Navigation – Plan du site
Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques

La discrimination : une frontière par rapport à l’intégration

Discrimination: a boundary to integration
Rosita Fibbi

Résumés

La Suisse s’est dotée d’une politique officielle d’intégration qui s’adresse prioritairement aux nouveaux immigrants. Toutefois les difficultés d’intégration concernent également la jeunesse d’origine immigrée qui réside dans le pays depuis des années. Deux études menées au Forum suisse pour l’étude des migrations et de la population montrent que ces jeunes sont confrontés à la discrimination à l’entrée sur le marché du travail, même lorsqu’ils disposent de qualifications identiques à celles de leurs congénères.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Avec 1,5 million de personnes, les étrangers représentent le cinquième de la population résidente en Suisse, la proportion la plus élevée en Europe, après le Luxembourg, bien avant l’Allemagne (8,9 % en 2001) ou la France (5,6 %). Par ailleurs, le fait que 23 % de ses habitants soient nés à l’étranger confirme que la Suisse est un véritable pays d’immigration.

  • 1 Pour une discussion des raisons rendant compte de l’introduction tardive d’une politique d’intégrat (...)

2La Suisse est l’un des premiers pays en Europe à connaître une immigration importante immédiatement après la seconde guerre mondiale : la rotation de la main-d’œuvre étrangère, en introduisant le système du Gastarbeteiter, garantissait que cette immigration demeurerait temporaire et ne s’établirait pas dans le pays. Depuis les années 1970, toutefois, la situation a évolué rapidement avec l’arrivée des familles d’ouvriers travaillant en Suisse ; cela a entraîné la stabilisation progressive de la présence étrangère. Cependant, la Suisse a longtemps hésité à reconnaître cet état de fait. C’est seulement dans les années 1990 que cette prise de conscience se traduit par une ordonnance qui réforme l’admission des étrangers sur le territoire et par un article de loi qui assigne à l’État fédéral une compétence et donc une responsabilité en matière d’intégration des immigrés 1. La nouvelle politique d’intégration vise en premier lieu les nouveaux immigrés.

  • 2 La Suisse a choisi la voie d’accords bilatéraux pour régler ses rapports avec l’Union européenne, s (...)

3Des phénomènes très divers sont à l’origine de cette nouvelle politique : les transformations du régime migratoire depuis la chute du mur de Berlin, le rapprochement de la Suisse avec l’Union européenne, qui a donné lieu à la reconnaissance réciproque de la libre circulation de la main-d’œuvre en vertu des Accords bilatéraux 2, mais aussi une crise économique qui s’est traduite, pour la première fois en Suisse, par un taux de chômage non négligeable pour la population en général et important pour les étrangers en particulier.

  • 3 Pour une discussion des conditions d’insertion des personnes entrées en Suisse dans le cadre de l’a (...)

4Jadis, au temps du Gastarbeiter des années 1950-60, l’immigration était entièrement définie par le travail. On faisait en effet venir des ouvriers selon les besoins de l’économie. Aujourd’hui, avec la fin du modèle d’inclusion par le travail qui caractérise le déclin de la société fordiste (Cattacin & Chimienti, 2007), la relation entre immigrés et marché du travail aussi est devenue plus problématique ; cela se traduit par un taux de chômage important. Très fréquemment, ce phénomène est attribué au profil de qualification – largement inférieur à celui des autochtones – des nouveaux immigrés, dont une partie est arrivée dans le cadre de la législation sur l’asile 3, voire à leurs faibles connaissances linguistiques ou à leur acculturation insuffisante, expliquée à son tour par la distance culturelle avec la Suisse. Bien souvent, les éventuels constats d’échec dans l’insertion, notamment des jeunes d’origine immigrée, sont expliqués par des efforts insuffisants de la part du jeune et/ou de sa famille pour comprendre le pays d’accueil et se conformer à ses exigences. En somme, ces argumentaires s’appuient sur le même principe : « ils ne sont pas à la hauteur ». Le contrat d’intégration prévu dans la nouvelle politique fédérale d’intégration relève de la même logique, lorsqu’elle vise à engager formellement les migrants à se mettre à niveau.

  • 4 L’accès à l’emploi dans le secteur public, notamment, n’est pas égal pour tous : 41 % des jeunes Su (...)

5Cette argumentation implique a contrario que, lorsque les immigrés sont à la hauteur, c'est-à-dire possèdent les mêmes qualifications professionnelles et compétences linguistiques que les autochtones, et qu’ils sont en outre familiarisés avec la vie sociale de leur nouveau pays de résidence, notamment grâce à un parcours scolaire sans faille, ils peuvent prétendre aux mêmes chances d’accès à l’emploi que les Suisses. Une récente étude portant sur les enfants d’immigrés, désormais adultes, semble confirmer cette thèse : la recherche confirme l’insertion sociale et professionnelle réussie des adultes issus des migrations italienne et espagnole, hormis quelques zones d’ombre dans la manière dont les acquis scolaires se traduisent en emploi pour ces jeunes, notamment dans l’accès à l’emploi dans le secteur public 4 (Bolzman et al., 2003).

6Toutefois, cette constatation peut-elle aussi s’appliquer à d’autres groupes immigrés ? La première étude que nous présentons s’interroge justement sur la question de savoir si, une fois les « déficits » comblés, les immigrés des flux d’immigration plus récents parviennent à se positionner sur le marché du travail dans des conditions similaires à celles des autochtones. Elle se focalise tout particulièrement sur la situation des jeunes issus de la migration, la deuxième génération étant la génération charnière dans le processus d’intégration à long terme.

7Dans une première partie de cet article, nous discutons les résultats de travaux empiriques entrepris au Forum suisse pour l’étude des migrations et de la population (SFM) sur la relation au monde du travail des jeunes issus de la migration. Nous présentons d’abord une étude semi-expérimentale visant à tester l’existence de la discrimination à l’embauche en Suisse et à en fournir, le cas échéant, une mesure précise bien que ponctuelle. Ensuite, nous discutons quelques résultats de l’analyse des données du dernier recensement fédéral, notamment celles relatives aux risques de chômage de jeunes d’origine immigrée, selon qu’ils soient ou non nés en Suisse et naturalisés. Nous y cherchons une confirmation à l’échelle nationale des résultats obtenus dans la première étude de portée plus locale, à propos de l’accès à l’emploi. Dans un deuxième temps nous mettons en perspective la discrimination par rapport au processus d’intégration qui comporte toujours une manière ou une autre de transcender les frontières entre groupes. Ces éléments sont développés afin de mettre en lumière les implications de ce phénomène pour la politique d’intégration.

Le « test des pratiques effectives » pour mesurer les discriminations à l’embauche

  • 5 La recherche a été financée par le Fonds national suisse de la recherche dans le cadre du Programme (...)

8L’étude « Le passeport ou le diplôme » 5 inverse la perspective habituelle qui cherche auprès des immigrés les causes de leurs difficultés. Afin de mieux comprendre les raisons d’une insertion professionnelle difficile pour une partie de la population active d'origine étrangère, elle vise en particulier à tester l’hypothèse selon laquelle certains étrangers sont victimes de discriminations lors de l’accès à l’emploi. Les jeunes issus des migrations récentes, qui ont acquis la formation requise pour un poste donné, parviennent-ils à faire valoir cette qualification sur le marché de l’emploi ?

9Pour que l’insertion soit réussie, il faut que les efforts consentis par le jeune à l’école, concrétisés par la qualification, soient reconnus sur le marché du travail par un emploi correspondant. La bonne qualification scolaire et professionnelle des jeunes qui parviennent à apprendre la langue locale et à satisfaire aux exigences scolaires est une condition nécessaire de réussite. Cependant, elle est insuffisante si les jeunes sont confrontés à des barrières qui rendent difficile la conversion en emploi de leur acquis scolaire.

