Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDécouvertes / Redécouvertes2021Michael BurawoyDialoguer avec ses « adversaires ...

2021
Michael Burawoy

Dialoguer avec ses « adversaires intellectuels » : à propos du marxisme sociologique de Michael Burawoy

Présentation de l’article de Michael Buravoy « Pour une récupération critique de Bourdieu : une réponse à Dylan Riley »
Sébastien Antoine, Cécile Piret et François Rinschbergh

Résumés

Introduction de l’article de Michael Burawoy, initialement paru en 2018 sous le titre « Making sense of Bourdieu » dans la revue Catalyst, vol. 2, n° 1, Spring. Avec l’aimable autorisation de l’éditeur de la revue.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’article de Michael Burawoy est accessible à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/18007

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous remercions les participant.e.s au séminaire du Centre de recherches et d’interventions sociolo (...)

1La traduction en français des « conversations » imaginées par Michael Burawoy entre Pierre Bourdieu et différent.e.s auteur.ice.s de tradition marxiste (Franz Fanon, Antonio Gramsci, Simone de Beauvoir, Paulo Freire…) a donné à voir aux lecteur.rice.s de langue française une facette jusqu’alors peu connue des contributions du sociologue de Berkeley (University of California) (Burawoy, 2019a). Michael Burawoy n’a en effet développé que tardivement un intérêt pour les travaux de Pierre Bourdieu : de son point de vue de sociologue marxiste, l’absence d’une théorie de l’histoire et d’une réelle conceptualisation du capitalisme chez celui-ci était une raison suffisante pour simplement ignorer son œuvre. Toutefois, suite à l’insistance de ses doctorants de Berkeley pour organiser un séminaire sur Pierre Bourdieu, Michael Burawoy décida de dédier son dernier « travail de terrain » à une exploration théorique de l’œuvre du sociologue du Collège de France 1.

  • 2 Nous remercions également ici le professeur Vivek Chibber, éditeur de la revue (« théorique et stra (...)

2L’article de Michael Burawoy « Making sense of Bourdieu », objet de cette introduction et de la traduction pour le public francophone, marque l’aboutissement de son cheminement de plus de dix ans au cœur de l’héritage théorique de Pierre Bourdieu. Publié originellement en 2018 dans la revue Catalyst 2, l’article s’inscrit dans un débat scientifique particulier ayant émergé au sein du département de sociologie de Berkeley. On y retrouve en effet les deux principaux protagonistes de cette polémique : Michael Burawoy lui-même, d’une part, défenseur d’un projet de sociologie publique (Burawoy, 2009a) ancré dans un modèle de science réflexive qui se fonde sur la méthode ethnographique (Burawoy, 1998 ; 2009b) et Dylan Riley, d’autre part, spécialiste du fascisme (Riley, 2010) inscrit dans une approche de sociologie historique (Riley, 2006). Outre qu’il éclaire sur les tensions internes à la tradition bourdieusienne en sociologie, ce débat met également en lumière la diversité des approches existantes au sein du « programme de recherche » marxiste (Burawoy, 1990). Dylan Riley incarne en effet la figure du marxiste dogmatique critiquant sévèrement tant le positionnement politique de Pierre Bourdieu que sa théorie sociale concernant les classes sociales, la reproduction et le changement social (Riley, 2018). Face à cette entreprise de démolition de la part de son collègue, Michael Burawoy propose quant à lui une position de médiation, passant par un travail de réappropriation critique et considérant le marxisme et l’approche bourdieusienne comme possibles compagnons de route. Il adopte en effet ici une posture plus conciliatrice que dans ses écrits précédents sur Pierre Bourdieu (Burawoy 2011), rendue précisément possible par le contraste existant avec les positions tranchées de Dylan Riley.

3Notre texte d’introduction sera structuré en trois points : nous commencerons par situer l’article de Michael Burawoy dans le contexte général de la réception de la pensée de Pierre Bourdieu aux États-Unis (en général et au sein du département de sociologie de l’Université de Berkeley en particulier) ainsi que dans l’œuvre de Michael Burawoy lui-même. Ensuite, nous évoquerons la manière dont Michael Burawoy envisage la théorie sociologique et, plus particulièrement, le marxisme sociologique, comme un « programme de recherche » selon le concept de Imre Lakatos. De cette conception découle une manière d’envisager les dialogues entre des théories « adverses », en les inscrivant toujours dans leur contexte social et dans la biographie de leur auteur. Enfin, nous terminerons par mentionner la conception que Michael Burawoy se fait de « l’engagement » tant politique que méthodologique et qui n’est pas sans rapport à celle qu’a défendue Pierre Bourdieu en son temps.

Pierre Bourdieu en Amérique

Entrée de Pierre Bourdieu aux États-Unis

4Comprendre le dialogue entre Pierre Bourdieu et le marxisme proposé par Michael Burawoy appelle en premier lieu à évoquer dans quel contexte ce sociologue britannique – enseignant à l’Université de Californie à Berkeley depuis la fin des années septante du siècle dernier – en est arrivé à s’intéresser à cette figure emblématique de la sociologie critique francophone. Pour ce faire, il est nécessaire de présenter, même brièvement, la réception des travaux de Pierre Bourdieu aux États-Unis et les champs de recherche qui en ont résulté.

5Comme le soulignent Jeffrey J. Sallaz et Jane Zavisca – tous deux anciens doctorants en sociologie à Berkeley – dans un premier bilan de l’écho de Pierre Bourdieu aux États-Unis, les rapports du sociologue du Collège de France avec les sciences sociales américaines sont aussi anciens que paradoxaux (Sallaz & Zavisca, 2007). En Algérie, son progressif passage de la philosophie aux sciences sociales suite à sa découverte de l’anthropologie passera en effet d’abord par le culturalisme américain (Ibid. ; Grémion, 2005) – les travaux en découlant, dont sa célèbre analyse de la maison kabyle, étant d’ailleurs les premiers à être publiés aux États-Unis, ébauchant ainsi l’image d’un Pierre Bourdieu anthropologue et théoricien, avant celle du sociologue auteur de recherches empiriques et critiques d’envergure (Santoro, 2008). Toutefois, à son retour à Paris – et bien que ses activités aient principalement été rendues possibles par la Fondation Ford – Pierre Bourdieu va paradoxalement se tenir fortement à distance du « très grand dynamisme de la sociologie américaine et sa projection en Europe » (Grémion, 2005, p. 43) dans les années 1960. Son séjour comme Visiting Scholar à Princeton en 1973 marquera alors un point d’inflexion significatif (Grémion, 2005), initiant notamment la traduction d’auteurs anglophones – notamment Erving Goffman, dont il s’était rapproché à cette occasion – au sein de la collection « Sens commun » qu’il dirigeait alors aux Éditions de Minuit. Mais ce sont surtout les traductions de ses recherches sociologiques qui contribueront définitivement à le faire entrer de plain-pied dans le champ de la sociologie américaine : d’abord celles sur l’école et la culture – La Reproduction et Les Héritiers en 1977, puis La Distinction en 1984 – suivis de près par Homo Academicus en 1988. Les années nonante verront quant à elles la traduction de La Photographie : Un art moyen en 1990, d’un livre sur le langage et la violence symbolique en 1992 et le champ de la production culturelle et enfin des Règles de l’art en 1996 et de La Noblesse d’État en 1998. C’est également aux États-Unis que son invitation à la sociologie réflexive, dans le sillage de La Misère du Monde, trouvera assez tôt une expression (1990 et 1992) et un écho significatif, contrastant avec l’image du Pierre Bourdieu du Métier de sociologue encore fort présente dans le monde francophone. Avec les années 2000 et la traduction des Méditations pascaliennes en 2000, du Bal des célibataires en 2007, de La Domination masculine en 2001 et des Structures élémentaires de l'économie en 2005, l’influence de Pierre Bourdieu gagnera une dimension et un écho global et, en particulier, au sein « champ sociologique probablement le plus influent : les Etats-Unis » (Santoro, 2008, p. 3).

