Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDécouvertes / Redécouvertes2024Hermínio MartinsClasse, statut et pouvoir au Port...

2024
Hermínio Martins

Classe, statut et pouvoir au Portugal

Traduction en français de l’article “Classe, Status e Poder em Portugal”, paru dans Hermínio Martins, Classe, Status e Poder e outros ensaios sobre Portugal contemporâneo, Lisboa, Imprensa de Ciências Sociais, 1998, p. 99-131. Présentée et introduite par Frederico Ágoas
Hermínio Martins
Édité par Frederico Ágoas
Traduction de Myriam Silva

Notes de la rédaction

* Cet essai est une traduction de la publication originale suivante : Hermínio Martins, “Portugal”, in Margaret Scotford Archer & Salvador Giner (dir.), Contemporary Europe: Class, Status and Power, Londres, Routledge & Kegan Paul, Ltd., 1971, p. 60-89.

Notes de l’auteur

Les particularités du texte original (bibliographiques, en particulier) ont été conservées.

Texte intégral

Cette traduction est publiée avec l’aimable autorisation des éditions Imprensa de Ciências Sociais.

1. Une société homogène, un régime classiste

1Le Portugal n’est pas une société « plurielle ». Une approche comparative des sociétés européennes révèle qu’une des caractéristiques originales du Portugal réside dans son homogénéité nationale. Précisons que cette affirmation reste vraie pour toutes les dimensions raciale, ethnique, linguistique ou religieuse de la société portugaise et que cet exercice comparatif intègre les sociétés, petites ou grandes, de l’Europe méditerranéenne ou du Nord-Ouest. Cette singularité sociétale a été cachée par une plus grande projection internationale du statut impérial hors-norme du Portugal. En réalité, la société portugaise, du fait de son histoire, s’est définie par sa faible diversité ethnoculturelle interne, comparable, ou même inférieure à celle des autres empires européens. Mais, contrairement à ces autres ex-puissances impériales, le Portugal n’a encore absorbé aucune fraction significative de ses sujets coloniaux ou ex-coloniaux et, de ce fait, n’a pas diversifié sa composition ethnoculturelle. Cela peut sembler a priori paradoxal pour une société « océanique » mais le Portugal a surtout réussi à « exporter » hors de ses propres frontières sa diversité ethnoculturelle.

  • 1 Ascribed status a été traduit, dans cette version française de l’article, par statut ascriptif (qu (...)
  • 2 Introduit par l’anthropologue culturel nord-américain Ralph Lindon dans les années 1930, ce concep (...)
  • 3 Voir L. Fallers, “Equality, modernity and democracy in the new states”, in C. Geertz (dir.), Old S (...)

2S’il est possible d’arriver à un consensus sur le plan empirique quant à l’existence de cette homogénéité nationale, l’influence de cette caractéristique de la société portugaise sur la formation et la conflictualité de classes fait l’objet de controverses. On pourrait, en effet, avancer que l’absence, à un niveau macrosociologique, de clivages ethnoculturels de type horizontal, ascriptifs1 (ascribed status2), – clivages qui sont si fréquents dans le reste de l’Europe – devrait entraîner une hausse de la pression des forces de classe dans le système social. Cette perspective sous-entendrait que les situations de classe seraient encore plus apparentes dès qu’on ne pourrait, structurellement ou culturellement, trouver des définitions alternatives (et non de classe) pour les situations de conflit. Elle impliquerait aussi l’hypothèse selon laquelle on devrait enregistrer une hausse des conflits de classe à chaque fois que la pression transversale des attachements primordiaux, tels que l’ethnicité, la langue, l’appartenance religieuse, etc., serait minimale. Cependant, cette perspective suggère un modèle erroné de somme zéro ou de variation inverse entre stratification résultant de la classe et stratification liée au statut : lorsque les clivages de classe et les clivages ethnoculturels coïncident concrètement (même si encore analytiquement distincts), la propension au conflit et l’intensité de ce dernier peuvent être maximisées3. Des collectivités au statut incohérent ou déséquilibrées pour ce qui relève de leur position sociale – avec des déséquilibres entre la position sociale supérieure, ou au moins un des rangs de l’échelle sociale, et la position sociale inférieure, ou au moins un autre rang – peuvent engendrer des formes de rébellion sociale et d’opposition politique. Lorsque ces collectivités au statut incohérent sont marquées par des traits indélébiles, ou au moins ascriptifs – comme la race, l’ethnicité, la langue ou la culture religieuse –, elles peuvent devenir une cible facile de la répression et de l’oppression, et ceci, comme les bénéfices sociaux dont elles disposent, entraîne des sujets de ces collectivités à s’identifier à une cause commune et à rejoindre des luttes de groupes défavorisés et carencés. La contribution d’aristocrates déchus, de minorités religieuses, d’intellectuels juifs, etc., aux mouvements radicaux et socialistes, n’est plus à démontrer : généralement, au moins pour les premières étapes du processus de conflit de classe, comme de celui de l’émancipation nationale, les strates supraordonnées doivent fournir les ressources indispensables en termes de leadership, idéologie et organisation aux classes subordonnées – cette contradiction apparente disparaît si on comprend que c’est justement dans ces collectivités au statut incohérent ou encore déséquilibrées pour ce qui relève de la position sociale que ces ressources émergent. Dans la société portugaise, fortement homogène, ces minorités ethniques, religieuses et linguistiques – des sources potentielles d’aide pour les classes subordonnées dans les premières phases du conflit de classe, en particulier avant la consolidation d’une organisation de classe solide et autonome – ont été largement absentes. Nous avançons que ce fait historique est peut-être encore plus déterminant que la transparence des situations de classe résultant de l’homogénéité sociale. S’il est vrai que les travailleurs catholiques ne sont pas séparés des travailleurs protestants pour des raisons purement religieuses, ou que l’antagonisme, par exemple, entre les travailleurs flamands et wallons ou entre les couches inférieures catalanes et castillanes n’a pas d’équivalent au Portugal, il est également vrai qu’il n’y a aucune minorité socialement distincte par un statut assigné qui puisse s’allier aux revendications des classes inférieures ou ouvrières. Bien sûr, un certain nombre d’intellectuels ont participé à des mouvements ouvertement classistes et révolutionnaires et ont joué en réalité un rôle décisif en leur sein mais il n’y a aucun clivage national structurel générant d’une forme systématique un mouvement de dissidence dans un groupe de statut significatif. À ceux qui affirmeraient que ces minorités religieuses, ethniques et linguistiques constitueraient des cibles pour le déplacement des tensions sociales, permettant aux régimes despotiques de manipuler les préjugés et les idéologies particularistes pour organiser des pogroms et des massacres afin de détourner l’attention des opprimés des véritables sources de leur mécontentement, on pourrait répondre que ce conflit artificiel représente une situation assez différente de l’absence monotone de conflit violent manifeste (autre que la répression policière) entre les groupes sociaux au Portugal pendant l’Estado Novo. Il est difficile de réduire la conflictualité sociale aux éclosions artificielles de violence : les possibilités de réverbération et d’intensification sont trop importantes pour être simplement escamotées par un régime d’« autorité, hiérarchie et discipline ». Nous pouvons donc en conclure que les clivages de classe et de statut ne s’annulent pas nécessairement et que les sociétés homogènes ne seraient pas forcément plus propices aux conflits de classe que les sociétés hétérogènes avec des minorités nationales, ethniques, religieuses et linguistiques. L’homogénéité sociale et l’absence de clivages dérivés d’un statut ascriptif – qui ne soient pas spécifiquement liés à la classe – peuvent être des freins aux conflits sociaux, notamment aux affrontements intenses, violents et longs. Quand la classe, la langue, la religion, etc., coïncident, les conflits sociaux peuvent être maximisés mais lorsque les distinctions de classe ne recoupent, à aucun niveau, des clivages de statut ascriptif, les conflits de classe sont alors sous-déterminés, tandis que, dans le premier cas, ils sont surdéterminés.

  • 4 Voir D. A. Rustow, A World of Nations, Washington (DC), The Brookings Institution, 1967. On peut s (...)

3L’homogénéité de la société portugaise, dans une grande mesure, est le résultat, même si pas nécessairement inévitable, de facteurs historiques, tels que l’existence presque ininterrompue d’un État durant huit siècles, la formation précoce d’une identité nationale et le fait que les frontières n’aient pas été substantiellement altérées pendant sept cents ans. La stabilité sociale portugaise s’explique, en partie, par une construction de l’État et de l’identité nationale, vieille déjà de plusieurs siècles, bien antérieure aux crises sociales générées par l’industrialisation, l’urbanisation et autres phases de la modernisation, contrastant ainsi clairement avec de nombreux pays du Tiers-Monde, mais aussi avec des pays européens dont la formation de l’État et d’une conscience nationale est bien plus récente et contemporaine des débuts de l’ère industrielle. Devoir résoudre simultanément les problèmes de la nationalité, de l’État et du développement économique, comme c’est le cas pour tant de pays actuellement, est bien plus complexe (toutes choses égales par ailleurs) que d’affronter les problèmes de participation politique et de transformation économique, si on considère comme des données déjà acquises l’existence et la force de l’État-nation comme objet de fidélité civique4.

  • 5 S. Andreski, Parasitism and Subversion. The Case of Latin America, Londres, Weidenfeld & Nicholson (...)

4Après cette première remarque, nous devons évaluer à quel point des facteurs politiques autonomes ont façonné le modèle portugais de stratification sociale, de la même façon que nous avons étudié en quoi les clivages de statut non ascriptif (ou l’absence de ceux-ci) affectaient la nature du système de classe portugais. Le fait qu’il s’agisse de la plus vieille dictature non communiste en Europe, même si cette dernière n’a été ni précédée, ni consolidée par une guerre civile, est peut-être une preuve plus que suffisante que nous ne sommes pas en présence d’un système de domination de type « hégémonique » (dans le sens, ici classique, que Gramsci lui attribue). Mais la catégorie des dictatures non hégémoniques, non totalitaires, englobe de nombreux cas et des espèces variées. Une classification utile peut être celle d’Andreski. Cet auteur distingue les dictatures d’« appareil » des dictatures « classistes », les premières étant caractérisées par le gouvernement d’un noyau terroriste et prédateur, qui réduit la capacité de calcul des strates privilégiées dans le système de propriété et de marché (même s’il ne réduit pas leur capacité de calcul pour le domaine de la propriété privée, car ce genre de dictature est, par définition, contre-révolutionnaire5).

5L’élite politique d’une dictature classiste n’est donc pas composée d’éléments plébéiens ou socialement marginaux : dans le cas du Portugal, l’accès à l’élite politique est déterminé par l’origine sociale, le recrutement à travers des institutions militaires ou scolaires prestigieuses et hautement sélectives, ou encore la combinaison des deux ; par le biais d’organisations formelles et de relations informelles, matrimoniales et amicales, l’élite politique s’identifie profondément à la classe supérieure. La politique économique a été ouvertement « néolibérale » : l’équilibre budgétaire, la stabilité monétaire et des prix, une monnaie forte, etc.

