Style international. L’international est un espace où chacun peut avoir son caractère, où des architectes internationaux sont appelés à respecter une forme de réciprocité, et dans une forme de collaboration avec des architectes locaux […] Je suis incapable de citer un projet en construction où nous n’avons pas un partenaire local ».

38L’architecte exprime là une vision sur l’exportation de services d’architecture. Depuis le siège parisien de l’entreprise, elle gère des contrats de maîtrise d’œuvre entre les pays du Golfe, l’Asie et l’Amérique du Sud qui à chaque fois, s’insèrent dans un écosystème d’acteurs locaux, essentiels à leur mise en œuvre.

Des « agents d’export » au service des maîtres d’œuvre

39L’augmentation des échanges de services d’architecture est une aubaine pour certains intermédiaires commerciaux qui, à l’instar d’agents d’artistes, se placent entre des clients et des professionnels, établissent des réseaux, des veilles sur les marchés, des outils performants et se rendent indispensables dans les transactions. Comme le notent certains architectes : « le monde de l’architecture hors frontières est assez opaque » et des « agents d’agences » le rendent plus transparent – monnayant une contrepartie financière généralement prélevée sur le montant d’honoraires de l’architecte.

  • 9 Codirigeant chez Global Archi.

40Il existe plusieurs cas de figures chez ces intermédiaires, qui agissent singulièrement et poursuivent des objectifs différenciés. À l’échelle française, l’entreprise Global Archi, créée en 2011, se distingue par sa capacité à mettre en relation des agences installées en France et en Europe avec des commandes architecturales européennes et françaises. « L’accompagnement double » est sa marque de fabrique : « Notre plus-value c’est de faire traverser les frontières. On aide les architectes français à se développer à l’étranger, et on aide les européens à travailler en France 9 ».

41Ce type d’entreprise pallie le manque de temps des architectes pour prospecter et monter des dossiers de candidature originaux et singuliers qui répondent à des appels d’offres internationaux. Chaque projet est traité sur mesure par leurs soins : « On décortique les appels d’offres, les maîtrises d’œuvre, on nourrit un historique pour comprendre comment telle maîtrise d’ouvrage se comporte pour choisir telle ou telle agence, tel profil. On analyse toutes les décisions pour proposer exactement aux commanditaires ce qu’ils veulent ». Depuis sa création en 2011, Global Archi remporte plus d’une candidature sur cinq en Europe. Ses pays de prédilections sont l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, le Luxembourg et la Suisse. Ses dirigeants ont su combler une faille, s’imposer comme un maillon manquant entre des architectes européens et des clients aussi bien publics que privés, et l’entreprise n’est pas seule : Archidvisor, Talents & Co, BAM sont apparues entre les années 2000 et 2010 et entendent s’imposer comme agents d’export.

De la maîtrise d’œuvre à une diversification des activités professionnelles

42Le mode d’exercice en agence et en maîtrise d’œuvre ne fait pas l’unanimité auprès des diplômés et parmi ceux qui optent pour exercer dans les domaines de la recherche, de l’enseignement ou du conseil et de l’expertise, nombreux le font à l’étranger. La spécialisation est l’un des modes d’entrée singulier dans l’internationalisation des pratiques, notamment dans des domaines d’expertise « à la française ». Le domaine du patrimoine en particulier est pionnier en la matière, il s’est structuré à l’international dès les années 1980. L’École de Chaillot (Paris) transmet aux architectes des méthodologies de travail efficaces dans différentes régions du monde (Contenay, Mouton & Pérouse de Montclos, 2012). L’institution est en étroite relation avec des organisations mondiales (UNESCO, ICOMOS), nécessaires à l’élaboration de coopérations internationales. Précurseur également, le laboratoire de recherche CRAterre produit des connaissances sur l’architecture en terre dans le monde depuis 1985. Ses membres dispensent une formation sur le sujet dans un Diplôme spécialisé à Grenoble. À Chaillot comme à CRAterre, les étudiants sont mis en relation avec des experts internationaux et intégrés aux réseaux institutionnels et de recherche entre la France et les pays partenaires.

43Si certains experts cumulent maîtrise d’œuvre et conseil, d’autres se dédient exclusivement à des activités de recherche et d’assistance à la maîtrise d’ouvrage. D’autres encore, qui ont souvent vécu des expériences personnelles dans des pays du Sud (enfance expatriée, service militaire), s’engagent vers un exercice plus social du métier. Le nombre d’associations, de Fondations et d’ONG apparues depuis les années 1970-80, ainsi que les Masters spécialisés ouverts aux architectes sur la gestion des risques et des catastrophes naturelles témoignent d’une professionnalisation du secteur humanitaire (Ryfman, 2008). Les pratiques prennent place au sein d’organismes internationaux différenciés et induisent par leur fonctionnement une position professionnelle atypique pour l’architecte. Lorsqu’ils sont impliqués à plein temps dans ces activités, ils sont souvent salariés d’organismes internationaux (Comité international de la Croix-Rouge, Office humanitaire de la Communauté européenne, Médecins du monde) ou experts indépendants (Simeant, 2001). Les jeunes diplômés investis dans ce domaine débutent généralement leur carrière dans un équilibre (fragile) entre une activité salariée en agence et un engagement bénévole ou volontaire dans des associations et fondations sur leur temps libre.

