Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2021S’engager face aux politiques de ...La politique des réfugié-e-s. Éch...

2021
S’engager face aux politiques de non-accueil des migrants

La politique des réfugié-e-s. Échos de La Chapelle en Lutte, juin-juillet 2015

The Politics of Refugees. Come back to the mobilizations in the camps in North of Paris (june-july 2015)
Nicolas Jaoul

Résumés

Après avoir évoqué le concept de la subjectivation politique et la manière dont la subjectivité politique a été abordée dans les études migratoires, l’article se penche sur les réflexions de migrant-e-s acteurs de la mobilisation dans le quartier de la Chapelle à Paris en juin et juillet 2015. Tout en revenant sur le choix des migrant-e-s de se positionner en tant que demandeurs d’asile face à des soutiens les incitant à rejoindre la lutte des sans-papiers pour des régularisations collectives, ces prises de parole soulignent la pluralité de points de vue des migrant-e-s, ainsi que les paradoxes de l’autonomie politique dans un contexte de forte dépendance.

Haut de page

Texte intégral

Fig.1 : « Des logements pour tous », 4 juin 2015, parvis de l’église Saint Bernard (Paris)

Fig.1 : « Des logements pour tous », 4 juin 2015, parvis de l’église Saint Bernard (Paris)

Photo de l’auteur

Introduction 1

  • 1 Je remercie Clara Lecadet et Léopoldine Manac’h pour leur relecture de versions antérieures de l’ar (...)
  • 2 Comme en témoigne plus loin la réflexion de Benaissa Assraoui, les questions de terminologie furent (...)
  • 3 Office français de protection des réfugiés et apatrides.

1Le 2 juin 2015, « l’évacuation » d’un campement de centaines de migrants et migrantes fut l’évènement déclencheur d’une mobilisation intense dans le quartier de La Chapelle (18ème arrondissement de Paris), foyer historique des luttes de l’immigration (Hajjat, 2008). Le mot d’ordre de « papiers pour tous », repris du mouvement des sans-papiers, entendait déjouer les divisions entre migrant-e-s dit-e-s « économiques » et « réfugié-e-s politiques » 2. Malgré cette tentative d’amener les « primo-arrivant-e-s » dans le giron d’une lutte commune pour des régularisations collectives afin de relancer ce mouvement, la mobilisation fut dominée par les revendications spécifiques en tant que demandeuses et demandeurs d’asile et la tentative d’accéder aux papiers après examen au cas par cas par l’OFPRA 3, ainsi qu’à l’hébergement provisoire auquel ces démarches donnent accès.

  • 4 Ces promesses d’hébergements étaient floues sur la question de la destination, des conditions d’acc (...)

2Différents campements se reconstituèrent dans la foulée des expulsions violentes et des « évacuations ». Alors que ces expulsions furent sans effet, les « évacuations », quant à elles assorties de promesses d’hébergements plus ou moins fiables 4, atténuèrent le nombre de migrants-e-s à la rue dans Paris – et donc la constitution d’une masse critique. Elles n’empêchèrent pas cependant la reconstitution immédiate des campements, dont dépendait la mobilisation comme lieu physique de regroupement et d’organisation. La pérennité des campements était assurée par les retours d’une partie de celles et ceux envoyé-e-s en centres d’hébergement d’urgence pour les sans-abris au lieu des Centres d’accueil des demandeurs d’asile (CADA), qui étaient saturés, ainsi que par les nouvelles arrivées depuis l’Italie, jusqu’à 80 par jour.

  • 5 Le collectif « La Chapelle en lutte » fut dissous de fait suite à l’« évacuation » du Lycée Jean-Qu (...)

3Cette séquence très mouvementée d’une durée de deux mois dans le quartier de La Chapelle/Stalingrad se solda par l’occupation d’un établissement scolaire désaffecté (le lycée Jean Quarré) dans le 19ème arrondissement (Coutant, 2018) 5.

  • 6 Campement du métro La Chapelle formé en 2014 et « évacué » le 2 juin 2015, accueil temporaire à la (...)

4Les différents campements du quartier La Chapelle 6 constituèrent un pôle d’attraction pour de nombreuses personnes solidaires : partis de gauche (hormis le Parti socialiste, au gouvernement avec Manuel Valls comme premier ministre), associations de solidarité et de quartier, collectifs de sans-papiers (Coordination des sans papiers-CSP 75), courant autonome et anarchiste, collectifs « No Border » de Calais et Vintimille, ou « simples habitantes et habitants » du quartier et de la région parisienne.

5Parmi ces soutiens, les tenants d’une « aide humanitaire » – bien que ce mot synonyme de professionnalisation soit peu adapté à une pratique de l’aide bricolée et sans moyen, qui s’apparentait davantage à de la solidarité populaire – s’opposèrent aux tenants d’une conception politisée des campements comme lieux de lutte pour accéder aux droits. Bien que récurrents et sources de frictions, ces débats furent néanmoins relégués au second plan la plupart du temps par l’urgence sanitaire et l’organisation matérielle du campement. Les violences policières et les tentatives des pouvoirs publics d’utiliser les « évacuations » à des fins politiques pour faire cesser la mobilisation permirent cependant d’unifier le collectif face à l’adversité, imprimant de facto une connotation de lutte aux campements.

6Lors des assemblées générales tenues sur le trottoir (plusieurs par semaine de plusieurs heures, traduites en plusieurs langues : français, arabe, tigrinia), un consensus put en outre émerger autour de l’affirmation que les migrant-e-s occupaient en tant que « sujets politiques », une position souveraine dans cette mobilisation qui les concernait en premier lieu et à qui les décisions revenaient.

7Dans cet article je vais tenter de donner un éclairage ethnographique sur cette notion de subjectivité politique, qui appartient à la philosophie politique, en la confrontant aux positionnements des migrants. Telle qu’employée par les soutiens, l’idée d’une subjectivité politique des migrants cherchait à contrer une représentation commune de ces derniers comme objets de politiques humanitaires. Être désignés comme sujets politiques impliquait que les migrants puissent exprimer leurs choix de lutte et que celle-ci devait être menée en leur nom propre, par eux-mêmes, comme condition première pour leur dignité.

8Pour Jacques Rancière, un de ses principaux théoriciens, la subjectivation est un double processus. Dans un premier temps, « (u)ne subjectivation politique est toujours une démonstration de capacité. Elle contredit, par le fait, le déni d’une capacité » (Rancière, 2009, p. 198). Mais pour constituer une « subjectivation politique forte » (Ibid., p. 199), cette démonstration de capacité par une catégorie des « sans part » doit entraîner chez d’autres catégories venues en soutien à la cause un processus de désidentification à l’ordre politique et social qui sous-tend le tort ainsi exprimé. Sans ce second temps de profonde remise en question de l’ordre politique et social par une partie plus large du peuple, « on tend à perdre cette dimension affirmative de capacité, à retomber dans une figure humanitaire » (Ibid., p. 198). Ainsi pour Jacques Rancière, le mouvement précédent des sans-papiers, tout en constituant « une lutte proprement politique, qui met en jeu ce que j’appelle la part des sans-part », n’est pas parvenue à cet effet de « subjectivation forte », du fait de se focaliser exclusivement sur « la conquête de buts matériels ou de droits spécifiques » (Ibid., p. 199), c’est-à-dire des titres de séjour, s’enfermant ainsi selon lui dans une lutte catégorielle.

9À partir de cette exigence d’une subjectivation forte, on peut se demander dans quelle mesure la cause des demandeur-e-s d’asile dans les sociétés européennes depuis 2015, est parvenue à dépasser une motivation humanitaire, ou « altruiste » pour se muer en un sujet proprement politique, c’est-à-dire selon Jacques Rancière, redéfinissant les termes mêmes de l’appartenance à la communauté politique. Laissant de côté ici faute de place les processus de subjectivation à l’œuvre du côté des soutiens, c’est-à-dire la volonté de faire cause commune malgré la disparité des statuts et des conditions objectives, cet article va se focaliser sur la manière dont les premier-ère-s intéressé-e-s se sont positionné-e-s dans cette lutte. Cette démarche s’inscrit ainsi dans une tentative de contribuer à une histoire « des immigrés en tant que sujets » (Boubeker & Hajjat, 2008), dont ces auteurs ont noté qu’elle « reste à écrire ».

10Malgré l’œuvre pionnière d’Abdelmalek Sayad, qui a le premier appelé à une approche politique de l’expérience migratoire en France (Sayad, 1991 ; Sayad, 1999 ; Pérez, 2020), les outils méthodologiques et théoriques mobilisés par les sciences sociales pour analyser les luttes de l’immigration et en particulier la lutte des sans-papiers en France (Siméant 1999), ont été peu propices à cette perspective politique. Comme observé récemment, les grilles méthodologiques de la sociologie des mouvements sociaux privilégiées ont en effet eu « pour corollaire une hyper visibilisation de la figure du "soutien", parfois au détriment de la conception de l’étranger comme sujet politique mobilisé » (Brücker, Veron & Vertongen, 2019, p. 10).

11Comme le suggère Pauline Brücker dans sa recherche de thèse sur les trajectoires géographiques et politiques de Soudanais-e-s à différentes étapes de leurs parcours migratoires (Soudan, Israël, Égypte), il s’agit donc ici de s’intéresser à « la façon dont les migrants en quête d’asile parviennent à s’imposer comme des acteurs légitimes dans un espace politique qui les rend "indésirables" par des mécanismes de mise à distance et d’illégalisation » (Brücker, 2019, p. 45).

