Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSThéories et recherches2024L’écriture empathique en sociologie

2024

L’écriture empathique en sociologie

Jacques Siracusa

Résumés

Cet article examine quelques procédés linguistiques ou rhétoriques souvent employés dans les enquêtes de terrain dites compréhensives, notamment lorsque le groupe étudié est situé en bas de la hiérarchie sociale. La relation empathique à l’égard des enquêtés est un moyen de connaissance pour le sociologue. L’attitude empathique exprimée dans le texte est, quant à elle, une information, peu articulée, sur l’auteur : sur sa manière d’appréhender les participants, les événements, etc. Les procédés employés sont analogues à ceux qu’emploie un romancier pour représenter les personnages de son récit. Ils distinguent les éléments dramatiques centraux de ceux annexes. Ils expriment la proximité de l’auteur à l’égard de ses héros, concentrent l’attention sur leur monde vécu et leur humanité. Ils sensibilisent l’audience, au risque souvent d’appauvrir cette humanité.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article examine quelques procédés rhétoriques employés dans les comptes rendus d’enquête de terrain : des procédés servant à exprimer l’empathie de l’auteur à l’égard des enquêtés, notamment d’individus situés en bas de la hiérarchie sociale. L’empathie peut qualifier la relation du sociologue à ses enquêtés : elle est alors un moyen de connaissance. Elle est aussi susceptible de caractériser l’attitude d’un auteur : c’est une information, peu articulée, délivrée par le texte, concernant sa manière d’appréhender les participants, les événements, etc., bref, son point de vue à l’égard de l’objet d’étude. Dans la tradition anglo-saxonne du field work, manifester de l’empathie durant l’enquête répond à des attentes disciplinaires, mais à peu près rien n’est dit, donc attendu, d’une écriture empathique.

2Les sociologues ont très peu étudié leur écriture. Cette contribution est avant tout anthropologique et anglo-saxonne (notamment, Clifford & Marcus, 1986 ; Rosaldo, 1987) ou française (par exemple, Olivier de Sardan, 1996 ; Piette, 1998). Elle est parfois sociologique (Edmondson, 1984 ; Becker, 1986 ; Van Maanen, 1988 ; Atkinson, 1990 ; Gusfield, 1990 ; Emerson et al., 1995), mais rarement française. En France, l’écriture est étudiée en lien avec l’établissement de la preuve ou l’élaboration conceptuelle, c’est-à-dire à partir de questions plus épistémologiques que littéraires ou linguistiques (par ex., Trépos, 2011). Ces dernières sont minimales ou négatives : l’écriture est en langue ordinaire, donc délicate (Bourdieu, 1984, p. 10-18) ; elle doit garder ses distances avec les artifices créant « l’illusion réaliste » dans la composition romanesque (Passeron, 2006 [1991], p. 331-357) ; mais peut difficilement échapper aux constructions analogiques (Passeron, 2006, p. 243-257) ou aux expédients rhétoriques (Chapoulie, 2017, p. 310-312 ; Bizeul, 2021).

3Les contributions autocritiques de l’anthropologie anglo-saxonne sont à l’origine de l’Interpretative turn des années 1990, de la critique de l’objectivisme et des appels à la « réflexivité ». Elles ont conduit à un regain des études « textuelles » qui, en retour, a sans doute alimenté la méfiance des sociologues empiriques à l’égard de l’analyse de discours. L’étude des textes, opposée à celle du monde, nous éloignerait des pratiques scientifiques (Passeron, 2006, p. 276) ou nous rapprocherait des études « postmodernistes » qui se désintéressent de l’ancrage empirique des énoncés (Chapoulie, 2017, p. 243-248). L’intérêt porté à la réflexivité, accru depuis une trentaine d’années, ne semble d’ailleurs pas avoir stimulé l’étude de l’écriture. Comme le notait John Van Maanen, des récits « confessionnels », à la première personne, typiques de l’attitude réflexive, ont été ajoutés aux comptes rendus traditionnels, mais tenus à l’écart (Van Maanen, 1988, p. 64-66 ; voir aussi Marcus, 1986a).

4L’étude du point de vue d’un auteur est comme réservée à la critique littéraire. Ce point de vue est l’expression de sa subjectivité, celle « susceptible de construire les interprétations légitimes » du texte pour le lecteur (Rabatel, 1998, p. 120, p. 100 sqq.). Elle nous informe tant sur le sujet que sur l’objet de ce point de vue. Diverses traditions ont distingué le focalisateur du focalisé, le dire du dit, l’énonciation de l’énoncé, le récit de l’histoire, etc. (pour une synthèse, Rabatel, 1997). Alain Rabatel définit le point de vue comme « perception et/ou pensée représentée » (Rabatel, 1998, p. 41). Le lecteur repère souvent, au second plan, de manière plus ou moins marquée, la subjectivité d’un narrateur exprimée tant par sa manière de décrire que par le choix de ce qui est décrit, et ce, même dans le style historique, supposément neutre ou impartial, en raison de « l’inévitable subjectivité du langage » (Rabatel, 1998, p. 120).

5On peut comprendre que l’expression de la subjectivité du sociologue soit demeurée un objet d’étude marginal, relégué aux questions de réflexivité. Cependant, si d’une part, quand une relation empathique est attendue du field worker, son expression dans le texte semble peu compatible avec la froide objectivité de la description scientifique, de l’autre, cette subjectivité est inhérente à l’emploi du langage descriptif ordinaire. L’argument de l’article est donc le suivant. La description ethnographique classique, distanciée et objective, souvent peu sensible au monde intérieur des enquêtés, a pu sembler quelque peu déshumanisée. Au contraire, dans la tradition de l’enquête de terrain dite « compréhensive », l’empathie est un moyen de connaissance de ce monde intérieur. La représentation linguistique des personnages et des actions peut alors refléter la proximité du sociologue à leur égard, ses intérêts de connaissance et son empathie sélective. Lorsqu’il s’agit de personnages en bas de la hiérarchie sociale, des procédés rhétoriques servent à sensibiliser l’audience : à vaincre ses préjugés en humanisant les enquêtés. Comme tout moyen persuasif, ils peuvent faciliter l’argumentation ou la rendre quelque peu abusive.

6En somme, cet article présente des formes expressives qui me semblent typiques, parce que motivées par certaines considérations disciplinaires, pratiques ou littéraires ; et parce qu’elles sont fréquemment observables. Il est tiré d’une étude plus large qui examine d’autres aspects de l’écriture sociologique (Siracusa, 2021). Il ne s’agit donc ni de réduire l’expression de l’attitude du sociologue aux points soulevés ici, ni de laisser entendre que ces points, ou les travaux les illustrant, seraient « représentatifs », en un sens qu’il serait d’ailleurs difficile de préciser, de la diversité des manières d’écrire ou des enquêtes elles-mêmes. Cette étude vise principalement à sensibiliser les lecteurs à la contribution sous-estimée de l’écriture à l’élaboration et la compréhension des résultats.

La distanciation savante

7L’attitude savante de l’ethnographe classique se reconnaît par la « défamiliarisation » que provoquent son regard étranger et son vocabulaire technique. Mais le discours distancié qu’elle engendre peut sembler d’autant plus inadapté ou inhumain que l’objet décrit nous est familier ou qu’il concerne notre sensibilité, l’humour, l’amitié ou la souffrance, bref, des aspects essentiels de notre humanité. Comme le dit sévèrement Stephen Tyler, un lecteur est enclin à voir l’ethnographe comme un ambitieux imposant un portrait étroit et tranché à des personnes raisonnablement subtiles (Tyler, 1986).

