Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2024HéréditaireLa criminologie comme objet d’étu...

2024
Héréditaire

La criminologie comme objet d’étude sociologique : la quadrature du cercle

Discussion du Grand résumé de l’ouvrage de Julien Larregue, Héréditaire. L’éternel retour des théories biologiques du crime, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Liber », 2020.
Patrice Corriveau

Notes de la rédaction

* Retrouvez le Grand résumé de Julien Larregue à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/sociologies/23082, et sa discussion par Élodie Edwards-Grossi à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/sociologies/23083

Texte intégral

1L’exercice du Grand résumé n’est pas une tâche facile, loin s’en faut. D’une part, l’auteur doit opérer des choix thématiques (et méthodologiques) qui vont inévitablement réduire la complexité de sa réflexion par rapport à son livre et, d’autre part, il est forcé d’occulter l’essentiel de sa démonstration empirique pour défendre son point de vue. L’exercice me paraît d’autant plus ardu lorsqu’il s’agit de résumer un ouvrage tiré d’une thèse de doctorat, comme c’est le cas ici.

2Conscient de ces embûches, je vais profiter des lignes qui suivent pour partager avec vous quelques réflexions que ce Grand résumé et le livre de Julien Larregue m’ont inspirées. J’invite à cet égard les lecteurs et lectrices qui souhaiteraient mieux comprendre l’excellent travail sociohistorique de l’auteur ainsi que certains des éléments plus théoriques qui seront abordés ici à lire Héréditaire. Non seulement l’auteur nous présente-t-il une recherche empirique convaincante sur le retour en force et le développement institutionnel de la recherche biocriminologique aux États-Unis d à partir des années 1940-1950 dans le champ criminologique, mais il nous montre également l’hétérogénéité de ce domaine de recherche ainsi que les diverses controverses entourant la biologisation du crime.

3La thèse de l’auteur, on vient de le mentionner, porte essentiellement sur le processus d’institutionnalisation de la biocriminologie aux États-Unis, plus particulièrement sur « le retour des théories biologiques du crime » dans le champ criminologique et se veut une contribution intéressante à la sociologie de la science. C’est donc sous cet angle que j’aborderai ma réflexion.

4Pour développer sa thèse, l’auteur s’appuie judicieusement sur le concept bourdieusien de champ pour circonscrire son objet d’étude. Il écrira ainsi :

[il] a fallu effectuer un travail préalable de reconstitution de l’univers de référence des personnes engagées dans la production de ces travaux. Cet univers de référence, je l’ai qualifié de « champ criminologique », en l’appréhendant comme un espace relativement autonome du champ scientifique au sein duquel l’étude du crime et des institutions pénales constitue l’objet principal des recherches. (Larregue, § 7)

5Définir ainsi le champ criminologique à partir de son autonomisation et de son institutionnalisation comme discipline universitaire aux États-Unis se défend tout à fait d’un point de vue épistémologique, tout comme le fait de considérer que l’étude du crime et des institutions pénales est l’objet principal des recherches en criminologie. Ceci dit, sur le plan heuristique, cela soulève plusieurs interrogations chez le sociologue (ou le criminologue allez savoir) que je suis.

  • 1 Sont-ils/elles ou doivent-ils/elles être différent·es des sociologues, psychologues, juristes, his (...)
  • 2 Voir notamment Adam et al. (2014) ; Debuyst, Digneffe & Pires (1998) ; Garland (1985 et 1988) ; Ka (...)
  • 3 Voir notamment à cet égard, Carrier (2006) ou Robert (1973).

6Cette conceptualisation de l’objet criminologie renvoie en effet à la difficulté qu’ont les criminologues à se définir en propre1 et à s’entendre sur le statut de leur « discipline » : est-ce un corpus de connaissances, une branche d’une autre discipline, une activité de connaissance pluridisciplinaire, une discipline scientifique autonome, une science appliquée2 ? À cela, il faut ajouter les débats entourant le statut ontologique et théorique des concepts de crime et de criminel qui seraient le fondement de la criminologie : est-ce un fait objectif, une construction sociale, voire une production politicojuridique, etc.3 ?