  • 7 Bariz (Paris), le temps des campements, Iskra Productions 2020, 70 minutes. Deux jeunes Soudanais y (...)

12Sans prétendre donner « le » point de vue, nécessairement pluriel, des migrants, ce sont les propos de certains d’entre eux (il ne s’agit que d’hommes) impliqués dans l’organisation du collectif « La Chapelle en Lutte », qui vont constituer le corpus de cette étude. Leurs réflexions sont issues de prises de parole lors des assemblées générales du campement, de séminaires de recherche où je les ai invités à participer par la suite et d’interviews parues dans la presse militante ou réalisées par moi-même pour un film documentaire 7.

13Comment le passage à la lutte organisée fut-il vécu par les migrants directement impliqués dans l’organisation ? Quelles furent les conséquences pour la mobilisation de la demande d’asile, dont la logique d’accès aux papiers est celle du cas par cas, contrairement à la logique de négociation collective du mouvement historique des sans-papiers ?

  • 8 Bien que j’adopte la forme inclusive dans cet article, elle n’est pas appropriée aux Soudanais parm (...)

14Après avoir abordé la problématique de la demande d’asile qui a fortement déterminé cette mobilisation, puis évoqué ma démarche de recherche en tant qu’ancien soutien dans cette lutte, j’aborderai la mobilisation des migrant-e-s de La Chapelle à travers trois perspectives : celle de militants du mouvement des sans-papiers venus en soutien des primo-arrivant-e-s, auxquels ils venaient transmettre un savoir et une expérience politique ; celle d’un porte-parole élu des Maghrébins sans-papiers du campement ; celle d’un porte-parole élu des Soudanais 8. Enfin en conclusion, je reviendrai de manière plus théorique sur l’intérêt d’une ethnographie de la subjectivation politique comme processus inachevé, par rapport à d’autres approches politiques des migrant-e-s, prenant cette subjectivité et sa dimension politique pour acquises.

La politique des demandeur-euse-s d’asile

15Le passage de primo-arrivant-e-s à l’organisation et la prise de parole politiques dans un contexte politique, légal et institutionnel dont ils et elles ignorent le fonctionnement, est nécessairement marqué par une dépendance accrue – notamment linguistique – vis-à-vis des soutiens. Dans son livre sur la « Jungle » de Calais, Sophie Djigo souligne ainsi le risque permanent « de prendre publiquement la parole "pour eux", en leur nom, à leur place ; ou de plaquer, sur leurs revendications, un vocabulaire étranger à ces étrangers – des mots qu’on attend peut-être d’eux, mais qui peuvent redoubler la dépossession de leur propre parole » (Djigo, 2016, p. 176).

  • 9 Sophie Djigo note que le transit représente un angle mort du droit, qui reste ainsi tributaire d’un (...)
  • 10 Il faut toutefois noter qu’une partie des migrant-e-s avait choisi de vivre à l’écart du campement (...)

16À la différence des migrant-e-s de Calais tentant de rejoindre l’Angleterre, davantage concerné-e-s par un « droit de transit » (Ibid., p. 155) 9, les migrant-e-s de La Chapelle se positionnèrent comme demandeurs et demandeuses d’asile en France, décidé-e-s à lutter pour faire respecter leur droit à l’installation 10.

17La problématique de la demande d’asile s’est ainsi imposée dans ces mobilisations, en dépit des représentants des sans-papiers déjà établis en France et de leurs soutiens qui souhaitaient les intégrer à leur lutte pour des régularisations collectives.

18En conséquence, la question de la légitimité des migrant-e-s s’est trouvée arrimée à la demande d’asile. L’asile politique, garanti par la convention de Genève, offre une porte d’entrée légale aux migrant-e-s, de manière sélective. En dépit du tri que cela implique, on peut être tenté d’y voir, à l’instar des nombreu-x-ses migrant-e-s qui tentent leur chance à l’OFPRA, une brèche dans la fermeture des frontières et dans l’accès aux droits. La philosophe Marie-Claire Caloz-Tschopp souligne ainsi que « (l)’asile est une arché comme le "droit d’avoir des droits" de Arendt, qui assure la "généralité de la politique et des droits" » (Caloz-Tschopp, 2019). Les demandeurs et demandeuses d’asile bénéficient en outre d’une exceptionnelle légitimité auprès de l’opinion publique dans un contexte de plus en plus hostile aux migrations illégales. Elle offre certes un potentiel de radicalisation et d’agrégation des révoltes populaires permettant un processus de subjectivation plus large tel que l’entend Jacques Rancière, à travers « la réappropriation d’un imaginaire démocratique radical » (Rancière, 2009). C’est également ce que Michel Agier souligne dans son ethnographie des pratiques de l’hospitalité privée en faveur des migrant-e-s (Agier 2018). Cet accès au droit par la petite porte de la demande d’asile présente cependant le risque de prendre pour acquise l’opposition catégorielle entre migrant-e-s dits « économiques » et « réfugié-e-s politiques ». De fait, au-delà du problème éthique et politique d’une sélection arbitraire par l’OFPRA (Akoka, 2020), cette distinction n’a pas grande utilité sur le plan de la compréhension des réalités migratoires dont les dimensions politiques et économiques sont enchevêtrées.

19La philosophe Magali Bessone voit dans le paradigme de l’hospitalité, comme fondement d’un droit cosmopolite chez Emmanuel Kant, remis au goût du jour par Jacques Derrida (1997) dans la foulée du mouvement des sans-papiers, un obstacle à l’appréhension d’une politique des migrant-e-s. Cette perspective hospitalière reste en effet tributaire d’une métaphore nationaliste du « chez soi » « qui a pour effet d’exclure les étrangers de la sphère légitime du politique » (Bessone, 2015, §2).

20Tout en s’arrimant au cadre national du politique et à ses normes d’inclusion et d’exclusion, la défense pragmatique des demandeurs d’asile au nom de l’hospitalité peine donc à prendre la pleine mesure des tentatives des migrant-e-s de revendiquer leurs droits dans les sociétés d’accueil.

21Comme l’a suggéré Abdelmalek Sayad, précurseur de la critique du « nationalisme méthodologique » qui « consiste à comprendre le monde social en prenant l’État-nation pour unité d’analyse » (Dumitru 2014, p. 9), concevoir une politique des migrant-e-s qui puisse incorporer leur expérience transnationale présuppose en réalité de se débarrasser d’un impensé nationaliste des sciences sociales. Ce n’est donc plus « le "nous" du "chez nous" » qui doit l’emporter mais un « nous » reconstitué en actes « par des expériences inédites, qui ne pouvaient être traduites dans la formulation initiale des droits » (Bessone, 2015, §31). Avant de voir la manière dont ces contraintes ont été intériorisées mais aussi contestées par les migrant-e-s du collectif « La Chapelle en Lutte », je vais à présent évoquer mon entrée dans ce collectif en tant que voisin solidaire.

Prolonger le moment de la lutte par la recherche

  • 11 https://blogs.mediapart.fr/la-chapelle-en-lutte/blog
  • 12 Sur 36 auteurs et auteur-e-s de publications concernant les campements de La Chapelle, entre la cré (...)
  • 13 Sur « l’analyse des subjectivités et de l’intersubjectivité de l’exil » (Galitizine-Loumpet & Sagli (...)

22Écrit plusieurs années après, cet article consiste à prolonger dans un cadre universitaire des réflexions collectives nées sur les trottoirs du 18ème arrondissement de Paris. Je suis entré dans cette lutte spontanément en tant qu’habitant du quartier, sans y mener une enquête. Rétrospectivement, la lutte m’a permis d’accumuler des connaissances de terrain propres au militantisme, qui peuvent à présent être mises à profit sur le plan de la recherche. Ayant comme beaucoup d’autres soutiens vécu ce moment de lutte avec les migrant.e.s comme une expérience très marquante sur un plan à la fois humain et politique comme relation d’égalité et de solidarité avec des personnes à la rue, j’ai senti l’importance de faire émerger publiquement les réflexions, les ressentis et les points de vue qui s’exprimaient sur le moment. Ce fut le rôle du blog de Mediapart « La Chapelle en Lutte » dont je fus le principal coordinateur, qui servit à publier des témoignages et des analyses d’acteurs et actrices de la mobilisation (migrant-e-s et soutiens) 11. Alors que la participation des universitaires aux luttes a été critiquée comme manière d’« accéder à la position de l’intellectuel qui vient apporter la bonne parole sur la cause » (Dunezat 2011, p. 86), ce blog était collectif et conçu comme manière de contribuer à mettre en forme et faire émerger publiquement une intellectualité de groupe. Il fut soumis à l’approbation de l’assemblée générale et fut géré de manière collective (nous étions plusieurs à avoir les codes permettant de publier). Répondant à un besoin de visibilité publique, il permettait de rendre publiques nos analyses, nos témoignages et nos revendications en première page du site d’un media à grande audience, de manière instantanée et immédiate, sans dépendre des journalistes. Bien que nous ayons cherché à encourager des publications de migrant-e-s, la réflexion politique de ces dernier-ère-s sur la lutte en cours qui s’exprimait en Assemblées générales ou lors de discussions en petits groupes, n’a pas pu émerger de manière satisfaisante dans ce blog. Il est évident que les conditions n’étaient pas réunies pour faire passer ces réflexions à l’écrit et que cela ne constituait pas une priorité par rapport à l’urgence d’organiser la survie à la rue. Les écrits de migrants, minoritaires par rapport à ceux des soutiens, portent davantage sur les raisons les ayant poussés à fuir leur pays, les étapes de leur parcours (notamment en Lybie), que sur l’expérience de la lutte elle-même, à laquelle les soutiens ont pour leur part davantage consacré leurs articles 12. Ces récits, tout comme les portraits de migrants publiés par des soutiens, entrent ainsi dans un registre de justification de leur statut de demandeurs d’asile, illustrant les inégalités entre soutiens et migrant-e-s du point de vue de l’accès à une parole politique légitime 13.