6Ces vagues successives de traduction donnèrent ainsi progressivement lieu à des recherches originales, traduisant l’appareil conceptuel et analytique bourdieusien dans un contexte nord-américain. La sociologie de l’école et de l’éducation a ainsi constitué un premier domaine de réception de l’approche bourdieusienne, avec l’analyse du rôle des familles et de l’origine de classe dans la socialisation scolaire chez Annette Lareau Home Advantage: Social Class and Parental Intervention in Elementary Education (Larreau, 1989) puis sa mise à jour en 2003 dans Unequal Childhood (Lareau, 2003) ou dans la recherche sur un lycée d’élite par Shamus Khan Privilege: The Making of an Adolescent Elite at St. Paul’s School (Khan, 2012). C’est ensuite dans la sociologie de l’économie que la théorie des champs et de l’habitus va trouver un sol fertile, avec les travaux de Michele Lamont Money, Morals and Manners (Lamont, 1992), Neil Fligstein The Architecture of Markets (Fligstein, 2001), Making Capitalism without Capitalists (Eyal et al., 2001) ou bien encore Think Thank in America de Thomas Medvetz (2012). Il faut enfin mentionner Loïc Wacquant, qui depuis sa thèse à l’Université de Chicago – Body and Soul, publiée en 2004 mais réalisée entre la fin des années 1980 et le début des années 1990 – a joué un rôle fondamental de réception des travaux de Pierre Bourdieu entre la France et les États-Unis.

  • 3 American Journal of Sociology, American Sociological Review, Social Forces et Social Problems.

7Ainsi, Jeffrey J. Sallaz et Jane Zavisca observaient en 2007 qu’environ 10 % des articles publiés dans les quatre principales revues de sociologie américaine 3 faisaient référence à Pierre Bourdieu – proportion qui pouvait grimper jusqu’à un tiers dans une revue comme Theory and Society (Sallaz & Zavisca, 2007). Il ne semble donc pas exagéré de dire que la greffe bourdieusienne a véritablement pris aux États-Unis, suscitant même des recherches originales en s’étendant, dès les années 1990, à des domaines aussi variés que ceux de  la sociologie économique, urbaine ou politique, puis, dans les années 2000 à des d’objets – plus ou moins familiers pour les lecteurs francophones – tels que les médias, l’éducation, la famille, la formation de l’État, ou encore l'ethnicité et le nationalisme (Sallaz & Zavisca, 2007).

Entrée de Pierre Bourdieu à Berkeley

8Au-delà du fait que l’Université de Californie à Berkeley est une université historiquement reconnue comme « de gauche » – ce qui lui vaudra d’ailleurs d’être prise pour cible des mouvements pro-Trump dans les semaines qui suivirent son élection en 2016 – son département de sociologie en particulier s’est révélé un espace propice à l’ouverture d’un dialogue entre Pierre Bourdieu et le marxisme. Un nombre significatif de ses enseignant.e.s et chercheurs et chercheuses ont effet contribué à la « traduction » de Pierre Bourdieu dans la sociologie nord-américaine évoquée ci-dessus, tandis que d’autres – à l’instar de Michael Burawoy – s’ancrent dans une perspective marxiste assumée.

9Ainsi, après son doctorat à Chicago, le sociologue éminemment bourdieusien qu’est Loïc Wacquant fut recruté à Berkeley où il s’employa à développer ses travaux et la théorie bourdieusienne, notamment par la publication de sa thèse, mais également par la fameuse Invitation à la sociologie réflexive. Il introduira également toute une nouvelle génération d’étudiants et d’étudiantes à Pierre Bourdieu à travers l’organisation d’un véritable boot camp (camp d’entraînement) au cours duquel les étudiants et étudiantes de graduate school étudient littéralement toute l’œuvre de Pierre Bourdieu en un trimestre. Le sociologue Neil Fligstein fait quant à lui plonger la théorie bourdieusienne dans la sociologie économique par son travail sur le fonctionnement des marchés et des petits propriétaires à l’aune de la théorie des champs (Fligstein, 2001), un travail qu’il prolongera par la suite par un livre co-écrit avec son collègue Adam McAdam intégralement consacré au concept de champ (Fligstein & McAdam, 2012). Mentionnons enfin Marion Fourcade qui représente un entre-deux particulièrement intéressant : formée en France (ENS et EHESS) puis aux États-Unis (Harvard), son approche de la théorie bourdieusienne est plus périphérique. Elle emploie en effet la notion d’ethos et d’habitus dans son étude sur la construction de l’économie comme champ professionnel et disciplinaire (Fourcade, 2009), dans celle sur les dynamiques de classification de la nature (Fourcade, 2011) ou bien encore, pour analyser les dynamiques d’apprentissage algorithmique (Fourcade & Johns, 2020).

10L’on retrouve également cet intérêt pour Pierre Bourdieu parmi les marxistes du département. Citons ici le sociologue d’origine turque Cihan Tuğal qui mobilise ainsi Pierre Bourdieu dans son analyse gramscienne de la montée du parti du président Recep Tayyip Erdogan dans la périphérie d'Istanbul (Tuğal, 2009) ainsi que dans un stimulant dialogue avec Antonio Gramsci dans l’étude de la dimension de violence symbolique dans les mutations urbaines (Tuğal, 2020). Mais cette diffusion de Pierre Bourdieu au sein de la sociologie de Berkeley a toutefois également suscité certaines résistances parmi ses enseignants d’inspiration marxiste. C’est le cas de Dylan Riley, spécialiste du fascisme (Riley, 2010) et reconnu pour ses recherches en sociohistoire (Riley, 2006), qui s’exaspère en effet de cette omniprésence de Pierre Bourdieu dans les discussions relatives aux inégalités sociales. Dans un article publié dans le tout premier numéro de la revue Catalyst (Riley, 2017), Dylan Riley s’attaque en effet à Pierre Bourdieu sous prétexte qu’il n’aurait presque rien à offrir pour éclairer trois domaines centraux de la sociologie que sont la stratification, le changement et la reproduction sociale. Par ailleurs, d’après Dylan Riley, Pierre Bourdieu rencontrerait un certain succès parmi les universitaires, non pas du fait qu’il proposerait un projet politique qui serait radical, mais au contraire, parce qu’il ferait écho aux préoccupations des élites académiques, au premier rang desquels figurerait la défense de leurs privilèges.

11C’est à cet article que Michael Burawoy répond dans la traduction présentée ci-après, défendant que Pierre Bourdieu puisse être considéré comme potentiel compagnon de route du marxisme. Selon lui, les deux approches adressent toutes deux des questions sociologiques similaires, mais proposent des perspectives analytiques distinctes, susceptibles d’être enrichies par ce regard croisé.

