Navigation – Plan du site
Ivan Hadjiiski
Découvertes / Redécouvertes
Ivan Hadjiiski

Traits atypiques du développement de notre société

Présenté par Svetla Koleva
Atypical features of our society’s development (text of 1943)
Ivan Hadjiiski

Résumés

Texte d’Ivan Hajiiski initialement paru en bulgare dans la revue Problèmes sociologiques/Sotziologitcheski problemi, 1986, n° 3, et publié ici avec l’aimable autorisation des ayants droits de l’auteur. Ce texte faisait partie du manuscrit de la troisième partie de son livre Mode de vie et état d’esprit de notre peuple (1945). Supposé perdu, ce manuscrit écrit en 1943 est découvert par la fille de l’auteur Maria Hadjiiska dans les années 1980 et publié pour la première fois en 1986. Traduction de Svetla Koleva.

Haut de page

Notes de la rédaction

Les particularités typographiques et de présentation de l’original ont été conservées. Pour consulter la présentation de ce texte cliquez sur : http://sociologies.revues.org/index3108.html

Notes de l’auteur

La traductrice, Svetla Koleva, remercie vivement Geneviève Sénéchal, Bernadette et Guy Ménard et Jacques Boucher d'avoir généreusement contribué à la traduction française des textes d’Ivan Hadjiiski.

Texte intégral

1Aujourd’hui encore notre histoire reste l’histoire d’un pays de petits propriétaires et économiquement arriéré. Et comme ce pays demeure le milieu social de notre petit propriétaire, nous devons nous attarder sur les caractéristiques générales du développement de notre pays après la Libération nationale*, sur la sociologie de notre histoire.

2À ce sujet, il y a eu et il y a encore de vifs débats. Les auteurs marxistes affirmaient tout à fait légitimement qu’en général la société en Bulgarie s’engageait sur la voie capitaliste, étayant leur thèse avec les nouveaux éléments que le capitalisme y introduisait. En lutte contre les marxistes, les théoriciens de la bourgeoisie essayaient de rejeter cette thèse par la mise en avant des faits de notre sous-développement économique et de certains traits atypiques du développement de notre société.

3Notre Libération fut pour nous la révolution bourgeoise. Mais cette révolution fut combinée à la révolution d’indépendance nationale. Pour autant, notre Libération fut effectuée non pas par une rébellion interne mais grâce à une intervention de l’extérieur. L’État qui engendra la révolution bourgeoise chez nous, ne l’avait pas encore faite en son sein. En plus, nous avons reçu notre liberté d’un pays qui pensait nous libérer des Turcs mais pas du tout de lui-même.

4C’est ainsi que se sont créées des conditions de certaines déviations dans le développement de notre société en comparaison avec le développement typique des États capitalistes classiques. Mais reprenons dès le début.

5En premier lieu, l’Insurrection d’avril* sans laquelle l’intervention russe n’aurait pas eu lieu, et par voie de conséquence la libération, a éclaté à cause des pillages circassiens qui avaient rendu le marché interne impossible et avaient perturbé considérablement les rapports de nos artisans, de nos commerçants moyens et de certains petits commerçants des villes avec le marché extérieur. L’installation des Circassiens sur le territoire bulgare en 1861 est quelque chose qui n’a rien à voir avec le développement naturel de notre vie, quoique l’incapacité du féodalisme turc de surmonter leur banditisme ait montré son inaptitude comme forme politique de la nouvelle économie d’échange. Celle-ci travaillait avec des marchés proches et lointains et la sécurité des communications était une condition indispensable pour son fonctionnement. Mais jusqu’à l’arrivée des Circassiens il n’y avait pas d’autre force qui pouvait montrer avec tant d’acuité cette inaptitude. Il se peut que, sans l’arrivée des Circassiens, l’ancienne idylle féodale-capitaliste supportable jusqu’à un certain point ait pu exister encore quelques décennies et que nous ayons reçu la liberté après la guerre Balkanique* ou la Première guerre mondiale.