23Par la suite, j’ai commencé, parmi les nombreux autres chercheur.e.s qui se sont intéressés à la question des migrant-e-s suite à la crise migratoire de 2015, à produire des traces de cette mobilisation via la recherche, notamment via le groupe de recherche Babels consacré aux migrant-e-s dans les villes (Babels 2017, 2018) 14. À partir de sa propre expérience de recherche dans un mouvement de chômeurs et de chômeuses, Xavier Dunezat tourne en dérision la figure du chercheur qui ne pouvant « plus être militant de la cause puisqu’il n’y a plus de mouvement, se perçoit alors comme une espèce de musée de la lutte » (Dunezat, 2011, p. 96). Il est vrai qu’en tant que chercheurs et chercheuses en sciences sociales, nos outils et notre accès aux publications et aux médias nous offrent des facilités pour investir le champ de la mémoire des luttes, aux dépens d’autres voix subalternes. Si ces problèmes d’accaparement de la mémoire des luttes sont bien réels, ma démarche est aux antipodes d’une « muséification », puisqu’il s’agit au contraire avec cet article de continuer à réfléchir collectivement et de manière politique à ce moment et de continuer à faire émerger les voix des migrant-e-s dans le débat public.

24Leurs réflexions vont à présent donner une idée de la pluralité des positions et des points de vue ainsi que des problèmes concrets rencontrés dans le passage à la lutte organisée.

La perspective d’un habitant sans-papiers du campement

25Benaissa Assraoui (Issa), de nationalité marocaine, est un ancien habitant du campement où il fut représentant élu des maghrébins sans-papiers. Il s’est installé sous le métro aérien de La Chapelle en février 2015 après avoir simultanément perdu son emploi de vendeur sur les marchés et avoir quitté son hébergement familial en banlieue parisienne. M’ayant fait part de son désir de poursuivre des études d’anthropologie, je l’ai aidé à s’inscrire au diplôme de l’EHESS où il a commencé à préparer un mémoire sur les campements de La Chapelle. À la fin de la deuxième année, il a été contraint d’abandonner, faute de financements, afin de se consacrer entièrement à son gagne-pain en tant que biffin. Ses observations sont issues de deux exposés universitaires, l’un dans le cadre d’un atelier Babels (Assraoui, 2017), l’autre au séminaire « Enquêter sur les guichets de l’immigration » (Assraoui, 2018).

26Dans ces exposés oraux que j’ai retranscrits, il a souligné la manière dont la problématique de la demande d’asile, qui concernait principalement les Soudanais et les Érythréen-ne-s, s’est imposée aux dépens de certaines nationalités non éligibles à la demande d’asile. Lors de l’évacuation du 2 juin et lors des suivantes, il n’est pas monté dans les bus car il doutait du sort qui lui serait réservé en tant que ressortissant du Maroc, officiellement classé comme « pays sûr » par la France. Entrer dans une procédure de demande d’asile, bien que lui permettant d’obtenir un hébergement provisoire, risquait fortement de déboucher sur un OQTF (Obligation de quitter le territoire français), lui faisant ainsi courir le risque d’être placé en centre de rétention et expulsé.

27Issa observe que jusqu’à l’évacuation du 2 juin 2015, l’organisation des migrant-e-s sur le campement se limitait à se partager les dons des associations humanitaires, comme les repas et les places en tentes. Bien qu’il y eut des regroupements par nationalités, personne ne cherchait à savoir s’il s’agissait d’un campement de SDF, de sans-papiers ou de réfugié-e-s politiques : tou-te-s étaient uni-e-s par la précarité et par la survie dans des conditions hostiles. Il rappelle en revanche, qu’« après le 2 juin où il y a eu l’évacuation, j’ai remarqué que les campements commençaient à évoluer. […] En comparaison, le campement de La Chapelle d’avant le 2 juin était mal organisé. Il n’y avait pas de mobilisation des migrant-e-s, ni soutiens qui venaient pour aider ou soutenir le campement ». À partir de cette première évacuation, il distingue deux types de soutiens : d’un côté « des humanitaires, qui venaient pour apporter de la nourriture ou bien des tentes, emmener des gens à la douche, emmener les enfants et les femmes pour dormir chez eux » et de l’autre, des militant-e-s attiré-e-s par la perspective d’une lutte. Bien qu’il adhérât d’emblée à cette dernière, il en souligne certains effets négatifs liés au fait d’introduire des hiérarchies entre les migrant-e-s, en fonction de leurs statuts de demandeur et demandeuses d’asile ou de sans-papiers. De plus, il note une forme d’entre soi des militants, impliquant pour les migrant-e-s de devoir réaffirmer leur unité afin de peser dans l’organisation. La présence de militants a cependant eu un effet d’émulation parmi les migrant-e-s.

28« Pour moi, le plus important c’était les réunions dans le campement qui ont eu lieu entre les soutiens. J’ai commencé à discuter avec les migrants pour savoir si on pourrait faire une lutte en commun pour revendiquer quelque chose collectivement. Par contre une fois que les soutiens sont arrivés, il y a eu un autre problème pour nous les Maghrébins ». En effet, ces derniers (tous des hommes) se sentaient mal vus par une partie des soutiens, qui selon lui les assimilaient aux « voleurs de Barbès », c’est-à-dire aux pickpockets opérant à la sortie du métro. Ce sentiment d’illégitimité des Maghrébins était aussi l’envers de la médaille de l’aura dont bénéficiaient les demandeurs et demandeuses d’asile dans l’opinion publique. L’héroïsation des parcours d’exil de ces derniers à travers la Libye et la Méditerranée après avoir fui les guerres et les dictatures engendrait chez les soutiens une forme de hiérarchisation des souffrances et produisait ainsi de l’exclusion au sein même du mouvement de solidarité.

« Ils disaient que ces campements, c’étaient les campements des réfugiés et que nous les sans-papiers, on n’est pas reconnus dans les campements. Ce qui m’a poussé à réagir pour convaincre cette partie des soutiens que ces campements c’est des endroits construits par des réfugiés et des émigrants ou bien des sans-papiers et que en tant que sans-papiers ça ne nous empêche pas d’avoir notre place. […] Les Maghrébins m’ont chargé d’être le représentant de notre communauté. Car ce mot de "campement des réfugiés" que tout le monde répétait tout le temps depuis quelques mois nous rendait invisibles. Au cours de plusieurs grandes assemblées générales du campement, à Éole ou à Pajol, j’ai pris la parole en tant que représentant et j’ai demandé qu’on appelle cela un campement des migrants pour que tout le monde soit représenté par ce mot. Notre résolution a été que nous sommes tous des étrangers immigrés malgré les situations différentes ».

29Issa note toutefois que les demandeurs et demandeuses d’asile n’hésitaient pas à mettre en avant leur statut, encouragé-e-s par une partie des soutiens :

« [Il] y a eu une division entre les migrant-e-s parce que la plupart disaient qu’ils étaient demandeurs d’asile, donc ils ont le droit d’avoir l’asile facilement sans lutte. Il fallait juste qu’un jour l’État comprenne et vienne leur donner comme ça leurs droits. Donc c’était juste une question de temps. L’autre problème c’était que les soutiens ont provoqué eux-mêmes ce problème-là entre les migrant-e-s. Eux-mêmes dans leur vision de notre campement, ils nous ont divisés. "Toi, t’es sans-papier, lui il est demandeur d’asile". L’idée de faire une lutte collective était déjà compromise ».

30Il fallut ainsi à ce petit groupe de Maghrébins redoubler d’efforts pour se faire accepter, notamment en se rendant utiles en tant que traducteurs, facilitant le lien entre soutiens et Soudanais arabophones lors des assemblées générales, dans les différentes commissions, lors des visites accompagnées à l’hôpital et dans diverses tâches d’organisation et d’intendance.

31Lui et ses camarades maghrébins parvinrent à trouver le soutien de militant-e-s sensibles au sort des sans-papiers pour mener une lutte dans la lutte, avec l’enjeu immédiat de se réapproprier leur lieu de vie et de réaffirmer leur légitimité. Cependant, il souligne l’inégalité entre ces militant-e-s français-e-s d’extrême gauche et anarchistes et les migrant-e-s dont l’extrême précarité des conditions de vie les rendait fortement dépendant-e-s pour assurer leurs besoins vitaux, ainsi que vulnérables face aux violences policières.

