Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2024Penser le capitalisme académique ...Faire de la recherche en marge ou...

2024
Penser le capitalisme académique par la production de ses marges

Faire de la recherche en marge ou s’en tenir aux marges de la recherche

Émergence de nouvelles formes de carrières académiques
Doing Research on the Margins or Staying on the Margins of Research: The emergence of new forms of academic careers
Investigar al margen o quedarse al margen de la investigación: la aparición de nuevas formas de carrera académica
Camille Boutron

Résumés

Cet article interroge les effets de la restructuration du monde académique sur les trajectoires individuelles de chercheur·es en sciences sociales. Il montre qu’au-delà de la précarité et de la difficulté d’accès à un emploi pérenne, les modes de production des connaissances ont été considérablement affectés par les logiques de marché imposées par les politiques néo-libérales de ces quinze dernières années, en France et ailleurs, contribuant à la reproduction de rapports d’oppression et de domination. Prenant pour point de départ une expérience personnelle et assumant sa dimension testimoniale, cet article se veut avant tout réflexif et engagé pour le changement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Au moment où j’écris ces lignes, je me trouve, depuis peu, de nouveau sans poste, mon CDD ayant pr (...)
  • 2 Le terme de « précaires » mobilisé dans cet article réfère de façon générale à l’ensemble des cher (...)

1Si l’on parle beaucoup de la précarité dans le domaine de la recherche et que l’on commence à disposer de données permettant d’en mesurer les impacts (Morgan & Wood, 2017 ; Noûs, 2020 ; Burton & Bowman, 2022 ; Combes, 2022), peu de travaux francophones ont réellement porté sur la reconstruction de ces trajectoires qui font de plus en plus la norme. Sous l’étiquette de « chercheur·es précaires » sont en réalité rassemblés une très grande diversité de profils et d’itinéraires. Or au-delà des disciplines et parcours de recherche, toutes les situations précaires ne se valent pas. Dans certains cas, et cela a été le mien, il est possible, jusqu’à un certain point, de mener une carrière académique malgré la volatilité induite par la succession de contrats courts. En ce sens, je représentais jusqu’à peu je le crois, une catégorie « privilégiée » du précariat scientifique, en me situant dans un entre-deux étrange et selon lequel je n’étais considérée ni comme titulaire ni comme précaire1. Mon propos s’appuie ainsi sur les cinq dernières années – période durant laquelle j’ai mené mes travaux en marge de ces deux catégories de statut « titulaires » et « précaires »2.

  • 3 Le terme de « jeune chercheur·e » est problématique : initialement utilisé pour désigner les jeune (...)

2Mes recherches en tant que sociologue portent sur les études féministes en matière de sécurité et plus largement sur les questions de genre en contexte de conflit armé. Je n’ai donc pas la prétention ici de me présenter en tant qu’experte des divers processus ayant caractérisé les restructurations du monde universitaire et de la recherche ces trois dernières décennies. Mon objectif est simplement d’ouvrir une réflexion sur les différentes stratégies mobilisées par les « jeunes3 » chercheurs et chercheuses pour se maintenir dans le monde académique (à savoir, être rémunéré·es pour leurs activités de recherche) en naviguant entre différents contrats, voire pays. La raréfaction des postes mis au concours de recrutement, tant à l’Université que dans les grands organismes de recherche publics, ajoutée à une systématisation du recours aux vacations afin de faire face à une population étudiante grandissante et aux injonctions de s’aligner sur les normes européennes, se présentent en effet comme autant de facteurs (non exhaustifs) contribuant à la mise sous tension de l’enseignement supérieur et de la recherche en France (Musselin, 2008). Ces évolutions, qui ne sont pas récentes mais prennent un tour de plus en plus brutal, ont des impacts à différents niveaux : la production et transmission de connaissances tout d’abord, qui face à cette logique de marché imposée subissent des transformations durables dans la façon même dont elles sont conçues et pratiquées. L’apprentissage du métier de chercheur·e, et plus largement la socialisation professionnelle, pour lesquels la nécessité de s’insérer dans les « bons » réseaux – c’est-à-dire ceux permettant de se constituer le capital social absolument nécessaire pour obtenir un poste pérenne –, tendent à créer et reproduire des rapports de force, aussi bien au niveau interpersonnel que collectif, influençant nécessairement les modes de gouvernance du monde académique. Ils alimentent également le développement d’un marché para-académique envisagé en tant qu’alternative pour de nombreux jeunes (et moins jeunes) chercheuses et chercheurs qui se retournent vers les bureaux d’études ou le conseil aux entreprises et administrations.

  • 4 Par « chercheure féministe » j’entends signifier la position assumée qui est la mienne de mobilise (...)

3Mon objectif est ici d’illustrer ces évolutions en m’appuyant sur ma trajectoire personnelle de chercheure ayant soutenu une thèse en sciences sociales depuis bientôt 15 ans et n’ayant, à ce jour, pas de poste pérenne, sans toutefois avoir abandonné le monde de la recherche. Mon positionnement en tant que chercheure féministe4, mais aussi la mobilité géographique illustrée par mon parcours – logiquement imposée par une spécialisation sur l’Amérique latine – m’ont également permis de naviguer entre différents cercles offrant une pluralité d’opportunités professionnelles, dont le coût a été de devoir continuellement me renouveler sans renoncer à maintenir un fil conducteur dans ma démarche de recherche. Ces mobilités, à la fois géographiques et épistémologiques, ont certainement impacté ma pratique professionnelle. L’idée n’est cependant pas de verser dans le narcissisme ou l’auto-complaisance, mais bien de saisir concrètement les différentes évolutions évoquées plus haut à partir d’une trajectoire individuelle se trouvant située en marge du monde de la recherche traditionnelle sans toutefois en être exclue.

4Cette réflexion sur la progressive installation de la précarité comme norme dans le monde universitaire et de la recherche en France (et ailleurs) s’appuiera donc sur mon expérience personnelle. L’exercice est à la fois stimulant et effrayant. La frontière me semble en effet ténue entre le fait de mobiliser son vécu pour analyser un fait social et celui de se complaire dans une contemplation de soi – surtout lorsqu’il s’agit de conter ses déboires. En ce sens, je souhaite me situer ici dans une double démarche associant la pratique auto-ethnographique au feminist standpoint (ou point de vue situé féministe). L’auto-ethnographie impose de repenser les relations entre le « soi » – chercheure et les « autres » enquêté·es – afin de donner sens à une réalité commune dans un processus d’écriture particulier qui est celui du récit (Pariseau-Legault, 2018 ; Flamme, 2021). Plus volontiers considérée comme une méthode de recherche qu’un champ théorique, la pratique auto-ethnographique permet d’intégrer une analyse réflexive susceptible d’évoluer tout au long de l’enquête. Elle opère dès lors un passage de l’observation participante à la participation observante (Bourguignon & Boeck, 2022). Le point de vue situé féministe – ou « féminisme du positionnement » – se présente quant à lui à la fois comme un champ théorique et un répertoire d’action politique en considérant notamment que les femmes occupent une position pertinente pour rendre compte des effets du système patriarcal (Bracke et al., 2013). Il offre la posssibilité de repenser drastiquement les conditions de fabrique du savoir en rappelant notamment les enjeux entre production de connaissances et pratique du pouvoir (Hartsock, 2019). L’adoption du point de vue des « autres », de ceux – et surtout de celles – qui ne bénéficient pas de privilèges épistémologiques permet de remettre en question le label de légitimité octroyé à la démarche positiviste (Cabrera Silvestre, Lopez Belloso & Royo Prieto, 2020).

