Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2024HéréditaireLe passé, présent et futur des di...

2024
Héréditaire

Le passé, présent et futur des disciplines : à propos de l’essor de la criminologie biosociale aux États-Unis

Discussion du Grand Résumé de l’ouvrage de Julien Larrègue, Héréditaire. L’éternel retour des théories biologiques du crime, Paris, Éditions du Seuil, 2020.
Élodie Edwards-Grossi

Notes de la rédaction

* Retrouvez le Grand résumé de Julien Larregue à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/sociologies/23082, et sa discussion par Patrice Corriveau à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/sociologies/23088

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos le récent ouvrage de Bernard Lahire, et notamment le chapitre 8, « Raccorder biol (...)

1Jusqu’alors, peu de travaux avaient exploré l’essor de la criminologie biosociale au sein des champs scientifiques et universitaires dans une perspective de sociologie historique : c’est à présent chose faite avec le livre Héréditaire publié par Julien Larrègue au Seuil en 2020 et lauréat du prix décerné par l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) en 2021. Ce livre se situe dans le sillage des travaux en sociologie des sciences analysant l’usage croissant de nouvelles étiquettes « biosociales » pour désigner à la fois des travaux, des techniques d’investigation, voire des disciplines à part entière cherchant à renouveler les théories et pratiques de la science (c’est le cas de Dubois, Louvel & Rial-Sebbag (2020) sur l’épigénétique ; Lemerle (2014) sur la sociobiologie ; Dartigues (2018) sur le neurodroit, etc.). Larrègue étudie les modalités d’apparition, d’institutionnalisation et de stabilisation de la criminologie biosociale sur une période de quelques décennies (1940-2000) dans un contexte spécifique, celui des États-Unis. L’ouvrage s’insère également dans une actualité foisonnante de la recherche en sciences sociales autour de la possibilité de « raccordements » entre la biologie et la sociologie, notamment sur leur capacité à penser les propriétés évolutives de l’humain1 (Lahire, 2023). Portant sur un champ d’études récemment consolidé dans l’espace scientifique – comme d’autres productions se réclamant d’un caractère biosocial (l’épigénétique, la sociobiologie, etc.) – et suscitant de nombreuses promesses et controverses y compris dans les « cercles exotériques » des non-initiés (Harwood, 1986, p. 180), la criminologie biosociale fournit un terrain probant à l’analyse de « l’interdisciplinarité en action » (Villeval et al., 2014). En cela, Larrègue défend une posture d’analyse qui emprunte tantôt à la sociologie des professions et de l’expertise et tantôt à la sociologie des sciences. Plutôt que de retracer les modalités d’application des théories biosociales dans des contextes institutionnels – comme le milieu judiciaire –, ou bien leur porosité avec d’autres espaces de mise en discours – par exemple, en lien avec les entreprises de vulgarisation scientifique (Lemerle, 2014 ; 2022) –, le livre dévoile les stratégies de positionnement des criminologues et analyse l’effet des processus d’institutionnalisation (à travers la création de départements universitaires et programmes doctoraux, de revues spécialisées reconnues par les pairs) sur le développement théorique des recherches en criminologie biosociale. Il retrace aussi bien leurs succès que leurs échecs, notamment dans le chapitre 7, où il est question de montrer les condamnations contemporaines et toujours actualisées de ces recherches. Les criminologues biosociaux, loin de s’inscrire dans un champ pleinement institutionnalisé et reconnu par les institutions de recherche les plus prestigieuses aux États-Unis, entretiennent des liens complexes avec d’autres disciplines connexes comme la sociologie et la psychiatrie : alors que certains cherchent à s’emparer des théories sociologiques préexistantes pour renforcer leur légitimité scientifique, d’autres tentent parfois de s’en défaire, pour revendiquer leur autonomie dans une approche concurrente de l’expertise.

