Navigation – Plan du site
Régimes d'explication en sociologie

Interpréter, avez-vous dit !

Interpret, you said!
Marc-Henry Soulet

Résumés

L'interprétation, dans ses multiples registres, de donation de sens, de dévoilement de signification, de transposition et de traduction d'un système dans un autre, à des fins d'élucidation, de production et de maîtrise du sens est au cœur de l'activité des sciences sociales. Elle n'y prend toutefois pas la forme d'une introspection empathique pour comprendre autrui, pour comprendre ses mobiles et raisons d'agir, mais se centre sur la mise en relation de faits, de phénomènes et du sens de cette relation, selon deux modalités distinctes, pour reprendre la dichotomie de Charles-Henri Cuin : 1) une interprétation explicative ; 2) une interprétation sémiologique. Dans les deux cas, le travail sociologique contient une part de dépassement des données qui est justement le propre de l'interprétation. Mais par-delà cette évidence, reste à s'entendre sur ce qu'est interpréter et, surtout, à expliciter comment interpréter. C'est ce que je voudrais contribuer à faire en m'inscrivant dans l'espace du raisonnement passeronien – intégralement interprétatif et empiriquement contraint ‑ et en essayant de poursuivre les pistes qu'il ouvre à ce sujet.

Haut de page

Texte intégral

1« […] afin de ne pas tomber dans l'interprétation ». Telle fut la sentence par laquelle un participant au Rédoc de Lausanne a conclu l'explication de son travail analytique. Et la formule est sans équivoque. Elle pourrait être traduite par le refus de s'engager dans un travail peu sérieux. L'interprétation, une manière d'éviter l'affrontement des objections et de clore prématurément le débat scientifique. L'interprétation, une façon de suivre les voies du relativisme où tout se vaut. L'interprétation, une pratique qui n'entraîne aucun devoir théorique, méthodologique et encore moins empirique.

2Et pourtant ! Tout le propos de ce texte sera justement de montrer que le risque interprétatif est intimement lié au raisonnement sociologique. Qui parmi les chercheurs plaiderait pour une sociologie purement descriptive ? Qui accepterait d'en rester aux données ? Qui limiterait son travail à la seule consignation des dires de l'enquêté, faisant de sa représentation et de son expérience du problème étudié le contenu exclusif de la connaissance à produire ?

3Une enquête en sciences sociales est ponctuée d'actes d'interprétation, à tout moment du processus, d'indices, de traces, de sélection, de codage, de corrélations statistiques… (Lahire, 2005) L'interprétation, dans ses multiples registres, de donation de sens, de dévoilement de signification, de transposition et de traduction d'un système dans un autre, à des fins d'élucidation, de production et de maîtrise du sens est au cœur de l'activité des sciences sociales. Elle n'y prend toutefois pas la forme d'une introspection empathique pour comprendre autrui, pour comprendre ses mobiles et raisons d'agir, mais se centre sur la mise en relation de faits, de phénomènes et du sens de cette relation, selon deux modalités distinctes (Cuin, 2000) : 1) une interprétation explicative imputant l'observé à des causes inconnues et amenant le développement de conjectures renvoyant à des cadres généraux d'intelligibilité ; 2) une interprétation sémiologique lorsque le phénomène considéré est posé comme le signe de phénomènes sous-jacents, comme un indicateur empirique de phénomènes latents et comme condition de conceptualisation d'une réalité jamais directement observable. Dans les deux cas, le travail sociologique contient une part de dépassement des données qui est justement le propre de l'interprétation. Mais par-delà cette évidence ‑ même au cœur de l'activité de mesure se love l'interprétation (Duchastel & Laberge, 2011) ‑ reste à s'entendre sur ce qu'est interpréter et, surtout, à expliciter comment interpréter. C'est ce que je voudrais contribuer à faire en m'inscrivant dans l'espace du raisonnement passeronien (Passeron, 1991) et en essayant de poursuivre les pistes qu'il ouvre à ce sujet.

***

4Deux idées-force peuvent nous servir à baliser cet espace épistémologique. D'une part, les sciences sociales sont des sciences interprétatives, i.e. elles ne sont pas nomologiques. Elles ne peuvent en effet pas prétendre déboucher sur la production de lois parce que leurs assertions sont toujours produites en référence à des contextes sociaux dont la caractéristique majeure est d'être changeants. Ces assertions ne sont pas tant relatives que « relationnées ». D'autre part, les sciences sociales sont des sciences empiriques, i.e. elles ne sont pas herméneutiques car leurs assertions déictiques sont toujours rapportées à un ici et à un maintenant qui leur donnent sens. Ce qui fonde la signification dégagée des propositions, c'est leur légitimation empirique. Ce sens n'est pas simplement assujetti à une logique formelle, à une cohérence interne, il est aussi contraint empiriquement par son lien aux contextes sociaux qui lui donnent sa valeur.

5Dire que l'espace épistémologique propre aux sciences sociales est à la fois intégralement interprétatif et empiriquement contraint suppose trois postulats complémentaires : 1) Ce qui relie ces deux balises, c'est le travail d'enquête qui est à la fois un ars inveniendi au sens où l'imagination sociologique est un moteur de l'interprétation permettant de poser des conjectures hardies, et un ars probandi puisque les conjectures doivent être mises à l'épreuve (plus que soumises à l'administration de la preuve) par une activité de contextualisation/confrontation aux faits ; 2) Ce qui est au cœur de cette articulation entre conjectures et mises à l'épreuve, c'est le raisonnement comparatif ou la méthode comparative continue avec les faits, avec le contexte et avec les connaissances disponibles ; 3) Ceci implique de concevoir l'enquête non comme une suite de moments successifs mais comme un ensemble d'actes se renvoyant mutuellement les uns aux autres, à ceux qui suivent comme à ceux qui précèdent.

  • 1 . Bernard Lahire (2005) isole, quant à lui, trois types de sur-interprétation : 1) la sur-interprét (...)

