Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDécouvertes / RedécouvertesPierre de BiePierre de Bie, au service d’une s...

Pierre de Bie
Découvertes / Redécouvertes
Pierre de Bie

Pierre de Bie, au service d’une sociologie organique

Introduction au texte de Pierre de Bie « Situation de la sociologie »
Casimiro Balsa

Résumés

Introduction et présentation du texte de Pierre de Bie « Situation de la sociologie. Contribution à une sociologie de la sociologie », initialement publié dans le Bulletin de l'Institut de recherches économiques et sociales, vol. 21, n°7, 1955, et reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour consulter le texte de Pierre de Bie, aller à : http://sociologies.revues.org/index3038.html

Texte intégral

Pierre de Bie, côté pile

1D’abord, me direz-vous, pourquoi avoir choisi un texte de Pierre de Bie sur « la situation de la sociologie », alors que Pierre de Bie est davantage connu pour ses recherches sur les rapports intercommunautaires, la stratification et la mobilité professionnelle et, surtout, sur la sociologie de la famille ?

  • 1 Nous en profitons pour rendre ici hommage à Albert Verdoodt, assistant de Pierre de Bie dès les pre (...)

2Sur la famille il y a, par exemple, sa recherche sur les budgets familiaux (de Bie, 1960) où il étudie « l’influence des facteurs sociaux sur le mode de vie des ménages dans trois milieux socioprofessionnels distincts » : ouvriers, agriculteurs et fonctionnaires ou « employés et cadres » et où il constate que le « coût de l’enfant » est, dans le cas de ces derniers, à peu près le double de celui des agriculteurs. Sur les rapports conjugaux et le statut de la famille et de la femme, il y a cette recherche sur la « dyade conjugale » (de Bie, Dobbelaere & Piel, 1968), ou celle sur les représentations des jeunes familles (Presvelou & de Bie, 1968) ou sa direction, encore, de la recherche sur le mariage en Belgique (Henrion & Lambrechts, 1968) et son follow up, quinze ans après (Lambrechts & Garcia, 1983). D’ailleurs, Pierre de Bie a consacré une partie importante de son enseignement à la famille qui était, par ailleurs, l’image de marque du Centre de Recherches Sociologiques, créé par Jacques Leclercq sous le nom de Centre d’Études Sociales et que Pierre de Bie a dirigé ou animé pendant toute sa vie académique (Verdoodt, 1996, pp. 1-2) 1.

3Il consacrera, également, une attention particulière à la stratification et à la mobilité sociales, participant avec les autres universités belges à des recherches sur les fonctionnaires (de Bie, 1959a, 1965). Denis Szabo, qui a fait sa formation de sociologie à Louvain, veut voir dans le choix de ce thème de recherche, la « preuve » du « tempérament intellectuellement apaisé, peu curieux » de Pierre de Bie :

« sa prédilection allait à l'étude des classes moyennes, alors que, à la fin des années quarante, la classe ouvrière était insurgée – songeons aux grèves générales animées par la CGT communiste – les paysans quittaient massivement les campagnes, les populations colonisées se révoltaient, etc. Il fallait une forte dose de sérénité pour proposer à l'attention de ses élèves les boutiquiers, les douaniers ou les employés du fisc ! » (Fournier, 1998)

  • 2 Les résultats de cette recherche n’ont pas été publiés. Pierre de Bie m’a permis de consulter l’un (...)

4« Sérénité », peut-être ; elle était partagée, d’ailleurs, par beaucoup d’autres sur le plan international et ciblait un maillon important pour l’étude de la stratification sociale. Mais il ne manquait pas de curiosité. Par exemple, cinq ans auparavant, Pierre de Bie avait bien pris l’initiative de réaliser la première étude (de Bie, 1986, p.228) faite en Belgique sur les conditions de vie et d’adaptation des étrangers 2, recherche qui contribua, également, à la compréhension de la problématique de la stratification sociale.

  • 3 Notamment de Bie (1948, 1948b, 1948-49, 1959b).

5De son passage par les États-Unis, juste après la fin de la deuxième Guerre mondiale, où il a approfondi, à l’Université de Chicago, sa formation en sociologie avec Everett Hughes (Pierre de Bie étant, au départ, docteur en droit et en philosophie, tout cela à 25 ans) (Verdoodt, 1996), il a gardé également le goût pour l’étude des relations internationales et des rapports intercommunautaires, matière qu’il enseigne également et à laquelle il consacre une partie de sa production scientifique 3. Ce créneau comporte une recherche, dont le terrain a été mené à la fin de 1948, sur « l’Union économique Benelux » – association entre la Belgique, les Pays-Bas et le Grand Duché de Luxembourg – qui désignait également un ensemble d’institutions communes

  • 4 Voir également de Bie (1951b).

