Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2021Penser l'architecture en sociologieLa fabrique de la « ville sobre »...

2021
Penser l'architecture en sociologie

La fabrique de la « ville sobre » en France : les sciences humaines et sociales au risque de contribuer au processus de normalisation des conduites et d’incitation au changement

The making of the "sober city" in France: the human and social sciences at risk of contributing to the process of standardization of behaviors and incitement to change
Nadine Roudil

Résumés

Le développement du modèle d’aménagement urbain et de conception architecturale de la « ville sobre » en France fait écho à la mise à l’agenda politique de la sobriété énergétique. À partir de mots d’ordre diffusés par le biais des règlementations thermiques, des labels de performance énergétique et des normes constructives, l’énergie devient un élément déterminant dans le processus de production, de conception et de gestion de la ville durable. Cette évolution correspond au moment de l’action publique dit de la transition énergétique où se rencontrent à l’échelle urbaine française les attentes institutionnelles en matière de sobriété énergétique et les propositions de solutions des acteurs privés et industriels. Dans ce contexte, l’irruption de la question de la sobriété dans les recherches sur la ville durable n’est pas sans effet. La place prise par les ingénieurs dans l’attribution des financements publics sur cette question ne l’est pas non plus. Elle engage en quelques années le tournant opérationnel et prospectif de la recherche. Cet article souhaite interroger l’incitation à prendre part aux recherches interdisciplinaires et opérationnelles dont les Sciences humaines et sociales (SHS) font l’objet alors que l’énergie devient un sujet de recherche en études urbaines. Les SHS sont alors chargées d’engager la transformation des comportements des habitants au bénéfice des solutions techniques mobilisés afin de diffuser les critères d’un « bien habiter » la ville. La requête en utilité adressée aux SHS fait écho à une conception morale de l’habiter dont la dimension idéologique est indéniable.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les labels Haute qualité environnementale (HQE), Bâtiments à énergie positive (BEPOS) et Bâtiment b (...)
  • 2 Il s’agit des Plans locaux d’urbanisme communaux ou intercommunaux qui deviennent des leviers dans (...)
  • 3 Terme professionnel pour qualifier l’habitat lorsqu’il répond à des exigences de faible consommatio (...)
  • 4 Celle du Plan urbanisme et construction architecture (PUCA) et de l’ADEME, agence de la transition (...)
  • 5 Les premières journées internationales de sociologie de l’énergie ont eu lieu à l’Université du Mir (...)

1Depuis la fin des année 1990, le développement durable associé jusque-là aux mots des acteurs et de l’action publique est devenu un univers de production de connaissances en sciences humaines sociales (SHS) et en sociologie. Les questions investies ont d’abord été celles de « l’urbanisme durable » (Emelianoff, 2007 et 2008), de la « consommation durable » (Rumpala, 1999 et 2009, Dobré & Juan, 2009), puis des inégalités environnementales (Faburel, 2012 et 2015) et des modes de vie (Ortar & Morel-Brochet, 2014). Suivant l’évolution de sa mise à l’agenda politique, un regard critique se développe face à la diffusion de la notion (Hamman 2011a ; Hamman et al, 2017) puis de celle de transition qui lui succède dans le vocabulaire de l’action publique (Raineau, 2011 ; Rudolf, 2015). Les travaux des chercheur.se.s soulignent alors l’émergence en France de catégories politiques assurant la diffusion d’un discours normatif sur la production de la ville et sur l’habiter dont l’hégémonie est actée lors du Grenelle de l’environnement en 2007 (Boy et al, 2012). Plusieurs numéros thématiques de revue (Lévy & Emelianoff, 2011 ; Ortar & Morel-Brochet, 2014 ; Audet et al., 2015) posent la nécessité d’interroger l’effet de l’irruption des questions de transition et de durabilité sur nos disciplines comme sur la fabrique de la ville contemporaine (Hamman, 2011b ; Mathieu & Guermond, 2011). En France, à partir des années 2000, les normes et les labels 1 constructifs comme les obligations règlementaires en urbanisme 2 évoluent avec pour conséquence de rabattre la conception de la ville durable à sa dimension énergétique (Biau, Fenker & Roudil, 2012). Cette ville que nous appellerons ici « sobre » (Roudil, 2015 et 2018 ; Lorrain et al., 2018) est marquée par le rôle des acteurs publics dans la promotion des solutions de sobriété énergétique et par la place prise par les ingénieurs, issus du monde de l’expertise industrielle dans cette évolution. Cette place fait écho à celle attribuée aux architectes, à la fin des années 1960, par H. Lefebvre lorsqu’il souligne leur poids dans la définition des modes d’habiter les grands ensembles (Lefebvre, 2001 [1966], p. 7). Un « agir technique doté d’une capacité de transformation du monde réel » (Didier, 2007, p. 48) se trouve ainsi appliqué à la conception de la ville alors qu’elle prend en charge des enjeux de durabilité. L’habitat « performant » 3 et les écoquartiers deviennent des outils permettant de soumettre les habitant.e.s et les professionnel.le.s de la fabrique urbaine aux exigences chiffrées des référentiels qui façonnent la ville durable contemporaine. Portée par un contexte européen favorable, suivant un processus similaire au développement durable, l’énergie devient un domaine de recherche pour les SHS. Le rapport à l’énergie y est examiné à partir d’une analyse des pratiques sociales et de leurs fondements culturels (Shove, 2003 ; Warde, 2005 ; Bartiaux, 2012 ; Wilhite 2008 ; Shove et al. 2012) et s’incarne dans le courant de la théorie des pratiques (Dubuisson-Quellier & Plessz, 2013, p. 6). Les travaux nord-américains antérieurs sur l’énergie (Lutzenhiser 1992 ; Wilhite et al. 1996) en constituent les bases théoriques et méthodologiques (Roudil, 2019). En France, les choses s’engagent différemment. C’est en prise avec la commande publique 4 qui finance la recherche, faisant écho à des demandes professionnelles et institutionnelles de mise en œuvre de la transition énergétique que les SHS sont mobilisées pour documenter le rapport des ménages à l’énergie (Desjeux, 1996 ; Zelem, 2010 ; Subrémon, 2010). Deux colloques 5 donnent naissance au courant de « la sociologie de l’énergie » concrétisé par un ouvrage publié sous ce titre aux éditions du CNRS (Zelem & Beslay, 2015 ; Roudil 2019).

2Si la fabrique de la ville durable et sobre en France engage des mots d’ordre, cet article souhaite interroger ceux dont les SHS font l’objet alors que la sobriété énergétique devient un principe présidant à la conception urbaine. Si les SHS sont dépendantes des financements publics pour développer des travaux à la croisée des études urbaines et de l’énergie, elles ne vivent pas seules l’injonction à contribuer à la fabrique de la ville « sobre ». En interrogeant le caractère de l’incitation qui leur est adressée, c’est bien un contexte de production scientifique bien plus vaste, recouvrant l’ensemble des disciplines, qui sera considéré à travers cette contribution. Cet article analyse comment entre 2008, début de mise en œuvre des décisions du Grenelle de l’environnement et 2015, moment proclamé lors de la Cop21 d’entrée dans l’ère des transitions écologique, environnementale et énergétique, toutes les disciplines scientifiques deviennent tributaires, pour développer leurs recherches, des décisions de financement des guichets publics. L’hypothèse défendue ici est que l’expertise scientifique est partie prenante du processus qui concourt à valider les solutions techniques et constructives de sobriété promues à l’échelle industrielle pour y soumettre les habitant.e.s. À travers l’exemple particulier des SHS, il s’agit de montrer que l’injonction à « trouver » des solutions, si elle se place dans une tradition de financement des études urbaines (Amiot, 1986 ; Lassave, 1997), a également pour objectif la résolution de questions de société constituées en « problème » par les acteurs institutionnels (Tissot, 2007), les individus étant couramment désignés comme susceptibles de mettre en échec les systèmes assurant la sobriété.

  • 6 Extraits appel à projet ville durable 2008, p. 17 et 2010, p. 8.