« Le migrant est dans une situation de choc alors que le soutien est en train de discuter des idées, politiquement et théoriquement et il y a un vide entre les deux. En plus le migrant il a besoin d’apprendre le français, être à l’abri et être dans une situation plus stable pour pouvoir réfléchir. Il y avait aussi des problèmes entre les soutiens, certains voulaient tout faire à la place des migrant-e-s, alors que d’autres disaient que les migrant-e-s peuvent tout faire eux-mêmes, ce qui veut dire "autonomie" (rire). Cette question-là pour les migrant-e-s, dans leur imagination et leur manière de penser, ces questions-là sont un peu loin de leur réflexion. Car eux, ils avaient d’autres rêves en arrivant en France. Ils rêvaient que la France c’est un pays où à ton arrivée tu vas trouver tout. C’est… (rire) le paradis. Alors que quand il arrive il se retrouve dans la rue, dans un campement, il faut qu’il fasse beaucoup d’efforts pour avoir une tente, ou bien une place entre des gens, entre d’autres migrants. Après s’être endormi il va retrouver à 4 heures du matin un policier qui va lui mettre un coup dans la tête ! ».

  • 15 Denis Godard est un militant anticapitaliste et antiraciste investi de longue date aux côtés des sa (...)

32La critique d’Issa montre les décalages entre les idéaux politiques d’autonomie défendus par les soutiens du mouvement historique des sans-papiers et les inégalités objectives qui les séparent irrémédiablement de l’expérience vécue des migrant-e-s à la rue. Il souligne en outre l’importance des besoins vitaux, trop souvent négligés par les militant-e-s les plus politisés comme secondaires et moins dignes d’intérêt par rapport aux discussions politiques. Néanmoins, comme le rappela Denis Godard 15 dans l’intervention orale qui suivit celle d’Issa au séminaire « Enquêter sur les guichets de l’immigration », une des grandes leçons de cette mobilisation fut justement de permettre aux militant-e-s de comprendre que l’organisation matérielle de la survie elle-même était au centre de la politique du campement. Tout l’enjeu était précisément de ne pas laisser une vision « humanitaire » et « apolitique » s’installer aux dépens d’une expérience d’autogestion horizontale qui selon lui était en soi politique.

33Cette observation de Denis converge avec les conclusions de Clara Lecadet dans son étude de la mobilisation du camp de réfugié-e-s togolais-e-s d’Agame au Benin entre 2005 et 2013 (Lecadet, 2014). Leur lutte pour faire appliquer le droit international et obtenir un statut de réfugié-e-s politiques était indissociable de la contestation de l’administration humanitaire du campement. Les habitant-e-s du campement d’Agame mirent ainsi en place un « gouvernement des migrant-e-s » avec des représentant-e-s élu-e-s s’occupant de gérer la vie quotidienne, concrétisant de cette façon une aspiration démocratique qui peut être reliée aux évènements qui ont suscité l’exil (une élection non-suivie d’alternance politique au Togo). On retrouve ces aspirations démocratiques chez Issa, lorsqu’il évoque les propositions des soutiens de transformer un campement de survie en un campement de lutte. L’expérience politique qui s’est matérialisée dans ces lieux insalubres explique ainsi l’attachement des migrant-e-s à ces derniers, contrairement au discours dominant qui n’y voit que la misère et les qualifie de « lieux indignes ». Un attachement d’ailleurs d’autant plus compréhensible de la part des migrant-e-s qu’une fois les campements supprimés, « leurs revendications se retrouvent sans lieu » (Ibid., p. 127).

La perspective du collectif des sans-papiers

34Une réflexion du mouvement des sans-papiers sur les campements de La Chapelle en Lutte a été développée dès septembre 2015 dans le bulletin de la CSP75 (Coordination des sans-papiers, Paris) et de la CISPM (Coordination internationale des sans-papiers et des migrant-e-s). Les analyses de deux militants impliqués dans la mobilisation témoignent d’un sentiment de dépossession dans l’organisation de la lutte, par rapport à une nouvelle génération de soutiens en très grande majorité français, ne partageant pas pour la plupart l’héritage de la lutte des sans-papiers. Cette perspective du mouvement des sans-papiers est cependant différente de celle d’Issa, ces militants sans-papiers, originaires principalement du Mali, n’étant pas des habitants du campement, mais venus en soutien avec ces derniers pour tenter de faire cause commune.

35Demba Doukara, militant de la CSP75 qui était présent quotidiennement sur le campement afin de porter un message d’unité entre sans-papiers et primo-arrivant-e-s, évoque dans une interview son sentiment d’avoir été inaudible chez les migrant-e-s, indésirable chez certains soutiens et écarté par les autorités lors des négociations, comme lors de l’occupation de la caserne de Château Landon (La voix des sans-papiers, 2015b). Dans le même article, Anzoumane Sissoko, porte-parole du mouvement, donne son sentiment d’avoir été en concurrence avec d’autres soutiens, principalement des Blancs et des Blanches, au détriment de la solidarité entre Africains et Africaines :

« (J)’ai cherché à transmettre à ces nouveaux arrivants d’ex-colonies non-francophones notre savoir pratique, acquis à travers notre expérience de quinze années de lutte et de situations semblables à la leur, j’ai été plutôt surpris par les réactions… Des fois j’ai entendu : "mais de quoi parlez-vous là ! Ce n’est pas la même lutte !"... Je pense que la difficulté, elle ne vient pas de la langue (même s’ils parlent arabe ou anglais, on traduit), l’incompréhension vient surtout du fait qu’ils nous voient comme eux, des Noirs sans pouvoir qui ne peuvent pas être une solution pour eux. Seuls des Français, des Blancs, peuvent les aider, donc c’est eux qu’ils écoutent » (La voix des sans-papiers, 2015b, p. 6).

36Pour Anzoumane Sissoko, cette mobilisation a également été le lieu d’une domination culturelle et politique, liée plus spécifiquement à la maîtrise de l’environnement institutionnel, médiatique et politique par les soutiens. Pour lui, accepter de se plier à la culture politique du pays d’accueil, c’est déjà renoncer à exister politiquement. Il est intéressant de noter qu’il relie cette idée d’autonomie culturelle à l’organisation de la survie dans les campements, dont Denis Godard soulignait lui aussi plus haut le caractère politique.

« Notre idée, que nous cherchons à faire passer, c’est que chacun connaît la manière de s’organiser là-bas, où il est né, c’est cette manière-là qu’il faut faire prévaloir ici aussi. C’est le cœur du problème : car cette compréhension spontanée du comment on s’organise vient même avant la compréhension du comment on lutte pour avoir des papiers, un logement, comment on négocie avec les institutions… La base, c’est encore ça, d’abord : comprendre comment trouver à manger, des couvertures, etc., et l’organisation du partage, sans mécontenter personne, et les règles de fonctionnement prioritaire, et aussi savoir trouver toujours davantage de soutiens… Ces choses-là bien comprises, c’est alors qu’on peut devenir autonome dans son combat en se constituant en collectif… » (La voix des sans-papiers, 2015b, p. 6).

37Dans le même numéro de La voix des sans-papiers, un article intitulé « Nous sommes tous des réfugiés économiques ! » dénonce la procédure d’asile comme un outil aux mains de l’État pour scinder les migrant-e-s entre migrant-e-s économiques et politiques. Tout en reconnaissant la spécificité des demandeuses et demandeurs d’asile, originaires d’Afrique de l’Est, par rapport aux sans-papiers, originaires d’Afrique francophone, qu’il requalifie sciemment de « réfugiés économiques » (voire peut être ironiquement, réfutant ainsi l’idée que seul-e-s les réfugié-e-s politiques seraient des victimes), l’auteur suggère que le refus de s’identifier à la cause des sans-papiers n’est pas simplement un problème d’origine géographique. C’est selon lui également une question de classe sociale, en raison de l’appartenance d’une partie des primo-arrivant-e-s aux classes moyennes urbaines diplômé-e-s, ce qui contraste avec l’origine sociale plus modeste des immigrés sans-papiers d’Afrique francophone (Ibid.).

38Cette perception des demandeur-euses d’asile d’Afrique de l’Est comme issu-e-s des classes moyennes urbaines est partiellement avérée, bien qu’il y eût aussi de nombreux villageois non diplômés, notamment des hommes originaires du Darfour, parmi elles et eux. Fathi El Rahman, dont on va à présent présenter la perspective, représente bien cette catégorie d’hommes issus d’une classe moyenne et diplômés, ce qui se traduit par des compétences spécifiques et une légitimité en tant que porte-parole.

La perspective d’un demandeur d’asile

39Fathi El Rahman a grandi à Khartoum où il fut journaliste économique. Il a quitté le Soudan dans un but politique, en tant qu’opposant au régime, afin de construire une opposition démocratique depuis l’Europe. Il est arrivé en France au terme d’un périlleux périple de plusieurs années via la Turquie, la Grèce et l’Italie. Arrivé à La Chapelle le 3 juin 2015, le lendemain de l’évacuation du campement du métro aérien, il a immédiatement pu établir un contact avec des soutiens grâce à son niveau d’anglais. Il s’est ainsi retrouvé, parmi d’autres anglophones, dans une position de leadership des migrant-e-s à la rue à qui il a expliqué les enjeux de la mobilisation.

