Navigation – Plan du site
Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques

Relégation au village

Sur la crise de reproduction du groupe ouvrier en milieu rural
Relegation to the village
Nicolas Renahy

Résumés

Les thèses de l’individualisation des sociétés occidentales, ou de l’exclusion de ceux qui resteraient en marge d’une vaste classe moyenne aux modes de vie homogénéisés, ont sans doute permis de sortir d’une grille de lecture rigide héritée du marxisme. Mais elles résistent aujourd’hui mal aux faits et sont vivement contredites par le renouvellement des études sur les inégalités sociales pensées en termes de stratification. Enquêtant la population ouvrière d’un village industriel de Bourgogne au cours des années 1990, l’auteur a pu mesurer tout autant la force socialisatrice continue du groupe ouvrier sur sa jeunesse que le lent processus de délitement de ses cadres de références, longtemps stabilisés autour d’une mono-industrie métallurgique, provoquant une crise dans la reproduction de ce monde ouvrier. C’est cette crise de reproduction qui est évoquée ici. Dans un premier temps sont explicitées les formes passées de la présence industrielle au village, qui n’a jamais été celle d’un bastion de la grande industrie – la population locale n’est pas structurellement différenciée de celle de son environnement rural immédiat. L’exemple d’une lignée familiale d’artisans montre pour finir l’étroit maillage entre usine et structures sociales plus classiquement rurales, favorisant la constitution d’un capital d’autochtonie, déclinaison populaire du capital social.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il n’est pas anodin que la sociologie repose aujourd’hui la question des frontières sociales, après avoir, au moins dans le champ académique français des années 1980 et 1990, été dominée par l’idée d’une « moyennisation » de la société. Les thèses de l’individualisation des sociétés occidentales, ou de l’exclusion de ceux qui resteraient en marge d’une vaste classe moyenne aux modes de vie homogénéisés, ont sans doute permis de sortir d’une grille de lecture rigide héritée du marxisme. Mais elles résistent aujourd’hui mal aux faits et sont vivement contredites par le renouvellement des études sur les inégalités sociales pensées en terme de stratification (cf. par exemple Chauvel, 2001 ; Bouffartigue, 2004). De nombreuses recherches indiquent au contraire la recomposition de groupes sociaux relativement homogènes et donc la persistance de frontières entre groupes, frontières sociales mais aussi spatiales (Beaud & Pialoux, 1999 ; Oberti & Préteceille, 2004 ; Pinçon & Pinçon-Charlot, 2007).

  • 1 Les noms de lieux et de personnes ont été modifiés.

2Enquêtant la population ouvrière d’un village industriel de Bourgogne au cours des années 1990, nous avons pu mesurer tout autant la force socialisatrice continue du groupe ouvrier (qui est aussi en l’espèce groupe résidentiel) sur sa jeunesse que le lent processus de délitement de ses cadres de références, longtemps stabilisés autour d’une mono-industrie métallurgique (Renahy, 2005). Depuis la fin des années 1970, avec la « restructuration » de l’industrie, le village de Foulange 1 a non seulement perdu plus d’un tiers de ses habitants (de près de 1000 à un peu plus de 600), mais également sa singularité. Dans l’espace rural avoisinant, les Foulangeois se distinguaient en effet fortement de par « leur » usine de cuisinières, leur club de football prestigieux, leurs ouvriers politisés autour du Parti Communiste Français (PCF) et du syndicat CGT, mais aussi réunis par le paternalisme de « leur » famille patronale, dirigeant depuis sa maison bourgeoise entreprise et municipalité pendant plus d’un siècle (Renahy, 2008). Jusque dans l’habitat, avec trois cités ouvrières côtoyant les fermes (mais relativement distantes du « château » patronal…) et ces étonnants baraquements construits rapidement pour loger la dernière vague de travailleurs immigrés célibataires à la fin des années 1960. La fermeture de l’usine en 1981 a bien ensuite été compensée par l’arrivée de petites entreprises, dont l’une reprenant la production de cuisinières. Mais le faible volume de personnel réembauché et l’évolution du mode de gestion de la main d’œuvre (disqualification de la « formation maison », élargissement du bassin de recrutement, besoin de nouvelles compétences) ont provoqué une crise dans la reproduction de ce monde ouvrier.

  • 2 Des premières enquêtes de sociologie industrielle dirigées par Alain Touraine après-guerre aux plus (...)
  • 3 Dans la commune, le vote à destination du PCF atteint 19 % des voix au premier tour des présidentie (...)

