Navigation – Plan du site
Harrison White
Découvertes / Redécouvertes
Harrison White

Réseaux et histoires

Traduit et présenté par Michel Grossetti et Frédéric Godart
Networks and stories
Harrison White

Résumés

Les réseaux sociaux ne sont pas constitués de « tuyaux » reliant des entités figées. Ils résultent des efforts de contrôle des identités pour faire face à l’incertitude radicale, aussi bien dans le monde social que dans le monde bio-physique. Ces efforts de contrôle produisent des histoires, dont dérivent les liens qui constituent les réseaux. Ainsi, une relation est interprétée à travers des histoires, non seulement par ceux qui y participent mais aussi par les observateurs. Les histoires s’enchevêtrent et forment des assemblages dans lesquels des régularités peuvent être observées, notamment trois façons de différencier les liens. La première façon consiste à spécifier un type de lien sur la base des formes de recouvrement observées entre des identités et des groupes. La deuxième façon distingue l’asymétrie et la symétrie dans les relations. Enfin, la troisième façon de différencier est fondée sur la force des liens. Les liens peuvent donc être de type multiplexe ou spécialisé, selon qu’ils associent différents registres ou non, les topologies de réseau pouvant être reconstruites à partir de ces différentes perspectives. Dans tous les cas, la notion de réseau qui émerge de cette approche est étroitement liée à de complexes formations narratives et peut servir aussi bien aux acteurs qu’aux observateurs pour rendre compte de la vie sociale.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte « Réseaux et histoires » est une traduction adaptée sous forme d’article et présentée par Michel Grossetti et Frédéric Godart (voir à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index233.html) du chapitre 2 de la nouvelle version d’Identity and Control en cours d’écriture par Harrison White. Pour la première version, voir : White H., Identity and Control : A Structural Theory of Social Action, Princeton, Princeton 1992.

Texte intégral

  • 1 . Network-domain (NDT).
  • 2 . Dans le langage de l’analyse des réseaux sociaux, une dyade est un ensemble de deux entités et du (...)

1Cet article explore différentes formes persistantes de liens entre identités, c’est-à-dire les relations sociales et les réseaux constitués par ces dernières. Les identités recherchent le contrôle à travers leurs efforts pour atténuer l’incertitude. Dans la plus grande partie de cet article, ces identités sont des individus humains. Le contrôle, par exemple la parole, présuppose et structure en retour un réseau contextuel, un netdom 1 pour faire court. Un netdom est à la fois un réseau, un thème de discussion et un domaine de la vie sociale. Avec le temps, et à travers les commutations, deux identités en viennent à concentrer leur attention l’une sur l’autre. Leurs interactions se stabilisent sous la forme d’une histoire, établissant un lien, et quand des histoires semblables stabilisent d’autres dyades 2, un réseau peut être reconnu. À partir de ce point de départ peuvent croître des réalisations de solidarité de ce que Patrick Doreian et Thomas Fararo appellent des aspects « idéationnels » et « relationnels » (Doreian & Fararo, 1998).

2Sont d’abord examinés dans ce texte les réseaux qui résultent de liens indifférenciés, qui peuvent être appelés « liens multiplexes ». Ensuite, des idées plus riches sont développées à partir d’une conception des réseaux construits à partir d’un seul type de lien, d’un domaine particulier. Mais les réseaux de type multiplexe permettent une meilleure compréhension de l’étendue des populations-réseaux, et aussi une distinction plus aisée des effets des liens en fonction d’efforts consentis et de ressources. La première section s’intéressera aux six degrés de séparation des « petits mondes », à la force des liens, et à l’ambiance associée à différentes configurations de réseaux telles que dans les soirées dansantes.

  • 3 . En anglais, « to network » signifie construire des réseaux. Cette extension du terme n’a pas été (...)

3Ces réseaux sont construits par les observateurs, et sont conçus pour décrire des configurations qui résultent des dynamiques découlant des commutations entre netdoms. C’est seulement récemment que la langue courante a transformé le mot réseau en verbe 3. Les dernières sections de l’article offrent une perspective sur les dynamiques de différentiation et de contrôle. Cela apparaît le plus clairement quand les différents types de liens sont distingués, ce qui requiert de se confronter aux complexités des processus de couplage et de découplage.

Histoires et liens

4Les histoires ont pour origine les efforts de contrôle et permettent à ces derniers de s’exercer : voilà l’idée principale. Ainsi, une relation est interprétée à travers des histoires, non seulement par ceux qui y participent mais aussi par les observateurs. Comment cela se manifeste-t-il ? Les identités comprennent et évaluent l’impact potentiel des relations sur les autres identités, et s’attendent à ce que celles-ci en fassent de même. Les relations sont codées à travers différents types de résumés qui sont constitués à partir de rapports bruts sur des discours et des comportements. Des ensembles de signaux, de communications sur différents sujets, peuvent être transposés d’une situation à une autre. En fin de compte, ces ensembles peuvent se stabiliser sous la forme d’histoires. Ces histoires sont nouvelles dans leurs conséquences, mais familières par rapport à des situations concernant d’autres lieux ou d’autres temps, de telle sorte que les relations peuvent être identifiées à partir des histoires. Les histoires incluent tout, depuis la simple phrase entendue dans la cour de récréation, « Ernie aime Sue... c’est vrai… c’est vrai », jusqu’aux excuses astucieuses et les comptes-rendus ordinaires de la vie quotidienne, en passant par les ramifications obscures des rumeurs de bureau. On raconte des histoires, inlassablement, sans se poser de question. Mais, en soi, une histoire ne suppose, ni ne requiert, les identités et des relations. Les commérages peuvent porter sur l’effondrement du toit d’une patinoire sous le poids de la neige, ou sur le fait que les vagues sont suffisamment hautes pour aller faire du surf.

Les significations dérivées des commutations produisent des histoires

5Les histoires expriment les perceptions de la structure et des processus sociaux. Les significations des commutations entre thèmes de discussion produisent des histoires. L’échec aussi a besoin d’être accompagné par des histoires, et les histoires peuvent aussi dissimuler des projets de contrôle. Si on met les tromperies volontaires de côté, la dissimulation restera quand même dans l’espace social et peut trouver un écho dans les histoires. Toute identité recherche en permanence du contrôle afin de perdurer et, au cours de cette lutte, brise et établit des relations avec d’autres identités. Les tentions, et leur résolution, créent des histoires et requièrent des ensembles d’histoires pour caractériser les relations à l’intérieur d’un réseau.

  • 4 . On peut imaginer qu’il est possible de découvrir des réseaux sociaux dans d’autres espèces que l’ (...)

6Tout ce sur quoi on peut raconter une histoire peut se trouver reflété dans une relation. Au lieu de discuter sur un plan théorique, intéressons-nous aux histoires racontées sur le terrain de jeu, ou allons lire des romans. Le temps consacré quotidiennement aux histoires, à les construire et les entendre dans des commérages ou autres bavardages, suggère qu’elles sont cruciales dans l’action sociale 4. Et absorber le contenu d’une histoire ou d’un film est à ce point similaire à absorber la « vie réelle » que leurs auteurs et réalisateurs, comme ceux qui bavardent dans la vie ordinaire, doivent avoir trouvé des raccourcis efficaces pour exprimer des identités et le contrôle dans les relations sociales.

  • 5 . Je reprends ici l’idée d’Alessandro Pizzorno (Pizzorno, 1990).

7Une histoire est à la base une « auteur-ité », un transfert d’identité, ce qui explique sa correspondance étroite avec les liens de réseau 5. Lorsqu’ils collectent systématiquement des données, les chercheurs en sciences sociales devraient tenir compte de ces évidences. Les observateurs sont reconnaissables, ce qui transforme les liens. Cela vaut pour les fonctionnaires faisant des rapports aussi bien que pour ceux qui répondent à un questionnaire.

8Le contrôle est l’énergie directrice des identités prolongeant les réseaux et s’adaptant à l’environnement. Les histoires émergent des projets de contrôle en interaction et construisent les réseaux. Les histoires proviennent de ces énergies et donnent corps à leur prolongement ; elles donnent de la couleur à la vie sociale humaine, elles la mettent en mouvement. Les cérémonies et les rituels se construisent à partir d’activités sociales pour lisser leur union avec l’espace-temps physique ; comme les histoires, ils dérivent des évaluations et les construisent.

  • 6 . Pour une réflexion plus approfondie, voir par exemple Nadel (1957) sur les rôles en général, et B (...)

9Mais l’observation du discours peut-elle suffire à identifier les liens et le réseau qu’ils constituent ? Par exemple, lorsqu’une personne commence à bavarder plaisamment avec un étranger à un arrêt d’autobus, cela ne constitue pas un lien de réseau. Ce qui compte c’est que chaque identité (qu’il s’agisse ou non d’une personne) soit, et sache qu’elle est, engagée dans quelques implications concernant encore d’autres liens. Prenons un exemple opposé. Même dans la société actuelle, bien que nous puissions ne pas apprécier ou rechercher la compagnie d’un cousin, cette personne reste connue socialement comme notre cousin. Même si nous ne percevons pas le lien avec ce cousin, cette personne est impliquée par le cousinage dans une référence sociale 6. Un contexte de domaine et des liens de coordination, c’est-à-dire un contexte de réseau, est nécessaire. Un lien dyadique apparemment simple peut être vu comme un accomplissement social considérable.

10Comment un lien peut-il capturer l’ambivalence et la complexité de cela ?

  • 7 . Je retiens le terme de « réseau » comme désignation à cause de sa familiarité, mais il présente d (...)

11Ce qui est codé comme « un lien » constitue une dynamique à partir des tentatives de contrôle autour d’une dyade. Les équilibres par paires des efforts de contrôle peuvent se trouver généralisés sous la forme d’un ensemble d’histoires partagées. Et les liens indirects gagnent en reconnaissance par leur inscription dans certaines chaînes de liens et d’histoires. Les attentes croissent en ce qui concerne le contenu et les participants des liens. Être dans une relation, c’est être impliqué dans d’autres relations avec ceux qui sont liés avec vous et l’autre membre de votre dyade, savoir que d’autres extensions sont possible, cela générant de nouveaux liens avec d’autres identités. Donc un lien est autant une projection qu’un enregistrement. Ce qui en résulte au niveau des identités est un réseau qui est plus qu’un ensemble d’identités et de liens 7. Et les réseaux, comme les liens qui les constituent, sont structurés par les ombres narratives des identités disparues ou de celles qui ne sont pas parvenues à émerger.

Positionnement dans des temps sociaux à travers des histoires

12Les structures sociales semblent souvent aux antipodes du séquencement dans le temps, ou au moins sans lien avec ses détails et nuances. C’est dû en partie à l’influence du structuralisme (Levi-Strauss, 1969). Les temps sociaux devraient plutôt être décrits en général comme une partie de la structure comme le sont les espaces de réseaux. Dans les termes du théoricien des réseaux Mark Granovetter :

  • 8 . Extrait de Breiger, 1990, p. 8.

« Il est aussi important d’éviter ce qui pourrait être appelé le "réductionnisme temporel" : traiter les relations et les structures de relations comme si elles n’avaient pas d’histoire qui façonne la situation présente (…) Les structures de relations résultent aussi de processus inscrits dans le temps, et (…) sans une telle description, les analystes s’égarent dans des explications culturelles et fonctionnalistes, les deux faisant habituellement leur apparition lorsque les dynamiques historiques ont été négligées » 8.

  • 9 . Les résultats malencontreux de l’échange et de la réciprocité demandent aussi une analyse de l’en (...)

13L’action sociale crée et définit des distances pour le temps comme elle le fait pour les réseaux. Éric Leifer (Leifer, 1990) a examiné les problèmes d’organisation temporelle des « simples » échanges réciproques 9.

14Les temps sociaux sont tissés avec des significations, à travers les commutations ; les temps vont donc avec les histoires comme ils vont avec les liens. Les histoires présupposent des comportements. Les comportements guident les histoires. Mais, pour citer le dictionnaire, « Le comportement est l’action dans des situations spécifiques impliquant des relations essentiellement externes et parfois superficielles ». Une histoire va au-delà du comportement pour tisser une interprétation sous la forme de relations, et autour de ces relations, lorsqu’elles se tissent dans le temps, sous la forme de réseaux.