« en voie de réalisation, grâce à l’activité de tout un appareil administratif, au travail de son Secrétariat général, de ses Conseils paritaires et de ses Commissions, au concours efficient d’experts et de spécialistes » (de Bie, 1951a, pp. 638-639) 4.

6Face à cet élan bureaucratique, dont on connaît l’impact extraordinaire qu’il va avoir dans le futur, la recherche menée par Pierre de Bie visait à connaître « l’incidence et les caractères de certains facteurs d’opinion » ainsi que les « réactions diverses que provoque dans les consciences » de la population ce mouvement vers la création du bloc géopolitique européen. Outre qu’elle concrétise une sociologie des dimensions subjectives des faits sociaux, qu’il va défendre, cette recherche l’engage également dans la voie de la comparaison internationale qu’il considérera comme un moyen de lutter contre la « subjectivité » des approches nationalement situées (voir infra). Cette recherche est financée par l’UNESCO, organisation à laquelle Pierre de Bie va être associé en tant que membre du Département des sciences sociales, entre 1948 e 1950, et où il aura l’opportunité d’investir dans l’étude de la sociologie et d’appuyer le développement de la recherche internationale.

7Des États-Unis lui vient aussi, sur un autre plan, son penchant pour le structuro-fonctionnalisme (Verdoodt, 1996), qui l’a marqué surtout dans le contexte effervescent de la fin des années 1960, au moment où la foi dans le fonctionnalisme a commencé à vaciller et quand la pertinence de l’enseignement de la sociologie faite à Louvain a commencé à être contestée, à partir de l’expérience des luttes politiques que chacun pouvait avoir, ou du marxisme appris dans les livres de Louis Althusser ou dans des séminaires animés par Ernest Mandel, Robert Van der Gucht, ou André Corten, imposés par les étudiants et qui ont eu, au début, un caractère « expérimental ».

  • 5 Compte rendu de la réunion du Département de sociologie du 29 janvier 1970.

8Pendant cette période d’effervescence, certains traits de la personnalité de Pierre de Bie se laissent bien voir. Ainsi, au tout début des années 1970, en pleine période de contestation des structures et des pratiques pédagogiques de l’université, lors d’une réunion du Département de sociologie 5, que Pierre de Bie présidait, deux documents furent l’objet de discussion. Ils faisaient des analyses bien différentes de la crise de la sociologie qui se vivait alors. L’un, qui était rédigé par Henri Janne et Georges Balandier, faisait suite à une réunion du Bureau de l’AISLF tenue à Paris le 6 juin 1969. Ils y exposaient leur préoccupation sur

« des jugements arbitraires et stéréotypés qui s’expriment actuellement dans certains milieux au sujet de la signification et de la portée de la sociologie contemporaine [qui ont des] conséquences défavorables au développement nécessaire de cette discipline des sciences sociales, à la liberté scientifique des enseignants et au déroulement normal et légitime de leur carrière ».

9L’autre, émanait du « Comité Action Sociologie » et portait sur « la situation de la sociologie à Louvain ». Il comportait en exergue une phrase attribuée à « Sorbonne-Mai 68 » se posant la question de savoir si « quand le dernier des sociologues aura été étranglé avec les tripes du dernier bureaucrate, aurons-nous encore des problèmes ? ». Le diagnostic posé par la note était simple : « À Louvain, il n’y a qu’une sociologie, la bonne, c’est-à-dire la sociologie américaine » et se terminait en proposant une solution : « Quant à notre programme universitaire, il se résume en ceci : le moins de travail possible, les cours, les faciles (cours magistraux), la suppression du mémoire. Nous n’avons pas de temps à perdre », cette dernière phrase étant écrite en majuscules, et en guise de signature. La réponse du Département peut se résumer en deux points : il fera en sorte que tous les enseignants prennent connaissance de la note des étudiants ; ensuite il manifeste le souhait de « pouvoir rencontrer les besoins ou attentes des étudiants » en suggérant trois modalités : proposer un séminaire avec les étudiants où « la méthodologie des écrits “présentés par les étudiants comme étant sociologiques” serait soumise à une analyse critique » ; ensuite, « intégrer des textes ou concepts “engagés” aux enseignements déjà donnés » et, finalement, inviter les étudiants et les assistants (« qui faisaient du bon travail ») à participer aux réunions du Département.

