Navigation – Plan du site
Le Travail des sociétés

François Dubet : le plus classique des sociologues français contemporains ?

Discussion de l’ouvrage de François Dubet Le Travail des sociétés, Paris, Éditions du Seuil, 2009.
Monique Hirschhorn

Notes de la rédaction

Le grand résumé de Le Travail des sociétés par son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3247.html et la discussion par Bernard Francq à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3255.html .

Texte intégral

1Dans une période où les sociologies de l’individu (Martuccelli & de Singly, 2009) occupent en France le devant de la scène, où la plupart des études et des recherches sociologiques relèvent de la microsociologie, où une sociologie sans société (Touraine, 1981) se développe, il faut une certaine audace pour prendre comme objet le problème des modes d’existence et de fonctionnement des sociétés occidentales actuelles. Même si beaucoup de sociologues français se réfèrent encore à la société dans les intitulés de leurs ouvrages (cf. par exemple : Ehrenberg, 2009 ; Slama, 2009 ; Algan & Cahuc, 2007), ils l’associent toujours à un sentiment ou une attitude (malaise, indifférence, défiance) dont la prégnance leur semble être à tort ou à raison une caractéristique significative et heuristique. Pour trouver des travaux dans lesquels la question centrale est bien de savoir ce que sont nos sociétés, il faut revenir à plusieurs dizaines d’années en arrière en ne se limitant pas à la sociologie française, avec, en 1973, Production de la société d’Alain Touraine ; en 1983, La Constitution de la société d’Anthony Giddens, ou encore bien avant, en 1939, La Société des individus de Norbert Elias...

2Il est toujours stimulant de lire un livre qui va à contre-courant des tendances du moment et on ne peut qu’en savoir gré à son auteur. Toutefois, si le lecteur connaît l’œuvre antérieure de François Dubet – ce qui va de soi lorsqu’il s’agit d’un sociologue français – il se retrouvera en terrain connu. Ni le développement sur « L’idée de société », ni sur celui sur « La fin d’un paradigme » ne correspondent à des thèmes nouveaux. Ils reprennent en fait fort fidèlement ceux des premiers chapitres de La Sociologie de l’expérience (Dubet, 1994) et de Dans quelle société vivons-nous ? (Dubet & Martuccelli, 1998). Fort inspiré par Robert A. Nisbet (1966), Français Dubet y montre que la Société avec une majuscule n’a pas été seulement, depuis le milieu du xixe siècle, le paradigme dominant de la sociologie, mais qu’elle a été aussi une représentation collective de la vie sociale produite pour répondre au déclin des communautés provoqué par la révolution industrielle et la révolution démocratique. Il souligne également que, à la fin du xxe siècle, la Société sous ses deux formes ne semble plus viable. La Société identifiée à un système d’intégration constitué de valeurs, de normes et de rôles ainsi qu’à un système de rapports de domination n’a plus de capacité explicative. Il devient impossible de déduire des positions objectives des individus leurs orientations objectives. Parallèlement, la représentation collective de la Société n’a pas résisté aux évolutions sociales. Elle a perdu de sa légitimité. Les États-nations affaiblis par les changements sociaux n’en sont plus une incarnation crédible.

3Les autres thèmes abordés dans le livre, et qui correspondent chacun à un chapitre : « Y a-t-il une structure sociale ? », « Les troubles dans la socialisation », « L’intégration menacée », « Le travail des acteurs », « Épreuves et dominations », « Injustices critiques et action » sont également une reprise des analyses théoriques et empiriques développées dans les deux ouvrages précédemment cités ainsi que dans Le Déclin de l’Institution publié en 2002. La part de nouveauté dans le traitement de l’objet est donc en fait assez réduite. Elle porte d’abord sur l’émergence d’une nouvelle représentation collective de la vie sociale dans laquelle la cohésion liée au capital social et à la confiance vient remplacer l’intégration. S’accordant avec les exigences du processus d’individuation et la nécessité pour les États et les organisations internationales d’avoir des ensembles sociaux qui tiennent, elle est en passe de se substituer à la Société de la même façon que celle-ci s’était substituée à la communauté. Le point est intéressant en ce que, dans ses travaux précédents, François Dubet avait insisté à plusieurs reprises sur le besoin qu’avaient les acteurs d’une nouvelle représentation collective de la vie sociale et avait invité les sociologues à contribuer à son élaboration. Si l’on suit son analyse, il semble donc qu’indépendamment de l’action des sociologues, une nouvelle représentation soit en train d’apparaître.

4L’autre part de nouveauté concerne le « mode de production des sociétés ». Partant comme précédemment de l’idée que le social « résiste » et qu’il n’est pas possible de le réduire comme le font certains sociologues à des reconstructions limitées et à des ajustements locaux, François Dubet ne se contente pas cette fois-ci de présenter les sociétés construites par le travail des acteurs comme des totalités qui n’existent qu’en tant qu’elles sont désarticulées. Il regarde de plus près les mécanismes par lesquels elles se forment et se maintiennent : les sous-systèmes (intégration, cultures, marchés), qui renvoient aux logiques d’action des acteurs sociaux, les processus de représentation, mais aussi ces « médiums », routines, argent, pouvoir, machines, dont la fonction est la stabilisation des échanges.