6En deuxième lieu, en tant que révolution bourgeoise, la Libération devait supprimer l’enveloppe politique féodale surannée qui empêchait le plein développement du capital né dans son sein ainsi que de lui donner libre cours. En effet, la Libération devait être un pas en avant, non seulement dans le domaine politique mais aussi sur le plan économique. En réalité, la Libération fut un grand pas en arrière dans notre développement économique bien qu’elle ait mis en place un État organisé à la manière capitaliste avec un nouvel ordre de vie politique, juridique et culturel correspondant. La Libération nous a privé du riche marché turc, a quasiment englouti les anciens capitaux accumulés, a détruit la grosse propriété foncière et a transformé la Bulgarie en un pauvre pays de petits propriétaires. De sorte que non seulement elle a ruiné le capital créé jusqu’à la Libération mais encore qu’elle a sapé la possibilité de formation rapide d’un tel capital. En fait, la révolution bourgeoise chez nous qui devait donner une nouvelle poussée au développement capitaliste de notre société l’a finalement entravé.

7Avant la Libération, le commerce extérieur de la Bulgarie était positif : nous exportions plus que nous importions. Cela est évident de par les richesses accumulées dans les villes bulgares. Après la Libération jusqu’en 1929, la balance de notre commerce extérieur était négative : nous importions plus que nous exportions. Nous pallions cette carence grâce à des prêts étrangers inévitables (pour soutenir le lev, pour combler le déficit budgétaire, pour entretenir le calme politique et pour empêcher les gouvernements de tomber).

8Il est utile de présenter quelques chiffres. Les exportations de notre pays par quinquennat étaient les suivantes :

Années

Exportations en millions de kg

Montant en millions

Passif ou actif en millions

1886-1890

445

63 leva d’or

- 8 leva d’or

1891-1895

604

77 leva d’or

- 6 leva d’or

1896-1900

480

68 leva d’or

-

1901-1905

792

120 leva d’or

+ 25 leva d’or

1906-1910

609

118 leva d’or

- 43 leva d’or

1926-1930

413

231 francs suisses

- 5 francs suisses

1938

489

293 francs suisses

+ 37 francs suisses

1939

538

322 francs suisses

+ 50 francs suisses

9Le déficit du solde commercial, du budget d’État et des municipalités de Sofia et de Varna était systématiquement comblé par des prêts étrangers comme en témoigne le tableau ci-après (en millions) :

  • 1 Les prêts de 30 millions de francs français de 1896 et 1909 avaient été utilisés pour le capital de (...)

Années

Prêts (en millions)

Année

Prêts (en millions)

1892

125 francs d’or

1909

100 francs français
30 francs
82 francs français

1896

30 francs 1

1910

15 leva

1902

106 francs d’or

1923

58 francs français

1904

100 francs d’or

1926

2,4 livres anglaises
4,5 dollars

1906

35 leva*

1928

1,8 livres anglaises
130 francs français
13 dollars

1907

145 francs-or
8 leva

10La Bulgarie s’organisait comme un état capitaliste sur le plan administratif, législatif et culturel. Mais la véritable industrialisation du pays a juste démarré après la Première guerre européenne et même bien après 1924, bien que la première loi de protection de l’industrie nationale fût votée en 1894, la deuxième en 1905, la troisième en 1909 et la quatrième en 1928.

11En 1909 une enquête sur l’industrie soutenue par l’État est menée. Elle ne porte que sur les grandes entreprises bulgares, à savoir celles ayant au minimum un capital de 20 000 leva d’or, 10 ouvriers et des machines de 10 chevaux.

12266 grandes entreprises y ont été répertoriées et créées comme suit :

Année

Entreprises

Année

Entreprises

1830-1879

20

1895-1899

36

1880-1884

23

1900-1904

30

1885-1889

33

1905-1909

70

1890-1894

54

Total : 226

13Le tableau ci-après montre la création de nouvelles grandes entreprises après 1909 :

Année

Entreprises

Année

Entreprises

1909

345

1926

854

1921

323

1927

961

1922

390

1928

881

1923

476

1929

1157

1924

583

1930

1245

1925

731

1931

1153

14Une part incroyablement petite du revenu national est due à notre industrie. En 1926, le revenu national étant de 40 milliards de leva, il n’y a que 2,3 milliards qui reviennent à l’industrie ; soit 6 %. Les recettes en provenance de l’industrie domestique sont 4,8 milliards, celles de l’artisanat 2 milliards. En 1930, l’apport de l’industrie n’est que de 4 milliards de leva (10 %) dans un revenu national annuel d’environ 25-30 milliards de leva.