10J’étais étudiant à ce moment-là et me suis penché aussi, bien entendu, sur les fonctions, les institutions et les groupes, pour aller passer l’examen obligatoire de sociologie générale, donné par Pierre de Bie et je dois dire que, aussi méfiant que je fusse, j’ai été séduit par son affabilité, son élégance, peut-être par la force tranquille de ce type de personne qui ne ressent pas le besoin de convaincre ceux qui ne partagent pas sa vérité, parce qu’il peut bien, je ne dirais pas, vivre avec, mais en côtoyer une autre.

11Pendant tout le temps, ensuite, où j’ai travaillé dans le Centre de Recherches Sociologiques, l’une des choses qui m’a le plus frappé en lui fut une capacité de discrétion, peut-être une certaine réserve, alliées à une grande sagacité et, disent ceux qui l’ont connu de plus près, à une ironie qui pouvait être cinglante, mais toujours accompagnée de regards malicieux, un rien espiègles. Pierre de Bie était, néanmoins, un homme de pouvoir. René Lourau, lors d’une analyse institutionnelle pour laquelle les étudiants l’avaient invité, avait trouvé en lui un bon « analyseur » des mécanismes de pouvoir que nous contestions tant.

  • 6  En fait, l’intérêt de Pierre de Bie pour « la naissance de la sociologie » commence bien avant la (...)

12Bien entendu, ce n’est pas pour toutes ces raisons que j’ai choisi un texte sur « la situation de la sociologie » pour rappeler Pierre de Bie à la mémoire de la communauté de l’AISLF. En fait, je pense qu’avant tout, Pierre de Bie était un homme d’appareil qui savait très bien jusqu’où il pouvait avancer ou reculer pour servir les institutions auxquelles il était lié. Dans ce sens, je pense qu’il était un intellectuel organique, et peut-être, surtout, un intellectuel au service d’une sociologie organique. D’une part, il a beaucoup servi les institutions et contribué à la construction de la sociologie en tant que discipline et en tant que branche d’enseignement à un moment et dans des cadres – louvaniste, belge et international – où, pour des raisons différentes, il était important de le faire. D’autre part, il a beaucoup investi dans la connaissance de cette construction, en faisant ce que lui-même a désigné comme étant une « sociologie de la sociologie ». Ses travaux sur la sociologie, les sociologues et les institutions de la sociologie dominent, à mon sens, toute sa production scientifique. À mon avis, on a trop souvent voulu enfermer l’apport de la recherche de Pierre de Bie dans le domaine de la famille. Il s’y est, bien entendu, investi mais, dans ce domaine d’études, il a surtout assuré des coordinations. La recherche dans laquelle il s’engage et à travers laquelle il s’expose comme chercheur a trait à la démarche en sociologie et à une sociologie organique. Et c’est pour cette raison que sa recherche sur la « Situation de la sociologie. Contribution à une sociologie de la sociologie » se justifie ici. Au-delà de cette raison, le choix de ce texte, ensemble avec celui qu’il a publié plus tard sur «la naissance de la sociologie en Belgique» 6 permet, chemin faisant, de contribuer à la compréhension du contexte dans lequel l’AISLF a vu le jour en 1958. En regardant ce contexte à partir de la réalité d’un pays – la Belgique, en l’occurrence – l’on voit, a travers les faits qu’il aligne et son témoignage, à quel point il était difficile de contourner des appartenances communautaires, régionales, institutionnelles et personnelles, pour bâtir un idéal de partage.

