Navigation – Plan du site
Qui est "je" ? Sociologie clinique du sujet

Essai de clarification et de localisation des apports de la sociologie clinique

Discussion de l’ouvrage de Vincent de Gaulejac Qui est « je » ? Sociologie clinique du sujet, Paris, Éditions du Seuil, 2009
Philippe Corcuff

Notes de la rédaction

Le Grand Résumé de Qui est « je » ? Sociologie clinique du sujet par son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3362.html, et la discussion par Éric Widmer à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3364.html

Texte intégral

  • 1  Mea culpa : j’ai moi-même contribué à cette méconnaissance en ne lui trouvant pas de place dans le (...)

1L’ouvrage de Vincent de Gaulejac Qui est « je » ? Sociologie clinique du sujet et le « Grand Résumé » qu’il en propose ici pour la revue SociologieS braquent opportunément les projecteurs scientifiques sur la sociologie clinique, branche de la sociologie nouant un dialogue privilégié avec la psychanalyse et sa méthodologie clinique. Les terrains explorés empiriquement de manière renouvelée par cette approche viennent appuyer cet intérêt intellectuel : dimensions psychiques des rapports de classe (« la névrose de classe ») (de Gaulejac, 1987), importance prise par « la lutte des places » quotidienne vis-à-vis d’une logique de lutte des classes (de Gaulejac & Taboada Léonetti, 1994), expériences ordinaires de la honte (de Gaulejac, 1996) ou pénétration de « l’idéologie gestionnaire » dans diverses sphères de nos sociétés (de Gaulejac, 2005). Ces éléments constituent une invitation à mieux identifier les apports de ce courant insuffisamment connu et surtout reconnu dans les mainstreams des sciences sociales contemporaines 1.

2Il ne s’agira pas de s’inscrire dans un registre apologétique, mais, dans une démarche qui apparaîtra paradoxale aux visions manichéennes, de consolider les acquis de la sociologie clinique en contribuant à davantage les localiser, en s’efforçant de mieux clarifier ses coordonnées théoriques et épistémologiques. Analogiquement, on pourrait s’inspirer de la lecture du marxisme proposée par Maurice Merleau-Ponty à la fin de sa vie : « Nous disons qu’avec les événements des dernières années le marxisme est décidément entré dans une nouvelle phase de son histoire, où il peut inspirer, orienter des analyses, garder une sérieuse valeur heuristique, mais où il n’est certainement plus vrai dans le sens où il se croyait vrai, et que l’expérience récente, l’installant dans un ordre de la vérité seconde, donne aux marxistes une assiette et presque une méthode nouvelles qui rendent vaines les mise en demeure. » (Merleau-Ponty, 1960, p. 15).

Sujet/assujettissement : du pluralisme face à une question théorique

3Plutôt que d’appréhender le sujet à partir d’une liberté substantielle supposée originelle ou de le déconstruire au nom des déterminismes psychiques et/ou sociaux, Vincent de Gaulejac oriente les sciences sociales de manière suggestive vers le couple assujettissement/sujet. Le point fort de l’argumentation ? « C’est précisément parce qu’il y a assujettissement que le sujet peut advenir ». C’est dans le rapport à des contraintes socio-psychiques de départ que le sujet comme processus, comme subjectivation, serait en mesure d’émerger, et non dans la négation de ces contraintes. Cette voie, puisant notamment des ressources dans la sociologie de Robert Castel et dans la philosophie de Judith Butler, nous permet de nous déplacer par rapport aux autoroutes binaires, tellement routinisées en philosophie et en sociologie : déterminisme ou liberté ? domination ou affirmation de l’acteur ? Peuvent être alors envisagés d’autres cheminements tentant de lier des aspects habituellement séparés. Dans le cadre d’un rapport étroit avec la psychanalyse, la sociologie clinique thématise ainsi la question du sujet dans l’articulation entre quatre dimensions principales : « le sujet social » (inscrit dans « l’univers de la société, de la culture, de l’économie, des institutions, des rapports sociaux, des statuts et des positions sociales », porteur de « déterminations sociales »), « le sujet existentiel » (« sujet désirant » au sein de « l’univers de l’inconscient, des pulsions, des fantasmes et de l’imaginaire »), « le sujet réflexif » (« là où l’individu se constitue en sujet de parole qui lui permet de penser ») et « le sujet acteur » (« dans la mesure où le sujet se révèle dans ce qu’il produit […] dans les actes concrets qui marquent son existence »).

  • 2  Sur le pluralisme raisonné des langages théoriques en sociologie dans un cadre non relativiste épi (...)