15Même en 1930, avec un capital moyen de 6,6 millions de leva investi dans des sites, bâtiments, machines, avec une production de 7,2 milliards de leva, avec un personnel moyen de 35-40 ouvriers par entreprise et une capacité moyenne de 180 chevaux, notre industrie reste de taille moyenne.

16Faute de recettes en provenance de colonies et de commerce important d’exportations, la création de nouveaux capitaux devait se faire à travers le marché intérieur et surtout grâce à l’État moyennant les fournitures de l’État, les taxes de douane protectrices, les profits industriels, etc. En effet, tandis que la bourgeoisie de certains pays capitalistes développés gagnait grâce à l’État, la nôtre gagnait sur l’État. Cela a miné les fondements de toute attitude rigoureuse à l’égard des ressources de l’État. Personne ne voulait mettre le doigt sur la plaie, même quand on était en opposition, car chacun entendait profiter de ce système de spoliation chaotique à son tour. C’est ainsi que sont nés chez nous la corruption d’État et l’attitude partisane envers les ressources publiques, en un mot, le phénomène partisan en général, c’est-à-dire la lutte pour les avantages du pouvoir.

17En troisième lieu, notre mouvement de révolution nationale qui s’est achevé par l’Insurrection d’avril comme une préparation de la révolution bourgeoise devait être porté par la grande bourgeoisie (les tchorbadjii). Cependant cette bourgeoisie avait peur de notre séparation de la Turquie et du marché turc ; elle ne voulait qu’autonomie ou dualisme tout au plus. Fidèle à ses intérêts de classe, non seulement elle était contre la lutte révolutionnaire et l’Insurrection d’avril, mais encore elle luttait contre celles-ci. C’est ainsi que cette particularité s’est produite : chez nous la révolution bourgeoise s’est effectuée sans la bourgeoisie et avec la résistance de la bourgeoisie. La révolution bourgeoise était faite par le petit propriétaire grâce à laquelle celui-ci a instauré un ordre social qui allait petit à petit l’anéantir. Ces deux particularités avaient d’importantes conséquences politiques.

18N’ayant pas participé à la période héroïque de la naissance de la Bulgarie libre, notre grande bourgeoisie n’a gagné aucun capital politique, ne s’est fait aucune autorité nationale militante, ne s’est créé aucune relation ni influence dans le peuple, bien au contraire : elle s’est attiré la haine la plus féroce. Elle est sortie de la Libération politiquement morte. Rien d’étonnant alors à ce qu’elle soit politiquement battue aussi bien dans l’Assemblée constituante* que lors des premières élections législatives. Sur cette base, tout un nœud de disparités politiques s’est formé : chez nous, l’état capitaliste était créé et géré au début non pas par les capitalistes mais par les petits propriétaires. Le meneur politique était longtemps non pas le parti du grand capital mais le parti des petits propriétaires, à savoir le Parti libéral. Or, l’absence d’influence politique de la grande bourgeoisie a produit un paradoxe des plus monstrueux. Au lieu d’être organisé par la classe capitaliste au moyen de son parti, au départ le capitalisme s’est organisé chez nous par le Parti libéral car jusqu’en 1895 la grande bourgeoisie bulgare n’avait pas son propre parti.

19Notre vie politique s’est ainsi embarquée sur le chemin d’une contradiction : étant politiquement fort, le petit propriétaire allait choisir un pouvoir qui le condamnait à une mort économique. Cette contradiction a été résolue par la création d’un style particulier de notre vie politique et de nos partis politiques, un style dans lequel la démagogie, le mensonge politique et les violences électorales jouaient un rôle si considérable.

