Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2024Penser le capitalisme académique ...L’impossible résistance : un parc...

2024
Penser le capitalisme académique par la production de ses marges

L’impossible résistance : un parcours féministe au sein de l’Université américaine au Texas

Impossible Resistance: A Feminist Journey through the American University in Texas
La resistencia imposible: un viaje feminista a través de la universidad americana en Texas
Sandrine Sanos

Résumés

Cet article examine les contradictions inhérentes au dispositif réglementaire encadrant les discriminations de genre et les violences sexuelles et sexistes dans l’enseignement supérieur états-unien. À partir d’un cas de recours pour harcèlement sexuel, qui a lieu dans le contexte politique du Texas, au sein d’une université publique et régionale, notre analyse met l’accent sur des stratégies de contournement nécessaires pour faire face à une culture dominante qui euphémise ces actes et en invisibilise les logiques et les effets. Comment, dans le contexte d’une priorité accordée à l’ordre dominant de race, de classe et de genre ainsi qu’à une rationalité économique et gestionnaire, dénoncer les violences de genre et les situations d’abus ? Comment ouvrir des espaces d’agentivité collective et mettre fin aux situations systémiques de continuum de violences de genre ?

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Flora Bernard, Muriam Haleh Davis et Thomas Serres pour leur relecture ; Judith G. Coffin, Joan W. Scott et Cecilia Villaverde pour leurs encouragements, ainsi que les coordinatrices du numéro, Natacha Chetcuti-Osorovitz et Cynthia Colmellere, pour leur engagement et accompagnement éditorial.

  • 1 C’est le cas du Texas qui, en 2021, a interdit tout enseignement de Critical Race Theory (CRT) au (...)

1L’Université américaine a toujours été un enjeu de batailles politiques pour ce qu’elle représente ainsi que pour celles et ceux qui y travaillent et pour les étudiant·es qui y suivent des cours. Être « travailleuse » de l’Université signifie ainsi se confronter aux contextes et aux normes qui rendent possible ou contraignent notre capacité à transformer l’institution. En effet, conçue comme un lieu d’émancipation sociale, économique et démocratique, elle est perçue, dans les états conservateurs comme le Texas, comme une machine de propagande et d’endoctrinement dont il faut endiguer les « excès » et « dérives ». Les dirigeants de ces états essaient d’en neutraliser les programmes, de démanteler tout ce qui relève des droits acquis après l’époque de ségrégation raciale, en dictant les conditions d’enseignement et de recherche dans leur forme et, souvent, leurs contenus1.

  • 2 Voir les grèves organisées en 2020 dans le système d’universités californiennes autour de la quest (...)
  • 3 Par exemple : http://pennandslaveryproject.org/. Au sujet de ces « scandales », voir le témoignage (...)

2Ces efforts conservateurs viennent s’ajouter aux profondes transformations de l’Université qui suscitent, depuis deux décennies, critiques et résistances face au « régime capitaliste » de l’éducation supérieure et à ses effets sur les « savoirs critiques » (Reading, 1996 ; Fassin & Ibos, 2021) et les conditions de travail des enseignant·es (Schleck, 2022). Cette critique est aussi le fait du corps étudiant, qui se mobilise et manifeste contre la précarité économique et sociale ainsi que les inégalités qui structurent le fonctionnement de l’enseignement supérieur2 (Ferguson, 2017). Le passé esclavagiste et ségrégationniste de l’institution est ainsi depuis peu pointé du doigt, alors que les scandales de violences sexuelles sur les campus d’élite et la dénonciation de ces violences continuent d’être l’objet d’intenses débats3 (Doyle, 2015 ; Kipnis, 2017 ; Grigoriadis, 2018 ; Ahmed, 2021).

3Comment, dans ce contexte marqué par une priorité accordée à l’ordre dominant de race, de classe et de genre ainsi qu’à une rationalité économique et gestionnaire, dénoncer les violences de genre ? Comment remettre en cause les masculinités hégémoniques qui façonnent l’institution et ses pratiques, et déjouer les rapports de domination ? Quels sont les recours possibles pour celles et ceux qui subissent ces violences, et comment créer des solidarités collectives en résistance à ces celles-ci et aux catégorisations (de genre, race, classe, sexualité, validisme) qui les sous-tendent et en dictent les effets ? Je propose de réfléchir aux normes bureaucratiques et managériales ainsi qu’aux logiques à l’œuvre dans l’arsenal juridique (Title IX) censé empêcher et corriger toute occasion de violence sexuelle et sexiste au sein de l’enseignement supérieur. J’ai saisi le bureau Title IX trois fois : deux fois pour harcèlement sexuel de la part d’un étudiant, et une fois pour discriminations de genre envers femmes racisées, personnel enseignant et administratif.

4Prenant appui sur ma propre expérience de recours pour harcèlement sexuel, je propose de mettre en lumière les stratégies de résistance féministe élaborées pour déjouer les contradictions inhérentes à ces dispositifs. Ce cas particulier me permet de pointer l’enchevêtrement de la loi aux relations de pouvoir institutionnel qui a pour effet de reproduire inégalités et marginalisations. Je me tourne vers le cas apparemment le plus singulier, car il permet de faire ressortir les logiques en jeu dans la mise en œuvre de l’arsenal juridique et de pointer la manière dont celui-ci dépend de contextes politiques et institutionnels. Après un aperçu du paysage contemporain de l’enseignement supérieur aux États-Unis et un résumé de mon parcours professionnel et des spécificités propres à une université publique et régionale située au Texas, je me penche sur les conditions auxquelles fait face toute personne harcelée, afin de montrer de quelle manière les possibilités d’action sont contraintes par la culture dominante. Je décris d’abord ce cas de harcèlement et son contexte pour ensuite pointer la manière dont le dispositif rend impossible la prise en compte de vulnérabilités et rend nécessaire la mise en œuvre de stratégies de contournement face à des solidarités masculines et à une bureaucratie qui refusent de reconnaître les inégalités systémiques en jeu dans de telles situations.

5Ma démonstration repose sur le témoignage personnel, que j’analyse avec les outils de la pensée critique. Loin de s’arrêter au « vécu » comme vérité, le témoignage permet en effet de faire entendre le propre de cette expérience subjective comme terrain d’analyse des relations de pouvoir où se constitue le sujet (Scott, 1996). Cette « mise en critique de l’expérience » permet « d’appréhender et d’objectiver » ce qui relève du biographique (Clair, 2022, p. 40, p. 15 ; Cuny, 2020) et d’en faire ressortir les enjeux et relations de pouvoir. Pour mettre en critique cette expérience et en faire sens, j’ai choisi de me tourner vers ma première langue, le français, qui n’est pas ma langue professionnelle première, et de déplacer l’analyse de mon champ disciplinaire et professionnel afin de permettre la distance institutionnelle nécessaire à la réflexivité. En effet, mon analyse s’inscrit à la croisée de la pratique féministe et intersectionnelle du « savoir situé » (Dorlin, 2009 ; Ahmed, 2017, 2021 ; Lépinard & Mazouz, 2021), de « l’autothéorie » (Fournier, 2021) et de l’« égo-histoire » qui, pour les historiennes dont je suis, réfléchissent à la relation entre sujet, contexte et objet (Farge, 1997 ; Scott, 2011 ; Perrot, 2023). Prendre en compte les catégories de genre, de race et de classe (tout comme ce qui vient les infléchir comme l’âge ou le validisme) permet de revendiquer une parole minorisée ou invisibilisée institutionnellement (Ahmed, 2021 ; Combes, 2022). Par ce recours au « témoignage », mon article tente de rendre visible les normes et pratiques discursives qui structurent ces expériences et relations de pouvoir et s’emploie « à rendre ce monde intelligible » (Clair, 2022, p. 22).

Harcèlement sexuel dans une université américaine : institutions, inégalités et contextes

6Alors qu’il incarne le grand rêve de mobilité sociale et économique, d’émancipation et d’engagement démocratique de la deuxième moitié du xxe siècle (Meranze, 2015), le paysage de l’éducation supérieure états-unien est profondément hiérarchisé. Organisé selon le modèle de l’entreprise (Schleck, 2013, p. 19 ; Kaufman-Osborn, 2023, p. 3), il se compose d’universités d’élite (Ivy League) R1 (le niveau le plus élevé et prestigieux de recherche), R2, publiques, régionales, de SLACs (Small Liberal Arts College) et de Community Colleges (parcours de deux ans dans une institution publique à vocation notamment professionnelle, qui n’accorde pas de licence et peut faire tremplin pour basculer à l’Université).

  • 4 D’où l’importance de l’extension du programme d’annulation des dettes rattachées aux prêts étudian (...)

