Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2022Renforcer, convertir, transformer...Quitter la féminité et prendre fe...

2022
Renforcer, convertir, transformer les corporéités genrées. L’incidence des socialisations secondaires

Quitter la féminité et prendre femme. Ethnographie du devenir tom dans les dortoirs d’usines du Laos contemporain

Leave womanhood and take a woman. Ethnography of becoming tom in the factory dormitories of contemporary Laos
Estelle Miramond

Résumés

Au Laos, à l’intérieur d’un dispositif d’immobilisation spatiale récent – des dortoirs intégrés aux usines de précision – de jeunes ouvrières d’origine rurale transgressent les clôtures corporelles présidant à la féminité et à l’hétérosexualité obligatoire. Cet article examine les conditions et les significations du devenir tom (de l’anglais tomboy) dans le Laos contemporain. À partir d’une enquête ethnographique de sept mois, conduite dans les deux plus grandes villes du Laos, il restitue les modalités, les lieux et les temporalités d’une mobilité de genre engagée dans le sillage d’une mobilité spatiale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans le secteur textile, qui recrute la majorité de la main-d’œuvre du pays, 85% des employé.e.s so (...)

1Au Laos, pays du sud-est asiatique largement agricole, le secteur textile constitue l’industrie la plus importante du pays avec moins de 80 usines et 30 000 ouvrier.ère.s sur le sol national (Miramond, 2021). Il s’est développé dans la décennie 1990, dans le sillage du Nouveau mécanisme économique adopté en 1986 par le gouvernement de la République démocratique populaire Lao. Les femmes de moins de 25 ans originaires de zones rurales composent la majorité des travailleuses d’usines de précision implantées à Vientiane, la capitale et dans les Zones économiques spéciales (ZES) de la seconde ville économique du pays, Savannakhet 1. Les dortoirs pour femmes comptent depuis une dizaine d’années une proportion importante de tom (de l’anglais tomboy) engageant une re-socialisation corporelle masculinisée et des relations érotico-sexuelles avec d’autres ouvrières. Il suffit de rentrer dans n’importe quel dortoir d’usine « interdit aux garçons » pour apercevoir des personnes aux cheveux très courts, habillées selon les normes vestimentaires masculines, en tee-shirts larges, shorts et marcels. Leur occupation de l’espace, y compris sonore, et leurs pratiques corporelles les associant aux normes gouvernant le sexe masculin, je m’adresse à ces personnes comme à des hommes la première fois que j’en rencontre. « Non non, je suis pas un homme, je suis une fille, je suis tom ! Le corps est femme, le cœur est homme », me répond-on dans le dortoir d’une usine textile néerlandaise. Comment s’articulent l’acquisition d’une hexis corporelle masculine et l’affirmation d’un statut de femme ? Et comment expliquer qu’un dispositif de ségrégation de sexe générateur d’homosocialité – les dortoirs d’usines de précision – soit un lieu de transgression des clôtures sociales et corporelles présidant à la féminité et à l’hétérosexualité obligatoire ?

  • 2 La recherche en sciences sociales n’est pas vue d’un bon œil au Laos et les terrains longs, à décou (...)
  • 3 Ces invitations se sont révélées centrales dans la possibilité de mener les entretiens. Désignée co (...)

2Cet article propose d’interroger les modalités, les lieux et temporalités de la récente adhésion de Laotiennes au statut tom dans des dortoirs d’usines de précision de Vientiane et de Savannakhet, capitale et seconde ville économique du Laos. Il présente les résultats d’une ethnographie menée dans le milieu ouvrier émergent d’un pays du sud-est asiatique particulièrement peu étudié 2. Entre 2015 et 2018, j’ai conduit sept mois d’enquête ethnographique au sein des dortoirs pour ouvrières de dix usines produisant vêtements, verres optiques, appareils photo et téléphones mobiles, pièces d’avion et perruques et employant majoritairement ou exclusivement des ouvrières issues de zones rurales. L’entrée dans les dortoirs d’usine s’est faite selon différentes modalités : suite à l’invitation de jeunes ouvrières avec lesquelles j’avais cohabité dans le cadre d’une recherche menée en centre de réhabilitation pour victimes de traite ; grâce à l’aide de jeunes commerçantes m’ayant intégré à la vie quotidienne de leurs échoppes fréquentées par les ouvrières et m’amenant avec elles dans leurs ventes ambulantes dans les dortoirs 3 ; sur autorisation de propriétaires d’usine.

  • 4 Mimy Keomanichanh m’a rejointe sur le terrain une fois mes relations solidement établies dans les d (...)

3Les discussions étaient conduites en lao, dans l’intimité des soirées, les dimanches et jours fériés, principalement autour de repas partagés tantôt en groupes, tantôt de façon inter-individuelle, avec des tom, leurs compagnes et ami.e.s. Si l’enquête en dortoir a permis de mener des entretiens auprès de 154 ouvrier.ère.s dans les dortoirs de Vientiane et de Savannakhet au fil des trois ans de terrain, l’article s’appuie principalement sur les entretiens conduits auprès de 28 tom et 17 compagnes de tom. Sur ces sept mois, trois mois d’enquête ont été conduits en équipe avec une assistante de recherche laotienne nommée Mimy Keomanichanh. Assurant la traduction de termes incompris, repérant les gênes indicibles ou les enthousiasmes réels des personnes engagées avec nous dans des conversations intimes, elle a pu filtrer, détourner et autoriser les sujets de discussion, le croisement de nos regards et le doublement de nos vigilances ayant permis de réaliser une ethnographie relativement intimiste dans le respect des enquêtées 4.

  • 5 Les mouvements entre le Laos et la Thaïlande, séparés par le Mékong, sont quotidiens. Les migrant.e (...)

4Je propose de restituer la complexité du « devenir tom », exposant les pratiques et les représentations qui se jouent dans les transformations morphologiques et sociales qu’il traduit. Après avoir exposé les modalités par lesquelles les tom façonnent un tel statut, je restituerai les ancrages socio-spatiaux d’un « devenir tom » lié au territoire thaïlandais 5 et aux dortoirs d’ouvrières, aux temporalités plurielles.

Les modalités du devenir tom. Façonner un corps d’homme

5Comme l’a montré Colette Guillaumin dans « Le corps construit », la production de corps sexués engage l’intervention d’institutions sociales inscrivant leurs marques dans les corps eux-mêmes (Guillaumin, 1992). Si devenir tom passe par l’acquisition d’attributs physiques conçus comme masculins, il importe de replacer cette transformation dans le contexte d’une resocialisation corporelle pour l’ensemble des jeunes femmes d’origine rurale désormais ouvrières. Après avoir montré l’enjeu de la coupe de cheveux dans le devenir tom et la question des degrés de conversion, je justifierai le choix d’un genre grammatical mouvant retenu pour qualifier les tom.

