Navigation – Plan du site
La précarité

La précarité au Québec : un concept parmi d’autres pour parler des jeunes

"Precariousness" in Québec: one of several concepts applied to young people
Madeleine Gauthier

Résumés

Ce texte met en contexte l’usage du concept de précarité au Québec. Celui-ci a surtout été utilisé parmi beaucoup d’autres pour décrire la situation des jeunes au moment de la crise de l’emploi des décennies 1970 et 1980. Il a parfois contribué, par son attribution à l’ensemble des jeunes, à laisser les plus vulnérables dans l’ombre et à amplifier l’effet du travail atypique sur l’avenir de toute une génération. Un usage plus modéré du concept s’est imposé progressivement en présence de faits plus justement vérifiés. Sa force de persuasion a pu susciter des stratégies tant individuelles que collectives en faveur des jeunes. Ce retour dans le temps a permis de montrer que les jeunes sont sensibles à la conjoncture mais n’en restent pas pour autant les victimes. Est-ce à cause du type d’État (de Gøsta Esping-Anderson, évoqué par Mircea Vultur) que le concept n’a eu qu’une importance relative au Québec ? La question se pose-t-elle dans une approche pragmatique du changement ?

Haut de page

Notes de la rédaction

La contribution d’Henri Eckert au débat sur « La précarité » est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3285.html, et celle de Mircea Vultur à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3287.html.

Texte intégral

1« Entre précarisation pensée comme risque d’éloignement durable de l’emploi typique et des formes de protection sociale qui y sont accolées et précarisation utilisée comme une opportunité de construire son insertion dans l’emploi, le fossé est immense ».

2C’est en ces mots que s’est amorcé ce débat sur le concept de précarité. Il ne faut pas s’étonner que des deux côtés de la grande mer, des « chicanes » de concept ressurgissent à l’occasion. Cela peut tenir tout autant à des approches différentes de la réalité sociale qu’à une réalité sociale différente elle-même. D’un côté la pensée rationnelle rattache le concept à une vision juridique du travail et à son évolution dans le temps, le salariat et ses assises. De l’autre, une approche plus pragmatique observe une modification du concept au rythme d’adaptation des travailleurs à la réalité flexible de l’organisation contemporaine du travail. Je suis de ceux qui ont depuis longtemps appris que ce n’est pas parce que nous parlons la même langue que nous disons la même chose. D’où il importe de multiplier les occasions de débat comme celui-ci.

Les protagonistes en présence

3Henri Eckert reconstitue minutieusement le mot d’une manière exemplaire. Son texte est très éclairant quant à l’importance que les Français accordent au salariat et à ses formes de protections sociales menacées justement par ce qu’il nomme la précarité. Ce concept a obtenu la faveur des Français pour exprimer les risques qui les guettent quant à l’avenir de ce modèle auquel ils tiennent fortement. Le concept n’aurait pas la même connotation au Québec selon Mircea Vultur. Il le lie à celui de travail atypique qui a certes connu une montée au Québec et au Canada comme partout en Occident à la suite de la crise du pétrole au milieu des années 1970. Mais Mircea Vultur va plus loin et en minimise la portée lorsqu’il va jusqu’à proposer l’idée que ce concept pourrait avoir une connotation positive comme phase d’expérimentation du monde du travail chez les jeunes. Par cette allusion et par les illustrations qu’il donne tout au long de son exposé, Mircea Vultur fait indirectement la démonstration qu’au Québec et dans d’autres provinces canadiennes, la crise de l’emploi qui est à l’origine du vocabulaire concernant la précarité a été principalement le fait de la jeunesse. Tous se souviennent de la montée effarante du chômage des 15-24 ans en 1982 (taux de 23,4 % au Québec).