40Ainsi, dans une scène de mon film Bariz, alors qu’il avait déjà obtenu un hébergement suite à une « évacuation », Fathi s’adresse en arabe à une assemblée de migrant-e-s sur la place Pajol. Il les incite à participer aux manifestations pour exercer une pression sur le gouvernement.

« La mobilisation leur crée une forme d'intimidation. Donc il faut exercer cette pression. L'immobilisme et le fait de se taire ne jouent pas en votre faveur. […] Nous devons bien nous faire comprendre car nous sommes venus ici avec un message précis. Nous sommes venus dans des conditions difficiles mais avec un objectif précis qui demande une aide. Donc nous devons être à la hauteur et donner une image civilisée. Dans leur culture il n'y a pas de violence, il y a le droit. Donc si tu les respectes, si tu respectes leurs droits, ils te respecteront aussi » (traduit de l’arabe).

41L’idée de se faire bien voir dans l’espace public en se conformant aux normes policées (supposées) de la culture politique française, contraste ainsi avec l’idée précédemment évoquée d’Anzoumane Sissoko, qui insistait au contraire sur le maintien d’une identité culturelle dans la lutte, comme garante de l’autonomie politique.

42Au cours de l’hiver 2016, j’ai interviewé Fathi devant l’église Saint-Bernard, là où je l’avais aperçu la première fois le 4 juin 2015. Il a évoqué son arrivée à Paris qui avait eu lieu la veille de cette date. Il m’a alors expliqué que comme le campement venait d’être évacué, il avait été dirigé par des militant-e-s vers une salle polyvalente appartenant à l’église où les migrant-e-s avaient trouvé refuge pour une nuit. Là, des militant-e-s lui proposèrent ainsi qu’à d’autres migrant-e-s, de rédiger un communiqué, ce qu’ils firent sans interférence des soutiens sur le contenu.

43Comme on le voit dans le film, ce communiqué, qui marque le début d’une organisation politique des campements de La Chapelle, fut brandi lors de l’expulsion du square, le 4 juin en début d’après-midi. On peut y lire en trois langues (français, anglais et arabe) : « Communiqué des migrants expulsés de La Chapelle, jeudi 4 Juin 2015. Nous sommes des personnes pacifiques. Nous sommes des demandeurs d’asile. Nous demandons des papiers. Nous voulons que nos droits soient respectés ».

44Ce communiqué mêle deux logiques : celle de la régularisation collective et celle de la demande d’asile. Il témoigne ainsi de l’influence d’anciens soutiens des sans-papiers qui avaient amené les migrant-e-s à la salle Saint-Bruno, une dépendance de l’église Saint-Bernard, comme en a témoigné Denis Godard dans son intervention aux « Guichets de l’immigration ». Sur la banderole qui fut peinte par les migrant-e-s ce même soir du 4 juin (voir la photo au début de cet article), c’est cependant bien la demande d’hébergements qui fut mise en avant, c’est-à-dire un droit accessible en tant que demandeurs d’asile.

45Alors que je l’interviewais devant l’église, Fathi regretta son choix de l’époque de se focaliser sur la demande d’hébergement.

« À cette époque, quand je me trouvais là, je pensais uniquement à des choses très simples. Je me disais que je voulais juste un lit pour dormir car j’étais épuisé. Parce que mon voyage avait été très, très difficile. Je me disais "Juste un lit pour dormir. C’est tout". Et quand je demandais à mes amis, à l’époque, ils disaient "Oui, nous voulons juste un lit. Le reste viendra. Ça viendra plus tard". Mais maintenant en m’asseyant là, je pense les choses différemment » (traduit de l’anglais).

46Dans une autre interview (qui comme la précédente est également incluse dans le film) quelques mois plus tard, cette fois-ci dans sa chambre d’hôtel, il évoqua rétrospectivement une certaine naïveté en tant que primo-arrivant qui était persuadé qu’en France, pays qui symbolisait à ses yeux la démocratie, les droits étaient à portée de main pour les demandeuses et demandeurs d’asile, confirmant ainsi les impressions d’Issa rapportées plus haut.

47Fathi obtint son premier hébergement en CADA le 11 juin 2015 suite à des pourparlers avec des représentant-e-s de la Mairie de Paris, à l’issue de l’occupation de la caserne de Château-Landon et de son « évacuation ». Sous la pression des CRS qui encerclaient la caserne, son groupe de migrant-e-s, soutenu-e-s par des centaines de soutiens, accepta alors d’abandonner ce bâtiment municipal dans lequel il avait été question d’installer une « maison des migrant-e-s » autogérée. Pour la majorité des 110 migrant-e-s qui montèrent dans les bus ce soir-là et à la déception d’une grande partie des soutiens, dont de nombreux militants du mouvement des sans-papiers, l’aventure se solda par un séjour dans un centre d’hébergement d’urgence de Nanterre, avant de revenir dès le lendemain sur le campement du jardin d’Éole, reconstitué le soir même. Pour comprendre le fait qu’ils et elles aient cédé à la proposition du chef de cabinet de la maire de Paris Anne Hidalgo, il est nécessaire de prendre en compte qu’en comparaison avec le mouvement des sans-papiers dont les occupations sont généralement conçues comme des moyens de lutte et non comme des lieux de survie, la question de l’hébergement représentait une réelle urgence sanitaire en 2015, rendant le collectif vulnérable à ces fausses promesses d’hébergements.

  • 16 Ainsi, après dix jours passés à la rue dans le froid en décembre 2008, « Samba, personnage charisma (...)

48En effet, les primo-arrivant-e-s ne disposaient d’aucune ressource communautaire en France, contrairement aux sans-papiers originaires d’Afrique francophone, souvent hébergés dans des foyers de travailleurs africains, dans des squats ou chez des proches. Le contraste avec la détermination politique du mouvement des « Oubliés de Saint-Paul » à Nanterre, qui se déclarèrent prêts à mourir dans la rue pour obtenir leurs droits 16, s’explique ainsi par les conditions matérielles de la lutte.

49Au contraire, les Soudanais (parmi lesquels il n’y avait que des hommes) et les Érythréen-ne-s de La Chapelle étaient dépourvu-e-s de tout soutien communautaire en France. Ils et elles étaient de ce fait dépendant-e-s des ressources étatiques auxquelles la demande d’asile leur donnait accès, du moins temporairement, c’est-à-dire le temps de l’examen de leur demande d’asile. Pour ces mêmes raisons, ils et elles étaient également plus dépendant-e-s des soutiens qui leur offraient un accès aux douches, soins, nourriture, etc.

50De ce point de vue, la problématique de la survie dans la rue et de la vulnérabilité sortait des habitudes des soutiens issus des mouvements de sans-papiers, peu préparés à la problématique de l’assistance « humanitaire ». C’est souvent sur ce point que les militant-e-s les plus radicaux-ales se sont heurté-e-s à la présence importante de soutiens étranger-ère-s à leurs cercles, défendant une approche moins politisée et acceptant plus volontiers de se substituer à la défaillance de l’État en prenant en charge les besoins vitaux des migrant-e-s.

51Dès juillet 2015, lors d’une interview avec Alain Pojolat, un des militants historiques de l’autonomie en France, Fathi énonça clairement son positionnement par rapport aux sans-papiers dans un magazine du NPA, l’Anticapitaliste :

« - À l’occasion de vos manifestations, on a vu la présence de collectifs de sans-papiers, notamment de la CSP75. Considères-tu qu’il y a un lien entre la lutte des sans-papiers et le mouvement des migrantes ?
- Il y a, en ce qui concerne les Soudanais et les Érythréens, une spécificité dans la démarche de demande de l’asile politique. Bien entendu, tout collectif ou association solidaires qui pourrait nous venir en aide est le bienvenu. Nous tenons à avoir des rapports concrets qui se tissent entre notre mouvement et les collectifs de sans-papiers pour unir notre action. Nous apprécions leur contribution. Nous disons bienvenue à toutes orientations, conseils et soutiens. Certes, ce ne sont pas les mêmes situations, ni les mêmes populations, auxquelles s’adressent les collectifs de sans-papiers. Mais en même temps, les parcours ont beaucoup de points communs, et leur expérience pour nous est une richesse. La plupart des gens qui sont sur le campement viennent de zones de conflits et d’instabilité sécuritaire. Parmi eux, il y a énormément de personnes éduquées, instruites, qui ont un certain niveau de conscience et une certaine capacité à s’auto-organiser. Cela n’empêche pas qu’ils ont besoin de courants politiques qui les soutiennent, besoin de la solidarité de cette société civile. Mais ils sont capables de s’organiser sans que personne ne puisse exercer de pressions, ça c’est clair. Bien sûr, je comprends que dans un mouvement de lutte et de soutien à nos revendications, certains pourraient exercer des pressions d’ordre politique ou idéologique, mais jusqu’à présent, nous n’avons cédé à aucune d’entre elles. Nous continuons la lutte sur la ligne qui nous paraît le plus juste » (Fathi El Rahman & Pojolat, 2015).

52Face à ce militant de l’autonomie, Fathi défend ainsi fermement sa position de demandeur d’asile, pour lequel l’État français est un pourvoyeur potentiel de droits. Ce faisant, il réaffirme pourtant bien sa propre autonomie ainsi qu’un rôle clairement assumé de militant.