4Mais le langage de la sociologie clinique ne représente qu’un des langages disponibles pour problématiser de manière novatrice cette question théorique 2. C’est un premier élément de localisation des apports de la sociologie clinique, dans sa formulation spécifique d’un problème transversal rencontré par d’autres courants sociologiques. Exemples d’autres façons de travailler la question sujet/assujettissement à partir d’autres langages ? Les approches de Norbert Elias et de Michel Foucault.

  • 3  Voir Vincent de Gaulejac dans l’ouvrage en discussion p. 32 : « Le désir est un invariant, au fond (...)

5Norbert Elias va notamment fournir deux types d’éclairage. Tout d’abord, il va historiciser certaines données du problème en analysant l’émergence à partir de la Renaissance d’une problématique de la conscience de soi et de l’intériorité dans les sociétés occidentales (Elias, 1991a). Cela ouvre d’autres aspects de la réalité observable que ceux traités par la sociologie clinique, dans certains de ses impensés a-historiques, allant d’ailleurs jusqu’à la revendication ontologique d’invariants de la condition humaine 3. D’autre part, Norbert Elias va promouvoir le concept, central chez lui, d’interdépendance, le conduisant à s’intéresser à des individus interdépendants. Dans le jeu mouvant des dépendances réciproques, marqué par des logiques inégalitaires, constituant une société, les individus trouvent, en fonction de leur position et de la situation, des marges d’action différenciées. Norbert Elias note alors : « il y a un tissu d’interdépendances à l’intérieur duquel l’individu trouve une marge de choix individuel et qui en même temps impose des limites à sa liberté de choix » (Elias, 1985, p. LXXI). C’est à partir de cette sociologie des interdépendances qu’il va appréhender les caractéristiques des structures intérieures des personnalités, par exemple dans la singularité du cas Mozart (Elias, 1991b). Le rapport contraintes/autonomie comme l’intériorité sont donc éclairés autrement qu’avec le vocabulaire de la sociologie clinique, les matériaux empiriques construits par l’un et l’autre langage révélant des zones de convergence comme des spécificités respectives.

  • 4  Il y a une ambiguïté dans le vocabulaire des « déterminations ». Chez Karl Marx, c’est un sens phi (...)

6On connaît les deux pôles principaux des travaux de Michal Foucault dans le traitement de l’individu : 1) pour un « premier Michel Foucault », l’individu serait le produit de normes sociales associées à des dispositifs de savoirs/pouvoirs, c’est en ce sens qu’il parle d’une « individualité disciplinaire » (Foucault, 1993, p. 222) ; et 2) un « second Michel Foucault » s’intéresse à « la subjectivation », visant « les formes et les modalités du rapport à soi par lesquelles l’individu se constitue et se reconnaît comme sujet » (Foucault, 1997a, p. 13). Un passage est suggéré entre ces deux pôles, quand Michel Foucault analyse l’accentuation de « la culture de soi » au cours des deux premiers siècles de notre ère en lien avec une série de modifications des normes sociales : « Elle constituerait par rapport à elles une réponse originale sous la forme d’une nouvelle stylistique de l’existence » (Foucault, 1997b, p. 97). « La réponse à » n’est pas équivalent au « déterminé par » (au sens causal 4) qui s’est largement imposé dans le vocabulaire sociologique, sans abolir pour autant la contrainte sociale. On peut ainsi concevoir des contraintes sociales auxquelles peut « répondre » une autonomisation subjective. Ici le langage foucaldien travaille bien une question théorique analogue à celle posée par Vincent de Gaulejac, mais sans retenir comme lui le vocabulaire déterministe pour saisir le poids des dominations sur l’individu, ni passer par une théorie de l’inconscient pour aborder la subjectivation. Là aussi, cela a des effets parfois convergents, parfois distincts, en termes de lumière et d’ombre, sur les descriptions empiriques rendues ainsi possibles.

7À la suite de ce premier essai de localisation théorique, la sociologie clinique apparaît comme un des vocabulaires les plus stimulants en capacité de reproblématiser les rapports entre le domaine des contraintes sociales et le domaine des subjectivités individuelles, avec des points forts comme des impensés. Ce premier moment nous incite alors à prolonger épistémologiquement  l’interrogation sur son mode de traitement des relations entre le social et le psychique.

Le social et le psychique : pour des clarifications épistémologiques

8Le double traitement articulé du social et du psychique se présente comme une des originalités principales de la sociologie clinique. « Loin de s’opposer, le social et le psychique, quand bien même ils obéissent à des lois propres, s’étayent et se nouent dans des combinaisons multiples et complexes », écrit Vincent de Gaulejac. Mais on peut se demander s’il n’y a pas là une certaine confusion dans la façon de situer épistémologiquement les apports de la sociologie clinique. Il ne s’agit pas de mettre en cause ces apports, en particulier quant aux relations entre le social et le psychique, mais d’éclaircir leur cadre épistémologique.

