Navigation – Plan du site
La précarité

Sociologies de la précarité et précarités de la sociologie

Sociologies of vulnerability and vulnerabilities of sociology
Abraham Franssen

Résumés

La confrontation des deux regards d’Henri Eckert et Mircea Vultur sur la notion de « précarité » constitue une mise en abîme à plusieurs niveaux. L’interpellation porte en effet sur les conditions de pertinence et les limites de la validité de l’analyse sociologique. Alors que la prétention à la scientificité de la sociologie conduit à affirmer son autonomie comme discipline, serait-elle toujours tributaire des a priori idéologiques qui en ont imprégné les principaux paradigmes ? Alors que la prise en compte des phénomènes de globalisation à l’échelle de la « société monde » s’impose désormais comme un lieu commun, les cadres d’observation, d’analyse et d’interprétation des « phénomènes sociaux » seraient-ils toujours irréductiblement façonnés par les contextes historiques et nationaux ?
Dans sa contribution à ce débat, l’auteur ne cherche pas à départager les deux thèses en présence, mais plutôt à les articuler. Il part de l’hypothèse que les divergences interprétatives entre les acteurs (et entre sociologues) constituent, d’un point de vue analytique et méthodologique, un révélateur privilégié des phénomènes sociaux (ici du marché de l’emploi et de ses représentations) dont la construction sociale est à appréhender dans ses dynamiques de coopération conflictuelle.

Haut de page

Notes de la rédaction

La contribution d’Henri Eckert au débat sur « La précarité » est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3285.html, et celle de Mircea Vultur à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3287.html.

Texte intégral

Les mots pour le dire

1Comment nommer la réalité de l’expérience de l’emploi et du travail d’un nombre croissant d’individus des sociétés occidentales, d’Europe et d’Amérique du nord ? Quels concepts sont-ils les mieux à même de rendre compte et d’éclairer les (re)configurations contemporaines de ce que l’on appelait « le monde du travail » et que l’on désigne aujourd’hui plus généralement comme « marché de l’emploi » ?

2L’interrogation n’est pas confinée à un débat de spécialistes de l’emploi et du travail. Par la centralité conférée, par les acteurs sociaux autant que par les sociologues, à la place occupée par les individus dans les rapports sociaux de production, celle-ci s’est longtemps imposée comme le premier principe de classement et de définition des identités sociales et sociologiques, et par-delà, comme la dimension déterminante de structuration de « la société » elle-même. Que cette société soit définie en termes de strates et d’échelles statutaires, de classes sociales, de communautés d’appartenance ou de rôles et de fonctions (Dubet, 1987) c’est d’abord à partir de sa position et de son activité professionnelle qu’a été définie l’identité sociale de l’individu dans la société industrielle, au risque d’ailleurs de minorer les autres critères d’identification à partir des rapports sociaux de genre, intergénérationnels, ethniques...

3Pour Henri Eckert, inscrivant à partir du contexte français son propos dans le sillage de Robert Castel, le terme de « précarité » s’impose, à la fois socialement et sociologiquement, comme catégorie descriptive et analytique des expériences vécues pour sa capacité à rendre compte des transformations – vécues comme déclin, fragilisation, régression – de la société salariale et des protections que celle-ci avait tissées à partir et autour de l’emploi. Le développement des formes d’emploi atypiques, l’éviction durable, voire définitive, du marché de l’emploi d’une frange de jeunes, des moins qualifiés, des travailleurs âgés, des femmes et la généralisation de l’incertitude liée à des trajectoires professionnelles moins prévisibles et assurées, justifient la bonne fortune du concept de « précarité » pour rendre compte de la mauvaise fortune, vécue ou appréhendée, des individus sur le marché de l’emploi.

4Cette première lecture s’inscrit dans une historicisation de la société salariale, de son apogée à son déclin : c’est au regard et en contraste des formes instituées et toujours culturellement intériorisées de protection et de statut que procurait le salariat dans le « modèle fordiste de la société industrielle à État-providence » que se mesure et se ressent douloureusement l’écart entre des aspirations subjectives toujours inscrites dans la nostalgie d’un supposé « âge d’or » du salariat et des nouvelles conditions objectives qui s’en sont éloignées.

