Navigation – Plan du site
Ivan Hadjiiski
Découvertes / Redécouvertes
Ivan Hadjiiski

Comment peut-on lire Ivan Hadjiiski aujourd’hui ?

Avant-propos aux textes d’Ivan Hadjiiski (1907-1944)
How to read Ivan Hadjiiski today? Introduction to two Ivan Hajiisji’s texts
Svetla Koleva

Résumés

Présentation de deux textes d’Ivan Hadjiiski (1907-1944) : « Les racines historiques de nos traditions démocratiques » paru pour la première fois dans la Revue Philosophique/Filossofski pregled, 1937, 9/1 ; et « Traits atypiques du développement de notre société », paru dans Problèmes sociologiques/Sotziologitcheski problemi, 1986, n° 3, et publiés ici avec l’autorisation des tenants des droits d’auteur.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour consulter les deux textes d’Ivan Hadjiiski cliquez sur : http://sociologies.revues.org/index3112.html et http://sociologies.revues.org/index3117.html

Texte intégral

1 Il serait risqué de recourir au canon scientifique d’une seule discipline pour présenter un auteur dont l’œuvre d’une richesse exceptionnelle se réclame aujourd’hui de toutes les sciences sociales et humaines en Bulgarie. Ce serait surtout injuste à l’égard de l’auteur lui-même qui, préoccupé de comprendre sa propre société, était étranger à tout étiquetage, à toute catégorisation, à tout bornage disciplinaire.

2Comment alors parler d’Ivan Hadjiiski, ce libre penseur bulgare des années 1930, sans le rendre conforme au langage codifié et standardisé de la science contemporaine et le réduire ainsi à une seule facette de son univers intellectuel ?

  • 1 Il est question de la traduction allemande « Leben und Denken des bulgarischen Handwerkers » de l’a (...)

3Présenter Ivan Hadjiiski comme sociologue est pourtant notre choix, sans doute limitatif. Un choix conditionné par notre formation disciplinaire mais dont les raisons plus profondes résident dans ce qui sous-tend tout son travail, à savoir sa démarche sociologique. Une précision s’impose tout de suite. La démarche sociologique ne limite pas l’œuvre d’Ivan Hadjiiski, elle est la particularité intellectuelle qui se construit, se développe, se précise à chaque saisie d’un problème de société spécifique. Dans ce sens, la posture sociologique de ses écrits constitue la clé de compréhension du « phénomène Ivan Hadjiiski », comme souvent on en parle dans l’espace intellectuel bulgare. Mais ne s’agit-il pas d’un phénomène à l’aune de la société bulgare, de la culture bulgare, de la scène scientifique bulgare, tant Ivan Hadjiiski est méconnu à l’étranger ? Excepté un article en allemand paru dans la revue des études slaves Slavische Rundschau en 1938 1 et deux traductions en polonais (1977) et en russe (1981), Ivan Hadjiiski n’est ni traduit ni introduit sur la scène internationale de la connaissance scientifique.

  • 2 Parmi les textes les plus importants d’Ivan Hadjiiski parus jusqu’en 1940 sont les livres Autorité, (...)
  • 3 Todor Pavlov (1890-1977), régent, philosophe, membre du Parti communiste, membre régulier de l’Acad (...)
  • 4 La recension de Todor Pavlov est publiée dans le journal Zarya (n° 5924, 24 mai 1941).

4Sans nous attarder sur les causes de cette absence, ce qui aurait demandé une analyse des rapports entre les traditions nationales scientifiques de taille et d’envergure différente et leur apport au développement de la connaissance, nous nous proposons d’interroger la démarche intellectuelle d’Ivan Hadjiiski qui le démarque comme sociologue « le plus talentueux, pour ne pas dire le seul sociologue bulgare jusque là ». Ces propos de 1940 appartiennent à Dimitar Mihaltchev et préfacent la première édition de la monographie Mode de vie et état d’esprit de notre peuple qui restera l’œuvre emblématique d’Ivan Hadjiiski. Mais le verdict éclairé de l’un des plus grands érudits dans l’histoire contemporaine bulgare, élève et adepte du philosophe allemand Johannes Rehmke, s’appuie également sur les textes d’Ivan Hadjiiski déjà publiés et recensés dans la presse bulgare 2. À cela s’ajoute la critique de Todor Pavlov, une autre autorité scientifique de l’époque, marxiste convaincu, futur acteur clé dans la mise en place de la nouvelle science socialiste 3, qui, tout en reconnaissant l’importance de l’ouvrage pour la compréhension des faits sociaux du développement du pays, ne manque pas de mentionner certaines imprécisions théoriques et déviations par rapport au marxisme 4.

