Navigation – Plan du site
Champs de recherche et enjeux de terrain

Enquêter sur la « diversité » à Berlin. Le cas de l’inspecteur Bobkowski

Investigate the “diversity” in Berlin. The case of the Inspector Bobkowski
Barbara Thériault

Résumés

Comment traiter de diversité dans une organisation qui est réputée y être hostile ? Se réglant sur une démarche wébérienne, je présente dans cet article un cas, celui du commissaire Klaus Bobkowski, un enseignant responsable de la section « éducation politique » à l’Académie de police de Berlin et historien amateur. En considérant ce cas, ainsi que d’autres efforts pour composer avec la différence sous la République de Weimar (1918-1933) que j’ai enregistrés durant mon travail de terrain, je tente de faire saillir les motifs qui sous-tendent l’action des commissaires ayant contribué à la reconnaissance et à la promotion de la différence au sein des services policiers en Allemagne depuis les années 1990. En enquêtant sur ces motifs d’action, je suis en mesure de construire un idéaltype d’un « porteur de la diversité », qu’on peut lier, comme je le soutiens, à un programme libéral d’égalité civique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est la traduction d’une version légèrement modifiée du texte intitulé « Inquiring into (...)

1L’objectif du projet à l’origine de cet article 1 était pragmatique : je souhaitais enquêter sur la question de la diversité en Allemagne, un pays réputé hostile à la différence (Schiffauer, Baumann et al., 2004). La police me semblait un terrain d’enquête tout indiqué : des initiatives avaient été mises de l’avant dans les années 1990 pour faire la promotion de la diversité. De plus, la police représentait un cas extrême, avec lequel le sociologue entretient souvent un rapport tendu aux valeurs. En tant que sociologue, je souhaitais aller au-delà des acceptions managériales du terme, associées ici à l’idée d’efficacité ou, à certaines occasions, à une dimension d’accommodation aux pratiques religieuses et culturelles dans la fonction publique et à la lutte contre la discrimination. J’entendais en effet ce concept dans un sens que je considère davantage ancré sociologiquement.

  • 2 À l’image d’une enquête policière, le travail du sociologue consiste à découvrir et à reconstruire (...)

2Dans la foulée d’une sociologie inspirée par l’œuvre de Max Weber, il s’agissait de reconstruire les motifs de l’action de ceux qui, à travers leur travail, avaient effectivement contribué à une plus grande reconnaissance de la différence dans les services policiers 2. Qui étaient ces « porteurs de la diversité » ? Parce qu’ils avaient attiré l’attention de chercheurs (Franzke, 1999 ; Blom, 2005 ; Behr, 2006 ; Hunold, 2008), je me suis d’abord intéressée aux responsables des initiatives visant à recruter et former des officiers de police issus de l’immigration (Thériault, 2004 et 2008). Je me suis ensuite penchée sur d’autres secteurs susceptibles d’avoir abordé la question de la différence : des séminaires pour les responsables des forces policières, des initiatives syndicales et même l’aumônerie de la police. J’ai découvert que, bien que ces initiatives référaient parfois explicitement à la « diversité », elles n’avaient pas toujours mené à une plus grande reconnaissance de la différence dans les services policiers. C’est alors que je me suis tournée vers un autre domaine où était plus ou moins formellement abordée la question de la différence : l’enseignement. Parce qu’elle s’avérait une voie possiblement féconde, c’est l’éducation politique – et plus spécifiquement ceux qui en étaient en charge – qui a alors retenu mon attention.

L’éducation politique est un domaine d’enseignement unique que l’on pourrait caractériser de « propagande non-partisane » (Hébert, 2006, p. 171 ; Mannheim, 1929, p. 158) et dont les racines intellectuelles remontent aux réflexions menées sur le rôle des intellectuels dans le contexte allemand de l’entre-deux guerres. Au sortir de l’ère nazie et dans l’ombre de l’holocauste, cette science politique (ou « démocratique ») a été institutionnalisée dans le but d’inculquer un sens démocratique à la population et de faire la promotion d’attitudes et d’institutions libérales au sein de la nouvelle République fédérale (Widmaier, 1987 ; Buse, 2008). L’éducation politique est une institution détachée de toute orientation politique partisane. Elle est coordonnée par des agences situées aux niveaux du fédéral (la Bundeszentrale für politische Bildung) et des Länder (les Landeszentralen für politische Bildung) qui supervisent et soutiennent les enseignants, les publications et les informations médiatiques, en plus d’organiser conférences et événements publics.

3À l’Académie de police et Centre d’entraînement de Berlin, c’est l’inspecteur Klaus Bobkowski qui est en charge de l’unité d’éducation politique. Nous nous sommes rencontrés pour la première fois dans son bureau, rempli de coupures de journaux et de livres portant sur la police et l’histoire de l’Allemagne, puis plus tard au Musée de la Police de Berlin, une institution qui lui doit en grande partie son existence. Parce que ses propos et ses activités (ainsi que ceux de ses collègues) se sont vite avérés instructifs quant au traitement de la différence dans les forces policières, nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises entre 2006 et 2009 et je l’ai accompagné dans le cadre de ses activités. Au-delà de ses activités d’inspecteur et d’enseignant, Klaus Bobkowski est également un historien amateur. Ses efforts pour cerner le passé de la police ont une portée sociologique non négligeable non seulement pour saisir la façon dont est traitée la différence, mais aussi pour comprendre comment ces inspecteurs, confrontés souvent à une importante résistance interne, ont contribué à faire la promotion de la différence au sein de la police – parfois même à l’encontre de leurs intentions initiales.

4Après avoir examiné le cas de Klaus Bobkowski et son travail dans le domaine de l’éducation politique, je présente dans cet article une mise en abîme qui relate les tentatives de l’inspecteur et de ses collègues pour commémorer Bernhard Weiß, un juif pratiquant devenu président adjoint des forces de police berlinoises dans les années 1920. En contrastant dans une deuxième partie les motifs des officiers avec ceux des défenseurs contemporains de Weiß, j’illustre comment les inspecteurs, malgré la résistance qu’ils ont rencontrée, ont contribué – parfois malgré eux – à engendrer une plus grande reconnaissance de la différence dans la police. La juxtaposition de ces deux cas constitue un moment-clé, car elle permet d’isoler, dans une troisième et dernière partie, les motifs qui sous-tendent un type particulier de « porteur de la diversité » et leurs fondements culturels et institutionnels. Le type délinéé, je peux retourner à l’inspecteur Bobkowski et aux dilemmes auxquels il a été confronté. Le protagoniste, il va sans dire, n’est pas copie du type.

Enseigner l’éducation politique

L’inspecteur Klaus Bobkowski

  • 3 Il existe également un enseignement académique aux universités de police. Ces institutions sont fré (...)
  • 4 Parce qu’elles rendent le dialecte berlinois caractéristique de l’inspecteur Klaus Bobkowski, j’inc (...)
  • 5 Ibid.

5Comme la majorité du corps enseignant de l’Académie de police et Centre d’entraînement de Berlin, Klaus Bobkowski est également un officier de police 3. Mais il s’avère que l’inspecteur est également un historien amateur enthousiaste : « Eh bien, le soir, les fins de semaine, d’autres personnes… pendant que d’autres personnes regardent des téléromans ou se fouillent le nez, d’habitude je lis des livres rire » 4. Après avoir terminé le lycée, il rejoint les forces de police en 1968 – l’année des grandes manifestations étudiantes. Non sans ironie, il se qualifie lui-même comme étant à la fois un « vieux soixante-huitard » et un authentique officier de police 5. Lorsque nous nous sommes rencontrés pour la première fois en 2006, Klaus Bobkowski enseignait l’éducation politique aux recrues et officiers depuis trente-deux ans.

6L’éducation politique occupe une plage importante de l’horaire des académies de police allemandes, tout particulièrement dans la capitale. Elle a longtemps représenté un sujet très sensible dans cette enclave géographique et idéologique qu’était Berlin-Ouest au temps de la Guerre froide – une ville alors souvent décrite comme « une île au milieu d’une mer rouge ». Même aujourd’hui, au cours de la formation de deux ans et demi que doit suivre une recrue, quatre heures d’enseignement par semaine sont réservées à l’éducation politique, un chiffre considérable, équivalent au temps alloué à ce qui est considéré comme le cœur de l’enseignement policier : le droit d’intervention (Eingriffsrecht). Les recrues se voient donc enseigner les mécanismes parlementaires allemands en plus du droit étatique et constitutionnel, avec une importance toute particulière accordée aux droits fondamentaux. À l’Académie de police de Berlin, la matière abordée peut se décrire comme un croisement entre l’histoire et la science politique. En plus de l’histoire du Troisième Reich, Klaus Bobkowski insiste particulièrement sur l’histoire de la République de Weimar (1918-1933) et les menaces extrémistes auxquelles elle était confrontée par la gauche comme la droite du spectre politique, une période qui incarne, dit-il, « tout le bien et le mal » de l’histoire allemande.

7À la suite d’un incident impliquant le harcèlement d’une recrue d’origine juive au début des années 1980, l’éducation politique a été entièrement réformée. Ce qui, avant, était un enseignement théorique de droit étatique et constitutionnel, s’est vu orienté davantage vers la pratique et l’actualité politique. Bobkowski explique que le « travail de terrain » a été ajouté à la partie théorique du cours afin que les recrues acquièrent une expérience concrète de l’objet de l’éducation politique :

  • 6 « Und ich sach mal, mit den Grundrechten und der Rechtsstaatlichkeit is es eben immer so, sie könne (...)