20En quatrième lieu, recevant notre liberté d’un État qui visait notre assujettissement, nous devions lutter pour l’indépendance contre notre libérateur. Après le départ du prince Battenberg*, cette lutte nous a mis dans une guerre civile. « Pour ne pas s’entretuer – comme disait Stambolov* – nous avons mis sur le trône un homme de paille de l’impérialisme allemand ». Ferdinand* est venu en Bulgarie comme agent provocateur dont la tâche était de faciliter notre asservissement par les Allemands et de surcroît avec notre propre aide : en les aidant à établir une hégémonie européenne, nous nous laissons engloutir avec le tout. Pour mettre des bases solides à notre indépendance, Stambolov a non seulement amené Ferdinand en Bulgarie, mais il a créé un corps d’officiers solide, discipliné et bien payé et l’a mis dans les mains de Ferdinand. Appuyé sur celui-ci, Ferdinand a établi un régime personnel. À lui seul, il nommait et renvoyait les ministres et les cabinets. C’est ainsi qu’il tenait déjà entre les mains notre politique intérieure. Il a pris également en main la politique étrangère grâce à la modification de l’article 17 de la Constitution qui lui octroyait le droit de signer des traités secrets. En un mot, notre bourgeoisie a mis dans les mains d’un ennemi notre armée et notre politique intérieure et extérieure. Les résultats n’ont pas tardé à survenir : la défaite dans la Guerre interalliée* organisée par Ferdinand pour que l’Union balkanique disparaisse, que les avantages de la Guerre balkanique soient effacés, que la question « nationale » reste sans solution et pour qu’au nom de celle-ci nous prenions part à la guerre européenne du côté de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie en poignardant le dos de nos voisins au profit de notre commune occupation par les Allemands. La défaite dans la Guerre européenne était une conséquence logique de la première défaite.

  • 2 Même en 1907, sur 1689 membres des syndicats des socialistes « stricts » il n’y a que 676 personnes (...)

21En cinquième lieu, à partir de 1885, l’idéologie socialiste a commencé à être importée chez nous comme un produit d’idées. Théoriquement, le socialisme est théorie et pratique du mouvement ouvrier, de la classe ouvrière consciente. Le parti socialiste a été créé chez nous en 1891 au moment où il n’y avait pas encore un seul mouvement ouvrier 2. Et tandis que les socialistes « stricts »*, demeurant fidèles à la théorie, se souciaient de sauvegarder l’avenir de la classe ouvrière, les socialistes « ouverts »* commençaient à attirer dans leur parti ouvrier avant tout des petits propriétaires et une partie de l’intelligentsia de la petite bourgeoisie. Mais jusqu’à la Guerre européenne, les uns comme les autres s’occupaient principalement de travail théorique et les partis socialistes étaient des séminaires scientifiques et non des organisations de lutte pour le pouvoir.

  • 3 Il existait des villes où il n’y avait aucune grande entreprise d’un type décrit (telles que Koula, (...)

22En 1909, 13 070 ouvriers furent embauchés dans la grande industrie soutenue par l’État dont 2 907 étaient des femmes et la moyenne par entreprise de 50 ouvriers. Ces chiffres en disent long sur la taille du prolétariat bulgare, l’objet véritable de la propagande socialiste 3.

23En sixième lieu, tandis que l’importation des articles industriels étrangers détruisait notre artisanat et restreignait les possibilités de toute façon limitées de développement de notre petit pays, l’importation des idées étrangères à travers les ouvrages traduits créait des ambitions dans notre individualisme intellectuel en l’agaçant avec des modèles de vie et de carrière étrangers et irréalisables chez nous. Sur cette base est apparue chez nous cette cruelle contradiction entre aspirations à la vie et impossibilité de les réaliser, qui s’est traduite dans le krach tragique de notre individualisme intellectuel ambitieux et inconsistant dont l’expression sont le symbolisme bulgare, la bohème littéraire bulgare et bien d’autres faits dans la vie de notre intelligentsia.

24En septième et dernier lieu, notre bourgeoisie a vécu une tragédie avant la Libération : elle était déchirée entre le besoin de préserver le marché turc et le besoin de participer à la période héroïque de notre histoire. Elle a préféré la première solution et s’est trompée historiquement. Elle devait sauver au moins ce qu’elle pouvait sauver. N’ayant pas pris part aux luttes révolutionnaires, non seulement elle n’a pas créé des personnalités héroïques, mais elle a lutté contre les manifestations de cet héroïsme. Son attitude à l’égard de Botev* et de ses camarades de lutte est bien connue. En effet, la bourgeoisie n’a pas réussi à produire des personnalités et une éthique de grande envergure.

25Se sentant politiquement mise sur la touche, elle a regagné les rangs de la réaction politique dans la Bulgarie libérée. Non seulement elle n’a pas continué son histoire héroïque avant la Libération, mais elle s’est efforcé de se préserver du crachat du peuple.

