Navigation – Plan du site
Pierre de Bie
Découvertes / Redécouvertes
Pierre de Bie

Situation de la sociologie

Contribution à une sociologie de la sociologie (Texte présenté par Casimiro Balsa)
Pierre de Bie

Résumés

Texte de Pierre de Bie initialement publié dans le Bulletin de l'Institut de recherches économiques et sociales, vol. 21, n°7, 1955 et reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

Haut de page

Notes de la rédaction

Les particularités typographiques de l’original ont été conservées. Pour consulter la présentation de ce texte, aller à : http://sociologies.revues.org/index3033.html

Texte intégral

1La sociologie accoutume l'esprit à considérer toute espèce de manifestation de l'activité humaine comme un fait, comme une donnée offerte à l'observation. Le propre de la sociologie est de situer ce fait parmi d'autres faits qui composent le contexte social et de mettre en lumière les multiples dépendances de chaque phénomène social.

2L'activité scientifique peut, elle aussi, être prise comme objet d'étude. On songe généralement à ce propos aux travaux du sociologue allemand Karl Manheim, souvent considéré comme le fondateur de la Wissensoziologie, la sociologie de la connaissance.

3La science est un phénomène social. Ce phénomène peut être considéré en lui-même et dans ses rapports avec le milieu où il se manifeste. Ainsi une discipline scientifique particulière peut être envisagée comme un ensemble théorique constitué par certains postulats, des jugements de valeur, des constatations empiriques et des généralisations. Cet ensemble théorique est le fruit de l'activité d'une catégorie spéciale d'êtres humains appelés « savants » ou « chercheurs » ou plus généralement « hommes de science ». Il est donc également possible de considérer une discipline scientifique dans ses rapports avec les caractéristiques propres aux hommes de science, avec leurs conceptions, leurs idéaux, leurs traditions, leur position au sein de la société. C'est dans ce sens que notre siècle parle de l'économie politique libérale et que les marxistes russes soulignent le caractère bourgeois de la science démographique occidentale. Enfin, une discipline scientifique peut être étudiée dans ses rapports avec ceux auxquels on communique les résultats des travaux scientifiques, avec les hommes et les groupes qui les admettent ou les rejettent, les utilisent ou les ignorent. Le procès de Galilée et le développement des études sur la structure des atomes constituent deux exemples connus d'influence des groupes sur les recherches.

4Un système scientifique subit, et lors de sa création et lors de son développement, l'influence du contexte social : courants d'idées, traditions intellectuelles, structures sociales, caractéristiques propres au milieu culturel, aux hommes de science et aux publics qui font partie de ce milieu. Ceci peut être illustré par l'histoire des théories sociales : chaque époque, chaque milieu refait « son » histoire des théories sociales antérieures en fonction de préoccupations et d'intérêts dominants. Pourtant, à chaque époque et dans chaque milieu, chaque histoire prétend être également objective. L'analyse comparative des ouvrages appartenant à des époques différentes révèle l'existence d'une série de postulats et d'idées fondamentales, ceux-ci varient, au cours des temps, et cette variation entraîne chaque fois des présentations, des analyses et des modes de jugement nouveaux sur les époques antérieures. Il n'y a pas une histoire des théories sociales, mais des histoires, présentations et interprétations variables des mêmes doctrines envisagées selon des optiques diverses et en fonction de valeurs et de buts variables.

5Une discipline scientifique n'échappe pas au contexte social dans lequel elle se développe. On sait la parenté entre le darwinisme et l'idéologie libérale. La façon dont une discipline scientifique peut être influencée par une autre fournit également un exemple. Au cours du XIXème siècle, le développement de la sociologie a été partiellement déterminé par les progrès de la biologie : bon nombre de notions et de descriptions furent empruntées à la biologie pour définir et caractériser des phénomènes sociaux. Pour s'en convaincre, il suffit de se référer à l'œuvre de Spencer, aux ouvrages de Schaeffle et de Lilienfeld en Allemagne ou à ceux de Guillaume De Greef en Belgique.

