Navigation – Plan du site
Enquêter à chaud

Les émeutes urbaines à l’épreuve des situations locales

Récit d’enquête et dimensions d’analyse
Urban riots to the test of local situations
Michel Kokoreff, Odile Steinauer et Pierre Barron

Résumés

Cet article s’appuie sur une enquête de terrain menée dans la commune et plusieurs quartiers populaires de la ville française de Saint-Denis (93). Rappelant les différentes interprétations sociologiques possibles des émeutes urbaines de novembre 2005, il se propose d’indiquer tout d’abord comment cette enquête a été possible, à quels obstacles elle s’est heurtée et de quelle manière nous nous sommes efforcés de les contourner. Il rappelle les principaux résultats de cette enquête. Puis il revient sur les problèmes de catégorisation et de désignation en débat parmi les sociologues en soulignant les diverses dimensions des dynamiques émeutières.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ainsi, les affrontements avec la police constituent un facteur discriminant. Ils ont été particuliè (...)
  • 2 Selon les données du ministère de l’Intérieur, 9790 véhicules de particuliers ont été incendiés dur (...)

1La vague d’émeutes urbaines survenue en France dans les cités de banlieue à l’automne 2005 aura surpris tout le monde. Jamais en effet des troubles de cette nature n’avaient connu une telle ampleur en France – mais aussi en Europe –, tant par leur intensité que par leur durée et leur échelle. Durant près de trois semaines, on a assisté non seulement à des affrontements violents 1 avec les forces de l’ordre, mais surtout à des milliers de voitures brûlées et à des centaines de bâtiments dégradés ou détruits dans près de 300 communes 2 Jamais aussi l’émeute n’avait connu une telle médiatisation, que ce soit par les médias locaux, nationaux et internationaux, les chaînes de télévision, la presse écrite ou sur le Net. Les images spectaculaires de voitures brûlées ont circulé en boucle, éclipsant les autres visages de l’actualité, pour susciter les réactions les plus diverses à l’étranger, à l’instar de ces images d’une télévision américaine présentant la France « à feu et à sang », comme « au bord de la guerre civile ». Si les faits sociaux se présentent toujours comme un mélange indissociable de réalités et de représentations enchevêtrées, c’est aussi la tournure clairement politique de ces nuits de novembre qui en constitué la singularité. La gestion de la crise, dans son double registre de fermeté (« les actes de vandalisme seront punis sévèrement ») et de démagogie (« trouver des solutions aux problèmes des banlieues ») a contribué, selon la formule consacrée, à « jeter de l’huile sur le feu ». L’action du gouvernement a contribué à alimenter la colère des plus jeunes et le soutien des plus âgés, concentrant à la fois désespérance sociale et oppression raciale. Ironie de l’histoire, le Plan pour l’égalité des chances, qui a fait écho à la « crise dans les banlieues », a conduit à mobiliser la jeunesse lycéenne et étudiante et à favoriser un front syndical uni lors du mouvement anti-CPE.

  • 3 Voir notamment Beaud & Pialoux, 2004.
  • 4 Voir, entre autres, Moulier-Boutang, 2005 et, plus largement, Fassin & Fassin, 2006.
  • 5 Voir par exemple Le Goaziou & Mucchielli, 2006.
  • 6 A quelques exceptions près. Voir notamment Lagrange & Oberti, 2006.

2Face à ces événements, on a assisté une « intense mobilisation interprétative » (Macé, 2002), avec un degré de réactivité hors du commun. Outre la part belle qui a été faite aux discours traditionnels sur la loi et l’ordre et à ceux insistant sur la dimension morale et culturelle de ces événements, il est possible de distinguer très schématiquement trois types de lecture. La première a consisté à voir dans la révolte des banlieues la manifestation de la nouvelle question sociale à travers les effets conjugués du chômage de masse et de la précarisation des conditions de vie des milieux populaires, en particulier des jeunes 3. La deuxième a davantage mis l’accent sur les dimensions ethno-raciales des émeutes et des situations rencontrées par les populations issues de l’immigration ou assimilées à elle, surreprésentées dans les cités d’habitat social, qui ont été mises en avant pour pointer les fractures nouvelles travaillant une société post-coloniale peinant à reconnaître l’existence de fait de minorités ethniques 4.Une lecture intermédiaire a, enfin, souligné l’interdépendance des processus d’exclusion sociale, de ségrégation urbaine et de discriminations de toute sorte, afin de comprendre les différentes dimensions de la révolte des émeutiers 5 Force est de constater qu’à chaque fois, on s’est empressé de proposer une analyse causale de ces troubles. On s’est peu intéressé à la morphologie et à la chronologie des émeutes 6, ni à ce qu’avaient à dire les divers acteurs en jeu, à commencer par les « jeunes émeutiers » eux-mêmes.

3C’est de là dont je suis parti. Il m’a semblé que la signification profonde de ces émeutes était l’expression d’une profonde expérience de l’injustice des jeunes habitants dans les cités d’habitat social (Kokoreff, 2006 a, b et c). Si on reprend les deux événements déclencheurs (la mort de Zyed et Bouna d’un côté, la grenade lacrymogène lancée sur la mosquée de l’autre), ils ont été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. De sorte que ces incidents permettaient à la fois de confirmer et de voir autrement ce qui se passe dans le monde des cités pauvres. L’hypothèse de départ était donc la suivante : c’est la tension entre déni de citoyenneté et aspiration égalitaire, d’un côté, expérience de l’indignité et demande de respect, de l’autre, qui donne sens à ces scènes d’autant plus facilement qualifiées de « violences urbaines » que ces aspects ont été assez largement impensés. Cette hypothèse s’est appuyée sur une longue fréquentation de certains quartiers situés dans les Hauts-de-Seine (Kokoreff, 2003), ainsi que sur une observation de l’intérieur (à partir d’un club de prévention parisien situé dans l’est parisien) des incidents survenus lors des premiers jours de novembre.