Je veux dire, avec les droits fondamentaux et l’état de droit c’est toujours comme ça, vous ne pouvez pas dire : « J’ai fait ça et c’est là pour de bon » ou quelque chose du genre. Ou : « On est une démocratie et on va toujours en être une ». C’est comme le mariage, eh bien, l’amour ne va pas toujours rester, il faut travailler pour. C’est exactement la même chose pour certains sujets dans la police. Ils ne peuvent pas dire, parce qu’ils ont eu dans leur formation sur les droits fondamentaux, la règle de droit, le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie, que ça l’esprit des droits fondamentaux va leur rester jusqu’à leur 63ème anniversaire, bien, jusqu’au moment où l’officier prend sa retraite 6.

  • 7 Au moment où j’ai fait la connaissance de Klaus Bobkowski, huit officiers enseignaient l’éducation (...)
  • 8 Le napap a été lancé en 1997 et suivi par un second projet, Pavement. Voir Leiprecht (2002).
  • 9 « Na, wir ham so Mitte der 90iger ham wa eigentlich damit anjefangen. Ja, Mitte der 90iger. Dit wur (...)
  • 10 Le séminaire était mené par des employés du Büro gegen ethnische Diskriminierung in Berlin und Bran (...)

8Dans l’optique de ne pas trop « mariner dans sa sauce », des dirigeants d’organisations non gouvernementales et de communautés ethniques locales ont été invités à donner des conférences et à partager leurs expériences avec les recrues et les officiers, des podiums de discussion ont été organisés, des excursions ont été planifiées (visites au Bundestag ou au Mémorial aux juifs assassinés d’Europe, par exemple), et les élèves du cours d’éducation politique participent à des activités comme la cérémonie commémorative du Reichspogromnacht. Par le biais des changements qu’ils ont apportés, Klaus Bobkowski et ses collègues sont devenus familiers avec certaines associations ainsi qu’avec des responsables de la ville et des commissaires étrangers 7. En raison de ces contacts, les officiers de l’Académie de police et Centre d’entraînement de Berlin se sont vu confier la coordination d’un projet de deux ans financé par l’Union européenne (UE), le NAPAP (Non-Governmental Organisations and Police against Prejudice8. « Ben, nous avons en fait commencé avec ça vers la mi-90 durant la vague d’initiatives financées par l’UE et de conférences sur la discrimination. Oui, la mi-90. Ça a… bien, ça nous a été imposé, aussi par les commissaires étrangers à l’époque 9 ». À l’initiative de l’inspecteur, le projet a été institutionnalisé en une semaine de séminaires de techniques interculturelles, obligatoire pour chacune des recrues à la fin de leur entraînement 10.

  • 11 Le Weichenstellung, ou le commutateur servant à changer la direction des rails d’un chemin de fer, (...)

9Dans les années 1990, Klaus Bobkowski et ses collègues ont pris part à de nombreuses conférences et rencontré des responsables de la ville. Grâce à leurs contacts et à l’expérience qu’ils ont accumulée, ils ont développé un réseautage très actif et sont devenus des experts autodidactes en matières interculturelles. Avec le temps et sous leur impulsion, l’éducation politique a entraîné dans son orbite – au-delà de l’enseignement et de la formation à l’interne – toute une série d’activités diverses, en plus de s’établir en une position-clé, un Weichenstellung, pour la reconnaissance pragmatique de la différence au sein de la police 11.

Dans l’orbite de l’éducation politique

  • 12 Les participants y suivent des cours dans des sujets comme l’allemand, les connaissances générales, (...)

10Bien que ne tombant pas officiellement sous la responsabilité de l’éducation politique, un Clearingstelle – un bureau de médiation pour les conflits pouvant émerger entre la police et les « étrangers » (Ausländer) – a été mis sur pied en 1993 sous l’égide de l’inspecteur Klaus Bobkowski. Le Clearingstelle est mené par un policier d’origine ethnique allemande qui enseigne également, en se basant sur des cas réels, au centre d’entraînement de la police. Parmi les autres activités se retrouvent des initiatives spécifiques de recrutement. Suite à une cristallisation des contacts entre le personnel de l’Académie de police, l’Union turque de Berlin-Brandenbourg (une organisation de lobbying kémaliste défendant les intérêts des Turcs Allemands), le sénateur de l’intérieur et le bureau du travail de la ville, un cours de dix semaines a été créé pour de jeunes chômeurs turcs – un cours mis sur pied afin de préparer les candidats aux rigoureux examens d’entrée de la police 12.

11Parallèlement à l’enseignement et aux initiatives de recrutement, la commémoration du passé est devenue un centre d’attention de l’unité d’éducation politique. Vers la fin des années 1980, le musée et les archives de la police de Berlin ont été mis sur pied au quartier général de la police à Tempelhof. Les membres de la société historique de la police et le personnel du département d’éducation politique ont joué un rôle central dans leur création. En tant que président-adjoint de la société historique de la police, Klaus Bobkowski a conçu une exposition sur l’histoire des forces de police de Berlin (de la fondation d’une police prussienne au milieu du dix-neuvième siècle jusqu’aux confrontations avec les squatters de la ville dans les années 1980 et l’unification des forces de l’Est et de l’Ouest au début des années 1990). Il a également accueilli des visiteurs du musée, publié des articles dans des organes internes de la police et s’est impliqué dans des activités de commémoration – le tout dans le cadre de l’éducation politique des recrues et des officiers.

12Parmi ces initiatives de commémoration s’en trouve une qui a particulièrement retenu mon attention en raison des similitudes que je lui trouvais avec l’objet de ma propre recherche et de la mise en abîme qu’elle offrait : il s’agit du cas du fonctionnaire de la police berlinoise Bernhard Weiß.

Excursus : une histoire dans l’histoire. Le « Carré Bernhard-Weiß »

  • 13 Déjà en 1989, un ancien chef de la police a écrit à la communauté juive (Jüdische Gemeinde) pour pr (...)

13Michel de Certeau (1990 [1980], p. 190) a écrit : « tout pouvoir est toponymique et instaure son ordre de lieux en nommant ». Au lendemain de l’unification allemande, Berlin a été le témoin de nombreuses tentatives pour renommer des rues et des espaces publics. La police n’y a pas fait exception. Reconnu comme historien amateur enthousiaste, Klaus Bobkowski s’est vu mandaté en 2002 par le chef de police pour se pencher sur l’histoire de la police et émettre des recommandations sur des personnages dignes de reconnaissance. Tout en étant soucieux de souligner que l’histoire de la police était loin d’être immaculée, il a toutefois indiqué deux figures de l’ère Weimar méritant une attention spéciale : Ernst Gennat, l’un des fondateurs de la criminologie et de la pratique médico-légale modernes, et Bernhard Weiß, chef adjoint de la police. De ces deux personnages, qui se trouvent également à être le matériau de nombreuses études historiographiques, mais aussi de romans et de films, Bernhard Weiß était au centre de la majorité des efforts de Klaus Bobkowski en faveur de sa reconnaissance 13.

  • 14 Sur « l’étranger établi », voir Norbert Elias (1991 [1990]) ainsi que Werner Angress (1998). En plu (...)
  • 15 Bernhard Weiß était l’une des cibles favorites de Joseph Goebbels. Des articles et des caricatures (...)
  • 16 « Aber der Weiß, dat war der Gegenspieler von Goebbels hier ». Il poursuit : « nous devons nommer u (...)

14Avocat prussien de formation, Bernhard Weiß (1880-1951) était un officier décoré, devenu fonctionnaire haut gradé dans la police berlinoise au temps de la République de Weimar. Juif pratiquant, Weiß personnifiait l’archétype de « l’étranger établi » et représentait une rare exception dans la fonction publique de l’État prussien 14. Bill Drews, le dernier ministre prussien de l’intérieur sous la monarchie, a nommé Bernhard Weiß fonctionnaire (politischer Beamter) en juin 1918 (Bering, 1992 [1987], p. 132 ; Hamburger, 1968, p. 102). Il a ainsi été le premier juif non baptisé du Ministère prussien de l’Intérieur. De 1918 à 1924, il a été chef de la police politique de Berlin et, de 1925 à 1927, chef de la police criminelle de Berlin. Bernhard Weiß est devenu président adjoint de la police en 1927 avant d’être démis par les Nazis en 1932 et forcé à émigrer. Dans le but de reconnaître Bernhard Weiß en tant que figure proéminente de la police durant la République de Weimar et, comme le souligne Klaus Bobkowski, comme étant « le principal opposant à Goebbels, l’homme de la propagande nazie 15 », une initiative a été enclenchée pour nommer le carré faisant face à la célèbre gare berlinoise Friedrichstraße, le « Carré Bernhard-Weiß » 16.

  • 17 Antrag des Fraktion der FDP (Abgeordnetenhaus Berlin), Bernhard Weiss zu Ehren. D. 15/2404.
  • 18 Entrevue avec KB, 3 novembre 2006.