« J’assure le lien avec les organisations qui soutiennent les réfugié.e.s. Moi et quelques autres faisons également un travail de conscientisation, et également pour faciliter les démarches dans les différents rouages de l’administration, afin d’éviter aux migrant.e.s qu’ils ne soient discriminés par leur ignorance de la législation. J’assure également le porte-parolat vis-à-vis des médias afin de contrer la propagande négative et essayer de rétablir la vérité » (Ibid.).

  • 17 La France a commencé à s’appuyer sur ce règlement en 2016 afin d’exclure les demandeurs d’asile aya (...)

53Au printemps 2016, alors que Marie-Clothilde Chéry la preneuse de son et moi-même l’interviewions dans son petit hôtel meublé près du métro Brochant, où il avait été transféré depuis son CADA, Fathi, visiblement déprimé, nous apprit que sa demande d’asile à l’OFPRA avait été rejetée. Il attendait d’être convoqué par la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) pour un recours (grâce auquel il finit par obtenir son statut de réfugié, en novembre 2017). Partageant sa chambre avec un autre demandeur d’asile afghan, sans accès à une cuisine, sa vie de demandeur d’asile était marquée par l’attente, l’interdiction de travailler, une mauvaise alimentation, l’isolement, l’incertitude et la précarité. Il nous fit part de ses désillusions vis-à-vis de l’État français et des grandes associations partenaires dans l’accompagnement des demandeurs d’asile. En effet, la situation de ces dernière-er-s s’était encore dégradée en raison du recours par l’État au règlement de Dublin, comme nouveau subterfuge permettant de contourner leurs droits 17. En outre Fathi était écœuré par la continuelle absence d’une politique d’accueil. Alors qu’il avait à l’époque attribué cela à l’impréparation des autorités, il affirmait en réaliser désormais le caractère délibéré. Soupçonnant – comme des soutiens le lui avaient suggéré – que le refus de sa propre demande d’asile par l’OFPRA puisse avoir été motivé par son activisme en faveur des migrant-e-s à Paris, cette hypothèse le révoltait. En effet, en tant que pénalisation d’un engagement, cela contrariait son projet migratoire, qui était précisément lié à la possibilité de pouvoir militer sans craindre de répression. Même si son projet initial était de militer en faveur de la démocratie au Soudan, le fait de se voir ainsi rejeté par un régime démocratique pour des motifs politiques représentait pour lui comme une double peine. C’est ainsi qu’avec beaucoup d’émotion dans la voix il déclara : « Si j’avais voulu la fermer, j’aurais pu rester au Soudan. Mais ici, le lieu de la démocratie, je dois parler et je dois utiliser cet espace de liberté ! » (traduit de l’anglais).

Conclusion : une subjectivation sans sujet ?

54Il nous reste à présent à tirer des enseignements de ces expériences et réflexions politiques des migrants en les resituant dans les débats théoriques sur le caractère politique des migrations actuelles.

55Depuis les années 2000, une approche politisée des migrations, stimulée par le mouvement des sans-papiers en France, s’est affirmée dans les études migratoires, bien que son influence ait été paradoxalement peu ressentie dans les études migratoires hexagonales. Pour ces partisans d’une politisation du savoir sur les migrations, ces dernières sont devenues emblématiques des résistances à l’ordre social de la mondialisation, notamment les inégalités Nord/Sud. Une influence majeure de ce courant de pensée est Empire de Michael Hardt et Antonio Negri. Dans ce livre de référence de l’altermondialisme, les auteurs suggèrent que les migrant-e-s se substituent au prolétariat du xixème siècle comme le nouveau sujet, nomade et en quête de libération, du communisme du xxième siècle. Contribuant « à saper les frontières entre ces deux mondes » (Hardt & Negri, 2000, p. 312), les mobilités de la multitude qu’ils incarnent selon eux constitueraient ainsi « un niveau de lutte spontanée » (Ibid., p. 267) qu’il s’agirait de transformer grâce au militantisme en « une politique active » (Ibid., p. 268), comme « un premier élément d’un programme politique pour la multitude mondiale » (Ibid., p. 480).

  • 18 Bien qu’également inspirée par Michael Hardt et Antonio Negri, la théorie de l’autonomy of migratio (...)

56Ainsi, le franchissement illégal des frontières a pu être interprété comme un « acte de citoyenneté » (Isin & Nielsen, 2008), dans lequel il serait possible de voir une revendication de facto de la liberté de circuler ainsi que des droits sociaux et politiques dont les migrant-e-s sont privé-e-s dans leurs pays d’origine. D’autres interprétations des pratiques migratoires, plus en phase avec le courant post-colonial, se sont également affirmées 18.

57Au-delà de ces divergences d’interprétation, du point de vue de l’ethnographie du politique, le problème avec de telles approches est de postuler le caractère politique des migrations. Cela équivaut en effet à proposer des grilles de lecture davantage que des outils pour observer ethnographiquement les processus de politisation, à l’instar par exemple des travaux de Pauline Brücker et Clara Lecadet déjà cités.

58Le cadre théorique de la subjectivation semble en revanche plus propice à une réflexion à partir des pratiques politiques subalternes, en définissant la subjectivation comme « la production par une série d’actes d’une instance et d’une capacité d’énonciation qui n’étaient pas identifiables dans un champ d’expérience donné, dont l’identification donc va de pair avec la reconfiguration du champ de l’expérience » (Rancière, 1995, p. 59).

59Proposant une lecture arendtienne de la subjectivation qui lui permet de réintroduire l’expérience individuelle de la politisation, Étienne Tassin souligne la singularité des trajectoires émancipatrices et propose de se débarrasser entièrement de la notion d’un sujet unifié dont des traces subsistent selon lui chez Jacques Rancière dans sa référence à la figure marxiste du prolétariat. Il ne reste ainsi qu’un « processus de subjectivation indéfinie » (Tassin, 2014, p. 173). S’opposant, comme Jacques Rancière, à l’idée d’une révélation du sujet à lui-même grâce à la pédagogie militante et à la prise de conscience politique, Étienne Tassin attire ainsi notre attention sur ce qui « défie la tendance des forces organisationnelles à cristalliser le sujet et ainsi à l’assigner, à exiger de lui qu’il se conforme à ses buts politiques et le policer » (Tassin, 2014, p. 163). Caractérisée par la défiance vis-à-vis de toute forme d’organisation politique comme potentiellement assujettissante et comme toujours hantée par la figure policière de l’État, la subjectivation prend ainsi chez Étienne Tassin la forme d’un « mouvement contingent et imprévisible, une errance qui ne pourra prévoir ses trajectoires ni garantir le bien fondé de ses moyens stratégiques, une insurrection qui se construit sur place et s’oriente par un horizon où les possibilités politiques restent indéterminées » (Fjeld & Tassin, 2015, p. 197). Lui-même engagé auprès des migrant-e-s de Calais (notamment dans des expériences théâtrales [Dayan-Herzbrun 2018]), Étienne Tassin se positionne ainsi en observateur et sympathisant de « cette étrangeté d’une subjectivation qui ne produit aucun sujet » (Tassin, 2014, p. 163), ou encore de cet « étrange "devenir sujet" incessamment différé » (Fjeld & Tassin, 2015, p. 200).

60Comme le souligne Anders Fjeld, une telle approche assume néanmoins le risque politique de « priver les espoirs politiques de tout moyen de changement réel » (Fjeld & Tassin, 2015, p. 218). Étienne Tassin lui-même en tient compte lorsqu’il cite Slavoj Zizek pour qui la théorie de la subjectivation représente une forme de politique sans sujet qui se condamne elle-même à l’impuissance (Zizek, 2000). S’il prend donc acte d’une carence sur le plan de l’efficacité politique, le concept de subjectivation parait néanmoins propice à l’étude ethnographique des processus subalternes de politisation de la période contemporaine auxquels les mouvements de migrants prennent part dans leur singularité. Ce cadre théorique permet en tous cas bien de rendre compte du sentiment d’inabouti qui prévaut chez les anciens soutiens de La Chapelle en Lutte comme je peux en témoigner moi-même. L’idée anti-autoritaire et démocratique qu’Étienne Tassin se faisait de son statut d’intellectuel, telle qu’il l’évoqua lors d’une interview à la toute fin de sa vie, me parait également propice à la démarche de l’ethnographie politique telle que je la conçois : « Une philosophie est politique par sa manière de penser avec les autres, certainement pas par sa posture théorique ni par ses objets supposés déjà étiquetés "politiques" » (Saglio-Yatzimirsky, 2018). Cette mise en valeur de la réflexion des subalternes permet en outre d’intégrer les contradictions, la conflictualité et les résistances internes liées aux luttes d’émancipation, tout en interrogeant dans sa pluralité le sens vécu par celles et ceux qui en font l’expérience.

Post-scriptum : retour à Pajol

61En juillet 2015, lors de sa prise de parole face à une assemblée générale sur l’esplanade de la halle Pajol, déjà évoquée plus haut, Fathi exhorta ses camarades à oublier leurs différences nationales et leurs conflits, afin d’être unis face à l’adversité : « On n'arrête pas de créer des conflits entre nous en se positionnant comme Soudanais ou Érythréens. Mais nous sommes frères car nous partageons les mêmes souffrances et les mêmes problèmes. Notre présence ici ensemble doit être cimentée par la fraternité, le pardon et la transparence » (traduit de l’arabe).

