Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2010La Société singularisteProcessus de singularisation et a...

2010
La Société singulariste

Processus de singularisation et analyse sociologique : éthique, critique, imagination

Discussion de l’ouvrage de Danilo Martuccelli La Société singulariste, Paris, Éditions Armand Colin, coll. Individu et société, 2010
Paola Rebughini

Notes de la rédaction

Le Grand Résumé de La Société singulariste par son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3344.html, et la discussion par Didier Vrancken à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3347.html .

Texte intégral

11. La singularisation comme processus de changement structurel de la société, l’épreuve comme outil analytique, l’extrospection comme renouvellement méthodologique sont les trois piliers qui composent le cadre théorique de La Société singulariste. Dans ce livre, Danilo Martuccelli développe et, en même temps, synthétise ses analyses sur la société contemporaine, acheminées par étapes dans les nombreux ouvrages précédents consacrés à la sociologie de l’individu, à la domination, à la consistance du social, à la notion d’épreuve.

2Le processus de singularisation est à la fois un procès historique et sociétal – centré sur les changements institutionnels, productifs et économiques de la société postindustrielle – et un procès culturel qui transforme l’expérience des individus et de leur rapport à la collectivité. Le singularisme définit une nouvelle relation entre l’individu et la société : les expériences individuelles deviennent « l’horizon liminaire de notre perception du social » car c’est d’abord en référence aux expériences individuelles que le social fait sens, alors que les notions de civilisation, de classe sociale ou d’État-nation épuisent leur fonction euristique et analytique.

3Dans la construction théorique de Danilo Martuccelli, la singularisation apparait comme un processus structurel qui concerne la nature de la société et des liens sociaux, avant d’être une caractéristique des biographies individuelles. Dans l’expérience individuelle la vie sociale est soumise à une série d’épreuves structurellement produites et inégalement distribuées. La notion d’épreuve permet de décrire et d’analyser les changements structuraux à l’échelle de l’individu et de saisir à la fois les nouvelles formes de domination – de plus en plus centrées sur la notion de responsabilisation – ainsi que les nouvelles articulations de la relation entre individu et société.

4L’extrospection enfin représente la démarche méthodologique la plus adéquate, comme forme d’intervention sociologique, face aux processus de personnalisation et de responsabilisation caractéristiques d’une société singularisée.

52. La singularisation représente pour Danilo Martuccelli le vrai changement de paradigme de notre société. Pour expliquer la portée de ce processus, l’auteur confronte d’abord la notion de singularisation avec d’autres concepts analytiquement proches comme celui d’individualisation, d’individualisme ou d’individuation. Par exemple, l’analyse de la singularisation présente des points en commun avec les analyses d’Ulrich Beck et d’Axel Honneth à propos de l’individualisation. Ulrich Beck souligne notamment les processus de différenciation des parcours personnels, la nécessité pour les biographies individuelles de faire face aux « contradictions systémiques » et l’injonction institutionnelle qui contraint les individus à se constituer en tant qu’individus. Axel Honneth, à travers son travail sur la notion de reconnaissance, souligne quant à lui les dangers de réification produits par les changements économiques et institutionnels, mais aussi les potentialités de la réflexivité et de l’exploration de soi.

6Malgré quelques consonances avec l’idée d’individualisation, la notion de singularisation proposée par Danilo Martuccelli est loin d’être un simple signe de distinction linguistique. Si pour Ulrich Beck l’individualisation est d’abord un effet institutionnel et homogène de la modernité (les institutions sont davantage tournées vers les individus plutôt que vers les groupes et les classes sociales), pour Danilo Martuccelli la singularisation consiste d’abord dans un processus structurel et hétérogène. Le procès de singularisation n’est ni une pure évolution des institutions sociales, ni une transformation de la conscience individuelle. Le changement structurel de la singularisation au contraire se reflète dans des domaines fort différents : les politiques sociales de plus en plus personnalisées et diversifiées, les pratiques de production et de consommation également plus personnalisées, la spécialisation progressive des professions et des compétences, les logiques comparatives et méritocratiques de l’évaluation. La singularisation s’oppose ainsi à la standardisation et donc à toute tendance à l’homogénéisation.

