Navigation – Plan du site
Aaron V. Cicourel
Découvertes / Redécouvertes
Aaron V. Cicourel

Micro-processus et macro-structures

Notes sur l'articulation des différents niveaux d'analyse (Texte présenté par Philippe Corcuff)
Micro-processes and macro-structures. Notes on articulation between different levels of analysis
Aaron Victor Cicourel

Résumés

Des approches sociologiques traditionnelles ont défini des macro-structures sociales comme un niveau particulier de la réalité sociale, à distinguer des micro-épisodes de l’action sociale. Cela les a conduits à concevoir ces macro-structures et à mener des recherches sur elles de manière plus ou moins indépendante des pratiques observables de la vie quotidienne. Cicourel soutient que les faits (macro-)sociaux ne sont pas simplement donnés, mais émergent de pratiques routinières de la vie de tous les jours. Le macro, au sens de descriptions résumées, hors contexte, normalisées et typifiées, est un produit typique des procédures interactives et organisationnelles qui transforment les micro-événements en structures macro-sociales. Ainsi une précondition pour l’intégration des phénomènes micro- et macro-sociaux dans notre théorie et dans notre méthodologie renvoie à l’identification des processus contribuant à la création de macro-structures par des inférences routinières, des interprétations et des procédure de résumé. Le texte montre aussi que les différences entre approches micro-sociologiques apparaissent parallèles à celles existant entre approches micro et macro. On se centrant sur de petits fragments d’interactions conversationnelles, certains travaux micro-sociologiques tendent à ignorer ce qui informe ces interactions conversationnelles pour les participants eux-mêmes. Les comptes rendus décontextualisés produits par de telles méthodes ressemblent à la décontextualisation résultant des procédures macro-sociologiques d’agrégation. Contre cela, Cicourel défend la constitution de bases de données comparatives n’incluant pas seulement le contexte des interactions de face à face, mais étudiant aussi les phénomènes sociaux de manière systématique à travers différents contextes.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte est la traduction française par Alain Accardo et Francis Chateauraynaud, révisée par Philippe Corcuff, du texte « Notes on the integration of micro- and macro-levels of analysis », extrait de l’ouvrage Advances in Social Theory and Methodology – Toward an Integration of Micro- and Macro- Sociologies, édité par Karin D. Knorr-Cetina et Aaron V. Cicourel, Boston, London and Henley, Routledge and Kegan Paul, 1981, pp. 51-80. Publié avec l’aimable autorisation de l’auteur. Pour consulter la présentation de ce texte, cliquez sur : http://sociologies.revues.org/index2382.html

Texte intégral

1Le titre de cet essai introductif met l'accent sur les points de jonction méthodologiques et théoriques entre des approches du macro et du micro qui correspondent chacune à des aspects routiniers de l'organisation sociale des groupes étudiés par le sociologue. Les activités routinières d'une organisation ou d'un groupe contiennent normalement l'intégration des informations et des théories de niveau micro- et macro- dans la mesure où les cadres de la vie quotidienne renvoient à plusieurs niveaux de complexité culturelle.

2Les différences entre les sociologies micro- et macro- dépendent des choix effectués par les chercheurs pour théoriser le phénomène étudié et des méthodes qu'ils utilisent pour produire des types particuliers d'informations. Les buts du chercheur semblent toujours trop raisonnables : utiliser des stratégies de recherche « admises » qui garantissent l'obtention d'un certain type de données, ainsi que des concepts théoriques « admis ». Je vais d'abord présenter les principaux aspects des stratégies, poursuivies respectivement par les « globalistes » et les « localistes », qui les conduisent à ignorer leurs activités réciproques, puis je suggérerai un mode d'intégration des deux niveaux.

3L'idée d'intégration des activités sociologiques micro- et macro- est une construction du chercheur et, de fait, n'est pas un concept que l'on peut attribuer aux membres de groupes dont les activités ordinaires créent une intégration micro-macro. Encore que les membres d'un groupe ou d'une organisation qui contribuent à l'intégration micro-macro dans la vie quotidienne ont souvent leurs propres idées sur les notions du chercheur quant aux niveaux d'analyse et aux méthodes adéquates. Les méthodes utilisées par les membres d'un groupe engagent invariablement la création de rapports spécifiques dans lesquels un vocabulaire particulier rend possible l'interprétation des documents par les participants, autrement opaques ou ambigus.

1. L'étude des actes de langage et discours associés comme structures sociales

4L'analyse des micro-processus est presque toujours conçue comme une entreprise indépendante, localement heuristique. L'insistance sur la production locale des structures sociales fait référence à des thèmes tels que les pensées réflexives des participants de l'interaction, les règles des échanges conversationnels, les codes d'interruption, et les contraintes liées aux normes externes et locales. De surcroît, certains chercheurs visent le rôle des conditions locales émergentes, perçues et attribuées les uns aux autres par les participants au cours de l'interaction. Le chercheur tend à ignorer la façon dont les données utilisées pour l'analyse relèvent du contexte social plus large duquel les fragments de conversations ou les longs segments de discours sont issus. Tandis que certains chercheurs étudient l'intonation, le stress et d'autres aspects phonologiques du discours, d'autres s'intéressent au regard et aux mouvements du corps. Pour ceux qui étudient la conversation, le premier centre d'intérêt est constitué par les règles de prise de parole, ce qui suppose une préparation minutieuse de la retranscription pour l'analyse, alors que d'autres sont plus concernés par les codes de l'échange comme indications de la familiarité ou de la distance sociale qui caractérisent les conversations entre groupes différents. D'autres encore sont mobilisés par l'analyse de l'interaction comme expression d'actes de langage usuels tels que les requêtes, les promesses, les plaintes, les ordres, les instructions, etc. Un des grands thèmes de recherche sur le discours ou l'interaction sociale a concerné les procédés par lesquels les personnes orientent leurs discours et leurs actions vers des significations typiques associées à des déclarations et des actions, ainsi que les éléments paralinguistiques et non-verbaux.

5Un autre aspect souvent mentionné par des chercheurs centrés sur le micro est le travail que doivent fournir les participants de l'interaction sociale pour engendrer et soutenir des apparences normales, ce travail incluant souvent des discours sur le cadre lui-même, aussi bien que de multiples suppositions tacites au sujet de ce qui advient, non verbalisées mais traitées comme opératoires au cœur de l'interaction. Les participants doivent œuvrer à maintenir l'idée d'un environnement normal même s'ils croient qu'il est inhabituel, défaillant ou détérioré. Les discours et actions des interactants sont supposés exprimer leur compétence de membres de la scène locale et/ou d'un groupe plus large.

  • 1 Voir Randall Collins, « Micro-translation as a theory-building strategy », dans le même volume, Kar (...)

6Plusieurs critiques ont été portées aux études micro, parfaitement synthétisées par Collins 1. Je voudrais plutôt attirer l'attention sur les problèmes soulevés à l'intérieur de la tradition « localiste » elle-même, parce qu'ils semblent être équivalents à ceux que l'on rencontre dans l'analyse des données macro et des théorisations globalisantes. Deux problèmes majeurs peuvent être identifiés. Le premier est lié à la tension entre l'analyse de fragments de discours et d'expressions uniques et l'analyse d'un cadre social plus large dans lequel une importante observation participante a eu lieu, et où il existe des enregistrements audio ou vidéo relatifs aux activités des groupes ou des individus étudiés. Cette tension reflète à la fois des différences méthodologiques et théoriques dans les approches des micro-phénomènes. Le second problème est une partie ou une extension du premier et suggère qu'il ne peut exister de micro-sociologie qui prétende étudier l'interaction sociale comme des productions locales, auto-organisées, pas plus que les théoriciens du macro peuvent revendiquer des macro-structures sociales ignorant les micro-processus. L'opération qui consiste à reconnaître et incorporer les micro-processus dans l'étude des macro-structures a souvent été qualifiée de réductionniste. Or, aucun des deux niveaux micro ou macro ne sont des niveaux d'analyse autosuffisants, ils interagissent constamment en dépit de la commodité qu'il y a à se placer à un niveau ou à un autre.

  • 2 Voir A.V. Cicourel, « Language and Social Interaction : Philosophical and Empirical Issues », Socio (...)

7L'analyse d'expressions singulières peut être décrite depuis deux perspectives. La première est fréquemment fondée sur les études de linguistique et de philosophie du langage 2 dans lesquelles les études syntaxiques et sémantiques se centrent sur la notion d'expression liée (bounded utterance) et l'usage du calcul des prédicats pour traiter des propositions dont la vérité ou la fausseté a été établie. Le philosophe est concerné par les variations de signification propositionnelle à partir de la connaissance des prédicats et des référents engagés dans l'expression. Le linguiste utilise les expressions singulières pour déduire les règles syntaxiques qui gouvernent l'ordre des mots d'une phrase, le moyen par lequel les niveaux syntaxique, phonologique et sémantique sont inscrits dans la phrase, ainsi qu'un certain nombre d'autres problèmes liés à la compétence du locuteur-auditeur qui peut engendrer une infinité d'expressions à partir d'un jeu fini d'éléments qui composent la grammaire d'un langage. Mais ces problèmes sont loin d'intéresser les sociologues du macro, et les spécialistes du micro sont probablement déjà familiers avec ces sujets.

8Le problème qui dérange les sociologues du macro à propos des recherches sur les micro-processus est le moyen par lequel des fragments de conversation, voire quelques pages de discours, sont présumés tenir face aux structures sociales complexes identifiées par la macro-théorie, telles que les variables à grande échelle de nature politique, économique, démographique ou de stratification. Les fragments de discours sont perçus comme anhistoriques et excessivement limités du point de vue du théoricien macro. Ce dernier objecterait à toute revendication du théoricien du micro que ces fragments représentent des aspects récurrents de l'interaction qui pourraient être vus comme des modèles systématiques permettant d'exprimer une large gamme de phénomènes sociaux ignorés dans les études macro.

  • 3 Voir H. Sacks, E. A. Schegloff and G. Jefferson, « A Simplest Systematics for the Organization of T (...)