  • 5  Pour une critique des effets des pensées de la totalité sur les sciences sociales, voir aussi Corc (...)

9Car il y a dans les formulations de Vincent de Gaulejac un risque d’amalgame entre le niveau des concepts et celui d’une réalité « brute ». Le sociologue n’a jamais accès directement à cette réalité « brute », sans médiations conceptuelles. Ainsi « le social », « le psychique », « la détermination sociale et psychique », « l’inconscient » ou « le sujet désirant » (comme « les classes », « la domination », « les inégalités », « le capitalisme », « les acteurs » ou « l’individu ») n’existent pas à proprement parler, ce sont des schémas conceptuels permettant de rendre intelligibles des morceaux de la réalité observable. Karl Marx parlait bien en ce sens des concepts comme des « concrets pensés », comme « reproduction du concret par la voie de la pensée », distincte tant des prétentions empiristes à saisir immédiatement « le concret » que des travers théoricistes faisant confiance à un « concept qui s’engendrerait lui-même » (Marx, 1965, pp. 255-256). Paradoxalement, c’est Raymond Boudon qui reprendra le plus nettement la balle marxienne au bon dans sa critique du « réalisme » des concepts (Boudon, 1991, Épilogue : « Le piège du réalisme », pp. 229-238). Ainsi « le piège du réalisme » consisterait « à interpréter comme des propriétés des choses ce qui n’est qu’un schéma d’intelligibilité » (pp. 230-231). Ce risque apparaît particulièrement prégnant, pour Raymond Boudon, au sein des pensées « totalisantes » (p. 231), ayant du mal à admettre que les concepts « sont toujours débordés par la réalité » (p. 238), dans leur prétention à « tout » embrasser 5. Or il y a des indices dans le livre de Vincent de Gaulejac selon lesquels il se laisse, au moins par moments, entraîner à de telles lectures totalisantes du réel, ne serait-ce que par la répétition de formules comme « la totalité de », « cette totalité », « dans leur totalité » ou « l’ensemble de ». Ces expressions étant renforcées par d’autres marquant une prétention à capter ce qui serait « au fondement de » ou  « ce qui fonde » les univers humains.

10Si, pour un esprit complètement clairvoyant, le réel pouvait être accessible directement, sans médiations, mais aussi sans obscurités, ni incertitudes, alors le problème consisterait pour la philosophie et les sciences à trouver les bons concepts les plus adéquats à cette réalité et permettant de l’embrasser totalement en en identifiant les fondements. Mais il n’en est rien épistémologiquement pour les sciences humaines. Ce qui fait que, par exemple, « l’irréductible social », « l’irréductible psychique » comme l’articulation proposée entre les deux par la sociologie clinique ne peuvent être vus comme des propriétés du réel, mais comme des propriétés de certains concepts s’efforçant de rendre compte du réel.

11Un tel constat permet de localiser plus rigoureusement les acquis de la sociologie clinique, de les consolider même en les localisant. Ainsi le registre théorique de la sociologie clinique ne pourrait prétendre dépasser l’opposition entre la sociologie et la psychanalyse, dans un geste de magie hégélienne, en permettant de lire ensemble ce qui serait deux caractéristiques fondamentales du réel, « le social » et « le psychique », mais se présenterait plutôt comme une autre façon de construire l’objet, avec un plus vis-à-vis des sociologies antérieures et de la psychanalyse (par la mise en relation de problèmes habituellement séparés), mais aussi avec des pertes par rapport à elles, ne serait-ce que parce que les zones de lumière théorique impliquent des zones d’ombre. Contre « la nostalgie d’une lecture à livre ouvert et du "Grand Livre du Monde" » (Althusser, 1980, p. 13), associée à la « l’illusion de leur lecture immédiate » (p. 14) ou « mythe spéculaire d’une connaissance comme vision d’un objet donné, ou lecture d’un texte établi, qui ne sont jamais que la transparence même » (p. 17), Louis Althusser a judicieusement défini « la connaissance comme production » (p. 23). Et de préciser : « C’est le champ de la problématique qui définit et structure l’invisible comme l’exclu défini, exclu du champ de la visibilité » (p. 26), dans un rapport nécessaire entre voir et non-voir théoriques.

12Cela ne veut pas dire que ce pluralisme de conceptualisations partielles du réel mènerait nécessairement à un relativisme épistémologique (au sens extrême d’un « toutes les vérités se valent a priori »). Les productions de savoirs générées par les divers registres théoriques peuvent tout à fait être évaluées les unes par rapport aux autres. Même si la complication des sciences sociales pose une pluralité d’axes d’évaluation. « La valeur des théories sociologiques varie selon plusieurs axes d’évaluation, et d’abord selon les recherches dans lesquelles on mobilise leurs grilles sémantico-méthodologiques, mais aussi selon qu’on privilégie la multiplicité des tâches empiriques qu’elles imposent ou la conjonction sémantique de leurs généralités », note Jean-Claude Passeron (2006, p. 606).