5Arrêtons-nous sur la place et la réception des écrits d’Ivan Hadjiiski dans le contexte intellectuel bulgare des années 1930-1940, ce qui nous semble la meilleure voie d’accès à ce qui constitue la nouveauté de l’auteur, ou dans les termes d’Isabelle Stengers « l’événement qui crée une différence » (Stengers, 1993) dans le mode d’appréhension de la réalité bulgare. Autrement dit, au contact du contexte social, politique et culturel de la Bulgarie d’entre-deux-guerres, l’œuvre d’Ivan Hadjiiski nous permet de suivre la pente propre à la sociologie bulgare mais en la remontant, comme nous l’enseigne sur un autre plan André Gide. Car c’est ainsi que deviennent saisissables les processus par lesquels sa démarche se détache et s’affirme comme sociologique tout en instituant la société bulgare en transformation capitaliste retardée en réalité empirique susceptible d’être un objet d’étude sociologique.

  • 5 Après cinq siècles d’existence sous la domination de l’Empire ottoman (1393-1878), la Bulgarie acqu (...)

6Philosophe et juriste de formation, dès le début des années 1930 Ivan Hadjiiski est déjà bien présent sur la scène intellectuelle bulgare. Cependant, ses écrits ne comportent rien des spéculations philosophiques ni des préoccupations normatives et législatives du droit. Dans le collimateur de ce jeune auteur en herbe se trouvent les questions brûlantes du débat intellectuel en Bulgarie centré sur la modernisation et l’identité nationale du pays. Depuis la fin du xixe siècle jusqu’au début de la Deuxième guerre mondiale, ces deux thèmes structurent tant les idées que les actions des élites politiques, économiques et intellectuelles dans une Bulgarie récemment réapparue sur la carte de l’Europe 5, à peine sortie des dévastations des guerres successives du début du xxe siècle, en face de la crise économique mondiale et de la montée du fascisme au début des années 1930 (Daskalov, 2005 ; Nedeltcheva, 2004). Bref, dans une jeune société-état-nation qui reste déchirée entre des tendances contradictoires d’interprétation du passé récent et des modèles de développement européens. L’héritage de la Renaissance bulgare est jugé soit comme un obstacle à la modernisation du pays, soit comme un ancrage nécessaire pour ce même développement rapide. L’Europe et ses pays phares, France, Allemagne, Angleterre, demeurent l’étalon du progrès, mais les opinions sur la façon dont leurs modèles civilisationnels doivent être adoptés et/ou adaptés en Bulgarie divergent considérablement. Toutes les combinaisons d’idées deviennent possibles sans rester anodines car certaines contiennent des implications idéologiques dangereuses comme la défense de l’idéal d’une « Bulgarie grande, puissante et unie », produit du contexte socio-historique et géopolitique de la Renaissance bulgare, qui, de pair avec la critique du système politique et culturel bourgeois comme modèle de notre futur développement, alimente l’idéologie du fascisme montant (Tomov, 1990, pp. 20-23).

