Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2022Renforcer, convertir, transformer...La Méthode Lafay de musculation :...

2022
Renforcer, convertir, transformer les corporéités genrées. L’incidence des socialisations secondaires

La Méthode Lafay de musculation : une instance de façonnage anatomiquement différencié des corps des femmes et des hommes

The Lafay Method of musculation: an instance of differentiated muscular and anatomical shaping of women and men
Matthieu Quidu et Anaïs Bohuon

Résumés

Au sein du champ concurrentiel de la culture physique, la Méthode Lafay constitue, depuis quinze ans, l’un des programmes de musculation les plus suivis en France. À partir d’une comparaison systématique des deux manuels de 2004 et 2005 respectivement destinés aux hommes et aux femmes, la présente contribution révèle le façonnage musculaire et anatomique différencié des femmes et des hommes, promu par Olivier Lafay. En effet, l’entraînement se focalise, chez les pratiquantes, sur la construction plastique des fesses, des cuisses, du ventre et de la poitrine quand il s’agit, pour les hommes, de perfectionner leurs qualités athlétiques, notamment sur les muscles du haut du corps. Jamais explicitées ni justifiées, ces différenciations contribuent à reproduire les normes essentialistes de genre et de sexe ainsi qu’à réifier l’infériorité musculaire des femmes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le champ de la « culture physique » (Travaillot, 1998 ; Andreasson & Johansson, 2014) se compose d’une multitude d’écoles dont la visée partagée consiste en un projet de transformation corporelle durable des pratiquant.es, dans une finalité de bien-être, de beauté et/ou de performance. Chacune des méthodes composant cet espace prolifique peut être envisagée comme autant d’instances spécifiques d’une fabrique des corps sexués, dans la permanence de discours naturalistes, mais également de définitions des critères qui fondent la différenciation sexuelle, construite comme une différence incommensurable (Laqueur, 1990). Ces divers programmes se distinguent aussi bien du point de vue de leur philosophie de l’entraînement, de leur conception du corps que de leur axiologie sous-jacente (Favier-Ambrosini, Delalandre & Quidu, sous presse).

2La présente contribution se centre sur l’une des démarches de renforcement musculaire les plus suivies en France depuis quinze ans – la Méthode Lafay – notamment auprès des pratiquant.es s’entraînant à domicile de façon autonome. Elle vise à analyser comment cette méthode de culture physique tend à se constituer en un façonnage anatomiquement différencié des corps des hommes et des femmes. Dit autrement, comment la fabrique du muscle, surtout lorsqu’elle est pensée de manière différencialiste, peut-elle participer à construire le sexe et le genre ?

3Olivier Lafay 1 publie son premier ouvrage, Méthode de musculation : 110 exercices sans matériel, en 2004. Celui-ci aurait été vendu, aux dires de l’auteur, à plus de 400.000 exemplaires 2, ce qui en ferait « le plus gros best-seller de l’histoire du sport en France depuis toujours ». Depuis quinze ans, les différents opus composant La Méthode totaliseraient 600.000 ventes. Parallèlement, son fondateur a créé plusieurs comptes officiels Facebook (25.000 membres pour le groupe « Protéo-system, Méthode Lafay » et 15.000 abonné.es pour « Méthode Lafay femmes »), une chaîne YouTube (36.000 abonné.es pour « Méthode Lafay Officiel ») ainsi qu’un blog 3 et des sites Internet 4.

  • 5 « S’il est vrai qu’un entraînement universel personnalisé (oxymore) ne peut évidemment exister, un (...)

4Au sein du champ concurrentiel de la culture physique, marqué par la virulence des controverses (Delalandre, 2013), Olivier Lafay entend positionner sa méthode éponyme en rupture totale vis-à-vis des programmes alternatifs (notamment le body-building ou le CrossFit), suivant une « rhétorique de la refondation » et une « logique de la table rase » (Grossetti, 2007). En effet, si sa finalité globale apparaît classique – puisqu’il s’agit de viser un développement esthétique au moyen d’une prise de masse musculaire couplée éventuellement à une perte de gras – la Méthode Lafay se revendique comme « révolutionnaire », notamment d’un point de vue axiologique (Favier-Ambrosini, Delalandre & Quidu, sous presse). S’y trouve expressément déconstruite l’idéologie qui structurerait la totalité des écoles présentes et passées de conditionnement physique, à l’exception de la sienne, à savoir le No Pain, No Gain. Suivant cette philosophie, un travail athlétique serait jugé d’autant plus efficace qu’il serait exténuant physiquement. En promouvant des valeurs comme l’efficience, le respect de soi ou encore la coopération (sa devise étant « La douceur mène à tout »), Olivier Lafay s’oppose farouchement aux approches qui valorisent le dépassement permanent de soi dans la douleur et le culte de la performance (Ehrenberg, 1991), que cela soit le CrossFit (Ornella, 2015 ; Quidu, 2018) ou le body-building (Vallet & Kinnunen, 2018 ; Perera, 2017 ; Roussel, 2000 ; Coquet, Ohl & Roussel, 2016). La conception de l’entraînement promue par Olivier Lafay se veut absolument antinomique de ce dernier programme conduisant inexorablement, de son point de vue, à l’autodestruction. À l’inverse, La Méthode se veut protectrice mais surtout accessible et adaptable à tous les athlètes, quels que soient leurs buts, leur expérience sportive ou leur condition physique initiale. La démarche se revendique ainsi explicitement inclusive et « universelle » 5 (Quidu, Delalandre & Favier-Ambrosini, sous presse).

5Malgré cette profession de foi universaliste, Olivier Lafay accorde, dans ses deux opus publiés en 2004 et 2005, une attention différenciée aux groupes musculaires à développer respectivement chez les hommes et les femmes. Notre analyse se focalise sur ce projet de façonnage corporel contrasté des hommes et des femmes suivant des zones corporelles bien distinctes. Il s’agit tout à la fois d’identifier ces aires anatomiques, tantôt ciblées tantôt minorées, de formaliser les justifications qui sous-tendent ces choix sélectifs et de les analyser au prisme du sexe et du genre. Tout en nous focalisant prioritairement sur la fabrique des corps des femmes, nous penserons celle-ci de façon dialectique avec le façonnage des anatomies masculines.

6D’un point de vue méthodologique, nous nous intéressons à la source, à l’instance première et officielle du façonnage musculaire différencié, promu par La Méthode, à savoir les ouvrages d’Olivier Lafay. Nous procédons à une analyse comparative systématique des ouvrages de 2004 et 2005. De très nombreuses parties étant communes, il convient spécifiquement d’analyser et de comprendre les points précis qui les distancient. Les pratiquant.es de la méthode, durant leurs entraînements pluri-hebdomadaires, ont fréquemment recours à ces ouvrages, véritables guides pratiques quant aux exercices à réaliser, à la manière de les exécuter, au nombre de séries à valider ou encore aux changements de niveaux. Les pratiquant.es sont donc exposé.es régulièrement et durablement à ces manuels qui peuvent dès lors être considérés comme des instances de fabrication corporelle, affective et perceptive.

