Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2010La Montée des incertitudes. Trava...Les nouveaux droits sociaux, une ...

2010
La Montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu

Les nouveaux droits sociaux, une protection contre l’incertitude

Discussion de l’ouvrage La Montée des incertitudes de Robert Castel, Paris, Éditions du Seuil, 2009
Michel Messu

Notes de la rédaction

Le grand résumé de La Montée des incertitudespar son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3276.html et la discussion par Michel Messu à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3280.html

Texte intégral

1Dans cette livraison qui met en forme les analyses que développe Robert Castel depuis quelques années et les inscrit dans une perspective longue d’évolution historique de nos sociétés, il y a plusieurs novations théoriques et conceptuelles dont certaines sont autant de points de discussion tant elles recèlent de présupposés ou d’options analytiques pour le moins problématiques.

2Le titre La Montée des incertitudes exprime bien en effet, comme le souhaite Robert Castel, une ligne d’analyse des transformations qui affectent nos sociétés depuis quelques décennies. Mais elle n’exprime qu’une ligne, somme toute partiale, d’analyse et d’évolution de cette période historique. Pour l’annoncer d’entrée de jeu, on considèrera qu’avec La Montée des incertitudes nous explorons la face sombre, le moment négatif, la partie rétrograde voire le projet calamiteux de nos sociétés dont le libéralisme se révèle incontestablement à double tranchant. Mais à s’en tenir à la face sombre on gomme tous les effets évolutifs des autres faces qui composent aussi l’histoire de nos sociétés. Du moins, leur interprétation se trouve-t-elle de facto commandée par l’option implicite que sous-tend la première. Pour le dire de manière imagée, on se retrouve dans la déploration du monde que nous avons perdu.

3La Montée des incertitudes de Robert Castel en est fortement affectée puisque la trame sur laquelle se développe l’argumentaire est celle, partagée d’ailleurs par les sociologies du conflit générationnel, d’une inversion tendancielle du progrès social, d’une grande rétroaction du bonheur collectif, de l’échec de ce qu’Alexis de Tocqueville appelait l’égalisation des conditions. Quand Alexis de Tocqueville préconise une posture strictement dynamique de l’histoire sociale, Robert Castel privilégie une vision statique, séquentiellement générationnelle, intronisant un « avant » et un « après » : un âge glorieux du salariat et l’âge de ses incertitudes. De l’un à l’autre, se jouerait une nouvelle « grande transformation », pour s’en tenir à la référence polanyienne. On notera qu’une telle vision fait peu de cas de ce que les sociologues de la famille, notamment, ont observé en termes d’échanges et de solidarités intergénérationnelles et, peut-être surtout, de ce que l’on a pu observer en termes de redéploiement de la protection sociale. Ce que j’ai pour ma part désigné du vocable d’« assurance d’assistance ». Bref La Montée des incertitudes de Robert Castel repose sur quelques implicites analytiques qui méritent, pour le moins, d’être discutés et peut-être abandonnés pour soutenir une analyse plus ajustée – si ce n’est plus réaliste – aux conditions historiques de ce nouveau régime du capitalisme qui caractérise, à n’en pas douter, nos sociétés. Il n’est guère contestable que la condition salariale élaborée du temps du capitalisme fordiste triomphant a connu des infléchissements notables – encore conviendrait-il d’en circonscrire précisément les lieux, les secteurs, les segments professionnels. Toutefois, les incertitudes que connaissent les membres de l’« aristocratie ouvrière », comme on a pu les appeler, ceux du secteur « protégé » des entreprises ex-publiques ou ex-para-publiques, ne sont peut-être pas de même nature que celles des « techniciens de surface » et autres « agent(e)s d’accueil » des grandes surfaces commerciales… Mais, quoi qu’il en soit, l’« incertitude » n’est pas devenue la « condition sociale », au sens fort de l’expression, d’une large fraction de la population. Mutatis mutandis, comme pour les analyses qui n’ont eu de cesse, dans les années 1980, de voir de l’« exclusion » tous azimuts, méprisant de ce fait l’élargissement des domaines de la protection sociale, La Montée des incertitudes de Robert Castel et les analyses en termes exclusifs de « précariat » pêchent par la même simplification abusive.