26La mise en place du régime autocratique, la flagornerie de la cour, la corruption et le phénomène partisan l’ont définitivement effacée. Non seulement elle ne s’est pas forgé un propre style de classe que (suivant la règle que l’idéologie dominante à un moment donné est l’idéologie de la classe dominante) elle devait imposer sur les couches sociales dominées par voie de l’exemple et de l’imitation, mais encore plus elle a transformé le manque de style, la nullité, la servilité en style public. La Bulgarie officielle est devenue un pays de petits malins, de petites gens. On est même arrivé à cette déchéance où pour qu’on te fasse ministre, la première condition est de ne pas être indépendant, c’est-à-dire de ne pas avoir et de ne pas pouvoir avoir d’opinion propre et d’attitude indépendante à l’égard des choses ni de volonté pour les imposer. Les rares personnalités de notre grande bourgeoisie, des gens de grande classe et envergure comme Mihail Madjarov*, qui, contrairement à leurs propres intérêts, ont eu le courage de dire la vérité en face aux élites dirigeantes de leur propre classe, sont bien sûr restées dans l’ombre. Notre bourgeoisie a honte de son histoire. Et avec raison : avec les politiciens, les militaires, les professeurs, les écrivains, elle s’est mis derrière Ferdinand pour l’aider à organiser deux pogroms sur le peuple bulgare. Cependant, cette honte vient trop tard, un peu comme un aveu empressé de devancer la question des responsabilités soulevée par des milieux sociaux qui lui sont étrangers.

  • 4 Le professeur docteur Boris Iotzov devient ministre de l’éducation nationale dans le gouvernement d (...)

27Un autre fait peut encore être évoqué à l’appui de la thèse que notre bourgeoisie n’a pas pu se forger son propre style susceptible de devenir un style dominant de notre vie en société, une tradition, un étalon moyen pour l’homme : il y a quelques années, jusqu’à l’arrivée au poste de ministre du professeur Boris Iotzov 4, l’éducation des enfants bulgares était plutôt aux mains des socialistes « ouverts ». La plupart d’entre eux étaient les auteurs des manuels, surtout des manuels d’histoire, des membres des commissions d’approbation des manuels, des professeurs de pédagogie.

***

28Voilà dans quelle situation compliquée, du fait des traits atypiques du développement de notre société – peu connus, mais sans doute essentiels – se sont déployés le mode de vie et l’état d’esprit de l’artisan et du petit propriétaire bulgare après la Libération.

29Chez nous, le développement du capitalisme, à cause de la structure contradictoire de la société, à cause des contradictions dans l’économie, le droit, la morale, l’organisation interne, à cause de la forte différenciation sociale et de classe, a compliqué davantage le contexte social. Aujourd’hui, chaque individu est déchiré entre de multiples contradictions ; chaque jour de sa vie est un carrefour de tant de forces opposées, chaque individu vit des choses si invraisemblables et inattendues et des tragédies morales que chaque biographie personnelle constitue un problème psychologique complexe. Ne parlons pas de la complexité qui est à la base de la mentalité collective. La vie de la société capitaliste est si multiforme que chacun de ses traits demande un examen séparé. C’est pour cela que dans les pages qui suivent, nous n’aborderons que certains aspects de cette mentalité et dans la mesure où ils concernent le petit propriétaire, en laissant la porte grande ouverte à des chercheurs ultérieurs de la mentalité collective concrète.

Haut de page

Annexe

Glossaire

Assemblée constituante – la première assemblée nationale tenue dans la Bulgarie libre en avril 1879 dans la ville de Veliko Tyrnovo, qui élabore la première constitution du pays connue sous le nom de Constitution de Tyrnovo.

Assemblée d’Oboritshé – la première assemblée du peuple bulgare tenue du 14 au 16 avril 1876 dans la localité d’Oboritshé, région de Panaguritshé pour décider de la préparation et du déroulement de l’Insurrection d’avril.

Batcho Kiro ou Kiro Zanev (1835-1876) – instituteur de campagne, président du Comité révolutionnaire dans sa ville natale de Byala Tcherkva, un des organisateurs de l’Insurrection d’avril dans la région de Tyrnovo, dénoncé par ses propres compagnons de lutte et condamné à mort par pendaison.

Battenberg, Alexandre de (1857-1893) – Allemand, prince de la Bulgarie (1879-1886), abroge la Constitution de Tyrnovo (1881-1883) et introduit le régime des procurations, soutient l’annexion de la Roumélie orientale au Royaume de Bulgarie et déclenche la guerre serbo-bulgare en 1885 ; contraint à abdiquer en 1887 à la suite d’un coup d’État militaire suscité par le parti russophile.