7Alors que les institutions dites privées (Ivies et SLACs) se caractérisent par des frais de scolarité annuels atteignant des dizaines de milliers de dollars et bénéficient de dotations individuelles et d’investissements immobiliers et financiers pouvant atteindre des millions de dollars, les institutions publiques sont, quant à elles, censées garantir l’accès à une éducation abordable. Il s’agit des grandes universités d’État, d’universités régionales et de Community Colleges. Toutes dépendent du financement par l’État, puisque l’éducation est payante aussi bien dans le public que le privé, mais à des niveaux différents (Meranze, 2015, p. 1323). Depuis les cinquante dernières années, ce financement diminuant, l’augmentation des frais de scolarité est venue pallier l’absence de soutien structurel. Seuls les Community Colleges continuent de proposer un accès sans sélection, à un coût raisonnable. Malgré tout, beaucoup d’étudiant·es doivent recourir à des prêts fédéraux ou bancaires afin d’assurer leurs études et peuvent se retrouver endetté·es de dizaines de milliers de dollars4. Les réalités institutionnelles, professionnelles et intellectuelles de la majorité des enseignant·es-chercheur·es, des étudiant·es et des personnels sont donc marquées par de grandes disparités et inégalités matérielles et géographiques.

  • 5 Ce fut le cas, en 2019, de l’historienne latina Lorgia Garcia Peña, à l’université d’Harvard et, e (...)
  • 6 Voir la création du Network for Concerned Academics (Réseau des universitaires engagé·es), au prin (...)

8Les restructurations les plus récentes de ce monde universitaire sont emblématiques de ce que l’on nomme de nos jours un « capitalisme académique néo-libéral » (Duggan, 2018). Avec la diminution de l’investissement politique et financier des États, l’Université s’est transformée selon une logique managériale néo-libérale (Schleck, 2013, p. 47, p. 92-93). Cette « privatisation » a particulièrement renforcé l’assujettissement des universités à une « élite économique » (Schleck, 2013). De riches donateurs influents (Siddique, 2021) en intègrent les instances dirigeantes au sein de hiérarchies administratives d’orientation souvent conservatrice. Les cas de dénis de titularisation d’universitaires accusé·es de « militantisme » en sont l’un des exemples les plus flagrants5. Cette dépendance économique et cet assujettissement amplifient la précarisation intellectuelle et professionnelle des enseignant·es, qui est depuis longtemps un enjeu de mobilisations et de résistances collectives6 (Kamola, 2019 ; Scott, 2019).

9Les fondements de la liberté académique sont ainsi depuis longtemps mis à mal, comme on peut le constater autre part (Fassin & Ibos, 2021 ; Schleck, 2022). Au Texas, par exemple, la surveillance politique est une réalité : deux professeures d’un Community College ont été licenciées à la suite de leur critique de la gestion de la pandémie et pour un tweet considéré comme « diffamant » envers l’ancien vice-président Mike Pence7. Un autre a été déchu de son poste de doyen en raison, entre autres, de son soutien intellectuel et professionnel à la critique abolitionniste du système carcéral8. Nombre d’universitaires sont également devenu·es la cible d’une extrême droite militante, dénonçant l’endoctrinement « anti-américain » de professeur·es supposément « gauchistes ». Ces campagnes sont rendues possibles par l’existence de collectifs, instituts, think-tanks et médias conservateurs généreusement financés par une « poignée de riches donateurs ultra-libertaires » (Kamola, 2019, p. 2).

10Ces attaques reflètent l’importance symbolique, sociale et politique de l’enseignement supérieur aux États-Unis. Depuis les années 1940, des populations jeunes, racisées, minorisées, immigrantes, composées de femmes, d’anciens combattants, issues de milieux populaires ou pauvres se sont mobilisées pour accéder à la promesse d’égalité, de mobilité et d’engagement démocratique que représente l’Université. (Ferguson, 2017). Programmes et organisations fédérales sont créées afin d’en ouvrir et garantir l’accès. Or, des recherches ont montré comment, par sa logique capitaliste, l’Université est loin d’être une « institution neutre » (Hong, 2018, p. 24). Selon certains travaux, elle participe à la « classification violente des personnes dans un système [capitaliste] inégal » (Snaza & Singh, 2022, p. 4) et sert d’outil de reproduction des inégalités sociales, économiques et culturelles (Brim, 2020, p. 4-5 ; Kaufman-Osborn, 2023, p. 7). Tout comme l’usage de la rhétorique de l’« excellence » à l’Université sert à normaliser un certain ordre managérial et économique (Reading, 1996), le déploiement d’initiatives anti-discriminatoires (Diversity, Equity, Inclusion) peut constituer un « appareil institutionnel capitaliste » qui gère et domestique les « différences » sous couvert d’équité (Snaza & Singh, 2022, p. 5).

  • 9 La législation combat les discriminations validistes et garantit l’égalité de traitement quelle qu (...)
  • 10 Chaque université est en outre dotée d’une force de police : il s’agit d’agents policiers ou de ga (...)

11L’Université est depuis longtemps dotée d’appareils législatifs et juridiques qui organisent les relations en son sein afin de faire face aux inégalités qui peuvent y exister, qu’elles soient économiques, sociales, raciales ou de genre. Ce dispositif législatif, émanant de l’État fédéral, régit les questions de discrimination (Civil Rights), de harcèlement, de violences sexuelles et sexistes (Title IX) ou protège les personnes avec incapacités9 (American Disability Act). Il existe un arsenal bureaucratique dédié à ces questions, avec des responsables chargés d’en appliquer les règles, d’enquêter, de statuer et de rendre « justice10 ». Ces pratiques et ces dispositifs sont supposés garantir les principes d’égalité des chances et d’accès à l’enseignement supérieur et remédier aux discriminations.

  • 11 Rapport produit par l’American Association of University professors (AAUP), « The History, Uses, a (...)
  • 12 Rapport, « The History, Uses, and Abuses of Title IX. », AAUP.
  • 13 Cette définition englobe aussi bien la parole [speech] que les actes. Or cette équivalence a été c (...)

12L’année 2022 marque le 50e anniversaire de la loi fédérale Title IX, d’abord promulguée en 1972 comme amendement du Education Act afin d’assurer l’égalité d’accès et de traitement des femmes à l’Université. Le but de Title IX est d’assurer une « équité » de genre, et son adoption représente un moment fondateur : le résultat de mobilisations féministes contre les discriminations à l’emploi et à l’éducation11 (AAUP, 2016, p. 70-71). Cette loi, qui a pris modèle sur la loi Title VI de 1964 interdisant toute discrimination au travail en raison de sa « race, couleur ou origine », est censée protéger contre toute forme de discrimination de genre [sex discrimination] au sein du monde éducatif « bénéficiant de financement fédéral12 » (AAUP, 2016, p. 71). Comme l’a expliqué Abigail Saguy, aux États-Unis, le harcèlement sexuel est compris comme la manifestation de discriminations de genre plutôt que de violence. Il relève donc du droit du travail et non du droit pénal comme en France (Saguy, 2003, p. 21-22.). Les violences de genre étant comprises comme autant d’atteintes à un groupe social, la définition de sex discrimination considère l’assignation de genre comme une catégorie identitaire13 (Saguy, 2003, p. 23 ; AAUP, 2016, p. 72-74).

13En tant qu’employeur et donc responsable en cas d’exactions, il est de la responsabilité de l’Université de prévenir et punir tout « harcèlement quel qu’il soit » et qui inclut « harcèlement sexuel, agression sexuelle (viol), méconduite sexuelle, et discrimination sexuelle14 ». Le « bureau de Title IX » constitue un tribunal administratif indépendant au sein de l’Université sur lequel se reposent les instances dirigeantes. Or, si Title IX est une démarche bureaucratique et juridique qui n’engage aucune conséquence pénale directe, son vocabulaire, sa logique, son interprétation et son application suivent une logique judiciaire sans en garantir les protections (Dziech, 1998, p. 20-21). Étant codifié par l’État fédéral, il est similaire mais non identique à une « saisine de supérieur·e hiérarchique », car il implique une obligation légale de dénonciation de violence ou discrimination quelle qu’elle soit [mandatory reporting] et relève du département de la Justice comme de l’Éducation15. C’est pourquoi, tout au long de cet article, je fais aussi usage du registre de la plainte [complaint] qui est celui en vigueur aux États-Unis afin de rappeler comment ce dispositif est entendu et vécu comme tel par celles et ceux qui y ont recours et l’appliquent.

