Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2021Penser l'architecture en sociologieLe relevé habité face à la vulnér...

2021
Penser l'architecture en sociologie

Le relevé habité face à la vulnérabilité résidentielle : intérêts et limites

Housing survey facing residential vulnerability: interests and limits
Yankel Fijalkow, Anne-Laure Jourdheuil et Alexandre Neagu

Résumés

Les tensions sur le marché immobilier des grandes métropoles entraîne une augmentation du surpeuplement des logements. Cet article propose une réflexion méthodologique sur le « relevé habiter » qui est un outil des sciences sociales appliquée à l’architecture permettant de mesurer spatialement les conditions d’habitat. Il s’intéresse donc à l’histoire de la méthode et à son apport dans l’analyse des stratégies des habitants en termes de confort. Une enquête récente auprès d’occupants de logements sociaux (et donc à l’abri de la crise) illustre la méthode.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Actes du colloque « Qualités architecturales, un enjeu pluriel : entre conception et perceptio (...)

1L’adaptation de l’habitat aux évolutions de la population a fait l’objet de nombreux travaux démographiques (Bonvalet, 1988) et historiques (Debarre & Eleb, 1995). Ils permettent d’envisager l’évolution des caractéristiques de la demande de logement en fonction des cycles de transformation des groupes domestiques (unions, séparations, naissances…), de taille des logements, de localisation, d’équipements de confort, de rapport à l’environnement et au quartier. Cependant ces travaux ont rarement mis en relation les évolutions démographiques avec l’architecture quotidienne de l’habitat et les représentations du confort par les habitants. Bien que plusieurs programmes de recherche) 1 ont abordé cette dernière dimension en lien avec les pratiques de conception et les trajectoires de certains types de ménages (personnes âgées, jeunes…), revenir sur les effets architecturaux du surpeuplement des logements nous semble nécessaire pour enrichir le cadre théorique et empirique des recherches sur l’habitat dans le contexte contemporain d’accroissement des vulnérabilités résidentielles (Bouillon et al., 2019).

2Nous voudrions dans cet article intégrer les deux points de vue, démographiques et architecturaux, dans une perspective méthodologique, présentant : la construction sociale de la méthode du relevé habité, son apport à l’égard des transactions habitantes face à la « notion de confort » et la pertinence d’une enquête récente auprès d’occupants de réalisations architecturales contemporaines.

  • 2 La mesure du surpeuplement par l’INSEE est basée sur la comparaison du nombre effectif de pièces co (...)
  • 3 Qui a connu la plus forte hausse du surpeuplement de 15,1 % à 16,8% entre 2006 et 2013 selon le 23è (...)
  • 4 Taux de mobilité de 10,1% en 1998 et 6,4% en 2015 (Rapport FAP, 2018).

3L’actualité du relevé habiter peut être mis en exergue par les évolutions démographiques en France, marquées par le vieillissement de la population, la réduction du nombre de personnes par ménage, la part croissante de ménages monoparentaux, la difficulté des jeunes à quitter le domicile parental en raison des difficultés d’emploi, les tensions sur le marché locatif qui conduisent à une baisse de la mobilité résidentielle (de 32% d’emménagés depuis 4 ans en 2002 à 26,8% en 2013) et à une augmentation du surpeuplement selon les critères de l’Insee 2 (+17,2%), notamment dans le parc social 3 où la mobilité résidentielle est de plus en plus faible 4. Cette moyenne masque l’écart entre les ménages à mobilité résidentielle faible et les temporalités très courtes comme les colocations de jeunes adultes et les locations saisonnières, chacune ayant des effets sur l’occupation de l’espace habité

  • 5 Les échanges des ateliers « Prolongements » et « Transformations » de la journée « Habiter demain l (...)

4Or, face à la richesse de ces dynamiques, la production de logement, relevant du secteur du logement social et de la promotion privée, reste standardisée malgré des expérimentations sur les services dans l’habitat, le logement adaptable et l’architecture augmentée 5. La possibilité de transformation du parc existant ne fait pas, sauf exception, l’objet de réflexions prospectives poussées. On construit peu de grands logements de plus de cinq pièces et, depuis 2008, moins de maisons individuelles que de logements en collectif. La pauvreté des variables décrivant les formes d’habitat et leur production incite à rechercher dans l’étude des modes d’occupation de l’espace une meilleure connaissance de leur contenu architectural et social.

Le relevé habité, construction sociale d’une méthode

  • 6 Cette recherche de corrélation entre surpeuplement et mortalité peut surprendre mais elle reflète l (...)

5La technique du relevé habité, utilisée depuis longtemps pour l’étude des usages du logement, consiste à représenter sur un plan l’implantation de tous les éléments mobiliers et décoratifs, ainsi que les usages des différents espaces. On en rencontre dès le milieu du xixème siècle, lorsque le courant hygiéniste, suscité par l’épidémie de choléra (1832), réfléchit sur les normes d’habitat (surface, équipement sanitaire, degré de peuplement) et encourage les visites sanitaires. Ces visites à domicile (De Gerando, 1828), traditionnelles dans la pratique médicale, se transforment en « enquêtes », à mesure que des dispositifs juridiques s’attachent à décrire les logements, notamment insalubres (loi de 1850). Elles sont progressivement mises en statistiques notamment lors du recensement de 1891 sur « l’encombrement des ménages » (Fijalkow, 1998). Cette opération d’homogénéisation des qualités bien décrite par Alain Desrosières (2016) a permis de produire des grands nombres et a promu un usage municipal de la démographie. Pour le docteur Jacques Bertillon, directeur du Service de statistique municipale de la Ville de Paris et figure centrale du mouvement hygiéniste, le surpeuplement des logements (lorsque le nombre de personnes est double du nombre de pièces) exprimait les inégalités sociales dans la ville et la crise du logement expliquait le taux élevé de mortalité des quartiers populaires (Fijalkow, 1998) ainsi que leur faible natalité. S’il est vrai que cette « statistique morale » était animée d’objectifs hygiénistes et natalistes, elle a aussi souligné l’intérêt du logement social, notamment pour le courant « réformiste » (Topalov, 1999) 6. Elle a ouvert la voie à la mise en place de « casiers sanitaires des maisons », inventoriant les « immeubles et les îlots insalubres », en raison de la fréquence de la mortalité tuberculeuse et du bâti urbain dense. Ces dispositifs, développés avec l’aide des ingénieurs urbains inventoriaient et cartographiaient les immeubles selon leur équipement sanitaire, leur emprise bâtie et leur mortalité. Ils mobilisaient des croquis d’occupation de l’espace. Si en littérature, les carnets d’Émile Zola (1986) ont aussi mobilisé le dessin sur plan, celui-ci a également été amplement utilisé par les gestionnaires des logements sociaux et divers métiers du sanitaire et du social (Liscia, 1976) pour décrire certains modes d’habiter.

