Navigation – Plan du site
L'engagement citoyen en Europe centrale et orientale

Le citoyen rieur

Une nouvelle forme d’engagement civique dans la Pologne démocratique ?
The laughing citizen. A modern form of civic commitment in democratic Poland?
Anna Rycman

Résumés

Dans la Pologne d’aujourd’hui, l’évolution des modèles d’engagement civique et politique s’opère plus particulièrement auprès des jeunes générations. Parmi les expériences nouvelles de participation politique, les nouvelles technologies de l’information et de la communication offrent des opportunités radicales de reconfigurer l’espace public. La jeunesse polonaise investit en masse le Web. Dans le flux de paroles affranchies circulant et dialoguant dans le cyberespace, nous nous intéressons ici au développement d’un discours qui emprunte au registre de la dérision et de la satire politiques. Une multitude de sites critiques, de nature apparemment contestataire, des sites d’opposition fondés sur le genre satirique, ont émergé comme réponse apportée à la situation politique. Cet espace public électronique représente une forme moderne de « folklore politique », contribuant au processus de socialisation des jeunes citoyens polonais.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il convient de noter d’une part une sous-représentation des jeunes au sein de l’élite politique pol (...)

1Les modèles d’engagement civique et politique connaissent, depuis le début des années 1980, une sensible évolution qui se caractérise notamment par le déclin des formes traditionnelles de participation, une baisse de confiance envers les professionnels de la politique (Pharr & Putnam, 2000), mais aussi « l’émergence de nouvelles modalités d’implication dans un espace public lui-même transformé » (Ion, 1994, p.  23). Ces mutations qui affectent la dimension représentative de la démocratie moderne s’observent également dans les pays dits en transition démocratique, et dont l’intégration récente à de nouveaux cadres de politisation (l’Union Européenne) semble avoir accéléré les dynamiques de mimétisme avec les anciennes démocraties occidentales. Dans la Pologne d’aujourd’hui, cette évolution s’opère plus particulièrement auprès des jeunes générations, socialisées pour l’essentiel après 1989, plus promptes que leurs aînées à redéfinir la notion même de politique ou à partir à la « recherche d’une politique sans étiquette » (Muxel, 2001, p. 32), refusant les idéologies et les clivages traditionnels. Parmi ces expériences nouvelles de participation politique, les nouvelles technologies de l’information et de la communication offrent des opportunités radicales de reconfigurer l’espace public. La jeunesse polonaise, souvent considérée comme la grande exclue de la vie politique nationale 1, investit en masse le Web et ses différentes modalités de sociabilité (sites officiels des partis politiques, forums de discussion, blogs, chats…etc.) afin de produire et diffuser une parole qui entend s’afficher comme « libérée », « critique », « personnelle », se voulant en parfaite adéquation avec une volonté très nette de redessiner les règles du jeu politique autour d’un impératif à la fois ludique et convivial. Il semble donc exister une forte corrélation entre d’un côté une nouvelle manière d’envisager la participation politique et de l’autre de nouveaux outils technologiques, particulièrement adaptés aux savoirs et savoir-faire de la jeunesse. Il nous est donc possible d’envisager le cyberespace comme « lieu de création des cultures, structures et réseaux alternatifs ; un contre-réseau, une toile de réseaux dispersés formant une activité civique globale » (Rothert, 2003, p. 16).

  • 2 Défini à travers ses trois caractéristiques : verbal, spontané, affectif. Il s’agit d’un art produi (...)

2Parmi tout ce flux de paroles affranchies circulant et dialoguant dans le cyberespace, nous nous intéresserons ici au développement d’un discours particulier, empruntant au registre de la dérision et de la satire politiques. On assiste en effet actuellement en Pologne à la recrudescence du rire comme modalité sociale d’évocation, de discussion et d’interprétation du politique. Une multitude de sites critiques, de nature apparemment contestataire, des sites d’opposition fondés sur le genre satirique, ont émergé comme réponse apportée à la situation politique. Cet espace public électronique représente selon nous une forme moderne de ce que Waldemar Lysiak appelle « le folklore politique » 2, contribuant au processus de socialisation des jeunes citoyens polonais.