5Paraphrasant ce qu’écrivait Émile Durkheim à propos de l’anomie « qui est un mal parce que la société en souffre, ne pouvant se passer, pour vivre, de cohésion et de régularité », mal qui affecte également les individus puisque, comme état de celui qui n’intègre pas suffisamment les normes du système social, « l’anomie est la négation de toute morale » et la source de toutes les pathologies : perte de sens de l’existence, suicide, criminalité, égoïsme… (Durkheim, cité par Orru, 1998), on pourrait dire avec Henri Eckert que la précarité est un mal, etc…

6Pour Mircea Vultur, sans remettre en cause l’effectivité des caractéristiques d’un marché de l’emploi gagné par la multiplication des formes d’emploi « atypiques », la vulgate du discours à propos de la précarité appelle à être sérieusement nuancée. La multidimensionnalité et la plasticité de la notion, évoquant pour les uns les conditions statutaires et contractuelles de l’emploi, renvoyant pour les autres au sens du travail, dans un contexte caractérisé par une forte hétérogénéité des formes d’emploi et des trajectoires individuelles, font de « la précarité » une « catégorie fourre-tout », un mot valise charriant un contenu hétéroclite, un mot écran également qui peut faire obstacle à la compréhension fine des recompositions objectives et subjectives à l’œuvre. Mircea Vultur avance trois arguments en ce sens.

7Tout d’abord, l’imaginaire de la précarité ne prend sens que par rapport à un mode particulier de structuration du marché de l’emploi et par-delà celui-ci, de conception du « contrat social ». Or, comme Gøsta Esping-Andersen l’a mis en évidence à partir de sa typologie des régimes d’État-providence, les différentes conceptions et modes de structuration demeurent fortement tributaires des contextes historiques nationaux (Esping-Andersen, 1999). Là où, comme dans le régime corporatiste, domine la référence à un emploi fortement protégé, les diverses formes d’emploi dérogeant à cette norme pourront être qualifiés de « précaires ». Par contre, là où comme dans le régime libéral, c’est la flexibilité des relations de travail qui prévaut, il n’y aurait guère de pertinence à qualifier de précaires ce qui constitue en fait la norme générale. Mircea Vultur suggère ainsi que, paradoxalement, c’est le degré de protection et de régulation des relations de travail qui provoque et encourage la multiplication des formes d’emploi précaire aux marges des secteurs d’emploi protégés.

8Le second argument est que le statut de l’emploi, ou même la situation temporaire de chômage, occupé à un moment donné ne suffit pas à déterminer la dynamique de la trajectoire professionnelle d’un individu. Plus que les formes juridiques de l’emploi, qui sont également fonction des secteurs d’activité, ce sont les caractéristiques de l’individu lui-même, à commencer par son niveau de qualification, qui apparaissent déterminantes dans la construction de sa carrière.

9Le troisième argument porte sur le sens et la signification subjective accordée par les individus à l’emploi et au travail. Loin d’être une condition subie, l’emploi atypique, à durée déterminé, à temps partiel ou dans le secteur intérim peut être, pour une partie des jeunes en particulier, l’occasion de se tâter et de tâter le marché de l’emploi, dans un contexte où la jeunesse se conçoit comme la prolongation d’un moratoire propice aux expérimentations. Dans ses travaux il y a plus de vingt ans, pourtant menés dans un bastion du modèle corporatiste, Rainer Zoll avait déjà montré l’importance de cette logique de l’« ausprobieren » parmi les jeunes générations, en particulier chez les jeunes disposant du plus de ressources scolaires et culturelles (Zoll, 1989). En quelque sorte, une partie des jeunes auraient intégré le principe de justification de la « cité par projet » de préférence à celui de la cité domestique ou industrielle (Boltanski & Chiapello, 1999). Comme le suggère le slogan d’une agence de travail intérimaire, illustrant le contournement de la critique sociale et la récupération de la critique artiste : « Le scénario métro-boulot-dodo ne te tente pas vraiment ? ».