3Cet article sera documenté à partir de l’analyse des projets de recherche financés, entre 2008 et 2013, dans le cadre des Appels à proposition de recherche (AAP) « Villes durables » et « Bâtiments et villes durables » de l’Agence nationale de la recherche (ANR). Ainsi, les SHS considérées dans ce propos sont en « situation ancillaire » (Chadouin, 2009, p. 81), éloignées des champs classiques de la discipline et développant une recherche appliquée, opérationnelle et prospective. Faire des SHS ou de la sociologie contribue alors à l’entremêlement de la production scientifique et de savoirs professionnels. S’il acte le financement progressif des travaux sur l’énergie pour les SHS, ce moment de la recherche sur la ville durable n’est pas anodin. Il illustre une triple évolution qui institue les principes de l’interdisciplinarité, de l’opérationnalité et de l’obligation à avoir, pour toute recherche sur la ville durable et sur l’énergie, des partenaires venant du monde de l’entreprise et de l’industrie. Cet article montre combien ce tournant libéral des sujets et des méthodes n’est pas sans conséquence sur la pensée et la fabrique urbaine contemporaine. L’analyse des appels et des dossiers lauréats (au nombre de 58), à partir des documents mis en ligne sur le site de l’ANR lors de six campagnes de financement, constitue le terrain de ce propos. La démarche méthodologique des équipes de recherche financées a été plus spécifiquement considérée. Travailler sur les projets financés dans ce cadre spécifique s’est fait à dessein car ils ne représentent qu’une partie du financement par l’ANR de la sociologie et des SHS. Il s’agit de questionner la production d’un univers scientifique particulier, interdisciplinaire où les SHS étaient « invitées à contribuer », instituant une injonction à l’utilité faite à nos disciplines devant désormais « témoigner d’un apport des sciences humaines » 6 aux recherches auxquelles elles souhaitaient contribuer.

4La première section de cet article montre combien les caractéristiques de la « ville sobre », entendues comme modèle de conception urbaine et durable, constituent une matrice. Il s’y développe la rencontre entre les attentes institutionnelles devenues proches de celles des industriels en matière de production de la ville avec celles d’une recherche sur la ville durable valorisant désormais les travaux opérationnels. La conception urbaine promue par la ville sobre qui consiste, à la fois, à façonner l’habitat à partir des principes de la sobriété énergétique et à valoriser une manière de « bien habiter la ville » normalisant et moralisant les conduites des citadin.e.s est un terreau propice au développement d’une incitation à l’utilité adressée aux disciplines scientifiques et aux SHS en particulier.

5La seconde section, souligne combien l’ANR et le guichet spécifique de la « Ville durable » puis des « Bâtiments et de la ville durable » engage en quelques années le tournant opérationnel de la recherche sur cette question. Si cette situation contraint toutes les disciplines à l’adaptation, ce mouvement atteste l’imposition d’une requête à élucider les questions de société instituées en enjeu par l’action publique. Cette évolution engage souvent une réorientation des objets de recherche tout autant que leur transformation méthodologique. La dernière section propose de montrer, alors que la sobriété énergétique devient le propos central de la conception urbaine durable, combien les SHS sont chargées de la transformation des comportements des habitant.e.s au bénéfice des solutions techniques mobilisés.

La « ville sobre » : aux origines des principes de transformation de la ville

  • 7 Loi n° 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l'enviro (...)
  • 8 Loi n° 2010-788 portant engagement national pour l’environnement (dite loi Grenelle 2).
  • 9 Loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte.
  • 10 Indiqué à la page 5 des deux rapports « Rénovation des bâtiments existants – Février 2008 » et « Bâ (...)
  • 11 Maugard A. (2008), Bâtiments neufs publics et privés, Rapport comité opérationnel – Travaux du Gren (...)
  • 12 Pelletier P. (2008), « Rénovation des bâtiments existants », Rapport comité opérationnel – Travaux (...)
  • 13 Maugard A. (2008), Bâtiments neufs publics et privés, Rapport comité opérationnel – Travaux du Gren (...)
  • 14 Ibid., p. 19.
  • 15 Ibid., pp. 19-20.
  • 16 Pelletier P. (2008), « Rénovation des bâtiments existants », Rapport comité opérationnel – Travaux (...)
  • 17 Ibid, p. 6.
  • 18 Ibid, p. 6.
  • 19 Ibid, p. 31.
  • 20 Maugard A. (2008), Op. Cit., p. 10.
  • 21 « Table ronde : la ville durable et les chercheurs : quelle construction interdisciplinaire des sav (...)
  • 22 Accessible via le lien, http://www.urbanisme-puca.gouv.fr/IMG/pdf/consultation_de_recherche-2.pdf
  • 23 « Table ronde : la ville durable et les chercheurs : quelle construction interdisciplinaire des sav (...)

6La « ville sobre » renvoie à un processus de production, de conception et de gestion de la ville alors que la sobriété énergétique devient un principe qui conditionne sa fabrique (Roudil, 2015 et 2018). Cette manière de penser la ville mobilise des systèmes, des solutions techniques et des dispositifs constructifs afin de mettre en œuvre les attendus des normes et règlementations thermiques qui encadrent à partir des référentiels de l’efficacité énergétique la conception de l’habitat. De manière contingente, la production, la distribution et la gestion de l’énergie sont recomposées et un changement global de paradigme technologique s’engage (Lorrain, 2018, p. 24). La promotion de la ville sobre s’ancre dans un moment d’action publique post-Grenelle de l’environnement et plus particulièrement de la transition énergétique. Il s’agit alors de transformer la manière de consommer de l’énergie pour réduire les émissions de gaz à effets de serre (GES) à l’échelle urbaine et de l’habitat. Les lois Grenelle 1 de 2009 7 et surtout Grenelle 2 en 2012 8 ont donné une dimension d’opérationnalité à des dispositifs jusqu’alors considérés comme expérimentaux voire perçus comme des vitrines en matière de sobriété. Cette situation sera encore amplifiée à partir de 2015 et la promulgation de la « loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte » 9 annonciatrice d’une modification des politiques urbaines à travers la diffusion massive des écoquartiers et l’évolution des manières de penser l’aménagement urbain à l’échelle d’une ville. La mise à l’agenda de la question énergétique dans des pays comme la Grande Bretagne, l’Allemagne ou le Danemark participe dès le début des années 1990 d’une prise de conscience que l’aire urbaine est l’échelle qui témoigne le mieux des dynamiques locales de consommation d’énergie et d’émission de CO2. La valeur environnementale, dans laquelle ont investi de nombreuses villes européennes comme Manchester et Leeds (Béal, Gauthier & Pinson, 2011 ; While et al., 2004) ou Hanovre et Copenhague (Laigle et al., 2009), a longtemps consisté à adopter des solutions « soutenables » pour le potentiel de développement urbain qu’elles proposaient. La ville est dès lors considérée comme un niveau d’action publique efficace pour engager un processus de transition énergétique à partir des quartiers durables qui font alors office de modèles urbains en prise avec des processus et des pratiques situées (Coutard & Rutherford, 2010, p. 3). En France, c’est à la fin des années 2000 que les politiques urbaines expérimentent des stratégies de transition de plus grande envergure. Florence Rudolf souligne que l’énergie, parce qu’elle est « transversale à l’ensemble des activités et domaines de la vie sociale » permet de poser comme prérequis la question du changement social embrassant aussi bien des questions d’aménagement des territoires que les compétences techniques à mobiliser pour faire transition (Rudolf, 2015, p. 46). Le processus repose sur la diffusion de « systèmes sociotechniques » (Jaglin & Verdeil, 2013, p. 8) attestant une volonté de transformation des savoirs et des savoir-faire des professionnels de la conception urbaine comme de modification des pratiques des citadins. Cette dimension caractérise particulièrement l’essor de la « ville sobre » en France comme espace de marché consacrant une ère de solutions globalisées et mondialisées. Des systèmes et des dispositifs inédits sont mobilisés pour assurer une diminution de la consommation d’énergie primaire dans l’habitat ou à l’échelle du quartier, sans porter atteinte aux modes de consommation domestiques (Grudet, Morelli & Roudil, 2017) ni à la définition du confort fondée sur l’accumulation des biens (Le Goff, 1994). C’est dans ce contexte, que la place prise par le monde de l’ingénierie dans le pilotage des deux comités opérationnels du Grenelle de l’environnement où étaient abordées les questions urbaines est intéressante à questionner. Elle permet de comprendre leur mission auprès des acteurs publics qui est de préconiser les solutions susceptibles d’être les plus acceptables du point de vue des modes de consommation des citadins 10. Ainsi, le comité opérationnel « Bâtiments neufs publics et privés » 11 est piloté par Alain Maugard, polytechnicien, ancien élève de l’École nationale des ponts et chaussées (ENPC) mais surtout président du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), établissement public de recherche et d’ingénierie chargé de produire les référentiels des règlementations thermiques applicables aux constructions neuves. Il est assisté dans cette tâche par deux ingénieures Anne Voeltzel-Lévêque, formée à l’École nationale des travaux publics de l’État (ENTPE), à l’Institut national des sciences appliquées (INSA) de Lyon puis ensuite recrutée au CSTB, et par Marie-Christine Roger diplômée de l’Institut national des télécommunications. Le comité opérationnel « Rénovation des bâtiments existants » 12, s’il est, quant à lui, dirigé par Philippe Pelletier, avocat et spécialiste en droit immobilier, a pour principaux contributeurs des ingénieurs tous issus des grandes écoles françaises : Alain Jacq formé à l’ENPC, Matthieu Orphelin diplômé de l’École centrale de Nantes, Nicolas Jeanneret issu de l’École d’ingénieur de la Ville de Paris (EIVP) et Mathieu Wellhoff ancien élève de l’École des Mines. Les conclusions des rapports de ces deux comités opérationnels dessinent le cadre d’application de la transition énergétique en termes de fabrique de la ville et de normalisation des conduites des professionnel.le.s et des habitant.e.s. Le rapport sur les « Bâtiments neufs publics et privés » pose ainsi les principes d’une fabrique de la « ville sobre » fondées sur une évolution règlementaire en matière de construction neuve afin d’atteindre des référentiels de Très Haute Performance Énergétique (THPE) pour tous les bâtiments, en continuité des règlementations thermiques antérieures 13. Cette dimension sera portée en 2008 et 2009 par les lois Grenelles 1, 2 et en 2015, par celle sur la transition énergétique pour la croissance verte. Pour cela, le comité recommande la mise en place de labels certifiés Bâtiments basse consommation (BBC), Bâtiments à énergie positive (BEPOS) et Haute qualité environnementale et énergétique (HQEE) applicables à toute nouvelle construction. Mais c’est en préconisant une révision des règles d’urbanisme 14 que l’inscription de la sobriété énergétique dans la fabrique urbaine est la plus marquée. Ainsi, il est recommandé d’imposer aux plans locaux d’urbanisme de définir des zones constructibles dans lesquelles les bâtiments devront obligatoirement être labélisés BBC, BEPOS ou HQEE 15. Par ailleurs, le rapport souhaite qu’aucune autorisation d’urbanisme ne puisse interdire l’installation de panneaux solaires ou l’utilisation de façades bois sauf délibération motivée des conseils municipaux 16. Le rapport sur la « rénovation des bâtiments existants » pose, quant à lui, le prérequis de la soumission des professionnel.le.s et des habitant.e.s aux solutions déployées et le principe de la normalisation de leurs conduites pour y parvenir. Cette nécessité passe par le développement présenté comme « indispensable d’une nouvelle culture et de comportements raisonnés en matière de sobriété énergétique » 17. En défendant une approche systémique de la question énergétique à l’échelle des bâtiments, le rapport en souligne les enjeux sociologiques 18, ce qui conduit à proposer d’inciter dans le cadre d’une obligation législative les propriétaires à faire des travaux. À partir d’un système d’aides financières, ces préconisations sont conçues pour être incontournables et contraignantes pour les individus 19. Ces deux rapports établissent conjointement la nécessité d’adosser les mesures préconisées au développement d’un marché économique spécifique qui pourra ainsi en généraliser les principes. L’action publique est invitée à en accompagner le développement 20 par le biais d’un système législatif approprié. Mis en place entre 2008 et 2015, ce dernier se fonde sur les lois Grenelles et la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte et atteste d’une libéralisation de l’action publique. C’est donc assez logiquement que le monde de la recherche est mobilisé pour accompagner ces intentions. La réorientation des agendas scientifiques des deux financeurs publics que sont le Plan urbanisme et construction architecture (PUCA) et l’agence publique de la transition écologique (ADEME) atteste un mouvement plus large, examiné plus bas qui favorise l’émergence d’une recherche prospective sur l’énergie au service d’une fabrique de la ville néolibéralisée. Le PUCA, financeur important de la recherche urbaine depuis plusieurs décennies, « actualise » 21 ainsi ses intérêts de recherche, les faisant coïncider avec la mise à l’agenda institutionnel des questions de développement durable puis d’énergie. L’appel à proposition de recherche et d’expérimentation lancé par le PUCA en septembre 2011, intitulé « Bepos, smart-grids, territoires et habitants » caractérise parfaitement cette évolution 22. Il entre en convergence avec le lancement depuis 2005 par l’ADEME, financeur traditionnel de la recherche appliquée et prospective sur l’énergie, d’AAP sur les questions de villes, de territoires durables et de territorialisation de l’énergie. Le programme « l’énergie dans le bâtiment » lancé en 2005 est conçu dans ce contexte. Cette évolution s’accompagne de la généralisation d’un cadre de travail imposé aux chercheur.se.s, toutes disciplines confondues qui a pour fonction de permettre la circulation « des savoirs et des normes techniques au rythme des avancées technologiques » (Arab, 2007, p. 33). L’injonction est faite de conduire des projets de recherche interdisciplinaires, valorisant la collecte de « bonnes pratiques », en collaboration avec les acteurs privés, issus du monde de l’entreprise (Roudil & Molina, 2015, p. 235). Le « produit de la recherche » 23 (il n’est plus question de résultats) doit pouvoir trouver une application rapide. La réalisation de scénarii et de modélisations est particulièrement souhaitée et caractérise depuis lors l’évolution des attentes en matière de recherche des deux agences.

