Navigation – Plan du site
Ivan Hadjiiski
Découvertes / Redécouvertes
Ivan Hadjiiski

Les racines historiques de nos traditions démocratiques

Texte d’Ivan Hadjiiski présenté par Svetla Koleva
Historical roots of our democratic traditions
Ivan Hadjiiski

Résumés

Texte d’Ivan Hajiiski initialement paru en bulgare dans la Revue Philosophique/Filossofski pregled, 1937, 9/1, et publié ici avec l’aimable autorisation des ayants droits de l’auteur. Traduction de Svetla Koleva à partir du texte publié dans Ivan Hadjiiski, Œuvres choisies/Izbrani satchineniya, t. II, 2002, Sofia, Éditions Est-Ouest/Iztok-Zapad, pp. 65-76.

Haut de page

Notes de la rédaction

Les particularités typographiques et de présentation de l’original ont été conservées. Pour consulter la présentation de ce texte cliquez sur : http://sociologies.revues.org/index3108.html .

Notes de l’auteur

La traductrice, Svetla Koleva, remercie vivement Geneviève Sénéchal, Bernadette et Guy Ménard ainsi que Jacques Boucher d'avoir généreusement contribué à la traduction française des textes d’Ivan Hadjiiski.

Texte intégral

1Une importante et capitale question se pose à notre société : sur quel chemin notre récente histoire politique doit-elle être conduite, sur le chemin de la démocratie ou sur celui de l’autoritarisme et de l’autocratie ?

  • * Dans les deux textes d’Ivan Hadjiiski, les mots marqués par un astérisque (*) sont expliqués dans l (...)

2Lors des discussions sur cette question, de façon de plus en plus insistante et de multiples côtés, surgit la demande de tenir compte de la continuité historique directe et des traditions politiques que la Renaissance bulgare* nous a léguées. En effet cet appel exprime du mieux possible les besoins du moment. Il est des temps où la vie politique ne peut être bâtie qu’en liaison avec l’histoire précédente. Le temps d’aujourd’hui l’exige également. Les formes politiques ainsi que toutes les autres formes sociales ne naissent pas grâce à la révélation d’un esprit qui pourrait les imposer à la vie de la société comme un modèle. Ces formes germent dans la vie, s’affirment dans l’histoire et deviennent proches et acceptables pour le sujet de cette histoire – le peuple, quand elles traduisent ses intérêts.

3Et si aujourd’hui nous devons placer la continuité historique directe dans le fondement de notre réalisme politique, l’histoire sera notre meilleur conseiller. L’éclairage objectif de la Renaissance, source de traditions politiques, qui nous intéresse ici, s’impose également pour mettre fin au nombre inquiétant d’essais qui tentent soit de parler de la Renaissance sans savoir en quoi cette dernière consiste, soit de spéculer sur les idées de la Renaissance en les déformant, soit enfin de diffamer et de nier le stade de révolution d’indépendance dans cette grande époque de l’histoire de notre peuple.

4La Renaissance est un processus complexe et profondément social.

5Ce processus a pour base économique l’irruption de l’économie d’échange, de l’économie monétaire dans notre économie de troc, à travers l’apparition d’une couche importante de producteurs marchands – les artisans bulgares – et la naissance, dans leur milieu, d’un capital commercial bulgare.

6L’écrasement des Turcs devant les murailles de Vienne en 1683 mit des limites aux conquêtes extérieures turques. Le butin militaire cessa de nourrir et d’habiller les Turcs belligérants. Ils devaient désormais acheter. Les artisans bulgares devinrent des marchands et des fournisseurs militaires. L’importance de ces artisans pour l’État turc et l’économie turque devint si grande pendant le xviiie siècle qu’en 1773 l’autonomie des organisations artisanales fut instituée au moyen d’un firman du sultan.

7Les artisans bulgares devinrent des maîtres du marché et une nécessité économique. Ce changement dans leur statut économique fit une révolution dans leur conscience sociale et politique et dans leur esprit. Ils se sentirent désormais non comme un raïa* assujetti, mais comme une couche indispensable et par conséquent indépendante. Leur activité leur fit rencontrer d’autres peuples, principalement les Turcs et les Grecs, non seulement dans le domaine de la concurrence économique, mais aussi sur le champ des connaissances et de la dignité nationale. L’Histoire de Paissii* fut l’expression de cette confrontation.