Remarques préliminaires

15Les analyses de réseau présentées plus bas à titre d’illustration reposent toutes sur l’hypothèse selon laquelle le réseau, le lien, et l’histoire, peuvent représenter de façon adéquate ce qui se passe, qu’ils sont satisfaisants pour rendre compte des aspects essentiels de l’expérience sociale vécue. Cette hypothèse reposait à l’origine sur des preuves limitées, elle était forte et provocante, mais deux générations de recherche offrent à présent un ensemble de résultats dont on peut résumer certaines conclusions.

16Les descriptions plausibles de situations particulières seront intéressantes en elles-mêmes, mais le problème central que je traiterai est d’évaluer dans quelle mesure l’ensemble des résultats de ces études renforce l’hypothèse sous-jacente. Une réflexion théorique peut seulement passer en revue les mesures et les procédures de recherche ; ainsi, arriver à une réponse positive en dépit des perturbations liées à son imparfaite implémentation dans les études peut renforcer la conviction d’origine. Et même si l’hypothèse est juste, quelle importance son impact semble-t-il avoir ? Une série d’articles issus de la recherche ADHEALTH a récemment abordé cette question (Bearman, Moody & Stovel, 2004, p. 46 ; Moody & White, 2003, tableau 1). Mais il est prudent de commencer, dans la section suivante, avec les liens les plus robustes, les liens multiplexes.

17Dans des études qui seront présentées par la suite, des spécifications de liens plus riches permettront d’obtenir des résultats plus intéressants sur le plan théorique. Il est préférable de voir un lien de réseau social comme étant à la fois, selon l’image très parlante de Joel Podolny, un prisme et un tuyau (Podolny, 2001). Les études dans cette ligne ont dû ajouter de l’ingéniosité, de l’audace et des approximations aux ressources techniques pour maîtriser des réseaux de taille nettement plus importante et obtenir des résultats. Ceux-ci vont au-delà de la connectivité et de la recherche de groupements dans les réseaux multiplexes pour aller vers les structures de rôles, avec des estimations d’ambiguïté, à partir de l’équivalence structurelle dans les réseaux comportant des liens de types multiples.

18À côté de la question des types de liens, il y a celle de la variation de leur force. La métaphore des réseaux est toujours associée à celle des flux. L’information, le soutien et les attitudes sont certaines des « substances » considérées comme « circulant » à travers un réseau. Mais les études sociométriques laissent souvent les flux dans l’implicite parce qu’elle se focalisent sur l’architecture des connections.

19Et les réseaux constitués à partir de simples codages des liens – même actif/inactif – peuvent produire des évaluations utiles de ce qui se passe. Toutefois, le nombre possible de liens actifs/inactifs est important, même pour de petites populations, et le nombre des structures possibles, des réseaux, est astronomique. De plus, puisque chaque lien est une relation entre deux identités, un lien actif/inactif peut se trouver dans trois états : il peut être « actif » des deux côtés, il peut être asymétrique, « actif » seulement dans un sens, ou dans l’autre. Obtenir et coder des données sur les liens est onéreux, même actuellement, alors que l’on dispose de ressources informatiques importantes pour réaliser la cartographie des structures de réseaux et de flux. La simple connectivité et le groupement sont déjà difficiles à estimer dans ces réseaux minimaux.

20J’en conclurai que les liens peuvent être appréhendés par des histoires dans des réseaux. Il s’agit là de la conclusion d’un chercheur, d’un observateur. L’analyse des netdoms est certainement plus proche des expériences vécues, brumeuses, floues, élusives et hasardeuses. Mais, aujourd’hui, la vraisemblance de cette hypothèse est réduite par la réification des réseaux sociaux qui est aussi fréquente chez les militaires, les hommes d’affaires, les spécialistes du marketing ou dans les discussions quotidiennes, que parmi les sociologues des réseaux.

Réseau multiplexe

21La transmission à travers un réseau multiplexe se manifeste à travers des choix qui reflètent toutes les représentations que les gens ont de ceux avec qui ils se lient. Les liens de type multiplexe sont des relations qui ont besoin de trois choses pour être plus que des interactions : le sacrifice, l’opportunité et le temps, selon les théoriciens classiques, Georg Simmel et Marcel Mauss.

Connectivité dans le Petit Monde

  • 10 . Et d’autres… Voir Kochen, 1989.
  • 11 . Certaines chaînes n’arrivèrent pas au but, mais la distribution des chaînes put être corrigée pou (...)

22Estimer la connectivité est essentiel (Freeman, 1979, pp. 215-239) et peut se révéler difficile pour un réseau constitué à partir d’un codage grossier des relations. Le codage lui-même dérive en général de la relation entre l’observateur et le sujet, qui définit les critères pour enregistrer un lien. Stanley Milgram 10 a développé et appliqué des techniques de recherche de chaînes relationnelles pour estimer la connectivité au sein de grandes populations. Les sujets ne se contentaient pas de faire état de leurs liens, mais les utilisaient concrètement. Stanley Milgram demandait à chaque participant, sélectionné de façon arbitraire, de joindre une cible dont ils ne connaissaient que le nom, initiant une chaîne commençant par une de leurs relations censée être mieux connue. Chacun des contacts successifs devait sélectionner un autre contact, puis lui envoyer un petit livret d’instruction, en prévenant à chaque fois Stanley Milgram par carte postale. Le résultat fondamental concernant les chaînes fut qu’une paire arbitraire peut être connectée en approximativement une demi-douzaine d’étapes, ceci parmi cent millions de personnes 11.

  • 12 . Par exemple, les Tallensi (Fortes, 1945).

23Le résultat fondamental d’un point de vue phénoménologique est que, dans notre société, des gens ordinaires parvenaient à donner du sens à, et à accomplir, une tâche qui aurait semblé bien étrange dans une société paysanne 12. Coder un lien comme une connaissance opère une sommation dans un large éventail de relations spécialisées. Cela agrège aussi dans les processus en cours les implications perçues à partir d’un ensemble d’incidents passés. Et regroupe des relations plus intenses avec d’autres plus faibles.

24Cela ne signifie pas que l’éventail des connaissances, le nombre concret des personnes que l’on connaît, soit nécessairement différent selon les sociétés. Dans tous les contextes et périodes connus, des tribus primitives aux empires, l’étendue des connaissances effectives, le nombre des personnes que l’on connaît dans le sens pertinent minimal, se concentre autour d’un millier comme médiane. Les six étapes de séparation que l’on a trouvé semblent suggérer une importance surprenante du recouvrement des cercles de connaissance autour d’identités distinctes. C’est ici que l’intuition ne suffit plus et que l’on a besoin d’une modélisation explicite. Mais cela s’avère très exigeant, même pour des populations plus restreintes, comme on s’en est rendu compte dans les premières modélisations des épidémies (Bailey, 1957 et 1982). Ces études elles-mêmes en arrivent à la conclusion qu’une phénoménologie des liens plus approfondie est nécessaire. Stanley Milgram a compris à quel point notre monde est étrange : ce Petit Monde de connaissances est le monde phénoménologique de Erving Goffman et Georg Simmel.

25Une génération plus tard, Duncan Watts a établi, grâce à des simulations extensives de formation des réseaux, la façon de caractériser abstraitement l’évolution des chaînes (Watts, 1999). Il a étudié des modèles probabilistes de formation des liens dans des ensembles de 1000 nœuds et plus. Il a appuyé ses explorations sur la mesure de chaînes extraites de trois populations (la participation conjointe à des films, les réseaux électriques dans l’Ouest des États-Unis, le réseau nerveux d’une espèce de ver). La convergence de l’évolution des chaînes était vraiment importante : en particulier, la mesure dans laquelle les nœuds connectés à un même nœud étaient connectés entre eux. Même une petite proportion de liens envoyés à des cibles sélectionnées au hasard se révélait suffisante pour générer des chaînes courtes, qui semblent analogues aux six degrés de séparation trouvés dans les mondes concrets.

26Toutefois, l’objectif de Stanley Milgram était d’étudier des comportements effectifs de recherche par des sujets plutôt que de mesurer un grand ensemble de chaînes formées sur la base d’un modèle probabiliste. Duncan Watts et ses collaborateurs ont adapté par la suite le technique de recherche de chaîne de Stanley Milgram à la messagerie sur Internet. Des chaînes bien plus nombreuses furent initiées entre de bien plus nombreuses cibles dans le monde entier (à nouveau avec un recrutement un peu arbitraire des points initiaux). Et une étude (Dodds, Muhamad & Watts, 2003, pp. 827-829) combla une lacune énorme de la technique en faisant vérifier par chaque contact s’il ou elle était véritablement une connaissance de l’expéditeur. Une autre étude (Kossinets, 2006, pp. 247-268) a évalué la fiabilité des chaînes de façon plus générale. Ces études sont aussi capables d’explorer les variations selon les attributs des expéditeurs de messages, sur chacun desquels un dossier a été constitué. Michel Grossetti a étudié les réseaux à Toulouse, par entretien et questionnaire, et a aussi mis l’accent sur l’importance d’attributs communs et de l’appartenance commune dans la formation des liens de réseau (Grossetti, 2004).

27Bien que l’analogie soit problématique, des gens recherchent les chemins les plus courts qui relient l’acteur américain Kevin Bacon à d’autres acteurs, à travers les co-apparences dans des films. Duncan Watts et alii proposent un modèle explicite de la façon dont la recherche est conduite par les participants de l’expérience de Stanley Milgram, la première formulation et explication de la « cherchabilité » (Watts, Dodds, Muhamad & Medina, 2005). Certainement, les netdoms sont cruciaux dans la phénoménologie qui sous-tend les résultats des recherches de Stanley Milgram.

28Je reviendrai plus loin sur les impacts du regroupement par catégories, mais je veux d’abord examiner les deux études classiques qui différencient les relations en codant leur force. Leurs résultats, comme ceux qui concernent le Petit Monde, sont convaincants.

Les profils de Rapoport

  • 13 . On peut finir par être obsédé par les problèmes de mesure et de prévision. Les sources possibles (...)

29Dessinons un réseau de liens entre les enfants d’un terrain de jeu. Représentons chaque enfant par un point considéré comme un nœud. Le réseau est alors l’ensemble des nœuds avec les lignes de connexion qui représentent les liens entre enfants. Pour définir le lien, on fait quelques approximations concernant la force ou la persistance des relations dans une dyade Berkowitz, 1982 ; Burt, 1980, pp. 79-141 ; Burt, 1982) 13.

30Une autre abstraction utile est de fixer les nœuds dans une géographie sociale (d’affiliation et d’exclusion) plutôt que de les laisser s’agiter partout dans le champ. Une dernière abstraction consiste à saisir la structure sous la forme de liens dans une matrice dont les lignes et les colonnes représentant les enfants sont ordonnées d’une façon qui n’a pas forcément de relation avec la position de ces derniers dans le terrain de jeu.

  • 14 . Par exemple Caxton C. Foster et Carol J. Orwant (Foster, Rapoport & Orwant, 1963, pp. 56-66).

31Anatol Rapoport et ses collaborateurs 14 ont réanimé les réseaux pour les sciences sociales modernes grâce à une innovation dans la représentation des réseaux (Rapoport, 1983). Depuis longtemps, les sociogrammes, dans la lignée de Jacob Lévy Moreno, avaient été utilisés pour représenter des petites configurations interpersonnelles telles que celles que chaque enseignant peut percevoir intuitivement dans une classe (Waller, 1932). Le problème était d’étendre l’idée de façon opérationnelle à de plus grands ensembles.

32Anatol Rapoport proposa de mesurer les grands réseaux par les profils de fréquence de traces qui les traversent. L’idée de tracer une chaîne de liens serait anachronique dans une société tribale ou primitive – mais pas nécessairement dans l’ancienne Rome ou la Perse. Il s’agit simplement de savoir qui est interconnecté et comment parmi les cadres nombreux et souvent peu comparables de la famille, du travail, du jeu. En particulier qui est interconnecté par la plus sophistiquée des notions, la pure connaissance sociale.

  • 15 . Il s’avère que les enquêtés n’accordent pas tellement d’importance dans leurs choix au critère pr (...)
  • 16 . C’est aussi la taille minimale pour des populations relativement séparables et indépendantes dans (...)