6En voulant situer la sociologie, nous avons l'intention de rechercher sa place au sein de notre civilisation en la considérant dans son contexte social, comme un phénomène social parmi d'autres. La sociologie est un élément de notre civilisation occidentale. Vue de la sorte, elle subit l'influence de traditions et de courants d'idées, de situations sociales et politiques. Elle apparaît en un sens comme le fruit de ces courants et de ces situations. Par ailleurs une fois créée, aussitôt qu'elle a pris force et acquis un statut dans la société, la sociologie fait sentir à son tour son influence. Elle travaille dans le sens des forces qui ont favorisé son apparition et elle les renforce. II y a interaction : la sociologie agit sur la vie sociale et subit son action.

7Pour mieux situer la sociologie au sein du contexte social, nous allons isoler et considérer successivement deux éléments de sa définition. D'une façon très générale, la sociologie peut être définie comme une science du phénomène social. Et comme science et comme étude du fait social. La sociologie apparaît liée à tout un ensemble d'éléments de notre culture.

I. – LA SOCIOLOGIE, ABOUTISSEMENT DE L'ATTITUDE SCIENTIFIOUE

8La sociologie est une science sociale, ce qui signifie l'étude de la réalité sociale comme un fait qui s'impose à l'observation. L'attitude scientifique est fort importante pour la sociologie : c'est par elle que l'esprit se porte davantage vers l'observation des faits et recourt à la méthode inductive plutôt que de se porter vers la spéculation philosophique, la connaissance de dogmes ou de principes.

9Le développement de l'attitude scientifique est relativement récent : le point de départ se retrouve à la Renaissance. Sous bien des aspects, celle-ci constitue une réaction contre le Moyen Âge. La pensée y était dominée par le savoir théologique et philosophique, sommet de la hiérarchie des connaissances. À partir de la Renaissance, une réaction se dessine contre cette emprise. La raison et la nature sont les maîtres que l'on veut désormais révérer et considérer comme sources spécifiques et indépendantes de savoir.

10Depuis, on abandonne de plus en plus le champ de la connaissance purement spéculative pour celui de l'observation. Progressivement, on réalise l'étendue des phénomènes naturels et d'une égalité naturelle, égalité qui ne peut être découverte que par l'observation et la comparaison des phénomènes.

11L'extension de l'observation aux différentes branches du savoir a pris plusieurs siècles. Les premières branches, qui sous l'influence de l'attitude scientifique ont reçu une impulsion nouvelle, sont celles qui étudient le monde matériel telles que la physique, la géographie, l'astronomie. Le vivant fut pris ensuite comme objet d'observation ; plus tard encore se développèrent la biologie et la physiologie humaines ; plus tard enfin, l'observation de la conscience et la psychologie.

12Plus on pénètre dans le champ des réalités naturelles, plus vaste paraît le domaine à étudier : lentement on se met à accorder plus d'attention à la connaissance positive du devenir social et ceci n'apparaît que comme le dernier stade d'une longue démarche intellectuelle.

13L'observation sociale s'est manifestée dans nombre de branches du savoir social et a favorisé leur spécialisation. Dès le XVIIIème siècle toute une littérature en témoigne : dans la philosophie de l'histoire, les Príncipes d'une science nouvelle de l'Italien J. B. Vico ; en science politique, l'Essaí sur l'histoire de la société civile d'A. Perguson ou les travaux de Voltaire, de Montesquieu, de de Maistre ; en statistique, l'Arithmétique politique de William Petty, à la fin du XVIIème siècle; en Allemagne, les œuvres de Süssmilch ; en France, celles de Deparcieux et de Mohean ; on peut citer enfin, sur le plan de l'économie politique, les efforts des Physiocrates pour faire triompher la notion de lois naturelles régissant les phénomènes sociaux, lois dont la connaissance est indispensable à la conduite des sociétés. Ce ne sont là que quelques exemples afin de montrer comment dès le XVIIIème siècle, et même à la fin du XVIIème, on trouve dans différentes branches du savoir social un même souci de connaître les faits et les lois qui relient ceux-ci les uns aux autres.

14La sociologie est la dernière née des sciences sociales. Elle vient au terme d'une longue et difficile tendance à l'extension de l'observation à toutes les branches du savoir.