3C’est cette crise de reproduction que nous voudrions évoquer ici, ce qui nécessite dans un premier temps d’expliciter les formes passées de la présence industrielle au village. En regard de la majorité des enquêtes réalisées sur le monde ouvrier, celle que nous avons menée pendant une dizaine d’années n’a pas rencontré la population d’un grand « bastion » ou d’un « fief » de la grande industrie 2. L’usine de Foulange n’a jamais embauché plus de 400 salariés. Ce maximum, atteint entre la fin des années 1960 et le début des années 1970, a aussi correspondu au moment durant lequel les ouvriers ont sans doute été les plus politisés (sans que la commune n’apparaisse cependant comme un « bastion rouge » 3). Mais la population locale n’est pour autant pas structurellement si différenciée de celle de son environnement rural immédiat. Certes les ouvriers constituent longtemps la majorité de la population, mais ils se trouvent mêlés aux agriculteurs et artisans. L’exemple d’une lignée familiale d’artisans nous montrera cet étroit maillage entre usine et structures sociales plus classiquement rurales, maillage donnant d’autant plus de poids à l’entreprise de cuisinières que celle-ci permettait l’intégration professionnelle de la plupart des enfants du village. Cette caractéristique d’une population à la fois ouvrière et rurale favorisa la constitution d’un capital d’autochtonie, déclinaison populaire du capital social (Retière, 2003) où l’appartenance locale devient une ressource, tant symbolique (le poids du patronyme qui, comme dans la paysannerie, donne une réputation) que pratique (notamment quand il s’agit de « trouver une place » honorable sur le marché du travail à un jeune de la famille).

4Avec la crise industrielle qui débute à la fin des années 1970, ce capital d’autochtonie se trouve brutalement démonétisé. Et ce, de manière pérenne. Car malgré la relative reprise du marché de l’emploi industriel à Foulange au cours de la décennie 1990, la métallurgie ne permet plus l’intégration professionnelle que d’une minorité, qui a par ailleurs de plus en plus tendance à être recrutée à l’extérieur du village. Entre l’espace professionnel et l’espace résidentiel s’est opérée une disjonction, et la plupart des jeunes garçons du village – qui auparavant constituaient la force vive de l’usine – se sont détournés d’une industrie qui ne garantissait plus l’avenir. Tel Didier, dont nous étudierons le parcours professionnel haché, et pour qui le capital d’autochtonie constitue aujourd’hui plus un dernier recours d’accès à une honorabilité minimale qu’une réelle ressource.

Usine et village : un long maillage social

5Les jeunes enquêtés de Foulange, qui sont nés dans les années 1970 (l’enquête se déroule principalement pendant la décennie 1990), sont issus d’une stabilisation relative des itinéraires des membres de la génération précédente. Leurs parents, peu qualifiés, sont entrés tôt dans la vie active du fait de la présence d’une usine paternaliste susceptible de les embaucher dès leur sortie de l’école au niveau du certificat d’études primaires, ils se sont mariés et ont eu leurs premiers enfants jeunes, souvent autour de 18-22 ans. Dans le même ordre d’idées, on remarque que c’est dans les années 1960 et 1970 qu’existent des fratries nombreuses, les familles de cinq ou six enfants ou plus étant courantes. Ainsi, en période de stabilité économique, se projeter dans l’avenir, s’installer et procréer se fait plus aisément. Il se trouve par ailleurs que les années 1970 correspondent à une forme d’apogée de l’État social bâti dans l’après-guerre. Les familles ouvrières de Foulange sont par exemple assistées par la création d’un centre social dans le chef-lieu de canton en 1971. Le patronat local, qui avait précédé l’État dans ces pratiques d’assistance aux classes populaires, les prolongeait encore à cette période (l’usine installa par exemple un médecin de village à la fin des années 1960). La municipalité n’était pas en reste, puisque des années 1950 aux années 1970, elle fit venir l’Office Public départemental HLM dans la commune et lui fournit des terrains pour construire des pavillons locatifs, ou bien viabilisa des zones d’accession à la propriété individuelle. Bref, à tous points de vue (y compris en termes de politisation et d’accès à une conscience de classe), les années 1970 marquent une apogée pour ce « petit » monde ouvrier. Apogée qu’il faut situer de manière générationnelle : « toutes choses égales par ailleurs » et comme l’ensemble des Français membres de leurs cohortes de naissance, les Foulangeois qui entrent sur le marché du travail dans les années 1960 et au début des années 1970 ont rencontré « un destin social inespéré » (Chauvel, 1998). À Foulange, ces destinées ont été régulées par la présence de l’usine Ribot, dans un contexte rural qui ne fut pas anodin.

  • 4 Sources des données généalogiques : État civil et listes nominatives des recensements de la commune (...)

