Navigation – Plan du site
Georges Gurvitch et l'à-venir de la sociologie

« Les cadres sociaux de la connaissance sociologique »

Article paru dans les Cahiers internationaux de sociologie, vol. XXVI, janvier-juin 1959, présenté par Francis Farrugia.
Georges Gurvitch

Résumés

Conférence de Georges Gurvitch prononcée en clôture du second colloque de l’AISLF qui s’est tenu à Royaumont en France en mars 1959 et intitulé « Les cadres sociaux de la sociologie ». Ce texte a fait l’objet d’une première publication dans les Cahiers internationaux de sociologie, vol. XXVI, 1959. Il est reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

Haut de page

Notes de la rédaction

Les particularités de présentation de l’original ont été conservées. Pour consulter la présentation de ce texte, aller à : http://sociologies.revues.org/index3086.html

Texte intégral

1Il est pour moi assez difficile d'accomplir ma tâche dans ce sens que les conclusions que je vais vous présenter seront, je le crains, beaucoup trop influencées par mes propres positions et je m'en excuse d'avance.

  • 1 Cf. sur le problème de la sociologie de la connaissance mes trois études dans la Revue Philosophiqu (...)

2La première tendance ou la tendance générale essentielle qui, dans mon esprit, se dégage de ce colloque, est la constatation que la sociologie est en train d'envahir des domaines nouveaux. Elle s’élargit, elle devient pour ainsi dire omniprésente, elle pénètre jusqu’à la littérature, jusqu'à l'art, sans parler de la connaissance 1 y compris la connaissance sociologique elle-même, ce qui a été d'ailleurs, le sujet de notre semaine. Mais cet élargissement, cet épanouissement du domaine est accompagné – et ceci, je crois, chez tous les rapporteurs – en même temps d’un esprit de modestie. C'est-à-dire que la sociologie en envahissant toutes les activités humaines, devient peut-être un peu plus prudente qu'elle n'était auparavant, car elle constate qu’elle a des limites. Ces limites ont été comprises d'une façon différente ; d'une façon très classique, comme par exemple dans la discussion entre M. C. Perelman et moi-même au sujet de l'argumentation, à savoir si cette dernière était le seul sujet de la sociologie de la connaissance et de quelle façon celle-ci pouvait s’élargir. En tout cas, on limite d’une façon ou d’une autre les prétentions de la sociologie. Elle n’est plus aussi arrogante qu’elle était. Elle est inquiète ; elle ne veut pas se substituer à la philosophie. Elle ne veut pas s’occuper de justifications. Elle ne veut même pas, sous un certain aspect, être considérée comme essentiellement critique. Elle veut devenir une science proprement dite dans la mesure du possible.

3Et ceci nous conduit à un sujet qui est essentiellement le nôtre, et que je formule, pour ma part, comme « les cadres sociaux de la connaissance sociologique ». Qu’a donc de spécifique la connaissance sociologique, qui la pousse peut-être plus que toute autre connaissance scientifique à faire un examen de conscience et à poser avec inquiétude le problème de ses coefficients humains, venant de cadres sociaux précis ? C’est sur cette question que je vais insister quelques instants. Mais je voudrais d’abord, tout en regrettant son absence, mettre en cause, une minute du moins, mon collègue R. Aron, en m’excusant devant lui de le faire sans qu’il puisse se défendre. M. R. Aron a dit que la sociologie a toujours, au fond, recherché ses propres cadres et que la question n’était pas nouvelle. D’une façon formelle, il a tout à fait raison. Mais seulement je dois faire cette réserve que pour autant qu’on cherchait les cadres sociaux de la connaissance sociologique, on les cherchait dans un but précis : la justification de certaines affirmations sociologiques. Tandis qu’aujourd’hui, quand la sociologie recherche les cadres sociaux où s’effectue son travail, elle les recherche non pas pour se justifier ou pour justifier une doctrine sociologique particulière mais dans le but, au contraire, de mettre entre parenthèse, autant que possible, le coefficient d’évaluation et le coefficient social et humain qui sont propres à la connaissance sociologique. Donc, lorsque, aujourd’hui, on s’efforce de rendre conscients les cadres sociaux de la connaissance sociologique, c’est justement dans le but de s’opposer aux sociologies anciennes qui utilisaient la « sociologie de la sociologie » avec une intention apologétique. Aujourd’hui, la « mise en perspective sociologique » de la sociologie elle-même est envisagée dans le sens d’une auto-critique et d’une épuration. Et je crois que c’est cela l’essentiel et que c’est un point sur lequel tous les rapporteurs sont tombés d’accord. Nous avons tous voulu rendre la sociologie plus scientifique ; plus scientifique et en même temps plus consciente de ses propres limites : qu’il s’agisse des problèmes ethnologiques, qu’il s’agisse des problèmes de la sociologie économique, qu’il s’agisse des problèmes de la sociologie de l’art et de la sociologie de la littérature, partout perce le même esprit : le désir de rendre conscientes des présuppositions qui venaient des cadres sociaux, des perspectives et des orientations suggérées par ces cadres, et de cette façon révéler la relativité de la connaissance sociologique, limitant ses propres prétentions.

