Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2022Les Signes du monde. Une ethnogra...Être capable et incapable : repen...

2022
Les Signes du monde. Une ethnographie des centres d’hébergement

Être capable et incapable : repenser les centres d’hébergement et de soins

Discussion du grand résumé de l’ouvrage d’Éric Gagnon Les Signes du monde. Une ethnographie des centres d’hébergement, Montréal, Éditions Liber, 2021, 161 p.
Fabrizio Cantelli

Notes de la rédaction

Lire le grand résumé d’Éric Gagnon et la discussion de Julien Simard.

Texte intégral

À la mémoire de Jean-Louis Genard (1951-2022)

1Scandales, violence institutionnelle, maltraitance, recherche de profit, absence de respect, déni des droits fondamentaux, malnutrition, etc. En particulier depuis le Covid-19, ces termes surgissent lorsqu’il s’agit désormais de parler de la réalité des lieux d’hébergement des personnes âgées, les établissements d’hébergement pour personnes âgées Dépendantes (Ehpad) en France, les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) au Québec, ou les maisons de repos et de soins (MR-MRS) en Belgique francophone.

2Il me semble important de réaffirmer une urgence démocratique : celle de penser autrement les politiques publiques en matière de vieillissement, en institution comme à domicile. Les récentes canicules et les nombreux décès de personnes âgées qu’elles ont entraînés en France sont encore dans les mémoires ; la pandémie du Covid-19 a frappé lourdement un grand nombre de personnes âgées au sein des maisons de repos et de soins, en Belgique, en France comme au Québec. L’ouvrage du journaliste d’investigation Victor Castanet, intitulé Les Fossoyeurs (Castanet, 2022), a mis en lumière les dérives d’une marchandisation à l’œuvre dans les maisons de repos commerciales, certaines agissant davantage comme des agents économiques ultra-concurrentiels que comme des acteurs du care et de l’émancipation. À côté de cette dimension gestionnaire et managériale, on observe des formes renouvelées de participation, d’échange et de discussion avec les personnes âgées qui y résident, traduisant par là des conceptions civiques de l’empowerment dans le monde des centres d’hébergement et dans leur organisation concrète. Enfin, avec des réseaux internationaux et des revues telles que Gérontologie et Société, il existe désormais un domaine de recherche riche et diversifié qui interroge les défis démocratiques liés à l’âge, à l’âgisme et au vieillissement ; la sociologie se renouvelle et fait alliance avec la bande dessinée pour proposer un format de recherche original et pertinent, notamment au sujet des Ehpad et des processus de responsabilisation et de déresponsabilisation (Nocerino & Mazé, 2017).

3Depuis plus de dix ans, Éric Gagnon explore les centres d’hébergement et de soins de longue durée au Québec. Et cette exploration est conduite en sociologue, combinant approche ethnographique et observation participante (quatre années) au sein de l’équipe de bénévoles dans trois centres différents. Lui-même écrit : « j’ai moi-même souvent été appelé à servir de témoin » (p. 114). Son ouvrage, intitulé Les Signes du monde (Gagnon, 2021), reflète une telle connaissance. Plus largement, Éric Gagnon élabore une sociologie qui arpente les mondes de la santé au Québec : de l’organisation des comités d’éthique au Canada à la voix des patients et des professionnels de la santé dans les établissements hospitaliers, sans oublier la législation relative aux droits du patient. Son travail manifeste, à chaque fois, une portée philosophique, sociologique et convoque un sens aigu de l’enquête de terrain. Par souci d’exhaustivité, et sans doute pour pouvoir mieux discuter Les Signes du monde, ajoutons qu’Éric Gagnon a écrit plusieurs essais dont Les Promesses du silence. Essai sur la parole (Gagnon, 2006).

Examinons les propositions d’Éric Gagnon, avant de mettre en discussion plusieurs enjeux méthodologiques, conceptuels et politiques.