5J’essaierai donc, ici, de faire en sorte que le récit de ma propre expérience soit à même de donner sens à un vécu collectif tout en assumant une posture politique dans laquelle la recherche est envisagée en tant qu’outil d’émancipation.

6Je développerai mon propos selon quatre parties – plutôt envisagées comme des points de réflexion. Dans la première, je reviendrai (très) brièvement sur ma trajectoire professionnelle en interrogeant notamment la façon dont elle a pu être influencée par les évolutions ayant marqué le marché de l’emploi académique ces quinze dernières années. Dans un second temps, je propose de revenir plus concrètement sur les effets de la logique de marché caractérisant le financement de la recherche sur la construction et (surtout) la diffusion des connaissances, en particulier dans le cadre de l’enseignement supérieur. Une troisième partie s’intéresse quant à elle aux rapports sociaux dans le monde de la recherche et à la façon dont ils s’inscrivent dans un régime de violence ayant pour effet d’accélérer la destruction d’un modèle de recherche tourné vers le service public. Par régime de violence, j’entends les relations de coercition entretenues dans le monde académique, tant au niveau structurel (comme l’illustre la rareté des postes mis aux concours face à la masse de vacataires), qu’individuel (compétition acharnée entre collègues) sous-tendant la production de la recherche. Un quatrième point, pour finir, interroge les différentes stratégies de résistance et de contournement pouvant être mobilisées par les chercheur·es précaires qui renoncent à la titularisation afin de poursuivre leurs activités de recherche et leur carrière professionnelle.

Retour d’expérience d’une chercheure à la trajectoire volatile

7La recherche et l’enseignement supérieur fonctionnent en grande partie grâce au travail des « précaires ». Cela paraît un fait difficilement discutable, qui ne concerne pas seulement le personnel enseignant, mais aussi administratif. En 2018-2019, les enseignant·es non permanent·es représentaient 23 % de l’ensemble du personnel enseignant5 des universités françaises. Or ce nombre ne prend pas en compte les enseignant·es vacataires, qui étaient plus de 130 000 en 2019 selon l’Association nationale des candidats aux métiers de la science politique6 (ANCMSP).

8La précarité de l’emploi et la difficulté d’accéder à des postes pérennes dans l’enseignement supérieur et la recherche ont fait l’objet, ces dernières années, de nombreuses dénonciations et mobilisations, allant de la publication de tribunes tirant la sonnette d’alarme sur les conditions de travail des « jeunes » chercheur·es à la rétention des notes, en passant par des tentatives de négociations avec les administrations publiques en charge de la mise en œuvre des politiques concernant la recherche et l’enseignement supérieur, en particulier le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (Mesri). Ces mobilisations ne sont pas récentes, en réalité, et j’ai moi-même, à plusieurs reprises, participé à des actions visant à rendre compte de la dégradation du métier d’enseignant·e-chercheur·e, notamment en réalisant une étape de la mobilisation lancée par le collectif « Sciences en marche », en 2014, consistant à rallier Paris à vélo depuis plusieurs régions pour converger dans une grande manifestation. Cette période correspondait pour moi à un retour en France après près de dix ans passés à l’étranger dans le cadre de ma thèse, puis de plusieurs postdoctorats. Je me sentais donc particulièrement concernée par la situation et pensais réellement qu’il était possible d’exercer suffisamment de pression sur les décideur·ses par l’action collective, à condition de rester solidaires de tous et toutes, « précaires » et « titulaires ».

  • 7 Notamment celui-ci : « Chercheure précaire et écartée du monde académique, pourquoi je souhaite dé (...)

9En dehors des manifestations dans l’espace public, j’avais tenté de rédiger et de diffuser quelques textes et avais offert mon témoignage à plusieurs journalistes7. À l’époque, je ressentais le besoin de m’engager, non pas tant dans l’espoir de voir ma situation professionnelle s’arranger mais surtout, je crois, parce que cela me donnait un sentiment d’appartenance à la communauté des enseignant·es-chercheur·es et une forme de légitimité. Je ressentais en outre un besoin d’agir, de me sentir agente, de ne plus subir. Avec le recul, je comprends cependant que cela témoignait aussi celui de se sentir acceptée dans un milieu qui me paraissait inaccessible.

  • 8 Dans le modèle universitaire anglosaxon, une tenure track, ou contrat de titularisation conditionn (...)

10Cependant, une fois l’effervescence des mobilisations retombée, j’ai bien été forcée d’acter mon isolement – et surtout mon décalage avec le monde académique. Je garde un souvenir cuisant d’une audition pour un poste au CNRS, au cours de laquelle je m’étais fait particulièrement malmener. J’ai donc accepté quelques mois plus tard un poste dans une université à Bogota. Un choix qui fut un déchirement, car je n’avais pas tout à fait envie de repartir m’installer à l’étranger après plus de dix ans passés entre la France et le Pérou (pays sur lequel j’avais fait ma thèse et où j’avais poursuivi un postdoctorat à l’Institut de recherche pour le développement [IRD]). Cependant, dans la mesure où il s’agissait d’un « vrai poste » en tenure track8, il me semblait souhaitable d’aller là où l’on m’accueillait à bras ouverts. Les nombreuses félicitations reçues (de la part de collègues titulaires n’ayant jamais eu à s’expatrier à l’autre bout du monde), m’avaient en outre convaincue que je me trouvais là devant une opportunité extraordinaire qu’il me fallait saisir. Ce qui était vrai. En quelques mois l’appartement était donc vidé, mon conjoint avait démissionné et les rappels de vaccins du chat avaient été effectués – nous nous sommes tous·tes installé·es à Bogota.

11Le poste que je venais de pourvoir à l’université des Andes était tout à fait à la hauteur de mes attentes. Si j’avais besoin d’un logiciel, je l’obtenais dans la journée. Je disposais d’un budget d’environ 10 000 dollars sur 5 ans pour faire de la recherche. Cela m’a par exemple permis d’aller jusqu’en Inde pour assister à un congrès fascinant de l’International Feminist Journal of Politics. Mes étudiant·es étaient motivé·es, peut-être un peu gâté·es et capricieux·ses, mais dynamiques. J’étais fort bien payée si l’on tient compte du coût de la vie en Colombie. Et pourtant, durant toute cette période, une petite voix me susurrait à l’oreille que tout cela était le résultat d’un échec. Si je me trouvais objectivement dans une situation bien plus enviable que celle de beaucoup de mes collègues basé·es en France, je ne pouvais m’empêcher de penser qu’il s’agissait d’un « pis-aller » – d’une situation temporaire. Ainsi, plutôt que de réellement prendre possession de mes fonctions, j’ai continué à exercer une veille des différentes opportunités professionnelles qui pourraient me faire revenir en France, ou tout du moins en Europe. Alors, quand j’ai pu quitter mon poste (plus ou moins) pérenne en Colombie pour un CDD vaguement renouvelable dans un centre de recherche du ministère des Armées (Minarm), je l’ai fait, et nous sommes donc tous·tes les trois rentré·es en France (le chat faisait toujours partie du voyage).