Corps plastiques

  • 6 Seule l’usine automobile japonaise demande à ses employées de rester debout toute la journée durant (...)

6L’ensemble des jeunes laotiennes issues des zones rurales du pays changent d’apparence au fur et à mesure qu’elles accèdent à un mode de vie urbain et un salaire régulier. Les longues journées de travail à l’atelier dans des lieux fermés contribuent au blanchiment de leur épiderme. Au Laos, une peau claire signifie l’appartenance à une classe sociale aisée, éloignée de la riziculture et de la pauvreté associées à la vie rurale (Chaipraditkul, 2012 ; High, 2004) et constitue une norme esthétique prégnante pour les femmes. Il est également fréquent que les ouvrières gagnent du poids, la position stationnaire contrainte huit heures par jour, voire plus, en position assise 6 tranchant avec les nombreuses activités qui rythmaient leur vie paysanne. Les silhouettes s’épaississent d’autant plus que les dortoirs sont généralement construits à l’intérieur des parcs industriels, limitant les déplacements et qu’une distribution quotidienne de riz gluant se développe pour limiter les malaises et maintenir les cadences. Outre les effets des nouvelles configurations de travail et de logement de ces jeunes femmes sur leurs corps, elles se parent de nouveaux attributs. Coupes et colorations de cheveux, lunettes de soleil, casquettes et vêtements neufs apparaissent comme les marqueurs d’une modernité et d’un pouvoir économique récemment acquis.

7Une majorité d’ouvrières accompagnent leur migration vers les villes d’une mise en scène de la figure idéal-typique de féminité moderne, riche et occidentale. Elles troquent la longue jupe tubulaire laotienne (sinh) contre des jeans serrés plus ou moins longs, font l’acquisition de colliers, maquillages mais aussi de crèmes blanchissantes pour le visage. Les soutiens-gorges rembourrés, gaines pour ventre et faux fessiers en silicone vendus sur les étalages des marchés de Vientiane et de Savannakhet ou par les vendeuses ambulantes qui circulent dans les dortoirs connaissent aussi un succès important. À rebours de la figure idéal-typique d’un corps féminin en forme de tube, dont le sinh est un moule et un symbole (Vallard, 2012), beaucoup travaillent à l’épaississement de leurs poitrines et de leurs hanches et au rétrécissement de leur taille.

Fig. 1 : Fesses en silicone en vente au marché de Vientiane, mars 2012

Fig. 1 : Fesses en silicone en vente au marché de Vientiane, mars 2012

Photo auteure.

  • 7 Les katoey sont des femmes trans (MtF) se qualifiant également de « femmes du second type » (nying (...)

8Celles qui deviennent tom contreviennent en revanche à un ensemble de pratiques sociales qui sculptent le corps des femmes, transformant leur silhouette, leur démarche, leur voix selon l’idéal-type masculin qui prévaut. À la différence des femmes, dont la démarche aux pas souples et rapprochés a notamment été disciplinée par le port du sinh (Vallard, 2012), les tom marchent en écartant les jambes, s’interpellent bruyamment dans les cours de dortoirs et y font vrombir le moteur d’une mobylette. Au niveau vestimentaire, le port de jupes ou robes, de soutien-gorge et habits moulants est évité et les vêtements de sport (maillot de foot) sont de mise. Les ceintures à agrafes vendues pour compresser le ventre et cintrer la taille des femmes sont systématiquement utilisées pour gainer la poitrine et faire apparaître des pectoraux. L’épilation des aisselles constitue en revanche une pratique que partagent femmes, tom et katoey 7 et dont seuls les hommes se dispensent. Les tom qui défilent en marcel dans les dortoirs d’usines laissent apparaître des dessous de bras absolument lisses et les scènes de couples s’épilant tour à tour les aisselles à l’aide d’une pince à épiler sont fréquentes.

9Dans les dortoirs, aucune médicamentation n’accompagne l’acquisition d’un corps masculinisé. Parfois, l’alimentation est complétée par des vitamines dans l’espoir de prendre du poids et ne pas apparaître trop chétif. Les dortoirs ne sont pas le lieu d’un travail de musculation supplémentaire à celui qu’engendre le travail ouvrier. Avant leur arrivée en usine, plusieurs tom étaient dans le secteur de la construction, moins en vue de façonner un corps puissant que pour affirmer leur capacité à réaliser les activités réservées aux hommes. Devenir tom autorise également à arborer un ventre rebondi souligné par un tee-shirt de sport et à ne plus surveiller sa ligne. La norme de blancheur n’est pas non plus aussi prégnante pour les tom que pour les femmes. Les tom se couvrent ainsi moins complètement lors des sorties en ville ou sur la mobylette et partent ramasser des coquillages autour des dortoirs sans casquettes ni manches longues.

  • 8 La consommation de yaba par les travailleuses du sexe, si elle n’est pas lue comme une pratique vir (...)

10Composante aussi invisible que centrale dans la différenciation des sexes, la voix est mobilisée en moyenne à une fréquence plus basse, à un volume plus fort et à un débit plus lent par les tom que par les femmes, conformément aux normes masculines hégémoniques en vigueur. Ces voix relativement graves se font entendre au travers des cours communes des dortoirs, ou dans les salles communes, à un volume qui n’a d’égal que celui des « anciennes ». Si les tom n’ont pas le monopole des éclats de rire tardifs ou des conversations bruyantes et arrosées à la bière lao, on les entend plus souvent que les ouvrières inscrites dans les mêmes catégories d’âge. Enfin, les tom adhèrent à des pratiques sociales masculines interdites aux femmes, au premier rang desquelles figure la consommation de tabac. Alors que dans les dortoirs, aucune jeune femme laotienne ne fume, les tom se regroupent et partagent des cigarettes en soirée, particulièrement en période de distribution de la paie. La consommation d’alcool de riz (lao-lao), et surtout celle d’une méthamphétamine appelée yaba constituent d’autres pratiques viriles adoptées par les tom en dortoirs d’usine auxquels les femmes ne s’adonnent pas 8.

11Nul.le tom n’évoque, ni ne présente comme souhaitable une quelconque opération de chirurgie génitale. L’absence de pénis est régulièrement citée dans les dortoirs et les soirées comme un fait amusant, si ce n’est hilarant. La phrase « Nous les tom, nous sommes des pénis coupés (haam teek) ! » est systématiquement suivie d’une salve de rires, en présence comme en l’absence de jeunes filles. Avoir des organes génitaux féminins est souvent cité comme une malchance, un mauvais tour de la Nature vissant les tom à une existence de femmes et rendant difficile la stabilisation de leur couple. Mais c’est aussi revendiqué comme un atout, nombre de jeunes femmes manifestant de l’appréhension à l’idée de la pénétration vaginale par un pénis et exprimant une préférence pour l’entrée en sexualité avec des partenaires tom. Cette « marque morphologique » (Guillaumin, 1972) est encore pointée par plusieurs femmes ayant des relations sexuelles avec les tom comme un élément leur permettant de « ne pas perdre leur corps » (sia to) et leur honneur, perte dite inévitable avec un homme.