6Le régime a promu l’ordre capitaliste avec un modèle d’impôt régressif (60 % des recettes de l’État proviennent de la fiscalité indirecte), une politique de régulation spécifique des prix (les subventions pour maintenir le cours du blé ont fortifié la position économique des grands propriétaires ruraux du Sud) et des restrictions pour ce qui relève de la compétitivité. Une preuve de ce « classicisme » du régime (une évidence montrant que celui-ci s’appuie sur des formations de classe nationales et non sur un « appareil » corporatif de violence) est le fait que, malgré la primauté politique et administrative du corps des officiers et l’importance des forces armées, ni le corps des officiers, ni le budget militaire n’ont révélé (jusqu’en 1961) une tendance continue à la hausse, que ce soit en termes absolus ou relatifs. En dehors de ces limites posées aux privilèges corporatifs des forces armées, les principales stratégies d’enrichissement individuel ne reposaient pas sur l’acquisition de charges politiques ou militaires. Pour connaître la disponibilité des excédents économiques dans le marché ou la « société civile », on peut étudier l’évolution de la fiscalité relative au commerce extérieur car il existe une relation de dépendance directe entre ces deux données : plus les taxes sur le commerce extérieur sont élevées, plus les excédents disponibles sont réduits. Tandis qu’en 1937, 47 % des revenus de l’État provenaient de ces taxes, cette proportion a chuté à 23 % en 1967.

  • 6 B. Moore, Social Origins of Dictatorship and Democracy, Harmondsworth, Middlesex, Penguin Books Lt (...)
  • 7 J. Hicks, A Theory of Economic History, Oxford, Publisher Clarendon Press, 1969.

7La version dominante des théories de classe associe les classes sociales aux situations de marché, conceptuellement et empiriquement. De ce fait, il ne pourrait exister de classe dans des économies dirigées et son « équivalent fonctionnel » serait un autre type de formation sociale. Cependant, des économies de marché « pures » n’existent qu’en termes idéaux. Dans le cas de l’économie portugaise, au moins, trois facteurs devraient être considérés pour statuer sur sa « qualification » d’économie de marché : (1) le système de répression de la main-d’œuvre6 dans lequel l’autorité politique utilise des sanctions physiques pour réduire les associations de travailleurs et pour éviter ou réprimer les grèves ; (2) le recrutement spécifique d’employés de bureau et de fonctionnaires publiques qui est réglementé – même si, en théorie, ces postes sont limités dans la loi et, jusqu’à un certain point, dans la pratique aussi, aux individus qui sont politiquement fidèles au régime ; (3) la kleptocratie : l’usage de charges politiques pour servir ses propres intérêts, ou inversement, l’achat de faveurs politiques et administratives d’une manière systématique. Aujourd’hui, le terme de kleptocratie est utilisé dans son acception « forte » ou « faible » : il désigne un type de système économique qui est lié analytiquement aux concepts d’économie « dirigée », « de marché » et « traditionnelle »7 – ou, au moins, aux sous-types que sont le « socialisme de marché » ou le « capitalisme d’État » – ; sinon, il décrit un type de détermination secondaire des relations de marché, dans une analyse qui ne tente pas de saisir la cohérence et la globalité d’une économie à l’échelle de la société. En somme, il semble plus pertinent d’intégrer ces trois facteurs (et d’autres, comme la force des orientations de valeurs particularistes et ascriptives qui sont structurellement incompatibles avec le capitalisme rationnel bourgeois) dans le cadre des déterminations du système de marché. En d’autres mots, nous entendons l’économie dans son essence comme un marché, et, dans un deuxième temps, cette économie peut devenir répressive vis-à-vis des travailleurs et kleptocratique par « accident » pour utiliser la terminologie aristotélicienne. Dans ce cadre, le système de stratification repose principalement sur la classe.

2. La classe supérieure

  • 8 R. Dahrendorf, “The Education of an Elite: Law Faculties and The German Upper Class”, Transactions (...)

8La classe supérieure portugaise englobe les segments suivants : les latifundiaires, les magnats de la finance, les grands industriels et autres hommes d’affaires ; les échelons supérieurs des forces armées, de la fonction publique et de l’université ; l’épiscopat catholique et les cadres supérieurs des professions libérales. Elle se rapproche beaucoup plus du type idéal de l’élite « concrète », institutionnalisée – une collectivité avec des origines sociales et des intérêts communs, endogamique, présentant une éducation et une culture communes –, que de celui de l’élite « abstraite », dont les membres partagent seulement l’exercice de charges importantes8. Son caractère « institué » n’est pas synonyme de fermeture sociale : des données empiriques démontrent une certaine mobilité intergénérationnelle au sein de l’élite des hommes d’affaires et, par ailleurs, la cooptation de Salazar et Caetano par l’Université révèle le rôle essentiel des institutions assurant cette fonction de sélection. Au sein de cette classe supérieure, on trouve un large spectre « fonctionnel » dans les domaines économique, politique ou culturel : des groupes aux intérêts économiques variés ; des différences sociales entre aristocrates et bourgeois, anciens et nouveaux riches, propriétaires et gestionnaires ; des oppositions politiques entre monarchiques et républicains etc., et ce précisément parce qu’il ne s’agit pas d’une élite politique spécialisée. Quelques-uns des groupes qui la composent correspondraient à des classes distinctes dans d’autres systèmes (« aristocratie rurale », « aristocratie financière », « bourgeoisie industrielle ») ; en fait, nous pourrions parler autant de « compression » que de « concrétude » pour caractériser cette classe supérieure.

9La dimension réduite de la classe supérieure, au moins pour ce qui concerne les groupes économiques, est due, en partie, au haut niveau de concentration et de centralisation du pouvoir économique. On peut appliquer au Portugal la généralisation empirique de la relation non-linéaire obtenue entre les niveaux de développement économique et les degrés de concentration du pouvoir économique. Cette concentration est vérifiée dans tous les domaines d’activité importants – l’agriculture, l’industrie et la finance. Les indicateurs disponibles sont très grossiers et sous-estiment la situation objective. Ainsi, dans l’agriculture, 0,3 % des exploitations agricoles (moins de 3 000) occupent 39 % de la surface des terres cultivées, tandis que 95 % des exploitations se partagent un tiers de cette même surface ; dans l’industrie, 1,4 % des usines (à différencier des sociétés) emploient 44 % des ouvriers. 1,9 % des propriétaires ruraux recevaient 45,8 % des revenus générés par l’activité agricole tandis que 89,5 % de cette même catégorie se partageaient 32,4 % seulement de ces mêmes revenus ; dans l’industrie et les services, 1 % des plus grandes entreprises concentraient 42 % des recettes de ces deux champs d’activité, alors que 83 % des entreprises ne gagnaient que 10,6 % de ces mêmes recettes. Les six banques les plus importantes détiennent 60 % du total des dépôts et du crédit commercial et privé. Tant dans l’industrie que dans l’agriculture, un petit nombre de grandes entreprises coexistent avec une infinité de toutes petites entreprises. Ces structures monopolistiques et oligopolistiques sont renforcées par l’existence de cartels industriels, financiers et commerciaux, géographiquement étendus, dont les politiques affectent les décisions macroéconomiques et qui sont eux-mêmes contrôlés par un nombre réduit de familles.

10Le régime latifundiaire – comme un peu partout dans l’Europe méditerranéenne – se caractérise par la culture extensive, la monoculture, l’absentéisme des propriétaires et la généralisation de la location des terres. Ce qui nous intéresse ici est de saisir son importance en tant qu’élément de formation de classe et de domination de classe. Le régime latifundiaire est très souvent présenté, d’une manière un peu mécanique, comme la fons et origo de tous les maux politiques et sociaux, quelle que soit l’aire géographique concernée. Cependant, au lieu de le considérer comme un invariant transnational, il serait plus pertinent de définir un coefficient variable de la domination latifundiaire, auquel on attribuerait une valeur empirique pour chaque cas étudié. La valeur de ce coefficient, dans le cas du Portugal, semble se situer en dessous de ce qu’on observe dans d’autres pays, et ce, du fait des conditions suivantes : (1) le relatif isolement écologique, les latifundiaires étant extrêmement concentrés dans le Sud ; (2) le manque de contrôle sur une mono-production ou quelques grandes productions cruciales pour la constitution de réserves de changes ; (3) l’absence d’autorité patrimoniale sur de larges clientèles captives ; (4) une portion relativement réduite de la population dépendante de ce système latifundiaire (8 % de la population en 1960) ; (5) un contrôle direct faible des moyens de violence (ni armée privée, ni mafia), bien que la police d’État soit à la disposition des latifundiaires.

  • 9 CODES – Gabinete de Estudos e Projectos de Desenvolvimento Sócio-Económico, Situação e Opinião dos (...)
  • 10 R. Dumont & M. Mazoyer, Développement et socialismes, Paris, Éditions du Seuil, 1969.
  • 11 En français dans le texte original [Note du traducteur].