La recherche publique sur la ville durable : rendre les disciplines scientifiques opérationnelles au service de la fabrique de la ville

7L’analyse des projets lauréat dans le cadre des AAP de l’ANR « villes durables » (VD) puis « Bâtiments et villes durables » (BVD) en 2008, 2011 et 2013, atteste la même inclinaison valorisant tout autant le prérequis accordé aux méthodes quantitatives que l’évolution plus globale du rôle donné à la mesure statistique dans la production de solutions aux questions de durabilité et de sobriété. Par l’intérêt qu’elles procurent, les démarches quantitatives attestent la manière dont l’action publique se pose les problèmes et opérationnalise ses réponses. Plus que de rendre compte de la transformation des sociétés, les recherches quantitatives sur la ville durable et sobre sont chargées de prévoir l’évolution des consommations, de l’habiter ou des mobilités afin de donner à l’action publique des modalités d’action (Lascoumes et le Galès, 2005). Comme plus haut, celle du PUCA et de l’ADEME, la programmation de la recherche de l’ANR « Villes durables » (VD) et « Bâtiments et villes durables » (BVD) est placée sous l’influence des théories du new public management, devenues le socle de la gouvernance par objectifs de l’administration française (Gaulejac de, 2012, p. 7). Placer la recherche sous le régime de la performance est donc assez logique alors que cette idéologie est mise à contribution par les acteurs publics pour répondre à l’ensemble des enjeux de sociétés.

  • 24 Sans que cette catégorisation soit suffisante mais indicative, les disciplines concernées sont issu (...)

8L’ANR VD puis BDV concerne de nombreuses disciplines 24 toutes incitées à contribuer autour des principes de l’interdisciplinarité. Ainsi, entre 2008 et 2013, nous assistons à un nivellement des méthodologies proposées par les lauréats de l’ANR VD et BVD, ces dernières étant massivement quantitatives (soit 75% des projets financés). Plus précisément, entre 2008 et 2010 (Annexe – Tableau 1), mais également entre 2011 et 2013 (Annexe – Tableau 2), treize projets sur 29 proposent d’aboutir à des scénarii, des simulations ou des approches probabilistes et quatorze projets (soit 48% des projets financés) indiquent vouloir produire une modélisation des phénomènes considérés dans leur démarche de recherche, afin de fournir une aide à la décision. Ils seront dix-sept sur 29 à s’y lancer entre 2011 et 2013, ce qui représente plus de 58% des projets financés. Pour quatre d’entre eux, la modélisation n’est pas incompatible avec la production de scénarii. En mathématiques, modéliser consiste à « représenter toute sorte de situations, d’objets et de structures du monde réel » (Delahaye, 2017), cette représentation étant susceptible d’informer sur ce qu’est la réalité des phénomènes étudiés. Dans ce contexte, l’analyse des bénéficiaires des financements, majoritairement rattachés aux Sciences pour l’ingénieur (SPI), apporte un argument supplémentaire à la transformation de la façon d’aborder la question de la ville durable à partir de représentations souvent réduites à leurs caractéristiques les plus saillantes. L’objectif consiste bien à créer des solutions efficaces pour anticiper au mieux l’occurrence de certains problèmes.

  • 25 Institut français des sciences et technologies, des transports, de l’aménagement et des réseaux (IF (...)