8Les organisations d’artisans (roufeti) furent les premières manifestations organisationnelles de notre Renaissance. Elles posèrent la première pierre de notre démocratie, non seulement par leur structure interne démocratique, mais aussi par les luttes que ces organisations menèrent contre l’autocratie et l’arbitraire des tchorbadjii* pour conquérir l’autogestion municipale, les conseils d’école et les conseils d’église.

9Les besoins de l’artisanat et du commerce provoquèrent une forte soif de connaissances. Dès sa naissance, notre époque des lumières (la première manifestation massive de la Renaissance) n’eut pas de caractère de classe, mais de peuple, elle fut démocratique. Se reliant aux luttes d’indépendance de notre Église et de libération nationale, l’éducation du peuple contribua particulièrement à cette démocratisation.

10La deuxième manifestation sociale massive de la Renaissance à caractère expressément politique fut la lutte d’indépendance religieuse.

  • 1 Nous verrons plus loin que les tchorbadjii, le clergé bulgare et le peuple ne participèrent pas de (...)

11Mais la lutte de libération fut la manifestation socio-politique la plus accomplie de la Renaissance bulgare. Tout ce processus complexe et les luttes qu’il englobait étaient portés par la partie de la population bulgare la plus éclairée 1. Là pour la première fois, par sa participation active à la vie et aux luttes sociales, cette population se sentait auteur de sa propre histoire commune. Cette participation active de la population bulgare à la vie sociale est devenue un élément constitutif de deux phénomènes qui, du fait de cette participation, se trouvent intimement liés.

12Le premier phénomène consiste dans l’élaboration des traditions et des fondements de la démocratie bulgare, de la souveraineté du peuple bulgare. Cette démocratie, cette participation active du peuple à la construction de son nouveau destin social et historique sur la base de l’égalité sont passées, à travers la lutte contre les tchorbadjii, contre les phanariotes* grecs, et à travers l’activité des comités révolutionnaires, jusqu’à aboutir à l’héroïsme de l’Insurrection d’avril*, à la prouesse de Chipka* et pour s’incarner dans la Constitution de Tyrnovo* sous l’influence favorable de laquelle la vie sociale et culturelle de la Bulgarie libérée s’est développée à une vitesse très étonnante.

13Le second phénomène, qui historiquement se trouve en lien organique avec le premier, est la pleine constitution sociale, morale et politique de notre peuple en nation et sa prise de conscience en tant que telle.

  • 2 Le processus de constitution de la nation comme une entité non seulement n’exclut pas la désagrégat (...)

14Pour qu’une population se constitue en nation, les liens de langue et de foi et l’existence sous une souveraineté étatique commune ne sont pas suffisants. La pleine constitution d’une population en nation se réalise, grâce aux liens de l’histoire construite avec la participation active et massive du peuple, sur la base d’un destin social commun, d’intérêts nationaux plus ou moins communs, à l’intérieur des frontières géographiques et ethniques données. Les mouvements de masse et leurs luttes constituent les « fours de Martin »* pour la formation de la nation. L’intérêt personnel s’y lie à l’intérêt de toute la nation ou d’une partie d’elle 2.

15En effet, le bogomilisme* mis à part à cause de ses particularités, c’est la Renaissance qui nous offre pour la première fois des mouvements nationaux massifs. Pour la première fois durant la Renaissance, est liquidé le séparatisme des régions bulgares qui eut pour base économique l’économie fermée de troc. Pour la première fois lors de la Renaissance, les habitants de Kalofer, de Kotel cessent d’entendre par le mot « patrie » seulement leur propre village. Pour la première fois durant la Renaissance, le mot « État » cesse de signifier pour l’agriculteur individuel uniquement ses propres terres. Pour la première fois, les frontières de la Bulgarie se dessinent dans leur ampleur dans la conscience du peuple, brisant les limites de la boutique artisanale, du petit « État » de l’agriculteur isolé ou du patriotisme local des différentes localités.

16Comment cela s’est-il produit ? Le marché a surmonté le caractère renfermé de l’agriculture de troc. Les voies de commerce ont relié les localités séparées. Les voies sont devenues des artères de la vie économique et culturelle. La lutte contre l’autocratie de l’État turc semi-féodal, incarné dans trois personnages – l’administration turque, le corps des tchorbadjii bulgares et le clergé grec – devint générale comme fut générale l’insupportable situation créée par cette autocratie.

