Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2022Produire les conjonctures en Amér...Entre concessions et répressions ...

2022
Produire les conjonctures en Amérique latine. Quelle place pour les politiques sociales ?

Entre concessions et répressions : les élites gouvernantes centraméricaines confrontées au contrôle de leurs « sociétés civiles »

Between concessions and repressions: Central American governing elites confronted with the control of their "civil societies"
Hélène Roux

Résumés

À contre-courant des logiques de « blocs » qui – eu égard à leur indéniable dépendance vis-à-vis des grandes puissances – prévalent souvent à l’heure d’analyser les crises dans les pays d’Amérique centrale, on s’intéressera ici à des événements qui ont marqué et continuent d’influer sur le fonctionnement des sociétés centraméricaines, en observant la manière dont ceux-ci sont perçus à la lumière des subjectivités issues de l’histoire et des expériences locales. C’est l’occasion de questionner une vision anhistorique de situations, qui pour inattendues qu’elles semblent, s’inscrivent souvent dans une continuité historique, qui donne un sens aux interactions entre les différents acteurs et en restitue la spécificité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les sociétés centraméricaines n’ont pas échappé aux évolutions qui ont contribué à leur basculement dans la modernité. Néanmoins, les formes qu’ont prises leur entrée dans le monde global ont été déterminées par une histoire dont certaines étapes sont communes à l’ensemble du sous-continent (la colonisation, les processus d’indépendance) mais dont certains déterminants (l’agencement territorial, par exemple) sont spécifiques au sous-espace régional que forme la Mésoamérique. Ces spécificités, comme facteur d’insertion, permettent d’analyser en termes géostratégiques le rôle joué par la région, mais elles sont aussi une marque distinctive qui a façonné et continue de déterminer des trajectoires nationales historiquement similaires mais néanmoins hétérogènes dans leur manière de se positionner face aux bouleversements conjoncturels qui traversent l’ensemble des sociétés contemporaines. Nous prendrons ici comme objet d’étude comparative les crises politiques qu’ont traversées le Honduras, le Nicaragua et le Guatemala dans un passé récent et qui se poursuivent dans l’actualité. Ce choix ne tient pas de l’excès d’ambition mais résulte de la décision de mettre en lumière la manière dont certains aspects saillants d’une histoire commune facilitent une compréhension des facteurs déclencheurs des crises qui ont récemment secoué ces pays. La démonstration fonctionne aussi en sens inverse (à condition d’inclure le facteur comparatif) : bien qu’elles aient des causes similaires et malgré des références politiques communes, les crises actuelles et la manière dont elles sont gérées révèlent des processus de mobilisation de la société assez distincts.

  • 1 Ces travaux ont été rassemblés dans une thèse de doctorat ainsi que dans de nombreuses publications (...)

2Notre objectif est donc de mettre à l’épreuve une conception universaliste de l’État-nation revisitée à la lumière de trajectoires nationales. Nous montrerons que les conjonctures nationales convergent dans un espace sous-régional distinct de ceux existants dans le reste d’une Amérique du Sud elle aussi divisée en espaces sous-régionaux très différents (Les Andes, l’Amazonie, etc…). Pour ce faire, nous nous appuierons sur des travaux menés dans la région centraméricaine durant trois décennies 1 ; lesquels ont permis de rassembler des éléments d’analyse ayant trait, notamment, au positionnement géographique de la région qui a eu une incidence tant sur son histoire que sur la formation des catégories sociales et des relations qu’elles entretiennent entre elles. Dans cette optique, nous nous intéresserons à la manière dont les enjeux globaux sont perçus, vécus, interprétés, intériorisés ou combattus, à la lumière des subjectivités issues de l’histoire et des expériences locales. Les interactions entre les différents groupes d’acteurs (élites politiques et économiques, mouvements sociaux autoconvoqués, syndicats…) seront donc au cœur de l’analyse d’événements qui ont marqué et continuent d’influer sur le devenir et le fonctionnement actuel des sociétés centraméricaines.

  • 2 Les questions que soulève la distinction terre/territoire ont fait l’objet de longs développements (...)

3Cette approche invite à questionner la notion de « rupture », tout d’abord parce que l’histoire de la région montre que les ruptures d’ordre politique (changements de régime) ne correspondent pas forcément à des ruptures structurelles (ou systémiques). À ce titre, l’observation sur une longue période des politiques de développement mises en œuvre dans les pays de la région révèle bien comment celles-ci – quoique appliquées par des régimes se réclamant d’idéologies très éloignées (y compris dans le temps) – se sont greffées sur un système immuable fondé sur des formes de propriété basées sur l’exploitation de grandes extensions de terres et le contrôle de territoires 2, notamment autochtones. Ainsi, à des périodes contemporaines, le Guatemala des régimes militaires anti-communistes et le Nicaragua de la révolution sandiniste ont partagé la même vision du développement basée sur la grande propriété à salariés (qu’elle soit privée – au Guatemala – ou sous contrôle de l’État – au Nicaragua.) De même, si on se place dans une dimension temporelle, les sandinistes nicaraguayens qui s’inspiraient du marxisme ont maintenu les structures de grandes propriétés foncières (étatisées) héritées de la période libérale (fin du xixème et début du xxème siècle) (Roux, 2006, 2017).

  • 3 36 ans et 10 ans respectivement.
  • 4 Quelques références parmi l’abondante littérature sur la transitologie, la consolidologie (qui en e (...)
  • 5 D’après l’interprétation qu’en fit dès 1989, Francis Fukuyama, suivi par Samuel Huntington en 1993 (...)

4Ensuite, bien qu’il puisse apparaître tentant d’appréhender les convulsions internes et géopolitiques dans les pays dont il sera question ici – en particulier le Guatemala et le Nicaragua qui ont expérimenté des processus de paix après avoir été le théâtre de longs conflits armés internes 3 – sous l’angle de la transitologie 4, la présente analyse prend ses distances par rapport à cette approche. En effet, si l’on s’en tient à l’observation de la période, somme toute assez brève, des seuls processus de transition dans les pays susmentionnés, on arrive d’abord au même constat que celui que dressent Caroline Dufy et Céline Thiriot à propos de l’Afrique et des pays post-soviétiques : « le changement politique [est allé] le plus souvent de pair avec un changement économique (transition à l’économie de marché pour l’ancien bloc soviétique, ajustement structurel et conditionnalités libérales pour l’Afrique) » (Dufy & Thiriot, 2013, p. 19). Prenant l’exemple du Nicaragua, premier pays de la région à s’engager dans un processus de transition (1990), on peut même affirmer qu’il a servi de laboratoire « d’une école qui est peu à peu devenue une idéologie pour les acteurs de la coopération internationale et un cadre pour les politiques de réformes structurelles mises en œuvre par les bailleurs de fonds » (Ibid., p. 20). Dans le cas précis des pays d’Amérique centrale confrontés à des conflits armés internes, le poids de la conjoncture – internationale – qui a marqué l’époque où ils ont pris fin (démantèlement du « bloc » soviétique, fin de la Guerre froide et même de l’Histoire aux dires de certains 5), a contribué à ce que les politiques mises en œuvre agissent sur la société comme une « thérapie de choc » plus qu’à une patiente (re)construction d’un tissu social déchiré et à l’élaboration de règles institutionnelles démocratiquement concertées, capable de se substituer à une tradition historique de pactes conclus dans le but de garantir à une catégorie sociale donnée le contrôle du pouvoir en vue de protéger ses intérêts exclusifs – comme on le verra plus loin. C’est pourquoi, suivant Guy Hermet, il nous semble, que « le concept de transition associé aux méthodes d’analyse qu’il a déterminées au fur et à mesure de sa diffusion ne satisfont pas les besoins d’une comparaison sur le long terme » (Hermet, 2001, p. 287). Étant entendu que le cœur de métier de la transitologie est d’analyser le passage des dictatures (ou régimes autocratiques) à la démocratie (système pluraliste de partis, etc.), se fonder principalement sur l’étude des transitions à la démocratie apparaît ici comme une méthode d’autant moins adéquate que, dans nombre de pays de la région, celles-ci ont été récentes et éphémères, quand elles ont eu lieu. En effet, si les crises sociales actuelles peuvent sembler surprenantes et inattendues, elles s’inscrivent tout de même souvent dans une continuité historique, laquelle donne un sens aux initiatives citoyennes, aux interactions entre les différents acteurs et en restitue la spécificité. En cela, les entorses aux libertés démocratiques et la résurgence de gouvernements autoritaires (voire dictatoriaux) qu’on observe actuellement dans au moins quatre pays de la région (Nicaragua, Honduras, El Salvador et Guatemala) interrogent la pertinence d’une grille d’analyse somme toute anhistorique qui, à part révéler le caractère exogène des processus de transition et un certain mimétisme vis-à-vis des standards démocratiques (tels que définis par les conventions internationales – par exemple la tenue d’élections libres, etc.), dit peu des mécanismes profonds de transformations des sociétés. Il s’agit donc de tenter de percevoir ce que produisent les crises ou, pour aller dans le sens de « l’hypothèse de continuité » discutée par Michel Dobry (Dobry, 2009, chap. 1), de s’intéresser à « ce qui se joue dans les processus de crises eux-mêmes […] » et de « [se donner] les moyens de comprendre la place qui revient […] aux mobilisations […] aussi bien dans les conjonctures routinières que dans celles qui le sont moins » (Ibid., p. 5). Cette approche nous semble ici particulièrement utile dans la mesure où elle offre la possibilité de détecter comment certaines constructions historiques partagées –  et donc structurantes des rapports sociaux – sont introduites et utilisées en temps de crise, que ce soit pour les attiser, pour les apaiser ou pour les étouffer par la force.