4À cela s’ajoute encore un élément que je voudrais bien retenir : c’est qu’on se rend de plus en plus compte du fait qu’expliquer ne veut pas dire nécessairement expliquer de façon causale. On peut expliquer en mettant en perspective sociologique par des corrélations fonctionnelles, par des intégrations dans des ensembles et finalement même par des calculs de probabilité, sans recourir au principe de causalité comme tel. Ce qui donne à la sociologie un champ d’action beaucoup plus large. Parce que mettre en perspective sociologique une œuvre d’art, mettre en perspective sociologique une pensée philosophique ou scientifique, mettre en perspective sociologique une théorie sociologique elle-même, ne veut pas dire la considérer par là comme une espèce d’épiphénoménon, c’est-à-dire seulement comme le reflet d’une situation ; c’est seulement la mettre dans une situation de corrélation fonctionnelle. C’est pourquoi, en appliquant les explications que donnent les sociologues au domaine de la sociologie de la connaissance, on ne pose pas, en tant que tel, le problème de la validité ou de l’invalidité de la connaissance qui est mise en perspective. C’est tout à fait essentiel et j’ai remarqué chez la plupart des conférenciers qui ont parlé cette tendance à ne pas abuser trop de la causalité en disant « voilà la cause : elle est dans le cadre social ; et voilà l’effet : il est dans telle ou telle œuvre culturelle que nous étudions », mais de les mettre simplement en corrélation, en intégrant les œuvres de civilisation dans les phénomènes sociaux totaux sans poser le problème de leur validité, comme telle. C’est, d’ailleurs, seulement une précision de ce que je comprends sous « la limitation de la prétention de la sociologie », en même temps qu’elle s’élargit du point de vue de son domaine.

  • 2 Cf. Geschichle und Klassenbewusstsein, 1923, et mon commentaire dans Le concept de classes sociales (...)
  • 3 Cf. à ce sujet mes cours ronéotypés : La sociologie de Karl Marx, C.D.U., Paris, 1959, et A. Comte, (...)