  • 4 Pirès (1995, p. 7-8) nous rappelle que « dans son sens étymologique, le terme “crime” fait référen (...)
  • 5 Kaminski, Mary & Cartuyvels (2013, p. 7) soulignent à juste titre que « quand bien même un cherche (...)

7Les criminologues débattent également sur le type d’objet qu’ils et elles peuvent étudier : doivent-ils et elles se limiter à étudier les comportements qui sont définis juridiquement comme des crimes ou peuvent-ils et elles aussi analyser l’ensemble des comportements jugés socialement déviants, a-normaux, a-sociaux4 ? Faut-il que leur intérêt porte seulement sur le contrôle social du système pénal ou sur les autres formes de contrôle, comme le contrôle social informel par exemple ? Doivent-ils et elles réfléchir à la création des lois qui « fabriquent » des criminels ou plutôt aux criminels comme réalités objectives5, etc. ?

  • 6 Pour certains, diront Poupart & Pirès (2004, p. 5), « la criminologie ne peut pas prétendre au sta (...)
  • 7 Bourdieu (1984, p. 29) définit en effet un champ comme « un espace social relativement autonome, a (...)

8Autrement dit, nous pourrions arguer que limiter l’analyse du champ criminologique à son institutionnalisation comme discipline universitaire6 dans les années 1940-1950 aux États-Unis nous empêche d’avoir une vision plus globale de sa pluralité, de ses nombreuses controverses, de ses remises en question, de ses querelles internes et de ses luttes de pouvoir afin de s’approprier une légitimité scientifique (pas que disciplinaire)7. C’est en outre parce que la criminologie est plurielle qu’il y a tant de débats (d’incertitudes diront certain·es) en ce qui a trait à ses origines, ses affiliations, son statut scientifique, le caractère normatif de ses savoirs mais aussi son futur.

9À cet égard, sont discutables les critères sur lesquels s’appuie Larregue pour exclure du champ criminologique certains travaux au motif qu’ils ne seraient pas criminologiques, soit parce qu’ils « ne posent pas le problème de la biocriminologie en termes d’espace social », soit parce qu’ils sont écrits « par des personnes qui ne se pensent pas comme criminologues » alors que leurs travaux portent l’étiquette de « théories biologiques du crime ».

10Je suis ainsi en désaccord avec l’auteur lorsqu’il mentionne que certains travaux récents (pourtant rédigés par des criminologues) ne poseraient pas le problème de la biocriminologie en termes d’espace social et que :

Cette négligence a pu amener, par exemple à considérer une étude publiée dans Science par des chercheurs en psychiatrie et en génétique comportementale (Caspi et al., 2002) comme un cas paradigmatique de « criminologie biosociale » (Dufresne, 2016), alors même que cette expression n’apparaît pas dans l’article en question. (§ 12)

11D’une part, et il le rappelle bien, il est important pour circonscrire le champ criminologique « de se référer aux pratiques des criminologues, par exemple en étudiant de près les méthodes et les données employées dans leurs recherches, ou bien leurs prises de position sur le statut à conférer à la criminologie » ; d’autre part, il qualifie lui-même Lombroso de « figure marquante de la biocriminologie »… alors même que cette expression n’apparaît pas dans les publications de Lombroso. Il s’agit évidemment ici d’un clin d’œil pour rappeler toutes les difficultés qu’il y a à circonscrire ce qu’est la criminologie ou la biocriminologie comme objet sociologique. Pour reprendre la célèbre expression de Sellin (1955), le criminologue est souvent « un roi sans royaume ».

12Il n’en reste pas moins que les critères retenus par Larregue pour tenter de circonscrire son objet d’étude se défendent d’un point de vue scientifique. Par exemple, les programmes de criminologie s’intéressent paradoxalement très peu à des objets comme la guerre ou les génocides. C’est davantage les sciences politiques, voire la sociologie, qui en traitent. La criminologie ne serait-elle pas dans l’usurpation en prétendant avec ce constat qu’il s’agit aussi de recherche criminologique ? De même quand un sujet comme le suicide assisté est traité à la fois en sociologie, en sciences de la santé, en éthique, en philosophie, en criminologie, la dernière nommée peut-elle prétendre que les contributions des autres citées sont elles aussi criminologiques au prétexte du traitement d’une thématique « commune » ? À cet égard, Larregue a raison de se questionner sur ce que fait l’interdisciplinarité aux disciplines. D’ailleurs, en Amérique du Nord, on voit de plus de plus de cursus universitaires prendre la forme de studies (gender studies, justice studies, etc.) en lieu et place de parcours disciplinaires.