17La lutte contre certains évêques grecs se transforma en lutte nationale d’indépendance religieuse. Et quand la ville de Tyrnovo envoya une protestation à Constantinople, elle savait que si des protestations en provenance des villes de Vidin, Plovdiv, Vratza, etc. ne suivaient pas, sa protestation isolée n’aboutirait à rien. Les actes des haïdouks* individuels se transformèrent en organisation révolutionnaire de tous les Bulgares. La lutte contre les violences des pachas* et spahis* isolés devint une lutte commune de libération. Quand Ivan le Couturier nettoyait son chichané*, il savait que si les Bulgares de tous les coins de la Bulgarie ne faisaient pas la même chose conformément au plan révolutionnaire général, ce chichané ne servirait qu’à la chasse aux lièvres et aux ours.

18C’est ainsi que la constitution de notre peuple en nation se trouve en lien étroit avec la construction de la démocratie bulgare. Les principes de la démocratie ont imprégné la conscience politique de notre peuple et l’ont fécondée socialement. Et si nous pouvons parler de conscience politique et de traditions politiques de notre peuple, ce sont les traditions de la démocratie.

19À la suite de cet aperçu général, nous pouvons passer à l’examen de quelques détails.

20L’asservissement de notre peuple par les Turcs consiste à remplacer l’ancien État bulgare semi-féodal et semi-autocratique par l’État turc semi-féodal et semi-autocratique. L’autocratie de notre ancien État semi-féodal pesa sur le peuple avec ses impôts, réquisitions militaires, privilèges des boyards et surtout avec les guerres incessantes de conquête et de luttes intestines entre dynasties et boyards. Il en résulta l’aliénation du peuple de l’État qui trouva son expression dans le grand mouvement socio-religieux des bogomiles. L’absence de chansons populaires portant sur nos anciens tsars et boyards est aussi une expression de cette aliénation.

21Comme cela a été dit, l’autocratie turque eut trois visages : 1) l’administration turque y compris les spahis ; 2) les tchorbadjii spoliateurs bulgares ; 3) le clergé grec.

  • 3 Nikola Stanev, La Bulgarie sous le joug, Sofia, 1928, p. 43.

221) L’administration turque
Durant les premiers siècles, non seulement l’autocratie administrative turque n’a pas aggravé la situation politique du peuple bulgare, mais elle l’a améliorée. L’État centralisateur turc a établi une paix de plusieurs siècles dans les Balkans. Et de plus, les Bulgares ont été libérés de devoirs et de réquisitions militaires. Les raïas privilégiés des vakifs* et des localités formées de soldats et de dervendjii* ont obtenu l’autogestion municipale et des privilèges qui les ont rendus plus autonomes qu’ils ne le furent dans l’ancien royaume bulgare. D’où le paradoxe national qui consiste à dire que la population a dû préférer un pouvoir étatique étranger au sien 3.

  • 4 Professeur P. Nikov, La Renaissance du peuple bulgare, Sofia, 1929, p. 19. « Après les deux premier (...)

23Jusqu’à ce que les Turcs aient joué le rôle d’organisateurs d’un État centralisateur dans les Balkans, leur administration se caractérisait par toutes les vertus étatiques de droiture et d’ordre 4. Mais lorsque les spahis et les pachas ont remplacé les selles de combat par les divans douillets dans les sérails, la débauche qui s’en suivit a réduit ces vertus d’État en cendres. Est venue l’ère de la fameuse insouciance sociale turque et des préoccupations pour le kef* [plaisir] et le rahatlyk* [la vie oisive et confortable], les dépenses pour ceux-ci étaient rejetées sur la population assujettie. L’administration ne se faisait pas élire par le peuple, elle se faisait nommer d’en haut, à travers les relations personnelles et la parenté. C’est ainsi qu’elle s’est libérée d’un contrôle efficace d’en haut. Et comme un tel contrôle venant d’en bas fut impossible, on parvint à la situation où « le tsar est loin – le dieu est trop haut ». Les champignons vénéneux de la corruption et de l’arbitraire ont poussé sur la putréfaction de cette administration. Aujourd’hui, nous ajoutons des « preuves » à nos revendications. Les droits face au système judiciaire et à l’administration turcs commençaient à être prouvés moyennant une masse d’argent plus ou moins grande.