6Dès lors, qu'est-ce qu'interpréter ? Pour répondre à cette question à l'intérieur de cet espace mental de l'enquête en sciences sociales, l'entrée, paradoxale, par la sur-interprétation me paraît être fructueuse. La sur-interprétation évoque immédiatement un excès de sens par rapport aux données, une violence qui leur est faite, un « déséquilibre manifeste entre indices et conclusions » (Lenclud, 1996, p. 11) ; bref, une marque évidente d'un dépassement de la ligne jaune de la compétence analytique et ce selon des modalités plurielles : 1) en ne tenant pas compte de la complexité, elle est réduction à un facteur unique ; 2) en étant obsédée par la cohérence, elle cherche à faire sens à tout prix ; 3) en ne prenant pas en compte le contexte dans lequel les faits ont été constitués, elle s'engage sur la voie de l'inadéquation significative ; 4) en faisant des sauts interprétatifs trop grands, elle produits des généralisations abusives ; 5) et enfin, en étant guidée par la recherche du sens caché, elle vise par trop la révélation significative (Olivier de Sardan, 1996) 1.

  • 2 . Un point sur lequel Bernard Lahire (2005) insiste fortement pour marquer combien l'interprétation (...)

7Est-ce à dire alors que, puisqu'il ne semble pas y avoir de tracé clair entre interprétation et sur-interprétation, toutes les interprétations se valent ? En aucun cas. La valeur d'une interprétation sociologique varie selon sa capacité à rendre raison du monde social et ce qui en fonde la légitimité c'est qu'elle est soumise aux contraintes des critères de plausibilité empirique. Chaque interprétation sociologique doit en ce sens rendre des comptes empiriques. Puisqu'une interprétation est toujours indexée au contexte en sciences sociales et mise à l'épreuve des faits, essentiellement par le raisonnement comparatif, interpréter ne consiste pas en la découverte d'un sens occulte, en une élucidation, mais en une élaboration de sens. L'interprétation sociologique se tient ainsi à distance de l'herméneutique, car renvoyant à des activités régulées par des principes antérieurs à l'activité même d'interprétation 2. Il ne s'agit pas d'un mode de production allégorique (un sens en-dessous à trouver) mais méthodique (un cheminement à construire) mettant en œuvre des opérations régulées. « Les processus interprétatifs se reconnaissent des contraintes empiriques et se donnent des procédures de vigilance logique qui tentent au mieux de préserver une adéquation relative entre référents empiriques et assertions interprétatives » (Olivier de Sardan, 1996).

***

8Cette position dont les grands traits viennent d'être brièvement rappelés, pour structurante qu'elle soit de la compréhension du raisonnement à l'œuvre dans le travail d'enquête, me semble cependant devoir être complétée si l'on veut saisir ce qu'interpréter signifie en tant qu'opération analytique. Notamment parce qu'elle renvoie la question de la bonne interprétation au bon arrimage à l'empiricité et fait de la mise à l'épreuve le moment décisionnel de sa validité, comme l'illustre l'accent porté sur la distinction entre interprétation et sur-interprétation. Si les dangers et les dégâts de la sur-interprétation sont réels, il faut toutefois relativiser toute critique rapide pour éviter une mise aux oubliettes définitive d'une procédure qui, sur le fond, peut être, paradoxalement, euristique. Tout d'abord, la frontière entre interprétation, qui serait respectueuse des données et fidèle au réel investigué, et sur-interprétation, qui serait abus et forçage des données, est plus ténue qu'il n'y paraît. La frontière n'est-elle tout bonnement pas indécidable ? Interpréter, n'est-ce pas d'abord produire une interprétation nouvelle par rapport à une interprétation déjà existante, qui, dès lors, doit oser forcer la réalité telle qu'elle est au moment représentée, pour pouvoir advenir et prendre place dans l'espace cognitif ? L'interprétation est toujours en ce sens une révision parce qu'elle est « une connaissance d'une connaissance » (Hamel, 2006), parce qu'il est impossible de décrire une réalité quelconque sans faire implicitement, la plupart du temps, une interprétation de ce qui est observable (Bazin, 1996). L'interprétation ne résulte pas d'une génération spontanée, elle doit se nourrir pour émerger et elle se nourrit, bien sûr, d'une compréhension préalable de ce qui doit être interprété. En ce sens, un premier niveau de compréhension de ce qui est donné à voir est nécessaire préalablement à l'interprétation. Nous fondons nos premières trames interprétatives sur ce que nous comprenons déjà ; ce n'est qu'ensuite, par un effort délibérément interprétatif, que nous parvenons à une compréhension seconde, plus affirmée, plus étayée. Et cette compréhension première naît, elle, bien évidemment d'un rapport spontané ou normatif aux faits, en tout cas encourt, elle aussi, le risque d'un outrepassement de leur signification réelle.

9En ce sens, interpréter, comme sur-interpréter, est une prise de risque qui présuppose des sauts logiques, des sauts créateurs qui ne peuvent pas, quand ils sont réalisés, être empiriquement étayés ni même argumentés. Interpréter déborde toujours en ce sens la valeur probatoire des descriptions empiriques utilisées, sinon nous n'aurions qu'une pure description. L'interprétation, en tant qu'extraction de sens, est aller au-delà de ce que les données brutes disent a priori. Ce qui ne dispense pas pour autant d'un contrôle de véridicité.

10On comprend mieux dès lors qu'il puisse exister une pluralité d'interprétations concurrentes par rapport à un même phénomène selon la problématique choisie et les modes de constitution et de recueil des données. L'interprétation est tendancielle et présomptive car la réalité à saisir n'est pas transparente. Il n'y a pas de correspondance directe entre description et concepts. Ce qui est sociologiquement interprété ce ne sont pas des faits, des conduites, des actes ou des pensées individuelles, mais des relations entre des faits, des conduites, des actes ou des pensées individuelles et des éléments structurels.

11La proposition passeronienne ne dissocie pas l'opération d'interprétation (ou de sur-interprétation) du résultat de l'interprétation (ou de la sur-interprétation). Or, interpréter, dans le premier cas de figure, ne se distingue pas de la sur-interprétation puisqu'il s'agit, nécessairement, pendant l'opération, d'un dépassement du sens permis par les données. C'est justement ce dépassement qui constitue l'interprétation comme une interprétation ou, pour le dire autrement, c'est par la sur-interprétation-procédure que l'interprétation est possible. Il faut donc concevoir une euristique procédurale de la sur-interprétation. Ce n'est qu'ensuite, et si possible le plus tôt possible dans une logique de comparaison permanente, que le résultat de cette opération doit faire l'objet d'une confrontation au réel et s'affronter à sa résistance. La sur-interprétation-résultat, en tant qu'abus, consiste à justement s'en tenir à la prise de risque interprétatif sans ce retour à la contrainte empirique, à se crisper sur cette intuition raisonnée fondatrice. La sur-interprétation-résultat, c'est donc aussi refuser d'examiner des alternatives, ne pas considérer le caractère temporaire de cette hypothèse explicative et ne pas se demander « Comment pourrais-je avoir tort ? » (Maxwell, 1999).