Un concept parmi d’autres pour décrire la situation des jeunes

4Un fait que Mircea Vultur ne peut nier : le concept de précarité a aussi été beaucoup utilisé au Québec au cours des dernières décennies. Pour avoir suivi l’histoire récente de la réalité du travail rémunéré chez les jeunes, je ne saurais dire s’il a été plus important que tous ces autres qualificatifs qui ont noirci des pages de volumes, de revues et de quotidiens au cours de ces mêmes années. Les jeunes ont été au cœur d’un déluge de mots. Ces mots étaient sans nuance et se renforçaient les uns les autres : marginalité, vulnérabilité, génération sacrifiée, « vaincus de l’histoire », exclusion… Bref, les oreilles étaient réceptives au concept de précarité comme aux autres, ce qui a conduit à une lecture plutôt terrifiante de la condition des jeunes qui entraient en emploi et de leur avenir dans ce contexte. Pour ne citer que quelques titres assez évocateurs de la panique qui a donné lieu à tous ces mots : Des jeunes sans avenir : propos et confidences (Michelena, 1983), Les Vagabonds du rêve. Vers une société de marginaux? (Lesage, 1986), Une jeunesse paupérisée : le sombre portrait de la génération sacrifiée (Deniger, 1991).

5Le concept de précarité faisait son nid dans cette avalanche de vocables tout aussi alarmistes les uns que les autres. Il est presque possible d’affirmer qu’il a davantage été utilisé pour attirer l’attention sur une jeunesse arrivée au mauvais moment dans le monde du travail – période de crise, effet générationnel – que pour déplorer les changements mêmes du monde du travail. La situation de l’emploi à ce moment et les mots pour en parler ont pu même avoir un effet pervers : certains observateurs se sont demandés si les jeunes ne se précipitaient pas alors, avant même d’avoir terminé leurs études, sur le premier emploi venu.

6Le concept de précarité apparaît même plus souvent dans le vocabulaire des travaux sur la jeunesse et le travail à la fin de la période qu’au début, puisque la notion de flexibilité, qui appelait la précarité comme une conséquence inévitable, a mis du temps à faire partie du vocabulaire. Ce n’est donc pas étonnant que Mircea Vultur ait choisi des exemples chez les jeunes pour illustrer son propos. La plupart des travaux durant cette époque ont davantage mis le focus sur les jeunes que sur les autres groupes d’âge, bien que certains l’aient fait à propos des chômeurs âgés et des groupes de femmes qui retournaient sur le marché du travail après une période de temps consacrée exclusivement à la famille. Mais ces travaux ont été marginaux par rapport à ce qui s’est dit et écrit sur les jeunes. Pour comprendre ce qui s’est passé à ce moment au Québec, il faut se tourner vers la sociologie de la jeunesse où le concept a tenu la route pendant un bon moment mais a fini par perdre de sa crédibilité lorsqu’il est devenu trop associé à des revendications sans fondements.

La cible : les baby-boomers, la flexibilité apparaîtra plus tard

7C’est moins l’introduction de la flexibilité de l’emploi qui était au départ la cible à l’origine de ce grand malheur des jeunes mais « les gavés de la Révolution tranquille » comme le titrait un article de La Presse en 1985, ces baby-boomers qui auraient occupé tous les emplois créés pendant les années de changement et de prospérité de l’après-guerre. La génération qui s’est vue l’objet de toutes les craintes et qui a été affublée de tous ces mots porte encore aujourd’hui non pas les « scarifications » laissées par l’emploi atypique pour utiliser le vocabulaire de Louis Chauvel (Les nouvelles générations devant la panne prolongée de l’ascenseur social, s. d.), mais la représentation d’avoir été réellement sacrifiée. Les études et les statistiques qui ont suivi ne parviennent pourtant pas à en faire une démonstration hors de tout doute.