5Cette analyse du contenu de l’ouvrage conduit donc à faire porter d’abord l’évaluation sur l’apport du livre. À l’évidence, celui-ci est relativement réduit. Il n’y a pas de solution de continuité par rapport à la réflexion antérieure et les éléments nouveaux qui viennent d’être mentionnés sont fort peu développés. Le passage sur les médiums représente moins de douze pages. Ce qui conduit à s’interroger sur les raisons de cette publication, d’autant que dans une note de bas de page de l’introduction du Déclin de l’institution publié en 2002, il était proposé au lecteur de considérer ce dernier ouvrage consacré à la socialisation comme le troisième tome d’« une théorie générale » – les guillemets sont de l’auteur – dont le premier tome est une théorie de l’acteur (La Sociologie de l’expérience) et le second une théorie de la structure sociale (Dans quelle société vivons-nous ?). Faut-il alors voir dans Le Travail des sociétés, publié sept ans plus tard, une volonté de reprendre cette « théorie » qui articulait à travers la socialisation la structure et l’acteur mais avait été présentée de manière fragmentée ? Il n’est pas sans intérêt de remarquer que la publication du Travail a coïncidé avec celle de Sociologies de l’individu dans lequel « l’expérience comme épreuve » de François Dubet figure au même titre que « les habitudes objectivées et incorporées » de Jean-Claude Kaufmann, « les habitus individuels » de Bernard Lahire, « la police sociale par le récit individuel » de Dominique Memmi, « la souffrance comme forme de reconnaissance sociale » de Didier Fassin, « les liaisons identitaires » de François de Singly, « les épreuves de l’individuation » de Danilo Martuccelli. Par cette publication, François Dubet contrecarrerait le risque réel d’une réduction de sa sociologie de l’expérience à une sociologie de l’individu, ce qui en limiterait assurément la portée. Une autre raison tient aussi peut-être à la façon dont a pu être lu le second tome de cette « théorie » : Dans quelle société vivons-nous ? dont on notera au passage – est-ce un oubli ou un choix délibéré ? – qu’il n’est pas cité dans la bibliographie du Travail. Ce livre dont l’objet central était de savoir que qu’il restait de l’idée de la Société a pu, parce qu’il prenait comme exemple privilégié l’État-nation français, être lu essentiellement comme une analyse sociologique de celui-ci et son retentissement s’en trouver amoindri.

6Reste maintenant à apprécier d’un point de vue sociologique ce livre dont l’intérêt, nous semble-t-il, tient essentiellement à ce qu’il constitue une formulation plus explicite que précédemment d’une théorie sociologique originale dont avant toute réserve, nous voudrions souligner au moins deux mérites. Le premier est sa dimension opérationnelle. Si le programme théorique présenté dans La Sociologie de l’expérience emporte la conviction, c’est parce que François Dubet montre, en prenant comme exemple les comportements erratiques des jeunes de La Galère, que le recours à la notion d’expérience permet de comprendre et d’expliquer ce qui échappe aux concepts de la sociologie classique. Si la critique du paradigme de la Société paraît pertinente, c’est parce que l’analyse de la société française que propose Dans quelle société vivons-nous ? renvoie effectivement à ce que nous vivons. Si l’idée de la fin du programme institutionnel s’impose, c’est parce qu’elle donne sens aux transformations des métiers des enseignants, des travailleurs sociaux, des infirmières... De ce point de vue, la théorie a une « robustesse » étonnante.

7Le second mérite de cette théorie est de ne pas être en fait une théorie générale s’appliquant à toute forme de réalité sociale, mais une théorie à moyenne portée, au sens où elle est adaptée au temps présent, une théorie qui articule une sociologie des expériences sociales, qui prend comme objet le travail des acteurs et la manière dont ils construisent le social et une sociologie des mécanismes de la régulation, de la coordination, des représentations qui forment les sociétés. C’est l’énoncé de ce couplage difficile à tenir qui constitue indéniablement l’apport le plus intéressant, car il prend de front une des grandes tentations d’une partie de la sociologie actuelle : abandonner le macro au profit du micro. Le risque évoqué par François Dubet de voir les sociologues centrés sur de petits objets laisser la place à l’économie n’est pas imaginaire.