La mise en récit satirique de la politique

3De quoi et de qui rit-on ? À travers le repérage des principales cibles de la satire, il nous sera possible d’interpréter la nature de la critique ainsi développée. On appellera ici mise en récit, la production d’une narration des faits politiques qui dispose d’une certaine cohérence structurale. Une étude systématique des principaux sites mobilisant l’art profane de la dérision politique permet de distinguer deux accusations majeures.

4La première critique dénonce la démocratie de façade qui existerait aujourd’hui en Pologne. Celle qu’a essayée de promouvoir notamment le gouvernement dirigé par le Pis après les élections de 2005. La Troisième République (1946-1989) était certes un mauvais régime inefficace et devait être remplacée par une nouvelle république rompant avec le passé communiste, avec les affaires et les scandales dans le monde politique et économique, et rétablissant une morale dans la vie publique. Se trouve ainsi au cœur du dispositif satirique électronique, la légitimité même du programme du Pis, construit autour de la problématique de la régénération et de l’assainissement de la vie politique nationale. Montrer l’écart entre ce projet et les atteintes aux libertés s’inscrit dans cette veine parodique : « La Pologne est un pays démocratique, c’est-à-dire dramatique, connu dans le monde par son caractère libéral. Le libre marché est en plein épanouissement, l’État n’intervient pas dans la vie de ses citoyens. La Quatrième République est un État exemplaire pour la liberté de la presse (deuxième place après la Chine), la lutte contre la xénophobie et l’intolérance. Il n’y a pas un autre pays dans le monde où les homosexuels auraient autant de libertés » 3. Les allusions à un pouvoir trop centralisé, autocratique, un pouvoir qui s’est rallié à une radio intégriste et qui a phagocyté la plupart des médias, un pouvoir dont les principaux dirigeants voient en l’homosexualité un péril national, structurent une critique du caractère réactionnaire du régime polonais, à rebours de tout progressisme historique. D’où un jeu assez sophistiqué de montages photographiques ou iconographiques détournant les symboles nationaux afin de juxtaposer aux discours de la fierté retrouvée, ceux d’un déshonneur qui verrait la Pologne se transformer en un pays en voie de régression, pire en futur État du Tiers Monde.

5Les réformes structurelles engagées par le pouvoir donnent également lieu à un humour sombre. Au-delà du rire qu’elles entendent provoquer, ces blagues échangées témoignent d’une inquiétude sur l’image que la Pologne se donnerait d’elle-même. La jeunesse internaute polonaise manifeste ainsi une sorte de réaction morale à la dérive moralisatrice du régime, semblant interpréter la politique à travers une conflictualité essentiellement éthique. Le caractère obsidional du gouvernement invite à représenter les frères Kaczynski en soldats d’une cause ridicule, en Don Quichotte bornés et autoritaires, en Supermen gonflant leurs muscles, voire en monarques d’un autre âge. Le danger qu’ils représentent est alors comparé aux expériences totalitaires : Hitler, Staline et les Kaczynski sont ainsi associés à une publicité de préservatifs accompagnée du commentaire suivant : « on aurait pu éviter ça …». Circulent aussi de nombreux panneaux STOP afin d’arrêter les dérives du pouvoir. De même, une affiche du Président suggère qu’il faut désormais quitter au plus vite la Pologne : « Kaczynski a déjà gagné l’élection. Tu as 300 kilomètres pour rejoindre la Suède… ».