  • 1  Par parenthèse, et pour la petite histoire, il se pourrait que les analyses des « gauchistes » des (...)

4S’il y a une constance chez Robert Castel, c’est bien celle de ne penser la « protection » du travailleur et, par élargissement, du citoyen, qu’en termes de droits notifiant un statut social, celui de travailleur salarié, dont la force de détermination socio-historique optimale s’apparenterait à celle de la caste des sociétés d’ordre. Il se peut qu’il y ait là une conviction « politique », somme toute louable, mais elle se révèle peu conforme aux observations et analyses empiriques développées par les sciences sociales. Le statut du salarié n’a jamais été un « acquis », il n’a eu de cesse de se modifier, d’inclure et d’exclure des pans entiers de la population (Robert Castel lui-même le rappelle s’agissant du grand mouvement historique constitutif de la « condition salariale » comme il l’appelle). Au cours de l’histoire des « Trente glorieuses » – référence idéaltypique de la condition salariale chez Castel –, quid des travailleurs « immigrés », « clandestins », au regard de la « condition salariale » du capitalisme fordiste ? Quid des travailleurs « sans statut », si ce n’est celui de quasi esclave, dans les ex-colonies ou les dernières colonies du même capitaliste fordiste promoteur de la « condition salariale » statutairement protégée 1 ? A fortiori, quid des non-salariés du secteur agricole, des petits artisans et commerçants, des journaliers et autres précaires d’un salariat sans beaucoup de droits ? Bref, difficile d’adhérer à l’idée qu’un statut salarial général et optimal ait été atteint au cours des « Trente glorieuses ». Ce serait à la fois gauchir les analyses de Jean Fourastié – promoteur des fameuses « Trente glorieuses » – et réécrire une histoire mythifiante de la période (ce que j’ai appelé ailleurs une « légende »). Qu’il y ait eu là un modèle idéologique, c’est certain. Cela n’en fait pas pour autant un cadre analytique indépassable.

5On ne souscrira donc pas à l’idée soutenue par Robert Castel d’une inversion historique du mode de protection sociale d’individus par ailleurs foncièrement définis par leurs caractéristiques salariales. D’autant, Robert Castel le note à l’occasion, que les « Trente Glorieuses » n’étaient pas aussi glorieuses que cela. Certes, il importe dès lors de souligner combien la vision proposée et propagée à ce moment – et d’ailleurs reprise ne varietur depuis – n’était justement qu’une « vision », un ensemble d’aspirations, d’attentes, d’espoirs et de réalisations partielles, ponctuelles, prometteuses… en cours de réalisation et donc non encore achevées (contrairement à ce que laisse entendre la vision rétrospective dont sont porteuses les thèses qui prônent l’inversion intergénérationnelle). Démystifier la vision est ici une bonne chose. La démystification serait plus profitable si elle pouvait écarter les interprétations du présent qui s’en réclament à titre de « monde perdu », comme a tendance à le faire ici Robert Castel.

6Mais le point sur lequel La Montée des incertitudes laisse planer les plus grandes incertitudes, justement, tient dans l’appréciation de ce qui est appelé à plusieurs reprises les « reconfigurations de la protection sociale ». Si l’on accepte l’idée que la « reconfiguration » se fait par déplacement, glissement, recouvrement, voire élargissement – encore que tout ceci soit à discuter plus avant –, il n’y a peut-être pas lieu de considérer que la protection sociale qui dérive des droits du citoyen soit, par nature, d’une moindre valeur sociale, et d’un moindre intérêt sociologique, que celle qui dérive des droits du travailleur salarié. Partant, que toute forme d’hybridation est une régression à l’endroit d’une protection salariale somme toute mythifiée. Que le socle sur lequel s’était formée la protection de la société salariale, comme la désigne Robert Castel, ait été déstabilisé, on ne saurait le contester et le contraire aurait été surprenant, pour autant peut-on en inférer un recul de la protection sociale des individus ? Surtout quand un nombre croissant de ceux-ci en tirent les moyens de leur existence, d’une existence bien mieux protégée que celle des « oubliés » de la croissance des « Trente glorieuses ». Il conviendrait peut-être d’apporter quelque crédit aux formes d’élargissement de la protection à des populations qui s’en trouvaient jusqu’alors exclues.