Au cœur du corps : la coupe de cheveux

12La longueur de la chevelure cristallise des enjeux particuliers dans le devenir tom. Une majorité de tom se coupent les cheveux à moins de cinq centimètres de longueur, suivant les coupes masculines à la mode : côtés rasés, cheveux plus longs sur le haut du crâne, cheveux courts hérissés avec du gel. Lorsqu’ils sont gardés longs, les cheveux sont systématiquement attachés mais sans chignon et jamais laissés lâches. Souvent, la coupe courte signe une déclaration unilatérale de rupture avec les codes du sexe féminin, représentant un signal majeur lancé à l’entourage. C’est à la fois une déclaration de rupture avec le statut social de femme et d’entrée (actuelle ou à venir) dans des relations érotico-sexuelles avec des femmes. Parce qu’elle a toutes les chances de générer conflits familiaux et sanctions sociales, cette coupe a presque systématiquement lieu au sein même des dortoirs d’usine, loin du regard des parents.

Fig. 2 : Coupe de cheveux dans le dortoir d’une usine textile de Vientiane, mai 2016

Fig. 2 : Coupe de cheveux dans le dortoir d’une usine textile de Vientiane, mai 2016

Photo auteure

  • 9 J’aborde la question de la féminisation circonstanciée des appellations des tom à la section « Il o (...)

13La surveillance familiale peut cependant se frayer un chemin dans les dortoirs au travers de sorories ouvrières. Hom, jeune fille âgée de 19 ans et originaire d’une famille paysanne du nord du Laos, a freiné la coupe des cheveux sa sœur 9 aînée, lui rappelant les promesses engagées auprès de leur mère et la déception qu’elle lui causerait. Khane a donc procédé à la coupe en l’absence de sa jeune surveillante, alors que naissait une idylle entre elle et une autre ouvrière. Si lorsque je rencontre Khane, en 2016, ses cheveux sont courts et fièrement coiffés en épi avec du gel, deux ans plus tard, alors que son histoire d’amour a pris fin, elle attribue sa coupe de cheveux à un accident ayant répondu aux attentes de sa partenaire : « Mes cheveux ont mal été coupés, ça faisait bizarre. Alors des tom ici ont arrangé la coupe pour moi. Et puis après plusieurs coupes, mes cheveux étaient courts comme les garçons. C’est seulement à partir de là que Chanmany m’a vraiment aimée » (Khane, 01.04.18, dortoir n°1 de Diep Vu, Ban Samkhet, Vientiane).

14L’adoption de codes extérieurs de masculinité apparaît comme une étape nécessaire à l’établissement d’une relation entre deux femmes. La coupe de cheveux, radicalement significative à cet égard, peut ainsi correspondre à un moment d’inconfort et de gêne. Khane raconte a posteriori cette coupe comme une succession de ratés ayant abouti à une coiffure masculine. Si dans ce cas, la coupe répond à une mise en conformité avec le mode légitime de relation entre femmes, la majorité des tom disent vouloir la réaliser depuis longtemps et profiter de la distance qui les sépare de la famille pour passer à l’acte dans le dortoir de l’usine, avec la solidarité et la camaraderie des autres tom.

15La coupe peut également advenir après que la transgression à l’hétérosexualité soit devenue publique. Top, âgée de 27 ans, originaire de la ville de Vientiane, n’effectue l’étape de la coupe de cheveux courts que dans la deuxième usine textile où elle est employée. Les cheveux longs qu’elle a longtemps portés lui ont permis de rendre invisible sa relation amoureuse avec une autre femme dans le village : ils constituaient un symbole de féminité hégémonique et par extension d’adhésion au régime hétérosexuel. Leur couple était certes protégé du regard de leur entourage, mais aussi exposé au danger de l’intrusion d’un homme : « Quand j'avais les cheveux longs les garçons me draguaient beaucoup. […] Avec ma copine, on se cachait, mais après nos voisin.e.s et nos familles se sont doutées qu’on était ensemble parce qu'on était très proches et très jalouses l’une avec l'autre. Parce que des garçons nous draguaient » (Top, 02.05.16, dortoir n°1 de Diep Vu, village de Samkhet, Vientiane).

16Dans les dortoirs, des tom se font repousser les cheveux en vue de leur sortie d’usine, préparant une visite à leur famille ou l’entrée dans une formation publique. Au Laos, le port de cheveux courts est en effet proscrit pour les femmes fonctionnaires. Devant le désarroi de parents craignant que leurs filles ne puissent accéder à un emploi, des tom répondent que l’« on ne peut élever que le corps, pas le cœur » (liang dai tè to, hua tyae liang bo dai). La formule indique la distinction entre le statut prêté à l’enveloppe corporelle et celui adossé à la personnalité, mais aussi l’incapacité des parents de ces ouvrières à infléchir ou empêcher le devenir tom de leur enfant. Le corps de fille, que les membres de la famille se sont attachés à éduquer, à doter de capacités et de réflexes, de techniques et de finalités, entre en conflit avec les potentialités du cœur. Si le cœur des tom déborde leur corps, le dressage de ce dernier se voit contesté à différents degrés.

Tom à pourcentage

17Au fil des observations et entretiens menés à Vientiane comme à Savannakhet, mon assistante de recherche Mimy Keomanichanh et moi entendons des plaisanteries au sujet de tom qui le seraient « à 100% » et d’autres pas. Le plus souvent adressée à des tom ayant engagé assez récemment leur transformation corporelle, la phrase « Nyang bo loy » (« c’est pas encore du 100% ») fuse dans les dortoirs. À Savannakhet, un jour de juillet 2015, nous discutons avec Khiao, une ouvrière de 21 ans originaire de la province de Champassak. Après avoir été serveuse en Thaïlande avec ses grandes sœurs, elle est venue travailler dans une usine de perruques de Savannakhet. À l’image d’autres jeunes laotiennes ayant vécu près de la frontière avec la Thaïlande et l’ayant souvent traversée, Khiao se considère « dee » (de l’anglais lady), une catégorie nullement rencontrée parmi les ouvrières de la banlieue de Vientiane. Les jeunes filles en couple avec des tom dans les usines de la capitale sortent indifféremment avec des garçons et des tom, sans revendiquer ni se voir attribuer de statut particulier. Khiao, elle, n’aime que les tom et se félicite « d’en être à sa quatrième ». Forte de cette expérience, Khiao nous indique que les tom qui ne le sont pas à 100% « ne font qu’en haut, pas en bas, parce qu’en bas, elles ne savent pas faire ou elles n’osent pas ».