Un parcours professionnel au Texas, rapports de pouvoir au quotidien

14Historienne, j’appartiens à une classe de professeur·es dont la charge principale est l’enseignement et non la recherche. Employée par une université publique, je suis donc fonctionnaire de l’État du Texas, statut qui dicte les conditions et limites de notre enseignement.

  • 16 En 2016, le seuil étant fixé à 24 339,00 $ ou moins pour une famille de quatre personnes (dont deu (...)
  • 17  Les adjectifs Latinx et Chicanx sont conçus pour neutraliser la division sexuelle inscrite dans la (...)
  • 18 Sur ce sujet, voir les décisions et sanctions du Texas A&M. University System à l’encontre des pro (...)

15Le Texas est un état républicain qui se démarque, depuis les années 1980, par sa politique conservatrice et néolibérale. Alors qu’il est, depuis l’été 2022, le deuxième État le plus peuplé des États-Unis après la Californie, avec quelque 30 millions de personnes, il connaît un taux de pauvreté conséquent (15,6 % de ses habitant·es vivent en dessous du seuil de pauvreté16) et de fortes inégalités sociales et économiques, aggravées par la diminution des aides publiques aux classes les plus défavorisées. L’indigence des services publics et de la protection sociale y est notoire. La plupart de celles et ceux qui travaillent bénéficient de peu de droits (right to work) et le taux horaire minimum salarial de 7,25 $, indexé au taux fédéral, demeure le même depuis 2009. La population Latinx17 (désignée administrativement comme Hispanic), continue à subir de profondes inégalités. Dans cet état qui comprend 136 institutions d’enseignement supérieur, le paysage universitaire demeure inégalitaire et, dans le cas des institutions publiques, fait l’objet d’un sous-investissement systématique de l’État et d’une surveillance politique18.

  • 19 Il existe ainsi trois catégories d’institutions identifiées comme œuvrant pour des populations his (...)

16D’abord fondée en 1947, avant d’être officialisée en tant qu’institution publique en 1994, l’université Texas A&M University – Corpus Christi (TAMU-CC), dans laquelle j’enseignais, se caractérise par de moindres ressources symboliques et matérielles. De petite taille avec approximativement 10 000 étudiant·es, elle joue néanmoins un rôle essentiel pour la région, car elle est désignée d’Hispanic-Serving Institution (HSI), qualification fédérale garantissant financement et soutien aux institutions accueillant un quart ou plus d’étudiant·es Latinx19. Cette désignation importe au Texas où la ségrégation (officieuse) du système éducatif envers sa population d’origine mexicaine (ou Latinx) n’a été abolie que dans la deuxième moitié du xxe siècle, et où les discriminations et le racisme perdurent. À TAMU-CC, plus de la moitié des étudiant·es sont catégorisé·es comme Hispanic au sein d’une ville majoritairement Latinx. Ses normes et ses pratiques ont été forgées par l’histoire coloniale et raciste texane et ses violences, qui continuent d’habiter l’institution (Anzaldúa, 1987 ; Muñoz-Martinez, 2018).

17Plus de la moitié des étudiant·es sont de « première génération » [first-generation], c’est-à-dire les seul.es de leur famille à faire des études supérieures. La population étudiante est principalement populaire, ouvrière, de petite classe moyenne ou pauvre. La plupart des étudiant·es travaillent entre 20 et 30 heures par semaine en occupant un ou deux emplois. En l’absence de soutien boursier, un nombre important est contraint d’avoir recours à des prêts étudiants (Brim, 2020, p. 7). Le distanciel et les cours du soir sont très répandus, puisqu’ils permettent de jongler avec des emplois à plein temps et des obligations familiales et personnelles que l’on ne peut mettre de côté.

  • 20 À la suite des arrêts de la Cour suprême, le Texas a interdit l’avortement avec les lois SB 8 (1er (...)

18Assurer l’égalité des chances, proposer un accompagnement au-delà des cours, ouvrir les portes d’un monde dont beaucoup ne connaissent pas les codes et où certain·es se sentent illégitimes – tout cela est au cœur de notre métier d’enseignant·es. Or, dans un État qui se démarque par des politiques anti-féministes, transphobes, homophobes et racistes, comme le montre la législation récente20, les équipes enseignantes comme beaucoup d’étudiant·es minorisé.es se trouvent confronté.es à des situations de violences de genre et de discriminations sexuelles et raciales (Guttierrez, 2012, 2020).

  • 21 J’ai d’abord été détentrice d’un visa de travail H1B, puis d’une « carte verte », avant de déposer (...)

19C’est dans ce contexte institutionnel qu’avec ma collègue, elle-même Latina, nous avons été les deux premières femmes titularisées au sein de mon département en 2012. Après son départ de l’université, j’ai été la première à atteindre le statut de Full Professor en 2019. Or, seulement 5 % des professeur·es sont Latinx et seulement un tiers de Full Professors est féminin (Guttierez, 2020, p. 2). En outre, bien que je sois « blanche », ma situation d’« étrangère », aussi bien culturellement que légalement, a longtemps impliqué une vulnérabilité institutionnelle et politique particulière21. Mon identité d’« Européenne » et de « Française » est à double tranchant : l’absence de signes explicites de conjugalité et de maternité, mes enseignements en histoire du genre, de la sexualité, des théories féministes et antiracistes font que je suis parfois perçue par certaines comme incarnant le « wokisme » et le « gauchisme radical ».

20Cependant, cette « étrangeté » (qui s’articule aux questions de citoyenneté) a aussi joué pour ouvrir des espaces de dialogue et d’échange avec la plupart des étudiant·es, en particulier pour les étudiant·es LGBTQI +, femmes et racisé·es. et pour celles et ceux à la recherche d’agentivité politique et sociale. Pour beaucoup d’étudiant·es et pour certain.es enseignant·es et personnels, l’université est un espace de liberté et d’engagement critique de l’ordre dominant. Elle permet la création de solidarités politiques qui font le lien entre professeur·es engagé·es dans un projet commun d’éducation et d’émancipation et étudiant·es et entre l’Université et un monde social d’une grande violence.

21Toutefois, ces espaces de solidarités sont contraints par une culture institutionnelle caractérisée par un certain paternalisme (blanc) où la métaphore de la « famille » sous-tend l’ordre institutionnel et dicte la teneur des relations professionnelles. J’entendrai ainsi la doyenne de TAMU-CC me dire qu’elle désire me trouver un compagnon [boyfriend] afin de m’inciter à ne pas chercher d’autre poste. Le doyen qui lui succédera, pratiquera comme beaucoup de mes collègues masculins, un paternalisme jovial et présenté comme bienveillant, qui lui permet de ne pas rendre compte d’une homosociabilité informelle et implicite. Titularisées et perçues comme « irréprochables » professionnellement, ma collègue et moi avons œuvré pour pointer cette absence de neutralité et les biais de genre, de classe et de race exprimés par ces collègues et par d’autres. Nous avons été régulièrement qualifiées de « fauteuses de troubles », une assignation toujours faite sous couvert de boutade.

« Je dois me protéger » : paroles, harcèlement et vulnérabilités systémiques

22Ici comme ailleurs, le recours à Title IX est clairement réglementé : la loi fédérale en établit le contenu et les procédures. Tout·e professeur·e, étudiant·e ou personnel universitaire peut être concerné·e22 (AAUP, 2022). Chaque université se doit de garantir l’accès à une procédure et à un·e responsable clairement identifiables. La ou le responsable, qui peut être avocat·e, « expert·e en risque » ou personnel des ressources humaines (AAUP, 2022, p. 10), reçoit et évalue le recours, sa légitimité et, après enquête, rend son rapport. À TAMU-CC, le dispositif23 est assuré par un « coordinateur », une « vice-coordinatrice » et deux « enquêtrices ». La décision finale et ses conséquences sont ensuite avalisées par le ou la vice-présidente de l’université (Provost), aucun appel n’étant possible.

  • 24 L’un des exemples les plus récents est celui du professeur John Comaroff à Harvard University, acc (...)

23Le déroulement de la procédure est également codifié : accusé de réception, main courante, officialisation du recours et détermination de sa légitimité. Si la plainte est considérée comme recevable, une enquête s’ensuit, sans accompagnement ou conseil. Ses résultats donnent lieu à une résolution informelle ou à une sanction disciplinaire qui, pour les enseignant·es peut relever de la dispense de cours ou de direction de thèse, de la présence obligatoire d’une tierce personne lors d’échanges ou de cours, du congé payé ou sans solde pour un semestre ou plus, de la suspension d’augmentation salariale ou du licenciement. Malgré l’éventail des sanctions possibles, beaucoup ont critiqué des pratiques institutionnelles qui assurent l’impunité de professeurs accusés de harcèlement, car licenciements ou changements structurels sont rares24. Il est d’ailleurs difficile d’évaluer statistiquement l’étendue des violences de genre, l’identité des plaignant.es, le type de recours et les sanctions décidées en raison de la « confidentialité » du processus, de la protection de la vie privée des étudiant·es et du mutisme institutionnel qui varie d’une université à l’autre (Dziech, 1998, p. 21-22).