33Borner un ensemble, c’est introduire de l’arbitraire. Comme James S. Coleman l’avait fait avant eux (Coleman, 1961), Anatol Rapoport et ses collaborateurs ont utilisé une école primaire, le microcosme exemplaire le plus simple et le plus accessible du contexte social moderne et multiculturel. On demande « Qui connaît qui », selon un critère donné 15, au sein de cette école dont le principal peut s’assurer que chaque enfant répond aux questions selon les instructions. La taille de cette école, approximativement un millier d’acteurs, se révèle appropriée : elle est suffisamment grande pour présenter une connectivité non triviale et cependant suffisamment petite pour être gérable 16.

34Quels sont les paramètres significatifs, quelle est la « forme » sociale de cette représentation de réseau, cette masse indigeste de revendications et de vérifications concernant qui connaît qui ? En tant qu’observateurs, nous ne sommes pas, par exemple, intéressés par le fait de savoir quelle Susy est la plus populaire, bien que nous puissions être intéressés par l’ampleur des différences de popularité entre individus. La seule question qui intéressait Anatol Rapoport, et ses prédécesseurs, était d’évaluer l’interconnexion des enfants au sein de l’école et la fragmentation de celle-ci.

35Cette question présente des limites. L’action sociale émerge toujours des accidents, des spéculations, des jeux, qui sont des aspects de projets de contrôle à plus long terme enchevêtrés. Plus loin nous nous intéresserons aux bars et aux soirées dansantes. Mais les traces de Rapoport sont des outils importants de mesure.

36Anatol Rapoport a exploité la combinaison de deux idées. La première consiste à concevoir la connectivité comme le nombre d’individus qu’une certaine personne peut atteindre, cette personne étant conçue comme une position représentative de la population, et à quelle proximité, à quel nombre de pas par des connaissances intermédiaires. La seconde est de distinguer les liens en fonction de l’intensité perçue de la relation.

37Chacune de ces idées nécessite de nombreuses notions secondaires pour être opérationnelle. Il faut constituer un échantillon à partir d’un ensemble statistique de possibilités. On essaye un nombre d’acteurs, choisis de façon aléatoire, et on les considère chacun successivement comme « le » centre à partir duquel tracer les connections ; des paramètres utiles résulteront du calcul de moyennes sur la base des traces observées. On trace une séquence donnée aussi loin que possible. On se rend compte alors qu’un certain Sam, considéré comme le « centre » peut atteindre une dénommée Suzy par un nombre quelconque de chaînes distinctes, parfois par des ensembles d’intermédiaires totalement différents.

38Anatol Rapoport présente une série de courbes cumulatives. Chacune représente le pourcentage (moyen) de membres de l’école atteints au degré j (par j-1 intermédiaires) à partir de l’élève faisant les choix directs. Ce sont les élèves atteints directement (et souvent de façon répétée) à travers n’importe quelle chaîne de liens et n’importe quels intermédiaires définis à partir du « centre » testé.

39Une courbe est tracée à partir des premiers choix, une autre à partir des deuxièmes choix, et ainsi de suite. Il y a donc une courbe spécifique pour chaque « ordre de proximité relationnelle » des choix de relations. Les profils de connectivité croissante construits de cette façon sont représentés dans les diagrammes d’Anatol Rapoport et de ses associés. Il y a des courbes différentes pour différents « ordres » de connaissances.

40La seconde idée a été opérationnalisée en ordonnant la liste des relations des enquêtés selon un principe de proximité ou un autre critère du même type. Anatol Rapoport a ensuite affirmé que le cinquième choix, par exemple, constituait un monde en soi, identifiant un certain « niveau » d’intensité. C’est pourquoi les courbes sont tracées séparément pour les niveaux de lien successifs.

41Le principal message de ce travail est précisément dans l’emboîtement ordonné des profils successifs d’intensité. La croissance régulière du nombre de connectés est donnée par définition, et la hauteur finale de la proportion asymptotique de la proportion des élèves atteints peut être irrégulière, même après moyennisation. Ce qui est fascinant est que l’indicateur d’intensité, qui est nécessairement grossier et peut ne pas être valide, distingue si nettement les profils d’ensemble.

Espace de Granovetter

42Posons-nous cette question simple dans cet exemple : le profil pour le meilleur ami doit-il se situer au-dessus ou en dessous du profil pour un choix plus faible ? Mark Granovetter a attiré l’attention de la communauté des sciences sociales sur le travail d’Anatol Rapoport, et a favorisé son usage, en démontrant que c’est là que résidait précisément la question. De plus, Mark Granovetter a montré qu’il était plus fructueux de simplifier la question en opposant les liens faibles aux liens forts ; appelons cette réunion de liens intenses des liens de Granovetter.

43Mark Granovetter a déduit des résultats d’Anatol Rapoport la conclusion selon laquelle les liens et le réseau s’entrelacent d’une façon qui était, à première vue, paradoxale (Granovetter, 1973, pp. 1360-1380, et Granovetter, 1982). Les liens qui étaient intrinsèquement plus faibles, plus temporaires, produisaient une plus grande connectivité dans le réseau : les liens faibles sont forts. La façon dont les liens faibles se diffusent a pour effet d’interconnecter une plus grande partie du monde que ne le feraient le même nombre de liens forts qui se diffuseraient à leur façon propre.

44Les liens forts, ceux auxquels les émetteurs donnent la priorité, sont faibles dans un contexte plus large parce qu’ils ne relient pas entre eux, dans un même ensemble, autant d’éléments que ne font les liens faibles. Mark Granovetter a développé en détail toutes les nuances que cela implique. Les liens forts s’insèrent dans des ensembles forts, quoique restreints, si refermés sur eux-mêmes que chacun est amené à choisir chacun des ses quelques intimes toujours de la même façon, sans se préoccuper des autres personnes. Résumons cela de façon abstraite : le maillage dense d’un réseau est fortement corrélé à son repli sur soi.

45Mark Granovetter a ensuite montré (Granovetter, 1974) que l’accès aux emplois dépendait de ces traces de Rapoport, ce qui pourrait être sans doute aussi montré pour la rencontre de partenaires sexuels. Non seulement cela montre que les perceptions de réseau sont étroitement liées à ce qu’est concrètement le réseau, mais cela démontre aussi l’impact cumulatif de la structure sociale. Si Mark Granovetter a autant attiré l’attention, c’est parce que ses résultats n’étaient pas évidents ; ils étaient plausibles en y réfléchissant, mais ils n’étaient pas accessibles à une intuition non informée.

Traîner – lycées et bars de quartier

46Les réseaux forment un contexte pour les identités, mais la connectivité n’est pas le seul fondement qui permet de distinguer les contextes. Un collectif ou une clique, à une extrémité de la topologie des réseaux, présente une totale interconnexion de ceux qui y sont inclus. Cela peut venir de l’adhésion concrète à un groupe d’acteurs comparables, ou cela peut devenir perçu comme tel. Un tel groupe peut constituer une identité à un niveau plus agrégé, mais cela n’implique pas d’intimité dans la mesure où l’adhésion est un état qui doit aller de soi, et est perçue ainsi. Une partie de réseau de cette forme est un groupement.

47L’adhésion présuppose, en tant que norme, l’absence de questionnement. « Caractéristique » est un terme approprié pour désigner ce que l’adhésion peut refléter. De la même façon que les histoires sont vues comme caractérisant l’identité en général, les commérages en particulier, devraient se regrouper autour de la caractéristique qui est attribuée à un membre. On estime en général que deux membres sont structurellement équivalents sur la base d’attributs qu’ils ont en commun. La comparabilité se trouve réalisée et présupposée en tant que caractéristique au sein d’un collectif. La stabilité peut être garantie par des rituels, comme c’est le cas pour les clans.

48L’entremêlement des réseaux et des collectifs se retrouve partout. Michael Baxandall en fournit un exemple (Baxandall, 1980) et Frederik Antal présente un prototype de la justesse avec laquelle des formations collectives du passé peuvent être reconstruites, même dans les cités médiévales européennes (Antal, 1965). Michael Baxandall présente ces villes comme fondées explicitement sur les guildes. Il va plus loin, et entre dans le détail des bases cognitives, et du contexte économique, des conflits de juridiction entre des guildes distinctes mais interdépendantes. Michael Baxandall se fonde sur des études détaillées de sculpteurs individuels dans leurs guildes, au sein d’un système de villes. Frederik Antal a tenté de faire la même chose pour la Florence de la Renaissance (Antal, 1965). Son étude, comme celle de Michael Baxandall, est centrée sur la production artistique, et montre que cette activité culturelle est très entremêlée aux autres aspects de la vie sociale.

49Le point important est que le collectif dans ce sens est très différent des corporations dans son sens habituel, bien que des corporations puissent contenir des collectifs variés, même si ce n’est pas nécessaire. Une corporation se définit comme une organisation formelle (un système institutionnel) reconnue comme rhétorique au sein d’un système légal. Si l’on prend par contraste un corps de professeurs dans une université traditionnelle, disons la Faculté des arts et des sciences, ou l’École de droit : à un moment donné, il ne fait pas de doute qu’il aura une quelconque organisation formelle et des définitions légales, mais cela ne rendra pas compte de la collégialité et de l’engagement des membres, pas plus que cela ne permettra de les prédire. Le nationalisme présente à peu près le même problème à une échelle plus vaste et plus imprécise (Deutsch, 1953).

50James Coleman analyse des collectifs, avec une richesse similaire, à partir d’une échelle plus restreinte et spécialisée, celle de l’école secondaire américaine (Coleman, 1961). Il y a là des réseaux initiaux, entre des jeunes provenant de diverses écoles élémentaires et de groupes familiaux, des réseaux qui sont supplantés, dans sa description, par des formes collectives, mais peu organisées. Le thème principal de James Coleman est constitué par les préoccupations et les machinations des identités situées dans ces réseaux, pour se trouver assimilées aux « bonnes » cliques. Ce sont les gens considérés comme « in » au niveau social, avec leurs propres vêtements, clubs, lieux à la mode, sports ou autres activités.

51Le point principal de James Coleman est l’importance du collectif, de l’identification catégorielle à un niveau phénoménologique plus basique. Pour des raisons émotionnelles, les adolescents cherchent avant tout un sentiment d’appartenance à travers leur inclusion dans les bons groupes. James Coleman assure que les sports scolaires, en particulier dans les compétitions, en constituent le lieu le plus important. Les notes obtenues en classe ne sont pas des modèles ou des exemples aussi attractifs que le sport pour l’identification à l’école.

52L’abstraction des appartenances est ce que les lycées engendrent, à ce qu’il semble si l’on se fonde sur l’étude comparative que James Coleman a menée sur huit écoles de la région de Chicago. Les enfants plus jeunes ont eux aussi des identifications collectives, mais celles-ci sont non seulement plus étroites, mais aussi plus spécifiques et concrètes. Le lycée conduit à percevoir et à structurer l’action vers des collectifs qui sont simultanément réels et abstraits. Ce sont des précurseurs des gammes plus larges d’attributs qui constituent les conventions de la vie active d’adulte. Apprendre cela n’est pas une tâche facile ; les attentes sont changeantes et cela peut engendrer des émotions intenses. Émergent alors des rituels spécifiques, qui offrent une certaine intimité, loin des conventions.

53Il n’y a pas qu’une seule sorte de dynamique qui favorise l’adhésion à des collectifs. Allons au-delà du contexte des « high schools » de James Coleman. Pensons aux bars de quartier, avec leur mélange d’aspects de réseaux et de collectifs.

54« Quartier » peut sembler trop vague et sans forme lorsque l’on cherche à délimiter les acteurs et leurs liens. Un bar peut avoir une influence significative sur les perceptions de l’existence d’un quartier, comme une sorte d’ombre autour du bar, de ceux qui en font partie, et des relations qui y existent. Mais qu’est-ce qui fait que l’on se souvient d’un établissement dans cette rue de la ville ? Le fait que ce soit un bar gay, un lieu de retrouvailles pour amateurs de hockey sur glace ou quelque chose de ce genre – ou le fait que plusieurs de ces caractéristiques se mêlent dans un ensemble cohérent ?