La Méthode Lafay : une approche de la musculation globalement et multiplement différentialiste

7Avant de nous pencher spécifiquement sur la différenciation des zones corporelles respectivement ciblées dans le cadre de la construction musculaire des hommes et des femmes, il nous semble indispensable de montrer que cette disparité anatomique s’inscrit plus généralement dans une approche de la culture physique globalement et multiplement différentialiste. Alors même que l’ouvrage originel Méthode de musculation « a été pensé afin de satisfaire chaque lecteur, quels que soient son objectif et son niveau de départ » (Lafay, 2004, p. 10), le concepteur publie l’année suivante, en 2005, Méthode de musculation au féminin : 80 exercices sans matériel. Ce n’est donc que rétrospectivement, après la parution du deuxième livre destiné aux femmes, que l’opus initial apparaît comme exclusivement dédié aux hommes, sans que cela soit jamais explicitement indiqué. Néanmoins, certains indices pouvaient le laisser présager (absence de féminisation des noms, illustrations exclusivement masculines). Derrière l’universalisme apparent – et affiché – du discours (« satisfaire chaque lecteur »), se dissimule donc l’usage du « masculin-neutre » (Mosconi, 1992, p. 73) : « neutre parce que la différence des sexes tend à y être déniée, mais masculin parce que le "genre masculin" y reste dominant ». Les propositions destinées aux hommes sont insidieusement érigées en cadre de référence originel. Les prescriptions ciblant les femmes n’apparaissent dès lors qu’en tant que version aménagée, simplifiée voire édulcorée du système prioritairement créé pour les hommes. Si le programme de 2005 reprend mot pour mot de très nombreux passages de celui de 2004 (par exemple dans les parties « bases de la musculation » ou « souplesse »), une lecture comparative minutieuse laisse néanmoins entrevoir de multiples – et parfois subtiles – différences entre les méthodes masculine et féminine.

8Ces divergences transparaissent dès les pages de couverture. En effet, si dans l’ouvrage de 2004, il est question de 110 exercices sans matériel, le nombre descend à 80 pour les femmes sans que cela soit justifié. Par ailleurs, l’illustration de 2004 met en scène un homme en action, réalisant des flexions de bras, tandis que celle de 2005 montre une femme accroupie, de dos, en position d’attente et non de travail, ce qui s’avère conforme aux conclusions de Mélie Fraysse relativement aux mises en scène différenciées des cyclistes hommes et femmes dans la presse spécialisée de VTT. L’auteure montre comment y sont mises en scène la puissance, la performance et la violence des cyclistes hommes conformément au modèle de la masculinité hégémonique et ce via des gros plans sur la musculature, la captation d’actions dynamiques et à forte prise de risque ou encore l’exacerbation de corps souffrants et meurtris. À l’inverse, leurs homologues femmes se trouvent trivialisées, infantilisées et érotisées, au sein du registre de l’emphasized feminity, dans des clichés les saisissant dénudées, suggérant l’acte sexuel, dans des postures attentistes et hyper-cambrées, le plus souvent de façon statique et accompagnées de leur entraîneur (Fraysse, 2013).

9Chez Olivie Lafay, les différences se situent également dans les finalités visées. Pour les hommes, il s’agit d’« éliminer les graisses excédentaires », de « développer vos muscles » et d’« améliorer vos performances athlétiques ». La première visée est également présente chez les femmes à la différence des deux suivantes qui ont disparu au profit d’un nouvel objectif : « un corps harmonieux, souple et tonique ». Dans le corps des ouvrages, les finalités du travail physique diffèrent également fréquemment, le plus souvent insidieusement car les distinctions ne sont jamais explicitées ni justifiées. Ainsi, si l’exercice de la souplesse est encouragé chez tous les adeptes, certains intérêts de ce travail n’apparaissent que pour les femmes. Pour les deux sexes, la souplesse permet de « protéger les articulations », d’« éviter les accidents musculaires », d’« accélérer la récupération » ou encore de « relaxer le corps et l’esprit », mais, en plus, chez les femmes, elle permettrait de « conserver ou d’obtenir la grâce et l’élégance », objectif absent chez les hommes qui, à l’inverse, peuvent y trouver un moyen d’« augmenter la rapidité ».

10Plusieurs indicateurs convergent pour attester cette moindre attention accordée chez les femmes au développement des performances athlétiques au profit de la plastique corporelle. Il en va en premier lieu du choix des épithètes qu’Olivier Lafay accole systématiquement aux différentes zones corporelles travaillées chez les femmes : « un ventre plat et tonique » ; « une taille fine et marquée », « une poitrine ferme et remodelée » ; « des bras galbés ». D’autre part, dans l’ouvrage de 2004, les hommes sont systématiquement mis en scène en situation de travail (portant un short, torse nu ou en t-shirt) tandis que les femmes sont très régulièrement photographiées dans des situations passives d’inaction en sous-vêtements, parfois en plongée sur la poitrine ou en contre-plongée sur les fesses, ce qui renvoie à l’hyper-érotisation des sportives. Les différenciations – à nouveau jamais explicitées ni expliquées – se prolongent dans la planification même de l’entrainement : la programmation est conçue pour les hommes en treize étapes de progression « permettant d’atteindre le niveau correspondant à ses aspirations », tandis qu’elle ne comporte pour les femmes, au maximum, que trois niveaux (une seule étape pour les bras). Dans l’opus de 2004, en sus des treize niveaux de progression, Olivier Lafay ajoute des sections comportant des « exercices supplémentaires », permettant de « continuer à progresser », de « varier l’entraînement » et d’« aller plus loin avec de nouveaux programmes ». Ces sections sont absentes de l’entraînement des femmes où est, à l’inverse, insérée un chapitre intitulé « bien débuter ». Une période de « rééquilibrage », préalable à toute musculation, est ainsi conseillée aux femmes, précaution totalement absente de la version masculine, pouvant être interprétée comme une forme d’infantilisation (Piterbraut-Merx, 2019).

11À ces diverses réductions fait écho une évacuation systématique, chez les femmes, des exercices les plus complexes et exigeants, comme les pompes réalisées à une main ou les tractions prise écartée. Précisons ici qu’en 2004, Olivier Lafay situe chaque exercice sur une échelle de difficulté (allant de 1 à 4). Cette graduation est absente de la version pour femmes. Les exercices classés à « grande difficulté » (niveau 3 ou 4) – il en existe dix-neuf dans la méthode masculine – ne sont pas proposés aux femmes, à deux exceptions près, les mouvements E2 (p. 165) concernant les cuisses et les fessiers (ces zones anatomiques sont, de façon stéréotypée, associées au façonnage des corps féminins) et C9 pour « l’épaisseur du haut du dos » (p. 161). Nous verrons ci-après qu’Olivier Lafay justifie le travail des grands dorsaux par leur propension à rehausser la poitrine.