6Le second registre de critiques porte sur l’incompétence de la classe dirigeante polonaise : manque de professionnalisme, ignorance du protocole, absence de dignité. Le pouvoir polonais est accusé de multiplier les gaffes et les situations embarrassantes, et de multiplier ainsi les occasions de ridiculiser la Pologne sur la scène internationale. On attaque régulièrement le Président de la République à travers sa physionomie (petite taille qui lui vaut le qualificatif d’être appelé « le petit prince ») qui permet d’obtenir facilement un effet comique apparenté aux traditions les plus anciennes de la caricature politique. Les blagues insistent beaucoup sur l’écart entre sa petite taille et la grande fonction qui lui est confiée :

« - Quelle est la blague la plus connue sur Kaczynski ?
- Celle qui voit en lui la plus haute personne dans l’État ».

7De façon générale, les deux premières personnes de l’État polonais sont systématiquement moquées en raison de leurs comportements inadaptés aux contextes de représentation, témoignant par là qu’ils ne sont guère à la hauteur de leurs fonctions, mais sont, au contraire, des individus médiocres, renvoyant de la Pologne et de ses habitants une image négative. Comme on le voit à travers ces quelques exemples rapides, au niveau de son contenu, cette satire qui circule sur le Net apparaît tout à fait classique : elle attaque les personnes, elle dénonce leurs défauts, elle s’apparente donc aux vieilles traditions de la critique politique par la dérision et le rire populaire. Internet donne à cette satire un medium technologique certes moderne, mais sur le fond, il s’agit surtout d’un recyclage de la culture satirique. Dans le cadre de notre problématique, la question la plus importante n’est donc pas celle du contenu des blagues qui s’échangent, mais plutôt celle des effets mêmes d’un tel échange sur la définition d’un nouveau civisme polonais.

L’échange satirique comme ressource d’engagement civique

  • 4 Nous pensons notamment à l’histoire contemporaine, à l’époque communiste (1946-1989) où les canaux (...)

8L’étroitesse et la jeunesse des voies officielles d’expression démocratique de la citoyenneté en Pologne 4 a toujours conduit les Polonais à mettre en place des circuits parallèles, des institutions plus ou moins formelles de paroles dissidentes, critiques, contestataires ou plus simplement décomplexées au regard des différentes censures sociales et politiques. Internet s’inscrit à l’évidence dans le prolongement de cette longue tradition de répertoires d’actions et de mesures visant à instituer des voies détournées de participation politique. L’apprentissage démocratique de la citoyenneté polonaise n’est-il pas actuellement en train de se ressourcer par ces usages électroniques de la satire politique ? Trois fonctions principales peuvent ainsi être repérées :

91°- Ces divers sites où s’élabore un discours social critique à l’encontre de la politique telle qu’elle se fait dessinent tout d’abord l’espace institutionnel d’une nouvelle forme de sociabilité civique, principalement occupée par les jeunes générations. Une agora virtuelle à caractère interactif émerge, conduisant à des pratiques d’Internet qui substituent à la simple consultation un souci de construction et de participation. D’où la mise en place d’un outil appelé « générateur d’idées » permettant aux internautes de proposer leurs suggestions. Ce nouvel espace public implique donc une contribution active des internautes, un degré suffisant d’investissement pour sortir de l’indifférence ou de l’apathie, souvent dénoncées dans l’idéal démocratique. L’implication de certains jeunes, telle qu’on peut la lire dans les messages échangés, s’apparente même à une sorte d’engagement, voire de mission démocratique. Développer cet espace comme une œuvre collective vivante, jamais achevée, relève d’un acte de citoyenneté, révélant de nouvelles formes de compétences à la fois politiques et techniques, bref infiniment modernes donc légitimes. L’exemple le plus significatif est le site www.spieprzajdziadu.com proposant l’administration collective par les internautes eux-mêmes d’un musée politique ayant pour vocation de « devenir un lieu où tous ensemble nous ramasserons les souvenirs de l’époque de l’instauration de la Quatrième République ». Il s’agit en effet d’un projet proche de celui de Wikipédia où tout le monde est invité à créer et à améliorer les articles. Se construit ainsi une contre-réalité de la scène politique, où l’art du détour par le ridicule, l’exagération, l’outrance travestit quotidiennement l’action politique du gouvernement. À la version officielle des projets politiques se substitue une version corrigée, ludique et surtout interactive. Dans le cadre de ce nouvel espace public, le dialogue mobilise un éventail élargi de modes d’expression. Le verbe y cède de plus en plus souvent la place à l’image, recomposant ainsi un nouveau langage, une nouvelle monnaie d’échange, l’argument s’invite après une vidéo détournée, ce qui permet d’émettre un signe de reconnaissance au sein d’un milieu social bien déterminé. Une forte utilisation de symboles et de valeurs ludiques aisément compréhensibles et clairs pour ceux qui connaissent bien le monde de la pop culture donnent à ces citoyens internautes l’illusion d’une certaine élection. Pour une jeunesse polonaise souvent présentée dans les discours savants et politiques comme exclue des jeux politiques classiques, la maîtrise des codes informatiques et des langages codés du milieu internaute permet d’obtenir à moindre coût des marques de distinction susceptible de renforcer le lien social électronique. Les titres et affiches de films récents, les jeux vidéos, les publicités, les chansons rock cultes, bref toute une culture populaire partagée par la jeunesse constituent le lot principal des ressources de cette manipulation satirique. Ce répertoire signifie non seulement l’ouverture et la modernité d’une classe d’âge qui revendique par là sa désaffiliation aux pratiques anciennes mais aussi la plasticité des formes de participation politique dans une démocratie encore jeune et maladroite.