Botev, Hristo (1847-1876) – poète romantique bulgare, héros du mouvement d’indépendance nationale, organisateur d’une troupe d’insurgés en Roumanie qui traverse le Danube pour participer à l’Insurrection d’avril.

Bogomilisme – mouvement hérétique contre les dogmes et rituels de l’église orthodoxe né en Bulgarie au xe siècle qui se répand dans les pays balkaniques (Serbie, Bosnie et Herzégovine, Albanie d’aujourd’hui) et atteint son apogée durant les xie - xiie siècles en pénétrant l’Italie du nord et la France du sud. De nombreux liens entre la doctrine dualiste et contestataire des Bogomiles et celle des Cathares sont démontrés par des médiévistes est-européens et occidentaux.

Chichané – mot turc sisane d’origine persane, fusil court ancien à large canon.

Chipka – col de Stara Planina [Vielle montagne ou la chaîne des Balkans] où a lieu la bataille décisive de la Guerre russo-turque (1877-1878) qui assure la victoire écrasante des Russes et amène à l’indépendance de la Bulgarie. L’héroïsme des soldats bulgares et russes est célébré par beaucoup d’écrivains, poètes et peintres bulgares.

Constitution de Tyrnovo – la première constitution bulgare votée par l’Assemblée constituante tenue le 16 avril 1879 à Veliko Tyrnovo. La Bulgarie devient une principauté constitutionnelle avec l’Allemand Alexandre de Battenberg comme prince et la ville de Sofia pour capitale.

Dervendjiya – mot turc dervent (défilé, col) ; membre de la population dominée par l’Empire ottoman qui garde les passages de montagne et fait passer l’armée et les convois à travers les endroits périlleux, ce qui la dispense de certains impôts et l’autorise à porter des armes.

Efendi – mot grec authéntes, figure de rhétorique adressée à un homme riche et instruit dans l’Empire ottoman comme expression de respect.

Ferdinand de Saxe-Cobourg-Gotha (1861-1948) – petit-fils de Louis-Philippe, successeur du trône d’Alexandre de Battenberg en 1887, tsar de Bulgarie à partir de 1908.

Filov, Bogdan (1883-1945) – archéologue, historien de l’art, premier ministre de la Bulgarie (1940-1943) et régent (1943-1944).

Fours de Martin – expression bulgare qui fait référence à l’innovation technologique de Pierre Martin (1824-1915), ingénieur et industriel français qui perfectionne le four inventé par William Siemens, pour désigner les épreuves à travers lesquelles l’esprit et le caractère se forgent.

Groche – mot allemand Groschen, ancienne monnaie bulgare de vingt centimes.

Guerre Balkanique (Octobre 1912 - mai 1913) – dite la première guerre balkanique, déclarée par une coalition réunissant Bulgares, Grecs, Monténégrins et Serbes afin d’achever le démembrement de la Turquie d’Europe. Écrasés, les Turcs perdent tous les territoires situés à l’Ouest de la ligne Enos-Midia, mais conservent le contrôle des Détroits.

Guerre interalliée (Juin-juillet 1913) – dite la seconde guerre balkanique déclarée entre les vainqueurs de la première guerre balkanique pour le partage des dépouilles de l’Empire turc. Après avoir attaqué les Grecs et les Serbes, les Bulgares sont attaqués par les Roumains et les Turcs, et sont défaits.

Haïdouk – mot turc haydut (voleur, laquais) ; utilisé en bulgare pour désigner les rebelles contre les injustices des conquérants ottomans.

Haratch – mot turc haraç d’origine arabe ; impôt foncier payé par les sujets non musulmans aux musulmans dans l’Empire ottoman sous forme d’argent ou en nature.

Haticherif – mot turc hatti şerif ; le premier manifeste du sultan promulguant des réformes dans l’Empire ottoman publié en 1839.

Hatihumayun – mot turc hatti humayun ; célèbre manifeste du sultan publié en 1856 qui stipule des droits égaux pour tous les sujets de l’Empire ottoman et promet une réforme de la juridiction.

Insurrection d’avril (1876) – grande révolte populaire considérée comme le point culminant du mouvement d’indépendance nationale des Bulgares qui finit par une défaite écrasante avec environ 30 000 Bulgares massacrés. Ce bain de sang attire l’attention de l’Europe sur le sort des Bulgares.