8Nous devrions nous demander, dit Renato Rosaldo, quelle validité nous donnerions au discours ethnographique traditionnel s’il nous était appliqué (Rosaldo, 1987). Il prend l’exemple des études consacrées aux Mexicains ou aux Chicanos et des critiques faites par les Chicanos eux-mêmes (notamment l’ethnographe Amerido Paredes). Les descriptions de leurs congénères leur semblent « irréelles » et contiennent, selon eux, des erreurs de traduction ; des blagues et des récits douteux sont pris au sérieux et des doubles sens sont incompris. De manière générale, le ton des informateurs est souvent mal apprécié. Les Chicanos sont représentés comme s’ils ne parlaient qu’au premier degré, sans jamais faire une blague, disait Paredes. Le texte ethnographique, alors qu’il est sans humour, pourrait être lu comme une parodie. Rosaldo prend ensuite l’exemple d’une véritable parodie : la description par Horace Miner, dans le style ethnographique classique, du brossage de dents quotidien aux États-Unis (« Body Ritual Among the Nacirema »). La distance produite par la terminologie ethnographique appliquée à cet objet très ordinaire produit l’effet parodique. Ce que Paredes ressentait à la lecture du discours savant sur « son peuple » était similaire à ce que pouvait ressentir l’Américain de classe moyenne face au texte de Miner.

9Plus largement, lorsque la distanciation savante concerne des actions naturellement associées à certains sentiments, le compte rendu classique dénature ces actions. Rosaldo illustre ce point par deux autres exemples. D’un côté, il considère la description froide du rite (obligatoire) des retrouvailles, lorsque des amis séparés de longue date se retrouvent, par Radcliffe-Brown (dans The Andaman Islanders). Ce compte rendu suggère que l’auteur est sceptique sur l’existence d’authentiques sentiments à ce moment. Selon Rosaldo, cette description est en général prise à la lettre par les anthropologues. Mais pourquoi relèverait-elle davantage d’une lecture littérale que celle du brossage de dents par Miner ? C’est, selon lui, un signe à la fois du désintérêt vis-à-vis de l’écriture et de ses conventions rhétoriques, et du fait que la froide objectivité peut aller contre le projet anthropologique lui-même. L’autre illustration est, à mes yeux, encore plus convaincante.

10Étudier la mort et le deuil est très souvent réalisé par un discours distancié et normalisateur. Une raison donnée par Rosaldo est celle-ci : ces études sont souvent le fait de jeunes individus peu expérimentés, issus des classes moyennes anglo-saxonnes où sont valorisés, en la matière, une discrétion et un contrôle de ses sentiments. La description froide des rituels ou des covariations factuelles permet de ne pas examiner ce que pensent ou ressentent (intensément) les enquêtés. Ce genre de discours suggère même de l’indifférence, voire du scepticisme, à l’égard de l’authenticité de la peine d’un père ayant perdu son fils. Des expressions comme « chagrin attendu », « convenu » ou « expression conventionnelle du chagrin » soulignent le caractère prévisible des comportements et de leur forme. Mais comment peut-on en arriver à l’idée que le sentiment d’être dévasté puisse se conformer à des attentes convenues ? Les « événements décrits sont rendus triviaux en réduisant leur intense émotion à un spectacle » (id.). Cette « rhétorique normative » de la description ethnographique objective semble fournir des preuves supportant des énoncés théoriques abstraits, mais ceux-ci ne sont ni humains ni précis, conclut Rosaldo.

11La critique est particulièrement bien sentie, pourrait-on dire. De jeunes adultes sont amenés à devoir comprendre des sentiments ou des situations qu’ils ont de très faibles « chances » d’avoir eux-mêmes vécues, mais qu’ils croient pouvoir saisir avec le discours technique de leur discipline. Rosaldo, qui avait perdu son frère en 1970, et vu la souffrance de ses parents, a perdu en 1981 son épouse Michelle, aux Philippines, sur le terrain même où elle travaillait avec lui comme anthropologue. Ces deuils l’ont conduit à reconsidérer ses propres analyses de la colère et du chagrin chez les Ilongot (voir Rosaldo, 1993 [1983], p. 167-178).

12La critique vise à la fois l’approche ethnographique classique et ses conventions d’écriture, celles-ci répondant à celle-là : l’observateur, soucieux d’identifier la structure, la règle ou le rite, est peu sensible aux sentiments des enquêtés ; et adopte un style scientifique qui conduit à la description froide et distante, voire sceptique ou brutale. Les descriptions objectives des sentiments sont parfois très proches des caricatures objectifiantes, disait Rosaldo (Rosaldo, 1987, p. 106). L’auteur n’emploie pas le terme « empathie », il critique une attitude aux antipodes de celle étudiée dans cet article. Un autre rapport à l’objet et une autre manière de le décrire pourraient en effet conduire à des comptes rendus plus sensibles à l’humanité des enquêtés. L’approche empathique a cet objectif.

L’empathie objective

13Bien que les termes « sympathie » et « empathie » soient devenus à la fois populaires et proches, une distinction utile peut être faite. La sympathie est plus émotionnelle, c’est un « partage de sentiments avec autrui et plus spécifiquement le fait d’être affecté par les souffrances du prochain », comme la pitié, la compassion ou la commisération (Hochmann, 2012, p. 24). L’empathie est, quant à elle, plus intellectuelle et situationnelle : « s’immerger dans la conscience d’autrui tout en gardant la conscience de soi », « se mettre à la place des autres » (ibid., p. 43). Selon Jacques Hochmann, au tournant du xxe siècle, c’est dans le cadre d’une psychologie de l’intersubjectivité que cette interprétation de l’empathie (einfûhlung) est mise en avant (ibid., p. 46). Sigmund Freud en fait un moyen de connaissance d’une vie psychique autre que la nôtre, et l’oppose à la « fusion affective » propre à la sympathie (ibid., p. 56). En psychanalyse, elle a été longtemps traduite par « sympathie compréhensive » (ibid., p. 63), « contre-transfert » (ibid., p. 65), « interpénétration psychologique » (ibid., p. 84) ou « introspection par procuration » (ibid., p. 121). Dans la phénoménologie de Edmund Husserl, l’empathie est définie comme « expérience compréhensive de l’existence de l’autre » (ibid., p. 71). Cette connaissance de l’autre reste incomplète, mais c’est un moyen d’accès à l’intersubjectivité « qui constitue l’objectivité, dans un accord de points de vue sur le monde » (ibid., p. 73).

14Avec le développement de l’étude des interactions humaines, notamment par la tradition de Chicago, la psychologie sociale, la sociologie compréhensive de Max Weber ou phénoménologique d’Alfred Schütz, l’empathie, l’intersubjectivité ou la compréhension du point de vue d’autrui deviennent des moyens essentiels d’une connaissance objective des autres. Dans un ouvrage récent, les field workers, Mario Small et Jessica Calarco font du « degré auquel le chercheur en vient à comprendre la perspective des personnes qu’il étudie » un critère de qualité, relativement consensuel, d’une enquête de terrain (Small & Calarco, 2022 ; p. 35). Cette connaissance empathique (cognitive empathy) est repérable à partir des informations présentées dans le texte. Le lecteur a-t-il une bonne représentation de la perception qu’a l’enquêté du thème étudié ? Comprend-il l’interprétation qu’en donne cet enquêté ? A-t-il les raisons des actions rapportées ?