12À trop vouloir asseoir la véridicité d'une interprétation, i.e. la forme particulière que prend la vérité dans l'exemplification empirique d'une proposition sociologique, comme la base de sa nature scientifique (contre une posture herméneutique pensée comme formulation d'assertions libres seulement contraintes par la cohérence significative et la logique formelle), on finit par négliger ce qui peut caractériser l'interprétation-procédure. Partant, pour comprendre la nature du travail interprétatif dans le raisonnement sociologique, il me semble nécessaire de dissocier, même si c'est fictivement, la logique de la découverte de la logique de la preuve et ce pour au moins deux raisons. D'une part, l'interprétation n'est pas mise en marche une fois seulement les données constituées/récoltées, mais en cours de route, chemin faisant comme le dit Howard Becker (2005), pour orienter la quête de nouvelles données. D'autre part, la mise à jour des opérations intellectuelles du travail de la découverte dans l'interprétation est, comme tout travail de mise en vue des procédures utilisées, une forme de validation des résultats obtenus.

13Pour saisir cette interprétation en acte, il me semble nécessaire de préciser encore deux choses a priori contradictoires : 1) L'admission d'une sorte de posture néo-positiviste. Il y a du dévoilement dans l'acte de connaissance. Il existe un sens caché au-delà des données puisque la réalité n'est pas immédiatement accessible. La connaissance ne peut donc qu'être indirecte ; 2) La reconnaissance du fait que ce sens dévoilé n'est pas absolu, tout simplement parce qu'il n'est pas déjà là, qu'il ne pré-existe pas à sa mise en vue. Le sens est attribué par l'activité, notamment celle du sociologue. Il faut donc postuler une pluralité interprétative et concevoir la connaissance produite comme fondamentalement conjecturale au moment même où elle est produite.

14Dès lors la solidité et la consistance de toute interprétation en sciences sociales se confrontent à un double principe de validité, d'une part, au regard du fait qu'elle fait sens, i.e. qu'elle propose une compréhension appropriée d'une réalité contextualisée, d'autre part, en raison du fait qu'elle se construit en des ajustements progressifs à la résistance qu'offre cette réalité empirique et que, pour ce faire, elle est conduite à expliciter les procédures méthodiques qu'elle emprunte.

  • 3 . Dont la vraisemblance de François Dubet (1994), supposant de faire valider les résultats d'une re (...)

15Sur quoi donc s'assoit cette production de conjectures ? Dans les sciences du contexte où les choses ne sont, par définition, pas égales par ailleurs, l'investigation scientifique se traduit par la production d'une hypothèse explicative, parmi d'autres existantes ou potentielles. Il ne s'agit pas tant de dire la réalité que d'en produire une lecture qui soit la plus plausible par rapport aux faits construits par le recueil, la plus recevable par rapport à la représentation socialement admise de cette dernière 3 et la plus compatible avec l'état des connaissances disponibles au moment de sa production. C'est en ce sens que l'on peut suivre Pierre Livet quand il suggère d'abandonner l'idée de preuve au profit de celle d'argumentation, « si l'on entend bien sûr qu'une argumentation est seulement valide dans un contexte d'objets donnés, si l'on y considère comme normales et admises un certain nombre d'inférences usuelles, et sous réserve qu'on ne rencontre pas de contre-argument qui soit sans réplique. Toute argumentation est donc relative et provisoire, mais tant que nous n'avons pas mieux, nous devons nous en contenter » (Livet, 2003, p. 76).

16Enquêter, c'est en fait identifier des données et les articuler afin de construire une compréhension du problème permettant de progresser de manière nécessaire vers la solution, i.e. vers la formulation d’une hypothèse explicative. La procédure interprétative mobilise pour ce faire deux opérations centrales itératives plus qu'ordonnées : la comparaison constante et l'imagination réaliste.

***

17Le levier central de l'interprétation, c'est la méthode comparative constante avec les faits, le contexte, les connaissances. Pour atteindre des formes d'intelligibilité théorique, l'interprétation sociologique se doit d'être contrôlée empiriquement par la comparaison, rappelle avec force Jean-Claude Passeron (1996). On connaît les liens étroits et durables qui unissent sociologie et comparaison. Dans les Règles de la méthode sociologique, Émile Durkheim énonce très clairement que « la sociologie comparée n’est pas une branche de la sociologie mais la sociologie même » (Durkheim, 1986, p. 169). Paul Fauconnet et Marcel Mauss, de leur côté, dans leur article sur l'objet et la méthode de la sociologie, écrivent que « la comparaison est au cœur de la sociologie, elle y remplace l’expérience. Elle est un instrument permettant d’aller au-delà de la description » (Fauconnet & Mauss, 1969). Mais au-delà de ces grandes pétitions de principe, il importe de saisir ce que recouvre l'opération de comparaison dans le processus de découverte pour donner corps à l'assertion d'un lien consubstantiel entre interprétation et comparaison.

18Giovanni Sartori (1994), dans le débat sur le statut de la comparaison, méthode ou démarche, tranche clairement pour la première option. Il s’agit d’une procédure qui, en dernière analyse, vise le contrôle des généralités ; elle permet la vérification comparative d’assertions générales du type « ce sont les privations qui provoquent les révolutions ». Il s’agit, à ses yeux, d’une méthode de contrôle, en ce sens peu éloignée de ce qu’en disaient Marcel Mauss et Paul Fauconnet, particulièrement appropriée quand il existe « beaucoup de variables et peu de cas ». L'ouverture proposée par Jean-Claude Passeron pointe a contrario un autre usage de la comparaison en sciences sociales qui s’apparente plus à une démarche, celui qui l’inscrit dans la logique de la découverte et qui la situe donc dans la tension entre la preuve et le sens.

  • 4 . Giovanni Sartori illustre « la démarche du chat-chien » par une historiette qu’il me paraît utile (...)