9La majorité des équipes impliquées dans les projets financés sont issues des écoles d’ingénieur et de leurs laboratoires eux-mêmes pluridisciplinaires (Annexe - Tableau 3). De facto, les laboratoires des grandes écoles d’ingénieur représentent en moyenne 29,5% des participants entre 2008 et 2010. Leur présence se renforce entre 2011 et 2013 pour atteindre 33% des équipes engagées, avec un point d’orgue en 2011 à 39%. Les plus fréquemment financés sont les laboratoires d’Armines Paris-Tech (dix participations en six ans), les laboratoires de l’ENTPE (huit participations en six ans), dont le Laboratoire Économie et Transport qui à lui seul témoigne de 5 participations financées. L’INSA de Lyon s’engage réellement à partir de 2011 dans les projets, avec sept participations financées en six ans, comme les laboratoires du CEA et de l’École d’ingénieurs de la Ville de Paris (cinq participations financées en six ans). Les équipes de l’École nationale des ponts et chaussées et des laboratoires des Écoles centrales de Paris et de Nantes (quatre participations financées en six ans) sont également très présents. À noter les participations des unités de recherche de l’Ifsttar 25 et du CSTB qui disposent dans le cadre des ANR VD et BVD de financements d’exception en six ans, avec pour le premier dix-sept financements et pour le second quatorze. L’empreinte du monde ingénieur sur les travaux réalisés est déterminante. À cela s’ajoutent les équipes d’écoles d’ingénieur moins prestigieuses, des laboratoires d’universités technologiques ou d’informatique moins renommés, et plus rarement de physique et de biologie. Ainsi, les « laboratoires ingénieurs ou apparentés », même si cette catégorisation est rapide, représentent en moyenne 69% des participants entre 2008 et 2010, alors que leur participation avoisine les 85% entre 2011 et 2013 (Annexe – Tableau 3). L’importance du financement des ingénieurs dans ce segment de la recherche publique est à mettre en regard avec l’incitation croissante faite par l’ANR aux acteurs privés et industriels à devenir partenaire des recherches sur la ville durable initiées par les laboratoires publics. Ces acteurs participent d’autant plus que les recherches prennent une dimension appliquée et opératoire, leurs départements de recherche et développement étant susceptibles de produire et de commercialiser à grande échelle les solutions expérimentées dans le cadre de l’ANR. En six ans de financements répertoriés, leur participation est assez constante, à l’exception de 2008 où 25% des participants aux projets relèvent de cette catégorie, et de 2011 où elle culmine à 32,8%. Leur implication se développe progressivement entre 2008 et 2010, représentant en moyenne 18,6% et augmente sensiblement, avec une moyenne à 25% entre 2011 et 2013 (Annexe – Tableau 3). Une partie de ces acteurs privés est composée de bureaux d’études ou de conseil soit d’entreprises, souvent de taille modeste d’un bon niveau technique, pour qui les projets représentent des opportunités d’expérimenter des solutions. Les bureaux d’études en thermique, physique, acoustique et des sociétés d’informatique sont ainsi nombreux à participer aux projets. La présence d’entreprises, de PME ou TPE, qui fabriquent des composants divers se développe à partir de 2011 et donne une dimension industrielle et opérationnelle aux projets financés. La présence de sociétés comme Vinci, Véolia, Bouygues construction, Aldes ou certaines filiales de Saint-Gobain, si elle est marginale, témoigne néanmoins de l’intérêt de ces acteurs majeurs du bâtiment ou de la construction pour ce qui est fait en matière de conception de la ville du futur. Leur implication, très inégale, est placée sous le signe de leurs intérêts économiques et industriels. Elle s’articule étroitement aux politiques de recherche et développement de leurs grands groupes. Ainsi, en 2011, six participations de grands industriels ou opérateurs urbains sont notées sur 21 implications d’acteurs privés, alors que quasiment aucune n’apparaissait entre 2009 et 2013.

10La dernière catégorie d’acteurs à prendre part aux projets concerne les services techniques décentralisés de l’État au contact des collectivités locales dont l’implication est constante, entre 9 et 11% des participations aux projets entre 2008 et 2013, à l’exception de 2010 où leur implication est de l’ordre de 26,8% (Annexe Tableau 3). Ainsi la participation des Centres d’études techniques de l’équipement (CETE) n’est pas anodine. Avec douze participations financées en six ans 26, ils représentent à eux seuls plus de 28% des acteurs en lien avec les collectivités locales engagés dans les projets ANR. « Interface régionale d’expérimentation de la recherche » 27, les CETE, dont l’expertise technique est centrale, sont des relais locaux dans la mise en œuvre des politiques publiques en matière d’infrastructures urbaines. Ainsi, il est possible de voir se dessiner à travers la volonté de l’ANR à inciter des projets de recherche impliquant chercheurs, acteurs industriels ou privés et collectivités locales les préconisations implicites de la loi Grenelle 1 évoquée plus haut afin que l’échelle d’opérationnalité de la fabrique de la ville durable et sobre soit locale et à l’échelle urbaine. La place prise par le prérequis d’une recherche interdisciplinaire, opérationnelle et assurant la présence d’acteurs issus du monde de l’entreprise et de l’industrie est très éloignée des méthodes des SHS comme de leur manière d’appréhender un sujet de recherche. Ce qui peut être considéré comme un tournant prospectif de la recherche sur la ville durable, s’il concerne l’ensemble des disciplines, s’impose particulièrement aux SHS qui souhaitent faire financer leurs travaux sur l’énergie. Ainsi, leur participation sur le thème de l’accompagnement au changement est particulièrement souhaitée. La dimension opérationnelle telle qu’elle est imposée dans les réponses à appel à projet impose aux SHS pour pouvoir financer leurs travaux de s’engager dans un partenariat avec des équipes issues des autres sciences au premier rang desquelles figurent les SPI. La présence souhaitée des SHS, et plus particulièrement de la sociologie dans les réponses à appel à projet, concorde avec la demande de se rendre utile qui lui est faite.

11Les sciences humaines et sociales mobilisées afin de valoriser le rôle des solutions techniques et d’y soumettre les habitant.e.s