15C'est en dernier lieu que l'observation a pris pour objet d'étude les hommes en société, leurs relations, leurs activités et leurs productions collectives. Voici que les hommes se trouvent à la fois objets et sujets d'étude. L'homme se prend comme un fait : il se tâte, se palpe, s'ausculte. Ayant scruté son hérédité, il surveille la naissance de son moi, il examine ses liens familiaux, il prend conscience de ses dépendances à l'égard des divers groupes auxquels il appartient

16On est arrivé au terme de tout un mouvement de pensée où la science prétendant atteindre tout le réel apparaît à certains comme valeur absolue et norme suprême. L'homme étant perçu comme objet, le groupe tente de dégager les phases de sa propre formation et ses membres se penchent longuement sur leurs propres traces. On ne voit guère en effet sur quels objets nouveaux l'observation pourrait porter. Parmi les activités humaines, même la science a constitué un objet d'observation sociologique : elle est étudiée comme un phénomène social fonction d'une culture et d'un groupe particuliers. La sociologie de la sociologie apparaît comme une étape ultime.

17II y a dans cette attitude de pensée ou l'homme prend sa réalité morale et sociale comme un fait, comme une chose offerte à l'observation, une révolution intellectuelle dont nous soupçonnons à peine la portée. De nouvelles données d'expérience s'accumulent sous un éclairage nouveau et nos conceptions traditionnelles sont soumises à un réexamen.

  • 1 . V. F. Calverton, The Making of Man; an Outline of Anthropology, New-York, 1936.

18Prenons, à titre d'exemple, certaines conceptions relatives à notre propre nature : le moi n'est plus seulement cette entité autonome, indépendante, que je construis à la façon d'un démiurge. L'élaboration du moi, l'image que je m'en forme, sont étroitement dépendantes de l'avis et du jugement des autres. La notion de « rôle », si capitale en psycho-sociologie, met cette dépendance en fort relief : de nombreux comportements dépendent des rôles qu'on adopte ; ils dépendent de ce qu'on pense attendu de soi par les autres. Et cette opinion que je crois mienne, je découvre avec stupeur que je la partage avec cent autres, car les études d'opinion permettent de la situer avec précision au sein d'une distribution des opinions dans la collectivité dont je suis membre. Par ailleurs, la nature humaine n'est plus seulement cette réalité éternelle, échappant aux catégories d'espace et de temps, dont certaine philosophie nous avait laissé l'image. Elle est dans une large mesure un produit, un résultat. C'est une potentialité que le milieu social modèle et forme. Poussée à l'extrême, cette conception aboutit à l'affirmation que l'homme est fait, qu'il est fabriqué par le milieu social. En ce sens les anthropologues américains nous parlent de la personnalité de base et décrivent le making of man 1.

19L'extension progressive de l'observation à toute espèce d'objet de recherche est un fait de grande importance : il y a là un trait fondamental de notre civilisation occidentale. Plusieurs spécialistes de l'histoire des civilisations et des cultures sont d'accord pour déclarer que la science et l'état d'esprit qu'elle entraîne sont des caractéristiques fondamentales de notre civilisation. Tel est du moins l'avis d'auteurs tels qu'Huyzinga, Spengler, Kroeber et Sorokin.

20La conception que l'on se fait de la science se manifeste immédiatement dans l'orientation donnée à la sociologie.

21Voyant dans la science positive la source unique du véritable savoir, des esprits tels que Comte et Durkheim ont attendu de la sociologie, qui les lignes du progrès de l'humanité, qui les fondements de la morale et de la religion.

22Certains auteurs prétendent édifier une sociologie dans le sillage des sciences physiques. Celles-ci ayant atteint un plus haut degré de perfection fourniraient selon eux le modèle approchant le plus de l'idéal scientifique; l'attitude du sociologue américain G. A. Lundberg est un exemple connu de cette tendance. D'autres auteurs, surtout nombreux en Allemagne où ils ont subi l'influence de Rickert, Dilthey et Weber, sont partisans d'une distinction profonde entre sciences de la nature et sciences de la culture; toute la méthodologie et l'orientation de la théorie sociologique devraient suivre l'exemple des autres sciences de la culture.

23L'histoire de la sociologie fournit des exemples nombreux et variés de l'influence de diverses thèses philosophiques relatives à la nature de la science. Mais il est sans doute utile de s'étendre ici davantage sur l'influence qu'elles ont pu exercer.