Mises en abîme

10La confrontation de ces deux regards informés et argumentés sur la notion de « précarité » constitue une mise en abîme à plusieurs niveaux. En effet, au-delà du débat sur la caractérisation la plus adéquate des nouvelles formes d’emploi et de travail, l’interpellation porte sur les conditions de pertinence et les limites de la validité de l’analyse sociologique. Alors que la prétention à la scientificité de la sociologie conduit à affirmer l’autonomie de la sociologie comme discipline, celle-ci serait-elle toujours tributaire des a priori idéologiques qui en ont imprégné les principaux paradigmes ? Alors que la prise en compte des phénomènes de globalisation à l’échelle de la « société monde » s’impose désormais comme un lieu commun, les cadres d’observation, d’analyse et d’interprétation des « phénomènes sociaux » seraient-ils toujours irréductiblement façonnés par les contextes historiques et nationaux ?

11Dans cette contribution à ces débats, je ne chercherai pas à départager les deux thèses en présence, mais plutôt à les articuler, partant de l’hypothèse que les divergences interprétatives entre les acteurs (et entre sociologues !) constituent analytiquement et méthodologiquement un révélateur privilégié des phénomènes sociaux – ici du marché de l’emploi et de ses représentations – dont la construction sociale est à appréhender dans ses dynamiques de coopération conflictuelle.

Conflit idéologique ou divergences paradigmatiques ?

12La première lecture, facile, des divergences interprétatives entre Henri Eckert et Mircea Vultur serait de les réduire à l’opposition politique entre un point de vue social-démocrate et un point de vue (néo)-libéral. Énoncée telle quelle, cette imputation peut apparaître grossière, voire insultante, tant apparaît révolu le temps des conflits idéologiques, des anathèmes et excommunications pour péché d’« idéologie » entre sociologues « de droite » et sociologues «  de gauche ».

13Si l’écume des postures polémiques s’est partiellement dissipée, on peut toutefois se demander si les postulats sous-jacents à ces prises de position ne sont pas toujours bien opérants dans les différentes lectures sociologiques. Guy Bajoit notamment a bien mis en évidence la parenté entre les principaux paradigmes de la sociologie et les idéologies qui ont animé les acteurs de la société industrielle (Bajoit, 1992).

14Primauté aux structures ou aux acteurs ? Vision consensuelle ou vision conflictuelle des rapports sociaux ? En distinguant les différents paradigmes sociologiques selon qu’ils mettent l’accent sur le poids des structures ou, au contraire, sur la dynamique de l’action et selon qu’ils privilégient une vision consensuelle ou plutôt une vision conflictuelle des rapports sociaux, Guy Bajoit propose ainsi une typologie des paradigmes de la sociologie, répartis entre paradigme de l’intégration, de la domination, de la compétition et du conflit.

15C’est bien cette divergence paradigmatique que Mircea Vultur explicite dans sa contribution lorsqu’il souligne que, de son point de vue, « l’idée de précarité utilisée dans les analyses sociologiques renvoie à un schéma holiste dans lequel l’individu est la victime des structures et n’a pas la capacité d’infléchir le fonctionnement économique et social » et lui préfère « la perspective théorique fondée sur le postulat selon lequel les individus sont des acteurs de leur insertion professionnelle ».

16Appliqués au domaine de l’emploi et du travail et à la thématique de la précarité et de l’insertion professionnelle des jeunes, ces quatre paradigmes vont en effet en proposer des lectures radicalement contrastées, et par conséquent y suggérer des réponses politiques divergentes.