6Après-guerre, les études des équipes d’Économie et Humanisme soutenues par l’urbaniste Robert Auzelle, alors directeur au Ministère de la Reconstruction, ont permis de construire et de formaliser la méthode. Ces données, rassemblées par le Père Lebret (1955), visualisaient les variables-clés qualifiant le foyer (mobilier, tenue, cubage, surface, densité), le logement (dépendances, cuisine, cabinets, eau, chauffage, éclairage, aération, ensoleillement), la maison (protection, escaliers, égouts, matériaux), l'extérieur (facilités, odeurs, bruits, situation, horizon). La dernière étape de l’étude consistait dans l’application d’un questionnaire d'enquête par foyer afin d’évaluer ensemble la sociabilité des familles (comment est tenu le ménage, quelle est la qualité du mobilier, la manière d'habiter) et la salubrité des logements (l’aération, l’ensoleillement, l’adduction d'eau). Ces fiches, qui, permettaient de distinguer les types de familles (« normales », « ré-éducables ») et les types de logement (insalubre, surpeuplé, malsain) se proposaient d’être utiles aux gestionnaires du logement social en charge du relogement des populations des îlots insalubres. Elles devaient l’être aussi pour les équipes d’éducateurs animées par le catholicisme social (Astier & Laé, 1991).

Figure 1

Figure 1

Source : Guide pratique de l’enquête sociale, L’enquête urbaine, Lebret et Bride (1955)

7Néanmoins, le recensement de 1954 ne retiendra que les variables sur le surpeuplement et l’équipement sanitaire pour définir le bon logement. Au contraire des expériences menées par Economie et Humanisme, la statistique de l’État mise en œuvre par l’INSEE dissocie l’analyse des caractéristiques du logement de celles du ménage. De son côté, la revue Population de 1948 tenta de faire dialoguer démographes et architectes. Mais elle contribua à figer les variables. Au souci nataliste d’Alfred Sauvy, Le Corbusier proposait un « modulor » devant répondre aux besoins démographiques. Celui-ci devait prendre en compte les notions de densité et de rapport entre le corps humain et le volume bâti dans une perspective fonctionnaliste. À cet égard, le positionnement de Paul-Henri Chombart de Lauwe était plus nuancé. À l’issue des premières enquêtes sociologiques de l’après-guerre sur les nouveaux quartiers d’habitat social, Paul-Henri Chombart de Lauwe préconisait une certaine dimension aux pièces habitées et aux cuisines et s’inscrivait donc dans les perspectives fonctionnalistes de l’Etat (Chombart de Lauwe, 1959). Mais il critiquait aussi certaines pratiques architecturales indifférentes aux « aspirations » des populations et cherchait un dialogue avec les maîtres d’œuvre (Chombart de Lauwe, 1971)

  • 7 Pour autant, la récente mission de Marie Van Effanterre (2017) au Centre de recherche sur l’habitat (...)

8On doit à Henri Lefebvre d’avoir encouragé dès 1968 le débat entre les sociologues et les architectes sur un autre plan, notamment lorsque l’enseignement des sciences sociales a pris place dans les écoles d’architecture. En inscrivant la notion d’aliénation dans le champ de l’habitat et en développant une critique de la vie quotidienne, il a souligné la nécessité de s’inscrire dans l’espace habité, d’y fixer ses marques, ses repères, ses usages, bref de « s’approprier le logement ». Cette notion d’appropriation est au cœur des travaux du Centre de recherche sur l’habitat issu de l’Institut de sociologie urbaine crée par Henri Lefebvre en 1963. Celui-ci a conduit les premières recherches sur les modes de vie pavillonnaires (Haumont, 1966) et a développé des méthodes de traitement du discours et d’observation des pratiques spatiales 7. Le relevé habité a pu être mobilisé dans le cadre d’un positionnement anthropologique (Segaud, 2010) ; d’une approche socio-historique des modes d’habiter (Debarre & Eleb, 1995), d’une méthode psycho sociologique à l’usage dans les écoles d’architecture pour faire dialoguer architectes et usagers (Eleb & Simon, 2013), d’une critique architecturale (Léger, 1990). Selon Daniel Pinson, cette méthode a permis d’intégrer le concept d’habitus sur les normes latentes qui se manifestent par l’architecture, l’organisation des pièces et les règlements d’usage (Pinson, 2016). Toutes ces références se fondent sur une pratique empirique de croisement des savoir-enquêter du sociologue et de l’observation architecturale en mobilisant des outils comme la perspective et le dessin en trois dimensions. Elles sont riches de matériaux graphiques et d’une capacité à interpeller les concepteurs d’habitat.

9Sans doute faudrait-il aussi rechercher dans la pratique d’enquête ethnographique des techniques de dessin sur plan qui, de Marcel Mauss (1905) à Colette Pétonnet (1979), ont nourri la méthode. Néanmoins on peut s’accorder sur l’idée qu’elle intègre bien la posture empirique des ethno-méthodologues, relève en priorité les pratiques (Peretz, 1998) et dote a priori l’habitant d’une compétence insoupçonnée (Garfinkel, 2001) sur son confort personnel d’individu logé.

Confort et transactions sociales

10Or, que peut dire le relevé habité de ce que nous appelons « confort » ? Celui-ci est bien souvent la résultante d’un travail normatif, au sein du champ résidentiel, des différents métiers et compétences qualifiant le « bon habitat » en lien, plus ou moins distant, avec les pratiques de l’usager (Fijalkow, 2016). La définition du confort est donc un enjeu que l’État s’est longtemps chargé d’encadrer en produisant des normes et des statistiques.

11Aux xixème et xxème siècles l’hygiénisme a développé un registre de normalisation des conditions d’habitat pour les concepteurs et les usagers. Depuis 1950, l’élévation continue du « niveau de confort », selon les termes de l’INSEE, s’inscrit dans l’accroissement des surfaces, l’équipement en appareils électroménagers, le développement des dépendances. Cependant, depuis 2010, le même organisme, sous tutelle de l’État, s’interroge sur les critères trop sommaires de confort mesurés par le recensement :

« l'évaluation de la privation de confort varie fortement, passant de 684 000 logements à plus de trois millions, selon que l’on tient compte ou non des problèmes électriques, de la plomberie, d’une mauvaise exposition ou encore de l’humidité sur les murs. Ce dernier critère n’est de fait pas très discriminant : plus de 20% des logements présentent des traces d’humidité, la question de la pertinence d’un tel indicateur est donc posée. Par ailleurs, le surpeuplement coïncide rarement avec la privation de confort » (Briant et al., 2010).