6L’analyse de la lignée familiale Doret permet d’illustrer de manière exemplaire cette singularité : le patronyme est présent et transmis au village depuis la fin du xviiie siècle. Au début des années 1820, le fils d’un charpentier devient bourrelier 4. Les forges de Foulange n’embauchent alors que quelques dizaines d’ouvriers et sont mêlées aux autres activités industrielles, artisanales ou commerciales. Au recensement de 1851, c’est ainsi toujours l’agriculture qui fait vivre la moitié des individus de la commune déclarant une profession, quand l’industrie et le commerce en concernent 35 %. Le bourrelier Doret forme son fils et lui transmet l’affaire en 1860, comme le fait celui-ci à destination de ses deux fils en 1890. L’aîné étant resté célibataire, c’est par le second que la transmission familiale s’effectue à sa mort en 1929, à destination de Pierre, l’aîné de ses deux fils. Au cours de l’entre-deux-guerres, les anciennes forges – elles aussi léguées de pères en fils au sein de la grande bourgeoisie Ribot (Renahy, 2008) – sont devenues une entreprise de cuisinières et de fourneaux relativement prospère, constituée en société anonyme en 1923, et qui centralise autour d’elle l’essentiel des activités de la commune. Pour la parentèle Doret, « faire ses partages » (Gollac, 2005) en famille ne semble dès lors pas poser de problèmes de transmission, puisque l’usine Ribot constitue une alternative professionnelle intéressante pour les enfants de la famille. Ainsi, Maurice Doret, le frère cadet de Pierre, est formé par l’usine Ribot. Il devient ajusteur et intègre la prestigieuse équipe d’entretien (qui s’occupe des machines de tous les ateliers, mais qui entretient également l’ensemble du parc de logements ouvriers que construit l’entreprise à cette période). De même, alors que jusqu’à présent l’ensemble des alliances matrimoniales contractées par la lignée Doret se faisait en direction de l’artisanat, l’usine apparaît à présent comme porteuse d’un marché matrimonial suffisamment honorable pour une parentèle d’artisans installée de longue date au village, et dont les chefs de famille se succèdent au conseil municipal depuis près d’un siècle. Ainsi, parmi les quatre sœurs de Pierre et Maurice, toutes mariées à Foulange entre 1919 et 1937, seule l’aînée épouse un artisan, l’un des maréchaux-ferrants du village. Les trois autres gendres sont tous salariés de l’industrie Ribot, mouleur, tôlier et ajusteur qui connaîtront par la suite une promotion professionnelle interne (l’un d’eux devenant contremaître). À la génération suivante, cette emprise de l’usine se prolonge, plutôt en direction de l’insertion professionnelle des jeunes cousins (majoritairement natifs des années 1930-40) : si seuls deux hommes feront toute leur carrière dans l’industrie locale, dix des quinze cousins commencent leur carrière en travaillant quelques temps à l’usine à la sortie de l’école, et quatre des onze cousines y sont sténodactylographes en début de vie active. Ensuite, les itinéraires se diversifient, mais nombre d’apparentés Doret migrent vers les villes de la région et leurs emplois dans le commerce, les services, et surtout la fonction publique (aide-soignante, gendarme, enseignants, employés de la sécurité sociale ou de mairie, etc.). Alors que la transmission de l’activité de bourrelier s’arrête avec Pierre – qui, à plus de 70 ans, confectionne toujours quelques matelas jusqu’à sa mort en 1977 –, on perçoit que dans les années 1960, pour ses enfants comme pour toute une frange de la jeunesse villageoise, l’usine met le « pied à l’étrier » (Chauvel, 1998) et prépare une mobilité sociale bien souvent ascendante.

Paternalisme industriel et condition ouvrière

7Du point de vue du système d’emploi local, ce phénomène correspond à une sortie intergénérationnelle progressive du paternalisme industriel. Si l’on décentre le regard des héritiers d’un petit artisanat pour observer les nombreux travailleurs arrivés comme manœuvres à l’usine dans l’entre-deux-guerres (de Pologne ou d’Italie, mais aussi du monde rural environnant), on s’aperçoit que pour ceux qui sont restés au village et s’y sont mariés, l’entrée au bas de l’échelle professionnelle de l’usine Ribot (au moulage ou en fonderie) a pu signifier une accession des enfants aux emplois qualifiés de l’entreprise, puis une sortie du système usinier pour les petits-enfants. Ce processus inhérent à la manière dont les salariés d’une industrie paternaliste investissent les opportunités d’ascension sociale que celle-ci offre est aujourd’hui bien connu, il a été résumé par Jean-Pierre Terrail dans la formule « le paternalisme : le servir, s’en servir, s’en sortir », qui synthétise le rapport de trois générations successives (Terrail, 1990).