24À propos de l'action que peuvent avoir certaines conceptions scientifiques plus générales, il n'est pas sans intérêt de souligner l'existence d'une tendance majeure : depuis le début de ce siècle, la recherche scientifique a été de plus eu plus utilitaire. On veut connaître ce qui est utile, ce qui, concrètement, peut aider l'action et rendre des services pratiques. Les progrès industriels, l'étonnante multiplication des techniques de production et de communication, ont augmenté notre dépendance à l'égard des applications de la science. Ceci a engendré des habitudes nouvelles, a façonné d'autres mentalités souhaitant l'accroissement de ces applications. On attend de la science aide et assistance. À quoi sert-elle, si ce n'est à faciliter l'action et à résoudre les problèmes qui surgissent ?

25Il ne faut pas être sorcier pour pouvoir affirmer que, dans la société future. La science sera de plus eu plus mise au service de causes qui sont considérées comme essentielles pour l'humanité. Ceci vaut aussi pour les sciences sociales, ceci vaut aussi pour la sociologie. En fait, c'est ce qui se réalise de nos jours ou les universitaires ne voient la possibilité de développer fortement la recherche qu'en écoutant les souhaits des hommes d'action.

II. – LA SOCIOLOGIE, FRUIT DE COURANTS D'IDÉES ET DE TRANSFORMATIONS DE LA SOCIÉTÉ CONTEMPORAINE

26Si la sociologie est une création récente, création dont on peut rendre compte par un ensemble de courants d'idées et de transformations propres à la société contemporaine, il n'est pas sans intérêt de considérer rapidement les indications du passé.

27L'intérêt que suscite la connaissance de la vie sociale est ancien. Ce phénomène est spontané, car nous vivons et nous développons dans un contexte social. Depuis la plus haute antiquité, les hommes ont témoigné de cet intérêt par leurs écrits. II y a tout d'abord et surtout les écrits descriptifs ; il importe de rappeler ici la très substantielle littérature narrative ou littérature de voyage relative aux mœurs, coutumes et institutions de peuples étrangers, littérature dont les écrits d'Hérodote, de César et de Tacite dans l'antiquité, de Marco Polo au Moyen Âge constituent des sommets. La philosophie sociale est une autre manifestation de cet intérêt pour la vie sociale : Aristote, Bodin et Montesquieu n'ont pas seulement voulu élaborer des normes sociales ; ces esprits étaient suffisamment positifs pour se rendre compte de la nécessité d'une connaissance approfondie des situations sociales, des usages et des traditions, des structures politiques.

28L'histoire de la littérature sociale narrative et celle de la philosophie sociale ne concernent pas seulement le devenir de la sociologie. Elles sont riches d'enseignements pour la sociologie de la connaissance. Elles montrent que certains facteurs stimulent l'attention sociale et poussent aux études sociales.

29Ni le développement de la philosophie sociale, ni celui de la littérature de voyage n'ont pris place de façon régulière et progressive. Ces développements ont été particulièrement favorisés par certaines circonstances dont on peut observer l'action durant des périodes déterminées de l'histoire : les Vème et IVème siècles en Grèce, l'époque des Croisades, la Renaissance et la Réforme, le XVIIIème siècle et toute la période qui suit, ont été particulièrement stimulants pour la pensée sociale.

30Parmi les facteurs dont l'action a été particulièrement vive, on peut indiquer les suivants :

  • la disparition de l'unanimité spirituelle et de l'unité culturelle. Aussitôt que les hommes ne s'accordent plus au sujet d'une conception générale de vie et des fondements de la vie sociale, les discussions surgissent et la réflexion critique prend de l'ampleur. Les Vème et IVème siècles en Grèce et la Réforme sont sans doute de ces périodes privilégiées pour le développement de l'esprit critique et de la réflexion ;

  • de rapides changements dans la structure sociale. Lorsque le rythme des modifications qui se produisent dans la structure sociale s'accélère, cette dernière perd de son caractère de permanence et d'éternité. Ce phénomène s'est produit bien des fois au cours de l'histoire : les changements répétés de structure politique à Athènes au cours du IVème siècle avant J.-C., les guerres de religion avec tous les conflits internes qui les accompagnent, la Révolution française et la révolution industrielle sont autant de moments particulièrement favorables pour la pensée sociale ;