62Son propos unitaire illustre bien les possibilités d’une politique des campements en phase avec l’idée de la subjectivation, qui d’après Étienne Tassin « est celle de la production d’un écart à soi, d’une désidentification, d’une sortie hors de soi, plutôt que celle d’un advenir du soi, d’une appropriation de soi, d’un recueillement de soi identifiant un être à ce qu’il est supposé être ou à ce qu’on exige de lui qu’il soit » (Tassin, 2014, p. 158).

63De tels élans émancipateurs n’étaient pas rares dans cette lutte, que ce soit dans les discours d’AG, dans les manifestations où explosait la joie de s’affirmer publiquement et de sortir de l’invisibilité, dans les fêtes de campement où dans les journées sans incident grave (comme les bagarres, les violences policières, les hospitalisations, etc. qui émaillaient la vie sur les campements), où l’organisation communautaire fonctionnait et où se dessinait une possibilité de vivre ensemble. Pourtant, la manière dont les catégories juridiques s’imposent dans la défense des droits des subalternes, en contraignant les subjectivités, nous invite à prendre acte du caractère hybride, impur et inachevé de la subjectivation telle qu’elle se produit concrètement. C’est précisément en raison du caractère incomplet du processus de subjectivation politique que la transmission des différents aspects de ces luttes représente un enjeu politique.

Haut de page

Bibliographie

Agier M. (2018), L’Étranger qui vient : repenser l’hospitalité, Paris, Éditions du Seuil

Akoka K. (2020), L'Asile et l'exil. Une histoire de la distinction réfugiés/migrants, Paris, Éditions La Découverte.

Assraoui B. (2018) « L’autonomie vue par les migrant-e-s : La chapelle 2015 », Exposé oral au séminaire « Guichets de l’immigration », EHESS, Paris, 18 février.

Assraoui B. (2017), « Réintroduire les points de vue des migrant.e.s dans la recherche sur les campements parisiens », Exposé oral à l’atelier DE L'ANR BABELS, Paris, siège de Médecins sans frontières, Paris, 25 janvier.

Babels (2017), De Lesbos à Calais : comment l’Europe fabrique des camps, Lyon, Éditions Le Passager Clandestin.

Babels (2018), Entre accueil et rejet : ce que les villes font aux migrants, Lyon, Éditions Le Passager Clandestin.

Bessone M. (2015), « Le vocabulaire de l’hospitalité est-il républicain ? », Éthique Publique. Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale, vol. 17, n° 1 « Penser l'ouverture des frontières, penser la liberté de circulation à l'échelle mondiale: quelles difficultés conceptuelles? »

Boubeker A. & A. Hajjat (dir.) (2008), Histoire politique des immigrations (post)coloniales, France, 1920-2008, Paris, Éditions Amsterdam.

Brücker P. (2019), « Violences de l’exil, mémoire des luttes et plasticité de l’engagement. Le cas des demandeurs d’asile soudanais en Israël », Critique internationale, vol. 3, n° 84, numéro spécial « La cause des migrant-e-s ».

Brücker P., Veron D. & Y. L. Vertongen (2019) « Du mouvement des sans-papiers à la crise des réfugiés : évolution des catégories d’action et enjeux théoriques », Critique internationale, vol. 3, n° 84, numéro spécial « La cause des migrant-e-s », pp. 9-21.

(2019), M.C. « Vers un imaginaire démocratique radical : réaffirmer les droits à la mobilité et à l'hospitalité » (Entretien), Critique internationale, vol. 3, n° 84, numéro spécial « La cause des migrant-e-s », .

Coutant I. (2018), Les migrant-e-s en bas de chez soi, Paris, Éditions du Seuil.

Dayan-Herzbrun S. (2018), « Étienne Tassin, un philosophe qui questionnait le monde », Libération, 11 janvier 2018 [En ligne] https://www.liberation.fr/debats/2018/01/11/etienne-tassin-un-philosophe-qui-questionnait-le-monde_1621797/

Derrida J. (1997), De l’hospitalité. Anne Dufourmantelle invite Jacques Derrida à répondre, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

Dumitru S. (2014), « Qu'est-ce que le nationalisme méthodologique ? Essai de typologie », Raisons politiques, n° 54, pp. 9-22.

Dunezat X. (2011), « Travail militant et/ou travail sociologique ? Faire de la sociologie des mouvements sociaux en militant », dans Naudier N., Des Sociologues sans qualités ?, Paris, Éditions La Découverte, pp. 80-97.

Fatihelrahman Y. & A. Pojolat (2015), « Migrant-e-s. Les solutions temporaires ne constituent pas une réponse. Nous avons besoin de solutions pérennes et complètes », L’Anticapitaliste, n° 299, p. 12 [En ligne] https://nouveaupartianticapitaliste.org/agir/international/lanticapitaliste-ndeg299-en-pdf

Fjeld A. & É. Tassin (2015), « Subjectivation et désidentification politiques. Dialogue à partir d’Arendt et de Rancière », Ciencia Politica, vol. 10, n° 19, pp. 193-223 [En ligne] https://doi.org/10.15446/cp.v10n19.52378

Hajjat A.(2008) « Alliances inattendues à la Goutte d’Or », dans Artières P. & M. Zancarini-Fournel, 68, une histoire collective, Paris, Éditions La Découverte, pp. 521-527.

Hardt M. & A. Negri (2000), Empire, Paris, Éditions Exils.

Isin E. F. & G. M. Nielsen (2008), « Introduction. Acts of Citizenship », dans Isin E. F. & G. M. Nielsen (dir.), Acts of Citizenship, London and New York, Zed Books, pp. 1-12.

Jaoul N. (2019), « Bariz (Paris), le temps des campements : filmer la lutte des migrants. Entretien de Nicolas Jaoul par Corinne Fortier », Science and Video, n° 9 « Les migrant-e-s, ces nouveaux héros. Quête de l’ailleurs, quête de soi et créations filmiques » [En ligne] http://scienceandvideo.mmsh.univ-aix.fr/numeros/9/Pages/09-09.aspx

Kraft R. (2019) « Le triangle des migrant-e-s de La Chapelle », (Story Map) [En ligne] https://s3.amazonaws.com/uploads.knightlab.com/storymapjs/e8f588e8570d000c570624c6ff93d049/le-triangle-des-migrants-de-paris-la-chapelle-map/index.html

La voix des sans-papiers, bulletin du mouvement et des collectifs de luttes autonomes (2015a), « Nous sommes tous des réfugiés économiques ! », n°13, pp. 3-4 [En ligne] https://paris-luttes.info/IMG/pdf/vsp13.pdf

La voix des sans-papiers, bulletin du mouvement et des collectifs de luttes autonomes (2015b), « La lutte des réfugiés de La Chapelle. Demandeurs d’asile ou sans-papiers ? », n°13, pp. 5-6 [En ligne] https://paris-luttes.info/IMG/pdf/vsp13.pdf

Lecadet C. (2014), « Agamé (Bénin). Le feu et la révolte. Le camp comme foyer politique », dans Agier M. & C. Lecadet (dir.), Un Monde de camps, Paris, Éditions de la Découverte, pp. 115-127.

Leclerc-Olive M. (2018), « Transmettre lʼexpérience : une priorité ? De la subjectivité du migrant à celle du chercheur », Journal des Anthropologues, numéro hors série « Subjectivités face à l'exil. Positions, réflexivités et Imaginaires des acteurs », pp. 31-57 [En ligne] DOI : https://doi.org/10.4000/jda.7621

Pérez A. (2020), « Doing Politics by Other Means: Abdelmalek Sayad and the Political Sociology of a Collective Intellectual », The Sociological Review, vol. 68, n° 5, pp. 999-1014.

Rancière J. (2009), « Xénophobie et politique (avec Yves Sintomer) », dans Et tant pis pour les gens fatigués. Entretiens, Paris, Éditions Amsterdam, pp. 191-206.

Rancière J. (1995), La Mésentente. Politique et philosophie, Paris, Éditions Galilée.

Saglio-Yatzimirsky M.-C. (2018), « Le philosophe et l’exilé de Calais : construire l’agir-ensemble. Entretien avec Étienne Tassin », Journal des Anthropologues, numéro hors série « Subjectivités face à l'exil. Positions, réflexivités et Imaginaires des acteurs » [En ligne] https://journals.openedition.org/jda/7575?lang=fr

Saglio-Yatzimirsky M.-C. & A. Galitizine-Loumpet (2018), « Face à l’exil au risque des subjectivités », Journal des Anthropologues, numéro hors série « Subjectivités face à l'exil. Positions, réflexivités et Imaginaires des acteurs », pp. 7-17 [En ligne] https://journals.openedition.org/jda/7561

Sayad A. (1999), La Double absence. Des illusions des immigrés aux souffrances des immigrés, Paris, Éditions du Seuil.

Sayad A. (2006 [1991]), L’Immigration ou les paradoxes de l’altérité. 2. Les enfants illégitimes, Paris, Éditions Raisons d’agir.

Siméant J. (1999), La Cause des sans-papiers, Paris, Presses de Sciences Po.