  • 7 Pour reprendre la formule et l’analyse de Laurent Mucchielli et Marwan Mohammed (Mucchielli et Moha (...)

4D’un point de vue méthodologique, toute la difficulté est de tenir ensemble les deux bouts : d’un côté, une interprétation des émeutes qui tienne compte du fait qu’il s’est agi d’un phénomène national (et non plus local) ; de l’autre, la description et l’analyse que l’on peut faire des situations locales à partir d’observations de terrain ou de monographies. En effet – et on le sait bien aujourd’hui –, il ne s’est pas passé partout la même chose. Ce n’est pas dans les zones les plus marginalisées socialement que les incidents les plus graves ont été enregistrés. Ce qui nous rappelle que les raisons sociologiques ne suffisent pas à comprendre l’apparition soudaine et la diffusion des émeutes, qu’elles soient urbaines, ethniques ou anti-policières, parce que trop extérieures à ces phénomènes (Lapeyronnie, 1993). Il fallait donc aller y regarder de plus près. C’est dans ce sens où j’ai saisi l’opportunité de mener une enquête à Saint-Denis. Par la suite, j’ai commencé à m’intéresser à d’autres communes situées en Seine-Saint-Denis, notamment à Bondy, Aulnay-sous-Bois, et bien sûr Clichy-sous-Bois et Montfermeil. Ces micro-observations de terrain étayées par des entretiens avec divers acteurs (élus, policiers, travailleurs sociaux, militants, jeunes de catégories d’âge et de statuts scolaires ou professionnels divers) ont conduit à nuancer l’hypothèse initiale, sans pour autant l’infirmer. En fait, dès lors que l’on prend en compte ce que disent les jeunes qui habitent ces quartiers populaires, on constate que l’émeute obéit à une rationalité qui lui est propre. De plus, les discours et les pratiques des acteurs locaux ne sont pas dépourvus de significations politiques, qu’il s’agisse de la mobilisation de ces « citoyens professionnels » qui ont tenté à Saint-Denis comme dans d’autres communes de s’interposer entre les jeunes et la police pour « faire société » ou encore des collectifs qui se sont montés pour faire écho au message des émeutiers, dont le plus connu est AC LE FEU. De sorte que l’émeute peut être traitée comme un analyseur de la vie publique. Elle donne à voir non pas seulement (bien qu’aussi) l’absence de structuration organisationnelle et idéologique des « fauteurs de troubles », mais les impasses institutionnelles auxquelles ils font face. Celles-ci sont, très concrètement, des « impasses légales » 7, en dépit de la mission de l’Inspection générale des services (IGS) et de la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS).

5Mon propos ne consiste pas à revenir sur les principaux résultats de l’enquête conduite sur plusieurs quartiers de Saint-Denis (Kokoreff, Barron &Steinauer, 2006). Je souhaite plutôt indiquer tout d’abord comment cette enquête a été possible, à quels obstacles elle s’est heurtée et de quelle manière nous nous sommes efforcés de les contourner. Puis je reviendrai sur les problèmes de catégorisation et de désignation en débat parmi les sociologues en soulignant les diverses dimensions des dynamiques émeutières.

Récit d’enquête

6Il y aurait beaucoup à dire sur la manière dont cette enquête a vu le jour et comment la « commande » initiale du Centre d’analyse stratégique (CAS), dépendant des services du premier ministre, a évolué ; cela, dans un contexte rendant « sensibles » les investigations sur le terrain. J’en resterai à expliciter les choix effectués tant en ce qui concerne les acteurs que les territoires.

  • 8 Voir Battegay & Boubeker, 1992. Sur la période récente, voir Beaud & Pialoux, 2004 (en particulier (...)
  • 9 Un bon indicateur est l’augmentation spectaculaire des outrages et violences à dépositaires de l’au (...)

7Initialement, il s’agissait de faire deux enquêtes en Seine-Saint-Denis, l’une sur les logiques institutionnelles, l’autre, sur les jeunes. Mais au regard du caractère déterminant du rapport entre les institutions et les jeunes habitants les quartiers et les cités de banlieues, et compte tenu plus précisément de la dégradation de ces rapports trouvant sa figure exemplaire dans la tension récurrente avec la police, il est apparu légitime de croiser ces deux dimensions. Certes, la question du rapport jeunes/police n’est pas « nouvelle » : elle revient par intermittence depuis plus vingt ans, oubliée ou contournée par des mesures concernant l’école ou l’insertion professionnelle, avant de revenir par un effet boomerang sur le devant de la scène 8. Force est néanmoins de constater que ces relations se sont dégradées ou durcies lors de ces dernières années 9. Il nous fallait dès lors comprendre, d’un côté, pourquoi ces relations sont vécues, du côté des jeunes en particulier comme le symbole d’une oppression et d’un racisme, et du côté des policiers, quels sont les éléments dans les cultures professionnelles et les conditions de travail susceptibles d’expliquer ces tensions.

  • 10 Le bilan policier a fait état de 92 interventions pour incendies de véhicules et de 44 opérations d (...)