12Plusieurs éléments, dont certains très personnels, expliquent ce choix qui a été difficile à justifier auprès de certaines personnes : pourquoi en effet tourner le dos à la possibilité de faire « une véritable » carrière universitaire et se mettre au service d’une institution comme le ministère des Armées ? Comment justifier un positionnement épistémologique féministe lorsque l’on intègre un centre de recherche avant tout destiné au développement des études dites « stratégiques », traditionnellement peu enclines à prendre en compte les théories critiques ? Du strict point de vue féministe, il s’agit en effet d’un choix difficilement justifiable, le monde militaire étant généralement considéré comme l’un des plus puissants moteurs du patriarcat. De celui de l’auto-ethnographie cependant, il en va tout autrement. Ce dernier permet de prendre en compte des facteurs subjectifs qui donnent un sens à ce qui paraît être une résolution paradoxale : la difficulté de garder les liens avec ses proches, l’impossibilité de réaliser des ambitions personnelles majeures et tout à fait décorrélées de mes activités professionnelles, un sentiment de décalage constant. Et de façon plus ou moins consciente, le sentiment d’avoir une nouvelle opportunité d’intégrer de façon durable le monde de la recherche en France.

13Par ailleurs, si la difficulté de trouver un poste à la suite de mes postdoctorats m’avait fait prendre conscience des effets des politiques néo-libérales sur le marché de l’emploi dans le secteur de l’éducation supérieure et de la recherche en France, c’est en tant que professeure assistante à l’université des Andes que j’ai pu réellement prendre conscience des logiques de marché qui s’étaient imposées progressivement dans la recherche.

Marché académique et pratique du pouvoir

14À l’université des Andes, mes missions étaient d’enseigner à tous les niveaux, de la licence au doctorat, ainsi que de mener un programme de recherche original, c’est-à-dire sensiblement distinct de celui élaboré pour la thèse. En cela, rien de très différent de la feuille de route de mes homologues basé·es en France, mis à part peut-être moins de tâches administratives, ces dernières étant prises en charge par un personnel dédié. Si nous disposions bien de sortes de comités de pilotage pour la gestion des différents cursus proposés (en charge notamment, et de façon non exhaustive, de réfléchir sur les modes de sélection des étudiant·es ; les contenus pédagogiques ou encore les partenariats avec d’autres universités dans le cadre des doubles cursus), il s’agissait avant tout de traiter de question d’ordre essentiellement pédagogique. Au niveau de la recherche, tout·e professeur·e assistant·e récemment intégré·e devait élaborer un programme de recherche sur 4 à 5 ans, pour lequel il ou elle disposait d’un « FAPA » – un fonds d’appui pour la recherche à hauteur de 10 000 dollars, affecté de façon individuelle et qui pouvait être utilisé pour financer du terrain, des publications ou encore des missions à l’étranger. En contrepartie, il était demandé à la personne bénéficiaire de publier (très) régulièrement, de chercher des financements complémentaires et de faire valoir son expertise auprès des différents organismes (publics ou privés) susceptibles de la requérir.

15À l’image de ce qui se fait dans de nombreuses universités anglo-saxonnes, le statut de professeur·e assistant·e à l’université des Andes est en effet pensé pour être effectif sur une période intermédiaire (trois à six ans) avant d’accéder à la titularisation en tant que professeur·e associé·e. À l’issue de cette période, un comité d’évaluation est mis en place afin de statuer sur le passage au statut d’associé·e (l’accès à la tenure). Les activités d’enseignements sont prises en compte (notamment les évaluations effectuées par les étudiant·es), ainsi que celles menées dans le cadre de la recherche. Ces dernières concernent les publications, les participations à des rencontres scientifiques, la direction de programmes de recherche internationaux, la direction de thèses de doctorat, etc. Le FAPA devait ainsi permettre aux enseignant·es-chercheur·es de se doter de moyens pour satisfaire à ces exigences. Or, s’il illustre bien les conditions assez exceptionnelles dont bénéficie le personnel enseignant de l’université des Andes, il n’en révèle pas moins la logique de marché à laquelle se trouve soumise la construction du savoir académique. Ainsi, la recherche de financements complémentaires devait être dûment documentée au risque de se faire retirer l’accès au fonds. Les activités de valorisation et de diffusion de la recherche (à savoir les publications, colloques, séminaires et autres) étaient envisagées explicitement comme des « produits de la recherche ». L’enseignant·e-chercheur·e était ainsi tenu·e d’anticiper les différents types de « produits » résultant de sa recherche et devait, pour cela, respecter une série de critères, dont celui de devoir publier un certain nombre d’articles dans des revues classées « Q1 » ou « Q2 » dans la base de données Scopus (dépendant du groupe Elsevier). Si plusieurs revues de sciences sociales colombiennes sont actuellement classées « Q1 » ou « Q2 » (et si elles bénéficient, dans l’ensemble, d’un meilleur classement que les revues françaises), cette condition n’en représentait pas moins une contrainte, voire une limite à la liberté académique. Le ou la chercheur·e pouvait en effet décider de publier dans d’autres revues, mais n’allait, dans ce cas-là, pas cumuler le nombre de « points » nécessaires pour passer aux statuts supérieurs – et donc conserver son emploi.

16À l’issue des six années, l’enseignant·e-chercheur·e devait soumettre sa recherche à une évaluation finale (en plus de celles réalisées annuellement) selon des critères extrêmement précis. En cas d’avis négatif, le passage au statut d’associé·e était refusé et le contrat de travail rompu. J’ai moi-même été témoin d’une négation de tenure alors qu’une de mes collègues n’ayant pas rempli les conditions nécessaires après six ans de recherche (notamment au niveau du nombre de publications) s’est vue obligée de quitter son poste, et ce bien qu’elle ait été l’une des professeur·es préféré·es des étudiant·es.

17Au-delà de la pression qu’il exerce sur le personnel enseignant, ce mode de fonctionnement montre bien comment une logique de marché s’est peu à peu imposée à l’université. En Colombie particulièrement, la présence de nombreuses organisations engagées dans l’aide au développement a encouragé cette dynamique. Grand nombre de projets de recherche en effet se révèlent être les fruits de collaborations entre centres de recherche universitaires, ONG et institutions publiques dans le cadre de projets financés par la coopération internationale. La période à laquelle j’exerçais mes fonctions correspond à la fin des négociations de paix entre le gouvernement colombien et la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ayant mené à la signature d’un accord historique dont l’implémentation allait nécessiter d’immenses ressources. Dans un tel contexte, de très nombreux appels à projets ont été lancés par différents bailleurs de fonds internationaux ; concernant un ensemble de thématiques associées à la construction de la paix. Beaucoup de ces appels à projets étaient ainsi investis par les centres de recherche et universités et donnaient lieu à la formulation de programmes de recherche quelque peu hybrides entre construction de connaissances, transfert de pratique et aide au développement (Anctil, Avoine & Boutron, 2021). Les financements octroyés par ce biais permettaient d’effectuer du terrain mais aussi et surtout de générer des gains non négligeables pour l’ensemble de la structure puisqu’une retenue de 5 à 15 % était effectuée pour couvrir les « frais de gestion administrative » assurés par l’institution. Si l’aide au développement n’était pas la seule opportunité de financement (il existe de nombreux programmes internationaux de financement de la recherche comme le programme ECOS), elle n’en représentait pas moins une ressource non négligeable et il n’est pas déraisonnable d’affirmer qu’une partie des fonds concernés se voient en quelque sorte « détournés » par les universités afin de générer des gains et d’assurer leur fonctionnement administratif.