12Finalement, les propositions fondamentalement différentialistes d’Olivier Lafay résonnent avec les positions formalisées, dès la fin du xixème siècle, dans un souci d’hygiénisme, par les réformateurs encourageant les femmes à se risquer sur le terrain masculin des pratiques physiques. Tous – ou presque – insistent sur les spécificités propres à la « nature » féminine afin de ne pas bouleverser l’ordre des sexes. Ce processus s’opère via des stratégies rhétoriques qui se focalisent sur des impératifs esthétiques et natalistes. Les pratiques physiques et sportives préconisées aux femmes ont pour valeurs la grâce, l’élégance, la souplesse, la fluidité du mouvement mais aussi le jeu et le loisir. La justification fondatrice de la non-mixité des pratiques (il en va également ainsi de la différenciation des méthodes Lafay pour les hommes et les femmes) repose au final sur l’argument de la bicatégorisation sexuelle des corps (mâle/femelle – homme/femme – masculin/féminin) et l’injonction à maintenir cette différenciation, dans la mesure où cet argument est implicitement fondé sur la hiérarchisation sexuelle (mâle>femelle – homme>femme – masculin>féminin) (Bohuon & Dorlin, 2021). Construite par plusieurs siècles de discours relevant de l’anthropologie philosophique et des sciences médicales, la représentation communément admise du corps des femmes réifie le préjugé d’une infériorité physique (Dorlin, 2006). Les femmes y sont renvoyées à une norme de féminité selon laquelle le « naturel » féminin est pathologiquement défaillant. Elles seraient donc plus faibles, plus entravées par leurs seins (Froidevaux-Metterie, 2020) ou par leurs hanches, voire empêchées (par leurs règles, leurs grossesses, leurs maternités, leur frigidité…), plus molles, plus passives, plus statiques (Dorlin, 2009). La Méthode Lafay pour les femmes ne fait pas ici exception et se construit autour du renforcement musculaire de corps jugés plus « faibles », esthétisés, gracieux répondant aux critères normatifs d’une féminité hégémonique (Choi, 2000 ; Connell, 1987).

Différentialisme et ciblage des zones corporelles à muscler pour « fabriquer » des corps sexués et genrés par la Méthode Lafay

  • 6 « La progression de chaque partie du corps est indépendante de la progression des autres parties du (...)

13De façon générale, la Méthode Lafay propose une approche de la musculation qualifiable d’« anatomo-centrée » (Favier-Ambrosini, Delalandre & Quidu, sous presse) au sens où chaque zone corporelle est ciblée de façon indépendante au moyen d’exercices d’isolation. Cette tendance analytique semble encore plus prononcée dans l’ouvrage destiné aux femmes 6. En effet, alors que dans le manuel de 2004 l’entraînement est organisé en fonction des treize niveaux de progression, dans la version féminine, l’exposé est structuré par zones corporelles à façonner. Une telle spécificité, qui se traduit dans l’agencement des sommaires, n’a rien de trivial : si la progression athlétique apparaît structurante pour les hommes, ce sont les aires corporelles qui organisent la proposition faite aux femmes. Cette entrée « topographique » donne à voir une vision éclatée, dispersée, en kit, voire à la carte, des corps des femmes, ce qui tend à en précipiter la chosification, à les réduire à l’état d’objet.

14Plus précisément, dans son approche du renforcement musculaire de la « Femme » (nous utilisons délibérément le singulier entre guillemets pour en souligner la réification), Olivier Lafay distingue quatre segments anatomiques à cibler prioritairement, lesquels sont historiquement associés aux activités physiques proposées aux femmes (Bohuon & Luciani, 2009).

15Le premier bloc concerne le « bas du corps » (« cuisses, hanches et fessiers »). Pour les stimuler, Olivier Lafay va proposer aux femmes des mouvements spécifiques, qui n’apparaissent pas en 2004, à l’instar de ces exercices réalisés à quatre pattes (G et G1, pp. 75-76) ou de la montée sur chaise en fente haute (E, p. 72). À l’inverse, Olivier Lafay a évacué de la méthode proposée aux femmes certains mouvements qui apparaissent donc rétrospectivement comme réservés aux hommes, à l’instar de la chaise à une jambe (Lafay, 2004, p. 174). Nous tentons ci-après d’expliquer une telle sélectivité chez Olivier Lafay, qui plus est, non justifiée, dans les exercices. Indiquons simplement que semble se conjuguer le choix de mouvements tout à la fois typés comme « féminins » (à l’image de ceux réalisés à quatre pattes) et « légers » : les exercices plus ambitieux étant estimés soit inaccessibles aux capacités physiques des femmes soit susceptibles de générer une croissance musculaire jugée exagérée et donc non souhaitée.

16La deuxième zone qu’Olivier Lafay entend développer chez les femmes est le ventre : il s’agit de viser une « taille fine et marquée » couplée à « un ventre plat et tonique », en mettant notamment l’accent sur les « abdominaux transverses ». Insistons tout d’abord de nouveau sur le choix stratégique des épithètes : il ne s’agit jamais pour les femmes d’être « fortes », « puissantes » ou « robustes », caractéristiques à l’inverse systématiquement visées chez les hommes. Il convient pour elles de « raffermir » leur poitrine, de « galber » leurs cuisses, de « tonifier » leur ventre plat (p. 45). Le vocabulaire est davantage plastique que fonctionnel ou athlétique (Fraysse, 2013). Afin de développer leur sangle abdominale, Olivier Lafay suggère aux pratiquantes d’exécuter de très nombreux exercices statiques (pp. 81-93). À l’inverse, le concepteur ne leur propose pas certains exercices dynamiques insérés dans la version masculine, qu’il s’agisse de ceux visant le renforcement des faisceaux obliques (pp. 198-200) ou inférieurs (avec relevé de jambes en suspension, p. 176) des abdominaux. Olivier Lafay semble ici craindre un « épaississement de la taille » (p. 80), ce qui tendrait à éloigner les pratiquantes du modèle stéréotypé de la « taille fine ».

17La troisième aire corporelle visée correspond à la « poitrine », qu’il convient d’« affermir » et de « remodeler » (p. 101). Le terme « remodelé » laisse sous-entendre un déficit esthétique à combler, une défaillance à rééduquer : la remise en état prévaut ici sur une logique de perfectionnement (Quin & Bohuon, 2013). Pour ce faire, seront ciblés les pectoraux : dans la vision lafayenne de la musculation féminine, leur travail n’apparaît finalisé que par un objectif de façonnage esthétique :

« Le sein n’est pas un muscle. On ne peut donc exercer directement la poitrine afin de l’embellir. Certains en concluront qu’il est inutile de passer du temps à entraîner les pectoraux qui bien que placés sous les seins n’ont pas pour fonction de les soutenir. Mais avant de passer à la chirurgie qui redresse une poitrine tombante sans effort, […] il est conseillé malgré tout d’exercer ses pectoraux et le haut de son dos. L’entraînement de ces muscles n’a pas un effet direct sur les seins mais il a un effet indirect qui, selon les personnes, peut être considérable. […] Donc, chercher à congestionner au maximum ses pectoraux lors d’un effort intense participe à l’esthétique de la poitrine […]. Les pectoraux peuvent prendre beaucoup de volume. Plus ils seront volumineux, plus la peau des seins qui les recouvre sera tendue par ce volume. Ainsi, les poitrines hautes le resteront et les poitrines légèrement tombantes remonteront » (Lafay, 2005, p. 101).

18Il en va de même pour le

« travail des muscles du haut du dos [qui servent] à redresser le buste, à maintenir ou retrouver une belle attitude verticale. La tonicité des dorsaux évite d’être voutée et fait ressortir la cage thoracique qui, bien développée, sert d’appui aux seins. La musculature dorsale équilibre la musculature pectorale et rejette les épaules en arrière ce qui tire les seins vers le haut » (Ibid., p. 101).