7Sur le terrain vague de ces débats aux contours incertains, Ivan Hadjiiski apparaît avec des positions claires, nettes et précises. Son attitude est celle de la critique fondée des sujets d’actualité. Qu’il s’agisse de la morale bourgeoise (Autorité, dignité et masque, 1933), de la morale traditionnelle (Amour et mariage, 1936), de la prison comme institution disciplinaire (De la philosophie de la prison contemporaine, 1937), de l’attitude des Bulgares à l’égard du travail (La philosophie morale du Bulgare des temps modernes, 1938), de la discipline militaire et de ses effets sociaux sur l’individu (Psychologie de la discipline militaire, 1940), les raisons d’un phénomène social concret, d’un type de rapport particulier, d’une forme de comportement donnée sont au centre des interrogations d’Ivan Hadjiiski. Observations, faits historiques et ethnographiques, idées en cours se mobilisent à la recherche d’une réponse vive et pertinente, engageant toujours un meilleur avenir du pays par la mise au clair des causes d’un développement économique, politique et social retardé. Citoyen et analyste font ainsi unité chez l’auteur, et les phénomènes sociaux de la réalité bulgare tant hérités que contemporains sont présentés sans complaisance ni discrédit. Ce sont ces particularités de ses textes qui attirent l’attention de la critique bulgare et y sont surtout mentionnées l’originalité et la vivacité du langage de l’auteur, les tournures d’esprit, la perspicacité de sa pensée, l’ironie et le sarcasme de son style littéraire.

  • 6 Il s’agit d’articles de philosophes bulgares traitant de problèmes sociaux dans une perspective thé (...)
  • 7 Pour plus de détails sur l’état des lieux des connaissances sociales en Bulgarie à la fin du xixe e (...)

8Il faut la rigueur de l’esprit scientifique d’un Dimitar Mihaltchev (1880-1967) et d’un Todor Pavlov (1890-1977), pourtant de tendances théoriques différentes, pour que la dimension scientifique des travaux d’Ivan Hadjiiski soit révélée et mise en valeur. Bien plus, Dimitar Mihaltchev consacre le jeune auteur bulgare comme sociologue dans un contexte où la sociologie est encore embryonnaire et balbutiante. Depuis la libération du pays en 1878 jusqu’aux années 1920 les manifestations à caractère sociologique sont sporadiques et disparates – des écrits théoriques d’inspiration positiviste 6, la mise sur pied du premier cours de sociologie à l’Université de Sofia en 1890 et d’un autre à l’Académie militaire, les premières enquêtes empiriques sur les conditions de travail des ouvriers (1888-1889) et sur le budget des ménages agricoles (dans les années 1920) 7. Ces tentatives restent longtemps des réponses individuelles et séparées aux défis que la réalité bulgare en pleine mouvance à la fin du xixe siècle et dans les premières décennies du xxe jette à la connaissance sociale afin d’être adéquatement comprise et expliquée. La première forme organisationnelle qui tente d’articuler l’étude de la société du point de vue tant cognitif qu’institutionnel est la Société philosophico-sociologique créée en 1925.

9Quel élément, dans les travaux d’Ivan Hadjiiski, pousse un professeur de philosophie à saisir et à reconnaître non pas l’émergence mais l’existence d’une voix à la fois originale et universelle qui participe du penser sociologique ? Quel jugement catégorique fonde cet esprit éclairé de la première moitié du xxe siècle que l’histoire n’a d’ailleurs pas démenti ?

10C’est l’approche de la réalité bulgare qui est profondément sociologique. Claire et courte aujourd’hui, cette réponse n’était pas si évidente dans et pour l’espace épistémique des sciences bulgares des années 1930-1940 où le processus de légitimation cognitive, institutionnelle et sociale de la sociologie était à ses débuts. Même si la revue bulgare Zlatorog répertorie 304 titres parus sous le vocable de « sociologie » en 1929, le contenu de cette rubrique reste encore amorphe et plurivoque. Des écrits psychologiques des mentalités, des mœurs et des coutumes inspirés de la tradition allemande de Volkspsychologie déferlent sur les pages de la presse bulgare. On peut supposer qu’Ivan Hadjiiski lui-même a payé un tribut à cette mode de l’époque en nommant « psychologie concrète des masses » la nouvelle branche de la connaissance scientifique qu’il avait l’intention de développer.

11Sur la base des commentaires de Dimitar Mihaltchev et à partir des acquis de connaissance sociologique, nous tenterons de reconstruire la démarche intellectuelle d’Ivan Hadjiiski pour démontrer sa particularité sociologique : ce qui, dans la démarche d’Ivan Hadjiiski, fait la différence par rapport à ses contemporains sur le plan national-local-épistémique est en même temps ce qui, du point de vue de l’épistémologie scientifique, rejoint l’espace d’une discipline à l’intérieur de laquelle ses observations, thèses et analyses deviennent vérifiables car les conditions de leur production sont explicites et démontrables.