  • 6 Voir notamment les travaux de Gaudichaud & Posado (2020), ainsi que les analyses produites au sein (...)

5Les pays d’Amérique centrale restent ce que, depuis le coup d’État de 2009 au Honduras, j’ai choisi de définir comme des « pays etcétéra »… Les pays dont on parle peu, voire jamais, sauf pour les relier de manière éphémère à de grands enjeux politico-stratégiques (affrontement Nord-Sud) ; environnementaux (ouragans, séismes) ; sociaux (violence, migrations massives). Le recours trop fréquent à une logique de blocs pour expliquer les processus en cours relève de l’intention, louable, de les situer sur l’échiquier géopolitique mondial mais présente le défaut de passer à côté des dynamiques locales. Ainsi, leurs gouvernements seraient les marionnettes soit du grand voisin du nord (les États-Unis), soit courtisés par la Chine, soit alignés par « suivisme opportuniste » aux « grands » pays du sud du continent qui, à partir des années 2000, se sont inscrits dans ce que certains politistes ont choisi d’appeler la « vague progressiste » et qui a été rebaptisée « cycle », à mesure qu’elle venait s’échouer sur le rivage de la « real politique » 6. Sans nier la réalité et les effets d’une logique de blocs sur la région, notre réflexion s’efforce de porter le regard au-delà de ces vagues devenues écume et de ces cycles qui semblent être dotés d’une force motrice propre, dont on peine à expliquer qui ou quoi infléchit leur direction (et surtout comment).

L’Amérique centrale : un territoire disloqué

6Avant d’en venir à l’analyse des crises actuelles qui secouent plusieurs pays de la région, il ne semble pas inutile, alors que l’on vient de célébrer le bicentenaire des indépendances centraméricaines (1821), de rappeler quelques faits historiques qui questionnent la réalité d’une cohésion régionale et d’une communauté de destin des peuples d’Amérique centrale.

  • 7 L’isthme du Panama, l’isthme situé au sud du Nicaragua et l’isthme de Tehuantepec, situé dans l’act (...)

7La première chose à prendre en compte, c’est que la destinée de l’Amérique centrale a été façonnée en fonction des avantages que les conquistadores espagnols ont su tirer de sa géographie. Sa configuration isthmique (au Panama, au Nicaragua et au sud du Mexique 7) a suscité un intérêt tout particulier pour la région comme lieu de transit plus que d’extraction. Ainsi, à l’extrême sud, le Panama appartenait à la Nouvelle Grenade (territoires correspondant actuellement au Panama, à la Colombie, au Venezuela et à l'Équateur) puis, à partir de l’indépendance (1821), à la Grande Colombie dont il ne se sépara qu’en 1903. De l’orientation de ses nombreux cours d’eau grâce auxquels les populations préhispaniques évoluaient pour tirer parti du climat et des ressources aussi bien de l’Atlantique que du Pacifique, la Couronne espagnole ne retint pratiquement que l’avantage offert par l’étroit couloir interocéanique reliant la ville de Panama (côté Pacifique) à Nombre de Dios et Portobelo (côté Atlantique) pour faire transiter l’or et l’argent d’Amérique du Sud vers la métropole. Dans ce cas particulier, le facteur géographique (naturellement donné), combiné à l'utilisation qu’en a fait très tôt le pouvoir colonial, a déterminé jusqu'à aujourd'hui le caractère « transitiste » de son économie. Celui-ci est donc le résultat sui generis d’un choix historique qui a œuvré à la consolidation d’un système d’exploitation des ressources (en l’occurrence le facteur géographique comme composant principal et quasi unique) permettant au Panama de se positionner dans l’économie mondiale. L’historien panaméen Alfredo Castillero Calvo, qui a théorisé la notion de « transitisme », insiste sur le fait que « ce fut la conjonction harmonieuse d’une zone périphérique productrice de ressources primaires, d’une mentalité économique spécifique et finalement d’une ressource géographique irremplaçable [l’isthme] qui configurèrent et rendirent possible la fonction transitiste du Panama et par conséquent l’hyperspécialisation de son appareil productif dans le secteur tertiaire » (Castillero Calvo, 1973). Reprenant cette définition, l’historien panaméen du développement Guillermo Castro Herrera en souligne

« trois aspects fondamentaux : l’un fut la concentration du transit interocéanique par une seule route, sous contrôle d’une puissance étrangère [la Couronne espagnole puis les États-Unis]. Un autre, la subordination des activités productives de l’ensemble du territoire du pays aux besoins du transit. Et le dernier, la concentration de la rente produite par le transit et du pouvoir politique dans l’Isthme, aux mains des groupes sociaux qui contrôlent cette activité » (Castro, 2019 et Castillero Calvo, 1973).

8Les provinces rattachées à la Capitainerie du Guatemala (correspondant actuellement au Guatemala, Bélize, El Salvador, Honduras, Nicaragua et Costa Rica, en plus des actuelles provinces panaméennes de Chiriquí et Bocas del Toro au sud et de l’État mexicain du Chiapas au nord) se virent, pour leur part, assigner d’autres usages : moins dotées en or (ou les gisements étant plus dispersés et d’un accès moins facile), elles connurent, à l’époque coloniale, un développement principalement agricole.

9Loin d’être insignifiantes, ces différences ont eu une incidence forte sur les formes d’accès à la propriété, sur les lois et sur les hiérarchies sociales ; étant entendu qu’au sein d’une même province, la proximité ou l’éloignement des lieux de pouvoir restreignait ou favorisait l’instauration de dynamiques propres. Autant le contrôle exercé sur les populations indigènes semble avoir été strict au Guatemala (vêtements identifiant chaque ethnie ou communauté ; séparation spatiale plus marquée entre Indigènes et Métis), autant il apparaît plus lâche au Nicaragua ou au Costa Rica situés aux confins du vice-royaume. À cela s’ajoute le fait que la zone limitrophe entre la large frange atlantique de ces provinces – jamais ou très partiellement conquise par les Espagnols – formait une zone interlope où la contrebande allait bon train entre les colons espagnols, les Indigènes non conquis et les corsaires anglais qui y transitaient nombreux. La formalisation postérieure d’un protectorat britannique sur certaines régions de la Caraïbe centroaméricaine a engendré une fracture culturelle, religieuse, politique, économique et linguistique qui a laissé des séquelles : qu’il s’agisse du contentieux (toujours vivace) entre le Guatemala et le Bélize (anciennement Honduras britannique) ou de l’incorporation tardive des régions atlantiques à la république du Nicaragua (1894).

Patría grande vs. Patría chica

  • 8 Septembre 1821 marque la date de l’indépendance formelle des pays d’Amérique centrale et du Mexique (...)

10Pas plus qu’à l’époque coloniale, le temps des indépendances 8 (1821) n’apporta d’unité à la région si l’on considère d’abord les défections, notamment celle du Chiapas qui, rapidement (1824), préféra être « cola de león que cabeza de ratón » (la queue du lion [mexicain] plutôt que la tête de la souris [centraméricaine]). Il y eut ensuite les luttes intestines qui ruinèrent les tentatives de constituer une fédération centraméricaine (1824-1839) et les guerres qui, pendant plusieurs décennies, fleurirent sur les dépouilles de l’empire colonial et furent surtout le reflet de conflits d’intérêt entre les différentes castes. Dans son essai La Patria del Criollo (1990), l’historien guatémaltèque Severo Martínez Peláez offre une interprétation de cette période dont on a tiré le constat suivant :

  • 9 On reprend ici la formulation utilisée par Martínez Peláez, qui distingue les couches moyennes « él (...)

« Après avoir passé plusieurs siècles à disputer le pouvoir aux représentants de la Couronne espagnole en position d’infériorité, l’aristocratie créole enfin consacrée, qui comptait bien s’employer à préserver les privilèges hérités du système colonial, souhaitait obtenir une indépendance sans révolution. En revanche, les couches moyennes élevées 9 (métisses) voyaient dans la fin d’une relation exclusive avec la métropole – avec ou sans indépendance – l’occasion de changer les conditions d’accès à la propriété, le régime de travail et les formes d’expansion du marché interne et externe. Produit de la frustration séculaire d’avoir été tenues à l’écart du pouvoir politique et économique, et face à la menace de voir les espoirs de transformation de leur condition historique leur échapper une fois encore, ces couches moyennes ont constitué, juste après l’indépendance, les forces vives des mouvements (puis des partis) libéraux en opposition au projet conservateur incarné par l’aristocratie créole » (Roux, 2010).