102°- Les sites satiriques ont également pour effet, nous semble-t-il, de contribuer à construire et nourrir une « culture civique » (Almond & Verba, 1963) pleinement insérée dans le nouvel âge démocratique de la Pologne. Participer à une entreprise de « satirisation » de la politique dans le cyberespace consiste avant tout à prendre la parole. Une parole qui par ailleurs requiert un minimum de compétence, oblige à suivre régulièrement l’actualité politique, invite à se doter d’une culture politique nécessaire pour interpréter et associer les idées et les faits. On peut en effet s’étonner de la connaissance des événements politiques par les internautes, de leur esprit critique, de leur inventivité humoristique et de leur réactivité aux sollicitations échangées. Plus important encore, les messages qui circulent témoignent d’une réelle conscience chez les internautes de faire de la citoyenneté, d’agir en citoyen. Le rire est ici pris au sérieux, comme une modalité parfaitement légitime d’émettre un jugement politique, donc de participer à la délibération collective. Échanger une blague, la commenter, la prolonger, ce n’est pas seulement revendiquer une libre parole, c’est aussi et surtout se sentir autorisé à la prendre, et publiciser ouvertement cette compétence nouvelle que l’on s’accorde. L’internaute a conscience de jouer le jeu démocratique, d’irriguer une démocratie en déshérence. Cette manière ludique et interactive d’aborder l’actualité politique contribue ainsi de façon significative à la construction d’une culture civique, c’est-à-dire à la dotation d’un capital de connaissances et à l’acquisition d’une estime de soi suffisante pour mobiliser ce capital. Nous avançons l’hypothèse selon laquelle, par le biais de ces sites satiriques, s’opère une contribution décisive au processus de socialisation politique. Comme il a été montré dans des situations assez similaires, les sites que nous avons analysés reposent sur une « exagération perçue comme une sorte de miroir grossissant qui a pour vertu de mieux comprendre la réalité politique » (Tournier, 2005). Dès lors, le reproche classique adressé aux jeunes d’être apathiques et sans idées politiques précises doit être nuancé : il est en effet plus pertinent de voir dans ce groupe d’âge les représentants d’une post-modernité. Individualistes dans la plupart de leurs comportements sociaux, ils ne seraient pas apolitiques mais post-politiques. Échappant à l’univers idéologique traditionnel, ils trouveraient dans ces sites satiriques un moyen de refaire la réalité, de la construire autour de nouvelles échelles de valeurs, à travers le prisme d’un rire moqueur destiné dans ses excès à faire advenir une nouvelle vérité.