17- le « monde du travail » doit-il avant tout être appréhendé comme un espace d’intégration ? Dans cette perspective, on s’interrogera notamment sur l’adéquation (et sur les écarts) entre formation et emploi, sur la socialisation au travail, sur les identités professionnelles et sur la plus ou moins grande centralité de ce rôle par rapport aux autres sphères de la vie sociale. La précarité d’une partie des jeunes sera avant tout appréhendée comme l’expression d’un déficit de socialisation (« non qualifiés », voire « n’ayant pas intégré les compétences sociales de base » de « ponctualité », de « rapport à l’autorité », de « savoir-être », etc.), tandis que l’insertion des jeunes sera envisagée comme un processus d’acquisition progressive des normes en vue de les rendre aptes et conformes à l’exercice de leur fonction professionnelle. C’est dans cette optique socialisatrice que s’inscrivent de nombreux dispositifs d’insertion socioprofessionnelle des jeunes, à l’exemple du « parcours d’insertion » qui balise la trajectoire du jeune vers l’emploi de plusieurs étapes : (re)-socialisation et (re)-motivation, qualification, apprentissage de la recherche d’emploi…

18- le « marché de l’emploi » doit-il plutôt être envisagé sous l’angle des stratégies individuelles déployées par des acteurs stratégiques qui, certes avec une rationalité limitée et de ressources inégales, disposent néanmoins d’une zone de liberté et sont en compétition pour maximiser leurs préférences ? De ce point de vue, une partie au moins des conduites et des représentations des jeunes à l’égard du marché de l’emploi peut être comprise comme l’expression des stratégies (ou à tout le moins des adaptations secondaires) qu’ils mettent en œuvre pour accumuler des ressources (d’expériences de vie et de travail, de compétences, de réseau social…), pour ménager leurs possibilités de choix, ou simplement, lorsque leurs capitaux familiaux et culturels le permettent, pour prolonger le moratoire biographique d’une jeunesse prolongée. Quant aux réponses politiques fondées sur cette représentation du marché de l’emploi et de l’insertion des jeunes, elles oscillent entre naturalisation (« À chacun de se débrouiller ») et volonté d’activation (il s’agit de limiter les « pièges à l’emploi » et les désincitants à l’activité professionnelle)…

19- les « rapports sociaux de production » sont-ils avant tout le lieu de l’exploitation, de la domination et de l’aliénation, triptyque historique auquel il faut aujourd’hui ajouter les termes « précarisation » et « exclusion » ? De ce point de vue, la précarisation et l’exclusion du marché de l’emploi des segments les moins profitables du salariat (les jeunes, les travailleurs âgés) correspondent à la stratégie d’un capitalisme mondialisé et aboutissent à la constitution d’un nouveau lumpen-prolétariat, d’une nouvelle armée de réserve, dont la fonction véritable est faire pression sur la condition salariale et d’assurer la docilité, jusqu’à la « souffrance au travail », de ceux qui ont « la chance » d’avoir un emploi. À cette domination objective (qui tient à la stratégie par laquelle le capital tente de répondre aux contradictions entre l’état de développement mondialisé des forces productives et le cadre toujours national d’organisation des rapports sociaux de production) se superpose le travail idéologique assuré par les multiples agences et appareils supra-étatiques (OCDE, FMI, UE...) et étatiques (Services publics d’emploi) producteurs de discours culpabilisants et de dispositifs sanctionnants à l’encontre des chômeurs stigmatisés comme premiers responsables de leur sort. C’est en tout cas la dénonciation critique qu’en effectuent des acteurs que l’on peut qualifier de « marginaux contestataires » dans le champ socio-politique comme en Belgique francophone le collectif « Stop Chasse aux Chômeurs ».

  • 1 Incidemment, on notera que dans un pays de tradition social-démocrate comme la Belgique, l’expressi (...)

20- enfin, les « relations sociales d’emploi et de travail 1 » peuvent être envisagées comme l’enjeu des conflits plus ou moins régulés entre acteurs sociaux. Les travaux de la théorie de la régulation (Boyer, 2002), ceux des économistes et sociologues des conventions (Salais & Thévenot, 1986) tout comme les travaux de Gøsta Esping-Andersen (1999) participent de ce paradigme pour lequel les caractéristiques du marché de l’emploi doivent être appréhendées, non pas à partir des seuls postulats de l’économie classique et du modèle du « marché libre », mais précisément à partir des formes, types et modalités de régulation politique et institutionnelle négociées entre acteurs dans un contexte historique donné. De ce point de vue, plus que comme la conséquence de caractéristiques individuelles défavorables ou de désincitants microéconomiques, les difficultés d’insertion d’une partie des jeunes seront ici envisagées sous l’angle plus politique des rapports conflictuels et de la construction de régulations entre les différents groupes sociaux – classes sociales, générations (Chauvel, 2010), groupes ethniques (Bastenier, 2004), catégories professionnelles – disposant de capacités inégales de faire valoir leurs intérêts et légitimité dans différents champs (scolaire, de l’emploi).