10L’étude se concentre justement sur ce second facteur d’une insertion professionnelle réussie : quel accueil les employeurs réservent-ils aux candidats à un emploi qui possèdent toutes les qualifications nécessaires pour postuler à un emploi vacant annoncé par voie de presse ? Elle compare les réponses obtenues par le candidat suisse et le candidat d’origine immigrée.

11Or, le comportement des employeurs est en partie déterminé par les opinions qui prévalent dans la société concernant la place que les étrangers y occupent. Une enquête d’opinion Univox, réalisée la même année que le travail de terrain de notre étude, pointe entre autres les attitudes des Suisses à l’égard des immigrés. Les personnes interrogées sont invitées à se prononcer sur l’affirmation suivante : « Lorsqu’un Suisse et un étranger, présentant les mêmes qualifications, se portent candidats pour un poste de travail, il faudrait accorder la priorité au Suisse ». 60 % souscrivent à cette affirmation alors que 29 % s’y opposent (Raymann, 2003). Bien que ces réponses ne concernent pas en particulier les jeunes scolarisés en Suisse, elles laissent présager d’un climat relativement difficile pour les jeunes d’origine immigrée à la recherche d’un emploi.

Une étude sur les groupes d’immigrés récents

  • 6 Le recensement 2000 distingue pour la première fois dans ce groupe les personnes originaires de la (...)

12L’étude (Fibbi et al., 2003a) porte sur les groupes d’immigrés « récents », qu’ils soient portugais, turcs ou originaires de l’ancienne Yougoslavie. Ces groupes sont présents en Suisse depuis la fin des années 1960, mais ont connu une évolution marquée depuis les années 1980 et pendant les années 1990. En 2000, avec un effectif de 364 600 personnes, les ressortissants de l’ancienne Yougoslavie représentent 24 % de la population étrangère résidente (OFS, 2001) ; ils constituent le deuxième groupe d’immigrés après les Italiens 6. Les Portugais représentent 10 % de la population étrangère résidente en 2000 ; ils constituent ainsi le troisième groupe d’immigrés après les Italiens et les ressortissants de l’ancienne Yougoslavie. Les ressortissants de Turquie, quant à eux, représentent 5,5 % de la population étrangère résidente en 2000 ; ils constituent le cinquième groupe national parmi les étrangers résidents. Au fur et à mesure que ces flux migratoires se stabilisent, le nombre de jeunes ayant effectué toute leur scolarité en Suisse et présentant un profil de qualification comparable à leurs congénères helvétiques augmente.

13Nous nous intéressons à la deuxième génération qui est ici définie dans son acception large, à savoir des jeunes nés à l’étranger mais arrivés en bas âge dans le pays, une situation qui est encore largement dominante notamment dans les groupes de plus récente immigration en Suisse.

14En raison de l’absence d’automatisme en matière d’acquisition de la nationalité, seul un jeune sur six parmi ceux âgés de 15 et 24 ans a un passeport à croix blanche.

La méthode du « test des pratiques effectives »

15La discrimination à l’embauche étant particulièrement malaisée à déceler, nous avons repris une méthode de recherche mise au point par l’Organisation internationale du travail (OIT) et éprouvée au cours de ces dernières années par des équipes de recherche dans divers pays ; elle est connue sous le nom de « test des pratiques effectives » (practice testing). En réponse à des offres d'emploi parues dans la presse, deux candidatures sont envoyées pour des candidats fictifs dont seul le pays d’origine diffère. La qualification, l'expérience, le sexe, l'âge et tous les autres critères « d'employabilité », tels que les connaissances linguistiques, l’expérience professionnelle ou la disponibilité immédiate, sont identiques. Si l'un des candidats est rejeté, tandis que l'autre se voit proposer un entretien d’embauche, on peut supposer qu’il s’agit d’un cas de traitement inégal. Un nombre suffisant de candidatures (175 par cas de figure étudié) est envoyé pour exclure l'effet du hasard. La différence entre le nombre de fois où un candidat national a été préféré au candidat d’origine immigrée et le nombre de fois où l’inverse s’est produit permet de calculer le taux de discrimination dont est victime un jeune d’origine immigrée.

16La méthode mise au point par l’OIT vise à mettre en évidence la discrimination et à en chiffrer l’ampleur. Ses points forts sont d’une part la démonstration de comportements préjudiciables et insaisissables, notamment pour les victimes, d’autre part l’apport d’une quantification rigoureuse et donc d’une mesure fiable du degré de discrimination existant sur le marché du travail, dans la mesure où les autres paramètres pouvant influencer l’embauche sont maintenus constants.

17En revanche, elle présente des limites manifestes. Elle se borne à observer une partie seulement du marché du travail : les emplois qui ne sont pas annoncés par voie de presse, mais qui font l’objet d’un recrutement informel, échappent à l’analyse. Toutefois, cette limitation n’affaiblit pas la portée des conclusions quant à l’analyse de la discrimination ; il est en effet improbable que le recrutement informel connaisse moins de biais que le recrutement avec appel public à candidature. Au contraire, et pour ne parler que de la Suisse, des études récentes montrent que le recours à un conseiller en orientation pour l’accès à une formation professionnelle, symptomatique d’un capital social insuffisant, est en soi un facteur de risque qui pénalise notamment les jeunes d’origine immigrée (Meyer, 2003). En conséquence, il est plus vraisemblable que la mesure fournie par l’étude expérimentale soit éventuellement en-deçà de la réalité. Une deuxième limite, et non des moindres, de cette méthode réside dans l’impossibilité d’expliquer les phénomènes de discrimination, puisque les motivations à l’origine des comportements observés demeurent inconnues.

18L’enquête s’est déroulée entre septembre 2001 et mars 2002 en Suisse francophone et entre juillet 2002 et avril 2003 dans la partie germanophone du pays. En Suisse romande, et plus précisément sur le marché de travail de Genève et Lausanne, Pierre Droz faisait acte de candidature pour un poste, en même temps qu’Antonio Nunes ou Bekim Elezi. En Suisse germanophone, à savoir Zurich et le canton limitrophe d’Argovie en revanche, nos candidats fictifs portaient les noms de Peter Zimmermann, Mehmet Türkgöz et Afrim Berisha. Ainsi ces jeunes gens, tous à la recherche d’un premier emploi fixe, ont posé leur candidature pour des postes tels que boulanger, maçon, manutentionnaire, magasinier, horloger, mécanicien, monteur sanitaire, ou encore réceptionniste, serveur, secrétaire, employé de commerce, vendeur.

Les taux de discrimination par groupe et par région

19Avant de présenter les résultats de l’enquête, il convient de reprendre les concepts utilisés et la manière dont ils ont été opérationnalisés.

20Il y a traitement inégal lorsqu’un seul des deux candidats est invité pour un entretien d’embauche ; on obtient un taux minimal de discrimination nette en soustrayant les cas de réponses favorables au candidat d’origine immigrée des cas de réponses favorables au Suisse et en rapportant ce chiffre au nombre des candidatures utilisables, c’est-à-dire les candidatures pour lesquelles au moins une réponse positive a été reçue. Le taux ainsi calculé indique dans combien de cas, sur l’ensemble des dossiers de candidatures utilisables, le candidat d’origine immigrée a été confronté à la discrimination.

  • 7 Cette observation est possible parce que nous avons rigoureusement noté la date et l’heure à laquel (...)

21On parle de « comportement différent » lorsque les deux candidatures, d’un Suisse et d’un jeune d’origine immigrée, aboutissent à une réponse identique de convocation, mais que l’employeur ne prend contact avec le deuxième candidat que lorsque le premier a refusé l’offre de travail 7. La somme du taux de discrimination minimal et du taux de comportement différent donne le taux maximal de discrimination.