15Connaître le sens que les enquêtés donnent à leurs mots, à leur monde ou à leurs interactions avec les autres (ibid., p. 51) résulte en général d’un comportement empathique du chercheur. Comme le note Hochmann, l’empathie a été progressivement présentée comme une caractéristique centrale d’un « climat affectif » propice au bon déroulement du traitement psychologique, une manière de se faire accepter par l’autre (Hochmann, 2012, p. 111-131). Il est probable que le field worker accorde lui aussi une telle vertu à cette attitude durant l’enquête. Quoi qu’il en soit, il est attendu dans sa discipline, et plus encore de l’ethnographe étudiant un groupe de personnes de faible statut, décriées ou en difficultés, que le chercheur apprécie ou respecte ses enquêtés et qu’il ait pu s’engager dans leurs affaires courantes (Van Maanen, 1988, p. 80).

16Manifester ensuite, dans le compte rendu, une attitude bienveillante est une manière de montrer que le matériel recueilli est le bon ou que le chercheur a su aller au cœur de la culture à étudier. Cependant, cela peut aussi être interprété comme la marque d’un biais idéologique par des lecteurs peu charitables. Howard Becker, souvent cité à ce propos, disait que la question n’était pas tant « est-il possible de faire une recherche value free ? » que « de quel côté est-on ? » (Becker, 1967). Le sociologue est, selon lui, du côté des individus qu’il étudie et qui sont en bas de la hiérarchie sociale, peu visibles ou audibles. Non seulement il doit apprécier les enquêtés pour les décrire, mais il est normal qu’il devienne leur porte-parole en rendant publics leurs vues et leurs problèmes (Van Maanen, 1988, p. 42, n. 18).

17Un exemple typique est celui de la cohérence des propos indigènes en anthropologie. Ernest Gellner reprochait à certains ethnographes une charité excessive : un usage arbitraire de la contextualisation visant à rendre cohérentes certaines affirmations. Il leur reprochait d’être relativistes, tolérants et « contextuellement compréhensifs » vis-à-vis des indigènes qui sont pourtant absolutistes, intolérants et ethnocentriques (Asad, 1986). Talal Asad lui répondait que la traduction des anthropologues n’est pas seulement une affaire de correspondance abstraite entre phrases, mais d’apprentissage d’une autre manière de vivre et d’une autre sorte de langage. Reconnaître les contextes pertinents dans chaque discussion est quelque chose qu’on apprend dans le cours de la vie, même s’il est souvent très difficile de verbaliser cette connaissance. Asad précisait que rien n’a de signification isolément, « le problème est toujours : quelle sorte de contexte ? » La solution pour trouver le contexte pertinent n’est pas une question de charité (excessive), c’est-à-dire d’attitude plus ou moins tolérante, mais de maîtrise technique (skill) du langage concerné, donc d’apprentissage. Enfin, il existe une différence entre traduire et critiquer : si Asad critiquait les idées de Gellner, lequel pouvait le lire et lui répondre, il ne serait pas responsable, selon lui, de critiquer les indigènes dans une ethnographie qui ne leur est pas adressée et à laquelle ils ne peuvent pas répondre.

18Ces arguments offrent une justification exigeante de l’approche empathique et scientifique de l’ethnographe et, plus largement, du field worker. Au moins permettent-ils de mieux cerner un ensemble de préoccupations dont la contrepartie langagière aisément repérable dans les comptes rendus.

Quelques mises en mots typiques de l’empathie

  • 1 Mes réflexions s’inspirent tant de l’analyse dite de « transitivité » du linguistique Michael Hall (...)

19Les énoncés sociologiques dépendent de la langue ordinaire, et donc du fait que les termes et la construction des phrases reflètent l’attitude du locuteur. Certaines situations sont l’objet central de l’analyse et l’auteur en propose une explication. Plus précisément, il explique une représentation de ces situations, c’est-à-dire une description simplifiée selon sa perspective de recherche. Des choix linguistiques reflètent cette sélection et indiquent au lecteur l’importance relative des personnages ou de certaines actions1.

20Lorsqu’une catégorie de personnes est incluse dans la représentation des situations intéressantes, elle est mise au premier plan ou à l’arrière-plan. Un personnage (individuel ou collectif) peut être comme le héros ou le personnage secondaire d’un roman. Ce statut variable reflète souvent le degré de proximité du sociologue durant l’enquête. Le héros du compte rendu est en général le personnage qu’il connaît le mieux et dont il peut le plus aisément justifier les actions (comme Stanley dans The Jack Roller de Clifford Shaw, Doc dans Street Corner Society de William Whyte, Tally dans les Noirs du coin de la rue d’Elliot Liebow, les « gars » dans L’école des ouvriers de Paul Willis, Primo et César dans Enquête de respect de Philippe Bourgois ou les Corner Boys dans Ballad of the bullet de Forrest Stuart). Le sociologue est enclin à reprendre à son compte les jugements moraux des personnages principaux, ne les contredit que rarement et mêle parfois ses propres analyses ou connaissances aux leurs (Atkinson, 1990, p. 129-143). Ces héros sont souvent plus « ronds » que les autres personnages, au sens en usage dans la critique littéraire : ils ont une psychologie complexe, voire surprenante. Un personnage secondaire (comme Chick dans Street Corner Society ou les élèves « conformistes » de Willis) est, en revanche, plus « plat » : unidimensionnel, stable et prévisible ou stéréotypé. Il a une voix qui est clairement distinguée de celle de l’auteur, qui ne rapporte parfois aucun de ses jugements ou les relativise, le contredit ou encore explique ses comportements à partir d’un point de vue peu compréhensif.

21Les personnes enquêtées deviennent des personnages en étant appréhendées à travers un rôle central, parfois un peu plus. La quantité de rôles pris en compte et la nature du vocabulaire employé pour les décrire créent la rondeur. C’est un signe d’empathie et une source inépuisable de motivations potentiellement explicatives. Le spécialiste de la délinquance, par exemple, étudiant le point de vue des « jeunes » et ce qu’ils disent de leurs relations avec la police, ne représente pas le policier comme un père, pratiquant d’une religion, musicien, footballeur, etc. Sans doute présentera-t-il plus souvent les autres rôles du jeune délinquant (chômeur, frère, fils, conjoint, etc.) : le fait même d’employer « jeune » enrichit déjà le personnage. Les personnages principaux bénéficient ainsi d’un surcroît d’humanité qui reflète un partage de perspective avec l’auteur et se traduit par l’étendue et la diversité des expériences restituées.

22Être doté de la faculté d’agir et d’influencer les événements, « d’agentivité », est une propriété particulièrement évocatrice en sociologie. Dans le compte rendu ethnographique, la description des actions repose souvent sur le choix d’une catégorie d’acteurs dont le sociologue adopte le point de vue (Emerson et al., 1995, p. 81). L’« activation » et la « passivisation » ont un rapport presque logique avec la perspective d’analyse adoptée. L’activation est réalisée par une formulation dans laquelle le participant « activé » est l’acteur d’un processus dont le rôle est en général mis en avant (Van Leeuwen, 1993, p. 105-108). Les participants activés sont souvent présentés comme une force dynamique et explicative. L’ethnographe qui a compris le sens que ses acteurs centraux confèrent à leurs actions, dans une situation type, a moins de difficultés à présenter des agents actifs que celui qui ne les a pas observés ; de plus, il rend intelligibles des interactions en invitant le lecteur à se mettre à la place d’une catégorie d’intervenants. Des comportements sont ainsi humanisés, dotés de raisons ou d’intentions.