8Ce qui a affaibli le concept, ce fut justement qu’il ait été souvent utilisé pour la défense d’une cause, pour amplifier une situation, celle des jeunes principalement, sans apporter les nuances qui s’imposaient. Le langage militant a souvent agacé l’œil de l’observateur. Le titre d’un avis du Conseil permanent de la jeunesse au Gouvernement du Québec en avril 2001 illustre bien cette amplification : Emploi atypique et précarité chez les jeunes. Une main-d’œuvre à bas prix, compétente et jetable. Or, le mot précarité n’est pratiquement pas utilisé dans le texte où ce sont plutôt les caractéristiques du travail atypique qui sont décrites en comparaison avec ce qui se passe aux différents âges : travail à temps partiel, emploi temporaire, rémunération, taux de chômage. Un usage des statistiques qui ne font pas les discriminations utiles entre les groupes d’âge a contribué à créer bien des équivoques. Ainsi, les auteurs du texte diront : « De 1976 à 1999, la progression de l’emploi à temps partiel a été spectaculaire chez les jeunes Québécois », ce qui est tout à fait juste. Mais les auteurs auraient dû ajouter qu’entre 17 et 19 ans, les jeunes sont pour la plupart encore aux études à temps plein. C’est encore plus vrai aujourd’hui où, en 2009, c’est le fait de 82,2 % des 15-19 ans et de 44,9 % des 20-24 ans (Statistique Canada, CANSIM 282-005).

Qui sont les précaires ?

9Ceux dont il faudrait s’inquiéter ne seraient-ils pas plutôt ceux qui ne sont plus aux études après l’âge de la scolarité obligatoire (16 ans révolus) ? C’est souvent une partie de cette minorité qui a le plus de difficulté à gagner le marché du travail et pour de multiples raisons : peu de préparation directe à l’emploi, arrêt des études avant l’obtention d’un diplôme, problèmes multiples dont la santé, la toxicomanie, le manque de soutien du milieu familial, et ainsi de suite. Toutes ces raisons ont-elles à voir avec la précarité du travail ou le travail atypique en soi ? Le discours militant, en voulant tout englober, peut distraire de la précarité « réelle » qui a certes un rapport avec l’emploi salarié, en particulier en ce qui concerne l’employabilité, mais qui fait appel aussi à d’autres mesures d’aide qui n’ont pas toujours de lien direct avec le monde du travail, sinon par les exigences que la vie active pose du point de vue de la santé physique et mentale, de certaines habitudes de vie, de sociabilité...

10C’est ainsi que le discours insistant sur la précarité de l’emploi pourrait avoir laissé les bonnes cibles dans l’ombre, les plus vulnérables face au marché du travail. Les 19 ans et moins sont effectivement peu nombreux sur le marché du travail et pourtant on analyse la situation des 15-19 ans comme si toute la cohorte se devait d’être en emploi à plein temps. Les données de 2010 en ce qui concerne l’emploi atypique sont le fait de 62,4 % des 15-24 ans. Or, on sait que ces travailleurs sont en grande partie des étudiants. Que signifie l’emploi atypique pour les étudiants ? Le travail à temps partiel des étudiants tombe sous les mêmes normes du travail que le travail à temps plein et suppose les mêmes recours (Loi sur les normes du travail).

Les effets à long terme du travail précaire au début de la vie active

11Le vocabulaire des années 1980 laissait peu d’espoir à ceux qui étaient les victimes de la crise de l’emploi. En me fondant sur les données de l’Enquête longitudinale sur l’activité de Statistique Canada et d’autres enquêtes sur l’activité, je me suis posée la question dans un article paru dans la revue Sociologie et Sociétés en 1994 : « Précaires un jour…? ». Faisant vieillir de dix ans la population qui avait connu un sommet dans les taux de chômage en 1982, il fallait se rendre à l’évidence que l’effet de cohorte n’était pas aussi catastrophique que prévu, que les 30-34 ans de 1992 n’avaient plus les mêmes caractéristiques que lorsqu’ils avaient 20-24 ans et même, que la situation des 20-24 ans de 1992 s’était améliorée par rapport à celle au même âge en 1982 bien qu’elle continuait d’être moins avantageuse qu’aux âges subséquents (Statistique Canada, Moyennes annuelles de la population active). L’hypothèse de l’effet de période mais aussi celle de l’effet d’âge pouvait ici se vérifier. L’entrée chaotique pour certains dans le marché du travail finissait par perdre de son intensité au fur et à mesure que la cohorte vieillissait mais les plus jeunes demeuraient toujours plus vulnérables à la conjoncture que les autres groupes d’âge.