Karavelov, Lyuben (1834-1879) – écrivain bulgare, journaliste et encyclopédiste, président du Comité central révolutionnaire bulgare à l’étranger fondé en 1869 à Bucarest.

Kardjalii – mot turc circali ; membres des groupes de brigands turcs qui pillaient la population chrétienne dans l’Empire ottoman au cours des xviiie et xixe siècles.

Kef – mot turc keyif d’origine arabe ; bonne humeur, repos agréable de l’après midi, plaisir.

Lev (singulier), Leva (pluriel) – unité monétaire bulgare.

Levski, Vassil (1837-1873) – la plus haute figure du mouvement d’indépendance nationale, concepteur, organisateur et leader du réseau de comités révolutionnaires censés libérer les Bulgares par leurs propres moyens.

Libération nationale – date charnière dans l’histoire bulgare liée à la signature du Traité de San Stefano le 3 mars 1878 qui met fin à la Guerre russo-turque (1877-1878) et prévoit la création d’un vaste État autonome de Bulgarie dans ses frontières du xive siècle. Sous la pression de l’Autriche-Hongrie et de la Grande-Bretagne, la Russie revoit les clauses du Traité, et les accords de San Stefano sont révisés lors du Congrès de Berlin (13 juillet 1878) qui reconnaît l’indépendance de la Bulgarie, mais la divise en trois parties : la principauté de Bulgarie qui comprend les territoires entre le Danube et la chaîne des Balkans (Stara Planina) et la région de Sofia ; la Roumélie orientale au sud de la chaîne des Balkans qui devient un protectorat turc dirigé par un gouverneur chrétien nommé par le sultan et avec pour capitale la ville de Plovdiv ; et enfin la Macédoine et la Thrace d’Andripole qui demeurent turques. Bien que le Traité de San Stefano ne fût jamais appliqué, la date de sa signature marque une nouvelle ère dans l’histoire de la Bulgarie et est proclamée fête nationale du pays.

Madjarov, Mihail (1854-1944) – homme politique bulgare, publiciste, diplomate, ministre et député à plusieurs reprises.

Medjidiya – mot turc mecidiye; monnaie turque en argent au nom du sultan Abdul Medjid.

Nahiya – mot turc nahiye d’origine arabe ; unité administrative la plus petite dans l’Empire ottoman.

Pacha – mot turc paşa, titre honorifique d’un haut dignitaire militaire ou civil dans l’Empire ottoman.

Paissii de Khilendar (1722-1777) – moine au monastère de Khilendar, auteur de l’Histoire slavo-bulgare écrite en 1762, livre à la fois marqueur et déclencheur de la Renaissance nationale bulgare avec les idées de la gloire historique des Bulgares et de la nécessité de regagner l’autonomie politique, culturelle et nationale.

Phanariote – mot grec « phanariote » ; habitant grec du quartier Fener (Fanar) d’Istanbul appartenant à des riches familles aristocratiques ou au haut clergé, qui était contre l’indépendance nationale des Bulgares.

Raïa ou Raya – mot turc râya « troupeau » (péjoratif) ; sujet non musulman ou assujetti dans l’Empire ottoman.

Rahatlyk – mot turc rahatlik d’origine arabe ; quiétude, insouciance.

Renaissance bulgare – période de redressement économique, d’éveil de la conscience nationale, et d’épanouissement culturel des Bulgares, qui concerne les xviiie et xixe siècles à cause de la domination ottomane du pays depuis le xive siècle. Débuté par l’Histoire slavo-bulgare de Paissii de Khilendar (1762), ce mouvement a des composantes économiques, politiques (lutte de libération nationale et formation de la nation bulgare), religieuses (lutte pour une église autonome), culturelles (création d’une langue littéraire unifiée et d’un système d’éducation nationale) et aboutit à la création d’un État-nation indépendant à la suite de la Guerre russo-turque (1877-1878).

Socialistes « stricts »/« ouverts » – deux fractions du Parti social-démocrate bulgare (1891) formées en 1903. Le Parti communiste bulgare créé en 1919 est issu des socialistes « stricts » regroupés dans le Parti ouvrier social-démocrate bulgare.

Spahi – mot turc sipahi d’origine persane, dans l’Empire ottoman soldat des corps de cavalerie féodale, ou propriétaire d’un fief censé contribuer avec une cavalerie en cas de guerre.