12L’analyse de la place conférée aux SHS et à la sociologie en particulier lors des trois phases de programmation en 2008, 2011 et 2013 de l’ANR VD et BVD atteste une incitation forte à s’engager dans des recherches quantitatives afin de produire une modélisation des pratiques sociales. Les 29 projets financés entre 2008 et 2010 et entre 2011 et 2013 montrent que seuls sept projets sur 29 entre 2008 et 2010 28 et six sur 29 entre 2011 29 et 2013 valident la mise en place de protocoles d’enquête qualitatifs dirigés par des SHS (Annexe - Tableaux 1 et 2). Ces projets proposent des démarches fondées sur l’observation et des entretiens semi-directifs afin d’analyser les politiques publiques, de resituer et contextualiser la réalité des modes de vie, des relations sociales et des jeux d’acteur observés. En six ans, un seul projet a réussi à se faire financer en défendant une méthode ethnographique, le projet PAGODE, lauréat en 2010, proposant une analyse du rôle de la participation habitante comme outil de gouvernance des écoquartiers (Tozzi & Greffier, 2015 ; Tozzi et al., 2015). Cette thématique de recherche commence alors à émerger, annonçant le travail de l’équipe de Jodelle Zetlaoui-Léger, qui fera ensuite référence en la matière (Zetlaoui-Léger, 2013). Il apparaît qu’entre 2008 et 2010, seules 8 équipes de recherche en SHS sur 38 ont participé à l’ensemble des projets. À partir de 2011, la présence des SHS décroît non pas en termes de participation aux projets, mais du point de vue du nombre d’équipes financées. Elles ne sont plus que trois à prendre part aux recherches sur les quarante financées par l’appel en 2013. L’emprise des acteurs de l’ingénierie sur ce segment de la recherche qu’est celui de la ville durable et sobre atteste une évolution majeure dans la pensée de la fabrique urbaine. Elle consacre l’hégémonie de l’échelle très opérationnelle du bâtiment au détriment de celle de la ville. Ainsi, en 2008, une première étape consistait à créer deux programmes ANR distincts « Villes Durables » et « Habisol », pour traiter de la question de la fabrique de la ville durable. Le programme « Villes Durables » a alors pour objectif « d’intégrer » les SHS à une vaste démarche de recherche à vocation technique et de permettre à ces disciplines de travailler avec les autres sciences en proposant sur trois ans, de 2008 à 2010 « des partenariats, depuis l’îlot jusqu’à la région  » 30. En parallèle de l’ANR, « Villes durables », le programme ANR « HABISOL » (HABitat Intelligent et SOLaire photovoltaïque) dévoile les intentions des acteurs publics de soutenir les travaux qui apportent une réponse à dominante technologique à la question énergétique à l’échelle du bâtiment. Cette échelle est justifiée par un taux d’émissions de GES évalué à 43% 31, tous bâtiments confondus et propice aux financements « des travaux de recherche plutôt techniques, centrés sur l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments » 32. À partir de 2011, l’ANR ouvre une deuxième étape d’appels à projets de recherche. Les deux programmes « Villes durables » et « Habisol » fusionnent pour aboutir d’abord au programme « Bâtiments et villes durables » 33 puis, en 2012, à celui intitulé « Villes et bâtiments durables » 34. Étymologiquement tout autant que symboliquement, le bâtiment devient la référence et affirme une hiérarchie tout autant qu’une priorité par rapport à d’autres notions connexes, comme celles du logement ou de l’habitat. Le logement renvoie à l’action de se loger de la part d’une population, l’habitat indique un « milieu » dans lequel l’individu évolue alors que le terme « bâtiment » signifie « l’échelle d’intervention des métiers de l’industrie et de la construction des édifices » (Rey, 2006, p. 352) à laquelle les ingénieurs opèrent et les écoles d’ingénieur forment. Le programme ANR « Villes et bâtiments durables » énonce combien le logement et l’habitat sont subordonnés au bâtiment. Le périmètre des appels à projet valorise désormais une pensée selon laquelle la solution pour résoudre un problème « résulte d’un ensemble de connaissances techniques d’une part, économique, social et humain d’autre part » (Sontag, 2007, p. 60). Une place prépondérante est donnée aux solutions techniques, charge aux autres disciplines de s’y articuler pour les compléter. Le périmètre de la recherche financé évolue encore en 2013, l’échelle de « l’élément » ou « la brique technologique » succède à celle du bâtiment. Cette évolution consacre le savoir-faire ingénieur qui consiste à concevoir des produits et des systèmes techniques en réponse à un problème donné (Ibid., p. 61). Alors que le changement climatique annoncé et avéré pose une question complexe de société, l’ANR entérine un soutien aux réponses les plus pragmatiques et opérationnelles. La programmation proclame l’ère des « défis, l’usage de ce terme s’il atteste une évolution sémantique en phase avec les enjeux environnementaux, montre également combien les commanditaires de la recherche publique sont désormais acquis au vocabulaire de la gestion et du management. L’ANR dévoile alors en 2014 un « plan d’action » qui institue « une nouvelle manière de travailler » 35. L’ensemble des dotations de l’État converge au service de ce qu’il est désormais convenu d’appeler des « offres de financement », faisant des « défis » des causes nationales qui ont aussi pour objectif d’impulser des marchés. L’ANR envisage un « retour sur investissement » à son plan d’action à partir d’une vision de la fabrique de la « ville sobre » réduite à trois défis techniques : celui de la « Gestion sobre des ressources et adaptation au changement climatique », de « l’Énergie propre sure et efficace », de la « Mobilité et systèmes urbains durables ». De manière simultanée, l'ANR fait de « la question industrielle » le principal bénéficiaire des avancées scientifiques. À elle seule, cette thématique, concerne 42% des projets financés embrassant la question de la sobriété. Le tournant énergétique des financements montre combien la sobriété devient un objectif de financement de la recherche sur la ville durable au niveau national, affirmé également à l’échelle européenne. La place conférée aux SHS dans cette évolution générale a aussi évolué. Sa participation est réelle mais sollicitée, en pratique, pour être en appui à « d’autres objets et voies de recherche nécessitant des recherches en SHS ». Leurs contributions sont morcelées en six axes 36 et sont très contraintes (Plan d’action stratégique, 2014). Celui de l’innovation est central. Au centre de la commande publique apparaît clairement la question du changement à travers l’analyse du « rapport des individus aux évolutions des sociétés ». Ainsi, il est demandé aux SHS d'étudier les « préconditions sociales » (« société de la confiance ») du changement et de s’intéresser « aux représentations et aux comportements typiques de l’hyper-aversion aux risques et aux diverses interprétations données, dans ce contexte, au principe de précaution » (Ibid., p. 57). Dans ce contexte, l’autonomie de pensée des disciplines qui caractérisent les SHS paraît d’autant plus difficile que les conditions de leur exercice méthodologique est lui aussi prescrit. Ainsi, le prérequis est quantitatif et les corpus à exploiter désignés : « Ces études gagneront à s’appuyer sur les grandes infrastructures de données en sciences sociales, du type ESS (European Social Survey) ou SHARE (Survey on Health, Ageing and Retirement in Europe) ». Une culture de résultats quantifiables est ainsi posée. Le point d’orgue de ce cadre incitatif est bien la « constitution d’une interdisciplinarité productive » (Ibid., p. 56). Il n’est alors pas question de rester dans un entre soi de « disciplines constitutives des SHS » qui font l’objet d’une interdisciplinarité imposée « au croisement de plusieurs champs (STIC, nanotechnologies, santé, énergie, environnement, productions industrielle et agricole, matériaux) ». La mission affectée aux SHS est de transformer leurs objets de recherche sans éclairer la complexité des questions étudiées afin qu’elle « aident à la décision » (Ibid.). Ainsi, une représentation simplifiée des pratiques de l’habiter permet-elle d’imaginer et de créer des solutions efficaces et d’y soumettre les habitant.e.s. Modéliser les pratiques sociales favorise la production en masse de solutions susceptibles d’anticiper au mieux certains comportements humains non souhaités au service de besoins d’habiter la ville, présumés identiques, quelles qu’en soit les lieux où la « ville sobre » se déploie.

Conclusion

13Le tournant prospectif pris par la recherche publique sur la ville en France, dans le contexte particulier de la mise à l’agenda politique de la question énergétique, n’est pas sans conséquences. En orientant et planifiant les sujets des équipes, quelle que soit leur rattachement disciplinaire, la recherche publique française a créé le prérequis de la production de résultats se devant d’alimenter la prise de décision. Les chercheur.se.s ayant fait le choix de travailler sur l’énergie échappent difficilement à une incitation à prendre part à la fabrique de la « ville sobre ». En devant valider les prérequis de l’interdisciplinarité, de l’opérationnalité et de l’association avec les entreprises privées, les recherches financées participent à la réalisation matérielle des mots d’ordre de l’action publique entrée dans l’ère de la transition énergétique où se mêlent les intérêts industriels. Concernant les SHS, si cette période a fait émerger des recherches inédites sur le thème de la ville durable ou de l’énergie, elle a aussi permis d’affirmer une triple injonction à leur mutation opérationnelle, disciplinaire et méthodologique. La thématique de la ville durable, puis celles de l’énergie déclinées à l’échelle urbaine et du bâtiment, a contribué à redéfinir l’interdisciplinarité à laquelle les SHS devaient prendre part si elles voulaient voir leurs sujets financés.

14L’analyse du cadre de financement du segment de la recherche publique qu’est la ville durable symbolisé par les AAP lancés par le PUCA, l’ADEME et l’ANR entre 2008 et 2013 montre l’affirmation d’une volonté à concevoir la ville « sobre » tout en souhaitant y associer les SHS. Ces dernières doivent alors accepter une forme de subordination aux autres disciplines et « d’être utile » en adhérant à la normalisation des conduites habitantes présentées comme nécessaire par les pouvoirs publics. La première concession consiste alors à faire de la question du changement de comportement non plus un objet de recherche mais un objectif en termes de résultats. Dans ce contexte, les SHS sont parties prenantes d’un rapport de domination dans lequel elles sont d’abord infériorisées, appelées à penser leur place auprès des autres sciences au premier rang desquelles figurent les SPI tout en engageant une réflexion sur des objets de recherche inédits.

15La volonté française de prise en charge publique des enjeux de société est un atypisme. Les professionnel.le.s de la ville en sont un des rouages lorsque, devenu.e.s « agent.e.s » de l’institution dans l’exercice de leur métier de maitrise d’œuvre, ils/elles participent à la résolution d’un certain nombre de questions. Parce qu’elle s’attache aux modes de conception de la ville, leur action est partie prenante d’une mise en ordre de l’espace. Relayée par l’action publique lorsqu’elle en édicte les principes, la fabrique de la « ville sobre » devient un espace où se superposent une conception morale de l’habiter et sa définition matérielle. Ainsi, le principal effet d’une mainmise des SPI sur la conception comme sur la recherche sur la ville durable à partir de la question de la sobriété, concourt à redéfinir les principes de l’accueil des populations en ville. La démarche consiste à maîtriser le rapport des habitant.e.s à un environnement composé de solutions et dispositifs techniques que constitue, à des fins de marché, la « ville sobre ». L’écueil de cette situation est de contribuer à diffuser une représentation homogénéisée des pratiques sociales et du quotidien ordinaire des populations. Le plus grand bouleversement demeure la place désormais prise par l’idéologie gestionnaire, dans la fabrique de la « ville sobre ». Elle recouvre de ses intentions normatives, l’exercice des activités des professionnel.le.s de la conception urbaine qu’ils/elles soient architectes, urbanistes ou ingénieur.e.s. Le rôle des SHS dans ce contexte est bien de ne pas contribuer à la normalisation des conduites habitantes comme des métiers de la conception urbaine et architecturale. Les SHS se doivent de veiller à nourrir de réflexivité les contenus produits dans le cadre des formations aux métiers de la ville dont l’exercice se fait au contact permanent de la commande publique.

Haut de page

Bibliographie

Arab N. (2007), « À quoi sert l’expérience des autres ? “Bonnes pratiques” et innovation dans l’aménagement urbain », Espaces et sociétés, n° 131, pp. 33-47.

