Navigation – Plan du site
Henri Janne
Découvertes / Redécouvertes
Henri Janne

Présentation du texte d’Henri Janne « Introduction à la sociologie générale »

Claude Javeau

Résumés

Introduction et présentation du texte d’Henri Janne « Introduction à la sociologie générale », publié pour la première fois dans la Revue de l'Institut de Sociologie, 1951, n°3, pp. 345-392, et reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour consulter le texte d’Heni Janne, aller à : http://sociologies.revues.org/index2964.html

Texte intégral

1Henri Janne (1908-1991) fut un autodidacte en sociologie, ce qui n'est du reste en rien exceptionnel. Sa formation initiale était celle d'un philologue classique, et la voie qu'il aurait dû emprunter était celle d'un professeur de latin et de grec dans le secondaire. Il tâta un peu de l'enseignement, puis entama assez rapidement une carrière au service de l'État belge, d'abord en tant que membre d'un cabinet ministériel, ensuite, notamment au Commissariat général du Tourisme. C'est sans doute, à l'issue de la guerre, son souci de rétablir l'administration publique (de nos jours, on dirait « gouvernance ») sur des bases rationnelles qui l'a mis en contact avec la sociologie de son temps.

2En 1951, il succède à l'Université libre de Bruxelles à Eugène Dupréel dans sa charge d'enseignement de sociologie générale. Comme le voulait alors la coutume, il prononce une leçon inaugurale de son nouveau cours. C'est celle-ci qui est reprise dans l'article ci-après, publié dans la Revue de l'Institut de Sociologie, année 1951, n°3, pp. 345-392. Dans une certaine mesure, il s'agit d'une espèce de démonstration de sa capacité à enseigner cette discipline sous ses aspects les plus généraux. Parti d'une intention pragmatique (Janne, 1946) nourrie elle-même par l'expérience de la chose publique, il a voulu, tant pour lui-même sans doute que pour ses lecteurs, tenter une synthèse des positions scientifiques qui devaient lui servir de cadre de réflexion. Son article – pour lui, dans une certaine mesure, fondateur – annonce son Magnum Opus de 1968, Le Système social (Janne, 1968), titre emprunté à Talcott Parsons, dont l'influence n'est pas encore très présente dans l'article mais qui le sera davantage dans le livre, encore que Robert K. Merton puisse être considéré comme l'inspiration principale de ce dernier. En 1951, l'intention majeure d’Henri Janne est d'abord de définir, en gros, ce qu'est la sociologie, « science qui a pour objet ce qui est social », ce qui l'amène à définir le social et la société, ce à quoi « le social est relatif ».  La préoccupation qui court tout au long de l'article consiste à savoir ce que le social a de proprement spécifique, notamment par rapport à l'individuel. Dans un premier temps, il dira que : « est social tout fait, tout acte, tout rapport dans la mesure où il comporte une action de la société ou une action sur la société, ou encore, si l'on veut, tout fait, tout acte, tout rapport à propos desquels la société apparaît comme objet ou comme sujet ». Les développements qui suivent, parfois plutôt sinueux, doivent mener en fin de texte, à « donner une définition de la société et d'en expliquer la nature ». La réflexion d’Henri Janne puise principalement dans l'œuvre de son maître Eugène Dupréel, dont La Sociologie générale est paru aux Presses universitaires de France en 1948, dans le célèbre Manuel de sociologie d'Armand Cuvillier (1950) et dans le recueil dirigé par Georges Gurvitch, La Sociologie au XXe siècle, publié en 1947. Au détour des lignes, de nombreux auteurs, surtout américains, quelquefois allemands, sont cités, assez souvent de seconde main ; sont aussi évoqués des collègues belges de l'auteur, référence et révérence locales obligent.

3Henri Janne ne se situe pas dans la lignée de l'un ou l'autre corpus dominants dans la sociologie académique. Il ne retient que peu de choses d’Émile Durkheim, dont il misorthographie le nom, et rien de Max Weber. Pas davantage de Karl Marx, à peine de Georg Simmel ou de Vilfredo Pareto. Les principaux concepts appelés à comparaître, pression sociale, force sociale, sociologies ascendante et descendante, sont empruntés à Eugène Dupréel, auxquels s'ajouteront ceux de « rôle » et d'« attentes normatives » d'inspiration parsonienne. Toutefois, on sent bien à la lecture de l'article que la démarche est personnelle, et qu'elle est sous-tendue par une intention de synthèse constamment présente.

4Au passage, Henri Janne met en évidence, après Ernest W. Burgess, le fait que « le chercheur ne fait pas qu'observer sa société, il en est le produit ». Il se limite cependant à souligner que l'équation personnelle du chercheur ne peut être dominée dans les sciences sociales. Mais l'épistémologie n'est pas sa préoccupation majeure, et il se contente de conclure que « l'objectivité peut être atteinte en sciences sociales, mais des préoccupations particulières sont indispensables ». On est loin de la théorie bourdieusienne des champs !