15En janvier 2004, la recommandation de la société historique de la police a été soumise par la branche berlinoise du libéral Parti démocrate libre (FDP) au parlement de Berlin 17. Ce parti avait été approché, souligne Klaus Bobkowski, parce qu’il « s’imposait comme le choix évident de successeur au DDP et au parti de Weiß » 18. Le Parti démocrate allemand (DDP) était, entre 1918 et 1922, un parti libéral de gauche principalement protestant, dont l’électorat englobait une large part de la bourgeoisie libérale éduquée de l’ère weimarienne, parmi lesquels se trouvaient bon nombre de juifs (Hamburger & Pulzer, 1985, pp. 8-14 ; Langewiesche, 2000 [1988], pp. 304-405). Ce parti libéral s’était entre autres distingué par ses efforts pour défendre la nouvelle République contre ses opposants de droite comme de gauche. Après 1945, selon Dieter Langewiesche (2000 [1988], pp. 306 et suiv.), ce sont des partis comme l’Union démocrate chrétienne ou le Parti social démocrate (SPD), ainsi que les institutions sociales de la République Fédérale qui reflètent le mieux le programme libéral de la République de Weimar – davantage qu’un parti comme le FDP. Passant outre la question de savoir si le FDP, un parti principalement caractérisé par ses orientations économiques libérales, peut être perçu comme l’héritier du DDP, ou encore si Bernhard Weiß en aurait aujourd’hui une carte de membre, soulignons simplement que Klaus Bobkowski et ses collègues tenaient au soutien de ce parti en particulier dans leurs efforts pour commémorer Bernhard Weiß.

  • 19 La politique du quartier prend en considération les femmes mortes au moins cinq ans avant le dépôt (...)
  • 20 Quelques articles ont été publiés sur la question : voir entre autres Ariane Bemmer, « Frauen-Quote (...)

16S’étant assuré d’un soutien politique local, les membres de la société historique de la police étaient confiants que leur initiative verrait le jour. C’est donc avec une grande surprise qu’ils ont appris que la recommandation avait été rejetée en raison d’une nouvelle politique du quartier : une semaine avant que la proposition ne soit présentée par le FDP, la coalition au pouvoir (réunissant le SDP et le Parti du socialisme démocratique, PDS) s’était entendue pour nommer ou renommer les rues et les places de la ville exclusivement avec des noms de femmes – et ce tant et aussi longtemps que les femmes demeureraient sous-représentées 19. Contestant ce qui pourrait se voir comme une forme de « discrimination positive à rebours » et qui a été décrit par les pétitionnaires comme de l’intransigeance, le président de la société historique ainsi qu’un ancien chef de police ont écrit de nombreuses lettres aux politiciens locaux avant de se tourner vers la presse 20.

  • 21 Lettre du président de la société historique de la police au conseiller municipal responsable de la (...)
  • 22 Entrevue avec KB, 5 octobre 2006.
  • 23 Klaus Bobkowski est lui-même de descendance juive. Il a fallu que des accusations d’antisémitisme s (...)
  • 24 Les juifs de classe moyenne, parmi lesquels on retrouve par ailleurs de nombreux juristes, sont dev (...)

17Les lettres adressées aux responsables municipaux insistent sur le rôle de Bernhard Weiß comme représentant de la police, fier démocrate prussien et indéfectible opposant à Joseph Goebbels 21. Ils soulignent le caractère exceptionnel de l’ancien président adjoint de la police – en tant que personnalité exceptionnelle n’ayant « aucun exemple comparable » (kein vergleichbares Vorbild) – et insistent sur la nécessité urgente (dringendes Gebot) de l’honorer. Malgré l’identification d’une nouvelle localisation et l’obtention du soutien du maire de Berlin, l’initiative a échoué a nouveau en 2005, au désespoir de ses défenseurs. Bien que visiblement déçu, l’inspecteur Klaus Bobkowski s’est senti tenu de souligner qu’à aucun moment du processus ils n’avaient – lui ou ses collègues de la société historique – soulevé l’argument de la judéité de Bernhard Weiß, ou cherché le soutien de la communauté juive de Berlin, ne souhaitant bénéficier « d’aucun traitement collectif préférentiel 22 ». Les pétitionnaires souhaitaient éviter de laisser croire que Bernhard Weiß n’était commémoré « que parce qu’il était juif », au détriment de la reconnaissance de son mérite en tant que haut responsable de la police prussienne 23. Cette position aurait sans doute reçu l’assentiment de Bernhard Weiß lui-même qui souhaitait être reconnu en tant que fonctionnaire prussien (Liang, 1970, pp. 158-160) et se battait, à l’aide de moyens légaux, contre les discriminations individuelles 24.

  • 25 Quelques tentatives ont été menées pour trouver une place appropriée près d’un nouveau centre d’ach (...)

18Lorsque j’ai rencontré Klaus Bobkowski en août 2008, il n’avait pas perdu espoir de trouver une place appropriée pour honorer l’ancien président adjoint 25. Entre temps, il avait contribué à l’organisation du lancement d’une petite biographie de Bernhard Weiß (voir Rott, 2008), qui inclut une préface du chef de police et qui a été achetée en grandes quantités par le département de police pour être distribuée aux recrues.

Photo qu’affectionne particulièrement Klaus Bobkowski représentant Bernhard Weiß, debout, en compagnie de Daisy Grzesinski, Charlie Chaplin, Albert Grzesinski et Lotte Weiß in 1931 (avec la permission de service médiatique de la police de Berlin).

L’histoire croisée

  • 26 Ceux pouvant être caractérisés de porteurs de la diversité se retrouvent notamment au Mecklenburg-P (...)
  • 27 Les juifs de classe moyenne « souhaitaient une société dans laquelle l’individu serait jugé sur ses (...)

19Ces efforts de commémoration nous informent sur la reconnaissance de la différence au sein de la police, mais leur description pointe également certains éléments déroutants. Il n’y a peut-être aucune surprise à croiser – à Berlin comme dans d’autres départements de police – ceux auxquels je réfère comme à des « porteurs de la diversité » au sein du personnel enseignant de l’éducation politique 26. Après tout, il s’agit d’une avenue fréquemment utilisée pour parler de, et composer avec, une forme de différence spécifique à l’Allemagne d’après-guerre. J’ai pourtant été frappée de constater à quel point les officiers se réfèrent – et parfois même s’identifient – à des personnages, principes et institutions libérales de la République de Weimar de même qu’à l’héritage libéral qu’ils défendent, un fait qui se remarque non seulement dans leur enseignement mais aussi (et peut-être surtout) dans leurs initiatives de commémoration. Les officiers insistaient particulièrement – comme Bernhard Weiß et ses protecteurs auraient pu le faire – sur les efforts et les mérites des individus, ainsi que sur le principe formel d’égalité au sein d’une organisation neutre 27. Insistant sur « l’esprit » du droit constitutionnel dans le travail de la police moderne, ils faisaient également la promotion d’un ordre du jour libéral basé sur l’égalité civique.

20Ces références à la République de Weimar et à ses principes, comme nous l’avons vu, étaient particulièrement explicites dans le cas de ces efforts de commémoration. Aux yeux des recrues et des jeunes officiers, de tels exemples transmettaient une image certes un peu vétuste, mais néanmoins respectable de Klaus Bobkowski et de ses collègues. De façon générale, de telles références n’allaient pas sans une certaine ambivalence. Comme le souligne Augustin Simard (2008), les références à la République de Weimar ont largement été remplacées dans le vocabulaire des cours d’éducation politique.

  • 28 On retrouve les membres de ce groupe de statut dans certaines occupations professionnelles particul (...)

21Lorsque Klaus Bobkowski tente d’établir un parallèle entre ses collègues de la police et les défenseurs de Bernhard Weiß, par exemple en présentant le FDP comme le successeur naturel du DDP, il est cependant inconfortable et évite d’approfondir le sujet. D’abord, le FDP n’est pas le DDP. Ensuite, l’image actuelle des officiers de police – principalement issus d’une petite classe moyenne – se prête mal à une comparaison avec des personnages issus d’une classe moyenne libérale éduquée (Bildungsbürgertum). La Bildungsbürgertum pourrait se décrire dans des termes wébériens comme un groupe de statut – comparativement à une classe à proprement parler – dont les membres se caractérisaient bien davantage par leur éducation et leur mode de vie culturel raffiné que par la possession d’un certain capital économique (Weber, 1995 1921, pp. 395-397) 28.

  • 29 Une clause dérogatoire à la loi sur la fonction publique, adoptée dans plusieurs états fédéraux au (...)

22Malgré tout, l’initiative de commémoration de Bernhard Weiß semblait pertinente pour saisir le traitement de la différence au sein des forces de police ainsi qu’un certain modèle d’inclusion – ou « l’idéal du nous » dont parle Norbert Elias (1998 1989). Elle rappelle les attitudes d’aujourd’hui à l’endroit des initiatives de recrutement d’officiers issus de l’immigration ; les arguments avancés en faveur de Bernhard Weiß ne sont en effet pas sans faire écho à ceux entendus depuis les années 1990 en faveur du recrutement « d’étrangers » dans les forces de police, un domaine où le changement organisationnel a été tout particulièrement recherché (Thériault, 2008). Ils renvoient typiquement à une logique d’exception qui cherche la reconnaissance de la différence tout en visant à confirmer le principe d’égalité considéré inhérent à l’organisation policière 29.