9Les transcriptions qui sont opérées à partir d'enregistrements au magnétophone réclament un investissement considérable en temps et en énergie, et, dépendant du chercheur individuel, la version finale d'une transcription demande une attention personnelle aux détails qui ne peut guère être déléguée facilement à un assistant de recherche. La concentration sur des fragments conversationnels tire parti du fait que la nature séquentielle du discours, ainsi que les exigences d'une forme ou une autre d'allocation du temps aux locuteurs, s'il ne s'agit pas d'un monologue, est nécessaire et attendue dans la plupart des situations ordinaires 3.

10L'analyse de conversation s'est concentrée, pour la plus grande part, sur des échanges dans des cadres publics ou privés qui tendent à être plutôt limités vis-à-vis d'un niveau plus complexe d'organisation sociale. Les fragments ne sont pas prélevés dans des cadres informels ou bureaucratiques dans l'industrie, l'éducation, le champ médical, et les agences gouvernementales locales, d'État ou nationale. Quelques chercheurs ont toutefois incorporé des éléments d'analyse conversationnelle dans des recherches de type ethnographique, bien que les concepts conversationnels y occupent une place mineure.

  • 4 Dans W. Labov and D. Fanshel, Therapeutic Discourse : Psychotherapy as Conversation, New York, Acad (...)

11Les études de conversation tendent à demeurer centrées sur des fragments de rencontres spontanées entre des amis, des membres d'un groupe de thérapie, ou des étrangers téléphonant à une agence privée ou publique lors d'une occasion unique. Le contexte ethnographique ou organisationnel est rarement une source explicite d'information pour l'analyse de ces fragments. Le chercheur, cependant, devient particulièrement expert dans l'identification de nuances et de contraintes subtiles quant aux moyens par lesquels les personnes entreprennent et réussissent à obtenir des droits de parole, engagent ou suspendent leurs salutations, introduisent des thèmes ou les abandonnent, gèrent les interruptions, et dont les expressions mutuelles sont utilisées comme bases de la structure conversationnelle. Cependant, Labov et Fanshel 4 notent que le concept-clé de paire adjacente (adjacency-pairs) de l'analyse conversationnelle n'est pas d'une grande utilité pour comprendre le discours thérapeutique et que les questions de tour de rôle ne sont guère pertinentes pour l'analyse du discours en question. Un problème irrésolu est que le contenu des échanges n'a qu'un intérêt résiduel, étant prioritairement une source tacite d'information plutôt qu'un thème de l'analyse.

12Le chercheur-micro intéressé par des segments de discours plus longs, et par le degré auquel ils reflètent des structures de groupe ou d'organisation plus complexes, ne déniera pas la pertinence de beaucoup de configurations découvertes par les analystes de conversation. Mais on peut se poser des questions sur les limites de ce type de trouvaille dès lors que des contextes socio-culturels plus larges sont concernés. Le théoricien du macro souhaiterait, bien sûr, attaquer de la même manière le chercheur micro faisant de l'observation participante en se centrant sur des segments plus importants de rencontres complexes dans une salle de classe, une crèche, une prison, un hôpital ou un cabinet médical.

2. L'interrelation tacite entre recherches micro et macro

13Le problème de l'intégration micro-macro tourne autour de l'enjeu suivant : le chercheur micro en train d'étudier une organisation complexe en se centrant sur des segments de discours fait une référence indirecte aux concepts macro ou, du moins, doit admettre leur pertinence implicite. Le chercheur macro étudiant des organisations complexes, des mouvements ou des tendances historiques fera référence à des activités locales, mais seulement indirectement. Dans chaque cas, l'enjeu est de soutenir un niveau tout en démontrant que l'autre fait partie intégrante de la discussion des résultats et des propositions théoriques avancées. À l'intérieur d’un micro-groupe il y a des différences analogues à celles qui existent entre les approches micro et macro dans l'étude des structures sociales.

  • 5 Voir Troy Duster, « Intermediate steps between micro- and macro-integration : the case of screening (...)

14Le chercheur micro qui s'intéresse à des organisations sociales ou des situations ethnographiques globales, trouve le point de vue de l'analyse conversationnelle trop étroit. Il faut se poser ici deux questions : (1) dans quelle mesure l'objectif du chercheur rend-il pertinentes, ou plus évidentes, différentes stratégies d'analyse micro et macro ? ; et (2) dans quelle mesure doit-on présupposer des interactions entre les deux niveaux et les considérer comme nécessaires indépendamment des objectifs du chercheur ? Ces deux questions sont également examinées par Duster dans le même volume 5.

15On peut apporter une réponse partielle à ces questions en soulignant que réduire l'analyse conversationnelle aux procédés par lesquels les interlocuteurs se partagent la parole et aux règles qui gouvernent le déroulement de la conversation, revient à ignorer le niveau macro de l'analyse et de la recherche ethnographique. On ne peut éviter de s'appuyer implicitement sur des niveaux plus complexes en dépit de l'affirmation que l'objectif primordial est d'identifier les structures formelles utilisées dans la conversation. Mais même les chercheurs qui prennent pour objet des aspects plus vastes de l'interaction sociale en adoptant une orientation plus ethnographique, posent des limites qui leur évitent d'avoir à intégrer le matériau de leurs entretiens et leurs notes de terrain aux données statistiques et démographiques des enquêtes sur les mêmes thèmes. Le chercheur s'efforce de définir ses objectifs en accord avec les pratiques explicites d'un groupe partageant les mêmes intérêts méthodologiques, sans tenir compte du recours implicite à d'autres niveaux d'analyse. Ces pratiques restrictives ont cours dans toute science normale.

16Les chercheurs macro qui veulent étendre les résultats d'une enquête par questionnaire à une population plus vaste s'interrogent rarement sur les oppositions radicales qui peuvent se produire entre la façon dont les membres d'un groupe répondent à des questions formelles sur divers sujets, et la manière dont ils discutent ces même sujets quand ils sont en interaction avec des amis ou des parents, ou quand ils sont engagés dans le cours d'une action réelle. Les objectifs empiriques du chercheur macro sont limités du fait qu'ils s'identifient avec des méthodes déterminées. La tendance largement dominante est d'utiliser des questionnaires d'enquête à propos de cas hypothétiques (e.g. les traitements médicaux, les problèmes légaux) et de mettre en évidence les opinions ou les attitudes sur des points spécifiques, en utilisant les réponses individuelles des enquêtes. Les décisions qui produisent les cas réels et les discussions collectives où s'expriment opinions et attitudes, ne font pas l'objet de l'attention du chercheur. Les décisions qui surviennent dans les cas réels, à l'intérieur des organisations bureaucratiques médicales, judiciaires, éducatives, professionnelles, gouvernementales, militaires, ou financières, sont de toute évidence influencées par des pratiques et des contraintes organisationnelles qui sont aussi des interactions en situation entre des personnes ayant des relations sociales et affectives conformes à un modèle donné. À moins de s'engager dans une recherche permettant de comparer différentes façons micro et macro d'examiner les mêmes sujets et problèmes (ou des sujets similaires), on ne parviendra pas à comprendre dans quelle mesure les différents niveaux d'analyse peuvent être dotés d'une sorte d'existence autosuffisante ou au contraire dans quelle mesure ils dépendent de leur continuelle interaction.

17Un exemple théorique serait utile ici. Pour les chercheurs micro qui s'intéressent aux problèmes de la communication, la compétence sociale et linguistique de l'enquêté renvoie à sa capacité d'utiliser le langage et d'interagir correctement avec les autres, d'une façon que l'on suppose être caractéristique et normale dans une situation donnée. L'évaluation de cette compétence est censée s'opérer par le biais des données recueillies au cours de l'observation participante, des entretiens et des enregistrements au magnétophone qui ont lieu au cours des situations étudiées. Pour le chercheur macro, la compétence sociale renvoie à un savoir relatif à des valeurs, des normes et des pratiques institutionnalisées. L'évaluation de cette compétence s'effectue en examinant les réponses à des questions posées aux enquêtes, ou des documents qui sont censés refléter ce que d'autres ont rapporté à partir de procédures de contrôle ou d'une forme quelconque de contacts officiels. La capacité de l'enquêté d'utiliser le langage et de répondre aux questions constitue rarement un objet pour la recherche macro.

18Les chercheurs micro et macro s'arrangent pour ignorer mutuellement les questions respectives qu'ils se posent sur la compétence sociale ou linguistique. Il est peu probable que les uns ou les autres étudient ces formes de compétence sociale comme une condition préalable de leur objectifs respectifs de recherche, en dépit du fait que la compétence sociale et linguistique est une condition nécessaire de la collecte et de la compréhension des données empiriques qui intéressent le sociologue.

19Si nous nous limitons aux règles selon lesquelles deux interlocuteurs, ou plus, prennent la parole à tour de rôle, à la façon dont on introduit, modifie ou abandonne des thèmes dans la conversation, etc., et si nous voulions prendre initialement pour objet les aspects de ces règles ou de ces conditions qui semblent invariants par rapport à la situation, aux participants, et à une organisation sociale globale, alors nous ignorerions ce qui intéresse la plupart des sociologues. Mais nous pouvons aussi examiner dans quelle mesure on peut associer les différentes façons de mener une conversation, avec des différences de sexe, d'âge, de statut, de situation sociale, d'appartenance ethnique, etc. Ces différences seraient alors le reflet de macro-dispositifs, ou de situations ethnographiques ou organisationnelles complexes. De la même manière, la façon dont on socialise des enfants dans une culture donnée, la façon dont ils acquièrent le langage, ainsi que l'usage des stratégies conversationnelles et interactionnelles, la façon dont ils commencent à comprendre des notions telles que des règles, tout cela exige de mettre l'accent sur les micro-processus à l'intérieur des différentes familles et des établissements scolaires. Il faut observer les mêmes enfants et les mêmes parents à différents moments, en vue de produire des données comparatives. Le degré auquel des questions plus restrictives de tour de parole, d'échange de salutations, de clôture de la conversation, de changement de thème, etc., demeurent le principal centre d'intérêt, est variable. Il faut se placer à des niveaux plus complexes de données et d'analyse à mesure que l'on s'intéresse au contenu et à la forme de l'interaction de la mère (ou du père) avec l'enfant, et de l'enfant avec ses camarades et ses frères et sœurs.