Trajectoire de Pierre Bourdieu chez Michael Burawoy

12La position de conciliation ici adoptée par Michael Burawoy est toutefois loin d’avoir toujours été la sienne, ce dernier s’étant de ses propres dires « longtemps opposé à Bourdieu de manière sectaire, pour ne pas avoir de théorie de l’histoire » (Burawoy, 2019b, p. 7) – allant jusqu’à en interdire l’usage dans les qualifications exams, cette épreuve clef du doctorat américain où les étudiants et étudiantes font état de leurs connaissances sociologiques avant de pouvoir initier la recherche en tant que telle. Ce sont alors ses étudiants et étudiantes qui finirent par le convaincre. Ceux.celles-ci ont en effet organisé un séminaire dont l’objectif spécifique était de démontrer l’intérêt de l’œuvre bourdieusienne – ce qui fut particulièrement le cas lors de la découverte de la « double vérité » du travail et de sa proximité incroyable avec les propres recherches de Michael Burawoy. Les résultats furent très concluants, et Michael Burawoy finit par « prendre Bourdieu comme terrain de recherche » pour les vingt prochaines années. Dans l’objectif d’amorcer son immersion en terre bourdieusienne, Michael Burawoy décida donc que la meilleure manière était de commencer… par le boot camp de Loïc Wacquant. Participant du séminaire à la même place que les autres étudiants et étudiantes de doctorat, Michael Burawoy remettait donc des notes sur les liens entre marxisme et Pierre Bourdieu qui finissaient par être ridiculisées par Loïc Wacquant, au plus grand plaisir de Michael Burawoy lui-même, « grisé d’apprendre autant, surtout de la part de quelqu’un qui ne reculait devant rien pour défendre tout ce que Bourdieu avait écrit » (Burawoy, 2019b, pp. 9-10). Ces notes d’« étudiant » prises par Michael Burawoy furent les fondements sur la base desquels ce dernier élaborera et discutera progressivement ses idées, d’abord lors d’un séminaire organisé à l’invitation de son ami Erik Olin Wright à Wisconsin-Madison, puis lors d’un autre séminaire organisé à l’Université de Johannesburg à Wits Watersand, dans un dialogue avec le sociologue Karl Von Holdt et sa récente découverte de Pierre Bourdieu. Le résultat de cette « enquête » sur Pierre Bourdieu et le marxisme sera publié, en anglais, dans un premier livre, Conversations With Bourdieu, paru en 2012, puis de sa version finale sortie en 2019 (Burawoy, 2019b).

13Les spécificités de la réception de Pierre Bourdieu aux États-Unis, la concentration inusitée du débat à Berkeley et l’abnégation des étudiants et étudiantes, de Loïc Wacquant et de ses collègues à stimuler les pérégrinations de Michael Burawoy ont ainsi rendu possible une rencontre particulièrement fertile entre marxisme et approche bourdieusienne, dialogue qui, étrangement, n’avait jamais pu voir le jour de la sorte dans sa terre d’origine…

Une conception « progressive » de la science et de la théorie en sociologie

Pierre Bourdieu et le marxisme en France

14La rencontre entre Pierre Bourdieu et la tradition marxiste qu’organise Michael Burawoy trouve en France un écho particulier en raison de la trajectoire du marxisme en sociologie francophone. On assiste, en effet, à partir des années 1970 jusqu’au début des années 2000, à une éclipse du marxisme en sciences sociales se traduisant dans deux processus parallèles : d’un côté, le nombre de recherches marxistes ou d’auteur.e.s se revendiquant d’une approche marxiste décline fortement, et ce après une période où le paradigme dominait la scène universitaire ; d’un autre côté, les réseaux de recherche marxiste qui se sont maintenus durant cette période ont fonctionné en vase clos et se sont repliés sur eux-mêmes. Ce contexte marquera durablement la sociologie française, malmenant les possibilités de renouer avec une approche marxiste et par conséquent de la faire évoluer.

15Si l’on ne peut bien sûr attribuer à Pierre Bourdieu seul l’explication de ce déclin, force est de constater qu’il contribue à écarter le marxisme des théories sociologiques valant la peine d’être discutées. Tout en étant marqué par l’œuvre de Karl Marx, il ne manque pas de dénoncer, à plusieurs reprises, la présence d'un environnement intellectuel qu’il qualifie de marxisme vulgaire et de positionner son travail contre celui-ci :

« […] une part de mon travail a consisté à renverser bon nombre de modes de pensée en usage dans l’analyse du monde social (à commencer par les vestiges d’une vulgate marxiste qui, par-delà les affiliations politiques, a embrumé et enténébré les cerveaux de plus d’une génération) » (Bourdieu, 2003, p. 18).
« […] Il ne s’agit pas d’échapper aux automatismes du bon sens pour tomber dans les automatismes du langage critique, avec tous les mots qui ont trop fonctionné comme slogans ou mots d’ordre, tous les énoncés qui servent non à énoncer le réel mais à boucher les trous de la connaissance […] Je pense à ce "basic marxism", comme dit Jean-Claude Passeron, qui a fleuri au cours des dernières années en France : ce langage automatique, qui tourne tout seul, mais à vide, permet de tout parler à l’économie, avec un tout petit nombre de concepts simples, mais sans penser grand-chose » (Bourdieu, 1984, pp. 37-38).

16Comme Fabien Granjon l’a souligné, Pierre Bourdieu semble ainsi plus souvent s’attaquer à un « certain marxisme orthodoxe et paresseux » ou à un « marxisme stalinisé du Parti communiste » qu’avec Karl Marx – ou un auteur marxiste – lui-même (Granjon, 2016). La position de Pierre Bourdieu face à une utilisation dogmatique du marxisme par un grand nombre de ses contemporains avait toute sa raison d’être. Comme nous allons le voir, Michael Burawoy critique également ce rapport au marxisme au sein de la sociologie, dans la mesure où cet usage n’est pas compatible avec un marxisme envisagé comme une science sociale. Toutefois, en jetant le bébé avec l’eau du bain, Pierre Bourdieu participe à diffuser une certaine hostilité à l’égard du marxisme qui gagnera de nombreux sociologues français sur plusieurs générations. Citons, par exemple, Michel Pialoux et Stéphane Beaud qui, dans leur Retour sur la condition ouvrière (Beaud & Pialoux, 1999), disent s’inscrire dans une approche bourdieusienne, relationnelle et « constructiviste » des classes sociales, tout en précisant que cette filiation s’oppose à une approche marxiste « substantialiste ». Cette posture antimarxiste témoigne des clivages qui ont été façonnés dans ce contexte de socialisation académique et qui sont (notamment) le produit de l’héritage bourdieusien.

  • 4 À cet égard, le numéro d’Actuel Marx de 1996 consacré à Pierre Bourdieu paraît être l’exception qui (...)

17Parallèlement, les réseaux intellectuels et universitaires marxistes qui se maintiennent après les années 1970 fonctionnent en vase clos (comme ceux constitués autour de la revue Actuel Marx depuis sa création en 1986 ou le groupe de philosophes constitué autour de Louis Althusser) (Kouvelakis & Budgen, 2018), rendant ainsi difficiles les échanges intellectuels entre chercheurs et chercheuses marxistes et non marxistes, qu’ils soient ou non dans la tradition bourdieusienne 4.