23Pouvons-nous apprendre quelque chose de la comparaison de cas et de figures apparemment si différents que le sont Klaus Bobkowski, ses collègues, Bernhard Weiß et ses défenseurs ? Suivant Michael Werner et Bénédicte Zimmermann, j’aborderai maintenant les liens entre chacun de ces deux cas sous l’angle de l’histoire croisée. Construite sur la base de comparaisons et de transferts culturels, l’histoire croisée permet d’ouvrir la méthode comparative au-delà de la logique habituelle des cadres nationaux et synchroniques, et permet de considérer les objets de recherche « pas seulement […] les uns par rapport aux autres, mais également les uns à travers les autres, en termes de relations, d’interactions, de circulations » (Werner & Zimmerman, 2004, p. 22). En entremêlant le cas de Bernhard Weiß et ses défenseurs avec les tentatives mises de l’avant pour le commémorer, je suis en mesure d’isoler des motifs communs afin de délinéer les contours d’un type particulier de porteur de la diversité auquel des individus réels – incluant Klaus Bobkowski – peuvent ensuite être comparés et à l’aune duquel ils pourront être mesurés.

24M’appuyant sur la sociologie wébérienne, j’examinerai d’abord les motifs – un « ensemble significatif qui semble constituer aux yeux de l’agent ou de l’observateur la “raison” significative d’un comportement » (Weber, 1995 1921, p. 38) – qui sous-tendent l’action entreprise dans chacun des cas. En plus des motifs sous-tendant l’action, je porterai une attention particulière aux mesures prises pour changer les mentalités et le contexte organisationnel, ainsi qu’aux conséquences et aux dilemmes liés à ces mesures.

Trouver les motifs

  • 30 Voir Suchy (1983) et Pulzer (1992, p. 106). Pendant longtemps, les femmes ont été largement exclues (...)

25Qui étaient les partisans contemporains de Bernhard Weiß ? Et quels étaient leurs motifs pour le soutenir ? Ils étaient des gentils de confession libérale – des hommes qui pour la plupart, comme Bernhard Weiß, étaient membres de l’Association de Défense contre l’Antisémitisme (Abwehr-Verein gegen Antisemitismus), une association majoritairement composée de protestants et de juifs. Ils adhéraient au principe abstrait d’égalité devant la loi 30, idée caractéristique de chacune des différentes tendances libérales, croyaient à l’assimilation mais également à une culture allemande et hétérogène.

  • 31 Une clause dérogatoire à la loi prussienne sur la fonction publique avait été passée et rendait pos (...)

26Parmi eux, Bill Drews (1870-1938), le premier à avoir confié à Bernhard Weiß un poste dans son ministère, mérite une attention particulière. Mais un autre personnage important doit être rappelé : Albert Grzesinski (1879-1947), ministre prussien de l’intérieur sous Weimar, celui qui a nommé Bernhard Weiß chef adjoint de sa police. Albert Grzesinski est reconnu pour ses efforts de démocratisation de la fonction publique sous le nouvel ordre républicain, y compris des forces de police qui tombaient sous son autorité ministérielle. Il procédait surtout par le biais de politiques de personnel (Glees, 1974 ; Albrecht 1999, pp. 210 et suiv.). Dans ses mémoires, il se rappelle notamment avoir engagé des outsiders dignes de confiance (Grzesinski 1974 [1939], p.112 et 2001 [1934], p. 204) 31 tel Bernhard Weiß, qu’il décrit comme « un républicain convaincu et un démocrate » (Ibid, p. 227). Albert Grzesinski a été confronté à une résistance considérable. De façon générale, les partisans des juifs et d’autres outsiders (comme les catholiques ou les socio-démocrates) de la haute administration weimarienne rencontraient beaucoup d’opposition venue de leurs propres rangs.

  • 32 Klaus Bobkowski mentionne d’ailleurs que Bernhard Weiß n’était pas un personnage particulièrement a (...)

27De façon analogue, les motifs de l’inspecteur Klaus Bobkowski dans la poursuite de ses activités (l’enseignement, la formation, la commémoration du passé et le recrutement) ne prennent pas leur source dans une quelconque sympathie pour certains officiers en tant qu’individus, pas plus que dans un souci de leur bien-être 32. Il agit bien plutôt en fonction d’un principe – ou, dans des termes wébériens, d’un « dévouement à une cause » (Dienst an der Sache) – qui est celui de la démocratisation des recrues, des officiers et de l’organisation policière en elle-même. Rendre l’organisation plus démocratique implique ici, au niveau individuel, l’enseignement des droits fondamentaux au sein d’un ordre démocratique et le respect de l’égalité civique dans une organisation qui a nécessairement un statut marginal dans une démocratie libérale. Au niveau institutionnel, ce principe implique le recrutement d’officiers issus de l’immigration. Au fil de nos conversations, il est devenu clair que le leitmotiv de Klaus Bobkowski dans la poursuite de ses activités était réellement d’éclairer les recrues et les officiers. En leur inculquant les principes des droits fondamentaux et « l’esprit » qui les anime (souvenons-nous de l’extrait cité plus haut à propos d’un projet qui n’est jamais terminé : « comme le mariage, eh bien, l’amour va pas toujours rester, il faut travailler pour »), l’inspecteur comprend son mandat comme étant de faire de la police une organisation plus civile et démocratique. La démocratisation de la police a longtemps impliqué de s’éloigner d’une tradition militaire (Liang, 1970, pp. 37 et 57) dont Klaus Bobkowski dit qu’elle était encore très « prussienne » lorsqu’il a débuté sa formation dans les années 1960 (il mentionne les grades, les saluts, les uniformes et l’entraînement en général).

  • 33 Soulignons également que dans la police d’aujourd’hui, les candidats issus de l’immigration provien (...)
  • 34 Sur Weimar, voir Liang (1970) et Leiprecht (2002).
  • 35 Au sujet des initiatives dont il était responsable et qui visaient à recruter des candidats issus d (...)

28Il faut reconnaître que les défenseurs de Bernhard Weiß sous Weimar faisaient face à des politiques foncièrement intolérantes, une situation qui se compare mal à l’Allemagne contemporaine où les valeurs libérales sont reconnues et dont les institutions répondent à des standards libéraux 33. Si les responsables de la police sont aujourd’hui généralement en faveur des initiatives développées dans l’orbite de l’éducation politique (enseignement, formation, commémoration du passé et recrutement – ce dernier point étant considéré, aujourd’hui comme à l’époque de Weimar 34, comme le moyen principal de transformer l’organisation), une majorité d’officiers se montrent plutôt sceptiques à leur endroit (Dudek, 2009). Cette attitude peu réceptive peut même se retrouver parmi les officiers de recrutement, les enseignements et les responsables syndicaux mandatés pour former, recruter et soutenir les candidats issus de l’immigration, et dont les efforts semblent – au mieux – manquer de conviction 35. Il n’est alors pas surprenant que certains aient décrit ces initiatives comme étant un lamentable échec (Jaschke cité dans Behr, 2006, p. 124), attribuable à une résistance interne mais également à l’inertie bureaucratique.

Des mesures prises en terrain hostile…

  • 36 Entrevue avec UC, 12 septembre 2006. Sur la Prusse weimarienne, voir Grzesinski (1974 [1939]), p. 1 (...)

29Comme dans le cas des défenseurs des juifs et des « autres outsiders » et de la haute administration weimarienne, les officiers que j’ai rencontrés à Berlin et dans d’autres départements de police ont dû faire face à une résistance – certes à divers degrés – au sein de leurs propres rangs. En fait, l’attitude de l’inspecteur Klaus Bobkowski et celle de ses collègues de la police ne sont pas sans rappeler certains comptes-rendus historiques de la République de Weimar, qui établissent généralement une distinction claire entre les porteurs d’un nouvel ordre démocratique et républicain : d’une part un petit groupe de républicains « par conviction » (Gesinnungsrepublikaner), et de l’autre un groupe plus important de républicains « de raison » (Vernunftrepublikaner) (Langewiesche, 1993, p. 29). Dans un tel contexte, il n’est pas surprenant que les premières recrues issues de l’immigration – tout comme les outsiders dans l’administration prussienne – aient été en quelque sorte imposés en douce par les échelons supérieurs de la police, par des protecteurs haut placés, bien plus qu’ils n’ont été réellement accueillis par une majorité de leurs collègues. Dans les deux cas, ces pratiques d’embauche ont de plus été condamnées dans les dossiers, dans les rangs de la police ou encore par la presse, pour ce qui était vu comme une transgression des procédures établies et de la tradition 36.

  • 37 Voir « Streit um Polizei-Einstellung: Erste Klagen angekündigt. Abgelehnte deutsche Bewerber wollen (...)
  • 38 « Och der Rechtsanwalt in Zehlendorf, der muss sich och jefallen lassen, auf Deutsch von einem Poli (...)