Pierre de Bie, côté face

13Pierre de Bie ne fait pas partie du bureau provisoire de l’AISLF qui s’est réuni le 24 octobre 1958 et dans lequel la Belgique était représentée par Henri Janne, de l’Université Libre de Bruxelles et par René Clemens de l’Université de Liège (Roux, 1990, pp. 5-23). Les membres du Bureau provisoire sont reconduits pour le premier Bureau, le 19 mars 1959, à l’exception de René Clemens qui quitte, alors que rentrent Pierre de Bie, Raymond Aron et Maurice Érard. Henri Janne dira plus tar, que « dès le début, le professeur Clemens (Université de l´État à Liège) appuya l’initiative et fut élu membre du Bureau provisoire, tandis que mon collègue de Bie (Université de Louvain), devait rester plus longtemps un membre actif » (Janne, 1990, pp. 25-32). Pierre de Bie y restera, en effet, jusqu’en 1968, assumant entre 1965 et 1968 la vice-présidence du Bureau présidé par Georges Balandier. Il cumulera pendant une partie de cette période (1965-70) sa fonction à l’AISLF et une participation active à l’AIS (Association Internationale de Sociologie), soit comme membre du groupe de coordination du Comité de Recherche sur la Famille, dont il a été le trésorier, soit comme secrétaire général de l’Association, prenant part à l’organisation du congrès mondial de sociologie à Washington DC, en 1962 (Verdoodt, 1996). Ces investissements étaient sans doute cohérents avec le contenu de sa mission au sein du Département des sciences sociales de l’UNESCO, entre 1948 et 1950, dont l’objectif était d’étudier les obstacles à la coopération internationale et de promouvoir la recherche internationale et interdisciplinaire. Dans son texte sur « la naissance de la sociologie en Belgique », Pierre de Bie fait d’ailleurs référence au fait que, connaissant cette orientation de l’UNESCO, il en avait informé ses collègues des autres universités belges, avec qui il prend l’initiative de créer, dès l’automne de 1947, un premier Centre interuniversitaire de sociologie, il est vrai pour répondre, avant tout, aux conditions d’une offre de financement de l’État belge. C’est au sein de ce groupe que naît l’idée de créer une « société belge de sociologie », qui répondait mieux aux conditions de participation aux échanges internationaux, notamment celles de l’AIS qui était constituée à partir de l’adhésion d’associations nationales, contrairement à l’AISLF qui va valoriser le principe d’une adhésion individuelle. La Société belge de sociologie prend bien son envol au début de 1950 et, cette fois, toutes les universités belges y sont bien représentées, contrairement à une première Société qui avait existé entre 1899 et, probablement, 1910, laquelle avait pris la forme d’une alliance des différentes universités belges contre la sociologie faite à Bruxelles, alors représentée par les initiatives constituées autour de d’Ernest Solvay. La coopération interuniversitaire en Belgique aura encore une deuxième opportunité, cette fois-ci pour accompagner des études sur la stratification sociale menées sur le plan international. Henry Janne, qui apparemment n’a pas participé aux élans associatifs nationaux antérieurs, sera invité à se joindre à ce dernier groupe, en 1953, d’après l’information fournie par Pierre de Bie. Ce projet aura permis aux deux hommes de mieux se connaître, cinq ans avant que ne commence leur coopération au cours des années de fondation de l’AISLF et à un moment où la rivalité institutionnelle entre l’Université Libre de Bruxelles et l’Université catholique de Louvain était encore très forte.

14Cette reconnaissance de Pierre de Bie sur le plan national et international fait suite à son investissement dans l’institutionnalisation de la sociologie à Louvain, qui commence en 1942 quand Jacques Leclercq le prend comme assistant pour les cours de sociologie. Il avait alors 25 ans. C’est encore avec Jacques Leclercq qu’il a créé le Centre d’études sociales, qu’il a ensuite rebaptisé Centre de recherches sociologiques, au sein duquel il crée la revue Recherches Sociologiques, en 1970. Il a encore appuyé Jacques Leclercq lorsqu’il fonda une Société d’Études politiques et sociales (Verdoodt, 1996). D’après les souvenirs que Denis Szabo a gardé de l’époque,

« le chanoine Leclercq était un esprit exceptionnel, leader intellectuel de sa génération, [il] a ouvert [la sociologie], l'a animée et en a choisi les premiers professeurs. Le principal […] fut Pierre de Bie [qui a été] très impliqué dans l'organisation de la sociologie de l'après-guerre » (Fournier, 1998).

15Sur le plan institutionnel, encore, au-delà de son implication dans le développement de l’enseignement de la sociologie à Louvain et des institutions de la sociologie en Belgique, la biographie de Pierre de Bie comporte bien d’autres initiatives et participations. Soulignons la création, en 1962, du Centre d’études de la population et de la famille – dont il fut aussi le directeur – et qui devient une institution scientifique de l’État, créant en 1964 la revue Population et famille. Il a également assumé des fonctions importantes au sein de la Fondation universitaire et de la Fondation Francqui (Verdoodt, 1996).

16L’investissement de Pierre de Bie dans la sociologie organique ne se limite pas, cependant, aux dispositifs institutionnels nécessaires pour assurer le développement de la discipline. Dès le début de sa carrière il mène une réflexion sur les principales questions qui se posent alors à la communauté en s’interrogeant, d’une part, sur les modes d’explication en sociologie et leurs conséquences sur le plan méthodologique, et, d’autre part, il fait une sociologie de la sociologie en étudiant les pratiques des sociologues et les modes d’expression institutionnels de la sociologie.