8Mais ce processus n’est pas atemporel. Ce que montre le cas de Foulange est qu’il correspond bien à des contextes historiques précis : l’entre-deux-guerres, les années d’après-guerre, puis les années 1960-1975 de pleine croissance et de finalisation de l’État social. Il est donc porté par des contextes nationaux successifs qui le favorisent, comme il sera clôt par la crise économique prolongée. Il n’est par ailleurs pas généralisé, mais massif. S’il concerne une frange non négligeable de la population locale, des déclassements sociaux ont bien sûr pu être observés dans ces périodes. Son importance indique cependant une voie d’ascension sociale possible, que beaucoup vont emprunter quand d’autres s’éteignent, comme le vieil artisanat (tel qu’illustré par la lignée Doret), mais aussi bien sûr l’agriculture.

9Au final, l’avènement de la « société salariale », que Robert Castel situe au milieu des années 1970 (Castel, 1995), constitue également pour la population du village une forme d’apogée d’une condition ouvrière intégrée : un milieu social que l’on peut aisément intégrer mais dont on peut aussi sortir « par le haut », au sein duquel il est possible d’accéder à une forme d’indépendance à travers le logement individuel en pavillon (locatif ou en accession à la propriété), mais dont les schèmes de socialisation restent puissants, et s’expriment à travers de nombreux échanges (matrimoniaux bien sûr, mais aussi autour des sociabilités festives, d’un club de football, du « coup de main » donné lors de l’auto-construction, ou des cycles de dons et contre-dons que permettent la tenue de jardins potagers) (Weber, 1989). En regard de cette réalité passée qui constitue le modèle dans lequel les vingtenaires des années 1990 ont été socialisés, ce qui frappe est l’immense difficulté, voire l’impossibilité d’en reproduire les caractéristiques relevant d’un accès précoce à une situation honorable (salarié, parent, accédant à la propriété). Ce n’est qu’aujourd’hui, à l’âge de 30, 35 ans, que beaucoup finissent par stabiliser leur vie matrimoniale, par s’installer de manière réellement indépendante, et par procréer. Quand ils avaient entre 18 et 25 ans, ils étaient bien en situation de crise de reproduction sociale, incapables, parce que trop fragiles, de se projeter dans l’avenir sereinement, et ne pouvant que différer leur accès à l’indépendance face à un espace des possibles très restreint.

Didier Doret, l’instabilité malgré l’acquisition de « capacités »

10Cette évolution ne rend pas seulement compte d’une simple diffusion de l’extension de l’âge de la jeunesse aux membres des classes populaires. Si l’on porte attention aux origines sociales, aux schèmes de socialisation et aux formes d’intégrations sociale et professionnelle de ces jeunes, on se rend compte qu’il s’agit plus profondément de bouleversements des modalités d’appartenance au groupe ouvrier, à la manière dont chacun s’y rattache et le reproduit.

  • 5 Ce point est important : une des limites (ou des caractéristiques) de l’enquête à base monographiqu (...)

11Ainsi, l’un des points communs de ces enfants d’ouvriers qui restent au village 5 après la sortie du système scolaire (ou revenus chez leurs parents après une première expérience professionnelle) est que leurs parents ont presque tous rencontré une situation de chômage prolongé lorsque la vieille industrie a fermé ses portes en 1981. Cette perte d’emploi, si elle fut une « perte de soi » (Linhart et al, 2002) pour les licenciés, marqua aussi durablement leurs enfants. Dans un univers social ou la légitimité et l’honneur découlent du « coup de main », de la manière avec laquelle on sait modifier une matière (à la fois savoir-faire acquis en apprentissage, peaufiné à l’usine, et don potentiel dans les interactions familiales et de voisinage), un licenciement signifie concrètement l’inaction. Pour les enfants qui ont connu leur père chômeur, c’est sans doute dans cette perte de sens initiale qu’il faut rechercher à la fois une profonde distanciation avec le monde de l’usine lorsqu’ils sont en âge d’y entrer, et en même temps une forme de nostalgie, rencontrée chez beaucoup de jeunes hommes, à l’égard de ces savoir-faire perdus.