12De prime abord, ce qui caractérise tous les écrits d’Ivan Hadjiiski est la perspective historique dans laquelle il place le problème à débattre. Remonter le temps (le retour au passé) n’est ni fortuit ni gratuit chez lui. Il ne s’agit ni d’une application scolastique des principes de la méthode marxiste dont il est disciple, ni d’une démonstration de l’érudition savante. L’histoire est pour lui cet outil heuristique qui lui permet d’éclairer l’état d’un phénomène contemporain à travers sa genèse et les formes historiques de son évolution. Les types socio-psychologiques de soldat, de maniaque, de parvenu, d’artisan, de paysan patriarcal qu’il dépeint ne sont possibles que grâce au tamis historique révélant aussi bien les constances que les métamorphoses de la conduite humaine et sociale. Plus l’auteur avance dans son travail, plus le maniement de l’histoire comme instrument de connaissance s’affine. Si dans son premier livre (1933) l’autorité et la dignité sont considérées à partir d’un schéma général de périodisation historique déjà construit par Karl Marx et Friedrich Engels et si leurs formes historiques y sont conformes, trois ans plus tard l’investigation historique fait ressortir la variation de l’idée même de l’amour et du mariage d’une époque à l’autre et la transformation des pratiques qui y sont liées. Mais l’histoire n’a pas seulement de fonction descriptive, illustrative ou interprétative dans les écrits d’Ivan Hadjiiski. L’étude de l’histoire des phénomènes sociaux vise à les expliquer. Et là réside une de ses innovations épistémologiques, d’autant plus précieuse car même aujourd’hui l’histoire est rarement mise à profit de l’explication sociologique.

13Les deux textes d’Ivan Hadjiiski que présente la revue SociologieS montrent à merveille le rôle considérable que l’histoire joue dans l’explication de la société bulgare chez lui. Ils reposent sur une analyse du passé qui dégage des structures, configurations et pratiques s’avérant à la base du développement de la société bulgare de l’époque. Scrutant la Renaissance bulgare dans l’ensemble de ses particularités comme un processus à la fois de croissance et d’autonomisation économique, de lutte d’indépendance religieuse, et de lutte de libération politique et nationale, il démontre les conséquences fondamentales de cette période de l’histoire bulgare pour l’édification de la société en voie de construction démocratique, à savoir « la démocratisation de l’instruction et l’éducation démocratique militante du peuple » (Hadjiiski, 1937). L’état de la Bulgarie des années 1930-1940, asynchrone par rapport aux pays européens développés, est analysé et expliqué par la mise en comparaison de la situation présente avec la configuration des conditions économiques, politiques, géopolitiques, culturelles et de formation des élites politiques bulgares, telle qu’elle s’est formée et a évolué depuis l’existence du pays sous la domination ottomane jusqu’au moment étudié (Hadjiiski, 1943).

14Il ne serait pas faux de rapprocher (d’apparenter à) la façon dont il se sert de l’histoire de la conception braudélienne de l’explication historique, même si une douzaine d’années séparent les deux auteurs, en plus de différences de contexte de formation et d’exercice professionnels. Ou, pour être plus juste, la conceptualisation finement élaborée de l’histoire de Fernand Braudel nous permet de mieux saisir l’ingéniosité de la méthode d’Ivan Hadjiiski. Vue à travers les transformations structurelles qu’elle provoque, l’histoire telle qu’il l’utilise recèle un principe d’explication aidant à surmonter au moins deux interprétations étriquées, pour ne pas dire erronées, de la société bulgare. Soit le passé est tenu entièrement responsable du développement retardé du pays, ce qui rend inexplicable ce par quoi le passé se transforme en présent, c’est-à-dire les restructurations intermédiaires par lesquelles le passé influence le présent (Abrams, 1972). Soit le sous-développement de la Bulgarie d’entre-les deux guerres est considéré comme résultat des caractéristiques attributives du peuple bulgare ou des défauts par naissance, ce qui, sur le plan pratique, signifie l’impossibilité de développement propre et, par conséquent, de gros efforts pour introduire un modèle de développement emprunté aux pays étalon de modernisation.