8En ce qui concerne les territoires, il s’agissait de comparer un site à « basse intensité » et un site à « haute intensité ». Pourquoi certaines communes ont-elles connu, contre toute attente, peu d’incidents par comparaison à d’autres présentant des caractéristiques similaires d’un point de vue socio-démographique et urbain ? Bref, pourquoi ici plutôt que là ? On le sait, le choix d’un terrain est souvent fortuit. Si nous avons proposé celui de Saint-Denis, c’est tout simplement parce que nous connaissions déjà tant la ville et certains de ces quartiers que divers acteurs politiques et associatifs. L’un des enquêteurs a habité la ville plusieurs années, l’autre y habite depuis deux ans. Cette connaissance du terrain était un préalable au regard d’un objet difficile à aborder quelques mois à peine après les « événements », mais aussi de la nécessité de « faire du terrain » sans en rester à une analyse des discours, et alors que l’enquête était censée durer initialement deux mois… Elle nous a permis de constater assez rapidement que le constat de départ était loin d’aller de soi. Mieux : dire qu’« il ne s’est rien passé à Saint Denis » constitue une étrange affirmation au regard tant des incidents enregistrés 10 que de leur perception par certains acteurs qui conduisent à nuancer fortement ce constat. Ceux-ci manifestent une vision des choses ou une interprétation d’autant plus tranchée et opposée que ces événements semblaient sans porte-voix ni revendications explicites. De sorte qu’il nous fallait commencer par établir un diagnostic sans occulter les modes de représentation et les logiques d’action en jeu dans la qualification des incidents de novembre 2005. Ce qui revenait à définir les émeutes non pas seulement comme un « symptôme » ou le « signe » d’autre chose, mais comme une coproduction collective mettant à jour des rapports sociaux qui donnent sens à ce qui s’est passé, et par là dépassent largement la séquence des événements de novembre.

9Partant de là, nous nous sommes efforcés de prendre la mesure de la morphologie sociale et urbaine présentant des traits forts contrastés. Emblématique du devenir des « banlieues rouges », elle comprend certes des quartiers socialement très dégradés, avec la réapparition des bidonvilles, la persistance de nombreux logements insalubres et des taux de vacances qui demeurent importants, doublement localisés dans les quartiers de logements privatifs anciens (La Plaine, République, Gare, Porte de Paris) et dans des quartiers d’habitat social (Allende, Floréal, Saussaie, La Courtille) ou mixte (Francs-Moisins, Bel Air) ciblés par des programmes de rénovation urbaine. Mais simultanément, le contraste est fort avec la libération de réserves foncières au nord de Paris qui a favorisé de grands programmes d’immobilier de bureaux, l’installation d’activités de service et de constructions de logements (près de 2000 en trois ans). De profondes transformations ont affecté le territoire à la charnière des années 2000, que la livraison du stade de France, en 1998, symbolise et soutient. Deux chiffres résument ces contrastes : l’augmentation du nombre d’emplois sur la commune (plus 37 % entre 1999 et 2004) est allée de pair avec celle du nombre d’allocataires du RMI (+18,6 % en moyenne entre 1999 et 2005, soit +39 % depuis 2002, selon une accélération comparable mais légèrement moins prononcée que dans le département).

10Il nous a semblé fondamental de centrer l’enquête de terrain sur certains quartiers de la commune en particulier. Ce sont les quartiers Saussaie Floréal la Courtille, Saint Rémy et le centre ville – cette « cité dans la cité » – qui ont été retenus, au regard des incidents qui s’y sont produits. Cette démarche s’est avérée en effet indispensable pour choisir les « bons interlocuteurs » et prendre la mesure de ce qui s’est réellement passé à Saint-Denis. Le choix des acteurs s’est donc fait en fonction de leur implication dans les émeutes et de leur connaissance de la ville – sans que l’on puisse dissimuler la part des rencontres et des opportunités qui l’ont rendu possible.

11Cela étant dit, on ne peut se dissimuler les obstacles rencontrés. Il a fallu « faire avec les déconvenues » (Bizeul, 1999).

  • 11 Voir à ce sujet Bertho, 2006.

12Du côté des participants aux émeutes. Car on se l’imagine, il n’a pas été simple d’identifier et de rencontrer ceux qui apparaissaient a priori les moins enclins à parler avec une équipe de sociologues, à savoir les participants eux-mêmes. Non qu’ils n’auraient rien à dire mais bien parce que, ici comme ailleurs, ils se méfient des institutions – qui le leur rendent bien – et ne veulent pas dire 11. À cet égard, participer à une recherche de ce type, accepter le jeu de l’entretien enregistré au magnétophone, sans contrepartie d’aucune sorte, n’allait pas de soi. En outre, c’était prendre des risques alors que des enquêtes judiciaires étaient en cours.

  • 12 Les personnes interviewées avaient des niveaux d'études très contrastés (pour certains : scolarité (...)

13Plusieurs méthodes ont été utilisées pour réaliser des entretiens formels et informels avec des jeunes, par le biais d'intermédiaires divers (un élu municipal, une ancienne éducatrice de rue et des animateurs jeunesse, un professeur de lycée général…) ou par des rencontres directes et un effet « boule de neige » au sein des réseaux de sociabilité. Cet échantillonnage s'est efforcé de tenir compte des différents quartiers et sous-quartiers de la ville, et de la diversité des âges et des parcours scolaires et professionnels. Les garçons y sont sur-représentés, en dépit d'entretiens de groupe réalisés pour éviter ce biais dans le cadre scolaire avec des élèves de seconde. Au total, la qualité inégale des entretiens (en particulier quant à la capacité des jeunes rencontrés à témoigner directement des incidents de novembre), loin de nuire à la richesse descriptive de leur expérience, s'est révélée un précieux indicateur de position utile pour comprendre les logiques d'implication dans ces évènements. Si on considère les classes d’âge qui se sont avérées une variable fort pertinente, on peut distinguer deux sous-groupes. La première est la tranche d’âge des 25-30 ans, comprenant une douzaine d’adultes ayant été rencontrés dans différents quartiers (Allende, Double Couronne, La Plaine, Pleyel, De Geyter, Francs-Moisins) 12. C’est ce que nous avons appelé, reprenant cette catégorie indigène, les « grands ». Ceux-ci ont peu participé aux émeutes. Mieux : ils ont été sur la réserve, ce que l’on peut expliquer par une désespérance sociale plus grande, mais aussi leur implication plus prononcé dans les trafics illicites, ayant du coup plus à perdre qu’à gagner. La seconde tranche d’âge correspondait à des 14-18 ans. Nous avons réalisé des entretiens avec six « jeunes » garçons, scolarisés ou non, (groupe d'amis, rencontres de rue dans un sous-quartier de La Plaine), six entretiens de groupe avec deux classes de seconde d'un lycée d'enseignement général (les groupes allant de 4 à 25 personnes ), suivi d'un entretien individuel avec l'un des élèves rencontrés, habitant le quartier Floréal Saussaie Courtille, un entretien de groupe avec cinq jeunes âgés de 14 à 16 ans, scolarisés, fréquentant l'antenne jeunesse de leur quartier (Pleyel), et enfin, un entretien de groupe avec trois jeunes âgés de 17 à 20 ans, scolarisés en BTS et DUT, fréquentant l'antenne jeunesse de leur quartier (quartier De Geyter).