3. L'analyse micro et l'étude du contexte social

20Notre discussion sous-entend jusqu'ici que, à mesure que les objectifs visés se situent à des niveaux d'analyse plus abstraits ou plus complexes, l'objet de notre intérêt théorique et notre matériau de base changent de telle sorte que davantage de phénomènes micro deviennent moins évidents et plus marginaux par rapport à nos intérêts empiriques et théoriques. Il y a là un problème très délicat qu'il convient d'aborder. Il faut spécifier les interactions entre les différents niveaux de complexité si on ne veut pas se réfugier arbitrairement dans une forme plus extrême encore d'analyse micro ou macro. On recherche la sécurité de l'analyse micro ou macro parce qu'on peut alors supposer que chaque niveau est plus ou moins autosuffisant. La conséquence grave en est que, par commodité théorique et méthodologique, on ne s'intéresse plus qu'à des concepts et des données très larges ou très étroits.

  • 6 Dans « Micro-translation as a theory-building strategy », op. cit.
  • 7 Voir aussi R. Collins, « On the Micro-Foundations of Macro-Sociology », American Journal of Sociolo (...)

21Les théoriciens macro trouvent difficile de suivre Collins quand il affirme qu'il faut étudier et concevoir les notions complexes, telles qu'un système stratifié, comme une agrégation de micro-situations 6. Le théoricien macro aura du mal à accepter l'idée d'agréger les innombrables échanges qui se produisent en une seule journée dans les services d'une seule grande administration gouvernementale, et encore dans plusieurs grandes organisations7. Collins invite à se représenter les rencontres à la façon d'un marché (marketplace). L'individu introduit dans chaque rencontre des ressources culturelles (ou conversationnelles) et affectives. Les styles spécifiques et les sujets de conversation sont censés refléter l'appartenance à différents groupes et constituent ainsi des façons variables et ritualisées d'obéir à la nécessité de maintenir la structure de l'interaction immédiate et des structures sociales plus complexes. Les énergies affectives qui s'investissent dans la participation ritualisée à des rencontres, comportent une tonalité émotionnelle et un rythme qui contribuent au succès et à la cohérence de l'interaction et des thèmes ou des affaires traités sur ce marché.

22Collins suggère que, pour étudier les niveaux micro et macro, il faut développer une nouvelle forme de recherche où la représentation de la rencontre comme marché serait un concept théorique central. L'idée générale serait de constituer un échantillon de conversations à travers un grand nombre de groupes sociaux différents, et de renouveler cet échantillonnage conversationnel dans le temps en vue d'inscrire les rencontres dans un contexte plus vaste. Cette suggestion de Collins est très originale, mais elle risque de ne pas être très pratique parce qu'elle présuppose un certain nombre de recherches qu'il ne pouvait pas discuter dans le contexte et les limites de son texte. J'aborderai ce problème méthodologique un peu plus loin.

  • 8 A. V. Cicourel, « Three Models of Discourse Analysis : The Role of Social Structure », Discourse An (...)

23Peut-être le théoricien macro trouvera-t-il (comme moi-même) le point de vue de Collins très stimulant et y verra-t-il un moyen efficace de reconceptualiser la théorie sociologique. Collins avance un argument convaincant pour l'intégration des concepts micro et macro, en montrant que les uns présupposent les autres. J'ai proposé un point de vue parallèle dans deux récents articles 8. Les rencontres ordinaires font partie intégrante de toute discussion sur les macro-structures même lorsque leurs formes individuelles et agrégées sont difficiles à étudier et à intégrer à un système de stratification complexe. Quand on compare l'analyse conversationnelle de fragments de discours avec des segments de discours plus étendus comme ceux que l'on étudie dans un contexte organisationnel global, les notions concernant le tour de parole, l'introduction des thèmes, les hésitations, etc., peuvent être évoquées, sans devenir pertinentes pour l'analyse du contenu. Ces moyens conversationnels ne sont pas essentiels pour la notion, chère à Collins, d'énergies culturelles et affectives.

24L'analyse de conversation apparaît proche des études linguistiques et philosophiques du langage. Des niveaux plus complexes d'analyse sont évités ou évoqués de façon indirecte comme si l'information utilisée était évidente et accessible à tout le monde. Dans la logique de cette analyse, l'étude s'adresse à des propos individuels et localisés comme s'ils étaient des unités de sens autosuffisantes. En procédant ainsi, le chercheur réduit le contexte de l'analyse de façon excessive.

25Les rencontres ordinaires ont de l'importance parce qu'elles révèlent la compétence nécessaire pour faire partie d'un groupe ou d'une culture. Le fait de maintenir les apparences d'un environnement normal contribue aussi à stabiliser un groupe, une culture, une organisation. Ces rencontres sont nécessaires pour les relations tant intimes que formelles des participants. Par conséquent, la mise en œuvre routinisée d'une compétence sociale maintient et recrée des environnements culturels et des identités personnelles normaux.

26Les enregistrements au magnétophone et les retranscriptions sont des sources d'information privilégiées pour révéler la structure de ces rencontres ordinaires à l'intérieur d'un contexte organisationnel. Le cadre ethnographique ou organisationnel doit par conséquent devenir partie intégrante des données de base utilisées pour l'analyse.

27On peut illustrer la contingence de la recherche microsociologique quant à l'usage que fait le chercheur de plusieurs sources de connaissance, comme de l'information ethnographique ou organisationnelle, par une rapide discussion d'une récente étude sociolinguistique portant sur le discours thérapeutique. Si les règles et les éléments structurels identifiés comme faisant partie de la structure des conversations, ne peuvent être dotés de leur statut d'objets autosuffisants qu'à condition de les couper d'un contexte ethnographique ou organisationnel global, alors les efforts du chercheur pour abandonner cette posture à cause de son insuffisance explicative, pourraient nous fournir un moyen de contester les points de vue plus étroits de la microsociologie.

  • 9 Dans W. Labov and D. Fanshel, Therapeutic Discourse, op. cit.

28Dans une récente étude de Labov et Fanshel 9 sur le discours thérapeutique, les auteurs reconnaissent leur dette envers des analyses de conversation plus étroites, effectuées précédemment, mais jugent nécessaire de critiquer des aspects importants de ce sous-champ. Les auteurs constatent qu'une partie du texte qu’ils ont examiné se prêtait à des interprétations différentes leur demandant d'étendre leur analyse à des éléments de la vie sociale extérieurs à la situation thérapeutique elle-même. Ils font référence à une théorie des relations entre rôle et statut, qui recourt à des notions comme celles de pression du rôle (role strain) et de conflit de rôle (role conflict). Mais la théorie du rôle qu'ils évoquent demeure abstraite et dépourvue de contenu empirique. La discussion par Labov et Fanshel des obligations liées au rôle les amène à reconnaître la nécessité pour le thérapeute et le chercheur d'avoir une connaissance intime des « conventions normales de notre société » aussi bien qu'une connaissance spéciale de la famille en tant qu'organisation sociale. Le chercheur doit par conséquent mettre en œuvre un important raisonnement implicite et tenir pour acquis un énorme savoir spécialisé afin de relier le matériau du discours engendré par le malade et le thérapeute à une conception très élaborée du statut, du rôle, de la pression du rôle et du conflit de rôle dans les familles juives de New York. On a constaté que des concepts et des niveaux d'analyse plus complexes étaient indispensables à l'étude d'une petite partie d'un large corpus empirique.

4. Aspects de l'analyse micro

29L'étude d'événements micro-sociologiques faisant partie d'un contexte organisationnel plus vaste comporte une base de données sous forme de bandes magnétiques, de cassettes vidéo ou de films, et aussi de transcriptions. Ces données sont censées faire normalement partie des activités ordinaires d'un groupe. L'accès aux situations qui fournissent une base éventuelle de données enregistrées peut demander un temps de travail sur le terrain qui va de deux mois minimum à parfois deux ans. Différents chercheurs semblent être implicitement d'accord sur ce en quoi consiste une bonne transcription, de nature à donner à un lecteur un aperçu de ce que contient un ensemble de données plus important que l'on ne rapportera pas. Les chercheurs qui s'adonnent à l'analyse minutieuse de segments de conversation poseraient la question de savoir en quoi consiste une bonne transcription et certains insisteraient sur le fait que la plupart de ceux qui étudient des événements microsociologiques dans le domaine ethnographique, ne produisent pas de transcriptions adéquates.

30Les chercheurs qui étudient des événements microsociologiques conviennent que, si l'on s'en tient aux aspects linguistiques les plus apparents, ceux-ci sont insuffisants pour établir le sens que des propos peuvent avoir dans leur contexte. Ces chercheurs mettent l'accent sur les fondements culturels de la communication et soulignent combien il est important de préciser le contexte local et le réseau des relations sociales entre les participants.

31Une des hypothèses de base propre à l'analyse des transcriptions et des notes de recherche consiste en ce que les chercheurs supposent avoir en commun avec ceux qu'ils étudient un savoir de base suffisant pour ne pas avoir à rapporter une foule de détails relatifs à ce que l'on présente ou que l'on perçoit comme vrai, faux, ou non pertinent. Il s'ensuit que le discours réellement étudié appelle toujours une sorte d'élargissement qui conduit invariablement à invoquer une information extérieure souvent implicite, reposant sur la connaissance d'événements antérieurs, sur un contexte organisationnel ou ethnographique global, et sur des relations biographiques entre les participants.