13Le repérage de quelques hésitations, flottements, approximations ou confusions dans le livre et le texte de Vincent de Gaulejac ne nous a-t-il pas permis, au final, de célébrer les apports de la sociologie clinique, en en dégonflant certaines prétentions excessives ? Cela se présente comme une voie de la discussion scientifique dotée d’une certaine fécondité, car invitant à réfléchir et à travailler, cependant moins courante que les polémiques supposées définitives ou que les panégyriques complaisants.

Haut de page

Bibliographie

Althusser L. (1980 [1965]), « Du Capital à la philosophie de Marx », dans Althusser L., Balibar E., Establet R., Macherey P. & J. Rancière, Lire le Capital, tome I, Paris, Éditions François Maspero.

Boudon R. (1991 [1984]), La Place du désordre. Critique des théories du changement social, Paris, Presses universitaires de France.

Corcuff P. (2003), « Pour une épistémologie de la fragilité. Plaidoyer en vue de la reconnaissance scientifique de pratiques transfrontalières », Revue européenne des sciences sociales, tome XLI, n°127, [http://ress.revues.org/519].

de Gaulejac V. (1987), La Névrose de classe, Paris, Éditions Hommes et Groupes.

de Gaulejac V. & I. Taboada Léonetti (avec Blondel F. et Boullier D.-M.) (1994), La Lutte des places, Paris, Éditions Desclée de Brouwer.

de Gaulejac V. (1996), Les Sources de la honte, Paris, Éditions Desclée de Brouwer.

de Gaulejac V. (2005), La Société malade de la gestion. Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social, Paris, Éditions du Seuil.

Merleau-Ponty M. (1960), Signes, Paris, Éditions Gallimard.

Elias N. (1991a [1987]), La Société des individus, Paris, Éditions Fayard.

Elias N. (1991b), Mozart. Sociologie d’un génie, Paris, Éditions du Seuil.

Elias N. (1985 [1969]), La Société de cour, Paris, Éditions Flammarion (achevé en 1933).

Foucault M. (1993 [1975]), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Éditions Gallimard.

Foucault M. (1997a [1984]), L’Usage des plaisirs. Histoire de la sexualité II, Paris, Éditions Gallimard.

Foucault M. (1997b [1984]), Le Souci de soi. Histoire de la sexualité III, Paris, Éditions Gallimard.

Marx K. (1965), Introduction générale à la critique de l’économie politique (1857), dans Œuvres I, édition établie par M. Rubel, Paris, Éditions Gallimard.

Passeron J.-C. (1994), « De la pluralité théorique en sociologie. Théorie de la connaissance sociologique et théories sociologiques », Revue européenne des sciences sociales, tome XXXII, n°99.

Passeron J.-C. (2006 [1991]), Le Raisonnement sociologique. Un espace non poppérien de l’argumentation, Paris, Éditions Albin Michel.

Haut de page

Notes

1  Mea culpa : j’ai moi-même contribué à cette méconnaissance en ne lui trouvant pas de place dans les découpages retenus par les versions 1995 (Paris, Nathan) et 2007 (Paris, Armand Colin) de mon petit manuel Les Nouvelles sociologies.

2  Sur le pluralisme raisonné des langages théoriques en sociologie dans un cadre non relativiste épistémologiquement, voir Passeron (1994).

3  Voir Vincent de Gaulejac dans l’ouvrage en discussion p. 32 : « Le désir est un invariant, au fondement des conduites humaines, quels que soient l’environnement culturel et les avatars de l’histoire ».

4  Il y a une ambiguïté dans le vocabulaire des « déterminations ». Chez Karl Marx, c’est un sens philosophique plus ancien qui apparaît encore prégnant : être « déterminé », c’est être caractérisé, défini, spécifié, doté de qualités, et opposé alors à « indéterminé ». Mais un sens causaliste, plus moderne, domine dans les sciences sociales aujourd’hui : cela signifie alors quelque chose de soumis au déterminisme, de causé par. C’est en fonction de ce sens épistémologique que Karl Marx a souvent été relu, en entretenant une série de confusions quant à son supposé déterminisme.

5  Pour une critique des effets des pensées de la totalité sur les sciences sociales, voir aussi Corcuff (2003).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Corcuff, « Essai de clarification et de localisation des apports de la sociologie clinique », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Qui est "je" ? Sociologie clinique du sujet, mis en ligne le 27 décembre 2010, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3363

Haut de page

Auteur

Philippe Corcuff

Maître de conférences de science politique à l’Institut d’Études Politiques de Lyon, France - philippe.corcuff@sciencespo-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page