17Dans le premier numéro consacré par le Bulletin de l’Institut de Recherches Économiques et Sociales de Louvain à la « recherche sociale » (Leclerq, 1946), Pierre de Bie publie un article sur les limites de l’observation externe en sociologie, en s’interrogeant sur la pertinence des modèles explicatifs qui écartent de l’objet de la sociologie des considérations sur les finalités de l’action :

« Un des problèmes les plus délicats auxquels se heurte la sociologie est celui de la finalité. Tout d’abord, peut-on “observer” la finalité ? La perception sensible permet-elle de discerner des buts ou des fins ? En rendant compte des phénomènes en fonction des buts ou des fins ne risque-t-on pas de sortir du domaine de l’observation positive ? » (de Bie, 1946, p. 621).

18En s’appuyant sur les travaux d’Émile Waxweiller, à qui il consacrera plus tard un livre (de Bie, 1974) et qui défendait l’application de la méthode d’observation expérimentale à l’étude des faits sociaux, Pierre de Bie se demandait comment traiter les éléments subjectifs, tels que les motivations ou les finalités, qui, même s’ils n’étaient pas observables par les méthodes positives expérimentales, avaient néanmoins un rôle important dans la compréhension des faits sociaux. Il s’appuiera sur Pareto pour argumenter contre cette position, avant de conclure que

« l’objet des sciences humaines comporte des considérations de finalité. On n’a pas le droit de les borner. Si la science ne peut juger de leur valeur, elle doit en tenir compte comme des faits » (de Bie, 1946, p. 637).

  • 7 Pierre de Bie cite le texte de Talcott Parsons (1945).

19Il trouve d’ailleurs une preuve de l’importance de cette dimension « compréhensive » (il ne cite jamais Max Weber dans son texte) dans le fait qu’Émile Waxweiler rejette les finalités par les instincts et les motivations, mais les accepte en adoptant pour sa sociologie un principe d’explication fonctionnelle. Pierre de Bie ne critique pas cette orientation, qu’il trouve prometteuse et qui est d’ailleurs appuyée, dit-il, par les efforts théoriques menés à l’époque par Talcott Parsons 7 :

« Actuellement le concept de fonction est en passe de devenir un concept central en anthropologie et en sociologie […]. On définit fonctionnellement une communauté, une coutume, une institution. On parle de l’importance fonctionnelle des parties d’un système ; l’interdépendance dynamique des parties variables d’un système donné et leur importance respective s’exprime dans un grand nombre de travaux de sociologie par le concept de fonction » (de Bie, 1946, pp. 640-641).

20En conclusion :

« Il semble difficile de se passer d’une approche fonctionnelle des phénomènes sociaux qui comportent une orientation et une finalité. Ce faisant, on quitte le plan de la pure observation externe et non-compréhensive. On intellige et on saisit la signification des phénomènes » (de Bie, 1946, p. 643).

21Cette position permet à Pierre de Bie mettre en garde contre les limites des approches positivistes et « purement objectives » qui, ne prenant pas suffisamment en compte certains phénomènes culturels, présentent une vue déformée de la réalité :

« En prenant comme critères de connaissance l’observation et l’expérience on ne considère qu’un aspect restreint du réel, on n’atteint que certaines de ses manifestations […]. Une méthode adaptée seulement aux faits observables est inadéquate à la saisie d’autres réalités » (de Bie, 1946, p. 647).

22Or, ces autres réalités sont pour lui importantes et il s’agit d’en rendre compte :

« On peut se demander si l’intentionalisme [sic] humain, qui nous paraît obvie, se présente bien comme un fait susceptible d’observation externe. Observe-t-on une intention ou une tendance vers un but de la même façon qu’on peut observer un comportement dans une situation donnée? » (de Bie, 1946).

23Il ne refusera pas, cependant, la pertinence en soi de l’approche logico-expérimentale. Il la juge simplement insuffisante. Dans ce sens, il propose de considérer d’autres modes d’appréhension des faits sociaux, en considérant d’autres sources de légitimité de la connaissance. Pierre de Bie va ainsi proposer qu’en plus de la certitude acquise par voie expérimentale l’on considère, également, la certitude métaphysique et la certitude religieuse :

« Chaque ordre de certitude correspond à des réalités différentes, ou encore, différentes ordres de certitude atteignent, selon leur mode propre, une réalité » (de Bie, 1946).