23Ainsi, Willis adopte une démarche de recherche avec laquelle s’accordera la forme de son texte : « La domination qui s’exerce par le système d’enseignement ne consiste pas en l’inculcation d’une idéologie passivement absorbée. Les garçons issus de la classe ouvrière opposent souvent une résistance culturelle qui s’exprime à travers le chauvinisme masculin, les écarts de conduite, le goût des blagues et la rudesse de l’argot » (Willis, 1978). Montrer l’activité de ces jeunes collégiens, et l’analogie avec l’activité de leur père à l’atelier, est un objectif que reflète le compte rendu (Willis, 2011 [1977]). L’auteur fait de ces personnages les sujets de verbes à la voix active. La forme linguistique supporte le message : les linguistes diraient qu’il y a congruence entre la grammaire et le sens. L’idée même d’une « culture anti-école » suggère une action contre quelqu’un (les enseignants, les « fayots », les intellectuels, les femmes, etc.) et pour certains plaisirs immédiats (rigoler avec les « gars », apparaître viril, tuer le temps, etc.).

24À l’inverse, passiviser un rôle est réalisé de deux manières : le participant subit le processus ou bien il est le bénéficiaire final de l’activité. Si l’objectif du sociologue est de décrire des victimes, la passivisation est une mise en forme naturelle : il existe là encore un accord entre la forme et le fond. Ce moyen usuel de présenter ou d’expliquer la sujétion place le lecteur dans la situation d’oppression que vivent les personnages principaux.

25Par exemple, dans l’étude de Stéphane Beaud : 80 % au bac… et après ?, les bacheliers, enfants d’ouvrier, ont subi, et subissent, quantité de processus qui les dépassent : désindustrialisation, chômage, ghettoïsation, réformes de l’enseignement et politique de démocratisation de l’université, qui les placent en situation d’échec et d’abandon. Les processus ne sont ni observés ni attribués à des agents actifs : ils apparaissent le plus souvent sous forme nominalisée, et comme des événements incontrôlables. Les lycéens sont comme entièrement définis et déterminés par leur statut ; les enseignants par leur pouvoir ; et leurs interactions par la crainte des premiers que ce statut ne soit pas pris en compte et compensé par les seconds (par ex., Beaud, 2003, p. 95-96).

26S’entretenir avec des individus « vulnérables » (comme les enfants d’ouvrier ci-dessus) est une approche fréquente qui engendre une expression typique de l’empathie de l’auteur pour ses personnages : la réaction mentale des opprimés. Le discours recueilli sert souvent une figure repérée par Theo Van Leeuwen : être privé de pouvoir par « la société » c’est être soumis aux agents qui ont du pouvoir, mais le faible peut encore penser face aux forts. Dans la plupart des récits, mettre en avant un personnage revient à l’activer. Il existe toutefois différentes modalités : l’activité peut être mentale, verbale ou matérielle. Or, « la relation entre le pouvoir des participants et la quantité de processus mentaux qui leur est attribuée est inversement proportionnelle » (Van Leeuwen, 1993, p. 217). Autrement dit, un auteur est enclin à associer les processus matériels ou le contrôle des processus verbaux aux personnages incarnant le pouvoir, mais il décrit ce que pensent ceux qui le subissent. L’effet probable sur le lecteur est de rendre plus humains ces personnages dont l’auteur décrit des aspects de leur état d’esprit face à l’adversité.

27Pour résumer, mettre au premier plan, arrondir ou enrichir le personnage, présenter son rôle moteur ou sa sujétion, ses actions ou ses réactions mentales sont des moyens d’expression de l’empathie d’un auteur envers certains participants. Il peut avoir effectivement entretenu des relations empathiques avec certains enquêtés pour se faire accepter et connaître leur monde intérieur, mais il peut aussi afficher formellement cette attitude, sans fournir, par exemple, les informations que Small et Calarco considèrent comme typiques ou avoir effectué l’apprentissage jugé nécessaire par Asad.

L’empathie rhétorique

28D’un côté, les mises en forme précédentes créent une image plus ou moins fidèle de l’enquête entreprise. De l’autre, la composition du compte rendu offre à l’auteur un moyen d’agir contre certaines idées préconçues, notamment celles des membres de la classe moyenne à l’égard du groupe jugé défavorisé selon quelques critères usuels (appartenance ethnique, genre, type d’activité, revenu, lieu d’habitation, etc.). L’empathie rhétorique a donc au moins deux objectifs : le premier vise à mimer l’empathie objective en revêtant ses formes expressives, le second à en augmenter le pouvoir persuasif. Dans un cas, son usage est superficiel ou abusif, parce qu’il maquille le rapport à l’objet ; dans l’autre, il témoigne des services que rendent les procédés rhétoriques traditionnels à la démonstration sociologique, en misant sur la présentation de l’objet et les effets de perspective.

29Quelle que fût sa relation aux enquêtés, un auteur peut en effet afficher l’attitude prototypique, celle qui incite à croire qu’il s’est investi dans leurs affaires, qu’il a compris leurs problèmes et qu’il rend enfin ceux-ci publics. Goffman parlerait de la « mise au point d’une impression », celle propre à faire croire qu’on est en train d’actualiser les normes servant à nous évaluer (Goffman 1973 [1959], p. 237, plus largement, chap. 6).

30Cette mise au point peut être réalisée par l’emploi d’une des mises en forme linguistiques décrites plus haut. Par exemple, à propos de quelques garçons « de cité », le sociologue affirme : « ces jeunes se trouvent disqualifiés à l’école et souvent objets de discriminations ». Il aborde ainsi leurs problèmes et non ceux rencontrés par leurs parents, leurs sœurs, leurs enseignants ou la police. Il adopte formellement le point de vue de ces jeunes. Il focalise l’attention du lecteur sur eux, mais ne décrit pas ensuite leur monde intérieur. Il peut ainsi rapporter des souffrances ou des plaintes, c’est-à-dire des propos exprimant la subjectivité de ces personnages par leur sujétion, sans que ni la véracité ni la signification de ces discours ne soient étudiées. En un sens, ces personnages sont comme des héros sans épaisseur dont la souffrance est sans consistance. Présenter au lecteur de classe moyenne les « raisons de la colère » des « jeunes émeutiers de quartier difficile », à partir de quelques entretiens, peut conduire aux formes de complaisance que pointait Gellner : l’attitude formellement empathique de l’auteur n’est manifestement pas la conséquence des exigences de traduction rappelées par Asad.

  • 2 Je n’ai évidemment rien de personnel contre les auteurs de ce texte qu’on pourrait juger « mineur  (...)