12L’expérience scolaire et professionnelle de Didier Doret illustre bien cette nostalgie, qui s’est exprimée pour lui par une volonté d’accumuler différentes expériences, de réaliser différents apprentissages (scolaires et « sur le tas ») et aussi de se raccrocher à une histoire familiale honorable, qui lui permette de donner du sens à son parcours. Didier est né en 1970, il est le premier des petits-enfants de Pierre Doret. Quand je réalise un entretien avec lui en novembre 2003, il habite seul dans la maison de son grand-père. Celle-ci appartient à l’une de ses tantes, une informaticienne urbaine qui le laisse y habiter car elle revient aujourd’hui rarement dans son village natal. Rencontré chez l’un des informateurs privilégiés de l’enquête, c’est en commençant à discuter de l’histoire de sa famille que je lui ai proposé de réaliser un entretien. Didier m’accueille volontiers sur cette base, car il a réalisé un arbre généalogique de son ascendance paternelle en questionnant ses aînés et à partir d’archives retrouvées dans le grenier de la maison, arbre que je peux l’aider à compléter grâce aux données recueillies en mairie. Il voue une admiration sans borne à ses aïeuls, détenteurs d’un savoir-faire aujourd’hui disparu, mais transmis sur quatre générations. Ainsi apparaît-il fasciné lorsqu’il découvre que le maréchal-ferrant qui habitait en face de la maison était témoin au mariage de l’une de ses grandes tantes en 1927, et nostalgique lorsqu’il évoque la fin de vie de son grand-père (« jusqu’au bout, il a fait des matelas. Il ne faisait plus que ça, d’ailleurs, il vivotait ») par rapport à la période de l’entre-deux-guerres, où l’activité était intense (« le grand-père fournissait aussi l’usine en courroies »). Ainsi Didier se considère-t-il comme porteur d’un héritage familial :

« Mon grand-père, il avait fait comprendre à [ma tante] Françoise qu’il ne voulait pas que sa maison ait un autre nom. Parce que lui, il était déjà la quatrième génération de bourreliers. Donc ma tante, jusque là, respecte le vouloir de son père qui ne voulait pas qu’elle porte un autre nom ».

13Cet attachement au nom a pour fondement l’expérience enfantine d’une proximité forte avec ses grands-parents paternels, proximité qui découle des difficultés à s’installer rencontrées par le couple de ses parents, de la « mauvaise ambiance » entre eux.

« Quand je suis né, mes parents n’avaient pas de maison. Ma première maison, c’est ici. Mes parents ont dû rester là deux ans avant de trouver une maison. Après j’étais avec mes parents à l’HLM. Mais bon, je sentais que ça n’allait pas, tu vois ? J’ai senti la mauvaise ambiance, j’ai voulu revenir vers mes grands parents. Et je suis revenu à l’âge de cinq ans. J’ai dû y être trois ans chez les parents. Je me rappelle, gamin, du fameux été 76, je me rappelle qu’il faisait super bon. Je dormais là avec mes grands parents, dans mon petit lit, et mon grand père qui faisait le matelas à côté ».

14Les ressorts des difficultés parentales proviennent de l’instabilité professionnelle de son père, Jean-Paul – et aussi, sans doute, des naissances nombreuses et rapprochées, puisque Didier a quatre frères et sœurs, et que tous sont nés au rythme d’un enfant par an. Jean-Paul Doret, plombier, a débuté sa vie professionnelle au service d’entretien de l’usine de Foulange. Anticipant la fermeture de l’usine, il trouve un emploi chez un artisan des environs, qui lui-même finit par fermer sa petite entreprise. Jean-Paul accumule alors différents petits emplois (contrat aidé comme ouvrier d’entretien à la commune, intérim, etc.) et périodes de chômage. Avec trois années de « retard » à l’école, Didier quitte quant à lui le collège en sortie de classe de cinquième et entre en lycée technique pour recevoir une formation de fraiseur. Mais le travail du métal ne lui plaît pas, il apprend ensuite le métier de charpentier.

  • 6 Association nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes.

« Au départ, je suis mécanicien, mécanique générale. CAP de mécanique, fraiseur. Après j’ai fait une formation avec l’AFPA 6, ça fait un niveau 5, je suis charpentier. Comme un CAP-BEP de charpentier.
Le fraisage, ça ne m’a jamais plu. J’ai été balancé là-dedans. Par contre, après, j’ai trouvé que j’avais quelque chose avec le bois. Dans le fraisage, j’ai dû exercer trois mois, en intérim […]. Après l’armée, j’ai fait mon stage AFPA pendant huit mois. Pas de problèmes, j’ai eu mon diplôme. Et de là, je suis rentré en charpente. J’ai bossé en ville, à C..., pendant deux ans et demi. Après, j’ai eu un petit conflit avec la copine, donc j’ai quitté C… Bon, la charpente, c’est chouette, c’est un beau métier. Mais après, t’es exploité, quoi. T’es pas payé. Avant de faire un beau salaire, il t’en faut faire, des heures ».