19Au même titre que ce qui a pu être noté précédemment, Olivier Lafay a évacué de l’opus féminin de nombreux exercices de renforcement pectoral pourtant proposés aux hommes, probablement encore parce qu’il les juge trop exigeants et risquant d’engendrer un volume musculaire non désirable pour les femmes : il en va ainsi des pompes en contre-bas (A2, p. 140), des pompes serrées (A3, p. 141), des pompes circulaires (A10 et A11, pp. 146-147), des pompes verticales (J et J1, pp. 186-187) ou des pompes à une main (Q, Q1 et Q2, pp. 202-204).

20La quatrième zone anatomique figurant dans la table des matières de Musculation au féminin est les « bras (triceps et biceps) » qu’il s’agit de « galber ». Comparativement aux trois blocs précédents, le travail des bras apparaît secondaire. À cet égard, Olivier Lafay n’envisage leur renforcement qu’à l’intérieur d’un niveau unique (au lieu de trois pour les zones précédentes), qui plus est « facultatif », notamment pour le profil n°6 de pratiquantes (« vous êtes satisfaite de votre buste et vous souhaitez mettre l’accent sur le bas du corps et la taille », p. 47). Les autres pratiquantes ne sont pas « obligées » de travailler leur bras si elles sont « satisfaites de leur apparence et si le tout est proportionné » (p. 51). Cette dimension optionnelle surgirait-elle parce que les bras ne sont associés à aucune fonction érotique, qu’ils ne servent aucune finalité sociale et/ou biologique liée à la maternité ou encore qu’ils renvoient à la virilité (les concours de bras de fer, par exemple, étant de véritables bastions de la masculinité) ? Quoi qu’il en soit, le volume de travail proposé par Olivier Lafay sur ce groupe musculaire est particulièrement minime puisqu’il conviendra de réaliser « une série si vous cherchez à mincir ou galber vos bras » ou, tout au plus, « deux séries si vous voulez les faire grossir ». Olivier Lafay dissuade également les pratiquantes d’adopter les positions les plus exigeantes. Ainsi, « la position sportive [niveau élémentaire] suffira pour celles qui veulent entretenir leurs bras ou les amincir […]. Si vous avez des résultats satisfaisants très rapidement, ne cherchez pas à aller jusqu’au sol : vous risqueriez d’obtenir un volume non désiré » (p. 135). Il est paradoxal pour un promoteur de culture physique à l’origine d’une méthode visant prioritairement la prise de masse musculaire de demander à ses pratiquantes de n’exercer les bras que de façon facultative, sur un nombre excessivement restreint de répétitions et avec une amplitude intentionnellement réduite. Olivier Lafay se montre ici soucieux quant au risque d’une prise de masse exagérée des bras. La crainte d’une virilisation des corps des femmes l’incite en permanence à revoir ses exigences à la baisse : « surveillez les transformations de vos bras. Lorsque vous serez satisfaite de leur apparence, ne cherchez pas à rendre chaque mouvement plus dur, entretenez vos performances sans vouloir prendre plus de force » (p. 129). Plutôt que de viser des gains de performance et de force (objectifs a priori constitutifs de tout projet de culture physique), Olivier Lafay oriente ses pratiquantes vers de la stabilisation, de l’entretien voire de l’interruption. Par exemple, les bras seront « [galbés] en leur donnant juste ce qu’il faut de volume pour améliorer leur esthétique » (Lafay, 2005, p. 129). La « performance de genre » (Butler, 2006) l’emporte ainsi sur la performance musculaire : maintenir son corps dans les limites étroites des normes dominantes de la féminité se traduit par des caractéristiques physiques qui vont de toute façon à l’encontre des critères d’excellence dans la plupart des exercices corporels. Les activités physiques recommandées ou interdites aux filles et aux femmes appartiennent à un univers par définition masculin, puisqu’elles servaient le culte de la virilité (Mosse, 1997). L’histoire des pratiques physiques et sportives montre, en effet, de façon paradigmatique une tension entre la naturalité du corps et son historicité, sa plasticité : parce qu’ils interviennent sur les qualités plastiques du corps, les prescripteurs des activités physiques et sportives sont très embarrassés devant le diktat naturaliste de la bicatégorisation sexuée, sans pour autant songer à le contester (Bohuon, 2012).

  • 7 Ce travail du périnée sera, en revanche, intégré au titre de « pilier de la santé » dans le tome 2 (...)

21En sus de ces quatre blocs corporels, Olivier Lafay ajoute une dernière zone à renforcer, laquelle est totalement absente du manuel destiné aux hommes 7 : il s’agit des « muscles intimes (périnée) ». Selon lui, « peu de femmes sont capables d’imaginer qu’il existe un lien entre la musculation et leur sexualité. Pourtant, il en va de leur sexe comme de toutes les parties du corps : l’exercice musculaire permet d’améliorer les sensations » (Lafay, 2005, p. 34). Et d’exposer sa thèse :

« La frigidité, la faiblesse du plaisir ou la perte des sensations après un accouchement sont là pour prouver que la sexualité ne va pas de soi […]. Tonifier les muscles intimes par la musculation permet d’augmenter le contrôle lors de la recherche du plaisir et donc, les sensations […]. Les femmes frigides ou ayant un problème avec leur sexualité ne devront pas s’étonner si elles ressentent une certaine répugnance à faire cet exercice [contractions vaginales]. C’est la preuve que leur sexe reste une "contrée oubliée" […]. Elles doivent considérer que cet exercice leur permettra de jouir plus intensément de leur corps, donc de la vie. C’est une forme d’entraînement à l’acte sexuel : on s’entraîne d’un côté, on fait l’amour de l’autre, avec un sexe capable de devenir un étau de chair susceptible de ravir le partenaire en augmentant les sensations du couple » (Ibid.).

22À l’inverse, d’autres zones explicitement travaillées dans l’ouvrage de 2004 ne sont jamais envisagées dans la version féminine. Il en va notamment ainsi des avant-bras, des lombaires, des mollets, du cou, des trapèzes, des épaules et de la partie supérieure des pectoraux. De très nombreux exercices proposés en 2004 visant l’accroissement de la « largeur et/ou de l’épaisseur du dos » ne sont pas proposés aux femmes (tractions avec sangles – I5, p. 182 – ou avec une prise large – I4, p. 181). En définitive, par contraste avec les propositions destinées aux femmes qui sont restreintes à un nombre limité de zones circonscrites, la Méthode de musculation « au masculin » (précision que nous ajoutons, elle semblait aller de soi en 2004 pour Olivier Lafay) se veut exhaustive anatomiquement, même si l’emphase est placée sur la croissance du haut du corps (épaules, pectoraux, largeur et épaisseur du dos) : la « triade » (au cœur de la Méthode masculine) se compose ainsi d’exercices de pompes, de dips et de tractions.