11D’un point de vue politique, le libéralisme centroaméricain (inspiré, dans les domaines politique et économique, des idées libérales européennes) constitua donc bien un élément de rupture avec les structures de pouvoir colonial. Néanmoins, d’un point de vue territorial, les années postindépendance et en particulier la seconde moitié du xixème siècle – qui vit l’essor de ce que l’histoire connait sous le nom de « révolutions libérales » – furent marquées par une agressive colonisation interne qui se réalisa au détriment des populations autochtones. Il s’agit donc plutôt d’une nouvelle répartition, laquelle impliquait pour les nouvelles élites de se tailler une part du gâteau abandonné par la puissance coloniale et bientôt convoité par une autre puissance émergente : les États-Unis. Faisant écho aux grands desseins unificateurs de Simon Bolivar et José de San Martín au sud du continent, les élites libérales des nouvelles nations centroaméricaines hissèrent rhétoriquement le drapeau de la Patría Grande, tout en poursuivant une intense lutte de fiefs, dont l’une des plus marquantes est sans doute le conflit historique qui, au Nicaragua, opposa la ville de León, bastion libéral à Granada, la conservatrice.

  • 10 On pense ici au gouvernement sandiniste dans le Nicaragua des années 1980.

12On aurait tort de sous-estimer l’importance de ces antécédents historiques tant ils ont marqué le récit sur lequel les institutions politiques et économiques des pays de la région se sont construites. Les velléités de Patría Grande se sont fracassées contre les ambitions d’une multitude de patrías chicas qui, en fonction du modèle de développement économique qu’elles comptaient privilégier (production, agriculture ou commerce, notamment), ont opté, qui pour une expansion territoriale interne, qui pour des alliances avec des forces extérieures, qui pour les deux à la fois. Si le discours anti-hégémonique, fondé sur une réaction à une situation de dépendance bien réelle, fut principalement porté par les partis libéraux centraméricains, force est de constater que la rhétorique nationaliste (voire anti-impérialiste à des périodes plus récentes 10) fut assez rapidement mise au service d’aspirations développementistes qui requéraient un contrôle du pouvoir, des territoires, des ressources et de l’économie par les nouvelles élites (qu’elles soient conservatrices ou libérales). Avec le temps, ces aspirations firent l’objet de quelques accommodements avec les États-Unis en tant que puissance hégémonique émergente.

13À l’heure des indépendances, l’ancienne structure dominante bicéphale (fonctionnaires de la Couronne/Créoles) de l’époque coloniale a donc subsisté sous la forme d’élites libérales ou conservatrices qui se sont appuyées au gré des besoins sur des forces étrangères ou sur des alliances ponctuelles avec les groupes subalternes (Indigènes, Métis pauvres, paysans et plus tard prolétariat urbain).

Quelques exemples marquants des jeux d’alliances au Honduras et au Nicaragua

14Quelques faits marquants de l’histoire contemporaine du Nicaragua et du Honduras rendent compte de ces complexes jeux d’alliances et des ressorts destinés à mobiliser, voire à coopter, des catégories sociales à priori rétives à adhérer à un projet de société ne répondant pas à leurs intérêts et dont ils ne maitrisaient ni les tenants ni les aboutissants.

  • 11 Les nombreuses interventions militaires étatsuniennes (1853 ; 1854 ; 1894 ; 1912-1925 ; 1926-1933) (...)

15Le premier concerne la manière dont les gouvernements de ces deux pays ont « interprété » les préconisations faites dans le cadre de l’Alliance pour le progrès, un programme mis en place sous l’administration de John F. Kennedy. Les États-Unis, en effet, soucieux d’éviter la propagation de la révolution cubaine (1959) sur l’ensemble du sous-continent, avaient engagé les gouvernements latino-américains à faire certaines concessions en vue de réduire les inégalités. Dans la foulée, ils avaient osé l’idée de réaliser des réformes agraires – peu après, rappelons-le, avoir activement soutenu un coup d’État contre le président Jacobo Árbenz au Guatemala (1954), dont le principal projet était précisément la mise en œuvre d’une réforme agraire. Sur place, les souhaits de Washington se traduisirent par des redistributions sui generis qui prirent la forme d’une nouvelle avancée de la frontière agricole vers l’Atlantique, c’est-à-dire une colonisation interne de territoires majoritairement peuplés par des populations indigènes. Alors qu’au Honduras, le choix fut fait d’encourager la formation de structures collectives de production (de palmiers à huile notamment) afin d’incorporer la paysannerie à l’économie nationale et du même coup de coopter/contrôler les organisations syndicales rurales, au Nicaragua, l’encadrement gouvernemental de cohortes de journaliers expulsés des régions du Pacifique fit long feu. Le rassemblement aléatoire de populations déracinées dans les régions reculées de l’Atlantique ne contribua pas à l’effacement des systèmes de hiérarchie existants ni ne déboucha sur une cohésion d’intérêts entre petits, moyens et grands propriétaires identifiés au même territoire. En réalité, le « rapprochement » se produirait bien des années plus tard, en 2012, lorsque le projet gouvernemental de creusement d’un grand canal interocéanique ferait de nouveau planer la menace d’une perte des terres si durement conquises sur la nature (Roux, 2017). Au-delà de ce constat, qui met en lumière les dynamiques du présent au regard de celles du passé, il convient d’attirer l’attention sur la manière dont, en particulier au Nicaragua, les tenants du pouvoir ont mobilisé une perception de la conquête du territoire profondément ancrée dans l’histoire du pays. Dans les années 1970, les terres fertiles du Pacifique ont été accaparées pour la culture intensive du coton, en grande partie par les membres de la dynastie gouvernante – les Somoza qui, entre père et fils ont exercé un pouvoir dictatorial pendant près de quarante ans (1934-1979) 11. Cela a conduit à l’expulsion de familles paysannes envoyées vers des terres dites nationales (depuis la révolution libérale de la fin du xixème siècle). Cette notion de « terres nationales » renvoie, d’une part, à l’esprit de conquête et à l’idée de « terra nullius » concernant les territoires habités par les populations indigènes ; d’autre part, elle prétend assoir l’autorité du chef libéral magnanime – auquel le peuple sera redevable du partage du territoire. Ainsi s’accomplit la prouesse de donner à une population de fait reléguée à la marge – tant socialement que territorialement – l’impression d’être partie prenante de la nation et ce, sans avoir à modifier d’un iota la structure inégalitaire de la propriété foncière défendue aussi bien par l’oligarchie conservatrice que par les élites libérales.

16Le lien entre contrôle du pouvoir économique et exercice élitiste du pouvoir politique placé sous la direction d’un chef autoritaire est décrit dans un article intitulé « Autoritarisme, violence et élites au Nicaragua. Réflexions sur la crise (2018-2019) ». Les auteurs, Antonio Monte et Juan Pablo Gómez signalent que : « […] pour l'Amérique centrale "la démocratie représentative n'est pas un résultat historiquement nécessaire du développement capitaliste" (Torres-Rivas, 549). Au contraire, l’articulation du développement économique avec la politique nicaraguayenne tend à renforcer une culture autoritaire » (Monte & Gomez, 2020, p. 14).

L’art de savoir coopter

17Les relations ambigües qui ont présidé aux origines des mouvements syndicaux au Honduras et au Nicaragua constituent un autre exemple de la manière complexe dont se sont tissées les relations de pouvoir. On s’est brièvement référé plus haut à l’intervention militaire qui, en 1954, a étouffé dans l’œuf les velléités de réforme agraire au Guatemala et renforcé l’emprise sur le pays de la compagnie bananière étatsunienne United Fruit Company. Pourtant, la grande grève des travailleurs des bananeraies déclenchée à peine un an plus tard (1955) au Honduras connût un tout autre dénouement. Des concessions furent faites dans le sens du droit du travail et dans celui du droit de s’organiser ; conquêtes sociales dûment encadrées par des assesseurs du syndicat étatsunien AFL-CIO et par les institutions de l’État hondurien. Il en reste, aujourd’hui encore, des organisations rurales bien mieux structurées que dans les pays voisins, capables dans certains cas d’exercer de réelles pressions sur le gouvernement mais également perméables à la cooptation et au contrôle, du fait de leurs origines. Pour tenter d’expliquer le revirement de la puissance hégémonique dans la solution à apporter aux luttes sociales au Guatemala et au Honduras, on peut avancer l’hypothèse que, dans le premier cas, la menace de voir s’opérer des transformations structurelles profondes venait d’un gouvernement porté par une base sociale et que, dans le second, l’État hondurien a joué à la fois le rôle de bâtisseur d’une cohésion nationale et celui de mur de contention permettant de préserver des intérêts privés étrangers et domestiques.