5Venons-en au concept majeur de « pression sociale », sans doute proche de celui de « contrainte » cher à Émile Durkheim. Il l'est également de celui de « contrôle social », qu’Henri Janne rejette en raison de son ambiguïté sémantique. La pression sociale s'exerce sur l'individu et l'amène donc à se conformer aux attentes institutionnelles propres à la société dans laquelle il est un « survenant ». L'analyse de ce concept souvent invoqué par l'auteur nous vaut une digression assez longue sur la propagande, objet d'une sollicitude particulière de la part d’Henri Janne, et étendue à la publicité commerciale. Mais il est vrai que nous ne somme qu'à peine plus d'un lustre postérieurement à la deuxième guerre mondiale.

6Mais la pression sociale n'exclut pas, dans le chef des individus, l'existence de « choix surmontés », attitudes préexistantes qui engendrent un processus d'auto-imitation s'encadrant dans la partie de l'action de l'homme qui se développe en fonction du social. Une théorisation portant sur les patterns individuels en découle, articulée sur le concept de rôle, lui aussi très présent dans l'argumentation jannienne. Celle-ci n'ignore pas non plus les déterminations biologiques des comportements individuels. Henri Janne discute longuement de la transmission héréditaire de traits psychologiques, à l'instar de celle de traits somatiques. Il aboutit à des conclusions quant aux parts respectives de l'inné et de l'acquis qui sont proches des conceptions modernes en la matière. Si la tendance humaine à l'imitation, dès l'enfance, est un fait incontestable (à ce sujet, Henri Janne ne mentionne pas Gabriel Tarde), peut-on l'assigner à l'hérédité ? L'auteur ne le pense pas et en renvoie le processus à l'omniprésente et omnipotente pression sociale. Quant aux explications fournies par les théories instinctives, elles sont pauvres et d'ordre tautologique.

7Henri Janne passe ensuite à un examen de l'action de l'éducation sur les survenants. Il s'agit là d'un domaine pour lequel il manifestera un vif intérêt (il sera Ministre de l'Éducation nationale d'une Belgique encore unitaire – en 1963-1965 – et laissera de son passage quelques marques profondes), pour y devenir plus tard un expert écouté au niveau international (Conseil de l'Europe, OCDE, etc.).

8C'est à ce niveau de son étude que se manifeste une espèce de contradiction dans la pensée d’Henri Janne. Sociologue de tendance « holistique », ignorant entre autres de l'interactionnisme symbolique, il ne peut se départir d'un souci permanent de l'individu, « potentiellement social par hérédité spécifique, conditionné par le milieu physique et humain, modelé par l'éducation, influencé dans le présent comme dans le passé par tous les phénomènes de « pression sociale », inséré dans les « rôles sociaux » qu'il s'est progressivement forgés et qui lui constituent un bagage de réactions « préexistantes », pourvu d'un certain arsenal de connaissances et pouvoir d'analyse intellectuelle et ayant ses « systèmes de signification » et ses idées, c'est-à-dire, croyant, pour la plus grande part, aux « communes valeurs » « de son milieu ». À lire cette longue citation de près, on y découvrirait des prémonitions de Harold Garfinkel et d’Antony Giddens, ce qui aurait bien surpris son auteur.

9Intervient alors le concept, emprunté à Eugène Dupréel lui aussi, de « force sociale ». Celui-ci s'applique à l'individu, toujours lui, lorsqu'il agit librement, et non sous la pression sociale, « explicite ou implicite, consciente ou inconsciente ». Celui-ci chercherait alors « naturellement à accroître ou à conserver sa force sociale, sa capacité d'influencer » (Dupréel). Cette règle de l'accroissement ou du maintien de la force sociale, « comme critère des actions individuelles résultant de "choix premiers" » ne doit pas être évaluée d'un point de vue moral. La personnalité d'un individu est le résultat d'une pluralité d'influences d'origine géographique, biologique, technique, psychosociale. Une partie importante de ces influences est intériorisée et devient inconscient. Une autre part est consciemment ressentie par l'individu. Une personnalité, souligne Henri Janne, « est une synthèse, nécessairement unique, dont cette unicité même – que l'homme soit humble ou important – est la source du respect de la personne humaine ». Dans ce passage, on prendra aussi en compte l'humanisme laïque dont Henri Janne sera le constant et sincère promoteur.

