Skip to navigation – Site map
Socio-analyse des raisons d’agir

La socio-analyse, un avatar de la sociologie de l’individu

Discussion de l’ouvrage de Guy Bajoit Socio-analyse des raisons d’agir. Études sur la liberté du sujet et de l’acteur, Québec, Presses de l’Université Laval, 2010
Danilo Martuccelli

Editor's notes

Le grand résumé de Socio-analyse des raisons d’agir. Études sur la liberté du sujet et de l’acteur par son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3227.html et la discussion par Jacques Rhéaume à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3229.html

Full text

  • 1 Notamment : Guy Bajoit, Le Changement social, Paris, Éditions Armand Colin, 2003 ; et (avec A.Frans (...)

1Tout en s’inscrivant dans un parcours de recherche entamé depuis plusieurs années, le dernier livre de Guy Bajoit, Socio-analyse des raisons d’agir, dont le lecteur peut lire une brève présentation à l’adresse ci-dessus, n’en ouvre pas moins à des nouvelles problématiques. Car en effet, si, d’un côté, le livre se place clairement dans le paradigme qui vise à expliquer le social par l’individuel (et donc en lien avec le modèle culturel de la modernité subjectiviste étudié par l’auteur dans d’autres travaux) 1, d’un autre côté, le livre exprime un malaise devant les manières dont cette démarche a pu être, jusqu’à maintenant, mise en œuvre et notamment devant l’absence, assez généralisée parmi ces travaux, de toute référence au travail intra-psychique de l’individu.

2Comme le résumé proposé par l’auteur l’explicite clairement, l’ouvrage s’intéresse aux raisons qu’ont les individus de faire ce qu’ils font, ce qui exige, et c’est le postulat central de la socio-analyse, de parvenir à articuler les faisceaux des raisons propres à chaque individu avec le contexte socioculturel dans lequel elles s’expriment. En bref, ce sont les « raisons d’agir » de chacun d’entre nous, et le mélange inextricable des « raisons » et de « causes » qui les constitue qui est au cœur de cette démarche d’étude. Dans ce sens, le travail de Guy Bajoit, même si l’auteur ne le relève pas assez, se trouve aux antipodes des versions les plus réductionnistes du paradigme de l’acteur rationnel, pour lequel il suffit de faire l’hypothèse que l’individu agit « comme si » il était rationnel pour disposer des outils interprétatifs suffisants pour rendre compte de ses actions. Au contraire, dans la démarche proposée par l’auteur, il faut que la sociologie parvienne à restituer la complexité effective de nos choix (avec ses motivations avouables, ses rationalisations inévitables et ses obscurités indépassables).

3Mais ce questionnement central est doublé d’une interrogation encore plus fondamentale : il s’agit de déceler dans les conduites et surtout dans les raisons ainsi cernées, la part de liberté que chaque individu parvient à se forger par rapport à ses conditionnements socioculturels, psychiques et matériels. Pour décrire ce travail, Guy Bajoit définit avec clarté sa notion de sujet (« la faculté psychique d’agir sur soi » ce qui « implique, notamment, une capacité de l’individu de se libérer des formes de conditionnement qui pèsent sur lui », Socio-analyse, p. 7). Autrement dit, la conception du sujet mobilisée par la socio-analyse est profondément ancrée dans le psychisme individuel. C’est sans aucun doute une des grandes caractéristiques de cette démarche.

4Pour mener à bien ce projet, le livre se structure en trois grandes parties. D’abord, l’auteur précise ce qu’il faut comprendre par liberté et pour cela, il s’appuie sur une lecture critique qui, une fois posés les grands avatars de la liberté (en se servant notamment de la lecture proposée par Georges Gusdorf), s’interroge sur trois types de libération – de la nature (en relisant Henri Bergson), de soi-même (en réinterprétant Sigmund Freud) et des autres (en examinant le travail de Georg Simmel, Georges Gurvitch, Jean-Paul Sartre et Alain Touraine). Une conclusion est tirée à l’issue de cette traversée, que l’auteur reformule dans le grand résumé qu’il a lui-même proposé : l’acte libre possède quelques caractéristiques spécifiques, notamment le fait que l’individu reprend possession de lui-même en se libérant, au moins partiellement, des contraintes qui pèsent sur lui, grâce à sa capacité à créer du nouveau, souvent en lien avec l’action des autres et en tout cas avec un ensemble de conditions sociales et historiques qui le facilitent.