Audet R. (dir.) et al., (2015), « Pour une sociologie de la transition écologique », Cahiers de recherche sociologique, n° 58. https://www.erudit.org/fr/revues/crs/2015-n58-crs02474/1036203ar/

Amiot M. (1986), Contre l’État les sociologues. Les éléments pour une histoire de la sociologie urbaine en France (1900-1980), Paris, Éditions de l’EHESS.

Bartiaux F. (2012), « Approches sociologiques des pratiques environnementales : l’exemple de l’énergie dans la sphère domestique », in Barbier R. et al. (dir.), Manuel de sociologie de l’environnement, Québec, Presses de l’université Laval.

Béal V. et al. (2011), « Ville durable et justice sociale. Ce que le développement urbain durable nous dit de la production de l’urbain », dans Béal V., Gauthier M. & G. Pinson (dir.), Le Développement durable changera-t-il la ville ?, Saint-Étienne, Éditions de l’Université de Saint-Etienne, pp. 241-259.

Biau V., Fenker M. & N. Roudil (2012), « Introduction : fabriquer la ville à l’heure de l’injonction au "durable" », Métropolitiques, http://www.metropolitiques.eu/Fabriquer-la-villea- l-heure-de-l.html

Boy D. et al. (2012), Le Grenelle de l’environnement : acteurs, discours, effets, Paris, Éditions Armand Colin.

Chadoin O. (2009), « Le sociologue chez les architectes matériau pour une sociologie de la sociologie en situation ancillaire », Sociétés contemporaines, n° 75, pp. 81-107.

Coutard O. & J. Rutherford (2010), « Energy Transition and City Region Planning: Understanding the Spatial Politics of Systemic Change », Technology Analysis and Strategic Management, vol. 6, n° 22, pp. 711-727.

Delahaye J. P. (2017), « Modélisation mathématique », Universalis éducation [En ligne] https://www.universalis.fr/encyclopedie/modelisation-mathematique/ , consultée le 21 novembre 2017.

Desjeux D. et al. (dir.) (1996), Anthropologie de l’électricité. Les objets électriques dans la vie quotidienne en France, Paris, Éditions L’Harmattan.

Didier C. (2007), « Une éthique pour les ingénieurs : les enjeux théoriques d’une discipline. Nouveaux axes de recherche et pistes pour les formations », Mélanges de Sciences Religieuses, vol. 1, n°64, pp. 41-62.

Dobré M. & S. Juan (dir.) (2009), Consommer autrement. La réforme écologique des modes de vie, Paris, Éditions L’Harmattan.

Dubuisson-Quellier S. & M. Plessz (2013), « La théorie des pratiques. Quels apports pour l’étude sociologique de la consommation ? », Sociologie, vol. 4, n° 4, pp. 1-26 [En ligne] http://journals.openedition.org/sociologie/2030.

Émelianoff C. (2007), « La ville durable : l’hypothèse d’un tournant urbanistique en Europe », L’information géographique, vol. 3, n° 71, pp. 48-65.

Émelianoff C. (2008), « Enjeux et figures d’un tournant urbanistique en Europe », Annales des Mines, n° 52, pp. 15-20.

Faburel G. (2012), « La ville durable aux défis des injustices environnementales. Constats empiriques et enjeux sociopolitiques », Flux, n° 89-90, pp. 15-29.

Faburel G. (2015), « Les visages contrastés des inégalités socio-environnementales. Les questions adressées aux politiques de régulation en milieu urbain », Annales des mines, , vol. 3, n° 79, pp. 78- 82.

Gaulejac de V. (2012), La Recherche malade du management, Versailles, Éditions Quae.

Grudet I., Morelli R. & N. Roudil (2017), L’Habitant et la fabrication énergétique des éco-quartiers. Processus, conception, réception, Rapport de recherche, Ministère de la culture et de la communication, Programme interdisciplinaire de recherche « Penser l’architecture, la ville et les paysages au prisme de l’énergie, Ignis Mutat res, Paris.

Hamman P. (2011a), « Les échelles spatiales et temporelles de la "ville durable" », Espaces et sociétés, n° 144-145, pp. 213-227.

Hamman P. (2011b), « La "ville durable" comme produit transactionnel », Espaces et sociétés, n° 147, pp. 25-40.

Hamman P. et al. (2017), « Du développement durable à la "ville durable" : quels débats aujourd’hui ? Regards croisés à partir de la littérature francophone et anglophone », VertigO, vol. 1, n° 17, pp. 1-47. http://journals.openedition.org/vertigo/18466

Jaglin S. & É. Verdeil (2013), « Introduction. Énergie et villes des pays émergents : des transitions en question », Flux, n° 93-94, pp. 7-18.

Lascoumes P. & P. Le Galès (2005), « Conclusion. De l’innovation instrumentale à la recomposition de l’Etat », dans Lascoumes P. & P. Le Galès (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences-Po, pp. 357-370.

Lassave P. (1997), Les Sociologues et la recherche urbaine dans la France contemporaine, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Lefebvre H. (2001 [1966]), « Préface », dans Raymond H. et al. (dir.), L’Habitat pavillonnaire, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 7-23.

Le Goff O. (1994), L’Invention du confort. Naissance d’une forme sociale, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Lorrain et al. (2018), Villes sobres. Nouveaux Modèles de gestion des ressources, Paris, Presses de Sciences-Po.

Lutzenhiser L. (1992), « A Cultural Model of Household Energy Consumption », Energy, vol. 17, n° 1, pp. 47-60.

Mathieu N. & Y. Guermond (2011), La Ville durable, du politique au scientifique, Paris, Éditions Quae.

Ortar N. & A. Morel-Brochet (2014), « Les modes d’habiter à l’épreuve de la durabilité », Norois, vol. 2, n° 231, pp. 7-12. https://journals.openedition.org/norois/5064

Raineau L. (2011), « Vers une transition énergétique ? », Natures Sciences Sociétés, n° 19, pp. 133-143.

Rey A. (dir.) (2006), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Éditions Le Robert.

Roudil N. (2015), « La ville durable à l’épreuve de la sobriété. Le citadin entre injonction à "bien habiter" et normalisation des conduites en milieu urbain », dans Hamman P., Christen G., Jehling M. & M. Wintz (dir.), Systèmes énergétiques renouvelables en France et en Allemagne, synergies et divergences, Paris, Éditions Orizons, pp. 95-115.

Roudil N. (2018), De la Ville sûre à la ville sobre : normalisation des conduites et fabrique de la ville, mémoire original d’Habilitation à diriger des recherches, Section 19, Université de Strasbourg, 22 mai.

Roudil N. (2019), « La sociologie de l’énergie. L’empreinte d’un monde professionnel ? », Lectures anthropologiques, n° 5 [En ligne] https://www.lecturesanthropologiques.fr/683

Roudil N. & G. Molina (2015), « La ville durable et les chercheurs : quelle construction interdisciplinaire des savoirs ? », dans Debizet G. & P. Godier (dir.), Architecture et urbanisme durables. Modèles et savoirs, Paris, Éditions de la Villette, Cahiers RAMAU, n° 7, pp. 222-246.

Rudolf F. (2015), « La transition énergétique entre homéostasie du système et effondrement. Retour sur trois décennies de mobilisations discursives autour de l’écologie », Cahiers de recherche sociologique, n° 58, pp. 37-54.

Rumpala Y. (1999), « Le réajustement du rôle des populations dans la gestion des déchets ménagers. Du développement des politiques de collecte sélective à l’hétérorégulation de la sphère domestique », Revue française de science politique, vol. 4-5, n°49, pp. 601-630.

Rumpala Y. (2009), « La "consommation durable" comme nouvelle phase d'une gouvernementalisation de la consommation », Revue française de science politique, n° 59, pp. 967-996.

Sontag M., (2007), « La conception au coeur de la formation professionnelle », Les Sciences de l’éducation, Pour l’Ère nouvelle, n°40, pp. 59-78.

Shove E., (2003), Comfort, Cleanliness and Convenience : The Social Organization of Normality, Oxford, Berg Publisher.

Shove E. et al. (dir.), (2012), The Dynamics of Social Practice. Everyday Life and How It Changes, London, Sage Publisher.

Subrémon H. (2010), Anthropologie des usages de l’énergie dans l’habitat. Un état des lieux, Paris, Éditions du PUCA.

Tissot S. (2007), L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie d’action publique, Paris, Éditions du Seuil.

Tozzi P. & L. Greffier (2015), « Quartiers durables, participation des habitants et action socioculturelle : l’implication participative de centres sociaux dans les opérations d’écoquartiers français », Développement durable et territoires, vol. 2, n°6, pp. 1-17 [En ligne] http://journals.openedition.org/developpementdurable/10936

Tozzi P. et al., (2015), « La participation habitante dans les écoquartiers, un enjeu de (re)politisation ? », Développement durable et territoires, vol. 2, n° 6 [En ligne] http://journals.openedition.org/developpementdurable/10913

Warde A. (2005), « Consumption and Theories of Practice », Journal of Consumer Culture, vol. 2, n°5, pp. 131-153.