21Selon sa position et ses dispositions, chacun, analyste comme acteur social, pourra plus ou moins se sentir en affinité élective ou au contraire en divergence avec l’une ou l’autre de ces grilles de lecture. Ce pluralisme paradigmatique, s’il est inhérent au débat scientifique, n’en est pas moins problématique lorsqu’il s’agit de s’accorder sur des concepts à portée heuristique, d’autant plus que la proximité entre ces cadres de références sociologiques et les idéologies des acteurs de la société industrielle est évidente et rend suspects la motivation et le statut des discours sociologiques. En fin de compte, les sociologues sont-ils sommés de « choisir leur camp » et de se contenter d’être les « intellectuels organiques » de la social-démocratie ou de la gauche radicale, ou les « chiens de garde » du (néo)-libéralisme ?

22Pour dépasser ces « faux débats » et sortir la sociologie de l’eau du bain idéologique, Guy Bajoit suggère de refonder la conceptualisation sociologique autour du concept de rapport social, en appelant à en identifier les différentes « fibres », considérant qu’un rapport social entre deux acteurs est tout à la fois constitué de liens d’intégration, de domination, de conflit, de compétition (Bajoit, 1992).

23Dans le même sens, plutôt que d’opposer les différentes conceptions de l’emploi, ne s’agit-il pas de les articuler en reconnaissant que les rapports sociaux qui se nouent autour de l’emploi, y compris dans leur dimension symbolique et normative (les représentations à propos de l’emploi, les définitions sociales du « bon emploi » et de la « précarité ») sont tout à la fois et de manière variable selon les contextes des rapports d’intégration, de compétition, de domination et de conflits entre les acteurs ?

24Dès lors, la tâche propre de la recherche sociologique consiste précisément à déterminer analytiquement et empiriquement l’état et l’évolution des rapports sociaux dans les différents contextes socio-historiques.

25Cela implique également de distinguer différents niveaux analytiques, sans les hiérarchiser par un lien de dépendance causale, mais en reconnaissant l’autonomie relative entre un niveau d’analyse macro-sociologique, portant sur les « modèles nationaux » et les tendances transnationales (État, partenaires sociaux, acteurs économiques et politiques transnationaux…), un niveau méso-sociologique qui porte sur les relations entre acteurs collectifs et institutions (de l’enseignement, de la formation, de l’emploi) au sein de l’espace national, régional ou local, un niveau micro-sociologique, qui est celui de la saisie des interactions et transactions (entre un jeune et un employeur par exemple), voire un niveau nano-sociologique qui serait celui dont l’individu est l’unité d’analyse, individu au centre d’une expérience (Dubet, 1995) ou d’une gestion identitaire et relationnelle de soi (Bajoit & Franssen, 1995) dont il doit articuler différentes logiques d’action potentiellement contradictoires.

Des concepts nationaux à l’heure de la transnationalisation ?

26La seconde ligne de débat porte sur les limites contextuelles de la portée des concepts et des analyses sociologiques de l’emploi.

27Si elle est suspecte d’être lestée idéologiquement, l’analyse sociologique n’est-elle pas avant tout plombée par les contextes nationaux de son énonciation ? Dire de l’analyse d’Henri Eckert qu’elle serait pertinente dans le contexte français tandis que celle de Mircea Vultur serait adéquate pour le contexte anglo-saxon et nord-américain en particulier, reviendrait à considérer qu’il n’y a de sociologie que nationale, ou du moins que le propos sociologique serait éminemment tributaire des zones d’influence culturelle, linguistique et politique des « principaux modèles nationaux ».

  • 2 Avec Émile Durkheim, la sociologie se met au service du projet réformiste de la petite bourgeoisie (...)
  • 3 Trônant au faîte de l’empire américain, ordonnée comme un pavillon de banlieue de la upper middle c (...)

