Navigation – Plan du site
Comment parler de la société ? Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales

Howard S. Becker : un sociologue de la haute mer

Discussion de l’ouvrage de Howard Becker Comment parler de la société ? Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, Paris, Éditions La Découverte, 2010
Bruno Péquignot

Notes de la rédaction

Le grand résumé de Comment parler de la société ? Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales par son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3258.html et la discussion par Jacques Hamel à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3265.htm .

Texte intégral

Une révolution psychique vient sûrement de se produire en ce siècle ; la raison humaine vient d’être désancrée et la connaissance a quitté les rives du réel immédiat. N’y a-t-il pas alors anachronisme à cultiver le goût du port, de la certitude, du système ?
Gaston Bachelard (1936, p. 11).

1Terminant la lecture du dernier livre (traduit en français) de Howard S. Becker, cette phrase de Gaston Bachelard, que j’ai souvent citée et qui me poursuit comme le texte d’où elle est issue depuis bien longtemps, s’est imposée à ma mémoire. Dans ce texte, Gaston Bachelard, tirant les conséquences philosophiques de la révolution de la relativité en physique, appelait à un « surrationalisme » qui dépasserait le rationalisme « gris » de la philosophie classique, sur le modèle de la « Révolution Surréaliste ». Ce texte date de 1936, faut-il ici le préciser ?

2Il y a dans la recherche, et quelle que soit la discipline, des chercheurs qui cultivent le « goût du port ». Si l’on file la métaphore, on pourrait distinguer des chercheurs de cabotage, navigant en eaux sûres et toujours à vue des côtes, et ceux qui se lancent au large, en pleine mer, prenant le risque ainsi de perdre les repères de la terre ferme. Inutile de rappeler que ce sont ces derniers qui découvrent l’Amérique, même si parfois ils croient avoir enfin atteint, par une nouvelle route, les Indes. Les découvreurs sont ceux qui prennent le risque de la pleine mer, ceux qui se refusent à tenir les acquis du passé pour le critère ou la valeur absolue de jugement de toute recherche, ceux qui s’aventurent là où aucun autre n’est encore allé, ceux qui, comme le proposait Gaston Bachelard, se posent, devant une hypothèse nouvelle, la question « pourquoi pas ? »  et vont y voir.

  • 1 Voir notamment la « ficelle » intitulée « Tout est possible » qui est présentée de la façon suivant (...)

3C’est ce que nous propose Howard S. Becker dans ce livre, après bien d’autres où il avait déjà montré sa capacité à ouvrir de nouvelles voies – je pense en particulier à ces « ficelles du métier » déjà innovantes (Becker, 2002) 1. Pour tenter de le montrer en quelques lignes, je voudrais prendre sa lecture à l’envers, en partant de la conclusion. Après tout, c’est souvent un bon conseil de lecture que je me permets de donner aux étudiants (en m’appuyant sur le Friedrich Nietzsche du Gai savoir) : un livre se lit deux fois (au moins), une fois dans l’ordre des pages, et une autre fois à l’envers, pour comprendre comment l’auteur a construit sa démarche afin d’arriver là où il met le mot « conclusion » dans son livre.

4Dans cette conclusion, donc, Howard S. Becker tire de son parcours un plaidoyer pour l’ouverture de la sociologie aux méthodes venues d’ailleurs, plaidoyer aussi valable pour lui pour les arts. La recherche, qu’elle soit scientifique ou artistique, a besoin d’imagination, comme le disait si bien Wright C. Mills. Je cite : « Je suis convaincu qu’il n’y a pas une manière qui soit meilleure pour parler de la société ». Et plus loin « Nous avons des idées toutes faites en matière de méthodes pour parler de la société » (Mills, 1977, p. 295). Appel, donc, à chercher d’autres modes d’investigation, mais aussi d’exposition des résultats d’une recherche : l’image, le roman, sont parmi d’autres les exemples proposés. Mais cette position a une conséquence institutionnelle que, bien sûr, Howard S. Becker n’élude pas et qu’il affronte courageusement (surtout en ce moment de notre histoire où les modes d’évaluation des équipes de recherche et des chercheurs sont de plus en plus basés sur une « métromanie », ou « quantophrénie » – communément désignées par le terme de bibliométrie – pour reprendre les termes de Pitirim Sorokin), je cite : « Je suis convaincu que la science sociale contemporaine s’est mutilée elle-même en s’imposant des limites strictes sur les manières autorisées de parler des découvertes des chercheurs dans leur domaine d’étude. Le caractère stéréotypé de l’article de revue ne laisse aucune place au détail "étranger", ni aux possibilités multiples d’interprétations que d’autres modes de présentations que nous connaissons permettent, favorisent, voire exigent » (pp. 296-297) et de rappeler que les déviants sont souvent sanctionnés dans leur réputation et dans leur carrière, avant, bien entendu, et en général post mortem d’être considérés comme des auteurs incontournables. Cette critique du fonctionnement des comités de lecture des revues (et sans doute des directeurs de collection pour les livres) devrait être l’occasion d’un vrai débat entre sociologues. La réédition récente par Michel Verret de certains de ses articles a été l’occasion de rappeler qu’il l’avait proposé à la Revue Française de Sociologie en 1984 en vain à l’époque (Verret, 2009, pp.233 et sq.). Mais revenons au livre lui-même qui s’ouvre sur une réflexion sur les représentations de la société, autres que celles produites par les sociologues. Howard S. Becker rappelle son goût ancien pour la lecture des romans, qui proposent « souvent des observations pertinentes sur l’organisation et le fonctionnement de la société » (p. 18) et donc devraient permettre d’en apprendre autre chose que ce que l’application stricte des méthodes reconnues permet de découvrir. Il propose d’étendre cette remarque aux représentations théâtrales, et bientôt à l’image, notamment photographique. En d’autres termes, les sociologues n’ont pas l’exclusivité d’un discours vrai sur la société, et leurs méthodes ne sont ni les « meilleures », ni les « seules » pour « parler de la société ». Ce que nous propose donc Howard S. Becker, c’est de ne pas craindre ces autres approches.