12Des études rétrospectives viennent aujourd’hui en renfort de l’hypothèse posée à cette époque. C’est ainsi que les démographes Jacques Légaré et Pierre-Olivier Ménard montrent que si la génération des années 1980 (Génération X) a connu des difficultés lors de son entrée dans le marché du travail, ces difficultés se sont estompées ou se sont résorbées dans le travail autonome (Légaré & Ménard, 2006). Cette génération aurait, de plus, profité des institutions qui ont été mises en place avant son arrivée sur le marché du travail : système de santé, système d’éducation et assurance-chômage, ce qui vient atténuer l’écart que la génération X établit elle-même avec les baby-boomers. L’étude de Charles Fleury converge : l’hypothèse de l’effet de période ne serait pas à négliger lorsqu’il étudie les cohortes 1962-1966 et 1967-1971. Non seulement le marché du travail pourrait-il entrer en ligne de compte, mais aussi le cadre législatif (réforme de l’assurance-chômage à cette époque) et la perception que chaque cohorte a eu de la situation (Fleury, 2007). Si on se réfère à Louis Chauvel, la situation serait autre en France où l’effet de « scarification » (être marqué pour la vie) se ferait sentir sur la génération qui a connu des difficultés au moment de l’arrivée dans le marché du travail (Chauvel, s.d.).

La modération dans l’usage des mots s’est progressivement installée

13Des sociologues de la jeunesse au Québec ont, en particulier depuis le milieu des années 1990, été prudents dans l’usage du terme bien qu’ils ne l’aient pas exclus de leur vocabulaire. Le concept a été conservé mais utilisé avec modération, généralement dans le contexte de construction de typologies où la précarité apparaît comme une condition extrême dans le profil de certains jeunes et pas uniquement liée à la condition économique. C’est ainsi que Jacques Hamel, dans son enquête sur l’insertion professionnelle des diplômés, classe ses interviewés à l’intérieur de la typologie suivante : insertion jugée facile, position stable dans le marché du travail et précarité « évaluée en fonction de l’absence de continuité entre les quatre phases de la vie adulte (fin des études, départ du domicile familial, insertion dans le marché du travail et formation du couple) (Hamel, 2002).

14Plus récemment, Claude Trottier et al. ont aussi introduit la notion de précarité comme un des types de présence sur le marché du travail de jeunes adultes qui avaient quitté les études secondaires sans diplôme cinq ans plus tôt, donc des jeunes déjà en situation de vulnérabilité. Les deux premiers types concernaient ceux qui s’étaient stabilisés ou étaient en voie de le devenir, les deux autres étaient identifiés comme précaires et en marge du marché du travail. La situation de précarité ne concernait pas que le régime d’emploi ou le revenu, mais toutes les dimensions de la vie : la possibilité de subvenir entièrement à ses besoins, de maintenir son autonomie financière et de former des projets de vie qui semblaient réalisables à tout le moins à court terme (Trottier et al., 2007).

15En ce sens, on peut être d’accord avec Henri Eckert pour dire que les précaires peuvent n’avoir que peu d’espoir d’accéder « au noyau dur du salariat ». Mais qui sont les précaires et leur situation tient-elle au salariat lui-même ? L’insertion difficile était et est encore associée à la faible scolarité qu’on retrouve davantage chez les jeunes hommes que chez les jeunes femmes, différence encore ici avec la France. Les différentes facettes de la précarité ont été débattues en 2003 lors d’un colloque intitulé : La précarité du travail. Une réalité aux multiples visages (Fournier, Bourassa & Béji, 2003). Un changement de paradigme s’est dessiné en ce moment. Il faisait appel à plus d’attention à ceux qui sont susceptibles d’être les plus vulnérables.