  • 13 Soutien relatif néanmoins, car la carte « service du premier ministre » a sans doute conduit à nous (...)

14Du côté de la police. En ce qui concerne la police, en dépit du soutien apporté par le CAS 13, il n’a pas été non plus facile d’obtenir les autorisations et de rencontrer des gradés et des effectifs de police afin de faire des entretiens sur la gestion policière des « violences urbaines ». L’institution policière a sans doute de bonnes raisons d’être fermée au regard extérieur, et sociologique en particulier, trop souvent enclin à monter en généralisation pour en dénoncer les dérives sans en comprendre toujours les logiques internes. Or tel était aussi l’enjeu de cette enquête, sans en rester à une vision unilatérale, soit contribuer à une sociologie du travail policier. Nous avons pu rencontrer et interviewer des officiers de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), bien que non sans mal, du fait du départ de son directeur en mai 2006. De même, nous avons pu rencontrer la commissaire divisionnaire du commissariat de Saint-Denis et deux de ses adjoints. Par contre, dans un cas comme l’autre, nous n’avons pas reçu l’autorisation de rencontrer des effectifs, c’est-à-dire des gardiens de la paix et le personnel d’encadrement. Enfin, dans la mesure où les compagnies de CRS ont joué un rôle majeur dans la sécurisation et l’intervention dans le département et à Saint-Denis en particulier, nous avons souhaité rencontrer des gradés. Mais là aussi, hormis une conversation téléphonique avec le commandant de la CRS 7, depuis muté en province, et un entretien approfondi mais non enregistré avec un capitaine qui était sur le départ pour prendre un emploi dans une collectivité locale comme responsable de la sécurité, le résultat n’a pas été à la hauteur de nos attentes. En outre, rencontrer des effectifs s’est avéré impossible, malgré de multiples démarches. Pourtant, ces entretiens auraient probablement permis de mieux décrire le métier, les logiques d’intervention et les situations rencontrées par les fonctionnaires sur le terrain. Nous avons aussi rencontré, toujours off, un ancien commissaire divisionnaire ayant exercé près de vingt ans dans le département de Saint-Denis en détachement. Fin connaisseur de la « maison », son témoignage et même la lecture qu’il a bien voulu faire de notre première note de synthèse ont été très utiles. Enfin, face à ces obstacles, nous sommes passés par la voie syndicale afin de rencontrer et d’interviewer des officiers de police. Un long entretien, cette fois enregistré, avec deux officiers a été effectué en novembre 2006, suivi d’un autre quelques semaines plus tard. Bien que sans doute limités, ces entretiens ont permis de prendre en compte le point de vue policier face aux jeunes dans les cités sans angélisme et de mieux comprendre les situations auxquelles ils sont confrontés au quotidien dans l’exercice de leur fonction.

  • 14 C’est délibérément que nous ne mentionnons pas les aléas du travail de terrain. Celui-ci aura permi (...)

15Dans le cas des « jeunes émeutiers » comme dans celui des policiers, on a donc pu éprouver combien les effets d’actualité étaient susceptibles de biaiser l’enquête, alors que les « braises étaient encore chaudes » 14. Il n’en reste pas moins que l’enquête a conduit à souligner un certain de phénomènes.

16En ce qui concerne les jeunes, trois faits majeurs sont apparus. Tout d’abord, l’obligation de participer des « petits », par solidarité avec Zyed et Bouna, que certains connaissaient pour avoir joué au football ensemble, mais aussi en raison des modes sociabilité dont la dimension territoriale est particulièrement prononcée. Il y a, ensuite, ce que Pierre Barron a appelé l’autonomisation temporaire de la jeunesse, qui s’est traduite par la différenciation forte entre les « grands » (désespérés, discrédités ou ayant plus à perdre qu’a gagner) et les « petits » (plus révoltés, disponibles et n’ayant pas grand chose à perdre). Ce point est important car il révèle la segmentation de l’ordre social qui caractérise typiquement les cités en voie de ghettoïsation. Enfin, les tensions avec la police s’inscrivent dans un continuum. Difficile (voire arbitraire) d’isoler l’avant, le pendant et l’après-émeute, comme l’ont d’ailleurs montré les incidents survenus aux abords des collèges lors des manifestations contre le CPE, puis en avril dans un des quartiers étudiés.

17En ce qui concerne la police, on insistera sur deux points. Le premier concerne l’ambivalence des représentations : entre résignation (« ça devait arriver un jour ») et étonnement (« on ne pensait pas ce que ça s’étendrait aussi rapidement »), mise en avant du rôle des médias et des nouvelles technologies (« c’est du mimétisme ») comme pour se rassurer (« quand bien même on n’y était pour rien ») et expression d’une peur diffuse (« je me demandais même si ça allait s’arrêter »). Si les institutions et les acteurs sont amenés à construire leur propre vision de la réalité, cette ambivalence mérite d’être souligné en ce qu’elle fait écho à celle des jeunes, mais aussi des analyses qui tantôt en disent trop, tantôt pas assez. L’autre point est l’opposition des métiers et des manières de faire des agents de la sécurité publique et du maintien de l’ordre, en dépit du redéploiement territorial des CRS. On nous l’a dit à plusieurs reprises : « sécurité publique et ordre public, c’est pareil en Seine-Saint-Denis ». C’est pourtant passer un peu vite sur l’absence de coordination entre les différents corps de police et la méconnaissance de la topographie des lieux et des populations par les CRS. L’état à la fois universel et spécifique des relations entre police et jeunes s’inscrit précisément dans cette problématique, comme l’avait bien souligné il y a plus de dix ans Dominique Monjardet (Monjardet, 1996). Ce qui est en jeu, c’est la capacité à renouer des liens entre les forces de l’ordre et la population qui ne soient pas d’entrée placés sous le signe de la méfiance ou de la violence. Ce n’est pas un hasard si, depuis trente ans, toutes les tentatives de réforme de la police ont essayé de reterritorialiser, de reconstruire un lien entre la police et la ville, de réintégrer la police comme mode de service public urbain.