31Un texte portant sur les émeutes de 2005 est exemplaire2 (Mucchielli & Aït-Omar, 2007). Il repose sur 12 entretiens menés avec des « émeutiers » (de jeunes garçons d’une cité des Hauts-de-Seine). Il est écrit contre les pouvoirs publics ou certains experts qui, sous le thème de la « violence urbaine », masquent, selon l’auteur, une « tentative de criminalisation de l’ensemble des manifestations de violence collective dans les quartiers populaires ». À la lecture des extraits d’entretien, ces émeutiers rapportent à l’unisson « un vécu d’humiliations » avec la police, à l’école ou à l’embauche. La motivation principale de ces émeutiers serait donc « la vengeance envers les policiers » qui, de plus, les auraient parfois provoqués lors des émeutes. Ce serait aussi la vengeance envers l’école qui, selon eux, a « gâché leur avenir ». L’auteur invite le lecteur à prendre à la lettre les propos rapportés : « à travers ces entretiens avec les émeutiers, nous voyons ainsi apparaître les raisons de leur colère, les différents types d’humiliation qu’ils ressentent dans leur vie quotidienne. »

32Cette attitude superficiellement empathique véhicule souvent des revendications. Si l’auteur (comme ci-dessus) n’a probablement pas eu à apprendre « les contextes pertinents » des propos restitués, c’est parce que l’environnement politique qu’il présente en introduction fait office de contexte pertinent. Présenter, en quelques pages, un sentiment d’humiliation unanime et sans faille, dans un univers hostile, permet sans doute d’éviter des brouillages. « Il ne faut pas se tromper d’ennemi », « ne pas blâmer les victimes » ou « croire les victimes » sont des expressions convenues, comme l’est l’équivalence entre souffrance subie et valeur humaine, notamment lorsque des relations de pouvoir sont invoquées. À la limite, ce soutien inconditionnel des « dominés » peut être aussi une protection du sociologue lui-même contre des lectures malintentionnées (et l’activisme de certains lecteurs), bien qu’il soit périodiquement dénoncé par certains confrères (par ex., Heinich, 2017 et Bronner & Géhin, 2017).

33Stanislas Andreski raillait ainsi cette attitude des anthropologues africanistes : « [...] il fallait que tout ce qui était africain soit blanchi : on minimisait l’importance de la guerre, on trouvait une explication à toutes les coutumes cruelles (quand on les mentionnait), on passait sous silence tous les témoignages de fraude, d’extorsion ou de terreur, à moins que ces fautes ne soient le fait des Européens. » (Andreski, 1975, p. 62)

34Si cette simili empathie est observable c’est sans doute parce que le compte rendu d’une enquête proprement empathique (au sens défini par Small et Calarco, par exemple) peut difficilement se passer de procédés persuasifs analogues. Présenter une description flatteuse de ses enquêtés permet en effet de mieux faire comprendre ce qu’ils entreprennent, et qui peut sembler parfois, à première vue, étrange, voire repoussant. C’est ce que Ricca Edmondson nomme la « signification rhétorique » (rhetorical meaning) : celle qui dépendra des traits mis en avant et de ceux mis en retrait (Edmondson, 1984, p. 88-94). Ce procédé sensibilise le lecteur aux qualités humaines des personnages principaux : il le prépare à dépasser certaines réticences.

35Par exemple, au début de L’école des ouvriers, Willis présente des propos de ses jeunes garçons rebelles (Willis, 2011, p. 19 sqq.). L’effet recherché n’est pas seulement de produire une sympathie à leur égard avant la description de leur situation. Dans une postface, l’auteur dit avoir été lui-même étonné par le fait que ces jeunes « ont les pieds sur terre, sont drôles, actifs, créatifs, [qu’] ils ont une personnalité affirmée » (Willis, 2011, p. 365). C’est en effet ce que suggèrent les propos présentés : ils incitent le lecteur à remettre en question certains préjugés concernant, par exemple, la soumission ou la passivité des jeunes de milieu ouvrier.

36En plus de cette réhabilitation introductive, les personnages principaux bénéficient souvent d’un traitement compréhensif non seulement aux sens intellectuel et affectif, mais aussi au sens plus quantitatif d’une appréhension à la fois riche et globale. Un compte rendu comprend en effet un grand nombre d’informations sur le monde vécu de ces personnages et propose au lecteur une immersion. Mais l’immersion est inévitablement sélective. La perspective que l’auteur a décidé d’adopter à l’égard de ce monde débouche sur une représentation riche mais simplifiée, avec un biais au pouvoir humanisant : notamment une focalisation sur des aspects qui vont à l’encontre des préjugés sur le groupe étudié. Des procédés comme la thématisation, l’emphase, la hiérarchisation ou l’effacement allient leurs effets : l’univers de référence est un univers sélectionné.

37L’enquête de Forrest Stuart, Ballad of the bullet, qui remplit les critères d’empathie présentés plus haut, vise précisément à retourner les préjugés du lecteur de classe moyenne (Stuart, 2020). Elle est consacrée à un groupe de jeunes rappeurs du South Side de Chicago, membres de gang, dont l’activité sur les réseaux sociaux consiste à promouvoir une image stéréotypée de la violence et de la virilité en se référant à eux-mêmes sous l’appellation “street n*****”. L’auteur montre que ces jeunes Noirs ont une vie réelle très différente de leur existence online : la production de clips vidéo est une activité artistique qui les éloigne des violences de la rue. Leur vie dans le quartier reste toutefois rude, mais Stuart aborde peu cet aspect : les personnages les plus violents sont secondaires (le « porte flingue ») et les quelques actions violentes rapportées sont, quant à elles, subies par les personnages principaux et commises par des membres de gangs concurrents.

38Willis reconnaît que les « gars » qu’il étudie emploient souvent l’intimidation et sont violents, racistes et sexistes. Les élèves conformistes, les filles ou les enseignants sont l’objet de leurs provocations mais n’ont pas de voix ou de présence dans le texte. Quand quelques plaintes des « conformistes » sont ponctuellement rapportées (Willis, 2011, p. 24 et p. 29-30), leur écrasement par le reste du texte reflète l’attitude des « gars » à l’égard des conformistes.

39Si elle favorise un « accord de points de vue sur le monde », cette composition du compte rendu crée une circonstance ou une perspective atténuantes pour la plupart des actions des personnages principaux, et notamment pour celles qui seraient susceptibles, selon une autre perspective, de renforcer les stéréotypes du lecteur ou « d’humilier les pauvres et les sans-pouvoir » (Bourgois, 2001, p. 244). L’action brutale d’un héros contre un personnage secondaire, par exemple, est restituée de manière relativisée : « une bonne-personne-prise-dans-une-mauvaise-situation » (Van Maanen, 1988, p. 42) ou bien l’auteur n’offre au lecteur que le point de vue du héros sur ses actions. En partageant ce point de vue, il ne cache pas la violence, il la décrit en des termes qui l’humanisent. Par exemple, Philippe Bourgois, comme Stuart et Willis, donnent rarement la parole aux personnes victimes des agissements de leurs enquêtés (le terme « victime » signale déjà d’un changement de perspective) : le lecteur prend connaissance de ces violences par les récits des « agresseurs » (ou une synthèse). C’est une manière de s’attacher à la signification indigène des actions ou d’être loyal envers ceux devenus souvent des amis. Mais la gravité des événements ou l’appartenance des victimes au groupe étudié peuvent conduire l’auteur à suspendre ponctuellement sa perspective bienveillante ou à la réorienter. Dans En quête de respect, la communication avec le lecteur est ainsi momentanément bouleversée, prise pour objet et mise en question, avant de retrouver sa forme initiale à propos d’autres thèmes ou personnages.

40Bourgois étudie un quartier portoricain de East Harlem, habité par une population pauvre et marginalisée, « pour améliorer peu à peu la compréhension par la société dominante des problèmes des cités » (Bourgois, 2001, p. 78). Les deux premiers tiers de l’ouvrage plongent le lecteur dans la vie délinquante de deux vendeurs de crack, Primo et César. L’auteur porte peu d’intérêt aux points de vue de la police, des Blancs, des Noirs, des clients, des enseignants, des employeurs de classe moyenne, bref, des individus avec lesquels ses enquêtés entrent régulièrement en conflit. Cependant, lorsqu’il présente le récit des viols que Primo et César ont commis dans leur jeunesse, il prend soudain ses distances avec eux (ibid., p. 241-248). Bourgois dit alors s’être « senti trahi par Primo dont [il] cultivait l’amitié et le respect » (ibid., p. 242). Ses interventions rapportées, comme ses interprétations dans le corps du texte sont, à cet endroit, les plus critiques du livre. Il semble d’autant plus touché qu’il s’agit de femmes appartenant à la population portoricaine étudiée, qu’il a pu, pour une part d’entre elles, rencontrer.