113°- Cette « e-citoyenneté satirique » se présente enfin comme le cadre d’un apprentissage sans contrainte de la parole critique et protestataire. Contrairement à une idée fréquemment répétée, ce ne sont pas les sympathisants du parti libéral PO, alors dans l’opposition, qui s’expriment sur les sites en question. La voix satirique dans le cyberespace est en priorité composée d’une opinion portée par la dénonciation tous azimuts de la politique menée par les frères Kaczynski. Voici ce que disent certains internautes de leur engagement :

« Je suis choqué par le manque absolu d’honneur et la transgression des règles commis par les (pseudo) hommes politiques, à la fois de gauche et de droite. Moi-même je ne suis ni de gauche ni de droite ».

« Ce n’est ni la droite ni la gauche qui nous intéressent. Ce qui nous intéresse, c’est la dichotomie entre l’honnêteté et le mensonge : c’est pour cela que nous cherchons à nous exprimer, pour mettre, tous les jours, le point sur un "i" sorti du discours politique ».

« Je n’ai jamais été politiquement engagé mais ce qui se passe maintenant provoque au fond de moi pour la première fois une objection totale…beaucoup plus que la dictature communiste ».

12Ni de droite, ni de gauche, ne proposant aucune véritable alternative politique, les internautes satiristes sont tout d’abord des protestataires qui se présentent souvent eux-mêmes comme des « rationalistes » ou des « anticléricaux ». S’ils envisagent un projet modernisateur pour la Pologne et contestent le conservatisme et le cléricalisme actuels, c’est au nom d’une refonte plus générale de la vie politique en Pologne. Certes, les principales cibles de la dérision sont les dirigeants de la coalition populiste des frères Kaczynski, mais les critiques concernent tout autant les institutions politiques (partis, parlement) dénoncées comme « cirque » ou « cabaret ». Les frères Kaczynski sont ainsi devenus les symboles d’une politique grotesque, d’un État inefficace et omniprésent, d’une Pologne ridicule et archaïque. En ce sens, il ne s’agit pas d’une véritable contestation de rupture, mais d’une critique menée au nom de l’éthique. Ce n’est pas une critique contre la politique mais pour une meilleure politique. Les frères Kaczynski ne sont pas visés comme politiciens de droite mais comme acteurs amoraux. La critique satirique est portée par un indéniable impératif moral : les défauts pointés doivent faire l’objet d’une correction et d’une réparation dont les jeunes générations d’internautes s’estiment actuellement dépositaires.

Conclusion

13Les jeunes Polonais semblent donc avoir trouvé dans l’outil Internet non seulement un nouveau forum de discussions politiques, mais aussi l’espace approprié de leur participation à la chose démocratique en train de se faire. La dimension ludique, interactive, satirique accrédite l’impression d’une liberté d’expression inédite. Vu sous cet angle, l’engagement civique des jeunes Polonais correspondrait à l’idée de Howard Rheingold selon lequel Internet contribue à la mise en place de « smart mobs » (des foules intelligentes). Une liberté d’expression et l’échange des idées créeraient un capital de confiance sociale et contribueraient au cumul des connaissances. On peut également s’interroger sur la nature même de ce civisme. Ne s’agit-il pas d’un faux civisme ou d’une illusion civique, venant conforter l’illusion démocratique d’Internet ? Une manière sournoise d’entretenir le « désenchantement démocratique » ? (Perrineau, 2003). Le dessin ou la blague satirique ne sont-ils pas des produits de consommation d’un nouveau marché des opinions où ce qui s’échange est moins un jugement politique qu’une demande implicite de reconnaissance et de considération ? « Le risque c’est que le rire devienne une sorte d’obligation sociale qui s’auto-alimente dans le cadre des réseaux de sociabilité et du groupe des pairs, le tout avec l’encouragement des médias » (Tournier, 2005, p. 722). Il serait donc davantage question d’une interaction frénétique propre d’après Zygmunt Bauman à illustrer « la modernité liquide » où seul compte le plaisir d’être connecté afin de « suivre simultanément le besoin de liberté et la soif d’appartenance » (Bauman, 2003, p. 49). Cette explosion de la critique satirique sur Internet survivra-t-elle à l’ère populiste du gouvernement Kaczynski ? Si oui, il nous sera alors possible de vérifier l’ampleur structurante de ce nouveau médium sur les logiques individuelles et collectives de la participation politique démocratique.