18L’idée de mener un programme de recherche faisant intervenir plusieurs catégories d’acteurs (chercheurs, associations locales, agents publics), dont les objectifs sont de trouver une traduction pratique pouvant faire l’objet d’une réappropriation par les personnes enquêtées, apparaît malgré tout comme une démarche intéressante et nécessaire. Les appels à projets, qu’ils soient strictement académiques ou formulés dans le cadre de l’aide au développement, se présentent à ce titre comme des opportunités d’innovation épistémologique et méthodologique. De nombreuses contraintes demeurent cependant, la principale d’entre elles étant l’obligation faite au porteur du projet de « rentrer dans les cases », c’est-à-dire de faire en sorte que son projet corresponde aux thématiques prédéfinies par le financeur et qu’il atteigne des objectifs déjà fixés. Cela laisse peu de place à l’imagination et à la possibilité de produire des résultats inattendus, ce dernier point restant essentiel pour faire avancer l’état des connaissances sur un sujet. On constate en outre un brouillage de frontières entre expertise et recherche, le ou la chercheur·e se convertissant en opérateur·ice de la gouvernementalité néolibérale dans le secteur académique. Le ou la chercheur·e devient en quelque sorte son propre gendarme, alors qu’il ou elle tente d’intégrer l’ensemble de ces règles afin de faire évoluer sa carrière.

19Un autre problème se pose lorsqu’on s’intéresse aux effets de ce mode de financement sur le déroulement de l’enquête, et plus particulièrement aux types de rapports entretenus par le ou la chercheur·e et les personnes enquêtées. En effet, la recherche « par projet », d’autant plus lorsqu’elle bénéficie d’un soutien financier orienté sur l’aide au développement, tend à reproduire des rapports de domination entre enquêteur·ices et enquêté·es, ces dernier·ères étant souvent considérées en même temps comme des « bénéficiaires ». De nombreux exemples peuvent être donnés des différents projets ayant été menés auprès d’ex-combattant·es des FARC dans les zones de désarmement et de préparation à la réincorporation dans la période ayant succédé aux accords de paix. En ce sens, le ou la chercheur·e, mais aussi éventuellement ses étudiant·es et collaborateur·rices exercent une « domination thérapeutique » ayant pour but la réinsertion du sujet dans le marché (Mc Falls, 2008) : il ne s’agit plus tant de construire du savoir que d’entretenir une relation d’obéissance de type « médecin-patient », dont la légitimité repose sur une conception thérapeutique des inégalités (Mc Falls, 2021). En ce sens, les projets de recherche élaborés dans le cadre de mon enquête de terrain devaient nécessairement partir de l’assomption que le retour à la vie civile apporterait nécessairement une amélioration des conditions de vie des ex-combattant·es qui devaient se convertir en patients de l’intervention sociologique et non pas en partenaires d’enquête. Dans de telles conditions, la recherche n’est plus envisagée comme une façon de comprendre le réel, mais comme une intervention sur un groupe social ciblé qui, pour une raison ou une autre, est considéré comme inapte à occuper sa place dans une économie de marché. Cela explique en grande partie pourquoi la majorité des projets s’étant saisis des problématiques liées à la réincorporation des personnes ex-combattantes en Colombie se sont focalisés sur les enjeux économiques de leur réintégration – sous-entendu leur reconversion en main-d’œuvre agricole ou domestique.

20Mon passage par l’université des Andes a été décisif pour mon évolution professionnelle, mais aussi personnelle. En tout premier lieu, j’y ai réellement développé un goût pour l’enseignement, encouragée par la créativité de mes collègues et les suggestions qui nous étaient faites de se former à différentes méthodes pédagogiques. C’est aussi au cours de cette période que j’ai pris conscience de l’importance de faire place à la réflexivité dans le travail de recherche (quelle que soit la discipline), et plus particulièrement des apports d’une perspective décoloniale permettant d’articuler des analyses socio-économiques, historiques et philosophiques prenant en compte l’héritage des empires coloniaux espagnols et portugais dans nos conceptions du système-monde (Boidin, 2009). Si mes années de recherche au Pérou m’avaient convaincue de l’existence de logiques de continuités de la pensée coloniale dans la structuration des rapports sociaux en Amérique latine, ce n’est que lorsque je me retrouvais européenne, diplômée d’une université parisienne, en poste dans l’une des universités privées les plus prisées du pays que j’ai réellement saisi l’importance d’appliquer à moi-même ce que je pouvais observer sur le terrain. Une fois ce travail de réflexivité engagé, il était difficile de faire retour en arrière et de ne pas ressentir un certain inconfort vis-à-vis du rôle que j’étais censée jouer. Ce sentiment de ne pas être tout à fait à ma place s’est vu renforcé par le fait que je n’arrivais pas complètement à faire le deuil d’une carrière en France et aux difficultés d’ordre personnel rencontrées dans l’installation à l’étranger. De sorte qu’en 2018, je quittais donc l’université néo-libérale pour le complexe militaro-industriel.

Rapports de force et domestication du savoir en milieu militarisé

21Si nous souhaitions rentrer en France, nous voulions néanmoins éviter d’avoir à le faire dans de mauvaises conditions. Mon conjoint avait quitté son CDI pour me suivre en Colombie et n’était pas en mesure de se réinsérer immédiatement dans le marché du travail français. Ma candidature au poste de chercheur·e « défense et société » à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (Irsem) s’inscrivait ainsi dans une double stratégie me permettant d’envisager une réinstallation « en métropole » dans des conditions matérielles favorables tout en me saisissant de l’opportunité d’investir de nouveaux terrains de recherche qui devaient, à terme, me permettre de mieux faire connaître mes travaux à mes pairs. J’avais en effet réalisé ma thèse sur les femmes combattantes du conflit armé péruvien, puis effectué deux post-doctorats à l’étranger, au Canada et à Lima de nouveau, à l’Institut de recherche pour le développement. À cette occasion, je m’étais lancée sur un tout autre projet portant sur les organisations sociales urbaines comme ressources de gestion de crise. J’étais en effet intégrée à une équipe composée majoritairement de géographes mobilisés depuis plusieurs années sur la question de la préparation aux situations de crise dans trois métropoles latino-américaines exposées aux désastres « naturels », à savoir Quito, La Paz et Lima. Cela n’avait rien à voir avec ma thèse et j’ai décroché ce second post-doctorat principalement parce que je me suis trouvée là au bon moment (à la suite à d’un désistement, l’équipe devait trouver un ou une autre candidat·e rapidement au risque de perdre le poste) et que je possédais une longue expérience de terrain au Pérou. Ma perspective en tant que sociologue devait en outre permettre de renouveler certaines approches et certains questionnements.