32Une autre hypothèse est que les propos tenus fonctionnent souvent dans plusieurs registres, dans un contexte où les actions et les mots peuvent refléter des circonstances présentes, passées et futures. Le degré auquel un chercheur donné fait référence à l'intonation et à l'accent, au comportement non verbal révélé par le regard, les mimiques, les mouvements du corps, dépendra des objectifs de l'étude, des intérêts du chercheur et de son expertise. L'observation participante et les notes de terrain du chercheur, ainsi que la connaissance et l'analyse de segments de transcription, supposent des interactions entre plusieurs niveaux d'analyse. Un des objectifs majeurs de ce travail est de préciser la nature de ces interactions tout en reconnaissant qu'aucun niveau d'analyse ne peut se réduire à un niveau inférieur.

33La recherche micro-sociologique s'intéresse à des données que l'on peut examiner du point de vue de règles d'inférence contextuelle afin de mettre en lumière comment nous nous y prenons pour transformer nos observations et nos transcriptions, ou nos entretiens, en résumés (summary statements) relatifs à un corpus de données plus vaste mais non explicité. À moins que nous n'entreprenions de préciser certains des niveaux de complexité parties prenantes de façon de sélectionner, d’organiser et de résumer (summarize) nos données de base, il n'y a pas de moyen évident d'intégrer les perspectives théoriques micro et macro.

34Ce qui manque souvent à la plupart des études microsociologiques, c'est de se rendre compte que, en effectuant une observation participante, en rédigeant des notes de recherche et en observant les scènes d'interaction qu'il enregistre sur ses cassettes, le chercheur ignore les limites de ses capacités à traiter l'information. Le problème posé par cette limitation est évident quand on examine des transcriptions et/ou des protocoles d'entretiens, mais on l'aborde rarement quand on parle de recherche sur le terrain, sauf pour noter qu'il y a là une difficulté à laquelle tout chercheur doit faire face.

35Négliger cette difficulté conduit souvent à réifier les données de base, et par exemple à prêter plus d'information ou plus d'importance à un ensemble limité de données. Cette pratique est souvent rendue plus confuse par l'usage implicite d'informations provenant d'autres sources de connaissance inconnues du lecteur. La réification est extrême dans le cas de l'analyse d'énoncés isolés, de courts fragments de conversation et dans l'usage que nous faisons des entretiens et des questionnaires. Il y a toujours réification lorsqu'on limite trop sévèrement les critères utilisés dans l'analyse, et qu'on ne peut présenter ou étudier que des segments d'un corpus beaucoup plus vaste. Il est possible, en étudiant la façon dont nous produisons les résumés interprétatifs (interpretative summaries) de notre observation participante et de nos transcriptions, d'éclaircir la question de l'intégration des théories micro et macro. Ces activités sont comparables à la façon dont nous devons interpréter les réponses agrégées de nos questionnaires, les recensements, les données démographiques, et les documents historiques, afin d'en tirer des conséquences pour la compréhension de la vie ordinaire.

36Quand un chercheur se plonge à maintes reprises dans la lecture de différentes transcriptions et dans l'écoute des enregistrements, que ce soit au cours du travail de transcription ou au cours de l'analyse même, l'information produite est toujours plus abondante que le lecteur n'est capable de l’appréhender. L'analyse comporte un élargissement de son savoir de base concernant le document qu'il est en train d'examiner, tout comme un changement dans l'interprétation du corpus de données plus vaste qu'il a recueilli. Cet élargissement du savoir relatif à ce qui est enregistré et transcrit, repose sur l'information provenant d'une observation participante personnelle et systématique, et de la structure ethnographique ou organisationnelle du groupe étudié. On ne peut révéler au lecteur qu'une petite partie seulement de l'information. Les résultats exposés semblent plutôt évidents et clairs au chercheur à cause des nombreux détails et des expériences communes non mentionnés qui interviennent dans l'analyse. C'est comme lorsqu'on essaie de décrire la connaissance indigène qu'on a d'un langage et d'une culture : ces expériences vécues paraissent évidentes jusqu'à ce qu'on essaie de les décrire à d'autres qui ne sont pas familiarisés avec leurs aspects implicites.

37La recherche micro-sociologique qui s'inscrit dans un contexte ethnographique ou organisationnel demande au chercheur un travail intensif pour comprendre les enregistrements et les transcriptions. L'écoute à répétition des bandes, les yeux fixés sur la transcription à laquelle on apporte de nombreuses corrections, entraîne le chercheur à des subtilités et des nuances qu'on ne peut que partiellement coder ou signaler pour le lecteur qui examine cette même transcription. Des sources d'information et d'inférence deviennent inaccessibles à celui-ci. L'analyse suppose un lecteur familiarisé avec le type de données utilisé et la forme d'analyse adoptée.

38Les chercheurs qui font de la recherche quantitative (survey researchers) font une expérience analogue quand ils ont participé à des pré-enquêtes qui leur ont fait faire connaissance avec le terrain. Ces expériences leur fournissent des inférences non mentionnées et une connaissance non documentée des arrière-plans, qui leur permettent d'interpréter les données agrégées. Mais un contexte ethnographique ou organisationnel global risque de leur faire défaut ou d'être fortement amputé, même s'ils peuvent discerner certains aspects des situations étudiées grâce à des visites à des familles ou sur des lieux de travail.

39Chaque fois qu'un chercheur se plonge dans une énorme quantité de données en vue de sélectionner et d'identifier un corpus déterminé, destiné à un livre ou à une série d'articles, il tire sa connaissance des subtilités et des nuances de l'examen d'innombrables sources d'information. Celles-ci sont difficiles à communiquer, en particulier quand beaucoup d'entre elles ne sont pas directement utiles à la thèse de l'auteur. Pourtant ces sources d'information indirecte fournissent au chercheur une connaissance d'arrière-plan qui facilite et renforce son analyse. Le chercheur vise un niveau de complexité que les autres spécialistes dans ce domaine, ou dans des domaines voisins, peuvent reconnaître comme « authentique ». Les anthropologues et les sociologues qui font habituellement de la recherche sur le terrain reconnaîtront là un moyen fondamental d'évaluer le travail ethnographique. Il faut toujours pouvoir compter sur une certaine indulgence de la part du lecteur, et cette compréhension indulgente repose sur la propre expérience que le lecteur peut avoir de ce qui lui est raconté.

40L'interaction entre les différents niveaux d'analyse est souvent occultée dans la recherche quantitative et démographique. Quand on agrège les réponses individuelles aux items d'un questionnaire, on est forcé de limiter considérablement, sinon d'éliminer, les nombreux facteurs contextuels locaux qui pourraient éclairer le point de vue des personnes interrogées. L'agrégation est un processus de condensation (summarization) qui empêche de concevoir clairement la façon dont le contexte local et les réponses individuelles ont concouru à un plus vaste tableau. Le résumé devient le compte-rendu construit de la réponse d'un collectif, d'un groupe, ou d'une classe. Je reviendrai plus loin sur ce point.

41L'intégration des théories micro et macro n'est pas en soi un problème méthodologique, mais la discussion qui précède a montré que les problèmes méthodologiques influencent la façon dont on crée et explore des concepts quand on recueille, organise et analyse des données empiriques. La dépendance de chaque niveau d'analyse par rapport aux autres demeure le cœur de l’argument.

42Le chercheur en micro-sociologie se débarrasse souvent des aspects macro en prenant comme objet les conditions locales de l'interaction saisies dans les enregistrements et les transcriptions, tout en utilisant de façon indirecte le contexte ethnographique ou organisationnel global. Celui qui étudie des fragments de conversation a beau prétendre que même les conditions ethnographiques locales sont sans importance, il ne peut éviter pour autant de prendre implicitement en compte ces conditions dans l'analyse des tours de parole, des débuts ou des fins de conversation, etc. Le chercheur macro recourt à des procédés méthodologiques permettant d'éliminer tout ce qui relèverait directement d'une analyse en termes micro. Les différences individuelles, avec ce qu'elles peuvent refléter du vécu ou des points de vue des groupes dans la vie ordinaire, ne sont jamais étudiées ni rapportées indépendamment de l'enquête quantitative elle-même. Les réponses agrégées imposent leur propre réalité collective, à travers le choix de variables engendrant des classes ou des « groupes ». Les décisions qui conduisent à établir des distributions selon les revenus, l'éducation, la classe sociale, le groupe professionnel, etc., créent des entités collectives dans la société globale sans se préoccuper de savoir si ces « groupes » ont une existence organisée cohérente qu'on pourrait étudier par d'autres moyens.

5. Expressions de l'intégration micro-macro dans les situations ordinaires

  • 10 Dans Michel Callon et Bruno Latour, « Unscreving the big Leviathan : how actors macro-structure rea (...)

43Une des thèses centrales de ce texte est que les niveaux micro et macro sont intégrés dans des situations ordinaires comme un trait routinier de toute organisation sociale. Les membres d'un groupe ou d'une société créent leurs propres théories et leurs propres méthodes pour accomplir cette intégration. En rapport avec ce thème, Callon et Latour 10 abordent dans ce volume la construction du niveau macro d'analyse avec leurs remarques sur le pouvoir.

  • 11 Voir P. M. Blau and W. R. Scott, Formal Organizations, San Francisco, Chandler, 1962.