11Malgré toutes ces limites, le « pouvoir de résistance » des latifundiaires ne doit pas être sous-estimé. Bien que, depuis longtemps, l’industrie ait détrôné l’agriculture pour s’imposer comme la principale contribution au produit national brut et que la stagnation de la production et de la productivité agricoles soit devenue une préoccupation majeure de l’opinion publique progressiste, diminuant de ce fait le prestige social des élites rurales, l’agriculture demeure une véritable source de richesse individuelle. Les principaux districts concernés par le régime latifundiaire présentent les distributions de revenus les plus inégalitaires du pays et deux d’entre eux détiennent le taux le plus élevé de contributeurs de l’échelon supérieur hors des métropoles de Lisbonne et Porto. D’un autre côté, l’influence et le poids des valeurs et des orientations idéologiques inhérentes aux intérêts matériels et idéels des latifundiaires sont plus difficiles à définir. L’orthodoxie du « fondamentalisme agraire » (l’idée selon laquelle l’agriculture est un mode de vie « sacré », tous les autres étant « profanes »), l’orthodoxie que l’on pourrait taxer d’agrarisme national (reposant sur la conviction que le Portugal est un pays fondamentalement rural) et enfin celle du pessimisme écologique (la thèse selon laquelle les ressources naturelles sont si pauvres que toute tentative d’amélioration substantielle de la production et de la productivité agricoles est vouée à l’échec) ont toutes trois perdu de leur force. Mais, malgré cela, les latifundiaires bénéficient d’autres avantages matériels et sociaux : ils ont de fortes connexions avec le capital financier, détiennent des parts de la richesse urbaine, grâce à leurs investissements immobiliers et financiers, et d’autre part, la politique économique « monétariste » du régime est en tout conditionnée par leurs intérêts matériels. Ils entretiennent de plus des relations personnelles très étroites avec l’aristocratie, les monarchistes, les hauts dignitaires des forces armées et la bureaucratie publique. Ce lien entre le contrôle de la terre et la bureaucratie s’explique non seulement par la possession de terres par des bureaucrates mais aussi par une convergence des valeurs : parmi les étudiants, les fils des propriétaires agricoles et les fils des hauts fonctionnaires optent pour les mêmes parcours universitaires, se retrouvent, d’une manière disproportionnelle, sur les mêmes bancs des cursus de droit et d’agronomie et constituent une part importante des promotions de ces facultés. Un nombre significatif des fils de propriétaires agricoles choisissent d’étudier le droit – la voie la plus sûre pour la politique et l’administration – et représentent un pourcentage considérable des étudiants de cette discipline, permettant ainsi le transfert des valeurs des maîtres de la terre à l’élite politico-administrative. De l’autre côté, une grande fraction des fils de fonctionnaires publiques se destinent à l’activité agricole et forment une bonne part des promotions d’agronomie, ce qui révèle une affinité initiale avec la terre ; le cursus d’agronomie est ainsi une option typique des classes moyennes hautes et supérieures, beaucoup plus qu’aucune autre faculté9. L’interpénétration de la strate des propriétaires terriens et de l’élite politico-administrative est renforcée par la rareté de la classe moyenne dans les zones rurales ; de ce fait, l’administration locale a tendance à servir les intérêts des propriétaires et l’agriculture est exclusivement représentée par les maîtres de la terre dans la structure corporative de l’État. Ces deux circonstances expliquent en partie la relative incapacité de l’État et des technocrates à promouvoir des politiques économiques rationnelles pour l’agriculture. (Comme cela a déjà été étudié10, la strate latifundiaire, généralement, n’est pas homogène : elle ne se caractérise pas, par exemple, par le partage d’une même éthique économique de rentier11 et même, lorsque les choix réalisés obéissent aux canons de la rationalité économique privée, ceux-ci sont souvent inconciliables avec la rationalité économique collective, ce qui pose encore une fois la question de la distribution du pouvoir politique et de la capacité politique nécessaire à la transformation des structures agraires).

  • 12 H. Makler, “A case study of the Portuguese business elite, 1964-1966”, in R. Sayers (dir.), Portug (...)

12L’élite industrielle est majoritairement familialiste : plus de la moitié des détenteurs de grandes entreprises (définies comme étant celles qui emploient plus de 500 travailleurs) a hérité ou fondé ces entreprises et, en général, plus l’entreprise est grande, plus le nombre d’individus apparentés y travaillant est élevé. Plus de la moitié des industriels est composée de fils d’industriels, selon un sondage12 de 1966. Comme l’éducation secondaire et universitaire est l’un des biens les plus rares et les plus inégalement distribués dans le système de stratification, le degré d’éducation des industriels est particulièrement significatif, quel que soit l’ensemble des données prises en considération.

13L’élite industrielle n’est pas seulement « sur-instruite » relativement à la population portugaise dans son ensemble (ou à celle des centres urbains uniquement) mais aussi si nous la comparons aux élites industrielles des pays ayant le même niveau de développement, comme l’Espagne, et même aux sociétés industrielles où la formation scolaire secondaire s’est généralisée.

Tableau 1. Niveau d’études des hommes d’affaires (en pourcentage)

a b c
Fréquentation d’un cursus universitaire 20 21,8 48
Obtention d’un diplôme universitaire _ 19,5 37
École secondaire 43 44,6 37
Fin du cycle primaire ou moins 37 34,6 15

Sources : Pour a., recensement de 1960 ; pour b., Enquête sur les ressources humaines de 1961 ; pour c., H. Makler, in R. Sayers (dir.), Portugal and Brazil

14Le simple fait qu’une fraction si élevée (pratiquement la moitié) de l’élite industrielle soit passée par les bancs de l’université (qui, au Portugal, ne peut être considérée comme à l’avant-garde de la modernisation mais qui, au contraire, jusqu’à présent, a été porteuse des valeurs et orientations cognitives traditionnelles) devrait nécessairement indiquer un faible niveau d’autonomie de cette strate dans la définition de ses propres valeurs. Or, bien plus de la moitié des industriels licenciés, selon l’étude de Makler, a obtenu un diplôme en ingénierie et seulement 19 % en droit, la discipline la plus traditionnelle – une donnée qui contredit l’idée impressionniste selon laquelle les non-ingénieurs tendent à être surreprésentés au niveau des présidences des principales entreprises. De la même façon, les fils des grands industriels montrent une appétence anormalement basse pour le droit dans leurs choix d’orientation à l’université. Les bourgeoisies émergentes peuvent perdre leur « vocation » hégémonique par les processus d’aristocratisation ou de bureaucratisation (ou un mélange des deux, dans le cas de la noblesse de robe), les deux formes d’« involution parasitaire du capitalisme ». Le parasitisme politico-bureaucratique au Portugal a été alimenté par la politique étatique de monopoles légalement autorisés, par l’importance des contrats, emprunts et concessions de l’État et les connexions fortes entre les oligopoles familiaux et l’élite politico-administrative. Récemment, la région de Lisbonne est devenue, de loin, l’aire industrielle la plus importante du pays, de sorte que les pouvoirs politique et économique n’ont jamais été aussi proches géographiquement dans l’histoire du Portugal moderne. L’aristocratisation repose désormais sur une certaine tendance à contracter des alliances de mariage avec des familles aristocratiques, afin d’adopter la norme aristocratique de la famille nombreuse (en découle un modèle non-linéaire de la fertilité semblable au cas espagnol, bien que moins prononcé), à s’introduire et à se faire accepter socialement dans les milieux aristocratiques, à s’autoriser un mode de consommation ostentatoire. La présence dans la capitale de familles royales portugaises et d’autres pays, d’aristocraties influentes nationales ou européennes, d’un noyau de riches et ultra-riches cosmopolites, a renforcé la force des « modèles de consommation ostentatoire » – pour citer Veblen. La part anormalement élevée de la dépense nationale dans la construction, privée ou corporative, démontre une aspiration non bourgeoise pour une « construction ostentatoire ».

15Le comportement de l’élite industrielle est en partie dépendante de l’écologie. Dans la zone de Porto – historiquement le premier et aujourd’hui le deuxième district le plus industrialisé du pays pour ses équipements et son poids économique – l’élite des affaires a connu une aristocratisation et des opportunités kleptocratiques plus limitées que l’élite correspondante de la capitale. Elle a affiché une forte distinction sociale et une certaine exclusivité, et s’est montrée plus portée à s’allier aux milieux républicains (un signe du refus de l’aristocratisation). La mobilité à l’intérieur de l’élite des affaires à Porto s’est révélée significativement moindre que dans le centre du Portugal, et cela reste vrai même lorsqu’on compare des entreprises de même taille. Un tel familialisme, mais aussi le conservatisme technologique, le retard économique et l’environnement social provincial de Porto, suggèrent plus un habitat de bourgeois pacifiques que celui d’entrepreneurs schumpeteriens. Si on passe des comparaisons dans l’espace à des comparaisons dans le temps, le constat de la croissance rapide du « poids fonctionnel » de l’industrie qui, désormais, est devenue le principal secteur d’activité dans l’économie nationale, pourrait conduire à l’hypothèse d’une potentielle autonomie de l’élite des affaires, hypothèse qui se révèle être en partie vérifiée. (Aujourd’hui, les grands industriels, par exemple, ont leurs propres espaces de loisir ; auparavant, les aristocrates imposaient leur mode de vie sociale à la classe supérieure). Si, d’un côté, la dépendance du capital financier n’a pas diminué significativement, de l’autre, l’ingérence de l’aristocratie dans les grandes banques nationales est bien moindre qu’en Espagne. Le prestige de l’entreprise industrielle dans l’opinion publique actuelle qui évalue positivement une économie de la croissance bénéficie non seulement aux propriétaires mais aussi aux cadres supérieurs de gestion ; le contrôleur responsable ou le présumé contrôleur est devenu une figure importante. Cependant, la primauté des cartels et des cinq ou six familles les plus importantes n’a pas encore été remise en cause (ces dernières existaient déjà avant l’instauration du régime, ce qui démontre une continuité générationnelle considérable). La diversité des opportunités kleptocratiques n’a jamais été aussi forte qu’actuellement, ce qui signifie que la croissance d’un capitalisme bourgeois rationnel devrait s’avérer plus que problématique.

  • 13 Id.
  • 14 R. Dahrendorf, “Recent Changes in the Class Structure of European Societies”, Daedalus 93, no 1, 1 (...)

16L’élite politique au niveau du gouvernement est recrutée d’une manière à peu près égale dans chacun des trois segments suivants : la corporation militaire, les professeurs d’université (catedráticos) et enfin d’autres fonctionnaires, le professorat universitaire étant légèrement un peu plus représenté. Les professeurs d’université (catedráticos) jouissent d’un prestige social élevé dans leurs fonctions, supérieur à celui octroyé par la direction de grandes entreprises industrielles13. Et, comme il convient à de potentiels ministres, les cadres académiques supérieurs gagnent le même salaire que les cadres supérieurs de la fonction publique (directeurs généraux), les hauts gradés militaires (généraux et amiraux) ou encore les ministres plénipotentiaires et seulement un peu moins que les membres du gouvernement ou les juges avec le plus d’ancienneté. Bien que cette surreprésentation des cadres universitaires dans le gouvernement (plus de la moitié de tous les ministres civils) soit unique dans l’Europe actuelle, celle des juristes, par contre, est assez régulière. Bien plus de la moitié des ministres civils durant la période 1932-1968 était licenciée en droit ; on observe à peu près la même proportion parmi les cadres supérieurs de la fonction publique ; le rôle du droit comme tremplin pour le pouvoir est reconnu par les étudiants de droit eux-mêmes, qui se caractérisent par un haut degré d’autorecrutement au sein même de la population universitaire. Ces données et d’autres encore corroborent la généralisation de Dahrendorf, selon lequel le « véritable équivalent continental de la public school comme tremplin vers le pouvoir est le cursus de droit14 », auquel seule la voie militaire semble être une alternative sérieuse au Portugal. À cette prééminence du droit s’ajoute le caractère général de son enseignement, tout comme les grandes opportunités qu’il prodigue pour changer de fonction (role substitution). Or, comme les militaires, les professeurs universitaires constituent le groupe le plus polyvalent des strates supérieures, ce qui favorise ce changement de fonctions, l’interpénétration institutionnelle et un modèle multiple de carrières, des aspects qui ailleurs sont associés presque exclusivement aux juristes. Les professeurs universitaires, à l’instar des militaires, sont impliqués dans la gestion des affaires et exercent aussi des fonctions politiques et bureaucratiques (« la fièvre pour des postes d’administrateurs d’entreprises » s’est emparée spécifiquement des militaires au cours des dernières années). Sur le plan social, les différentes composantes de la classe supérieure ont été très marquées par une perméabilité élevée entre elles résultant des mariages et des relations informelles, mais aussi de la cooptation opérée par l’université et les forces armées. La capacité à assurer des fonctions très différentes s’accompagne de ce fait d’une multiplicité de liens en termes de sociabilité, mariages interclassistes et éducation commune, au moins pour les générations suivantes (la croissance des écoles secondaires privées illustre parfaitement ce constat). Caetano, qui succéda à Salazar comme premier ministre, peut être considéré comme un parfait représentant de cette classe supérieure : il a bénéficié du système de cooptation via le professorat (un monarchiste conservateur qui n’était pas issu de la classe supérieure mais qui a réalisé une carrière académique brillante en droit) ; il est entré au gouvernement et a occupé d’autres fonctions politiques – démontrant là encore ce pluralisme des fonctions ; par son mariage, il est devenu membre d’une famille influente et du monde des affaires dont la richesse et le républicanisme remontaient à plusieurs générations – un bon exemple de cette multiplicité des liens.