22Si ces deux ans à l’IRD ont été fantastiques, en raison notamment de la bienveillance de mes collègues, cela a représenté un moment difficile au cours duquel il me fallait à la fois valoriser ma thèse tout en investissant des sujets tout à fait différents, ce qui était en outre difficile à expliquer dans le cadre du montage des dossiers de candidature pour les postes ouverts à l’Université ou dans les centres de recherche. Cette hybridité a pu être interprétée comme un éparpillement et poser des limites à mon recrutement en France, alors qu’elle a, au contraire, été tout à fait décisive pour l’obtention de mon poste en Colombie. Il m’a toujours paru qu’en France plus qu’ailleurs, il s’agit de rentrer dans les cases. L’interdisciplinarité et l’intégration de plusieurs thématiques de recherche y sont parfois perçues comme l’illustration d’une certaine superficialité intellectuelle et une incapacité du ou de la chercheur·e à réellement s’imposer en tant que spécialiste sur un objet défini. C’est tout du moins un reproche que l’on m’a souvent adressé, lorsque l’on me demandait d’expliquer mon parcours académique. Comme si le fait de changer de sujet ou d’aire géographique ne tenait que d’un choix purement intellectuel dont il faudrait donc se justifier et non pas parce qu’il faut bien, à un moment, payer son loyer. Je défie quiconque d’avoir essayé de décrire son parcours de recherche lors d’une audition en donnant cette explication sans avoir fait semblant de trouver très cohérent de passer d’un sujet à l’autre au gré des contrats post-docs ou autres.

23Ce poste à l’Irsem me permettait donc de tenter de donner de la cohérence à ma trajectoire de recherche, après avoir travaillé successivement sur les femmes combattantes au Pérou, la gestion de crise en milieux urbains et les mobilisations féministes dans le processus de paix en Colombie. En cette occasion, je m’étais intéressée plus particulièrement aux interactions entre acteurs internationaux et organisations féministes au travers de leur investissement de l’agenda onusien Femmes, paix et sécurité (FPS), constitué par une série de résolutions adoptées par le Conseil de Sécurité des Nations Unies (George & Shepherd, 2016). Après avoir réalisé une recherche très micro-située au Pérou, j’avais décidé de me pencher plus concrètement sur les circulations internationales des politiques de genre pour la résolution des conflits et leurs différents effets sur les actions collectives et vies des femmes mobilisées dans ce processus. En arrivant à Paris, je me proposais donc de poursuivre sur cette ligne, en conservant un axe de recherche sur la Colombie et en ouvrant un nouveau terrain dans les armées françaises. J’avais ainsi pour projet d’analyser la mise en œuvre de ce fameux agenda FPS par le Minarm, en particulier dans le champ militaire. J’avais une grande ambition : mon passage en Colombie m’avait familiarisée avec l’idée de mener des activités de recherche « hybrides » faisant intervenir praticien·nes et chercheur·es et de ne pas limiter la transmission de connaissances aux supports académiques traditionnels (articles de revues, ouvrages) en écrivant dans d’autres médias permettant de publier plus rapidement. L’Irsem édite à ce titre des collections – notes et études de recherche, dont ce sont justement les objectifs. J’avais en outre conscience que ce poste à l’Irsem supposait une interaction entre secteur académique et monde de la défense, et si je me doutais bien qu’en tant que féministe critique, j’allais régulièrement me trouver en situation d’inconfort en raison du décalage possible entre le résultat de mes recherches et les attentes du ministère, je me croyais en quelque sorte « protégée » par le fait de travailler dans et pour l’administration publique.

24L’investissement manifeste du Minarm dans la recherche académique afin de contribuer au développement des war studies en France a ces dernières années fait l’objet de débats et controverses non résolus à l’heure actuelle (Boncourt et al., 2020). J’en avais pris connaissance avant d’accepter le poste, et je les ai par la suite suivis avec attention. Si je ne me suis pas sentie concernée par les luttes intestines menées entre collègues, j’avais à cœur de réfléchir sur ce que ce rapprochement entre monde de la défense et recherche signifiait au niveau déontologique, d’autant plus qu’il s’agissait dans mon cas de s’engager dans des méthodes qualitatives et de révéler des mécanismes d’oppression et de domination. En réalité, j’allais me rendre compte très rapidement que les études de genre n’étaient pas tout à fait les bienvenues en milieu militaire, et qu’elles pouvaient susciter de très fortes résistances. Je compris ainsi assez vite que mon cher agenda FPS n’était pas un réel enjeu pour les armées, qui le considéraient essentiellement comme une question relevant du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE). La plupart des acteurs interviewés dans le cadre de ma recherche confondaient en effet l’agenda (un vaste programme international multisectoriel visant à renforcer la prise en compte du genre dans les politiques de sécurité tant au niveau des États que de la scène internationale) avec les problématiques relevant strictement de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans les armées. Or la féminisation des organisations militaires m’apparaissait comme un sujet ayant déjà fait l’objet de suffisamment de travaux pour qu’il soit permis de pousser plus loin la réflexion (Boutron, Lapeyre & Paoletti, 2022) – et c’était justement l’objectif de ma recherche. Cependant, si j’ai pu collecter des données et m’engager sur ce sujet, ma recherche a très vite été limitée par le manque d’intérêt institutionnel à son égard, et surtout la réticence des agents du Minarm à s’engager sur le terrain du « genre ».

  • 9 Un chapitre écrit à quatre mains avec la collègue en question, et portant spécifiquement sur cette (...)

25Un premier défi a donc été de mener une recherche sur le genre dans un contexte de rejet du concept et des méthodes d’analyse. Mes recherches ont donc été régulièrement ramenées par mes interlocuteurs institutionnels aux questions de « mixité » – c’est-à-dire de promotion de l’égalité professionnelle dans les armées. Il m’a ainsi été très difficile de pousser plus avant, comme je souhaitais le faire au départ en interrogeant plus concrètement la façon dont la perspective de genre permettait d’opérer une relecture du monde militaire tant dans sa dimension institutionnelle qu’opérationnelle. Si cette forme de limitation, due à la résistance des personnes et organisations enquêtées, est courante en sociologie, et se montre parfois source de résultats de recherche en soi, dans le cas particulier du Minarm cela venait avant tout souligner un rapport de force particulier entre production du savoir académique, pouvoir militaire et administration publique. Une illustration de ce rapport de force peut être donnée par la tentative que nous avions amorcée avec une collègue d’organiser une conférence internationale doublée d’un workshop portant sur l’intégration des questions de genre dans la formation des officiers. Le format était assez classique (on le retrouve assez régulièrement dans les organisations internationales par exemple) et l’événement devait être organisé en partenariat avec les Norvégiens qui se montraient prêts, à cette occasion, à mobiliser des personnalités politiques et militaires haut placées. Je ne reviendrai pas ici sur les déboires ayant conduit à avorter le projet9, mais sur ce que cet échec cuisant a pu révéler, non seulement concernant la subordination de l’académique au politique, mais aussi sur les hiérarchies au sein de l’Irsem. Il s’agissait d’un projet qui correspondait – sur le papier tout du moins – parfaitement à ce qui nous était demandé en tant que chercheur·es Irsem, c’est-à-dire se situer dans une démarche à même de contribuer à la production de connaissances académiques tout en offrant des possibilités de mise en pratique aux praticien·nes, en particulier militaires. La collaboration internationale était ambitieuse, mais plusieurs événements internationaux avaient été organisés à l’Irsem sans que cela se révèle problématique au niveau diplomatique. Or notre projet non seulement ne reçut pas le soutien de la direction de l’époque, mais fit l’objet d’une totale réappropriation de la part des agents institutionnels du Minarm, qui voulaient en faire une vitrine des « bonnes pratiques » de la France en matière de mixité dans les armées. Il n’était plus possible de le poursuivre dans ces conditions et nous avons donc abandonné.