  • 25 BullyBloggers est un « blog » créé par un groupe d’universitaires queers et féministes. URL : http (...)
  • 26 Pour un autre exemple, celui de la Floride, voir Darcie Fontaine, « Florida under DeSantis » (2023 (...)

24Je propose de réfléchir aux logiques de la mise en œuvre de Title IX, façonnées dans un ancrage géographique et politique particulier, pour faire ressortir le propre des relations de pouvoir qui l’organisent et demeurent invisibles (Ahmed, 2021 ; Andrzejewski, 2022). Comme l’explique Lisa Duggan, ce dispositif est appliqué selon les pratiques institutionnelles de chaque université avec ses propres spécificités, cultures, contextes et administrations, d’où une « incroyable inégalité de mise en œuvre25 » (2018). La politique des États conditionne tout autant l’interprétation qui est faite de cette loi, les possibilités d’action et de recours auxquels elle peut donner lieu, qu’elle en dicte les modalités d’exécution et effets pratiques, comme mon expérience en tant qu’enseignante injustement accusée de harcèlement sexuel par un étudiant en témoigne26.

25L’étudiant, Armando27, débute sa maîtrise en histoire à TAMU-CC à la rentrée 2016. Il a obtenu avant cela sa licence dans son université régionale, à la frontière mexicaine. En raison de ressources limitées, il ne peut pas déménager et fait trois heures de voiture aller-retour pour venir en cours. Ce semestre-là, ma collègue et moi-même, seules femmes enseignant dans notre département, dispensons les deux seuls séminaires. J’assure également la direction de notre programme de maîtrise qui accueille principalement des étudiant·es de la région, dont beaucoup travaillent à plein temps. Pour la plupart de nos étudiant·es, atteindre un tel niveau d’études est significatif : en 2022, 14,4 % de la population adulte états-unienne possède un master ou un doctorat28. Pour des étudiant·es mexicain·es américain·es comme Armando, la proportion29 atteint seulement 5 %.

26Je rencontre Armando lors de la réunion d’orientation pour nouveaux arrivant·es, au moment de la rentrée universitaire. Je le revois à l’occasion de mon premier séminaire, deux jours plus tard. La semaine suivante, je l’invite à venir me voir afin de l’aider à comprendre l’institution, ses normes et son fonctionnement, comme je le fais habituellement pour chaque étudiant·e. C’est la première fois que j’ai l’occasion de le voir seul. À la fin de notre brève réunion, où il est demeuré impassible, il me demande s’il peut fermer la porte de mon bureau. Conformément aux habitudes en vigueur à l’université, chaque professeur·e garde sa porte ouverte afin d’éviter toute accusation de harcèlement, quelle qu’elle soit. Le caractère systématique de cette pratique montre bien que le « danger » de harcèlement est inscrit dans le régime pédagogique et en structure les relations, même s’il n’est pas explicitement nommé. Il s’inscrit dans ce que Jennifer Doyle appelle la logique sécuritaire et managériale qui régit les relations entre professeur·es et étudiant·es (Doyle, 2015) et qui, pour beaucoup d’entre nous, représente néanmoins une « protection ». J’accepte toutefois la demande d’Armando, car ce type de requête signifie habituellement qu’une ou un étudiant désire partager une information personnelle ou confidentielle, que nous sommes tenu·es de protéger selon les lois fédérales.

27Une fois la porte fermée, il se tourne vers moi et me demande : « M’avez-vous harcelé hier soir ? ». Le choc et la peur panique m’envahissent. Avant de lui répondre, je lui demande de rouvrir la porte. Il ne comprend pas. Je lui dis : « Afin de te protéger et de me protéger ».

  • 30 Expression signifiant ses parties génitales.

28La porte rouverte, je lui demande ce qu’il veut dire. Armando m’explique alors qu’il a « entendu » ma voix lors du séminaire « faire des commentaires sexuels sur ses parties privées30 ». Il ajoute qu’il « a peur » et « doit se protéger ». Il me dit que cela lui est déjà arrivé avec une autre professeure, qui l’a ensuite mal noté. L’explication est claire : il a subi des représailles par le passé et me dit qu’il s’attend à en subir d’autres de ma part. Toute mauvaise note à venir serait la confirmation de son harcèlement. Je lui réponds que je n’ai jamais rien dit de tel. Huit autres étudiant·es peuvent en témoigner. Or je ne peux pas lui signifier que c’est une invention de sa part ou même une hallucination, même si je me pose la question d’une situation de fragilité psychiatrique. La culture et les règlements en vigueur à l’université me l’interdisent, car de telles affirmations pourraient être comprises comme une attaque personnelle et un manque de neutralité pédagogique de ma part. Comme l’indique la procédure, je lui rappelle le recours hiérarchique auquel il a droit s’il veut « porter plainte pour harcèlement ». Il répète : ma voix qui le harcèle, sa peur et sa volonté de se protéger.

  • 31 Pour consulter des données statistiques sur ce phénomène, voir l’URL : https://www.bestcolleges.co (...)
  • 32 Il est désormais reconnu que les évaluations produites par des étudiant·es reflètent des biais de (...)

29Contrairement à mon discours, qui invoque les règles de l’université, le sien – « je dois me protéger » – se réfère à l’inaliénable droit de chaque individu à se protéger contre toute attaque émanant d’une personne ou du gouvernement. Le « droit à l’autodéfense » signifie la protection physique, armée. Cette dernière est forgée au prisme d’une idéologie libertarienne texane. Dans cet État où les armes à feu sont accessibles en toute légalité, disponibles en grande surface et où beaucoup de personnes s’adonnent à la chasse, leur port et usage font partie du quotidien. Il est d’ailleurs banal de posséder une ou plusieurs armes à feu au sein d’une famille, chez soi ou dans sa voiture et ce, quelle que soit sa couleur politique, encore plus si l’on est ancien militaire – TAMU-CC jouxte une base militaire. Chaque enseignant·e a conscience qu’à tout moment, elle ou il peut être confronté à une « fusillade de masse » comme cela a déjà été le cas dans plusieurs universités et écoles de la région, comme l’école primaire d’Uvalde, le 24 mai 2022, sans jamais conduire à un changement de législation ou de pratiques en la matière31. Ce danger est vécu comme réel, d’autant qu’il s’inscrit aussi dans un contexte de violence de genre, réaffirmant des formes de domination masculine, que ce soit dans le cadre du contenu ou du déroulement des cours, des évaluations produites par les étudiant·es ou même des relations entre collègues32 (Gaitskill, 2023 ; Heffernan, 2023).

30De plus, en août 2016, le congrès du Texas autorise le port des « armes dissimulées » [concealed weapons] sur les campus. Si les entreprises ou organismes privés peuvent interdire le port des armes à feu, qu’elles soient visibles [open carry] ou non, les institutions publiques ne peuvent déroger à cette autorisation33. Avec plusieurs collègues, nous rédigeons à l’adresse de notre administration une lettre de protestation. Nous y expliquons que la loi met en danger les professeur·es minoritaires, celles et ceux dont les cours concernent les questions de genre, de sexualité, de race et racisme ou celles et ceux au statut précaire (Somers & Phelps, 2018). Nous insistons sur ses effets sur les étudiant·es LGBTQI + pour lesquel·les l’université est un espace d’ouverture, de refuge et d’expression. Nous rappelons que le massacre perpétré au Pulse, une boîte de nuit LGBTQI + à Orlando, en Floride, a eu lieu à peine deux mois avant la promulgation de cette autorisation34. Nous n’aurons évidemment pas le droit d’interdire l’accès à nos salles de cours à des étudiant·es armé·es et c’est pourquoi, une semaine après la réunion au cours de laquelle Armando me signifie que je l’aurais harcelé, je crains qu’il sorte une arme à feu, alors qu’il fouille brusquement son sac à dos orange, après être resté silencieux pendant la première heure de notre séminaire hebdomadaire. Cette peur me suivra longtemps35.