2Je discuterai le Grand Résumé selon deux axes qui me semblent particulièrement intéressants : premièrement, afin de montrer l’apport que ce livre présente au champ de la sociologie des professions et de l’expertise, je discuterai la thèse principale de l’ouvrage en m’appuyant sur les travaux respectifs d’Andrew Abbott et de Gil Eyal ; deuxièmement, je m’intéresserai plus particulièrement aux rapports qu’entretiennent les criminologues à la dialectique du passé et du futur, ainsi que du « retour », thème phare de l’ouvrage. Il sera ensuite question, dans une dernière partie, d’apporter quelques pistes d’ouvertures sur les thèmes conjoints de la politisation de la science et de la scientifisation du politique (Eyal, 2019) pour montrer en quoi une étude comme celle de la criminologie biosociale menée par Larrègue permet d’approfondir les réflexions autour des usages sociaux et politiques de la production des connaissances.

La criminologie au cœur de la sociologie des professions et de l’expertise

3Étudier encore et toujours la construction de l’expertise d’un groupe comme les criminologues biosociaux, sur une durée longue de plusieurs décennies, peut sembler être, à première vue, une entreprise redondante, depuis la publication de l’ouvrage bien connu The System of Professions d’Andrew Abbott en 1988. De la même manière qu’Abbott propose d’étudier les différentes phases de l’émergence de la proto-psychiatrie, qui deviendra par la suite un champ disciplinaire à part entière dans les années 1910-1920 aux États-Unis (Abbott, 1988, p. 291), Larrègue étudie les liens qu’entretiennent les criminologues biosociaux avec les expertises concurrentes des sociologues, qui sont d’ailleurs souvent antérieures à leurs propres travaux. L’un des enjeux du livre est de retracer les stratégies mises en œuvre par les criminologues pour s’affranchir de la sociologie, qui représentait, jusque dans les années 1960, le courant de recherche dominant sur l’étude des facteurs de causalité liés à l’apparition du crime. Si l’auteur s’arrête sur les travaux pionniers d’Abbott, sa démonstration ne souligne pas les continuités, pourtant bien apparentes, qu’il pourrait partager avec cette approche2. Il semble pourtant important de les relever pour montrer l’apport que représente l’étude de la criminologie biosociale pour la sociologie des professions, et au-delà, pour la sociologie de l’expertise.

4Tout d’abord, Larrègue partage avec Abbott cette même appétence pour la sociologie historique au long cours, étudiant la structuration d’un champ institutionnalisé sur le tard, criblé de controverses de toutes parts, ce qui n’est pas sans rappeler la lente émergence de la psychiatrie et son autonomisation vis-à-vis des médecins généralistes et du clergé au début du xxe siècle (Abbott, 1988). Pour Abbott, le contexte préalable d’une compétition interprofessionnelle entre expert·es auto-proclamé·es est la condition sine qua non de l’émergence d’un nouveau champ professionnel ou scientifique : c’est par le contrôle du savoir et de son application que ces professionnel·les parviennent à faire valoir l’extension de la juridiction de leur champ. En finalité, et assez paradoxalement, l’autonomisation d’un champ a beaucoup à voir avec la capacité des proto-expert·es à engendrer un processus d’invasion fructueux d’un autre champ bien établi, qui détenait précédemment le monopole de l’expertise sur ces mêmes questions, à un moment défini. La manière dont les criminologues sociaux parviennent à faire un usage social renouvelé de théories issues de la sociologie ou de la génétique semble donner raison à ce principe. À ces logiques de mise en contrôle, qui reposent sur l’investissement massif d’appareils critiques préalablement établis, il faut ajouter un principe de structuration internaliste : tout comme les psychiatres l’avaient fait auparavant (Abbott, 1988, p. 291-298), c’est en assurant la reproduction de leurs élites (par exemple, par l’intermédiaire de la création de départements à l’université), et leur placement dans des universités aux États-Unis que les criminologues biosociaux sont parvenus à sortir de leur juridiction. Cette extension de la juridiction par ces processus de structuration participe ainsi à leur ancrage durable, malgré les vives controverses que suscitent toujours leurs travaux.

  • 3 Abbott, Andrew, Chaos of Disciplines, Chicago, University of Chicago Press, 2001, p. 134, cité dan (...)