18Khiao attend que les tom « l’étant tout à fait » disposent de compétences sexuelles et d’audace. Il est souvent attendu des tom qu’iells soient en capacité d’entreprendre des activités de stimulation clitoridienne digitale, éventuellement pénétrative. Ce script rejoue la norme hétérosexuelle dominante en matière de sexualité : il positionne les tom comme sexuellement actifs et leurs partenaires féminines comme sexuellement passives. Le second critère que Khiao relève pour identifier les tom à 100% relève de la pleine distanciation d’avec les pratiques corporelles féminisantes que sont le maquillage et la manucure, trahissant un cœur incertain. Enfin, le degré de projection dans un couple stable avec une femme apparaît déterminant dans l’identification d’un.e « véritable » tom. La coiffure apparaît comme un indicateur à la fois solide (lorsque les cheveux sont coupés courts) et ambigu (lorsque les cheveux sont gardés longs).

19C’est moins le corps que le cœur qu’il faut sonder pour identifier les tom « ne l’étant pas entièrement ». Car les tom « inauthentiques », en restant sur la rive de la féminité, s’exposent à des relations érotico-sexuelles avec des hommes. Les propos de Sayfone, qui travaille dans l’usine de verres optiques, confirment l’impertinence de critères physiques pour évaluer la véracité d’un cœur tom, au regard de critères comportementaux, comme celui de l’usage de l’argent : « Certaines personnes ont les cheveux longs mais n’aiment que les filles. D’autres ont les cheveux courts et aiment filles et garçons. Moi, si je n’ai pas d’argent, je ne sors pas avec des filles. Quand je sors, je dois payer pour elles. C’est ça, être tom 100% » (Sayfone, 06.08.16, Restaurant de soupe, village de Oudonvilay, province de Savannakhet). Si Sayfone balaie l’argument de la coupe courte comme indice sérieux, il confirme l’idée selon laquelle un tom 100% se comporte en homme, en n’aimant que des femmes et en pourvoyant à leurs besoins économiques. En sortant sans argent, un.e tom s’expose à deux dangers : être invité par une femme et ainsi manquer à ses obligations d’homme, ou pire : être invité par un homme et ainsi ramené au statut de femme.

Il ou elle ?

20Au fil des terrains, j’ai tenté de comprendre avec une urgence croissante quelles normes sociales gouvernaient l’appellation des tom comme fille (nying) ou garçon (say) et comment les tom souhaitaient être qualifié.e.s. Cette interrogation a grandi au fur et à mesure des terrains, les réponses se faisant de moins en moins claires. Cherchant à comparer les observations réalisées au Laos avec celles faites en Thaïlande, il apparut que ma question n’en avait pas systématiquement été une pour les auteur.e.s ayant étudié le statut tom dans le pays où cette catégorie nominative et sociale a émergé.

21Les premiers travaux de recherche conduits à l’Université de Mahidol à Bangkok identifient les tom comme des femmes masculines et établissent leur réticence à être confondu.e.s avec des « lesbiennes » (lesbian) (Chonticha, 1989). À l’instar des mémoires de Matthana Chetami sur « les femmes qui aiment les femmes » (Chetami, 1995) et de Manitta Chanchai, centré quant à lui sur l’identité dee (Chanchai, 2003), Salikupt Chonticha restitue la perception des tom comme des femmes cherchant à ne plus l’être, mais femmes en premier lieu. Anjana Suvarnananda, co-fondatrice de la fondation Anjaree (1995), organisation féministe engagée au service des « femmes qui aiment des femmes » et des « droits humains des LGBTI 10 » (Suvarnananda, 1984), parle de filles et femmes tom, de même que l’anthropologue Ara Wilson qui a recours à des pronoms féminins (she/her) (Wilson, 2004). L’universitaire Suchada Thaweesit analyse également les subjectivités tom dans les usines thaïlandaises au prisme du genre et de sexualités fluides féminines (Thaweesit, 2004). Une anthropologue cependant fait apparaître un inconfort s’agissant des qualifications genrées des tom : Megan Sinnott. Elle rappelle que les tom incorporent différents degrés de masculinité et de féminité, elle analyse les tom comme des « femmes transgenrées » (« transgendered females ») (Sinnott, 2004, p. 3) ne passant pas pour des hommes. Elle opte pour l’usage de pronoms féminins afin d’harmoniser son écrit et de refléter la compréhension générale des tom comme des femmes chez les thaïlandais.e.s (Ibid., p. 22).

22En lao, la troisième personne du singulier n’est pas sexuée. Mais les pronoms personnels sont autant usités que les termes de parenté, qui obéissent souvent à la dichotomie féminin et masculin : par exemple oncle/nièce, mère/fils. Ces termes d’adresse traduisent la hiérarchie entre deux personnes selon l'âge, la classe sociale et/ou le sexe. Certains peuvent ne pas être genrés, comme louk (enfant) ou nong, qui désigne une petite sœur ou un petit frère. Au Laos, les tom que j’ai interviewé.e.s sont aussi largement considéré.e.s comme des « femmes faisant les hommes », y compris par les tom elleux-mêmes. Il me semble cependant que la qualification uniformément féminine des tom ne traduit pas fidèlement les catégorisations discursives observées sur le terrain. L’exigence de cohérence invoquée par Megan Sinnott, si elle permet une lecture moins trébuchante que celle générée par l’écriture épicène, ne restitue pas la fluctuation des interactions et des appellations observées sur le terrain laotien.

23À Vientiane comme à Savannakhet, la labilité des discours sur soi tenus par les tom mêle l’affirmation systématique qu’iells sont femmes à celle qu’iells pensent « comme les hommes ». Lorsque je demande à Vanh sa position au sein de la fratrie, iell me répond : « je suis louk kok (aîné.e) ! Je suis le grand frère (ay) et la grande sœur (euay) ! ». Dans les couples, j’assiste à des scènes où de jeunes femmes qualifient leur partenaire tom tantôt au féminin, tantôt au masculin. Les tom elleux-mêmes, si je les entends souvent s’interpeller en mobilisant des termes masculins, se réfèrent aussi les un.e.s aux autres au féminin. Les rapports d’âge ne permettent pas de stabiliser ces appellations. Peu à peu, je découvre que la qualification féminine ou masculine des tom, d’une part, varie considérablement et d’autre part qu’elle ne constitue pas un terrain de revendication.

24Bien que toute tentative de systématisation rigide en matière de qualification sexuée des tom s’avère aussi infructueuse que discutable, certaines tendances émergent des observations et entretiens. Il est fréquent que des tom se qualifient les un·es les autres au masculin par le terme « bao » (jeune homme), « ay » (grand frère) et « nong say » (petit frère) lorsque des rapports d’âge interviennent. Les interactions avec des femmes de leur catégorie d’âge ou plus jeunes sont plus souvent conjuguées au féminin et peuvent l’être sans que cela soit considéré comme une moquerie. Avec les hommes en revanche, les relations sont plus systématiquement sarcastiques. Le gardien, en les voyant rentrer dans le dortoir, s’exclame en riant : « Ah, voilà les garçons qui arrivent ! ».