15Ivan Hadjiiski va bien au-delà du constat banal que chaque société est un produit historique. Il décortique le travail de l’histoire sur la société se concentrant sur la médiation des rapports de production et de force, des attitudes, des visions du monde que les « événements de longue durée » préparent, façonnent et de « cette manière, délimitent pour un temps le champ des possibles » (Franck, 2001, p. 328). Dans le cas de la Bulgarie, il s’agit de l’existence durable sans État autonome à cause de la domination ottomane et de la Renaissance qui, de ce fait, est décalée par rapport à la Renaissance occidentale et prend des formes particulières mais historiquement logiques.

16Bref, l’histoire comme instrument analytique lui permet d’identifier les états de société entre lesquels s’effectue la transition structurelle. Mais l’essentiel de son travail porte sur ce qui se transforme vraiment lors du passage d’un passé particulier à un présent non moins spécifique. Et là apparaît une autre caractéristique de sa démarche. C’est la problématisation du rapport individu-société dans laquelle le génie sociologique de l’auteur se manifeste pleinement. Chaque étude d’un phénomène social chez Ivan Hadjiiski se déroule dans deux directions dont les résultats se rejoignent dans la conclusion qui prend la forme d’un diagnostic accablant ou d’un pronostic à fort engagement citoyen, ou les deux à la fois. Partant de la société, il descend jusqu’au plus profond des comportements individuels, tels les motifs, les attitudes, les intentions, et remonte ensuite à la surface sociétale afin de montrer comment ces mêmes comportements isolés s’amalgament dans un fait social plus ou moins durable qui, à son tour, influence les pratiques tant collectives qu’individuelles. Dans ce va-et-vient entre les deux termes de l’opposition conceptuelle, sa démarche dévoile tout son potentiel analytique, toute sa rigueur méthodologique et toute sa richesse empirique. De façon très succincte, voici les éléments les plus significatifs de la démarche sociologique d’Ivan Hadjiiski.

17Premièrement, s’il cherche les origines des structures sociétales dans les processus de longue durée, il observe, par contre, leur véritable terrain d’influence et de pression dans la vie quotidienne des Bulgares. Sa préoccupation essentielle est de voir comment le quotidien des gens se modifie sous l’influence d’un nouveau contexte macro-social. Il montre bien que grâce au redressement économique du peuple, la Renaissance bulgare réussit à forger la conscience collective des Bulgares qui, au niveau de l’individu, se traduit par une vision et une pensée dépassant les bornes de la localité et de la communauté familiale. De même, le rétrécissement de l’espace économique des artisans et des commerçants bulgares, à la suite de la Libération nationale et de la perte de l’énorme marché de l’Empire ottoman qui s’ensuit, a des répercussions tant sur la situation économique de chacun que sur sa position politique et idéologique.