Comme effets inattendus : des stratégies tant individuelles que collectives

16Parmi les effets inattendus de la précarisation de l’emploi sur les jeunes, il faut souligner, à partir des années 1970, la montée du travail rémunéré pendant les études, même au niveau des études secondaires. Cela n’a pas cessé depuis et s’est même amplifié au point que les statistiques de l’activité ont dû intégrer cette donnée parce qu’elle venait les fausser. Ce travail à temps partiel et souvent dans des emplois non qualifiés (le commerce de détail et de gros et le secteur de l'hébergement et des services de restauration, principalement) était le fait d’étudiants à plein temps. Selon Statistique Canada, « près de la moitié (45,9 %) des étudiants âgés de 18 à 24 ans et 31,2 % des étudiants plus jeunes, âgés de 15 à 17 ans, travaillaient en 2004-2005 » pour une moyenne d’une douzaine d’heures par semaine, bien davantage durant l’été. Les statistiques de l’activité tiennent maintenant compte de l’emploi à temps partiel des étudiants qui consacrent quelques heures par semaine de leur temps au travail rémunéré.

17Une étude de Jacques Roy auprès des cégépiens (deux à trois années d’études après le diplôme d’études secondaires, âge moyen entre 17 et 19 ans) montrait que ce comportement n’était pas d’abord lié à l’endettement, aux frais de subsistance ou au paiement des frais de scolarité, mais bien davantage à un désir d’autonomie à l’égard de la famille, « aux frais de sorties et de loisirs et à l’achat de vêtements » (Roy, 2006, p. 46). Il faut ajouter à ces raisons celle, fort utile lorsqu’il s’agit de construire un curriculum vitae, de l’expérience du travail à laquelle faisait sans doute allusion Mircea Vultur.

18La période qui a suivi la crise de l’emploi en a été une où le gouvernement du Québec a fortement incité les jeunes à se maintenir aux études, ce qui pouvait libérer des places aux travailleurs plus âgés, mais qui avait aussi pour conséquences de mieux outiller les entrants sur le marché du travail face aux changements qui les attendaient : diminution des emplois moins qualifiés des secteurs primaires et secondaires, augmentation des emplois qualifiés dans le secteur des services, promotion de l’entrepreneuriat en stimulant l’imagination pour la création de nouveaux secteurs d’emploi.

19Cette même période a vu surgir une panoplie de programmes pour faciliter l’insertion professionnelle des jeunes, en particulier ceux qui présentent des difficultés multiples. Un Sommet de la jeunesse en l’an 2000 organisé par le gouvernement du Québec a vu se concerter tous les acteurs pouvant influencer le marché du travail en faveur des jeunes. Les employeurs ont même souvent été mis à contribution en offrant des stages rémunérés dans la perspective d’une formation à l’emploi pour ceux qui n’avaient pas ou peu d’expérience du marché du travail. D’autres ont refusé de recevoir des jeunes qui n’avaient pas de diplôme secondaire afin de contrer le décrochage scolaire. Le mouvement communautaire a connu un essor important, financé en partie par le gouvernement, mais susceptible d’être plus proche des milieux jeunes en besoin d’aide au cheminement vers le marché du travail.

20Devant la montée du travail à temps partiel pendant les études, les agences de statistique ont dû améliorer leur présentation des résultats pour en tenir compte, sinon les indicateurs de l’activité dans le cas des 15-19 ans venaient complètement fausser la réalité à la fois de ces jeunes travailleurs et de celle du marché. Les deux pourtant y trouvaient leur avantage : la possibilité pour les jeunes de travailler à cause de l’allongement de la période des études et celle pour les employeurs d’avoir à proximité une main-d’œuvre disponible pour des emplois à temps partiel. Une chose est certaine, le taux d’emplois atypiques chute à partir de 25 ans pour se maintenir dans les mêmes limites jusque chez les plus de 55 ans dont certains peuvent être des précaires réels par un chômage de longue durée ou un retour en emploi dans des conditions inférieures à celles qu’ils avaient connues et d’autres, des précaires par choix pour meubler une retraite effectuée à un âge où il est encore possible de se maintenir actif et d’ainsi compléter la rente du régime de retraite.

Conclusion

21Que faut-il en conclure ? Est-ce à cause du type d’États tels que classés par Gøsta Esping-Anderson auquel fait allusion Mircea Vultur, qui marquerait la différence avec la France ? Ne serait-ce pas plutôt la manière dont sont reçus ou perçus les changements sociaux, la manière de les nommer et les stratégies mises en place pour y faire face ? La perception joue un grand rôle dans la façon de réagir au changement.