19Pour bien en comprendre la portée et les modalités, il importe d'éclairer tout d'abord la distinction entre comparaison-vérification et comparaison-découverte. Repartons de Giovanni Sartori et de son célèbre exemple des pommes et des poires. Nous les tenons pour incomparables, mais comment le savoir sans les avoir comparées ? Car si elles diffèrent en forme, ce sont cependant toutes les deux des fruits, qui plus est comestibles. Ainsi les choses (comme les personnes) sont comparables par rapport à certaines propriétés et incomparables par rapport à d’autres. Comparer s’apparente en ce sens à un travail de décomposition analytique de la réalité, qui participe à construire des classes exclusives fondées sur le principe de similarité et la délimitation de classes reposant sur le principe de différence. Cette acception de la comparaison est supportée par un postulat épistémologique clair, celui de la nécessité d’une classification préalable à l’étude empirique, sinon le risque est grand de se retrouver face à ce que Giovanni Sartori appelle des chats-chiens, nés d'une démarche comparative exploratoire 4. La conséquence du choix épistémologique de la comparaison vérificatoire, comparant ce qui présente des attributs communs, se fait sentir à deux niveaux : a) l’exclusion de la comparaison des cas sur lesquels on ne dispose pas d’une connaissance approfondie préalable ; b) la suppression directe de la possibilité de la découverte. Les dangers contre lequel lutte cette option, ce sont le gradualisme, auquel il convient d’opposer la dichotomie, les pseudo-classes, dont il faut se prémunir par le principe d’exclusivité, le localisme, contrecarré par la différenciation des catégories, et l’élasticité conceptuelle à laquelle il importe de substituer des concepts durs et non ambigus. En résumé, dans ce modèle, comparer, c’est comparer le comparable.

20Retournons le problème, justement, avec Marcel Détienne et son célèbre pamphlet contre le tropisme national des historiens (Détienne, 2000). Pour lui, comparer, c’est comparer l’incomparable. Comparer des choses comparables « c’est-à-dire des mêmes ou [des choses] qui se ressemblent, c’est tellement facile, ça se ressemble, on les met à côté et voilà… Cela se ressemble, cela diffère un peu, et puis on s'en va, c’est fini ! » (Detienne, 2008, p. 109). Comparer l’incomparable, c’est fabriquer des « comparables » car il n’existe pas de comparatisme immédiat. Comparer est en ce sens une action et non un constat car l’objet de la comparaison n’est pas défini préalablement ; il se dévoile chemin faisant dans la confrontation. La comparaison continue de Barney G. Glaser et Anselm L. Strauss illustre bien cette logique de la comparaison-découverte (Glaser & Strauss, 2010) ; véritable cœur de la démarche théorico-épistémologique qu’est la procédure d’élaboration de théorie à partir des données, elle fait de l’échantillonnage théorique en tant que choix raisonné de groupes ou d’objets en cours d’enquête selon les besoins de la théorie émergente, un élément nodal de la découverte. Dans leur travail sur les mourants, leur raisonnement sur les changements de statut non prévu, repris par Cécile Vigour (2005, p. 172), illustre clairement leur logique de comparaison :

« Ils s'efforcent d'identifier les différentes propriétés de ce concept, en le comparant à d'autres types de "changement de statut". Est-il institutionnellement prévu (c'est-à-dire pris en charge par les institutions) ? Dans quelle mesure est-il lié à la structure sociale (comme la jeunesse) ? Quel est le degré de régulation de ce passage ? Quel est le degré de désirabilité de ce statut (en le comparant par exemple aux fiançailles) ? Est-il possible de l'éviter (comme le fait d'être détenu) ? Quelle est la clarté de ce statut (le début et la fin de celui-ci sont-ils clairement identifiables) ? Cette catégorie permet ainsi non seulement de mieux caractériser la fin de vie. Elle favorise également l'élaboration d'une théorie plus large. Le chercheur peut en effet développer non plus seulement une théorie de "la fin de vie comme changement de statut non prévu", mais plus généralement du "changement de vie non prévu" ».

21Mais, si l’on admet cette idée de travail de la comparaison qui crée les objets à comparer en cours de comparaison, alors il convient de réhabiliter le gradualisme, la non-exhaustivité, l’élasticité conceptuelle comme éléments centraux de la procédure de comparaison découverte. Il convient même de réhabiliter les chats-chiens et même de chercher à percevoir d’éventuels chats-chiens-chauves-souris, pour prolonger le clin d'œil avec Giovanni Sartori. Admettre cela, c’est dès lors considérer que comparer, dans l’acception de la comparaison-découverte, ne consiste ni à chercher le différent malgré les ressemblances, ni à chercher la ressemblance malgré les différences, mais à chercher le commun dans le différent.

22Dans la mesure où l'enquête sociologique suppose de produire une première sélection entre une foison d'informations et de données afin de dessiner des relations entre registres appartenant à des univers différents, force est de reconnaître le caractère hypothétique de ce montage. Nous sommes là en face d'une explication, anticipée en même temps que plausible, du problème que nous nous posons, qui doit être soumise à l'expérience pour acquérir de la densité et de la solidité. Sauf que l'expérience, ici et là, n'est pas de même nature que dans les sciences des expériences. L'expérience n'est plus pratique mais logique et repose sur deux procédures conjointes de comparaison continûment à l'œuvre, l'une rétrospective, l'autre prospective. La première fait retour sur les faits enregistrés tout au long du processus d'enquête et puise empiriquement dans la mémoire du problème singulier. La seconde va de l'avant et recherche logiquement des faits. Le mouvement de va-et-vient permanent entre ces deux procédures tire en même temps vers la reconstitution et la projection. « La connaissance sociologique ne s'engendre et n'avance que par un incessant travail d'anticipation des actes de recherche à venir et de retour réflexif sur les actes antérieurs de recherche grâce aux acquis progressivement obtenus tout au long de la recherche » (Lahire, 2005, p. 42).

23Il ne s'agit pas d'enclencher la mise en œuvre d'un processus articulant de manière enchaînée des opérations, mais au contraire de concevoir un système évolutif de production analytique constitué d'oscillations entre des faits constatés et des faits à constater, d'établir des pontages arrière et des pontages avant pour à la fois étayer les premières propositions de relation entre indices et concevoir, devant les éléments manquants pour conférer à ces propositions un statut plus solide d'hypothèse, les faits à devoir collecter et ainsi combler les trous.