30Confronté lui-même à cette résistance, Klaus Bobkowski ne se gêne pas pour privilégier un modèle descendant – du sommet vers la base – qui pourrait se voir comme un compromis entre des principes libéraux et des principes démocratiques. Certaines choses, croit-il, doivent carrément être imposées aux officiers et à l’organisation – il mentionne les cours préparatoires offerts aux jeunes Turcs Allemands de Berlin et les initiatives de recrutement d’officiers issus de l’immigration. Bien que critiquée 37, cette dernière mesure est considérée comme nécessaire pour éviter ce que prévoit l’inspecteur, à savoir une perte de la légitimité de la police à mesure que grandit la proportion de population berlinoise issue de l’immigration. Il insiste également sur la nécessité de confronter la population : « Aussi, l’avocat de Zehlendorf un district huppé de Berlin doit s’habituer à se faire parler en allemand par un officier d’origine turque. Il faut aussi qu’il apprenne à composer avec ça 38 » Aujourd’hui comme dans le passé, la façon autoritaire dont les objectifs sont formulés ne s’accorde pas toujours avec des ambitions démocratiques, bien qu’il pourrait être avancé que – du moins dans le contexte de Weimar – il n’y aurait en fait aucune alternative à cette façon de faire (Glees, 1974, p. 824).

… et les dilemmes qui en découlent

  • 39 Pour le cas d’Albert Grzesinski, voir Glees (1974, p. 814) et Grzesinski (1974 [1939], p. 18).
  • 40 Entrevue avec NR, 27 mai 2004 ; Entrevue avec LET, 3 novembre 2006.

31Tout comme les défenseurs des juifs qui se faisaient accuser d’être « à demi juif », les officiers décrits ici comme « porteurs de la diversité » sont, en conséquence de leurs activités, souvent identifiés à ceux qu’ils ont aidé à intégrer l’organisation 39. Ils sont perçus comme une espèce étrange (Exote), une réalité qu’ils doivent supporter et affronter sur le plan intérieur (Thériault, 2004, p. 89). D’une façon qui n’est pas sans rappeler le cas des recrues et des officiers issus de l’immigration, cette situation les force souvent à réaffirmer leur identité en tant qu’officier de police, par exemple en endossant l’uniforme même lorsqu’il n’est pas requis 40.

  • 41 Entrevue avec KB, 3 novembre 2006. Cette auto-évaluation fait écho au savoir académique de Klaus Bo (...)
  • 42 Voir Thériault (2009, pp. 59-61). Pour ne citer qu’un seul exemple, pensons au cas de l’homme des S (...)

32L’inspecteur Klaus Bobkowski estime de son côté ne pas être considéré comme une « espèce étrange » au sein de la police, bien qu’il admette être perçu comme étant « un peu théorique 41 ». Parce que ses arguments passent bien auprès des membres des forces de police – une organisation caractérisée par une forte socialisation et des principes homogénéisant – et parce qu’ils répondent assez bien à l’attitude des officiers offrant une résistance à la reconnaissance de la différence, on peut avancer que l’inspecteur a de bonnes raisons de ne pas avoir l’impression de nager à contre-courant. En fait, Klaus Bobkowski et les officiers de recrutement ou les enseignants que j’ai décrits comme manquant de conviction dans leur travail, semblent souvent suivre un raisonnement similaire. (Ils vont par exemple affirmer, en parlant du recrutement : « Il serait bien d’engager plus d’étrangers, mais c’est difficile. Il n’y a tout simplement pas assez de bons candidats »). Le sociologue sait bien qu’il peut y avoir différentes sources à l’origine d’un même comportement, que les gens parlent et agissent de façon semblable mais pour différents motifs 42. Comme l’écrit Max Weber (1995 1921, p. 36) : « Certains processus externes de l’activité qui nous apparaissent comme “semblables” ou “analogues” peuvent avoir pour fondement, du côté de l’agent ou des agents, des ensembles significatifs extrêmement divers ». Il revient au sociologue de découvrir, d’interpréter et de reconstruire les motifs de l’action. M’attaquant à cette tâche, j’avance qu’en contraste avec certains officiers de police qui peuvent être contre les initiatives que j’ai ici associées à la diversité, d’autres – comme Klaus Bobkowski – peuvent ne pas être motivés par une réaction négative de la sorte, mais bien agir en fonction d’un principe libéral et d’un programme d’égalité civique.

  • 43 Commentant plus avant ce rapport, l’inspecteur souligne que les problèmes rencontrés et initialemen (...)

33Parce qu’il est en accord avec l’organisation policière, ce principe ne place pas Klaus Bobkowski devant les dilemmes rencontrés par certains de ses collègues. Les tensions que ces derniers ressentent entre leur travail et l’organisation se reflètent beaucoup sur les différentes recrues et les officiers – comme c’était le cas des fonctionnaires juifs sous Weimar. Un rapport – faisant suite au travail d’une commission ad hoc composée d’un médecin de la police, d’officiers haut gradés et de personnel enseignant – en offre un exemple parlant lorsqu’il insiste sur le besoin d’offrir un soutien particulier aux employés issus de l’immigration. Ce rapport – d’ailleurs rédigé par Klaus Bobkowski – souligne que de potentiels problèmes (comme la discrimination) doivent être évités en surveillant de près les enseignants et les supérieurs immédiats (Dienstweg). Bien que plaidant explicitement contre l’adoption de mesures spéciales, le rapport recommande toutefois la formation d’enseignants et d’instructeurs qui agiraient comme guides (Bärenführer) auprès des recrues. Les problèmes qui ne seraient pas réglés par un tel suivi sont alors imputés à un manque d’autonomie individuelle et d’habileté à affronter le travail et la réalité de la police 43.

Dévoué à une cause

Les types

  • 44 S’inspirant de Guenther Roth, Stefan Breuer décrit Max Weber comme « un démocrate libéral tardif de (...)

34En enquêtant sur les motifs de ceux qui contribuent à une plus grande diversité au sein de l’organisation policière et en empruntant à la méthode wébérienne, trois idéaltypes peuvent être identifiés lorsqu’on combine les motifs réels des individus : 1) le spécialiste, c’est-à-dire celui qui recherche de façon explicite davantage de diversité dans les faits comme dans les valeurs de l’organisation ; 2) l’empathique, dont les motifs prennent source dans un souci pour le bien-être de ses collègues ; 3) l’opportuniste, dont le motif premier repose sur l’intérêt personnel, comme par exemple un avancement de carrière (Thériault, 2008). À partir du cas de Klaus Bobkowski et de ses collègues, mais également d’autres cas rencontrés au fil de mon travail de terrain, et en fonction de ma question initiale d’enquête, je suggère ici une quatrième option : celui dévoué à une cause. Son motif principal est en effet ancré dans le dévouement à un principe – ou, pour emprunter au vocabulaire wébérien, le « dévouement à une cause » – qu’il conçoit comme son devoir. Ce type ne se caractérise pas, du moins dans sa forme pure, par une empathie pour les autres ou par des intérêts personnels, pas plus qu’il ne vise la diversité en elle-même comme objectif premier, comme dans le cas du spécialiste – bien que les hommes et femmes derrière cet idéaltype peuvent à terme adhérer à la reconnaissance de la différence. Ce type orienté par des principes sera prompt à insister sur l’autonomie individuelle et l’accession à la citoyenneté par un travail d’éducation. Il fait reposer une grande responsabilité sur l’individu – perçu comme un citoyen fort, voire héroïque. Il partage sur ce plan des affinités avec une tradition libérale avec laquelle, incidemment, Max Weber lui-même aurait fort probablement eu des sympathies 44. Comme Martin Albrow le mentionne, Weber fut toute sa vie durant un esclave du devoir, « ce sublime concept de la vue kantienne du monde » (Albrow, 1990, p. 166).

  • 45 Lorsque nous nous sommes rencontrés en février 2010, Klaus Bobkowski a mentionné l’arrivée de neuf (...)

35Pour revenir au cas de l’inspecteur Klaus Bobkowski, il encadre son travail d’un lexique tiré des droits fondamentaux, de l’égalité civique ou de la démocratisation de la police – soit l’objectif de la rendre plus civile en lui insufflant l’esprit des droits fondamentaux, quitte à parfois l’imposer aux officiers et aux organisations. Sa motivation de départ n’était pas la reconnaissance ou la promotion de la différence au sein de la police. Il s’agissait là plutôt d’une conséquence de son travail – mais une conséquence dont aujourd’hui il se dit fier 45. Bien qu’il embrasse les initiatives mentionnées ici, il n’est pas ce qu’on pourrait appeler un fervent défenseur de la différence en elle-même et il penche davantage vers l’assimilation. Son « code motivationnel » pourrait se décrire en quelques mots : démocratisation, droits fondamentaux et assimilation. Il serait erroné de le décrire comme étant empathique et il se montre plutôt cynique envers les gais et les lesbiennes, tout comme d’ailleurs envers les féministes auxquelles il se réfère parfois avec ironie comme aux « suffragettes » (Suffragetten). Bien qu’il confère de la valeur et une noblesse à des principes comme les droits fondamentaux, l’attitude de Klaus Bobkowski envers la différence offense aujourd’hui la sensibilité de certains ; en fait, ceux qui se montrent les plus sensibles à la différence et qui entretiennent un rapport positif à la valeur de la diversité sont ceux-là mêmes qui risquent le plus de s’indigner du langage utilisé par l’inspecteur.

Le contre-interrogatoire de Klaus Bobkowski

  • 46 Entrevue avec UC, 12 septembre 2006.