While A. et al. (2004), « The Environment and the Entrepreneurial City: Searching for the Urban “Sustainability Fix” in Manchester and Leeds », International Journal of Urban and Regional Research, n° 28, pp. 549-569.

Wilhite H. (2008), Consumption and the Transformation of Everyday Life. A View from South India, New York, Macmillan Publisher.

Wilhite et al., (1996), « A Cross-Cultural Analysis of Household Energy Use Behaviour in Japan and Norway », Energy Policy, vol. 9, n° 24, pp. 795-803.

Zélem M.-C. (2010), Politiques de maîtrise de la demande d’énergie et résistance au changement. Une approche socio-anthropologique, Paris, Éditions L’Harmattan.

Zélem M.-C. & C. Beslay (2015), « Introduction. Pour une sociologie de l’énergie », dans Zélem M.-C. & C. Beslay (dir.), Sociologie de l’énergie. Gouvernance et pratiques sociales, Paris, Éditions du CNRS, pp. 15-20.

Zetlaoui-Léger J. et al. (2013), La Concertation citoyenne dans les projets d’écoquartiers en France : évaluation constructive et mise en perspective européenne, Rapport de recherche, Ministère de l’écologie, du développement et de l’aménagement durables, Programme concertation, décision, environnement, Paris.

Haut de page

Annexe

Tableau 1 : Analyse des fiches méthodologiques des projets ANR financés entre 2008 et 2010

ANR Villes Durables 2008 - Projets financés

ANR Villes Durables 2009 - Projets financés

ANR Villes Durables 2010 - Projets financés

ACV Quartiers - Aide à l’éco-conception des quartiers par l'analyse de cycle de vie

Mesure
Modélisation

AETIC - Approche Économique Territoriale Intégrée pour le Climat

Modélisation
Économie

IMPETUS : Démarche d’intégration urbanisme/bâti et transport/mobilité pour mieux considérer les projets d’aménagements urbains dans la dynamique de transformation de la ville durable

Simulations
Méthodes quantitatives et qualitatives
Contribution des SHS

CLEAN – Chaussée à Longévité Environnementale Adhérente et Nettoyante

Solutions technologiques

ASPECT 2050 - Approche systémique des PlansEnergieClimat Territoriaux : perspective 2050

Méthodes quantitatives et qualitatives. Contribution des SHS

INCERDD : Prise en compte des incertitudes pour des décisions durables

Aide décision
Approche probabiliste

CONFLUENT – CONnaissances des FLux Urbains, EmpreiNTes environnementales et gouvernance durable

Modélisation

BIMBY - Stratégie de densification, de diversification et de régénération des tissus pavillonnaires.

Modélisation
Contribution des SHS

MODUM : Mutualisation et Optimisation de la distribution Urbaine de Marchandises

Méthodes quantitatives

EAU&3E – La durabilité des services d’eau dans les grandes villes

Modélisation

D2SOU - Développement Durable et Sols Urbains

Méthodes quantitatives
Modélisation

PAGODE : Participation Animation GOuvernance et Durabilité dans les Écoquartiers

Méthodes qualitatives
Contribution des SHS

ENERGIHAB – La consommation énergétique : de la résidence à la ville. Aspects sociaux, techniques et économiques

Méthodes quantitatives et qualitatives

Contribution des SHS

FLUIDE – Les ports fluviaux au service d'une mobilité durable

Évaluation quantitative activités portuaires

POSAMU : Performance et Optimisation Systémique de l’Aide Médicale Urgente

Scénarii
Modélisation

Eval-PDU – Évaluation des impacts environnementaux d’un PDU et ses conséquences socio-économiques : tests sur le PDU de Nantes Métropole.

Méthode évaluation impacts
Modélisation

INOGEV - Innovations pour la gestion durable de l’eau en ville

Méthodes quantitatives

PUMDP : Partages, usages et modélisation de la donnée publique. Le vélo et la marche comme cas d'étude.

Modélisation

ANR « Villes Durables » 2008 - Projets financés

ANR « Villes Durables » 2009 - Projets financés

ANR « Villes Durables » 2010 - Projets financés

FURET – Chantiers furtifs urbains

Modélisation

Aide à la décision

MéDiTOSS - Méthodologie de Diagnostic des Tunnels et Ouvrages Souterrains en Service

Modélisation

TRANS-ENERGY : Stratégies d'adaptation des ménages et des entreprises face à la transition énergétique : une comparaison entre les métropoles de Lille et de Lyon

Méthodes quantitatives et qualitatives
Contribution des SHS

MEFISTO – Maîtrise durablE de la Fissuration des InfrasSTructures en bétOn

Méthodes quantitatives

MUSCADE - Modélisation Urbaine et Stratégies d'adaptation au Changement climatique pour Anticiper la Demande et la production Énergétique

Modélisation

MIRO2 – Modélisation Intra-urbaine des Rythmes quOtidiens : accroître l’accessibilité à la ville pour maîtriser la mobilité urbaine

Modélisation

OMEGA - Outil MÉthodologique d'aide à la Gestion intégrée d'un système d'Assainissement

Mesures
Stratégies
Scénarii

PLAINSUDD – PLAteformes numériques INnovantes de Simulation Urbaines pour le Développement Durable

Modélisation

RESILIS - Gouvernance des systèmes urbains pour une ville résiliente

Méthodes quantitatives

TrameVerte – Évaluation des trames vertes urbaines et élaboration de référentiels : une infrastructure entre esthétique et écologie pour une nouvelle urbanité

Méthodes quantitatives et qualitatives

Contribution des SHS

VegDUD - Rôle du végétal dans le développement urbain durable ; une approche par les enjeux liés à la climatologie, l’hydrologie, la maîtrise de l’énergie et les ambiances

Instrumentation
Modélisation

Tableau 2 : Analyse des volets méthodologiques des projets ANR financés entre 2011 et 2013

ANR « Bâtiments et Villes Durables » 2011 - Projets financés

ANR « Villes et Bâtiments Durables » 2012 Projets financés

ANR « Villes et Bâtiments Durables » 2013 Projets financés

BENEFIS – Bilan ENergétique et Environnemental FIable, Simple et reproductible des bâtiments

Aide décision
Modèle

ECOREB – Écoconstruction par le Recyclage du Béton

Quantification des impacts

ANNONA – Aide à la décision pour le développement de schémas logistiques urbains durables

Simulation
Scénarii

CANOPEE – Méthodes et outils pour optimiser la programmation, la conception, la réalisation et l'exploitation de couvertures d'infrastructures de transports en milieu urbain

Méthodes quantitatives
Contribution SHS

EMMA-PIV – Expérimentations et Modélisations pour la Multiplication d’Applications des Panneaux Isolants sous Vide

Modélisation

BIOTERRA – Bioterra : maîtriser la prolifération microbienne dans des produits biosourcés pour des bâtiments sains et durables

Méthodes quantitatives

DECADIESE – Déploiement des ensembles construits et aide à la décision sur les impacts économiques, sociétaux et environnementaux

Méthodes quantitatives
Évaluations des coûts

FLUBAT – Suivi et compréhension expérimentale des FLUx d’air dans les BATiments

Suivi 3D

COSIMPHI – CO-Simulation Multi-Physique Interactive

Simulation
Scénarii

EUREQUA – Evaluation mUltidisciplinaire et Requalification Environnementale des QUArtiers

Méthodes quantitatives et qualitatives
Contribution des SHS.