  • 8 On parle de discrimination uniquement lorsque ce taux minimal excède un seuil critique, celui à par (...)

22Le tableau 1 synthétise les résultats observés selon le groupe et la région testés. On considère que les Portugais ne souffrent pas de discrimination à l’embauche en Suisse romande car ils ont été discriminés seulement dans 10 % des cas ; étant donné que leur taux de discrimination est inférieur au seuil critique 8, nous nous interdisons de parler de discrimination pour ce groupe. En revanche, sur 163 dossiers de candidatures, dans 30 % des cas le candidat turc a été confronté à la discrimination. Finalement, les Yougoslaves albanophones connaissent des taux élevés de discrimination dans leur recherche d’emploi, respectivement de 24 % en Suisse romande et de 59% en Suisse alémanique.

Tableau 1 : Taux de discrimination minimale et maximale

Portugais

Y. Albanophones CH romande

Turcs

Y. Albanophones CH alémanique

Taux minimal de discrimination du candidat immigré

10%

24%

30%

59%

Taux de comportement différent

33%

37%

22%

11%

Taux maximal de discrimination

42%

61%

52%

70%

Dossiers utilisables = N

177

179

163

133

Source : Fibbi, Kaya, Piguet, 2003

23En prenant en considération le taux maximal de discrimination, à savoir les cas où le candidat d’origine immigrée a été convoqué pour un entretien d’embauche seulement après que le candidat suisse a refusé l’offre de travail, on observe que la discrimination est bien plus fréquente : elle concerne deux Portugais sur cinq mais une majorité de Turcs et de Yougoslaves de langue albanaise. Le « comportement différent » traduit une certaine tendance des employeurs à ne prendre en considération des candidats d’origine immigrée que si des candidats nationaux ne sont pas disponibles. Il exprime alors une forme plus subtile de refus : dans ces cas, les pratiques d’embauche manifestent une préférence nationale, qui n’est pas pour autant érigée en dogme. Il n’en demeure pas moins que celle-ci freine concrètement les possibilités d’accès à l’emploi des jeunes d’origine immigrée. Or, le taux de comportement différent diminue à mesure qu’augmente le taux de discrimination. Le tableau 1 montre que lorsqu’on prend en considération le taux maximal de discrimination, les différences se réduisent quelque peu, que ce soit entre les groupes ou entre les régions.

24Le résultat majeur de l’étude est donc le constat qu’une discrimination massive, bien que variable d’un groupe à l’autre, frappe les jeunes issus des migrations extracommunautaires ; elle handicape considérablement leur accès à l’emploi, même lorsque les jeunes détiennent des qualifications linguistiques, scolaires et professionnelles identiques à celles de leurs contemporains Suisses (Fibbi et al., 2003b).

Suisse : une discrimination plus forte qu’en Europe

25Il est intéressant de prendre connaissance des études similaires menées sous l’égide de l’OIT qui avait promu, dans les années 1990, un programme d’enquêtes pour évaluer l’ampleur du phénomène de la discrimination à l’embauche pour les jeunes issus des migrations extracommunautaires dans divers pays d’Europe continentale. Des études avaient ainsi été menées suivant cette méthodologie en Belgique, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Espagne. Ces analyses montrent que les discriminations à l'embauche sont une réalité quotidienne pour bon nombre de jeunes d’origine immigrée : à qualification équivalente, un candidat originaire d’un pays non-membre de l’Union européenne a moins de chance de se voir offrir un emploi.

26Ces résultats constituent un terme de comparaison pour apprécier à leur juste mesure les données issues de notre étude en Suisse. Contrairement à notre projet, qui comporte des candidatures par correspondance, les études menées dans ces pays ont fait appel à des personnes jouant le rôle de candidats : elles postulaient par téléphone, se présentaient à l'entretien d'embauche, qui aboutissait, le cas échéant, sur une offre d'emploi, une période d'essai ou une proposition de formation. Il apparaît que l’incidence de la discrimination est plus élevée au premier stade de la procédure d’embauche et diminue à chaque phase successive, à mesure que l’on avance dans la procédure (Zegers de Beijl, 2000).

27Aux Pays-Bas, par exemple, les candidatures fictives ont permis de mesurer l'écart séparant jeunes Néerlandais d'origine marocaine et jeunes Néerlandais « de souche » dans la course aux emplois présentant un niveau de qualification comparable à celui du CFC suisse. Les chercheurs aboutissent à un premier constat de discrimination dans 23 % des cas, aux dépens des jeunes d'origine marocaine ; cette proportion augmentant cependant à mesure que l'on avance dans la procédure de recrutement, pour atteindre 36 % en fin de parcours (Bovenkerk et al., 1995).

28En Belgique, on a comparé l'accueil réservé aux jeunes Marocains avec celui réservé aux nationaux : la discrimination touche 19 % des candidatures des jeunes Marocains au premier stade de la procédure d'embauche et atteint 33 % au dernier stade. Les tests ont été menés dans les trois régions du pays (Bruxelles, Flandres et Wallonie) : les taux de discrimination varient de manière sensible, respectivement de 34 %, 39 % et 27 % (Arrijn et al., 1999).

29En Espagne, la discrimination concerne 25 % des candidatures des jeunes Marocains au premier stade de la procédure d'embauche ; elle culmine à 36 % en fin de procédure de recrutement. Comme en Belgique, l’étude a été menée dans trois régions différentes, Barcelone, Madrid et Malaga : on observe des taux assez disparates de discrimination, respectivement de 50 %, 28 % et 50 % (Prada et al., 1996).

30En Allemagne, plus précisément dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, les chercheurs observent un taux de discrimination de 13 % au premier stade et de 19 % au dernier stade de la procédure d'embauche pour les jeunes Turcs par rapport aux autochtones candidats à un emploi de niveau CFC (Goldberg et al., 1996).

31Les seules comparaisons possibles entre les diverses études européennes citées concernent le taux minimal de discrimination ; c’est donc celui-ci qui est pris en compte dans le graphique 1.

Graphique 1 : Comparaison des taux de discrimination observés dans les pays européens ayant mené une étude OIT de « practice testing »

Graphique 1 : Comparaison des taux de discrimination observés dans les pays européens ayant mené une étude OIT de « practice testing »

32La Suisse se situe aux deux extrêmes du spectre des positions : l’un des groupes – les Portugais – jouit d’un traitement somme toute comparable à celui de ses condisciples Suisses, alors que les deux autres groupes testés, qui sont extracommunautaires, se situent à l’extrémité supérieure. Le taux minimal de discrimination des Turcs, le seul groupe testé également dans un autre pays européen, est deux fois plus élevé en Suisse qu’en Allemagne ; de même, les conditions défavorables d’accès à l’emploi pour les jeunes Yougoslaves albanophones n’ont pas d’égal dans d’autres pays européens.

33Cette enquête démontre ainsi que la discrimination est un phénomène réel en Suisse et, de plus, quantitativement très important ; il concerne avant tout les jeunes originaires de pays extracommunautaires en dépit de leur scolarisation réussie en Suisse. C’est également le cas dans de nombreux pays européens d’immigration, même si les taux varient d'un pays à l'autre : l'inégalité de traitement subie par les jeunes hommes, pourtant qualifiés, issus des migrations provenant de pays hors Union européenne, est flagrante. Dès lors, la position marginalisée des jeunes d’origine immigrée sur le marché du travail ne peut être attribuée uniquement aux difficultés scolaires ou aux faibles connaissances linguistiques ; elle résulte, en partie, des pratiques discriminatoires au moment de l’embauche.

Le chômage: une conséquence des discriminations ?