« Une situation gênante » : paternalisme et solidarités masculines

31À la suite de l’« accusation » d’Armando, je me tourne d’abord vers mon supérieur hiérarchique, espérant ainsi éviter un recours officiel auprès du bureau Title IX. Il montre une désolation attentive mais semble refuser d’entendre et de légitimer mon propos. Il me dit que « cela est bien au-dessus de (son) niveau de responsabilité » et qu’il ne peut rien faire. Lorsque je fais le même récit au doyen, celui-ci se veut rassurant en me disant qu’« évidemment » il me « sait incapable d’une telle chose ». Il ne propose pas non plus de solution ni de recours. Or, cette écoute sans action concrète a pour effet de minorer et d’invisibiliser ces violences et leurs effets. Comme l’a montré Sarah Ahmed pour d’autres cas, à partir du moment où je dénonce des violences et refuse toute euphémisation, je deviens un « problème » à gérer pour l’administration de l’université qui m’emploie (Ahmed, 2017, p. 82-83).

32Les réponses de mon supérieur hiérarchique et du doyen me renvoient à une expérience individuelle et subjective. Je décide donc de recourir à Title IX, seul dispositif qui forcera l’administration à agir.

33Or, avoir recours à Title IX n’est ni anodin ni évident. Je serai conduite à faire un choix apparemment paradoxal, celui de « porter plainte » contre moi-même, au nom d’Armando. Ceci est possible en raison de l’obligation de mandatory reporting : je suis à la fois accusée et « témoin ». Ce choix résulte de l’analyse que je fais à ce moment-là de la situation des relations de pouvoir qui conditionnent l’université et le contexte texan qui est le nôtre. Tout d’abord, le faire en mon nom nécessiterait d’expliquer en quoi l’accusation d’Armando constitue une forme de harcèlement ou de violence, et de devoir justifier de mon « interprétation » des faits. Prise par la peur d’une violence aussi bien sociale que physique, peur qui déterminera ma lecture de la situation (Mohammed, 2022, p. 49), je mettrai longtemps à nommer l’accusation d’Armando comme étant elle-même une forme de harcèlement et ce, malgré les analyses de collègues auxquelles je me confie. Je suis d’ailleurs particulièrement consciente de ma position sociale et symbolique (professeure titulaire, femme, blanche mais étrangère) à l’égard d’un étudiant dont la situation personnelle le rend également vulnérable (mexicain d’origine, racisé, nouveau dans l’université, précarisé mais légitime car dépositaire d’intérêts économiques pour l’université), alors que mes supérieurs ne nommeront jamais cette relation structurelle comme telle. Dans un contexte conservateur qui nie la réalité de l’entremêlement des rapports sociaux de genre, de sexe, de race, de classe, les nommer et insister sur leurs effets est, face au paternalisme et au racisme institutionnel, une entreprise difficile et souvent illégitime.

  • 36 Phénomène que l’on retrouve à travers les évaluations produites par les étudiant·es, confirmé par (...)

34Mon expérience me suggère que l’accusation d’Armando illustre son refus d’une autorité pour lui troublante car incarnée par un « corps » visiblement étranger, qui transgresse les normes de genre et de classe dont il a l’habitude36. Les semaines qui suivent confirmeront cette hypothèse et l’étayeront. Armando témoignera d’une hostilité silencieuse envers d’autres professeures et étudiantes, dans mon cours comme dans celui de ma collègue. Il est commun qu’en tant que professeur·es, nous soyons au fait du contexte dans lequel nos étudiant·es évoluent et donc témoin des difficultés personnelles auxquelles elles et ils sont confrontés et dont elles et ils peuvent souffrir. Si c’est le cas, l’université peut proposer un suivi à Armando. Enfin, il m’est impossible de savoir si Armando aura recours à cette procédure qu’il ne connaît pas et, face à cette situation, je veux éviter tout validisme institutionnel. Ma priorité est de résoudre cette situation en tenant compte des effets de l’ordre dominant qui la structure, et donc trouver une solution qui ne mettrait pas en péril le statut d’étudiant d’Armando tout en assurant ma sécurité physique et professionnelle. En effet, la loi doit protéger la personne qui a subi des violences et interdit tout contact direct entre les deux parties jusqu’à résolution. Officialiser les faits permet de mettre en place cette obligation.

35Appliquer la loi à la lettre est donc ma première stratégie de contournement face au refus (implicite) d’agir de ma hiérarchie. Mon parcours confirmera la réalité des inégalités entre les individus dans leurs possibilités de recourir à ce dispositif. Je sais que toute démarche dans le cadre de Title IX implique de connaître le dispositif, savoir y accéder, faire usage de sa logique et de son vocabulaire. Ces conditions sont indispensables pour déclencher une enquête et une prise de décision au niveau institutionnel. D’expérience, je sais qu’il faut se conformer aux normes d’intelligibilité institutionnelle : pour être légitime, le récit doit être épuré, sans excès d’émotions et, du fait de ma situation de professeure, faire preuve de neutralité et de bienveillance pédagogiques. D’autre part, la logique d’un recours étant individuelle, il est impossible d’inscrire les évènements rapportés dans un contexte institutionnel de violences de genre ou de soulever d’autres exemples.

36Malgré mes relances, j’attendrai plusieurs semaines avant d’obtenir une réponse officielle. À « l’inefficacité » informelle des acteurs institutionnels, s’ajoute celle « stratégique » de la procédure (Ahmed, 2021, p. 69). Une réunion est enfin organisée avec le coordinateur Title IX et sa vice-responsable, mon directeur de département et le directeur du bureau des affaires étudiantes, afin de discuter de la situation. Le coordinateur m’écoute à peine. Il ne s’adresse qu’aux hommes. Son associée ne dira pas un mot. Il balaie mon récit, qui lui apparaît infondé, et me répond que c’est à moi de m’accommoder d’une « situation un peu gênante ». Je lui réponds qu’après plus d’une décennie d’enseignement, je sais faire la différence entre « gêne » et « menace ». Jugée « excessive », je ne suis plus sollicitée à la suite de cet échange. La situation illustre les contradictions propres à la mise en œuvre de ce dispositif : pour que la bureaucratie « impartiale » suive son cours, il faut gommer les dimensions subjectives, débarrasser les faits de tout contexte et invisibiliser les plaignant·es (Ahmed, 2021).

« Aggravé, sévère et répétitif » : les impasses de la bureaucratie mâle

  • 37 Ceci se confirme avec les deux autres plaintes que j’ai déposées, ainsi que celles dont j’ai eu co (...)

37Seul le coordinateur Title IX décide de ce qui relève de la définition officielle du harcèlement, elle-même traduite selon les normes et la culture institutionnelles. À TAMU-CC, ce coordinateur est connu pour son interprétation particulièrement étroite et restreinte de toute situation qui peut correspondre à du harcèlement37. Dans mon cas, il affirmera que les paroles d’Armando reflètent uniquement la situation d’un étudiant peu familier des codes universitaires. Il ne se souciera pas de son statut et sa biographie ni même d’une possibilité d’urgence psychiatrique. Ce constat prend aussi un sens particulier dans une logique universitaire capitaliste et managériale où tout étudiant·e est source de revenus et dont il faut avant tout préserver la présence en cours et à l’université.

38Cette qualification mène inévitablement à un refus d’enquêter. Les statistiques, rendues publiques sur le site web de TAMU-CC, semblent confirmer la minimisation de la gravité des faits faisant l’objet de recours : on peut lire qu’en 2020-2021, sur 85 recours, seuls 8 feront l’objet d’une enquête et 82 « ne déclencheront pas de procédure disciplinaire38 ». En 2019-2020, il n’y aura qu’une enquête pour 54 recours. Faire en sorte que la plupart des paroles ou des faits étant l’objet de « plaintes » soient toujours considérés en dessous du seuil de tolérance établi par la loi permet de ne pas aborder la question des relations de pouvoir et leur caractère systémique. Il s’agit également d’une logique capitaliste de préservation des financements, car il faut se conformer à la loi au risque de perdre tout financement fédéral.

39D’autres l’ont pointé : la fonction essentielle des responsables Title IX est ainsi « de s’assurer du principe de conformité » (Doyle, 2015, p. 39) et de protéger l’institution du « risque » « toujours potentiel » qui menace l’ordre social et la rationalité économique qui l’organisent. Cette rationalité implique un principe avant tout gestionnaire : « l’accusé » et « l’accusatrice » sont mis en équivalence, et leur « conflit sujet à médiation » (Doyle, 2015, p. 39). La « mécanique institutionnelle » et la « bureaucratie académique » (Mohammed, 2022, p. 47) s’articulent à cette « inefficacité stratégique » qu’il est difficile de déjouer lorsque l’on cherche à dénoncer et rendre visible les violences de genre.

