Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2024HéréditaireFaire de la sociologie des sciences

2024
Héréditaire

Faire de la sociologie des sciences

Grand Résumé de l’ouvrage Héréditaire. L’éternel retour des théories biologiques du crime, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Liber », 2020.
Julien Larregue

Notes de la rédaction

* Retrouvez la discussion de ce Grand résumé par Patrice Corriveau à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/23083 et celle d’Élodie Edwards-Grossi à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/23088

Texte intégral

Aux origines de la science biosociale

1Depuis une trentaine d’années, le champ scientifique est marqué par le développement d’un ensemble de mouvements de recherche (Frickel & Gross, 2005) revendiquant une double inscription biologique et sociale (ou « environnementale »). Ce phénomène est d’abord remarquable par son étendue. Touchant à la fois les sciences biomédicales et les sciences sociales, il s’est traduit par l’apparition et l’usage croissant d’étiquettes diverses désignant de « nouvelles » manières de faire de la recherche sur l’humain : épigénétique sociale, neuroscience sociale, sociogénomique, neuro-économie, neuromarketing, génopolitique, psychologie évolutionniste, etc. (Bliss, 2018 ; Callard & Fitzgerald, 2016 ; Dubois, Guaspare & Louvel, 2018 ; Larregue, 2018 ; Larregue, Lavau & Khelfaoui, 2021 ; Louvel, 2020a ; Meloni, 2016 ; Monneau & Lebaron, 2012 ; Rose & Abi-Rached, 2013 ; Wannyn, 2017).

2Il est également remarquable par sa diversité et ses divisions internes. Outre que le degré d’institutionnalisation de ces mouvements de recherche est variable, les pratiques scientifiques qui leur sont associées sont également très hétérogènes. Qu’il s’agisse des technologies d’imagerie cérébrale, d’études de jumeaux, de modèles animaux, ou encore d’études d’association pangénomique, ces outils méthodologiques renvoient à diverses conceptions de l’humain (notamment s’agissant de l’opposition nature-culture) et n’ont pas été adoptés de façon homogène au sein de l’ensemble de ces collectifs scientifiques.

3Comment expliquer ces évolutions récentes du champ scientifique ? Quels facteurs ont pu faciliter ou, à l’inverse, entraver l’apparition de ces mouvements dits « biosociaux » ? Quelles relations entretiennent-ils avec les disciplines établies et quels sont leurs effets sur ces dernières ? À quels types de débats et controverses scientifiques ces mouvements ont-ils donné lieu ? Répondre à ces questions n’est pas aisé. Cela implique de surmonter nombre de difficultés méthodologiques et conceptuelles.

4Le cas de la criminologie biosociale états-unienne en témoigne bien. Depuis quelques décennies, un nombre croissant de criminologues recourent à des approches génétiques et neuroscientifiques, dans l’espoir que cela leur permettra de mieux identifier les origines des comportements criminels. Ces travaux, très controversés, ont connu plusieurs phases, et ce n’est que depuis les années 2000 qu’un mouvement de recherche stable s’est constitué. À partir de cet exemple précis, j’ai tenté d’apporter dans Héréditaire des réponses précises aux questions formulées ci-dessus.

5Sans m’appesantir sur l’ensemble des résultats présentés dans le livre, j’aimerais saisir l’occasion qui m’a été offerte de revenir sur ce travail pour clarifier les principes méthodologiques et conceptuels qui ont présidé à la conduite de cette recherche, dans l’espoir que cela puisse servir aux sociologues confrontés à des problèmes similaires à ceux que j’ai tenté de résoudre. J’entends également préciser ce qu’une telle approche permet de voir et de comprendre des théories biologiques du crime, tout en mettant en valeur ses contributions potentielles à la sociologie des sciences de façon plus globale.

Construire et délimiter un objet en sociologie (des sciences)

6Une première difficulté dans l’appréhension des approches biosociales – et, plus généralement, de toute spécialité scientifique nouvelle ou distinctive – réside dans le fait que ces mouvements apparaissent généralement au sein de disciplines scientifiques déjà établies, c’est-à-dire dans des espaces sociaux singuliers, qui font donc partie intégrante de l’objet à étudier. Dire cela, c’est souligner que les enjeux du développement d’une science biosociale ne sont pas constants dans le temps et dans l’espace social, et qu’il est donc important de déployer une démarche de sociologie historique et réflexive des sciences (Bourdieu, 2001 ; Heilbron, 2017 ; Joly & Larregue, 2020).