5Après ces remarques extrêmement générales, je me permettrai de vous donner simplement – parce que j’ai l’intention d’être très bref – quelques exemples qui pourront préciser ma pensée. Premier exemple : les cadres sociaux du marxisme, discutés dans une contribution écrite d’Henri Lefebvre. Il y a une première constatation à faire : que le cadre social de la pensée de Karl Marx est tout d’abord la structure du capitalisme concurrentiel, ensuite et très partiellement la structure du capitalisme dirigiste. Si l’on se rend compte que Marx, au fond, a surtout donné une excellente explication de la situation de la société capitaliste, dans une certaine période, et que tout ce qu’il a dit aussi bien du passé que de l’avenir est infiniment plus discutable, on voit déjà se dessiner ici un cadre de référence très précis venant d’un phénomène social global particulier. Cela peut, d’ailleurs, servir de base d’auto-critique des marxistes, et de base très sérieuse. D’ailleurs Lucacs avait déjà commencé ce travail 2. Mais on peut aller plus loin ; on peut constater que le marxisme ne fut d’abord rien d’autre – en tant qu’il se combinait avec une foi eschatologique en la disparition des classes, où il devenait à la fois sociologie et doctrine sociale et politique – qu’une profession de foi d’un nombre très limité de groupements révolutionnaires restreints, surtout composés d’émigrés. Ce fut le cadre social particulier de la pensée de Marx durant sa vie. La doctrine marxiste a eu ensuite comme cadre social des mouvements ouvriers puissants et organisés, spécialement cette pensée a poussé de profondes racines en Allemagne. Il y avait en Allemagne des syndicats (Gewerkschaften) intégrant une grande partie de la classe ouvrière et dominés par la social-démocratie allemande très organisée et très bureaucratisée. Et que devient alors la pensée marxiste ? Elle se trouve surtout liée à une conception de la vie sociale et politique des fonctionnaires du parti social-démocrate allemand et des syndicats allemands. Le marxisme se bureaucratise fortement ; il prend une tout autre forme que chez Marx lui-même où un grand savant, un grand sociologue s’est combiné évidemment avec un homme qui avait l’esprit d’un prophète. Le marxisme allemand de cette époque est remarquable par sa platitude : il se dessèche à tous les points de vue. Si, ensuite, on replace le marxisme, d’une part, dans le cadre social de la Russie soviétique par exemple, après la révolution, et d’autre part dans le cadre social, disons du parti communiste en France, cela devient encore des choses différentes et nous nous trouvons devant d’autres aspects du marxisme. Et je crois que pour une compréhension effective de ce que Marx a pensé, pour des interprétations vraiment complètes de la pensée de Marx, les textes de Marx ne suffisent pas. Il faut prendre en considération les différents contextes dans lesquels la pensée marxiste s’est développée en suivant les sinuosités des différents cadres sociaux. Je prévois une objection. On pourrait me dire que ces fluctuations ne sont pas autant caractéristiques de la théorie sociologique que des doctrines politiques, et qu’à ce point de vue l’exemple de la pensée de Marx a été mal choisi, car Marx est beaucoup plus doctrinaire que sociologue. Loin de moi l’idée de nier la combinaison de ces deux éléments chez Marx. Cependant, je considère que la plus grande originalité de Marx est dans sa théorie sociologique et ceci à toutes les périodes de son développement 3. Il est autant fondateur de la sociologie comme science que son prédécesseur Saint-Simon ou son contemporain Auguste Comte. Et c’est l’interprétation de sa sociologie dans les différents cadres sociaux qui nous intéresse ici…

6Je vais recourir à un autre exemple de l’application de la même méthode. Je touche ici à la sociologie du maître le plus vénéré de la sociologie française : celle d’Émile Durkheim. Émile Durkheim est un très grand sociologue qui a formulé des idées extrêmement riches et a réuni des faits d’une importance tout à fait capitale. Mais en même temps il a élaboré une sociologie qui se laisse intégrer dans un certain cadre social global, facile à repérer : c’est le cadre de la IIIe République. Ce cadre est caractérisé par la séparation de l’Église et de l’État, par le triomphe du rationalisme, par la croyance au progrès, par la conviction que la « solidarité organique » va éliminer la « solidarité mécanique ». Et si on intègre Durkheim dans le cadre de la IIIe République, de même que si on se rend compte qu’il n’y avait pas d’enseignement de la sociologie, en France, avant lui, qu’il a créé cet enseignement dans l’Université, qu’il y a donc eu toute une lutte, qu’il y a eu une « école durkheimienne », une école durkheimienne qui était elle-même un groupe (dans ce groupe il y eut des fidèles, des hétérodoxes, des sectaires, des hérétiques et ainsi de suite), on arrive à la conclusion que le coefficient social et humain n’est pas à négliger dans la compréhension de la sociologie de Durkheim. En effet, pour juger de ce qu’il a donné et de ce qu’il n’a pas donné, ainsi que de ce qui est resté vivant et de ce qui est mort dans sa pensée, il faut mettre les problèmes qui le préoccupaient et les solutions qu’il en proposait en perspective par rapport à la structure sociale qui l’entourait.