En fait, le viol est un sujet si tabou que j’avais pensé l’omettre de mon propos, de crainte que dégoût et colère ne conduisent les lecteurs à dénier toute humanité aux revendeurs de crack […]. La majorité des enregistrements que j’ai faits sur ce sujet relate le point de vue des perpétrateurs. J’ai enregistré plusieurs récits des rescapées pour avoir les deux points de vue, mais je n’ai pas eu les mêmes relations à long terme avec ces dernières pour aller jusqu’au détail et à la confidence. (ibid., p. 243-244)

Ces violences sont ensuite partiellement humanisées : l’auteur présente des propos de Primo ressemblant à des remords, puis traite de la socialisation machiste des hommes, de leur vulnérabilité et de la vie des filles et des mères.

41La mise en scène linguistique, la sensibilisation introductive, l’immersion sélective ou la restitution relativisée font partie des procédés qui permettent à un auteur d’humaniser ses personnages principaux, comme son attitude à leur égard, et d’orienter sa communication avec le lecteur. Ces procédés sont analogues à ceux qu’emploie un romancier quand il présente un personnage auquel le lecteur peut s’identifier. Le field work est une activité complexe qu’il ne s’agit évidemment pas de réduire à l’emploi de ces procédés. Même l’affichage superficiel de l’empathie repose en général sur des données de première main. Mais les conflits de loyauté engendrés par l’ambivalence des « héros » sont plutôt la marque des enquêtes exigeantes et véritablement empathiques (au sens défini par Small et Calarco).

L’empathie situationnelle ou phénoménologique

42Si l’enquête empathique permet au sociologue de se mettre à la place des autres et d’accéder à leur monde vécu, le compte rendu effectue souvent, grosso modo, une opération inverse : il donne au lecteur les moyens de comprendre la situation ou le point de vue des enquêtés. Deux argumentations classiques consistent à relier situation et point de vue et, si le lecteur accepte de s’ouvrir à l’autre, elles simulent pour lui une socialisation fictive et explicative.

43La contextualisation de l’objet d’étude, comme la terminologie qu’elle emploie, mobilise un procédé rhétorique : l’enthymème. C’est une déduction à partir d’une ou de plusieurs prémisses implicites. Ricca Edmondson la nomme « déduction rhétorique » et en identifie deux types largement employés en sociologie quand il s’agit de rendre intelligibles les comportements des enquêtés. Selon le premier enthymème, le sociologue considère implicitement les enquêtés comme des personnes ordinaires placées dans un contexte particulier. Il attribue ce qui est distinctif à leur situation et non à ce qui les caractérise en tant que personnes. Par exemple, l’étude présente d’abord un environnement urbain délabré, puis déduit des attitudes ou des comportements de ce contexte. L’auteur mise sur une évaluation ordinaire de la scène. Selon le second, il décrit les enquêtés comme différents du lecteur : raisonnables mais respectant d’autres normes ou exprimant des attitudes particulières ; puis en déduit l’existence de certaines actions, considérant implicitement que ces motivations sont inamovibles et déterminantes (Edmondson, 1984, p. 140-141). Par exemple, il rend raisonnable ou légitime la méfiance des jeunes envers la police et explique ainsi leurs comportements violents à son égard.

44Ces deux arguments sont souvent consécutifs, et une tension naît du fait que les prémisses ne sont pas les mêmes pour chacun. En général, dans ce cas, le sociologue suppose d’abord que les enquêtés partagent des expériences sociales avec le lecteur, puis il parvient à un résultat contraire : les enquêtés sont finalement différents de lui, parce que leur contexte est différent du sien (ibid., p. 118-126). Faire entrer le lecteur dans le monde des enquêtés repose, au mois au départ, sur le premier enthymème. Ensuite, parce que la description de la situation est souvent élaborée à cette fin, le lecteur déduit progressivement l’existence de certaines attitudes indigènes. Il est alors invité à interpréter les événements qui suivent avec le second enthymème. L’enchaînement du texte reproduit, en quelque sorte simule les effets de la socialisation conjecturée par l’auteur : un individu ordinaire placé dans cet environnement devient un indigène avec telle attitude. Kenneth Burke disait : la motivation est le résumé de la situation (Burke, 1984 [1935], p. 220). La tension peut donc se relâcher dans le processus de lecture, par la compréhension progressive du lecteur.

45Cette argumentation conduit quelquefois à des personnages très simplifiés. En effet, l’enchaînement est celui-ci : un personnage rond évoluant dans un contexte stylisé est aplati au point d’être réduit à une manière typique d’agir dans une situation typique. L’argumentation peut même parfois être donnée « clé en main », comme on la donnerait à son avocat : les enquêtés expliquent au sociologue comment leur milieu les a façonnés et conduits à avoir telle raison de faire ce qu’ils ont fait dans telle situation. Comme il existe une expression rituelle de l’empathie, il existe une présentation rituelle de l’explication socialement motivée.

46Dans l’étude, citée plus haut, d’une douzaine de jeunes ayant participé aux émeutes de 2005, l’auteur présente les « raisons de la colère » comme un sentiment de vengeance envers la police ou l’école (Mucchielli & Aït-Omar, 2007). Un lecteur, qui ne connaît ni la vie de ces individus ni un quartier populaire, peut se reposer sur quelques extraits d’entretien. Leur discours exploite l’enthymème de la personne ordinaire placée dans un environnement particulier. Il est en effet invité à comprendre que ces jeunes veulent s’amuser et consommer comme tous les jeunes, qu’ils volent ou magouillent parce qu’ils sont pauvres, que les policiers ne sont ni compréhensifs ni polis, qu’ils les provoquent et que, comme n’importe qui, ils finissent par « avoir la haine ». Ou encore, à l’école, ils ne sont pas suffisamment considérés par l’enseignant et sont brimés dans leur volonté d’exprimer leurs difficultés ; les enseignants ne font pas bien leur travail et les jeunes sont découragés, redoublent puis abandonnent, etc. L’argument fonctionne si le lecteur déduit ce sentiment de vengeance de ce que l’auteur résume comme suit : « un vécu d’humiliations multiples accumulées ». Il est ensuite censé interpréter les comportements d’émeutiers non comme des violences sans raison, mais comme la conséquence de cette attitude, et pas d’une autre (c’est le second enthymème).

47Si le sociologue ne se contentait pas de rapporter, et de soutenir, une argumentation ficelée, il inviterait le lecteur à tisser lui-même quelques liens entre des éléments du contexte et l’attitude émergente, puis entre celle-ci et l’action à expliquer. Peut-être même qu’en identifiant les prémisses des discours recueillis, le sociologue parviendrait à préciser la signification indigène d’« ordinaire » et de « haine ». L’enchaînement des deux enthymèmes, qui permet de simuler une socialisation pour le lecteur, peut donc, quand il est pris en mains par les enquêtés et pris à la lettre par le sociologue, devenir un simulacre.