25Parce que les qualifications et rôles sociaux des tom varient, qu’iells peuvent être à la fois des « maris » pour leurs compagnes et des « filles » pour leurs parents, des « chefs d’équipes » pour leur patron et des « ouvrières comme les autres » pour leurs contremaîtres, le genre grammatical associé aux tom sera aussi mouvant dans cet écrit qu’il l’est dans l’oralité : neutre au pluriel, féminin ou masculin en fonction de la personne et de la position (fille ou mari) invoquée.

Lieux et temporalités du devenir tom

26Dans son mémoire, Chanmala Homesana indique que les cinq tom qu’elle a rencontré.e.s dans les usines de Vientiane ne pouvaient assumer leur véritable identité dans leurs villages. Dès lors, « migrer vers la ville est un voyage pour révéler leur identité » (Homesana, 2019, p. 51, ma traduction). Est-ce ainsi que les tom perçoivent leur trajectoire et retracent leurs parcours ? Après avoir présenté la place qu’occupe la Thaïlande dans l’imaginaire et les parcours migratoires des tom rencontrés, je montrerai que les dortoirs d’usine réservés aux femmes constituent des espaces propices à l’acquisition du statut tom et aux relations amoureuses entre individus perçus comme femmes. Je reviens ensuite sur les temporalités et facteurs d’identification au statut tom.

Le rôle de la Thaïlande dans les imaginaires et les parcours

27La Thaïlande constitue une référence majeure dans l’imaginaire des tom rencontré.e.s dans les dortoirs d’usines du Laos et, pour nombre d’entre elleux, un passage déterminant dans leurs parcours migratoires. Il faut rappeler « le caractère structurel de la migration vers la Thaïlande, en particulier chez les jeunes » (Pholsena & Banomyong, 2006, p. 153). Les langues lao et thaï sont des langues tai intercompréhensibles et les deux pays partagent nombre d’éléments culturels et religieux communs. Les niveaux différenciés de développement économique les distinguant engendrent une attraction économique, mais aussi symbolique de la Thaïlande sur une partie conséquente de la jeunesse laotienne. Bien des ouvrières devenues tom sont parti.e.s travailler en usine en Thaïlande, tout particulièrement celles originaires de Savannakhet.

28La catégorie tom a émergé en Thaïlande à la fin des années 1970 aux côtés de celle de dee, dérivée de l’anglais lady, les deux termes qualifiant respectivement les partenaires masculine et féminine d’un couple de femmes (Sinnott, 2004). Si l’usage du terme tom est relativement récent mais répandu au Laos, celui de dee est utilisé dans les dortoirs d’usines de Savannakhet, mais très peu dans ceux de Vientiane. La production d’images et de discours contribuant à l’élaboration du statut tom est alimentée par des magazines, des célébrités, des associations et des militant.e.s tom de Bangkok. Les chaînes de télévisions thaïlandaises, massivement retransmises au Laos (notamment dans les dortoirs), ainsi que les réseaux sociaux (Facebook en tête), transnationaux de fait, diffusent des modèles d’identifications sexuelles globalisés (Lyttleton, 1999 ; Sinnott, 2004 ; Wilson, 2004).

29Outre la place qu’elle occupe dans les imaginaires et les parcours antérieurs des tom, la Thaïlande représente également un ailleurs désirable. L’horizon des possibles y semble plus vaste ; deux personnes coincées dans le statut de femmes pourraient s’y aimer et vivre sans avoir l’impression d’entacher la respectabilité des parents et la relation entretenue à leur égard. Mais la destination thaïlandaise est aussi concurrencée par la ville de Vientiane et tout particulièrement par son secteur industriel émergent. Les usines-dortoirs de chaque rive du Mékong sont des espaces propices aux amours entre tom et femmes.

Les dortoirs, sanctuaires tom

  • 11 Dans les prisons pour femmes de Thaïlande, les « man » dont la masculinisation et les relations sex (...)

30En Thaïlande, il est avéré que les dortoirs pour femmes constituaient des « lieux d’homosociabilité féminine dans lesquels l’homosexualité existe sans se conformer aux modèles de visibilité queer » (Sinnott, 2013, p. 344, ma traduction), soit en dehors des espaces d’homo-érotisme tels que les bars, boîtes de nuit ou quartiers gays. Au Laos, les dortoirs ont été analysés comme des espaces de développement de relations homosexuelles pour les hommes (Lyttleton, 2008). Comme les dortoirs universitaires, les refuges humanitaires ou les prisons 11, les dortoirs d’usines féminins fournissent un cadre de vie quotidienne et d’intimité en non-mixité de sexe.

31Si certain.e.s tom ont adopté des codes de masculinité en amont de leur arrivée en ville, les dortoirs d’usine pour femmes signent la possibilité d’une transition effective vers ce statut. Les prescriptions éthiques et les injonctions hétéronormatives, au centre desquelles celle du mariage et de la maternité s’y trouvent moins présentes et pressantes. Bien qu’elles puissent être relayées par les familles sur place ou par téléphone, ces demandes ne peuvent être aussi prégnantes qu’au village, auprès des parents et de la communauté villageoise. Les dortoirs d’usines ne sont dès lors pas seulement des dispositifs par lesquels les entreprises s’assurent le maintien de leur main-d’œuvre à l’intérieur ou à proximité du parc industriel. Au-delà de la clôture sociale qu’ils matérialisent autour d’une jeunesse prolétaire, ils sont aussi le lieu d’une distanciation d’avec un ensemble d’obligations constitutives du statut de femme.

  • 12 Cette intégration dissymétrique recoupe le fait que les katheuy font l’objet d’une intégration dans (...)

32Tous les logements pour les ouvrières issues de zones rurales n’offrent cependant pas les mêmes conditions et possibilités de « devenir tom ». Alors que neuf dortoirs d’usine enquêtés hébergent en moyenne un.e tom sur dix ouvrières, quatre habitations ouvrières se distinguent par l’absence de tom. Notons que les neuf dortoirs dans lesquels les tom sont visibles varient par leur taille et leur capacité (entre 20 et 800 ouvrières), par le degré d’intimité qu’ils offrent et par les classifications de sexe qu’ils opèrent. Une majorité d’usines orientent les katoey vers les dortoirs pour hommes et les tom vers ceux pour femmes. Toutefois, les katoey peuvent, à la différence des tom, intégrer les dortoirs de leur sexe de destination (femmes). C’est le cas du dortoir pour femmes d’une usine d’appareils photographiques, incluant tom et katoey 12.