  • la connaissance de nouveaux peuples, d'autres traditions et modes de vie, à l'occasion de la découverte de pays nouveaux. Les guerres au cours de l'antiquité, les Croisades et la découverte du Nouveau Monde ont donné lieu à toute une littérature de voyages. Aussi longtemps que les hommes n'ont qu'un modèle sous les yeux, celui de la société où ils vivent avec ses institutions, ses traditions, ses structures, ce modèle leur parait naturel, évident. Ils ne songent pas à le décrire ou à y réfléchir. De rapides changements dans la structure sociale, les voyages, les contacts avec d'autres peuples mènent à percevoir la relativité d'une forme déterminée de vie collective, le caractère variable des mœurs et des institutions : la curiosité est aiguisée et la comparaison conduit à la réflexion et à la recherche.

31Nous sommes témoins, depuis le XIXème siècle, d'un développement prodigieux de la littérature sociale. Quoique l'allure de plusieurs facteurs que nous avons cités se soit précipitée, elle ne suffit pas à rendre compte de l'ampleur de ce développement.

  • 2 J. Leclercq, Introduction à la sociologie, Louvain, 1948.

32Pour comprendre l'intérêt éprouvé par nos contemporains à l'égard de la vie sociale, il faut tenir compte d'un ensemble de courants d'idées et de circonstances qui vont se développant depuis la fin du XVIIIème siècle et dont la sociologie subit la poussée « à tel point que l'apparition de la sociologie correspond à une sorte de fatalité » 2.

33Les courants d'idées qui importent le plus à la sociologie sont ceux par lesquels l'attention se trouve de plus eu plus attirée vers la masse des citoyens ou l'ensemble de la collectivité sociale. Deux puissants mouvements y ont surtout contribué, le mouvement démocratique et le nationalisme.

34Le mouvement démocratique est essentiellement humanitaire. Il fixe l'attention sur tous les hommes en réaction contre les conceptions aristocratiques qui dominaient jadis l'Europe tant sur le plan de la politique intérieure que sur celui de la politique étrangère. Non plus une élite privilégiée mais les couches les plus nombreuses de la population vont devenir le centre des préoccupations sociales.

35On réalise désormais, et ce sentiment est de conséquence, que le but de la vie collective est commun, qu'on doit rechercher le bien-être de tous. Dorénavant la vie, l'étude de la communauté nationale est rendue plus aisée ; elle va être conseillée. Les phénomènes sociaux et politiques sont tombés dans le domaine public : ce ne sont plus des questions secrètes – ce qu'on appelait dans la France d'ancien régime les « affaires du roi » – réservées exclusivement à quelques hommes au pouvoir. Le socialisme et surtout le socialisme scientifique, mettra en évidence l'importance des structures sociales et économiques et il jouera un rôle primordial dans la nouvelle orientation des esprits.

36Le mouvement démocratique met l'accent sur l'égalité. Suivant en cela les préférences de l'esprit classique, on fait abstraction de ce qui différencie les hommes et les peuples pour mettre l'accent sur ce qu'ils ont de commun. L'amour du genre humain devient chez les théoriciens de la Révolution française une adoration du genre humain considéré comme une unité abstraite, un ensemble indifférencié. L'importance de ceci pour la sociologie, quoiqu'indirecte, est néanmoins grande. Les conceptions égalitaires aiguisent en Allemagne la réaction nationaliste. On refusera de considérer les hommes comme des êtres strictement égaux et les peuples comme des entités juridiques uniformes. L'humanité n'est pas la somme d'individus identiques et d'identiques sociétés. On voudra le démontrer en faisant ressortir ce qui est propre à chaque nation.

37Le nationalisme lutte pour une connaissance plus concrète et plus exacte de la réalité sociale. La comparaison avec un organisme vivant permet de mettre en lumière le caractère naturel et spontané de la vie sociale. On aboutit à la notion de phénomènes purement sociaux, qui doivent être étudiés comme tels : la création de la revue intitulée Zeitschrift für Volkerpsychologie à laquelle œuvrent en 1860 Lazarus et Steinthal a pour but la constitution d'une science des phénomènes sociaux. Par un chemin fort différent de celui du mouvement démocratique, le nationalisme met l'accent sur la réalité et les droits du groupe national par opposition à la volonté individuelle du prince.