17La taille de la classe supérieure peut être estimée de plusieurs manières. Dans le domaine de l’éducation, l’université a formé (en 1960) 1,2 % de la population active. Pour ce qui est du contrôle du marché économique, comme nous l’avons vu, s’est imposée la primauté d’1 % des plus grandes entreprises, industrielles et de service. Quand l’analyse associe les critères de revenu et d’occupation professionnelle, les sous-catégories des contributeurs de l’échelon supérieur correspondent aux groupes professionnels que nous identifions comme constituant la classe supérieure : elles représentaient en 1962 seulement 0,5 % du nombre de familles dans l’ensemble de la population. Cette donnée est sans doute l’estimation la plus fiable pour ce qui est de la taille de cette classe supérieure.

3. La classe moyenne, la « société duale » et l’éducation

18La taille de la classe moyenne a été fréquemment calculée à partir de celle du secteur tertiaire (services), mais cette méthode a abouti à une surestimation de la taille réelle (la fraction des professions appartenant à la classe moyenne dans ce secteur dépend du degré de développement économique). Dans tous les cas, le mode de définition d’un poste professionnel a une relation étroite avec la forme et l’amplitude du système de stratification. Le tableau suivant donne un aperçu de l’échelle, du rythme et de l’orientation des changements dans la distribution de la force de travail.

Tableau 2. La force de travail au Portugal (en pourcentage)

Secteur 1940 1950 1960 1970
Primaire 49,3 48,4 42,8 29,8
Secondaire 20,4 24,9 29,5 36,7
Tertiaire 30,3 26,7 27,7 31,5

Fonds et note : Les données de 1940-1960 furent obtenues à partir des recensements de la population. Les données de 1970 sont des estimations de la FDMO (Fonds de développement de la main-d’œuvre). Le profil sectoriel de 1970 peut être défini par le sigle stp (p représente le secteur primaire, s, le secondaire et t, le tertiaire ; l’ordre des lettres indique le classement des secteurs par rapport à leur poids relatif dans le volume total des emplois). La distribution de la force de travail a évolué pour passer en 1960 au profil pst puis en 1970 au profil stp.

19Le Portugal est passé d’un profil sectoriel typique de la majorité des pays présentant un retard économique – pts – à un profil pst en 1960 et même, si on croit les estimations de 1964, au profil spt. Deux modèles de développement alternatifs paraissent avoir été évités jusqu’alors. L’un d’entre eux est l’exemple grec, qui a connu un développement économique considérable, en maintenant le profil pts, avec une proportion élevée d’employés et de travailleurs à leur compte dans l’industrie et les services. Cette proportion a légèrement diminué au Portugal, une baisse estimée de 14 % en 1962, après avoir connu cinq années de hausse en termes absolus. Dans cette mesure, le familialisme entrepreneurial, avec la segmentation des petites entreprises dans l’économie non agricole, est beaucoup moins généralisé qu’en Grèce. L’autre modèle est celui de l’Amérique latine, de pays avec un niveau semblable de PNB et de PNB per capita, mais caractérisés par un profil sectoriel tps, impliquant un haut degré de « bureaucratisation » de l’économie. Or, seulement 12 % de la population active dans les secteurs non primaires au Portugal était constituée de fonctionnaires publics au sens large (ces derniers représentaient, tout de même, un quart de la force de travail du secteur tertiaire). Nous utilisons une définition très libre de la « bureaucratie d’État », puisque nous y incluons les fonctionnaires judiciaires, les professeurs des écoles publiques, etc., ainsi que les agents administratifs. La capacité à contrôler le développement du secteur tertiaire est, en réalité, intimement liée au processus d’urbanisation du pays.

  • 15 D. Lerner, The Passing of Traditional Society: Modernizing the Middle East, Glencoe (Illinois), Th (...)

20Même si, en 1950, le Portugal avait, dans l’agriculture, une force de travail plus réduite qu’en Espagne ou en Grèce, le niveau d’urbanisation restait significativement en dessous des autres sociétés européennes du Sud. Vers 1958, le coefficient d’urbanisation au Portugal (« urbanisation » désignant ici la population vivant dans des centres urbains de 20 000 personnes ou plus) était de 16,4 %, alors que celui de l’Espagne était de 39,8 % et celui de la Grèce, de 26,8 %. Cependant, les différences de fertilité entre les zones urbaines et rurales provoquaient un « vide démographique » dans les strates urbaines moyennes, de sorte que, jusqu’aux années 1960, l’augmentation de la population urbaine s’expliquait plus par la migration de ruraux plutôt que par une croissance naturelle de la population urbaine elle-même. Ainsi, entre 1950 et 1960, la population urbaine augmenta d’à peu près 21 %, tandis que le total de la population s’accrut seulement d’environ 4,5 %. Même ainsi, nous pouvons avancer avec raison qu’un niveau plus élevé d’urbanisation (et nous savons que les niveaux d’urbanisation ne sont pas uniquement déterminés par la croissance économique et l’industrialisation) aurait certainement mené à plus d’égalité et de mobilité. Lerner15 a proposé l’hypothèse d’un coefficient d’urbanisation de 10 % comme « point critique minimal » et de 25 % comme « point critique optimal » pour la modernisation d’un pays, du fait des pressions provoquées par ce processus qui vont dans le sens d’une plus grande alphabétisation et participation des médias. Selon ce modèle, l’urbanisation se réfère à toute la population résidant dans des centres urbains de 50 000 personnes ou plus. Le coefficient portugais jusqu’en 1960 étant en dessous des 13 %, on peut donc estimer l’importance de ce « manque urbain » (urban gap).

  • 16 A. Alarcão, “Êxodo rural e atracção urbana no Continente”, Análise Social, 1964, nos 7-8, p. 511-5 (...)

21Il n’est pas nécessaire de préciser que ce bas niveau d’urbanisation du Portugal ne s’explique pas par un immobilisme atavique des strates rurales. Il existe certes des facteurs d’immobilisme dans les zones rurales : l’analphabétisme massif (36 % de la population active dans les zones rurales – « rural » s’appliquant à tout centre habité de moins de 10 000 personnes) et le faible niveau de scolarisation (76 % de la population active n’a fréquenté l’école que quatre ans au plus) ; l’isolement écologique (30 % du total de la population vit dans des centres sans accès à une voie routière) ; l’éloignement de l’économie de marché (seuls 15 % de la production agricole est commercialisée) ; l’indice réduit de contact avec les médias (le nombre de spectateurs de cinéma au Portugal a toujours été bien en dessous de celui des autres pays de l’Europe du Sud) etc. Le Portugal est devenu sans conteste un pays avec des niveaux élevés d’émigration, même pour la zone du Sud de l’Europe. L’exode rural, cependant, a révélé une tendance plus forte à être inter plutôt qu’intranational : seuls 22 % de la migration rurale durant les années 1950-1956 grossissait les villes, tandis que le reste de cette migration se faisait vers l’étranger16. Comme un résultat de ce flux d’émigration, Paris est devenu la troisième, et peut-être même la seconde, plus grande ville portugaise en Europe : ceci est d’autant plus significatif si on garde à l’esprit que la distribution urbaine au Portugal se caractérise par l’absence de villes de 50 000 à 300 000 habitants. Le processus d’urbanisation est à corréler à celui de l’émigration, qui a empêché une plus grande affluence de ruraux dans les villes portugaises et est devenue, paradoxalement, une force pour le maintien dans la ruralité du pays (bien qu’elle soit souvent décrite comme un « exode rural »). Il est certain que les processus d’urbanisation et d’émigration peuvent donner des combinaisons variées : 1) une faible urbanisation et une faible émigration ; 2) une urbanisation poussée et une faible émigration (l’Amérique latine, en général) ; 3) une urbanisation poussée et une forte émigration (Grèce) ; 4) une forte émigration et une faible urbanisation, comme au Portugal, où l’urbanisation et l’émigration semblent avoir été en « compétition » durant les deux dernières décennies.

22Un niveau plus haut (ou un rythme plus rapide) d’urbanisation ne diminuerait pas forcément son irrégularité en termes de taille et de fréquence (l’absence de ville de dimension moyenne), ni son asymétrie territoriale. Ceci s’explique plutôt par le « dualisme » qui caractérise la société portugaise et qui a tendance, en général, à augmenter au cours des premières étapes du développement économique ; l’essentiel du Portugal « moderne », « du Centre » et « du Nord » se situe sur une zone étroite du littoral occidental. Et c’est là que réside la grande majorité de la population urbaine, ceux qui possèdent le niveau secondaire ou universitaire, les groupes de professions libérales ou de travailleurs spécialisés. En termes génériques, tous les bénéfices sociaux – ressources économiques, capital humain, pouvoir politique – présentent donc une distribution très inégale dans ces deux zones. Cette concentration, voire agglutination, de ressources supérieures dans une aire très précise et exiguë du pays tend à persister dans le temps et même à augmenter lors de cette première phase d’industrialisation, du fait d’une fuite des cadres hautement qualifiés (brain drain), d’un flux « pervers » de capital des territoires accusant un retard économique vers les territoires privilégiés, mais aussi d’une kyrielle d’autres mécanismes. Ce syndrome de « société duale » a mené un certain nombre de sociologues à reconsidérer les théories de classe ou leur applicabilité dans un tel contexte.

  • 17 P. Casanova, “Internal colonialism and national development”, Studies in Comparative International (...)