48Lorsque cet enchaînement parvient à conduire le lecteur de la situation à l’acte, en passant par une attitude qu’il est invité à déduire, le sociologue communique un sentiment d’empathie, disons d’empathie situationnelle. Les actions sont en effet décrites selon une perspective qui les humanise et dont l’adoption semble s’imposer aux enquêtés. C’est ainsi montrer qu’elles ont pour origine l’appartenance au groupe et sont donc peu critiquables. L’auteur donne un rôle déterminant au contexte, conçu comme premier, extérieur, commun et objectif. Souvent, la passivisation ou les réactions mentales expriment la sujétion. Puisque les intérêts catégoriels présentés ne forment qu’une partie des motivations humaines, les personnages sont plutôt plats, aplatis par les éléments contextuels mis en avant, qui façonnent les caractères.

49En inversant l’argumentation précédente, un compte rendu peut exprimer une empathie plus phénoménologique, associée à une définition plus subjective du contexte pertinent. Il met alors en avant l’agent, sa subjectivité et ses actions, et montre qu’en découle une certaine définition de la situation, celle pertinente pour les enquêtés. Les personnages principaux sont alors plus ronds et souvent sujets de verbes d’action, et leurs attitudes plus fluides.

50Par exemple, dans son introduction, Elliot Liebow décrit de manière conventionnelle le « décor » des Noirs du coin de la rue : localisation, habitations, commerces, caractéristiques générales de la population noire, particularités du Carry-out (le magasin où se retrouvent ses enquêtés) et détails familiaux ou professionnels de ses personnages (Liebow, 2010 [1967], p. 35-39). À la fin de cette présentation, les personnages sont plutôt plats, immergés dans un contexte de pauvreté qui les façonne. En faisant ensuite entrer le lecteur dans la vie de Tally et d’autres, l’auteur modifie ce rapport et complexifie ses personnages : « lorsque l’on regarde ces hommes en tant que pères, maris, amants, soutiens de famille et autre, le regard qu’on porte sur eux est un peu comme celui qu’ils portent sur eux-mêmes » (ibid., p. 34). Le regard sur ces hommes n’est plus, à la fin de l’ouvrage, celui suggéré par la contextualisation initiale. Dans ce mouvement, le contexte pertinent a changé de nature et d’effet : il est progressivement devenu subjectif et a arrondi les personnages, mus par des attitudes parfois contradictoires.

51Faire entrer le lecteur dans le monde des enquêtés en lui montrant, comme dit Asad, quels sont les contextes pertinents de tels propos ou de telles actions conduit à une description plus contrastée des personnages. Elijah Anderson, par exemple, a décrit les attitudes alternativement street ou decent des jeunes Noirs dans un quartier populaire de Philadelphie (Anderson, 1999). Leur définition de la situation, et donc leur attitude, peuvent changer selon l’interlocuteur, le lieu, la perception d’une menace, etc. Les études sociolinguistiques du code-switching montraient déjà, dans les années 1970, l’existence de ces pratiques de changement de registre, dialecte ou prononciation (Fowler, 1991, p. 32-37). En ce sens, l’étude de Beaud, précitée, relève davantage du premier type d’argumentation ; et celles de Willis (2011) et de Christophe Andréo (2005), davantage du second. De nombreux comptes rendus combinent ces deux types, les personnages principaux ayant toujours plus de chances de bénéficier du second type que les personnages secondaires : l’étude de Willis est d’ailleurs tiraillée par cette tension (cf. Marcus, 1986b).

Conclusion

52Grignon et Passeron ont critiqué « l’illusion réaliste » de l’écriture romanesque et son importation incontrôlée en sociologie (Passeron, 2006 [1991], p. 331-357 ; Grignon & Passeron, 1989, p. 281-313). Dans le roman réaliste du xixe siècle (ceux de Flaubert étant le cas type), les protagonistes appartiennent aux classes supérieures ou moyennes. Comme la caractérisation des personnages dépend de leur importance dans le récit, ce sont avant tout des caractéristiques sociales des milieux aisés qui servent à présenter les héros. Ces descriptions sont vraisemblables, mais les mésaventures de ces héros sont improbables, non « représentatives ». Lorsque le roman naturaliste s’est ensuite intéressé aux milieux populaires, la recherche d’une description authentique des héros est devenue indissociable d’un ethnocentrisme bourgeois qui conduisait au pittoresque. Grignon et Passeron défendaient une description compréhensive des milieux populaires, qui n’aurait ni trahit le sens indigène ni tiré profit d’une forme d’exotisme.

53Lorsqu’on compare cette critique à celle de l’ethnographie classique par Rosaldo, on voit que l’écriture empathique des field workers occupe une position intermédiaire entre la représentation pittoresque et celle distanciée et normative. Étudier de manière compréhensive un groupe défavorisé, vulnérable ou marginalisé est un programme qui s’astreint à des exigences épistémologiques particulières et emprunte des ressources littéraires traditionnelles. L’immersion dans un univers méconnu et la focalisation sur une catégorie d’intervenants dont on tente de saisir la perception et l’interprétation du monde, les interactions et la motivation des actions aboutissent à un texte censé restituer fidèlement, humainement, certains aspects de ces expériences.

54Les procédés d’écriture examinés ici servent ce propos et, ce faisant, expriment l’attitude de l’auteur à l’égard de ses personnages. Ils reflètent parfois la perspective de recherche et la nature de la documentation récoltée, mais l’alignement n’est pas garanti, et il s’avère parfois peu vérifiable. Des procédés distinguent les éléments dramatiques centraux de ceux annexes, témoignent des relations privilégiées de l’auteur avec certains personnages et focalisent l’attention sur leur monde vécu et ses ressorts. En général, ils affichent l’humanité des personnages principaux, sur laquelle mise l’auteur pour sensibiliser son audience et partager sa connaissance empathique. Bref, ces procédés sont utiles à la communication des enquêtes exigeantes et servent des objectifs valorisés dans la discipline. Mais ils peuvent aussi agir formellement et produire sur le lecteur un effet de partage, une sorte d’« illusion empathique ».

55Un critère d’évaluation du compte rendu empathique pourrait être le degré de rondeur, ou de complexité psychologique, des personnages principaux. S’ils appartiennent à un groupe discrédité, ils sont en général réhabilités : leur « humanisation » prend le contre-pied de ce discrédit et reflète la loyauté du sociologue à leur égard. Ce sont des héros positifs dont la complexité est limitée par les centres d’intérêt du sociologue ou son degré d’immersion dans le monde indigène. Le plus souvent, la démonstration qui relie situation et point de vue porte sur des collectifs, ce qui réduit aussi l’univers et les traits psychologiques pris en compte. Une explication traditionnelle consiste à déduire un point de vue type à partir de la présentation d’une situation type, ce qui aplatit encore les personnages. Mais un héros plat peut représenter une idéalisation intéressante, étayée et convaincante d’un type de comportement raisonnable et socialement justifié. La simplification découle souvent de la priorité accordée à un contexte particulier. Si le choix du contexte pertinent est fluide et variable, laissé à l’appréciation des enquêtés, empathique pourrait-on dire, la psychologie du personnage se complexifie ; elle devient ainsi plus ambivalente, plus humaine en somme.

56Pour conclure, cette étude de quelques formes expressives suggère que la connaissance empathique est transmise par des procédés d’écriture qui, s’ils ne reflètent pas forcément le rapport du sociologue à son objet, expriment au moins l’attitude de l’auteur à son égard et cherchent à vaincre les réticences du lecteur. Les comptes rendus sont inévitablement simplificateurs et rhétoriques. La représentation sociologique pourrait être appréhendée comme une modélisation littéraire, certes plus approximative que celle des sciences de la nature, mais dont l’auteur gagnerait à préciser la perspective simplificatrice. Dans ce double dialogue, sociologue/enquêtés et auteur/lecteur, ce dernier est en effet susceptible d’attendre d’une approche sensible à l’intersubjectivité une représentation plus contrastée ou bien explicitement limitée aux aspects étudiés.