Aux racines de cette fabrique différentialiste des « anatomies féminines »

23Après avoir mis en lumière la récurrence de la logique de façonnage différencié du corps des hommes et des femmes par la Méthode Lafay, il convient d’en comprendre les motivations sous-jacentes ainsi que les systèmes de justification. Rappelons en préambule que le concepteur n’explicite jamais les différences dont il est pourtant à l’origine. Il n’indique guère avoir opté pour trois niveaux au lieu de treize, avoir retenu une entrée par les zones corporelles plutôt que par la progression athlétique ni avoir sélectionné certains exercices en fonction de leur difficulté. Si notre analyse a permis de reconstituer ces différences, celles-ci n’ont jamais été assumées par leur auteur dont le programme de transformation sexuée et genrée fonctionne de manière tacite voire insidieuse. En outre, ces divergences ne sont jamais justifiées par l’instigateur de la méthode qui ne s’appuie, par exemple, sur aucune connaissance physiologique explicite, alors qu’il fait systématiquement préfacer ses ouvrages par des médecins. Un tel procédé semble renvoyer à l’activation d’un argument d’autorité (Bouvier, 1995) qui s’ancre sur le « préjugé scientiste » (Bouveresse, 1999) suivant lequel une connaissance ne pourrait être valide que si construite scientifiquement (Quidu, Delalandre & Favier-Ambrosini, sous presse). L’influence des sciences biologiques sur les propositions d’Olivier Lafay semble plutôt s’opérer à un niveau « méta » : les catégorisations sexuées (femelle/féminité versus mâle/masculinité) rappellent le lien socialement établi entre, d’une part, les données biologiques relatives au sexe et, d’autre part, les constructions psychiques et sociales de la division entre masculin et féminin. Ainsi, le fait d’être considérées comme « trop masculines » peut freiner ou handicaper le renforcement musculaire des femmes. Soumis à une telle vision, Olivier Lafay ne se sent par exemple pas contraint d’expliquer pourquoi les exercices de développement des cuisses en position quatre pattes sont inclus dans la version féminine mais pas masculine et, à l’inverse, pourquoi le maintien en chaise à une jambe est préconisé pour les hommes mais pas pour les femmes. Là encore, ce sera à l’analyste de retisser le réseau de motivations ayant présidé à la promotion de telles divergences. Si celles-ci ne reposent pas sur des connaissances scientifiques expressément convoquées, sur quoi se fondent-elles alors ? Les choix sélectifs d’Olivier Lafay se basent sur des représentations et des normes (in)conscientes de sexe et de genre, qu’ils contribuent à reproduire et renforcer.

24À un premier niveau, une grande part de ses propositions à destination des femmes semble motivée par l’angoisse d’une prise excessive de volume musculaire, notamment sur certaines zones comme les bras, les mollets ou les pectoraux. La peur sous-jacente pourrait être liée au « spectre de la virilisation » des femmes par une musculature trop proéminente, obstacle constant à la mise en mouvement de leur corps, amenant à douter de la compatibilité d’une pratique physique intensive avec les morphologies « féminines » (Baillette, 1986, 1999). Pareille crainte va se traduire, dans les propositions concrètes d’Olivier Lafay, par un nombre moindre de niveaux de progression, par un volume total de séries et de répétitions inférieur aux prescriptions masculines ainsi que par une évacuation quasi systématique des exercices de niveau avancé. Instigateur d’une méthode de culture physique visant prioritairement à faire croître la masse musculaire de ses adeptes, Olivier Lafay laisse transparaître son embarras au moment de penser la construction physique des femmes :

« Si vous avez tendance à développer facilement vos mollets, il faudra éviter de pratiquer trop souvent la corde à sauter. Si vous constatez un accroissement très rapide du volume de vos mollets […], il suffira de réduire, voire de supprimer la corde à sauter pour que le volume diminue. Le volume du muscle correspond à une adaptation à une forme particulière d’exercice : il suffit de supprimer ou de réduire cette forme d’exercice pour que le volume se réduise d’autant. C’est d’ailleurs pour cela que vous conserverez en permanence le contrôle de votre développement » (Lafay, 2005, p. 30).

25Olivier Lafay est ainsi confronté à une injonction contradictoire : muscler les femmes sans les « dénaturer », sans les viriliser, sans les blesser (Vertinsky, 1994 ; Hargreaves, 1994). Dans sa prise en charge des corps des femmes, Olivier Lafay doit gérer des impératifs souvent antinomiques : la culture physique peut assainir le « naturel », soigner, redresser, sculpter mais elle peut aussi pervertir, déformer, dévoyer, détourner les corps des femmes de leurs fonctions biologiques et sociales. La situation en devient aporétique : les corps des femmes qui pratiquent la culture physique ne peuvent être tout à fait « musclés et forts », car cela prétendrait à une possible égalité des sexes, mais ils ne peuvent être trop « faibles » car ils ne pourraient alors s’exercer sans être mis en danger (Bohuon & Dorlin, 2021).

26Cette crainte de la virilisation semble telle qu’Olivier Lafay, pourtant promoteur d’une méthode visant des effets durables chez ses adeptes, n’hésite pas à indiquer qu’« il suffit d’arrêter un exercice pour que le volume musculaire décroisse immédiatement ». Il tente également, quitte à décrédibiliser l’efficacité de sa méthode, de rassurer les femmes sur l’ampleur somme toute minime des transformations obtenues : « sans anabolisants et sans manger énormément, vous n’avez aucun risque d’obtenir de grosses cuisses musclées en vous entraînant avec cette méthode » (Lafay, 2005, p. 59). De telles précautions sont à l’inverse totalement absentes de l’opus destiné aux hommes.

  • 8 « Celles qui ne pensent qu’à modifier leur corps dans l’urgence pour satisfaire aux critères de min (...)

27Dans le cadre de sa Méthode de musculation au féminin, pareille angoisse se trouve décuplée par la centration exacerbée d’Olivier Lafay sur des visées esthétiques. Même si, à plusieurs reprises, dans son discours affiché, il indique vouloir relativiser la prévalence de la finalité plastique 8, dans ses propositions pratiques destinées aux femmes, la quête esthétique apparaît comme le premier voire le seul régulateur de l’entraînement. Dit autrement, c’est en fonction du degré d’atteinte de leurs objectifs esthétiques que les pratiquantes sont invitées tantôt à passer au niveau supérieur, tantôt à réduire leur nombre de séries ou de répétitions, ou encore à supprimer certains exercices. Ainsi, concernant le bloc « ventre », Olivier Lafay indique : « si votre objectif est l’esthétique, inutile peut-être de passer au niveau 2. En effet, les exercices que vous allez découvrir donnent plus de volume aux muscles de la taille, ce qui l’épaissit. Celles qui souhaitent obtenir ou conserver une taille fine risquent d’être déçues si leur tour de taille augmente » (Ibid., p. 80). Nous avons préalablement souligné que la finalité principale du travail des pectoraux chez les femmes était l’amélioration de l’esthétique de leur poitrine : « si votre poitrine vous satisfait, inutile d’aller au niveau 2 » (Ibid., p. 104).

28Notons enfin qu’Olivier Lafay tend à imposer à ses pratiquantes une conception normative et unidimensionnelle de la « beauté féminine » : « n’oublions pas qu’une taille musclée avec des abdominaux légèrement apparents améliore l’esthétique féminine » (Ibid., p. 80). Sa vision prescriptive transparait également dans ce passage sur la souplesse :

« Nous avons tous rencontré des femmes dont le maintien et la démarche accentuaient le charme malgré un corps qui, à le regarder de près, souffrait de graisses excédentaires ou de disproportions. D’autre part, des femmes au corps parfait, exempt de graisse, peuvent paraître froides, raides, sans âme. La séduction est avant tout liée à la souplesse, à des gestes déliés, à la fois pleins de vie et mesurés. La souplesse procure la grâce et l’élégance, ne la négligez donc pas, quitte à ce qu’elle passe au premier plan de vos priorités avant la musculation. Cependant l’idéal est d’allier l’harmonie des formes à la souplesse, ce qui donne la beauté suprême : celle des danseuses, des patineuses et des gymnastes » (Ibid., p. 142).