23Ainsi, trois révisions s’éloignant logiquement de l’analyse de classe ont été proposées. La première interprète le clivage de la « société duale », du fait de l’extension, de la diversité et de la résistance des inégalités en présence, comme étant un système de stratification territoriale qui, peut-être, est plus pertinent dans une telle société que la stratification de « classe » (en particulier la structure de classe à l’intérieur du secteur industriel « moderne »). La deuxième thèse soutient que les inégalités territoriales constituent une « facette » importante des classes dans les « sociétés duales », bien plus que leur propriété ou leur qualification première. La troisième interprétation, ou la version « forte » de la théorie, avance que, pour les « sociétés duales », la territorialité, ou plutôt la localisation dans le « centre » ou la « périphérie » dans ces sociétés spatialement bipolarisées, est le critère de classe ou le fondement du processus de formation des classes. Cette version « forte » de la théorie repose sur une analogie avec le système international de stratification, non seulement dans un but analytique ou heuristique, mais aussi pour sauver sa rhétorique morale, vu que l’expression caractéristique de « colonialisme interne » convoque les symboles moraux les plus puissants du monde contemporain. Certes, les versions les plus « idéologiques » de la théorie de la stratification internationale ont tenté de remplacer la catégorie de « classe » par celle de « nation » dans l’analyse du comportement international ou encore de considérer les nations comme des « classes ». De la même façon, les théories du « colonialisme interne » ont modifié l’acception classique des concepts de la théorie de classe afin de les adapter au clivage principal de la « société duale ». Or, il est bien difficile de contester cette approche si nous adoptons le critère de classe de Dahrendorf qui repose sur l’appartenance à des statuts supérieurs ou subordonnés dans les structures d’autorité. Ce critère coïncide largement avec le clivage de la « société duale » dans les sociétés non développées ou en voie de développement, ainsi qu’avec les situations de marché, si on n’altère pas le facteur de la territorialité. Il est donc parfaitement légitime de penser que le clivage de la « société duale » explique la distribution du pouvoir dans l’ensemble de la société et sert de socle pour la formation des « classes » et de force pour le conflit de « classe17 ».

  • 18 La meilleure étude relative au dualisme au Portugal est celle d’A. Sedas Nunes, Sociologia e Ideol (...)

24Quoi qu’il en soit, deux systèmes de stratification reposant sur la territorialité dérivent de ces disparités structurales18. Le système de stratification du « Nord » est en partie l’inverse du système du « Sud », avec des limites inférieures et supérieures plus accentuées. Le système du Nord se caractérise de plus par une forme plus égalitaire, rappelant un hexagone ou un diamant au lieu d’une pyramide tronquée. Bien que la distribution par secteur d’activité ne puisse être assimilée conceptuellement ou empiriquement à la structure de classe, elle en fournit cependant une première approximation. Dans ce sens, nous présentons la distribution de la force de travail par secteur d’activité et par région.

Tableau 3. Emploi par secteur et par région au Portugal, 1960 (en pourcentage)

Secteur Lisbonne Porto Région Nord hors Porto Région Sud
Primaire 14 18 34-38 41-76
Secondaire 32 49 38-43 10-40
Tertiaire 54 33 19-28 13-26

Source : Élaboré sur la base des données extraites du recensement de la population de 1960

25Les dix-huit districts portugais pouvaient être classés en 1960, relativement à l’emploi par secteur d’activité, de la manière suivante : Lisbonne présentait un profil de l’emploi tsp, caractéristique des sociétés industrielles les plus avancées, telles que les États-Unis ou les Pays-Bas ; Porto révélait un profil occupationnel stp, qu’on trouve aujourd’hui dans de nombreuses sociétés industrielles ; d’autres districts possédaient un profil spt (Aveiro, Setúbal), qui est devenu récemment le modèle du pays pris dans sa globalité. Le profil pst qu’on observait dans 6 districts selon ce recensement de 1960 correspondait par contre au profil national de cette même époque. Le profil de l’emploi des huit districts restants – pts – est caractéristique des pays accusant un grand retard dans leur développement économique, qui constituent des exemples bien connus « de déviation », à l’instar de la Grèce. Certains des districts classés dans cette catégorie ont, en effet, le plus faible revenu per capita du pays et sont situés bien plus bas que le reste du Portugal pour ce qui relève des indicateurs sociaux ; cependant, deux de ces districts enregistrent de bons résultats relativement à ces mêmes indicateurs (une situation disparate très proche du modèle grec). Bien que ces cinq profils d’emploi ne puissent être facilement corrélés avec les variations au niveau du revenu per capita dans le pays, ils correspondent, à peu près, aux cinq niveaux de développement économique définis au niveau international. Notons que les trois profils d’emploi du « Nord » correspondaient à des degrés de développement économique que le Portugal dans sa totalité n’avait pas encore atteints à cette date, alors qu’un seul profil (pts) représentait un stade déjà dépassé par l’économie nationale. De cette façon, les variations dans l’espace peuvent être lues comme des variations diachroniques, dans le sens où certaines zones correspondent à des étapes plus ou moins avancées du développement économique. (Notre critère pour définir ce système du « Nord » était que le secteur primaire devait employer moins de main-d’œuvre que le secondaire ou le tertiaire).

26Pour soutenir la thèse qu’il existe des systèmes de stratification qui reposent sur le territoire, il est important de considérer non seulement la composition par type d’activité de la force de travail mais aussi la structure des opportunités d’accès à l’éducation, afin d’étudier les changements dans les « chances » et le flux possible de mobilité sociale ascensionnelle. Une façon, encore imparfaite, d’évaluer les facilités d’entrée dans le système éducatif consiste à comparer les accessibilités aux enseignements secondaire et supérieur dans différents districts ainsi qu’au niveau national.

Tableau 4. Accès aux enseignements secondaire et supérieur (en pourcentage)

Type Accès à l’enseignement secondaire Accès à l’enseignement secondaire
I Élevé Élevé
II Élevé Faible
III Faible Élevé
IV Faible Faible
  • 19 Il s’agissait du district de Setúbal [Note de l’auteur de 1998].
  • 20 Il s’agissait du district de Guarda [Note de l’auteur de 1998].

27Les districts de type I, à savoir Lisbonne, Porto et Coimbra, sont relativement « démocratiques » en termes d’accès au système éducatif. Le type II, qui présente une entrée favorisée dans l’enseignement secondaire, est, ce que nous pourrions appeler, un district « populiste », avec un développement de l’enseignement secondaire technique (dans les zones où nous trouvons également une grande concentration d’industries modernes19). Le type III est un district « élitiste », avec un accès privilégié seulement à l’enseignement supérieur20 (en réalité, il y a encore deux autres districts qui, en termes relatifs, facilitent plus l’entrée dans l’enseignement supérieur que celle dans l’enseignement secondaire, si nous comparons ces résultats à la moyenne nationale). Le type IV, qui inclut la majorité des districts, accuse le plus fort « retard », avec peu d’entrées dans l’enseignement secondaire comme dans le supérieur (cependant, quatre d’entre eux sont très proches du type II, dans la mesure où, proportionnellement, le secondaire y est plus favorisé que le supérieur, alors que les deux niveaux d’enseignement présentent les mêmes désavantages). Ces quatre types correspondent à peu près aux niveaux transnationaux de développement éducatif et révèlent encore une fois que le Portugal est constitué en fait de « plusieurs pays ». Malgré tout, le principal clivage reste celui qui oppose un Portugal « développé » (types I et II) et un Portugal relativement « sous-développé » (types III et IV). Les districts de Lisbonne et Porto rassemblaient 46 % des étudiants universitaires pour l’année 1963-1964. On ne peut interpréter cette donnée sans considérer le fait que la distribution régionale des licenciés par leur résidence est encore plus inégale que celle des étudiants universitaires par leur localité d’origine, ce qui indique un transfert constant des talents du Portugal « sous-développé » vers le Portugal « développé » (il en est de même pour les élèves qui ont terminé ou qui fréquentent encore l’enseignement secondaire).

  • 21 Voir G. W. Domhoff, Who Rules America?, Englewood Cliffs (N.J.), Prentice-Hall Publisher, 1967. Da (...)
  • 22 A. Touraine, « Anciennes et nouvelles classes », in Balandier G. (dir.), Perspectives de la sociol (...)

28Les tableaux présentés permettent d’avancer quelques propositions générales en relation à l’écologie sociale des classes au Portugal. Tout d’abord, le Portugal « périphérique », où jusqu’à 1960, vivait au moins 70 % de la population, révèle une classe moyenne très réduite ; le « reflux » de la croissance économique dans cette phase amplifie et accélère la contraction non seulement des strates moyennes réelles comme des potentielles. Le hiatus entre les classes moyennes et inférieures dans le Portugal « périphérique » est si profond (en 1950, pour donner seulement un indicateur, seuls trois des dix-huit districts avaient un taux d’analphabétisme plus bas que celui du pays dans son ensemble, c’est-à-dire 40 %), qu’il empêche tout leadership de classe de la part de la classe moyenne dans l’ensemble du pays. Dans cette conjoncture structurelle et culturelle, les rôles de leadership de la classe moyenne, les fonctions de médiation culturelle ou encore les « banques » de pouvoir et d’influence ont du mal à prendre racine. D’autre part, la centralisation de l’appareil d’État dans le régime actuel, tout comme l’attribution au clergé de fonctions de contrôle non coercitif de la société rurale – afin d’éviter toute compétition organisée dans la représentation et l’encadrement politiques locaux – ont inhibé la formation de la classe moyenne dans le Portugal périphérique. Enfin, une seigneurie rurale ou petite noblesse vivant sur et de ces terres ne s’est jamais vraiment développée. Mais, tandis que les classes supérieures à l’échelle nationale n’ont pas besoin de contrôler directement les politiques locales, nous ne pouvons dire la même chose d’une classe moyenne avec des prétentions hégémoniques21. Enfin, aucune classe forte n’a émergé parmi les petits propriétaires : ces derniers, malgré une croissance numérique jusqu’en 1960, ont connu un véritable déclin de leur position économique. Du fait de l’aggravation du clivage de la « société duale », aucune classe sociale militante ne s’est engagée directement dans la réduction de la « dualité » de la société portugaise. Dans l’Europe du Nord-Ouest, à l’inverse, même si la variable de la diversité ethnoculturelle est gardée constante, les différences et déséquilibres écologiques sociaux peuvent donner naissance à de nouveaux foyers de conflits de classe. Touraine a même dit que « le rôle joué autrefois par l’attachement au métier l’est aujourd’hui par l’attachement à l’espace22 » mais une telle lutte pour la « justice territoriale » – en tant que nouvelle forme de justice distributive plus pertinente – présuppose au départ une classe bien organisée et militante, ce qui précisément fait défaut dans le Portugal « périphérique ».

  • 23 OCDE, Mediterranean Regional Project, Portugal, Paris, OCDE, 1968.