22C’est peut-être Paul Osterman qui avait vu juste en 1980 lorsqu’il expliquait que le cantonnement des jeunes dans des emplois dits « précaires » correspondait à la segmentation du marché du travail où certains types d’emplois sont réservés à une main-d’œuvre jeune. Il faut dire que la combinaison des études et du travail ne date pas de la dernière crise aux États-Unis, mais de la Grande Crise des années 1930.

23Cet exercice autour du concept de précarité, parce qu’il a exigé un retour dans le temps, a aussi montré que les jeunes sont particulièrement sensibles à la conjoncture mais n’en restent pas pour autant les victimes.

Michelena J. (1983), Des Jeunes sans avenir : propos et confidences, Montréal, Centre des services sociaux du Montréal métropolitain, 1983, (miméo).

Haut de page

Bibliographie

Chauvel L. (s. d.), Les Nouvelles générations devant la panne prolongée de l’ascenseur social. Consulté le 26 février 2011. URL : http://www.louischauvel.org/ofceralentissementgenerationnel5.pdf

Deniger M.-A. (1991), « Une jeunesse paupérisée : le sombre portrait de la génération sacrifiée », Apprentissage et Socialisation, vol. 14, n° 1, pp. 11-17.

Fleury C. (2007), « Les jeunes des années 1980-1990 : une génération sacrifiée ?», dans Bourdon S. & M. Vultur (dir.), Regard sur… Les jeunes et le travail, Québec, Les Presses de l’Université Laval-IQRC, pp. 259-282.

Fournier G., Bourassa B. & K. Béji (dir.) (2003), La Précarité du travail. Une réalité aux multiples visages, Québec, Les Presses de l'Université Laval.

Gauthier M. (1994), « Précaires un jour… ? ou quelques questions à propos de l’avenir des jeunes contemporains », Sociologie et Sociétés, vol. XXVIII, n° 1, pp. 135-146.

Hamel J. (avec la collaboration de Ellefson B.) (2002), « Quelques éléments pour une vue longitudinale sur les jeunes, le travail et la famille », dans Lacharité C. & G. Pronovost (dir.), Comprendre la famille, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, pp. 235-244.

Légaré J. & P.-O. Ménard (2006), Les Générations X et Y du Québec, vraiment différentes des précédentes ?, McMaster University, SEDAP Research Paper, n° 158.

Lesage M. (1986), Les Vagabonds du rêve. Vers une société de marginaux, Montréal, Éditions Boréal Express.

Osterman P. (1980), Getting Started. The Youth Labor Market, Cambridge and London, The MIT Press.

Roy J. (2006), Regard sur… Les logiques sociales et la réussite scolaire des cégépiens, Québec, Les Presses de l’Université Laval et IQRC.

Trottier C., Gauthier M. & C. Turcotte (2007), « Insertion professionnelle et rapport au temps de jeunes ayant interrompu leurs études secondaires », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 21 juin 2007, Consulté le 24 février 2011. URL : http://sociologies.revues.org/index212.html

Usalcas J. & G. Bowlby (2011), Les Étudiants sur le marché du travail, Enquête sur la population active, Ottawa, Statistique Canada, consulté le 26 février 2011 [En ligne]. URL :

http://www.statcan.gc.ca/pub/81-004-x/2006001/9184-fra.htm

Statistique Canada (2010), L’Évolution de l’emploi atypique au Québec, Enquête sur la population active. Traitement : Institut de la statistique du Québec, direction des statistiques du travail et de la rémunération (19 mars 2010), consulté le 26 février 2011 [En ligne]. URL :

http://www.travail.gouv.qc.ca/publications/rapports/emploi_atypique/index.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madeleine Gauthier, « La précarité au Québec : un concept parmi d’autres pour parler des jeunes », SociologieS [En ligne], Débats, La précarité, mis en ligne le 11 avril 2011, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3443

Haut de page

Auteur

Madeleine Gauthier

Professeure titulaire - INRS Urbanisation, Culture et Société, Québec (Qc), Canada -madeleine_gauthier@ucs.inrs.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page