13La difficulté de circonscrire le champ criminologique est d’autant plus présente que la « criminologie » est caractérisée par une pluridisciplinarité tant dans la formation de celles et ceux qui enseignent et produisent de la recherche dans ce domaine que dans l’hétérogénéité des revues scientifiques qui portent sur les « objets criminologiques ».

14Kaminski, Mary & Cartuyvels (2013, p. 8) nous mettent en outre en garde contre le piège du nominalisme qui pourrait faire croire que, pour exister, la criminologie (et la biocriminologie) se doit d’être désignée comme telle. En effet, la criminologie, à travers ses différents savoirs scientifiques « criminologiques », a été développée, pratiquée, contestée et discutée dans plusieurs disciplines, et ce depuis fort longtemps. Le vocable criminologie fait d’ailleurs son apparition aux États-Unis dès les années 1880 alors que les premières étapes de l’institutionnalisation de la criminologie comme discipline académique débutent dans les années 1920-1930 avec la création de programmes universitaires spécialisés. Et tout cela s’inscrit, selon nous, dans le processus d’autonomisation qui est au cœur même du concept de champ criminologique.

15Bien avant son institutionnalisation comme discipline universitaire autonome, la criminologie n’en constituait pas moins un espace de compétition scientifique organisé avec des règles et des normes spécifiques, indicateurs importants de ce concept. Poupart & Pires (2004, p. 6) diront notamment que : « vue autant de l’extérieur que de l’intérieur, la criminologie s’est constituée dès le départ comme “une activité complexe de connaissance interdisciplinaire de nature à la fois scientifique et éthique”. » (Pires, 1995, p. 22)

16Pour reprendre l’expression de Sutherland (Sutherland, 1924, p. 11), elle s’autoreprésente comme « the body of knowledge [de nature interdisciplinaire] regarding the social problem of crime ». Pour ces deux criminologues, « ce corpus interdisciplinaire de connaissance » a été au départ, pour ainsi dire, « localisé » dans une grande variété de « places » (disciplines) du système scientifique ou encore est resté, comme chez Garofalo, sans aucune autre référence disciplinaire référentielle explicite que criminologique.

17Pour ce qui est des luttes intestines, plusieurs universitaires diront par exemple que la « criminologie américaine » à dominance sociologique (primarily sociological pour reprendre les mots d’Edwin Sutherland, l’un de ses pionniers) s’est justement construite en opposition à la fois à la « criminologie classique » de Beccaria et Bentham, en proposant une approche plus empirique, et à l’atavisme de la fin du xixe siècle en étudiant les causes du crime et de la criminalité non plus dans l’hérédité, les gènes et autres traits distinctifs, mais plutôt dans la société et ses structures sociales.

18Autrement dit, bien qu’il faille attendre les années 1940-1950 pour voir la criminologie s’institutionnaliser de façon systématique comme discipline universitaire autonome aux États-Unis, doit-on pour autant affirmer que c’est « l’apparition et le développement d’un champ criminologique, qui s’est notamment traduit par la création de départements de criminologie au sein des universités états-uniennes, qui a joué un rôle fondamental dans le retour des théories biologiques du crime » (Larregue, § 13) ?

  • 8 Voir notamment Debuyst et al. (1995) ; Pires (1995) ; Rafter (1985) ; Robert (2005) ; Schmalleger (...)
  • 9 Selon Pires (1995, p. 32), trois positions majeures semblent se dégager bien que souvent de manièr (...)