12Selon Samuel Ménard et Gwendoline Volat, « la notion de confort va au-delà de ces équipements élémentaires. En 2010, 11,7% des ménages déclarent un ou plusieurs des problèmes suivants : toit percé, humidité, moisissures sur les montants de fenêtres ou sur les sols. De plus, 9,1% des ménages jugent leur logement trop sombre et 26,9% évoquent des difficultés à y maintenir une température adéquate » (Ménard & Volat, 2012). Bien qu’elle tienne peu compte du surpeuplement, la statistique par le comptage de défauts manifeste un changement de paradigme plus attentif à la dimension subjective du mal logement. Ainsi, la recherche du confort investit « l’ambiance thermique » intérieure (Subrémon, 2010), en développant l’isolation (phonique et thermique) ainsi que le renouvellement de l’air et il renvoie à la norme du « consommer durable », en référence aux enjeux environnementaux.

13L’attention nouvelle à la dimension subjective du confort est le signe d’une présence moindre de l’État dans le champ normatif de l’habitat, qui est aujourd’hui la visée des labels privés (Fijalkow, 2014, 2018). De plus, la notion de confort n’est pas envisageable sans tenir compte de la vulnérabilité résidentielle, qui ne concerne pas seulement les sans logis et les mal logés (soit plus de quatre millions de personnes selon la Fondation abbé Pierre en 2017). Suivant Yves Grafmeyer, la vulnérabilité résidentielle apparaît quand l’un des éléments sur lesquels repose la position résidentielle (localisation du logement, caractéristiques matérielles et statut d’occupation) est fragilisé, insatisfaisant, ou menacé (Grafmeyer, 2019). Elle révèle des rapports sociaux limitant l’appropriation de l’espace : s’installer dans son logement et y poser ses marques, pouvoir rester ou partir, y trouver une sécurité matérielle et affective (Fijalkow, 2015). Or, si l’on considère la vulnérabilité résidentielle comme un rapport social (Bouillon et al., 2019), la notion de confort ne se limite plus aux équipements du logement. Le confort s’inscrit dans une dynamique de transaction sociale avec l’architecture, entendue comme l’ensemble des arrangements spatiaux.

14À ce titre, les principes développés par Martina Löw (2016), ouvrent des clés de compréhension. Son observation des actes de « constitution de l’espace comme une (dis)position relationnelle d’êtres vivants et de biens sociaux » qui conduit à l’analyse du spacing est intéressante à trois points de vue. D’une part, elle prend en considération les contraintes, dispositifs techniques et règlementaires ainsi que les interactions sociales. D’autre part, elle remet en question, à l’heure des multimédias, d’Internet et des téléphones mobiles, la conception traditionnelle de l’espace homogène et unitaire alors que le logement se compose de plus en plus « d’îlots fonctionnels individuels » correspondant à la société en réseaux (Castells, 1998). Enfin, elle intègre l’évolution des formes domestiques qui, dans le contexte du marché immobilier et de l’évolution de l’emploi, conduit à des cohabitations nouvelles dans des temporalités variables : sous-location de chambres, colocations intergénérationnelles, travail à domicile.

15Ces éléments théoriques coïncident avec ce qu’apportent les études historiques sur le confort (Crowley, 2003) ainsi que le regard contemporain sur cette forme sociale (Le Goff, 2019). Ils semblent répondre à cette recherche de la « tranquillité de l’esprit » que dénotent un grand nombre d’enquêtes (Fijalkow, 2019). Mais pour mieux l’identifier encore, on peut le systématiser en appliquant les recherches sur le bonheur qui distinguent les opportunités (life chances) offertes par l’environnement (livabilility) et les capacités des personnes à s’en saisir (life-ability) (Veenhoven, 2013). Cette grille, qui repositionne l’acteur social comme Sujet (Touraine, 2014) nous permet de définir le « bonheur d’habiter » selon six principes ou valeurs qui permettent d’analyser les formes de négociation des formes d’habiter.

161) Principe de mobilité. La possibilité de pouvoir aussi bien choisir son lieu d’habitat que d’en partir et donc de l’échanger contre un autre est un préalable fondamental. Cependant, elle suppose une régulation des valeurs de marché liées à la localisation. Or, les études sur la ségrégation sociale et ethnique démontrent fortement les impasses auxquelles se heurtent les individus et les groupes assignés à résidence (Lévy & Bacqué, 2010).

172) Principe de proximité. Pour l’habitant, la possibilité de maîtriser la proximité consiste autant à pouvoir s’isoler qu’à se rapprocher des lieux d’échanges. Il s’agit donc d’aménager ses relations sociales en multipliant les limites, les barrières, les seuils, les coins, les ponts, les invitations et les rapprochements (Segaud, 2010).

183) Principe d’identification. « Prendre place » pour développer son identité est indispensable. La dimension de place identity (Proshansky, 1978) est fondamentale comme l’ont par exemple montré les enquêtes sur la notion de quartier (Authier, 2002).

194) Principe de distinction. Lié à ce qui précède, la possibilité de pouvoir se distinguer à travers le lieu qu’on habite, selon l’adresse, la façade et tous les ornements sociaux (Raymond, 1984 ; Eleb & Violeau, 2005) participe de la recherche de la reconnaissance.

205) Principe d’adaptabilité. Tout habitant doit pouvoir, au cours de son cycle de vie, modifier l’aménagement de son appartement en fonction de la présence des enfants et de leur âge, des occupations et du type de travail des cohabitants ainsi que des équipements (Ogg et al., 2013).

216) Principe de narrativité. La possibilité de chaque habitant de pouvoir développer un récit d’habitat lui permettant d’exprimer sa capacité à maîtriser son environnement (Fijalkow, 2016) Le cycle de vie du logement et celui de ses habitants se répondent, comme le montre le collectif expérimental Building Stories autour de Chris Ware (2012).

Tableau 1 : Principes du bonheur d’habiter

Principes directeurs (Veenhoven, 2013)

Bonheur d’habiter

Opportunités (life chances)

Principe de mobilité
Principe d’identification

Environnement (livabilility)

Principe de proximité
Principe d’adaptabilité

Capacités (life-ability)

Principe de distinction
Principe de narrativité

  • 8 Dans l’habitat social où le bailleur fixe les règles et les normes, un temps doit séparer le relevé (...)

22Ces principes, qui font l’objet de négociations et de pratiques d’ajustement, sont en jeu dans la transaction symbolique qu’opèrent les ménages avec l’architecture de leur habitat. Ces derniers ne sont pas dans une négociation explicite de manière formelle mais dans des règles de compensation nécessaires afin d’aboutir à un compromis apparent. Négociant sur « ce qui n’est pas négociable », la transaction symbolique se caractérise par « des accords informels, implicites ou tacites », en dehors de procédures rationnelles et clairement formalisées (Blanc, 2009). Elle porte la négociation sur les principes que nous avons indiqués. Dans ce qui suit, on verra comment le relevé habité peut rendre visible ces arbitrages et dans quelle mesure l’observation nécessite de conduire l’habitant à développer un récit, ce qui a pu être expérimenté dans quelques cas 8.