Haut de page

Bibliographie

Almond G. & S. Verba (1963), The Civic Culture, London, Sage Publication

Bauman Z. (2003), Liquid Love, Oxford, Blackwell Editions

Bendyk E. (2004), Antymatrix. Czlowiek w labiryncie sieci, Warszawa, W.A.B.

Ion J. (1994), L’évolution des formes de l’engagement public, dans Perrineau P. (dir), L’Engagement politique. Déclin ou mutations ?, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques

Krzysztofek K. (2006), Wielka siec. E-seje z socjologii Internetu, Warszawa, Trio

Lysiak W. (1998), Wielka kontestacja. Folklor polityczny w PRL, Poznan, PSO

Muxel A. (2001), L’Expérience politique des jeunes, Paris, Presses de Sciences-po

Perrineau P. (2000), Le Désenchantement démocratique, Paris, Éditions de l’Aube

Pharr S. & R. Putnam (2000), Disaffected Democracies, Princeton, Princeton University Press

Rothert A. (2001), Demo-net. Wirtualna projekcja rzeczywistosci, Warszawa, Scholar

Rothert A. (2003), Technopolis. Wirtualne sieci polityczne, Warszawa, Elipsa

Tournier V. (2005), « Les Guignols de l’Info et la socialisation politique des jeunes », Revue Française de Science Politique, volume 55, n°4, août

www.azraelk.wordpress.com

www.chomiks.com

www.fraglesi.wordpress.com

www.lozaszydercow.blog.pl

www.spieprzajdziadu.com

Haut de page

Notes

1 Il convient de noter d’une part une sous-représentation des jeunes au sein de l’élite politique polonaise composée d’une génération unique (les quinquagénaires et les sexagénaires) ; la vie politique construite par cette élite reprend d’autre part un vieux clivage idéologique (anciens opposants de Solidarnosc vs anciens membres du parti communiste). Par conséquent, le discours politique est centré sur les mêmes thèmes idéologiques du passé et exclut tout intérêt que pourraient y prêter les jeunes.

2 Défini à travers ses trois caractéristiques : verbal, spontané, affectif. Il s’agit d’un art produit comme réaction à un événement ou une suite d’événements. Il s’agit donc d’un art éphémère, compréhensible dans sa configuration d’origine particulière, au delà de laquelle il devient rapidement l’objet d’un mythe. Dans l’époque communiste l’auteur range dans cette catégorie les chansons, les anecdotes, les graffitis sur les murs (Lysiak, 1998).

3 www.spieprzaddziadu.com est un site où les articles se construisent comme ceux de Wikepedia, par une interactivité constante de la part des lecteurs internautes.

4 Nous pensons notamment à l’histoire contemporaine, à l’époque communiste (1946-1989) où les canaux officiels (parlementaire, partisan) ne permettent pas l’expression d’une critique. Celle-là s’exprime notamment par l’écoute des radios extérieures, la fronde des écrivains et des artistes, les publications clandestines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Rycman, « Le citoyen rieur », SociologieS [En ligne], Dossiers, L'engagement citoyen en Europe centrale et orientale, mis en ligne le 05 novembre 2009, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3013

Haut de page

Auteur

Anna Rycman

Maître de conférences en science politique à l’Université de Silésie (Pologne) - anna.rycman@op.pl

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page