L’art de pactiser pour mieux régner

18C’est sans doute au Nicaragua que le pouvoir dictatorial d’Anastasio Somoza García (père) a œuvré le plus habilement pour exploiter à son profit le sentiment « anti-oligarchique » (c’est à dire anticonservateur) historiquement ancré au sein des classes populaires (urbaines principalement, étant entendu que celles-ci restent minoritaires dans un pays essentiellement rural). En effet, plus que d’opposition idéologique entre deux courants politiques, c’est plutôt de rivalités d’intérêts économiques qu’il faut parler. En encourageant une croissance rapide des masses salariées dans différents secteurs de l’industrie, Anastasio Somoza a réussi à affaiblir ses adversaires conservateurs non seulement économiquement mais aussi politiquement. Comme le fait remarquer l’historien Jeffrey Gould dans son essai Amigos peligrosos, enemigos mortales: Somoza y el movimiento obrero nicaragüense, 1944-46 (Amis dangereux, ennemis mortels : Somoza et le mouvement ouvrier nicaraguayen, 1944-46), en promulguant l’adoption d’un code du travail (1946), le salaire minimum, la journée de travail de huit heures, les congés et les droits syndicaux, Anastasio Somoza est parvenu à s’attacher une partie des organisations ouvrières de l’époque et même à être reconnu comme un chef ouvrier par les dirigeants socialistes qu’il avait pourtant politiquement persécutés (Gould, 1997, p. 50). Ainsi, bien que divisé entre une fraction somoziste de tradition ouvriériste – attachée malgré tout à préserver un certain degré d’autonomie – et une fraction socialiste adhérant aux principes marxistes, le mouvement syndical nicaraguayen a préféré pactiser avec Anastasio Somoza plutôt qu’avec la droite conservatrice. Plus tard, dans la lutte pour renverser la dictature, le dilemme des stratégies d’alliances se posera à l’inverse lorsqu’une partie des partisans de la cause sandiniste (principalement au sein du mouvement étudiant), bien que sympathisant avec les idées marxistes des socialistes, se prononcera pour une alliance tactique avec une fraction de l’oligarchie (Gould, 1997, p. 53). C’est cette position qui finira par s’imposer et s’avèrera payante lorsque l’oligarchie conservatrice, au vu du rapport de force, n’aura d’autre choix que de rompre le pacte tacite qu’elle entretenait avec la dictature somoziste et de rallier l’insurrection populaire et les forces de la guérilla sandiniste, protagonistes de la révolution de 1979.

19On a, jusqu’ici, voulu montrer comment la structuration politique et sociale des sociétés centraméricaines était le résultat d’une construction des rapports sociaux fondés sur des intérêts économiques (voire territoriaux) qui, en traversant les siècles, est restée profondément ancrée dans la conscience collective. Dans la mesure où ces formes d’organisation sociale sont définies par une histoire assumée conjointement, elles peuvent se reproduire (ou être reproduites) dans des conjonctures différentes et finalement inscrire une certaine continuité dans des périodes d’apparentes ruptures. Il ne s’agit pas là de s’embourber dans des affirmations déterministes mais, au contraire, de montrer comment ces constructions peuvent ressurgir, voire être consciemment (re)mobilisées, par des discours et/ou par des actes, en particulier dans des périodes où l’inégalitaire équilibre qui structure les sociétés se trouve menacé.

20Dans cette optique, les postulats de Victor H. Acuña et de Juan Pablo Monte et Antonio Gomez à la suite de Benedict Bull, ont raison d’insister sur l’étroite relation entre le contrôle du pouvoir économique par les élites et la gestion autoritaire de longue durée du pouvoir politique :

« La tendance en Amérique centrale […] est que les élites politiques et économiques contrôlent les structures du pouvoir, ce qui entrave la consolidation des institutions et des pratiques démocratiques. Selon Bull, à l'exception du Costa Rica, les politiques économiques des sociétés d'Amérique centrale ont tendance à façonner des gouvernements et des systèmes d'autorité caractérisés par "des institutions faibles et des élites fortes". C'est ce caractère de pérennité et de récurrence des systèmes autoritaires, semblable à un sédiment, que nous soulignons avec le concept de tradition autoritaire » (Monte & Gomez, 2020, p. 15).

21Cette observation incite à déduire qu’en l’absence d’institutions fortes (c’est-à-dire qui font sens pour une majorité de la population) ce sont les pactes scellés avec l’adversaire politique, le rival économique (ou avec les forces sociales) qui font office de garants de la paix sociale et du statu quo permettant le maintien d’un gouvernant ou d’une force politique au pouvoir. À l’encontre d’un processus démocratique censé concerner l’ensemble de la société, la logique de pacte fonctionne sur le mode du calcul des rapports de force en présence, en fonction des intérêts spécifiques du moment de chacun des partenaires et souvent au détriment des groupes qui en sont exclus. L’analyse des crises sociales qui ont secoué le Nicaragua (depuis 2018) et le Honduras (depuis le coup d’État de 2009) permet de mettre à l’épreuve l’idée que les pactes entre État et oligarchie ont joué un rôle majeur pour tenter de juguler des crises sociales (notamment par le biais d’accords économiques en échange de non-intervention politique) mais que l’irruption d’une force tierce peut soit les renforcer, soit les faire voler en éclat. En d’autres termes, les ruptures de pacte peuvent aussi bien survenir à cause d’une crise qu’en être la cause.

Une lecture des crises sociales récentes au Honduras, au Guatemala et au Nicaragua

22Comme on va le voir maintenant, les crises récentes au Guatemala, au Honduras et au Nicaragua peuvent toutes être rattachées à la tradition de pactes (ou à leur rupture). Par ailleurs, elles ont comme dénominateur commun l’opposition à des réformes ou l’indignation face à des faits de corruption concernant le système de sécurité sociale (excepté au Honduras où on observe un effet retardé). Ce détail nous paraît symptomatique en ce qu’il se focalise sur la défense d’une institution concernant l’ensemble des citoyens (et par conséquent symbole d’un accès égalitaire et démocratique à un droit fondamental), face aux attaques et aux malversations d’une oligarchie rapace.

23Au Honduras, on présentera le coup d’État de 2009, les grandes marches contre la corruption de 2015 et la crise post-électorale de novembre 2017 avec, en toile de fond, les révélations de la Mission d’appui contre la corruption et l’impunité au Honduras (MACCIH) diligentée par l’organisation des États américains (OEA). Au Guatemala, on s’intéressera aux grandes manifestations que provoquèrent, en 2015, les révélations de la Commission internationale contre l'impunité au Guatemala (CICIG), une entité créée sous l’égide de l’Organisation des Nations-Unies (ONU) dans le prolongement des accords de paix (1996) pour faire la lumière sur les délits commis et aider à démanteler les réseaux illégaux et les organisations clandestines de sécurité ayant survécu aux 36 années de conflit armé. Enfin, dans le cas du Nicaragua, notre attention se portera sur l’explosion sociale d’avril 2018 qui, partie initialement de la répression brutale de petits groupes de manifestants contre un projet de réforme du système des retraites, a dégénéré en un conflit frontal – qui se poursuit depuis – entre une grande partie de la société et les forces politiques fidèles au (et contrôlées par) le gouvernement.

Honduras : un système de contrôle du pouvoir « enkysté » dans le bipartisme

  • 12 Enfin ceux qui se sont exprimés sur le sujet, ils n’étaient à vrai dire pas très nombreux, d’autant (...)
  • 13 Le terme utilisé en espagnol est : « artículos pétreos ». Il fait allusion à la procédure complexe (...)

24Les causes du coup d’État du 28 juin 2009 au Honduras, qui a provoqué la chute du président José Manuel Zelaya élu en 2006 sous l’étiquette du Parti libéral, ont fait de la part des analystes (géo)politiques, repris par la plupart des médias étrangers 12, l’objet d’une lecture renvoyant à la résurgence d’un affrontement entre blocs. Celle-ci dérivait aussi bien des interprétations produites par les nostalgiques de la guerre froide (à droite sur l’échiquier politique), lesquels invoquaient à propos du président déposé le retour du « péril rouge », tandis que pour les tenants de l’anti-impérialisme (à gauche), le conflit est-ouest (Bloc socialiste des pays de l’Est – États-Unis, démocraties occidentales) s’était déplacé sur un axe nord-sud (États-Unis et démocraties occidentales – Bloc des pays de l’Alliance bolivarienne pour les Amériques-ALBA). Alors que les premiers – voyant dans la consultation des citoyens sur la convocation d’une assemblée constituante, une manœuvre du président José Manuel Zelaya pour briguer une réélection, interdite par les « articles gravés dans le marbre 13 » – invoquaient une « succession constitutionnelle », les autres retinrent comme cause principale du « putsch » militaire, une tentative orchestrée par Washington d’affaiblir le maillon le plus faible des pays de l’ALBA. Si elle est partiellement exacte, cette interprétation est néanmoins incomplète car elle ne dit rien ou presque des ressorts internes qui ont déclenché le coup d’État, ni n’explique ses répercussions postérieures. Il est donc nécessaire d’éclairer les événements depuis une perspective plus locale. Tout d’abord, en insistant sur la dualité des formations politiques, en particulier des partis libéraux au sein desquels, comme on l’a vu, cohabitent des couches populaires et une élite opulente ; cette dernière exerçant le pouvoir en fonction de ses intérêts particuliers (corporatistes).

  • 14 Prédécesseur de Juan Orlando Hernandez, élu en novembre 2009, lors d’élections organisées à l’ombre (...)
  • 15 La vice-présidente Roxana Baldetti fut emprisonnée et le président-général Otto Perez Molina démiss (...)
  • 16 Connue depuis sous le nom de Pacte de députés, car elle fut soutenue par des parlementaires de tout (...)