Le relevé habité à l’épreuve des transformations récentes opérées par des habitants

Méthodologie

  • 9 Conseils d’architecture, d’urbanisme et l’environnement.

23L’enquête menée en 2017-18 avec le concours des CAUE9 d’Île-de-France consistait à revenir dans des opérations primées depuis dix ans par l’Observatoire de la qualité architecturale du logement en Île-de-France de cet organisme. Le corpus d’observations portait sur 51 opérations principalement de logement social en Île-de-France. Plus des trois-quarts étaient des nouvelles constructions et les opérations de réhabilitation étaient essentiellement à Paris. Bien que diversifiées par leur taille, elles comportaient en moyenne 25 logements. Après constitution d’une base de données permettant l’analyse et la comparaison entre ces 51 opérations, douze ont été sélectionnées et ont fait l’objet d’une ou plusieurs visites avec rencontre de 23 ménages et réalisation d’autant d’entretiens avec les habitants. Les entretiens qualitatifs et les parcours commentés ont été menés en accompagnement à un « relevé habité » par des étudiantes en architecture, formées à reporter les transformations de l’habitat, la localisation des petits équipements, des meubles et des divers objets présents dans les espaces des logements visités. Ils ont été menés en même temps que les croquis de visite, ce qui permettait de mieux comprendre les aménagements mais rendaient difficile l’explicitation complète des trajectoires. Les personnes interrogées étant ce que l’on qualifie ailleurs de « personne de référence », l’appel au commentaire du dessin permet de relativiser le point de vue.

24Les familles ont été averties de l’enquête par les bailleurs sociaux. La population enquêtée comportait pour presque la moitié des ménages de plus de 50 ans. Elle était en majorité installée depuis plus de cinq ans. Un tiers des ménages étaient composés de couples avec enfants, mais des personnes seules ont également été rencontrées, y compris de jeunes adultes, étudiants ou à la recherche d’emploi. Les trois-quarts des logements de l’échantillon relevaient du logement social et leur taille était en moyenne de trois pièces.

25Étudier les transactions habitantes dans ce parc de logements revenait à traiter une population spécifique dans le champ du marché immobilier à la fois mieux protégée dans ses droits mais aussi plus limitée dans son appropriation de l’espace et dans le choix de localisation.

26Compte tenu des avantages et des limites d’un terrain portant sur le logement social, notre analyse a porté autant que possible sur la partie de l’entretien consacrée au confort intérieur du logement. Le surpeuplement au sens statistique du terme était marginal dans notre échantillon (7%).

Les négociations à l’égard des principes du « bonheur d’habiter »

27Les cas rencontrés étudiés à partir des principes du « bonheur d’habiter » permettent-ils de mieux comprendre les stratégies spatiales à l’intérieur des appartements ?

28Le principe de mobilité semble difficilement applicable compte tenu des longues listes de demandeurs de logement social. Beaucoup d’habitants n’ont pas choisi leur lieu d’habitation et ne se sentent pas forcément investis. Néanmoins, la mobilité à l’intérieur des logements, peu prise en compte par les enquêtes traditionnelles, illustre la trame des négociations avec l’espace occupé. Faute de permettre à ses occupants pouvoir déménager, beaucoup d’appartements portent la trace des diverses formes d’occupation : familiale avec enfant(s), sans les enfants qui sont devenus autonomes, hébergement d’un proche pendant un temps long, etc. Dresser le relevé habité en présence, voire avec la collaboration, des habitants permet d’établir les faits explicatifs d’aménagement de l’espace, incongrus de prime abord. Il permet aussi d’approcher la dynamique d’appropriation, parfois lente et difficile, d’un espace qui a été imposé.

29C’est en lien avec celui-ci que le principe d’identification à l’espace peut s’établir. Dans certains entretiens, habiter un bâtiment primé voire un immeuble situé à côté d’un ensemble patrimonial permet d’accepter des localisations imposées voire des appropriations difficiles : « c’est vrai qu’il m’a fallu du temps pour m’adapter, mais dès que j’ai compris la chance que j’avais d’habiter le Marais, je me suis dit qu’il fallait saisir cette chance et faire un effort ». Ceci nous apprend que l’appropriation est un travail sur le quotidien et que le confort s’acquiert au terme d’une négociation avec l’existant.

30Mais cet extrait d’entretien nous introduit dans le principe de distinction qui connaît différents types d’arguments en termes d’appartenance sociale, de goût et de génération. La présence d’équipements techniques, de matériaux, d’espaces verts, le gabarit du bâtiment permet de se différencier de l’extérieur.

31Le principe de proximité, qui consiste à gérer les distances avec les proches cohabitant, est au centre du relevé habité dans la mesure où il permet d’approcher la dynamique des « coins » que la recherche sur l’habiter a particulièrement étudiés. Ici, chaque « coin » fait l’objet d’une négociation entre ce qui est possible dans le cadre de la cohabitation et l’architecture. Et cette négociation peut entrer en résonnance avec d’autres proximités : « comme je ne travaille pas trop loin de là où j’habite, j’ai fini par admettre que je n’avais pas besoin de bureau à la maison ».

32Si on les place dans le cadre d’un récit sur l’histoire de l’occupation de l’espace, les règles d’affectation de l’espace renvoient au principe de l’adaptabilité et attestent de la possibilité ou non de poursuivre la discussion avec le déjà-là. « Je voulais faire mon bureau et mettre les enfants ensemble dans la même chambre et je me suis rendu compte que ce n’était pas possible. Il aurait fallu démolir une cloison, ce dont je n’ai pas le droit comme locataire. Je me suis donc rabattu sur une solution bricolée ».

33Les entretiens autour du relevé habité permettent donc d’appréhender les modes d’occupation de l’espace. Cependant, ils sont soumis au principe de narrativité qui présuppose la capacité des habitants à pouvoir raconter leur lieu d’habitat et à se mettre en scène. Ce lien entre l’architecture et le langage a déjà été soulevé par la recherche sur l’habitat (Raymond, 2001) mais il est inégalement distribué entre des habitants qui présentent leur appartement comme le ferait un architecte professionnel, d’autres qui se limitent à une histoire des usages et d’autres enfin qui ne savent pas trop quoi dire à des interlocuteurs venus par l’intermédiaire de leur gestionnaire.

Lectures de l’aménagement spatial

34Ainsi, l’aménagement de l’espace peut se lire et apporte un complément à ce qui se dit. Les stratégies consistant à rechercher « plus d’espace » se sont avérées plurielles. Le surpeuplement n’est pas la seule donnée différentielle de l’échantillon des entretiens et du relevé.