44In fine, on note qu’un positionnement entre le pays d’apprentissage et les pays découverts pendant les études se structure pour les diplômés en fonction de l’offre de travail et des trajectoires individuelles. Le professionnel redéfinit sa fonction en permanence, au contact des destinations, des expériences personnelles et professionnelles (Dubet, 1994). La part d’architectes en exercice à l’étranger informe d’une diversification des activités, d’un plus grand accomplissement personnel et professionnel et de certaines activités qui existent du seul fait de leur internationalisation. Loin d’être marginale, l’internationalisation est donc un processus qui pèse et pèsera sur la dynamique de la profession et des carrières.

L’international, une nouvelle lecture sociologique de la profession des architectes

45Les architectes contemporains, grâce aux privilèges sociaux dont ils ont toujours disposé (permanence de l’ethos des classes sociales supérieures [Wagner, 2007b]) sont des professionnels mobiles ; le droit européen et du commerce international facilite leur circulation, reconnaît les diplômes, les qualifications et encourage l’échange de services ; l’organisation du travail s’adapte à des marchés mondialisés et les compétences se renouvellent au contact de savoirs, de partenaires et de terrains d’exercice multi-situés (Haumont, 1999). Qu’il soit pensé par les uns comme réservé à une élite, aux plus méritants et à l’élite professionnelle (Biau, 2003), ou imaginé par les autres comme la place des hommes d’affaires, les architectes enquêtés s’accordent sur le fait que l’espace de travail international reste plutôt réservé à une minorité.

46L’étranger est souvent mis en contraste avec la France comme a priori plus séduisant et plus ouvert sur des pratiques et des parcours originaux. Mais bien que le contexte semble favorable, l’internationalisation des professionnels ne va pas de soi et seule une partie des diplômés s’y engage. À l’aise avec la mondialisation, ceux qui y parviennent deviennent souvent des experts, acquièrent des compétences qui leur ouvrent des opportunités de dialogues et de collaborations avec un ensemble d’acteurs issus d’autres disciplines.

47La condition internationale des architectes est donc un chantier de recherche ouvert. Les représentations que se font les professionnels du phénomène – dont l’analyse a débuté en 2015 avec notre enquête par questionnaire et entretiens semi-directifs – reste à observer sur le long terme. Si l’une de nos hypothèses considère que l’internationalisation de la formation prépare les architectes à exercer à l’étranger, elle ne va pas pour autant jusqu’à affirmer une continuité entre les deux. Ainsi, souvent, les expériences professionnelles à l’international diffèrent de celles vécues lors du cursus d’études. Il semble pourtant primordial d’analyser ces « moments d’internationalisation » comme un ensemble multidimensionnel, capable d’expliquer les mécanismes de passage entre la formation reçue en France et les pratiques exercées dans d’autres pays.

Haut de page

Bibliographie

Ballatore M. (2010), ERASMUS et la mobilité des jeunes Européens, Paris, Presses universitaires de France.

Bertaux D. (2010 3ème édition), Le Récit de vie. L'enquête et ses méthodes, Paris, Éditions Armand Colin.

Biau V. (2003), « La consécration des "grands architectes" », Regards sociologiques, n° 25/26 [En ligne] https://www.regards-sociologiques.fr/wp-content/uploads/2019/10/rs_25-26_2003_12_biau.pdf

Biau V. (1998), Les Concours de maîtrise d'œuvre dans l'Union Européenne, Paris, Ministère de la Culture et de la communication [En ligne] https://www.ramau.archi.fr/IMG/pdf/rapport-biau-eapld.pdf

Bonnet M. (1997), L’Élaboration des projets architecturaux et urbains en Europe, Paris, Éditions du PUCA.

Chadoin O. & T. Evette (2010), Statistiques de la profession d’architecte 1998-2007 Socio-démographie et activités économiques, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction générale des patrimoines, Service de l'architecture, Sous-direction de l'architecture, de la qualité de la construction et du cadre de vie [En ligne] https://www.architectes.org/sites/default/files/atoms/files/mcc_statistiques_profession_architecte_fev_2010.pdf

Contenay F. (1995), Architecture et exportation, Paris, Rapport au ministère de l'Équipement, des transports et de l'aménagement du territoire [En ligne] https://www.ramau.archi.fr/spip.php?article182

Darrieus M. (2019), Architecture et communication : construire les valeurs des auteurs et de leurs œuvres au XXIe siècle, thèse de doctorat en Architecture, Université Paris-Est.

Dubar C. (1998), « Trajectoires sociales et formes identitaires. Clarifications conceptuelles et méthodologiques », Sociétés contemporaines, n° 29, pp. 73-85 [En ligne] https://www.persee.fr/doc/socco_1150-1944_1998_num1_1842

Dubar C. & P. Tripier (2001), Sociologie des professions, Paris, Éditions Armand Colin.