15« Mal payé », en conflit avec sa copine, Didier quitte donc rapidement le métier de charpentier, pour lequel il vient de se former. « Revenant à la maison », il trouve à 23 ans à travailler comme ouvrier dans la construction de centres équestres. Ce travail ne le satisfait pas, il continue à chercher un autre emploi. Au bout de dix-huit mois, il trouve ce qu’il appelle « la bonne boutique » : ouvrier dans l’horlogerie d’édifice (installation et entretien des horloges d’églises ou de salles de sport).

  • 7 Service Après Vente.
  • 8 10 000 Francs français, soit 1500 € environ.

« J’étais comme un petit artisan. Simplement, je dépendais d’une grosse boutique. J’avais tout qui m’était fourni. Tu partais le lundi avec ton planning, démerde-toi. T’avais tant d’entretiens à faire, t’avais des dépannages… À la fin, j’étais SAV 7, donc tu vois, pas une mauvaise place. Mais bon, onze départements, 1 600 km en moyenne par semaine, tu ne vois pas le soleil, quoi ! Toute la semaine, t’es barré. C’est hôtel-restau, hôtel-restau… Alors au bout de sept ans, j’en avais marre. J’en avais marre ! C’est ça qui m’a fait arrêter. Parce que c’est vrai, je peux dire qu’au niveau salaire, je n’avais pas à me plaindre. J’étais pas loin des 10 000, ouais, ouais 8 ! Avec véhicule fourni, pas de frais de gasoil, la bouffe pareil, tout m’étais défrayé. Une bonne boutique. J’ai regretté un petit peu… Parce que pour retrouver ça, de nos jours… Il faudrait que je retourne les voir eux, mais je retrouverai pas des boîtes comme ça. Parce que maintenant… Ils vont embaucher des mecs qu’ont bac +4, mais qui savent même pas tenir un marteau ! Non, mais ! Ils veulent des diplômes, des diplômes… Ca ne les intéresse plus des manœuvres, des gens qu’ont appris par expérience ».

16De ces extraits d’entretien ressortent un ensemble d’insatisfactions, mais aussi d’attachements. Afin de les décrypter, et en mettant l’itinéraire de Didier en perspective avec ceux d’autres jeunes hommes du village, analysons les différents bouleversements dans les appartenances sociales de ces jeunes ouvriers ruraux, bouleversements auxquels Didier fait référence.

Les bouleversements des formes de l’appartenance ouvrière

17La première des appartenances qui a été profondément modifiée au cours des années 1980 et 1990 est l’appartenance professionnelle. Au moment où je le rencontre, Didier est sans activité stable depuis un an. À 33 ans, ayant quitté une « bonne place », il retrouve une insécurité qu’il n’avait pas connue depuis un moment. Il vient de terminer un contrat d’intérim dans une grande entreprise (Vivendi), en tant qu’électricien (« Tu sais, je suis électro sur le tas, sans diplôme »), et vit aussi du « black » (travail au noir). À travers son discours et l’expérience qu’il relate, on perçoit bien que Didier est quelqu’un qui sait faire valoir des compétences diverses d’ouvrier. Avoir « des capacités » est même justement pour lui un critère de distinction, qui devrait être mieux reconnu par les employeurs : « Être payé à 7 000 francs ? Non, je préfère faire pour moi [c'est-à-dire : travailler au noir]. Et je crois que je suis pas le seul, aujourd’hui, à raisonner comme ça. Pour ceux qui ont des capacités ». Au cours de son parcours, Didier a appris à travailler le bois, le métal, la mécanique fine, l’électricité. Il est fier de ses savoir-faire, qu’il monnaye sur le marché du travail illégal, à défaut d’être reconnu sans avoir à « faire des heures » et être « tout le temps barré » sur le marché légal. La compétence ouvrière constitue donc toujours une valeur centrale de classement et de reconnaissance sociale. Mais contrairement aux générations précédentes d’ouvriers du village, elle n’est plus rattachée à une mono-industrie métallurgique qui formait elle-même et pouvait absorber une large partie des demandes d’emploi dans les environs. Mieux vaut à présent accumuler différents savoir-faire mobilisables dans un espace professionnel géographiquement élargi que de trop s’attacher à une industrie singulière. En effet, avec la fermeture de l’usine en 1981, le secteur de la métallurgie s’est brutalement trouvé sinistré et, du jour au lendemain, ne constituait plus un avenir ni vraiment possible, ni enviable. Au-delà de Didier, qui a la particularité d’avoir été partiellement élevé par ses grands-parents artisans, de nombreux jeunes se sont tournés vers les filières de formation destinant au petit commerce ou à l’artisanat (majoritairement CAP de coiffure pour les filles, de maçonnerie, plâtrerie ou peinture pour les garçons). Une fois que les deux PME nouvellement installées dans le village ont commencé à embaucher plus de personnel, beaucoup ont hésité à y postuler tant l’usine a constitué un repoussoir tout au long de leur enfance et de leur scolarité. Si bien que, même pour ceux qui finissent par entrer à l’usine, la mobilité et l’instabilité professionnelles se sont imposées dans les parcours.