Catégorisation et dimensions de l’action

18Maintenant, comment qualifier ce qui s’est réellement passé ? Toute qualification a une visée normative qui oriente ou construit les représentations des faits étudiés et l’analyse qui en est faite. Trois catégories ont dominé les débats et la production sociologique. Parler de « violences urbaines » c’est reprendre à son compte une catégorie policière, non seulement floue mais particulièrement marquée institutionnellement et idéologiquement, en référence aux instruments mis en œuvre par les fonctionnaires du ministère de l’Intérieur depuis le début des années 1990, et plus récemment par l’Observatoire national de la délinquance. À l’inverse, reprendre le terme d’émeute c’est insister sur le caractère spontané et non structuré des violences collectives mais aussi sur le rôle de la police, qui en est souvent la cible, en tout cas, le point de départ dans un grand nombre de cas étudiées depuis les années 1960. L’émeute urbaine questionne la police dans ses pratiques ; c’est la fonctionnalité policière qui est mise en cause. Parler de « révolte » (et non de « révolution », ce qui est bien évidemment excessif), c’est mettre l’accent sur la dimension protestataire des violences collectives.

19Sophie Body-Gendrot a contesté le terme d’« émeutes », comparant les désordres dans les enclaves immigrées en France à ceux survenus dans les années 1960 aux États-Unis et à Los Angeles en 1992 (Body-Gendrot, 2007). Si de nombreux points communs sont remarquables (pêle-mêle : voitures brûlées avec toute la symbolique que cela implique dans nos sociétés de consommation avancées, menaces intolérable à l’ordre social, images de risques, déni de justice, rumeurs, causes structurelles, etc.), les différences sont fondamentales (la « racialisation » des violences aux États-Unis, leur intensité, le profil des acteurs et les formes d’action, leur conscience politique, les réponses de l’État, le rôle des médias, etc.). Selon la politologue, les émeutiers en France seraient si marginalisés et désespérés qu’il ne leur resterait que des actions d’autodestruction pour se rendre visibles, les médias devenant dans ce sens des « organisateurs d’action dont les effets sont en boucle ». Mais outre le fait que comparaison n’est pas raison, le contexte social et politique qui a conduit à la naissance des Black Panthers est bien différent de la situation qui caractérise la « racaille » des banlieues. Il nous paraît réducteur d’opposer la politisation des premières et la dépolitisation de la seconde, au risque de sacrifier à la nostalgie dans un cas, à une certaine forme de misérabilisme de l’autre.

  • 15  Comme le montre Didier Lapeyronnie (Lapeyronnie, 2006).

20Quant aux termes de « révoltes » ou de « soulèvement populaire », ils ont le mérite de mettre d’emblée l’accent sur la dimension protestataire en jeu, sans contribuer au processus de stigmatisation des banlieues et des jeunes de milieux populaires. Dans la perspective des travaux d’histoire sociale du XIXe siècle, Didier Lapeyronnie définit l’émeute comme le fait des primitifs de la révolte (reprenant Éric Hobsbawm), c’est-à-dire de tous ceux qui n’ont pas d’autres moyens d’expression de leur révolte que les violences collectives 15. Or l’enjeu de ces dernières est clair : il s’inscrit dans un contexte de durcissement des rapports entre les jeunes et la police qui, lui-même, cristallise un rapport pour le moins problématique entre les populations de ces quartiers et les institutions. Bien que surgissant d’un problème de contrôle social qui ne date pas d’hier, cette hostilité a pris des formes nouvelles ces dernières années. Le racisme institutionnel, les pratiques discriminatoires à l’encontre des jeunes maghrébins et noirs, la pression exercée sur les cités et ses habitants qui en rejettent le stigmate tout en ne cessant de s’y identifier, sont des faits avérés et assez documentés pour qu’on n’y revienne pas. Du coup, si révolte il y a, elle ne se fait pas au nom d’une culture populaire mais d’une expérience négative du rapport à la police en particulier ou des institutions comme l’école.

21Mais la révolte traduit aussi le déficit de citoyenneté qui caractérise pour une large part les « jeunes des banlieues ». Comme le montre Robert Castel dans un article récent : « Paradoxalement, ce serait parce qu’ils sont citoyens, mais des citoyens par défaut, que beaucoup de ces jeunes auraient adopté des conduites destructrices et, en somme, ils se seraient faits délinquants au nom du droit. (…) C’est en ce sens que l’on peut penser que ces violences ont porté une signification politique. » (Castel, 2006).

22Certains sociologues ont mis en cause une telle signification. Tantôt au regard des caractéristiques des auteurs des troubles – qui seraient pour moitié des « réitérants confirmés, ancrés dans la délinquance » (Roché, 2006) –, ce qui est loin d’être avéré. Tantôt en s’appuyant sur les discours des jeunes qui mettent en avant, parmi d’autres figures, des motivations n’ayant rien à voir avec la délinquance ou la protestation mais soulignent d’abord le désir d’engager la confrontation avec les forces de l’ordre et d’attaquer des cibles sensibles (Galland, Cicchelli, Maillard & Misset, 2006, p. 40-41). Si on ne peut nier cette dimension, il me paraît réducteur d’en surestimer l’importance en considérant qu’elle est le facteur déterminant de la « propagation » des émeutes, passés les premiers jours de révolte.