18Deuxièmement, la transformation du social global en agir individuel et en prise de position personnelle n’est pas directe ; elle passe par des formes et des structures intermédiaires qui servent aussi bien à transférer qu’à transformer les influences macro-sociales. L’opérateur majeur de ces transmissions, selon lui, se trouve dans les groupes sociaux en tant que classes et couches sociales, groupements ou catégories professionnels. En voie de formation ou de mutation, ceux-ci se constituent comme point d’articulation des pressions sociales et des impulsions individuelles et deviennent les principaux agents sociaux. La Renaissance bulgare ressort extrêmement vivante des pages d’Ivan Hadjiiski, et sa complexité devient compréhensible non pas parce que le récit est haut en couleurs mais car cette période de l’histoire bulgare est saisie à travers trois figures-clé qui incarnent et traduisent au quotidien le système politique, économique et religieux de l’Empire ottoman, à savoir « l’administration turque, le corps des tchorbadjii bulgares et le clergé grec » (1937). Le développement asynchrone de la Bulgarie après la Libération nationale jusqu’aux années 1940 n’est pas abstrait mais réel et palpable grâce à la présentation et à l’explication des processus de décalage par les particularités des acteurs sociaux qui sont derrière. Il suffit de suivre son analyse du comportement économique, politique et idéologique de la bourgeoisie bulgare pour comprendre à quel point sont étroitement liés la logique de la genèse de cette classe sociale et son rôle dans le lent processus de modernisation et de démocratisation de la société bulgare du début du xxe siècle. Née dans un contexte où les principales sources d’enrichissement sont locales et limitées (« faute de recettes en provenance de colonies et de commerce important d’exportation », mais aussi faute de ressources nationales et de grands commanditaires et investisseurs autres que l’État), la bourgeoisie bulgare prospère non pas grâce à l’État, comme c’est le cas dans les pays industrialisés, mais en siphonnant l’État. Cette attitude propre à la classe sociale dominante contribue à éradiquer les vertus de l’éthique du capitalisme moderne et à les remplacer par la corruption, le clientélisme et le phénomène partisan qui se généralisent. Bien plus, la gestation économique de la bourgeoisie bulgare dans la conjoncture géopolitique d’un grand empire et les pertes d’avantages qu’elle subit suite à son démantèlement font qu’elle n’a pas pu accomplir sa vocation de classe, et notamment porter la révolution bourgeoise et la construction de l’État de droit moderne. La conclusion d’Ivan Hadjiiski est cuisante (1943) : « chez nous la révolution bourgeoise s’est effectuée sans la bourgeoisie et avec la résistance de la bourgeoisie » ; « Se sentant politiquement mise sur la touche, elle a regagné les rangs de la réaction politique dans la Bulgarie libérée » ; « Non seulement elle ne s’est pas forgé un propre style de classe […], mais encore plus elle a transformé le manque de style, la nullité, la servilité en style public ».

19Troisièmement, dévoiler les évidences quotidiennes pour aller jusqu’au tréfonds des mécanismes de leur production, parcourir les stades intermédiaires qui relient les pratiques quotidiennes aux processus historiques, dissocier ce qui fonde un phénomène social de la forme sous laquelle il existe, apercevoir et examiner les faits sociaux comme éléments du tout social – dans tous ces procédés d’analyse, Ivan Hadjiiski reste hors pair, à son époque et même aujourd’hui. Même si le talent, le don, le sens inné peuvent y avoir leur apport, la réussite de sa démarche est due incontestablement à l’excellence du travail empirique posé comme un des volets indispensables à la construction de la sociologie en tant que science. La base de données solide et diversifiée que l’auteur se construit lui-même, la rigueur méthodologique du mode de traitement et d’analyse de cette base, et la manière subtile d’exposer et d’utiliser les données recueillies dans le travail d’argumentation et dans l’écriture créent ensemble le tableau de la réalité bulgare où le savoir et l’expérience se conjuguent pour offrir une connaissance à la fois objective, pertinente et pénétrante. Archives, sources littéraires et folkloriques, documents, récits, anecdotes, observations, données statistiques... – longue est la liste de moyens et de méthodes qu’Ivan Hadjiiski met en œuvre pour cerner l’objet d’étude de tous les côtés et sous les angles les plus divers possible. Il ne s’agit pourtant pas d’éclectisme ni d’indistinction du statut cognitif des différentes sources d’information et techniques de recueil de données. Bien avant la rédaction des manuels de recherche en sciences sociales, il réalise cette combinaison de méthodes attentive aux propriétés spécifiques de chaque type de données empiriques et permet une investigation minutieuse des faits de la vie quotidienne. Qui plus est, l’articulation des différentes données empiriques est si fine et cohérente que le lecteur se trouve devant un récit vif et multicolore qui l’amène sans cesse des grands événements historiques jusqu’au quotidien le plus proche et le plus connu, et lui fait découvrir la multiplicité des liens qui se tissent entre ces deux mondes apparemment distincts et isolés. Rappelons-nous seulement les petites histoires qu’il rapporte sur le comportement des Bulgares riches et aisés, alliés de l’administration ottomane, appelés « tchorbadjii » (1937). Après avoir lu l’analyse des aspects politiques et économiques de la domination ottomane, nous percevons et sentons l’oppression de la classe des Bulgares riches comme quelque chose de vivant avec toutes ses contradictions et tensions.

***

20Bien qu’il soit difficile d’en inférer quoi que ce soit sur l’œuvre originale d’un empêcheur de penser en rond qu’était et reste à jamais Ivan Hadjiiski, nous osons terminer ainsi cette modeste tentative de présentation au public francophone.