Haut de page

Bibliographie

Anderson E. (1999), Code of the Street. Decency, Violence, and the Moral Life of the Inner City, New York Londres, W. W. Norton & Company.

Andreski S. (1975) [1972], Les sciences sociales, sorcellerie des temps modernes ?, Paris, Puf.

Andréo C. (2005), Déviance scolaire et contrôle social. Une ethnographie des jeunes à l’école, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Asad T. (1986), « The Concept of Cultural Translation in British Social Anthropology », in Clifford J & G. Marcus(dir.), Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethnography, Berkeley, Los Angeles & Londres, University of California Press, p. 141-164.

Atkinson P. (1990), The Ethnographic Imagination. Textual constructions of reality, Londres & New York, Routledge.

Beaud S. (2003), 80 % au bac... et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, Paris, La Découverte.

Becker H. (1967), « Whose Side Are We On? », Social Problems, no 14, p. 239-247.

Becker H. (1986), Writing for Social Scientists. How to Start and Finish Your Thesis, Book, or Article, Chicago & Londres, The University of Chicago Press [traduction fr. : Écrire les sciences sociales, Economica, Paris, 2004].

Bizeul D. (2021), « La citation comme technique de persuasion et comme preuve : comment nous utilisons le matériel documentaire dans les textes ethnographiques », Cambouis, La revue des sciences sociales aux mains sales. DOI : https://doi.org/10.52983/crev.vi0.97

Bourdieu P. (1984), Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit.

Bourgois P. (2001), En quête de respect. Le crack à New York. Paris, Éditions du Seuil.

Bronner G. & É. Géhin (2017), « Les prophéties autoréalisatrices de la sociologie déterministe », Le Débat, vol. 197, no 5, p. 132-136.

Burke K. (1984) [1935], Permanence and Change. An Anatomy of Purpose, Berkeley, Los Angeles & Londres, University of California Press.

Chapoulie J.-M. (2017), Enquête sur la connaissance du monde social. Anthropologie, histoire, sociologie. France - États-Unis 1950-2000, Rennes, PUR.

Clifford J. & G. Marcus (1986), Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethnography, Berkeley, Los Angeles & Londres, University of California Press.

Edmondson R. (1984), Rhetoric in Sociology, Londres & Basingstoke, The MacMillan Press Ltd.

Emerson R. et al. (1995), Writing Ethnographic Fieldnotes, Chicago & Londres, The University of Chicago Press.

Fowler R. (1991), Language in the News: Discourse and Ideology in the Press, Londres & New York, Routledge.

Goffman E. (1973) [1959], La mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi, Paris, Les Éditions de Minuit.

Grignon & Passeron (1989), Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Éditions du Seuil/Gallimard.

Gusfield J. (1990), « Two Genres of Sociology: A Literary Analysis of the American Occupational Structure and Tally’s Corner », in Hunter A. (dir.), The Rhetoric of Social Research, New Bruswock, Rutgers University Press, p. 62-96.

Heinich N. (2017), « Misères de la sociologie critique », Le Débat, no 197, p. 119-126.

Hochmann J. (2012), Une histoire de l’empathie, Paris, Éditions Odile Jacob.

Liebow E. (2010) [1967], Tally’s Corner. Les Noirs du coin de la rue, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Marcus G. (1986a), « Afterword : Ethnographic Writing and Anthropolical Carrers », in in Clifford J. & G. Marcus (dir.), Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethnography, Berkeley Los Angeles Londres, University of California Press, p. 262-266.

Marcus G. (1986b), « Contemporary Problems of Ethnography in the Modern World System », in Clifford J. & G. Marcus (dir.), Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethnography, Berkeley Los Angeles Londres, University of California Press, p. 165-193.

Mucchielli L. & Aït-Omar A. (2007), « Les émeutes de l’automne 2005 dans les banlieues françaises du point de vue des émeutiers », in Le Goaziou V. (dir.), Quand les banlieues brûlent... Retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, La découverte, p. 11-35.

Olivier de Sardan J.-P. (1996) « La violence faite aux données. De quelques figures de la surinterprétation en anthropologie », Enquête, no 3, p. 31-59.

Passeron J.-C. (2006) [1991], Le raisonnement sociologique, Paris, Éditions Albin Michel.

Piette A. (1998), « Les détails de l’action. Écriture, images et pertinence ethnologique », Enquête, no 6, p. 109-128.

Rabatel A. (1998), La construction textuelle du point de vue, Lausanne & Paris, Éditions Delachaux et Niestlé.

Rosaldo R. (1987), « Where Objectivity Lies. The Rhetoric of Anthropology », in Nelson J., Megill A. & D. McCloskey, The Rhetoric of the Human Sciences. Language and Argument in Scholarship and Public Affairs, Madison & Londres, The University of Wisconsin Press, p. 87-110.

Rosaldo R. (1993) [1983], « Introduction: Grief and a Headhunter’s Rage », Culture and Truth: The Remaking of Social Analysis, Londres, Taylor & Francis, p. 167-178.

Siracusa J. (2021), Les sujets du verbe. Une critique de l’écriture sociologique, Paris, Éditions Hermann.

Siracusa J. (2022), « Décrire et orienter », Revue européenne des sciences sociales, vol. 60, no 2, p. 157-182.

Small M. L. & McCrory Calarco J. (2022), Qualitative Literacy. A guide to evaluating ethnographic and interview research, University of California Press, Oakland, California.

Stuart F. (2020), Ballad of the Bullet. Gangs, Drill Music, and the Power of Online Infamy, Princeton & Oxford, Princeton University Press.

Trépos J.-Y. (2011), L’écriture de la sociologie : essai d’une épistémologie du style en sciences sociales, Paris, L’Harmattan.

Tyler S. (1986), « Post-Modern Ethnography: From Document of the Occult to Occult Document », in Clifford J. & G. Marcus (dir.), Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethnography, Berkeley, Los Angeles & Londres, University of California Press, p. 122-140.

Van Leeuwen T (1993), Language and Representation. The Recontextualisation of Participants, Activities and Reactions, thèse de philosophie, Département de linguistique, Sydney, University of Sydney.

Van Maanen J. (1988), Tales of the Field. On Writig Ethnography, Chicago & Londres, The University of Chicago Press.

Willis P. (2011) [1977], L’école des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers, Marseille, Agone.

Willis P. (1978), « L’école des ouvriers », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 24, p. 50-61.

Haut de page

Notes

1 Mes réflexions s’inspirent tant de l’analyse dite de « transitivité » du linguistique Michael Halliday que du dramatism du critique littéraire Kenneth Burke. Pour un autre exemple, voir Siracusa (2022) et, plus largement, Siracusa (2021).

2 Je n’ai évidemment rien de personnel contre les auteurs de ce texte qu’on pourrait juger « mineur », mais qui me permet d’illustrer, de manière économique, deux lieux communs de la rhétorique empathique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Siracusa, « L’écriture empathique en sociologie »SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 20 mars 2024, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/23012 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.23012

Haut de page

Auteur

Jacques Siracusa

Maître de conférences en sociologie, Université Paris 8, GTM-CRESPPA. Email : jacques.siracusa@univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search