7Pour prendre une mesure aussi exacte que possible du retour des théories biologiques du crime, il a fallu effectuer un travail préalable de reconstitution de l’univers de référence des personnes engagées dans la production de ces travaux. Cet univers de référence, je l’ai qualifié de « champ criminologique », en l’appréhendant comme un espace relativement autonome du champ scientifique au sein duquel l’étude du crime et des institutions pénales constitue l’objet principal des recherches. Les premiers chapitres documentent empiriquement, à l’aide de données qualitatives et quantitatives, l’émergence et l’autonomie croissante – et, de fait, de moins en moins réversible – de ce champ criminologique à l’égard de la sociologie.

8C’est seulement une fois ce travail effectué que l’on peut comprendre que la revendication d’une approche biosociale en criminologie, dans le contexte états-unien, a partie liée avec la question de l’autonomie institutionnelle de la criminologie à l’égard de la sociologie. En affirmant que les comportements déviants trouvent tout ou partie de leurs causes dans les gènes et le cerveau (notamment), plutôt que dans les facteurs sociaux, les criminologues biosociaux consacrent scientifiquement la criminologie comme discipline indépendante et remettent simultanément en cause la domination qu’a longtemps exercée la sociologie au sein du champ criminologique.

9Sachant cela, le risque était grand de tomber dans le piège consistant à faire du travail sociologique un outil d’arbitrage dans ces oppositions symboliques passées ou présentes. Ce problème est particulièrement prégnant lorsque, en tant que sociologue, on prend pour objet des mouvements scientifiques qui interpellent directement les sciences sociales, que ce soit pour les enrôler ou, bien au contraire, pour les remettre en cause. C’est un dévoiement que n’a pas su éviter par exemple Andrew Abbott (2001 : 134) lorsqu’il décrète que la criminologie n’est pas une discipline mais un domaine de recherche interdisciplinaire orienté vers la résolution de problèmes pratiques. Je me contente pour ma part de montrer que c’est précisément l’enjeu de nombreuses luttes, dont certaines ont une apparence toute scientifique, que de savoir si la criminologie devrait être considérée comme une discipline à part entière, et donc comme l’égale de la sociologie dans le contexte états-unien. Les théories biologiques du crime constituent l’une des armes de ces luttes, sans qu’il faille pour autant les réduire à ce rôle.

10Ce souci de relier les théories biologiques du crime à leur contexte d’apparition et de mobilisation a également été à la source d’exclusions volontaires et scientifiquement justifiables. Construire un objet sociologique, c’est aussi savoir séparer ce qui est pertinent de ce qui l’est moins, l’important du futile. On ne peut pas faire ce que l’on veut avec notre objet, selon notre bon plaisir et nos envies du moment. Contre une tentation historiciste et encyclopédiste toujours présente, l’objet de Héréditaire n’a pas été de proposer un inventaire exhaustif des explications biologiques du crime, en remontant par exemple précisément à la phrénologie ou aux travaux déjà bien connus par ailleurs du médecin italien du xixe siècle Cesare Lombroso (Gibson, 2002 ; Mucchielli, 1994 ; Renneville, 2020). Le point de départ du livre, qui est fixé dans les années 1940 et 1950, ne doit rien au hasard. C’est à ce moment-là que sont posés les premiers jalons du champ criminologique aux États-Unis – création des premiers départements et programmes doctoraux de criminologie, publication des premières revues –, que l’on voit, pour le dire brièvement, émerger une communauté scientifique dotée d’institutions et de signes distinctifs.