24Nous sommes ainsi en présence de deux types de mouvements qu'il convient de maintenir en interdépendance : 1) la présence d’observations, permettant la constatation de rapports entre des faits, alimente la production d'explications d'ensemble et 2) la présomption de rapports projetés de façon logique guide la recherche d’indices entendus alors comme micro-preuves. Dans ce modèle logique d'expérimentation, les pièces existantes du puzzle peuvent prendre place et les autres, manquantes, sont logiquement présumées dans une perspective de pontage indiciaire et doivent donc être recherchées afin de devenir des supports validateurs de cette élaboration. Combinant considération des faits emmagasinés et considération des faits conçus logiquement, cette procédure opératoire se confronte constamment à l’épreuve de l’expérience qui permet ainsi « de découvrir ce qu’il faut ajouter ou enlever à l’explication pour qu’elle fonctionne » (Becker, 2002, p. 303), i.e. pour qu’elle coïncide avec les faits et qu’elle apparaisse en même temps « comme une manière raisonnable de relier les choses entre elles » (Becker, 2002, p. 47). Si la métaphore du puzzle pour qualifier la résolution de l'énigme a du sens, il faut alors l'exploiter jusqu'au bout et considérer le fait que retrouver l'image du puzzle est une opération qui suppose de tenter des combinaisons différentes avec les pièces à disposition (i.e. sans que ne soit nécessaire l'adjonction de pièces nouvelles). Elle impose en effet récursivité et itération, i.e. de revenir en arrière, de reconsidérer les observations pour lesquelles il y avait déjà une explication pour voir si le sens de ces observations ne peut pas être interprété différemment afin de coller à une nouvelle construction hypothétique. En fait, il faut faire coïncider deux modalités analytiques : d'une part, les détails de l'observation sont examinés pour voir comment ils peuvent être reliés à un contexte plus large, d'autre part, des observations nouvelles sont récoltées et soupesées au regard d'hypothèses construites en chemin pour voir si elles peuvent les corroborer.

25Le travail de comparaison (avant et arrière) est donc au cœur de cette opération qu'est l'expérimentation logique. Il fait en ce sens écho à l'insistance mise sur la comparaison dans la production de la théorie enracinée (Strauss & Corbin, 2002). Il suit de la même manière une double logique de comparaison, une comparaison horizontale et une comparaison verticale. La première, la comparaison horizontale, vient se substituer à la répétition des observations, mais elle remplit le même rôle en jouant de la méthode des identités et des différences. Ici, c'est l'amplitude des observations qui sert de support à la validation et à la montée en généralité. Cette idée de « largeur » du spectre, rejoignant la notion d’analyse des variations sur le continuum des dimensions chère à Anselm Strauss et Juliet Corbin, signifie la nécessité de recueillir des informations sur tous les sujets concernés par la recherche et de prendre en considération le plus large spectre possible de personnes impliquées. La seconde, la comparaison verticale, implique une progression « chemin faisant » dans laquelle les indices donnent matière à l’élaboration d’une hypothèse explicative d’ensemble, mais une fois celle-ci élaborée, l’analyse revient en arrière et réexamine tous les cas pour voir s’ils peuvent trouver place dans ce modèle explicatif émergent. S’il n’en va pas ainsi, alors ledit modèle doit être réinterprété en entier depuis cette perspective de non-coïncidence avec certains éléments de la réalité observée. Le processus commence donc par une inspection intensive de cas particuliers, mis en rapport entre eux, pour dégager progressivement des catégories de plus en plus grandes en abstraction. Quand une observation entre en conflit avec un énoncé théorique provisoire, celui-ci doit être retravaillé en conséquence pour arriver à une reformulation du cadre explicatif. Ce type de raisonnement procède en fait selon une double révision, révision en éventail vers les différentes formes interprétatives possibles et révision par retour au présent. Il consiste en un aller et retour entre un cas concret, des termes dispersés qu'on ramène au cas et la réévaluation des potentialités du cas en fonction de la manière dont nous prenons en compte les incohérences (comme normales ou problématiques) (Livet, 2005). L'expérimentation logique et sa modalité centrale, la comparaison systématique pluri-orientée, ne cherchent pas à faire abstraction du contexte ni à en annuler les effets. Au contraire, l'expérimentation se fait in vivo et, pour cela, elle interroge le contexte pour lui permettre de mieux parler, elle le travaille pour l'obliger à se contredire, elle le provoque pour l'obliger à se dire.

***

L'imagination réaliste

26« L'imagination sociologique est le moteur de toute interprétation qui s'apparente à l'invention de cheminements analogiques la plupart du temps, se déployant dans le cadre d'une enquête mentalement invisible, pourvue de données et d'hypothèses capables de communiquer avec des formes d'intelligibilité déjà constituées par d'autres enquêtes » (Passeron, 1996) Tentons, là encore, d'expliciter l'opération analytique que peut être cette imagination contrôlée.

27La finalisation logique de l'interprétation est la production d’une histoire scientifique nous menant « d’un point A à un point B de telle sorte que lorsque nous arrivons au point B, nous nous disons "oui, c’est bien comme ça que l’histoire devait nécessairement finir" » (Becker, 2002, p. 47). Toutefois, l'élaboration de cette histoire se fait à rebours ; si celle-ci se donne à voir, une fois achevée, comme allant de A à B, sa construction part de B pour tenter de retrouver A reposant sur une démarche régressive qui remonte du conditionné à la condition et par nature incertaine (un conséquent peut dépendre d'antécédents variés). Pourtant, la solution apportée se présente comme un produit rationnel de l'activité intellectuelle débouchant sur des histoires scientifiques qui fonctionnent par le fait même qu'elles sont cohérentes et font sens, et qu'elles sont en même temps conformes aux faits. Carlo Ginzburg (1988) souligne que, au cœur des sciences du contexte que sont les sciences sociales, se tient une séquence narrative puisque, dans la mesure où il n'est pas possible de reproduire des causes, il ne reste plus qu'à les inférer à partir des effets. Découverte et narrativité sont en ce sens intrinsèquement liées. Il s'agit de rétablir a posteriori un parcours qui fait sens en inscrivant des faits et des évènements dans une suite logique apparaissant comme un enchaînement aussi nécessaire qu'évident. L'interprétation consiste en effet à lever l'énigme (retrouver un antécédent, inaccessible à l'observation, à un évènement) en tissant un réseau de relations puis une chaîne logique qui prennent l'un et l'autre leur force dans le récit de leur ordonnancement. Elle est ce par quoi la découverte advient en même temps qu'elle se dit, puisqu'il s'agit rien moins que de produire une hypothèse de résolution de la question de recherche, donc d'explication d'une situation, par comparaison et interprétation des faits et mise en cohérence locale puis accrochage à un système englobant de pertinence.

  • 5 . Outre la déduction et l'induction, ce philosophe pragmatique distingue une troisième forme d'infé (...)