24Philosophe de formation et membre d’une « université catholique » Pierre de Bie était particulièrement sensible à la confrontation de ces différents types de légitimité du savoir. Il fait état, dans ses textes, de la perplexité de certains de ses interlocuteurs, notamment lors de son séjour aux États-Unis, qui s’étonnaient qu’il puisse être à la fois catholique et sociologue.

25Pierre de Bie consacrera encore à la question méthodologique d’autres travaux importants, notamment à l’occasion de son passage par le Département des sciences sociales de l’UNESCO entre 1948 et 1950 (de Bie, Boudon, Bourgeois-Pichat, Jacobson, Lazarsfeld, Mackenzie, Piaget, Rokkan & Trist, 1970 ; de Bie, Lévi-Strauss, Nuttin, Jacobson, 1954). Citons en particulier ses positions sur « la recherche orientée » (de Bie, 1968, 1970). La recherche étant centrée sur un problème social, son caractère « orienté » ne peut, évidemment pas, résulter de la réponse que l’on voudrait lui donner, mais du champ du problème qui la motive. Dans ce travail, Pierre de Bie traite une question qui a dû l’occuper pendant toute sa vie, étant donné la nature de son investissement personnel et de celui de la sociologie louvaniste, à savoir comment concilier les contraintes d’une sociologie « qui doit servir », avec celles d’une sociologie fondamentale. Les voies de réponse interpellent la pratique de la sociologie : la communication entre chercheurs – qui peut devoir être assumée dans un cadre interdisciplinaire – et la communication entre logiques d’action distinctes, notamment celles de l’intervention et de la recherche. Le ton qui est donné aux approches méthodologiques explorées dans ce travail est explicité dans les premières lignes de son introduction :

« Les contacts, les communications, les ponts, les échanges, les relations fécondantes et créatrices sont des objectifs premiers pour beaucoup de nos contemporains dans un monde qui change et où les processus de spécialisation et de différenciation, sources de distance, se déroulent à un rythme croissant. Les efforts singuliers, parfois longuement poursuivis sur des voies parallèles mais séparées, nécessitent la confrontation, le rapprochement, l’intégration ».

26Cette recherche d’une solution entre les polarités d’un champ tensionnel va marquer, par delà Pierre de Bie lui-même, la sociologie pratiquée par l’école de Louvain. Faut-il y voir un effet du contexte dans lequel cette sociologie est produite ? Sans doute, si nous considérons, comme le fait Pierre de Bie dans son essai de « sociologie de la sociologie » (de Bie, 1955), la science, et la sociologie en particulier, comme un « phénomène social » et le « contexte social », comme étant constitué par des

« courants d’idées, traditions intellectuelles, structures sociales, caractéristiques propres au milieu culturel, aux hommes de science et aux publics qui font partie de ce milieu ».

27Cette dépendance de la sociologie à l’égard de ses contextes de production, explique l’accord que Pierre de Bie dit exister entre les spécialistes pour reconnaître que « la place faite à la sociologie parmi d’autres sciences sociales et le statut qu’on lui reconnaît, varient fortement de pays à pays » (de Bie, 1955).

28Mais, aussitôt produite par son contexte, la sociologie impose, à son tour, son influence :

« elle travaille dans le sens des forces qui ont favorisé son apparition et les renforce. Il y a interaction : la sociologie agit sur la vie sociale et subit son action » (de Bie, 1955, p. 695).

29La réduction de la sociologie à n’avoir, ainsi, qu’un rôle de reproduction du système social, marque bien l’orientation de la pensée sociale de Pierre de Bie. Malgré tous les conditionnements possibles de la sociologie par les « contextes », la sociologie critique existait déjà bel et bien à l’époque où l’article a été rédigé et des thèses alternatives étaient déjà bien discutées. Cependant, cette position n’empêche pas Pierre de Bie de considérer qu’une « sociologie de la sociologie », non seulement cherche à asseoir sa structure normative (pour le dire à la façon d’Hermann Strasser), mais doit encore élucider, également, « la lutte pour la reconnaissance de la sociologie » (statut de la recherche et de l’enseignement, environnement institutionnel, ampleur des programmes, possibilités de spécialisation offertes aux étudiants et prestige dont bénéficient ses professionnels lié aux fonctions qu’ils exercent dans la société) (Strasser, 1978). Sur le plan, encore, du rapport de la sociologie avec son contexte, une sociologie de la sociologie ne peut pas faire l’économie d’une analyse des rapports de la sociologie avec ses « cadres nationaux » :

« Dans chaque pays, la sociologie a été prise dans un contexte national propre; très normalement, les sociologues ont été influencés par le décor social dans lequel ils vivaient et ont partagé les préoccupations de leurs compatriotes » (de Bie, 1955, pp. 706-707).