11La définition retenue de l’objet justifie d’une part que le livre n’analyse pas les théories biologiques du crime développées à d’autres époques et dans d’autres contextes géographiques. Ainsi, si je mentionne malgré tout Lombroso, c’est uniquement pour comprendre comment cette figure marquante de la biocriminologie continue d’être brandie par certains tenants d’une criminologie biosociale qui ferait la part belle aux causes génétiques, au détriment des facteurs sociaux. Cela justifie d’autre part l’absence d’analyse systématique des travaux scientifiques qui, tout en pouvant être rangés sous l’étiquette de « théories biologiques du crime », ont été conduits à l’extérieur du champ criminologique, généralement par des personnes qui ne se pensent pas comme criminologues, et dont l’horizon de référence n’est donc pas celui que j’ai décrit dans les paragraphes précédents. Ainsi Héréditaire se distingue d’autres travaux récents qui ne posent pas les problèmes en termes d’espace social (Dufresne, 2016 ; Dufresne & Robert, 2017 ; Rafter, Posick & Rocque, 2016).

  • 1 Certaines personnes peut-être trop enclines à chercher dans Héréditaire ce qu’elles auraient voulu (...)

12Cette négligence a pu amener, par exemple à considérer une étude publiée dans Science par des chercheurs en psychiatrie et en génétique comportementale (Caspi et al., 2002) comme un cas paradigmatique de « criminologie biosociale » (Dufresne, 2016), alors même que cette expression n’apparaît pas dans l’article en question ; ou encore à la réduction de phénomènes propres au champ criminologique états-unien à l’influence de grandes tendances qui traverseraient « la société » dans son ensemble, telles que la « culture du contrôle » ou la « biologisation du social » (Rafter, Posick & Rocque, 2016). Non pas que ces phénomènes culturels soient complètement inopérants. J’analyse par exemple dans un article la façon dont la dimension prédictive des approches biosociales est mise en avant par certains criminologues afin de promouvoir leur approche et d’en vanter les applications potentielles (Larregue, 2019)1. Mais on ne saurait se contenter de cette explication.

La dimension relationnelle des structures universitaires

13Bien que le champ scientifique et le champ universitaire ne se confondent pas (Gingras & Gemme, 2006), leur intrication est telle dans certains pays qu’il devient difficile de distinguer leurs effets. Ce problème n’est pas sans lien avec l’une des thèses principales exposées dans Héréditaire, laquelle pourrait être résumée comme suit : l’apparition et le développement d’un champ criminologique, qui se sont notamment traduits par la création de départements de criminologie au sein des universités états-uniennes, ont joué un rôle fondamental dans le retour des théories biologiques du crime. En effet, ces départements ont non seulement constitué un terreau fertile pour la criminologie biosociale, mais leur place singulière dans les champs scientifique et universitaire a également largement influé sur le type et le contenu des recherches produites par les biocriminologues contemporains (question que nous aborderons dans la prochaine section).

  • 2 Bien entendu, je pars ici du postulat que la création de départements de criminologie au Canada ou (...)

14S’agissant du premier point (les départements de criminologie comme terreau fertile), on pourra facilement rétorquer (cela a déjà été fait) que l’autonomisation de la criminologie n’a pas partout donné lieu à un retour des théories biologiques du crime. Pourquoi n’observe-t-on pas le même mouvement au Canada ou en Belgique, par exemple2 ? Est-ce que cela ne démontre pas l’absence de lien entre ces deux phénomènes ? Deux éléments permettent à mon avis d’invalider cette critique.

15Il y a, tout d’abord, l’importance de la succession dans le temps de configurations sociales singulières, et donc de la transformation continue de celles-ci. Il a fallu attendre plusieurs décennies – le premier programme doctoral de criminologie a été instauré à la Florida State University en 1958 – pour que l’autonomisation de la criminologie soit telle qu’elle permette le développement conséquent de groupes de recherche spécialisés dans l’étude des soubassements biologiques du crime. Des évènements importants ont durablement marqué l’histoire du champ criminologique, que l’on pense par exemple à l’échec de l’École de criminologie de Berkeley (Koehler, 2015) ou aux financements qui ont découlé de la « guerre contre le crime » engagée par Lyndon Johnson. Cette histoire, évidemment propre aux États-Unis, aurait pu être bien différente et ne pas donner lieu à la criminologie telle qu’on la connaît aujourd’hui.