18La dynamique éditoriale de cette dernière décennie témoigne toutefois d’un regain d’intérêt pour des auteurs s’inscrivant dans une perspective marxiste et, plus largement, pour les théories critiques. Après une période de contexte éditorial antimarxiste, plusieurs « alter-éditeurs » ont ainsi vu le jour, traduisant des auteurs s’inscrivant dans la tradition marxiste dont notamment Edward P. Thompson, Stuart Hall, Antonio Gramsci, Fredric Jameson et David Harvey (Kouvelakis & Budgen, 2018).

19La traduction de certains travaux de Michael Burawoy (Burawoy, 2010, 2011, 2012, 2015) dont Conversations avec Bourdieu en 2019 et du présent article participe de manière importante à ce renouveau, proposant une relecture marxiste jusque-là inexistante de l'œuvre du sociologue français et offrant, par la même occasion, la possibilité de jeter un nouveau regard sur son œuvre. En effet, les nombreux sociologues francophones s’inscrivant dans son héritage ont plutôt contribué à prolonger, approfondir et actualiser la théorie de Pierre Bourdieu en en reprenant les préceptes fondamentaux. C’est le cas, notamment, des membres principaux du Centre de sociologie européenne (devenu CESPP) à Paris, autrefois dirigé par Pierre Bourdieu. Citons, sans pouvoir être ici exhaustif, les travaux de Gérard Mauger sur les classes populaires et les générations (Mauger, 2010, 2015) ; Rémi Lenoir sur la théorie sociale de Pierre Bourdieu (Heilbron, Lenoir & Sapiro 2004) ; Louis Pinto sur la sociologie des intellectuels et la méthodologie (Pinto, 2020, 2021) ; Gisèle Sapiro sur la sociologie des écrivains et l’internationalisation du champ intellectuel (Sapiro, 2009, 2018) ; Julien Duval sur le champ cinématographique et le journalisme économique (Duval, 2004, 2016). Au-delà du CESPP, Bernard Lahire (ENS Lyon) a largement contribué à enrichir la théorie de Pierre Bourdieu sur la distinction culturelle et la théorie des champs et de l’action (Lahire 2004, 2012) et Philippe Coulangeon (SciencesPo Paris) à la prolonger autour des aspects culturels de la stratification sociale (Coulangeon, 2011).

20Pour reprendre les termes utilisés par les traducteurs de Conversations avec Bourdieu, le travail de Michael Burawoy invite à « sortir de l’exégèse » bourdieusienne (Carbonnell et al., dans Burawoy, 2019a, p. 41). Il « met au défi » les préceptes de la théorie bourdieusienne en la confrontant à la tradition de recherche marxiste, proposant ainsi d’interroger sa sociologie d’une manière que seul un chercheur ou une chercheuse socialisé.e au marxisme et dans un premier temps éloigné.e de la sociologie de Pierre Bourdieu pouvait apporter. En ce sens, la relecture par Michael Burawoy de l'œuvre de Pierre Bourdieu rétablit le vide laissé pour la sociologie francophone par des rencontres manquées entre Pierre Bourdieu et des auteur.e.s de la tradition marxiste.

(Re)construire la théorie marxiste

21Une certaine manière de concevoir le marxisme en tant que science sociale sous-tend ces dialogues « virtuels » entre auteur.e.s. Elle a été conceptualisée par la notion de « marxisme sociologique » forgée par Michael Burawoy avec son collègue et ami Erik Olin Wright (Burawoy & Wright, 2001). Pour en expliquer la signification, les auteurs distinguent quatre rapports idéaux-typiques au marxisme. Le premier rapport considère le marxisme comme une doctrine à « propager ». Dans cette perspective, le marxisme fournit des armes critiques pour lutter contre les oppressions du capitalisme. La tâche du chercheur et de la chercheuse est de propager la théorie critique marxiste du capitalisme afin qu’il devienne une vision du monde partagée surtout parmi les classes dominées. L’intention première n’est pas d’interroger sa validité mais de persuader le plus grand nombre d’y adhérer. En ce sens, Michael Burawoy et Erik Olin Wright identifient également, comme Pierre Bourdieu, l’usage dogmatique qui peut être fait du marxisme, sans toutefois s’y arrêter.

22Le deuxième rapport au marxisme considère qu’il faut « l'enterrer ». Selon cette perspective, le marxisme ne fournit aucun élément convaincant d’analyse du monde social. Davantage encore, la faillite des régimes politiques s’étant revendiqués du marxisme enterre définitivement une science considérée comme dépassée, incorrecte voire suspecte. Selon Michael Burawoy et Erik Olin Wright, ces deux premiers rapports considèrent avant tout le marxisme comme une idéologie, soit à diffuser, soit à combattre. Dans les deux cas, le marxisme n’est pas évalué en tant que science sociale, mais dans ses dimensions morales et politiques.

23Le troisième rapport consiste en une « utilisation » partielle du marxisme. Si certaines de ses affirmations sont erronées, on peut considérer que ce courant propose des concepts et des catégories utiles pour l’analyse des phénomènes sociaux contemporains. Les chercheurs et les chercheuses font alors de la sociologie marxiste en piochant ci et là, comme au supermarché, les notions qui les intéressent pour répondre à des cas empiriques précis. Dans cette perspective, le marxisme est associé à quelques thématiques délimitées. De la même manière que la sociologie d’Émile Durkheim tend à être associée aux normes et à l’intégration sociale et celle de Max Weber à la rationalisation et à la théorie de l’action, la sociologie marxiste tend à être associée aux classes sociales et au conflit. Les idées marxistes sont alors absorbées dans une sociologie plus générale et ne sont pas mobilisées pour contribuer à la recherche marxiste en tant que telle.

24Enfin, le quatrième rapport est le marxisme sociologique : la « construction » du marxisme. Dans cette perspective, le marxisme est une théorie sociale nécessaire pour comprendre comment s’opèrent les changements sociaux et la reproduction sociale sous le capitalisme. Il n’est alors pas seulement une grille d’analyse pour étudier des objets circonscrits mais une théorie générale du monde social. À l’inverse d’un usage dogmatique du marxisme, tendant à « appliquer » une grille d’analyse marxiste sur le monde, et d’un usage sélectif de quelques concepts, la (re)construction de la théorie marxiste suppose de l’enrichir en la confrontant à des analyses empiriques et en la faisant dialoguer avec d’autres traditions théoriques.

  • 5 Michael Burawoy identifie de la sorte les branches de la tradition marxiste comme les différents co (...)

25Le marxisme sociologique se construit ainsi selon une certaine conception de la validation scientifique. Michael Burawoy s’inspire pour celle-ci du modèle épistémologique de Imre Lakatos de construction de la science par « programme de recherche » (Burawoy, 1990). Selon Imre Lakatos, la connaissance scientifique se construit à mesure que le « noyau dur » d’une théorie – ses propositions fondamentales – est consolidé par le développement progressif de recherches qui la mettent au défi. Un programme de recherche, en ce sens, se présente comme un cœur de propositions théoriques avec, tout autour, une série de « branches » qui se construisent historiquement à travers des dynamiques de recherche et des contextes de réception variés 5. Ainsi, à la différence des « branches dégénératives », les « branches progressives » permettent d’élargir la théorie en expliquant toujours plus de phénomènes sociaux par la résolution d’« anomalies » qui se heurtent au cœur théorique et qui, en retour, permettent de le renouveler par l’intégration de travaux de recherche. Les terrains empiriques, comme les terrains « théoriques » servent, en ce sens, à étendre le pouvoir explicatif d'une tradition théorique.