19Si on veut bien s’éloigner de la posture nominaliste de ce que seraient ou ne seraient pas la biocriminologie ou la criminologie, force est de constater que dès la fin du xixe siècle, les recherches (bio)criminologiques foisonnent et que celles-ci entrent déjà en concurrence scientifique avec d’autres « approches criminologiques », dont la sociologie criminelle8. D’ailleurs, malgré le dissensus chez les criminologues en ce qui a trait à la date de naissance de la criminologie9,

[…] un consensus majeur réside : on s’accorde pour dire qu’une personne experte dans ce champ doit connaître autant les idées de l’École classique que celles de l’École positive italienne, peu importe où on situe le début de la criminologie. (Pires, 1995, p. 32)

Alvaro Pires souligne à cet égard, et nous le suivons dans son analyse, que :

[…] c’est l’École positive italienne qui cristallise la naissance de cette idée d’un projet nouveau de connaissance qui marquera, quoique l’on dise, l’avenir de la criminologie. C’est ce mouvement de pensée qui constitue la criminologie comme une activité complexe et spéciale de connaissance et, paradoxalement, c’est cette activité même qui nous permet, par après, de constituer rétroactivement la criminologie comme champ. En réalité, le champ criminologique commence avant la criminologie comme activité, mais c’est celle-ci qui constitue les savoirs précédents en champ. (1995, p. 39)

20En d’autres termes, circonscrire l’objet champ criminologique renvoie inévitablement à notre conceptualisation de ce qu’est la criminologie (discipline autonome, activité de connaissances interdisciplinaires, champ d’études) et, pour reprendre les termes de Larregue, de sa relative autonomie dans le champ scientifique. Or, nous venons de le voir, cela revient à la quadrature du cercle puisque les « criminologues » ne s’entendent pas entre eux.

  • 10 Voir sur ce sujet, Carrier & Walby (2014), Larregue (2017) ; Walsh & Ellis (2004), Walsh & Wright (...)
  • 11 Voir notamment Corriveau, Cauchie & Greco (2019) sur les effets de cette logique du marché dans le (...)

21Cette réflexion me ramène donc au cœur du travail sociohistorique fait par Larregue (2020) : il nous montre les luttes que mènent les « biocriminologues » envers les « sociocriminologues » afin de gagner du capital académique dans le champ criminologique, que ce soit en dénonçant la dimension soi-disant idéologique des sociologues, en proposant un retour à la science positiviste en matière de crime et de criminalité (une science qui serait selon les intéressé·es exempte de biais idéologiques – sic !) ou encore en se présentant comme des « hérétiques » de la science (un peu à l’image de Darwin) mais qui seront un jour prochain réhabilité·es par l’objectivité de leurs travaux10. Un autre élément de contexte pourrait, par ailleurs, les aider à gagner du capital dans ce champ criminologique : les pressions constantes (politiques, sociales, académiques11) du marché pour une « science criminologique » à même de proposer des solutions simples et efficaces aux problèmes du crime et de la criminalité.

Haut de page

Bibliographie

Adam C., Cauchie J. F., Devresse M.-S., Dignesse F. & D. Kaminski (2014), Crime, justice et lieux communs : une introduction à la criminologie, Bruxelles, Larcier.

Bourdieu P. (1984), Homo Academicus, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu P. (1992), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditions du Seuil.

Carrier N. (2006), « Les criminels des universitaires », Champ pénal/Penal field [En ligne], vol. III. URL : https://journals.openedition.org/champpenal/528

Carrier N. & K. Walby (2014), « Ptolemizing Lombroso the Pseudo‐Revolution of Biosocial Criminology », Journal of Theoretical & Philosophical Criminology, vol. 6, no 1, p. 1‐45.

Caspi A., McClay J., Moffitt T., Mill J., Martin J., Craig I.W., Taylor A & R. Poulton (2002), « Role of Genotype in the Cycle of Violence in Maltreated Children », Science, vol. 297, no 5582, p. 851‑854.

Corriveau P., Cauchie J.-F & C. Greco (2019), « La recherche indépendante au Canada face aux injonctions d’un modèle managerial ? », in Bresson M., Cartier-Bresson J. & M. Hirschhorn (dir.) Sociologues et économistes face à la demande de savoirs : participations et contournements, Paris, Maison des sciences de l’Homme, p. 73-87.