34L’ampleur insoupçonnée du phénomène, mise en évidence par l’étude expérimentale, nous a incités à chercher d’autres confirmations de la discrimination à laquelle sont confrontés les jeunes de la deuxième génération. Le recensement 2000 offre la possibilité d’explorer cette question et de mesurer la performance des jeunes sur le marché du travail, en fonction de leur origine, toutes choses égales par ailleurs : le chômage est bien une des conséquences possibles de la discrimination. Cependant, l’avantage représenté par une méthode qui permet d’embrasser l’ensemble du pays est contrebalancé par l’inconvénient d’une moindre précision. En effet, sur la base des données du recensement, il ne nous est guère possible d’identifier la discrimination en tant que telle ; nous cernerons d’une part, les facteurs qui expliquent le chômage et nous considérerons, d’autre part, ce qui reste « inexpliqué » comme un indice, et non comme une mesure, de discrimination.

  • 9 En somme, nous incluons les naturalisés dans leur groupe d’origine respectif. Pour de plus amples i (...)

35Pour analyser la position de la seconde génération dans la structure sociale suisse, nous avons identifié les jeunes selon leur origine. Il s’agit de reconstruire le groupe d’origine en dépit du fait qu’une partie des jeunes pourrait avoir acquis la nationalité helvétique 9. À cause d’un système restrictif de naturalisation, seule une minorité d’étrangers, même parmi les jeunes, acquiert la nationalité suisse. En effet, en raison de l’absence d’automatisme en matière d’acquisition de la nationalité, seul un jeune sur six parmi ceux âgés de 15 et 24 ans a un passeport à croix blanche (Fibbi et al., 2005). Toutefois, il est indispensable d’insérer les jeunes naturalisés si l’on ne veut pas sous-estimer le succès des processus intégratifs.

36Par ailleurs la prise en compte du lieu de naissance et donc la dichotomie entre jeunes nés en Suisse et à l’étranger implique une réduction de la notion de deuxième génération à la définition la plus stricte justement fonction de la naissance en pays d’immigration.

Le chômage dans le recensement 2000

37Décrivons tout d’abord le taux de chômage des jeunes d’origine immigrée, âgés de 20 à 24 ans, indépendamment de leur lieu de naissance ; groupe d’âge ayant été retenu parce qu’il correspond à celui des jeunes de l’étude expérimentale (tableau 2). Tous les groupes d’origine, bien qu’avec des différences non négligeables, connaissent des taux de chômage supérieurs à celui des Suisses de naissance. Il dépasse largement 9 % pour les groupes provenant de la péninsule balkanique (avec la seule exception des Croates), alors qu’il chute à environ 6 % pour les Européens du Sud, un taux qui, toutefois, est 1,5 fois supérieur à celui observé chez les Suisses de naissance. L’opposition entre citoyens UE et non-UE trouve confirmation dans cette distribution statistique.

38Ce même décalage défavorable aux jeunes d’origine immigrée se retrouve lorsque l’on prend en considération les seuls jeunes nés en Suisse qui ont vraisemblablement effectué leur scolarité en Suisse et parlent donc la langue locale. Il en va de même pour les jeunes nés dans le pays et ceux qui ont de surcroît acquis la nationalité suisse ; ils demeurent bien plus affectés par le chômage que leur contemporains Suisses de naissance, même si le décalage se réduit quelque peu.

Tableau 2 : Taux de chômage des jeunes âgés de 20 à 24 ans, selon l’origine, le lieu de naissance et la nationalité en %

Jeunes selon leur origine

Jeunes nés en Suisse

Suisses par naturalisation selon leur nationalité d’origine

Suisses

3.8

3.8

Allemands

4.9

4.3

4.3

Français

9.2

9.6

7.2

Italiens

5.6

5.3

5.5

Espagnols

6.0

5.8

6.3

Portugais

6.2

4.6

7.4

Turcs

10.4

8.5

7.9

Yougoslaves de langue albanaise

9.1

7.9

4.1

Yougoslaves de langue serbo-croate

9.2

11.3

6.0

Yougoslaves indiquant une langue régionale (français, allemand, italien) comme langue principale

9.5

10.7

6.0

Bosniaques

7.6

7.6

4.1

Macédoniens

10.0

11.4

5.6

Croates

7.2

6.5

4.8

Autres

10.6

7.7

7.7

Source : Calculs SFM sur les données du recensement 2000 OFS ; Fibbi, Lerch & Wanner (2005).

39Ce tableau fournit le taux de chômage pour des groupes définis à chaque fois de manière spécifique. Un chiffre est alors très révélateur. Parmi tous les jeunes d’origine turque âgés de 20 à 24 ans, 10,4 % sont confrontés au chômage. Ce taux très élevé pourrait être dû en partie à leur arrivée récente en Suisse ou à leur faible maîtrise de la langue locale. En effet, lorsqu’on ne prend en considération que les jeunes nés en Suisse, le taux de chômage chute à 8,5 %. Nous savons que l’acquisition de la nationalité suisse n’est pas automatique ; diverses études (Bolzman et al., 2003 ; Fibbi et al., 2005) montrent qu’elle est en outre socialement sélective, puisque ce sont les jeunes les plus qualifiés sur le plan scolaire qui se naturalisent. Or, parmi les quelques 20 % des Turcs qui ont acquis la nationalité suisse, le taux de chômage est inférieur à celui observé pour l’ensemble des Turcs, puisqu’il chute à 7,9 %.

Le recensement confirme l’hypothèse de discrimination

  • 10 Il s’est avéré nécessaire d’élargir le groupe d’âge à 34 ans, pour obtenir un nombre d’observations (...)

40Parmi les nombreux facteurs explicatifs du chômage, nous avons voulu isoler l’impact de l’origine. Nous avons alors réalisé une analyse de régression logistique sur les jeunes actifs âgés de 23 à 34 ans 10 en ne retenant que les personnes nées en Suisse, de façon à rendre plausible le fait que les qualifications détenues ont été acquises dans le système suisse de formation et sont donc strictement comparables à celles de leurs contemporains autochtones. Le modèle de régression fournit une estimation de la probabilité relative d’être au chômage parmi les jeunes d’origine immigrée nés dans le pays de résidence, qu’ils soient devenus Suisses ou non. Par analogie avec l’étude expérimentale, seuls les jeunes hommes sont pris en considération.

  • 11 Le recensement demande quelle est la « langue principale », celle dans laquelle la personne interro (...)

41De nombreux facteurs sont contrôlés, ils ont sûrement une influence sur le phénomène à étudier, le taux de chômage, mais leur effet se superpose à celui de la variable que nous voulons isoler, l’origine ; ils sont dénommés « facteurs de confusion ». Certains concernent des caractéristiques individuelles : âge, niveau de formation obtenu, langue principale 11. D’autres facteurs sont plutôt contextuels, tels que le taux de chômage cantonal propre au groupe d’âge considéré ou encore les caractéristiques du système scolaire cantonal. Comme attendu, tous ces facteurs ont un impact sur les risques de chômage, et ce dans la direction escomptée. C’est en particulier le cas pour le niveau de formation atteint et la préférence pour la langue locale. Les différences entre groupes d’origine qui persistent une fois les facteurs de confusion contrôlés sont donc à considérer comme inexpliqués par le modèle : ces différentiels inexpliqués peuvent être l’effet de caractéristiques négligées dans le modèle (par exemple maniement de la langue) et/ou être considérés comme un indice de discrimination.