  • 2 On retrouve chez Howard S. Becker une inspiration du même ordre : « Nous ne devrions jamais suppose (...)

5Comme le disait ma grand-mère : dans la confiture tout fait fruit, en d’autres termes il n’y a pas de « mauvaises » données, ni de « mauvaises » méthodes pour les recueillir, même s’il peut y en avoir de plus ou moins bien adaptées à l’objet de la recherche ou à ses objectifs. Il y a, en revanche, des sociologues qui, soit sont inattentifs au nouveau, au différent, soit des « dogmatiques » qui ont figé une fois pour toute ce que devrait être une « bonne » méthode, « spécifiquement sociologique », une « bonne » donnée, bien établie par une – toujours – « bonne » méthode. C’est pourtant dans les marges des méthodes et des données connues qu’on a une chance de trouver quelque chose de différent, de nouveau qui permette de faire progresser notre connaissance. Albert Einstein appelait à être attentif « aux idées folles », il voulait même créer un institut de recherche spécifiquement chargé de travailler à partir d’elles 2. « Il se trouve », écrit Howard S. Becker, « assez souvent des gens qui ne cadrent pas bien dans ces modes organisés de producteurs et d’usagers. Ces expérimentateurs et ces innovateurs ne font pas les choses comme tout le monde, et leurs produits ne trouvent pas toujours preneurs. Mais les solutions qu’ils inventent pour des problèmes standard sont très instructives ; elles nous ouvrent les yeux sur des possibilités qui échappent à une pratique plus convenue » (p. 22).

6Il insiste ensuite sur le fait que les écrivains ou les photographes font aussi, à leur manière, de l’analyse sociale, même si, bien entendu, ils ne font pas que ça. Ce qui pourrait être ici un objet de discussion avec Howard S. Becker, c’est qu’il insiste essentiellement sur le contenu « sociologique » des arts. Or, il me semble qu’il n’y a pas que le contenu qui compte, il y a aussi la manière de le présenter : ce qu’on pourrait désigner de termes tels que « style » ou « facture ». Ce qu’apportent les auteurs, les artistes, ce n’est pas seulement une représentation particulière du social, qui a des effets de « vrai », mais aussi une autre forme de prise en compte, de description, d’interprétation, voire d’analyse de la réalité, une autre démarche, un autre point de vue, une autre façon de montrer, de dire, etc. une autre mise en scène de la réalité, un autre « cadrage » pour prendre une métaphore photographique.