26Une autre dimension de cet usage de la théorie est à souligner : la manière dont Michael Burawoy provoque des dialogues entre auteurs passe systématiquement par une contextualisation tant des productions théoriques que de leurs auteurs. Plus qu’une contextualisation simplement informative, elle fournit un moyen de penser la validation d’une proposition théorique. Dans le présent article, Michael Burawoy discute ainsi de la portée de la théorie de la domination symbolique de Pierre Bourdieu en interrogeant les spécificités de son contexte de production. Il défend que Pierre Bourdieu n’a pas considéré que cette forme de domination est spécifique à un contexte socio-historique particulier et en aurait, par conséquent, surestimé le caractère universel. Or, la prise en compte de contextes distincts entre les États capitalistes et communistes, notamment sur la nature stable des premiers et instable des derniers, permet précisément d’affiner la théorie de la domination proposée. C’est, en ce sens, une sociologie des théories sociologiques que propose Michael Burawoy, en interrogeant la manière dont se construisent les sciences sociales et ce, au travers de « dialogues » dont l’intérêt devient aussi épistémologique. Enfin, Michael Burawoy situe les théories selon la position que les chercheurs occupent au sein de l’espace social et politique. Il s’efforce ainsi de comprendre la production théorique par la biographie de leurs auteurs, leur engagement politique et leur trajectoire sociale, militante et académique. Dans Conversations avec Bourdieu, chaque dialogue commence par une présentation des auteurs et leur positionnement par rapport à des événements politiques de leur époque. C’est ainsi également une sociologie des sociologues à laquelle se prête Michael Burawoy, ainsi qu’une sociologie de leur mode d’engagement dans le monde.

Une conception plurielle de l’engagement

27D’après Michael Burawoy, l’article de Dylan Riley se limite à une entreprise de destruction minutieuse et radicale de la contribution de Pierre Bourdieu à la sociologie et ce, en passant – à certains endroits – par un réductionnisme qui ne tient pas compte des multiples facettes de l’engagement du sociologue. Pierre Bourdieu ne proposerait en effet, selon Dylan Riley, qu’une forme de corporatisme radical ainsi qu’un « ersatz d’engagement politique » largement insuffisant pour prétendre intervenir sur le monde et contribuer à sa transformation.

28Face au critique dédaigneux qui prétend que Pierre Bourdieu ne peut être pris au sérieux au vu de ses trop nombreuses et importantes contradictions, et face à l’admirateur qui ne voit en Pierre Bourdieu que cohérence et perfection, Michael Burawoy propose quant à lui une troisième voie : il invite à explorer les paradoxes du sociologue qui constituent autant d’occasions pour le chercheur de les transformer en énigmes et de les considérer comme autant de défis à relever pour mettre au travail une tradition théorique. Relever les ambivalences de Pierre Bourdieu ne peut néanmoins se faire qu’à la condition d’envisager ce dernier à travers l’ensemble de son œuvre et non seulement en ne considérant que l’un ou l’autre de ses aspects, que cela soit ses forces ou ses faiblesses (Burawoy, 2019b, p. 174).

  • 6 À l’occasion du séminaire du CESIR au cours duquel nous avions présenté une première version de ce (...)

29C’est avec ce regard englobant que, contrairement à Dylan Riley, Michael Burawoy met en évidence les « deux Bourdieu » qui auraient coexisté : d’un côté, il y a celui de La Reproduction et de La Distinction, le sociologue révélant la vérité qui se cache derrière le voile de la violence symbolique, celle-ci aveuglant le commun des mortels incapable de saisir la véritable nature du monde social sans l’aide des intellectuel.le.s. De l’autre, il y a celui de La Misère du monde qui se place à hauteur des acteurs et actrices de terrain, qui soutient la parole de ces dernier.ère.s et que l’on voit alors s’exprimer sur eux.elles-mêmes et sur la place qu’ils.elles occupent dans le monde et ce, avec une étonnante lucidité, à un point tel que Pierre Bourdieu semble ici revenir sur la rupture nette entre sens pratique et sens théorique qu’il défend dans ses écrits précédents 6. Reprenant la terminologie du célèbre philosophe et théoricien politique Antonio Gramsci (1891-1937), Michael Burawoy qualifie le premier Pierre Bourdieu d’« intellectuel traditionnel », à la fois critique et corporatiste. C’est le.la sociologue qui participe aux débats scientifiques du monde universitaire, qui occupe une position de savant.e dont le travail est de dire (et de dévoiler) la vérité du monde social et enfin, qui défend les intérêts corporatistes des sociologues professionnel.le.s en revendiquant l’autonomie de leur champ. Le second Pierre Bourdieu est quant à lui qualifié d’« intellectuel organique », empathique avec ses enquêtés dominés, à l’écoute de leurs vérités et solidaire de leurs luttes. Cette forme de « sociologie publique » – si chère à Michael Burawoy – invite à entrer en dialogue avec une audience non académique (Burawoy, 2009a). C’est aussi cette figure d’intellectuel que Pierre Bourdieu incarnait lorsqu’il intervenait dans des manifestations, lorsqu’il s'adressait aux cheminots en grève ou aux étudiant.e.s en lutte. Dylan Riley ne voit pourtant que la première de ces figures, celle du « sociologue-roi », tout à la fois critique et corporatiste et à laquelle Pierre Bourdieu est souvent présenté comme « indéfectiblement attaché » (Fabiani, 2019, § 22).

  • 7 Sur les 90 interventions publiques que Pierre Bourdieu a faites entre 1961 et 2001 et que le dernie (...)

30En outre, si Michael Burawoy reconnaît chez Pierre Bourdieu ces deux formes d’engagements « traditionnelle » et « organique », il lui reconnaît également un engagement sur les plans politico-médiatique d’une part et scientifique d’autre part. Premièrement, Pierre Bourdieu a en effet également été un sociologue public « classique » (Burawoy, 2009a) qui s’est engagé de plus en plus ouvertement à partir des années 1990 et ce, bien au-delà de la défense corporatiste de ses propres intérêts. Ses interventions politiques sur le colonialisme, l’éducation, la science (et les doxosophes), le pouvoir et l'université, notamment, ont parsemé l’ensemble de sa carrière jusqu'à la fin des années 1980 pour, à partir de là, se voir multipliées de manière exponentielle à propos des médias et du marché (Bourdieu 1998, 2001), sans oublier ses nombreuses interventions à propos du racisme, des discriminations ou encore de la gauche et de ses combats (Bourdieu, Poupeau & Discepolo, 2002) 7.