Stambolov, Stéphane (1854-1895) – homme politique bulgare, membre du mouvement révolutionnaire, un des chefs de l’Insurrection d’Avril (1876) et de l’Unification de la Bulgarie (1885), régent à l’abdication d’Alexandre de Battenberg, premier ministre (1887-1894) et ministre des affaires étrangères, assassiné par ses adversaires politiques.

Stoyanov, Zahari (1850-1889) – homme politique et écrivain bulgare, un des personnages les plus marquants du mouvement d’indépendance nationale, leader de l’Insurrection d’avril et son premier historiographe (Notes sur les rebellions bulgares, 1870-1876, t. I-III), un des dirigeants de l’annexion de la Roumélie orientale à la principauté de Bulgarie en 1885.

Tchitak – mot turc çitak « homme sauvage et lourdaud », (péjoratif) Turc.

Tchorbadjiya (singulier), tchorbadjii (pluriel) – mot turc çorbaci « homme riche et aisé » ; rang d’officier dans le corps des janissaires ; riche commerçant, gros fournisseur de l’État ou gros propriétaire foncier utilisant des salariés pendant la domination ottomane des Bulgares ; la couche la plus aisée de la société bulgare des xviiie et xixe siècles.

Vakaf – mot turc vakif d’origine arabe, propriété immobilière léguée à une mosquée ou à une école à titre charitable.

Voinikov, Dobri (1833-1878) – figure de la Renaissance bulgare, instituteur, dramaturge, écrivain, père-fondateur du théâtre bulgare, premier metteur en scène bulgare, un des créateurs de la Société savante bulgare (l’actuelle Académie bulgare des sciences).

Yoshur – la dîme sur la production agricole ; youshurdjii – tchorbadjii bulgares prélevant le yoshur.

Haut de page

Notes

1 Les prêts de 30 millions de francs français de 1896 et 1909 avaient été utilisés pour le capital de la Banque nationale et de la Banque agricole coopérative.

2 Même en 1907, sur 1689 membres des syndicats des socialistes « stricts » il n’y a que 676 personnes (soit 40%) qui sont des ouvriers industriels.

3 Il existait des villes où il n’y avait aucune grande entreprise d’un type décrit (telles que Koula, Ferdinand, Bélogradtchik, Oryahovo, Nikopol, Tryavna, Eléna, Tyrgovitshé, Popovo, Byala, Aïtos, Karnobate, Ihtiman, Tryn, Koprivtshitza). Dans bien des villes il n’y avait qu’une seule entreprise de tel type (Kotel – fabrique de tapis, Yambol – moulin, Lom – brasserie, Kustendil – moulin, Radomir – moulin, Kalofer – fabrique de ganse, Karlovo – textile, Pazardjik – production de beurre de sésame, Panaguritshé – fabrique de tapis, Lovetch – moulin, Tcherven bryag – production de cordage, Troyan – textile, Razgrad – moulin, Nova Zagora – fabrique d’huile, Gorna Oryahovitza – brasserie, Lyaskovetz – moulin, Dryanovo – fabrique de tricotage, Sevliévo – tannerie). Dans les villes qui sont importantes aujourd’hui, il y avait des entreprises comme suit : Bourgass – 3 (production de savon, moulin et une entreprise d’État de réparation des wagons et des locomotives), Vidin – 3 (céramique, alcool, moulin), Vratza – 2 (charronnerie, ferronnerie), Pléven – 3 (ferronnerie, moulin, brasserie), Stara Zagora – 3 (ferronnerie, filature de coton, brasserie), Haskovo – 2 (brasseries), Svitshov– 3 (brasseries). Sur 266 entreprises 154 étaient dans les villes : Sofia – 32, Roussé – 25, Gabrovo – 20, Plovdiv – 14, Varna – 12, Sliven – 15, Tyrnovo – 10, Samokov – 7, Choumen – 5, Kazanlyk – 2.

4 Le professeur docteur Boris Iotzov devient ministre de l’éducation nationale dans le gouvernement de Bogdan Filov* avec l’arrêt du 11 avril 1942 (Maria Hadjiiska).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Hadjiiski, « Traits atypiques du développement de notre société », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Ivan Hadjiiski, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3117

Haut de page

Auteur

Ivan Hadjiiski

(1907-1944)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page