55Être lié à un habitué du bar est une raison fréquente pour y venir une première fois. On peut aussi avoir entendu dire de quelque autre façon que des personnes du même genre que soi y viennent. Devenir un bar de quartier consiste à développer une sorte de collectif. Les réseaux sont contraints. Avec le temps, des personnes qui empruntent les chemins passant par le bar, et ce qui l’entoure, ont nettement plus de probabilité que d’autres d’être pris dans un lien ou une identification avec le bar. Ceux qui viendraient par hasard et n’auraient pas de liens et d’identifications se trouveraient exclus et recevraient un accueil peu chaleureux.

  • 17 . Voir Wellman & Berkowitz, 1988, pour un développement plus approfondi.

56Un bar de quartier aide à établir une certaine adhésion à un collectif en partant pour l’essentiel des réseaux, le lieu géographique étant un champ de possibilités sans forme qui permet des alternatives innombrables 17. La tendance à former des collectifs est floue et, dans la réalité, elle n’inclut jamais la totalité d’une population locale. Les spéculations pleines d’espoir et les calculs d’avantages sociaux soulignent ce que nous trouvons ; la prétendue sociabilité chaleureuse créée autour d’un verre est moins une vérité qu’une stipulation parmi les autres stipulations partagées dans nos jeux sociaux.

Cliques et catnets

57Je vais maintenant faire une distinction entre ces réseaux en différenciant les liens pour approfondir la question de la construction des formations socio-culturelles. Mais il peut être bon tout d’abord de revenir sur la question des collectifs qui supplantent les réseaux dans de nombreuses perspectives évolutionnistes sur l’organisation sociale.

58Lorsque la densité des liens au sein d’un sous-ensemble de personnes atteint un certain seuil, le sous-ensemble peut être amené à se considérer comme ayant une identité. Peut-être que la plupart des paires dans le sous-ensemble ne sont pas interconnectées à un moment donné au sein du réseau, mais à cause de la perception d’identité, toutes les relations seront considérées comme présentes d’une façon latente. En d’autres termes, n’importe quel membre d’une clique se sentira libre de « mobiliser » un lien particulier avec un autre membre de la clique.

  • 18 . Par exemple Coleman, 1957 ; Coleman, 1961 et Burt, 1982.
  • 19 . Pour « category-network » (catégorie-réseau) (NDT).

59Une clique peut continuer à grossir par le processus d’« incorporation » 18. Si un ou plusieurs des membres de la clique ont un ami en commun dans le réseau extérieur à la clique, les autres membres de la clique tendront à assimiler la nouvelle personne. Lorsque plusieurs types de liens de réseau apparaissent dans une population, des cliques peuvent se former pour chacun d’entre eux. Le processus d’incorporation fonctionne entre différents types de relations et tend à produire des cliques avec une adhésion commune pour plusieurs types de liens. Et la similarité des attributs génère des groupes à partir des catégories. Les liens de réseau continuent toutefois à être reconnus, entrelaçant les catégories, sans que l’on reconnaisse le réseau en tant que tel. Appelons cette généralisation et cet affaiblissement du concept de collectif un « catnet » 19 (à la place d’identité, disons « personne »).

60Étant donnée la tendance des catnets à focaliser et aligner les relations, il devient plus facile et plus commun de percevoir les relations indirectes avec une partie plus importante de la population environnante. On reconnaît les relations à travers l’adhésion à des cliques et leurs équivalents, c’est-à-dire à travers les relations latentes, plutôt qu’en traçant quelque longue chaîne de liens concrets qui seraient nécessaires pour « atteindre » de nombreuses autres personnes dans le système. Le réseau en vient à être projeté par la perception au sein d’une toile de groupements ou de cliques, en traitant les personnes d’une même clique comme des équivalents, à moins qu’il existe un quelconque chemin court concret vers une personne donnée.

61Chaque personne dans un catnet s’assure donc une place moins fragile dans une formation sociale, une place qui est moins définie, mais aussi inéluctable qu’une identité donnée. Lorsque des liens concrets particuliers sont rompus, il y a des ensembles clairement reconnus d’autres personnes avec qui de nouveaux liens d’un genre équivalent peuvent être établis et mobilisés rapidement. Cependant, le système de catnets se trouve plus découplé par rapport à des perturbations dues au hasard. Lorsqu’elle est entourée d’un plus grand éventail de liens fiables, une personne peut être moins attentive aux rumeurs et perturbations qui passent dans les réseaux concrets, et être moins concernée par elles.

62Dans des environnements encore plus étendus autour de lui, un catnet tend à être perçu de façon plus large comme étant lui-même une entité qui accroît ses liens et évolue jusqu’à devenir membre d’un système de catnets encore plus grand. Nous avons tous fait l’expérience de quitter une étape de notre vie et d’entrer dans une autre dans laquelle notre perception très fine et détaillée des réseaux de jeunes que nous quittions se trouve rapidement transformée en une représentation groupée de cette période entière comme une entité, un catnet. C’est une genèse possible de l’organisation sociale plus complexe.

Le soi et les liens multiplexes

63Le « soi réel » peut difficilement être distingué des « liens intimes » dans un contexte social moderne. Le concept moderne d’amitié est complètement différent de la notion de donnant-donnant, d’un prêté pour un rendu. Allan Silver fournit un argument et des preuves convaincants de cette évolution de l’amitié : il en fixe le point de départ à l’apparition des Lumières Écossaises (Silver, 1989, en particulier p. 274 ; Silver, 1990, pp. 1474-1504). Considérons comme équivalent le type de lien d’amitié défini par Allan Silver et le lien multiplexe, le type de lien que nous tenons pour évident à la base de la vie civile et civique.

64Ce lien général présuppose un dépassement de la répartition détaillée des obligations qui caractérise les formations traditionnelles. Il n’y a pas de mécanisme concret ou tangible perçu comme étant dédié à la mise en application des obligations. Le lien multiplexe lui-même semble être une innovation récente, moderne, qui va de pair avec un désir grandissant de créer de la « vie privée ». Il est donc ironique de constater que l’intimité provient d’un désengagement d’un type particulier de lien orienté vers la sphère publique.

65Une société tribale ou féodale ne connaît pas le luxe du lien unique, englobant, qui ne soit pas inscrit dans une économie concrète d’obligations. De telles formations sociales font plutôt l’usage de relations dont chaque partie est lucidement dissociée en fonction de l’audience et des occasions telles que la parenté, le village etc. Selon l’interprétation de l’évolution adoptée ici, le concept de lien multiplexe est une construction tardive et sophistiquée.

66Ce que le lien général peut entraîner, c’est la personne. Selon cet argument, la notion de personne est une construction tardive de notre perception. Le « soi » devient la création et le créateur de la personne, avec le lien multiplexe comme occasion pour la perception du soi. Le lien du mariage est un exemple.

67Le point clé est que les liens multiplexes requièrent l’existence de populations disparates et se construisent à partir d’elles. Elizabeth Bott souligne ce point (Bott, 1957). Elle a montré comment prédire des changements apparents d’objectifs maritaux à partir de divergences sous-jacentes entre objectifs et relations sociales concrètes. Le style marital était lu par Elizabeth Bott à partir du contexte immédiat des réseaux sociaux, qui changeait d’un couple à l’autre à Londres. Une forme « jointe » de relation maritale est distinguée par Elizabeth Bott des rôles ségrégués de la femme au foyer et du mari pilier de bar. Seule la forme jointe requiert que chaque personne soit à cheval sur plusieurs populations.

  • 20 . On pourrait penser que l’affaiblissement de la théorie des jeux est le pire effet de la théorie d (...)

68Le monde de l’amour romantique est un précurseur et un corrélat de la forme jointe de mariage. L’amour romantique est produit par le même contexte moderne dans lequel les attitudes sont réifiées. L’amour peut être une production de l’identité, mais dans un état métastable. L’amour romantique est important parce que le développement de ce type de lien subtil, ambigu, ludique et durable ouvre le chemin pour l’existence d’une identité personnelle unique dans des contextes sociaux goffmaniens. C’est ici que l’insistance de l’ésotérique théorie des jeux chère aux économistes sur les « décisions rationnelles » peut avoir quelque intérêt empirique 20. Construire des personnes en tant qu’identités uniques est très difficile ; elles ne sont accomplies que dans des contextes sociaux très particuliers ; elles ne sont pas des donnés analytiques.

69Cependant, le lien multiplexe moderne n’a pas besoin d’être plein de virilité outragée. L’amour romantique représente des exemples extrêmes, pas des médianes de multiplexité. D’autres exemples, tels que la vendetta, peuvent aussi être trouvés dans des formations traditionnelles.

Propagation

70Dans la plupart des projets concrets de recherche, les sociologues n’ont pas besoin de se compliquer la vie avec la notion de société. La recherche travaille souvent à partir de quelque modèle de comportement tangible qui n’appelle pas de limitation, implicite ou explicite. Pensons au travail qualitatif de Erving Goffman (Goffman, 1971), ou tournons-nous vers la plupart des études quantitatives de nos revues. Toutefois, les théoriciens noteront que quelque important cadrage est nécessaire pour nous autres, observateurs, bien qu’il n’ait pas besoin de coïncider avec les cadrages effectués par ceux qui sont observés.

Des populations-réseaux comme processus

71Une description cohérente de ces cadrages et problèmes de limites est la théorie des systèmes développée dans ses derniers travaux par Niklas Luhmann (Luhmann, 1995). Le livre de Stephan Fuchs, Against Essentialism (Fuchs, 2001) en constitue une nouvelle version qui est mieux reliée à la recherche concrète. Stephan Fuchs a franchi le pas décisif qui consiste à formuler la construction sociale en terme de réseaux sociaux.

72Les identités, d’acteurs ou d’événements, émergent des discordances et s’encastrent de façon structurée sous la forme de disciplines dans les liens qu’ils activent. Ceux-ci se déploient sous la forme de réseaux, ou, quand de nombreuses discordances s’équilibrent, s’effacent devant les catnets, plus vagues. L’ensemble qui en résulte peut être appelé « réseau comme population ».

73Des euphémismes – le monde, l’école, la société, etc. – sont souvent substitués à population, qui peut sembler être le terme le plus décevant des sciences sociales, simplement parce qu’il paraît si évident – « cet ensemble de gens-là ». Mais une population d’identités, chacune étant à la recherche du contrôle, est amenée, à travers ces luttes, à fixer les limites de son propre espace social, plutôt que des frontières imposées arbitrairement, comme un observateur est tenté de le faire. Les identités deviennent encastrées dans des narrations qui tiennent compte des autres identités dans quelque « population de réseau », au cours des luttes continues pour le contrôle.

74La spécification d’un lien comme une relation dyadique globale est appelée un lien multiplexe. Chaque lien multiplexe résume des implications pour des processus en cours qui sont perçus à partir d’une série d’incidents passés. Ou, de façon alternative, chaque connexion multiplexe totalise un certain nombre de relations spécialisées.

Diffusion : une étude de cas

75La diffusion d’informations suffisamment signifiantes pour être source d’actions, que l’on peut observer dans une population, fournit une base pour évaluer l’évolution des types de liens dans des structures de réseau. Ronald S. Burt s’est fondé sur une tradition d’études et de modélisation de la diffusion des innovations qu’il a résumée (Burt, 1987, pp. 1287-1335, et Burt, 1990). La tradition repose sur quelques études de terrain qui font autorité. En particulier, James S. Coleman, Elihu Katz et Herbert Menzel ont produit un enregistrement fiable des prescriptions réelles d’un nouveau médicament dans une ville par des médecins dont ils ont étudié les structures de réseau : la force de l’étude était son ancrage dans des événements spécifiques (Coleman, Katz & Menzel, 1966).

76Les innovations génèrent de l’ambiguïté. Leur adoption peut susciter aussi bien un grand prestige qu’un grand mépris, selon la valeur de l’innovation qui sera acceptée. Cette valeur en retour n’est pas une vérité technique isolée, mais plutôt le résultat négocié à partir d’interactions entre de nombreux acteurs qui adoptent l’innovation et qui en sont contents, et elle est aussi évaluée par des verdicts plus hautains et plus spécialisés qui structurent les traces culturelles. Pour le dire vite, « tôt mais pas trop tôt » semble une bonne position pour ceux qui ont déjà un grand prestige, les médecins en tant que groupe et les mieux placés parmi eux. L’étude originale comporte beaucoup d’informations et d’analyses des aspects collectifs de ces questions.