5Cependant, la comparaison s’arrête là. À l’inverse d’Abbott, qui voit les ambitions théoriques des proto-disciplines comme le véritable moteur qui guide, à terme, le processus de professionalisation, Larrègue pense l’institutionnalisation de la criminologie comme antérieure aux avancées théoriques produites, les conditionnant même d’une certaine façon. Par exemple, selon Abbott, les proto-psychiatres réussissaient à s’arroger la juridiction intellectuelle sur les causalités de la délinquance juvénile (Abbott, 1988, p. 297) par le recours à une nouvelle théorie sur l’ajustement des humains à la société. L’usage social de l’abstraction est défini comme un puissant outil de domination d’un groupe sur un autre, le premier montant en généralité et gagnant en légitimité. Abbott perçoit d’ailleurs les criminologues comme incapables de sortir de leur carcan, les définissant comme de simples techniciens, rompus aux exercices routiniers de la pratique. Selon lui, ce défaut d’abstration aurait freiné leur entreprise symbolique de production et de capitalisation de l’expertise, et constituerait l’une des raisons de l’échec de la criminologie à pleinement s’institutionnaliser3. Pour Larrègue, les raisons de cet échec sont ailleurs : travaillant tantôt sur des sujets connexes revendiqués par les sciences sociales mais aussi par la génétique, la criminologie biosociale s’appuie sur des données de seconde main en génétique et ne parvient donc pas à pleinement s’émanciper de celle-ci, tant par les méthodes que par les approches théoriques (chapitre 7).

6L’argumentaire proposé par Larrègue pourrait cependant bien fonctionner avec la théorisation des « réseaux d’expertise » du sociologue Gil Eyal (Eyal, 2013, p. 875-876). En effet, les criminologues biosociaux n’étaient pas uniquement dans une logique de compétition frontale avec d’autres collectifs scientifiques pour des ressources symboliques comme l’expertise, comme cela a été souligné dans les textes d’Abbott : en reprenant à leur compte certains travaux en sociologie, ils cherchaient à adosser leur propre expertise à celle produite précédemment sur les mêmes sujets par d’autres professionnel·les en suivant parfois une logique de coopération, et donc de mise en réseaux. C’est ce que semble pointer Larrègue, lorsqu’il relève que les criminologues, loin de s’inscrire dans un champ stabilisé en interne, partagent des avis divers et complexes sur la « dette acquise » tantôt à l’égard des sciences sociales, tantôt à l’égard de la génétique ; certains privilégiant la causalité issue de l’action des gènes à l’effet de l’environnement (compris comme une réduction du « social ») sur les conduites humaines, et vice versa.

Faire fi du passé ?

7Étudier une approche biosociale en sociologie historique, c’est aussi faire preuve d’une réflexivité méthodologique. Ainsi, plus encore que les linéarités, il s’agit de mettre en exergue les moments de ruptures entre les différents contextes nationaux et temporels de théorisation et de mise en pratique. Tout d’abord, Larrègue souligne l’ancrage de son analyse dans un contexte national circonscrit à l’espace académique et scientifique états-unien, fonctionnant selon des règles de financements et d’organisations spécifiques, peu comparables à celles en France.

8Deuxièmement, il s’agit de résister à la tentation de l’aplanissement chronologique et socio-historique, et tout particulièrement lorsqu’il est question étudier des changements sociaux sur plus d’un demi-siècle. Un écueil serait de partir du principe que les criminologues biosociaux auraient directement hérité des théories biologisantes de Cesare Lombroso datant du xixe siècle. Figure de proue de la phrénologie, Lombroso proposait une théorie du crime qui fut réactivée à maintes reprises par les tenants de la criminologie biosociale. Le rôle de la sociologie est ici d’expliciter le lien de causalité contraire : plutôt que de voir un processus d’héritage conceptuel mécanique se jouer entre cette figure du passé, tombée en désuétude et largement critiquée pour ses penchants racialistes (Montaldo, 2018, p. 85-100) et certains criminologues du temps présent, il convient d’appréhender les fonctions sociales d’un tel maniement du passé dans le présent. Comment un médecin aussi controversé que Lombroso pourrait-il avoir une quelconque utilité sociale et scientifique pour les criminologues biosociaux ? Les modalités d’exhumation de la théorie de Lombroso constituent un élément clé du rejet de l’interdisciplinarité biosociale par certains criminologues, et notamment l’héritage des sciences sociales. Le « retour » de Lombroso a donc un sens social qui n’est pas seulement celui de l’affirmation d’une généalogie heuristique et épistémologique, mais qui présente aussi une valeur d’opposition par rapport aux sciences sociales, puisque ces dernières viennent débouter les causes génétiques du crime.