42Analysons donc les groupes d’origine (tableau 3), à commencer par les jeunes d’origine immigrée nés dans le pays et naturalisés, qui constituent le groupe le plus « assimilé » parmi les populations migrantes. Les taux de chômage par catégorie (tableau 2) signalaient déjà que ces jeunes sont plus exposés au risque de chômage que les Suisses de naissance. Or, le tableau 3 montre que, même lorsque l’acquis scolaire est contrôlé, les jeunes naturalisés sont toujours confrontés à des risques de chômage systématiquement plus élevés que les Suisses de naissance. Les odds ratios (OR) mesurent les risques de présenter un état pour un groupe par rapport à la modalité de référence, dans notre cas une estimation du risque relatif d’être au chômage selon l’origine, le lieu de naissance et le statut de naturalisation, comparé au groupe de référence, les Suisses. Un OR supérieur à l’unité signifie un risque augmenté de chômage par rapport à la catégorie de référence ; un OR inférieur traduit en revanche un risque réduit de chômage.

43Avec des odds ratios supérieurs à la valeur unitaire de référence attribuée aux Suisses, les hommes naturalisés de Macédoine, Yougoslavie (parlant, comme langue principale, le serbo-croate et une langue régionale suisse), de Turquie et de Croatie sont exposés à des risques de chômage significativement plus élevés que leurs contemporains Suisses, bien qu’ils disposent du même bagage scolaire. Les Allemands aussi courent des risques statistiquement significatifs plus élevés de se trouver sans emploi que les Suisses. Toutefois, le nombre restreint de personnes naturalisées incite à la prudence dans l’interprétation des différences entre groupes nationaux.

  • 12 Il convient de souligner les odds ratios particulièrement élevés pour les Français, un résultat dem (...)

44En revanche, les non-naturalisés sont bien plus nombreux. Parmi eux, on observe un clivage entre flux migratoires anciens et récents 12. Comme nous l’avions observé dans l’étude expérimentale, les hommes de Turquie et d’ancienne Yougoslavie sont exposés à des risques de chômage plus élevés qui ne peuvent être « justifiés » par l’un ou l’autre des facteurs de confusion pris en considération. Dès lors, leurs odds ratios bien supérieurs à l’unité ne prouvent pas mais, tout au moins, rendent plausible l’hypothèse d’un traitement inégal de ces groupes dans l’accès à l’emploi, dans la mesure où à formation et maîtrise de la langue locale égales, les risques relatifs de chômage demeurent élevés.

Tableau 3 : Facteurs qui influencent la probabilité de chômage parmi les hommes nés en Suisse, économiquement actifs, de 23 à 34 ans, selon leur statut de naturalisation et l’origine

Hommes

 

Odds ratio

Signification statistique

Suisses de naissance

1.00

Naturalisés

Allemands

1.68

**

Français

~

Italiens

~

Espagnols

~

Portugais

~

Turcs

1.77

***

Yougoslaves de langue albanaise

~

Yougoslaves de langue serbo-croate

1.78

*

Yougoslaves de langue régionale suisse

1.97

**

Bosniaques

~

Macédoniens

3.90

**

Croates

1.76

**

Non-naturalisés

Allemands

1.33

*

Français

2.91

***

Italiens

1.23

***

Espagnols

1.14

*

Portugais

~

Turcs

2.16

***

Yougoslaves de langue albanaise

1.63

*

Yougoslaves de langue serbo-croate

2.46

***

Yougoslaves de langue régionale suisse

2.48

***

Bosniaques

2.52

***

Macédoniens

1.58

*

Croates

1.72

**

Niveau de formation

Aucun

5.85

***

Ecole obligatoire

1.70

***

Formation professionnelle

1.00

Autre école de niveau secondaire II

1.42

***

Formation tertiaire

0.74

***

Langue principale

nationale

1.00

non nationale

1.39

***

Habitat

Centre d’agglomération, ville isolées

1.44

***

Autre commune d’agglomération

1.00

Milieu rural

0.71

***

Age

23-24 ans

1.10

**

25-29 ans

1.00

30-34 ans

0.72

***

Canton

% de jeunes avec formation professionnelle

8.89

***

% de jeunes au chômage dans le canton

>999.999

***

* p < 0.05; ** p < 0.001; *** p < 0.0001

Source : Calculs SFM sur les données du recensement 2000 OFS ; Fibbi, Lerch & Wanner (2005).

  • 13 Ont été retenus les groupes présentant une plus grande variété de situation, selon les diverses com (...)

45Dans l’ensemble il est possible d’identifier trois modèles de risque de chômage chez les jeunes d’origine immigrée. Ils seront décrits sur la base des données relatives à des jeunes gens de trois groupes d’origine différents, qui sont emblématiques de la scène migratoire suisse : les Italiens, les Turcs et les Portugais 13 qui diffèrent quant à leur lieu de naissance et à leur statut de naturalisation.

46Les hommes italiens naturalisés et nés en Suisse sont confrontés à des risques de chômages semblables à ceux des Suisses de naissance ; toutes les autres catégories, les jeunes nés à l’étranger et naturalisés, les non-naturalisés en revanche sont exposés à des risques accrus de chômage.

47La situation des hommes turcs est totalement différente : dans tous les cas de figure, ils sont exposés à des risques élevés de chômage en comparaison avec la population de référence, bien que les naturalisés réussissent mieux que les non-naturalisés. Il est piquant de constater toutefois que les jeunes nés à l’étranger tendent à moins connaître le chômage que les jeunes nés en Suisse, qu’ils soient naturalisés ou non. Tous les groupes originaires de la péninsule balkanique présentent un tableau de risque de chômage similaire à celle des Turcs.

48Pour les hommes portugais, enfin, la situation est l’inverse de celle observée à propos des Italiens. Les non-naturalisés connaissent un taux de chômage plus bas que celui de la population suisse de référence, notamment les jeunes nés à l’étranger, alors que les naturalisés connaissent des risques de chômage et que les jeunes nés en Suisse sont dans la situation la plus difficile.

49En conclusion, la réponse à la question de savoir si la naturalisation – pourtant sélective en termes de scolarisation et d’acculturation – était une condition favorable à l’accès à l’emploi trouve ici une réponse négative. Les différences mises en avant ici entre les Turcs et les Yougoslaves d’un côté et les Portugais de l’autre, confirment les résultats de l’étude expérimentale (Fibbi et al., 2003), qui faisait état d’un taux de discrimination trois fois plus élevé des Turcs par rapport aux Portugais.

Discussion

50Les constats empiriques dressés convergent sur le diagnostic d’un phénomène non négligeable de discrimination en Suisse à l’égard de jeunes issus de la migration ; il convient maintenant de le mettre en perspective. Cela sera fait en montrant que des analyses mobilisant la notion de discrimination, bien que récentes, se sont multipliées en Suisse dans les dernières années ; l’on s’interrogera ensuite les conditions à l’origine de cette tendance dans les études sur les processus d’intégration. En deuxième lieu l’on cherchera à situer la condition particulière des groupes qui sont aujourd’hui le plus exposés aux risques de discrimination à la lumière des changements qui caractérisent la politique migratoire et les processus d’intégration.

Discrimination et intégration

51Nous avons qualifié de discrimination un ensemble de phénomènes dans l’accès au monde du travail qui relèvent d’un traitement inégal fondé sur un critère illégitime, non pertinents dans la poursuite de l’objectif sous-jacent à l’interaction. Ce traitement se réfère à l’appartenance à une catégorie sans qu’il soit tenu compte des caractéristiques individuelles.

52Mais les phénomènes de discrimination que nous avons découverts dans l’accès au marché du travail ont été identifiés également dans des proportions imprévues dans le système scolaire et dans le monde professionnel. Andrea Lanfranchi, reprenant un design de recherche expérimental, démontre que l’affectation des enfants d’immigrés aux classes spéciales effectuée par les enseignants est empreinte d’arbitraire (Lanfranchi & Jenny, 2005). Urs Haeberlin, Christian Imdorf et Winfried Kronig révèlent que, dans l’accès aux filières à exigences étendues du secondaire obligatoire, l'application du principe méritocratique est aléatoire dans les deux tiers des cas, lorsque les enfants ont des résultats moyens ; les jeunes avec un background migratoire sont les premiers à faire les frais de cette situation (Haeberlin et al., 2004).