24La démoralisation de cette administration s’inscrivait dans le processus général de décomposition de l’Empire turc, jadis puissant, et cela a commencé par les défaites militaires de la Turquie à l’étranger, surtout à partir de l’année 1774. Les Kardjalii* (1792-1808) qui ont dévasté la Bulgarie, et le séparatisme de certains pachas (Pazvantooglou), étaient les signes les plus marquants de la décomposition de l’appareil d’État et son incapacité à garantir la vie et les terres de la population bulgare. Or la sécurité de la propriété et des communications était déjà devenue une nécessité criante pour le jeune capital commercial bulgare qui grandissait dans nos centres d’artisanat. Déjà au xviiie siècle, nos métiers artisanaux de locaux se transformèrent en métiers d’export et eurent pour marché toutes les régions de l’empire turc, et même de l’étranger.

25Cette démoralisation a atteint son point culminant dans les pillages circassiens après la Guerre de Crimée (1856). Suite à cette guerre, la Russie a obligé la Turquie à recueillir à l’intérieur de ses frontières environ 200 000 Circassiens qui étaient installés à travers presque toute la Bulgarie. Cette population de brigands accrue par les voleurs bulgares et turcs en lien avec l’administration turque subalterne, a placé la population paysanne et les artisans et marchands ambulants dans une spoliation quotidienne importante. Ces pillages ont transformé le mécontentement du peuple en désespoir et l’ont jeté dans la lutte révolutionnaire sanglante contre le joug turc.

262) Les tchorbadjii spoliateurs bulgares
En général, les Turcs méprisaient l’artisanat et le commerce. C’est pour cela que ce sont les tchorbadjii bulgares – usuriers et commerçants – qui ont entrepris l’exploitation économique directe du peuple. Les administrateurs turcs n’ont participé à ce vol qu’au moyen de parts et de pourcentages, habituellement sous forme de pots-de-vin. La force des tchorbadjii avait trois sources : leur puissance économique, leur loyauté envers l’autocratie turque et les pots-de-vin. Innombrables ont été les formes d’ingéniosité des tchorbadjii pour spolier le peuple. Je n’en mentionnerai que les plus surprenants.

*******

27Tchorbadji Kytio (un des dénonciateurs de Batcho Kiro*), attendant que les Turcs passent inventorier le vin dans la ville de Byala Tcherkva, achetait un peu de sheker [sucre] et allait vers les enfants :
« Hristo, où ton père a-t-il caché le tonneau à vin ? » – l’enfant naïf le lui dit. Le tchorbadji se rend chez le père :
«  Donne-moi une medjidiya*, sinon je vais te dénoncer aux Turcs ».

*******

28Iliya Vidinliyata de la ville de Gabrovo, commerçant et usurier, ami intime du sultan, ne perdait jamais de vue les intérêts de son argent disponible. Dès qu’il en avait, il jetait un coup d’œil par la fenêtre de son atelier et appelait n’importe quel passant :
« Je te prête mille groches* ».
« Je n’en ai pas besoin, Tchorbadji ».
« En avoir besoin, ne pas en avoir, comme je te les donne, tu les prendras ».
La rue devant la maison de Vidinliyata était appelée « le bazar désert », car personne n’osait y passer.

*******

  • 5 Lors des élections municipales les amis de Vidinliyata avaient eu recours à des « brodnitzi » pour (...)

29Ivantcho Dimtchev, ami de Vidinliyata, qui était percepteur, avait pris un pourcentage sur les impôts. Les habitants de Gabrovo avaient mené de longues luttes contre ce vol 5.

30Lorsque la dîme était levée par des fonctionnaires turcs, la population trouvait toujours des astuces pour tricher et dissimuler une partie des vivres. Batcho Kiro vendait des vivres volés au profit du Comité [révolutionnaire]. Mais quand la dîme (le yoshur*) était prélevée par des acheteurs bulgares, les paysans poussaient des cris. Pour définir le prélèvement, les yoshurdjii* bulgares avaient compté non pas des touffes de piment isolées mais chaque pied séparément.

*******

31Un yoshurdji de la ville de Tyrnovo avait racheté le yoshur de la région de Tyrnovo. La récolte à Hotnitza avait été détruite par la grêle. Il avait transformé les réquisitions en somme d’argent et avait même vendu le bétail des gens. Ce qui est intéressant, c’est qu’à l’instar de Vidinliyata, il avait désigné comme garant toute personne qu’il voyait ou qui lui plaisait. Et personne n’avait osé bouger, car ce tchitak* baptisé avait pour associé un tchitak circoncis ottoman.

*******

  • 6 Recueil de textes jubilaire de la ville de Koprivtshitza, t. I-II, Sofia, 1926-1937.