33Le premier logement sans tom est un dortoir hébergeant, à l’étage du bas, les hommes et, en haut, les femmes travaillant dans un atelier de production textile. Les circulations entre étages sont faciles, le gardien du dortoir surveillant l’entrée principale mais guère les paliers. Les dimanches après-midi, les moments de discussions et de détente sont rythmés par l’intrusion de jeunes hommes. Les trois autres habitats ouvriers dont les tom sont absent.e.s sont des locations mixtes. Le premier loge une dizaine de familles, ainsi qu’un duo de femmes. Ces deux ouvrières d’une usine de pièces automobiles vivent ensemble depuis cinq ans. Jai, âgée de 37 ans, affirme n’avoir jamais eu d’intérêt pour les hommes, ni souhaiter se marier un jour avec un homme. Aucune ne mobilise les catégories tom, dee ou lesbian, ni ne s’écarte des normes vestimentaires féminines dominantes.

34La deuxième location loge les ouvrières, opérateurs et cadres d’une usine de verres optiques de Savannakhet ainsi que les employé.e.s de commerces voisins. La dernière location sans tom, située dans la banlieue de Vientiane, loge deux tiers de couples hétérosexuels avec ou sans enfants, dans lesquels au moins l’épouse travaille dans l’usine textile et un tiers d’ouvrières lassées des réglementations des dortoirs. Bien que je rencontre un soir un.e tom rendant visite à sa petite amie, aucun.e tom ne réside habituellement dans ce lieu. En 2018 toutefois, j’apprends qu’un.e tom a quitté le dortoir d’une autre usine textile pour aménager dans un logement similaire avec sa compagne.

35Tous les logements incluant des hommes – que ces derniers résident ou circulent dans les dortoirs – offrent des conditions peu à même de consolider ou de favoriser le développement du statut tom. Les locations accueillant des familles se caractérisent par une présence relativement rare de ces dernier.ère.s. L’absence d’hommes dans le lieu de vie hors travail apparaît comme une condition nécessaire au développement et à la stabilisation du statut tom dans le milieu ouvrier. Cette absence n’est pas une condition préalable au rejet, par des femmes, du projet de mariage ou de mise en couple avec un homme – ce rejet pouvant être antérieur. C’est ce qu’illustre le cas de Jai et de son amie, dont le quotidien et les projets excluent tant le compagnonnage que la sexualité avec des hommes. Ainsi, dans le contexte des dortoirs d’usine, l’absence d’hommes autorise un processus de codification qui rend à la fois visibles et normées des relations entre individus perçus comme des femmes.

  • 13 La grossesse d’un.e tom apparaît comme une trahison de la catégorie tom toute entière, en ce qu’ell (...)

36Les dortoirs excluant les hommes protègent les tom des blagues graveleuses, d’interpellations les assignant à des corps-réceptacles-féminins et les accusant d’imposture. Les quolibets qu’adressent fréquemment les hommes aux tom – aux dire de ces dernier.ère.s et dont je suis témoin lors de sorties – dessinent les frontières de sexe et renforcent l’impénétrabilité du royaume des hommes. Les dortoirs protègent également les tom d’agressions physiques et sexuelles aux conséquences infâmantes pour tou.te.s les tom 13. Plusieurs interlocutrices expliquent que les tom font l’objet de fantasmes sexuels de la part des hommes : souhaitant les « faire redevenir filles » ou « essayer un.e tom ». L’hostilité que nombre de tom identifient elleux-mêmes dans les comportements d’hommes à leur égard rappelle combien leur transgression à l’ordre du genre perturbe « l’exercice hégémonique de la masculinité » (Beaubatie, 2017, p. 256).

Continuités et fractures d’un statut à acquérir

37Si les parcours des tom s’inscrivent dans une diversité de trajectoires, les narrations recueillies traduisent certaines constantes relatives au désir sexuel et à l’identification de genre. Le désir ressenti à l’adolescence à l’égard des filles est généralement présenté comme le facteur à l’origine de l’adoption du statut tom. Celle-ci est souvent entamée en amont de la migration vers le milieu urbain, sans toutefois prendre une forme visible. Sans que cela soit toujours le cas, l’expression et la revendication publiques d’une attirance à l’égard d’autres femmes accélèrent la transition vers le statut tom. Les désirs transgressant l’hétérosexualité, difficilement dicibles dans la sphère familiale, précèderaient ainsi la transition.

38L’invocation d’un tel désir est imbriqué à la mise en récit d’un « caractère » masculin intrinsèque à leur personnalité. En insistant sur leurs goûts pour la pêche, la chasse, les activités sociales dites masculines, en revenant aussi très souvent sur leur refus de porter le sinh et le port de pantalons par-dessous, nombre de tom restituent un schème narratif commun. Mais l’adhésion aux activités et aux normes vestimentaires masculines ne semble générer aucune remontrance de la part des parents. Les enfants peuvent s’habiller et jouer comme bon leur semble. C’est à l’adolescence que se cristallisent les conflits. La distance engendrée par le travail en usine et le regroupement « entre femmes » jouent ainsi un rôle important dans la stabilisation du statut tom.

39S’iells investissent le pré carré des hommes, soit la séduction et l’accès au corps des femmes, la concurrence des tom est tenue pour mensongère et déloyale, étant donné qu’iells sont connu.e.s et célébré.e.s pour le soin et l’attention dont iells couvrent leurs amoureuses. L’expression consacrée pour qualifier l’avantage des tom sur les hommes est « ao chai sai » : littéralement « y mettre du cœur ». Les tom sont perçu.e.s comme des partenaires si attentionné.e.s que je suis mise en garde contre la difficulté de les quitter une fois une relation engagée. Gare à qui prend goût à un.e partenaire prévenant.e et généreux.se, car le pendant de la relation est une absence de futur possible et l’impossibilité de reproduire le modèle familial. Car plus qu’une norme sociale, la famille est une institution sociale, économique et politique. Sans enfants, nulle garantie de pouvoir être « nourri » lorsque les forces viennent à manquer. La question de la pérennité du statut tom une fois quittée l’usine se pose ainsi avec acuité.

40La narration d’un désintérêt pour les garçons n’est toutefois pas la seule qui préside à l’adoption du statut tom. Le récit de Douay, âgé de 16 ans et originaire du sud-est du Laos, contraste avec ceux des tom l’étant devenus « par amour » (pour les filles) et adhésion aux normes et activités censément masculines. Douay explique s’être coupé les cheveux pour échapper aux violences physiques et sexuelles commises par son oncle, alors même qu’il allait se marier à son jeune amoureux au village. Voyant que sa nièce ne respectait pas les interdits qu’il posait, l’oncle l’enchaîna au pilier de la maison un mois durant. C’est suite à cette captivité qu’il décida de se couper les cheveux et de « cesser d’être une fille ». Si le port des cheveux longs charrie la projection d’une hétérosexualité normative, leur coupe ne suffit pas à extraire du groupe social femmes. Les agressions de l’oncle se poursuivant, Douay décida de « draguer » d’autres filles dans le village. Son récit contraste avec la majorité de ceux que nous collectons dans les dortoirs d’usine, puisqu’il fait préexister un moment de conformité avec le sexe féminin. Là où Khane quittait la féminité pour prendre femme, Douay montre une trajectoire inverse : il prend femme pour quitter la féminité.