16Un deuxième élément, lié au précédent, réside dans le biais fonctionnaliste consistant à faire l’hypothèse (sans qu’aucun élément empirique ne la soutienne) que lorsque l’on parle de la criminologie, on désigne la même chose aux États-Unis, au Canada, en Belgique ou en France (le problème est identique s’agissant des intellectuels : Charle, 1996 : 31). Autrement dit, on procède sur la base d’un « réalisme de la structure en autonomisant les structures par rapport à la praxis » (Bourdieu, cité dans Joly & Lebaron, 2022), tout en isolant le champ criminologique du système de relations objectives et subjectives dans lequel se trouvent ses agents. Il est donc important, d’une part, de se référer aux pratiques des criminologues – par exemple, en étudiant de près les méthodes et les données employées dans leurs recherches, ou bien leurs prises de position sur le statut à conférer à la criminologie –, et d’autre part d’adopter une perspective relationnelle : la criminologie est ce qu’elle est aux États-Unis du fait des relations qu’elle entretient avec d’autres champs disciplinaires plus ou moins proches (la sociologie, la psychologie, la génétique comportementale, etc.). Par conséquent, la probabilité est grande que l’étiquette de « criminologie » renvoie à des réalités substantiellement différentes d’un espace national à l’autre, comme le montre bien l’exemple à maints égards comparable de l’économie (Fourcade, 2009).

Les conditions sociales de possibilité de l’interdisciplinarité

17S’il me paraît important d’insister sur ce point, c’est qu’en restituant l’espace positionnel dans lequel se trouvent les criminologues états-uniens, il devient également possible de comprendre le contenu même des travaux qui sont produits tout autant que les méthodes et données qui sont, ou ne sont pas, employées. Autrement dit, on est en mesure de s’interroger à la fois sur ce que l’interdisciplinarité fait aux disciplines (Louvel, 2015 ; 2020b), et sur les formes que cette interdisciplinarité est susceptible de prendre en fonction de la position qu’occupe une discipline donnée au sein du champ scientifique.

18Par souci de clarté, on peut distinguer deux niveaux qui, dans les faits, sont évidemment fréquemment confondus. Le faisable, d’abord, c’est-à-dire ce que les diverses ressources dont disposent à un moment particulier une communauté donnée permettent de réaliser scientifiquement. Cette question de la faisabilité explique, par exemple, que les premières tentatives d’instaurer une criminologie biosociale dans les années 1960, initiatives notamment portées par Clarence R. Jeffery et Marvin Wolfgang, aient échoué. Non seulement parce que la domination des sociologues au sein du champ criminologique était encore trop forte pour que ce type d’approches puisse pleinement s’épanouir, mais aussi parce que ces personnes n’avaient pas accès aux types de données empiriques auxquelles leurs descendants pourront prétendre. Sans données génétiques ou cérébrales, leurs propos ne pouvaient qu’être programmatiques et théoriques, sans pouvoir être concrétisés par la conduite de recherches empiriques sur le long cours.

19Cela change aux alentours des années 1990, lorsque le développement de la génétique comportementale conduit à la mise en place de bases de données dont l’accès est relativement aisé. Dès lors, les travaux contemporains de criminologie biosociale recourent majoritairement à deux méthodes, alors même qu’elles sont progressivement considérées comme obsolètes par une partie importante des généticiens et neurobiologistes : les études de jumeaux d’une part, et les études de gènes candidats d’autre part. À l’inverse, les approches neuroscientifiques, quoique plus prestigieuses, leur sont largement inaccessibles du fait de leur coût élevé. Ceci a été entre temps corroboré par une autre recherche ayant observé que les travaux de neurocriminologie – c’est-à-dire faisant usage des techniques d’imagerie cérébrale pour identifier les facteurs cérébraux à l’origine des comportements déviants – étaient rarement publiés dans les revues principales du champ criminologique états-unien : Criminology, Crime & Delinquency ou Criminal Justice and Behavior (Fallin, Whooley & Barker, 2019 : 442).