7La singularisation en tant que processus structurel a aussi des conséquences culturelles et relationnelles : la singularité est autoréférentielle mais n’est pas autosuffisante car elle a besoin de reconnaissance, elle ne se traduit pas dans un retrait de la société. L’individu singularisé reconnait son besoin de l’autre. Pour cette raison la tendance à la singularité ne se réduit pas à une recherche de l’authenticité. L’unicité personnelle n’est pas recherchée dans la quête des sources du self, mais plutôt dans l’élaboration d’une justesse personnelle de nature plus contingente. Le fait que chacun est incomparable aux autres est moins le résultat d’un parcours d’individuation que l’effet de la crise des idéaux universels et des modèles hors de porté dont l’individu pouvait s’inspirer.

8Pour cette raison, la singularité n’est pas liée à la normativité (l’universel, la justice, la validité) mais plutôt à ce qu’on partage avec les autres, ce qu’on a en commun malgré la différence irréductible de chacun. L’unité et l’intégration ne peuvent plus avoir une nature fusionnelle dans la société, mais plutôt une relation de nécessité : la société a la fonction de reconnaître la singularité de chacun, ce qui ne signifie pas l’originalité, l’excentricité ou l’anticonformisme, car il n’y a plus un modèle – un grand récit – auquel s’opposer ou s’identifier. L’individu ne s’oppose pas à la société, au contraire la société est indispensable car elle offre les supports nécessaires à la construction de l’individu. Celui-ci est donc conscient de ses liens de dépendance avec la société à travers une « conscience sociétalisée de soi ». L’individu se constitue toujours dans les relations, mais celles-ci sont contingentes et pratiques, l’adaptation est continue, changeante. La société, comme l’individu, n’a plus rien de transcendent ou d’idéal, la justesse est issue d’une rencontre située avec le monde. La justesse est alors une pratique, elle n’est pas une critique normative ou une forme de liberté négative : son idéal est celui de l’adaptation harmonieuse au contexte.

9Danilo Martuccelli ne manque pas de signaler les risques et les dangers implicites dans ce processus, notamment par rapport à la relation que la singularisation entretien avec les formes de la domination. La société singulariste présente en effet des formes nouvelles de domination. Si dans le passé les relations de domination étaient caractérisées par les processus d’inculcation (valeurs, principes normatifs, rôles sociaux) et d’une façon complémentaire par le processus de l’assujettissement, dans la société singulariste ce sont plutôt les processus de responsabilisation à constituer la nouvelle figure de la domination. Il s’agit d’un processus creux de domination, opposé à celui traditionnel de l’intériorisation du contrôle. La responsabilisation laisse l’individu seul face à ses choix, elle ne véhicule aucun contenu normatif précis, n’établit pas une démarcation explicite entre ce qui est bien et ce qui est mal, l’individu sera sanctionné moins du point de vue moral que par rapport aux conséquences de ses actes.

10La société singulariste se caractérise ainsi par un paradoxe : les individus sont plus libres, ont plus de capacités critiques, sont appelés à participer à la vie publique mais en même temps la domination les entoure car elle s’appuie sur l’injonction à l’autonomie, à l’authenticité, à l’épanouissement personnel. En tant qu’acteur social l’individu singularisé se sent responsable de tout ce qui lui arrive. Puisque la vie personnelle est au centre de la vie commune, les problèmes sont perçus comme personnels, la responsabilité est personnelle, les capacités sont également personnelles. Cela engendre l’anxiété, affaiblit les liens de solidarité basés sur la ressemblance des expériences et entraîne un certain détachement par rapport aux questions universelles de l’égalité et de la justice. Plus que sur une idée normative et universelle de justice, l’accent est mis alors sur la justesse – personnelle, individuelle, en définitive jamais comparable à la différence des autres – et sur le manque éventuel de respect et de reconnaissance.

113. Le passage à une société singularisée demande des nouveaux outils analytiques capables de rendre compte du nouveau type de relation que les individus entretiennent avec la dimension de la collectivité et de la communauté. Danilo Martuccelli propose la notion spécifique d’épreuve comme instrument capable de saisir les transformations sociales structurelles à l’échelle de l’individu, c'est-à-dire d’interpréter comment les changements historiques se reflètent – en abrégé – dans des défis et dans des expériences individuelles. L’accent est placé sur la production structurelle des individus de la part d’une société qui les singularise, par conséquent la notion d’épreuve permet de rendre compte – à travers des typologies – comment les individus « sont produits et se produisent » dans ce type de société. Le recours au concept d’épreuve comme outil analytique met ainsi en lumière le primat de la société sur l’individu et empêche toute équivoque interprétative de la notion de singularisation comme nouvelle forme d’individualisme. En effet, c’est bien la conformation structurelle singularisée de la société qui soumet l’individu aux épreuves, favorise les sélections sociales, situe les sujets selon différentes positions hiérarchiques.