29L’aspect le plus significatif pour ce qui est de l’éducation, dans sa relation à la classe au Portugal, est sa nette insuffisance : aux alentours de 1960, 30 % de la population active était encore analphabète. Durant les dernières années, le Portugal maintenait, comparativement à la Grèce et à l’Espagne, un retard plus grand au niveau des indicateurs éducatifs que pour les indicateurs économiques. Une fois soulignée la carence du système scolaire en termes absolus, la faiblesse spécifique de la scolarisation dans le secondaire constitue un obstacle encore plus notable. Au-delà du fait que l’éducation est un bien rare et mal distribué, le système éducatif est aussi extrêmement inefficace, comme l’indiquent les taux élevés d’abandon scolaire et d’échec au niveau des différents examens (dès la première année d’instruction primaire, le taux d’abandon scolaire23 n’est jamais descendu en dessous des 30 % entre 1950 et 1960). Il s’agit d’une caractéristique générique qui concerne l’ensemble du système scolaire, dans sa verticalité ou son horizontalité, par niveau d’enseignement ou type d’école ou de collège.

30L’enseignement secondaire présente une distinction évidente entre les lycées (pensés comme antichambres des universités) et les écoles techniques (définies comme des institutions éducatives professionnelles), deux types d’institutions scolaires séparés par un profond fossé symbolique, pour ce qui est de leur prestige respectif. Le nombre d’inscrits dans les lycées excède, même si de peu, le nombre d’inscrits dans les écoles techniques ; d’autre part, les écoles secondaires privées (dans la majorité des lycées et des institutions religieuses) attirent plus d’élèves que les lycées publics, donc, économiquement plus accessibles. Si nous observons les trois catégories d’écoles secondaires, nous pouvons voir que plus les frais de scolarité sont élevés, plus la population scolaire est importante, ce qui est un phénomène « contre-économique », qui rentre en contradiction avec les lois de l’offre et de la demande. Cette situation peut s’expliquer par une plus grande sélectivité sociale dans le recrutement et aussi par le fait que cet enseignement secondaire prépare aux universités et n’obéit pas seulement à des objectifs éducatifs et professionnels qui lui seraient propres. D’autre part, le retard dans la construction de lycées publics et leur forte concentration dans les mêmes zones géographiques ont permis l’essor d’un enseignement secondaire privé, avec la double fonction de maintenir l’instruction au niveau du lycée comme monopole de la classe moyenne et d’aider au renouveau du catholicisme dans cette classe.

31Le développement des enseignements secondaire et supérieur n’implique pas nécessairement une mobilité croissante verticale entre les générations : il est intéressant de vérifier que l’essor des universités s’est réalisé sans qu’il y ait eu une augmentation significative du nombre toujours réduit de bourses attribuées aux études, ce qui veut donc dire que la majorité des étudiants demeure totalement ou partiellement dépendante des familles en termes financiers. De ce fait, ce à quoi on assiste n’est pas tant un processus de mobilité croissante qu’un phénomène de valorisation de la classe moyenne en termes éducatifs, avec une réduction des incohérences de statut entre profession et éducation, tout comme une plus grande emphase au niveau national mise sur les certifications des habilitations et les critères formels universalistes. Comme 95 % des étudiants, aujourd’hui, sont recrutés parmi les couches sociales supérieures et moyennes – définies par leur profession –, le profil éducatif de leurs pères est bien moins inégalitaire que celui de la population masculine générale.

Tableau 5. Habilitations des pères des étudiants universitaires et de la population active masculine (en pourcentage)

Population active (masculine) Pères des étudiants universitaires (1963-1964)
Université 1.2 27.5
Secondaire 3.9 36.1
Primaire 37.0 32.7
Aucun niveau 58.0 2.7

Source : Situação e Opinião dos Universitários, p. 198

  • 24 J. Ben-David, “The Growth of the Professions and the Class System”, Current Sociology, 1963-1964, (...)

32L’objectif fondamental des systèmes secondaire et universitaire est certainement l’attribution d’un statut générique à l’élite. Au Portugal, comme dans l’essentiel de l’Europe du Sud, la faiblesse historique de la classe moyenne a permis aux universités de conserver le monopole de la formation des candidats visant des professions supérieures et de maintenir leur esprit aristocratique, leur pédagogie scolastique, leur mentalité culturelle archaïque. Les universités ont, ainsi, favorisé l’immobilisme culturel plutôt que la mobilité sociale24.

33La taille de la classe moyenne peut être évaluée de plusieurs manières. Le critère fiscal – l’effectif de la catégorie des contributeurs directs – indique qu’elle représente 15 % de la population active. La proportion des professions moyennes et supérieures est de 25 % de la population active, ce qui est une estimation acceptable mais plus haute.

4. Les classes subordonnées et l’émigration

  • 25 R. Dahrendorf, Class and Class Conflict in an Industrial Society, Stanford, Stanford University Pr (...)
  • 26 Le concept de quasi-groupe a été formulé par le sociologue britannique Morris Ginsberg dans les an (...)
  • 27 Cette expression se réfère au concept de prolétariat formulé par le sociologue catholique allemand (...)

34Les strates subordonnées au Portugal, comme partout, constituent des quasi-groupes dont la potentielle conflictualité dépend des opportunités de communication, des interactions communautaires et professionnelles continues, de modes d’organisation et d’association autonomes. Trois niveaux sont pertinents : le niveau national, marqué par une communication limitée et discontinue ainsi qu’une faible mobilisation sociale (comme le montrent des indicateurs tels que l’urbanisation, la mobilité physique ou les mass media, etc.) ; le niveau interstrates, d’où émergent trois couches sociales écologiquement et culturellement distinctes : les petits propriétaires ruraux, les salariés agricoles et les ouvriers, dont les « situations de vie » sont encore bien distinctes et non homogènes (la « classe basse » dans le sens de Dahrendorf est celle à laquelle incombent des positions subordonnées dans toutes les structures d’autorité25 est qui constitue un quasi-groupe de quasi-groupes26) ; le niveau intrastrates, dans lequel d’énormes fossés se creusent entre les différentes formes d’intégration écologique, professionnelle ou encore d’isolement social. En comparant les trois couches sociales précédemment citées, nous en concluons que les travailleurs agricoles et les ouvriers ont démontré une militance plus significative que les petits propriétaires. C’était un résultat prévisible, étant donné que la communication, variable intermédiaire, joue un rôle décisif dans la traduction de la pression des situations de marché en conflits instrumentaux de groupe. À l’intérieur de chaque strate, les secteurs les plus militants ont été ceux qui sont restés les plus concentrés et organisés professionnellement : la population rurale du Nord-Est, dans le cas des petits propriétaires ; la main-d’œuvre des latifundiaires du Sud, pour ce qui est des travailleurs agricoles ; enfin, les salariés de l’industrie lourde dans les grandes concentrations industrielles et dans les agrégats écologiques denses au sud de Lisbonne, pour le monde ouvrier. Cependant, le niveau interstrate de l’analyse prend en considération d’autres caractéristiques, au-delà de la question de la communication. La propriété distingue évidemment la strate des petits propriétaires des deux autres mais les catégories, présentes dans le recensement, de « travailleurs agricoles » et d’« ouvriers » donnent peu d’information sur les conséquences de cette absence de propriété dans la stratification sociale. On ne peut négliger l’influence de ce facteur, car, même un droit de propriété de peu de valeur peut assumer une fonction de soutien dans un ordre de stratification. Le « chômage masqué », plutôt que le chômage conjoncturel ou cyclique de masse, a caractérisé l’économie portugaise et les travailleurs agricoles des exploitations latifundiaires ont toujours été les plus touchés par un marché du travail « inconsistant et peu sûr27 », qui est caractérisé par des fluctuations saisonnières, comme c’est le cas pour tout le système agricole latifundiaire méditerranéen. Se rajoute à cela une incidence variable de la sécularisation qui résulte d’un clivage territorial et culturel Nord-Sud mais qui est aussi une conséquence des débuts de l’industrialisation. La « géographie religieuse » n’a pas changé depuis le début du xxe siècle : l’essentiel des travailleurs agricoles du Nord sont catholiques et dominés par le clergé tandis que les travailleurs des exploitations latifundiaires et les ouvriers se sont éloignés du catholicisme, même minimal des rites de passage basiques.

  • 28 Voir S. Ossowski, Class Structure in the Social Consciousness, Londres, Routledge/Kegan Paul Publi (...)

35Étant donné que les ouvriers sont issus pour certains du monde agricole, nous devons prendre en considération tant la logique de leur situation de travail et des conjonctures actuelles du marché comme l’existence de motivations et de valeurs « inadéquates à la situation » chez ces ouvriers qui ne sont pas seulement des ex-ruraux mais restent en fait des ruraux potentiels en termes d’aspirations et d’objectifs de vie. Trois variables doivent être étudiées à ce niveau de l’analyse : dans quelle mesure les situations (la structure) peuvent altérer les valeurs et les identités (la culture) ; dans quelle mesure le changement pour des conditions de vie urbaine et industrielle est discontinu et sans médiation ; quel est le volume de ce flux de nouveaux entrants dans la catégorie des ouvriers et quelles sont les proportions respectives du noyau dur des ouvriers traditionnels avec déjà une certaine « idéologie de classe » et des « nouveaux » membres de la classe ouvrière. Il y a suffisamment d’éléments pour penser que l’urbanisation industrielle a été principalement caractérisée par sa lenteur – en 1950, plus de la moitié des travailleurs de l’industrie et de la construction vivait dans des localités rurales de moins de 2 000 habitants – et s’est réalisée par le biais d’une urbanisation en série (mouvement de population des petites villes vers les grands centres), d’activités spécifiques (la construction civile) et de structures familiales servant de relais, etc. Comme prévalait un sentiment de satisfaction relative (qui utilisait comme modèle de référence les conditions rurales) ou une faible exigence en termes de « satisfaction absolue », la frustration de classe des nouveaux travailleurs devait être réduite (même si les salaires agricoles avaient grimpé rapidement après 1958 et dans une proportion plus forte que les salaires de l’industrie, ils restaient bien en dessous de ces derniers). L’hétérogénéité sociale des ouvriers est visible au niveau de l’écart entre des groupes pratiquant une certaine privation au sein de la classe et d’autres où apparaît un degré de satisfaction absolue plus élevé, même après l’augmentation des revenus réels durant la dernière décennie. Cette section d’ouvriers alimente l’une des branches de l’émigration portugaise (des ouvriers spécialisés urbains relativement peu nombreux). Ce mouvement de main-d’œuvre vers l’industrie, que nous avons déjà mentionné, révèle que l’apprentissage des savoir-faire professionnels industriels et l’acquisition de l’identité en tant que membre de la classe ouvrière n’impliquent pas forcément un grand « saut » culturel. Cependant, un schéma transversal de l’industrie portugaise montre un niveau modérément élevé de la bureaucratisation de la force de travail en termes de contextes organisationnels : 83 % des ouvriers de l’industrie étaient embauchés dans des unités de production de plus de 5 employés, 55 % dans des ateliers de plus de 10 travailleurs, 44 % dans des usines avec plus de 100 salariés (données référentes à l’année 1959). Historiquement, la classe ouvrière s’est développée au sein d’un système de valeurs sociales ascriptives et particularistes, et ce, parce que les strates supérieures de la société concevaient le système de classes comme reposant sur une dichotomie, l’expression « o povo » désignant alors une vaste masse indifférenciée28. La prévalence de telles valeurs explique la mainmise sur le mouvement ouvrier de l’anarcho-syndicalisme au départ, et plus tard, du communisme (qui, les deux, englobaient dans le même grand ensemble tous les ouvriers et les travailleurs des propriétés latifundiaires). Les travailleurs de l’industrie comme des propriétés latifundiaires furent triplement destitués de leurs droits civiques : du fait d’un droit de vote limité (prérequis obligatoires en termes de taux d’imposition et d’alphabétisation) ; par leur fidélité au Parti communiste, qui est placé dans l’illégalité ; enfin, en raison des manipulations du processus et des résultats électoraux opérées par la dictature.