Altérité et finitude

4Les Signes du monde se compose de plusieurs chapitres, reliés entre eux par un fil rouge : considérer la vie en hébergement sous le signe de la distance, de l’altérité et de la finitude. Cela signifie qu’Éric Gagnon convoque d’emblée une situation limite : la dimension des capacités et des incapacités caractérisant les personnes qui se trouvent au cœur de son analyse. Situation limite au sens où l’ouvrage se situe dans la zone de la fin de vie, de la fin de la vie. Où sommes-nous ? Dans quelle zone de la vie ? Question d’apparence triviale. Le grand résumé permet de bien comprendre ce fil rouge qui traverse le livre.

5En effet, c’est en racontant les obstacles et les épreuves du terrain que l’auteur vient à décrire son hypothèse centrale, ce qui traduit une posture originale et très pertinente. Poursuivons : nous nous trouvons dans le monde des centres d’hébergement. Ce monde est un espace-temps traversé par la fragilité, l’affaiblissement, le ralentissement, la maladie. Ce monde est traversé de codes, de gestes et de symboles ; marqué par le fait de ne pas pouvoir, de ne pas pouvoir dire ou exprimer, de ne pas pouvoir communiquer, de ne pas comprendre l’autre, de mal comprendre autrui, de peu comprendre ce qui se passe entre résidents et soignants. Allons plus loin : ce monde est un monde de signes.

Signe

Et qu’est-ce qu’un signe ? Les dernières lignes du grand résumé délivrent quelques indications :

J’ai intitulé mon ouvrage Les Signes du monde parce qu’il porte sur les médiations symboliques qui confèrent aux individus une place dans le monde ; médiations que le fonctionnement et l’organisation des centres d’hébergement contribuent à défaire ou à affaiblir en accentuant l’altérité et le sentiment de finitude, mais que les soins s’efforcent de préserver ou de restaurer, et que la notion de personne rappelle constamment à l’attention des soignants et des résidents. (§ 27)

6C’est en se plongeant dans l’ouvrage que le lecteur saisira pleinement ce que cela signifie. La dimension symbolique apparaît au premier plan. Le signe est en quelque sorte une matière qui circule, traverse les personnes, selon différentes manières et sous plusieurs formes. Éric Gagnon insiste : des ressources symboliques sont à l’œuvre au quotidien dans les centres d’hébergement. Le sociologue devient alors un décodeur de ces symboles activés au quotidien par les personnes concernées : personnes âgées, proches, familles, personnel soignant, membres du comité des résidents. Et l’enquête ethnographique conduite ici se révèle à la hauteur d’une fine lecture des signes, que ceux-là soient faibles, à bas bruits ou chuchotants. Les cinq chapitres qui composent l’ouvrage (« Éloignements » ; « Présences » ; « Les voix du désir » ; « Les usages de la mémoire » ; « La personne et son double ») sont chaque fois enrichis par des extraits d’entretien mais aussi par des séquences d’immersion sensible à travers lesquels le lecteur comprend la place spécifique d’Éric Gagnon, celle des résidents et celle du personnel soignant dans le cadre de ces situations limites qui restent difficiles à écrire et à décrire. La dimension symbolique en jeu lors de ces situations est également prise en considération. Nous reviendrons plus loin sur l’épilogue du livre.

L’expérience des résidents, l’expérience du personnel soignant

7L’analyse d’Éric Gagnon considère ensemble l’expérience des résidents et celle des soignants. Il y a donc ici la possibilité d’une sociologie ne se limitant ni à la réalité des usagers qui vivent dans ces centres d’hébergement ni à celle des professionnels qui y travaillent. Cela permet de porter sur cette réalité un regard ouvert et décloisonné. Nous examinerons plus loin la portée et les limites de cette réflexion qui propose, selon nos termes, une symétrie entre usagers et professionnels.