25Issu d’une famille aisée d’éleveurs et de propriétaires fonciers (du département d’Olancho), le président José Manuel Zelaya ne faisait pas exception à la règle. Son rapprochement avec les pays de l’ALBA et avec la fraction populaire de son parti n’avait donc rien d’évident. On ne peut s’étendre ici ni sur les raisons, ni déterminer à partir de quel moment la fraction de l’élite libérale a senti ses intérêts trop gravement menacés pour continuer à soutenir José Manuel Zelaya – notamment la possibilité d’un changement structurel remettant en question l’alternance au pouvoir, depuis plus d’un siècle, des élites libérales et conservatrices. En revanche, il apparaît assez plausible que cette défection ait encouragé un rapprochement entre le chef d’État et les forces populaires, y compris celles, plus radicales, organisées en dehors du parti Libéral ; étant entendu que la conquête d’une base sociale exige des concessions. Le fait que le président ait été renversé par des membres de son propre parti plaide pour l’idée d’une rupture provoquée non sur des bases idéologiques, mais au contraire destinée à resserrer les liens d’intérêts entre les élites libérales et conservatrices. De fait, lors des élections convoquées quelques mois après le coup d’État, c’est un président affilié au parti National (conservateur) qui fut élu. Parallèlement, le mouvement social coalisé au sein du Front national de résistance populaire (FNRP) resta extrêmement soudé et combattif jusqu’en 2012, date à laquelle la décision de former un nouveau parti (Libertad y refundación-LIBRE) pour porter la candidature de l’épouse de José Manuel Zelaya, Xiomara Castro, aux élections de 2013, provoqua d’intenses débats au sein d’un mouvement social, divisé entre les partisans de maintenir l’organisation d’une assemblée constituante et les partisans d’un retour dans le giron de la politique parlementaire classique. Bien que battu aux élections par le conservateur Juan Orlando Hernandez, LIBRE parvint tout de même à se hisser à la seconde place, détrônant le parti Libéral qui se convertit ainsi en arbitre entre les deux forces politiques. Dans cette mesure, les déclarations de la communauté internationale (notamment de l’Union européenne dans son rapport de mission électorale) se réjouissant de la fin d’un système bipartite, apparaissent, jusqu’à aujourd’hui, assez peu convaincantes. D’autant moins que le scénario se répéta presqu’à l’identique lors des élections 2017, à la différence que celles-ci, entachées de fraude, donnèrent lieu à des protestations massives suivies de l’imposition d’un couvre-feu et d’une répression qui causa au moins une trentaine de morts. Deux autres particularités de ce scrutin méritent d’être mentionnées : d’une part, en 2015, l’annulation par la Cour suprême des articles de la Constitution et du code pénal interdisant au président d'exercer un second mandat consécutif (ceux-là mêmes au nom desquels José Manuel Zelaya avait été renversé) ; d’autre part, pour affronter le président-candidat, un attelage emmené par Salvador Nasralla (candidat malheureux, en 2013, du Parti anticorruption-PAC, situé au centre droit) et secondé par José Manuel Zelaya de LIBRE. Si elle a suscité un peu d’étonnement voire un franc dédain dans le camp « progressiste » latino-américain et au-delà, cette alliance mérite qu’on s’y intéresse pour ce qu’elle révèle des arrangements au sein de la politique locale mais aussi pour le message qu’elle prétendait délivrer à la société hondurienne. On pourrait, en effet, se demander pourquoi le dirigeant de LIBRE, la seconde force politique du pays, avait accepté de s’effacer derrière un candidat plutôt marqué à droite, doté d’une base sociale fluctuante et sans représentation parlementaire ? Pour comprendre, il faut se remémorer le scandale qui, deux ans auparavant (2015) avait fait descendre dans les rues des milliers de Honduriens. À travers d’impressionnantes marches aux flambeaux convoquées tous les vendredis soir, les manifestants protestaient contre le pillage des fonds de l’Institut hondurien de sécurité sociale (IHSS) dans lesquels étaient impliqués de hauts fonctionnaires du gouvernement de Porfirio Lobo 14 (PN). Les malversations avaient, entre autres, servi à financer la campagne électorale du Parti national en 2013. Par ailleurs, l’enquête révéla la création d’entreprises fantômes supposément prestataires de l’IHSS, notamment l’entreprise « Astropharma », créée par la députée du Parti national Lena Gutiérrez et sa famille, accusée d’avoir substitué les principes actifs de médicaments par de la farine, causant la mort de milliers de patients. En l’absence de confiance dans les institutions gangrenées par la corruption, l’exigence se porta sur la création d’une CICIH, similaire à la CICIG guatémaltèque, qui au même moment (avril 2015) avait mis à jour un ample trafic de fonds – également en préjudice de l’Institut guatémaltèque de sécurité sociale – remontant jusqu’aux plus hautes sphères du pouvoir 15. Cédant partiellement à la pression de la rue, les autorités honduriennes négocièrent l’installation, en 2016, d’une Mission d’appui contre la corruption et l’impunité au Honduras (MACCIH), dépendant de l’OEA. Par ce choix, le gouvernement misait sur le fait que celle-ci serait plus maniable, d’une part parce que le vote (ou non) du Honduras de certaines résolutions de l’OEA concernant d’autres pays de la région, pourrait éventuellement être conditionné à une action plus ou moins accommodante de la MACCIH ; d’autre part, parce que les enquêtes placées sous la tutelle des institutions locales resteraient contrôlables. De fait, le pari fut tenu, car la MACCIH et son chef de mission ne tinrent pas longtemps après avoir confondu cinq députés et mis en cause une soixantaine d’autres pour faits de corruption. Le coup de grâce fut donné en 2018 lorsque, faisant bloc, les parlementaires votèrent une loi 16 habilitant la Cour des comptes à enquêter pendant trois ans avant que de quelconques poursuites puissent être engagées contre des suspects. Les parlementaires de gauche, certains d’entre eux mis en cause par les enquêtes de la MACCIH, ont joué un rôle ambigu : le discours anti-impérialiste traditionnellement mis en avant a en partie servi à prêter main forte à la droite la plus conservatrice – elle-même d’ailleurs souvent accusée d’être aux ordres des États-Unis.

Guatemala : pacte de corrompus

26Alors qu’au Honduras, ce sont les clameurs de la société civile qui ont permis l’installation (même éphémère) de la MACCIH et la classe politique dans son ensemble qui s’est chargée d’en entraver l’action, au Guatemala, au contraire, ce furent les révélations de la CICIG en 2015 qui incitèrent les citoyens à manifester leur indignation tous les samedis pendant plusieurs mois. Ce mouvement de grande ampleur a convoqué tous types de catégories sociales et de toutes sensibilités politiques. Ainsi on a pu voir des patrons mais aussi leurs employés, des représentants des formations de droite comme de gauche, des collèges d’avocats et des paysans, des groupes féministes et des petits commerçants… Toutefois, si la dénonciation de la corruption du gouvernement a effectivement rassemblé, elle n’a pas entraîné de jonction autour de revendications de type social et encore moins de rapprochement, même minime, entre les strates supérieures et inférieures, caractéristiques de l’agencement de la société guatémaltèque. L’élection, en septembre 2015, de Jimmy Morales a donné lieu à une recomposition des alliances au sein des catégories aisées qui n’a pas eu d’incidence sur les politiques en direction des catégories populaires. Rattrapé à son tour par les affaires, le nouveau gouvernement et les réseaux de pouvoir (principalement économiques et/ou militaires) qui le soutenaient ont, comme au Honduras, pointé la menace de l’ingérence extérieure pour justifier le non-renouvellement du mandat de la CICIG. La situation s’est envenimée lorsque son coordinateur, le juriste colombien Ivan Velasquez, fut déclaré persona non grata. Le 31 août 2018, les locaux de la CICIG furent encerclés par des blindés. Au même moment, la comparution à la télévision du président entouré de l’état-major de l’armée constitua un message d’avertissement clair dans un pays où le spectre de la guerre civile est encore loin d’être effacé. Néanmoins, début janvier 2019, la rétention manu militari de fonctionnaires de la CICIG à l’aéroport déclencha des manifestations sans précédent, principalement impulsées par des organisations populaires et de défense des droits humains, et une crise institutionnelle comme le Guatemala en a souvent connu ; crise qui vit s’affronter les magistrats de la Cour constitutionnelle et de la Cour suprême de justice 17. À la différence du Honduras et du Nicaragua, en raison de la persistance d’une société qui reste profondément segmentée, en grande partie sur des bases raciales, il est difficilement envisageable pour l’oligarchie guatémaltèque et les classes dominantes de nouer des alliances – même temporaires – avec des forces représentatives des couches populaires d’une population majoritairement indigène. Dans cette situation, les forces armées et le système de justice restent les principaux gardiens du maintien de l’ordre social. Les facteurs déclencheurs de crises sociales sont plus le résultat de luttes de factions au sein des élites économiques, des forces armées ou des organes de justice que d’une confrontation directe orchestrée par les catégories sociales dominées sur la base de revendications de type « classiste ».

Nicaragua : la société civile éternelle arbitre de pactes fluctuants

27Finalement, la situation de crise que traverse le Nicaragua depuis avril 2018, en même temps qu’elle se distingue des deux autres exemples – notamment à travers l’orientation idéologique « progressiste » proclamée par son gouvernement – constitue un condensé des thématiques abordées tout au long de ce texte. On y retrouve l’héritage du libéralisme politique même (et surtout) dans une situation d’apparente rupture politique, comme le fut la période de la révolution sandiniste (1979-1990) ; la tradition des pactes entre élites et la cooptation des organisations populaires pour assoir le pouvoir d’un groupe dominant au détriment d’un autre ; le recours à l’image d’un ennemi interne soutenu par des forces étrangères ; tous ces éléments concourant finalement à la réinstauration d’un pouvoir autoritaire dans le but d’exercer un contrôle sans partage sur la société toute entière.