36La facette la plus difficile à expliquer quant au comportement social de la classe inférieure au Portugal est, de loin, l’apathie politique de la paysannerie (dont on exclut le « prolétariat rural » du Sud). Cette apathie n’est pas seulement caractéristique de l’époque actuelle mais de toute une période historique qui remonte à 1850. Le petit propriétaire a été l’objet de multiples restrictions économiques sévères : la réduction de la taille et la fragmentation des propriétés ; « les ciseaux des prix » (c’est-à-dire, les augmentations des prix de vente des produits agricoles restent en dessous de celles concernant les intrants nécessaires à la production agricole, comme, par exemple, les tracteurs et les fertilisants, biens de consommation durables et semi-durables), l’exploitation de type monopsone ou monopoliste des produits, marchés de la terre et du capital, etc. En 1954, seulement 31 % des petites propriétés étaient autosuffisantes, les autres étant forcées, par exemple, de réaliser des locations de terre pour agrandir leur exploitation avec des contrats onéreux et non régulés. Divers mécanismes compensatoires ont fonctionné, comme le maintien d’un droit coutumier et de principes d’une économie non marchande, que sont la réciprocité et la prestation, mais aussi la dépendance des relations patron-client, la différenciation sociale limitée dans la communauté rurale, etc. Mais le mécanisme le plus important reste certainement l’émigration.

37Même si l’émigration, et spécialement depuis les années 1960, concerne désormais tout l’espace géographique et toutes les professions, historiquement elle était surtout associée à la paysannerie. Elle est typique, en particulier, du travailleur rural possédant un petit lopin de terre, vu qu’elle nécessite un minimum de ressources et qu’elle est donc une hypothèse fermée à ceux qui sont destitués de tout bien. Depuis 1945, près d’un million de Portugais ont émigré ; le pourcentage annuel a crû rapidement depuis 1961, excédant en 1966 la croissance régulière de la population et, depuis 1964, la croissance naturelle de la force de travail. Pour ce qui relève du volume comme de l’impact de l’émigration, le Portugal est le deuxième pays de l’Europe, après l’Irlande. Dans la logique de la conjoncture, l’émigration se présente comme un modèle de comportement rationnel : contrairement à d’autres formes de lutte pour la mobilité individuelle ou collective ou d’action de classe, l’émigration est consacrée par la tradition, légitimée par les autorités morales, comme les paroisses, et non sujette à des sanctions, à l’opposé de la « subversion ». Par ailleurs, le fait que l’émigration soit un phénomène déjà séculaire au Portugal, la conviction peut-être erronée selon laquelle toute la population aurait des contacts avec des émigrés, le système étendu de communication qui l’entoure (Le Portugal présente un niveau élevé de courrier international per capita, comme les autres sociétés avec une forte émigration) avec un degré élevé de « redondance », sont trois facteurs qui expliquent que l’émigration soit devenue un comportement acceptable socialement, bien plus que toute action de groupe efficace ou toute alternative structurelle. L’émigration représente l’horizon normal des expectatives sociales, tout comme des rêves et des espérances, ce qui signifie que, rationnellement ou irrationnellement, beaucoup d’individus alimentent un projet d’émigration et que l’émigration est en permanence présentée par différentes sources comme étant un choix plus que pertinent.

38La fonction stabilisatrice de l’émigration a déjà été évoquée mais s’applique en fait à plusieurs niveaux. Tout d’abord, à un niveau global, elle redéfinit l’échelle de désengagement de la force de travail et le système de propriété. D’autre part, elle a une incidence sur la définition des classes : comme la paysannerie était la classe la moins militante de toutes les classes inférieures au Portugal (soumise à des conditions du marché qui auraient généré partout ailleurs des tensions de groupe très violentes) et la plus vouée à émigrer, ce processus migratoire affecte surtout cette classe. En troisième lieu, la sélectivité de l’émigration intraclasse entraîne la perte de leaders potentiels. De plus, l’apport économique apporté par les migrants est substantiel. Cinquièmement, le phénomène d’émigration permet de réduire le flux de ruraux grossissant les villes portugaises. Sixième point, l’impact sur la structure de la conscience sociale est essentiel : l’émigration réelle toujours forte et continue comme l’omniprésence dans les esprits de cette possibilité du départ impliquent une socialisation préalable qui considère l’émigration comme une solution aux difficultés éprouvées et qui crée une conscience qui n’est plus « utopique » sur le plan politique ou de l’idéologie religieuse (par opposition à mondain), mais hétérotopique, orientée vers « un ailleurs », une structure de substitution extranationale, qui offrirait des opportunités. Selon la géographie singulière de l’espace migratoire, Caracas ou Paris peuvent être plus proches du village – leur structure d’opportunités plus visible et attirante – que Lisbonne ou Porto. Objectivement, lorsque la perspective migratoire est toujours un possible envisageable, le calcul de l’action sociale et politique se modifie : même lorsque physiquement présent, l’agent qui peut migrer est un non-membre potentiel de la société, ou de la classe, ou des deux. Dans ce sens, l’émigration fournit un équivalent fonctionnel à la croyance en une société ouverte, qui, même si démentie par les faits, atténue le sentiment de classe chez un individu déplacé dans une autre société et qui est moins sujette au test de la réalité, puisque, par définition, elle se soustrait à la surveillance locale. D’autre part, une émigration réussie, contrairement à la mobilité sociale locale, n’implique pas nécessairement une mobilité professionnelle : elle peut être obtenue en acceptant des métiers, qui, au pays, seraient synonymes de honte et d’humiliation.

  • 29 Sur l’idée d’« équilibre », voir D. Lerner, The Passing of Traditional Society: Modernizing the Mi (...)

39Au niveau de la société prise dans sa globalité, nous devons évaluer à quel point le statut impérial du Portugal a stabilisé l’ordre de stratification. Qu’il l’ait stabilisé ou non, la colonisation devrait être stabilisatrice. L’absence d’importantes discontinuités historiques, tant au sein de la société que dans son interaction avec les autres, fait du Portugal un cas presque unique en Europe. Le Portugal fait partie des quelques nations européennes qui, durant les quarante dernières années, n’ont pas eu à souffrir ni du poids d’une guerre civile, ni de la catastrophe d’une déroute ou de l’occupation par une puissance étrangère ou même encore des deux cumulés. De même, le pays n’a pas connu de grandes poussées inflationnistes, ni de crises graves dans sa balance des paiements. L’urbanisation, l’industrialisation, une plus grande couverture par les médias, l’accès aux enseignements secondaire et supérieur et la concession de droits sociaux minimaux ont été des processus qui se sont réalisés d’une manière raisonnablement synchrone et harmonieuse29. Certes, la garantie de droits politiques (que les analphabètes n’ont jamais obtenus) et de droits sociaux, comme le droit de grève, ne s’affirme toujours pas dans une économie qui, pourtant, manque de main-d’œuvre – ce qui devrait faciliter la lutte pour l’amélioration des conditions de travail et la citoyenneté.

  • 30 Sur la théorie des biens « publics » et « collectifs », voir H. Johnson (dir.), Economic Nationali (...)

40Même si la guerre coloniale n’a pas réussi à déstabiliser le système, il faut s’attendre à ce que l’augmentation significative du « quota de conscription militaire », aujourd’hui peut-être le plus grand du monde, vienne à exercer des pressions égalitaires, du fait d’aspirations personnelles plus élevées, une plus grande identification à la nation et une plus vive conscience civique, etc. Nous pouvons bien sûr argumenter que le sens de l’appartenance dans un pays impérial est un « bien collectif » ou un « bénéfice indivisible » qui compense la mauvaise distribution des biens rares et divisibles30. Cependant, comme l’émigration vers ou en provenance des colonies a été limitée, ce privilège commun ascriptif est par conséquent relativement « abstrait », contrairement à celui dont bénéficient les dits « blancs pauvres », dans la multiplicité des actes quotidiens de domination concrète, dans ce face-à-face qui est la réalité de ce « Sud ». L’importance et le prestige acquis dans le système de stratification internationale pourraient être considérés comme des inputs à réinvestir dans le système de stratification de la société d’origine, même si les strates les plus basses de celle-ci ne disposent que d’une représentation cognitive limitée de cette cartographie sociale mondiale. En réalité, les effets positifs de cette stratification transversale sont ambigus et incertains.

41Il est aujourd’hui incontestable que la modernisation ne détermine pas une seule trajectoire transnationale conduisant à un résultat final unique. Paradoxalement, les premiers stades de la croissance économique ne s’accompagnent pas simplement d’un développement mais aussi, selon une union dialectique d’opposés, d’une traditionalisation de la société, à travers une série de facteurs :

  1. « L’émulation sociale retardataire31 » : les émigrants qui rentrent au pays, par exemple, aujourd’hui comme dans le passé, semblent souvent désireux de s’acheter des terres pour imiter le style de vie aristocratique des grands seigneurs de la terre. Auparavant, cette conduite était « appropriée » à un ordre social stable, mais cela devient anachronique dans une société en plein processus d’industrialisation ;
  2. L’accès à des facilités à travers la croissance économique, sans changement institutionnel, doit mener à une aristocratisation manifeste ou latente même dans les strates de la classe moyenne urbaine. C’est ce qui se passe, par exemple, avec l’accès croissant à des institutions d’enseignement qui ont peu évolué : les universités n’ont pas seulement plus d’étudiants de droit mais ces derniers représentent aussi une proportion plus importante dans le total du corps étudiant et ce, comparativement à la situation universitaire d’il y a dix ans. La composition de la population estudiantine et ses associations symboliques sont, de ce fait, plus « aristocratiques », dans la mesure où la faculté de droit reste un bastion des orientations traditionnelles du pouvoir politique ;
  3. « L’effet de fusion32 » : les styles de vie hérités des aristocraties peuvent s’ajouter aux modèles internationaux de consommation de masse et contribuer à déplacer les conflits de classe vers un autre terrain d’expression, celui de la consommation ;
  4. Plus spécifiquement, comme les forces du marché dans l’actuelle conjoncture ont permis une croissance des revenus réels du travail – sans que nous ne vérifiions d’une manière concomitante de changements dans les droits et valeurs politiques, ni d’apparition de meilleures opportunités pour le conflit instrumental –, nous pouvons assister à une intense compétition pour la démonstration d’un train de vie fastueux en province (le tourisme peut, sous cet aspect, avoir un aspect bénéfique, parce qu’il légitime un modèle du luxe relativement sobre, dans le sens où il le relie à une présumée position sociale élevée).
  5. La croissance économique, sans changement institutionnel, amplifie la structure d’opportunité kleptocratique : les modes d’appropriation rationnel-capitaliste et kleptocratique-parasite ou politico-capitaliste peuvent augmenter pari passu, une tendance renforcée par le fait que le Portugal constitue une puissance impériale prédatrice.
  • 33 Cette « théorie du ruissellement » (trickle effect), présentée initialement par L. Fallers, a été (...)
  • 34 Nous faisons référence ici au concept de citoyenneté défini par le sociologue britannique T. H. Ma (...)