44Les sociétés occidentales ont créé des organisations bureaucratiques complexes que les sociologues et autres spécialistes des sciences sociales, ont étudié de façon extensive. La notion de bureaucratie comme macro-structure peut se rapporter à des propriétés physiques et socio-culturelles qui impliquent une forme de coordination des interactions interpersonnelles et formalisées, en ce sens qu'elles comportent des réunions, des appels téléphoniques, des lettres, des mémos, des rapports, etc. Les bureaux peuvent contenir différents types d'équipement et de dispositifs spatiaux qui sont souvent fonction d'une certaine conception de la hiérarchie des postes et de la distribution des tâches, et contiennent aussi différentes sortes d'objets matériels et personnels qu'on est autorisé à y introduire ou qu'on a décidé d'y placer. On considère qu'une clé du fonctionnement des organisations est la façon dont elles limitent les attributions de leurs membres afin de parvenir à une certaine rationalité dans les choix entre plusieurs possibilités 11. Le problème pratique des choix a été étudié dans des situations réelles et dans des situations expérimentales. Mon intérêt pour les objectifs rationnels et organisationnels se limite à la façon dont on développe et on utilise des pratiques bureaucratiques internes pour prendre, dans le cours routinier du travail, des décisions qui entraînent des promotions ou des évaluations complexes des postes. Dans les situations scolaires, les enseignants doivent évaluer le travail des élèves et formuler une appréciation synthétique (a summary statement) ou attribuer un rang à la fin d'une période déterminée. Il est caractéristique des organisations bureaucratiques de produire des comptes-rendus de réunions de bureau ordinaires ou extraordinaires, ou de réunions dans lesquelles un groupe décide d'accorder ou non à quelqu'un un prêt, une subvention, ou une bourse. En médecine et en droit, on interroge les patients et les clients et on prépare un dossier médical, une déposition, ou des conclusions qui résument l'entretien et les renseignements fournis par les examens et les documents. Dans tous ces cas, et dans beaucoup d'autres qu'on peut facilement identifier comme des pratiques routinières dans les organisations bureaucratiques, on constate que des procédures tout à fait explicites ont été adoptées ou se sont imposées. Ces pratiques et ces procédures sont des structures de connaissance culturellement organisées dont on peut dire qu'elles existent dans l'environnement et pas simplement dans la tête des membres de la culture considérée. L'interaction entre les membres d'un groupe est nécessaire pour que les pratiques et les procédures acquièrent un statut « structural ». Ce processus de « rationalisation » s'est intensifié au cours des cent dernières années et rien ne donne à penser qu'il s'affaiblisse. Par conséquent, les situations ordinaires abondent en procédés hautement organisés permettant de traiter et de produire des macro-évaluations, des rapports, et des résumés de micro-événements incessants. Il y a de nombreuses façons d'évaluer et/ou résumer des micro-événements ordinaires. Dans tous les cas, ces activités sont des aspects routiniers d'une organisation et sont indépendantes de la façon dont les chercheurs en science sociale conçoivent et effectuent leur recherche.

  • 12 Voir J. G. March and H. Simon, Organizations, New York, Wiley, 1958.

45Les situations ordinaires évoquées plus haut sont intéressantes parce qu'elles permettent aux organisations de réaliser leurs propres macro-inférences au sujet de leurs propres activités quotidiennes. Les organisations ont développé des méthodes pour résoudre les problèmes complexes de l'évaluation, de la confection des rapports et des résumés, qui constituent des situations expérimentales naturelles pour le chercheur en science sociale intéressé par l'intégration micro-macro. Dans ces situations routinières, il faut couramment procéder à des évaluations pour apprécier et atteindre les objectifs organisationnels. Les résumés censés exprimer l'évaluation et la description des micro-événements quotidiens demandent que l'on soit capable de résoudre des problèmes 12 dans des conditions caractérisées par une capacité limitée de traiter l'information. Mais ceux qui étudient le fonctionnement des organisations s'intéressent rarement aux inférences contextuelles qui se produisent couramment dans la vie ordinaire. En effectuant ces inférences, on se donne la possibilité d'évaluer la façon dont les directeurs, les administrateurs, les enseignants, les médecins, les gestionnaires de crédits, les commissions de recrutement, les services de gestion des personnels, les réunions de bureau, etc., accomplissent leur travail et transforment leurs activités en un résumé condensé de ce qui s'est passé au cours d'une réunion, d'une journée ou d'une semaine de travail, d'un jour de classe, d'un entretien avec un patient, etc. Les résumés oraux et écrits reflètent des macro-inférences concernant la réalisation d'objectifs organisationnels ou le degré auquel on peut dire d'un individu, d'un groupe ou d'une organisation qu'ils fonctionnent de façon normale.

46Il n'y a rien de nouveau à reconnaître l'existence de ce traitement habituel et ininterrompu de l'information destiné à produire des macro-structures et des résumés à partir des micro-événements. La nouveauté que je propose, c'est d'identifier ces processus et ces inférences qui transforment des micro-événements en macro-structures. Si nous sommes capables d'entreprendre cette tâche, alors nous pouvons espérer progresser dans l'intégration du micro et du macro. Il nous faut étudier la façon dont la prise de décision dans des micro-situations complexes contribue à la création de macro-­structures en apportant de manière routinière des solutions nécessaires à la simulation ou à la réalisation des objectifs organisationnels fondamentaux. Ces réalisations présupposent un sens de l'intégration micro-macro chez les membres d'une organisation, et des stratégies pour poursuivre cette intégration.

47Dans les remarques qui précèdent, j'ai fourni quelques éléments au niveau macro d’analyse, en montrant comment le maintien de sa structure dépendait des activités interactionnelles. Celles-ci contribuent à la production d'effets qui apparaissent comme des indicateurs structuraux de tendances et d'objectifs organisationnels ou institutionnels complexes. L'idée d'une connaissance de l'environnement est encore une fois pertinente ici parce qu'elle se rapporte à un aspect fondamental de l'articulation micro-macro : l'interaction entre des lieux physiques particuliers, des formes d'organisations, et les échanges sociaux qui s'y instaurent.

48Le lecteur pourra se faire une image plus exacte des situations naturelles où se réalise couramment une intégration micro-macro, si nous procédons à un examen rapide d’entretiens entre médecin et patient.

6. L'interaction médecin/malade et les trajectoires médicales

  • 13 Dans A. V. Cicourel, « Interviewing and Memory », in C. Cherry (ed.), Pragmatic Aspects of Human Co (...)

49Dans une série de publications 13, j'ai décrit la façon dont l'interaction médecin-malade et la constitution de biographies médicales peuvent nous fournir des informations sur l'intégration routinière des théories micro et macro et nous mener à des conclusions significatives. Le schéma de base suivi par la plupart des instances médicales dans les pays occidentaux est assez simple. Le médecin doit voir le patient durant approximativement 10 à 60 minutes, ce laps de temps comprenant également un examen physique et/ou des activités apparentées tels les rayons X ou les résultats d'analyses en laboratoire. Le médecin prend quelques notes, ou bien consigne l'histoire entière, selon le type de pathologie en jeu, selon l'ancienneté de sa relation au patient, et selon l'évaluation de la gravité du cas. Quelques médecins ne font rien de plus que de prendre quelques notes sibyllines sur une « feuille de santé » (a « progress sheet ») ou quelque chose de comparable, alors que d'autres dictent leurs impressions et utilisent leurs notes pour se rappeler ce qui est arrivé durant l'entretien. Les versions écrites des entretiens deviennent des enregistrements officiels qui peuvent prendre une signification légale. La transformation du micro-événement que nous appelons entretien, dans lequel il y a une combinaison de questions et de réponses non structurées assortie d'un travail important d'hypothèses inductives et déductives, de la part du médecin et souvent du patient, exige que les macro-conceptions de la maladie du médecin et du patient soient examinées en référence aux types spécifiques de micro-événements et d’énonciations.

50Les macro-conceptions des maladies renvoient à des entités comme les troubles cardio-vasculaires, ou ceux catalogués comme rhumatismaux, pulmonaires, ou urologiques. Des formes spécifiques d'une maladie peuvent être identifiées en référence aux symptômes présentés par le patient, aux examens radiologiques, aux analyses biochimiques, et aux informations basées sur l'examen physique. Les macro-conceptions des maladies sont aussi développées par les instances de santé publique (health care delivery bureaucracies), car ces catégories proposent une façon commode d'agréger des cas apparentés d'une maladie à l'intérieur d'un système de classification plus large. Les modèles mentaux et linguistiques utilisés par les patients, les infirmières, et les médecins pour représenter maladies et symptômes ne correspondent pas toujours aux conceptions des catégories de maladies de la santé publique et à leur étude empirique. Par conséquent, une étude du processus d'agrégation devrait inclure la façon dont le médecin interprète les symptômes présentés par le patient comme sa conception de la maladie à travers les examens physiques et radiologiques ainsi que les résultats des analyses en laboratoire. Nous cherchons à connaître la manière dont ces activités contribuent à la constitution et à l'usage de macro-catégories de maladies par les instances officielles de santé publique.

51Une large variété d'entretiens médicaux a lieu dans les institutions médicales occidentales. Je peux seulement décrire un bref fragment de cette activité complexe. Beaucoup de rencontres entre les patients et les médecins relèvent de la simple routine et l'histoire qui en résulte est assez brève et pas toujours informative. Mais un patient affecté d'une maladie cardio-vasculaire, suspectée ou confirmée, peut se trouver engagé dans une relation assez complexe avec son médecin. La demande d'information sur le passé médical peut concerner l'histoire de la vie du patient, sa vie quotidienne ou celle de sa famille, son type de travail, de loisirs et les antécédents de nombreux membres de la famille faisant partie d'un système étendu de parenté. Le médecin peut délibérément demander au patient des informations, des explications, souvent orchestrées par lui-même, sur ses habitudes et les aspects intimes de sa vie maritale, sur ses relations extérieures, comme des détails sur son alimentation, son travail, et ses habitudes de loisirs. Le médecin traduit les informations issues du contexte de la vie privée et des interactions sociales fortement individualisées en histoire médicale pouvant être utilisée par d'autres professionnels de la santé. Parmi les agents intéressés par l'histoire médicale, on peut inclure les chercheurs voulant se concentrer sur des aspects spécifiques de l'histoire résumée dans un registre d'hôpital, puis agrégée en vue d'études ou de rapports épidémiologiques d'ordre public.

52Le médecin est autorisé et obligé de transformer des micro-événements en données ayant une signification macro. Le contexte dans lequel le médecin interprète les micro-événements ou récits du patient n'est pas accessible à partir de la seule lecture de l'histoire. Le discours produit par l'entretien est réduit dans un compte rendu hautement sélectif, qui aide le médecin à produire une interprétation de remarques futiles, incohérentes et très fragmentaires.