26La position de chercheur·e Irsem est enviable à bien des égards : salaire compétitif (comparé aux salaires des collègues payés par le Mesri), conditions de travail agréables, possibilité de partir en mission. Si l’environnement militarisé peut représenter une contrainte de taille et donner le sentiment d’une production (et surtout d’une diffusion) scientifique sous contrôle, il est aussi, à l’inverse, stimulant. En ce qui me concerne, j’ai pu m’appuyer sur les outils développés par les épistémologies féministes pour lesquelles les sentiments « d’inconfort » peuvent être réinvestis comme de véritables espaces de production de savoirs critiques (Chadwick, 2022), en particulier concernant les connaissances hégémoniques sur la guerre (Parashar, 2014). Ainsi, si mon positionnement en tant que chercheure spécialiste du genre (et a fortiori féministe) a certainement été à l’origine de tensions avec certains agents du Minarm, il a néanmoins permis d’opérer des rencontres et d’établir des dialogues de très grande qualité, tant pour ma recherche que pour mon évolution personnelle. L’enquête sociologique a ceci de particulier, en effet, qu’elle ne se contente pas de venir enrichir les connaissances du monde social ; elle impacte nécessairement les individus qui en sont à l’origine dans ce qu’ils ont de plus intime. Aucune enquête qualitative incluant une démarche ethnographique ne saurait fonctionner sans un réel engagement de l’enquêteur·ice pour chercher à comprendre le rapport au monde des personnes enquêtées. Cette empathie de principe n’empêche en rien la recherche d’une neutralité axiologique – jamais atteinte à mon sens mais toujours en construction au travers de l’analyse réflexive. J’ai ainsi eu la chance de pouvoir réaliser des entretiens auprès de femmes, mais aussi de quelques hommes, aux expériences inspirantes et dont les trajectoires illustrent les ambiguïtés et contradictions du monde militaire. Il est ainsi intéressant de noter que les rapports de force les plus problématiques que j’ai pu observer au sein de l’Irsem ne sont pas tant ceux qui existent entre civils et militaires, mais bien entre civils « agents contractuel·les » et fonctionnaires de carrière ou personnels titulaires, et plus précisément entre chercheur·es et directeur·rices.

  • 10 Ces observations valent pour l’époque où j’y exerçais en tant que chercheure (entre 2018 et 2023), (...)

27De fait, la plupart des chercheurs Irsem sont en réalité des agents contractuels sous CDD qui ne peuvent espérer voir leur contrat se prolonger au-delà de cinq ans et dix mois, le Minarm ne souhaitant pas se voir dans l’obligation de leur offrir un contrat à durée indéterminée (CDI)10. Ils et elles sont donc engagé·es sur un contrat de deux ans renouvelable une fois, puis ils peuvent demander une cinquième année et finalement leurs derniers dix mois. Ces divers renouvellements sont conditionnés aux résultats, selon un barème relativement peu explicite et conditionné au cas par cas. De façon générale, il est demandé au/à la chercheur·e Irsem de publier régulièrement dans la collection Irsem et de contribuer de manière significative à la réalisation d’études prospectives stratégiques commanditées par les différentes structures du ministère. Or, si sur le papier ces objectifs apparaissent réalisables, dans la réalité cela l’est beaucoup moins. Le/la chercheur·e Irsem doit en effet travailler avant tout à mettre toutes les chances de son côté pour trouver un poste, ce qui veut dire qu’il ou elle doit privilégier ses publications dans des revues indexées, et non dans les collections de l’institut, peu prestigieuses du point de vue académique. Il ou elle se retrouve ainsi coincée entre le marteau et l’enclume – entre courir le risque de ne pas se faire renouveler et celui de manquer de crédibilité face à ses pairs. Cette incertitude concernant les règles du jeu (qui restent très variables selon l’état des relations entretenues par le ou la chercheur·e avec la direction) est particulièrement anxiogène. Non seulement parce qu’elle se présente comme un frein aux projets de vie – mais aussi instaure un climat épouvantable au sein des équipes de recherche, alors que l’on ne peut que constater certaines inégalités de traitement selon les liens personnels entretenus avec la direction. En ce sens, l’Irsem n’est cependant pas nécessairement différent d’autres organismes de recherche où la cohabitation entre précaires, titulaires, doctorant·es s’apparente à une véritable prédation. Le ou la « précaire » sera toujours prêt·e à en faire plus pour s’assurer un renouvellement, produisant au profit d’un système qui n’a que peu à faire de leurs profils particuliers de recherche. Il serait par ailleurs tout à fait ingénu de s’imaginer que les ressentiments personnels et tensions hiérarchiques soient réservés au seul institut : peu de laboratoires de recherche en France peuvent se targuer de proposer des environnements de travail réellement libres de toute violence. Ce qui rend l’institut particulier cependant, c’est qu’il s’appuie sur des compétences de chercheur·es confirmé·es (officiellement considéré·es comme des « expert·es de haut niveau » dans leur fiche de poste), dont la position dans leur champ de recherche est consolidée, qui seront cependant maintenues dans une situation de précarité. Le quotidien du ou de la chercheur·e Irsem agent·e contractuel·le apparaît ainsi à bien des égards comme quelque peu schizophrénique entre reconnaissance professionnelle et rappel à l’ordre constant de son instabilité.

En guise de conclusion
Voies alternatives et développement d’un marché para-académique ?

28De l’université des Andes à l’Irsem, l’écart est grand. Ces deux expériences professionnelles ont été réalisées dans des cadres tout à fait différents. Toutes deux se présentent comme l’aboutissement d’un processus : mon recrutement aux Andes signifiait la fin de mon statut de « jeune chercheuse » à savoir de docteure sans poste ayant réalisé plusieurs post-doctorats. Or si cela m’offrait de réelles opportunités de développement professionnel, il fallait en contrepartie accepter de quitter la France de façon définitive. L’éloignement (après déjà dix ans de vie à l’étranger), mais aussi le sentiment diffus que cette émigration illustrait en réalité un échec, celui de s’insérer dans le marché de la recherche en France, m’ont retenue de réellement me projeter sur le long terme. Au moment où je postulais à l’Irsem, j’envisageais ce poste comme une façon de prendre pieds dans le monde académique français, ouvrir de nouveaux terrains, intégrer de nouveaux réseaux, et si j’étais consciente de son aspect provisoire, je pensais sincèrement qu’il me permettrait de rebondir par la suite.

  • 11 Notamment en tant qu’experte associée à la Comission internationale du Haut Conseil à l’Égalité de (...)