28Revenons sur le raisonnement engagé dans la construction de l'histoire narrative au principe de la levée de l'énigme. La formulation de conjecture implique en fait une permutation des opérations logiques. Le raisonnement analytique est alors proche de ce que Charles Peirce a qualifié d'abduction puisqu'il s'agit, là aussi, non de produire des propositions analytiquement justes, mais d'obtenir des énoncés synthétiquement plausibles 5.

29Le raisonnement abductif repose sur un double pari puisque seul le cas est connu : 1) il postule l'existence d'une majeure, une quasi-loi, basée sur l'expérience sociale ou tout simplement sur le bon sens. Sans elle pas de salut puisqu'il n'existerait aucune accroche à la démonstration. Mais la conjecture ne se limite pas à postuler l'existence d'une telle prémisse invisible, elle suppose également que le cas, pour lequel aucun fait n'est observable puisque, par définition il s'est déroulé dans le passé, est bien réel. Les trois frères du conte de Serendip ont mis en œuvre un processus logique analogue. Face à un évènement surprenant (l'herbe broutée seulement du côté gauche), ils élaborent une hypothèse sous la forme de l'existence d'une régularité nomologique plausible (si un chameau est borgne, il a tendance à brouter l'herbe du côté où il voit) et en infère un certain nombre de faits non observés (ce chameau est borgne du côté droit) afin de pouvoir logiquement rendre compte du résultat (l'herbe a été mangée du côté gauche du chemin). Si nous ne sommes pas dans la configuration de l'articulation déductive Loi – Cas – Résultat, nous avons toujours besoin de la loi. La loi est non seulement indispensable, même si elle n'est plus première. La normalité implicite prévue par la loi constitue une prémisse vitale pour comprendre le résultat détonant, même si, pour opérer cette liaison, la production d'un détour est nécessaire.

30Le travail interprétatif a grandement besoin, on le voit, de s'appuyer sur des stabilités locales (Boudon, 1985), c'est-à-dire sur des certitudes posées comme extérieures au problème. En cela le travail indiciaire ne s'éloigne pas du travail de modélisation théorique qui, pour se fonder, suppose aussi des externalités qui n'entrent pas dans le modèle explicatif, ces quelques choses qui sont données et en même temps qui conditionnent la théorie, comme la célèbre « tendance naturelle » de l'Homme à échanger que postule Adam Smith. Or ces externalités, conditions du modèle scientifique, sont par définition infalsifiables et échappent aux conditions poperriennes de la science puisqu'elles sont placées hors de la démonstration (Soulet, 2006). Les stabilités locales, elles, mobilisées hic et nunc, reposent in fine sur le bon sens, i. e. sur un stock disponible et partagé de connaissances (Schütz, 1987), articulant l'expérience courante de la vie quotidienne et un état des connaissances scientifiques vulgarisées à un moment donné. Elles partent du savoir d'êtres socialisés, le savoir commun, comme soubassement à la possibilité d'un savoir nomologique d'expérience (les régularités locales, les cadres, les arrière-plans grâce auxquels les relations à la réalité s'établissent). Ce savoir commun, différent du sens commun qui, lui, équivaut à une somme de préjugés, est un réservoir de significations et de compréhensions du monde (Watier, 2007). Elles sont en quelque sorte les béquilles invisibles, en tant qu'externalités du raisonnement, et incertaines, puisque non falsifiables et choisies sur la base de la vraisemblance sociale et scientifique, que le chercheur doit invoquer implicitement pour promouvoir le fait en indice. Elles sont locales car elles sont mobilisées expressément dans et pour un contexte particulier, mais ce qui leur confère leur stabilité, c'est leur prétention à transcender le cas et à flirter avec l'universalité dans l'éventualité où les choses demeureraient égales par ailleurs. Elles sont aussi révisables, ce qui n'enlève rien à leur validité intrinsèque et à leur pouvoir explicatif pratique, mais simplement cela signifie que, en cas d'invalidité, elles ont épuisé leur pertinence dans le contexte donné, i.e. leur capacité à étayer un indice.

31Très tôt, pour ne pas dire dès la première confrontation avec le terrain, le chercheur se forge une image, une image provisoire, une image hypothétique, au sens littéral du terme, qu'il va remodeler sans cesse au cours de son investigation. Qu'il le veuille ou non, il recourt minimalement, dès l'observation initiale, à une forme de synthèse faute de quoi il serait « confronté à l'indéfinité des valeurs que peuvent prendre les indices » (Boudon, 1985, p. 10). Loin de concevoir ces images comme des réponses anticipées, comme des solutions partielles et provisoires, il faut au contraire admettre qu'elles ont pour finalité première d'aider à circonscrire l'investigation, d'aider à passer de l'énigme au problème.

32Au fur et à mesure de l'avancée du processus et notamment de la mise en place des procédures de comparaison horizontale et verticale, cette image se mue en forme pour produire une représentation d’ensemble, une Gestalt, unifiant la perception du problème de façon globale. La forme devient alors une narration élaborée pour expliquer comment telle chose a pu se passer. Ce qui fait la force de ces histoires, c'est qu'elles fonctionnent, elles font sens au point d'être une explication acceptable, comme une manière raisonnable de lier des évènements et des faits entre eux et, bien sûr, qu'elles sont conformes aux faits découverts et aux évènements survenus. Mais il ne faut pas voir dans ce processus la mise en œuvre d'une opération graduelle visant à produire une vision progressivement synoptique et scrupuleusement fidèle de la réalité considérée. Il faut admettre, a contrario presque, que cette procédure repose sur un coup de force interprétatif. C'est tout le sens de l'hypothèse zéro que suggère d'utiliser Howard Becker, une hypothèse dont on soupçonne fortement qu'elle ne correspond pas à la réalité, dont on sent bien qu'elle n'est pas juste. En la déconstruisant et lui opposant des arguments, en esquissant d'autres présomptions alternatives pour briser sa logique, on ouvre la voie à la compréhension d'autres possibilités, à la formation d'une autre hypothèse. Que cette forme de construction soit conçue comme une imagination réaliste, comme une affabulation ou bien encore comme une hypothèse zéro, son importance, dans le processus de découverte, ne se situe pas dans son exactitude mais dans le rôle essentiel qu’elle joue, celui d'organisateur du travail d'enquête, mais un organisateur dont on doit considérer que les jours puissent être comptés.