9Au-delà de la figure de Lombroso, le thème du « retour » dans le titre du livre resterait une donnée à discuter : toute idée de « retour » évoque, en miroir, la notion d’absence temporaire, ou même la disparition des théories biologiques de l’arène scientifique. Or, c’est bien des modalités de la résurgence systématique de ces théories, de leurs évolutions en tant que constitutives d’un nouveau champ criminologique et de leurs fonctions sociales dont il est ici question.

Les prétentions futuristes de la criminologie biosociale : pour une sociologie des promesses futures de la science

10Autre point important : la convocation, par les criminologues biosociaux, non plus de thèses anciennes, voire moribondes issues de la phrénologie, mais au contraire, d’un futur probant, comme instrument de légitimation de leur champ. En érigeant la criminologie biosociale comme une science prédictive, à la fois novatrice mais aussi pleine de promesses pour l’action publique, les criminologues font un usage social du futur, théorisé comme outil promotionnel à leur cause (Grand Résumé, § 12 ; Larrègue, 2019). Cette stratégie qui vise à les définir « modernes » par rapport à d’autres cercles n’est bien sûr pas singulière à la criminologie : comme le révèle l’historien des sciences Theodore Porter, l’horizon d’une science prédictive, porteuse d’un idéal réformateur pour la société toute entière était déjà de mise au xixe siècle pour Adolphe Quételet, père de la statistique sociale (Porter, 1986, p. 41-55), mais aussi pour Auguste Comte, dont les prétentions en matière de « physique sociale » étaient de fonder une science éminemment transformatrice du vivant (Porter, 1986, p. 156-177).

11Enfin, sociologiser le rapport qu’entretiennent les criminologues au passé et au futur ouvre une perspective novatrice sur la manière dont une partie des criminologues biosociaux produisent des représentations dévoyées des sciences sociales par soucis d’autonomie. En effet, la rhétorique du futur est aussi moteur de l’institutionnalisation du champ, puisque c’est par la croyance en la future accessibilité de nouvelles bases de données génétiques dans les années 1960 que les criminologues biosociaux parviennent à trouver un facteur interne d’identification. Ces bases de données et la promesse de nouvelles méthodes permettant une quantification plus massive du crime leur permettent de justifier la croyance selon laquelle les sciences sociales sont astreintes au passé par opposition à ce que serait la criminologie biosociale, annonciatrice d’une science en devenir, pensée comme toujours plus rigoureuse. L’usage social de la rhétorique du futur pour ternir les sciences sociales se révèle être une stratégie de positionnement de fond particulièrement intéressante à analyser. On retrouve ici des points abordés précédemment par la sociologue Anne Rawls sur les attaques latentes autour de la « non-scientificité » des sciences sociales, et notamment sur les méthodes qualitatives (Rawls, 2018). Par ailleurs, en finalité, ces différentes attaques à l’encontre de la sociologie semblent davantage révéler une position de domination de la sociologie à l’encontre de la criminologie biosociale qu’une réelle capacité d’autonomisation du champ. En effet, paradoxalement, ce sont bien les criminologues biosociaux qui peinent à asseoir leur légitimité vis-à-vis de la sociologie, ne parvenant pas à placer un certain nombre de chercheur·es dans les institutions les plus prestigieuses du pays, ou bien à concurrencer le nouveau mouvement de recherche représenté par l’épigénétique, reconfigurant les questionnements autour des incidences environnementales en biologie et condamnant donc à l’obsolescence les données génétiques sur lesquelles les criminologues biosociaux cherchaient à s’appuyer.

Quelques perspectives : les recherches sur le crime entre politisation de la science et scientifisation de la poltique

12La criminologie biosociale étant un mouvement de recherches prétendant apporter un certain nombre de réponses théoriques et d’applications pratiques concernant l’irruption dans nos sociétés modernes de comportements déviants et répréhensibles dans la sphère pénale, il convient à présent d’étudier la question centrale de la politisation de ces recherches aux États-Unis. Plus encore, il faut s’intéresser à ce que la politisation fait à l’essor puis à l’établissement de la criminologie en tant que mouvement de recherche en voie de stabilisation, malgré le fait que ces travaux soient toujours controversés. Il s’agit là d’un chantier que Larrègue n’esquisse guère, mais qui offre des perspectives particulièrement riches.