29Relayant une vision unilatérale et rectificatrice de la beauté, Olivier Lafay n’hésite pas à conseiller une chirurgie réparatrice aux femmes qui s’écarteraient du modèle normatif imposé :

« Si vos seins sont ramollis, un peu tombants, l’entraînement qui suit aura un effet extrêmement positif. Si par contre vos seins tombent exagérément, cet entraînement améliorera la situation mais il ne fera pas de miracles. Il ne fera pas remonter des seins en "gants de toilette". À ce niveau, seule la chirurgie sera efficace. Ensuite, vous pourrez muscler vos pectoraux et vos dorsaux pour maintenir les effets de la chirurgie » (Ibid., p. 101).

30En somme, en tant qu’instance originelle et officielle de fabrique des muscles, la Méthode Lafay propose une approche fortement différenciée du façonnage des corps des hommes et des femmes qui la rend extrêmement sexuée et genrée. Elle s’appuie sur, et contribue à renforcer, la naturalisation et l’essentialisation des différences sexuées (Dorlin, 2008). Plus encore, les femmes sont soumises, dans la Méthode Lafay, à une injonction contradictoire brutale : se muscler, se redresser (Vigarello, 1978) tout en conservant des « corps de femmes ». D’une certaine façon, elles se trouvent contraintes de céder à cette pression d’être le medium privilégié de la performativité du genre. Cette méthode vise ainsi à reproduire idéologiquement une catégorisation discriminante (principalement sexuelle) qui s’apparente de fait à les laisser en-dehors des privilèges « musculaires » de la virilité et de la masculinité. En effet, ces dernières passent par le muscle, toujours en se focalisant sur les zones corporelles respectant les critères normatifs de la féminité et de la maternité et dans le respect des normes traditionnelles de sexe, de genre et de sexualité, qu’il ne faut surtout pas bousculer.

31Ainsi, chez les femmes, le développement fonctionnel, c’est-à-dire l’amélioration objectivable des qualités athlétiques, est largement minoré et toujours subordonné à une quête esthétique. L’approche du renforcement musculaire des femmes apparaît finalement tronquée et mutilée. En le restreignant à certaines zones particulièrement circonscrites, la démarche continue d’assigner les femmes à des fonctions biologiques et sociales en nombre limité : la « procréatrice », conformément à une conception « gynécologique » (Delaplace, 1996) de la gymnastique féminine, qui était déjà présente dans le premier quart du xxème siècle ; la femme-objet, alliant beauté plastique et érotisation afin de devenir concurrentielle sur le « marché de la bonne meuf » (Despentes, 2006) ; la femme source de plaisir masculin dans une conception hétéronormative, grâce à son « entraînement à la sexualité » (Lafay, 2005, p. 35).

Conclusion

32Nous avons montré que les propositions d’Olivier Lafay participent d’un projet de fabrique corporelle fondamentalement différentialiste, d’un point de vue anatomique (développement corporel sélectif et tronqué) aussi bien qu’axiologique (minoration de la quête de performance et de dépassement athlétiques au profit d’une centration sur les transformations esthétiques). S’y joue une essentialisation des différences sexuées et genrées. Cette essentialisation n’a pas été créée par Olivier Lafay, mais plus exactement intériorisée, exploitée, reproduite et reconduite par lui sans remise en question ni déconstruction critiques. Il nous semblerait assez vain – voire présomptueux – de prétendre identifier la source unique ou l’origine première d’un tel schéma différentialiste dans le champ de la culture physique. Celui-ci était, par exemple, déjà constitutif des propositions des « médecins-culturistes » dans le premier quart du xxème siècle (Bohuon, 2008). Sans être lui-même médecin, Olivier Lafay perpétue d’une certaine manière une « conception médicalisée de la fabrique des corps sexués par le muscle » (Bohuon & Luciani, 2009 ; Quin & Bohuon, 2015). Les présentes analyses pourraient donc, selon nous, s’enrichir, à un premier niveau, d’une approche comparative envisagée d’un point de vue diachronique.

33De façon complémentaire, notre étude pourrait être resituée, cette fois dans une optique synchronique, dans la diversité contemporaine des méthodes de culture physique. Celles-ci proposent-elles, de façon systématique, à l’instar de la Méthode Lafay, une fabrique anatomiquement différenciée des morphologies féminines et masculines ? À titre illustratif, il semblerait que des propositions à visée « universaliste » (par opposition aux programmes différentialistes) aient été forgées par Greg Glassman, concepteur du CrossFit ou Pavel Tsatsouline, instigateur de l’école de force StrongFirst. En effet, au sein de ces deux approches, il s’agit de viser, aussi bien pour les hommes que pour les femmes, le développement des qualités athlétiques sans ségrégation a priori basée sur le sexe des pratiquant.es. Concernant le CrossFit, Yves Patte (2019) 9 considère par exemple qu’« il y a mille choses importantes à savoir et à observer pour coacher quelqu’un en CrossFit, avant de savoir si c’est un homme ou une femme ». De son côté, Pavel Tsatsouline (2019, emplacement n°96) soutient que son programme « is every bit as applicable to the female of the species as it is to the male […]. Other than opening doors for them, at StrongFirst, we do not treat women any differently than men. We do not disrespect them with any nonsense about "long, lean muscle" or "shaping the female area" ». La réduction du développement physique des femmes à la seule visée plastique, qui plus est restreinte à des zones anatomiques fort circonscrites, n’apparaît donc en aucun cas comme une fatalité. Il est à cet égard intéressant de constater que des positions moins différentialistes avaient déjà émergé, au moment même de l’influence dominante des médecins-culturistes, chez Georges Hébert avançant des explications sociologiques (et non innéistes) des différences sexuées :

« l’expérience prouve que tout ce que l’homme exécute de plus dur, comme travail ou exercice, est également exécuté, un jour ou l’autre et souvent à la stupéfaction générale, par une personne du sexe féminin […]. Ce sont les préjugés qui nous font considérer la femme comme un être à part, physiquement inférieur à son compagnon mâle. C’est l’éducation qui crée les différences d’aptitude physique entre garçons et filles, différences qui ne font que s’accentuer avec l’âge pour devenir ensuite irrémédiables » (Hébert, 1919, p. 11) .

34Enfin, il nous semblerait heuristique de confronter les propositions « officielles » formulées par Olivier Lafay avec les appropriations effectives – et potentiellement diverses et déformantes – qu’en font les pratiquantes de La Méthode. Il pourrait alors s’avérer pertinent d’investiguer leurs témoignages diffusés sur ses divers supports numériques (blog, pages Facebook) ainsi que les photographies d’elles-mêmes qu’elles y postent afin d’illustrer leur transformation corporelle. Ces pratiquantes questionnent-elles les différentialismes anatomiques conçus par l’instigateur de ce programme de construction musculaire ou, à l’inverse, les ont-elles incorporés, à leur « corps défendant » ? L’enjeu consisterait ici à accéder, depuis le point de vue même des pratiquantes se racontant, aux conditions de leur entrée et de leur persistance dans le programme, à leurs représentations de la fémininité ainsi qu’à leurs degrés (variables) d’adhésion à La Méthode. De façon complémentaire, l’analyse systématique des modes spécifiques de mise en scène (type de poses, nature des plans et des angles, zones corporelles mises en exergue) des pratiquantes sur les photos qu’elles diffusent en ligne pourrait renseigner sur l’ampleur des mécanismes d’incorporation de « modèles hégémoniques » de masculinité et de féminité (Mennesson, Visentin & Clément, 2012).