Tassin É. (2014), « Subjectivation versus sujet politique. Réflexions à partir d'Arendt et de Rancière », Tumultes, vol. 2, n° 43, pp. 157-173 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-tumultes-2014-2-page-157.htm

Veron D. (2013), « Quand les sans-papiers prennent la parole. Espaces d'interlocution et énonciation du tort », Variations, n° 18, « La poésie est une arme chargée de futur. Conceptualiser la prise de parole » [En ligne] https://doi.org/10.4000/variations.641

Walters W. (2008), « Acts of Demonstration: Mapping the Territory of (Non-)citizenship », dans Isin E. F. & G. M. Nielsen (dir.), Acts of Citizenship, London and New York, Zed Books, pp. 182-206.

Zizek S. (2000), « Le malaise dans la subjectivation politique », Actuel Marx, vol. 2, n° 28, pp. 137-152 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-actuel-marx-2000-2-page-137.htm?contenu=resume

Haut de page

Notes

1 Je remercie Clara Lecadet et Léopoldine Manac’h pour leur relecture de versions antérieures de l’article.

2 Comme en témoigne plus loin la réflexion de Benaissa Assraoui, les questions de terminologie furent largement débattues dans les assemblées générales de La Chapelle en Lutte, avant même que le média Al-Jazeera ne jette l’opprobre sur le terme de « migrants » en août 2015 comme partie prenante de la déshumanisation (Akoka, 2020). Alors que le terme « réfugié-e-s », réservé aux demandeurs et demandeuses d’asile, était auréolé d’une forme de « respectabilité », celui de « migrant-e-s », bien que stigmatisé, était défendu par certain-e-s au nom de l’affirmation de la liberté de circulation et des usages politiques d’un stigmate pour questionner les représentations dominantes. À partir de 2016, un compromis sur l’emploi du terme « exilé-e-s » a émergé parmi les soutiens et les chercheurs et chercheuses. Il a ainsi été souligné que « l’exil favorise l’expérience et le vécu (tandis que) le migrant est assigné à l’espace et au mouvement » (Galitizine-Loumpet & Saglio-Yatzimirsky, 2018, p. 8). Afin de refléter les termes du débat de la période couverte par cet article (juin-juillet 2015) et pour éviter de choisir les termes de la respectabilité à la place des premièr-e-s concerné-e-s, je conserve volontairement ici les termes « migrant-e-s » et « réfugié-e-s ».

3 Office français de protection des réfugiés et apatrides.

4 Ces promesses d’hébergements étaient floues sur la question de la destination, des conditions d’accueil (type d’hébergement, nombre de jours, repas inclus ou pas, etc.) et parfois fausses (les migrants étant dans ce cas simplement dispersés et laissés à la rue un peu plus loin après être montés dans un bus).

5 Le collectif « La Chapelle en lutte » fut dissous de fait suite à l’« évacuation » du Lycée Jean-Quarré en octobre 2015, laissant la place à la création d’associations plus affinitaires d’aide aux migrants comme le BAAM, United Migrants, créée par un militant du NPA (Nouveau parti anticapitaliste) et composé en majorité de Soudanais, la Cuisine des migrants, ainsi qu’au collectif La Chapelle Debout !, lui-même à l’initiative des Gilets noirs.

6 Campement du métro La Chapelle formé en 2014 et « évacué » le 2 juin 2015, accueil temporaire à la salle Saint-Bruno de l’église Saint-Bernard (3 juin), campement du Square Saint-Bernard-Saïd-Bouziri (nuit du 4 juin) expulsé le 5 juin 2015, campement de la Halle Pajol (5-8 juin) expulsé le 8 juin, campement du jardin partagé du Bois-Dormoy (8-11 juin) quitté volontairement en vertu d’un accord avec l’association responsable du lieu privé, campement du Jardin d’Éole (11-19 juin) évacué le 19 juin, campement de la Halle Pajol (19 juin-31 juillet) « évacué » le 31 juillet 2015. Voir le reportage cartographique de Raphael Kraft (2019).

7 Bariz (Paris), le temps des campements, Iskra Productions 2020, 70 minutes. Deux jeunes Soudanais y racontent leur arrivée à Paris au milieu de cette mobilisation. Fathi El Rahman, un journaliste et opposant politique originaire de Khartoum en fait un récit militant tandis qu’Ismaïl Lemil, un paysan analphabète de la région du Nil bleu, livre une parole plus intime. Voir mon interview sur ce film (Jaoul 2019) http://www.iskra.fr/Bariz#article23564

8 Bien que j’adopte la forme inclusive dans cet article, elle n’est pas appropriée aux Soudanais parmi lesquels ils n’y avait que des hommes. De manière générale, le masculin sera retenu lorsque seuls des hommes sont concernés.

9 Sophie Djigo note que le transit représente un angle mort du droit, qui reste ainsi tributaire d’une plus ou moins grande « tolérance » de la part des États.

10 Il faut toutefois noter qu’une partie des migrant-e-s avait choisi de vivre à l’écart du campement politique, dans un second campement dans un square proche du métro La Chapelle où divers trafics avaient lieu et où les soutiens n’étaient pas les bienvenus. Ces migrant-e-s qui préféraient se tenir à l’écart de la mobilisation étaient en transit vers l’Angleterre via Calais. Cela confirme que celles et ceux se mobilisant le faisaient au contraire dans la perspective de débloquer leurs démarches de demande d’asile en France.

11 https://blogs.mediapart.fr/la-chapelle-en-lutte/blog

12 Sur 36 auteurs et auteur-e-s de publications concernant les campements de La Chapelle, entre la création du blog le 19 juin et le 30 juillet, date de la dernière évacuation du camp de Pajol, 32 sont des soutiens (dont treize des hommes, douze des femmes et six mixtes). Seulement quatre publications ont été écrites par des migrants (tous des hommes), ce qui ne reflète pas les assemblées générales où la parole était équitablement répartie. Les prises de parole de femmes migrantes (souvent d’origine Éthiopienne/Oromo et Érythréenne) ont cependant été plus rares, reflétant, en plus des mécanismes habituels d’exclusion et d’auto-exclusion des femmes de la parole publique, leur plus faible présence sur les campements, notamment du fait qu’elles étaient rapidement « mises à l’abri » par la Mairie de Paris en tant que personnes vulnérables. Une réunion non-mixte entre femmes migrantes et femmes soutiens a eu lieu sur le campement de Pajol, comme me l’ont rappelé Alison Bouffet et Valérie Osouf.

13 Sur « l’analyse des subjectivités et de l’intersubjectivité de l’exil » (Galitizine-Loumpet & Saglio-Yatzimirsky, 2018, p. 10), voir le numéro hors-série du Journal des anthropologues. La contribution de Michèle Leclerc-Olive souligne l’importance de renoncer aux « épistémologies sédentaires », afin de permettre la commensurabilité des expériences subjectives et donc également une vraie rencontre possible entre migrant-e-s, chercheures et chercheuses et citoyen-ne-s (Leclerc-Olive, 2018).

14 https://www.ehess.fr/fr/babels-que-villes-font-aux-migrants-que-migrants-font-ville

15 Denis Godard est un militant anticapitaliste et antiraciste investi de longue date aux côtés des sans-papiers. Il joua un rôle important dans la mobilisation de 2015 à La Chapelle.

16 Ainsi, après dix jours passés à la rue dans le froid en décembre 2008, « Samba, personnage charismatique du groupe, apprécié pour son franc-parler et son sens de l'intervention théâtrale, justement, intervient : "Nous, on cherche pas le logement. Nous ce qu'on veut c'est les papiers. Le froid c'est pas le problème, on s'en fout. Nous ce qu'on veut c'est les papiers. On est prêt à mourir ici s'il le faut ! On ira jusqu'au bout pour obtenir les papiers" » (Veron, 2013, §38).

17 La France a commencé à s’appuyer sur ce règlement en 2016 afin d’exclure les demandeurs d’asile ayant déposé leurs empreintes digitales dans leur pays d’arrivée en Europe, généralement l’Italie ou la Grèce.

18 Bien qu’également inspirée par Michael Hardt et Antonio Negri, la théorie de l’autonomy of migration récuse ainsi une forme de labellisation artificielle de la lutte des migrant-e-s sous le terme de citoyenneté qui, bien que redéfinie de manière utopique et découplée de la nationalité, reste façonnée par une épistémologie nationale, occidentale et « bourgeoise ». Il s’agirait donc d’une traduction à sens unique et réductrice de la subjectivité des migrant-e-s (Walters 2008). Ce courant autonomiste souligne quant à lui la capacité des migrant-e-s à trouver des passages dans les frontières des États-nations soi-disant forteresses et à habiter ces frontières d’une manière qui est en soi politique. Cette insistance sur la rébellion et la débrouillardise des migrant-e-s fait ainsi écho au « nouveau barbare » qui, chez Walter Benjamin, « voit des chemins partout » (Hardt & Negri, 2000, p. 268).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1 : « Des logements pour tous », 4 juin 2015, parvis de l’église Saint Bernard (Paris)
Légende Photo de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/17703/img-1.png
Fichier image/png, 605k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Jaoul, « La politique des réfugié-e-s. Échos de La Chapelle en Lutte, juin-juillet 2015 »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 14 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/17703 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.17703

Haut de page

Auteur

Nicolas Jaoul

IRIS CNRS-EHESS, Paris (France) - jaoul.nicolas@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search