28Il convient d’abord de souligner que le cadre idéologique qui a défini les orientations de la révolution sandiniste, s’il s’est réclamé du marxisme (et a été catalogué exclusivement comme tel par ses détracteurs), a également amplement puisé dans la tradition du libéralisme politique. Cela est particulièrement observable dans les choix de développement et de répartition agraire, fondés sur un maintien de grands domaines – qui furent nationalisés – cohabitant avec une tolérance assez suspicieuse de petites propriétés et des redistributions de terres concédées assez tardivement sous la pression politique et économique exercée, il faut le rappeler, dans le cadre du conflit armé interne. Ainsi, Antonio Monte et Juan Pablo Gómez relèvent que :

« Le discours révolutionnaire a également fonctionné sur la base d'hypothèses classistes et racistes qu'il n'a jamais revues et dont il ne s'est peut-être même pas rendu compte. Les paysans qui composaient la Contra ont été privés de leur capacité d'action et leur condition de Nicaraguayens, donc de citoyens, a été ignorée – ils ont été laissés en dehors du processus révolutionnaire. Ce qui était réprimé dans ce discours n'était pas la différence, mais la similitude : leur condition de Nicaraguayens (Agudelo 2015-73) » (Monte & Gomez, 2020, p. 10.)

  • 18 Respectivement : Régions autonomes de l’Atlantique Nord et Sud.

29En référence à ce qui précède, il convient de rappeler que si la position anti-impérialiste du gouvernement sandiniste fut motivée par le blocus instauré par les États-Unis, elle ne fut, d’emblée, nullement anticolonialiste, malgré l’existence d’une question ethnique pourtant bien réelle. Le statut d’autonomie des régions de la côte atlantique (RAAN et RAAS 18) fut également une concession tardive (1987) faite dans le contexte du conflit armé interne et dont les motivations profondes obéissaient, chez certains dirigeants de l’époque, plus à des considérations stratégiques qu’à des convictions sur le droit à l’auto-détermination des peuples indigènes.

  • 19 Dans laquelle ont été formés de nombreux dirigeants syndicaux nicaraguayens qui, aujourd’hui, exerc (...)

30D’un point de vue strictement politique et en matière de justice sociale, Adrián Meza, professeur de droit du travail et directeur de l’Université Paulo Freire 19, estime qu’il convient de démentir le mythe entretenu selon lequel « le FSLN [Front sandiniste de libération nationale] serait le Parti des travailleurs […] » et considère qu’il a « toujours été un conglomérat politique dont la référence était liée à une perspective de libération nationale, d’autodétermination et de souveraineté ». Bien que sa sensibilité sociale l’oriente vers les populations les plus marginalisées « c’est un espace politique où convergent les milieux liés à l’entreprise, aux syndicats, aux populations des quartiers et même à la classe moyenne qui a joué un rôle très important dans la conduction de la lutte contre la dictature somoziste » (Roux, 2020).

31À la différence d’autres pays d’Amérique latine où l’avènement de gouvernement dits progressistes fut le résultat d’importantes mobilisations sociales (Bolivie, Venezuela, Équateur), la reconquête du pouvoir par Daniel Ortega en 2007, en plus d’être favorisée par ce contexte latino-américain, découla d’un pacte scellé des années auparavant (en 1998) entre la direction du FSLN et son principal adversaire politique, le Parti libéral constitutionnaliste (PLC), dirigé par Arnoldo Alemán alors président de la République en exercice. Ce pacte visait à se répartir le contrôle de toutes les institutions de l’État, même sans exercer formellement le pouvoir exécutif et c’est donc grâce à lui que la loi électorale pût être modifiée en réduisant le pourcentage de voix à obtenir pour remporter la victoire.

32Dès le début, le pacte a eu un objectif stratégique : recouvrer le pouvoir et s’y maintenir coûte que coûte. Il était donc important de le justifier politiquement auprès de la base sociale, d’une part en introduisant la notion de « restitution des droits », dans le but de se démarquer des politiques ouvertement néolibérales menées par les gouvernements précédents ; d’autre part en ravivant l’idée d’une entente naturelle de classe entre sandinistes et libéraux ; formations censées représenter le peuple contre des élites néolibérales, relais consentant des politiques imposées par les institutions financières internationales. On retrouve là le schéma destiné à flatter le sentiment anti-oligarchique des classes populaires utilisé à d’autres époques par les ténors du libéralisme, en particulier par la dynastie des Somoza. Mais, tout comme par le passé, cette rhétorique avait aussi pour objet de masquer une alliance de fait avec les tenants les plus influents de cette même oligarchie. Sous le gouvernement Ortega, celle-ci se matérialisa sous la forme de l’accord de « dialogue et consensus », qui fut inscrit dans la constitution (en 2009), lorsque les contrecoups de la crise financière internationale de 2008 firent vaciller l’économie et que le gouvernement prit l’initiative d’accords tripartites, à travers lesquels les syndicats s’engageaient à renoncer à des augmentations salariales en échange du maintien des emplois (en particulier dans les entreprises de Zone franche, à l’implantation très volatile). On ne peut manquer de voir dans cet accord le retour du « sacrifice » exigé à l’époque de la révolution (et du blocus) à l’ensemble des travailleurs pour la défense de la production. Toutefois, en 2018, les circonstances n’étaient plus les mêmes : la tertiarisation de l’économie avait à ce point avancé que les avantages en matière fiscale et de droit du travail concédés aux entreprises de Zone franche s’étendaient maintenant à des secteurs jusqu’alors soumis à la législation nationale sur le travail (notamment dans le secteur rural).

  • 20 La Fondation Violeta Barrios de Chamorro.

33Pour comprendre ce qui a mis fin à cette lune de miel et provoqué la rupture du soutien que le patronat national apportait au gouvernement, il faut d’abord prendre acte que ce genre de pacte implicite est un accord de circonstance où chacun des protagonistes attend son heure pour prendre le dessus sur l’autre. L’explosion d’indignation, causée par la répression brutale des manifestations contre une réforme du système de pensions, a sans doute été interprétée comme une marque de faiblesse du gouvernement dont il serait possible de tirer profit. En témoigne le ralliement précipité aux mobilisations de certains chefs d’entreprises jusque-là alliés du régime. Il faut ensuite accorder une attention particulière au fait que le président Daniel Ortega ait choisi de s’entourer de chefs d’entreprises de la Zone franche – en majorité étrangers – pour annoncer le retrait de la loi controversée quatre jours après sa présentation. Si l’avertissement adressé de forme subliminale, « ce sera moi ou le chaos », était recevable par les investisseurs internationaux, il l’était difficilement pour le patronat national, d’autant moins que la répression avait causé les premiers morts et que, de ce fait, les protestations allaient croissant, passant du rejet d’une réforme à l’exigence de démission du gouvernement jugé responsable de cet engrenage de violence. Il ne fait aucun doute que la rupture de l’entente, dont gouvernement et patronat s’accommodaient plutôt bien, a été forcée par des circonstances extérieures (l’action massive de la société civile) et non par la volonté des protagonistes de l’accord eux-mêmes. Pourtant, ne pouvant admettre la défection d’une partie importante de la population – y compris de militants du FSLN – le régime s’est enfermé dans une rhétorique visant à dénoncer un coup d’État ourdi et financé par des forces externes et des représentants de l’oligarchie nationale, destiné à déstabiliser des politiques économiques et une cohésion sociale pourtant saluées par les institutions financières internationales. Ce raisonnement quelque peu retors, qui voudrait que les comparses économiques d’hier sabordent aujourd’hui un système qui avait jusque-là assuré leur prospérité et garanti la paix sociale, apparaît assez peu cohérent si on le prend au pied de la lettre. En revanche, il acquière une tout autre consonance si on considère la perception de l’histoire mobilisée pour que le discours soit interprétable par la population locale – que celle-ci y adhère positivement ou le perçoive au contraire comme une menace. Cette utilisation de la mémoire collective est particulièrement bien illustrée par l’acharnement dont a fait preuve Daniel Ortega à l’égard de divers membres de l’influente famille Chamorro à l’approche des élections en novembre 2021. Historiquement liée au parti conservateur, celle-ci compte, en effet, parmi ses prestigieux ancêtres plusieurs présidents de la république, notamment Fruto Chamorro, le premier de la nation nouvellement indépendante à être nommé à cette fonction et plus récemment, Violeta Barrios de Chamorro, première femme à occuper la fonction présidentielle et qui, en battant Daniel Ortega lors des élections de 1990, mit fin au conflit armé interne et referma la parenthèse ouverte par la révolution sandiniste. Mais celle-ci est aussi la veuve de Pedro Joaquín Chamorro Cardenal, fondateur du grand quotidien conservateur La Prensa, dont l’assassinat sur ordre de Somoza (fils), en 1978, provoqua une mobilisation populaire qui contribua à accélérer la chute de la dictature. Pendant la révolution, deux des quatre enfants du couple restèrent fidèles au camp conservateur, Cristiana en tant que directrice de La Prensa et Pedro Joaquin au sein du conseil politique de la Contra, tandis que les deux autres, Claudia et Carlos Fernando embrassèrent la cause sandiniste – ce dernier fut directeur du quotidien sandiniste Barricada avant de rompre avec le FSLN au milieu des années 1990. Le média en ligne Confidencial et le programme Esta Semana qu’il dirige, ont été parmi les plus fameuses tribunes pour dénoncer le pacte Ortega-Alemán. Les griefs que Daniel Ortega nourrissait contre la famille Chamorro étaient donc à la mesure de son intérêt à la désigner comme cible privilégiée de la lutte anti-oligarchique. Dès avril 2018, Esta Semana fut un des premiers médias à être interdit d’antenne puis en 2019, à voir ses locaux investis par la police et confisqués pour être transformés un an plus tard en Maison maternelle gérée par le ministère de la Santé. Les deux principaux quotidiens nationaux La Prensa et El Nuevo Diario (tous deux dirigés par un membre de la famille Chamorro) firent les frais d’une rétention de matériel auquel El Nuevo Diario ne survécut pas. La Prensa, après avoir résisté un temps, finit par déclarer forfait en août 2021. Le lendemain, ses locaux étaient investis par la police et son gérant mis en examen et incarcéré. Enfin, en mai 2021, l’annonce faite par Cristiana Chamorro de sa disposition à être la candidate unitaire pour affronter Daniel Ortega suscita des expectatives au sein d’une opposition peinant à se rassembler, tant il était clair que le nom et les antécédents de la pré-candidate pourraient avoir un effet fédérateur au sein de l’opinion. Ce détail n’ayant pas échappé au camp d’en face, les grands moyens furent alors mis en œuvre pour contrer le danger. Le 2 juin, alléguant des malversations de fonds remontant à plusieurs années auparavant au sein de la Fondation 20 qu’elle dirige, Cristiana Chamorro fut mise en examen puis assignée à résidence : quelques jours après, c’est son cousin, le chef d’entreprise Sebastian Chamorro, lui aussi aspirant-candidat, qui fut arrêté, puis son frère Pedro Joaquín, qui avait laissé entendre qu’il ne se déroberait pas, s’il était appelé à briguer la plus haute fonction de l’État. In extremis, Carlos Fernando a pu, pour la seconde fois en trois ans, reprendre le chemin de l’exil. À la fin juillet 2021, outre les Chamorro, six autres pré-candidats à la présidence furent incarcérés et maintenus au secret mais aussi plusieurs figures prestigieuses de la guérilla sandiniste aujourd’hui opposants au régime – dont certains occupèrent des postes de ministre à l’époque de la révolution – ou encore des chefs d’entreprises, des ex-ambassadeurs, des journalistes, des représentants du mouvement paysan et des étudiants ayant acquis une certaine notoriété au cours des évènements d’avril 2018. Tous sont incriminés dans le cadre de lois élaborées sur mesure à la fin de l’année 2020, pour museler toute critique et toute action pouvant menacer le pouvoir en place. Par cette escalade de la répression, qui suscite une réprobation presque unanime au niveau international, le régime semble poursuivre une prophétie autoréalisatrice, celle de tenter de convaincre les Nicaraguayens que, comme dans les années 1980, le pays est menacé par une agression étrangère. Toutefois, si la population vit actuellement dans la peur de descendre dans la rue, force est de constater qu’en avril 2018, l’indignation qui a embrasé le pays était due principalement à la brutalité des forces de police qui, aux plus âgés, rappelait les exactions commises par la garde nationale somoziste. Les causes de la révolte sont aussi dues à la multiplication de signaux ravivant les moments douloureux du conflit interne des années 1980, en particulier le fait que la plupart des victimes mortes soient de très jeunes gens. En d’autres termes, si Daniel Ortega, jadis jeune révolutionnaire converti aujourd’hui en vieux tyran garde l’espoir de museler ses rivaux au sein de l’élite soit par la force, soit par de nouveaux pactes, il y a fort à craindre qu’il peine à convaincre les larges masses de le suivre dans cette entreprise.