  • 16 Voir une première esquisse dans notre article « Comprendre le sens des émeutes » (Kokoreff (2006a, (...)

23C’est pourquoi je distinguerai volontiers quatre dimensions de l’action du point de vue des émeutiers en reprenant la distinction classique entre violence expressive et violence instrumentale 16. La dimension expressive réside en ce que la violence apparaît comme la seule manière d’exprimer sa colère et de se faire entendre face à la mort, à l’arbitraire, à la peur, à l’assignation à résidence, aux discriminations. Elle illustre le fait que ces jeunes sont privés d’accès aux moyens conventionnels à l’espace public. Mais il suffit que l’émeute s’étende dans la durée et qu’elle bénéficie d’une visibilité exceptionnelle pour que cette dimension expressive s’édulcore, que le « message » perde de sa force. C’est alors qu’apparaît la dimension, ludique. Brûler des voitures, à un moment et dans un contexte donné, c’est entrer dans un « jeu », celui, attendu ou provoqué, qui autorise une certaine reconnaissance des médias comme des pairs. De son côté, la dimension instrumentale envisage la violence comme un moyen en vue d’une fin. Dans le cas qui nous intéresse, il y a initialement une dimension protestataire qui consiste à exprimer sa colère tout à la fois contre la police et le ministre de l’Intérieur, les institutions comme l’école ou la justice. Il s’agit de contourner le stigmate (« on est pas des racailles ») ou de l’assumer (« vous nous traitez de racailles, vous allez voir, on va tout niquer »). À son tour, l’impact médiatique et politique de l’émeute peut se traduire plus précisément par des groupes et des acteurs susceptibles d’introduire une dimension revendicatrice. L’émeute non plus seulement comme une manière de se faire entendre dans les médias ou par l’opinion mais de poser des revendications (« Sarkozy doit s’excuser ou démissionner », « on demande du respect ! », « ce qu’on veut c’est du boulot »). Dans ce sens, on voit donc le double glissement qui peut s’opérer d’une dimension (expressive vs ludique) à l’autre (protestataire vs revendicatrice). Il suffit que l’un s’opère plus rapidement et massivement et que l’autre bloque pour qu’à la définition sociale de l’émeute urbaine se substitue celle de la violence urbaine.

24Si on prend en compte les diverses logiques d’acteurs en présence, il apparaît que ces événements ont fonctionné, paradoxalement, comme une forme de réassurance : côté police, dans le domaine du maintien de l’ordre et de la gestion des violences urbaines, en matière de stratégie, de tactique ou d’équipement, dans la gestion des ressources humaines, leur remotivation ; côté élus et acteurs de proximité, pour éprouver leur capacité à se compter et à réagir afin d’éviter le pire et de reprendre langue avec les jeunes, qu’ils soient « incendiaires » ou « en colère ». Mais c’est de ce côté que l’argument rencontre ses limites, même si les mécanismes d’identification territoriale et générationnelle que nous avons cherché à mettre en relief pour expliquer la diffusion de l’émeute sont aussi une manière d’éprouver une forme de solidarité, dans un contexte plutôt enclin, pour toutes sortes de raisons, à la désespérance sociale. En effet, les jeunes qui ont participé aux incidents de novembre rejettent toute forme d’affiliation politique, qu’ils considèrent avoir démontré son incapacité à changer quoi que ce soit (l’exemple des « grands » ayant valeur de preuves à l’appui), mais aussi la possibilité d’être sous la coupe de médiateurs, qu’ils soient professionnels ou improvisés.

Conclusion

25Restituer de la complexité dans l’analyse des relations sociales entre les jeunes qui habitent les zones de marginalité urbaine et les représentants des diverses institutions auxquelles ils ont affaire, est plus qu’une nécessité dans un contexte sans doute troublé par les interférences entre la mise à l’agenda politique des problèmes sociaux dans ces territoires et leur traitement médiatique. Parler d’« émeutes » plutôt que de « violences urbaines », prendre en compte le point de vue des « jeunes émeutiers », sans considérer a priori qu’ils n’ont rien à dire ni les mots pour le dire, mais aussi les jeux d’acteurs qui tantôt amplifient leur colère tantôt font « société » (médiation, pacification), souligner leurs inscriptions territoriales irréductibles, sont autant de choix méthodologiques qui conduisent à prendre ses distances avec les débats publics. Interroger la qualification politique de ces « révoltes » revient à distinguer non seulement des actions conventionnelles et des actions non-conventionnelles, mais plus fondamentalement ce qui relève du politique et de la politique. Une chose est en effet le politique, au sens d’un régime d’articulation qui s’opère entre l’individu, la société et l’État. Une autre est la politique, entendue comme la distribution des intérêts et des croyances dans la société, le mode de leur représentation, le régime de leurs alliances et de leurs conflits. Or, on l’oublie trop souvent, ce dont souffrent ces quartiers ce n’est pas seulement d’un déficit de cohésion sociale ou d’une dégradation des territoires mais d’un déficit démocratique et politique. Il en va aussi du rôle de la sociologie de le rappeler et d’en comprendre les enjeux et les conséquences. Sinon à quoi bon ?