36L’attitude de Klaus Bobkowski pourrait susciter l’indignation de certains parmi les vrais hommes et femmes qui se trouvent derrière les différents types que j’ai délinéés. Et ils pourraient bien être tentés de lui faire subir un contre-interrogatoire. L’officier empathique dont les motifs s’enracinent dans un souci du bien-être des individus pourrait, par exemple, critiquer le manque de sensibilité de Klaus Bobkowski envers la question de la discrimination. Il ou elle suggérerait peut-être l’adoption de mesures spéciales visant à protéger d’éventuelles victimes de discrimination. Du point de vue de Klaus Bobkowski, comme nous l’avons vu, les problèmes de discrimination rencontrés par les recrues ou officiers de police issus de l’immigration devraient être évités grâce à l’intervention des supérieurs immédiats et, de façon générale, devraient être affrontés avec virilité. Se concentrant plutôt sur la nécessité pour ces recrues et officiers de bénéficier de mesures supplémentaires de protection – les officiers avec lesquels je me suis entretenue utilisaient le terme Fürsorge 46 –, le type empathique serait prompt à affirmer que Klaus Bobkowski n’en fait pas assez et que, globalement, il ne s’intéresse qu’à des abstractions d’individus et non aux vraies personnes qui se cachent derrière. Bien qu’une telle critique de passivité pourrait également provenir du type opportuniste, il ou elle avancerait surtout que la diversité, comme fait objectif, devrait être recherchée pour elle-même au sein de l’organisation policière. Tout comme le spécialiste, il ou elle recommanderait des stratégies plus agressives, ou encore de nouvelles règles internes rendant possible, par exemple, un plus grand recrutement et de plus nombreuses promotions pour les officiers issus de l’immigration. Ceux pouvant être décrits comme relevant du type spécialiste, les plus propices à être sensibles à la diversité comme fait et valeur au sein de l’organisation, seraient sans doute les premiers à s’indigner du langage de Klaus Bobkowski.

  • 47 Il est intéressant de noter que dans l’ouvrage intitulé Diversity Studies, dont l’objectif est d’an (...)

37L’éducation politique s’est avérée d’une pertinence sociologique non négligeable dans mon enquête sur la diversité dans la police allemande. Elle représente en effet une voie importante pour aborder la question de la diversité et contribuer à une reconnaissance pragmatique de la différence au sein des forces policières 47. En combinant des perspectives contemporaine et historique, j’ai délinéé dans cet article un type de porteur de la diversité dévoué à une cause, dont le motif central pourrait se définir comme un dévouement à un principe ou un « dévouement à une cause ». Concrètement, la nature de cette cause ou de ce devoir peut prendre différents aspects – le professionnalisme policier, les droits de la personne ou fondamentaux ou encore, comme dans le cas présent, la démocratisation des forces de police qui n’est pas étranger à un programme libéral d’égalité civique.

Épilogue

  • 48 « Polizeischüler brüskieren Holocaust-Überlebenden », Franfurter Rundschau online, http://www.fr-on (...)

38En mars 2007, des recrues de l’Académie de police de Berlin ont été accusées d’antisémitisme. Des journalistes avaient rapporté un incident survenu lors d’une conférence d’un survivant de l’holocauste lors d’une classe d’éducation politique. Des recrues auraient dit que tous les Juifs étaient riches et qu’ils en avaient assez de se faire rabâcher les oreilles avec l’holocauste 48. À la suite de l’incident et des articles parus dans la presse, le président de la police mandata une équipe de chercheurs en sciences sociales, des spécialistes, d’une des universités de la ville, de se pencher sur le cas et de soumettre un rapport. Le document ne signala pas de signes notables d’antisémitisme ; une deuxième équipe fut chargée d’évaluer le travail de la section d’éducation politique. Les chercheurs ont critiqué les méthodes d’enseignement utilisées ; elles n’étaient pas jugées assez interactives et le langage utilisé n’était pas perçu comme dépourvu d’un pathos national. Ils ont suggéré différentes mesures permettant d’aborder les questions de différences dans le cadre particulier de l’éducation politique et général de la formation.

  • 49 Entrevue avec KB, 27 août 2009.

39Après le remous entourant l’éducation politique, Klaus Bobkowski était épuisé. Lorsque nous nous vîmes deux ans après l’incident et ses suites, il me confia qu’il luttait toujours sur le plan intérieur contre les rapports et les accusations. Il ajouta que, lorsque l’éducation politique et ses méthodes avaient été remises en question, il avait révélé quelque chose qu’il avait tu jusque là : il est de descendance juive. Dans le contexte allemand, il s’agissait d’un argument péremptoire qui coupa court à la critique 49. Il sentit le besoin d’ajouter qu’à aucun autre moment il avait voulu utiliser cet argument parce qu’il ne voulait pas être traité de façon particulière – un argument invoqué dans le contexte de l’initiative pour commémorer Bernhard Weiß. Confronté à la critique, il voulut en parler ; à ce moment, il se sentit réhabilité.

Haut de page

Bibliographie

Albrecht T. (1999), Für eine wehrhafte Demokratie. Albert Grzesinski und die preußische Politik in der Weimarer Republik, Bonn, Dietz.

Albrow M. (1990), Max Weber’s Construction of Social Theory, Basingstoke, Macmillan.

Angress Werner T. (1998), « Bernhard Weiß – A Jewish Public Servant in the Closing Years of the Weimar Republic », dans Benz W., Paucker A. & P. Pulzer (dir.), Jüdisches Leben in der Weimarer Republik, Tübingen, Mohr Siebeck, pp. 49-63.

Antrag der Fraktion der FDP (Abgeordnetenhaus Berlin) (2004), « Bernhard Weiss zu Ehren », Drucksache, 15/2404.

Behr Rafael (2006), Polizeikultur. Routine — Rituale — Reflexionen. Bausteine zu einer Theorie der Praxis der Polizei, Wiesbaden, VS Verlag.

Bering D. (1991), Kampf um Namen. Bernhard Weiß gegen Joseph Goebbels, Stuttgart, Klett-Cotta.

Bering D. (1992 [1987]), The Stigma of Names: Antisemitism in German Daily Life, 1812-1933, Cambridge, Polity Press.

Blom H. (2005), Anders sein bei der Polizei in Deutschland. Zur Position von allochthonen Polizisten an ihrem Arbeitsplatz, vor dem Hintergrund ihrer Rolle als Minderheit und der Tatsache, dass sie als « anders » wahrgenommen werden, Frankfurt/Main, Verlag für Polizeiwissenschaft.

Breuer Stefan (2006), Max Webers tragische Soziologie. Aspekte und Perspektiven, Tübingen, Mohr Siebeck.

Buse D. K. (2008), « The “Going” of the Third Reich. Recivilizing Germans through Political Education ». German Politics and Society, vol. 26, n° 1, pp. 29-56.

Certeau M. de (1990 [1980]), L’Invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Éditions Gallimard.

Dudek S. (2009), Diversity in Uniform? Geschlecht und Migrationshintergrund in der Berliner Schutzpolizei, Wiesbaden, Vs Verlag.

Elias N. (1991 [1990]), Norbert Elias par lui-même, Paris, Éditions Fayard.

Elias N. (1998 [1989]), Studien über die Deutschen. Machtkämpfe und Habitusentwicklung im 19. und 20. Jahrhundert, Frankfurt/Main, Suhrkamp.

Franzke B. (1999), Polizisten und Polizistinnen ausländischer Herkunft. Eine Studie zur ethnisch-kulturellen Identität und beruflichen Sozialisation Erwachsener in einer Einwanderungsgesellschaft, Bielefeld, Kleine Verlag.

Glaeser A. (2000), Divided in Unity. Identity, Germany, and the Berlin Police, Chicago, The University of Chicago Press.

Glees A. (1974), « Albert C. Grzesinski and the Politics of Prussia, 1926-1930 », The English Historical Review, vol. 89, n° 353, pp. 814-834.

Grzesinski A. C. (1974 [1939]), Inside Germany, New York, AMS Press.

Grzesinski A. C. & E. Kolb (2001 [1934]), Im Kampf um die deutsche Republik: Erinnerungen eines Sozialdemokraten, Munich, Oldenbourg.

Hamburger E. (1968), Juden im öffentlichen Leben Deutschlands. Regierungsmitglieder, Beamte und Parlamentarier in der monarchischen Zeit 1848-1918, Tübingen, Mohr Siebeck.

Hamburger E. & P. Pulzer (1985), « Jews as Voters in the Weimar Republic », Year Book of the Leo Baeck Institute, vol. 30, n° 1, pp. 3-66.

Hébert K. (2006), Karl Mannheim et la question des intellectuels durant la République de Weimar, thèse de doctorat présentée au Département de Sociologie, Montréal, Université de Montréal.

Hunold D. (2008), Migranten in der Poliziei. Zwischen politischer Programmatik und Organisationswirklichkeit, Frankfurt/Main, Verlag für Polizeiwissenschaft.

Jobard F. (2003), « Usages et ruses des temps. L’unification des polices berlinoises après 1989 ». Revue française de science politique, vol. 53, n° 3, pp.351-381.

Krell G., Riedmüller B., Sieben B. & D. Vinz (2007), Diversity Studies. Grundlagen und disziplinäre Ansätze, Frankfurt/Main, Campus.

Langewiesche D. (1993), « Republik » und « Republikaner ». Von der historischen Entwertung eines politischen Begriffs, Essen, Klartext.

Langewiesche D. (2000 [1988]), Liberalism in Germany, Princeton, Princeton University Press.