35Une première analyse de mille clichés a permis de cerner les zones anatomiques particulièrement mises en valeur. Conformément aux centrations corporelles privilégiées par Olivier Lafay, la plupart des pratiquantes placent la focale sur leurs cuisses, leurs fesses 10 et leur ventre. Les plans utilisés (taille, américain ou italien) permettent de les isoler et de les mettre spécifiquement en exergue. De façon idéal-typique, le cadrage intègre les segments compris entre le bas de la poitrine et le milieu des cuisses. Les photos sont prises tantôt de profil (ce qui permet de souligner la finesse d’un ventre plat ainsi que le galbe des fesses), tantôt de dos (pour mettre en exergue l’étroitesse de la taille et la fermeté du postérieur), tantôt de face (afin de souligner la fermeté abdominale) (Louchet & Hidri-Neys, 2018).

36Une seconde enquête exploratoire menée sur deux cents témoignages publiés entre 2016 et 2021 a révélé l’extrême rareté des bilans de pratiquantes faisant état de leurs progressions des performances athlétiques. À l’inverse, de façon unanime, celles-ci insistent sur les bénéfices obtenus en termes de perte de poids (et essentiellement de graisse). Cette finalité est certes l’une des visées centrales dans l’ouvrage de 2005 d’Olivier Lafay mais, chez ses adeptes, elle apparaît comme celle qui revêt le plus d’importance. Elles procèdent parfois à des expériences simples mais révélatrices afin d’objectiver leur transformation : le test du jean consiste par exemple à enfiler, après six mois de pratique, le pantalon porté avant cette période, dans le but de constater l’ampleur de l’amincissement. Concernant ensuite les zones corporelles spécifiques à propos desquelles les pratiquantes témoignent de bénéfices substantiels, nous avons pu retrouver, sans grande surprise, deux des quatre blocs anatomiques prioritairement mis en exergue par Olivier Lafay dans l’ouvrage Méthode de musculation au féminin, à savoir les « fesses, cuisses, hanches » et le « ventre » (la « poitrine » n’étant évoquée que dans une moindre mesure). Si nos premières analyses concourrent à mettre en lumière une appropriation largement conformiste, voire orthodoxe, des propositions différentialistes d’Olivier Lafay, quelques rares pratiquantes, dont l’analyse des témoignages et des parcours mériterait d’être approfondie, ont néanmoins tenté de les discuter, à l’image de Judith :

« Je suis une femme et je m’interroge sur l’intérêt d’acheter la version destinée aux femmes […]. Pourquoi y a-t-il 30 exercices de plus dans la version homme ? Quels sont ces exercices ? La version femme est-elle axée davantage perte de poids du fait qu’elle soit réservée aux femmes ? Pour ma part je souhaiterais "prendre de la masse", conserver même augmenter mes formes mais aussi ma force bien entendu ».

37In fine, en systématisant ces deux derniers dispositifs d’enquête, il s’agirait d’identifier le degré de continuité et de convergence entre, d’une part, les propositions fondatrices du concepteur Olivier Lafay et, d’autre part, l’usage effectif qu’en font les pratiquantes dans la quotidienneté de leur vie corporelle. Comment se convertissent-elles à la Méthode Lafay (Coquet, Ohl & Roussel, 2016) et éventuellement comment y résistent-elles ?

Haut de page

Bibliographie

Andreasson J. & T. Johansson (2014), « The Fitness Revolution: Historical Transformations in the Global Gym and Fitness Culture », Sport Science Review, vol. 23, n° 3-4, pp. 91-112.

Baillette F. (1986), « Pratiques sportives et hygiène sexuelle », Quel Corps ?, n° 32-33, pp. 97-112.

Baillette F. (1999), « La mâle donne », dans Baillette F. & P. Liotard (dir.), Sport et virilisme, Montpellier, Éditions Quasimodo, pp. 45-57.

Bohuon A. (2008), Entre santé et pathologie : discours médical et pratique physique et sportive féminine (1880-1922), Thèse de doctorat, Université Paris XI.

Bohuon A. (2012), Le Test de féminité dans les compétitions sportives : une histoire classée X ?, Donnemarie-Dontilly, Éditions iXe.

Bohuon A. & A. Luciani (2009), « Biomedical Discourse on Women’s Physical Education and Sports in France (1880-1922) », The International Journal of the History of Sport, vol. 26, n° 5, pp. 573-593.

Bohuon A. & E. Dorlin (2021), « Le genre de l’avantage physique dans la performance olympique : illustration par les contrôles de sexe imposés aux sportives », dans Chanavat N., Waquet A. & A. Richard (dir.), Les Défis de l’olympisme, entre héritage et innovation (approches historique, sociale et managériale du mouvement olympique), Paris, Les Éditions de l’INSEP.

Bouveresse J. (1999), Prodiges et vertiges de l’analogie, Paris, Éditions Raisons d’agir.

Bouvier A. (1995), L’argumentation philosophique, Paris, Presses universitaires de France.

Butler J. (2006), Trouble dans le genre : pour un féminisme de la subversion, Paris, Éditions La Découverte.

Choi P. (2000), Femininity and the Physically Active Woman, London, Routledge.

Connell R. W. (1987), Gender and Power: Society, the Person, and Sexual Politics, Stanford, MA, Stanford University Press.

Coquet R., Ohl F. & P. Roussel (2016), « Conversion to bodybuilding », International Review for the Sociology of Sport, vol. 51, n° 7, pp. 817-832.

Delalandre M. (2013), « La musculation en question : série unique ou séries multiples pour l’augmentation de la force des sportifs ? », dans Collinet C. & P. Terral (dir.), Sport et controverses, Paris, Éditions des archives contemporaines, pp. 269-283.

Delaplace J.-M. (1996), « Conceptions de l’éducation physique féminine en France entre les deux guerres : vers une gymnastique gynécologique ? », dans Arnaud P. & T. Terret (dir.), Histoire du sport féminin, tome 2, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 69-79.

Despentes V. (2006), King Kong théorie, Paris, Éditions Grasset.

Dorlin E. (2006), La Matrice de la race : généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, Éditions La Découverte.

Dorlin E. (2008), Sexe, genre et sexualités : introduction à la théorie féministe, Paris, Presses universitaires de France.

Dorlin E. (dir). (2009), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses universitaires de France.

Ehrenberg A. (1991), Le Culte de la performance, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

Favier-Ambrosini B., Delalandre M. & M. Quidu (sous presse), « Revendiquer l’innovation dans le champ de la culture physique : étude de trois méthodes contemporaines », Loisir et société.

Fraysse M. (2013), La Fabrication des modèles de genre dans les magazines sportifs : pratiques journalistiques et logiques de positionnement des titres, l’exemple du vélo tout terrain, Thèse de doctorat, Université Toulouse 3.