32Les tchorbadjii de Koprivtshitza et Sevlievo, introduits dans la municipalité, n’en avaient fait qu’à leur tête et avaient pillé les ressources municipales. Dans la ville de Sevlievo, le Parti Radical de Velko (Velko Tarafa) avait mené des luttes permanentes contre cette corruption. Mémorables étaient également les luttes des artisans de Koprivtshitza contre les tchorbadjii. L’instituteur Hristo Poulekov, comptable de la municipalité, avait été licencié à trois reprises, car, comme lui-même l’écrit, « il faisait la lumière sur les comptes municipaux » 6.

*******

33Mais le comble, c’étaient les tchorbadjii des villes de Kotel, d’Elena et surtout de Troyan. Les quatre tchorbadjii de Troyan avaient divisé la nahiya* de Troyan en quatre parties et chacun était maître dans sa partie. Les tchorbadjii avaient auprès d’eux un Turc que la population considérait comme un zaptié [sbire] et accomplissait tous les ordres de ce dernier comme venant de l’administration turque. Les tchorbadjii avaient le privilège de choisir et d’acheter le meilleur bétail à des prix qui leur semblaient bons. Chaque habitant de hameau [paysan] était obligé de descendre et de boire dans les nombreuses tavernes des tchorbadjii. En fait, il aurait pu ne pas entrer dans la taverne, car dès que le tchorbadji le voyait passer, il lui inscrivait une boisson dans le livre de comptes.

*******

34Mais le vol le plus grand s’effectuait par le biais du livre de comptes du tchorbadji.

  • 7 Revue Vedrina, N° 19, 1936.

35« Le tchorbadji jamais ne prêtait ni ne prenait de l’argent aux paysans. Seul le livre de comptes existait entre eux. Selon le livre de comptes, le tchorbadji prêtait de l’argent, payait l’impôt du paysan, lui donnait du sel, du gaz, du fer et définissait la valeur du bétail. Vous pouvez imaginer vous-mêmes ce que pouvait comprendre dans ce rébus comptable un paysan qui jusqu’à hier comptait sur ses doigts, qui disait "deux napoléons et demi" au lieu de 50 leva, et "soixante plus dix" au lieu de 70 » 7 […].

  • 8 Professeur Nikov, op. cité, p. 15.

363) Le clergé grec
Grâce aux pots-de-vin et à la promesse de tenir en soumission le raïa chrétien, le patriarcat grec avait obtenu le privilège de le représenter auprès de la Grande Porte. Les rivalités entre les candidats au poste de patriarche ont monté le prix de ce rang à 100 000 louis d’or 8. Cet argent avait dû être extorqué aux dévots par la simonie et des vols de troupeau. Le patriarche vendait les places d’évêque, les évêques vendaient les places de prêtre. De cette façon, le clergé n’était pas élu par le peuple, il était nommé par le haut. Si jadis l’état ecclésiastique était un devoir rigoureux avec de sacrifices, il devenait par la suite un privilège que même les palefreniers illettrés des métropolites auraient pu obtenir pourvu qu’ils aient la somme demandée. La somme pour une place ecclésiastique venait de la vladitchina – impôt annuel payé à l’évêque par chaque paroissien. Inoubliable restera l’évêque de Tyrnovo Panarete, dit Deli Panarete, qui en habits bizarres, entouré d’une suite de 50 personnes, muni d’un fouet, de pistolets et d’une massue à chaînette d’or, faisait le tour de sa paroisse et prélevait la vladichina, fouettant les maires et les prêtres.

37Le clergé grec était devenu insupportable lorsque ses violences pour helléniser les Bulgares se sont ajoutées aux vols arbitraires.

38Pour les raisons déjà mentionnées, la lutte contre l’autocratie turque fut non seulement une lutte de libération nationale, mais aussi une lutte de libération sociale. Ce fut une lutte pour un État démocratique aussi bien à cause des tâches sociales qu’elle avait à résoudre que de la composition du Parti de révolution d’indépendance et enfin de l’idéologie des leaders de ce parti.

39Voici les objectifs sociaux des luttes de libération qui en étaient leurs forces motrices :

  • 9 Les domaines des spahis ont été formellement supprimés par le Haticherif* (1839) et Hatihumayun* (1 (...)