12Puisque les épreuves se présentent comme standardisées il est possible de décrire les tendances historiques d’une société (comme par exemple la globalisation) dans leur unité, malgré leur réalisation et expérimentation au niveau individuel. En même temps, différents passages ou moments importants d’une biographie peuvent être conçus comme épreuves et analysés comme expériences singulières de changements structuraux : par exemple les conséquences du libéralisme et de la globalisation sur le marché du travail, notamment à travers la précarisation et le chômage vécus comme expériences biographiques.

13Les épreuves peuvent donc être communes (le chômage, le divorce, la maladie) mais elles sont subjectivement perçues et élaborées. Pourtant, puisque chaque épreuve s’exprime dans une unicité irréductible, elle est singularisée et implique inévitablement une certaine solitude et responsabilisation individuelles face aux défis auxquels chacun est soumis. Cela permet alors d’expliquer pourquoi les échecs sont souvent perçus comme fautes personnelles et deviennent des facteurs d’isolement plutôt que de réaction collective. La notion d’épreuve est ainsi utile pour rendre compte des formes contemporaines de la domination à travers la responsabilisation qui rend plus opaque la perception des rapports de force et des défis collectifs.

14L’épreuve enfin a une vocation narrative, car elle n’est pas qu’une expérience mais aussi un récit. Chaque épreuve exprime un « combat avec une situation », ce combat n’est ni épique, ni central et définitif pour une biographie, ni totalement discontinu et imprévisible, il est plutôt pluriel et ambivalent et consiste dans la réponse aux aléas de l’environnement. Cet effort contingent a toujours un côté éprouvant lié au pâtir, mais aussi un côté créatif : la possibilité d’agir autrement dans une situation donnée. Chaque acteur peut trouver des réponses personnelles à des problèmes collectifs, le sociologue rassemble alors les narrations de ces épreuves dans leur expression quotidienne et souvent banalisée.

154. Dans ce livre, Danilo Martuccelli avance également une proposition méthodologique pour analyser la portée historique du changement des sociétés contemporaines, devenues des machines de production des épreuves communes et en même temps de plus en plus ouvertes à la diversification des réponses singulières. La méthode proposée, l’extrospection sociologique, se présente ainsi comme un pari politique : si la sociologie participe à la construction des représentations collectives, face à la fragmentation croissante de la société elle peut « défendre l’idée d’une forme possible de résonnances d’expériences au-delà de tous ces clivages » (p. 159). En même temps, à partir d’une perspective citoyenne, la méthode de l’extrospection relance le rôle actif d’une sociologie au service de l’individu, car elle vise une nouvelle forme d’émancipation face à l’extrême polarisation des anciens acteurs de l’émancipation collective comme les mouvements sociaux.

16Cela montre encore une fois que la singularisation n’a rien à voir avec l’introspection, l’auto-analyse, la connaissance de soi, ou même la pensée libertaire. Puisque les outils analytiques et méthodologiques de la sociologie ne sont pas ceux de l’analyse de l’intériorité personnelle, il ne faut pas oublier que « le lieu ultime de la connaissance et de l’action est à l’extérieur de soi et non pas au niveau du sujet ». Il s’agit plutôt de proposer à l’individu de comprendre – à travers l’outil analytique de l’épreuve – les événements sociaux qui le dépassent mais le concernent dans chaque jour de sa vie, de comprendre ainsi – d’une façon décentrée – la société dans laquelle il vit et les marges de manœuvre qu’elle lui laisse.

17Possibilité, opportunité, imagination, tactique, pratique sont les concepts qui s’associent plus à cette idée de l’extrospection, car ce sont bien les configurations et la plasticité de chaque contexte qu’il faut analyser, non le volontarisme ou la créativité subjective présupposés. L’extrospection vise alors à l’émancipation et à l’élimination du fatalisme à travers un travail réflexif sur l’élasticité du monde. Elle aide à comprendre que la structure du monde qui nous entoure n’est ni immuablement rigide, ni totalement liquide, toute situation est contingente et mouvante, tout en étant inscrite dans un mouvement historique plus large dont il faut comprendre les caractéristiques. Cette approche se lie donc directement à la conceptualisation des épreuves, historiquement forgées et inégalement distribuées, mais individuellement appréhendées dans des situations spécifiques et à travers des tactiques personnelles.