38Les conséquences du mouvement démocratique et du nationalisme ont été profondes et ne sont pas limitées au plan politique et social. Dans toute une série de branches du savoir, en psychologie, en histoire, en droit, en économie, en philosophie, l'attention va désormais être attirée sur les aspects sociaux de l'activité humaine. Sans s'attarder davantage à l'histoire et aux conséquences de ces mouvements, il importe de montrer combien sous l'influence démocratique s'est opéré un glissement de valeurs et un changement de perspectives.

39L'attention sociale s'est déplacée de l'individu vers le groupe, des catégories restreintes aux catégories les plus larges.

40Ce déplacement est fort caractéristique et sur le plan de la politique étrangère et sur celui de la politique interne. Jadis les peuples étaient échangés selon le bon vouloir et la fantaisie des souverains ; les guerres étaient faites pour la plus grande gloire de leurs majestés ; il y avait confusion entre les affaires des familles royales et celles de leurs États et il suffit, pour s'en souvenir, de rappeler les multiples guerres « de succession ». Depuis la Révolution française, les guerres ont été faites au nom des peuples, pour leur apporter la paix, la liberté, le bien-être; on prétendra que le peuple a besoin d'un espace vital ou qu'il doit être protégé contre l'idéologie ou l'impérialisme d'autres.

41Sur le plan politique interne tous les gouvernements autoritaires ou non, prétendent représenter le peuple, venir du peuple et diriger pour le peuple. Ce ne sont plus une élite ou quelques familles qui forment l'objet des préoccupations sociales, mais toute une nation, une région, les masses populaires, l'ensemble des familles alors que jadis tous les privilèges et tous les avantages sociaux allaient à une élite privilégiée. Aujourd'hui les lois sont faites pour les travailleurs, les agriculteurs, les classes moyennes : plus ils sont ou paraissent nombreux, plus grande est leur influence. Les problèmes politiques sont résolus par les décisions de la majorité et le spécialiste de l'opinion publique s'intéresse surtout aux gros pourcentages.

42Ce changement des perspectives idéologiques, dont nous venons de souligner un aspect, s'accompagne de modifications profondes dans la structure de la société contemporaine ; la révolution industrielle et les inventions techniques ont créé des conditions de vie nouvelles qui, offertes à des masses de plus en plus nombreuses, favorisent leur avènement.

43Conséquences frappantes : l'accroissement remarquable de la population occidentale et le rassemblement des grandes masses dans des agglomérations urbaines qui constitue un aspect typique de la vie contemporaine. La ville y exerce sa domination : notre civilisation est urbaine.

44Depuis 1650, la population mondiale a quadruplé. Elle est aujourd'hui le double de ce qu'elle était il y a un siècle. L'Europe a quintuplé sa population en 300 ans. On sait qu'un des problèmes les plus angoissants sur le plan international est celui de 1'accroissement rapide des populations de pays économiquement faibles.

45Point n'est besoin de démontrer que la ville devient le centre de la vie collective. Bien que son développement démographique repose sur la plus grande fécondité des populations rurales, la ville étend de plus en plus son hégémonie. Les éléments économiques fondamentaux de cette hégémonie se trouvent dans le fait que la ville constitue un marché pour la production et un centre de contrôle commercial et financier. Le développement de moyens de communication ultra-rapides permet le déplacement journalier de dizaines de milliers d'habitants vers les grandes villes et est à l'origine d'une population de jour dont la grandeur ne fait que croître.

46À côté des moyens de transport, il y a l'influence des moyens de diffusion des idées : l'augmentation de la circulation des journaux urbains, l'accroissement des communications téléphoniques avec la ville, la diffusion des appareils de radio, la multiplication des salles de cinéma, autant d'indices de la présence croissante de la ville dans les campagnes. Les régions rurales sont en fait de plus en plus dominées par les usages, les modes de vie et les conceptions propres à la vie urbaine.

47L'extension de la civilisation urbaine n'est qu'un exemple pris parmi cent autres qui témoignent de la naissance de nouvelles formes de vie sociale et d'une emprise croissante du collectif.

48Pour situer la sociologie, il faudrait enfin rappeler certains aspects de l'évolution technique : en même temps que les changements dans les jugements de valeur, alors que les groupes humains deviennent plus vastes et les catégories les plus larges plus influentes, on assiste à une multiplication des techniques dont l'objet est d'atteindre ces groupes et de mieux les connaître. Ceci n'est pas l'effet du hasard.