401. La question agraire. Juste avant la Libération nationale*, l’essentiel de la question agraire portait sur la pénurie de terres. En conquérant la Bulgarie, les Turcs ont colonisé les sols les plus fertiles par l’installation de leur population asiatique. La population bulgare chassée s’est retirée dans les plis de Stara planina [Vielle montagne], des Rhodopes et de Sredna gora [Forêt moyenne], où elle s’est procurée de nouveaux sols à travailler en déracinant les forêts. C’est ainsi que les habitats montagneux des régions de Troyan, Sevlievo, Tyrnovo, Dryanovo, Gabrovo, Panagyuritshé, etc. sont apparus. Avant la Libération, cette terre n’était pas en mesure de nourrir la population croissante. Les yeux de cette population étaient déjà tournés vers les grandes fermes turques, d’autant plus qu’une partie de cette population était obligée de travailler ces terres en métayage 9.

412. La garantie juridique. La sécurité de la vie, de la propriété et des communications, aggravée de manière inouïe par les vols circassiens, était une nécessité tant pour les paysans que surtout pour le commerce. Il était déjà clair que l’autocratie turque en voie de désagrégation ne pouvait plus garantir cette sécurité et que cela ne pouvait produire qu’un État où le peuple seul peut assumer sa gouvernance.

423. La révolution d’indépendance. Déjà en 1872 la question de l’église a été résolue. Maintenant quelques mots à propos de la composition du Parti de révolution d’indépendance. La majorité des membres de ce Parti étaient des artisans et des paysans. S’y étaient adjoints une grande partie des enseignants, une partie du clergé subalterne, et une petite partie des fils instruits des tchorbadji (Kableshkov, Tzanko Dyustabanov, etc.), ainsi que certains commerçants progressistes mais, bien entendu, non du genre de Iliya Vidinliyata, Yurdantcho efendi* et tchorbadji Ivantcho Pentchovitch. Il n’y avait que les tchorbadjii de la ville de Tétéven, avec Staniyo Vrabevski en tête, qui avaient participé plus massivement à la lutte. La raison se trouvait dans l’absence de gros bonnets turcs dans la ville de Tétéven et donc nul pillage auquel ces tchorbadjii avaient été soumis.

43Les paysans et les artisans étaient des démocrates du fait de leur statut social. C’étaient des petits producteurs qui n’exploitaient pas et ne voulaient pas non plus être exploités. Ils vivaient encore dans des rapports patriarcaux de solidarité et d’entraide et pensaient que ce mode de vie patriarcal régnerait aussi dans la Bulgarie libérée.

44Les artisans avaient déjà reçu une éducation démocratique à l’intérieur de leurs organisations, où toutes les questions étaient résolues à la majorité des voix. Cette éducation était devenue combative quand les artisans avaient entamé la lutte contre les tchorbadjii. À Troyan, bien avant l’arrivée de Levski, la domination des tchorbadjii avait été renversée et remplacée par un maire élu par le peuple grâce à un important meeting de protestation des kolibari (paysans) et artisans.

45La lutte pour une église autonome fut la seconde étape de l’éducation démocratique militante de notre peuple. Ce fut une lutte pour l’éligibilité et le contrôle populaire de l’organisation religieuse et pour sa nationalisation.

46Mais les artisans et les paysans étaient arrivés à la forme la plus accomplie de l’éducation démocratique militante dans les luttes de libération. Les comités révolutionnaires étaient organisés sur la base non pas du leadership, mais sur celle de l’égalité. Les prises de décision concernant les questions de la révolution se faisaient à la majorité des voix. Les décisions de la première assemblée populaire à Oboritshé* étaient prises par la levée des mains calleuses des députés – paysans et artisans. Les paysans et artisans étaient maîtres de leur propre parti, car ils formaient le parti même. Il était tout naturel qu’ils soient les futurs maîtres de la Bulgarie libérée grâce à eux, car dans sa majorité le peuple bulgare c’étaient eux.

47Quelle était l’idéologie des leaders du parti de révolution d’indépendance nationale ? Sans exception, ces leaders étaient tous démocrates. Certains d’eux étaient même sous l’influence des idées socialistes et populistes du xixe siècle. C’est pour cela qu’ils éprouvaient tant de méfiance à l’égard de l’aide de la Russie tsariste vis-à-vis de la libération bulgare. Et Karavelov* et Levski* et Botev* et Zahari Stoyanov* s’étonnaient de voir comment le peuple bulgare pouvait attendre sa libération d’un État qui tenait son propre peuple en esclavage !