35La modification d’espaces et la création de pièces ou de sous pièces sont apparus comme des phénomènes assez récurrents, notamment lorsque l’appartement était habité par un couple. Le séjour, la cuisine et l’entrée ont été plutôt concernés par des aménagements légers. Il pouvait s’agir de la suppression d’une double distribution ou de la modification d’une distribution existante.

36La plupart des modifications distributives correspondaient à une privatisation. Néanmoins certaines modifications vont dans le sens d’une collectivisation. C’est le cas pour les familles monoparentales dont l’adulte (femme) est contrainte, afin de laisser la chambre aux enfants, d’aménager un espace pour dormir dans le salon, au détriment de son intimité.

37À l’opposé, d’autres habitants réaménagent par des travaux plus ou moins importants leurs appartements de façon à créer une nouvelle pièce répondant à des besoins spécifiques. C’est le cas du propriétaire d’un loft qui a divisé le grand espace de la chambre parentale pour créer un bureau, augmentant son appartement de trois pièces. Dans ce même immeuble, une jeune femme a réorganisé son appartement de deux pièces en créant une cuisine fermée par le simple ajout d’une cloison venant dissocier l’espace séjour de la cuisine ouverte. On trouve aussi des cloisonnements dans des appartements très contraints en matière de surface comme un trois pièces de 68m², où une chambre a été divisée en deux par une porte coulissante créant deux espaces de sommeil pour les deux enfants du ménage, l’un en façade, l’autre en second jour. Cependant, cette paroi, réalisée par le père de famille, qui travaille dans le bâtiment, prive une chambre d’éclairage naturel et d’aération.

Figure 2 : Cloisonnements

Figure 2 : Cloisonnements

38La transformation des accès est une autre stratégie. Des locataires modifient l’entrée de certaines pièces qui parfois disposent de deux accès, notamment la cuisine, en les condamnant le plus souvent par des meubles. Ici, la locataire d’une petite maison n’a trouvé aucun intérêt à pouvoir accéder à la cuisine depuis le couloir et a placé une caisse de rangement devant la porte desservant le couloir et l’entrée. Ailleurs, une famille a préféré condamner l’accès qui donnait directement de la cuisine au séjour, au profit de l’accès de la cuisine dans le couloir, ce qui permet aux habitants d’installer des meubles face à la seule prise TV de l’appartement. Dans ces cas rares, où il existe une double circulation dans l’appartement, elle est mise à profit pour adapter le logement à la configuration souhaitée.

Figure 3 : Modification des circulations

Figure 3 : Modification des circulations

39La permutation des usages est un troisième type de ruse habitante. Il peut s’agir d’inversion d’usages entre deux pièces comme par exemple entre la chambre parentale et la chambre des enfants. Ce changement peut être occasionné par l’arrivée du deuxième enfant, ou par le passage à l’âge scolaire. Nous avons fréquemment rencontré des salles d’eau transformées en espaces de rangement. Les maîtres d’ouvrages sont souvent contraints d’aménager dans les logements de trois et quatre chambres deux salles d’eau : une avec douche, et une avec baignoire. Mais, malgré les règlementations, ces espaces ne sont pas forcément nécessaires à des types particuliers de familles (comme une femme seule avec ses enfants et une famille multi générationnelle) qui ont besoin de davantage d’espaces de rangement ou d’espaces pour l’entretien du linge.

40De même, le balcon, la terrasse et les prolongements extérieurs, qui sont pour les architectes des signes de « bonnes pratiques », sont régulièrement utilisés à des fins de stockages divers : mobiliers inutilisés, vélos, chaises et autres encombrants utilisent la totalité de l’espace disponible et le privent de sa vocation première. Ce phénomène s’explique souvent par l’absence de caves et de box ou par le faible entretien de ces espaces. Mais l’utilisation du balcon peut dépasser le simple stockage de meubles et d’objets en devenant de véritables extensions de la buanderie, notamment l’hiver. Certains espaces extérieurs sont utilisés pour stocker au frais des denrées alimentaires.

41Enfin, la nécessité de faire de la place aux encombrants s’oppose parfois au plan des architectes. Dans ce loft réhabilité, la cuisine, présentée sur les plans comme un vaste espace permettant également d’accueillir la table à manger, a été scindée pour accueillir un espace poussette, porte-manteaux et stockage.

Figure 4 : Division des pièces

Figure 4 : Division des pièces

42Ces cas permettent de dresser une typologie des transformations. Le tableau ci-dessous identifie quatre types d’action : soit des transformations sur les pièces ou les usages, soit des actions sur l’espace, les objets et les éléments symboliques. Si les transformations s’observent facilement, les actions sur l’espace et les objets demandent de recourir à l’entretien avec l’habitant. Quant aux actions sur les éléments symboliques, seul l’observateur exercé par les techniques du spacing (Löw, 2016), pourra repérer des situations d’individualisation (fréquentes lorsqu’un jeune adulte séjourne chez ses parents), de multi fonctionnalité et temporalité (en cas de surpeuplement), de privatisation des espaces intimes (souvent les familles monoparentales), de cloisonnement des circulations et de renforcement des fonctions d’accueil.

Tableau 2 : Transformations observées

Transformation des pièces

Transformations des usages

Actions sur l’espace et les objets

Actions sur des éléments symboliques

Division par du mobilier

De la salle d’eau au rangement

Faire place aux meubles et aux rangements

La fonction d’accueil
La fonction de réception

Cloisonnement

Du balcon au rangement, buanderie, garde-manger

Faire place aux équipements dont la machine à laver et les écrans

Les fonctions de repos (chambres parentales ou de jeunes adultes individualisées)

Transformation des accès

Cuisine subdivisée pour créer un espace de rangement

Faire place aux encombrants

Le seuil
La circulation

Transformation des usages

Débordement de fonctions d’une pièce à l’autre

Déplacement d’équipements

Multifonctionnalité, a-temporalité, indifférenciation, collectivisation

43Pour repérer ces situations, la figure du débordement, qui consiste en l’expansion d’un usage dans plusieurs pièces de la maison, peut être heuristique. Dans plusieurs appartements visités nous avons repéré des frigos ou des congélateurs dans le séjour voire dans l’une des chambres, ce qui dénote un processus d’individualisation comme les « chambres salons » pour les jeunes adultes en recherche d’autonomie. Une deuxième forme de débordement est l’utilisation d’espaces de circulation (comme le palier d’escalier) pour étendre le linge. Une autre forme est celle du coin repas, sans surface réservée. Les repas sont pris sur une table basse dans le séjour, devenu multifonctionnel.