29Aujourd’hui, le bilan est mitigé. Au niveau professionnel, j’ai considérablement appris et j’ai eu l’opportunité de vivre des expériences tout à fait improbables comme ma participation fin 2022 à une conférence sur le genre à l’OTAN au Commandement de Transformation Allié. L’Irsem a définitivement été un lieu d’enrichissement et d’apprentissages, où il m’a été possible de faire preuve d’une certaine créativité en tant que chercheuse en investissant des sujets que je n’aurais certainement jamais abordés dans d’autres cas de figure. C’est le cas par exemple du programme de recherche lancé début 2022 sur les sports de la défense, terrain ouvert récemment avec ma jeune collègue. Depuis cette perspective, le bilan est plutôt positif et invite à poursuivre dans la voie de la recherche. Cependant, à l’heure de cette conclusion et au moment des dernières révisions apportées à cet article, cela fait plus d’un an que j’ai quitté mon poste consécutivement à la fin de mon CDD et je me retrouve une fois de plus régulièrement sollicitée pour travailler en tant que chercheure sans que jamais il ne me soit proposé de rémunération sauf – et cela est en soi un élément révélateur – pour des événements ou projets non académiques (animation d’ateliers ou projet d’article dans des revues non scientifiques). Bien que j’aie pris la décision, impopulaire mais cohérente, de ne plus accepter de réaliser aucun travail gratuit, j’ai participé, ne serait-ce qu’à l’échelle du premier semestre 2023, à des dizaines de réunions, organisé deux panels dans des congrès scientifiques et finalisé deux articles universitaires. Il s’agit soit d’engagements pris avant la fin de mon contrat, soit du choix fait de ne pas « abandonner » les collègues, certain·es d’entre elles·eux étant aussi « précaires ». Loin de vouloir culpabiliser les collègues titulaires avec lesquel·les je travaille régulièrement (et qui sont celles et ceux qui me sollicitent pour ces tâches), il me semble cependant urgent qu’une réelle prise de conscience soit faite sur ce que représente le travail que nous effectuons – qu’il soit gratuit ou tout à fait sous-rémunéré, comme c’est le cas des enseignant·es-chercheur·es en poste. L’exploitation du/de la chercheur·e ne concerne en effet pas que celles et ceux en situation précaire. Ramené à l’heure, le salaire du ou de la maître·sse de conférence en France est assez ridicule, alors que la fonction suppose aujourd’hui une accumulation de tâches et de responsabilités à la limite du rocambolesque. Je siège en outre actuellement dans diverses commissions nationales et internationales d’évaluation des politiques de genre concernant les problématiques liées à la paix et à la sécurité11. Si ces nominations relativement prestigieuses me confortent dans l’idée que j’ai plus ou moins réussi à me positionner en tant que « spécialiste » et me permettent de consolider mon capital social, elles n’en restent pas moins contraignantes : il s’agit en effet la plupart du temps d’un travail gratuit, exercé par la plupart de ses membres dans le cadre de leurs temps salarié. Pour un·e indépendant·e, cela suppose donc de considérer que ce temps non rémunéré se voit compensé par d’autres facteurs, qui restent à définir.

30Alors, comment poursuivre sa carrière lorsque l’expatriation est devenue inenvisageable, mais qu’un recrutement « classique » en tant que maître·sse de conférences ou chargé·e de recherche dans l’ESR l’est tout autant ? Faut-il poursuivre ses travaux en marge du monde de la recherche « traditionnel », au risque de toujours voir sa crédibilité remise en cause ? Ou faut-il au contraire accepter de « quitter la recherche » en réinvestissant le savoir et les compétences acquises au profit d’autres projets professionnels (et de vie) et de s’en tenir « aux marges de la recherche » (travailler en tant que consultant·e indépendant·e, au sein de think tank ou de bureaux d’études, par exemple) ? Un entre-deux est-il possible ? Le monde de l’ESR a vu ses modes de fonctionnement bouleversés alors qu’une logique de marché s’est peu à peu emparée de l’ensemble de ses activités et domaines d’interventions. Au-delà de la précarisation des chercheur·es causée par la raréfaction des postes et de la compétition qu’elle suscite entre laboratoires et centres de recherche pour l’obtention de financements (Chavalarias & Huneman, 2020), cette logique de marché a considérablement contribué à la détérioration des rapports sociaux au sein d’un secteur professionnel où la solidarité entre pairs a fait place à un régime de prédation – où seul·es quelques-un·es pourront réellement faire carrière – c’est-à-dire bénéficier d’une reconnaissance professionnelle qui ne soit pas seulement symbolique mais aussi sonnante et trébuchante. En effet, l’exploitation d’une main-d’œuvre précaire en tant que véritable classe ouvrière de la production de connaissances scientifiques, ne peut se faire que si elle est légitimée par l’acceptation, plus ou moins explicite, des objectifs « d’excellence », de « sélection », de « concours », qui, bien qu’ils aient toujours été présents se sont imposés comme de véritables phares de la politique de développement scientifique depuis le protocole de Bologne.

  • 12 Ils sont divers et nombreux. On pense notamment à des petites structures comme l’ARObE (Atelier Rec (...)

31Peut-être que la seule façon de résister à cela est de sortir totalement du monde de la recherche. Retourner le stigmate, en reconnaissant que si l’ESR ne veut pas de vous, peut-être que vous ne voulez pas de lui non plus. Cet abandon reste cependant un choix difficile lorsque l’on a pu « faire carrière » en naviguant entre différents emplois ayant donné les possibilités d’une véritable évolution professionnelle sans toutefois apporter la stabilité matérielle et structurelle nécessaire à de la recherche menée sur du long terme et sans objectif de profit financier. Dans de telles conditions, la solution peut en effet être de se tourner vers des organisations que l’on pourrait qualifier de para-académiques, comme les think-tanks, instituts privés et cabinets de conseil. La solution peut aussi consiter à exercer une activité de recherche en tant « qu’indépendant·e ». Dans les deux cas, cela signifie de devoir repenser ses pratiques et objectifs de recherche, les modes d’application possible, la définition d’une frontière nette entre recherche et expertise, et surtout la façon dont la recherche menée dans de tels contextes peut s’articuler avec les « praticien·nes » décideur·ses, fonctionnaires et agents publics, entreprises du secteur privé. Là encore la logique de marché domine. Il faut savoir conceptualiser ses compétences de chercheur·e de façon à ce qu’elles apparaissent « pratiques », il faut savoir se « vendre » – et pis encore « mettre un prix » à ses services, proposer des « produits » de la recherche (Akermann, 2018). Ce choix-là est cornélien lorsque l’on a intégré l’idée du métier d’enseignant·e-chercheur·e comme étant une mission de service public. La solution serait certainement de mieux faire dialoguer les espaces alternatifs de production de la recherche12, avec les centres de recherche et laboratoires « traditionnels ». Dans un contexte marqué par des attaques renouvelées contre les libertés académiques, nul doute que la solidarité sera plus efficace que le repli sur soi.

Haut de page

Bibliographie

Akermann G. (2018), « La difficile émergence du marché de la prestation de services sociologiques », Sociologies pratiques, vol. 36, no 1, p. 27-36.

Anctil Avoine P. & C. Boutron (2021), « L’épistémologie féministe à l’épreuve d’un objet surinvesti. Enquêter auprès des femmes ex-combattantes dans le “post-accord de paix” colombien », Annales de géographie, vol. 742, no 6, p. 20-46.

Boidin C. (2009), « Études décoloniales et postcoloniales dans le débat français », Cahiers des Amériques latines, no 62, p. 129-140.

Bourguignon B. & H. Boeck (2022), « L’auto-ethnographie collaborative organisationnelle (ACOR) : quand le “je” devient “nous” », Recherches qualitatives, vol. 41, no 2, p. 30-51.

Boutron C.j, Lapeyre N. & M. Paoletti (2022), « Les armées face au genre. Vers une remise en question de l’hégémonie masculine dans le monde militaire », Travail, genre et sociétés, vol. 47, no 1, p. 31-35.

Boncourt T., Debos M., Delori M., Pelipodas B. & C. Wasinski (2020), « Que faire des interventions militaires dans le champ académique ? », 20 & 21 Revue d’histoire, vol. 145, no 1.

Bracke S., Puig de la Bellacasa M. & I. Clair (2013), « Le féminisme du positionnement. Héritages et perspectives contemporaines », Cahiers du genre, vol. 54, no 1, p. 45-66.