  • 21 . Comme celles qui figuraient dans les traces de Rapoport : voir plus haut dans cet article.

77Il y a des façons de tenir compte grossièrement de ces effets collectifs, comme le montre Ronald S. Burt. Mais il n’y a pas de données permettant de différencier les réseaux selon l’intensité des liens 21. Et souvent en sciences sociales, une bonne preuve devient inutilisable lorsque l’on passe d’une étude sur une population de personnes sans expérience et de statut peu élevé, comme des élèves de high school, à des personnes adultes de statut plus avantageux, du monde des affaires. Mais, d’un autre côté, pour à peu près les mêmes raisons, le temps devient plus visible dans les actions, et les actions tendent à avoir plus de conséquences.

78L’adoption d’un nouveau médicament parmi les médecins de cette ville, en contrôlant l’effet du statut social, génère une mosaïque dans le temps dont Ronald S. Burt montre qu’elle s’intercale avec la mosaïque de l’équivalence structurelle dans l’espace social (Burt, 1987). Les liens de réseau sont saisis à partir de la mesure grossière des discussions que chaque médecin peut avoir avec ses collègues de la ville sur des questions médicales. L’espace social est écrasé dans une représentation cartésienne artificielle, mais sur la base de la relation sociale quintessencielle d’équivalence structurelle.

79L’équivalence structurelle permet de montrer l’importance que deux acteurs soient en relation avec approximativement le même ensemble d’acteurs, particulièrement sur des sujets similaires, et il émerge, à travers une myriade de transactions instantanées, des similarités dans les perceptions et les actions de ces deux acteurs donnés. Une localisation proche dans l’espace cartésien, pris du point de vue de l’observateur, se réduit dans une large mesure à de l’équivalence structurelle. La temporalité des actions majeures, comme les premières prescriptions d’un nouveau médicament, devrait s’entrelacer avec leur plus ou moins grande dispersion au sein de l’espace social.

80Et c’est le cas. Un petit nombre de médecins sont si complètement interconnectés dans un groupement que leurs liens deviennent de la cohésion et ne peuvent plus être distingués de l’équivalence structurelle. Et, à un endroit donné, un échange de conseils, dans une paire particulière au sein du groupement, ne ressort pas particulièrement et ne prédit pas un temps d’adoption plus proche. Un tel groupement est si saturé de proximité que des influences culturelles et hiérarchiques plus élaborées interviennent dans la décision. La plupart des médecins, comme dans n’importe quelle population concrète de grande taille, ont peu de connections et donc pas de possibilité d’une réelle équivalence structurelle avec la plupart des autres.

81Un ensemble intermédiaire crucial de dyades de médecins est intermédiaire dans le sens où ses membres sont relativement proches dans l’espace cartésien – ils partagent de nombreux voisins dans l’espace et sont structurellement équivalents par rapport à ceux-ci – bien qu’ils ne se fondent pas dans un groupement de connectivité presque complète. Le temps est significativement corrélé seulement dans ces circonstances. Un lien de discussion professionnelle observé active des dates d’adoption similaires seulement quand la paire de médecins sont des connaissances, si l’on peut parler ainsi. Le temps a des significations sociales et des conséquences différentes selon la façon dont il s’interpénètre avec les lieux et la topologie de l’espace social.

82Le concept de « frontière » est vu comme problématique pour les phénomènes sociaux, à la fois dans le temps et dans l’espace. Les frontières sont à la fois des questions de perception et de construction et donc sujettes à des spéculations et à des jeux d’acteurs. Les médecins sont différenciés seulement de façon floue si l’on se fonde sur leur propre description, comme l’est la communauté au sein de laquelle ils opèrent. En fait, il semble naturel de penser qu’il existe plusieurs sous-populations de médecins, qui se recouvrent seulement partiellement et diffèrent en ce qui concerne les lieux, les spécialités, le standing et l’âge.

83Des couches plus avancées d’encastrement et de contrôle (par exemple de « certification » et de « résidence ») doivent être utilisées et reconnues comme pertinentes pour l’analyse, mais elles l’ont peu été dans l’étude citée, cette observation particulière et naturaliste de la diffusion de la prescription d’un nouveau médicament. Les réseaux et les collectifs étaient découverts comme guides exploratoires dans un travail de terrain et une analyse de ce monde de médecins. Au contraire, les frontières étaient soit imposées par convenance pour délimiter le terrain, ou faisaient sortir des scènes accessibles à ce travail de terrain, comme des régulations sur la production et l’enregistrement des prescriptions.

84Notre axiome est que les liens et les identités sont socialement construits, et non simplement imposés par les observateurs. Et de multiples types de liens sont générés, et non simplement des liens multiplexes englobants. Les identités en viennent donc à être considérées comme encastrées dans des espaces de réseaux plus vastes et en même temps comme contraintes par l’environnement physique.

85Notons que des perspectives similaires résultent des études sur le Petit Monde. La conclusion principale est que les processus, même ceux de diffusion, qui se prêtent moins à des manœuvres de contrôle, ne peuvent pas être traités correctement par un réseau réduit à une pure connectivité. Il faut se tourner vers un autre niveau d’organisation sociale, les disciplines.

Types de liens

86Les processus qui réduisent les contraintes attribuées au contrôle permettent le découplage. Les projets discordants de contrôle, dans la mesure où ils génèrent des histoires, peuvent rompre la routine. Le découplage induit ainsi un éventail d’histoires alternatives. Lorsque les relations entre identités sont caractérisées par un ensemble d’histoires stéréotypées, elles deviennent un type particulier de lien, spécifiant un réseau.

Ensemble d’histoires pour un réseau

87Le découplage présuppose l’encastrement, dont le moindre n’est pas celui qui concerne les réseaux de relations. Le lien primordial est celui que vous avez établi avec votre mère. C’est là que vous avez trouvé votre première source de stabilité. Ce fut la première histoire racontée, prise pour acquise par tous. Et puis, d’autres liens de parenté se sont ajoutés à votre expérience et vous ont aidé à structurer une identité, à travers l’intimidation, l’entraide ou le jeu, l’encastrant dans un réseau utilisant de multiples histoires.

88Chaque lien qui persiste résume des luttes pour le contrôle. Chaque lien est un équilibre métastable entre des tentatives rivales de contrôle, et induit à ce titre des comptes-rendus réguliers. Les liens décrivent les connections, mais il ne s’agit pas d’interconnections éternelles entre des identités fixes. Les liens reflètent toujours l’activité telle qu’elle est perçue par les observateurs et les participants, mais ils y sont aussi impliqués dans cette activité.

  • 22 . Certains théoriciens de la société ou de l’économie travaillent à adapter les préférences et la m (...)

89L’accumulation des comptes rendus, et leur évocation aussi dans d’autres liens, les structurent en modèles perçus comme des ensembles d’histoires. Un ensemble complet d’histoires peut aller avec un lien ou en provenir. Cela explique pourquoi les histoires sont devenues si universelles et comment elles se diffusent si efficacement au sein d’audiences diverses (y compris les sciences sociales) 22.

90Des conventions, c’est-à-dire des ensembles d’histoires, émergent avec le temps, dans le contexte des réseaux de liens. Ce processus se déploie sans cesse sous nos yeux. Le terrain de jeu aura son argot propre. Il existe là une opportunité et un espace pour qu’émerge un langage primitif en tant que véhicule des descriptions des conflits.

91Les règles empiriques se présentent en paquets (Simon, 1945) et sont l’une des formes des conventions pour un réseau, pour les histoires multiples qui accompagnent ses liens. Les règles empiriques sont largement transposables à des contextes sociaux et à des cadres d’interprétations variés. Les règles empiriques appliquées ici influent sur l’application des règles empiriques , ou sur leur application à d’autres moments. Elles sont transmises et garanties le long de lignes d’interconnexion dans un réseau.

Réseaux pour un type de lien unique

92Concentrons-nous seulement sur des relations suffisamment intenses pour durer indéfiniment si elles sont établies pour un ego spécifique. Il semble qu’il y en ait environ seize en moyenne. Dans les sociétés anciennes elles étaient intégrées dans le cadre de la parenté. Avant tout, vous devez prendre en compte vos beaux-parents. Ils se lient de façon variable à votre parenté immédiate, de même que les petits-enfants, et selon des façons que vous voudriez surveiller. Les âges relatifs des frères et sœurs auront pour effet de circonscrire ces choix.

  • 23 . L’estimation de Nancy Howell, pour un peuplement africain, confirme les données les plus détaillé (...)
  • 24 . À cette fin, les choix maritaux sont contraints par la parenté, de même que le lieu de résidence (...)

93Une étude récente et qui fait autorité sur la démographie des chasseurs-cueilleurs (Howell, 1979 et Howell, 1988) 23 évalue à environ seize les parents reconnus par un ego donné. Et chaque sorte de relation, pratique et émotionnelle, est conçue en termes de parenté dans ce mode de vie sociale 24. On peut donc parier que seize constitue une bonne évaluation de la limite supérieure du nombre de types différents de relations que les humains peuvent maintenir.

  • 25 . Sa thèse de 1968 n’a malheureusement jamais été publiée ; voir Boyd (1991), pour une analyse qui (...)
  • 26 . Et sur des grandes populations voir Fischer (1982).

94Dans la société actuelle, mais à une échelle bien plus petite, Samuel F. Sampson 25, dans son étude méticuleuse et fine d’un monastère et de ses novices, différencie huit types de liens, mais il les impose comme une grammaire des affections et, en réalité, ils ne produisent pas tous des configurations distinctes. Ce resserrement sur quelques types distincts confirme l’expérience extensive de tests sociométriques sur des petites populations : on peut comparer Ake Bjerstedt sur les classes scolaires (Bjerstedt, 1956) et Newcomb sur les fraternités 26.

95Dans notre propre société, les liens-clés sont dispersés entre les amis, la famille, les collègues, le voisinage. On peut aussi suivre quelques interactions indirectes, de façon plus ou moins arbitraire, mais on ne peut pas surveiller plus de seize liens environ.

96Des types de liens distincts forment des réseaux qui sont différents non seulement pour les observateurs mais aussi pour les acteurs eux-mêmes. Une identité peut être perçue de façon très différente dans différents réseaux. La spécialisation décrit la façon dont l’environnement est raccordé au social dans le travail (Udy, 1970) qui a sa propre caste de techniciens ou d’ingénieurs. Les types de liens peuvent donc être expliqués et leur nombre peut être estimé en termes de spécialisations. Nous vivons dans des réseaux multiples, chacun délimitant un domaine distinct.

Lien multiplexe et liens différenciés

97La partie précédente de cet article utilisait les réseaux uniques comme base de travail. Cela peut être vu comme l’union des réseaux différenciés sous-jacents que nous considérons à présent. Ce type de lien général est désigné comme un lien multiplexe. Un tel lien peut être pris en compte dans des types de liens particuliers qui diffèrent entre eux de la même façon que les domaines, la « saveur » d’une relation, comme il sera montré plus loin. Le modèle de Rapoport représentait une approche intermédiaire dans laquelle chacun des nombreux degrés d’amitié rapportés par les étudiants était traité, de façon artificielle, comme un réseau séparé de liens multiplexes, et nous n’avons pas examiné l’impact mutuel de ces « réseaux », nous avons simplement observé leurs différences en matière de repli sur soi.

98Le lien multiplexe contribue, comme cause et mécanisme de l’échange, à l’allocation et plus généralement à la distribution. Pour les processus dans lesquels l’enjeu est la connectivité indifférenciée, le réseau multiplexe est approprié : c’est le lien comme source de couplage. Mais les liens vont aussi avec le découplage, qui correspond à la factorisation en des types différents de liens. Les réseaux sont des réalités phénoménologiques autant que ces constructions méthodologiques.

99Il y a une autre façon d’arriver à un réseau unique. Introduisons le public comme domaine englobant qui peut être considéré comme le contexte dans lequel seulement un unique et fade ensemble d’histoires est invoqué dans les relations. Pensons aux étrangers de Erving Goffman, avec les rues de nos villes et nos métros comme scène. Ou pensons aux concierges de Manhattan décrits par Peter Bearman, qui parlent avec ceux qui visitent les appartements dont ils ont la charge. Les relations sont voilées et de ce fait éphémères et si répandues qu’elles excluent toute spécificité en ce qui concerne leur place dans le réseau et dans les autres réseaux que ces identités invoquent (Bearman, 2005).