18La deuxième, et sans doute la plus complexe des appartenances bouleversées au cours de ces années de crise, est l’appartenance familiale. On perçoit bien que pour Didier, la référence au père est détournée, concurrencée par celle du grand-père. Au-delà de l’expérience intime de Didier, ce type d’image paternelle – et de rapports sociaux qu’elle induit – est récurrent chez les jeunes hommes rencontrés. Ici, elle prend la forme d’une opposition entre la formation première de Didier, un CAP de fraiseur qui renvoie à l’univers usinier auquel a appartenu son père et dans lequel on aurait voulu le « balancer », et celle de charpentier acquise à l’AFPA, qui fait référence au monde artisan. Mais beaucoup plus généralement, les jeunes interviewés ont toujours eu beaucoup de mal à parler de leur père. Ce pan de l’enquête a souvent rencontré une forme de déni, comme chez cet ouvrier d’usine de vingt ans qui explique sa distance aux « vieux » ouvriers ainsi : « les vieux, les plus de quarante ans quoi, comme mon père, ils se font manipuler ». Par le directeur d’atelier qui se jouerait de leur manque de culture (« il y en a pas beaucoup qui doivent bien écrire »), par l’ancienne usine qui les a un jour débauchés sans qu’ils aient un mot à dire, et sans qu’ils puissent faire autre chose que d’attendre qu’un nouvel employeur se présente, par le patron actuel qui « les a choisis », et qui sait bien ainsi « qu’ils ne bougeront jamais » (Renahy, 2005, pp. 116-121). Ce déni de la filiation paternelle pose d’autant plus vivement la question de l’appartenance familiale que celle-ci est, de fait, souvent prolongée tardivement. En effet, la dépendance à la maisonnée parentale reste forte lorsque l’accès au monde du travail est chaotique, lorsque l’accès à un logement indépendant est rendu difficile du fait de la pénurie d’offres sur le marché locatif dans cette campagne bourguignonne, lorsqu’enfin le marché matrimonial lui-même est devenu instable. Didier fait référence à un « petit conflit » qu’il a eu avec sa petite amie il y a plus de dix ans. Depuis, tout en continuant à se fréquenter, ils habitent chacun de leur côté, lui dans la maison familiale, elle à 25 km de là, dans la petite ville où elle travaille. À 35 ans, Didier n’a donc pas d’enfants et prolonge un état de célibat. Le logement qu’il habite n’est meublé que de manière sommaire, de nombreux travaux sont entamés ou bien « à faire », tant la vieille maison de village n’a pas été réellement entretenue depuis des années. Ce genre de situation de report de la vie maritale et de la procréation n’est pas rare, et la seule différence de Didier par rapport à beaucoup de jeunes trentenaires rencontrés, c’est que lui ne vit pas au domicile de ses parents.

  • 9 Ce point mériterait un plus long développement. Ne pouvant le traiter ici, nous nous permettons de (...)

19Dans ce contexte, c’est dès lors l’appartenance élective qui trouve le mieux à se prolonger. Elle constitue un espace d’accès à une autonomie relative. La perduration des relations de bande établies dans l’enfance ou l’adolescence constitue une forme de rempart ultime contre les crises d’appartenances professionnelle et familiale. En marge du marché du travail où il faut sans cesse prouver sa « motivation » ou son « autonomie » avant d’obtenir un « vrai contrat », fréquenter régulièrement les copains permet de maintenir une place stable au sein d’un espace de reconnaissance où l’on n’a rien à prouver. Et comme cette appartenance élective s’établit en partie contre les parents, elle engendre une forte incompréhension entre générations, que la consommation de stupéfiants peut cristalliser et rendre visible, mais qui renvoie, nous l’avons vu, à un processus beaucoup plus global de fragmentation du groupe ouvrier 9.