8L’auteur pose une double hypothèse. La première pourrait être résumée de la sorte : l’expérience et la subjectivité des personnes sont écrasées et contraintes par le mode d’organisation en vigueur au sein des centres d’hébergement, tandis que le soin contribue à redonner dignité, capacité et pouvoir aux personnes, professionnels et usagers. Le grand résumé est clair à ce sujet : les soins, les médicaments, les gestes cliniques sont à considérer comme autant de sources de reconnaissance, de pouvoir d’agir, de nouvelles possibilités, de capacités et de respect des personnes fragilisées en raison de l’âge et de la maladie. Pour le dire rapidement : le mode d’organisation représente la face obscure de la force, tandis que les soins en incarnent la face lumineuse.

9La seconde hypothèse est la suivante : la notion de personne humaine se décline au pluriel au sein des centres d’hébergement. Éric Gagnon propose quatre qualités définissant la personne humaine : son autonomie, sa vulnérabilité, sa singularité et sa conduite en tant que bonne personne. Il précise :

Ces quatre qualités ne s’additionnent pas pour former une personne « complète » ou pour produire une vision cohérente et stable. Chacune de ces qualités vient plutôt compenser un recul des autres. Si un résident n’a plus beaucoup d’autonomie, c’est par la reconnaissance de sa vulnérabilité qu’il est encore possible de le traiter comme une personne. (§ 22)

Discussion et perspectives

10La situation dans les centres d’hébergement a été longtemps considérée comme un non-problème. Comprendre, analyser et critiquer : ces trois opérations se révèlent davantage pertinentes lorsqu’une situation devient problématique et passe d’un statut de non-problème, avec peu de débats publics à son sujet, à un statut de problème public.

À travers ce commentaire, la conversation se poursuit ici, de manière à la fois exigeante, stimulante, et critique mais aussi sous le signe d’un désir de faire progresser le débat et le questionnement au cœur des sciences sociales.

Positiver le soin et critiquer l’organisation

11La double hypothèse proposée mérite discussion. D’abord, la première hypothèse semble reproduire une division classique du travail en sociologie : l’objectivité des normes, du cadre, de l’organisation, des règles a tendance à écraser la subjectivité des individus. Les règles du jeu empêcheraient tout jeu. Il s’agit d’une hypothèse pertinente et susceptible, sans doute, d’être étoffée. On aurait apprécié un examen des différents modèles organisationnels en présence ainsi qu’une discussion autour des forces et des faiblesses de ceux qui accordent une plus grande latitude aux volontés et aux désirs des résidents eux-mêmes (le modèle participatif « Tubbe », par exemple). Étant donné qu’Éric Gagnon a mené son enquête ethnographique au sein de plusieurs établissements, le lecteur aurait également apprécié en savoir davantage sur les variations (en termes d’organisation, de soin, de participation, etc.) tant entre les différents centres d’hébergement qu’au sein de chaque centre. Ensuite, toujours dans la perspective d’approfondir une telle hypothèse, il serait fécond de prendre le temps d’examiner ce qui a pu changer dans les normes et le cadre en vigueur, notamment à la suite des critiques, des désaccords et des divergences exprimés soit par les résidents soit par le personnel, ou plus largement au sein des arènes politiques et médiatiques. Si le lecteur aura l’occasion de suivre plusieurs réunions de comités des résidents et de comprendre comment ces instances fonctionnent au quotidien, l’angle retenu par Éric Gagnon n’approfondit pas, dans cet ouvrage, une approche historique et conflictuelle qui porterait sur l’émergence de nouvelles normes et règles en lien avec l’expression de critiques ordinaires et de dénonciations publiques.

12Dans le prolongement de cette première hypothèse, l’auteur dote le soin et la médication d’attributs et de fonctions divers : fonction sociale ou symbolique, fonction d’hygiène, fonction médicale, fonction de présence, fonction de mémoire. Ouvrons ici la conversation : cette conception spécifique du soin et de la médication mérite que l’on s’y attarde. En fait, l’extension du prendre soin aux jeux, fêtes, rites, cérémonies et à l’humour me semble très stimulante et ouvre de belles perspectives globales sur la santé et son périmètre, à distance d’une approche clinique, curative ou strictement médicale.

  • 1 Le grand résumé n’intègre pas la problématique de la Covid-19 ; le livre, publié lors du deuxième (...)