5Ensuite, dans la deuxième partie du livre, l’auteur présente de manière analytique les modèles d’interprétation des faisceaux de raisons d’agir qui se trouveraient à la racine de nos décisions et de nos actions. Limitons-nous à en rappeler le mouvement d’ensemble puisque le lecteur dispose déjà d’une version détaillée dans le texte de Guy Bajoit. En fait, le but explicite de la socio-analyse consiste à rendre compte, à partir de nos raisons d’agir, de la part de liberté présente dans nos conduites. Pour cela, l’auteur systématise six grandes étapes analytiques qui permettraient, à le suivre, et de manière plus ou moins exhaustive, d’interpréter les décisions prises par les uns et les autres. Ces six moments s’enchaînent d’ailleurs logiquement entre eux : les conduites étant ainsi à interpréter dans le cadre de relations sociales (en soulignant souvent quelques grands événements décisifs d’une existence) ; d’attentes sociales (en termes de reconnaissance, bien-être, épanouissement…) ; de tensions existentielles (abordées essentiellement sous forme d’explorations identitaires) ; de logiques du sujet (c’est-à-dire le travail de retour réflexif vers soi que l’individu effectue pour se fabriquer comme sujet) ; de raisons d’agir stricto sensu (c’est-à-dire les raisons légitimes que l’acteur évoque pour rendre compte de ses décisions et de ses conduites) ; enfin, de logiques d’action (et de leur relation avec les actions des autres). Un ensemble d’étapes juxtaposées qu’il faut cependant, pour des raisons méthodologiques, analyser de façon séquentielle.

6Enfin, dans une troisième partie, le livre met en œuvre cette préoccupation intellectuelle et surtout cette proposition théorique et méthodologique, au travers de quatre études de cas, 2 hommes et 2 femmes (chapitres 3 à 6). Trois d’entre elles ont été menées à l’aide d’entretiens individuels, basés sur un travail de 8 et 12 séances pour chaque personne étudiée, de deux à trois heures chacune et échelonnés sur plusieurs mois ; la quatrième étude de cas, en revanche, s’appuie sur une analyse minutieuse de la biographie d’un écrivain chilien. Chaque individu se voit consacré un chapitre sous la forme d’un portrait socio-analytique.

7Pour chacune de ces études, et comme dans d’autres ouvrages de Guy Bajoit, la structuration des parties et le déploiement méticuleux des hypothèses centrales sont remarquables. Du coup, à la fin de l’ouvrage, et grâce à un mode d’écriture qui a fait le pari de présenter systématiquement les six dimensions de la socio-analyse pour chacune des quatre études de cas, le lecteur s’approprie presque naturellement les grands axes de la démarche déployée. Soulignons-le puisque l’auteur lui-même exprime quelques doutes : le dispositif d’écriture aurait pu être fastidieux ; mais le résultat est un livre vivant et passionnant, tant la mise en intrigue des différentes raisons d’agir de chaque individu retient l’intérêt. Un conseil de lecture : une fois lus l’introduction et le chapitre 1, le lecteur a tout intérêt à démarrer sa lecture par l’un des quatre portraits (chapitre 3 à 6) avant de revenir à la présentation analytique de la démarche socio-analytique (chapitre 2).

8Les quatre histoires dessinent le portrait d’individus que l’on peut dire libres dans la mesure où ils parviennent à être conscients des raisons profondes qui les poussent à agir, mais également, et une fois cette conscience acquise, lorsqu’ils s’engagent dans l’action. C’est par le biais de cette articulation entre le sujet et l’acteur que se dégage la part de liberté.

9À la lecture de ce livre, aux portraits véritablement captivants, trois interrogations restent posées, auxquelles l’auteur s’intéressera peut-être dans le prochain volume déjà annoncé.

10La première concerne les relations intellectuelles entre cette démarche et d’autres propositions proches. Soyons-clair : ce ne sont pas les filiations, les dettes ou l’originalité indéniable de cette perspective qui sont en question, mais sans doute une discussion plus ouverte avec d’autres démarches proches, et notamment avec la psychanalyse (en fait, avec l’œuvre de Sigmund Freud) permettrait-elle de mieux comprendre les vertus de ce projet de connaissance. En effet, si le lien est clair et la filiation explicitement reconnue, il n’en reste pas moins que la nature exacte de leur articulation pose quelque peu question. Non seulement parce que le travail intra-psychique, pourtant pièce maîtresse de la socio-analyse, n’est pas suffisamment étayé, à la fois dans ce qu’il doit, en tant que démarche d’interprétation sociologique à proprement parler, à la version proprement psychanalytique de Sigmund Freud et dans ce par quoi il en diffère. L’exercice mené, dans la longue et profonde descente en intériorité qu’il exige, pose le problème de la pertinence et de la spécificité du regard sociologique vis-à-vis d’autres démarches d’introspection et de réflexivité personnelles.