53Thomas Meyer s’appuie sur les données de l’étude PISA (Programme for International Student Assessment de l’OCDE), pour montrer que l’accès aux formations post-obligatoires et notamment à l’apprentissage des jeunes d’origine immigrée s’écarte de manière flagrante de la norme méritocratique (Meyer et al. 2003). Christian Imdorf montre finalement l’importance du traitement inégalitaire en termes de sexe et de nationalité, qui touche particulièrement les jeunes étrangers dans l’attribution des places d’apprentissage par les employeurs des PME qui fournissent près de 90% des places d’apprentissage en Suisse (Imdorf 2007). Les résultats des recherches menées jusqu’ici ne permettent pratiquement pas de faire le lien entre les compétences scolaires des jeunes et leur sélection par les petites entreprises.

54Toutes ces études viennent corroborer et s’ajouter aux résultats relatifs au marché de l’emploi que nous avons décrits, en montrant les multiples facettes autour desquelles se décline le traitement inégal en général et celui des jeunes d’origine immigrée en particulier. Elles mettent fin à ce qui se révèle une illusion, à savoir que certains traitements défavorables étaient le lot essentiellement des primo-migrants, car incompétents sur le plan linguistique ou inadéquats sur le plan des compétences professionnelles. Elles nous obligent à prendre acte qu’ils concernent des jeunes nés et scolarisés dans le pays et que le principe méritocratique qui est la pierre angulaire de nos sociétés souffre bien trop d’exceptions.

55La convergence des résultats de ces recherches est le résultat du changement radical de paradigme dans la manière de concevoir la question de l’intégration des migrants : l’attention traditionnellement portée sur les immigrés et leurs efforts d'adaptation fait place à une focalisation sur l'interaction entre immigrés et structure de la société d'immigration (Schmitter-Heisler, 2000). La nouvelle approche marque le déclin de l’objectif de l’assimilation, dominant dans la société industrielle fordiste. Les migrants et leurs descendants étaient alors vus principalement comme des personnes caractérisées par des insuffisances linguistiques, formatives et professionnelles. Dans cette approche du déficit, l’assimilation visait à combler le retard des migrants pour rejoindre le niveau de la société d’accueil.

56Le nouvel objectif de l’intégration au contraire, renvoie à une approche de la régulation (Wicker, 2003) : ici, la dynamique d’intégration réciproque se nourrit d’une égalité de traitement des migrants et de leurs descendants fondée sur les standards légaux du pays d’immigration, impliquant que la mise à niveau des migrants sur le plan des compétences va de pair avec la mise à niveau de leurs droits.

  • 14 Aujourd’hui Commission fédéral des migrations.

57En conséquence, le concept d’intégration est reformulé comme « un processus continu qui concerne toutes les personnes de notre société civile et qui exige de tous une volonté de s'y engager. L'intégration présuppose l'égalité des droits de même que l'égalité des chances ». Ces mots sont non pas ceux d’un chercheur mais de la Commission fédérale des étrangers (CFE 2006) 14 ; l’égalité des chances figure également dans les objectifs de l’ordonnance fédérale d’intégration (art. 2, al. 1).

58Dans cette optique, la politique d’intégration concerne les immigrants, en prenant en compte leurs caractéristiques, leurs efforts, leur adaptation mais trouve son complément indispensable dans l’attention portée à la société d’immigration et à ses réactions face aux nouveaux venus et à leurs enfants, car c’est de l’interaction entre migrants et société d’accueil que dépend l’issue du processus d’intégration des migrants.

L’intégration comme dépassement des frontières

59L’établissement de la norme d’égalité consacre la reconnaissance du groupe immigré comme partie intégrante de la société. Ce principe d’égalité est en effet la clef de voute de l’intégration en tant que processus amenant un groupe à occuper une place reconnue de la société (Penninx, 2006). Il comporte donc un processus dialectique dont l’enjeu principal est la délimitation des frontières entre « nous » et « eux » et impliquant des négociations entre les autochtones et les immigrants sur ces frontières. À la suite de Rainer Bauböck et de Aristide R. Zolberg et Litt Woon Long, l’on peut identifier plusieurs types de négociations portant sur la définition des frontières, à savoir, le boundary crossing, le boundary blurring et le boundary shifting (Bauböck, 1994 ; Zolberg & Long, 1999). En d’autres termes, l’intégration équivaut à un passage de frontières entre « eux » et « nous » qui peut emprunter l’une ou l’autre de ces modalités. Notons en passant qu’il s’agit ici encore une fois pour le migrant de traverser des frontières : jadis, au moment de la migration, c’était une frontière physique, maintenant c’est une frontière symbolique !

60La première de ces modalités (boundary crossing) est le passage individuel de la frontière qui affecte la distinction entre insiders et outsiders. C’est le processus classique selon lequel les immigrants changent en acquérant certains attributs de l’identité de la société d’accueil.

61Le brouillage des frontières (boundary blurring) quant à lui, fait référence à une notion d’intégration impliquant des modifications de la structure de la société d’accueil (à savoir ses frontières légales, sociales et culturelles). Son trait majeur est la tolérance de plusieurs appartenances et la superposition d’identités collectives jusque-là considérées comme séparées et mutuellement exclusives.

  • 15 On peut encore distinguer entre frontières légales et frontières sociales : notamment lorsqu’on dén (...)

62Le déplacement des frontières (boundary shifting) enfin, désigne la reconstruction d’une identité de groupe, selon laquelle la ligne de démarcation entre membres et non-membres est déplacée, dans le sens d’une inclusion comme d’une exclusion. En conséquence, un groupe considéré jusque là étranger devient par effet du déplacement des frontières, un insider ; ou, au contraire, un groupe d’insiders va être repoussé vers l’exclusion, comme lorsqu’on dénie aux naturalisés la reconnaissance de leur appartenance « véritable » à la nation 15.

63L’issue du processus dépend fortement de la nature de la frontière : il y a en effet d’une part des frontières nettes, qui situent l’individu, le groupe d’un côté ou de l’autre de la démarcation (Alba, 2005). Mais il y a aussi des frontières floues, ambigües. La nature des frontières entre minorité et majorité influence la manière dont les individus et les groupes parviennent à accéder à des opportunités égales.

64Il est intéressant de se servir de cette conceptualisation des frontières et surtout de leur mutabilité, pour étudier les circonstances selon lesquelles les jeunes issus de la migration parviennent à l’égalité des chances de vie avec les jeunes autochtones ou, au contraire, se trouvent exclus, aux marges de la société. L’expérience des diverses vagues migratoires en Suisse offre des exemples de chacune des modalités identifiées par Aristide R. Zolberg : nous les esquissons ici brièvement en retraçant le parcours de la vielle immigration, que l’on pense aux Italiens et Espagnols, par exemple.

65En effet ces groupes – dont une première immigration massive remonte au début du xxème siècle – ont longtemps connu une forte hostilité qui a maintenu les frontières entre minorité et majorité très nettement distinctes : c’était l’époque des « Ritals » et des « Cincali ». Dans ce contexte la parité ne pouvait être atteinte que par quelques individus en raison d’une mobilité individuelle et elle aboutissait donc à l’assimilation. Au fil du temps, toutefois, la frontière entre les immigrés des premières vagues et les Suisses est devenue floue : à l’origine de ce brouillage des frontières il n’y a pas seulement les boundary crossing individuels de plus en plus nombreux, mais aussi la progressive acquisition de droits sociaux des travailleurs migrants (Fibbi, 1999) qui ont comblé efficacement nombre d’écarts de traitement entre immigrés et autochtones. À cela s’ajoute l’introduction de la double nationalité en 1992, qui a justement « brouillé » les frontières entre nationalités auparavant totalement incompatibles : elle a représenté non seulement un pont entre deux appartenances jusque là exclusives mais également un moyen efficace d’accéder à la parité des droits. Finalement, en vertu des accords bilatéraux, les immigrés de la première heure ont acquis en tant que citoyens UE un accès à l’emploi sur pied d’égalité avec les Suisses, même lorsqu’ils sont restés juridiquement des étrangers. Cela constitue un exemple éclatant de déplacement des frontières qui a abouti à ancrer ces groupes immigrés du bon côté de la frontière.