49Dans une civilisation où la dépendance mutuelle s'accroît, où les intérêts collectifs et les décisions prises en commun acquièrent sans cesse plus d'importance, ces techniques ont une très grande signification.

50Notre vie s'est socialisée, les hommes ont développé les sentiments et ils ont élaboré les théories qui correspondent à une socialisation de plus en plus inscrite dans leurs actes et les institutions sociales. Une planification de plus en plus poussée semble un aspect nécessaire de cette évolution au terme de laquelle apparaît parfois le spectre du conditionnement volontaire des groupes.

51La place de la sociologie est ici : au sein d'une civilisation qui a le culte de l'observation, où toute une série de facteurs d'ordre idéologique et d'ordre matériel attirent l'attention sur une réalité sociale que des techniques sans cesse plus raffinées permettent de mieux connaître. La sociologie trouve place parmi un ensemble de sciences sociales qui mettent l'accent sur les groupes montrant combien l'homme est dépendant du milieu social et culturel dont il fait partie, dépendance dont on n'aurait pas soupçonné 1'ampleur jadis. Anthropologues, criminologues, psychologues, éducateurs font ressortir l'influence du milieu social sur les pensées, les habitudes, toute la personnalité de l'individu.

52Situer la sociologie en fonction des principaux courants d'idées et de quelques changements de structure de notre civilisation occidentale n'est qu'un premier chapitre de la sociologie de la sociologie. Il en reste plusieurs autres et, sans avoir la prétention d'être complet, je voudrais en indiquer ici quelques-uns.

53II y a tout d'abord la lutte pour la reconnaissance de la sociologie. Cette lutte a été livrée dès le XIXème siècle. En reprenant les premiers travaux de cette époque, on est frappé de voir la place qu'y prend la polémique : l'affirmation répétée qu'il existe une sociologie, que cette sociologie a son domaine propre, que ce domaine n'est pas réductible à celui des autres sciences sociales. La sociologie formelle de G. Simmel résulte du souci d'assurer à la sociologie un domaine spécifique, celui des formes sociales pures, qui ne puisse être revendiqué par aucune autre science sociale.

54À la lutte pour la reconnaissance de la sociologie, se lie la question de savoir quelle place revient à la sociologie parmi les autres sciences sociales.

55Au début, alors qu'elle n'était rien, la sociologie a eu des prétentions fort impérialistes. Comme dans toute science à ses débuts, l'objet en était défini d'une façon très vague. Auguste Comte présentait la sociologie comme le couronnement du savoir, comme une synthèse des sciences sociales. Jusqu'au début du XXème siècle, de nombreux auteurs ont, à la suite de Comte et de Spencer, défendu une conception encyclopédique de la sociologie. Ce n'est que fort lentement que l'accord s'est fait sur la conception plus modeste, acquise de nos jours, d'une sociologie, science sociale particulière parmi d'autres.

56L'accord existe parmi les spécialistes. En fait, l'observation révèle que la place faite à la sociologie parmi d'autres sciences sociales et le statut qu'on lui reconnaît varient fortement de pays à pays. Cette question peut être envisagée sous l'angle du développement de la recherche et de l'enseignement. On sera frappé de la grande diversité des conceptions quant à la situation institutionnelle de la sociologie au sein de l'université : ici elle apparaît liée au droit, là aux lettres, là encore à des sciences sociales voisines telles que l'économie, l'anthropologie ou la science politique, ailleurs elle est indépendante. Leçon de diversité aussi, si on examine l'ampleur des programmes et les possibilités de spécialisation offertes aux étudiants. La question du statut de la sociologie peut également être envisagée sous l'angle du prestige dont bénéficient les spécialistes de différentes disciplines sociales : quel est le prestige des sociologues au sein des sphères académiques par rapport aux économistes, aux political scientists, aux juristes ? Comment apparaissent-ils au monde extérieur, aux gens d'affaires, aux hommes d'action ? Il est frappant de voir le grand prestige qu'ont les historiens et les juristes en France, le crédit dont bénéficient les anthropologues sociaux en Grande-Bretagne, les économistes dans certaines universités. Une enquête menée par le National 0pinion Research Center, aux États-Unis, montre que du point de vue du prestige le sociologue se classe plus bas que le psychologue et un peu plus haut que le biologiste. Ce classement était la résultante d'opinions sollicitées dans des milieux très divers : sans doute s'alliait-il aux conceptions les plus diverses sur le rôle des spécialistes proposés au classement, rôle qui dépend à son tour de la fonction qu'ils exercent dans la société et de la réputation qu'ils y ont acquise.