Burton S. & B. Bowman (2022), « The academicar precariat: Understanding life and labour in the neoliberal academy », Britsih Journal of Sociology of Education, vol. 43, no 4, p. 497-512.

Cabrera Silvestre M., López Belloso M. & R. Royo Prieto (2020), « The Application of Feminist Standpoint Theory in Social Research », Investigaciones Feministas, vol. 11, no 2, p. 307-318.

Chadwick R. (2021), « On the Politics of Discomfort », Feminist Theory, vol. 22, no 4, p. 556-574.

Chavalarias D. & P. Huneman (2020) « Mirage de l’excellente et naufrage de la recherche », AOC. URL. https://aoc.media/analyse/2020/09/15/le-mirage-de-lexcellence-menera-t-il-au-naufrage-de-la-recherche-publique/

Combes A. (2022), Comment l’université broie les jeunes chercheurs. Précarité, harcèlement et loi du silence, Paris, Éditions Autrement.

Flamme K. (2021), « Approche méthodologique de l’enquête auto-ethnographique dans l’étude des organisations », Interrogations, no 33. URL : http://www.revue-interrogations.org/Approche-methodologique-de-l

George N. & L. Shepherd (2016), « Women, Peace and Security : Exploring the implementation and integration of UNSCR 1325 », International Political Science Review, vol. 37, no 3, p. 297-306.

Hartscok N. (2019), The Feminist Standpoint and Other Essays, Londres, Routledge.

Mc Falls (2021), « L’université postlibérale. L’institutionnalisation de la verisimilitude », Possibles Printemps, vol. 45, no 1, p. 161-151.

Mc Falls L (2008), « Les fondements rationnels et sociaux des passions politiques : vers une sociologie de la violence contemporaine avec Weber et Foucault », Anthropologie et sociétés, vol. 32, no 3, p. 155-172.

Morgan G. & J. Wood (2017), « The “academic carrer” in the era of flexploitation », in Armano A., Bove A. & A. Murgia, Mapping Precarioursness, Labour Insecurity and Uncertain Livelihoods. Subjectivities and Resistance, Londres, Routledge, p. 82-97.

Musselin C. (2008), « Vers un marché international de l’enseignement supérieur ? », Critique Internationale, vol. 39, no 2, p. 13-24.

Noûs C. (2020), « Précarité dans l’enseignement supérieur. Allocataires et moniteurs en sciences humaines à la fin des années 1990 », Genèses, vol. 119, no 2, p. 131-143.

Parashar S. (2014), Women and Militant Wars: The Politics of Injury, Londres, Routledge.

Pariseau-Legault P. (2018), « De la clinique à la recherche : l’auto-ethnographie comme outil d’analyse des transitions identitaires du chercheur en sciences infirmières », Recherche en soins infirmiers, no 135, p. 38-47.

Haut de page

Annexe

Liste des Acronymes

CNRS : Centre national (français) de la recherche scientifique

DGRH : Direction générale des ressources humaines

ESR : enseignement supérieur et recherche

FARC : forces armées révolutionnaires de Colombie

IRD : Institut (français) de recherche pour le développement

IRSEM : Institut de Recherche Stratégique de l’École Militaire

MEAE : ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

MESRI : ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

MINARM : ministère des Armées

Haut de page

Notes

1 Au moment où j’écris ces lignes, je me trouve, depuis peu, de nouveau sans poste, mon CDD ayant pris fin en janvier 2023 sans possibilité de le voir renouvelé ni de basculer sur un autre contrat.

2 Le terme de « précaires » mobilisé dans cet article réfère de façon générale à l’ensemble des chercheurs pratiquant leur activité professionnelle en n’étant ni en CDI, ni titulaires à l’université ou dans un centre de recherche. En mentionnant le « précariat privilégié » je me réfère à des situations d’emploi instables mais donnant néanmoins lieu à une rémunération pour des activités de recherches à plein temps (en forme de CCD par exemple).

3 Le terme de « jeune chercheur·e » est problématique : initialement utilisé pour désigner les jeunes doctorant·es ou docteur·es fraîchement diplômé·es, il semble s’être généralisé à l’ensemble des chercheur·es ne disposant pas (encore) de poste pérenne. Or certain·es d’entre eux·elles (comme moi) ont plus de 40 ans et ne sont pas en début de carrière.

4 Par « chercheure féministe » j’entends signifier la position assumée qui est la mienne de mobiliser les diverses grilles de lectures construites par les études de genre afin de mettre en évidence la façon les rapports sociaux de sexe participent des procédés de légitimation des différents régimes de pouvoir et de domination organisant nos sociétés. En ce sens une recherche féministe est nécessairement située, mais aussi explicitement engagée dans une pratique sociologique résolument transformative.

5 Note de la DGRH du Mesri du 4 mai 2020. URL : https://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/statistiques/38/6/Note_DGRH_n4_Mai_2020_-_Enseignants_non_permanents_2018-2019_1299386.pdf

6 Voir, « LPPR : 2 SMIC pour les titulaires, des cacahuètes pour les précaires ? », Communiqué du 3 février 2020 de l’ANCMSP. URL : https://ancmsp.com/2020/02/03/lppr-2-smic-pour-les-titulaires-des-cacahuetes-pour-les-precaires/

7 Notamment celui-ci : « Chercheure précaire et écartée du monde académique, pourquoi je souhaite défendre la recherche publique », Le club de Mediapart, Billet de blog du 16 octobre 2014, https://blogs.mediapart.fr/camille-boutron/blog/161014/chercheure-precaire-et-ecartee-du-monde-academique-pourquoi-je-souhaite-defendre-la-recherche-p

8 Dans le modèle universitaire anglosaxon, une tenure track, ou contrat de titularisation conditionnée, est un contrat de travail à durée déterminée spécifiant qu’après un certain nombre d’années, la personne employée pourra postuler pour obtenir un statut de titulaire (ou tenure). Ce modèle a notamment été exporté en France depuis l’application de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), ainsi que dans d’autres pays d’Europe : Suède, Italie, Danemark, Allemagne, Finlande, Hollande, Suisse, Belgique. Ce modèle est transposé en « pré-titularisation conditionnelle » dans les politiques de recrutements de certains établissements en France.

9 Un chapitre écrit à quatre mains avec la collègue en question, et portant spécifiquement sur cette expérience de « recherche-action », est en cours de préparation et devrait être publié d’ici 2024 dans un ouvrage collectif.

10 Ces observations valent pour l’époque où j’y exerçais en tant que chercheure (entre 2018 et 2023), sachant qu’un changement de direction a eu lieu depuis, ce qui a éventuellement fait évoluer (ou non) la politique RH.

11 Notamment en tant qu’experte associée à la Comission internationale du Haut Conseil à l’Égalité depuis septembre 2022 et membre du Civil Society Advisory Panel de l’OTAN pour l’agenda Femmes, Paix et Sécurité depuis janvier 2024.

12 Ils sont divers et nombreux. On pense notamment à des petites structures comme l’ARObE (Atelier Recherche Observatoire Égalité).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Boutron, « Faire de la recherche en marge ou s’en tenir aux marges de la recherche »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 20 mars 2024, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/22702 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.22702

Haut de page

Auteur

Camille Boutron

Chercheuse contractuelle « sociologie du genre et des conflits armés », Institut de recherche stratégique de l’École militaire (Irsem), Paris, France. Email : boutcam@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search