Conclusion

41Si les dortoirs d’usines constituent des dispositifs d’immobilisation à destination de travailleuses d’origine rurales pour mieux mobiliser leur travail, ils sont aussi le lieu de mobilités de genre permettant à de nombreuses Laotiennes de se tenir, pour un temps, à distance du mariage et de l’institution familiale. À l’abri du regard de leurs familles, les tom adoptent les marqueurs physiques légitimes de la catégorie sociale des hommes (cheveux courts, pectoraux, silhouette charpentée, vêtements larges) et tout particulièrement des hommes de classe populaire. Le brunissement de la peau par exposition au soleil, la consommation de tabac et de drogues contribuent ainsi au modelage de corps virils. Le statut tom toutefois s’accompagne du maintien d’une pratique d’habitude associée à la production d’une morphologie féminine : l’épilation. L’engagement réel ou souhaité de relations sexuelles avec d’autres femmes se trouve également au cœur du devenir tom, signalant la reproduction d’une hétéronorme dans les relations établies. La pleine reconnaissance du statut tom exige non seulement des gages physiques de masculinité, mais aussi une capacité à endosser des rôles masculins (pourvoyeur de revenu, sexuellement entreprenant). Il est toutefois un domaine dans lequel le statut tom s’avère hautement conforme aux apprentissages du sexe féminin : la valorisation de l’amour dans la romance et la prise en charge du travail de soin qui l’accompagne. Dans les dortoirs d’usine du Laos, les tom sont présenté.e.s comme des partenaires portant un amour oblatif à leur compagne – une renommée qui fait écho à celle des tom de l’autre côté du Mékong.

42La Thaïlande et les dortoirs non mixtes apparaissent, en termes de représentations pour l’un, et du point de vue des conditions d’existence en non-mixité qu’ils permettent, pour l’autre, comme deux espaces dans lesquels le « devenir tom » est possible. Pour beaucoup, la conviction d’être tom remonte à la petite enfance et se stabilise à l’adolescence. L’attirance pour les filles contredit les attentes hétéronormées selon lesquelles « les filles aiment les garçons » et un goût pour les activités catégorisées comme masculines révèle ce qui est exprimé comme une « nature » conflictuelle avec l’enveloppe corporelle. C’est ainsi en quittant les rives de la féminité qu’il devient envisageable de prendre femme. Devenir tom peut aussi constituer une stratégie pour échapper à des mécanismes de violence, se soustraire à des volontés d’appropriation de la part d’hommes. La pluralité des parcours de migration vers le statut tom révèle ainsi des reconfigurations du genre aussi codifiées que souples. S’articulent en effet un ordonnancement changeant des transgressions (à l’hétérosexualité obligatoire, aux rôles féminins prescrits), une coexistence et un usage fluide de catégories identificatoires masculines et féminines, la conviction du caractère immuable des enveloppes corporelles féminines.

43Dans un contexte où les tom sont à la fois considéré.e.s comme des femmes homosexuelles masculines et comme des hommes clandestines ne pouvant échapper à leur « nature », les tom investissent et reconfigurent les normes de genre sans toutefois échapper aux rapports sociaux de sexe. L’idée selon laquelle le corps des femmes est une ressource, un trésor dont l’accès est payant ou un territoire à conquérir, affecte également les tom et les soumet à la menace du viol et de la grossesse non désirée. Les tom qui attendent un enfant font l’objet d’un désaveu général de la part des tom qui les ont fréquenté.e.s. Signalant l’inauthenticité des « pas 100% » dont les choix seraient inconstants, les réactions hostiles révèlent le caractère infâmant pour l’ensemble des tom de toute trace de rapport sexuel entre tom et hommes. En opposition aux katoey, qui intègrent les cercles de sociabilité féminine, les tom n’intègrent pas la communauté des hommes.

44Cette étude sur le « devenir tom » dans les dortoirs d’usine de Vientiane et de Savannakhet appelle à être complétée par d’autres enquêtes explorant les négociations du statut tom ultérieures à la sortie d’usine, notamment sous la pression familiale pour nourrir ses parents, établir une famille en devenir mères. Comment se structure et se pérennise la socialisation tom en dehors d’espaces non mixtes industriels ? Dans un contexte d’urbanisation, d’industrialisation, marqué par l’émergence de groupes de défense des droits des minorités sexuelles, les ouvrier.ère.s tom pourraient-iells se tourner vers une politisation de leurs vécus ?

Haut de page

Bibliographie

Banque mondiale (2012), Lao PDR: Labour Standards and Productivity in the Garments, Export Sector - A Survey of Managers and Workers, East Asia and Pacific Poverty Reduction and Economic Management Department, The World Bank, Washington, DC.

Beaubatie E. (2017), Transfuges de sexe. Genre, santé et sexualité dans les parcours d’hommes et de femmes trans’ en France, Thèse de doctorat, Paris, EHESS.

Chaipraditkul N. (2012), Whiteness, Beauty and Modernity in Thailand, Thèse de doctorat, University of Sussex, Brighton.

Chanchai M. (2003), Khwamphenekalakthang Sangkhom Khorng "Dee" Lae Konlayut Nai Karn-Chai Chiwit Pracam Wan Knorng Phu-Ying Thii Mii Khu-Rak Pen Tom (Social Identity of "Dees" in Daily Life Strategies of Women Who Have Tom Partners), mémoire de Master, Thammasat University, Thailand.

Chetami M. (1995), Concepts of the Family and Lesbian Lifestyles in Thailand, Conference on Gender and Sexuality in Thailand, Canberra.

Chonticha S. (1989), The Development and Maintenance Process of Lesbian Identities, Thèse de master, Bangkok, Thammasat University.

Guillaumin C. (2002 [1972]), L’Idéologie raciste. Genèse et langage actuel, Paris, Éditions Gallimard.

Guillaumin C. (2016 [1992]), « Le corps construit », Sexe, race et pratique du pouvoir, Paris, Éditions Côté-Femmes.

High H. (2004), « Black’skin, "White’skin": Riches and Beauty in Lao Women’s Bodies », Thai-Yunnan project bulletin, vol. 6, pp. 7-9.

Homesana C. (2019), Understanding the Urban Livelihoods and Wellbeing of Migrant Women Working in Garment Factories in Vientiane, Laos, Mémoire de master, School of Geography, Environment, and Earth Science Victoria University of Wellington.