31Deuxièmement, au-delà de l’engagement politique, Michael Burawoy reconnaît à Pierre Bourdieu un engagement que l’on pourrait qualifier – en reprenant le titre du recueil de textes méthodologiques publiés en 2010 par Daniel Cefaï – d’« ethnographique » (Cefaï, 2010). Si La Misère du monde est incontestablement un projet politique, mettant à jour les nouvelles formes de souffrances sociales causées, notamment, par le retrait de l’État dans toute une série de domaines à partir des années 1980, l’ouvrage reste un projet scientifique – bien que cet aspect de l’ouvrage fût contesté à sa sortie (Mayer, 1995) – qui se base sur « l’engagement » de ses contributeurs à la fois au côté des dominés dont les voix sont relayées, mais plus largement également, sur leurs terrains d’enquête. Les sociologues qui ont contribué à ce livre – Pierre Bourdieu compris – ont tous en commun de partager une certaine proximité avec leurs enquêtés : ils les ont fréquentés longuement et adoptent vis-à-vis d’eux une démarche compréhensive proche de la « méthode socratique », faisant du sociologue une sorte de « sage-femme » (comme le dit lui-même Pierre Bourdieu et comme le rappelle Michael Burawoy dans sa contribution) dont le rôle serait d’aider l’enquêté à accoucher de sa vérité. Là où un chercheur ou une chercheuse plus positiviste crierait au « biais méthodologique » du fait de la forte proximité entre enquêté.e et enquêteur.trice, Pierre Bourdieu et ses collègues retirent un avantage heuristique de cette situation, rejoignant ainsi la critique que formule Michael Burawoy à propos de ces ethnographes qui « [p]lutôt que de sauter tout habillé dans la piscine, […] préfère[nt] rester tout nu au bord de l’eau » (Burawoy, 2010, p. 297), croyant réduire l’effet de leur présence sur le terrain et de la sorte, produire un savoir plus « scientifique ».

  • 8 Pierre Bourdieu parle ainsi, dans sa postface à La Misère du monde, des « mystiques de la fusion af (...)

32Évitant de tomber dans l’illusion positiviste de la maîtrise des biais ou, à l’inverse, dans la perspective postmoderne qui ne reconnaît de savoirs que partiels et situés, Michael Burawoy, comme Pierre Bourdieu, invite ainsi à développer une démarche réflexive dans les moments de production de données sociologiques (entretiens, observations…) 8. D’une part, il s’agit pour les deux sociologues de ne jamais négliger la critique des outils de la sociologie au sein desquels se loge « l’inconscient scientifique collectif » (Bourdieu & Wacquant, 2014, p. 80). C’est en effet cet « inconscient » qui conduit parfois le chercheur ou la chercheuse à rabattre « la logique théorique » (celle des chercheurs et chercheuses qui construisent des concepts, des catégories et des problèmes scientifiques) sur « la logique pratique » (celle des acteurs et actrices qui rencontrent des problèmes concrets) (Ibid., pp. 79-80). D’autre part, il s’agit également pour Pierre Bourdieu et Michael Burawoy de conscientiser et d’assumer les effets de l’engagement du chercheur et de la chercheuse sur son terrain – par sa présence physique, mais aussi par sa position symbolique vis-à-vis de l’enquêté.e – afin d’en tirer un intérêt sur le plan de la connaissance : quels effets l’enquêteur ou l’enquêtrice produit-il, par son enquête, « sans le savoir » ? Qu’est-ce que la présence du chercheur ou de la chercheuse vient perturber sur son terrain ? Et qu’est-ce que cela nous apprend du cours « normal » des choses ? Autant de questions qui relèvent de cette forme de « réflexivité réflexe » (Bourdieu, 1993, p. 904) – à exercer « sur le champ, dans la conduite même de l’entretien » (Ibid.) – que Pierre Bourdieu prescrit et de cette « science réflexive » à laquelle Michael Burawoy invite, à travers la méthode de l’« étude de cas élargie » (Burawoy, 2003).

33Cependant, si Michael Burawoy et Pierre Bourdieu ont en commun d’adresser des critiques fortes à l’encontre tant du « scientisme » positiviste que du postmodernisme, leurs démarches réflexives diffèrent pourtant à plusieurs égards. Chez Pierre Bourdieu, le principe de réflexivité porte en effet sur le chercheur ou la chercheuse et surtout, sur sa position dans le champ universitaire ainsi que sur ce que les logiques de ce champ génèrent, ce qu’illustre sans doute le mieux son dernier ouvrage – Esquisse pour une auto-analyse – dans lequel l’auteur s’exerce non pas au genre de l’auto-biographie, mais à une auto-socioanalyse de son propre parcours scientifique (Bourdieu, 2004). L’objet de réflexivité dépasse donc largement le seul sujet individuel, « le "je" du sociologue » dont parle Alvin Gouldner (Bourdieu & Wacquant, 2014, p. 78), pour englober « le microcosme du champ universitaire » et parvenir à l’« objectivation du sujet objectivant » (Ibid., pp. 79-80).

34Michael Burawoy, quant à lui, applique un principe réflexif à un ensemble plus large que celui du seul champ de la recherche scientifique. C’est aux différentes étapes de la recherche que la réflexivité est ici déployée, allant du niveau individuel (conception « autocentrée » sur le.la sociologue lui.elle-même) jusqu’au niveau « méta » de « la reconstruction théorique » qui vient clore la recherche, du moins telle que l’envisage Michael Burawoy dans le cadre d’une « étude de cas élargie ». Quatre principes réflexifs sont ainsi proposés par lui : (1) Le principe d’« intervention » invite le chercheur ou la chercheuse à exploiter les effets sur l’ordre social qu’il.elle perturbe inévitablement de par son enquête ; (2) Le second principe, dit de « processus », invite à observer les situations sociales étudiées comme étant le résultat de l’agrégation de différents processus sociaux qu’il s’agit de reconstruire en traversant « l’espace-temps » des acteurs et actrices ; (3) Le principe de « structuration » invite à passer de l’étude des processus sociaux à la mise en lumière des « champs de forces sociales » qui traversent et façonnent le terrain d’enquête depuis l’extérieur ; (4) Le principe de « reconstruction théorique » invite enfin à opérer un retour sur la « tradition théorique » choisie dans le cadre de sa recherche (le « programme de recherche ») en cherchant non pas à la confirmer, mais à la « réfuter, en vue de l’approfondir » (Burawoy, 2003, pp. 437-440). Ce dernier principe réflexif est sans doute celui qui aide le mieux à comprendre le point de vue de Michael Burawoy sur ses « adversaires intellectuels » et singulièrement, sur Pierre Bourdieu. De manière transversale à sa démarche, c’est le « dialogue » – entre enquêteur.trice.s et enquêté.e.s, entre les processus sociaux visibles à l’échelle locale et les forces sociales qui les transcendent et enfin entre acteurs et actrices d’une communauté scientifique – qui se trouve « au fondement de [ces] quatre dimensions » de la science réflexive (Ibid.).