40Face à ce fonctionnement institutionnel et à ses ressorts, une autre stratégie de contournement sera nécessaire pour faire face à ces masculinités hégémoniques. Là aussi, je devrais m’approprier le discours dominant institutionnel et sa culture qui valorise en priorité l’expérience étudiante, quel que soit le type de discrimination en jeu dans le conflit ou la situation traitée. Pour l’administration, il s’agit avant tout de ne jamais entraver la poursuite d’un cours ni la « satisfaction » étudiante. Je vais donc proposer une solution informelle et sa justification en amont de la réunion à deux de mes interlocuteurs. Je rappelle au directeur des affaires étudiantes que cette situation peut peser sur « l’expérience » d’autres étudiant·es et même constituer une menace possible. Je suggère également à mon supérieur hiérarchique que l’on propose à Armando un cours individuel avec un professeur (masculin), qui lui assurerait un accompagnement plus soutenu, à la place de mon séminaire. Il s’agit de désamorcer tout danger tout en préservant les conditions d’enseignement auxquelles Armando a droit. Les deux citeront mes propos en leur nom au cours de la réunion. Leurs arguments tournés vers la satisfaction étudiante seront entendus et la réunion se terminera sans que l’on ne me redonne la parole. J’ignore si Armando recevra une lettre officielle déterminant si ma « conduite constitue du harcèlement sexuel, (i. e. “aggravé, généralisé et/ou répétitif”) ». Il n’y aura ni enquête, ni suivi.

  • 39 Avant la réunion visant à décider de la marche à suivre, Armando m’expliquera que le psychiatre lu (...)

41Un mois après cette réunion, le directeur m’annonce qu’Armando quitte l’université pour « raisons médicales ». En effet, tout·e étudian·e peut se désinscrire et voir ses frais scolaires remboursés en cas de situation médicale entravant ses études. Ce recours formel, censé protéger les étudiant·es, illustre l’enchevêtrement des dispositifs universitaires à un ordre social où misogynie, paternalisme et racisme déterminent qui l’on écoute et qui l’on aide. La situation d’Armando ne sera jamais prise en compte ni le contexte texan qui fait de nous deux des personnes suspectes ou illégitimes. Depuis « son accusation » – donc ma plainte en son nom – Armando est suivi par un psychiatre de l’université, mais il n’arrive plus à fournir le travail demandé39. Or, c’est son statut étudiant qui lui donne accès à des soins psychologiques et psychiatriques gratuits, accès d’autant plus critique qu’il faut sinon posséder une couverture médicale pour éviter des coûts prohibitifs. Or, il est courant que mes étudiant·es m’expliquent leur incapacité à se soigner : 17 % de la population texane ne bénéficie d’aucune couverture médicale, contre seulement 9 % de la population états-unienne. À ce manque de ressources s’ajoutent, dans le cas de difficultés psychologiques ou psychiatriques, le stigmate et la honte ressenties face aux questions de santé mentale. Si Armando quitte l’université, il n’aura plus accès à ce suivi et sera livré à lui-même. Consciente de l’enjeu personnel, social, et économique de son maintien à l’université, j’en ferai la remarque à mon directeur, qui me répondra que cela n’est pas de notre ressort et qu’il est inutile de s’y attarder.

42Tout le long de cette procédure, ni Armando ni moi n’aurons été véritablement écouté·es, et la procédure aura mis en scène l’application formelle de la loi sans rien reconnaître de l’ordre social et politique dominant qui en détermine l’application, de nos positions et vulnérabilités systémiques. Ce dispositif reproduit les inégalités que l’institution est censée pallier (AAUP, 2022) et, en l’absence d’enquête, je suis implicitement sommée, encore une fois, de taire cette contradiction.

43Avoir recours à Title IX, comme je le décris dans cet article, signifie respecter des règles bureaucratiques dont le but n’est pas de corriger ce qui est intolérable mais de protéger l’institution, sa réputation, son ordre social et ses intérêts économiques. Les stratégies que j’ai dû élaborer et déployer montrent que toute résistance ouverte est presque impossible. Elle doit s’appuyer sur une appropriation individuelle des normes sociales, institutionnelles et légales et des discours qui l’accompagnent afin de les contourner. Il faut alors jouer de ces normes pour tenter de déjouer ces relations de pouvoir, alors que, pour beaucoup d’entre nous, elles participent des contextes de travail réactionnaires qui pèsent sur nos pratiques d’enseignements, notre quotidien professionnel et notre légitimité même. Dans le contexte texan, l’application de ces dispositifs gestionnaires reproduit les discriminations et inégalités structurelles qui déterminent le quotidien de l’université et qu’elle est censée pallier (AAUP, 2022, p. 5).

44La logique managériale du « capitalisme académique néo-libéral » encourage l’inefficacité de ses acteurs, l’inefficacité stratégique de la procédure et l’impossibilité d’inscrire ces situations dans le cadre plus large d’une culture d’inégalités et de discriminations systémiques. Mon expérience démontre que la clarté apparente du dispositif, de sa procédure et de ses catégorisations des discriminations ou violences masque en fait son « inefficacité stratégique », ses contradictions et, en creux, les discriminations qui la sous-tendent.

45Or, dénoncer ou non les violences de genre et les pratiques inégalitaires, abusives ou illégales est un choix que nombre d’universitaires minoritaires auront à faire au cours de leur carrière (Guttiérez et al., 2012 ; Ahmed, 2021). Face au pouvoir bureaucratique et disciplinaire de l’Université, avoir recours à Title IX est un acte politique qui demeure difficile, car les mobilisations collectives sont contraintes du fait de la fragilité d’une grande partie du corps enseignant qui est précarisée et marginalisée. Ma tentative individuelle de contournement des normes institutionnelles a été déjouée par le « mur » invisible (Ahmed, 2017) des solidarités masculines en vigueur à l’université, et s’est heurtée à l’impossibilité de pointer une culture institutionnelle. L’inscription des procédures de plainte dans l’injonction à une logique biographique, individualisante et psychologique est un frein à toute dénonciation de violences systémiques et des relations de pouvoir qui les fondent, car « porter plainte » n’est jamais une simple formalité, et ce geste n’a pas les mêmes suites ni les mêmes répercussions selon le statut de celle ou celui qui en est l’auteur·rice. Mon expérience en tant que femme et professeure montre que celles qui portent plainte sont renvoyées au silence, à une absence de protection et finalement à leur impossibilité d’agir. Cette vulnérabilité, associée à la précarisation du corps enseignant·es et des étudiant·es, empêche trop souvent l’élaboration de solidarités formelles qui pourraient mettre à mal l’ordre dominant de l’Université. Pour dépasser les contradictions et les logiques institutionnelles, il faut avant tout repenser l’Université, et la considérer non pas comme une institution à part, mais comme toujours inscrite dans un ordre dominant, capitaliste et colonial spécifique, et que l’on ne peut transformer que par des résistances collectives pour en contester les hiérarchies, les classifications et les frontières.

Haut de page

Bibliographie

Ahmed S. (2017), Living a Feminist Life, Durham, Duke University Press.

Ahmed S. (2021), Complaint!, Durham, Duke University Press.

Andrzejewski A. (2022), « When Students Harass Professors », The Chronicle of Higher Education, vol. 67, no 3, p. 20-26. URL : https://www.chronicle.com/article/when-students-harass-professors.

ANZALDÚA G. (1987), Borderlands/La Frontera: The New Mestiza, San Francisco, Aunt Lute Books.

Binkley C, MIN Kim S & C. Megerarian (2022), « Student Loan Forgiveness Could Help more than 40 Million », AP-News. URL : https://apnews.com/article/student-loan-forgiveness-biden-plan-d9c8e18774a744187c9af634bf4eb728

BRIM M. (2020), Poor Queer Studies: Confronting Elitism in the University, Durham, Duke University Press.

CLAIR I. (2022), « Nos objets et nous-mêmes : connaissance biographique et réflexivité méthodologique », Sociologie, vol. 13, no 3. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/10578

Combes A. (2022), Comment l’université broie les jeunes chercheurs : précarité, harcèlement, loi du silence, Paris, Éditions Autrement.

CUNY C. (2020), « Violences sexuelles sur un terrain d’enquête », Nouvelles Questions Féministes, vol. 39, no 2, p. 90-106. DOI 10.3917/nqf.392.0090

DORLIN E. (dir.). (2009), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses Universitaires de France.

Doyle J. (2015), Campus Sex, Campus Security, New York, Semiotexte.

Duggan L. (2018), « The Full Catastrophe », Bully Bloggers. URL : https://bullybloggers.wordpress.com/2018/08/18/the-full-catastrophe/.

DZEICH B. W. & M. HAWKINS (1998), Sexual Harassment in Higher Education: Reflections and New Perspectives, New York, Garland Publishing.