53Par exemple, un patient qui vient voir un médecin pour de l'hypertension peut être interrogé longuement par un spécialiste de médecine interne et seulement très peu de temps par un autre médecin. Le premier médecin peut rechercher du côté d'événements inhabituels dans la vie du patient, comprenant des changements de pression artérielle liés à des événements familiaux, professionnels ou à une grossesse. Peuvent être recherchés un stress ou une affection mentale associée à ces événements, mais la version médicale de l'histoire est fortement condensée avec peu de détails.

54Le médecin qui accorde moins d'importance aux sources de stress fera plus attention aux antécédents familiaux. Du coup, le patient ne sera pas encouragé à décrire des signes de stress, d'anxiété ou de maladie mentale. L'histoire peut ne pas mentionner des sources de stress même si le patient a fourni de son plein gré de telles informations. Ce médecin peut ne poser aucune question quant aux problèmes émotionnels et minimiser toutes les références que peut y faire le patient. Il y a bien sûr des patients qui voudront minimiser eux-mêmes les problèmes émotionnels avec le premier type de médecin et d'autres qui investiront plus volontiers le rôle des émotions alors même qu'elles sont minimisées par le médecin.

55Le médecin n'apporte pas de cadre explicite à l'entretien qui permette d'intégrer le genre de petits détails et d'intimité transportés par le patient au sujet du stress quotidien, des relations sociales à la maison, au travail, avec les amis, ou des problèmes associés aux aspirations professionnelles, aux problèmes d'identité, et l'impact réciproque possible de la maladie sur tous les phénomènes précédents. Beaucoup de médecins ne sont pas intéressés ou sont incapables de prendre en compte les problèmes quotidiens des patients et ils seront rarement concernés par l'établissement ou la poursuite d'une bonne « conversation de chevet » (a good « beside manner »).

56Le médecin doit chercher une cohérence médicale à partir d'énoncés souvent fragmentaires dans lesquels le patient produit rarement un récit complet au sujet d'un événement ou d'un symptôme. Le médecin pose souvent des questions directives, et le langage utilisé peut compliquer sérieusement la compréhension et l'attribution des intentions et des connaissances engagées. Les hésitations du patient, dont les discours sont souvent fragmentés, ne sont pas cohérents en eux-mêmes, sans qu'une information contextuelle considérable soit attribuée à ce qui est dit ou que des informations soient glanées à partir d'autres sources à l'intérieur et en dehors de l'entretien. Le médecin ne travaille pas à partir d'un texte traduit quand il consigne l'histoire médicale, mais doit souvent répertorier l'information pendant qu'il mène l'entretien. C'est pourquoi il ou elle ne peut pas effectuer après coup des inférences liées aux éléments contextuels influençant les interprétations qui ont lieu au moment de l'enregistrement de notes cryptées ou de l'histoire actuelle ou de notes progressives. Une analyse micro, cependant, tend à créer, à partir du discours, comme les cassettes magnétiques retranscrites, un compte rendu cohérent de ce que le patient visait par différentes déclarations ainsi que par des mouvements para-linguistiques et non-verbaux. Le chercheur micro doit aller plus loin que l'information donnée en essayant d'être explicite sur la signification des éléments manquants du dialogue, l'usage de termes ou de phrases conventionnels ou non-conventionnels, de métaphores ou de comparaisons, de changements dans l'intonation de la voix et de l'anxiété, des mouvements de la face ou des gestes de la main. L'objectif est de créer une perspective cohérente des points de vue du patient et du médecin, en cherchant dans le même mouvement à rapporter cette vue au contexte organisationnel et institutionnel plus large de leurs vies.

57Le médecin n'est pas préparé à traiter les micro-événements comme des manifestations socio-culturelles, cognitives et émotionnelles. Mais le médecin emploiera néanmoins ses théories spontanées en essayant de constituer une histoire médicale dans laquelle les éléments socio-culturels, cognitifs et émotionnels peuvent être présents. Mais de telles théories spontanées sont rarement évidentes dans l'histoire médicale sauf quand elles sont exprimées dans des termes qui viennent se connecter à la terminologie médicale au sujet du patient. Ainsi le patient peut être décrit comme ayant eu une « dépression » ou « une crise de nerf », ou un « stress » associé à son emploi, à cause d'un divorce ou de la mort d'un enfant. Mais on ne peut pas retrouver toute la richesse de l'entretien courant à partir d'une lecture de l'histoire médicale. Les histoires médicales ne sont bien souvent pas représentatives de ce qui s'est dit durant l'entretien ; on n’y discerne pas plus l'humeur du patient, sa vie socio-culturelle, ou ses problèmes émotionnels même lorsqu'ils sont fournis volontairement par le patient ou mis en évidence par le médecin. Le médecin est « programmé » pour rechercher certaines variables, symptômes, associations, rendant possible un diagnostic rapide et également susceptibles d’incarner un réseau causal sous-jacent qu'il peut spécifier par référence à des catégories liées explicitement à des concepts biologiques. Le médecin entend relier son histoire à des classes de pathologies existantes de telle manière que ceux qui sont formés de la même manière puissent interpréter l'histoire de façon relativement facile.

58Pour synthétiser, l'entretien médecin-malade et l'histoire médicale peuvent être appréhendés comme des exemples routiniers d'une intégration continuelle micro-macro qui combine plusieurs niveaux de complexité. Le contenu substantiel du discours devient le véhicule servant à retracer les chemins par lesquels les micro-événements sont transformés en macro-structures. La transformation permet à certains symptômes et maladies du patient d'être codés et agrégés à des échantillons plus larges et, partant, corrélés avec différentes variables.

7. La mobilité sociale comme macro- et micro-structures

59L'étude de la mobilité sociale au niveau macro apporte des réponses à plusieurs questions qui concernent certains aspects des théories traditionnelles de la stratification sociale. Les sociologues se sont longuement intéressés au degré auquel la société est gouvernée par une élite et à l'accès relatif de nouveaux arrivants dans les cercles fermés de pouvoir. Le degré auquel la mobilité sociale est possible d'une classe sociale à une autre, la possibilité d'une mobilité descendante, et la façon dont une société est organisée de façon à faciliter ou à inhiber de tels mouvements, ont été des questions sociologiques importantes traitées par beaucoup de théoriciens et de chercheurs. Les études contemporaines de mobilité sociale ont été concernées par le degré auquel la mobilité générationnelle des bas salaires et des groupes minoritaires a changé selon certaines périodes, si le mouvement vers le haut ou le bas s'est accru, et au type de conditions structurales qui semble permettre le mouvement ascendant ou descendant. Certains chercheurs se sont intéressés aux implications politiques de ces questions et ont essayé de faire des recommandations vis-à-vis des programmes d'éducation susceptibles de modifier les conditions actuelles de la stratification sociale.

60Deux types d'objectifs au niveau macro peuvent être notés pour la présente discussion, grossièrement ébauchée, à propos de la mobilité sociale : l'identification des tendances générales de la mobilité sociale relative des différentes classes sociales, et des groupes ethniques ou raciaux, et les conséquences de ces tendances sur l'accroissement ou la diminution du conflit de classes, les perturbations sociales ou les révolutions. Les théoriciens du social sont aussi intéressés par la clarification des questions politiques et des changements possibles aptes à modifier les conditions et les tendances présentes. La question suivante que nous devons poser est de savoir si une analyse au niveau micro poserait des questions différentes. Ces questions sont-elles contradictoires avec celles posées par le chercheur macro ?

61Dans ce bref essai, je ne peux traiter une multitude de questions. Je me contenterai d'aborder quelques questions qui semblent avoir des conséquences empiriques assez claires vis-à-vis de la manière dont la mobilité sociale est abordée par les théoriciens du macro. Beaucoup d'études classiques de la mobilité sociale examinent les statistiques scolaires et professionnelles concernant une cohorte d'adultes, ou d'adolescents et de jeunes adultes, interrogent un échantillon prélevé par une coupe transversale d'étudiants des grandes écoles et de jeunes adultes, mènent des sondages portant sur la mobilité des pères des interviewés et sur leurs propres carrières scolaire et professionnelle. Nous pouvons poser quelques questions à ce sujet.

62Nous pourrions examiner les processus par lesquels se poursuivent les différentes carrières, en incluant les façons dont les décisions prises aux différents moments de la carrière scolaire et professionnelle ont influencé les résultats mesurés par les sondages sur les adolescents, les jeunes adultes et les adultes. La place nous manque pour décrire ici le type d'étude qui se serait concentrée sur l'interaction et le degré auquel cette interaction contribue au succès scolaire de l'enfant. Par exemple, on pourrait trouver qu'il est logique que les parents aux revenus moyens exposent leurs enfants à des cycles de questions/réponses. Nous voudrions savoir si le fait d'être exposé à certaines formes particulières de discours est connectée au succès scolaire lorsque des séquences questions/réponses sont utilisées en classe pour des évaluations et des tests d'intelligence. La socialisation qui précède la scolarisation est d'une importance évidente. Pour mon propos, cependant, j'entends me concentrer sur le fait que les jugements émis par les enseignants peuvent influencer le succès scolaire de l'enfant. La stratégie ne consiste pas à poser les problèmes macro associés à la mobilité sociale et aux systèmes de stratification sociale, puis à les appréhender à partir d'un échantillon représentatif afin de formuler les questions qui rendent opérationnels les concepts et hypothèses. Nous étudierions plutôt les activités quotidiennes d'une classe, l'utilisation des tests standardisés et les décisions prises par les enseignants, les conseillers et l'administration pour conseiller, encourager ou non les étudiants à suivre tel ou tel type de programmes ou de cours. Ces processus engendrent certaines modalités de carrière scolaire qui produisent les conditions interactionnelles et structurelles qui empêchent ou découragent, ou, à l'inverse, favorisent ou encouragent les opportunités de carrière.