21À travers l’étude de la société bulgare, il a effectué, dans le contexte bulgare, cet acte de démarcation dans l’étude du social qui n’est rien d’autre que la mise en œuvre du projet initial de la discipline, c’est-à-dire « le projet spécifique […] d’étudier (pour reprendre les termes de la définition proposée par Raymond Aron) avec une intention de science, c’est-à-dire le plus rationnellement, le plus positivement, le plus objectivement qu’il est possible, les faits sociaux en tant que tels » (Simon, 2001, p. 2). Ivan Hadjiiski construit la connaissance de la société bulgare dans le double mouvement de saisie d’un problème particulier et de sa problématisation dans une perspective appropriée (Berthelot, 1996, 1999), ce qui est le propre de la sociologie comme science. En créant une sous-discipline sociologique que l’on peut nommer « sociologie de la société bulgare » (Mitev, 2002), il a jeté les bases de la constitution de la sociologie comme champ de recherche autonome dans l’espace épistémique de la société bulgare des années 1930-1940. Le sort de son œuvre, reconnue dès les premières publications dans les années 1930, oubliée durant deux décennies après la mise en place du régime communiste en 1945, redécouverte au début des années 1970 et devenue depuis un repère incontournable dans les débats scientifiques et politiques, est aussi très intéressant et significatif du développement de la sociologie et des sciences sociales en Bulgarie. Mais c’est une autre histoire dont l’analyse nous révélera sans doute Ivan Hadjiiski comme un phénomène sociologique.

22Pour les lecteurs de la revue SociologieS nous avons choisi deux textes d’Ivan Hadjiiski, « Les racines historiques de nos traditions démocratiques » (1937) et « Traits atypiques du développement de notre société » (1943). Écrits en l’espace de six ans, ils marquent symboliquement le début de sa reconnaissance officielle dans la Revue philosophique dont l’autorité scientifique en Bulgarie est déjà indéniable, et la fin de son travail d’écriture en raison de sa mort tragique comme correspondant militaire de l’Armée bulgare contre la division des unités d’élite SS « Prince Eugen » lors de la Deuxième guerre mondiale en octobre 1944. Mais ce sont les filiations en plusieurs points entre les deux textes qui ont surtout motivé notre choix. Tout d’abord, l’avenir de la Bulgarie étant en gage dans les deux textes, la société bulgare y est présentée et analysée dans son évolution historique et dans le contexte géopolitique défini par la grandeur et le déclin de l’Empire ottoman et les aspirations de la Russie impérialiste. Ensuite, les particularités du processus de construction de l’État-nation bulgare sont finement dégagées et solidement argumentées grâce à une analyse subtile et riche en preuves empiriques. Sous la plume d’Ivan Hadjiiski, ce qui est commun à l’édification d’une société moderne se dégage sous ses formes spécifiques et à travers la transformation des personnages sociaux particuliers. Enfin, comme dans le reste de l’œuvre d’Ivan Hadjiiski, dans ces deux textes, le passé, le présent et l’avenir de la société bulgare sont simultanément engagés dans l’unique but d’une meilleure connaissance de soi pour une vie meilleure, digne et respectable.

23« Aujourd’hui encore », comme dirait Ivan Hadjiiski, son œuvre est précieuse et vitale pour mieux nous comprendre, sans fard et sans dépit, dans le monde complexe et complexifié.

Haut de page

Bibliographie

Abrams P. (1972), « The Sense of the Past and the Origins of Sociology », The Past and Present Society, Oxford, Corpus Christi College, pp. 18-32.

Berthelot J.-M. (1996), Les Vertus de l’incertitude, Paris, Presses universitaires de France.

Berthelot J.-M. (1999), « Cumulativité et normativité », dans Ramognino N. & G. Houle (dir.), Sociologie et normativité scientifique, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, pp. 73-90.

Daskalov R. (2005), La Société bulgare 1878-1939/Bylgarskoto obtshetstvo 1878-1939, t. 1-2, Sofia, Éditions Gutenberg (en bulgare).