  • 10 Dessins de Fanny Allaire, Lisa Ngyuen et Cécile Achard, stagiaires au sein du CRH en 2017.

Fig 5 : Exemple de « débordement d’usage » 10

Fig 5 : Exemple de « débordement d’usage » 10

44On peut alors entendre ceux qui, comme Madame G., vivent depuis dix ans dans un logement intermédiaire de trois pièces en grande banlieue et mettent en récit les transactions spatiales auxquelles ils ont dû se livrer :

« On est quatre... ce n’est pas optimal non... lui [son fils de onze mois, à côté d’elle] il est arrivé il y a un an et il a une grande sœur de 7 ans... bah c’est... plaisant d’avoir un jardin mais j’aurais préféré qu’on ait la prolongation d’une chambre ou [rires]... et d’avoir un plus petit jardin... et rester ici parce que c’est un quartier plaisant […] Par contre, ce qui est aussi à déplorer dans ces logements c’est qu’il n’y a pas de rangements [...] Il faut les faire. [...] Là j’ai un petit renfoncement que j’aimerais bien essayer d’exploiter pour faire un placard, un truc. Dans les chambres, pareil, t’as des renfoncements, mais qui font, allez un mètre, pas deux mètres... peut-être 1m30, 1m40, je pense max et du coup j’ai installé un placard là ».

45Dans ces situations, les meubles ont une fonction symbolique. En raison de la mobilité des ménages et de leurs trajectoires, notamment dans différents statuts d’occupation, ils racontent l’histoire du groupe domestique. En grande banlieue, l’appartement habité par une femme veuve, sa fille de 27 ans, sa petite fille de 12 ans, ainsi que son fils qui vient de temps en temps, est peuplé d’une multitude d’objets accumulés dans tous les logements précédents. On peut en faire la cartographie avec les habitants, ce qui déclenche un récit.

  • 11 Dessins de Fanny Allaire, Lisa Ngyuen et Cécile Achard, stagiaires au sein du CRH en 2017.

Fig. 6 : Exemple d’une cartographie de la densité d’objets 11

Fig. 6 : Exemple d’une cartographie de la densité d’objets 11

46Tous les espaces tels que l’entrée, la cuisine, les chambres et le séjour sont occupés. Le récit que fait la locataire principale s’attache aux allers et venues des membres du groupe domestique et à la plasticité des espaces, malgré la résistance des éléments techniques (un vaste séjour qui ne dispose que d’une prise TV, limitant la liberté d’aménagement du mur et obligeant à disposer les fauteuils en face) ou l’absence de lieux fonctionnels (bien que la localisation de la machine à laver soit imposée, le lieu de séchage n’est pas prévu).

47Le tableau 3 met en relation les espaces et les publics concernés par les transformations observées dans les douze logements étudiés. Le relevé des usages habités met en évidence des espaces où les principes d’identification, de gestion des proximités, d’adaptabilité voire de distinction sont actifs. Mais il n’est applicable qu’aux habitants développant une compétence narrative sur leur habitat.

Tableau 3 : Les publics et les situations résidentielles

Transformations

Espaces concernés

Public type, Situations

Principaux enjeux

Modifications distributives

Chambre/salle de bain
Cuisine/ Salon
Chambres d’enfants

Adultes/enfants
Accueil
Familles monoparentales

Principe d’individualité, et proximité
Principe de distinction
Principe d’identification

Réunion et subdivision de surfaces

Entrée
Cuisine
Séjour

Surpeuplement, vieillissement
Emploi à domicile et/ou temps partiel
Sous Location temporaire ?

Principe d’adaptabilité

Débordement, transformation des usages

Séjour
Coins repas
Chambres/séjours

Cohabitation plusieurs générations
Colocations
Jeunes adultes

Principe d’individualité

Inversion des usages

Chambres

Naissances
Sous occupation après décohabitation (vieillissement, durée d’occupation élevée, fonction mémorielle)

Principe d’adaptabilité

Transformation des accès

Seuils

Familles nombreuses

Principe d’individualité et de proximité

Conclusions

48Cet essai d’application du relevé habité permet d’établir son intérêt et ses limites.

49Les adaptations relevées sont marqueurs d'un type de vulnérabilité résidentielle particulière engendrée par l'évolution du ménage, en l’absence de mobilité. En fonction de la configuration du ménage, le surpeuplement s’accompagne de privatisations et de la réorganisation des distributions. À la densification des usages correspond souvent une densité d’objets. Lorsque des surplus peuvent être exploités (doubles distributions, salles d’eau surabondantes) l’objet permet de lire les usages attribués.

50Dans un cadre d’analyse sociologique, la vulnérabilité résidentielle est un concept précieux qui permet d’appréhender l’occupation de l’espace comme un rapport social. Le surpeuplement est une des formes les plus significatives de cette vulnérabilité et la plus discriminante (FORS, 2017). Bien que beaucoup des ménages que nous avons interrogés ne se sentent pas en « surpeuplement » au sens statistique, les transformations observées expriment leur vulnérabilité résidentielle de locataires du logement social, c’est-à-dire d’un parc refuge pour les catégories de revenus modestes et moyens confrontées au marché tendu de la région parisienne. Ceci implique une forte stabilité des habitants, du moins du locataire principal autour duquel se nouent différentes formes d’occupation : jeunes adultes ne trouvant pas de logement abordable, retours d’enfants majeurs au domicile parental après une séparation, unions recomposées, sous-location de chambre définitive ou temporaire, etc. La recomposition des temps de sociabilité (Rosa, 2017) qui conduisent à la disparition de la table à manger familiale et à la multiplication des espaces individualisés connectés à l’activité professionnelle par des écrans d’ordinateur, parfois présents dans toutes les pièces des logements, accompagne des phénomènes de collectivisation et d’individualisation des espaces. L’association de la stabilité résidentielle obligée (qui est amenée à se développer comme l’atteste un rapport récent [Lévy, 2017]), avec les dynamiques démographiques des populations et l’évolution du rapport au temps et aux mobilités produit un mode d’occupation de l’espace particulier. Cependant, si beaucoup de ménages n’ont pu choisir leur logement (Grafmeyer, 2010), la plupart sont attachés à développer un récit exprimant leur capacité à contrôler leur milieu de vie. Lors de nos enquêtes, les habitants qui ont fait visiter leurs logements et ont raconté l’histoire de leur groupe domestique et de ses objets, ont pris conscience des évolutions qu’ils ont maitrisées et de celles qu’ils ont subies.