30Finalement, cet enracinement de la recherche dans ses contextes de production amène Pierre de Bie à se poser la question de la possibilité de l’objectivité en sociologie. Plutôt que de se réfugier dans les vues positivistes qui imposeraient une distance par rapport à l’objet, que l’on sait qu’il refuse, Pierre de Bie cherche plutôt la solution à ce problème dans

« le développement des contacts internationaux et des recherches menées de front dans plusieurs pays, selon des techniques communes [permettant] d’entrevoir une phase où la sociologie serait moins liée au cadre national » (de Bie, 1955, p. 707).

31Il se félicite, d’ailleurs, de l’accroissement des contacts internationaux dont il est, en même temps, témoin et acteur. Les efforts qu’il déploie dans ce sens, tant sur le plan national qu’international, rentrent ainsi bien dans le cadre d’une pensée réflexive sur la sociologie et sur le rôle de ses institutions, qu’il a essayé de construire et de servir sa vie durant.

Haut de page

Bibliographie

de Bie P. (1944), Les Premiers essais de sociologie en Belgique à la fin du XIXe siècle, Leuven, Em. Warny

de Bie P. (1946), « Limitation de l’Observation externe en sociologie », Bulletin de l’Institut de Recherches Économiques et Sociales, XIIIe année, nº 7, 15 octobre, pp. 695-741

de Bie P. (1948a), « La notion de citoyenneté mondiale », Le service social, XXVI, nº 6, nov.-déc., pp. 137-140

de Bie P. (1948b), « Le fait canadien français », Bulletin de l’Institut de recherches économiques et sociales, Université de Louvain, XIII, pp. 695-741

de Bie P. (1948-49), « Quelques aspects psycho-sociologiques d’un ordre européen », Política, I, pp. 39-43

de Bie P. (1951a), « Représentations du Benelux », Bulletin de l’Institut de recherches économiques et sociales, Université de Louvain, XVIIe année, nº 7, pp. 637-710

de Bie P. (1951b), “Certain psychological aspects of Benelux ; National stereotypes and international understanding/Stéréotypes nationaux et compréhension internationale. Quelques aspects psychologiques du Benelux”, UNESCO, International Social Science bulletin, III, pp. 540-552

de Bie P. (1955), « Situation de la sociologie. Contribution à une sociologie de la sociologie », Bulletin de l’Institut de Recherches Économiques et Sociales, XXIe année, nº 7, novembre, pp. 693-707

de Bie P. (1959a), Étude analytique de stratification sociale. Les Agents des contributions directes en Belgique, Liège, Centre d’Études Interuniversitaires

de Bie P. (1959b), « Influence des structures ethniques et culturelles sur les relations internationales », Bulletin de l’Institut de recherches économiques et sociales, Université de Louvain, 110, pp. 87-107

de Bie P. (1960), Budgets familiaux en Belgique 1957-58. Modes de vie dans trois milieux socio-professionnels, Louvain, Nauwelaerts/Paris, Béatrice-Nauwelaerts

de Bie P. (1961), « L’œuvre scientifique et pédagogique du professeur Leclercq », Jacques Leclercq, l’homme, son œuvre et ses amis, Tournai, Éditions Casterman, pp. 39-52

de Bie P. (1965), « Aspects socioculturels des classes sociales ascendantes en Belgique », Cahiers internationaux de sociologie, XXXIX, pp. 91-109

de Bie P. (1967), « La sociologie en Belgique», First International Congress of Social Sciences of the Luigi Sturzo Institute (ed.), La Sociologia Contemporanea nell' Europa Occidentale e nelle Americhe/Contemporary Sociology in Western Europe and in America, Rome, Italy, s.n., pp. 133-152

de Bie P. (1968), « La recherche orientée multidisciplinaire : Introduction », Revue Internationale des sciences sociales, UNESCO, XX, nº 2, pp. 216-235

de Bie P. (1970), Tendances principales de la recherche dans les sciences sociales et humaines, Partie 1 : Sciences sociales - La recherche orientée, Paris, Éditions Mouton, Unesco, dont nous avons consulté la traduction portugaise, de Bie P., A investigação orientada, Livraria Bertrand, 1973

de Bie P. (1974), La Sociologie d’Émile Waxweiler, Bruxelles, Palais des Académies

de Bie P. (1975), « Contemporary Sociology in Belgium », dans Mohan R.P. & D. Maitindale (eds), Handbook of Contemporary Developments in World Sociology, Westport, Connecticut, Greenwood Press

de Bie P. (1986), « Débuts de la sociologie en Belgique, III », Recherches Sociologiques, Vol XVII, numéro 2

de Bie P., Lévi-Strauss C., Nuttin J. & E. Jacobson (1954), « Les Sciences sociales dans l'enseignement supérieur : sociologie, psychologie sociale et anthropologie culturelle », UNESCO, L'Enseignement des sciences sociales (SS.53/VIII.1(IV)/A).