Lyttleton C. (1999), « Changing the Rules: Shifting Bounds of Adolescent Sexuality in Northeast Thailand », dans Jackson P. A. & M. Cook Nerida (dir.), Gender and Sexualities in Modern Thailand, Chiang Mai, Silkworm Books, pp. 28-42.

Lyttleton C. (2008), Mekong Erotics: Men Loving/pleasuring/using Men in Lao PDR, Bangkok, UNESCO LWU 2005.

Malam L. (2012), Sewing The Line: A Qualitative Baseline Analysis of the Risks and Opportunities Posed for Young Women by Migration from Rural Laos to Vientiane for the Purpose of Employment in the Garment Manufacturing Industry, Vientiane, Care.

Miramond E. (2021), « De la lutte anti-traite à la mise au travail. Ethnographie de jeunes femmes laotiennes face aux politiques d’immobilisation », Thèse de doctorat en sociologie et genre, Université de Paris.

Pholsena V. & R. Banomyong (2006), Laos: From Buffer State to Crossroads?, Chiang Mai, Mekong Press.

Saipin S. (2000), Prison and People / Power and Resistance, Bangkok, Thammasat University Press.

Sinnott M. J. (2004), Toms and Dees: Transgender Identity and Female Same-Sex Relationships in Thailand, Honolulu, University of Hawaii Press.

Sinnott M. (2013), « Dormitories and Other Queer Spaces: An Anthropology os Space, Gender and the Visibility of Female Homoeroticism in Thailand », Feminist Studies, vol. 39, no° 2, pp. 333-356.

Suvarnananda A. (1984), « Rak prapheet sorng: Theu phit reu mai (The Second Kind of Love: Is she Wrong?) », Satrikhat, vol. 2, n° 1, pp. 33-41.

Thaweesit S. (2004), « The Fluidity of Thai Women's Gendered and Sexual Subjectivities », Culture, Health & Sexuality, vol. 6, n° 3, pp. 205-219.

Vallard A. (2012), « De la jupe à la femme : tissage, vêtements et subjectivation au Laos », dans Anstett É. & M.-L. Gélard (dir.), Les Objets ont-ils un genre ?, Paris, Éditions Armand Colin, pp. 105-120.

Wilson A. (2004), The Intimate Economies of Bangkok Tomboys, Tycoons, and Avon Ladies in the Global City, Berkeley, University of California Press.

Haut de page

Notes

1 Dans le secteur textile, qui recrute la majorité de la main-d’œuvre du pays, 85% des employé.e.s sont des femmes (Banque Mondiale, 2012) et une partie importante est constituée de paysannes laotiennes. Cette main-d’œuvre est logée dans les dortoirs des usines (Malam, 2012, p. 5).

2 La recherche en sciences sociales n’est pas vue d’un bon œil au Laos et les terrains longs, à découvert, se heurtent généralement à la surveillance des autorités.

3 Ces invitations se sont révélées centrales dans la possibilité de mener les entretiens. Désignée comme l’amie falang (occidentale) des ouvrières ou des commerçantes, ce fut dans les premiers temps par amitié pour ces jeunes femmes que je fus accueillie dans les dortoirs. Ces derniers sont presque systématiquement construits à l’intérieur de parcs industriels et surveillés par des gardiens. Une fois intégrée à la vie ouvrière, je circulais de jour comme de nuit dans ces espaces sans rencontrer de difficultés.

4 Mimy Keomanichanh m’a rejointe sur le terrain une fois mes relations solidement établies dans les dortoirs, les autorisations de recherche nécessaires à la conduite de cette enquête ayant été obtenues alors que je quittais le pays et quatre propriétaires d’usine (sur les dix enquêtées) ayant autorisé la conduite de cette enquête. Alors diplômée d’une licence de français et travaillant à son compte, Mimy Keomanichanh a été recrutée pour effectuer des traductions orales et des retranscriptions d’entretiens et s’est saisie de cette expérience pour se former aux sciences sociales. Elle réalise désormais un doctorat en anthropologie au LAMC.

5 Les mouvements entre le Laos et la Thaïlande, séparés par le Mékong, sont quotidiens. Les migrant.e.s en provenance du Laos composent la majorité de la main-d’œuvre étrangère présente sur le sol thaïlandais, notamment du fait de la proximité avec la région Isan, au nord-est de la Thaïlande, zone de peuplement lao la plus importante.

6 Seule l’usine automobile japonaise demande à ses employées de rester debout toute la journée durant. Les ouvrières sont plus fatiguées et les évanouissements sont plus fréquents.

7 Les katoey sont des femmes trans (MtF) se qualifiant également de « femmes du second type » (nying papheet song).

8 La consommation de yaba par les travailleuses du sexe, si elle n’est pas lue comme une pratique virile, participe de leur extraction de la cohorte des femmes respectables et de leur stigmatisation.

9 J’aborde la question de la féminisation circonstanciée des appellations des tom à la section « Il ou elle ? ».

10 Cf. [url: https://anjareefoundation.wordpress.com/ /]

11 Dans les prisons pour femmes de Thaïlande, les « man » dont la masculinisation et les relations sexuelles avec d’autres femmes seraient temporaires et contraintes par la détention – sont distinguées des « tom », dont les « déviances » sexuelles préexisteraient à leur entrée (Saipin, 2000).

12 Cette intégration dissymétrique recoupe le fait que les katheuy font l’objet d’une intégration dans des groupes de socialisation féminins, les tom n’entrent guère dans la communauté des hommes, ne les fréquentant que très peu.

13 La grossesse d’un.e tom apparaît comme une trahison de la catégorie tom toute entière, en ce qu’elle agit comme une marque d’appartenance à la catégorie sociale de femme. En 2018, à Vientiane, une ouvrière tom subit l’épreuve d’une grossesse consécutive à un viol doublée d’un isolement au sein du dortoir. Sa fréquentation de cercles masculins consommant du yaba est tenue pour la cause de ses malheurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Fesses en silicone en vente au marché de Vientiane, mars 2012
Légende Photo auteure.
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/18579/img-1.png
Fichier image/png, 253k
Titre Fig. 2 : Coupe de cheveux dans le dortoir d’une usine textile de Vientiane, mai 2016
Légende Photo auteure
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/18579/img-2.png
Fichier image/png, 185k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Miramond, « Quitter la féminité et prendre femme. Ethnographie du devenir tom dans les dortoirs d’usines du Laos contemporain »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 22 février 2022, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/18579 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.18579

Haut de page

Auteur

Estelle Miramond

Chercheuse associée au Centre Asie du Sud-Est (CASE /UMR 8170) et au Laboratoire de Changement social et politique (LCSP) ; membre du Centre d’enseignement, de documentation et de recherches pour les études féministes (CEDREF). Docteure en sociologie et genre de l’Université de Paris. Chargée de cours en « Master Sciences sociales mention Genre et changement social et politique : perspectives transnationales », Université de Paris (France) – estelle.miramond@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search