Dubet F. (1994), Sociologie de l'expérience, Paris, Éditions du Seuil.

Erlich V. (2012), Les Mobilités étudiantes, Paris, La Documentation française.

Farnetti R. & I. Warde (2007), Le Modèle anglo-saxon en question, Paris, Éditions Economica.

Haumont B. (1999), « Être architecte en Europe », Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 2-3, « Métiers ».

Haumont B., Biau V. & P. Godier (1997), « Les segmentations des marchés de maîtrise d’œuvre : esquisse européenne », dans Prost R. (dir.), L'Élaboration des projets architecturaux et urbains en Europe : la commande architecturale et urbaine, vol. 2, Paris, Éditions du PUCA.

Lecler R. (2013), Sociologie de la mondialisation, Paris, Éditions La Découverte.

Marquart F. (1970), « Division du travail et concurrence en architecture », Revue française de sociologie, pp. 368-389 [En ligne] https://www.persee.fr/doc/rfsoc_0035-2969_1970_num_11_3_1682

Martucelli D. (2012), Les Sociologies de l'individu, Paris, Éditions Armand Colin.

Ministère de la culture et de la Communication (1981-2014), Les Écoles nationales supérieures d'architecture, situation des effectifs étudiants, Paris, Bureau des enseignements, Observatoire de la scolarité et de l'insertion professionnelle.

Ministère de la Culture et de la communication (2009), Les Études supérieures en France, Paris.

Moulin R. (1973), Les Architectes. Métamorphose d'une profession libérale, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

Siméant J. (2001), « Entrer, rester en humanitaire : des fondateurs de MSF aux membres actuels des ONG médicales françaises », Revue française de science politique, vol 51, n° 1-2, pp. 47-72 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2001-1-page-47.htm

Tapie G. (2004), Les Architectes : mutations d'une profession, Paris, Éditions L'Harmattan.

Union Européenne (2014), The Erasmus impact study, Effects of mobility on the skills and employability of students and the internationalisation of higher education institutions, Luxembourg.

Wagner A.-C. (2007a), « La place du voyage dans la formation des élites », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 170, pp. 58-65.

Wagner A.-C. (2007b), Les Classes sociales dans la mondialisation, Paris, Éditions La Découverte.

Haut de page

Notes

1 À titre d’exemple, bien que le programme Erasmus soit en place dans les ENSA depuis 1990, le ministère de la Culture et de la communication a commencé à conserver les données statistiques relatives aux mobilités étudiantes à partir de 2008.

2 En 2014, 15% de diplômés en France sont installés à l’étranger, dont la moitié en Europe (Ministère de la Culture et de la communication, 2009).

3 Le workshop en architecture est un travail intensif coproduit par des équipes en un temps réduit. Les workshops peuvent durer quelques jours ou plusieurs semaines selon les contextes, les thématiques et les financements. Ils ont lieu en France et à l’étranger.

4 Extraits d’entretiens menés auprès d’étudiants de l’école de Bordeaux en 2015.

5 Un score d’internationalisation a été calculé à partir des réponses au questionnaire. Le score confirme l’existence d’une liaison statistique entre l’internationalisation des pratiques professionnelles et l’internationalisation du parcours personnel. Six modalités biographiques et six modalités de parcours de formation constituent le score : naissance dans un pays étranger, nationalité étrangère, double nationalité, plus de vingt pays visités, fréquence forte de voyages, temps long passé à l’étranger et double diplôme étranger, partie des études mobilité, workshops à l’étranger, stages à l’étranger, volontariat bénévolat coopération, niveau langue élevé.

6 Les résultats et illustrations présentés sont extraits des résultats du questionnaire en ligne diffusé en 2015 aux anciens diplômés des ENSA via l’Ordre des Architectes et le Ministère de tutelle.

7 Typologie réalisée à partir d’un tableau croisé qui se compose des variables recodées de l’« internationalisation dès la formation » et de l’« internationalisation professionnelle ».

8 L’année de césure est un dispositif qui permet de suspendre la formation pendant une année d’étude. Elle est pratique courante dans les écoles d’ingénieurs et de commerce et se déroule souvent à l’étranger.

9 Codirigeant chez Global Archi.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Question : Avez-vous participé à l’un de ces dispositifs pendant votre cursus d’étude en architecture ?
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/17289/img-1.png
Fichier image/png, 23k
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/17289/img-2.png
Fichier image/png, 124k
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/17289/img-3.png
Fichier image/png, 26k
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/17289/img-4.png
Fichier image/png, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Brown, « L’internationalisation des architectes : nouvelle lecture sociologique du groupe professionnel »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 16 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/17289 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.17289

Haut de page

Auteur

Laura Brown

Enseignante-chercheuse ESPI Bordeaux, Laboratoire PAVE, ensapBx, CED, Université de Bordeaux (France) - laura.brown.contact@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search