Froidevaux-Metterie C. (2020), Seins : en quête d’une libération, Paris, Éditions Anamosa.

Grossetti M. (2007), « Les limites de la symétrie : à propos de l’ouvrage de Bruno Latour Changer de société. Refaire de la Sociologie », SociologieS [En ligne] https://journals.openedition.org/sociologies/712

Hargreaves J. (1994), Sporting Females: Critical Issues in the History and Sociology of Women’s Sport, London, Routledge Publisher.

Laqueur T. (1992), La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en occident, Paris, Éditions Gallimard.

Louchet C. & O. Hidri Neys (2018), « Les centres de remise en forme "réservés aux femmes" : une injonction à la santé d’un nouveau genre ? », Sciences sociales et santé, vol. 36, n° 5, pp. 5-30.

Mennesson C., Visentin S. & J.-P. Clément (2012), « L’incorporation du genre en gymnastique rythmique », Ethnologie française, vol. 42, n° 3, pp. 591-600.

Mosconi N. (1992), « Les ambiguïtés de la mixité scolaire », dans Baudoux C. & C. Zaidman (dir.), Égalité entre les sexes. Mixité et démocratie, Paris, Éditions L’Harmattan.

Mosse G. (1997), L’Image de l’homme : l’invention de la virilité moderne, Paris, Éditions Abbeville.

Ornella A. D. (2020), « Suffering in, for, and with Christ: Faithful CrossFit Bodies », dans Zwilling A.-L. & L. Obadia (dir.), Corps, religion et diversité, Paris, Éditions L’Harmattan.

Perera É. (2017), Emprise de poids. Initiation au body-building, Paris, Éditions L’Harmattan.

Piterbraut-Merx T. (2019), « Des dérives d’un usage métaphorique de l’enfance », Le Télémaque, vol. 2, n° 56, pp. 57-69.

Quidu M. (2018), « Le CrossFit, le Mixed Martial Arts et le néolibéralisme », Esprit, n° 4, pp. 131-139.

Quidu M., Delalandre M. & B. Favier-Ambrosini (sous presse), « Convaincre le lecteur de s’engager dans un projet de transformation corporelle : analyse des techniques argumentaires mobilisées par les concepteurs de trois méthodes de culture physique », Sciences sociales et sport.

Quin G. & A. Bohuon (dir.) (2013), L’exercice corporel du XVIIIème siècle à nos jours : de la thérapeuthique à la performance, Paris, Éditions Glyphe.

Quin G. & A. Bohuon (dir.) (2015), Les Liaisons dangereuses de la médecine et du sport, Paris, Éditions Glyphe.

Roussel P. (2000), Le Corps féminin culturiste : approche sociologique d’une génération de femmes culturistes françaises, Thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille.

Travaillot Y. (1998), Sociologie des pratiques d’entretien du corps, Paris, Presses universitaires de France.

Vallet G. & T. Kinnunen (2018), « Vertu et vice de la combinaison du contrôle et du désir. Le body-building et le capitalisme post-industriel », STAPS, n° 119, pp. 81-94.

Vertinsky P. (1994), The Eternally Wounded Woman: Doctor, Women and Exercise in the Late nineteenth Century, Manchester, Manchester University Press.

Vigarello G. (1978), Le Corps redressé, Paris, Éditions Delarge.

Sources

Hébert G. [1921] (1919), L’Éducation physique féminine : muscle et beauté plastique, Paris, Éditions Vuibert (2ème édition).

Lafay O. (2004), Méthode de musculation : 110 exercices sans matériel, Paris, Éditions Amphora.

Lafay O. (2005), Méthode de musculation au féminin : 80 exercices sans matériel, Paris, Éditions Amphora.

Lafay O. (2007), Méthode de musculation : optimisation turbo, Paris, Éditions Amphora.

Lafay O. (2014), Méthode de musculation, tome 2, L’espace stratégique, Paris, Éditions Amphora.

Lafay O. (2019), Sybernetics : musculation stratégique, Paris, Éditions La Douceur Mène à Tout.

Tsatsouline P. (2019), The Quick and the Dead, Reno, Strongfirst Publisher.

Haut de page

Notes

1 Très rares sont les informations biographiques disponibles sur Olivier Lafay, qui cultive le mystère autour de sa personne en masquant par exemple systématiquement son visage. Tout au plus pouvons-nous rapporter quelques indications insérées sporadiquement par Olivier Lafay lui-même dans ses ouvrages : philosophe de formation, il a été enseignant puis chef d’entreprise dans le monde de l’édition. Pratiquant de rugby, football, judo, basket et krav-maga, il serait capable de réaliser consécutivement quarante tractions à la barre fixe et cent pompes à une main. Ses tours de biceps et de poitrine seraient respectivement de 43 cm et de 120 cm (Lafay, 2004, p. 217).

2 Source : https://www.youtube.com/watch?v=o1-PkjySCeM (mise en ligne le 30/10/2019).

3 https://www.musculaction.com/forum/viewforum.php?f=29&sid=f3c005f6c5809b28d7e392d1f1776cde

4 https://olivier-lafay.com/ ; http://methode.lafay.free.fr/index.php?Temoignages.

5 « S’il est vrai qu’un entraînement universel personnalisé (oxymore) ne peut évidemment exister, un entraînement universel personnalisable pouvait, lui, être conçu » (Lafay, 2007, p. 9).

6 « La progression de chaque partie du corps est indépendante de la progression des autres parties du corps. Ainsi, on peut progresser très vite du bas du corps […] alors que l’on restera au niveau 1 pour la poitrine. Chaque partie du corps doit être traitée en fonction de votre niveau athlétique et de vos aspirations esthétiques » (Lafay, 2005, p. 53).

7 Ce travail du périnée sera, en revanche, intégré au titre de « pilier de la santé » dans le tome 2 de Méthode de musculation, publié en 2014 et à nouveau implicitement destiné aux hommes.

8 « Celles qui ne pensent qu’à modifier leur corps dans l’urgence pour satisfaire aux critères de minceur de la plage sont dans l’erreur : elles reprendront rapidement leurs kilos perdus à l’aide d’un régime excessif et s’éloigneront de plus en plus de la silhouette dont elles rêvaient. Construire la beauté demande du temps » (Lafay, 2005, p. 41).

9 Visible à l’adresse : http://www.yvespatte.com/2019/08/en-crossfit-pas-de-differences-hommes-femmes/

10 Voir à ce titre la vidéo intitulée « Des fesses 100% Lafay » : https://www.facebook.com/MethodeLAFAY/posts/10153359605401064/ (mise en ligne le 02/06/2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Quidu et Anaïs Bohuon, « La Méthode Lafay de musculation : une instance de façonnage anatomiquement différencié des corps des femmes et des hommes »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 22 février 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/18848 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.18848

Haut de page

Auteurs

Matthieu Quidu

Professeur agrégé d’EPS à l’École normale supérieure de Lyon. Chercheur associé au Laboratoire sur les Vulnérabilités et l’Innovation dans le Sport (L-ViS, EA 7428, Université Lyon 1), France - quidumatthieu@yahoo.fr

Articles du même auteur

Anaïs Bohuon

Professeure des Universités à la Faculté des Sciences du Sport, Université Paris-Saclay, CIAMS, 91405, Orsay et Université d’Orléans, CIAMS, 45067, Orléans (France) - anaisb1981@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search