66Ce bref excursus a permis de montrer, sur la base de données helvétiques, comment l’intégration est largement le produit de mécanismes institutionnels qui imposent des droits égaux, comme le démontre Richard Alba dans son étude sur la manière dont les migrants aux États-Unis ont rejoint le mainstream (Alba 2005).

67Qu’en est-il pour les nouvelles migrations, qui non seulement ont moins d’ancienneté en Suisse mais proviennent des pays hors UE ? Le déplacement des frontières, par-delà l’effet inclusif que nous venons de retracer en ce qui concerne les vieilles migrations, a eu à leur égard une sorte de « dommage collatéral » avec leur exclusion : en effet, les mêmes accords bilatéraux qui attribuent des droits égaux aux Européens par rapport aux Suisses sanctionnent en même temps l’octroi de droits différents aux ressortissants des pays hors UE. Cette nouvelle frontière externe, d’abord définie dans le cadre de la politique d’admission, n’a pas tardé à avoir des répercussions aussi sur les chances de vie des jeunes issus des nouvelles vagues migratoires, le plus souvent originaires des pays hors UE déjà établies dans le pays. C’est justement la discrimination l’instrument par lequel cette retraduction s’est opérée à l’intérieur du pays. Elle agit comme un véritable frein non seulement à la mobilité sociale mais aussi à la dynamique d’intégration des nouvelles migrations.

68C’est une dynamique institutionnelle visant à garantir des droits égaux qui pourra produire l’inclusion des « nouvelles migrations » comme cela a été le cas des plus anciennes. La lutte contre les discriminations devrait figurer en bonne place parmi ces mécanismes institutionnels.

Conclusions

69Diverses études récentes ont révélé des phénomènes étendus de discrimination à l’égard notamment des jeunes d’origine immigrée en Suisse. Cet état de fait questionne l’ensemble de la conception de la politique d’intégration, qui ne peut se réduire à renforcer les compétences des immigrés. Si cette action demeure nécessaire, tant il est vrai que nombreux sont les jeunes d’origine immigrée à la scolarité défaillante, il n’en reste pas moins vrai que l’action publique ne peut se limiter à cela. Elle doit comprendre un volet visant à garantir un traitement équitable aux immigrés de la part de la population en position majoritaire.

70En effet, les pratiques discriminatoires vont à l’encontre du principe d’égalité de traitement entre les individus, principe sur lequel repose la cohésion sociale dans les sociétés démocratiques. Dès lors, la politique d’intégration actuelle doit être élargie et comporter une action déterminée de lutte contre les discriminations, si elle veut respecter le « contrat » d’intégration entre migrants et société d’accueil, devenu central dans le débat public aujourd’hui.

71Les conditions pour un infléchissement dans ce sens de la politique d’intégration doivent encore être réunies à l’heure actuelle, à en croire une étude sur les mesures de lutte contre les discriminations en Suisse (Fibbi, 2005). Divers témoins privilégiés du monde du travail en Suisse, représentants de milieux différents, interrogés à propos des instruments à mettre en œuvre contre les discriminations, ne concordent pas toujours sur la lecture des faits et divergent quant à la manière de s’y attaquer. Seules les mesures destinées à compenser les « déficits » des migrants recueillent la faveur unanime des ces informateurs représentatifs du monde du travail.

72Ces priorités reflètent l’état actuel du débat public sur la question des discriminations dans le travail et à l’embauche ; elles peuvent évoluer au gré de la sensibilisation à ce problème. Et pourtant, l’« on ne traite que ce que l’on nomme » (Belorgey 1999). Le constat statistique systématique et répété des discriminations favorise la prise de conscience collective de l’importance du phénomène sur le plan sociétal, de ses conséquences néfastes sur la cohésion sociale et donc de la nécessité d’une action politique pour le contrer. Car, nous le savons, les efforts des migrants n’aboutissent à l’intégration que dans la mesure où ils sont soutenus par l’institutionnalisation des droits égaux.

Haut de page

Bibliographie

Alba R. (2005), « Bright vs blurred boundaries: Second-generation assimilation and exclusion in France, Germany and the United States », Ethnic and Racial Studies, 28(1), pp. 20-49.

Arrijn P., Feld S. & A. Nayer (1999), Discrimination in access to employment on grounds of foreign origin: the case of Belgium, Geneva, ILO.

Bauböck R. (1994), Transnational Citizenship. Membership and Rights in International Migration, Edwar Elgar, Aldershot.

Bolzman C., Fibbi R. & M. Vial (2003), « Secondas - Secondos » : le processus d'intégration des jeunes issus de la migration espagnole et italienne en Suisse, Zurich, Seismo.

Bovenkerk F. et al. (1995), Discrimination Against Migrant Workers and Ethnic Minorities in Access to Employment in the Netherlands, Geneva, ILO.

Caplazi A. & T. Naguib (2004), « Schutz vor ethnisch-kultureller Diskriminierung in der Arbeitswelt trotz Vertragsfreiheit. Ein Diskussionsbeitrag zur Frage der Notwendigkeit, Nützlichkeit und der inhaltlichen Ausgestaltung eines verstärkten Schutzes vor und bei ethnisch-kultureller Diskriminierung in der Arbeitswelt », Jusletter.

Cattacin S. & M. Chimienti (2007), « Un concept sociologique en politique migratoire », Terra cognita, (9), pp. 34-37.

CFE (2006), La notion d’intégration dans la loi. Guide pratique pour l'application des nouvelles dispositions, Berne.

Fibbi R. (1999), « Trois dimensions de la citoyenneté : appartenance, participation, droits sociaux », dans Bolzman C. & J.-P. Tabin (dir.), Populations immigrées : quelle insertion ? Quel travail social ?, Genève, Éditions IES, pp. 15-30.

Fibbi R. (2005), Mesures de lutte contre les discriminations à l'embauche, Neuchâtel, Forum suisse pour l'étude des migrations et de la population.

Fibbi R., Kaya B. & É. Piguet (2003a), Le passeport ou le diplôme ? Étude des discriminations à l’embauche des jeunes issus de la migration, Neuchâtel: Forum suisse pour l'étude des migrations et de la population.

Fibbi R., Kaya B. & É. Piguet (2003b), Nomen est omen. Quand s'appeler Pierre, Afrim ou Mehmet fait la différence, Berne, Programme national de recherche Formation et emploi.

Fibbi R., Lerch M. & P. Wanner (2005), « Processus de naturalisation et caractéristiques socio-économiques des jeunes issus de la migration », dans Fibbi R. et al. (dir.), L'intégration des populations issues de l'immigration en Suisse : personnes naturalisés et deuxième génération, Neuchâtel, Office fédéral de statistique.

Goldberg A., Mourinho D. & U. Kulke (1996), Labour Market Discrimination Against Foreign Workers in Germany, Geneva, ILO.

Haeberlin U., Imdorf C. & W. Kronig (2004), Von der Schule in die Berufslehre: Untersuchungen zur Benachteiligung von ausländischen und von weiblichen Jugendlichen bei der Lehrstellensuche, Bern, Haupt Verlag.

Imdorf C. (2007), La sélection des apprentis dans les PME - Compte rendu mars 2007, Fribourg, Institut de Pédagogie Curative de l’Université de Fribourg.