Debuyst C., Digneffe F., L’abadie J.-M. & A. Pires (1995), Histoire des savoirs sur le crime et la peine. Des savoirs diffus au criminel-né (1701-1876), t. 1, Bruxelles, Larcier.

Debuyst C., Digneffe F. & Á. Pires (1998), Les savoirs sur le crime et la peine : la rationalité pénale et la naissance de la criminologie, t. 2, Bruxelles, De Boeck Université.

Dufresne M. (2016), « How Does a Gene in a Scientific Journal Affect My Future Behavior? », in Robert D. & M. Dufresne (dir.), Actor-Network Theory and Crime Studies: Explorations in Science and Technology, New York, Routledge, p. 37-50.

Garland D. (1985), « Cesare Lombroso: Origins and Development of his Thought », Journal of Criminal Law and Criminology, vol. 76, no 1, p. 116-135.

Garland D. (1988), The Culture of Control: Crime and Social Order in Contemporary Society, Chicago, University of Chicago Press.

Gingras Y. (2012), « Le champ scientifique », in Lebaron F. & G. Mauger (dir.), Lectures de Bourdieu, Paris, Ellipses, p. 279‑294.

Kaminski D. (2011), « Criminologie plurielle et pourtant singulière », Revue de science criminelle et de droit pénal comparé, no 2, p. 475-485.

Kaminski D. (2017), « L’improbable autonomie de la criminologie : un détour historique et méthodologique », Passagens. Revista Internacional de História Política e Cultura Jurídica, vol. 9, no 2, p. 170-190.

Kaminski D., Mary P. & Y. Cartuyvels (2013), « Débat : La Criminologie est-elle une science ? 2. L’autonomie épistémologique de la criminologie : illusoire et inutile », Les Cahiers français, no 372, p. 6-9.

Larregue J. (2017), « La criminologie biosociale à l’aune de la théorie du champ. Ressources et stratégies d’un courant dominé de la criminologie états-unienne », Déviance et Société, vol. 41, no 2, p. 167-201.

Larregue J. (2020), Héréditaire : L’éternel retour des théories biologiques du crime, Paris, Éditions du Seuil.

Mucchielli L. (1994), Histoire de la criminologie française, Paris, L’Harmattan.

Mucchielli L. (2010), « De la criminologie comme science appliquée et des discours mythiques sur la “multidisciplinarité” et “l’exception française” », Champ pénal/Penal field [En ligne], vol. VII. URL : https://journals.openedition.org/champpenal/7728?lang=en

Pires A. (1995), « La criminologie d’hier à aujourd’hui », in Debuyst C. et al., Histoire des savoirs sur le crime et la peine. Des savoirs diffus au criminel-né (1701-1876), t. 1, Bruxelles, Larcier, p. 13-67.

Poupart J. & À. Pires (2004), « La criminologie comme discipline scientifique », Criminologie, vol. 37, no 1, p. 3-13.

Rafter N. H. (1985), « From the Criminal Anthropology of Cesare Lombroso to the Positivist Criminology of Raffaele Garofalo », Journal of the History of the Behavioral Sciences, vol. 21, no 2, p. 131-149.

Robert P. (1973), « La sociologie entre une criminologie du passage à l’acte et une criminologie de la réaction sociale », L’Année Sociologique, p. 441-504.

Robert P. (2005), La sociologie du crime, Paris, La découverte.
Schmalleger F. (2011), Criminal Justice Today: An Introductory Text for the 21st Century, New Jersey, Prentice Hall.

Sellin T. (1955), « L’étude sociologique de la criminalité », Actes du 2e congrès international de criminologie (1950), 4e tome, Paris, PUF, p. 109-130.

Sutherland E. (1924), Criminology, Philadelphie & Londres, J.B. Lippincott Co.Walsh A. & Ellis L. (2004), « Ideology: Criminology’s Achilles’ Heel? », Quarterly Journal of Ideology, vol. 27, p. 1‐25.

Walsh A. & Wright J. P. (2015), « Rage against Reason: Addressing Critical Critics of Biosocial Research », Journal of Theoretical & Philosophical Criminology, vol. 7, no 1, p. 61‐72.

Haut de page

Notes

1 Sont-ils/elles ou doivent-ils/elles être différent·es des sociologues, psychologues, juristes, historien·es, psychiatres, etc. ?