13Toutefois, en relisant le grand résumé, l’impression demeure forte pour le lecteur que je suis d’avoir affaire à une définition intégrative, bienfaisante du soin et de la médication toujours déjà porteuse d’une dimension positive de liens entre personnes. Bref, soins et médication fonctionnent. Plus encore, ils semblent fonctionner toujours. C’est probablement lié à la première hypothèse qui critique l’impact négatif du modèle organisationnel sur la subjectivité pour indiquer à quel point le soin, au contraire, produit de la subjectivité et du lien. Plusieurs réalités pourraient sans doute conduire à affiner une telle hypothèse : la surmédication dans les maisons de repos, les divergences entre médecins, résidents et proches sur la médication à suivre, la difficulté des résidents à prendre le médicament, parfois leur refus, une approche biomédicale encore largement dominante, laissant peu de place à de nouveaux métiers, à de nouvelles approches ou encore la place marginale accordée aux comités de résidents, la mise en pratique difficile de la législation relative aux droits du patient, etc. Pour le dire en un mot, que je dois à un échange avec ma collègue Nathalie Zaccaï-Reyners : qu’en est-il, en fait, du soin qui ne prend pas soin ? Et aussi : quel impact la pandémie de Covid-19 a-t-elle encore de nos jours sur les modes d’organisation en vigueur au sein des centres d’hébergement1 au Québec ?

Deux ouvrages en conversation

14Sans chercher de manière artificielle à faire dialoguer deux ouvrages, je suggère de dresser un pont entre l’esprit de dénonciation habitant Les Fossoyeurs de Victor Castanet (2022) et celui de compréhension qui caractérise Les Signes du monde d’Éric Gagnon. Les deux ouvrages sont différents. Les deux ouvrages éclairent finement la réalité des centres d’hébergement selon des angles et des approches qui varient. Cependant, les rapprocher peut aiguiser notre intelligence des enjeux soulevés et des problématiques élucidées par l’un et par l’autre.

Les Fossoyeurs pose son objectif dès les premières pages :

Mon objectif premier est de dépasser la question de la « maltraitance institutionnelle », un terme qui a la faiblesse de mettre tout le monde dans le même panier et de diluer les responsabilités. Cet ouvrage veut dévoiler les rouages les plus secrets d’une société pour, enfin, nommer des responsables et lister non seulement des dysfonctionnements mais aussi de potentielles dérives. (Castanet, 2022, p. 8)

15À travers cet ouvrage, Victor Castanet enquête de manière approfondie sur les pratiques en cours au sein du groupe Orpéa, à partir d’une investigation menée sur plusieurs années. En France, le livre a accéléré la politisation du problème relatif aux pratiques de ce groupe commercial (présent dans 23 pays) dans le secteur des services aux personnes âgées : débat public, interpellation médiatique, discours d’élus, de ministres, de victimes et de familles, enquêtes judiciaires se sont succédé jusqu’à l’établissement d’une commission d’enquête lancée par le Sénat. La Belgique a également été touchée par cette situation, plusieurs inspections ont été conduites, sans oublier que des familles, des acteurs de la société civile tels que Amnesty International, la Ligue des droits humains ou le Gang des vieux en colère se sont mobilisés et ont lancé une pétition pour dénoncer le déni des droits fondamentaux fait aux résidents dans les maisons de repos en Belgique, lors de la pandémie de Covid-19.

16Soyons clairs. Par-delà certaines similitudes, la visée d’Éric Gagnon n’est pas celle de Victor Castanet, celle de Victor Castanet n’est pas celle d’Éric Gagnon. L’un est journaliste d’investigation en France, rigoureux, prenant le temps d’écouter les lanceurs d’alerte, les victimes, les témoins, les gestionnaires, les anciens cadres d’Orpéa. L’autre est sociologue au Québec, déclinant une observation participante, attentif à décrire ce qui se passe au quotidien, tout en usant de concepts et en mobilisant des auteurs. Le lecteur que je suis a envie de dire au journaliste qu’est Victor Castanet : mais que font les professionnels de terrain, en pratique ? Comment comprendre l’accomplissement des actes de soins, malgré toutes les contraintes, les obstacles et les épreuves ? Le lecteur que je suis a aussi envie de dire au sociologue qu’est Éric Gagnon : mais comment ne pas critiquer ces situations indignes et inacceptables vécues par les résidents ?