FASSIN E & C. IBOS (2021), Défense et illustration des libertés académiques – Textes du colloque, Paris, Le Club Mediapart. URL : https://blogs.mediapart.fr/edwy-plenel/blog/230921/defense-et-illustration-des-libertes-academiques-un-ebook-gratuit

FERGUSON R. (2017), We Demand: The University and Student Protests, Berkeley, University of California Press.

FONTAINE D. (2023), « Florida under DeSantis », The London Review of Books, vol. 45, nos 19-20 (Octobre). URL : https://www.lrb.co.uk/the-paper/v45/n20/darcie-fontaine/diary

FOURNIER L. (2021), Autotheory as Feminist Practice, in Art, Writing, and Criticism, Cambridge, MIT Press.

GAITSKILL M. (2023), « The Trials of the Young », Chronicle of Higher Education, vol. 69, no 14. URL : https://www.chronicle.com/article/the-trials-of-the-young

GRIGORIADIS V. (2017), Blurred Lines: Sex, Power, and Consent on Campus, New York, Houghton Mifflin Harcourt.

Guttiérez Y, Muhs G, Niemann Y. F., González C. G. & A-P. Harris (dir.) (2012), Presumed Incompetent: The Intersections of Class and Race for Women in Academia, Logan, Utah State University Press.

Guttiérez Y., MUHS G., Niemann Y. F, GONZÁLEZ C. G & A.-P. Harris, (dir.) (2020), Presumed Incompetent II: Race, Class, Power and Resistance of Women in Academia, Logan, Utah State University Press.

HEFFERNAN T. (2023), « Discrimination against Academics and Career implications of Student Evaluations: University policies vs. legal compliance », Assessment and Evaluation in Higher Education.

HONG G. K. (2018), « Intersectional and Anticarceral Approaches to Sexual Violence in the Academy? », Academe: « Gender on Campus », vol. 104, no 6, p. 22-25. En accès libre : https://www.aaup.org/article/intersectional-and-anticarceral-approaches-sexual-violence-academy

Kamola I. (2019), « Dear Administrators: To Protect Your Faculty from Right-Wing Attacks, Follow the Money », AAUP Journal of Academic Freedom, vol. 10, p. 1-22. En accès libre : https://www.aaup.org/JAF10/dear-administrators-protect-your-faculty-right-wing-attacks-follow-money

KAUFMAN-OSBORN T. V. (2023), The Autocratic Academy: Reenvisioning Rule within America’s Universities, Durham, Duke University Press.

Kipnis L. (2017), Unwanted Advances: Sexual Paranoia Comes to Campus, New York, Harper.

LÉPINARD E. & S. MAZOUZ (2021), Pour l’intersectionnalité, Paris, Anamosa.

Meranze M. (2015), « Humanities out of Joint », American Historical Review, vol. 120, no 4, p. 1311-1326. DOI : 10.1093/ahr/120.4.1311

MEYER G. (2023), « A Standoff over Transgender Rights », Chronicle of Higher Education, édition du 31 janvier. URL : https://www.chronicle.com/article/a-standoff-over-transgender-rights?cid=gen_sign_in

MOHAMMED M. (2022), « Peur de la violence et enquête de terrain : appréhender les risques de violence dans une recherche sur la criminalité organisée », Genèses, vol. 4, no 129, p. 47-65. DOI : 10.3917/gen.129.0047

MUÑOZ-MARTINEZ M. (2018), The Injustice Never Leaves You: Anti-Mexican Violence in Texas, Cambridge, Harvard University Press.

PERROT M. & E. CASTILLO (2023), Le temps des féminismes, Paris, Grasset.

READING B. (1996), The University in Ruins, Cambridge, Harvard University Press.

RUNYAN A. S. (2018), « What is Intersectionality and Why is it important? », Academe: Gender on Campus », vol. 104, no 6, p. 10-14. En accès libre : https://www.aaup.org/article/what-intersectionality-and-why-it-important

SCHLECK J. (2022), Dirty Knowledge: Academic Freedom in the Age of Neoliberalism, Lincoln, University of Nebraska Press.

Scott J.-W. (1991), « The Evidence of Experience », Critical Inquiry, vol. 17, no 4, p. 773-797. DOI : 10.1086/448612

Scott J.-W. (2019), Knowledge, Power, and Academic Freedom, New York, Columbia University Press.

Siddique A.-K. (2021), « Campus Cancel Culture Freakouts Obscure the Power of University Boards », Teen Vogue. En accès libre : https://www.teenvogue.com/story/campus-cancel-culture-university-boards.

SNAZA N. & J. SINGH (2021), « Dehumanist Education and the Colonial University », Social Text, vol. 39, no 1, p. 1-19. DOI : 10.1215/01642472-8750064

SOMERS P & N. PHELPS (2018), « Not Chilly Enough? Texas Campus Carry and Academic Freedom », AAUP Journal of Academic Freedom, vol. 9, p. 1-15. URL : https://www.aaup.org/JAF9/not-chilly-enough-texas-campus-carry-and-academic-freedom

Haut de page

Notes

1 C’est le cas du Texas qui, en 2021, a interdit tout enseignement de Critical Race Theory (CRT) au sein des programmes scolaires. Dans le cadre républicain, conservateur et réactionnaire, la Critical Race Theory est une désignation vague et sans véritable relation avec l’appareil théorique multiforme qu’elle recouvre. URL : https://www.texastribune.org/2022/02/18/dan-patrick-texas-tenure-critical-race-theory/;https://www.texastribune.org/2021/12/02/texas-critical-race-theory-law/

2 Voir les grèves organisées en 2020 dans le système d’universités californiennes autour de la question du « coût de la vie » (COLA).

3 Par exemple : http://pennandslaveryproject.org/. Au sujet de ces « scandales », voir le témoignage de Seo-Young Chu sur son viol et le harcèlement dont elle a fait l’objet par son professeur à Stanford : « Women: A Refuge for Jae-In Doe: Fugues in the Key of an English Major », Entropy, 3 novembre 2017. URL : https://entropymag.org/a-refuge-for-jae-in-doe-fugues-in-the-key-of-english-major/. Voir le procès intenté à un étudiant de Stanford à la suite du viol d’une jeune femme, elle aussi étudiante. Elle a depuis révélé son identité : https://www.nytimes.com/2016/06/09/us/brock-turner-blamed-drinking-and-promiscuity-in-sexual-assault-at-stanford.html; pour un autre cas célèbre, cette fois à Columbia University : https://www.insidehighered.com/news/2017/07/24/media-circus-surrounding-mattress-girl-case-changed-conversation-sexual-assault

4 D’où l’importance de l’extension du programme d’annulation des dettes rattachées aux prêts étudiants, annoncé en août 2022 par le président Biden. Voir Binkley, Min Kim & Megerarian (2022).

5 Ce fut le cas, en 2019, de l’historienne latina Lorgia Garcia Peña, à l’université d’Harvard et, en 2021, de la journaliste Nikole Hannah Jones, lauréate du Prix Pulitzer et fondatrice du projet 1619 sur le passé esclavagiste et les injustices raciales aux États-Unis, à l’université de North Carolina – Chapel Hill. Toutes deux ont vu leur titularisation d’abord unanimement votée, puis résiliée en raison d’objections idéologiques à leur travail. URL : https://www.naacpldf.org/press-release/nikole-hannah-jones-issues-statement-on-decision-to-decline-tenure-offer-at-university-of-north-carolina-chapel-hill-and-to-accept-knight-chair-appointment-at-howard-university/ ; https://www.newyorker.com/news/annals-of-education/why-lorgia-garcia-pena-was-denied-tenure-at-harvard

6 Voir la création du Network for Concerned Academics (Réseau des universitaires engagé·es), au printemps 2020, notamment en réaction aux pratiques autoritaires et « d’austérité » mises en place aux États-Unis dans la plupart des universités. Le site web du réseau est, depuis, inaccessible.

7 Voir l’article publié dans le Texas Tribune. URL : https://www.texastribune.org/2021/10/28/collin-college-lawsuit/

8 URL : https://www.houstonpublicmedia.org/articles/education/2022/12/16/439669/university-of-houston-removes-dean-focused-on-racial-disparities-lgbtq-outcomes-and-immigrant-experiences-in-social-system/

9 La législation combat les discriminations validistes et garantit l’égalité de traitement quelle que soit la situation, qu’il s’agisse de neurodivergence, de santé mentale ou d’incapacité physique visible ou invisible, en permettant des ajustements pédagogiques ou matériels appropriés.