28De fait, d’Émile Durkheim 2 à Talcott Parsons 3, la mise en récit opérée par le discours sociologique apparaît indissociablement liée à la production du « roman national ». Le concept même de « société » est généralement suivi d’un qualificatif de nationalité, confortant l’idée que l’État-nation est le cadre de la société.

29Plus spécifiquement, les analystes des marchés de l’emploi, des relations de travail et des systèmes de protection sociale soulignent les spécificités historiques et culturelles des différents modèles nationaux (Esping-Andersen, 1999 ; Barbier, 2008)

  • 4 Cette prégnance des contextes nationaux, et plus encore des univers linguistiques et des épistémè q (...)

30Concernant la situation des jeunes sur le marché de l’emploi dans les différents pays européens, Béatrix Niemeyer souligne l’idiosynchrasie de chaque contexte national. Des facteurs structurels et culturels comme la structure du système de formation professionnelle, la responsabilité de l’insertion professionnelle (attribuée tantôt aux pouvoirs publics, tantôt aux partenaires sociaux, tantôt aux familles…), la notion culturelle de la jeunesse (comme période d’autonomie et d’épanouissement, comme préparation à la vie active) ou encore l’appréciation sociale du chômage des jeunes influencent de manière déterminante la position relative et les dispositions subjectives des jeunes par rapport au marché de l’emploi (Niemeyer, 2007) 4.

31Il y a là un paradoxe dans la mesure où, bien plus que d’autres domaines de la vie sociale et de l’action publique, l’emploi est sans doute le domaine où s’exerce de la manière la plus forte la transnationalisation des « réalités vécues » et de leur appréhension. La situation présente et à venir du jeune demandeur d’emploi en Wallonie a, dans ses différentes dimensions (l’emploi qu’il occupe ou n’occupe pas, les protections sociales dont il bénéficie, le traitement public dont il est le bénéficiaire, ses perspectives de carrière…), bien plus à voir avec les tendances à l’œuvre au niveau global de l’économie-monde et de la société-monde qu’avec le souvenir idéalisé du modèle salarial de ses (grands)-parents. Sa condition salariale est et sera davantage tributaire des implications de la Stratégie Européenne de Lisbonne, établie en 2000 et renouvelée dans les « objectifs 2020 » que du Pacte social établi entre partenaires sociaux en 1944 en Belgique.

32La diversité persistante des modèles constitués historiquement dans le cadre national ne doit donc pas conduire à négliger les tendances convergentes qui se déploient à l’échelle européenne et plus largement des pays industrialisés, en matière de marché et de politique d’emploi, mais également et en lien, des systèmes d’enseignement, de formation et de protection sociale.

33À travers les réformes et les évolutions du marché et des politiques de l’emploi, de la formation et des systèmes de protection sociale, et à partir de la promotion de notions comme « l’employabilité », la « flexibilité » ou « la flexicurité », « l’harmonisation et la transférabilité des compétences », le « long life learning », l’« activation », différentes mesures et discours participent de la même idéologie mobilitaire, d’un même référentiel de l’activation et de la transition généralisée. Aux cloisonnements institutionnels et aux découpages temporels et statutaires, il s’agit de substituer le principe d’une mobilité continue des personnes vers et sur le marché du travail, faisant de chaque individu un entrepreneur pluri-actif de lui-même, veillant à son capital employabilité, trouvant tout naturel de se « réorienter », de reprendre une formation, etc...