7Le troisième exemple que je prendrai, ce sont les cadres sociaux de la sociologie américaine. Ce sujet a été traité d’une façon excellente par mon collègue Raymond Aron. Il faut dire que nous nous trouvons ici devant des cadres tout à fait différents de ceux du marxisme ou de ceux de la sociologie durkheimienne : il s’agit des structures et des phénomènes sociaux totaux spécifiques. La sociologie américaine prit un essor tout particulier au moment de la grande crise de Wall-Street, au moment du New-Deal de Roosevelt, lors des terribles inquiétudes où l’on voulut prédire l’avenir le plus immédiat, où les milieux d’affaires (business-circles), extrêmement tourmentés, cherchèrent une science susceptible d’entrevoir à courte échéance ce que les économistes et, à plus forte raison, les politiciens de ce temps n’avaient pas réussi à faire. La sociologie américaine se répandit en plus dans les universités, dans une grande mesure par des initiatives privées. L’orientation dominante jusqu’à ces derniers temps, de cette sociologie américaine, était d’arriver à pouvoir statuer avec assurance l’éventualité ou la non-éventualité d’une nouvelle crise dans les années à venir. Comment, en général, intégrer l’homme et les groupements particuliers dans une structure et une conjoncture spécifiques qui sont celles des États-Unis d’Amérique d’aujourd’hui ? D’où le problème dominant d’adjustment que nous ne pouvons pas traduire autrement que « conformité », conformité des groupes d’émigrés à l’ensemble de la société américaine, conformité des ouvriers au travail intense dans les usines, conformité du professeur et même du sociologue aux exigences de l’Université où il enseigne et aux « projets de recherche » directement imposés par les différentes Fondations et, par leurs intermédiaires, par le « State Department ». Nous sommes de nouveau devant un cadre tout à fait différent et ce cadre oriente d’une certaine façon la sociologie américaine, qui commence, d’ailleurs, en ce moment précis à résister à cette orientation, en revenant à la réflexion théorique.

8Je voudrais dire qu’il y a ici un problème très important : le problème de la sociologie de la connaissance sociologique. Problème essentiellement lié à l’effort de la sociologie tendant à devenir de moins en moins dépendante des jugements de valeur répandus dans le milieu social dominant, des finalités qui lui sont imposées par la structure sociale où elle se développe. Cet effort conduit à rendre la sociologie aussi scientifique que possible, sans pour autant la justifier de telle ou telle façon.

9Mais la sociologie, comme toute science d’ailleurs et plus généralement comme toute connaissance humaine, se manifeste dans une société. Et bien des sociétés où se manifeste aujourd’hui la sociologie sont des sociétés essentiellement orientées vers le technicisme, vers la technocratie ou vers ce qu’on a appelé la « civilisation technicienne ». On attend donc du sociologue – et c’est une demande universelle, indépendamment du régime et du type de structure – de la « compétence technique ». Non pas la compétence technique pour faire une recherche, mais la compétence technique qui permettrait au sociologue de conseiller directement les directeurs d’usines, les administrations des trusts et des cartels, les planificateurs et finalement « les hommes de l’appareil » des partis et les grands administrateurs politiques. Nous vivons à une époque où dans l’échelle des différents genres de connaissance, c’est la connaissance technique qui, entremêlée avec la connaissance politique, aspire à la première place.

10La sociologie, pour subsister et se développer, a donc tendance à s’adapter à ces exigences. En s’efforçant de devenir scientifique, elle veut en même temps devenir pratique dans le sens technicien de ce terme, c’est-à-dire qu’elle veut donner aux organismes administratifs, aux « appareils » qui « gèrent » et vont peut-être de plus en plus dominer sous différentes formes la société, des « experts » qui viendraient de la sociologie. Il y a donc ici tout un mouvement auquel il est extrêmement difficile de résister. Je crois que le fait est très instructif que les sociologues aient très peu étudié, jusqu’à présent, le problème de la technocratie et de ses différentes expressions et manifestations sous les différents régimes actuels d’une industrialisation poussée. Les sociologues ont, en même temps, tendance à fournir autant de technocrates que possible aux différents régimes.

11D’une part, on ne fait pas la sociologie de la technocratie et d’autre part, on veut, par la sociologie, préparer des technocrates. En réalité, que ces technocrates-sociologues qu’on prépare soient vraiment aussi compétents que les techniciens de la bombe atomique, qu’ils aient suffisamment de compétence et de connaissances pour servir effectivement de guides aux dirigeants aussi bien économiques qu’administratifs, militaires et politiques, ou qu’il s’agisse de techniciens de paille qui par leur soi-disant compétence ne serviront que d’alibis pour couvrir d’une façon intéressée ou arbitraire les mesures les plus discutables qu’un pouvoir non contrôlé, soit dans la vie économique, soit dans la vie administrative, soit dans la vie politique, serait amené à prendre, c’est une question à part, qui pourrait elle-même être étudiée sociologiquement.