  • 4 C’est le cas notamment du Task Force on Law Enforcement, Law and Ethics formé au sein de ce même c (...)

13De nombreux travaux ont montré que, dans un contexte de controverses scientifiques, le degré d’intérêt porté par l’opinion publique et le personnel politique pour des recherches scientifiques influaient sur les financements publics reçus par les scientifiques, ce qui avaient pour conséquence de structurer les champs académiques et scientifiques de l’intérieur, en transformant les objets de recherche ou en les réorientant. Prenons l’exemple de la manière dont les débats publics et politiques aux États-Unis autour des violences urbaines dans les années 1960 ont conditionné l’attribution, par l’administration du gouverneur de Californie (Ronald Reagan à l’époque), de financements pour fonder un centre de recherche au sein de l’université de Californie à Los Angeles spécifiquement dédié en psychiatrie et neuropsychiatrie aux recherches sur les violences urbaines. Faisant suite aux soulèvements politiques de Watts à Los Angeles, ce centre n’avait pas pour enjeu de rester cantonné à la production d’un savoir circulant dans la tour d’ivoire universitaire : il se voulait proposer des solutions pratiques, en fournissant aux forces de l’ordre et aux services judiciaires les moyens de comprendre et de « prévenir » les comportements violents de celles et ceux qui allaient être identifié·es comme des « criminel·les » en amont4.

  • 5 Citons également le cas du rapport Moynihan produit par le sociologue Daniel Patrick Moynihan et c (...)

14Se tisse alors une double relation : de la politisation de la science émerge également un processus de scientifisation de la politique, puisque c’est en vertu de la recherche de rationalisation que les gouvernances s’appuient sur l’apparatus scientifique et l’institution universitaire (comme le centre de recherches à UCLA ou le champ de la criminologie biosociale) pour donner de la légitimité à leurs positionnements et orienter leurs politiques carcérales, par exemple5.

15Tout comme les recherches en criminologie biosociale, qui furent décriées après leur difficile émergence dans la seconde moitié du xxe siècle, l’ouverture de ce centre suscita de nombreuses controverses, dans les cercles universitaires et dans les cercles étudiants issus des mouvements de gauche formés lors du mouvement des droits civiques, qui s’étaient opposés à son ouverture. Cette extension du domaine positionnel de la controverse, qui caractérise les réactions à la fondation de ce centre, mais aussi à l’essor de la criminologie biosociale, n’est pas sans rappeler un mécanisme plus vaste : comme le résume Cyril Lemieux (2007, p. 198), les controverses « débordent le cercle des pairs et enrôlent avec elles des forces sociales et des individus situés au-delà du périmètre institutionnel où elles ont pris naissance (périmètre lui-même bien difficile à délimiter généralement) ». En dramatisant les rapports de force et les positions institutionnelles, elles donnent corps, au fil des discussions et des positions, aux futures interactions entre les parties, dans le sens où elles se solidifient tour à tour, produisant une transformation avérée du monde social. Il s’agit alors de « “moments effervescents” au sens de Durkheim », qui sont comme « des occasions pour les acteurs sociaux de remettre en question certains rapports de force et certaines croyances jusqu’alors institués, de redistribuer entre eux “grandeurs” et positions de pouvoir » (Lemieux, 2007, p. 192). La controverse présente un effet de structuration pour le champ de la criminologie biosociale, qui peine à s’institutionnaliser.

16En résumé, en partant de l’exploration de la criminologie biosociale, de ses méthodes et de ses théories, il est nécessaire d’étudier les rapports de force contextuels qui s’opèrent plus généralement entre science et politique. S’emparant sans cesse de la variable de « race » pour étayer leurs analyses et leurs postulats dérivés de la génétique, les criminologues biosociaux manipulent une catégorie qui n’a rien de matérielle dans le monde naturel puisqu’il s’agit, avant tout, d’une construction politique sans cesse réactivée. La politisation de la science et la scientifisation du politique sont autant de thématiques que doivent investir les sociologues des sciences et de l’expertise, dans une perspective de réflexion plus générale sur la nature des rapports de domination qui s’exercent dans nos sociétés.