7Le droit social qui prévaut aujourd’hui ne saurait être seulement pensé dans les termes d’une codification à partir de la figure du travailleur salarié. Le droit social tend à s’élargir à l’ensemble de la population résidente selon deux lignes de force : l’inclusion renforcée dans des segments d’intégration sociale et la poursuite d’une existence digne arcboutée sur les Droits de l’Homme. Ce qui tend à offrir de larges domaines de créances sur la collectivité. Du moins dans ses principes, qui sont l’angle de vue que nous adoptons ici, même si on sait que son service et les conditions de son accès peuvent parfois réduire ou ruiner son effectivité. Son effectivité, non encore sa signification. Par parenthèse, on peut penser qu’il revient aux sciences sociales d’établir empiriquement ces éventuels moments de basculement du sens qui peuvent dériver de la faible effectivité du droit. Difficile de dire que cela ait été fait, s’agissant de la situation française. Ainsi, la Couverture maladie universelle n’est pas qu’une mesure conjoncturelle ou provisoire, un trompe-l’œil idéologique, ni une simple manière de stigmatiser les plus démunis, quand bien même les conditions de sa mise en œuvre peuvent faire difficulté.

8Les minima sociaux ne sont donc pas à tenir pour des « restrictions de droit » mais pour un élargissement du droit social à des situations qui ne sont pas celles du travailleur protégé. Bien sûr, il convient, comme le suggère Robert Castel, de s’interroger sur leur capacité à autoriser l’autonomie des individus, fortement exigée par ailleurs. Et on peut déplorer qu’ils ne fournissent pas encore le Basic income inconditionnel pour lequel militent quelques forces sociales, mais on ne peut les réduire au statut de palliatifs pervertissant la vraie nature de la protection sociale. Cela d’autant qu’une relecture attentive de la construction historique de ladite protection de la société salariale montre combien le modèle n’a jamais eu la pureté qu’on lui prête. Il a toujours été conditionnel, longtemps corporatiste et, en partie, « assistanciel ».

9En somme, partir d’une partition entre une protection sociale « noble », celle du travailleur salarié acquise au cours des « Trente glorieuses », et une protection sociale minimaliste, régressive, pour ceux qui perdraient la première, et répressive, pour tous, c’est attribuer à la première des vertus de généralité qu’elle n’a jamais complètement remplies, et surtout, c’est cantonner l’analyse sociologique à l’appréciation comparée des avantages et des inconvénients des termes de ce qui a été posé comme une opposition paradigmatique. Il semble pourtant que les dispositifs de protection sociale, que ce soit à l’échelle nationale ou à l’échelon international, se soient autrement complexifiés, qu’ils ont vocation de protéger non seulement le « travailleur et sa famille », mais les « individus sociaux », qu’on les perçoive comme des citoyens ou des démunis. En tout cas, ils se sont élargis à la plus grande part de la population. Ce qui est une donnée nouvelle dans l’horizon du capitalisme lui-même.

  • 2  Mes divergences avec Robert Castel sur ce point datent de plus de 25 ans. Voir la réédition des As (...)

10Dès lors la partition qui en découle entre « individus par excès » et « individus par défaut », et à laquelle Robert Castel consacre la conclusion de son ouvrage, comporte les mêmes ambiguïtés de statut théorique. La dichotomie ainsi instituée ne rend qu’imparfaitement compte de la distribution des individus dans nos sociétés. Les « individus par excès » ne représentent peut-être, et pour utiliser un autre vocabulaire, que des « tribus » dont le rapport à la société globale ne s’épuise pas dans leur trop plein de subjectivisme. De leur côté les « individus par défaut » ne sauraient être réduits à leurs déficits sociaux ou leurs faibles capacités subjectives. C’est là un vieux point de divergence interprétative entre nous 2.