20À cette question du faisable, il faut ajouter celle du pensable. En s’appropriant sans distance critique les études de jumeaux et de gènes candidats, certains criminologues ont également adopté les catégories mentales qui sous-tendent ces méthodes en ancrant leur démarche dans une opposition nature-culture héritée de la philosophie. L’action des gènes est opposée à celle de l’environnement, et les processus biologiques et sociaux sont traités comme des substances (« le biologique » et « le social »). Ce dualisme nourrit bien entendu les velléités émancipatrices que ces mêmes criminologues expriment à l’égard de la sociologie. Certains de leurs collègues, dont la position à ce sujet est différente, ont d’ailleurs sévèrement critiqué l’usage de ces méthodes empruntées à la génétique comportementale, signe que les pratiques et les politiques scientifiques forment un système cohérent. À une époque où l’interdisciplinarité est érigée un peu partout en mot d’ordre, le cas de la criminologie a ainsi pour intérêt de mettre en exergue les difficultés que présente toute entreprise de ce type.

Haut de page

Bibliographie

Abbott A. (2001), Chaos of disciplines, Chicago, University of Chicago Press.

Bellivier F. (2021), « Héréditaire. L’éternel retour des théories biologiques du crime | Julien Larregue », Droit & Société, carnet Hypothèses. DOI : https://doi.org/10.58079/nxns

Bliss C. (2018), Social by Nature. The Promise and Peril of Sociogenomics, Stanford, Stanford University Press.

Bourdieu P. (2001), Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir.

Callard F. & D. Fitzgerald (2016), Rethinking Interdisciplinarity across the Social Sciences and Neurosciences, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Caspi A., McClay J., Moffitt T.E., Mill J., Martin J., Craig I.W., Taylor A. & R. Poulton (2002), « Role of Genotype in the Cycle of Violence in Maltreated Children », Science, vol. 297, no 5582, p. 851‑854.

Charle C. (1996), Les Intellectuels en Europe au xixe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, Éditions du Seuil.

Dubois M., Guaspare C. & S. Louvel (2018), « De la génétique à l’épigénétique : une révolution “post-génomique” à l’usage des sociologues », Revue française de sociologie, vol. 59, no 1, p. 71‑98.

Dufresne M. (2016), « How Does a Gene in a Scientific Journal Affect My Future Behavior? », in Robert D. & M. Dufresne (dir.), Actor-Network Theory and Crime Studies: Explorations in Science and Technology, New York, Routledge, p. 37‑50.

Dufresne M. & D. Robert (2017), « La biographie d’un gène », Déviance et Société, vol. 41, no 4, p. 593‑619.

Fallin M., Whooley O. & K.K. Barker (2019), « Criminalizing the Brain: Neurocriminology and the Production of Strategic Ignorance », BioSocieties, vol. 14, no 3, p. 438‑462.

Fourcade M. (2009), Economists and Societies: Discipline and Profession in the United States, Britain, and France, 1890s to 1990s, Princeton, Princeton University Press.

Frickel S. & N. Gross (2005), « A General Theory of Scientific/Intellectual Movements », American Sociological Review, vol. 70, no 2, p. 204‑232.

Gibson M. (2002), Born to crime: Cesare Lombroso and the Origins of Biological Criminology, Westport, Praeger.

Gingras Y. & B. Gemme (2006), « L’emprise du champ scientifique sur le champ universitaire et ses effets », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 164, no 4, p. 51‑60.

Heilbron J. (2017), « Pour une sociologie historique et réflexive des sciences humaines et sociales », Revue d’histoire des sciences humaines, vol. 30, p. 277‑288.

Heylen B., Pauwels L.J.R., Beaver K.M. & M. Ruffinengo (2015), « Defending biosocial criminology: On the discursive style of our critics, the separation of ideology and science, and a biologically informed defense of fundamental values », Journal of Theoretical & Philosophical Criminology, vol. 7, no 1, p. 83‑95.

Joly M. & J. Larregue (2020), « L’apport ignoré de la sociologie historique et réflexive des sciences. À propos de Laurent Cordonier, La nature du social. L’apport ignoré des sciences cognitives, Paris, Presses universitaires de France, 2018 », Zilsel. Science, technique, société, vol. 7, p. 442‑467.

Joly M. & F. Lebaron (2022), « Comment réunifier le constructivisme génétique ? », Socio-logos, vol. 16.

Koehler J. (2015), « Development and Fracture of a Discipline: Legacies of the School of Criminology at Berkeley », Criminology, vol. 53, no 4, p. 513‑544.