À défaut de pouvoir organiser une rencontre, imaginons une conversation. Le journaliste répondrait : qu’il lui faut forcément un angle d’attaque ; qu’il lui est impossible de tout couvrir; que les témoignages sont si graves qu’il ne peut agir autrement. Le sociologue répond dans le livre, avec ces mots. Il me semble important de les reprendre ici :

Je ne pouvais pas faire abstraction des critiques et des controverses dont ils étaient ainsi l’objet. Il me fallait néanmoins mettre à distance ces images très négatives, non parce qu’elles manquaient de fondement – les problèmes étaient bien réels, je le voyais de mes propres yeux –, mais parce qu’elles pouvaient m’empêcher de voir d’autres aspects de la vie en centre d’hébergement. Il fallait également mettre cette représentation à distance pour en mesurer les effets puisqu’elle était devenue la réalité des centres d’hébergement. Elle venait modifier le rapport entre le personnel, les résidents et les familles ; elle introduisait méfiances et inquiétudes, alimentait les revendications tant des soignants que des usagers. Mettre à distance n’est pas ignorer, mais prendre du recul, demeurer attentif à d’autres réalités, élargir constamment son point de vue. (Gagnon, 2021, p. 27)

17À mon sens, et je laisse le lecteur le soin de se faire sa propre idée, nous avons besoin de ces deux regards, de ces deux éthiques, de ces deux écritures pour être en mesure de faire le tour des différentes facettes du problème : pour mieux critiquer là où nous sommes, pour mieux comprendre où nous en sommes. C’est en ce moment d’ailleurs que les journalistes et les scientifiques souffrent d’attaques, de procès et d’accusations de plus en plus graves, dépassant le cadre du débat démocratique vigoureux et vivant. Sans avoir pensé à le mentionner au début du commentaire de ce grand résumé, notons que Les Signes du monde offre ici un bel hommage au délicat métier de sociologue et à sa part dans la Cité.

Le point suivant de la discussion approfondira les enjeux éthiques et politiques.

De l’éthique, du politique, des méthodes : le sociologue comme témoin

Enquêter au sein des centres d’hébergement pose des enjeux éthiques à la chercheuse et au chercheur et demande d’interroger les méthodes utilisées en même temps que la posture adoptée. Éric Gagnon se pose en tant que sociologue-témoin ou encore comme quelqu’un qui a de l’« entre-gens » (Gagnon, 2021, p. 155), pour suivre le bel épilogue du livre.

18L’auteur a intégré l’équipe des bénévoles de plusieurs centres d’hébergement et de soins de longue durée. Le lecteur que je suis est curieux d’en savoir davantage. Quelles ont été les limites et les contraintes de cette observation conduite depuis le rôle de volontaire ? Comment cette observation a-t-elle été négociée et validée en amont avec la direction ? Mais aussi comment s’assurer que cette observation est bien comprise par les résidents comme par les professionnels ? Quel consentement des personnes et comment se joue au quotidien l’équation suivante : être d’une part un bénévole qui accompagne, écoute, réconforte, assiste, joue avec les résidents et d’autre part un sociologue qui prend note et qui analyse ? Quels tiraillements, quelles épreuves éthiques le sociologue a-t-il négocié ? Et comment ? Et comment la temporalité de l’observation a-t-elle été considérée : les débuts de l’enquête ne ressemblent sans doute pas à la fin de l’enquête ; les jours ne ressemblent sans doute pas aux nuits dans un centre d’hébergement, etc. L’éthique du bénévole et l’éthique du sociologue pourraient, j’en suis convaincu, être l’objet de belles discussions et conversations avec Éric Gagnon. Ces questions méthodologiques induisent en retour des questions épistémologiques et politiques.