34Ces recompositions modifient sensiblement les coordonnées du débat sur la précarité, brouillant le clivage entre « stabilité » et « précarité », entre « insiders » et « outsiders » sur le marché de l’emploi dans la mesure où, à la faveur des multiples dispositifs de transition (Gazier, 2007), c’est dans l’entre-deux et l’entre-temps d’un « espace transitionnel » entre formation, protection sociale, sphère domestique et emploi que se trouvent mis en circulation continue un nombre croissant d’individus. Non seulement les nouveaux venus sur le marché de l’emploi et les groupes cibles « éloignés de l’emploi » sur lesquels se focalisent les dispositifs d’activation, mais également les salariés invités à parfaire de manière continue leur formation, à se recycler ou à se reconvertir, les femmes implicitement ou explicitement via les mécansimes de « congé parental » ou de « pause carrière » encouragées à combiner travail à temps partiel et implication dans la sphère domestique, tandis que d’autres mesures ciblent les « femmes rentrantes » sur le marché du travail, les retraités encouragés à retarder leur départ, à prendre leur retraite « à la carte » et à considérer celle-ci comme une nouvelle phase d’activités, y compris professionnelles. Accompagnant les évolutions propres au marché de l’emploi lui-même vers plus de flexibilité et la multiplication des emplois a-typiques (intérimaires, à temps partiels, temporaires, sous statut d’« indépendant » plutôt que de salarié), cette promotion d’un référentiel de la transition généralisée s’effectue notamment par la construction et la systématisation d’instruments de mesure standardisée de l’employabilité et de mise en équivalence des « profils de compétences » afin de fluidifier les relations entre les systèmes d’éducation, de formation et le marché de l’emploi, à travers des mesures telles que la mise en place d’un cadre européen de certification en vue de « permettre aux employeurs de mieux apprécier le profil, le contenu et la pertinence des certifications proposées sur le marché de l’emploi », l’encouragement à la validation des acquis de l’expérience et à la formation continue. À l’horizon de ces processus de mise en équivalence, de mise en correspondance et de traçabilité et à la faveur de l’informatisation et de la connection des bases de données (des offres et des demandes d’emploi), pointe le fantasme « googlelien » d’un marché de l’emploi rendu « parfait » et « transparent » par le « profiling exhaustif » et le « matching intégral ».

  • 5 Alors qu’actuellement en Belgique, un tiers des retraités n’ont connu qu’un seul employeur, un réce (...)

35L’idée maîtresse est que c’est désormais aux individus de construire leur insertion, de développer leur capital « employabilité » tout au long d’une trajectoire présentée et anticipée comme plus incertaine 5. Si cette injonction à la responsabilisation individuelle peut apparaître évidente dans un contexte et une culture libérale, elle s’éprouve parfois douloureusement dans les sociétés d’ancienne industrialisation de tradition social-démocrate. Une bonne part du travail de coaching et d’accompagnement effectué par les services publics d’emploi consiste d’ailleurs précisément, à travers la rhétorique du « contrat » et du « projet individuel », à favoriser l’intériorisation de cet éthos de la responsabilité (Orianne, 2004).

36D’aucuns y verront la manifestation d’une précarisation généralisée de la condition salariale, là ou d’autres y verront autant de tentatives de refonder les protections en les attachant non plus à un statut stable, mais aux individus eux-mêmes, à leurs capabilities et à leur trajectoire. L’oxymore « flexicurité » indique bien les ambivalences de ces évolutions. Dans une version optimiste, la distinction proposée par Jean-Louis Genard et Fabrizio Cantelli (2007) entre les droits-créance, qui correspondent au modèle d’un État social garantissant un certain nombre de protections statutaires, et les droits-autonomie qu’ils identifient comme caractéristiques d’un État réflexif ou État réseau s’attachant davantage à la capacitation des personnes, indique un des horizons possibles de ce redéploiement de la protection sociale dans une société d’individus, pour autant bien évidemment que ces technologies de gestion de la question sociale à l’échelle des individus ne soient pas que le masque d’un « État social-pénitence ».