Conclusion

34Les situations spécifiques à chacun des pays évoqués n’empêchent nullement de constater de nombreuses similitudes, dont la plus frappante est sans doute la manière de ne pas faire société qui se reflète dans le fait de n’inclure les classes populaires que dans le but exclusif de favoriser l’ascension d’une partie de l’élite aux dépens d’une autre. Dans ce contexte – et quelle que soit l’influence de la conjoncture internationale sur la situation locale – les forces sociales se voient empêchées d’opposer une alternative réelle de transformation à de fausses alternances (quand elles ont lieu), dans lesquelles les étiquettes politiques arborées masquent à peine des rivalités, en réalité, d’ordre économique. La nature bicéphale des élites dominantes qui remonte à l’époque coloniale (Espagnols-Créoles) s’est perpétuée et a été constamment réactualisée durant les périodes postérieures (après l’indépendance et jusqu’à aujourd´hui) grâce à la production de discours qui appellent à des pratiques d’alliances et de pactes profondément ancrés dans la mémoire collective. De ce panorama institutionnel fluctuant, l’armée et la justice émergent comme deux piliers, grâce auxquels les gouvernants tentent de se maintenir, avec succès, jusqu’à présent, comme dans le cas du Nicaragua et du Honduras et quelques aléas, comme au Guatemala, où c’est l’institution judiciaire (et même parfois des magistrats à titre individuel) qui en vient à se substituer à une classe politique défaillante dans la tâche de réparer les fractures et les dommages causés par le conflit armé interne à l’ensemble de la société. Toutefois, en l’absence d’instruments juridiques adéquats, cette responsabilité octroyée aux magistrats se révèle une arme à double tranchant car en leur conférant une puissance politique qu’ils ne devraient pas assumer, elle les soumet à de fortes pressions et les vulnérabilise. Finalement, eu égard au rôle historique joué, par action ou par omission, par certaines grandes puissances étrangères dans les crimes et les crises qui ont secoué la région, l’appel aux instances internationales (Organisation des nations unies-ONU, Union européenne, Organisation des États américains-OEA) pour résoudre les crises actuelles ne peut qu’être (perçu comme) ambigu et par conséquent, sujet à des tergiversations d’ordre idéologique qui sont mises en avant (ou à profit) aussi bien par ceux qui craignent des sanctions que par ceux qui les promeuvent. L’OEA en particulier est – non sans quelque raison – régulièrement accusée de pratiquer le « deux poids, deux mesures » à l’heure d’adouber ou de condamner un gouvernement. Dans le cas de l’Union européenne ou des États-Unis, en tant qu’acteurs importants de la coopération au développement, les pressions économiques qu’ils peuvent exercer s’ajoutent à celles d’ordre politique. Cela est d’autant plus vrai que les logiques de « blocs » continuent de prévaloir au sein de cet ensemble disparate qui, ironiquement, se présente comme « communauté internationale ». La poursuite de cette logique équivaut à déplacer le face-à-face entre les différentes composantes des sociétés locales vers de lointains horizons.

Haut de page

Bibliographie

Acuña V. H. (1995), « Autoritarismo y democracia en Centroamérica: La larga duración, Siglos xix y xx », dans Tangermann K. D. (dir.), Ilusiones y dilemas: la democracia en Centroamérica, San José, FLACSO, pp. 63-97.

Bogaards M. (2009), « How to Classify Hybrid Regimes? Defective Democracy and Electoral Authoritarianism », Democratization, vol. 16, n° 2, pp. 399-423.

Castillero Calvo A., (1973), « Transitismo y dependencia: el caso del istmo de Panamá », Congreso Centro americano de historia demográfica económica y social, San José, Costa Rica, 19-23 février.

Castillero Calvo A. (1974), « Transitismo y dependencia: el caso del istmo de Panamá », Anuario de estudios centroamericanos, n° 1, pp. 165-186.

Castillero Calvo A. (2007), « Frontera, ordenamiento territorial y poblamiento en Panamá, segunda mitad del siglo xviii », Séminaire International Territorio, razón y Ciudad Ilustrada, Bogotá, Colombie, 17 octobre.

Castro Herrera G. (2019), « Tal nuestro riesgo, tal nuestra esperanza », NuestrAmérica xxi [En ligne] https://martianodigital.com/tag/transitismo/

Castro Herrera G. (s/d), « Agua, cultura y ambiente en las fronteras interiores de Panamá », inédit.

Diamond L. (1999), Developing Democracy: Toward Consolidation, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Dobry M. (2009), Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de Sciences Po.

Dufy C. & C. Thiriot, (2013), « Les apories de la transitologie : quelques pistes de recherche à la lumière d'exemples africains et post-soviétiques », Revue internationale de politique comparée, n° 20, pp. 19-40 [En ligne] https://doi.org/10.3917/ripc.203.0019

Fukuyama F. (1992). La Fin de l'histoire et le Dernier Homme, Paris, Éditions Flammarion.

Garreton M. A. (1987), Reconstruir la democracia, Santiago, Ediciones Andante.

Gaudichaud F. & T. Posado (dir.), (2020), Gouvernements progressistes en Amérique latine (1998-2018) : la fin d’un âge d’or ?, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Gould J. L. (1997), « Amigos peligrosos, enemigos mortales: Somoza y el movimiento obrero nicaragüense, 1944-46 », dans Gould J. L., Orgullo amargo: el desarrollo del movimiento obrero nicaragüense (1912-1950), Managua, Instituto de Historia de Nicaragua y Centroamérica, UCA, pp. 41-82 [En ligne] http://repositorio.uca.edu.ni/3275/1/Orgullo%20amargo.pdf

Gunther R., Diamandouros P. N. & H. J. Puhle (1996), « O’Donnell’s Illusions », Journal of Democracy, vol. 4, n° 7, pp. 151-159.