57Non seulement la place de la sociologie varie de pays à pays, mais son développement, son contenu, ses buts. Un chapitre important de la sociologie de la sociologie devrait porter sur le rapport entre la sociologie et le cadre national.

58Toute une partie de l'histoire de la sociologie s'inscrit dans les cadres nationaux et ne peut en être séparée. De la fin du XIXème siècle à la seconde guerre mondiale, il y a dans l'histoire de la sociologie une phase qu'on peut appeler nationale. En Allemagne, aux États-Unis, en France, en Grande-Bretagne, la sociologie présente des caractéristiques propres qui se marquent dans les méthodes de recherche, dans les sujets traités, dans les buts généraux que l'on s'assigne.

59Ainsi, la sociologie française contraste avec la sociologie américaine par l'usage de la méthode historique, les Français s'intéressant au passé pour comprendre le présent et les Américains, au présent pour comprendre l'avenir; le contraste n'est pas moins vif sur le plan des préoccupations philosophiques remarquablement vives d'un côté – on songe à l'anticléricalisme de Durkheim – remarquablement absentes de l'autre ; autre opposition encore : le caractère spéculatif de nombreuses études sociologiques françaises d'une part et d'autre part le caractère utilitaire de la recherche en Amérique. On ne peut rendre compte du choix des sujets d'étude que si l'on prend en considération les problèmes politiques et sociaux propres à chaque pays. L'intérêt des Américains pour la sociologie des relations raciales est évidemment directement lié au problème racial aux États-Unis. La distinction faite par Tönnies entre Geimeinschaft et Gesellschaft, n'aurait sans doute pas eu le succès qu'elle a obtenu, si elle ne correspondait à des notions capitales dans le nationalisme allemand : l'opposition entre l'État et la Nation ; L'État : mécanique artificielle, construction juridique, fruit d'un contrat rationnel, et la Nation : réalité naturelle et fruit de l'histoire.

60Dans chaque pays, la sociologie a été prise dans un contexte social propre ; très normalement les sociologues ont été influencés par le décor social dans lequel ils vivaient et ont partagé les préoccupations de leurs compatriotes. La sélection des objets d'étude, l'usage des méthodes, la définition des buts généraux de la recherche sont marqués par les traditions scientifiques et les préoccupations théoriques ou pratiques propres à chaque pays.

61Ceci fait surgir le problème de l'objectivité scientifique et il faut sans doute se féliciter du fait que le développement des contacts internationaux et des recherches menées de front dans plusieurs pays selon des techniques communes permettent d'entrevoir une phase où la sociologie serait moins liée au cadre national.

62La sociologie de la sociologie ne présente pas seulement un intérêt spéculatif. Elle est d'un intérêt pratique évident. La connaissance des facteurs qui influencent la sociologie peut servir à mettre en lumière ceux qui favorisent son développement, augmentent son prestige et agrandissent sa sphère d'influence. Il n'est pas douteux qu'un examen des faits propres à chaque pays pourrait conduire à une meilleure appréciation de la sociologie et à une mesure plus exacte des services qu'elle peut rendre. Sans doute importe-t-il avant tout de la voir comme un fait social. Un fait social dépendant d'autres faits sociaux et dont d'autres faits sociaux dépendent. Et lorsque, à la suite de leurs observations, les sociologues mettent en lumière l'influence du social, leurs constatations scientifiques sont elles-mêmes le point de départ de jugements et de décisions qui modifient l'action humaine et les structures sociales.

Haut de page

Notes

1 . V. F. Calverton, The Making of Man; an Outline of Anthropology, New-York, 1936.

2 J. Leclercq, Introduction à la sociologie, Louvain, 1948.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre de Bie, « Situation de la sociologie », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Pierre de Bie, mis en ligne le 25 janvier 2010, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3038

Haut de page

Auteur

Pierre de Bie

(1917-1996) - Université de Louvain, Belgique

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page