51À ce titre, le relevé habité nous est apparu comme outil pédagogique, tant pour les étudiantes stagiaires que nous encadrions, que pour les habitants à qui est révélé un autre visage de l’architecture. Issu de pratiques sociales qui se sont succédées dans l’histoire, le relevé habité a d’abord été un instrument d’inspection des classes populaires par des gestionnaires sociaux. On le redécouvre aujourd’hui dans un contexte d’affaiblissement de l’État dans le champ normatif du logement et l’extension de la vulnérabilité résidentielle. On voudrait qu’il montre ce que pourrait être le « confort subjectif » abordé par une certaine anthropologie de l’espace. Confronté au terrain, il démontre fort bien le degré de plasticité de l’espace architectural et les « prises » offerte aux habitants pour s’approprier l’espace, ce dont d’ailleurs ils saisissent vite l’efficacité. Cependant si la géographie de l’espace habité que retrace le relevé se prête volontiers au récit de l’occupation de l’espace, son inscription dans les trajectoires résidentielles mériterait d’être encore testée en complexifiant la méthodologie d’approche.

52Il n'en reste pas moins que si l'on considère l'architecture comme la discipline des arrangements spatiaux, le relevé habité est un outil particulièrement pertinent pour initier à une lecture spatiale du social et interroger au sens large la production de l’espace (Lefebvre, 1974) représenté, perçu et vécu par les maitres d’ouvrages, les architectes et les habitants.

Fig 7 : Chambres sur-occupées

Fig 7 : Chambres sur-occupées
Haut de page

Bibliographie

Astier I. & J.-F. Laé (1991), « La notion de communauté dans les enquêtes sociales sur l'habitat en France : le groupe d'Économie et humanisme, 1940-1955 », Genèses, n° 5, pp. 81-106.

Authier J.-Y. (2002), « Habiter son quartier et vivre en ville : les rapports résidentiels des habitants des centres anciens », Espaces et sociétés, n° 1, pp. 89-110.

Bacqué M.-H. & J.-P. Levy (2009), « Ségrégation » dans Stébé J.-M. & H. Marchal (dir.), Traité sur la ville, Paris, Presses universitaires de France, pp. 303-352.

Blanc M. (2009), « L'avenir de la sociologie de la transaction sociale », Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. 40, n° 2, pp. 125-139.

Bonvalet C. (1988), Les Transformations de la famille et l'habitat : bibliographie commentée, Paris, La Documentation française.

Bouillon F., Deboulet A., Dietrich-Ragon P. & Y. Fijalkow (2019), Vulnérabilités résidentielles, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Briant P. (2010), « Les inégalités face au coût du logement se sont creusées entre 1996 et 2006 », Insee Références - France portrait social.

Castells M. & P. Delamare (1998), La Société en réseaux, Tome 1, Paris, Éditions Fayard.

Chombart de Lauwe P.-H. (1959), Famille et habitation. Sciences humaines et conception de l’habitation, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique.

Chombart de Lauwe P.-H. (1971), Pour une Sociologie des aspirations, Paris, Éditions Gonthier.

Crowley J.-E. (2003), The Invention of Comfort. Sensibilities and Design in Early Modern Britain and Early America, Baltimore, John Hopkins University Press.

De Gerando J.-M. (1828), Le Visiteur du pauvre, Paris, Éditions Jules Renouard.

De Singly F. (2000), Libres ensemble. L'individualisme dans la vie commune, Paris, Éditions Armand Colin.

Desrosières A. (2016), La Politique des grands nombres : histoire de la raison statistique, Paris, Éditions La Découverte.

Eleb-Vidal M. & A. Debarre (1995), L'Invention de l'habitation moderne. Paris : 1880-1914. architectures de la vie privée, Paris, Éditions Hazan et Bruxelles, Archives de l'architecture moderne.

Eleb M. & S. Bendimérad (2015), « Ensemble mais séparément, les lieux de la cohabitation », dans Les chantiers Leroy Merlin Source, n° 14, pp. 4-36.

Eleb M. & P. Simon (2013), Entre confort, désir et normes : le logement contemporain, 1995-2012, Paris, Éditions Mardaga.

Eleb M., Nivet S. & J.-L. Violeau (2005), L’Architecture entre goût et opinion. Construction d’un parcours et construction d’un jugement, Paris, Laboratoire ACS, Ministère de la Culture et de la Communication.

Fijalkow Y. (1998), La Construction des îlots insalubres. Paris 1850-1945, Paris, Éditions L'Harmattan.

Fijalkow Y. (2014), « L’habitat durable en débat », Métropolitiques [En ligne] https://metropolitiques.eu/L-habitat-durable-en-debat.html

Fijalkow Y. ( 2017), « Du confort au bonheur d’habiter », Sciences et Bonheur [En ligne] https://sciences-et-bonheur.org/2017/09/18/yankel-fijalkow-du-confort-au-bonheur-dhabiter/

Fijalkow Y. (2019), « Governing Comfort in France: from Hygienism to Sustainable Housing XXth–XXIst century », Housing Studies, vol. 34, n° 6, pp. 1021-1036.

Fijalkow Y. & B. Maresca (2019), « Normes de chauffe et transition énergétique : les transactions des habitants », Natures Sciences Sociétés, vol. 27, n° 4, pp. 410-421.

Fol J. (dir.) (2008), Futur de l’habitat, Paris, Éditions Jean Michel Place.

Garfinkel H. (2001), « Le programme de l'ethnométhodologie », dans L'Ethnométhodologie, Paris, Éditions La Découverte, pp. 31-56.

Grafmeyer Y. (2019), « Approches sociologiques des choix résidentiels », dans Authier J.-Y., Bonvalet C. & J.-P. Lévy (dir.), Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Halbwachs M. (1970), Morphologie sociale, Paris, Éditions Armand Colin.

Le Corbusier (1948), « L'habitation moderne », Population, vol. 3, n° 3, pp. 417-440.

Le Goff O. (2019), L’Invention du confort : naissance d’une forme sociale, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Lebret L.-J. (1955), Guide pratique de l'enquête sociale, vol. 3, Paris, Presses universitaires de France.

Lefebvre H. (1974), La Production de l’espace, Paris, Éditions Anthropos.

Léger J.-M (1990), Derniers domiciles connus : enquête sur les nouveaux logements, 1970-1990, Paris, Éditions Créaphis.

Levy J.-P (2017), Modélisation du système de l’habitat français. Configuration, Fonctionnement et Prospective 2013-2033, Rapport au PUCA.

Liscia C. (1976), « L'habitat du pauvre », Sociologie du travail, vol. 18, n° 4, pp. 345-361.

Löw M. (2016), The Sociology of Space: Materiality, Social Structures, and Action, New York, Springer Publisher.

Mauss M. (1905), « Essai sur les variations saisonnières des Eskimos. Étude de morphologie sociale », L'Année sociologique, n° IX, pp. 39-132.

Ménard S. & G. Volat (2012), « Conditions de logement de 2005 à 2010 », Insee Première, n° 1396.