33Le problème central que pose un tel travail, c'est celui de la fiabilité de l'assise sur lequel il repose. Ou, pour le dire autrement, une telle logique ne peut tenir qu'à la condition d'expliciter les conditions de validité de cette assise (Boudon, 1990). L'interprétation cherche à établir un rapport logiquement probable (mais pas statistiquement probabiliste) entre une loi et un résultat liés par une conjecture ; il suppose de faire des conjectures en s'appuyant sur des énoncés nomologiques implicites et de retenir une probabilité parmi d'autres (et si possible, la meilleure). La force de la conjecture tient donc en partie des propositions alternatives implicites ; si elles sont trop concurrentes, trop acceptables elles aussi, le raisonnement abductif s'écroule puisque la majeure n'a pas force pratique de loi, mais devient simplement une possibilité parmi d'autres tout aussi probables, tout aussi logiques. C'est donc la conjecture voisine de la familiarité qui est la plus plausible avec le contexte et avec la loi face à laquelle ne collait pas le détail fortuit. La plausibilité de cette conjecture repose, d'un côté, sur un indice de véridicité : que l'interprétation produite indique quelque chose du réel et concorde avec une représentation réaliste de celui-ci (Olivier de Sardan, 1996).

34L'interprétation repose ainsi sur une validité formelle, i.e. articulant une cohérence logique reposant notamment sur la capacité à lier formellement et significativement des éléments appartenant à des univers différents, et sur une pertinence explicative dont la poutre maîtresse est paradoxalement l'économie en conjectures, en suppositions ou en présomptions. « L'abduction doit satisfaire au critère d'efficacité qui recommande d'adopter l'hypothèse explicative la plus simple et la plus évidente » (Peirce, 1960b, p. 60). Cette justesse doit à la fois faire l'épreuve d'une contextualisation et, simultanément, d'une transversalisation des énoncés. Elle suppose une rationalité prudentielle, au sens aristotélicien du terme, capable de contribuer à la formation de cohérences locales et circonstanciées en même temps que d'opérer une articulation avec des cohérences du second ordre (Livet, 2005), des transcendances relatives venant servir de ressources de certitude et de légitimité pour asseoir la conjecture en l'élargissant par dé-contextualisation.

Conclusion

35Ce court texte s'est proposé de souligner les deux tensions majeures traversant le travail interprétatif. Être en quête, i.e. chercher à découvrir, c'est en effet devoir articuler, d'une part, un axe de la cohérence temporelle et, de l'autre, un axe de la cohérence scalaire. Le premier est polarisé autour de l'orientation dichotomique rétrospectivité versus prospectivité. L'interprétation balance ainsi constamment entre constat d'indices et recherche d'indices. Ce qui fait tenir ces deux pôles centrifuges, c'est la séquence narrative, cette histoire qu'il faut reconstruire en articulant des faits connus en même temps que produire en imaginant des faits possibles. Le second est animé par la tension entre une mise en comptabilité locale d'indices et une forme de totalisation, entre des cohérences locales et une cohérence de second ordre qui ordonne ces dernières et les situe à l'égard des éléments incohérents restants. Ce qui fait tenir cette fois-ci ces deux pôles, ce sont les jeux d'échelle (Revel, 1996). Pour ne pas être condamnée à la seule collection des faits et à leur description, l'interprétation suppose de ne pas se focaliser sur l'ici et le maintenant. Ce travail de décentrement et de montée en généralité doit lui-même prendre garde de ne pas produire de décrochage sur-interprétatif, d'où l'importance des variations de grandeurs d'échelles que permet la comparaison systématique pluri-orientée. Ce qui lie ces mises en cohérences, contextuelle pour l'une, formelle pour l'autre, c'est qu'elles sont l'une et l'autre sous-tendues par des modèles explicatifs implicites (des majeures) qui leur confèrent leurs assises au moins provisoirement, qu'ils se nomment articulations locales ou schèmes généraux. L'interprétation, dans sa construction comme dans sa pertinence, est ainsi soumise à des épreuves parallèles et continues basées sur quatre principes : a) un principe de plausibilité au regard des connaissances existantes, b) un principe d'adaptation significative avec le contexte, c) un principe d'intégration de faits contradictoires, d) un principe d'économie cognitive (celle qui présuppose le moins de sauts logiques et le moins de pré-conditions).

Haut de page

Bibliographie

Bazin J. (1996), « Interpréter ou décrire. Note critique sur la connaissance anthropologique », dans Revel J. & N. Wachtel (dir.), Une École pour les sciences sociales. De la VIème section à l'EHESS, Paris, Éditions du Cerf/École des Hautes études en Sciences sociales.

Becker H. S. (2002), Les Ficelles du métier, Paris, Éditions La Découverte.

Becker H. S. (2005), « Inventer chemin faisant : comment j'ai écrit les Mondes de l'art », dans Mercure D., L'Analyse du social : les modes d'explication, Québec, Presses de l'Université Laval.

Becker H. S., Blanche G., Hughes E. C. & Strauss A. L. (1984), Boys in white: Students culture in medical school, London, Transactions books.

Boarini S. (2005), « Collection, comparaison, concertation. Le traitement du cas, de la casuistique moderne aux conférences de consensus », dans Passeron J.-C. & J. Revel, Penser par cas, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Boudon P. (1985), « L'abduction et le champ sémiotique », Actes sémiotiques, VII, 67.

Boudon R. (1990), L'Art de se persuader des idées douteuses, fragiles ou fausses, Paris, Éditions du Seuil.

Cuin C.-H. (2000), Ce que (ne) font (pas) les sociologues. Petit essais d'épistémologie critique, Genève, Librairie Droz.

Detienne M. (2000), Comparer l'incomparable, Paris, Éditions du Seuil.

Dubet F. (1994), « Vraisemblance : entre les sociologues et les acteurs », L'Année sociologique, vol. 44.

Duchastel J. & D. Laberge (2011), « La mesure comme représentation de l’objet. Analyse et interprétation », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 14 avril 2011, Consulté le 30 mars 2011. URL : http://sociologies.revues.org/index3435.html

Durkheim É. (1986), Les Règles de la méthode sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Fauconnet P. & M. Mauss (1969), « La sociologie, objet et méthode », dans Mauss M., Essais de sociologie, Paris, Éditions de Minuit.

Ginzburg C. (1988), « Traces. Racines d'un paradigme indiciaire », dans Ginzburg C., Mythes, emblèmes et traces. Morphologie et histoire, Paris, Éditions Flammarion.