Haut de page

Bibliographie

Abbott A. (1988), The System of Professions: An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, University of Chicago Press.

Dartigues L. (2018), « Une irrésistible ascension ? Le neurodroit face à ses critiques », Zilsel, vol. 3, n° 1, p. 63-103.

Dubois M., Louvel S. & E. Rial-Sebbag (2020), « Epigenetics as an Interdiscipline? Promises and Fallacies of a Biosocial Research Agenda », Social Science Information, vol. 59, no 1, p. 3-11.

Harwood J. (1986), « Ludwik Fleck and the Sociology of Knowledge », Social Studies of Science, vol. 16, p. 173-187.

Edwards-Grossi E. (2021), Bad Brains : La psychiatrie et la lutte des Noirs américains pour la justice raciale, xxe-xxie siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Eyal G. (2013), « For a Sociology of Expertise: The Social Origins of the Autism Epidemic », American Journal of Sociology, vol. 118, n° 4, p. 863-907.

Eyal G. (2019), The Crisis of Expertise, New York, Polity.

Lahire B. (2023), Les structures fondamentales des sociétés humaines, Paris, La Découverte.

Larrègue J. (2019), « La nouvelle orange mécanique : la contribution des bio-criminologues à la médicalisation du contrôle social », Zilsel, vol. 5, n°1, p. 56-87.

Lemerle S. (2014), Le singe, le gène et le neurone. Du retour du biologisme en France, Paris, Presses Universitaires de France.

Lemerle S. (2022), « Le sens du transfert. Pour une sociologie des métaphores scientifiques », Zilsel, vol. 10, n° 1, p. 265-298.

Lemieux C. (2007), « À quoi sert l’analyse des controverses ? », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, vol. 1, n° 25, p. 191-212.

Montaldo S. (2018), « Le début de la pensée raciste de Lombroso (1860-1871) », in A. Aramini & E. Bovo, La pensée de la race en Italie : Du romantisme au fascisme, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Porter T. (1986), The Rise of Statistical Thinking, 1820-1900, Princeton, Princeton University Press.

Rawls A. (2018), « The Wartime Narrative in US Sociology, 1940-1947: Stigmatizing Qualitative Sociology in the Name of “Science” », European Journal of Social Theory, vol. 21, n° 4, p. 526-546.

Villeval M., Ginsbourger T., E. Bidault et al. (2014), « L’interdisciplinarité en action : les “mots-pièges” d’une recherche interdisciplinaire », Santé Publique, vol. 26, n° 2, p. 155-163.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos le récent ouvrage de Bernard Lahire, et notamment le chapitre 8, « Raccorder biologie et science sociale » qui dresse une histoire des liens entre nature et culture et des conceptualisations de la nature et de la biologie par les sociologues comme Goffman, Durkheim ou l’anthropologue Marshall Sahlins (Lahire, 2023, p. 280-306).

2 Larrègue, Grand Résumé (§ 9).

3 Abbott, Andrew, Chaos of Disciplines, Chicago, University of Chicago Press, 2001, p. 134, cité dans Larrègue, Grand Résumé (§ 9).

4 C’est le cas notamment du Task Force on Law Enforcement, Law and Ethics formé au sein de ce même centre au début des années 1970. Voir à ce sujet Edwards-Grossi (2021, p. 164-165).

5 Citons également le cas du rapport Moynihan produit par le sociologue Daniel Patrick Moynihan et commandité par l’administration Johnson sur la question du crime et de la violence urbaine : voir Edwards-Grossi (2021, p. 115-145).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Edwards-Grossi, « Le passé, présent et futur des disciplines : à propos de l’essor de la criminologie biosociale aux États-Unis »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 20 mars 2024, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/23083 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.23083

Haut de page

Auteur

Élodie Edwards-Grossi

Université Paris-Dauphine – PSL (France). Email : elodie.edwards-grossi@dauphine.psl.eu

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search