10Certes, ce que l'individu appelle « ses idées » et « ses opinions » lui est apporté « du moins en grande partie », précise l'auteur, toujours prudent dans ses formulations, par l'extérieur. Il ne commencerait à choisir que « par combinaisons que nous qualifierions du second degré ». Étant donné que c'est la pression sociale qui lui fait intérioriser ses contenus de conscience, s'il croit agir de manière autonome, ses motifs ne sont en réalité que des rationalisations. Mais, insiste Henri Janne, « dans la mesure où ses réactions ne s'insèrent pas dans le "préexistant" ou dans le processus d'auto-imitation, l'individu est libre, en ce sens qu'il exerce une influence sur les faits ». Je puis témoigner du souci constant qu'Henri Janne, figure majeure de la social-démocratie belge et ennemi irréductible de toute forme de totalitarisme – ses remarquables états de service dans la Résistance sous l'Occupation en témoignent –, a eu problème avec la liberté humaine, qu'il aborde ici d'une manière qui, pour n'être peut-être pas tout à fait satisfaisante, n'en est pas moins élégante.

11Toutefois, si « le jeu de la "force sociale" est le moteur et en même temps le mobile de l'action libre », son analyse montre que ledit jeu est régi par des règles, celles qui concernent les rapports sociaux des individus et des groupes. L'élucidation de ces processus réguliers sert chez Eugène Dupréel le projet d'une « sociologie du conscient » tandis que les phénomènes que l'on peut regrouper sous la notion de « pression sociale » concernent une « sociologie de l'inconscient ». Henri Janne ne s'étend sur cette destination que lorsqu'il aborde, dans cette perspective, la démarche d'explication d'une action sociale. Si l'on part du point de vue du social, celle-ci peut être expliquée entièrement de manière causale par ce cadre de référence : pour ce qui est de l'aspect inconscient des phénomènes sociaux, intervient le jeu des pressions sociales ; pour ce qui est de leur aspect conscient, le jeu de la force sociale et de l'opinion est prédominant. Mais, pour expliquer une même action, on peut partir du point de vue de l'individu, celui que l'on dira psychologique. Il s'agit de l'action subjectivement pensée, en termes, cette fois, non plus de causes, mais de motifs, lesquels sont en fait des rationalisations. Il n'empêche qu'ils jouent un rôle de valorisation et d'octroi de signification à l'action aux yeux de son propre auteur ou de tiers. Expliquer, c'est donc « pouvoir rendre compte de la succession et de l'interdépendance, mettre en lumière les relations des divers éléments sociaux en cause ». Des deux points de vue – sociologique et psychologique – l'explication est suffisante. Mais, continue Henri Janne « si l'on souhaite comprendre, c'est-à-dire pénétrer, autant qu'il est possible, l'essence du phénomène, sa nature spécifique, il faut embrasser les deux points de vue, non pas seulement d'une manière successive, mais dans leurs rapports mutuels ». On est ici assez loin du Verstehen wébérien, qu’Henri Janne n'a guère exploré, mais proche davantage de la « réciprocité des perspectives », qu'il découvre chez Theodor Litt et qu'il trouve particulièrement bien illustrée chez Georges Gurvitch. Cette réciprocité est un procédé d'analyse, interne à la psychologie des individus. Mais elle peut prendre aussi un caractère externe et « s'appliquer à des analyses sociologiques relatives à des complexes sociaux ». Eugène Dupréel a mis « fort heureusement » en lumière cette dualité méthodologique en distinguant entre une sociologie ascendante et une sociologie descendante. La première concerne le social envisagé sous l'angle des rapports entre individus (dite microsociologie), et aussi sous l'angle de la « société » elle-même, de ses problèmes de structure (dite macrosociologie). La seconde se préoccupe des conséquences sur les individus du social en tant que « donné ». La sociologie de la connaissance relève de cette démarche.

12Si tous les phénomènes de conscience ne peuvent se dérouler que dans les psychologies individuelles, et « nulle part ailleurs », il est toutefois « nécessaire que le psychique "collectif", ou si l'on veut "le social", soit immanent aux individus » ; Henri Janne estime dès lors que le concept durkheimien de « conscience collective » est équivoque. Mais la société ne peut pas être qu'une somme d'individus, les phénomènes sociaux ne résultant alors que des relations psychologiques entre eux. Car l'action des hommes est conditionnée par une « pression sociale », passée et présente, qui reste extérieure aux individus. Reprenant encore en cela la pensée de son maître Eugène Dupréel, Henri Janne « rejette dos à dos l'idée d'une société transcendante aux individus et celle d'une société qui ne serait qu'une somme de ceux-ci ». La société est à la fois une immanence et une transcendance psychologiques : l'auteur, tout en repoussant fortement tout aspect organiciste, incline vers le réalisme psychologique. Notons qu’Herbert Spencer n'est jamais cité, mais bien Pitrim Sorokin et sa notion de « position sociale », qui place les individus dans un ordre spécifique non intervertible. Dans les psychologies individuelles se manifeste donc une « immanence du social », qui apparaît cependant aux membres de la société comme l'expression d'une transcendance.