100Dans une dyade, une relation peut être exprimée et constituée en dehors des histoires. Se tenir la main est une manière non verbale d’exprimer une relation. C’est en même temps très personnel, bien que par ailleurs manifestement public, visible par n’importe qui aux alentours. Cela a sûrement des significations différentes et une incidence qui dépend de l’histoire de cette population de réseau. Mais c’est aussi certainement un lien englobant au sein d’une population donnée, non différenciée en types.

101Il y a toute une série d’autre façons non verbales d’exprimer une relation et donc de constituer un lien. Les interactions subtiles en temps réel dans un lien, la dyade-comme-processus, ont de nombreuses facettes, mais cela ne requiert pas nécessairement une expression verbale sous la forme d’une histoire.

102De plus, la liste des personnages devrait être étendue. Comprendre la relation d’un groupe de jeunes variés à une voiture de sport est nécessaire si l’on veut comprendre la dynamique de réseau dans le film La Fièvre du Samedi Soir. Tout comme la relation que peut avoir le personnage incarné par John Travolta avec un travail routinier et avec la confection de son nouveau costume.

103Les histoires restent centrales. Tout ensemble de dyades peut présenter chacune des qualités de relation que seul un analyste peut distinguer explicitement, qui décompose l’ensemble en sous-ensembles en fonction de la qualité de la relation. Les ensembles d’histoires observés dans la population peuvent à la fois guider et refléter cette dissection des dyades-comme-processus dans des ensembles de types de liens. Le résultat est constitué par les réseaux multiples.

104Quelles histoires vont avec quels réseaux ? C’est le problème ethnographique. J’associe une histoire simple telle qu’une connaissance avec le réseau multiplexe et les multiples histoires d’un réseau de liens différentiés. Mais quelles sont les histoires qui sont plus particulièrement trouvées et comment se relient-elles à un réseau particulier ? La raison doit être trouvée à partir d’études de populations spécifiques. Les domaines et les réseaux dérivent des netdoms à travers des processus particuliers concrets, et les histoires particulières sont des sous-produits dérivés de l’Histoire telle qu’elle se déploie.

105La section suivante propose quelques idées générales tirées de l’observation de la différentiation et du contrôle.

Dynamiques de différenciation

106Les réseaux nous offrent, à nous observateurs, une bonne idée de ce peut être l’espace social, mais pas plus qu’un aperçu furtif des processus sociaux qui impliquent des interactions plus complexes, telles que les disciplines.

Manières universelles de différencier les types de liens

107Les histoires cadrent les choix, à partir de ces innombrables distinctions et nuances qui pourraient être imposées aux relations rétrospectivement ou de l’extérieur. C’est une dialectique dans laquelle différentes nuances, différents types de liens, en viennent à être reconnus. Par exemple, l’agence amène à un lien qui a un seul objet, le contrôle, même s’il peut arriver que, pour une courte période, ce puisse être un lien englobant, un lien multiplexe. Les types de liens deviennent l’alphabet des comptes-rendus et évoluent partiellement comme une rhétorique des ensembles d’histoires.

108La tâche consiste à trier les types de liens dans une population concrète particulière en utilisant des méthodes susceptibles d’être transposées. Faire la différence entre des types de liens est ce qui caractérise l’expertise d’un milieu socio-culturel, mais il existe des techniques formelles pour aider un observateur à trier les différenciations (Burt, 1990). On a besoin de techniques pour aller au-delà à la fois de la tradition de parenté tribale et des premières études sociométriques. Certains réseaux de liens multiplexes polyvalents de faible intensité sont tout ce qui peut être perçu par les acteurs impliqués et ce qui peut être découvert par la plupart des études sur une population. Mais si l’on y regarde de plus près, les liens peuvent être vus comme relevant de réseaux spécialisés, chacun d’entre eux ayant une focalisation issue d’un ensemble particulier d’histoires stéréotypées.

109Un nom pour une identité la rend à la fois transférable et unique, si bien que le nom est une version élémentaire de la « position ». De façon similaire, un label pour la jonction de deux identités, une dyade, la transforme en type de « lien », transférable. Ces coloriages, les « esprits animaux » d’histoires caractéristiques qui donnent leurs contenus aux types de liens, peuvent être empruntés aux évaluations associées à l’émergence des identités.

  • 27 . Cela est différent des formulations culturelles conscientes comme les trois domaines de Georges D (...)
  • 28 . Par exemple Hart & Pilling (1960) ; Rose (1960).

110À partir d’études de cas systématiques on peut affirmer qu’il y a trois façons universelles de différencier les liens 27. La première façon nous fait revenir aux collectifs. Elle consiste à différencier un type de lien sur la base des formes de recouvrement observées entre des identités et des groupes. Particulièrement dans les contextes tribaux 28, les collectifs fondés sur le genre et l’âge sautent aux yeux en tant qu’intersection, comme les « vieux sages du conseil ». Mais Ronald R. Breiger a proposé une dualité entre les réseaux de personnes et les réseaux de collectifs : par exemple, les réseaux, déjà évoqués, de participation conjointe aux films utilisés par Duncan J Watts dans son étude sur le phénomène du Petit Monde (Breiger, 1974).

  • 29 . Par exemple Feld (1981).
  • 30 . Par exemple Kossinets & Watts, 2006, pp. 88-90.

111Une généralisation aux groupes-comme-attribut-commun existe dans la littérature 29 et se trouve développée de façon plus approfondie par l’équipe de Duncan J. Watts 30. La France de l’Ancien Régime nous procure une riche tapisserie de formes collectives institutionnalisées et réflexives, fondées sur des identités sous-jacentes, et offre un éventail de recouvrements. Roland Mousnier a réalisé une synthèse magistrale des mécanismes d’inclusion et d’exclusion qui avaient pour effet de souligner et de définir l’importance des différents attributs. C’était la base de ce régime (Mousnier, 1984).

  • 31 . Par exemple Hollingshead (1949) ; Gans (1962).

112De nos jours, les études classiques de communautés 31 montrent des recouvrements, des exclusions et des emboîtements entre des collectifs moins formels (en particulier la classe sociale et le voisinage), qui génèrent des significations et des interprétations qui sont un calcul collectif de vies et de liens. L’anthropologue Michael Garfield Smith a tenté de construire une théorie générale complète de l’action sociale simplement sur la base des collectifs et de leurs entrelacements (Smith, 1975).

113Le deuxième fondement universel des types de liens est l’asymétrie dans la relation. Une différenciation en tant que réseau distinct se développe généralement à partir des tendances persistantes à l’asymétrie dans un sous-ensemble des liens qui le constituent. Il semble que l’agence soit à la source de l’asymétrie même pour les exemples les plus distants.

114L’asymétrie est toutefois un guide trompeur, car elle se transforme en absence de relation lorsqu’il n’y a pas de double contingence (Luhmann, 1995, chapitre 3) pour marquer la relation de communication dans la dyade. L’exception est évidente : la dyade homme-femme en relation intime est intense parce que les orientations sont distinctes.

115La force est la troisième façon de différencier. Un lien peut être spécifié par le niveau d’intensité. À une extrémité se trouve le lien multiplexe de la sociométrie et des bavardages occasionnels, les liens des réseaux quotidiens qui se prolongent dans les bars et les soirées dansantes, dans les terrains de jeu, ou dans les écoles étudiées par Anatol Rapoport. Ce sont des liens généraux tels qu’ils sont communément perçus, des liens faibles dans la terminologie de Mark Granovetter. L’autre extrême est le lien d’intensité maximale. Un lien fort de ce type incorpore des échanges fréquents et une perception réciproque des identités, qui contribue probablement à produire ces identités.

116Regroupons ces deux types sous la désignation de liens de Granovetter. Nous pourrions découvrir que les liens forts ne peuvent subsister qu’entre des acteurs similaires, alors que les liens faibles des réseaux quotidiens peuvent caractériser n’importe quelle paire d’identités. Mais les liens de Granovetter, les faibles comme les forts, sont aussi des connections multiplexes entre les identités. Les liens multiplexes se maintiennent à travers des histoires qui peuvent décrire les incertitudes à la fois physiques et sociales. Mais le portrait en noir et blanc des liens de Granovetter ne peut pas rendre compte des nuances culturelles et des intensités intermédiaires. Les liens de Granovetter ont plutôt à voir avec la connectivité et les groupements, comme nous l’avons vu plus tôt.

117Notons que les temps sociaux sont aussi articulés par des réseaux de liens. Un lien fort, vu de l’intérieur, constitue une lutte continue pour le contrôle entre deux identités, et cette lutte définit le présent phénoménologique qui, en terme d’espace-temps biophysique (Zadeh, 1975) est un ensemble flou plutôt qu’un instant. C’est pour cette raison qu’il peut se maintenir sur de longues périodes. Les liens faibles de Granovetter sont éphémères, qu’ils soient vus par soi ou par les autres et ne peuvent avoir qu’une existence momentanée.

118Ainsi, le centre d’intérêt devient à présent les liens de force intermédiaire. Chaque lien est défini par des histoires, qu’il produit et auxquelles il répond, mais seulement dans la communication au sein de cette dyade entre deux identités. Les pressions de contrôle au sein d’une identité fournissent aussi un point de comparaison. On peut s’attendre à une certaine stabilité dans de tels réseaux, sauf lorsque les pressions de contrôle entre identités sont soit inférieures, soit supérieures, à la pression à l’intérieur de celles-ci. La conclusion est que les liens de Granovetter, faibles et forts, sont maintenant exclus.

119Tous les autres, les types de liens différenciés qualitativement, correspondent à toute la gamme de temporalités intermédiaires, ni courtes ni longues. C’est lorsque l’on peut reconnaître des réseaux multiples par type de lien. Les types de liens sont considérés comme des ensembles d’histoires. Chaque lien d’intensité intermédiaire peut être diffracté en un ou plusieurs types de liens, chaque type étant associé à une histoire particulière d’un ensemble d’histoires, un menu.

120Ainsi, les distinctions qualitatives entre les liens ne valent que pour des périodes intermédiaires, ainsi que pour les liens d’intensité intermédiaires. On peut trouver une confirmation de cela en observant la façon dont les identités elles-mêmes différencient les types de liens, en particulier dans des contextes complexes et différenciés. Ce sont les contextes qui invoquent la diffraction des relations dans des types de liens.

  • 32 . Par exemple : Kelsall (1955) ; Namier (1961) ; Mousnier (1971) ; Mousnier (1984) ; Swart (1949).
  • 33 . Mais cela dépend du contexte général. Par exemple, dans des systèmes clientélistes, aucune différ (...)

121Une catégorie d’exemples vient des connotations des termes « favoritisme », « népotisme » et « vénalité ». Il y a sur ce point un ensemble d’études 32 qui établissent les ensembles d’histoires dans un cadre temporel. Les attributions d’emplois impliquent souvent de telles diffractions de liens préexistants qui ne sont ni faibles ni forts 33.

Liens indirects

122Il existe une quatrième façon de différencier les liens, en plus des recouvrements, de l’asymétrie et de la force. Il s’agit de l’institutionnalisation des liens indirects. Les participants et les observateurs sont convaincus qu’il est tout à fait acceptable d’isoler de tels liens pour en faire un réseau spécifique.

123Une relation qui s’est développée au-delà de l’interconnaissance implique une familiarité suffisante avec l’autre partie pour savoir avec qui d’autres liens existent. Par exemple, l’ami d’un ami est une réalité, cela oriente l’action ; toutefois, il n’est pas nécessaire de considérer un lien avec l’ami d’un ami comme une relation amicale en tant que telle. Il y a une distance grossière que l’on peut mesurer en nombre de pas, étant donné un certain étalonnage de l’intensité de la relation, nécessaire pour coder la présence d’un lien. Un certain sens de la distance et l’accumulation de l’espace social sont un produit dérivé de la pensée en termes de réseaux et une motivation pour celle-ci (Burt, 1990).