Hermet G. (2001), « Les démocratisations au vingtième siècle : une comparaison Amérique latine/Europe de l'Est », Revue internationale de politique comparée, n° 8, pp. 285-304 [En ligne] https://doi.org/10.3917/ripc.082.0285 ; https://www.cairn.info/revue-internationale-de-politique-comparee-2001-2-page-285.htm

Huntington S. (1997), Le Choc des civilisations, Paris, Éditions Odile Jacob, 1997.

Levitsky S. & L. Way (2002), « The Rise of Competitive Authoritarianism », Journal of Democracy, vol. 13, n° 2, pp. 51-65.

Martínez Peláez S. (1990), La Patría del Criollo, Guatemala, Ediciones en Marcha.

Monte A. & Gómez J. P. (2020), « Autoritarismo, violencia y élites en Nicaragua. Reflexiones sobre la crisis (2018-2019) », Anuario de Estudios Centroamericanos, n° 46, pp. 1-29.

O’Donnell G. & Schmitter P. (1986), Transitions from Authoritarian Rules. Tentative Conclusions about Uncertain Democracies, Baltimore, MD, The John Hopkins University Press.

Pradilla A. (2018), « Honduras y Guatemala: pactos de corruptos, protestas y crisis política », Plaza Pública [En ligne] https://www.plazapublica.com.gt/content/honduras-y-guatemala-pactos-de-corruptos-protestas-y-crisis-politica

Przeworski A. (1991), Democracy and the Market, Cambridge, Cambridge University Press.

Rothschuh G. (2021), « Nueva narrativa sobre historia de Nicaragua », CONFIDENCIAL [En ligne] https://www.confidencial.com.ni/opinion/nueva-narrativa-sobre-historia-de-nicaragua/

Roux H. (2010), « Réforme agraire au Nicaragua : instrument de la reconquête du pouvoir », thèse de doctorat, Paris, IEDES. Non publiée.

Roux H. (2019), « Quand les populations veulent divorcer de leurs gouvernants », FALMAG n°140, pp. 11-14 [En ligne] https://www.franceameriquelatine.org/3d-flip-book/fal-mag-140/

Roux H. (2021), « ¿Hijo predilecto o hijo rebelde? El sindicalismo nicaragüense en la encrucijada entre lealtad partidaria y aspiración a la autonomía », Colloque international Syndicalisme, conflictualité et action directe dans les Amériques et en Europe, de la fin du XIXème aux années 1980, Paris, 26-28 mai.

Rustow D. (1970), « Transitions to Democracy: Towards a Dynamic Model », Comparative Politics, vol. 3, n° 2, pp. 337-363.

Torres-Rivas E. (1980), « Vida y muerte en Guatemala : reflexiones sobre la crisis y la violencia política », Foro Internacional, n° 20, pp. 549-574 [En ligne] https://forointernacional.colmex.mx/index.php/fi/article/view/845

Haut de page

Notes

1 Ces travaux ont été rassemblés dans une thèse de doctorat ainsi que dans de nombreuses publications. Ils reposent sur de nombreux entretiens, des études de terrain et un accompagnement de divers mouvements sociaux sur de plus ou moins longues périodes dans chacun des pays dont il est question ici. Partant des liens entre restructurations territoriales (conflits agraires) et construction de relations de pouvoir, ces études, menées principalement dans le monde rural en Amérique centrale et au Mexique, montrent comment la transformation des modes de production contribue à redéfinir les catégories sociales.

2 Les questions que soulève la distinction terre/territoire ont fait l’objet de longs développements dans mon travail de thèse et dans les cercles académiques d’études rurales en général. Les exposer ici nous éloignerait trop du propos principal, toutefois, elles renvoient ici à une forme de conception des modes de productions d’une part dans une logique purement productive (la terre) et/ou d’autre part, dans une logique de contrôle de l’ensemble des ressources (d’un territoire). Ces choix déterminent aussi bien les formes de propriété privilégiées ainsi que les acteurs pressentis pour faire fructifier les ressources (salariés agricoles, petits producteurs, peuples autochtones « gérants » de la biodiversité de leurs territoires).

3 36 ans et 10 ans respectivement.

4 Quelques références parmi l’abondante littérature sur la transitologie, la consolidologie (qui en est le prolongement en ce qu’elle s’intéresse aux processus de consolidation des processus de transition à la démocratie) et les gouvernements hybrides : O’Donnell & Schmitter, 1986 ; Gunther, Diamandouros & Puhle, 1996 ; Rustow, 1970 ; Garreton, 1991 ; Przeworski, 1991 ; Diamond, 1999 ; Levitsky & Way, 2002 ; Bogaards, 2009.

5 D’après l’interprétation qu’en fit dès 1989, Francis Fukuyama, suivi par Samuel Huntington en 1993 (Fukuyama, 1992 et Huntington, 1997).

6 Voir notamment les travaux de Gaudichaud & Posado (2020), ainsi que les analyses produites au sein de l’IRIS (Institut de Relations internationales et stratégiques), dont l’article ici mentionné n’est qu’un exemple parmi de nombreux autres : https://www.iris-france.org/163897-lamerique-latine-2022-aux-portes-dun-nouveau-cycle-politique/

7 L’isthme du Panama, l’isthme situé au sud du Nicaragua et l’isthme de Tehuantepec, situé dans l’actuel État de Oaxaca au Mexique.

8 Septembre 1821 marque la date de l’indépendance formelle des pays d’Amérique centrale et du Mexique, quoique dans ce dernier cas, c’est le fameux « cri de Dolores », une harangue prononcée par le prêtre Miguel Hidalgo dans la nuit du 15 au 16 septembre 1810 qui déclenche le début de la guerre d’indépendance qui durera plus d’une décennie. Quant au Panama, comme on l’a signalé, il passe de la tutelle de l’Espagne à celle de la Grande Colombie, jusqu’en 1903.

9 On reprend ici la formulation utilisée par Martínez Peláez, qui distingue les couches moyennes « élevées » (commerçants, artisans) principalement urbaines, des couches moyennes « basses » (métis pauvres, sans terres) se mouvant principalement dans les zones rurales.

10 On pense ici au gouvernement sandiniste dans le Nicaragua des années 1980.

11 Les nombreuses interventions militaires étatsuniennes (1853 ; 1854 ; 1894 ; 1912-1925 ; 1926-1933) au Nicaragua ont été appelées tantôt par les conservateurs tantôt par les libéraux, ou encore par les deux partis coalisés. À la suite du pacte de El Espino negro (1927) entre les deux partis, un gouvernement libéral accède au pouvoir (en 1928). Pour étouffer la lutte armée menée par le Général Sandino (libéral lui aussi) contre les troupes étrangères d’occupation, les États-Unis créent la Guardia nacional et, en 1933, nomment à sa tête Anastasio Somoza Garcia (père), dont un des premiers faits d’armes sera de faire assassiner Sandino, venu négocier la paix. Bien que la Constitution l’interdise, c’est depuis cette position militaire qu’Anastasio Somoza Garcia briguera la présidence de la république (en 1937). Après son assassinat en 1954, son fils Anastasio Somoza Debayle lui succédera (après avoir été lui-même Chef de la Guardia nacional).

12 Enfin ceux qui se sont exprimés sur le sujet, ils n’étaient à vrai dire pas très nombreux, d’autant plus que le coup d’État ayant eu lieu à la veille des congés d’été, les « spécialistes » des rédactions avaient été remplacés par des stagiaires, certains d’entre eux peinant à situer le Honduras sur une carte.

13 Le terme utilisé en espagnol est : « artículos pétreos ». Il fait allusion à la procédure complexe exigée pour modifier la Constitution. Certaines dispositions prévoient la réalisation d’un plébiscite pour pouvoir être modifiées.

14 Prédécesseur de Juan Orlando Hernandez, élu en novembre 2009, lors d’élections organisées à l’ombre du coup d’État et qui furent boycottées par une grande partie des organisations sociales et certaines formations politiques de gauche (mais furent néanmoins reconnues par la communauté internationale).

15 La vice-présidente Roxana Baldetti fut emprisonnée et le président-général Otto Perez Molina démissionna cinq jours avant les élections septembre 2015.

16 Connue depuis sous le nom de Pacte de députés, car elle fut soutenue par des parlementaires de toutes tendances politiques.

17 CNN Español, 15 janvier 2019. https://cnnespanol.cnn.com/video/guatemala-crisis-intitucionalidad-jimmy-morales-cicig/?utm_source=headtopics&utm_medium=news&utm_campaign=2019-01-16

18 Respectivement : Régions autonomes de l’Atlantique Nord et Sud.

19 Dans laquelle ont été formés de nombreux dirigeants syndicaux nicaraguayens qui, aujourd’hui, exercent comme avocats ou assesseurs en droit du travail.

20 La Fondation Violeta Barrios de Chamorro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Roux, « Entre concessions et répressions : les élites gouvernantes centraméricaines confrontées au contrôle de leurs « sociétés civiles » »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 25 mai 2022, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/19438 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.19438

Haut de page

Auteur

Hélène Roux

Docteure en sociologie, chercheure associée à l’UMR 201 « Développement et sociétés », Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (France) - Helene.Roux@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search