Haut de page

Bibliographie

Battegay A. & A. Boubeker (1992), « Des Minguettes à Vaulx-en-Velin. Fractures sociales et discours publics », Les Temps modernes, décembre-janvier

Beaud S. & M. Pialoux (2004), Violences urbaines, violence sociale. Genèse des nouvelles classes dangereuses, Paris, Éditions Fayard

Bertho A. (2006), « Nous n’avons que des ombres », Mouvements, n°44, avril

Bizeul D. (1999), « Faire avec les déconvenues. Une enquête en milieu nomade », Sociétés contemporaines, n°33-34

Body-Gendrot S. (2007), « Les événements de novembre 2005 étaient-ils des émeutes ? », Violences urbaines et protestation de la jeunesse. Perspectives franco-allemandes sur les émeutes dans les banlieues en 2005, Centre Marc Bloch, Berlin, vendredi 23 mars

Castel R. (2006), « La discrimination négative. Le déficit de citoyenneté des jeunes de banlieues », Annales n°4, juillet-août

Fassin D. & É. Fassin (dir) (2006), De la Question sociale à la question raciale ? Représenter la société française, Paris, Éditions La Découverte

Galland O., Cicchelli V., Maillard J. de & S. Misset (2006), Comprendre les émeutes de novembre 2005. L’exemple d’Aulnay, Paris, Cerlis

Jobard F. (2006), « Police, justice et discriminations raciales », dans Fassin D. & É. Fassin (dir) (2006), De la Question sociale à la question raciale ? Représenter la société française, Paris, Éditions La Découverte

Kokoreff M. (2003), La Force des quartiers. De la délinquance à l’engagement politique, Paris, Éditions Payot

Kokoreff M. (2006a), « Comprendre le sens des émeutes de l’automne 2005 », Regards sur l’actualité n°319, Paris, La Documentation française, mars

Kokoreff M. (2006b), « Les émeutiers de l’injustice », Mouvements n°44, mars‑avril

Kokoreff M. (2006c), « Sociologie de l’émeute. Les dimensions de l’action en question », Déviance et société, Vol 30, n°4, décembre

Kokoreff M., Barron P. & O. Steinauer, Comprendre les émeutes de novembre 2005. L’exemple de Saint-Denis, Paris, Cesames, 2006

Lagrange H. & Oberti M. (dir) (2006), Émeutes urbaines et protestation. Une exception française, Paris, Éditions de Sciences-Po

Lapeyronnie D. (1993), L’Individu et les minorités, Paris, Presses universitaires de France

Lapeyronnie D. (2006), « Révolte primitive dans les banlieues françaises. Essai sur les émeutes de l’automne 2005 », Déviance et société, vol 30, n°4

Le Goaziou V. & L. Mucchielli (dir) (2006), Quand les Banlieues brûlent… Retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, Éditions La Découverte

Macé É. (2002), « Le traitement médiatique de la sécurité », dans L. Mucchielli L. & P. Robert (dir), Crime et sécurité, l’état des savoirs, Paris, Éditions La Découverte

Mazars M. (2007), Les « violences urbaines » de l’automne 2005 vues du palais de justice. Étude de cas. Les procédures judiciaires engagées au tribunal de grande instance de Bobigny, Paris, Centre d’analyse stratégique

Monjardet D. (1996), Ce que fait la police. Sociologie de la force publique, Paris, Éditions La Découverte

Moulier-Boutang Y. (2005), La Révolte des banlieues ou les habits nus de la République, Paris, Éditions Amsterdam

Mucchielli L. & M. Mohammed (2006), « La police dans les quartiers populaires : un vrai problème ! », Mouvements, n° 44, 2006-2

Roché S. (2006), Le Frisson de l’émeute. Violences urbaines et banlieues, Paris, Éditions du Seuil

Bibliographie complémentaire sur le thème

Avenel C., Sociologie des « quartiers sensibles », Paris, Éditions Nathan, 2004

Bachmann C. & N. Le Guennec, Autopsie d’une émeute. Histoire exemplaire du soulèvement d’un quartier, Paris, Éditions Albin Michel, 1997

Begag A, « La révolte des lascars contre l'oubli à Vaulx-en-Velin », Les Annales de la recherche urbaine, n° 49, 1990

Collectif, En Marge de la ville, au cœur de la société : ces quartiers dont on parle, La Tour d'Aigues, Éditions de l’Aube, 1997

Collectif, Banlieues, lendemains de révolte, Paris, Éditions Regards/La Dispute, 2006

Dubet F., La Galère : jeunes en survie, Paris, Éditions Fayard, 1987

Lapeyronnie D., « Les émeutes urbaines, en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis », Regards sur l’actualité n°319, Paris, La Documentation française, 2006, 5-14

Lapeyronnie D., « Racisme, espaces urbains et ghetto », dasn Boucher M. (dir), Discriminations et ethnicisation, La Tour d’Aigues, Éditions de L’Aube essai, 2005, p. 55-80

Lepoutre D, Coeur de banlieues. Codes, rites, langages, Paris, Éditions Odile Jacob, 1997

Marlière E., Jeunes en cité. Diversité des trajectoires ou destin commun ? Paris, Éditions L’Harmattan, 2005

Mauger G., L’Émeute de novembre 2005. Une révolte protopolitique, Paris, Éditions du Croquant, 2006

Merklen D., « Paroles de pierre, images de feu », Mouvements n° 43, janvier 2006

Peyrat S., Justice et cités. Le droit à l’épreuve de la République, Paris, Éditions Économica/Anthropos, 2004

Piettre A., « Les grandes "émotions" de novembre 2005 », Mouvements n°43, janvier-mars 2006

Sauvadet T., Le Capital guerrier. Concurrence et solidarité entre jeunes de cité, Paris, Éditions Armand Colin, 2007

Simon P., « Discriminations négatives. Pour une politique contre le délit de faciès », Mouvement n° 44, mars-avril 2006

Haut de page

Annexe

Annexe : Données de cadrage sur les quartiers de Floréal-Saussee, des Francs Moisins-Bel Air et la commune de Saint-Denis (France)

Floréal-Saussee

(ZRU)