  • 2 Les Signes du monde plonge également dans deux pièces de théâtre (CHSLD et Le Couloir des possible (...)

19La notion de témoin est centrale. Le sociologue en tant que témoin : ce que cela recouvre est précisé de manière forte et très réussie dans le livre (Gagnon, 2021, p. 113-116). Le sociologue voit, écoute, entend, observe, décrit, écrit, note, remarque, rappelle et se rappelle. Témoigner consiste à faire exister et à faire comprendre une réalité, en l’occurrence celle de la vie dans un centre d’hébergement. Pour être plus précis, Éric Gagnon montre de quelle manière continuer à faire circuler la mémoire. À faire circuler les gestes et les paroles de ce monde clos en dehors de celui-ci et dans la société2. À faire circuler les personnes, leurs histoires, leurs récits, leurs vies et leurs morts. À faire circuler des valeurs de justice et de justesse dans nos espaces démocratiques. À faire circuler les signes et les symboles. Ces pages d’Éric Gagnon, j’invite les lectrices et les lecteurs à les lire attentivement et à prendre le temps. Il y a là une transmission, une transmission que l’ethnographie et que l’approche compréhensive permettent d’incarner avec force. Cela se révèle d’autant plus important que le contexte médiatique et sociétal actuel accentue violemment la non-communication entre mondes différents, entre générations différentes, entre professions différentes, entre personnes différentes, entre bulles différentes. Le sociologue-témoin décrit, observe et analyse. Mais, on le voit bien : il est engagé, en faveur d’un monde en commun.

20Le grand résumé le souligne volontiers, les mots « silence » et « impuissance » occupent une place importante dans la réflexion du sociologue québécois. L’écriture, enrichie par l’ethnographie, rend compte de cette écologie de gestes, de regards, de mimiques, d’émotions, d’expressions du corps et du visage, sans oublier les objets. À ce sujet, Éric Gagnon décrit finement la cérémonie laïque d’hommage aux défunts, se composant de chants, de discours, de lectures, de photos mais également de pierres :

Lorsqu’ils entendent les noms de leur proche décédé, les membres des familles sont invités à s’avancer, à choisir une pierre parmi celles déposés sur la table, puis à regagner en silence leur place. Il s’agit de petites pierres arrondies qui tiennent dans le creux d’une main. (Gagnon, 2021, p. 125)

En cela, le sociologue permet de comprendre, de mieux comprendre ce que le silence dit et ne dit pas. Et comment s’efforcer de lire les signes, comment s’efforcer d’interpréter les symboles qui circulent entre nous et en nous.

21Le mot « impuissance » mérite que l’on s’y arrête. À plusieurs reprises, l’auteur l’emploie ; il se décrit comme impuissant « face à certaines situations, [dit] ne pas savoir comment réagir ou comment aider » (§ 3). Il précise :

« […] eux-mêmes doivent constamment composer avec une communication difficile, et sont quotidiennement confrontés à leur propre impuissance et à la mort » –, « eux-mêmes » désigne ici les résidents et le personnel soignant. (§ 3)

22Sans bien cerner d’emblée ce qui me gêne ici, je finis par penser qu’il y a bel et bien un problème dans l’analyse : l’impuissance y est aplatie. L’impuissance du résident et l’impuissance du personnel soignant ne devraient pas être comprises comme une seule et même entité globale. Là où l’impuissance du professionnel se joue en partie en lien avec son métier en propre, à savoir son expertise, sa culture professionnelle, son savoir-faire, son vocabulaire et les gestes médicaux et non médicaux, l’impuissance du résident est bien différente, puisqu’il s’agit de son existence en propre, de sa propre conscience, de la conscience de la mort – il est là, il vit là, il habite là, 24 heures sur 24h, tout le reste de sa vie. L’impuissance du professionnel gagnerait à être véritablement explorée de plus près : que dit-elle de lui ? Et comment comprendre ce qui s’apparente ici à une épreuve ? En quoi les critiques des résidents et des proches l’affectent-elles ? De quoi donc n’est-il pas capable ? Quelles sont les plaintes et les critiques ? Ce sont des questions ouvertes, invitant à de futurs travaux et enquêtes.