42Cependant, les forces du marché, même à l’intérieur d’une structure institutionnelle qui résiste, peuvent être fonctionnelles dans la lutte pour la justice distributive et pour la citoyenneté. Au moins quelques segments des strates inférieures ont profité de leurs nouveaux pouvoirs de marché non seulement pour revendiquer des salaires plus hauts mais aussi pour exiger une reconnaissance de certaines tâches professionnelles (dont une nouvelle nomenclature) et de nouvelles cérémonies concernant la civilité, une question qui revêt une certaine importance dans une culture hautement formaliste, pour laquelle les formes de traitement sont intimement liées à une hiérarchie de statut sociale et rigide. Les gains sociaux furent plus évidents pour les fonctions qui requéraient traditionnellement le maximum de subordination personnelle, comme les salariés agricoles et les employés domestiques – des professions en rapide décroissance. D’autre part, dans la sphère de consommation, des strates inférieures se sont approprié de nombreux éléments symboliques du statut de la classe moyenne, de façon à ce que l’« effet de ruissellement33 » – s’accrocher constamment à l’ancien et être dépassé par les nouveaux symboles de consommation des strates supérieures – fonctionne certainement dans la situation présente. Il est difficile, par contre, d’affirmer que cet effet aurait la même fonction stabilisatrice que dans les sociétés les plus industrialisées. Ces changements, en réalité, ne furent pas légitimés par de nouveaux symboles moraux, en partie du fait de la répression des idéologies politiques séculaires. Même dans la sphère religieuse, les nouveaux courants catholiques, à l’instar du socialisme chrétien et des Cursillos de cristiandad (dominés par la classe supérieure, mais formellement égalitaires), tout comme les sectes protestantes fondamentalistes, témoignent certes tous d’un sens profond de l’égalité morale mais ont eu un impact limité sur la société portugaise. De ce fait, nous pouvons en conclure que les principaux obstacles à l’obtention pure et simple du niveau de « citoyenneté34 » déjà atteint dans l’Europe du Nord-Ouest demeurent le système politique et les valeurs dominantes.

Haut de page

Notes

1 Ascribed status a été traduit, dans cette version française de l’article, par statut ascriptif (qui s’oppose ainsi au statut acquis) [note du traducteur].

2 Introduit par l’anthropologue culturel nord-américain Ralph Lindon dans les années 1930, ce concept de ascribed status a été largement utilisé par Parsons. Le statut ascriptif englobe toutes les qualités et attributs plus ou moins immuables, non choisis des agents sociaux qui sont utilisés dans la classification ou la stratification sociale : origine sociale, parenté (la consanguinité plus précisément), âge, genre, ethnicité, etc. Le statut ascriptif s’avère être une notion large et générale, par rapport à l’évaluation plus spécifique de l’activité professionnelle [note de l’auteur de 1998].

3 Voir L. Fallers, “Equality, modernity and democracy in the new states”, in C. Geertz (dir.), Old Societies, New States, New York, The Free Press, 1963 : « La période de la plus forte conscience de classe dans le mouvement a coïncidé avec la période de l’immigration ouvrière américaine massive […] l’ethnicité a eu un rôle dans la stratification américaine à peu près analogue à celui de la culture de classe en Europe. »

4 Voir D. A. Rustow, A World of Nations, Washington (DC), The Brookings Institution, 1967. On peut souligner que l’intégration de l’empire colonial dans le nationalisme au Portugal constitue un équivalent fonctionnel à la problématique de l’État-nation qui déchire aujourd’hui tant de pays. Une discussion plus poussée de ce sujet nous mènerait bien trop loin.

5 S. Andreski, Parasitism and Subversion. The Case of Latin America, Londres, Weidenfeld & Nicholson, 1966.

6 B. Moore, Social Origins of Dictatorship and Democracy, Harmondsworth, Middlesex, Penguin Books Ltd., 1966.

7 J. Hicks, A Theory of Economic History, Oxford, Publisher Clarendon Press, 1969.

8 R. Dahrendorf, “The Education of an Elite: Law Faculties and The German Upper Class”, Transactions of the Fifth World Congress of Sociology, Louvain, International Sociological Association, 1964, p. 259-274.

9 CODES – Gabinete de Estudos e Projectos de Desenvolvimento Sócio-Económico, Situação e Opinião dos Universitários : Inquérito promovido pelas Direcções Gerais da Juventude Universitária Católica, Lisboa, CODES, 1967.

10 R. Dumont & M. Mazoyer, Développement et socialismes, Paris, Éditions du Seuil, 1969.

11 En français dans le texte original [Note du traducteur].

12 H. Makler, “A case study of the Portuguese business elite, 1964-1966”, in R. Sayers (dir.), Portugal and Brazil, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1968.

13 Id.

14 R. Dahrendorf, “Recent Changes in the Class Structure of European Societies”, Daedalus 93, no 1, 1964, p. 225-270.

15 D. Lerner, The Passing of Traditional Society: Modernizing the Middle East, Glencoe (Illinois), The Free Press, 1958.

16 A. Alarcão, “Êxodo rural e atracção urbana no Continente”, Análise Social, 1964, nos 7-8, p. 511-573.

17 P. Casanova, “Internal colonialism and national development”, Studies in Comparative International Development, 1965, no 1, p. 27-37.

18 La meilleure étude relative au dualisme au Portugal est celle d’A. Sedas Nunes, Sociologia e Ideologia do Desenvolvimento, 1968, Lisbonne, Moraes Editores, p. 195-256.

19 Il s’agissait du district de Setúbal [Note de l’auteur de 1998].

20 Il s’agissait du district de Guarda [Note de l’auteur de 1998].

21 Voir G. W. Domhoff, Who Rules America?, Englewood Cliffs (N.J.), Prentice-Hall Publisher, 1967. Dans cet ouvrage, l’auteur essaie de montrer que « le pluralisme au niveau local n’est pas incompatible avec l’idée d’une classe supérieure au niveau national » (p. 1).

22 A. Touraine, « Anciennes et nouvelles classes », in Balandier G. (dir.), Perspectives de la sociologie contemporaine, 1968, Paris, Puf, p. 137.

23 OCDE, Mediterranean Regional Project, Portugal, Paris, OCDE, 1968.

24 J. Ben-David, “The Growth of the Professions and the Class System”, Current Sociology, 1963-1964, vol. 12, no 3, p. 256-277.

25 R. Dahrendorf, Class and Class Conflict in an Industrial Society, Stanford, Stanford University Press, 1959.

26 Le concept de quasi-groupe a été formulé par le sociologue britannique Morris Ginsberg dans les années 1930. Il se réfère à un ensemble d’agents sociaux qui, bien qu’ils n’aient pas encore formé de groupe, peuvent être considérés comme disposant d’une forte potentialité pour le faire, en vertu des intérêts, valeurs, situations de vie, etc., semblables. Même si ce concept a été utilisé dans l’analyse des classes sociales, son intégration dans un réalisme sociologique de pouvoirs causaux et de potentialités objectives (dans la perspective du réalisme scientifique de R. Harré) reste encore à faire [Note de l’auteur de 1998].

27 Cette expression se réfère au concept de prolétariat formulé par le sociologue catholique allemand, Goetz Briefs. Dans son livre, traduit en anglais, The Proletariat, A Challenge to Western Civilization (New York & Londres, McGraw-Hill Book Company Inc., 1939), l’auteur définissait un type idéal de prolétariat comme étant l’ensemble des agents sociaux qui dépendent totalement ou majoritairement pour gagner leur vie d’un marché du travail « inconstant et peu sûr ». Cette définition a conquis de plus en plus de terrain, comparativement à l’acception du prolétariat industriel marxiste classique (voir la « flexibilisation » des marchés de travail dans pratiquement toutes les économies industrielles occidentales) [Note de l’auteur de 1998].

28 Voir S. Ossowski, Class Structure in the Social Consciousness, Londres, Routledge/Kegan Paul Publishers, 1963. Dans cet ouvrage, la vision dichotomique de la société est imputée aux seules strates inférieures.

29 Sur l’idée d’« équilibre », voir D. Lerner, The Passing of Traditional Society: Modernizing the Middle East, Glencoe (Illinois), Free Press, 1958.

30 Sur la théorie des biens « publics » et « collectifs », voir H. Johnson (dir.), Economic Nationalism in Old and New States, Londres, George Allen and Unwin, 1968.

31 E. Friedl, “Lagging Emulation in Post-Peasant Society”, American Anthropology, 1964, vol. 66, no 3, p. 569-586.

32 G. Germani, Politica y Sociedade en una Época de Transición, Buenos Aires, Paidós, 1963.

33 Cette « théorie du ruissellement » (trickle effect), présentée initialement par L. Fallers, a été principalement discutée par M. Levy, in Modernization and the Structure of Societies : A Setting for International Affairs, Princeton, Princeton University Press, 1966.

34 Nous faisons référence ici au concept de citoyenneté défini par le sociologue britannique T. H. Marshall en 1949. Sa typologie des droits civils, politiques et sociaux a été amplement utilisée dans ce chapitre et a servi de référence à d’autres textes de ce volume. Selon cet auteur, la « citoyenneté » aujourd’hui représente l’ensemble des droits civils, politiques et sociaux dont disposent tous les membres des sociétés démocratiques contemporaines. Mais le grand thème du livre de Marshall concerne l’antagonisme entre la « citoyenneté » comme force morale et la stratification socio-économique qui dérive de l’économie de marché (Citizenship and Social Class, plusieurs éditions) [Note de l’auteur de 1998].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hermínio Martins, « Classe, statut et pouvoir au Portugal »SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, mis en ligne le 20 mars 2024, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/23114 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.23114

Haut de page

Auteur

Hermínio Martins

Sociologue (Maputo, 1934 - Oxford, 2015) – Professeur, St Antony’s College, Oxford University

Haut de page

Éditeur scientifique

Frederico Ágoas

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search