Larregue J. (2018), « “Une bombe dans la discipline” : l’émergence du mouvement génopolitique en science politique », Social Science Information, vol. 57, no 2, p. 159‑195.

Larregue J. (2019), « La nouvelle orange mécanique : la contribution des bio-criminologues à la médicalisation du contrôle social », Zilsel. Science, technique, société, vol. 5, p. 57‑84.

Larregue J., Lavau S. & M. Khelfaoui (2021), « La sociobiologie est morte, vive la psychologie évolutionniste ! Le rôle de l’ambiguïté et du travail généalogique dans la transformation des spécialités scientifiques », Zilsel. Science, technique, société, vol. 8, p. 104‑143.

Louvel S. (2015), « Ce que l’interdisciplinarité fait aux disciplines », Revue française de sociologie, vol. 56, no 1, p. 75‑103.

Louvel S. (2020a), « What’s in a Name? The Three Genealogies of the Social in Social Epigenetics », Social Science Information, vol. 59, no 1, p. 184‑216.

Louvel S. (2020b), The Policies and Politics of Interdisciplinary Research: Nanomedicine in France and in the United States, Londres, Routledge.

Meloni M. (2016), Political Biology: Science and Social Values in Human Heredity from Eugenics to Epigenetics, Londres, Palgrave Macmillan.

Monneau E. & F. Lebaron (2012), « L’émergence de la neuroéconomie : Genèse et structure d’un sous-champ disciplinaire », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, vol. 25, p. 203‑238.

Mucchielli L. (dir.) (1994), Histoire de la criminologie française, Paris, Éditions L’Harmattan.

Rafter N., Posick C. & M. Rocque (2016), The Criminal Brain: Understanding Biological Theories of Crime, New York, NYU Press.

Renneville M. (2020), Le langage des crânes. Histoire de la phrénologie, Paris, La Découverte.

Rose N.S. & J.M. Abi-Rached (2013), Neuro: The New Brain Sciences and the Management of the Mind, Princeton, Princeton University Press.

Wannyn W. (2017), « Le marketing du Neuromarketing : Enjeux académiques d’un domaine de recherche controversé », Social Science Information, vol. 56, no 4, p. 619‑639.

Haut de page

Notes

1 Certaines personnes peut-être trop enclines à chercher dans Héréditaire ce qu’elles auraient voulu y trouver – et méconnaissant quelque peu aussi la démarche sociologique – ont pu regretter le manque d’attention portée à la question de l’application concrète (notamment judiciaire) des théories biologiques du crime contemporaines (Bellivier, 2021). Outre que cette question a été abordée par d’autres, je me contenterai de répondre que cela n’était pas l’objet du livre. Cela aurait pu l’être si le problème de l’application avait joué un rôle moteur dans le retour contemporain de ces théories, ce que ne permettent pas de démontrer les données que j’ai été en mesure de rassembler. En revanche, la perception de la criminologie comme discipline appliquée plutôt que fondamentale a bel et bien joué un rôle important dans la place qu’elle s’est vu attribuer au sein des champs scientifique et universitaire aux États-Unis.

2 Bien entendu, je pars ici du postulat que la création de départements de criminologie au Canada ou en Belgique, pour ne prendre que ces deux cas, n’a effectivement pas donné lieu à l’émergence de théorisations biologiques de la déviance. Il est cependant permis d’en douter. Certes, à ce stade, le mouvement observé aux États-Unis est unique par sa taille et sa visibilité. Pour autant, on voit poindre çà et là des développements qu’il faudra suivre attentivement. Par exemple, certaines personnes affiliées à l’École de criminologie de l’Université de Montréal développent des programmes de recherche très proches de ceux analysés dans Héréditaire. De même, des criminologues belges du département de criminologie, droit pénal et droit social de l’Université de Gand ont publiquement défendu l’approche biosociale dans un article co-écrit avec l’un des principaux représentants de la criminologie biosociale états-unienne (Heylen et al., 2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Larregue, « Faire de la sociologie des sciences »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 20 mars 2024, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/23082 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.23082

Haut de page

Auteur

Julien Larregue

Département de sociologie, Université Laval, Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie, Canada. Email : julien.larregue@ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search