Conclusion

20Le fait que Didier s’attache depuis de nombreuses années à une maison familiale en mauvais état, qu’il ne restaure que marginalement et qui ne lui appartient pas, illustre cette démonétisation du capital d’autochtonie que nous évoquions en introduction. Héritier d’un patronyme d’artisans auparavant reconnus dans l’espace local, Didier tente de se raccrocher à ce qui n’est plus qu’un symbole. Contrairement à la majorité des membres de la génération précédente, il lui est impossible de valoriser ce capital, bâti sur l’accumulation en un même lieu de ressources provenant d’appartenances professionnelles, familiales et électives. Les crises connues par les deux premières ont donné beaucoup d’importance à l’appartenance élective, qui se prolonge à présent tardivement dans les parcours des jeunes ouvriers, mais ne peut favoriser une intégration et une reconnaissance professionnelles. Si bien que l’isolement géographique de Foulange par rapport aux principales villes des environs est aujourd’hui synonyme de relégation sociale. Les frontières sociales, mesurées ici en termes de mobilité intergénérationnelle, se sont rigidifiées en regard de la situation rencontrée à l’entrée sur le marché du travail trente ans auparavant. Lorsque les savoir-faire ouvriers localisés, tels que ceux qui ont été développés dans ce village pendant des décennies, ne trouvent plus à être transmis d’une génération à l’autre, les jeunes générations des membres des classes populaires éprouvent beaucoup plus de difficultés à « trouver une place », et la reconnaissance sociale qui l’accompagne.

Haut de page

Bibliographie

Beaud S. & M. Pialoux (1999), Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux Montbéliard, Paris, Éditions Fayard.

Bouffartigue P. (dir.) (2004), Le Retour des classes sociales. Inégalités, dominations, conflits, Paris, Éditions La Dispute.

Castel R. (1995), Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Éditions Fayard.

Chauvel L. (1998), Le Destin des générations : structure sociale et cohortes en France au xxe siècle, Paris, Presses universitaires de France.

Chauvel L. (2001), « Le retour des classes sociales », Revue de l’OFCE, n° 79, pp. 315-359.

Gollac S. (2005), « Faire ses partages. Patrimoine professionnel et groupe de descendance », Terrain, n° 45, pp. 113-124.

Linhart D., Rist B. & E. Durand (2002), Perte d’emploi, perte de soi, Ramonville St-Agne, Éditions Érès.

Oberti M. & E. Préteceille (2004), « Les classes moyennes et la ségrégation urbaine », Éducation et sociétés, vol 14, n° 2, pp. 135-153.

Pinçon M. & M. Pinçon-Charlot M. (2007), Les Ghettos du Gotha : Comment la bourgeoisie défend ses espaces, Paris, Éditions du Seuil.

Renahy N. (2005), Les Gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, Éditions La Découverte.

Renahy N. (2008), « Une lignée patronale à la mairie. Genèse et vieillissement d'une domination personnalisée (1850-1970) », Politix, n° 83, pp. 75-103.

Retière J.-N. (2003), « Autour de l'autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, n° 63, pp. 121-143.

Schwartz O. (1990), Le Monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, Presses universitaires de France.

Terrail J.-P. (1990), Destins ouvriers. La fin d’une classe ?, Paris, Presses universitaires de France.

Weber F. (1989), Le Travail à-côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, Éditions de l’École des hautes études en Sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Les noms de lieux et de personnes ont été modifiés.

2 Des premières enquêtes de sociologie industrielle dirigées par Alain Touraine après-guerre aux plus récentes qui ont porté un nouveau regard sur le monde ouvrier dans les années 1990 (Schwartz, 1990 ; Beaud & Pialoux, 1999), ce sont surtout les sites d’implantation de la grande industrie automobile ou minière qui ont intéressé les sociologues.

3 Dans la commune, le vote à destination du PCF atteint 19 % des voix au premier tour des présidentielles de 1969, celui pour le PS 32 % en 1969 et 53 % en 1974.

4 Sources des données généalogiques : État civil et listes nominatives des recensements de la commune de Foulange ; enquête orale.

5 Ce point est important : une des limites (ou des caractéristiques) de l’enquête à base monographique est de prendre uniquement en compte la population restée sur place. On ne s’intéresse donc pas ici aux jeunes qui ont (massivement) quitté le village encore enfants, suite au licenciement de leurs parents, ni à ceux qui l’ont fait plus tard du fait d’une réussite scolaire ou d’une opportunité professionnelle. Certains « retours au village » ont cependant pu être observés vers l’âge de trente ans, ils sont généralement synonymes d’échecs professionnels ou matrimoniaux.

6 Association nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes.

7 Service Après Vente.

8 10 000 Francs français, soit 1500 € environ.

9 Ce point mériterait un plus long développement. Ne pouvant le traiter ici, nous nous permettons de renvoyer à l’ouvrage Les gars du coin (Renahy, 2005), dans lequel sont mesurées les articulations problématiques des appartenances électives avec les sociabilités villageoises et usinières, mais aussi dans des domaines aussi divers que la politisation ou l’accès à une relation affective stable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Renahy, « Relégation au village », SociologieS [En ligne], Dossiers, Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques, mis en ligne le 27 décembre 2010, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3326

Haut de page

Auteur

Nicolas Renahy

INRA-CESAER, Dijon, France - renahy@dijon.inra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page