63L'organisation sociale des institutions éducatives crée ses propres systèmes d'évaluation et de prises de décision par lesquels les événements micro d'une classe et les situations de tests sont transformés et agrégés sous forme d'informations macro. Nous pouvons alors parler de la façon dont une société, telle qu'elle est représentée par les institutions scolaires, peut utiliser l'information de ses propres bureaucraties pour contrôler la manière dont elles exercent une influence sur la mobilité sociale de ses membres. Mais les établissements scolaires ne contrôlent pas la façon dont ses propres évaluations des succès et échecs des étudiants s'articule avec ce qui se déroule dans la classe durant les tests standards et les décisions d'orientation et de promotion prises par les enseignants, les conseillers et les administrateurs.

64L'intégration bureaucratique qui se produit tacitement entre les événements micro et macro est en rapport avec ce que le milieu des sociologues désigne par mobilité sociale. On peut observer que cette intégration s'installe avec une implacable cohérence dans les établissements scolaires à travers la façon dont les résumés statistiques de réussite (summary measures of achievement) sont fabriqués de manière routinière pour chaque cohorte d'étudiants. Les limites du champ de recherche deviennent immédiatement évidentes quand nous cherchons à articuler les activités de la classe, les décisions des enseignants, conseillers et administrateurs, les tests standard, et les calculs agrégés des taux de réussite des cohortes d'étudiants selon les établissements. Un tel projet ne peut aboutir que par l'étude d'une ou deux classes à la fois pendant quelques mois ou quelques années. Cette recherche demande une grande attention aux petits détails et une capacité à supporter une grande incertitude liée aux changements des étudiants comme du personnel enseignant, aux problèmes quotidiens pour obtenir des transcriptions dont la compréhension ne va pas de soi si l'on se contente d'appliquer les procédures de codage standardisées. Les types de données engendrées peuvent devenir un cauchemar pour le chercheur macro, car elles ne collent pas avec les catégories trouvées normalement lors de l'exploitation des sondages ou dans l'analyse des agrégations institutionnelles.

65Une étude organisationnelle des enregistrements scolaires repose sur une multiplicité de niveaux d'agrégation. Les processus qui engendrent les enregistrements tendent à être ignorés. Dans le cas d'une étude micro, ces enregistrements deviennent une ressource pour identifier la façon dont l'institution crée de l'information macro à propos de la fréquence de certaines carrières et leur répartition par âge, sexe, statut socio-économique, etc. Mais les enregistrements sont également un sujet d'étude en soi dès lors que l'on interroge la manière dont les processus micro participent à leur constitution comme indicateurs objectifs d'échec scolaire, de stabilité ou de mobilité. L'étude des processus micro révèle des différences dans les compétences linguistiques, le poids familial sur le succès scolaire, la façon dont les enseignants influencent les étudiants, et la manière dont la pression et l'activité des proches peut influencer l'apprentissage des enfants dans l'art d'utiliser les ressources familiales et environnementales (la classe elle-même) pour atteindre un certain niveau dans les tests et dans la classe. La compréhension de ces processus devient très réductrice si nous nous en tenons à la façon dont ils sont retranscrits dans les dossiers scolaires, en comparaison des histoires orales recueillies auprès des enseignants, des conseillers et des administrateurs.

66Le chercheur micro voit les dossiers administratifs des performances scolaires comme des indications macro d'un processus qui doit être étudié indépendamment. Ces enregistrements ne sont pas seulement des faits sociaux évidents qui doivent être corrélés avec d'autres faits sociaux. Mais, à un niveau d'analyse macro, les enregistrements administratifs sont des faits sociaux à partir du moment où les administrateurs, les conseillers et les enseignants les utilisent pour prendre des décisions à propos de l'orientation scolaire des étudiants, de leur avancement ou du refus de promotion. Mais de telles décisions ne peuvent pas être seulement considérées comme des informations pertinentes associées à un enregistrement officiel ; la connaissance accumulée par les enseignants sur l’étudiant ainsi que les échanges avec d'autres agents de l'éducation (histoire orale ou mémoire collective) interagiront avec le résumé administratif (the documented summary).

67La tâche du chercheur micro consiste à montrer comment se construit l'enregistrement officiel - la façon dont l'information micro est transformée en représentations macro- et la manière dont les micro-événements ou les échanges quotidiens tracent une base plus large de connaissances à partir de la mémoire et de l'interaction sociale elle-même à des fins d'interprétation des enregistrements officiels concernant le cursus suivi, le recrutement, la promotion, les problèmes disciplinaires et autres. Le processus laborieux par lequel la carrière scolaire d'un étudiant est construite, à partir des résumés évaluateurs (evaluative summaries) de l'enseignant ou durant les rencontres avec ses collègues, enseignants, conseillers ou administrateurs, est l'objet proprement dit du chercheur micro. L'étude de ce processus, lorsqu'il est combiné avec les résumés évaluateurs agrégés (aggregated evaluative summaries) qui font partie intégrante de l'enregistrement officiel concernant chaque étudiant, constitue une donnée de base pour l'intégration des concepts micro et macro. Les processus quotidiens, qui conduisent à des résumés évaluateurs, officiels et officieux, sur chaque étudiant, ainsi que l'usage de ces résumés comme des faits sociaux, sont des activités routinières et normales de toute organisation, typifiant les modes selon lesquels le monde ordinaire intègre les aspects micro et macro de la vie socio-culturelle.

68Le concept de mobilité sociale peut être utilisé pour expliquer la façon dont les évaluations écrites et les résumés oraux (oral summaries) marquent les trajectoires étudiantes et pour révéler les micro-processus qui favorisent ou non les possibilités professionnelles ultérieures. Le même cadre d'analyse peut être utilisé pour étudier la façon dont les employés réalisent leurs carrières professionnelles à travers différents types d'organisation.

  • 14 Voir A. V. Cicourel, K. Jennings, S. B. Jennings, K. Leiter, R. Mackay, H. Mehan, and D. Roth, Lang (...)

69Ce qui reste obscur dans le discussion précédente sur la mobilité sociale est de savoir si oui ou non une analyse micro de la mobilité sociale parviendrait à des conclusions différentes à partir d'une analyse d'enregistrements officiels et d'une série d'interviews d'adolescents, de jeunes adultes et d'adultes. Des recherches actuelles 14 suggèrent que beaucoup d'enfants seront si précocement insérés dans le processus éducationnel, ou traités avec de telles différences, que leur mobilité scolaire sera sévèrement restreinte bien avant les décisions cruciales prises dans le second cycle. Ces décisions influencent sérieusement la réalisation des vocations ou de l'accès aux cursus supérieurs.

70L'analyse macro des trajectoires scolaires ne contribue guère à la compréhension de ces processus d'orientation et des décisions concernant la poursuite d'études supérieures. Mais les données macro peuvent suggérer que certains objectifs éducatifs de la société n'ont pas été atteints. Toutefois ces données n'identifient pas les processus qui produisent les résultats macro. La solution ne consiste pas simplement à renoncer à un niveau d'analyse au profit de l'autre, mais à montrer comment les deux niveaux doivent être intégrés, à partir du moment où nous ne sommes pas convaincu par un niveau à l’exclusion de l’autre en vertu de l'ignorance bien commode de certains réseaux de recherche et de théories en compétition.

8. Conclusion : l'agrégation des micro-événements dans les activités de compte-rendu

71La discussion de l'intégration des concepts macro et micro a commencé par noter des divergences au sein des chercheurs micro sur ce qui doit constituer une base de données pertinente pour l'analyse des événements micro. Ces divergences tournent autour du problème focal de la transcription détaillée de fragments de conversation analysés dans des termes an-historiques versus l'utilisation d'un discours plus extensif qui est reconnu comme étant engagé dans un contexte organisationnel ou ethnographique plus vaste. Les chercheurs macro trouvent ces deux positions micro-sociologiques aussi inacceptables. L'étude de niveaux plus abstraits d'analyse conduit à considérer les micro-événements comme peu pertinents en dépit des références indirectes aux processus quotidiens. Chaque point de vue développe s propre perspective de manière plus ou moins autosuffisante.

72L'intégration bureaucratique tacite des niveaux micro et macro peut être identifiée comme une partie routinière des organisations sociales occidentales. Je crois que le même argument peut être développé dans le cadre de comparaisons inter-culturelles, mais l'étude d'une telle intégration dans des sociétés non-occidentales demanderait davantage d'attention aux histoires orales, traditions populaires, à l'organisation des cérémonies rituelles, aux coutumes fortement établies dans la culture, et aux usages particuliers des formes bureaucratiques occidentales.

  • 15 Voir D. E. Rumelhart, « Notes on a Schema for Stories », in D. G. Bobrow and A. M. Collins (eds.), (...)

73Par certains aspects, je me suis référé dans ce texte à l'importance des contraintes cognitives sur l'organisation sociale et son étude. Je voudrais terminer par une brève discussion du rôle de la capacité limitée de traitement (limited capacity processing) pour comprendre les niveaux micro et macro d'analyse. Á cette fin, j'utiliserai la notion de modèle interactif telle qu'elle existe en psychologie cognitive 15.

74La création par le médecin d'une histoire médicale à partir d'un entretien demande une intégration de multiples micro-événements complexes permettant de produire des résumés utilisables pour les inférences macro relatives aux classes de patients et aux catégories nosographiques. Ces activités reflètent la question plus générale de la compréhension du discours, des récits ou des données textuelles. Le processus de compréhension est analogue à l'intégration des niveaux d'analyse micro et macro. Quand un enseignant doit évaluer un étudiant, il y a une intégration non-documentée d'innombrables séances de lecture, de tests de lecture, d'exercices et de leçons d'arithmétique, ainsi que de tests standardisés qui peuvent être avoir une validité sur le district ou au niveau de l'État. Le processus d'évaluation est également semblable à la compréhension du discours, des récits ou des matériaux textuels dans un cadre de laboratoire, mais la contrainte de temps est plus importante.