11En deuxième lieu, et paradoxalement si l’on ose dire, c’est la représentation culturelle sous-jacente au travail du sujet proposé qui reste quelque peu inexplorée. Un des buts affichés de la socio-analyse est de déceler les raisons profondes d’agir, ce qui suppose d’aller « au-delà » de l’idéologie (ou la dissimulation), de l’habitus (ou la méconnaissance) et de l’inconscient (ou le refoulement). Or, pour mener à bien ce projet, l’auteur fait sien un double présupposé qu’il n’interroge peut-être pas suffisamment et qui est certainement en lien avec sa volonté de cerner les raisons dites profondes de l’action. D’une part, l’idée que toute vie, malgré la multitude d’événements qui la parcourent, est susceptible d’être cernée à partir d’un axe central. Présupposé analytique lourd de sens, bien reflété par les manières dont chacun des quatre portraits est intitulé (« Guillaume ou la quête du masculin », « Lia ou le prix d’une renaissance » ; « Giovanna ou le défi d’une femme libre » ou « Joaquin ou le jeu avec la marginalité »). Au fond, nous ne sommes pas ici loin de l’univers sartrien et de son idée qu’un individu révèle son code existentiel à partir d’un événement qui illumine toute sa vie. Certes, Guy Bajoit prend bien soin de décliner cet événement à partir de contextes sociaux. Mais l’interrogation subsiste : toute vie a-t-elle vraiment un axe central ? D’autre part, dans les portraits présentés et étudiés, l’auteur a tendance à se centrer sur les failles ou les contradictions, surtout, au fond, sur les aspects sombres ou peu glorieux des individus. Le projet de connaissance passe alors, sournoisement, par une logique d’aveu à soi-même. Pour débusquer les vraies et profondes raisons d’agir, il serait nécessaire, dans un exercice qui fait alors vraiment penser à Jean-Jacques Rousseau, d’être capable de se mettre à nu, afin de confesser ses faiblesses et ses misères. Pour accéder à ses raisons d’agir, il faudrait alors être capable de se défaire de la vanité, pour parvenir à une forme particulière d’authenticité à soi. La question, là aussi, s’impose d’elle-même : ne s’agit-il pas dans ce cas d’une morale ?

  • 2 Pour une lecture de son œuvre à partir de cette perspective, je me permets de renvoyer à mon texte, (...)

12En troisième lieu, et en prolongement des deux questions précédentes, on peut s’interroger sur les risques éventuels que ce type de démarche induit pour la sociologie en tant que regard particulier sur l’individu. Interrogation d’autant plus légitime que l’œuvre de Guy Bajoit porte en elle-même cette double tension. Une chose en effet est de vouloir rendre compte des transformations sociétales à l’échelle de l’individu (une traduction rendue nécessaire par un nouvel état de société à la suite de divers processus – individualisation, seconde modernité, mutation culturelle, montée de singularité…) et une autre chose est de faire de l’individu lui-même, de ses plis de dispositions ou de son travail intra-psychique, l’objet privilégié de la sociologie (dispositions, sociologie clinique, socio-analyse). Dans le premier cas, la sociologie cherche des opérateurs susceptibles de rendre compte (« traduire ») des grands enjeux d’une société à l’échelle des individus, puisqu’elle prend conscience que désormais le social n’a de sens qu’en référence aux expériences individuelles. Mais l’objet central de la sociologie n’en reste pas moins les rapports sociaux, les structures et les phénomènes collectifs. Dans ses travaux précédents, souvent en rapport étroit avec l’idée de société, Guy Bajoit a donné une version personnelle de cette perspective 2. En revanche, dans le second cas de figure, propre à la socio-analyse, le risque est réel, non pas de désocialiser l’interprétation (l’étude des raisons d’agir est toujours bien contextualisée) mais de réduire le travail sociologique aux arcanes des raisons du moi. L’individu devient sournoisement alors le véritable – le seul ? – objet de la sociologie. Disons-le d’une formule : si l’introspection est le chemin naturel de la socio-analyse et de la sociologie du sujet proposée par Guy Bajoit, l’extrospection, l’effort d’expliciter les enjeux d’une société à l’échelle des acteurs, se doit d’être le chemin analytique privilégié d’une sociologie pour les individus. Bien entendu, un lien possible existe entre ces deux démarches, et dans le cas de Guy Bajoit, il passe par les aspects identitaires. Il n’empêche que l’enjeu de l’étude étant chaque fois différent, l’articulation réelle, à terme, se révèle toujours plus compliquée que prévue.

13Ces questions n’ont d’autre fonction que d’attirer l’attention sur l’ambition et la richesse du projet intellectuel engagé par l’auteur depuis bientôt une vingtaine d’années. En tout cas, dans l’horizon pluriel de ce que sont désormais les sociologies francophones de l’individu, la théorie et la méthode de socio-analyse de Guy Bajoit constituent, sans aucun doute, un apport neuf et significatif.

Top of page

Notes

1 Notamment : Guy Bajoit, Le Changement social, Paris, Éditions Armand Colin, 2003 ; et (avec A.Franssen), Les jeunes dans la compétition culturelle, Paris, Presses universitaires de France, 1995.

2 Pour une lecture de son œuvre à partir de cette perspective, je me permets de renvoyer à mon texte, Martuccelli D., « La teoría social y la experiencia de la modernidad », dans Sandoval M. & H. J. Suarez (dir..), Sociología, sujeto, compromiso. Homenaje a Guy Bajoit, Santiago, Editorial Universidad Católica Silva Henriquez, 2007, pp. 15-35.

Top of page

References

Electronic reference

Danilo Martuccelli, « La socio-analyse, un avatar de la sociologie de l’individu », SociologieS [Online], Essential abstracts, Socio-analyse des raisons d’agir, Online since 20 December 2010, connection on 14 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3228

Top of page

About the author

Danilo Martuccelli

Université Paris Descartes, France - dmartuccelli@nordnet.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page