10 Chaque université est en outre dotée d’une force de police : il s’agit d’agents policiers ou de gardiens de la paix de l’État employés par l’Université, qui possèdent « la même autorité » que la police municipale, peuvent être armés et bénéficient d’un pouvoir d’investigation, d’arrestation, et d’un droit à utiliser la force physique. Le recours à la police d’Université peut se faire séparément d’un recours à Title IX ; URL : https://www.tamucc.edu/university-police-department/about-us.php

11 Rapport produit par l’American Association of University professors (AAUP), « The History, Uses, and Abuses of Title IX. », consultable en ligne à l’adresse : https://www.aaup.org/report/history-uses-and-abuses-title-ix

12 Rapport, « The History, Uses, and Abuses of Title IX. », AAUP.

13 Cette définition englobe aussi bien la parole [speech] que les actes. Or cette équivalence a été critiquée car elle ouvre la porte au harcèlement des professeur·es de la part d’étudiant·es qui dénoncent le contenu intellectuel de certains cours, généralement sur les questions de genre, de sexe et de race ; voir le rapport de l’AAUP : « The History, Uses, and Abuses of Title IX ».

14 Voir l’URL : https://www.tamucc.edu/president/compliance/edcs/title-ix/index.php

15 Voir Chapitre IX, « Department of Justice Role under Title IX ». URL : https://www.justice.gov/crt/title-ix#IX. %C2 %A0 %20Department %20of %20Justice %20Role %20Under %20Title %20IX

16 En 2016, le seuil étant fixé à 24 339,00 $ ou moins pour une famille de quatre personnes (dont deux enfants), et 12 486,00 $ pour une personne de 65 ans ou moins.

17  Les adjectifs Latinx et Chicanx sont conçus pour neutraliser la division sexuelle inscrite dans la grammaire. Cet usage est répandu dans le contexte anglophone et hispanophone mais reste contesté au niveau populaire et politique. Au contraire des désignations Mexicain.e ou Tejano/a, Hispanic est une catégorisation principalement administrative.

18 Sur ce sujet, voir les décisions et sanctions du Texas A&M. University System à l’encontre des professeures jugées « trop politiques » ou « trop critiques » envers le gouvernement texan. URL : https://www.texastribune.org/2023/07/27/texas-tamu-faculty-disappointment/

19 Il existe ainsi trois catégories d’institutions identifiées comme œuvrant pour des populations historiquement discriminées : HSI, HBCU (Historically Black Colleges & Universities) et Tribal Colleges.

20 À la suite des arrêts de la Cour suprême, le Texas a interdit l’avortement avec les lois SB 8 (1er septembre 2021) et HB 1280 (25 août 2022). Depuis 2021, les individus trans n’ont plus le choix d’activités sportives en adéquation avec leur identité de genre et l’Attorney General Ken Paxton a ordonné la criminalisation de fait de tout traitement médical de transition pour mineur·es [gender-affirming care], avalisé par la loi SB 14 (2 juin 2023). Malgré Lawrence vs Garner (2003), un amendement interdisant la « sodomie » est encore en usage. Cet éventail législatif s’est également focalisé sur l’éducation : la loi SB 17 (22 mai 2023) a interdit les initiatives et programmes Diversity, Equity, Inclusion dans tout organisme d’État et la titularisation des professeures qui le portent est maintenant remise en cause (loi SB 18, 17 juin 2023). Voir : https://www.texastribune.org/2021/05/18/texas-heartbeat-bill-abortions-law/ ; https://www.aclutx.org/en/know-your-rights/abortion-texas; https://www.texastribune.org/2023/06/02/texas-gender-affirming-care-ban/ ; https://www.washingtonpost.com/nation/2022/12/14/texas-transgender-data-paxton/ ; https://www.texastribune.org/2023/05/11/texas-sodomy-ban-repeal-bill/ ; https://www.texastribune.org/2023/03/02/texas-am-system-dei/

21 J’ai d’abord été détentrice d’un visa de travail H1B, puis d’une « carte verte », avant de déposer ma demande de « naturalisation » deux semaines après l’élection présidentielle de novembre 2016, à la suite des annonces de restrictions possibles envers tous·tes celles et ceux qui se trouvent hors citoyenneté.

22 Pour une critique récente des contradictions, limites et dangers de la loi, notamment sur ces questions, voir le rapport : « Comment on the Department of Education Proposed Rule », American Association of University professors (AAUP), 10 septembre 2020, p. 1-37.

23 URL : https://www.tamucc.edu/president/compliance/edcs/title-ix/index.php

24 L’un des exemples les plus récents est celui du professeur John Comaroff à Harvard University, accusé de plus d’une décennie de harcèlement sexuel et moral. URL : https://www.thecrimson.com/article/2020/5/29/harvard-anthropology-gender-issues/

25 BullyBloggers est un « blog » créé par un groupe d’universitaires queers et féministes. URL : https://bullybloggers.wordpress.com/2018/08/18/the-full-catastrophe//

26 Pour un autre exemple, celui de la Floride, voir Darcie Fontaine, « Florida under DeSantis » (2023).

27 Le nom a été changé.

28 URL : https://www.census.gov/newsroom/press-releases/2022/educational-attainment.html

29 URL : https://edtrust.org/wp-content/uploads/2014/09/Latino-Degree-Attainment_FINAL_4-1.pdf

30 Expression signifiant ses parties génitales.

31 Pour consulter des données statistiques sur ce phénomène, voir l’URL : https://www.bestcolleges.com/research/college-shootings-statistics/

32 Il est désormais reconnu que les évaluations produites par des étudiant·es reflètent des biais de genre, de race, de classes, etc. et ciblent particulièrement les professeur·es perçu·es comme « minoritaires » (en raison de leur genre, sexualité, appartenance BIPOC [Black, indigenous and people of color], citoyenneté ou origine). Elles ont de réels effets professionnels et institutionnels. L’instrumentalisation de Title IX envers ces catégories de professeur·es en est un autre exemple. Voir, par exemple : https://www.nytimes.com/2020/03/18/magazine/title-ix-sexual-harassment-accusations.html

33 Voir : https://txlege.texastribune.org/84/bills/SB11/

34 « Attentat d’Orlando : le déroulé des évènements », Le Monde (13-20 juin 2016). URL : https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/06/13/attentat-d-orlando-le-deroule-des-evenements_4948904_3222.html. Nous avons également en tête l’exemple de la tentative d’assassinat de la députée Gabrielle Gifford, en 2010, par un étudiant dont les professeur·es et collègues avaient noté le comportement inquiétant et la possibilité qu’il traverse alors une crise psychiatrique : https://www.latimes.com/archives/la-xpm-2011-jan-11-la-na-arizona-shooting-loughner-20110111-story.html

35 Bien après son départ de l’université, Armando continuera d’essayer de me contacter par téléphone, email ou Twitter, et de me dire qu’il veut me voir. Dans un appel qui m’a été transmis par mégarde, il expliquera que ses maux psychiques et ses difficultés intellectuelles sont le fait des persécutions de sa mère. Je demanderai à ce que l’université supprime mon numéro de téléphone et l’adresse de mon bureau de l’organigramme et de l’annuaire de l’établissement.

36 Phénomène que l’on retrouve à travers les évaluations produites par les étudiant·es, confirmé par de nombreuses études statistiques, qui touche certaines catégories de professeur·es et fait notre quotidien.

37 Ceci se confirme avec les deux autres plaintes que j’ai déposées, ainsi que celles dont j’ai eu connaissance. Toutes seront qualifiées d’irrecevables. En raison de la législation fédérale (FERPA), qui protège les informations personnelles des étudiant·es et la confidentialité du dispositif, il est difficile d’obtenir des informations systématiques. L’on ne peut quantifier le nombre de dépôts de plainte Title IX ni qualifier leur caractère, car leur publication dépend de chaque institution.

38 Voir : https://www.tamucc.edu/president/compliance/edcs/title-ix/texas-education-code,-section-51.252-for-tamu-cc.php et https://www.tamucc.edu/president/compliance/edcs/assets/documents/data-for-webpage.pdf

39 Avant la réunion visant à décider de la marche à suivre, Armando m’expliquera que le psychiatre lui a suggéré que ce qu’il avait entendu – ma voix – n’était pas réel, mais il avoue douter de ce diagnostic.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Sanos, « L’impossible résistance : un parcours féministe au sein de l’Université américaine au Texas »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 20 mars 2024, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/22658 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.22658

Haut de page

Auteur

Sandrine Sanos

Historienne, anciennement professeure d’histoire contemporaine de l’Europe à Texas A & M University Corpus Christi, EUA. Email : sandrine@lesplumesrouges.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search