18Tout en étant une sociologie pour l’individu, l’extrospection n’est cependant pas une expertise et elle ne vise pas à la responsabilisation qui, comme on l’a déjà remarqué, est justement une des nouvelles figures de la domination. Son but est plutôt celui de démêler entre responsabilité active et responsabilisation subie, entre possibilité de la contestation et désir de protection, entre les potentialités d’une action solidaire et l’abandon dans le fatalisme.

19Une sociologie pour l’individu est alors un savoir au service de la réflexivité individuelle qui encourage l’autonomie et reste vigilante envers les formes de domination et de conditionnement, une sociologie capable de rendre plus visibles les interdépendances, de montrer les ressemblances entre les expériences individuelles afin de favoriser la solidarité. En effet, dans la société singulariste, où les acteurs ont plus facilement accès à l’information, le passage n’est plus celui de l’ignorance au savoir et de la « volonté de savoir » à l’action, il s’agit plutôt de surmonter le sentiment d’impuissance et d’isolement. L’extrospection encourage un travail actif de décentration permettant à l’acteur de comprendre en termes sociaux et structuraux une expérience considérée comme exclusivement subjective. Certes cette nouvelle forme de compréhension et de réflexivité n’assure pas, elle seule, un passage à l’action mais permet au moins de mettre en lumière dans ses propres épreuves non seulement le côté éprouvant de la domination, mais aussi le côté actif des tactiques et des adaptations individuelles qui peuvent avoir des ressemblances avec celles des autres.

20La sociologie pour l’individu est donc en même temps une méthode (l’extrospection) et une théorie (la singularisation) qui vise à rompre l’isolement et la personnalisation extrême de l’expérience des épreuves par une analyse au bénéfice de l’individu, capable de lui expliquer l’imbrication entre ce qu’il perçoit à son niveau expérientiel et ce qui se passe au niveau structurel. Pour cette raison l’extrospection se construit comme une méthode d’intervention sociologique qui vise à un rôle actif de l’interprétation sociologique.

215. Malgré son titre La Société singulariste est un ouvrage qui va bien au-delà de la discussion des caractéristiques et des effets de la singularisation comme processus social. La thèse de fond est ambitieuse et elle vise à la discussion du statut de la sociologie comme discipline.

22Face aux discours répétitifs et quelque peu rébarbatifs à propos de la crise de la sociologie, des impasses théoriques de la phase « post » (postindustrielle, postmoderne, postcoloniale, etc.) ou encore des rhétoriques multiformes de l’individualisme, la clé interprétative de la société singulariste représente une véritable réponse alternative, un travail d’imagination sociologique fruit d’une étude longue et systématique des changements des paradigmes théoriques de la modernité et des réaménagements structuraux des sociétés contemporaines. Se plaçant dans un sillage à la fois durkheimien et marxien – où la consistance du social et l’aspect historique ont une priorité par rapport aux interprétations à caractère plus constructiviste, symbolique ou normatif – Danilo Martuccelli affirme que l’individu doit être situé au centre de l’analyse sociologique sans que cela soit dissocié du primat de la notion de société. Parallèlement l’auteur nous rappelle – pour paraphraser Michel Foucault – qu’il « faut défendre la sociologie » et sa capacité d’être une grille de lecture à la fois éthique et critique. Mais pour que cela soit possible il faut que la sociologie soit capable d’offrir des concepts, des outils analytiques et des méthodes adaptées aux changements d’époque, une époque qu’aujourd’hui nous pouvons bien définir comme caractérisée par la singularisation et qui demande pourtant un regard sociologique singularisé.

23Les applications empiriques de la lecture analytique de la singularisation sont multiples car celle-ci investit tous les domaines de la vie sociale, comme Danilo Martuccelli même l’a déjà montré dans son ouvrage empirique Forgé par l’épreuve (2006). À notre avis, l’un des domaines les plus intéressants et prometteur dans l’application de cette thèse est probablement celui de l’action collective et des capacités des individus singularisés à faire face aux défis des nouvelles formes de domination, à travers une reconstitution du lien social et de la solidarité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paola Rebughini, « Processus de singularisation et analyse sociologique : éthique, critique, imagination »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 27 décembre 2010, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3345 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.3345

Haut de page

Auteur

Paola Rebughini

Università degli Studi di Milano/Université de Milan - Département d’Études sociales et politiques- paola.rebughini@unimi.it

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search