12Mais ce qu’on peut constater – et c’est justement mon dernier exemple – c’est qu’un grand danger pèse sur la sociologie. D’une part, elle se rend de plus en plus compte des coefficients humains qui lui sont propres et cherche à mettre ces coefficients humains entre parenthèses ; et, d’autre part, l’influence de la société où elle agit – et ceci sous différents régimes – la pousse de plus en plus à préparer des techniciens, mieux des technocrates de ces régimes, sans pouvoir garantir que ces sociologues sont effectivement compétents…

13Voilà la situation réelle devant laquelle nous nous trouvons.

  • 4 Le mal fait par la technicisation des human relations aux États-Unis est incalculable. Souhaitons q (...)

14On répondra à ces considérations peu réconfortantes, je le sais et je m’y attends, que tout de même, celui qui a fait des études sociologiques, l’étudiant qui prépare une licence de sociologie, par exemple, doit avoir des débouchés. Quand un étudiant étudiait la philosophie et s’il avait le bonheur de passer le concours d’agrégation en particulier, il avait un débouché précis : celui de professeur. Quel sera le débouché d’un licencié en sociologie si on ne l’autorise pas à jouer le rôle de l’expert-technicien, du technocrate en herbe ? Voilà l’objection qu’on me fera : c’est une objection très grave et très sérieuse qui montre, d’ailleurs, toute l’importance du problème devant lequel nous nous trouvons. Pour ma part, je répondrai ceci : que la solution normale de cette situation serait, en France, le développement de la Recherche Scientifique dans le secteur des sciences humaines et un élargissement des enquêtes empiriques concernant la réalité sociale dans toutes ses manifestations. C’est dans ce domaine que les licenciés en sociologie seraient particulièrement qualifiés pour travailler. L’idée de promouvoir ces jeunes sociologues comme techniciens de l’administration, et plus justement de la manipulation de l’homme, est très dangereuse 4. Le rêve de Saint-Simon de remplacer « l’administration de l’homme par l’administration des choses » se révèle en réalité comme une illusion. L’administration des choses reconduit au renforcement de l’administration de l’homme par l’homme, tout en ravalant l’homme administré par les techniciens à l’état d’une chose.

15Voilà à quoi se réduit le développement actuel. La sociologie se trouve donc à une croisée des chemins. Son sort comme science dépend exclusivement de ceci : aura-t-elle assez d’imagination productive pour résister à sa propre technocratisation ? C’est pourquoi le problème des cadres sociaux de la connaissance sociologique me paraît tellement important. C’est une question qui est cruciale aussi bien au point de vue de l’avenir de la sociologie comme science qu’au point de vue du rôle effectif que la sociologie doit jouer dans les sociétés de demain.

16Faculté des Lettres,
Université de Paris.

Haut de page

Notes

1 Cf. sur le problème de la sociologie de la connaissance mes trois études dans la Revue Philosophique, 1957, n° 4, et 1958, n° 4 ; et 1959 n° 2, en particulier, pp. 146-168. Cf. également mon article Structures sociales et systèmes de connaissances, dans Notion de structure et structure de la connaissance, XXe Semaine de la Synthèse, Paris, 1957, pp. 291-342.

2 Cf. Geschichle und Klassenbewusstsein, 1923, et mon commentaire dans Le concept de classes sociales de Marx à nos jours, Cours ronéotypé, Paris, 1954, C.D.U., pp. 53-54.

3 Cf. à ce sujet mes cours ronéotypés : La sociologie de Karl Marx, C.D.U., Paris, 1959, et A. Comte, K. Marx et H. Spencer, C.D.U., Paris, 1957.

4 Le mal fait par la technicisation des human relations aux États-Unis est incalculable. Souhaitons que la France sache résister davantage à cette néfaste tentation qu’elle ne l’a fait jusqu’à présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Gurvitch, « « Les cadres sociaux de la connaissance sociologique » », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Georges Gurvitch et l'à-venir de la sociologie, mis en ligne le 03 février 2010, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3088

Haut de page

Auteur

Georges Gurvitch

(1894-1965). Professeur à la Sorbonne. Il est, avec Henri Janne, l’un des fondateurs de l’AISLF en 1958.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page