Leiprecht R. (2002), Politiewerk in de multiculturele samenleving Duitsland / Polizeiarbeit in der Einwanderungsgesellschaft Deutschland, Gravenhage, Elsevier Overheid.

Liang H.-H. (1970), The Berlin Police Force in the Weimar Republic, Berkeley, University of California Press.

Mannheim K. (1929), Ideologie und Utopie, Bonn, Cohen.

Pikart E. (1958), « Preußische Beamtenpolitik 1918-1933 », Vierteljahresheft für Zeitgeschichte, vol. 6, n° 2, pp. 119-137.

Pulzer P. G. J. (1992), Jews and the German State: The Political History of a Minority, 1848-1933, Oxford, UK & Cambridge, Mass, Blackwell.

Rott J. (2008), Bernhard Weiss. 1880 Berlin – 1951 London. Polizeivizepräsident in Berlin - Preussischer Jude - Kämpferischer Demokrat, Berlin, Hentrich & Hentrich.

Schiffauer W., Baumann G. et al. (2004), Civil Enculturation. Nation-State, School and Ethnic Difference in The Netherlands, Britain, Germany and France, New York/Oxford, Berghahn Books.

Simard A. (2008), Protection de la constitution et éducation politique sous la République de Bonn, Conférence, Centre canadien d’études allemandes et européennes, 7 Novembre.

Suchy B. (1983), « The Verein zur Abwehr des Antisemitismus (I). From its Beginnings to the First World War », Year Book of the Leo Baeck Institute, vol. 28, n° 1, pp. 205-239.

Thériault B. (2004), « The Carriers of Diversity within the Police Forces: A “Weberian” Approach to Diversity in Germany », German Politics and Society 22, n° 3, pp. 83-97.

Thériault B. (2008), « “Sorge um die Seele”. Incorporating Officers from Post-Migration Backgrounds in the German Police », Eurostudia, vol.4, n° 1 ; disponible en ligne sur http://www.cceae.umontreal.ca/-revue-Eurostudia-2008.

Thériault B. (2009), « Max Weber, le sociologue, et le policier : appréhender l’individu », Sociologie et sociétés, vol. 42, n° 1, pp. 55-70.

Waddington P.A.J. (2005 [1999]), « Police (Canteen) Sub-culture: An Appreciation », dans Newburn T. (dir.), Policing : Key Readings, Cullompton, Willan, pp. 364-385

Weber M. (1949), « "Objectivity" in Social Science and Social Policy ». The Methodology of the Social Sciences [Gesammelte Aufsätze zur Wissenschaftslehre]. New York, The Free Press.

Weber M. (1980 1921), Wirtschaft und Gesellschaft, Tübingen, Mohr.

Weber M. (1995 1921), Économie et société - I. Les catégories de la sociologie, Paris, Éditions Plon.

Weber M. (2002 [2000/1906]), « Les sectes protestantes et l’esprit du capitalisme », L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Éditions Flammarion, pp.  305-342.

Werner M. & B. Zimmermann (2004), « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », dans Werner M. & B. Zimmermann (dir.), De la Comparaison à l’histoire croisée, Paris, Éditions du Seuil, pp. 15-49.

Widmaier B. (1987), Die Bundeszentrale für politische Bildung. Ein Beitrag zur Geschichte staatlicher politischer Bildung in der Bundesrepublik Deutschland, Frankfurt/Main, Peter Lang.

Haut de page

Notes

1 Cet article est la traduction d’une version légèrement modifiée du texte intitulé « Inquiring into Diversity. The Case of Berlin Police Inspector Bobkowski » et originairement paru dans German Politics and Society, vol. 27, n°  4, 2009, pp. 72-91.

2 À l’image d’une enquête policière, le travail du sociologue consiste à découvrir et à reconstruire les motifs de l’action (Motivzusammenhang). « La tâche qui incombe alors à la sociologie », pouvons-nous lire dans Les concepts fondamentaux de la sociologie, « est de découvrir cet ensemble réel qui détermine l’activité de l’agent et de le déterminer par interprétation » (Weber, 1995 1921, p. 36). C’est au traducteur que nous devons le choix du terme « découvrir » ; en allemand, Max Weber utilise plutôt le mot ermitteln, un terme policier : « In diesem Fall steht die Soziologie vor der Aufgabe, diesen Zusammenhang [motivational situation] zu ermitteln und deutend festzustellen » (Weber, 1980 1921 , p. 4).

3 Il existe également un enseignement académique aux universités de police. Ces institutions sont fréquentées par des étudiants visant à joindre de plus hauts services (höhere Dienst).

4 Parce qu’elles rendent le dialecte berlinois caractéristique de l’inspecteur Klaus Bobkowski, j’inclus les citations originales dans les notes. « Also, ich habe dann abends, am Wochenende wie sich andere... Andere gucken sich eine Soap an oder bohren sich in der Nase, dann lese ick meistens irgendwelche Bücher [rire] » (Entrevue avec KB, 23 août 2006).

5 Ibid.

6 « Und ich sach mal, mit den Grundrechten und der Rechtsstaatlichkeit is es eben immer so, sie können nicht sagen, ‘Ick hab dit mal jemacht und jetz haben wa sie imma,’ oder so. Oder: ‘Wir sind eine Demokratie und wir werden sie immer bleiben.’ Es ist so wie mit einer Ehe, also die Liebe wird nich immerwährend sein, sondern man muss wat dafür tun. Und jenauso ist es mit bestimmten Themen in der Polizei. Sie können nicht sagen, wenn wir in der Ausbildung das Thema Grundrechte, Rechtsstaatlichkeit, Rassismus, Antisemitismus, Fremdenfeindlichkeit hatten, dann reicht dit bis zum 63. Lebensjahr, bis der Beamte also in den Ruhestand jeht » (Ibid).

7 Au moment où j’ai fait la connaissance de Klaus Bobkowski, huit officiers enseignaient l’éducation politique. L’équipe avait atteint un sommet de vingt-deux enseignants au début des années 1990, alors que la section de la Police du Peuple de Berlin-Est était incorporée à la police de Berlin-Ouest. Pour un compte-rendu de ce processus, voir Glaeser (2000) et Jobard (2003).

8 Le napap a été lancé en 1997 et suivi par un second projet, Pavement. Voir Leiprecht (2002).

9 « Na, wir ham so Mitte der 90iger ham wa eigentlich damit anjefangen. Ja, Mitte der 90iger. Dit wurde also och forciert, also och durch die damalije Ausländerbeauftragte » (Entrevue avec KB, 23 août 2006).

10 Le séminaire était mené par des employés du Büro gegen ethnische Diskriminierung in Berlin und Brandenburg, qui y avaient été spécialement formés dans le cadre du projet NAPAP.

11 Le Weichenstellung, ou le commutateur servant à changer la direction des rails d’un chemin de fer, est une expression utilisée métaphoriquement par Max Weber pour référer à – et évaluer – un possible point de changement. Voir Weber (1980 [1921], p. 252).

12 Les participants y suivent des cours dans des sujets comme l’allemand, les connaissances générales, les mathématiques, l’introduction à la science policière (Berufskunde), les sports, le turc – pour soutenir leur confiance en eux, précise Klaus Bobkowski en citant des représentants de l’association turque – et des exercices de simulation d’entrevue. En 2002, chacun des participants ont pu se présenter aux examens d’entrée, mais aucun d’entre eux, du moins à Berlin, n’a été engagé. En raison de coupures financières, il n’y a eu aucune nouvelle embauche entre 2003 et 2006 dans les forces berlinoises, et le programme a été temporairement interrompu. Il a repris en 2007, avec une autre organisation turque comme partenaire.

13 Déjà en 1989, un ancien chef de la police a écrit à la communauté juive (Jüdische Gemeinde) pour présenter son plan d’honorer Bernhard Weiß par une exposition au tout nouveau musée de la police et pour s’enquérir du matériel disponible (Lettre de Schertz à Galinski, 9 mai 1989.)

14 Sur « l’étranger établi », voir Norbert Elias (1991 [1990]) ainsi que Werner Angress (1998). En plus d’examens sévères, les règles d’entrée dans la police (et dans la fonction publique en général) incluaient de prêter serment à la constitution. Pour les juifs, qui avaient de façon générale peu d’opportunités de carrière dans la fonction publique, l’atteinte des critères d’entrée impliquait souvent de se faire baptiser, et parfois également de changer son nom (Pulzer, 1992, p. 63).

15 Bernhard Weiß était l’une des cibles favorites de Joseph Goebbels. Des articles et des caricatures parues dans la revue de propagande Angriff le présentent comme un conspirateur et un important tireur de ficelles qui aurait réussi à infiltrer la police. Pour un portrait détaillé des attaques de Joseph Goebbels contre Bernhard Weiß et les contre-attaques subséquentes de ce dernier, voir Bering (1991).

16 « Aber der Weiß, dat war der Gegenspieler von Goebbels hier ». Il poursuit : « nous devons nommer une rue en son honneur. Et pas à Lichtenrade ou Frohnau quartiers en périphérie de Berlin, mais là où il travaillait ». (« nach dem muss man doch eine Straße benennen. Und nich in Lichtenrade oder in Frohnau, sondern da, wo er jearbeitet hat »), entrevue avec KB, 23 août 2006.