48Levski qui était le Bulgare le plus original et ainsi exprimait le mieux les aspirations du peuple bulgare, était favorable à une république démocratique. C’est pour cette forme étatique qu’il menait la lutte et voulait l’inscrire dans le statut du parti d’indépendance nationale. D’où la haine de ces leaders pour les tchorbadjii et le clergé qui « tenaient la clé de l’esclavage du peuple ». Il n’y a pas un seul document du comité central révolutionnaire sans l’expression « despotes turcs et tchorbadjii bulgares », « tchitaks circoncis et baptisés ». L’œuvre de Karavelov* portait tout autant sur les Turcs que sur les tchorbadjii et phanariotes. On en est arrivé au point que même Les belles lettres de Dobri Voinikov* qui était un manuel d’école comportait des leçons attaquant spécialement les tchorbadjii.

49Telles furent les idées politiques de notre Renaissance, de notre mouvement de libération. Notre Libération fut une lutte pour la démocratie politique et économique.

50Avant de passer à la question de savoir pourquoi aujourd’hui certains jettent de la boue sur la manifestation sublime de ce passé glorieux de notre peuple, examinons encore quelques conditions préliminaires de la naissance de notre démocratie politique.

51Un mensonge est très souvent répété chez nous : le mensonge selon lequel le Bulgare se caractérise par une psychologie d’esclave et la source de cette psychologie réside dans le joug turc de cinq siècles. Ni l’un ni l’autre n’est vrai.

52Notre peuple a une conscience politique exceptionnelle. Peu nombreux sont les peuples qui ressentent les restrictions de leur liberté de façon si aiguë. Peu nombreux sont les peuples qui ont donné autant de victimes pour reconquérir leur liberté. Et si parfois ce peuple s’arrête et patiente, c’est dû à sa fuite en avant.

53Il n’est pas vrai non plus que le joug turc ait créé une prétendue psychologie servile chez notre peuple. Bien au contraire, le joug turc qui a interrompu la cristallisation féodale de l’État bulgare a créé des conditions d’une suppression plus facile de toute sorte d’autocratie et de structure sociale féodales et a fourni les conditions et les possibilités d’orientation démocratique de notre histoire.

54Par son intolérance religieuse, la couche dominante turque n’a pas pu déplier ses tentacules à travers notre peuple par le moyen d’alliances. Elle était étrangère au peuple de par sa confession, sa langue et son mode de vie. Elle ne pouvait non seulement utiliser les liens et les moyens de la religion, de la langue et du mode de vie pour se doter de l’autorité et du respect des dominés, ce qu’auraient pu faire durant des siècles nos anciens boyards. Mais bien plus, les Turcs soulignaient toujours leur position de vainqueurs et excitaient ainsi le sentiment national du peuple. Dans les villages, les petits Turcs apprenaient à ne pas avoir peur des Bulgares en leur jetant des cailloux et à cultiver ainsi la psychologie de maîtres.

55L’aristocratie turque n’a pas pu créer l’esprit de classe pour tenir le peuple en soumission morale comme cela se faisait dans les états féodaux occidentaux. En Turquie il n’y avait presque pas de servage, et l’administration turque nonchalante n’a pas pu créer un ordre légal qui aurait pu englober par ses fils le dernier Bulgare et introduire cet ordre dans sa conscience par les moyens de l’instruction, de l’éducation, de la religion, des punitions comme cela se passait à l’étranger. Au contraire, dans une large partie, notre peuple se gérait de façon autonome, suivant ses propres coutumes.

56Finalement, les luttes d’indépendance nationale ont produit deux grands faits décisifs : la démocratisation de l’instruction et l’éducation démocratique militante du peuple.

  • 10 Revue Prosveta/Lumières, année 1, 1935, numéros 2, 4 et 5.

57Le fait suivant montre une fois de plus que notre démocratie politique est étroitement liée à notre lutte de libération : quand les premières tentatives de liquidation de la démocratie politique se sont fait jour chez nous, il se trouvait des hommes publics et des professeurs qui ont défini notre mouvement de révolution nationale et son apogée – l’Insurrection d’avril – comme presque funeste pour la Bulgarie 10.

  • 11 À ce sujet nous avons nos propres exemples. Bien qu’ils aient eu un comité révolutionnaire, les hab (...)

58Ici il faut rappeler une vérité ancienne : un peuple qui n’a pas acquis seul sa liberté, qui n’est pas attaché à cette liberté par ses propres victimes, qui ne s’est pas formé et n’a pas construit sa conscience sociale dans la lutte de liberté, ne sait pas l’apprécier, et ne peut pas la défendre 11.