2 Voir notamment Adam et al. (2014) ; Debuyst, Digneffe & Pires (1998) ; Garland (1985 et 1988) ; Kaminski (2011 et 2017) ; Mucchielli (1994 et 2010) ; Poupart & Pires (2004) ;

3 Voir notamment à cet égard, Carrier (2006) ou Robert (1973).

4 Pirès (1995, p. 7-8) nous rappelle que « dans son sens étymologique, le terme “crime” fait référence à “l’acte de juger” ou “d’étiqueter le comportement”, plutôt qu’au comportement lui-même. En effet, le mot “crime” vient du mot latin crimen (-inis) qui signifiait à l’origine “décision judiciaire”. Ce mot vient à son tour du grec krimein, c’est-à-dire “juger”, “choisir”, “séparer”. Dans le latin classique, le mot crimen a aussi pris le sens “d’accusation” ou de “chef d’accusation”. Cela veut dire que, dans son sens étymologique, le mot crime ne désigne pas directement une action, un acte ou un comportement particulier, mais plutôt l’acte de juger un comportement dans le cadre d’un processus institutionnel de type judiciaire ». À cet égard, Larregue (2017, p. 175) rappelle que les tenants de la criminologie biosociale « s’intéressent plus largement à ce qu’ils appellent le “comportement antisocial” », pas seulement aux crimes au « sens strict » de la définition légale. Pour eux, la différence qui rend l’individu déviant est à trouver à divers degrés à l’intérieur de celui-ci. Il faut donc découvrir cette cause biosociale pour mieux intervenir.

5 Kaminski, Mary & Cartuyvels (2013, p. 7) soulignent à juste titre que « quand bien même un chercheur croirait encore à l’objectivité de la nature ou du laboratoire, il ne pourrait néanmoins sans mauvaise foi croire que le crime puisse être défini, compté ou observé scientifiquement dans l’atmosphère confinée de ces lieux mythiques. Il ne peut être que défini socialement et légalement, c’est-à-dire conflictuellement ; cette définition et les conflits qui l’entourent constituent les rives de sa construction scientifique et formatent les conditions de l’observation, que celle-ci soit quantitative ou qualitative. »

6 Pour certains, diront Poupart & Pirès (2004, p. 5), « la criminologie ne peut pas prétendre au statut d’une véritable “discipline” parce qu’elle ne répond pas aux caractéristiques qui sont présentes dans une autre discipline prise comme modèle-type de “savoir scientifique autonome”. »

7 Bourdieu (1984, p. 29) définit en effet un champ comme « un espace social relativement autonome, avec ses règles de concurrence et de collaboration, ses hiérarchies, ses luttes pour le pouvoir et la reconnaissance, où s’exercent la production et la transmission des savoirs. » Voir aussi Bourdieu (1992) et Gingras (2012).

8 Voir notamment Debuyst et al. (1995) ; Pires (1995) ; Rafter (1985) ; Robert (2005) ; Schmalleger (2011).

9 Selon Pires (1995, p. 32), trois positions majeures semblent se dégager bien que souvent de manière un peu confuse : 1) la première privilégierait la période classique particulièrement depuis Beccaria (période pré-scientifique) ; 2) la deuxième, les premières recherches à prétention scientifique au premier tiers du xixe siècle, et surtout les recherches statistiques et cartographiques sur le crime (Guerry, Quételet, etc.) ; 3) la troisième, l’École positive italienne dans le dernier quart du xixe siècle (Lombroso, Ferri, Garofalo).

10 Voir sur ce sujet, Carrier & Walby (2014), Larregue (2017) ; Walsh & Ellis (2004), Walsh & Wright (2015).

11 Voir notamment Corriveau, Cauchie & Greco (2019) sur les effets de cette logique du marché dans le monde de la recherche académique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Corriveau, « La criminologie comme objet d’étude sociologique : la quadrature du cercle »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 20 mars 2024, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/23088 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.23088

Haut de page

Auteur

Patrice Corriveau

Sociologue, département de criminologie de l’Université d’Ottawa (Ont), Canada. Email : pcorrive@uottawa.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search