75Quand nous examinons les enregistrements scolaires afin d'obtenir des indicateurs de carrières scolaires, nous agrégeons l'information contenue dans les enregistrements sans nous soucier suffisamment des moyens par lesquels ces enregistrements ont été créés. Quand nous utilisons des questionnaires pour accéder à la mémoire qu'a l'enquêté de ces expériences scolaires et professionnelles ou de celles de ses parents, nous suggérons des questions qui sont déjà des résumés abstraits au sujet des expériences premières. Nous ne pouvons pas dire grand chose à propos de la manière dont l'enquêté a créé son propre résumé de ses expériences premières en mobilisant de l'information stockée en mémoire et réorganisée sur-le-champ afin de s'adapter à des questions spécifiques et à quelques catégories de réponses. La construction d'une réponse ne sera pas aussi compréhensive que celle utilisée par l'enseignant mais sera similaire.

76La notion de modèle interactif s'intéresse aux micro-événements tels que ces aspects de la compréhension qui ont à voir avec la reconnaissance que les significations du mot changent quand elles sont engagées dans des phrases, et que la signification de ces phrases peut changer dès lors qu'elles font partie d'une unité plus large telle qu'un paragraphe, un chapitre, un rapport ou une histoire. L'idée générale est ici que lorsque nous étudions un discours, il y a des traits phonologiques, prosodiques, non-verbaux et sociaux, qui produisent des informations pertinentes, activées simultanément, comme ce serait le cas (en y ajoutant les traits orthographiques) lorsque les lecteurs cherchent à comprendre un discours en intégrant les informations lexicales, syntaxiques et contextuelles. Il y a une interaction entre les différentes sources d'information ainsi qu'avec une information emmagasinée relative à ces sources.

  • 16 Ibid.

77Le médecin, tout comme le professeur et l'interviewé, chacun dans son univers, souhaiterait créer l'interprétation la plus plausible de l'information dont il dispose. La production d'un compte rendu plausible est centrale dans l'idée de compréhension. En tant que chercheurs, nous sommes intéressés par la façon dont le médecin, le professeur et l'interviewé créent les interprétations qui sont jugées plausibles. Pour Rumelhart 16, la compréhension est un processus par lequel des éléments ou des unités de connaissance d'une histoire sont sélectionnés pour produire un compte rendu plausible. La notion de schéma est vue comme une structure de données par laquelle les concepts génériques stockés en mémoire peuvent être représentés et dans laquelle ces schémas contiennent aussi une information sur la manière dont la connaissance qui y est contenue peut être exploitée. L'idée est de développer un système de notations qui puisse modéliser ce qui devrait être dans la tête d'une personne. Comme dans toute théorie, le problème central est de savoir si le système de notations est suffisamment efficace pour rendre compte de l'observation des actions, des expériences ainsi que de notre compréhension et de notre commentaire sur ces expériences.

78Je n'ai pas la place de consacrer plus de temps à la notion de modèle interactif. Je l'ai introduit ici comme une façon d'aborder l'intégration de la recherche et de la théorie micro et macro dans un contexte dans lequel nous pouvons reconnaître que le médecin, le professeur et l'interviewé sont tous confrontés à des tâches d'agrégation de multiples micro-événements dans le but de satisfaire aux demandes organisationnelles d'une clinique, d'un hôpital, d'une commission médicale. Le professeur doit satisfaire aux exigences bureaucratiques de l'école, et l'interviewé est tenu de satisfaire aux contraintes propres au format du sondage. Dans chacun des cas, le médecin, le professeur et l'interviewé doivent produire des comptes rendus qui intègrent les micro-événements de telle manière qu'ils puissent élaborer des macro-interprétations d'expériences qui ne peuvent pas être explicitement documentées. À l'instar des chercheurs, la capacité limitée de traitement et les catégories langagières disponibles pour le médecin, le professeur, et l'interviewé font partie intégrante de la transformation micro-macro. Il reste toujours le problème de la surcharge d'information et la nécessité de dégager un métalangage et des concepts qui transporteront assez d'information afin que le lecteur puisse utiliser ses ressources cognitives (les schémas) de façon à interpréter les résumés ou les comptes rendus finaux.

79L'étude des micro-événements est une partie essentielle de toute énonciation de type macro. Nous devons être capables de distinguer ce qui prend place dans un entretien médical et un examen clinique, et ce qui est écrit dans l’histoire médicale. Nous devons examiner une classe et les examens, comment les diplômes sont attribués, et comment s'effectue la distribution des places dans les différentes classes ou groupes de lecture. De façon analogue, nous devons étudier la manière dont les interviewés gèrent les questions de l'enquête de façon à choisir une des catégories proposées par le chercheur, et le degré auquel les inférences effectuées par le chercheur à partir des réponses agrégées reflète les connaissances de l'interviewé et les processus de décision.

80Si les sondages sont appréhendés comme une des formes de l'activité organisée, naturelle et routinière propre au fonctionnement quotidien d'une société, de la même manière que les échantillons d'enquête de l'Institut national de recensement (Census Bureau), alors les conditions organisationnelles signalées précédemment nous fournissent un laboratoire pour étudier l'intégration des recherches et théories micro- macro. L'étude de cette intégration demande la relative autonomie de chaque niveau d'analyse, mais insiste également sur une vision de la théorie sociologique comme devant refléter l'interaction de différents niveaux si nous nous avons à engendrer des résultats plausibles et substantiels avec des théories et des méthodes qui traduisent la structure même de la vie quotidienne.

Haut de page

Notes

1 Voir Randall Collins, « Micro-translation as a theory-building strategy », dans le même volume, Karin D. Knorr-Cetina and Aaron V. Cicourel (eds.), Advances in Social Theory and Methodology – Toward an Integration of Micro- and Macro- Sociologies, Boston, London and Henley, Routledge and Kegan Paul, 1981, pp. 81-108.

2 Voir A.V. Cicourel, « Language and Social Interaction : Philosophical and Empirical Issues », Sociological Inquiry, 50, 1980, pp. 1-30.

3 Voir H. Sacks, E. A. Schegloff and G. Jefferson, « A Simplest Systematics for the Organization of Turn-taking for Conversations », Language, 50, 1974, pp. 696-735.

4 Dans W. Labov and D. Fanshel, Therapeutic Discourse : Psychotherapy as Conversation, New York, Academic Press, 1977

5 Voir Troy Duster, « Intermediate steps between micro- and macro-integration : the case of screening for inherited disorders », in K. D. Knorr-Cetina and A. V. Cicourel (eds.), op. cit., pp. 109-135.

6 Dans « Micro-translation as a theory-building strategy », op. cit.

7 Voir aussi R. Collins, « On the Micro-Foundations of Macro-Sociology », American Journal of Sociology, 86, 1981, pp. 984-1014.

8 A. V. Cicourel, « Three Models of Discourse Analysis : The Role of Social Structure », Discourse Analysis, 1980, pp. 101-131, et « Language and Social Interaction », op. cit.

9 Dans W. Labov and D. Fanshel, Therapeutic Discourse, op. cit.

10 Dans Michel Callon et Bruno Latour, « Unscreving the big Leviathan : how actors macro-structure reality and how sociologists help them to do so », in K. D. Knorr-Cetina and A. V. Cicourel (eds.), op. cit., pp.277-303.

11 Voir P. M. Blau and W. R. Scott, Formal Organizations, San Francisco, Chandler, 1962.

12 Voir J. G. March and H. Simon, Organizations, New York, Wiley, 1958.

13 Dans A. V. Cicourel, « Interviewing and Memory », in C. Cherry (ed.), Pragmatic Aspects of Human Communication, Dordrecht, D. Reidel, 1974, pp. 51-82 ; « Discourse and Text : Cognitive and Linguistic Processes in Studies of Social Structure », Versus : Quaderni de Studi Semiotici, sept-dec. 1975, pp. 33-84 ; « Language and Society : Cognitive, Cultural, and Linguistic Aspects of Language Use », Sozialwissenschaftliche Annalen, 2, 1978, pp. 25-58 ; « Language and Medicine », in C. A. Ferguson and S. B. Heath (eds.), Language in the USA, Cambridge, Cambridge University Press, 1981, pp. 407-429.

14 Voir A. V. Cicourel, K. Jennings, S. B. Jennings, K. Leiter, R. Mackay, H. Mehan, and D. Roth, Language Use and School Performance, New York, Academic Press, 1974 ; F. Erickson, « Some Approaches to Inquiry in School-Community Ethnography », Anthropology and Education Quarterly, 8, 1977, pp. 58-69 ; S. Phillips, The Invisible Culture: Communication in Classroom and Community of the Warm Springs Reservation, Unpublished PhD dissertation, University of Pennsylvania, 1975 ; R. McDermott, « Relating and Learning : An Analysis of Two Classroom Reading Groups », in R. Shuy (ed.), Linguistics and Reading, Rawley, Newbury House, 1978 ; H. Mehan, Learning Lessons, Harvard University Press, 1979.

15 Voir D. E. Rumelhart, « Notes on a Schema for Stories », in D. G. Bobrow and A. M. Collins (eds.), Representation and Understanding : Studies in Cognitive Science, New York, Academic Press, 1975, pp. 211-236 ; D. E. Rumelhart, « Toward an Interactive Model of Reading », paper presented at the Sixth International symposium « Attention and Performance », Stockholm, 1976, in S. Dormic (ed.), Attention and Performance VI, Hillsdale, Laurence Erlbaum, 1978.

16 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aaron Victor Cicourel, « Micro-processus et macro-structures », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Aaron V. Cicourel, mis en ligne le 29 octobre 2008, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/2432

Haut de page

Auteur

Aaron Victor Cicourel

University of California, San Diego, Department of Cognitive Science - 9500 Gilman Drive - La Jolla, CA, 92093-0515, USA - CICOUREL@COGSCI.UCSD.EDU
Aaron V. Cicourel est professeur émérite de science cognitive, de pédiatrie et de sociologie à l’Université de Californie à San Diego. Deux livres d’Aaron V. Cicourel ont été publiés en français : La sociologie cognitive (1ère édition américaine : 1973), Paris, Presses universitaires de France, 1979, et Le raisonnement médical – Une approche socio-cognitive, choix de textes (1981-1995) présenté par Pierre Bourdieu et Yves Winkin, Paris, Éditions du Seuil, 2002.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page