13Dans sa conclusion, Henri Janne revient sur la question de la définition de la société et de la nature de celle-ci, après avoir au passage évoqué la notion de « fonction ». La société, « collection d'individus disposés dans un certain ordre non intervertible et s'appuyant matériellement sur une plus ou moins grande accumulation de "choses agencées", est une triple réalité », psychologique, structurelle et matérielle, qui « s'élabore sans cesse selon le processus social fondamental d'institutionnalisation ». Et Henri Janne termine son article de manière quelque peu abrupte en proclamant que « la sociologie apparaît essentiellement dans cette perspective, comme la science de l'institutionnel, au sens le plus étendu du mot ».

***

14Même si le parcours emprunté par Henri Janne peut paraître assez laborieux, on ne peut que souligner sa sûreté de plume. Certes, son article relève du genre tractatiste, qu'un Paul Veyne a reproché aux sociologues « littéraires » (Veyne, 1979, pp. 187 et ss.). Mais il n'en reste pas moins un bon modèle d'argumentation. La recherche d'une « essence » ou d'une « nature » de la société, sous-jacente à celle d'une spécificité de la sociologie, éloigne Henri Janne d'un positivisme plat. Sans utiliser le mot, il propose une conception dialectique du social, autour de ses pôles « transcendant » et « immanent », ce qui le situe bien dans la mouvance gurvitchienne. On sera sans doute surpris du poids qu'il accorde à la dimension psychologique des actions individuelles, alors qu'il a été très peu friand de microsociologie. Mais son souci de se distancer de la pensée durkheimienne l'amène à ne pas sacrifier à un sociologisme pur et dur.

15Cependant, faire de la sociologie « la science des institutions » le rapproche d'une tradition française dans laquelle Henri Janne, co-fondateur avec Georges Gurvitch de l'Association Internationale des Sociologues de Langue Française, souhaitait se rattacher.

16J'ai été l'un des assistants d'Henri Janne de 1970 à 1978, date à laquelle je lui ai succédé dans une partie de ses enseignements. Si je ne lui dois pas ma propre vision du social et du sociologique, que j'ai bien davantage empruntée au courant allemand (qu’Henri Janne a presque entièrement ignoré), j'ai retenu de lui une position humaniste à l'égard de notre discipline, faite de respect des individus et de prise en considération morale de leurs agencements sociaux. Henri Janne n'était pas un spectateur engagé, mais l'inverse : homme politique, expert international, responsable universitaire à un niveau international, il a posé sur notre société un regard fortement conditionné par le rôle qu'il accordait aux techniques, notamment celles qui concernaient l'information. Un ouvrage de vulgarisation, où ne figure quasiment aucune considération sur l'entreprise (ce qui ne peut paraître que surprenant, s'agissant d'un haut responsable socialiste), devait faire le point sur ses positions à cet égard (Janne, 1970).

17L'article qui suit porte les marques, sinon les stigmates, du temps où il a été rédigé. En 1951, la sociologie n'était pas encore devenue l'un des bras intellectuels majeurs, si on ose dire, de la décision politique. Henri Janne, même lorsqu'il a été ministre, s'est peu préoccupé de commande institutionnelle. Pour lui, il s'agissait de proposer des fondements solides à une science encore jeune, et qui devait encore baliser ses voies. Que certaines de celles-ci aient résulté en des fourvoiements ne doit pas être porté au débit de celui que je n'hésite pas, pour diverses raisons, à appeler mon maître.

18Reste une belle démonstration de capacité de synthèse, ainsi que de rejet des effets jargonnants. Henri Janne s'efforçait en toutes circonstances de mettre un maximum de clarté dans tous ses propos. Cette préoccupation s'accordait bien avec l'élégance générale qui a caractérisé un personnage qui occupe dans l'histoire de la discipline une place plus importante qu'il ne peut paraître à première vue.

Haut de page

Bibliographie

Janne H. (1946), L'Antialcibiade ou La Révolution des Faits. Les problèmes de l'heure : nouvelles perspectives sur le Monde d'après-guerre, Bruxelles, Office de Publicité

Janne H. (1968), Le Système social. Essai de théorie générale, Bruxelles, Éditions de l'Institut de Sociologie de l'Université libre de Bruxelles

Janne H. (1970), Le Temps du changement, Verviers, Éditions Marabout Université

Veyne P. (1979), Comment on écrit l'histoire, Paris, Éditions du Seuil, coll. Histoire

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Javeau, « Présentation du texte d’Henri Janne « Introduction à la sociologie générale » », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Henri Janne, mis en ligne le 05 novembre 2009, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/2958

Haut de page

Auteur

Claude Javeau

Professeur émérite, Université libre de Bruxelles, Belgique - cjaveau@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page