11Ici encore, c’est plutôt un continuum de situations qu’une distribution polaire qu’il convient d’envisager. Autrement dit, il importe peut-être de donner tout son poids à la vision tocquevillienne d’une égalisation des conditions sociales qui ne soit pas une pétition d’uniformisation des individus sociaux. Ou, pour le formuler encore autrement, la protection sociale des individus peut s’étendre au plus grand nombre, sans que les différences, voire les inégalités, d’accès et de traitement conduisent à la penser sous les auspices de la dualité, de la partition ou de la dichotomie essentialiste. Du coup, la réduction des inégalités, voire leur éradication, relèvent tout autant de la lutte sociale et politique que des agencements techniques des dispositifs déjà en place. Il en va ainsi de la Couverture maladie universelle, du Revenu de solidarité active et autres minima sociaux. Sauf, bien sûr, si l’on érige au statut d’indépassable paradigme celui du salarié protégé des « Trente glorieuses », si l’on postule que la situation combinant emploi et assistance n’est qu’une sorte d’oxymoron social, etc. Autant de présupposés lourds de conséquences analytiques puisqu’ils empêchent de penser ensemble élargissement de la protection sociale et montée des incertitudes, pour s’en tenir à la formule de l’auteur. De même que l’« exclusion sociale », un temps célébrée, ne pouvait être pensée que sur fond d’inclusions renforcées, de même, la « montée des incertitudes » et le précariat ne peuvent prendre tout leur sens sociologique que rapportés au fond d’extension des protections sociales qui caractérise aussi nos sociétés.

12Ce que nous apporte cette Montée des incertitudes de Robert Castel prend place dans une sorte de nostalgie d’un temps que nous aurions perdu mais qui, désormais, pourrait se présenter sous la forme d’une utopie propitiatoire susceptible d’orienter les choix socio-politiques qui vont devoir s’imposer – Robert Castel se refusant à toute forme de catastrophisme historique. De ce point de vue, l’ouvrage prend la force d’un manifeste dont il conviendra de suivre le cheminement dans les esprits ainsi que du côté des propositions réformatrices. Il y aurait, peut-être, à en attendre une sorte de « travail du négatif », comme aurait dit Georg Wilhelm Friedrich Hegel.

13Mais, par ailleurs, prise littéralement, cette Montée des incertitudes paraît bien sujette à questions, surtout si l’on fait l’effort de la contextualiser dans le mouvement d’élargissement des protections sociales. Pour le moins, se présente-t-elle comme chargée d’une emphatique prophétie de déclin social.

Haut de page

Bibliographie

Messu M. (2009), Les Assistés sociaux, suivi de l’Assurance d’assistance (édition revue et augmentée), Fribourg, Academic Press.

Haut de page

Notes

1  Par parenthèse, et pour la petite histoire, il se pourrait que les analyses des « gauchistes » des années 1970 aient quelque peu révélé les failles des analyses menées en termes de « conquêtes ouvrières » nationales. Savoir, ce que ces analyses présentaient comme des « compromissions de classes » qui omettaient de penser les « acquis ouvriers » dans le cadre des « exploitations » des « sous-prolétaires » nationaux et coloniaux.

2  Mes divergences avec Robert Castel sur ce point datent de plus de 25 ans. Voir la réédition des Assistés sociaux (Messu, 2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Messu, « Les nouveaux droits sociaux, une protection contre l’incertitude »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 20 décembre 2010, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3282 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.3282

Haut de page

Auteur

Michel Messu

Université de Nantes et GEPECS (EA 3625) - Université Paris Descartes, Axe Politiques sociales et Solidarités en Europe ; Directeur de Recherche au CREDOC, France - michel.messu@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search