Dictionnaire Encyclopédique de Sociologie/Entziklopeditchen retchnik po sociologia (1996), Sofia, M8M (en bulgare).

Franck R. (2001), « Histoire et structure », dans Berthelot J.-M. (dir.), Épistémologie des sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, pp. 317-356.

Mitev P.-E. (2002), « L’actualité de Hadjiiski »/Aktualnostta na Hadjiiski, dans Hadjiiski I., Œuvres choisies/Izbrani sytchineniya, t. 1, Sofia, Édition Iztok-Zapad, pp. 7-17 (en bulgare).

Nedeltcheva T. (2004), Identité et temps/Identitchnost i vreme, Sofia, Édition académique « Marin Drinov » (en bulgare).

Simon P.-J. (2001), Éloge de la sociologie ou la fécondité du néant, Paris, Presses universitaires de France.

Stengers I. (1993), L’Invention des sciences modernes, Paris, Éditions La Découverte.

Tomov T. (1990), Ivan Hadjiiski, époque, œuvre, destin/Ivan Hadjiiski, vreme, tvortchestvo, sydba, Sofia, Édition Narodna mladej (en bulgare).

Haut de page

Notes

1 Il est question de la traduction allemande « Leben und Denken des bulgarischen Handwerkers » de l’article d’Ivan Hadjiiski « Sur le mode de vie et la psychologie de nos artisans » paru pour la première fois dans la revue bulgare Revue philosophique, 1937, année IX, n° 2. Il est à noter que c’est à l’initiative de la Slavische Rundschau que le texte du jeune Bulgare est repéré et publié sur les pages de cette revue allemande éditée à Prague de 1929 à 1940. Faisant écho à cet événement, Dimitar Mihaltchev, le fondateur et le rédacteur en chef de Revue philosophique, souligne « […] Hadjiiski a été découvert à l’étranger comme auteur talentueux sans aucun intermédiaire quelconque » (1938, année X, n° 3).

2 Parmi les textes les plus importants d’Ivan Hadjiiski parus jusqu’en 1940 sont les livres Autorité, dignité et masque (1933) et Amour et mariage (1936) et les articles « Les racines historiques de nos traditions démocratiques » (1937), « Sur le mode de vie et la psychologie de nos artisans » (1937), « De la philosophie de la prison contemporaine » (1937), « Une théorie optimiste pour notre peuple » (1938), « La philosophie morale du Bulgare des temps modernes » (1938), « Psychologie de la discipline militaire » (1940), tous publiés dans la Revue philosophique. Des journaux et hebdomadaires bulgares de cette époque, tels RLF, Voix littéraire, Heure, Sobriété et culture, accueillent des commentaires et des critiques de ses travaux.

3 Todor Pavlov (1890-1977), régent, philosophe, membre du Parti communiste, membre régulier de l’Académie bulgare des sciences depuis 1945, président de l’Académie bulgare des sciences (1947-1962) joue un rôle principal dans la formulation des principes de fonctionnement de la nouvelle science socialiste et dans leur mise en forme normative, institutionnelle et gestionnaire.

4 La recension de Todor Pavlov est publiée dans le journal Zarya (n° 5924, 24 mai 1941).

5 Après cinq siècles d’existence sous la domination de l’Empire ottoman (1393-1878), la Bulgarie acquiert le statut d’état autonome à la suite de la Guerre russo-turque (1877-1878) et du Traité de Berlin de mars 1878.

6 Il s’agit d’articles de philosophes bulgares traitant de problèmes sociaux dans une perspective théorique empruntée à différents courants de la sociologie occidentale, tels le biologisme, le déterminisme géographique, le malthusianisme.

7 Pour plus de détails sur l’état des lieux des connaissances sociales en Bulgarie à la fin du xixe et au début du xxe s. voir « La pensée sociologique en Bulgarie (1878-1990) » dans Dictionnaire Encyclopédique de Sociologie (1996).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Svetla Koleva, « Comment peut-on lire Ivan Hadjiiski aujourd’hui ? », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Ivan Hadjiiski, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3108

Haut de page

Auteur

Svetla Koleva

Académie Bulgare des Sciences, Institut de Sociologie, Sofia, Bulgarie - svetlakoleva2002@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page