124La parenté est la première instance : par exemple, les grands-parents, les cousins, les oncles, dans notre grammaire occidentale, ou la fille du frère de la mère, la fille de la sœur du père, ou les descendants de la sœur ou du frère aîné, ou la fille de la fille du frère de la mère de la mère et d’autres similaires dans d’autres systèmes de parenté (Schneider, 1965). Dans la Thaïlande de Fred W. Riggs, deux liens de clientèle, s’ils concernent la même partie, génèrent, par un processus observable sur le terrain, un type de comportements entre ceux qui sont indirectement connectés, qui est suffisamment particulier pour être reconnu en tant que tel. C’est ainsi qu’est encouragée dans cette société la reconnaissance d’autres ensembles de liens parallèles en tant que type spécifique.

125Il semble, en se fondant sur le vaste ensemble d’études de cas dont on dispose, que les liens indirects tendent à être plus homogènes en intensité et dans les attributs concrets que les liens directs qui provoquent leur construction phénoménologique. Un exemple, tiré du régime féodal normand, concerne la façon dont les efforts conscients des grands propriétaires pour renforcer la reconnaissance des liens indirects d’allégeance tendaient à générer une qualité de relation bien plus homogène que celle qui résultait des liens directs, qui semblent toutefois plus homogènes que dans le régime anglo-saxon qui avait précédé. Et ce qui fait que l’ambiance de la société thaïlandaise si spécifique n’est pas le lien de patronage en lui-même, mais plutôt l’universalité de la reconnaissance de liens indirects jusqu’aux limites de la population totale : c’est le cas limite d’une population-réseau constituant un univers.

126Même ainsi, si l’on se tourne vers les conséquences possibles de l’équivalence structurelle, il se peut qu’un autre chemin soit suivi. S’il y a des exemples dans lesquels la construction de liens indirects s’effectue pour pratiquement les mêmes ensembles de dyades que dans l’un des types reconnus de liens, ils peuvent aussi être mélangés parmi ces derniers plutôt que d’être considérés comme un type différent. C’est ici que réside la clé des systèmes de classification de la parenté (White, 1963).

Dynamiques de compensation

127Il y a, au sein de ces différentes dynamiques, un processus de compensation : les liens, une fois différenciés, peuvent à nouveau être réunis dans un type commun, avec la reconnaissance associée de multiplexités diverses et subtiles dans des exemplaires particuliers. Cela peut être un aspect d’un processus d’encastrement des réseaux et des collectifs dans des niveaux encore plus élevés. L’exemple normand décrit des processus médiatisés par des mécanismes monétaires dans lesquels les droits sur les liens indirects sont rendus fongibles, disponibles pour les liens directs.

128Et quand la formation de liens indirects tend à générer la reconnaissance de spécificité pour de nouvelles sortes de liens, l’étendue de la population pertinente tend à s’accroître, ce qui en soi-même tendra à affaiblir la reconnaissance de spécificité. Le lien asymétrique de base peut être modifié jusqu’à ne plus générer de relations indirectes, comme dans le développement chez les Normands du simple chevalier ; alors que les liens symétriques semblent générer universellement des liens indirects qui sont reconnus.

  • 34 . Une grande part en étant présentée par Robert F. Bales (Bales, 1970)

129La différenciation des liens n’est donc pas une affaire passive, détachée. Les types de liens évoluent comme produit dérivé des arrangements sans fin entre les différents efforts de contrôle entre les identités. Les réseaux multiplexes rendent compte de la façon dont les différentes identités ont déployé leur présence au cours de ces luttes. Alors que les luttes de contrôle continuent, les liens eux-mêmes, qui rendent compte d’états chroniques de la lutte, sont amenés à être éclatés entre des types de liens différents. Ce processus de diffraction peut être éclairé par une littérature importante sur l’observation de groupes de discussion 34.

130Les histoires servent à décrire les liens dans les réseaux. Ce sont des liens de discorde aussi bien que de coopération et de complémentarité. Il y aura de nombreuses perceptions différentes, de nombreuses histoires sur, aussi bien que dans, des liens particuliers et des interconnexions de liens. Les histoires apaisent les irréductibles recherches de contrôle des identités, qui peut être saisi de façon momentanée comme des ensembles d’histoires représentant des liens.

131Un contrôle nouveau et supplémentaire peut être réalisé par quelques acteurs quand un réseau de liens multiplexes se trouve divisé, comme par un accord commun, en sous-réseaux différents de types de liens. Une illustration en est l’analyse incisive par John F. Padgett et Christopher K. Ansell de l’accès au pouvoir suprême par le parti des Médicis dans l’espace politique de Florence des années 1400. Tout le monde peut voir que les Médicis concentraient le contrôle ; ce qui était moins évident est qu’ils séparaient les liens avec différentes familles qui dépendaient d’eux dans différents types de connexion. Ceci maintenait ces familles relativement séparées et isolées les unes des autres, connectées seulement par les Médicis eux-mêmes et donc en position défavorable dans leurs tentatives régulières de contre-contrôle (Padgett & Ansell, 1993).

  • 35 . Ibid., p. 17.

132Les contrastes entre les liens symétriques et asymétriques sont développés par John F. Padgett et Christopher K. Ansell dans une discussion plus approfondie de l’émergence et de la consolidation des Médicis. Leur article est inhabituel par le nombre de types de liens analysés à partir des comptes rendus historiques. Il y en a neuf, à partir desquels l’analyse se développe 35 pour affirmer l’agrégation en deux familles, l’une formée à partir de types de liens forts – chacun tendant à la consanguinité dans le sens des traces de Rapoport – et l’autre une famille de types de liens faibles, qui regroupe les acteurs différemment, à partir de l’équivalence structurelle.

133Cependant, il y a une dynamique pour le contrôle opposée dans laquelle la nature du lien reste trouble, multiplexe.

Combinaisons de dynamiques

134La combinaison de modes asymétriques et indirects pour générer des reconnaissances de types distincts de liens produit une variété plus riche de formes que le chaînage indirect de liens symétriques à partir des recouvrements. Ce dernier tend à produire une forme de solidarité ou de référence commune mutuelle. Le premier présente aussi cette caractéristique, ainsi que la formation omniprésente de conseils et de tribunaux entre subordonnés qui se trouvent à la même distance relationnelle d’un seigneur normand, mais ils peuvent se rattacher plus avant dans les chaînes mutuellement exclusives de dépendance qui caractérisent le clientélisme.

135Les luttes de contrôle s’exercent aussi bien sur les liens forts que faibles, et sous la pression des interactions entre identités, les histoires initiales se décomposent dans des ensembles d’histoires stéréotypées au sein d’une population. Un type de lien est un ensemble d’histoires stéréotypées, et son incidence sur les paires d’acteurs peut être vue comme un contexte de réseau spécifique. Les luttes de contrôle décomposent un réseau multiplexe dans des réseaux différents pour des types de liens spécifiques. Les incidences des types de liens ne sont pas une quelconque matière analytique, elles sont une partie des armes de manipulation pour le contrôle.

136Récapitulons : les identités s’encastrent dans des histoires en tenant compte des autres au sein d’une population-réseau au cours de luttes continues pour le contrôle. Ces histoires typiques sont des descriptions sociales qui différencient les types de liens. Les différents types sont autant des perceptions par des tierces parties que par les « extrémités » ou les nœuds d’un lien lui-même. Cette tierce partie peut être un observateur ou un analyste. Le réseau peut à présent devenir un concept analytique aussi bien qu’une phénoménologie de sens commun.

Haut de page

Bibliographie

Antal F. (1965), Florentine Painting and its Social Background: The Bourgeois Republic before Cosimo de Medici’s Advent to Power: XIV and early XV Centuries, London, Routledge and Kegan Paul

Bailey N. (1957), The Mathematical Theory of Epidemics, London, Griffin

Bailey N. (1982), The Biomathematics of Malaria, London, Griffin

Bales R. (1970), Personality and interpersonal behavior, New York, Holt, Rinehart, and Winston

Baxandall M. (1980), The Limewood Sculpture of Renaissance Germany, New Haven CT, Yale University Press

Bearman P. (2005), Doormen, Chicago, University of Chicago Press

Bearman P., J. Moody, et K. Stovel (2004) « Chains of Affection: The Structure of Adolescent Romantic and Sexual Networks », American Journal of Sociology

Berge C. (1962), The Theory of Graphs and Its Applications, New York, Wiley

Berkowitz S. (1982), An Introduction to Structural Analysis: The Network Approach to Social Research, Toronto, Butterworths

Bjerstedt A. (1956), Interpretations of Sociometric Choice Status, Lund, Gleerup

Blau P. (1964), Exchange and Power in Social Life, New York, Wiley

Bott E. (1957), Family and Social Networks, London, Tavistock

Boyd J. (1991), Social Semigroups : A Unified Theory of Scaling and Blockmodelling as Applied to Social Networks, Fairfax VA, George Mason University Press

Breiger R. (1974), « The Duality of Persons and Groups », Social Forces, Vol. 53

Breiger R. (dir) (1990), Social Mobility and Social Structure, Cambridge, Cambridge University Press

Burt R. (1980), « Models of Network Structure », Annual Review of Sociology, vol. 6

Burt R. (1982), Toward a Structural Theory of Action: Network Models of Social Structure, Perception, and Action, New York, Academic Press

Burt R. (1987), « Social Contagion and Innovation. Cohesion versus Structural Equivalence », American Journal of Sociology, vol. 92

Burt R. (1990), « Kinds of Relations in American Discussion Networks », dans Calhoun C., Meyer M., & W. Scott, Structures of Power and Constraint: Papers in Honor of Peter M. Blau, New York, Cambridge University Press

Coleman J. (1957), Community Conflict, New York, Free Press-Bureau of Applied Social Research

Coleman J. (1961), The Adolescent Society, New York, Free Press

Coleman J., Katz E., & H. Menzel (1966), Medical Innovation. A Diffusion Study, Indianapolis IN, Bobbs-Merrill

Deutsch K. (1953), Nationalism and Social Communication, New York, Wiley

Dodds P., Muhamad R. & D. Watts (2003), « An Experimental Study of Search in Global Social Networks », Science, vol. 301

Doreian P. & T. Fararo (1998), The Problem of solidarity: Theories and Models, Amsterdam, Gordon and Breach

Duby G. (1980), The Three Orders, Chicago, University of Chicago Press

Duncan S. (1977), Face-to-Face Interaction, Hillsdale NJ, Erlbaum Associates

Emerson R. (1962), « Power-Dependence Relations », American Sociological Review

Feld S. (1981), « The Focused Organization of Social Ties », American Journal of Sociology, vol. 85

Fischer C. (1982), To Dwell Among Friends: Personal Networks in Town and City, Chicago, Chicago University Press

Fortes M. (1945), The Dynamics of Clanship among the Tallensi, London, Oxford University Press

Foster C., Rapoport A. & C. Orwant (1963), « A Study of a Large Sociogram », Behavioral Science, Vol. 8

Freeman L. (1979), « Centrality in Social Networks: Conceptual Clarification », Social Networks, Vol. 1

Fuchs S. (2001), Against Essentialism: A theory of Culture and Society, Cambridge, Harvard University Press

Gans H. (1962), The Urban Villagers: Group and Class in the Life of Italian Americans, New York, Free Press of Glencoe

Goffman E. (1971), Relations in public: Microstudies of the public order, New York, Basic Books

Granovetter M. (1973), « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, Vol. 78

Granovetter M. (1974), Getting a Job: A Study of Contacts and Careers, Cambridge MA, Harvard University Press

Granovetter M. (1982), « A Network Theory Revisited », Sociological Theory, Vol. 1

Grossetti M. (2004), « Where do Social Relations come from ? A Study of Personal Networks in the Toulouse Area of France », Social Networks, vol. 26

Harary F. (1977), Graph Theory, Reading MA, Addison-Wesley

Hart C. & A. Pilling (1960), The Tiwi, New York, Holt

Hollingshead S. (1949), Elmtown’s Youth, New York, Wiley

Howell N. (1979), Demography of the Dobe !Kung, New York, Academic Press

Howell N. (1998), « Understanding Simple Social Structure: Kinship Units and Ties » dans Wellman B. & S. Berkowitz (dir.), Social Structures: A Network Approach, New York, Cambridge University Press

Kelsall R. (1955), Higher Civil Servants in Britain, London, Routledge and Kegan Paul