Lanfranchi A. & G. Jenny (2005), « Prozesse der Zuweisung von Kindern mit Problemen zu sonderpädagogischen Massnahmen », dans Häfeli K. & P. Walther-Müller (dir.), Das Wachstum des sonderpädagogischen Angebots im interkantonalen Vergleich, Luzern, Schweizerische Zentralstelle für Heilpädagogik.

Mahnig H. & A. Wimmer (2003), « Integration without Immigrant Policy: The Case of Switzerland », dans Heckmann F. & D. Schnapper (dir.), The Integration of Immigrants in Europe Societies, Lucius, pp. 135-165.

Meyer T. (2003), « Ungebildet in die Wissensgesellschaft? Risiken junger Migrantinnen und Migranten auf dem Weg zu einer Berufsqualifikation », Terra cognita, 3 « Integration und Arbeit », pp. 24-29.

Meyer T., Stalder B. E. & M. Matter (2003), Bildungswunsch und Wirklichkeit. Thematischer Bericht der Erhebung PISA 2000, Neuchâtel, BFS/EDK.

Niederberger J. M. (2005), « Le développement d'une politique d'intégration suisse », dans Mahnig H. (dir.), Histoire de la politique de migration, d'asile et d'intégration en Suisse depuis 1948, Zurich, Éditions Seismo, pp. 255-287.

OFS (2001), La population étrangère en Suisse. Édition 2001, Neuchâtel, Office fédéral de la statistique.

Penninx R., Berger M. & K. Kraal (dir.) (2006), The Dynamics of International Migration and Settlement in Europe, Amsterdam, Amsterdam University Press.

Prada A. M. et al. (1996), Labour Market Discrimination Against Migrant Workers in Spain, Geneva, ILO.

Raymann U. (2003), Meinungen und Einstellungen gegenüber Ausländerinnen and Ausländern in der Schweiz, Zürich.

Schmitter-Heisler B. (2000), « The Sociology of Immigration », dans Brettel C. B. & J. F. Hollifield (dir.), Migration Theory, New York-London , Routledge.

Wanner P., Neubauer A. & J. Moret (2002), Caractéristiques de vie et d'intégration des populations issues de l'immigration, Neuchâtel, Forum suisse pour l'étude des migrations et de la population.

Wicker H. R. (2003), « Introduction », dans Wicker H. R., Fibbi R. & W. Haug (dir.), Les migrations et la Suisse. Résultats du PNR « Migrations et relations interculturelles », Zürich, Éditions Seismo.

Wimmer A. & É. Piguet (1997), Die neuen Gastarbeiter? Kurzfassung einer Studie zur Arbeitsintegration von Flüchtlingen in der Schweiz, Neuchâtel, Forum suisse pour l'étude des migrations.

Zegers de Beijl R. (2000), Documenting discrimination against migrants workers in the labour market. A comparative study of four European countries, Geneva, ILO.

Zolberg A.R. & L.W. Long (1999), « Why Islan is like Spanish : cultural incorporation in Europe and the United States », Politics and Society, vol. 27, n° 1, mars.

Haut de page

Notes

1 Pour une discussion des raisons rendant compte de l’introduction tardive d’une politique d’intégration, nous renvoyons à Mahnig & Wimmer (2003) et Niederberger (2005).

2 La Suisse a choisi la voie d’accords bilatéraux pour régler ses rapports avec l’Union européenne, suite au refus par vote populaire de l’adhésion à l’Espace économique e Pour une discussion des raisons rendant compte de l’introduction tardive d’une politique d’intégration, nous renvoyons à Mahnig & Wimmer (2003) et Niederberger (2005).

La Suisse a choisi la voie d’accords bilatéraux pour régler ses rapports avec l’Union européenne, suite au refus par vote populaire de l’adhésion à l’Espace économique européen (EEE) en 1992.

3 Pour une discussion des conditions d’insertion des personnes entrées en Suisse dans le cadre de l’asile, voir Wimmer & Piguet (1997).

4 L’accès à l’emploi dans le secteur public, notamment, n’est pas égal pour tous : 41 % des jeunes Suisses exercent un emploi dans le secteur public contre seulement 29 % des jeunes naturalisés et 23 % des jeunes non naturalisés.

5 La recherche a été financée par le Fonds national suisse de la recherche dans le cadre du Programme national de recherche 43 « Formation et emploi » (Fibbi, Kaya & Piguet, 2003).

6 Le recensement 2000 distingue pour la première fois dans ce groupe les personnes originaires de la République fédérale de Yougoslavie (211 000), de Macédoine (56 000), de Bosnie-Herzégovine (51 000), de Croatie (44 000) et de Slovénie (3 000). Pour identifier, parmi les ressortissants de la République fédérale de Yougoslavie (RFY), les Kosovars qui constituent la minorité albanophone, on a pris en considération les langues parlées : dès lors, on estime à 45 % la part des albanophones sur l’ensemble des personnes originaires de la RFY (Wanner et al. 2002).

7 Cette observation est possible parce que nous avons rigoureusement noté la date et l’heure à laquelle l’employeur / le recruteur prenait contact avec le candidat que ce soit par lettre, par courrier électronique ou encore par téléphone cellulaire. Les échanges relatifs à chaque annonce se déroulaient normalement dans les dix jours suivant la publication de l’annonce. La comparaison des heures et des contenus des divers messages adressés aux candidats par le recruteur permet de savoir par exemple si le candidat étranger est contacté seulement lorsque le candidat suisse a décliné l’invitation au colloque en prétextant avoir déjà obtenu un emploi.

8 On parle de discrimination uniquement lorsque ce taux minimal excède un seuil critique, celui à partir duquel on peut exclure que l’ampleur de la discrimination observée soit due au hasard. Dans notre étude semi-expérimentale qui, pour des raisons pratiques, ne peut pas comporter un nombre très important d’observations, on suppose qu’il y a discrimination si la différence entre les candidats nationaux et d’origine immigrée est de 15 %. Le seuil critique, i.e. le taux minimal de discrimination qui permet d’exclure le hasard, est SC =1,96 / Ö N = 15 %.

9 En somme, nous incluons les naturalisés dans leur groupe d’origine respectif. Pour de plus amples informations sur la construction des groupes d’origine, cf. Fibbi, Lerch & Wanner (2005).

10 Il s’est avéré nécessaire d’élargir le groupe d’âge à 34 ans, pour obtenir un nombre d’observations suffisant, parmi les jeunes nés en Suisse.

11 Le recensement demande quelle est la « langue principale », celle dans laquelle la personne interrogée pense et s’exprime le mieux.

12 Il convient de souligner les odds ratios particulièrement élevés pour les Français, un résultat demeuré sans explication.

13 Ont été retenus les groupes présentant une plus grande variété de situation, selon les diverses combinaisons de lieu de naissance et de naturalisation. Seule la situation des hommes est ici présentée en analogie à l’étude précédente de practice testing (Fibbi et al., 2003). La situation des femmes – décrite dans Fibbi, Lerch & Wanner, 2005 – est semblable à celle des hommes dans la plupart des cas.

14 Aujourd’hui Commission fédéral des migrations.

15 On peut encore distinguer entre frontières légales et frontières sociales : notamment lorsqu’on dénie aux naturalisés la reconnaissance de leur appartenance « véritable » à la nation, ou aux Noirs, leur nationalité helvétique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Comparaison des taux de discrimination observés dans les pays européens ayant mené une étude OIT de « practice testing »
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/3320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rosita Fibbi, « La discrimination : une frontière par rapport à l’intégration », SociologieS [En ligne], Dossiers, Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques, mis en ligne le 27 décembre 2010, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3320

Haut de page

Auteur

Rosita Fibbi

Université de Lausanne, Suisse - Rosita.Fibbi@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page