37Toujours est-il que ces recompositions appellent à repenser à nouveaux frais les enjeux de la précarité et de la protection sociale. Ceux-ci ne peuvent être uniquement envisagés sous l’angle des déficits d’intégration et de la crise du modèle idéal-typique et idéalisé de « la société industrielle à État-providence », pas plus qu’ils ne peuvent être naturalisés et euphémisés au nom de l’adaptation aux « exigences du marché ». Si c’est désormais à l’échelle des individus et de leurs trajectoires que se jouent précarité et sécurité, cette décatégorisation et cette individualisation des épreuves ne fait que déplacer et exacerber la question sociale. La construction par les services publics d’emploi – qui ne font en cela que suivre avec un temps de retard les pratiques managériales des entreprises et que de tenter d’expliciter ce qui est déjà implicitement à l’œuvre – d’« échelles d’employabilité » et d’indicateurs de « distance des individus à l’emploi » donne crédit à l’argument de Mircea Vultur selon lequel désormais, ce n’est pas le statut d’emploi qui protège les individus et qui suffit à déterminer la condition précaire des individus. Mais cela conforte également le diagnostic d’Henri Eckert sur la généralisation d’une condition précaire, dans la mesure où la course à l’employabilité ne fait qu’accentuer la compétition entre individus et que le déclassement des uns est toujours relatif au classement des autres. Sur la vague de la compétition et dans le passage de la lutte des classes à la lutte des places, il y a bien des surfeurs et des galériens. « Je suis comme vous, je ne sais pas de quoi demain sera fait » dira naïvement ou cyniquement un jeune dirigeant d’entreprise invité à débattre avec un groupe de jeunes demandeurs d’emploi peu qualifiés.

38Sur le plan de la formation des concepts, on perçoit la double impasse que constitue, d’une part, l’insularité de concepts nationaux, et d’autre part, la prétention à l’universalité de catégories transnationales décontextualisées et réduites à l’imposition d’indicateurs et de benchmarks standardisés (Barbier, 2002, 2008).

39Plutôt que le repli sur des concepts indigènes ou qu’une hypothétique quête d’univocité et de neutralité des concepts en sciences humaines, c’est dans une démarche de mise en tension et en débat des concepts que se situe sans doute la voie méthodologique la plus féconde. Précarité ou flexibilité ? Statut de l’emploi ou degré d’employabilité ? Les coordonnées et la dynamique du débat, dans ses divergences, sont heuristiquement et analytiquement bien plus fécondes que son impossible conclusion.

Haut de page

Bibliographie

File not found.
Haut de page

Notes

1 Incidemment, on notera que dans un pays de tradition social-démocrate comme la Belgique, l’expression « relations sociales » renvoie spontanément aux rapports entre « partenaires sociaux » constitués par les organisations syndicales et fédérations patronales.

2 Avec Émile Durkheim, la sociologie se met au service du projet réformiste de la petite bourgeoisie républicaine et laïque française. Au-delà de sa contingence historico-politique, la sociologie d’Émile Durkheim constitue une expression particulièrement aboutie du système de justification et de légitimation qui est au principe de l’intervention de l’État en vue d’assurer l’intégration sociale.

3 Trônant au faîte de l’empire américain, ordonnée comme un pavillon de banlieue de la upper middle class, implicitement évolutionniste, la conceptualisation formalisée par Talcott Parsons dans les années 1950 correspond bien à l’ambiance à la fois « socialement progressiste » et « moralement conservatrice » des économies de croissance et des sociétés d'abondance sous l'égide du Welfare state.

4 Cette prégnance des contextes nationaux, et plus encore des univers linguistiques et des épistémè qu’ils constituent, se vérifie même à l’échelle d’un pays petit aux frontières internes comme la Belgique où les différences régionales entre les marchés de l’emploi, et plus encore les différences d’habitus scientifiques et de conceptions politiques entre chercheurs francophones et néerlandophones (quand ce n’est pas tout simplement les difficultés de compréhension linguistique) rendent hasardeuses la conclusion de recherches communes sur ce thème. Est-ce à dire qu’il n’y aurait qu’une sociologie wallonne qui serait à même de rendre compte de l’expérience des jeunes chômeurs wallons ?

5 Alors qu’actuellement en Belgique, un tiers des retraités n’ont connu qu’un seul employeur, un récent sondage auprès des actifs de moins de 30 ans indique que seuls 6% d’entre eux s’attendent à effectuer toute sa carrière auprès du même employeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abraham Franssen, « Sociologies de la précarité et précarités de la sociologie », SociologieS [En ligne], Débats, La précarité, mis en ligne le 11 avril 2011, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3457

Haut de page

Auteur

Abraham Franssen

Centre d’études sociologiques des Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, Belgique - franssen@fusl.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page