Les Francs Moisins-Bel Air (ZUS

Commune de Saint-Denis

Population

6 390

8603

85 994

% de moins de 20 ans

31,5

32,2

28,1

% de ménages de 6 personnes ou plus

7,4

8

4,9

% de familles monoparentales

21,9

18,2

17,4

% d’ouvriers dans la pop. active

40

39,8

31,7

Taux de chômage des 15-24 ans

36,1

31

30,5

% de couples avec enfants dont l’homme et la femme sont sans emploi

10,5

16,5

13,2

% de logements locatifs HLM

88,3

62,4

46,3

% de ménages dont la PR est étrangère

27,2

36,1

24,

% de 15-24 ans en cours d’étude

62,5

59,5

62,8

% de 15-24 ans non diplômés (hors élèves et étudiants)

31,5

37,3

30,8

Source : INSEE/DIV, Fiche Profil quartiers de la politique de la ville, 1999

Haut de page

Notes

1 Ainsi, les affrontements avec la police constituent un facteur discriminant. Ils ont été particulièrement violents à Clichy-sous-Bois, Aulnay-sous-Bois, La Courneuve, Sevran, où des tirs à balles réelles ont été tirés sur la police et les pompiers. On observe qu’un tiers des effectifs policiers blessés pendant l’ensemble des émeutes l’a été entre le 1er et le 4 novembre.

2 Selon les données du ministère de l’Intérieur, 9790 véhicules de particuliers ont été incendiés durant ces trois semaines, dont 52,12 % dans les « zones urbaines sensibles » ; 255 atteintes à des établissements scolaires, dont 92 collèges et 49 lycées, ont été enregistrés. Le coût global a été estimé à 250 millions d’euros de dégâts assurés (source : FFSA/GEMA).

3 Voir notamment Beaud & Pialoux, 2004.

4 Voir, entre autres, Moulier-Boutang, 2005 et, plus largement, Fassin & Fassin, 2006.

5 Voir par exemple Le Goaziou & Mucchielli, 2006.

6 A quelques exceptions près. Voir notamment Lagrange & Oberti, 2006.

7 Pour reprendre la formule et l’analyse de Laurent Mucchielli et Marwan Mohammed (Mucchielli et Mohammed, 2006).

8 Voir Battegay & Boubeker, 1992. Sur la période récente, voir Beaud & Pialoux, 2004 (en particulier le chapitre X et XI), ainsi que Fabien Jobard, 2006.

9 Un bon indicateur est l’augmentation spectaculaire des outrages et violences à dépositaires de l’autorité publique depuis 1994-1995. Les violences contre les institutions sont passées en poids relatif de à 31,55 % en 1996, pour atteindre 40,70 % en 2002 (contre 14,6 % en 1980), soit un peu moins que le poids des atteintes contre les biens (42,40 % en 2002). Sur ce point comme sur la mesure des discriminations dues aux « origines ethniques », voir les analyses de Fabien Jobard (Cf. Étude sur les jugements rendus en matière d’infraction à personnes dépositaires de l’autorité publique dans un TGI parisien (1965-2003), Guyancourt CESDIP, 2005).

10 Le bilan policier a fait état de 92 interventions pour incendies de véhicules et de 44 opérations diverses (dégradations de bien privés ou de biens publics, feux de poubelle, caillassages, découvertes d’objets ou de bouteilles incendiaires). 40 véhicules ont été des cibles directes, 52 autres ont été incendiés par propagation. Le traitement judiciaire des violences urbaines a donné lieu, sur la commune, à 28 interpellations en flagrant délit, dont 10 mineurs. 13 jeunes hommes de 18 à 28 ans ont été déférés entre le 2 novembre et le 8 novembre. Pour une étude approfondie des personnes déférées au tribunal de Bobigny, voir l’étude de Michel Mazars (Mazars, 2007).

11 Voir à ce sujet Bertho, 2006.

12 Les personnes interviewées avaient des niveaux d'études très contrastés (pour certains : scolarité obligatoire, proches de l'illettrisme, d'autres sont très diplômés : ingénieur en électro-technique, maîtrise de droit) et des situations professionnelles disparates (des « galériens », un graphiste, un agent de maîtrise dans une entreprise de sécurité, etc.), ce qui montre bien l’hétérogénéité et l’ambiguïté de la catégorie « jeunes des cités », comme l’ont montré de nombreux travaux récents.

13 Soutien relatif néanmoins, car la carte « service du premier ministre » a sans doute conduit à nous fermer certaines portes au sein des services de la sécurité publique et auprès de fonctionnaires soumis au devoir de réserve, dans un contexte de rivalité à peine voilée entre le premier ministre et le ministre de l’Intérieur.

14 C’est délibérément que nous ne mentionnons pas les aléas du travail de terrain. Celui-ci aura permis néanmoins de rendre compte de l’ambiance des quartiers et de rencontrer de nombreuses personnes avec lesquelles nous avons pu compléter la description de ce qui s’est passé mais aussi, plus largement, la situation sociale très précaire des jeunes et de leur famille et les formes de régulation informelle incarnées par certains adultes (mères de familles, employés des directions Jeunesse, militants de ville).

15  Comme le montre Didier Lapeyronnie (Lapeyronnie, 2006).

16 Voir une première esquisse dans notre article « Comprendre le sens des émeutes » (Kokoreff (2006a, p. 24).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Kokoreff, Odile Steinauer et Pierre Barron, « Les émeutes urbaines à l’épreuve des situations locales », SociologieS [En ligne], Débats, Enquêter à chaud, mis en ligne le 23 août 2007, consulté le 24 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/254

Haut de page

Auteurs

Michel Kokoreff

Maître de conférences à l’Université Paris 5 René Descartes et chercheur au Cesames (CNRS-Inserm). Ses travaux portent depuis une quinzaine d’années sur les transformations sociales des quartiers populaires.- Michel.Kokoreff@wanadoo.fr

Odile Steinauer

Doctorante, membre du Centre d’études des mouvements sociaux (CNRS-EHESS) travaille sur la construction sociale des catégories de victimes et de harcèlement. - o.os@no-log.org

Pierre Barron

Doctorant à l’Université de Nantes, travaille sur les métiers de la sécurité privée. - pierre.barron@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page