8Mais la reconnaissance de ces mérites n’entraîne pas l’absence de toute réserve. Cette théorie à laquelle François Dubet lui-même reconnaît un caractère hybride, peu élégant et peu cohérent, semble difficile à mettre en œuvre. Autant dans La Sociologie de l’expérience il était proposé de façon très didactique une véritable méthodologie, autant ici la réalisation de ce programme théorique, la mise en œuvre réelle de l’articulation reste floue. La deuxième réserve est d’un tout autre ordre, car ce qui est en cause est la conception de la sociologie au fondement de cette théorie. La phrase proustienne par laquelle commence le livre « Longtemps j’ai cru vivre dans une société » doit être prise au sérieux. François Dubet a cru à la société aussi bien comme sociologue que comme acteur social. Il s’en suit que, lorsqu’il prend acte de la fin du paradigme de la société, il ne rejoint pas Raymond Boudon dans sa dénonciation du holisme ou François Bourricaud dans celle du sociologisme. Même s’il est toujours très prudent dans ses formulations, il n’exclut nullement la possibilité que ce paradigme ait pu être opérationnel. Ce qu’il met en cause, ce n’est pas la validité en soi de celui-ci, mais son incapacité à expliquer des phénomènes sociaux actuels. Il n’est donc jamais très loin d’une épistémologie réaliste selon laquelle le cadre d’analyse exprime la réalité, ce qui l’éloigne assurément de Max Weber auquel il fait pourtant constamment référence.

9On peut alors regarder Le Travail des sociétés comme une tentative de substituer au paradigme de la société issu du xixe siècle un nouveau paradigme auquel, pour le moment, il manque le nom, celui d’expérience n’en désignant qu’une dimension et, en dépit de l’affirmation de l’adhésion au pluralisme explicatif, se demander si l’on n’assiste pas au retour d’une pensée tout aussi dogmatique que l’a été en son temps, pour rester dans l’espace français, celle d’Émile Durkheim, ou celle plus près de nous Pierre Bourdieu. De ce point de vue, il est assez significatif de constater que François Dubet ne cherche pas à situer sa démarche par rapport à celles d’autres sociologues de la modernité. Anthony Giddens est évoqué à propos de la routinisation et non de la théorie de la structuration qui est justement une tentative d’articuler le niveau micro au niveau macro. Zygmunt Bauman est ignoré alors même que La Société assiégée pose des questions similaires.

10Par ailleurs, cette posture épistémologique s’accompagnait, dans les œuvres précédentes, de l’affirmation que la sociologie est aussi une philosophie sociale et que, sauf à tomber dans l’insignifiance, elle doit assumer cette dimension. Là encore, il s’agit d’un choix discutable. Une chose est en effet de prendre en compte les représentations que se font les acteurs de la réalité sociale, d’être conscient que, comme l’a montré Anthony Giddens, les sciences sociales alimentent la réflexivité des acteurs, autre chose est d’en faire la vocation de la sociologie, ce qui conduit à obscurcir la distinction entre la pratique scientifique et l’idéologie. De ce point de vue, les propos tenus dans la conclusion du Travail des sociétés paraissent plus satisfaisants. François Dubet ne fixe plus au sociologue, confronté comme les autres acteurs sociaux, qu’une fonction de dévoilement et de mise à jour.

11Ce livre qu’il faut assurément lire témoigne donc de la continuité de la pensée de François Dubet et de son positionnement original dans l’évolution actuelle de la sociologie. Mais, par l’ambition théorique, la posture épistémologique, la conception de la vocation de la sociologie, il fait aussi de François Dubet, certainement, et ce n’est pas péjoratif, le plus classique des sociologues français contemporains.

Haut de page

Bibliographie

Algan Y. & Cahuc P. (2007), La Société de défiance. Comment le modèle social français s’autodétruit, Paris, Éditions Rue d’Ulm.

Bauman Z. (2005 [2002]), La Société assiégée, Paris, Éditions Hachette.

Dubet F. (1994), La Sociologie de l’expérience, Paris, Éditions du Seuil.

Dubet F. (2002), Le Déclin de l’Institution, Paris, Éditions du Seuil.

Dubet F. & D. Martuccelli (1998), Dans quelle société vivons-nous ?, Paris, Éditions du Seuil.

Ehrenberg A. (2009), La Société du malaise. Le Mental et le social, Paris, Éditions Odile Jacob.

Elias N. (1991 [1939]), La Société des individus, Paris, Éditions Fayard.

Giddens A. (1984), La Constitution de la société, Paris, Presses universitaires de France.

Martucelli D. & F. de Singly (2009), Les Sociologies de l’individu, Paris, Éditions Armand Colin.

Nisbet R. A. (1984 [1966]), La Tradition sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Slama B. (2009), La Société d’indifférence, Paris, Éditions Plon.

Touraine A. (1973), Production de la société, Paris, Éditions du Seuil.

Touraine A. (1981), « Une sociologie sans société », Revue française de sociologie, XXII, pp. 3-13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Hirschhorn, « François Dubet : le plus classique des sociologues français contemporains ? », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Le Travail des sociétés, mis en ligne le 20 décembre 2010, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3253

Haut de page

Auteur

Monique Hirschhorn

Université Paris Descartes, France - monique.hirschhorn@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page