7Du coup, on comprend mieux ce qu’il nous propose ensuite, en citant Thomas Kuhn, sur les rapports entre les « faits » et leurs interprétations : « Il n’est pas facile de séparer les interprétations des faits. Dans son contexte social, tout fait suppose et invite des interprétations. On passe facilement de l’un à l’autre sans vraiment y penser (p. 28) et pourtant cette distinction est importante pour comprendre l’usage qui est fait des « faits ». En effet, l’interprétation des faits est fonction de la compétence acquise par l’interprète. « Ce que les usagers savent faire en matière d’interprétation devient donc une contrainte majeure sur ce qu’une représentation peut accomplir. Il faut que les usagers connaissent et soient capables de manipuler les éléments et les formats conventionnels du médium et du genre. Ces connaissances et ces talents ne sont pas garantis » (p. 39). Il n’y a donc pas de perception sans apprentissage. Ce qui, ici, est sans doute important, c’est de reconnaître qu’il n’y a pas de faits sans théorie, comme le disait Thomas Kuhn, et donc de tenter de repérer comment on apprend à « manipuler ». Or il me semble que, sur cette question, les arts justement sont une bonne école. « L’œil apprend » comme le disait Ernst Gombrich, et notamment au contact de la peinture. Chaque communauté interprétative a ses propres règles et ses propres codes, nous rappelle-t-il (en particulier pp. 70 ou 83 par exemple), et c’est donc en multipliant les expériences qu’on peut appréhender la réalité sous plusieurs angles. En privilégier un au détriment des autres, c’est « mutiler », comme il le dit, notre connaissance de la réalité sociale, s’interdire d’en découvrir d’autres aspects.

8C’est donc en « expérimentateur » que Howard S. Becker essaie de nous proposer d’autres manières de « parler de la société », en allant chercher chez les artistes, les écrivains, et les chercheurs d’autres disciplines, des modalités de connaissance de la société. Bien sûr, il n’est pas question dans cette contribution à la discussion du livre d’entrer dans le détail des exemples proposés par l’auteur, qui font, pourtant, toute la richesse de ce livre. Mais je voudrais insister sur le fait que ce qu’il nous présente ici est une véritable expérimentation de ces autres approches, expérimentation collective de plus puisqu’il a utilisé son enseignement pour tester la fécondité heuristique de ces autres approches, dont il rend compte dans la deuxième partie du livre.

9Il propose ainsi, successivement, d’expérimenter les « paraboles », histoires ou récits qui racontent le social, les modèles mathématiques qui formalisent la présentation des données, le dessin, la photographie qui les « visualisent » (et ce aussi à partir de la formation de photographe qu’il a tenu à suivre et qui lui a permis d’enseigner la photographie aux étudiants de sociologie), le photojournalisme, le théâtre, mais aussi la prise en compte de la littérature à partir des exemples de Jane Austen, de Georges Perec ou encore d’Italo Calvino. Comme il l’écrit en conclusion de son « grand résumé » : « Le choix des sujets de ces chapitres de la deuxième partie du livre est arbitraire mais je crois que le principe de base que j’avais en tête – chaque travail sérieux dans le champ artistique qui affleure à nos préoccupations de sociologue a quelque chose à nous apprendre – reste vrai ».

10Au risque d’avoir plus insisté sur la « théorie abstraite » – dont il nous dit se méfier – qui sous-tend ce livre que sur les analyses et exemples concrets qui, à chaque pas, l’accompagnent, il me semble pouvoir conclure en invitant les chercheurs à lire ce livre et à en pratiquer les propositions ; aux plus jeunes en particulier, en espérant que ceux qui, plus avancés dans la carrière, les évaluent, en tiendront compte dans leurs jugements. Pour reprendre l’expression de Gaston Bachelard : une révolution psychique… me semble nécessaire, et Howard S. Becker, avec son livre, y contribue clairement et espérons-le efficacement.

Haut de page

Bibliographie

Bachelard G. (1936), Le Surrationalisme, dans L’Engagement rationaliste [1972], Paris, Presses universitaires de France.

Becker H. S. (2002), Les Ficelles du métier, Paris, Éditions La Découverte.

Mills W.C. (1977), L’Imagination sociologique, Paris, Éditions Maspero.

Verret M. (2009), Lectures sociologiques, Paris, Éditions L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment la « ficelle » intitulée « Tout est possible » qui est présentée de la façon suivante : « La ficelle la plus simple de toutes consiste à se répéter sans cesse que rien de ce que l’on peut imaginer n’est impossible, et que nous devons donc chercher les choses les plus improbables auxquelles nous pouvons penser pour intégrer leur existence, ou la possibilité de leur existence, à notre pensée (Becker, 2002, p. 147).

2 On retrouve chez Howard S. Becker une inspiration du même ordre : « Nous ne devrions jamais supposer qu’une chose, quelle qu’elle soit, puisse être impossible, ou ne puisse tout simplement pas se produire. Nous devrions bien plutôt nous efforcer d’imaginer les possibilités les plus folles, puis nous interroger sur les raisons pour lesquelles elles ne se produisent pas » (Becker, 2002, p. 149).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Péquignot, « Howard S. Becker : un sociologue de la haute mer », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Comment parler de la société ? Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, mis en ligne le 20 décembre 2010, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3266

Haut de page

Auteur

Bruno Péquignot

CERLIS, Universités de Paris Sorbonne Nouvelle et Paris Descartes/CNRS, France - bruno.pequignot@univ-paris3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page