  • 3 Un ouvrage rédigé par Jean-Louis Genard et moi-même est en cours d’édition sur ces sujets et sera (...)

23L’impuissance du bénévole et l’impuissance du sociologue devraient être, selon moi, également différenciées. C’est à nouveau en incluant les jeux de temporalité que nous pouvons mieux discerner les nuances : au sein même des centres, lorsqu’il écoute un résident, lorsqu’il en accompagne un résident, lorsqu’il participe à une activité ludique ou festive avec des confrères, le bénévole vit une expérience, et à mesure qu’il s’approche de l’écriture sociologique, de ses notes, de la mise en cohérence de son analyse, des différentes étapes de la rédaction, de l’édition du livre, de sa publication, sans doute son expérience de bénévole est-elle comme complétée par celle du sociologue. Cela reste à investiguer et il s’agit ici d’ouvrir une nouvelle conversation : les impossibilités du bénévole ne paraissent pas être de la même nature que celles du sociologue. Ne pas pouvoir, ne plus pouvoir, ne plus en pouvoir, ce sont là autant de processus qui méritent notre attention, sans que nous ne les appréhendions comme un déficit, une défaite, une paralysie ou un continent inconnu. Grâce à plusieurs études, empiriques et théoriques, conduites depuis une dizaine d’années (Breviglieri, 2008 ; Genard & Cantelli, 2008), ces processus peuvent être travaillés par la sociologie3.

Être incapable et capable, pouvoir et ne pas pouvoir

24La notion d’empowerment est importante dans la littérature en sciences humaines et sociales ; elle peut prendre plusieurs visages, tantôt civiques, tantôt gestionnaires (Cantelli, 2013), et les acteurs de terrain s’en emparent également. Dans le domaine du soin des personnes âgées et vulnérables, plusieurs auteurs ont montré les limites et dérives (Quentin, 2018) de cette insistance sur le pouvoir d’agir. Si le fait d’insister exclusivement sur le pouvoir, le pouvoir d’agir, les capacités, les forces peut être source de difficultés, le fait d’insister exclusivement sur l’absence de pouvoir, sur la fragilité, sur la vulnérabilité pose question. Sur un plan plus anthropologique, le propos du livre, bien repris dans le grand résumé, puise dans les réflexions de Jean-Louis Genard sur le continuum capable-incapable, susceptible d’explorer les situations de l’individu contemporain, à la fois fort et fragile, disposant de pouvoirs mais aussi vulnérable. Ouvrons ici la conversation.

25Il m’est difficile de l’écrire autrement. Jean-Louis Genard est décédé le 13 juin 2022. Éric Gagnon et Jean-Louis Genard se lisaient mutuellement, se connaissaient bien, s’estimaient. Moi, Jean-Louis me manque. Et j’ai des difficultés à écrire davantage. La discussion du grand résumé permet de poursuivre les dialogues, de relancer la conversation à bâtons rompus, d’ouvrir sans doute de nouvelles enquêtes à venir. Et le travail d’Éric Gagnon, comme déjà exprimé plus haut, fait circuler les paroles, les textes, les écrits, les mots de Jean-Louis Genard jusqu’ici, dans les pages de la revue SociologieS, revue dont Jean-Louis Genard a été le rédacteur en chef.

26Dans un premier temps, cette grille de lecture capable-incapable se révèle plus appropriée que la seule catégorie d’impuissance. Pour rappel, Éric Gagnon met en évidence quatre manières de qualifier un être humain : être autonome, être vulnérable, être singulier et être une bonne personne. À la grille de lecture mettant en lien les deux premières dimensions anthropologiques, les deux suivantes viennent s’ajouter. Je vais interroger plusieurs aspects de cette réflexion, sans doute de manière exploratoire.