17 Antrag des Fraktion der FDP (Abgeordnetenhaus Berlin), Bernhard Weiss zu Ehren. D. 15/2404.

18 Entrevue avec KB, 3 novembre 2006.

19 La politique du quartier prend en considération les femmes mortes au moins cinq ans avant le dépôt des pétitions demandant de renommer les espaces publics.

20 Quelques articles ont été publiés sur la question : voir entre autres Ariane Bemmer, « Frauen-Quote für den Stadtplan », Der Tagesspiegel, 28 juin 2004, et Matthias Oloew, « Männer hinten anstellen », Der Tagesspiegel, 18 avril 2006.

21 Lettre du président de la société historique de la police au conseiller municipal responsable de la construction, 27 septembre 2004.

22 Entrevue avec KB, 5 octobre 2006.

23 Klaus Bobkowski est lui-même de descendance juive. Il a fallu que des accusations d’antisémitisme soient lancées contre des recrues en 2007 – accusations retournées par la suite contre l’unité d’éducation politique elle-même – pour que l’inspecteur mentionne son héritage juif afin de se défendre contre les critiques.

24 Les juifs de classe moyenne, parmi lesquels on retrouve par ailleurs de nombreux juristes, sont devenues d’importantes figures de lutte contre la discrimination sous la monarchie puis la République de Weimar (Pulzer, 1992, p. 327). Ils valorisaient particulièrement l’effort individuel et le mérite, se posant ainsi en porte-à-faux avec les tendances davantage corporatistes traditionnellement défendues par les catholiques (Ibid., p. 53).

25 Quelques tentatives ont été menées pour trouver une place appropriée près d’un nouveau centre d’achat, aux environs de l’emplacement original du quartier général de la police à Alexanderplatz, dans le centre de la capitale.

26 Ceux pouvant être caractérisés de porteurs de la diversité se retrouvent notamment au Mecklenburg-Poméranie-Occidentale et à Bremen.

27 Les juifs de classe moyenne « souhaitaient une société dans laquelle l’individu serait jugé sur ses mérites et dans laquelle tous les groupes auraient un accès égal aux prises de décision d’un état neutre et impartial …. C’était là l’État que la République de Weimar promettait d’être, les principes duquel le DDP était l’incarnation la plus proche » (Hamburger et Pulzer, 1985, p. 11 ; ma traduction).

28 On retrouve les membres de ce groupe de statut dans certaines occupations professionnelles particulières : ils étaient principalement professeurs, enseignants, pasteurs ou avocats. La Bildungsbürgertum représentait l’assise principale du libéralisme sous Weimar.

29 Une clause dérogatoire à la loi sur la fonction publique, adoptée dans plusieurs états fédéraux au début des années 1990 afin de permettre le recrutement de candidats non nationaux, prend notamment ses origines dans « l’urgente nécessité » (dringendes Bedürfnis) d’un travail policier dans certains milieux (Thériault, 2004, p. 84). Bien que s’étant appuyées, dans un sens strict, sur des principes déjà établis, ces exceptions sont signe d’un potentiel de changement au sein des structures préexistantes.

30 Voir Suchy (1983) et Pulzer (1992, p. 106). Pendant longtemps, les femmes ont été largement exclues de ce programme d’égalité civique (Langewiesche, 2000 [1988], p. 12).

31 Une clause dérogatoire à la loi prussienne sur la fonction publique avait été passée et rendait possible l’embauche d’un petit nombre « d’étrangers » (des candidats n’ayant pas été formés pour une carrière dans la fonction publique, parmi lesquels se retrouvaient des socialistes, des catholiques, des juifs, des démocrates et des libéraux) comme politische Beamte – comme fonctionnaires – sans garantie d’obtenir une sécurité d’emploi (Pikart, 1958, pp. 126-127). Cette clause représentait une porte entrouverte à la possibilité de changement dans la fonction publique, ce qu’on a appelé une « démocratisation de la fonction publique ».

32 Klaus Bobkowski mentionne d’ailleurs que Bernhard Weiß n’était pas un personnage particulièrement aimable et qu’il n’avait atteint les hauts échelons que grâce aux ordres (Befehl) et à ses performances (Leistung). Le président adjoint de la police était, aux dires de l’inspecteur, « bon, intelligent et courageux, mais également très ambitieux et pointilleux » (entrevue avec KB, 12 août 2006).

33 Soulignons également que dans la police d’aujourd’hui, les candidats issus de l’immigration proviennent de milieux très différents de ceux qui souhaitaient accéder à la fonction publique sous la République de Weimar.

34 Sur Weimar, voir Liang (1970) et Leiprecht (2002).

35 Au sujet des initiatives dont il était responsable et qui visaient à recruter des candidats issus de l’immigration, un partenaire d’entrevue m’a confié candidement, se référant à une image répandue du fonctionnaire : « Vous savez, je suis plutôt du type bureaucrate » (« Wissn Se, ick bin eher der Beamtentyp »). (Entrevue avec CC, 6 septembre 2006)

36 Entrevue avec UC, 12 septembre 2006. Sur la Prusse weimarienne, voir Grzesinski (1974 [1939]), p. 112) ; Pikart, 1958, p. 122. Les officiers de police que j’ai rencontrés renvoient habituellement à un pur principe d’égalité et insistent sur la nécessité d’éviter tout traitement préférentiel (le terme qu’ils utilisaient était extra-Würstchen).

37 Voir « Streit um Polizei-Einstellung: Erste Klagen angekündigt. Abgelehnte deutsche Bewerber wollen gleiche Chancen wie ausländische Jobanwärter », Berliner Morgenpost, 14 février 2006 ; « Einstellungspraxis für Bewerber/-Innen mit Migrationshintergrund. Rechtswidrig und diskriminierend », Rapport de presse par le Junge Gruppe Berlin, Gewerkschaft der Polizei ; disponible sur http://www.gdp.de/gdp/gdpber.nsf/id/jg_presse_1, consulté le 24 juin 2006.

38 « Och der Rechtsanwalt in Zehlendorf, der muss sich och jefallen lassen, auf Deutsch von einem Polizisten türk’scher Herkunft auf Deutsch anjesprochen zu werden. Damit muss er och fertig werden » Entrevue avec KB, 23 août 2006 ; aussi entrevue avec KB, 28 juin 2007.

39 Pour le cas d’Albert Grzesinski, voir Glees (1974, p. 814) et Grzesinski (1974 [1939], p. 18).

40 Entrevue avec NR, 27 mai 2004 ; Entrevue avec LET, 3 novembre 2006.

41 Entrevue avec KB, 3 novembre 2006. Cette auto-évaluation fait écho au savoir académique de Klaus Bobkowski ainsi qu’à l’image du policier de la rue qui incarne – en opposition à celui qui travaille dans un bureau – le « vrai » officier de police (voir Waddington, 2005 [1999], p. 377).

42 Voir Thériault (2009, pp. 59-61). Pour ne citer qu’un seul exemple, pensons au cas de l’homme des Sectes protestantes et l’esprit du capitalisme qui se conforme à des principes religieux protestants afin de gagner la confiance de ses coreligionnaires pour ouvrir une banque (Weber, 2002 [2000/1906]).

43 Commentant plus avant ce rapport, l’inspecteur souligne que les problèmes rencontrés et initialement soulevés par les médecins de la police ne devraient pas être imputés, comme on pourrait le croire, à de la discrimination, mais bien à des problèmes culturels rencontrés par des officiers de certaines origines (« une origine culturelle geprägten Kulturkreis est européenne ou musulmane orientale ») qui saperait l’autonomie individuelle nécessaire au travail policier (Entrevue avec KB, 28 juin 2007).

44 S’inspirant de Guenther Roth, Stefan Breuer décrit Max Weber comme « un démocrate libéral tardif de la Révolution de 1848 » (Breuer, 2006, p. 1).

45 Lorsque nous nous sommes rencontrés en février 2010, Klaus Bobkowski a mentionné l’arrivée de neuf nouveaux enseignants d’éducation politique et souligné le fait que deux d’entre eux étaient issus de l’immigration, ce dont il s’était lui-même assuré.

46 Entrevue avec UC, 12 septembre 2006.

47 Il est intéressant de noter que dans l’ouvrage intitulé Diversity Studies, dont l’objectif est d’ancrer un nouveau champ d’études, l’un des quatorze chapitres est dédié à l’antisémitisme, un thème typique de l’éducation politique. (Voir Krell, Riedmüller, Sieben & Vinz, 2007)

48 « Polizeischüler brüskieren Holocaust-Überlebenden », Franfurter Rundschau online, http://www.fr-online.de/in_und_ausland/politik/aktuell/?em_cnt=1099256 (consulté le 21 Mars 2007).

49 Entrevue avec KB, 27 août 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Photo qu’affectionne particulièrement Klaus Bobkowski représentant Bernhard Weiß, debout, en compagnie de Daisy Grzesinski, Charlie Chaplin, Albert Grzesinski et Lotte Weiß in 1931 (avec la permission de service médiatique de la police de Berlin).
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/3476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Barbara Thériault, « Enquêter sur la « diversité » à Berlin. Le cas de l’inspecteur Bobkowski », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Champs de recherche et enjeux de terrain, mis en ligne le 11 avril 2011, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3476

Haut de page

Auteur

Barbara Thériault

Département de sociologie et Centre d’études allemandes et européennes - Université de Montréal, Qc, Canada - barbara.theriault@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page