Ogg J., Renaut S. & S. Hillcoat-Nalletamby (2013), « Vieillir chez soi : une comparaison franco-britannique des adaptations de l'habitat et du logement », Pratiques du champ social, n° 225-243.

Peretz H. (1998), Les Méthodes en sociologie : l'observation, Paris, Éditions La Découverte.

Petit C., Lehrmann J. & A. Best (2017), « Le surpeuplement, une forme de mal-logement toujours prégnante et socialement discriminante », FORS Recherche sociale, n° 4, pp. 5-134.

Petonnet C. (1979), On est tous dans le brouillard. Ethnologie des banlieues, Paris, Éditions Galilée.

Pinson D. (2016), « L’habitat, relevé et révélé par le dessin : observer l’espace construit et son appropriation », Espaces et sociétés, n° 1, pp. 49-66.

Proshansky H.-M (1978), « The City and Self-identity », Environment and Behavior, vol. 10, n° 2, pp. 147-169.

Raymond H. (2001), Paroles d'habitants: une méthode d'analyse, Paris, Éditions L'Harmattan.

Raymond H.(1984), L'Architecture, les aventures spatiales de la raison, Vol. 4, Paris, Éditions du Centre de création industrielle.

Rosa H. (2017), Aliénation et accélération : vers une théorie critique de la modernité tardive, Paris, Éditions La Découverte.

Segaud M. (2010), Anthropologie de l'espace : habiter, fonder, distribuer, transformer, Paris, Éditions Armand Colin.

Subrémon H. (2010), « Le climat du chez-soi », Ethnologie française, vol. 40, n° 4, pp. 707-714.

Topalov C. (dir.), (1999) Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France (1880-1914), Paris, Éditions de l'EHESS.

Touraine A. (2014), Le Retour de l'acteur : essai de sociologie, Paris, Éditions Fayard.

Veenhoven R. (2013), Conditions of Happiness, New York, Springer Publisher.

Ware C. (2012), Building Stories, New York, Pantheon Books.

Zola É. (1986), Carnets d’enquêtes. Une ethnographie inédite de la France, Paris, Éditions Plon.

Haut de page

Notes

1 Voir Actes du colloque « Qualités architecturales, un enjeu pluriel : entre conception et perception », PUCA, 2018, ainsi que Fol ( 2008).

2 La mesure du surpeuplement par l’INSEE est basée sur la comparaison du nombre effectif de pièces composant le logement et du nombre de pièces jugées « nécessaires » au ménage en fonction de sa taille, de l’âge et de la situation familiale de ses membres. On compte une pièce à vivre pour le ménage, une pièce pour chaque couple, une pièce pour chaque adulte (19 ans et plus) célibataire, une pièce pour deux jeunes enfants (moins de 7 ans) et une pièce par grand enfant ou pour deux grands enfants s’ils sont du même sexe.

3 Qui a connu la plus forte hausse du surpeuplement de 15,1 % à 16,8% entre 2006 et 2013 selon le 23ème rapport de la Fondation Abbé Pierre (2018).

4 Taux de mobilité de 10,1% en 1998 et 6,4% en 2015 (Rapport FAP, 2018).

5 Les échanges des ateliers « Prolongements » et « Transformations » de la journée « Habiter demain la métropole » co-organisée par le CRH-LAVUE et les CAUE d’Ile-de-France ont en grande partie porté sur ces questions. Voir en particulier le travail de doctorat en cours de Marion Howa, Observatoire des architectures augmentées, 2017-2020.

6 Cette recherche de corrélation entre surpeuplement et mortalité peut surprendre mais elle reflète les rapports entre les acteurs qui construisent la méthode à l’époque. Il n’en reste pas moins que des travaux récents sur le Covid19 montrent aussi pour la période actuelle des corrélations entre surpeuplement et morbidité. Voir Guy Burgel « Covid19 : surmortalité dans les quartiers populaires », Le Monde du 4 novembre 2020.

7 Pour autant, la récente mission de Marie Van Effanterre (2017) au Centre de recherche sur l’habitat qui détient un grand nombre de documents de recherche anciens montre que le relevé habité ne bénéficie pas d’une grande visibilité dans la recherche. Certes « la variété des matériaux mentionnés dans les rapports ainsi que la reproduction de relevés habités témoignent en creux d’une volonté de saisir, à travers ces enquêtes collectives, de pratiques et de représentations spatiales au-delà d’une restitution unique par le discours ». Cependant « la place qu’occupent les relevés de l’espace habité dans ces enquêtes semble être paradoxale. Alors que des traces matérielles et des témoignages attestent bien du recours à la production de ces données graphiques à l’ISU, leur matérialisation dans les rapports d’enquête se révèle assez limitée.

8 Dans l’habitat social où le bailleur fixe les règles et les normes, un temps doit séparer le relevé habiter et l’entretien pour éviter les situations de justification, stériles pour la recherche. Cela n’a pas été toujours possible.

9 Conseils d’architecture, d’urbanisme et l’environnement.

10 Dessins de Fanny Allaire, Lisa Ngyuen et Cécile Achard, stagiaires au sein du CRH en 2017.

11 Dessins de Fanny Allaire, Lisa Ngyuen et Cécile Achard, stagiaires au sein du CRH en 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Source : Guide pratique de l’enquête sociale, L’enquête urbaine, Lebret et Bride (1955)
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/17310/img-1.png
Fichier image/png, 513k
Titre Figure 2 : Cloisonnements
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/17310/img-2.png
Fichier image/png, 171k
Titre Figure 3 : Modification des circulations
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/17310/img-3.png
Fichier image/png, 83k
Titre Figure 4 : Division des pièces
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/17310/img-4.png
Fichier image/png, 110k
Titre Fig 5 : Exemple de « débordement d’usage » 10
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/17310/img-5.png
Fichier image/png, 174k
Titre Fig. 6 : Exemple d’une cartographie de la densité d’objets 11
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/17310/img-6.png
Fichier image/png, 54k
Titre Fig 7 : Chambres sur-occupées
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/17310/img-7.png
Fichier image/png, 202k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yankel Fijalkow, Anne-Laure Jourdheuil et Alexandre Neagu, « Le relevé habité face à la vulnérabilité résidentielle : intérêts et limites »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le , consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/17310 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.17310

Haut de page

Auteurs

Yankel Fijalkow

Professeur de sciences sociales, ENSAPVS - Codirecteur du CRH, Paris (France) - fijalkow.yankel@gmail.com

Anne-Laure Jourdheuil

Enseignante à l’École spéciale d’architecture et maîtresse de conférences associée à l’ENSA de Paris-La Villette, Paris (France) - annelaure.jourdheuil@gmail.com

Alexandre Neagu

Enseignant, ENSA de Montpellier et de Paris-Nanterre (France) - a_neagu@parisnanterre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search