FRUGAL – Les figures rurales de l’urbain généralisé au filtre des mobilités durables

Démarches qualitatives et quantitatives.
Contribution des SHS

INTENSE – INTégration ENergétique des Systèmes et de l’Enveloppe des bâtiments

Modélisation

EvaDéOS – Évaluation non destructive pour la prédiction de la Dégradation des structures et l’Optimisation de leur Suivi

Modèles prédictifs

JASSUR – JArdins ASSociatifs URbains et villes durables : pratiques, fonctions et risques

Démarche qualitatives et quantitatives

Contribution SHS

MApUCE – Modélisation Appliquée et droit de l’Urbanisme : Climat urbain et Énergie

Modélisation
Méthodes quantitatives
Contribution des SHS

ANR « Bâtiments et Villes Durables » 2011

Projets financés

ANR « Villes et Bâtiments Durables » 2012

Projets financés

ANR « Villes et Bâtiments Durables » 2013

Projets financés

HUMIBATex – Comment prédire les désordres causés par l’humidité ? Quelles solutions techniques pour rénover le bâti existant

Outils d’aide aux décisions

MAEVIA – Modèles Appliqués à l'Energie et à la Ventilation Interopérables et Adaptables

Modélisation

MERUBBI – Méthodes d'exploitation des ressources utiles du bâtiment bioclimatique dans son îlot

Modélisation

OVI-SOLVE – Systèmes intelligents d'ouvertures vitrées intégrant protections solaires et ventilation naturelle

Modélisation

MOB-AIR – Maîtriser les transferts d’AIR et leur impact sur le comportement hygrothermique des Maisons à Ossature Bois

Modélisation

OMEGA – Outils MEthodologiques pour la GArantie de performance énergétique

Méthode d’analyse incertitudes
Suivi de performances

TERREDURABLE – TERRassements, economiques, Ecologiques et DURABLE

Modélisation

PRIMATERRE – Rénover et bâtir durable : l’enjeu des matériaux premiers

Modélistion

SUD – Systèmes Urbains Dynamiques

Modélisation

SYRACUSE – Symbioses réticulaires adaptées à des contextes urbains soutenables

Méthodes quantitatives et qualitatives
Contribution SHS

SKYLINE – Le skyline : un concept opérationnel pour la gouvernance de la silhouette urbaine face au retour des tours à Paris, Lyon et Londres

Méthodes quantitatives et qualitatives
Contribution SHS

TRAFIPOLLU – Modélisation Multi-échelles de la pollution due au trafic en environnement urbain

Modélisation

PRECCISION – PREdiction et Contrôle Commande Intelligent par la Simulation et l’Optimisation Numérique

Modélisation

VENISE – Le VEcteur air pour une coNception ou rénovatIon optimiSée des batiments nZEB

Modélisation

Tableau 3 : Récapitulatif des financements des ANR « Villes durables » entre 2008 et 2013

Projets financés

ANR

« Villes Durables »

ANR Bâtiments et

Villes Durables

ANR Villes et

Bâtiments Durables

2008

%

2009

%

2010

%

2011

%

2012

%

2013

%

Financements Laboratoires de recherche publics

38

63,3

49

71,0

25

61,0

36

56,3

48

69,6

40

71,4

dont SHS

6

15,8

6

12,2

4

16,0

4

11,1

3

6,3

3

7,5

dont SHS rattachées Labos ingénieurs

1

2,6

3

6,1

4

16,0

1

2,8

1

2,1

0

0,0

dont total SHS

7

18,4

9

18,4

8

32,0

5

13,9

4

8,3

3

7,5

dont Économie

1

2,6

7

14,3

0

0,0

0

0,0

1

2,1

0

0,0

dont Écoles Nationales Supérieures d’Architecture

0

0,0

4

8,2

0

0,0

0

0,0

1

2,1

5

12,5

dont Laboratoire Grandes écoles d’ingénieurs

15

39,5

12

24,5

6

24,0

14

38,9

12

25,0

14

35,0

dont autres laboratoires ingénieurs technologiques informatiques

15

39,5

17

34,7

11

44,0

17

47,2

30

62,5

18

45,0

dont total laboratoires ingénieurs

30

78,9

29

59,2

17

68,0

31

86,1

42

87,5

32

80,0

Organismes publics et Financements collectivités locales

7

11,7

7

10,1

11

26,8

7

10,9

5

7,2

5

8,9

Financements acteurs privés

15

25,0

13

18,8

5

12,2

21

32,8

16

23,2

11

19,6

dont grands opérateurs

2

13,3

1

7,7

0

0

6

28,5

1

6,25

0

0

Total général des financements

60

100

69

100

41

100

64

100

69

100

56

100

Haut de page

Notes

1 Les labels Haute qualité environnementale (HQE), Bâtiments à énergie positive (BEPOS) et Bâtiment basse consommation (BBC) qui sont des règlementations qui imposent des standards de sobriété énergétique aux logements neufs. Le label EcoQuartier les reprendra en 2012 pour les imposer à l’échelle de la rénovation d’un quartier.

2 Il s’agit des Plans locaux d’urbanisme communaux ou intercommunaux qui deviennent des leviers dans la mise en place de la transition énergétique des bâtiments.

3 Terme professionnel pour qualifier l’habitat lorsqu’il répond à des exigences de faible consommation d’énergie.

4 Celle du Plan urbanisme et construction architecture (PUCA) et de l’ADEME, agence de la transition écologique sous tutelle des ministères de la recherche et de la transition écologique.

5 Les premières journées internationales de sociologie de l’énergie ont eu lieu à l’Université du Mirail à Toulouse les 25 et 26 octobre 2012, et les secondes à l’Université de Tours du 1er au 3 juillet 2015.

6 Extraits appel à projet ville durable 2008, p. 17 et 2010, p. 8.

7 Loi n° 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l'environnement (dite loi Grenelle 1).

8 Loi n° 2010-788 portant engagement national pour l’environnement (dite loi Grenelle 2).

9 Loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte.

10 Indiqué à la page 5 des deux rapports « Rénovation des bâtiments existants – Février 2008 » et « Bâtiments neufs publics et privés - Mars 2008 » Ministère de l'Écologie, du développement et de l'aménagement durable. Travaux du Grenelle de l’environnement.

11 Maugard A. (2008), Bâtiments neufs publics et privés, Rapport comité opérationnel – Travaux du Grenelle de l’environnement, Ministère de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables, 46 pages.

12 Pelletier P. (2008), « Rénovation des bâtiments existants », Rapport comité opérationnel – Travaux du Grenelle de l’environnement, Ministère de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables, 115 pages.

13 Maugard A. (2008), Bâtiments neufs publics et privés, Rapport comité opérationnel – Travaux du Grenelle de l’environnement, Ministère de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables, pp. 6 à 14.

14 Ibid., p. 19.

15 Ibid., pp. 19-20.

16 Pelletier P. (2008), « Rénovation des bâtiments existants », Rapport comité opérationnel – Travaux du Grenelle de l’environnement, Ministère de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables, p. 6.

17 Ibid, p. 6.

18 Ibid, p. 6.

19 Ibid, p. 31.

20 Maugard A. (2008), Op. Cit., p. 10.

21 « Table ronde : la ville durable et les chercheurs : quelle construction interdisciplinaire des savoirs » dans Roudil & Molina, 2015, pp. 239 à 243.

22 Accessible via le lien, http://www.urbanisme-puca.gouv.fr/IMG/pdf/consultation_de_recherche-2.pdf

23 « Table ronde : la ville durable et les chercheurs : quelle construction interdisciplinaire des savoirs », intégralement retranscrit dans Roudil & Molina, 2015, pp. 233 à 238.

24 Sans que cette catégorisation soit suffisante mais indicative, les disciplines concernées sont issues des domaines des sciences de la nature, de la climatologie, des sciences pour l’ingénieur, de la gestion, des sciences humaines et sociales et parfois des sciences physiques.

25 Institut français des sciences et technologies, des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR). Cet établissement public à caractère scientifique et technologique est sous la tutelle du ministère de la transition écologique et de l’enseignement supérieur et de la recherche.

26 Ibid.

27 http://www.developpement-durable.gouv.fr/Les-centres-d-etudes-techniques-de.html

28 Il s’agit des projets ASPECT 2050, IMPETUS, BIMBY, PAGODE, ENERGIHAB, TRANS-ENERGY et TRAMEVERTE.

29 Il s’agit des projets CANOPEE, EUREQUA, FRUGAL, JASSUR, MAPUCE, SYRACUSE et SKYLINE.

30 http://www.agence-nationale-recherche.fr/suivi-bilan/historique-des-appels-a-projets/appel-detail1/villes- durables-2008/

31 http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Batiment-et-energie-.html

32 http://www.agence-nationale-recherche.fr/suivi-bilan/historique-des-appels-a-projets/appel-detail1/habitat-intelligent-et-solaire-photovoltaique-habisol-2008/

33 http://www.agence-nationale-recherche.fr/suivi-bilan/historique-des-appels-a-projets/appel-detail1/batiments- et-villes-durables-2011/

34 http://www.agence-nationale-recherche.fr/suivi-bilan/historique-des-appels-a-projets/appel-detail1/villes-et- batiments-durables-2012/

35 http://www.agence-nationale-recherche.fr/suivi-bilan/plan-d-action-2014/resultats/

36 Innovation ; Dimensions sociales du tournant numérique ; Éducation et apprentissage ; Création culture et patrimoine ; Droit, démocratie, gouvernance et nouveaux référentiels ; Actions internationales, pp. 56-63.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine Roudil, « La fabrique de la « ville sobre » en France : les sciences humaines et sociales au risque de contribuer au processus de normalisation des conduites et d’incitation au changement »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le , consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/17902 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.17902

Haut de page

Auteur

Nadine Roudil

Professeure, École nationale supérieure d’architecture de Paris Val de Seine - Centre de Recherche sur l’Habitat (UMR CNRS 7218 LAVUE) (France) - nadine.roudil@paris-valdeseine.archi.fr et nadine.roudil@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search