35Au final donc, c’est bien parce qu’il adopte une posture réflexive « élargie » que Michael Burawoy doit nécessairement envisager un Pierre Bourdieu entier. Ce dernier étant devenu un « objet de recherche » pour Michael Burawoy, entrevoir ses diverses facettes est en effet un préalable indispensable à la « reconstruction théorique » de la perspective bourdieusienne et à sa « récupération » dans un cadre marxiste. En d’autres termes, Pierre Bourdieu doit devenir une « énigme sociologique » digne d’intérêt pour qu’un principe de réflexivité puisse lui être appliqué, ce que ni les adorateurs de Pierre Bourdieu ne peuvent faire (le sociologue n’ayant pas de contradiction à questionner), ni les critiques acerbes (rien d’assez bon ne pouvant être tiré de Pierre Bourdieu). Nous l’avons vu, Michael Burawoy reconnaît ainsi à Pierre Bourdieu différentes formes (en tension) d’investissements dans le monde. Ce dernier est à la fois corporatiste (le chercheur autonome), critique (le sociologue qui « dévoile »), mais aussi politiquement engagé (contre le colonialisme, le racisme et le néolibéralisme) et méthodologiquement investi (s’opposant à une épistémologie positiviste neutre et distante). Cette image plurielle de Pierre Bourdieu est pour Michael Burawoy ce qui constitue le plus grand paradoxe de son œuvre et son énigme la plus stimulante. Comment en effet dépasser les tensions découlant de la coexistence de ces différentes positions ? Comment comprendre l’aveuglement du commun des mortels face à leur domination symbolique (que seul le.la sociologue serait à même de voir), en même temps que la capacité des acteurs et actrices à traverser le voile d’ignorance qu’est leur « habitus » pour se montrer parfaitement lucide sur les rouages du monde ainsi que sur leur propre domination et par là, laisser entrevoir la possibilité d’un changement ? Ce défi lancé à la théorie bourdieusienne de parvenir à dépasser ses tensions internes ne peut être formulé qu’à la condition d’envisager la critique de manière généreuse et constructive, ce que fait Michael Burawoy en même temps qu’il invite à ouvrir le dialogue avec la tradition théorique si chère à ses yeux qu’est le marxisme « vivant ».

Haut de page

Bibliographie

Beaud S. & M. Pialoux (1999), Retour sur la condition ouvrière, Paris, Éditions Fayard.

Bidet J. (dir.) (1996), « Autour de Pierre Bourdieu », Actuel Marx, vol. 2, n°20.

Bourdieu P. (1984), Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu P. (dir.) (1993), La Misère du monde, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. (1998), Contre-feux. Propos pour servir à la résistance contre l’invasion néolibérale, Paris, Éditions Raisons d’Agir.

Bourdieu P. (2001), Contre-feux 2. Pour un mouvement social européen, Paris, Éditions Raisons d’Agir.

Bourdieu P. (2002), Le Bal des célibataires : crise de la société paysanne en Béarn, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. (2003), Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. (2004), Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Éditions Raisons d’Agir.

Bourdieu P., Poupeau F. & T. Discepolo (2002), Interventions 1961-2001 : sciences sociales et action politique, Marseille, Éditions Agone.

Bourdieu P. & L. Wacquant (2014), Une Invitation à la sociologie réflexive, Paris, Éditions du Seuil.

Burawoy M. (1990), « Marxism as Science: Historical Challenges and Theoretical Growth », American Sociological Review, vol. 55, p. 775-793.

Burawoy M. (1998), « The Extended Case Method », Sociological Theory, vol. 16, n° 1, pp. 4-33.

Burawoy M. (2003), « L’étude de cas élargie. Une approche réflexive, historique et comparée de l’enquête de terrain » dans Cefaï D. (dir.), L’Enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte, pp. 435-474.

Burawoy M. (2009a), « Pour la sociologie publique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 176-177, pp. 121-144.

Burawoy M. (2009b), « Epilogue: On Public Ethnography » dans The Extended Case Method: Four Countries, Four Decades, Four Great Transformations, and One Theoretical Tradition, Berkeley (CA), University of California Press, pp. 267-278.

Burawoy M. (2010), « Revister les terrains. Esquisse d’une théorie de l’ethnographie réflexive », dans Cefaï D. (2010), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 645-679.

Burawoy M. (2011), « La domination est-elle si profonde ? Au-delà de Bourdieu et de Gramsci », Actuel Marx, n° 50, pp. 166-190.

Burawoy M. (2012), « Manufacturing Consent revisité », La Nouvelle Revue du Travail [En ligne] https://journals.openedition.org/nrt/122.

Burawoy M. (2015), Produire le consentement, Paris, Éditions La ville brûle.

Burawoy, M. (2018), « Making Sense of Bourdieu », Catalyst, vol. 2, n° 1, Spring.

Burawoy M. (2019a), Conversations avec Bourdieu (traduction de Carbonell J. S., Palheta U., Perdoncin A. et Ravelli Q.), Paris, Éditions Amsterdam.

Burawoy M. (2019b), Symbolic Violence: Conversations with Bourdieu, Durham, Duke University Press.

Burawoy M. & K. Von Holdt (2012), Conversations with Bourdieu: The Johannesburg Moment, Johannesburg, Wits University Press.

Burawoy M. & E. O. Wright (2001), « Sociological Marxism », dans Jonathan H. Turner (dir.), Handbook of Sociological Theory, Boston, MA, Springer US Publisher.

Coulangeon P. (2011), Les Métamorphoses de la distinction. Inégalités culturelles dans la France d’aujourd’hui, Paris, Éditions Grasset. 

Cefai D. (dir.) (2010), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS.

Duval J. (2004), Critique de la raison journalistique, Paris, Éditions du Seuil.

Duval J. (2016), Le Cinéma au XXème siècle. Entre loi du marché et règles de l’art, Paris, CNRS Éditions.

Eyal G., Szelenyi I. & E. Townsley (2001), Making Capitalism Without Capitalists: The New Ruling Elites in Eastern Europe, New York, Verso Publisher.

Fabiani J.-L. (2019), « La domination sans émancipation – sur Conversations avec Bourdieu de Michael Burawoy », AOC Média.

Fligstein N. (2001), The Architecture of Markets: An Economic Sociology of Twenty-First-Century Capitalist Societies, Princeton, Princeton University Press.

Fligstein N. & D. McAdam (2012), A Theory of Fields, Oxford, Oxford University Press.

Fourcade M. (2009), Economists and Societies: Discipline and Profession in the United States, Britain, and France, 1890s to 1990s, Princeton, Princeton University Press.

Fourcade M. (2011), « Cents and Sensibility: On the Nature of "Nature" in France and the United States », American Journal of Sociology, vol. 116, n° 6, pp. 1721-1777.

Fourcade M. & F. Johns (2020), « Loops, Ladders and Links: The Recursivity of Social and Machine Learning », Sociological Theory, pp. 1-30 [En ligne] DOI: 10.1007/s11186-020-09409-x

Granjon F. (2016), « Bourdieu et le matérialisme marxien », Contretemps [En ligne] https://www.contretemps.eu/bourdieu-marx-domination/

Gremion P. (2005), « De Pierre Bourdieu à Bourdieu », Études, n° 1, pp. 39-53.

Heilbron J., Lenoir R. & G. Sapiro (dir.) (2004), Pour une histoire sociale des sciences sociales, en hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Éditions Fayard.

Khan S. R. (2012), Privilege: The Making of an Adolescent Elit at St. Paul’s School, Princeton, Princeton University Press.

Kouvelakis S. & S. Budgen (2018), « La fabrique de la théorie. Retour sur les années 1997-2017 », Contretemps [En ligne] https://www.contretemps.eu/fabrique-theorie-budgen-kouvelakis/

Lahire B. (2004), La Culture des individus : dissonances et distinction de soi, Paris, Éditions La Découverte.