Glaser B. & A. Strauss (2010), La Découverte de la théorie ancrée. Stratégies pour la recherche qualitative, Paris, Éditions Armand Colin.

Hamel J. (2006), « Décrire, comprendre et expliquer. Réflexions et illustrations en sociologie, SociologieS, [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 22 octobre 2006, http://sociologies.revues.org/index132.html

Lahire B. (2005), « Risquer l'interprétation », dans Lahire B., L'Esprit sociologique, Paris, Éditions La Découverte.

Lenclud G. (1996), « La mesure de l'excès. Remarques sur l'idée même de surinterprétation », Enquête, n° 3.

Livet P. (2005), « Les diverses formes de raisonnement par cas », dans Passeron J.-C. & J. Revel, Penser par cas, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Livet P. (2003), « Preuves et épreuves en sciences sociales. Pour une sociologie négative », Revue européenne de sciences sociales, vol. XLI, n°128.

Maxwell J. (1999), La Modélisation de la recherche qualitative, Fribourg, Éditions universitaires.

Olivier de Sardan J.-P. (1996), « La violence faite aux données. Autour de quelques figures de la surinterprétation en anthropologie », Enquête, n° 3.

Passeron J.-C. (1991), Le Raisonnement sociologique. L'espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Éditions Nathan.

Passeron J.-C. (1996), « L'espace mental de l'enquête II. L'interprétation et le chemin de la preuve », Enquête, n° 3.

Peirce C. (1960a), Lectures on Pragmatism. Collected Papers II, Cambridge, Harvard University Press.

Revel J. (1996), Jeux d'échelles. La micro-analyse à l'expérience, Paris, Éditions Gallimard.

Schütz A. (1987), Le Chercheur et son quotidien : phénoménologie des sciences sociales, Paris, Librairie des Méridiens-Klincksieck et Cie.

Soulet M.-H. (2006), « Être(s) en société : visions de l'homme et sociologie(s) », dans Bassand M. & C. Lalive d'Épinay, Le Sociologue et la philosophie, Fribourg, Academic Press Fribourg.

Strauss A. L. & J. Corbin (2004), Les Fondements de la recherche qualitative, Fribourg, Academic Press.

Sartori G. (1994), « Bien comparer, mal comparer », Revue internationale de politique comparée.

Vigour C. (2005), La Comparaison en sciences sociales, Paris, Éditions La Découverte.

Watier P. (2007), « Les ressources de l'interprétation sociologique », L’Année sociologique, vol. 57, n°1.

Haut de page

Notes

1 . Bernard Lahire (2005) isole, quant à lui, trois types de sur-interprétation : 1) la sur-interprétation due aux décrochages interprétatifs par rapport aux situations enquêtées, i.e. quand les données sont insuffisantes pour soutenir la thèse proposée ; 2) la sur-interprétation née d'un décalage non contrôlé entre la situation du chercheur et celle des enquêtés, i.e. quand le chercheur oublie les conditions réelles dans lesquelles les acteurs ont été conduits à agir ou à se représenter les choses ; et 3) la sur-interprétation par profusion d'exemples sur mesure, i.e. quand le chercheur néglige les contre-exemples au profit des exemples parfaits.

2 . Un point sur lequel Bernard Lahire (2005) insiste fortement pour marquer combien l'interprétation sociologique se distingue d'interprétations sauvages, incontrôlées, empiriquement non-contraintes.

3 . Dont la vraisemblance de François Dubet (1994), supposant de faire valider les résultats d'une recherche par les enquêtés eux-mêmes, serait une des formes.

4 . Giovanni Sartori illustre « la démarche du chat-chien » par une historiette qu’il me paraît utile de citer malgré sa longueur pour bien saisir le raisonnement qui l'anime pour développer sa conception de la comparaison. « Monsieur Doe entreprend une thèse de doctorat ; il doit être original, mais pressé par son jury, il doit émettre une hypothèse sur son sujet. Son sujet est le chat-chien (car on ne serait plus, aujourd'hui original en traitant simplement du chien et du chat), et son hypothèse, après maints tâtonnements, est que tous les chats-chiens émettent le son "Oua Ouaf". Son directeur de thèse se déclare intéressé, et une fondation impressionnée, lui offre 100 000 dollars pour un programme de recherche mondiale. Trois ans plus tard, Monsieur Doe annonce avec consternation que, si beaucoup de chats-chiens émettent le son "Oua Ouaf", nombreux sont ceux qui ne l'émettent pas – l'hypothèse est infirmée. Cependant, dit-il, j'ai maintenant une autre hypothèse : tous les chats-chiens émettent le bruit "Miaou Miaou". Trois nouvelles années passent, 100 000 autres dollars sont consciencieusement investis dans la recherche et une fois encore l'hypothèse ne peut être soutenue : beaucoup de chats-chiens émettent effectivement le bruit "Miaou Miaou" mais beaucoup ne l'émettent pas. En proie à un profond désespoir, Monsieur Doe rend visite dans sa caverne, à la tombée de la nuit, à l'oracle de Delphes qui, ce jour-là, était fatigué d'inventer des réponses sibyllines. Mon ami, dit l'oracle, avec toi je n'irai pas par quatre chemins, la vérité est que le chat-chien n'existe pas. Fin de l'histoire et retour à la réalité » (Sartori, 1994, p. 24).

5 . Outre la déduction et l'induction, ce philosophe pragmatique distingue une troisième forme d'inférence, l'abduction. La première prouve la prévisibilité d'un événement au regard d'une loi et d'un contexte ; la seconde, partant de la réalité de cet événement, cherche à en retrouver le principe général générateur ; la troisième énonce la possibilité d'une explication d'un événement discordant avec la loi censée en rendre compte. Charles Peirce voit dans l'abduction le processus de formation d'une hypothèse, et partant de là, le principe par excellence de la découverte scientifique. L'argument abductif débute par l'observation de certains faits et s'achève dans la supposition d'un principe qui, s'il était vrai, expliquerait que les faits sont tels qu'ils sont (Peirce, 1960, p. 276)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Henry Soulet, « Interpréter, avez-vous dit ! », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Régimes d'explication en sociologie, mis en ligne le 11 avril 2011, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3471

Haut de page

Auteur

Marc-Henry Soulet

Université de Fribourg, Domaine sociologie, politiques sociales et travail social, Suisse – marc-henry.soulet@unifr.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page