de Bie P., Dobbelaere K., Leplae C. & J. Piel (1968), La Dyade Conjugale. Étude sociologique, Bruxelles, Les Éditions Vie Ouvrière

de Bie P., Boudon R., Bourgeois-Pichat J., Jacobson R., Lazarsfeld P., Mackenzie W., Piaget J., Rokkan S. & É. Trist (1970), Tendances principales de la recherche dans les sciences sociales et humaines. Première partie : Sciences sociales, Paris, UNESCO

Fournier M. (1998), Entretiens avec Denis Szabo. Fondation et fondements de la criminologie, Montréal, Éditions Liber, Collection De vive voix. Une édition électronique a été réalisée par Jean-Marie Tremblay dans « Les classiques des sciences sociales » : http://www.uqac.ca/Classiques_des_sciences_sociales/

Henryon C. & E. Lambrechts (1968), sous la direction de Pierre de Bie, Le Mariage en Belgique, Bruxelles, Les Éditions Vie Ouvrière

Janne H. (1990), « Comment et pourquoi est née, en 1958, l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française. Mémoire interprétative », Bulletin de l’AISLF, nº 6

Lambrechts E. & A. Garcia (1983), avec la collaboration de Pierre de Bie, Mariage… famille… quinze ans après, Louvain-la-Neuve, Centre de Recherches Sociologiques

Leclercq J. (1946), « Dimensions de la sociologie », Bulletin de l’Institut de Recherches Économiques et Sociales, XIIIe année, nº 7, 15 octobre

Parsons T. (1945), “The present position and prospects of systematic theory in sociology”, Twenty Century Sociology, New York, Philosophical Library

Presvelou C. et P. de Bie (1968), Images and Counter. Images of Young Families, Bruxelles, Les Éditions Vie Ouvrière

Roux Y. (1990), « Aux débuts de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française (AISLF) », Bulletin de l’AISLF, nº 6, pp. 5-23

Strasser H. (1978), A Estrutura normativa da sociologia. Temas conservadores e emancipacionistas no pensamento social, Biblioteca das Ciências Sociais, Rio de Janeiro, Zahar editores

Verdoodt A. (1996), « In memoriam, Pierre de Bie », Recherches Sociologiques, vol XXVII, numéro 3, Université catholique de Louvain, Unité de Sociologie

Haut de page

Notes

1 Nous en profitons pour rendre ici hommage à Albert Verdoodt, assistant de Pierre de Bie dès les premiers temps de l’enseignement de la sociologie, encore à l’époque dans l’Université catholique de Louvain unifiée et bilingue, et à qui nous devons l’information sur la biographie de Pierre de Bie.

2 Les résultats de cette recherche n’ont pas été publiés. Pierre de Bie m’a permis de consulter l’un des quatre exemplaires de ce rapport qui comportait trois volumes, dupliqués au papier carbone, destinés à chacune des universités impliquées dans l’étude – Louvain, Liège, Gand et Bruxelles.

3 Notamment de Bie (1948, 1948b, 1948-49, 1959b).

4 Voir également de Bie (1951b).

5 Compte rendu de la réunion du Département de sociologie du 29 janvier 1970.

6  En fait, l’intérêt de Pierre de Bie pour « la naissance de la sociologie » commence bien avant la parution de ces textes, d’abord dans la revue Recherches Sociologiques et, ensuite, comme livre dans une édition louvaniste. Voir de Bie (1944, 1961, 1967, 1975).

7 Pierre de Bie cite le texte de Talcott Parsons (1945).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Casimiro Balsa, « Pierre de Bie, au service d’une sociologie organique », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Pierre de Bie, mis en ligne le 25 janvier 2010, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3033

Haut de page

Auteur

Casimiro Balsa

CesNova – Centro de Estudos de Sociologia - Departamento de Sociologia, FCSH, Universidade Nova de Lisboa, Portugal - cm.balsa@fcsh.unl.pt

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search