Kochen M. (dir.) (1989), The small world, Norwood NJ, Ablex

Kossinets G. (2006), « Effects of Missing Data in Social Networks », Social Networks, vol. 28, n°3

Kossinets G. & D. Watts (2006), « Empirical Analysis of Evolving Social Networks », Science, vol. 311

Leifer E. (1990), « Enacting Networks », Social Networks

Levi-Strauss C. (1969), The Elementary Structures of Kinship, Boston, MA, Beacon Press

Luhmann N. (1995), Social Systems, Stanford, Stanford University Press

Macneil I. (1978), « Contracts: Adjustment of Long-term Economic Relations under Classical, Neo-classical and Relational Contract Law », Northwestern Law Review, Vol. 72

Moody J. & D. White (2003), « Social Cohesion and Embeddedness: A Hierarchical Conception of Social Groups », American Sociological Review

Mousnier R. (1971), La Vénalité des Offices sous Henri IV et Louis XIII, Paris, Presses Universitaires de France

Mousnier R. (1984), Institutions of France under the Absolute Monarchy, 1578-1789, Chicago, Chicago University Press

Nadel S. (1957), The Theory of Social Structure, London, Cohen and West

Namier L. (1961), The Structure of Politics at the Accession of George III, London, McMillan

Newman P. (1965), The Theory of Exchange, Englewood Cliffs NJ, Prentice-Hall

Ore O. (1965), Theory of Graphs, Providence RI, American Mathematical Association

Padgett J. & C. Ansell (1993), « Robust Action and the Rise of the Medici, 1400-1434 », American Journal of Sociology, vol. 98

Pattison P. (1993), Algebraic Models for Social Networks, Cambridge, Cambridge University Press

Pizzorno A. (1990), « On the Individualistic Theory of Social Order », manuscrit, Département de Sciences Politiques et de Sociologie, Université Européenne, Florence

Podolny J. (2001), « Networks As the Pipes and Prisms of the Market », American Journal of Sociology, Vol. 107, n°1

Rapoport A. (1983), Mathematical Models in the Social and Behavioral Sciences, New York, Wiley

Rose F. (1960), Classification of Kin, Age Structure, and Marriage amongst the Groote Eylandt Aborigines, Berlin, Akademie-Verlag

Schneider D. (1965), « Some Muddles in the Models: Or How the System Really Works » dans Banton M. (dir.), The Relevance of Models for Social Anthropology, London, Tavistock

Shubik M. (1984), Game Theory in the Social Sciences: Concepts and Solutions, Cambridge MA, MIT Press

Silver A. (1989), « Friendship and Trust as Moral Ideals: An Historical Approach », European Journal of Sociology, vol. 30

Silver A. (1990), « Friendship in Commercial Society: Eighteenth-Century Social Theory and Modern Society », American Journal of Sociology, vol. 91

Simon H. (1945), Administrative Behavior, New York, Macmillan

Smith M. (1975), Corporations and Society, Chicago, Aldine

Swart K. (1949), Sale of Offices in the 17th Century, The Hague, Nijhoff

Tillich P. (1963), Systematic Theology: Vol. III, Chicago, University of Chicago Press

Udy S. (1970), Work in Traditional and Modern Society, Englewood Cliffs NJ, Prentice Hall

Waller W. (1932), The Sociology of Teaching, New York, Wiley

Watts D. (1999), Small Worlds: the Dynamics of Networks between Order and Randomness, Princeton, Princeton University Press

Watts D., Dodds P., Muhamad R. & D. Medina (2005), « Multiscale, Resurgent Epidemics in a Hierarchical Metapopulation Model », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 102, n°32, pp. 11157-11162

Wellman B. & S. Berkowitz (dir.) (1998), Social Structures : A Network Approach, New York, Cambridge University Press

White, H. (1963), An Anatomy of Kinship: Mathematical Models for Structures of Cumulated Roles, Englewood Cliffs NJ, Prentice-Hall

White H. (1970), « Search Parameters for the Small World Problem », Social Forces, Vol. 49

Wilson E. (1970), Insect Societies, Cambridge MA, Harvard University Press

Wilson E. (1979), Sociobiology : The New Synthesis, Cambridge MA, Harvard University Press

Wynne-Edwards V. (1985), Evolution through Group Selection, Oxford, Blackwell

Zadeh L., Fu K., Taneka K. & M. Shimura (dir.) (1975), Fuzzy Sets and their Applications to Cognitive and Decision Processes, New York, Academic Press

Haut de page

Notes

1 . Network-domain (NDT).

2 . Dans le langage de l’analyse des réseaux sociaux, une dyade est un ensemble de deux entités et du lien quelles ont entre elles (NDT).

3 . En anglais, « to network » signifie construire des réseaux. Cette extension du terme n’a pas été effectuée en français pour le moment, malgré quelques usages du terme « réseauter » (NDT).

4 . On peut imaginer qu’il est possible de découvrir des réseaux sociaux dans d’autres espèces que l’espèce humaine, par exemple au moins chez les loups et les singes. On trouve dans ces espèces des ordres hiérarchiques, des liens, et certainement des luttes pour le contrôle. Voir par exemple Wilson (1979) et Wynne-Edwards (1985). Tout cela implique un certain niveau de communication, mais qui reste relativement simple et n’a pas besoin d’être plus complexe que l’échange de phéromones dans les sociétés de fourmis (Wilson, 1970). Cela conduit à penser que ce sont le sens et les histoires qui placent l’action sociale humaine à part. Sans les histoires, l’action sociale serait monotone ; il n’y aurait pas toutes ces « couleurs » que les humains observent et utilisent dans les cadres sociaux.

5 . Je reprends ici l’idée d’Alessandro Pizzorno (Pizzorno, 1990).

6 . Pour une réflexion plus approfondie, voir par exemple Nadel (1957) sur les rôles en général, et Boyd (1991) et White (1963), sur les réseaux de rôles dans la parenté, Wellman & Berkowitz (1998), sur la phénoménologie, et Pattison (1993), sur les modèles.

7 . Je retiens le terme de « réseau » comme désignation à cause de sa familiarité, mais il présente des connotations trompeuses de nœuds considérés comme des monades et de liens qui sont des lignes ou des flèches dans l’espace physique cartésien. La terminologie relative aux réseaux dans les sciences sociales reste relâchée et non standardisée, malgré les fondations mathématiques dans la théorie des graphes et les relations binaires (par exemple, Berge, 1962 ; Harary, 1977 ; Ore, 1965 ; Watts, 1999). Et cette « relation binaire » est vue comme un réseau, qu’elle soit ou non perçue comme subsumant tous les liens indirects impliqués.

8 . Extrait de Breiger, 1990, p. 8.

9 . Les résultats malencontreux de l’échange et de la réciprocité demandent aussi une analyse de l’encastrement, qui est dans une sorte de dualité avec la temporalité. (Blau, 1964 ; Emerson, 1962, pp. 31-40 ; Macneil, 1978, pp. 854-906 ; Newman, 1965) L’idéologie peut nous faire tomber dans le piège de croire que les échanges locaux spécifiques sont la version « réaliste » qui devrait être modélisée. Les contextes de plus grande étendue pour les échanges fournissent des antidotes plus puissants contre cette idéologie.

10 . Et d’autres… Voir Kochen, 1989.

11 . Certaines chaînes n’arrivèrent pas au but, mais la distribution des chaînes put être corrigée pour tenir compte de ce biais (White, 1970, pp. 259-264).

12 . Par exemple, les Tallensi (Fortes, 1945).

13 . On peut finir par être obsédé par les problèmes de mesure et de prévision. Les sources possibles sont très nombreuses. Les mouvements des yeux peuvent être fiables comme forme d’expression (Duncan, 1977) en tant qu’indicateurs de liens. Un acteur n’a pas besoin de s’abstraire des comportements de la même façon que celui avec lequel il est en relation, ou de la façon dont un observateur le ferait, s’il devait représenter ce cadre social. Ake Bjerstedt (Bjerstedt, 1956) découvrit il y a longtemps la surprenante robustesse de différentes sortes d’indices sociométriques. Un réseau sociométrique n’est rien de plus que le codage et l’enregistrement par un observateur d’un ensemble de relations entre des paires d’individus. Un réseau est moins qu’une carte connue et investie par tous les acteurs du réseau. Ils peuvent connaître ou non certains noms. Un réseau est une affaire d’ensembles flous (Zadeh, Fu, Taneka & Shimura, 1975).

14 . Par exemple Caxton C. Foster et Carol J. Orwant (Foster, Rapoport & Orwant, 1963, pp. 56-66).

15 . Il s’avère que les enquêtés n’accordent pas tellement d’importance dans leurs choix au critère précis qui leur est proposé.

16 . C’est aussi la taille minimale pour des populations relativement séparables et indépendantes dans toutes sortes de contextes, des aborigènes australiens aux villages modernes.

17 . Voir Wellman & Berkowitz, 1988, pour un développement plus approfondi.

18 . Par exemple Coleman, 1957 ; Coleman, 1961 et Burt, 1982.

19 . Pour « category-network » (catégorie-réseau) (NDT).

20 . On pourrait penser que l’affaiblissement de la théorie des jeux est le pire effet de la théorie des choix rationnels. Lors de son introduction par John von Neumann, la théorie des jeux avait le potentiel de refonder la théorie de l’action sociale. Malheureusement, elle a régressé entre les mains de quelques économistes. Les résultats pendant plusieurs années ont été des exercices toujours plus arides, sauf dans les travaux de Thomas C. Schelling, qui évite la théorisation ou la modélisation systématiques, et dans ceux de Martin Shubik (Shubik, 1984). De nouveaux développements sont en cours, mais une théorie des jeux effective devra s’intéresser à la création des identités et des disciplines, de l’organisation sociale.

21 . Comme celles qui figuraient dans les traces de Rapoport : voir plus haut dans cet article.

22 . Certains théoriciens de la société ou de l’économie travaillent à adapter les préférences et la maximisation des finalités aux réalités de la perception qui se satisfont des histoires. Un des exemples de cet éveil est constitué par les effets de « cadrage » (par exemple Kreps, 1988, Chapitre 14 ; Lindenberg, 1989a,b).

23 . L’estimation de Nancy Howell, pour un peuplement africain, confirme les données les plus détaillées disponibles dans la littérature pour des aborigènes d’Australie (Rose, 1960).

24 . À cette fin, les choix maritaux sont contraints par la parenté, de même que le lieu de résidence et l’approvisionnement.

25 . Sa thèse de 1968 n’a malheureusement jamais été publiée ; voir Boyd (1991), pour une analyse qui fait autorité.

26 . Et sur des grandes populations voir Fischer (1982).

27 . Cela est différent des formulations culturelles conscientes comme les trois domaines de Georges Duby (Duby, 1980). D’autres relient les types de liens au concept de « domaine », pour lequel je cite Paul Tillich : « Un "domaine" ("realm") est une métaphore comme "niveau" et "dimension", mais elle n’est pas fondamentalement spatiale (bien qu’elle le soit aussi) ; elle est fondamentalement sociale. Un domaine est une partie de la réalité dans laquelle une dimension particulière détermine le caractère de chacun des individus qui y appartiennent, qu’il s’agisse d’un atome ou d’un homme » (Tillich, 1963, p. 16).

28 . Par exemple Hart & Pilling (1960) ; Rose (1960).

29 . Par exemple Feld (1981).

30 . Par exemple Kossinets & Watts, 2006, pp. 88-90.

31 . Par exemple Hollingshead (1949) ; Gans (1962).

32 . Par exemple : Kelsall (1955) ; Namier (1961) ; Mousnier (1971) ; Mousnier (1984) ; Swart (1949).

33 . Mais cela dépend du contexte général. Par exemple, dans des systèmes clientélistes, aucune différenciation des compétences n’est reconnue et de ce fait, il n’y a pas de diffraction des liens dans la répartition des ressources. Notons que le contexte institutionnel diffère ici de celui des recherches d’emploi que Mark Granovetter a étudiées.

34 . Une grande part en étant présentée par Robert F. Bales (Bales, 1970)

35 . Ibid., p. 17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Harrison White, « Réseaux et histoires », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Harrison White, mis en ligne le 17 octobre 2007, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/240

Haut de page

Auteur

Harrison White

Columbia University, USA - hcw2@columbia.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page