59Nous serions devenus un département [russe] derrière le Danube sans notre mouvement de libération à l’intérieur du pays. Sans ce mouvement, la défaite des conservateurs dans l’Assemblée constituante* n’était pas possible. Sans ce mouvement, le rapide développement culturel de la Bulgarie était également impossible. Sans ce mouvement, notre paysan aurait eu la conscience politique d’un paysan roumain.

60La démocratie est un univers dans la conscience de notre peuple parce qu’elle était la condition de sa constitution comme nation, de sa libération et de son développement social. Elle est une condition indispensable pour son futur développement.

61Et nous devons apprécier cette démocratie et son incarnation législative – la Constitution de Tyrnovo* – pour rester fidèles à l’esprit de notre peuple et à la mémoire des victimes que ce peuple a données pour sa liberté nationale et politique.

Haut de page

Notes

* Dans les deux textes d’Ivan Hadjiiski, les mots marqués par un astérisque (*) sont expliqués dans le glossaire en annexe du second texte (N.d.T.). Les mots se trouvant dans des parenthèses [ ] sont des précisions du traducteur.

1 Nous verrons plus loin que les tchorbadjii, le clergé bulgare et le peuple ne participèrent pas de façon identique aux trois étapes de la Renaissance à cause de leurs intérêts de classe différents.

2 Le processus de constitution de la nation comme une entité non seulement n’exclut pas la désagrégation de la nation en train de se former ainsi en groupes sociaux distincts – ou classes –, mais il la présuppose.

3 Nikola Stanev, La Bulgarie sous le joug, Sofia, 1928, p. 43.

4 Professeur P. Nikov, La Renaissance du peuple bulgare, Sofia, 1929, p. 19. « Après les deux premiers siècles conquérants d’une gestion turque exemplaire de paix, d’ordre et de sécurité, de justice et de bien-être que le peuple bulgare avait senti comme grâce malgré le joug étranger, depuis la fin du xvie siècle l’État turc avait commencé à se désagréger et décliner intérieurement comme extérieurement ».

5 Lors des élections municipales les amis de Vidinliyata avaient eu recours à des « brodnitzi » pour faire peur aux habitants de Gabrovo, niais et superstitieux de cette époque-là. C’étaient des femmes nues qui avaient rôdé dans la nuit en frappant sur les portes et les fenêtres.

6 Recueil de textes jubilaire de la ville de Koprivtshitza, t. I-II, Sofia, 1926-1937.

7 Revue Vedrina, N° 19, 1936.

8 Professeur Nikov, op. cité, p. 15.

9 Les domaines des spahis ont été formellement supprimés par le Haticherif* (1839) et Hatihumayun* (1856), mais ce n’est qu’au moment de la Libération que cela a été fait en réalité dans les régions de Kustendil, Lom et Vidin. Mais la situation des paysans dans les domaines des spahis de la région de Kustendil avait été relativement bonne à cause des impôts en nature et c’est pour cela que cette région n’a pas du tout participé aux luttes de libération. La corvée des pachas avait été également supprimée avec le Haticherif et là où elle était appliquée, elle n’avait compté pas plus de dix jours par an. Finalement, la dîme et le haratch* ne pesaient pas trop, car aujourd’hui encore les personnes âgées se souviennent des impôts turcs avec un soupir de soulagement.

10 Revue Prosveta/Lumières, année 1, 1935, numéros 2, 4 et 5.

11 À ce sujet nous avons nos propres exemples. Bien qu’ils aient eu un comité révolutionnaire, les habitants de Sevlievo n’ont pas pris part à l’insurrection du village de Novo selo. Lors de la Libération, la liberté leur a été donné par un détachement de Cosaques qui avaient imposé le pouvoir bulgare dans la ville de Sevlievo et étaient partis pour la ville de Gabrovo. En ce moment-là, les Turcs des villages voisins avaient attaqué Sevlievo. Au lieu d’organiser seuls la défense de leur ville, les habitants de Sevlievo envoient les délégués rapides pour faire revenir les Cosaques. Une dizaine de minutes avait décidé du sort de Sevlievo. Le détachement cosaque était revenu et avait battu les Turcs à quelques kilomètres de la ville (Voir Les souvenirs de P. Peshev).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Hadjiiski, « Les racines historiques de nos traditions démocratiques », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Ivan Hadjiiski, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3112

Haut de page

Auteur

Ivan Hadjiiski

(1907-1944)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page