Lahire B. (2012), Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Paris, Éditions du Seuil.

Lamont M. (1992), Money, Morals, and Manners: The Culture of the French and the American Upper-Middle Class, Chicago, University Of Chicago Press.

Lareau A. (1989), Home Advantage: Social Class and Parental Intervention in Elementary Education, Washington DC, Rowman & Littlefield Publishers.

Lareau A. (2003), Unequal Childhoods: Class, Race, and Family Life, Berkeley, University of California Press.

Mauger G. (2010), « Crise de reproduction et désouvriérisation des classes populaires en France », dans Hamel J. et al. (dir.), La Jeunesse n’est plus ce qu’elle était, Rennes, Presses universitaires de Rennes. 

Mauger G. (2015), Âges et générations, Paris, Éditions La Découverte.

Mayer N. (1995), « L’entretien selon Pierre Bourdieu. Analyse critique de La Misère du monde », Revue française de sociologie, vol. 36, n° 2, pp. 355-370.

Medvetz T. (2012), Think Tanks in America, Chicago, University of Chicago Press.

Pinto L. (2020), La Construction d’objet en sociologie. Actualité d’une démarche, Vulaines sur Seine, Éditions du Croquant.

Pinto L. (2021), Sociologie des intellectuels, Paris, Éditions La Découverte.

Riley D. (2006), « Waves of Historical Sociology », International Journal of Comparative Sociology, vol. 47, n° 5, pp. 379-386.

Riley D. (2010), The Civic Foundations of Fascism in Europe: Italy, Spain, and Romania, 1870-1945, Baltimore (MD), Johns Hopkins University Press.

Riley D. (2017), « Bourdieu’s Class theory », Catalyst, vol. 1, n° 2.

Riley D. (2018), « Pierre Bourdieu : l’universitaire qui se rêvait en militant », Revue Période [En ligne] http://revueperiode.net/pierre-bourdieu-luniversitaire-qui-se-revait-en-militant/

Sallaz J. & J. Zavisca (2007), « Bourdieu in American Sociology, 1980–2004 », Annual Review of Sociology, vol. 33, n° 1, pp. 21-41.

Santoro M. (2008), « Putting Bourdieu in the Global Field. Introduction to the Symposium », Sociologica, n° 2, pp. 1-32.

Sapiro G. (2009), Les Contradictions de la globalisation éditoriale, Paris, Éditions Nouveau Monde.

Sapiro G. (2018), Les Écrivains et la politique en France . De l’Affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie, Paris, Éditions du Seuil.

Tuğal C. (2009), Passive Revolution: Absorbing the Islamic Challenge to Capitalism, Stanford (CA), Stanford University Press.

Tuğal C. (2020), « Urban Symbolic Violence ReMade: Religion, Politics and Spatial Struggles in Istanbul », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 45, n° 1, pp. 154-163.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions les participant.e.s au séminaire du Centre de recherches et d’interventions sociologiques (CESIR) qui s’est tenu à l’Université Saint-Louis - Bruxelles le 5 octobre 2021 pour leurs stimulants commentaires sur une première version de ce texte.

2 Nous remercions également ici le professeur Vivek Chibber, éditeur de la revue (« théorique et stratégique ») Catalyst.

3 American Journal of Sociology, American Sociological Review, Social Forces et Social Problems.

4 À cet égard, le numéro d’Actuel Marx de 1996 consacré à Pierre Bourdieu paraît être l’exception qui confirme la règle (Bidet, 1996).

5 Michael Burawoy identifie de la sorte les branches de la tradition marxiste comme les différents courants qui ont prolongé le marxisme selon leur contexte historique spécifique : le marxisme allemand (Rosa Luxembourg, Karl Kautsky), le marxisme soviétique (Wladimir Illitch Lénine, Léon Trotsky, Nikolaï Boukharine), le marxisme occidental (Antonio Gramsci, Louis Althusser, Nicos Poulantzas) et le marxisme tiers-mondiste (Frantz Fanon, Samir Amin).

6 À l’occasion du séminaire du CESIR au cours duquel nous avions présenté une première version de ce texte d’introduction, la rupture présentée par Michael Burawoy entre un « jeune Pierre Bourdieu » et un Pierre Bourdieu plus tardif (un découpage qui serait d’ailleurs typiquement marxiste) est apparue trop grossière à certain.e.s, arguant du fait qu’un livre comme Le Bal des célibataires (2002) – rassemblant des textes datant des années 1960 et 1970 – ferait déjà (bien avant La Misère du monde donc) la part belle à des fines descriptions qualitatives et à la parole des acteurs et actrices sur eux.elles-mêmes. Si nous ne pouvons qu'acquiescer à ce constat (bien qu’il ne soit pas certain que les paysan.ne.s du Béarn soient présenté.e.s comme étant aussi lucides sur eux.elles-mêmes que les interviewé.e.s de La Misère du monde), il nous semble que la chronologie des différents Pierre Bourdieu importe finalement peu. Ce qui pose question pour Michael Burawoy, c’est l'ambivalence de Pierre Bourdieu à propos des capacités réflexives des acteurs et actrices. Une seconde remarque à ce propos pointait le fait que cette rupture n’en était peut-être pas vraiment une, Pierre Bourdieu ayant toujours défendu le statut particulier du chercheur ou de la chercheuse, que celui.celle-ci dise lui.elle-même « la vérité » du monde social, ou qu’il.elle aide les acteurs et actrices à en accoucher. Si la remarque nous semble pertinente, à nouveau, cela n’empêche pas de pointer l’existence d’un « double Pierre Bourdieu » : l’un « optimiste » (valorisant les capacité des acteurs et actrices) et l’autre « fataliste » (pointant le poids des structures sociales sur l’individu et la quasi impossibilité du changement).

7 Sur les 90 interventions publiques que Pierre Bourdieu a faites entre 1961 et 2001 et que le dernier ouvrage cité (Bourdieu et al., 2002) compile, sous forme de textes publiés et de communications retranscrites, une vingtaine ont été faites sur la période qui va de 1988 à 1995 et une trentaine pour celle qui va de1995 à 2001.

8 Pierre Bourdieu parle ainsi, dans sa postface à La Misère du monde, des « mystiques de la fusion affective » et de leurs « mises en garde antiscientifiques » dont il se méfie autant que des « méthodologies souvent plus scientistes que scientifiques » (Bourdieu, 1993, p. 903) tandis que Michael Burawoy refuse l’alternative entre le positivisme qui prescrit des « principes inatteignables » et l’abandon de « l’idéal scientifique » « au profit d’une approche interprétative du monde social » (Burawoy, 2003, pp. 436-437).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Antoine, Cécile Piret et François Rinschbergh, « Dialoguer avec ses « adversaires intellectuels » : à propos du marxisme sociologique de Michael Burawoy »SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/17992 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.17992

Haut de page

Auteurs

Sébastien Antoine

UFPE (Brésil) et UCLouvain (Belgique) - sebastien.antoine@uclouvain.be

Cécile Piret

METICES, Université libre de Bruxelles (Belgique) - cecile.piret@ulb.be

François Rinschbergh

CESIR / CASPER, Université Saint-Louis - Bruxelles (Belgique) et collaborateur scientifique à SASHA, Université libre de Bruxelles (Belgique) -francois.rinschbergh@usaintlouis.be

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search