27La notion de singularité mériterait d’être plus nettement décrite et explicitée. Il existe de nombreux travaux sociologiques portant sur cet enjeu. Il existe une littérature abondante. Le lecteur que je suis souhaiterait disposer de plus d’informations, mais aussi de plus d’explication : en quoi précisément cette dimension complète-t-elle la grille de lecture de Jean-Louis Genard ? La discussion sociologique gagnerait à être approfondie. La notion de bonne personne est également proposée par Éric Gagnon. Comment la comprendre sur un plan sociologique ? Que désigne-t-elle ? La notion pourrait être décrite et discutée plus amplement afin d’éviter toute confusion.

28Concernant les quatre dimensions évoquées, Éric Gagnon leur assigne plusieurs attributs importants : une fonction critique, partie prenante de la culture contemporaine, et une fonction de critère et diagnostic permettant l’évaluation des centres d’hébergement. Dans le prolongement, une question se pose également : qui donc attribue à une personne sa qualité d’être autonome, ou vulnérable, ou singulière, ou bonne ? Cette question n’induit-elle pas de clarifier plus avant le fait qu’il s’agit bien des manières de qualifier les résidents, manières venant du personnel soignant et des institutions de soin plus largement ? Qui parle ? Qui parle de qui ? Et comment ces quatre dimensions peuvent-elles contribuer, dans la Cité, à démocratiser et à transformer les institutions de soins ? Dans l’ouvrage Les Signes du monde comme dans le grand résumé, les pistes de compréhension au sujet de ces quatre dimensions paraissent trop rapidement alignées. Je suis certain qu’Éric Gagnon relancera de nouvelles enquêtes de terrain. Et la conversation se poursuit, le travail se poursuit, la science se poursuit.

Haut de page

Bibliographie

Breviglieri M. (2008), « Penser la dignité sans parler le langage de la capacité à agir », in Payet J.-P. et al. (dir.), La Reconnaissance à l’épreuve, Lille, Presses universitaires du Septentrion, p. 83-92.

Cantelli F. (2013), « Deux conceptions de l’empowerment », Politique et Sociétés, vol. 32, no 1, p. 63-87.

Castanet V. (2022), Les Fossoyeurs, Paris, Fayard.

Gagnon É. (2006), Les Promesses du silence. Essai sur la parole, Montréal, éditions Liber.

Gagnon É. (2021), Les Signes du monde. Une ethnographie des centres d’hébergement, Montréal, éditions Liber.

Genard J.-L. & F. Cantelli (2008), « Êtres capables et compétents : lecture anthropologique et pistes pragmatiques », SociologieS [en ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 27 avril 2008.

Nocerino P. & L. Maze (2017), « Analyser l’accueil des personnes âgées en institution. De l’autonomie aux transferts de responsabilité », Ethnographiques.org, n° 35.

Quentin B. (2018), « Quand maximiser le pouvoir d’agir peut se retourner contre la personne vulnérable », Gérontologie et Société, vol. 40, n° 157, p. 181-187.

Haut de page

Notes

1 Le grand résumé n’intègre pas la problématique de la Covid-19 ; le livre, publié lors du deuxième trimestre de l’année 2021, la mentionne (p. 64).

2 Les Signes du monde plonge également dans deux pièces de théâtre (CHSLD et Le Couloir des possibles) où la culture agit comme témoin et mémoire. Il faudrait sans doute davantage de temps pour approfondir la conversation sur cette dimension culturelle, en y incluant le développement encore trop précaire et ponctuel, au sein même des centres d’hébergement, d’une diversité de pratiques artistiques : poésie, peinture, dessin, sculpture, littérature, musique, concerts, théâtre, atelier d’écriture…

3 Un ouvrage rédigé par Jean-Louis Genard et moi-même est en cours d’édition sur ces sujets et sera publié en 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrizio Cantelli, « Être capable et incapable : repenser les centres d’hébergement et de soins »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/19959 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.19959

Haut de page

Auteur

Fabrizio Cantelli

Maître de conférences, Université libre de Bruxelles (Belgique).Email : fcantell@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search